Compte rendu du séminaire CNFPT organisé à Cognac le 2 septembre 2005 «Sensibilisation à l accueil de projets arts de la rue dans l espace public»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu du séminaire CNFPT organisé à Cognac le 2 septembre 2005 «Sensibilisation à l accueil de projets arts de la rue dans l espace public»"

Transcription

1 Compte rendu du séminaire CNFPT organisé à Cognac le 2 septembre 2005 «Sensibilisation à l accueil de projets arts de la rue dans l espace public» Les 9 et 10 mars 2006, le Conservatoire de Cognac accueillera un temps de réflexion et d échanges intitulé «L art en question : formes, histoire, enjeux des arts contemporains». Ce module, développé par l ARSEC (aide à la gestion des entreprises culturelles en Rhône Alpes) et Lieux-Publics (Centre national de création des arts de la rue - Marseille), a pour objet de situer les évolutions des arts de la rue, d'appréhender les formes, les esthétiques et les processus de création dans ce champ artistique. Philippe Chaudoir, Pierre Sauvageot et Michel Crespin y interviendront. Il est accueilli en Poitou-Charentes dans le cadre du «Temps des arts de la rue» à l initiative de Premier Acte (agence conseil au développement culturel Poitou-Charentes / Limousin), de l Agence régionale du spectacle vivant en Poitou-Charentes, du Centre national des arts de la rue de Cognac et de l Institut départemental de développement artistique et culturel de Gironde (IDDAC). Un mois avant ce rendez-vous, nous vous proposons un compte-rendu du séminaire de «Sensibilisation à l accueil de projets arts de la rue dans l espace public» qui a eu lieu à Cognac le vendredi 2 septembre 2005 à l occasion de la 11 ème édition du festival «Coup de Chauffe» organisé par l association l Avant-Scène. Le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) du Poitou-Charentes et l Agence régionale du spectacle vivant (ARSV) collaboraient pour la première fois à l occasion de ce séminaire à destination des professionnels et en particulier du personnel des collectivités territoriales. Cette première expérience qui réunit 37 personnes, a permis d offrir un regard rapide mais indispensable sur le domaine des arts de la rue et ses problématiques. Michel Crespin, ancien directeur de Lieux Publics et Président de la Formation avancée itinérante des arts de la rue (FAI AR), Marcel Freydefont, scénographe à l école d Architecture de Nantes, Floriane Gaber, universitaire, auteur de l étude sur les publics des arts de la rue et Olivier Desjardins, régisseur général des festivals d Aurillac et de Sottevillelès-Rouen et du Théâtre d Elbeuf ont été les intervenants de ce séminaire. 1

2 Séminaire «Sensibilisation à l accueil de projets arts de la rue dans l espace public» Intervention de Michel Crespin Les arts de la rue pour se développer ont très tôt eu besoin des personnels territoriaux, c est pourquoi un tel séminaire prend tout son sens. Le développement culturel des Arts de la Rue repose sur des racines lointaines. Ils puisent leurs origines dans des évolutions historiques. Aujourd hui les arts de la rue ne concernent plus seulement ceux qui autrefois étaient nommés les saltimbanques. Une rupture est intervenue dans les années Et les années 1970 symbolisent le véritable point de départ des arts de la rue contemporains. Agés d environ 35 ans, les Arts de la Rue représentent néanmoins une forme dite «émergente». Deux regards croisés peuvent être portés sur les développements des arts de la rue : l un artistique, l autre institutionnel. A la fin des années 1960 et au début des années 1970, les arts de la rue sont encore le domaine des saltimbanques avec par exemple Jérôme Savary et le Cirque Aligre. C est le temps des fêtes de villages et des MJC. Une génération est en train d émerger et les regards se mêlent progressivement. Jean Digne, alors directeur du Théâtre d Aix initie une manifestation intitulée «Aix, ville ouverte aux saltimbanques». Avignon donne naissance à «Parcours croisés». A la fin des années 1970, tout semble avancer de pair. Villeneuve lès Avignon crée «Les Ecoles d été». Certains artistes se lancent alors dans les autoformations. En 1978, les arts de la rue investissent une ville moyenne, Manosque. Les accompagnateurs culturels tendent alors à développer un nouveau regard sur ces expressions artistiques est synonyme de la première rencontre d artistes à Padirac. Dans le Jura, «La Falaise des fous», projet de Michel Crespin, réunit 400 artistes et 7000 personnes. La réussite de cet événement dessine ce qui peut être assimilé à un manifeste artistique des évolutions rencontrées 2

3 durant les années Les responsables culturels s y déplacent, ce qui entraîne un rapprochement avec les sphères institutionnelles. L élection présidentielle de 1981 marque l arrivée à des postes de responsabilités des acteurs des années précédentes. L idée de créer un dispositif représentatif et fédérateur des arts de la rue amène la réalisation d un centre en 1983 à la Ferme du Buisson, «Lieux-Publics». Le sentiment se renforce qu un métier se développe et s affirme. En 1984, le premier guide des arts de la rue, «Le Goliath» paraît. Dans le même temps, les rencontres professionnelles se multiplient dans une démarche de réflexion principalement sur les problématiques des villes. Une véritable conviction s est fait jour sur le rôle pouvant être joué par les arts de la rue et sur leur importance dans le paysage urbain. Il reste à convaincre les institutions. En 1986, Aurillac accueille le premier festival professionnel. La reconnaissance institutionnelle se construit peu à peu en particulier au ministère de la Culture et de la Communication malgré les changements de ministre et les alternances politiques. Cette reconnaissance s exprime aujourd hui au travers le «Temps des arts de la rue». Une telle initiative prouve que le métier s est organisé avec notamment des lieux de création, de fabrique, de formations et de ressources. On peut notamment penser à «Hors les Murs». Les arts de la rue apparaissent comme une forme particulièrement vivante des arts. Plusieurs raisons interviennent dans ce dynamisme. En investissant des lieux ouverts, qui ne sont pas a priori des espaces de représentation, les arts de la rue interrogent notre urbanité. Ils s'inscrivent dans la vie de la cité et se confrontent avec le réel. Ces éléments font qu'ils mettent en perspective des enjeux extrêmement vivants. Intervention de Marcel Freydefont La Compagnie Royale de Luxe est une compagnie emblématique des arts de la rue et de leur histoire. Pour son directeur artistique, Jean-Luc Courcoult, la pratique des arts de la rue alterne entre théâtre en place, parades et accident de théâtre (impromptu) afin d'interroger les gens. Il existe différentes terminologies dans le spectacle vivant. Mais l'un des points cruciaux repose dans le terme de représentations. Il est important de différencier la représentation, et les stratégies qui s'y appliquent, de la notion de communication souvent plus proche de la propagande. Lorsque 3

4 nous évoquons l'idée de représentation, il vaut voir un dispositif libre entre l'émetteur et le récepteur. L'objet représenté achève sa construction dans la conscience du spectateur. Quant à la communication, elle véhicule bien souvent un objet fini. Les arts de la rue relèvent justement du renouveau de nos représentations. Du point de vue du scénographe, il s'agit d'organiser différents points de vue. L'espace public peut être compris comme un lieu amené à se remplir. Souvent on essaye de mettre du dedans dehors et inversement. Un éclatement du cadre scénique s'est produit dans les années En effet, lorsque les théâtres frontaux ont été restaurés, les arts de la rue ont explosé. Par ailleurs, il existe encore une hiérarchie entre ces domaines même si les arts de la rue ont acquis leurs lettres de noblesse. Par l'intermédiaire des arts de la rue, on retrouve une scène ouverte dans la ville qui devient théâtre. Le théâtre de rue a trouvé des solutions pour vivifier en se rendant où se trouvent les gens et donc un public potentiel. Dans le théâtre traditionnel, nous trouvons trois axes : la dramaturgie, la mise en scène et les acteurs et enfin le champ de la scénographie. Dans le théâtre de rue, ce dernier revêt une importance toute particulière. Aux 17 ème et 18ème siècles, le public dans les théâtres avait une grande liberté de mouvements et pouvait facilement quitter le lieu de représentation. Le public constituait un véritable élément de composition pour l'artiste. Le théâtre de rue a permis de retrouver ce décloisonnement. Le théâtre de rue est pleinement sur le terrain du social et s'exprime dans le patrimoine de la ville. Il peut participer à une intégration socioculturelle dans laquelle les conditions architecturales jouent un rôle majeur. Aujourd'hui le modèle urbain est partout et cela a des conséquences sur nos représentations. Nous pouvons nous interroger sur le devenir de l'espace public. Les questions de mobilité, d'espaces libres, d'espaces d'échanges apparaissent de plus en plus présentes. Peut-être nous dirigeons nous vers un développement sauvage comme cela est le cas à Mexico ou à Pékin. Par le biais de tels constats et interrogations, nous percevons que les arts de la rue constituent une forme artistique ancrée dans son temps. 4

5 Intervention de Floriane Gaber "Eunestart" représente un réseau européen comprenant 9 festivals et 8 pays. Au cours de l enquête sur les publics des festivals arts de la rue de ce réseau menée en 2004, nous avons reçu 8000 réponses. 50% des publics sont constitués par des personnes de moins de 35 ans ayant un niveau d'éducation élevé et de fortes pratiques culturelles. Nous pourrions être surpris de retrouver un tel public sur des festivals d'arts de la Rue, mais en réalité c'est assez logique, il s'agit du public festivalier habituel. Cependant un élément apparaît plus intéressant: la composition de l'autre moitié des publics. En effet, nous trouvons également dans ces festivals des badeaux et un public aimant la rue que nous pouvons qualifier d'"aficionados". Nous constatons ainsi que les Arts de la Rue permettent de toucher un ensemble de public en alliant traditions, cultures populaires et expérimentations. Ces festivals lient à la fois les arts et le divertissement, la culture et les loisirs. De plus, une frontière a disparu puisqu'il n'est pas besoin de rentrer dans un équipement. Il s'agit d'un point d'autant plus important lorsqu on analyse les raisons pour lesquelles les publics se rendent dans ces festivals. La première raison repose dans l'ambiance de fête, la seconde dans la liberté (principalement celle d'aller et venir, de partir) et enfin dans la gratuité (alors même que la gratuité n'est pas la règle puisque seul le festival "Coup de Chauffe" à Cognac est totalement gratuit). Les publics des festivals d'arts de la Rue sont avant tout ce que nous pouvons appelés un public de festival. Mais ces publics peuvent se retrouver tout au long de l'année autour des Arts de la Rue. Intervention d Olivier Desjardins Il s'agit d'aborder rapidement l'accueil des spectacles dans l'espace public en évoquant le champ réglementaire et la mise en œuvre pratique. A priori les propositions artistiques dans l'espace public n'ont pas de limites. Pour parvenir à donner une représentation, il est primordial de valoriser le spectacle et de convaincre les partenaires. Les Arts de la Rue permettent de proposer une autre vision de l'espace sans forcément le 5

6 dénaturer. A cet endroit, intervient le travail de l'artiste pour intégrer les éléments de l'espace à sa création ou à sa représentation. Néanmoins il est important qu'une personne coordonne l'ensemble des services, centralise les informations et les diffusent. Pour la réalisation technique du spectacle, il est bien souvent fait appel à de prestataires de service, des professionnels du spectacle (intermittents) et à diverses institutions. Les artistes choisissent le lieu. Il y a la question du repérage. Tous les lieux et tous les spectacles sont assujettis à une réglementation mais celle-ci est plus ou moins astreignante. L'organisation d'une manifestation publique nécessite de respecter la réglementation dite «ERP» (Etablissement Recevant du Public). Cette réglementation encadre les établissements spécifiques du spectacle (théâtres, salles de spectacles, salles de concerts), les chapiteaux, tentes et structures, les structures gonflables, les lieux de plein air, les manifestations pyrotechniques ou encore les portiques. La réglementation intervient principalement pour les questions de protection incendie et d évacuation des publics. Pour les spectacles de rue, il est important de demander l attestation de solidité et de respect des règles du montage aux artistes. La question des responsabilités constitue un élément important de l organisation d un événement. Elle concerne principalement le maire, le préfet, le président de l association, les directeurs artistique et technique des manifestations mais elle peut aussi toucher les différents intervenants et artistes. Les licences d entrepreneur de spectacles sont une obligation depuis l ordonnance de Lorsque l on souhaite mettre en place une manifestation dans l espace public, il faut commencer par adresser une lettre d information avant de monter un dossier de sécurité. L information doit aller des associations vers le maire et du maire vers le préfet. Par la suite, une commission de sécurité examine les aménagements du site et notamment les conditions d évacuation. Dans l espace public, il faut penser à la notion de partage des lieux et donc laisser libres des passages pour la circulation habituelle. 6

7 Pourquoi le Temps des Arts de la Rue existe? Réponse de Michel Crespin Les festivals peuvent devenir une normalité dangereuse. Ils sont davantage l occasion d un événement que l affirmation d un contenu. Les arts de la rue peuvent intervenir pour troubler l ordre public, pour dérégler la ville. Il est important de conserver ces formes éphémères et impromptues créatrices de surprises. Le Temps des Arts de la Rue présidé par Yves Deschamps a été voulu par les professionnels. S étendant sur 3 années, il doit représenter une étape supplémentaire dans les évolutions des Arts de la Rue. Il peut permettre d instituer et de compléter un maillage national ou encore de lutter contre l exclusion des publics. Guillaume Deschamps 7

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

Réseau des RAM Groupe de travail thématique «Développer un projet d éveil artistique et culturel» - 2012

Réseau des RAM Groupe de travail thématique «Développer un projet d éveil artistique et culturel» - 2012 Réseau des RAM Groupe de travail thématique «Développer un projet d éveil artistique et culturel» - 2012 Contexte : Dans le cadre de l animation du réseau des Relais Assistants Maternels des Deux-Sèvres

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE

PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE 2014 2020 ÉDITO Madame, Monsieur, Le projet de politique d action culturelle de Garges-lès-Gonesse que nous vous présentons est le fruit d une étude menée au sein

Plus en détail

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS Organisateur INSET DE MONTPELLIER Animateur Serge MASSIS, Directeur des Études urbaines, Ville de Cannes, AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France)

Plus en détail

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Annexe 10 1. Association de création artistique Question : Dans quels cas les activités des associations de création artistique sont-elles exonérées

Plus en détail

VILLE DE CLERMONT-FERRAND

VILLE DE CLERMONT-FERRAND VILLE DE CLERMONT-FERRAND R E S I D E N C E P H O T O G R A P H I Q U E 2 0 1 5-2 0 1 6 APPEL A CANDIDATURE H ô t e l F o n t f r e y d e c e n t r e p h o t o g r a p h i q u e M a i r i e d e C l e r

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

2013, LA VILLE DE BAGNERES-DE-BIGORRE FETE LES 20 ANS DE L OPERATION FACADES

2013, LA VILLE DE BAGNERES-DE-BIGORRE FETE LES 20 ANS DE L OPERATION FACADES Dossier de Presse 2013, LA VILLE DE BAGNERES-DE-BIGORRE FETE LES 20 ANS DE L OPERATION FACADES Consciente de la très grande qualité de son patrimoine architectural et naturel, la Ville de Bagnères-de-Bigorre

Plus en détail

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES Préambule La création des lieux de musiques actuelles date des années 70 et 80. Ces premiers lieux ont été portés par des projets

Plus en détail

Le centre international Bordeaux Art Science Expérience «BASE»

Le centre international Bordeaux Art Science Expérience «BASE» Plutôt que 55 millions d Euros pour le centre culturel du vin 55 millions d Euros pour : Le centre international Bordeaux Art Science Expérience «BASE» La municipalité actuelle se félicite d une fréquentation

Plus en détail

F O R M A T I O N 2 0 1 5

F O R M A T I O N 2 0 1 5 HABITAT A R C H I T E C T U R E S F O R M A T I O N 2 0 1 5 LOGEMENTS COLLECTIFS *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par

Plus en détail

PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS

PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS Considérations liminaires sur la répartition et l attribution des crédits ECTS Les grilles nationales de crédits ECTS, exposées

Plus en détail

Le Monfort. un héritage

Le Monfort. un héritage Le Monfort un héritage Jusqu à la fin du 18ème siècle, le paysage du hameau de Vaugirard était verdoyant et la culture du grand vignoble de Périchot occupait la majeure partie des habitants des environs.

Plus en détail

ETAPE 3 : APPEL D AIR De la halle Spada aux Abattoirs Rencontres / débats / spectacles

ETAPE 3 : APPEL D AIR De la halle Spada aux Abattoirs Rencontres / débats / spectacles ETAPE 3 : APPEL D AIR De la halle Spada aux Abattoirs Rencontres / débats / spectacles L'Entre-Pont aux Abattoirs : greffer les arts vivants... L'Entre-Pont, association de gestion d'un lieu de création

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Proposition artistique : Cie T. Public, association d idées.

Proposition artistique : Cie T. Public, association d idées. Proposition artistique : Cie T. Public, association d idées. Projet culturel de création en quatre phases, et quatre actes en accompagnement du programme de requalification urbaine de la ville de Saint-Quentin,

Plus en détail

l'art d'en Faire École de cirque Cirque adapté Cirque social projet associatif

l'art d'en Faire École de cirque Cirque adapté Cirque social projet associatif l'art d'en Faire École de cirque Cirque adapté Cirque social projet associatif l'association Objet Ce document a pour but de situer notre action en nous référant à nos objectifs statutaires ainsi qu'aux

Plus en détail

APPEL A PROJETS ATELIERS D ARTISTES DE CAUX ESTUAIRE ARTS CULTURE ŒUVRES CIRQUE

APPEL A PROJETS ATELIERS D ARTISTES DE CAUX ESTUAIRE ARTS CULTURE ŒUVRES CIRQUE APPEL A PROJETS ATELIERS D ARTISTES DE CAUX ESTUAIRE ARTS CULTURE ŒUVRES CIRQUE CREATIONS ATELIERS P ROJET AMBITIEUX EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT CULTUREL Dans le cadre de sa compétence «Relations Culturelles»,

Plus en détail

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez LA mission départementale de la culture DE l AVEYRON en partenariat avec l OBSERVATOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES PROPOSE Un séminaire de réflexion sur le thème LA PARTICIPATION À LA VIE ARTISTIQUE ET

Plus en détail

RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN. Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS

RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN. Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS Vous pouvez aussi trouver ou chercher des musiciens : sur le site de la Cité

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise Notre offre de services 2 Genèse 3 Le Quartier de la Création Genèse du projet urbain Située

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

Circulaire n 2006/001 du 13 janvier 2006 relative au soutien à des artistes et à des équipes artistiques dans le cadre de résidences.

Circulaire n 2006/001 du 13 janvier 2006 relative au soutien à des artistes et à des équipes artistiques dans le cadre de résidences. Circulaire n 2006/001 du 13 janvier 2006 relative au soutien à des artistes et à des équipes artistiques dans le cadre de résidences. Le ministre de la culture et de la communication à l'attention de Madames

Plus en détail

COTITA Comité d'animation entretien exploitation sécurité Compte-rendu

COTITA Comité d'animation entretien exploitation sécurité Compte-rendu sous-titre COTITA Comité d'animation entretien exploitation sécurité Date : 29 janvier 2009 Rédacteur(s) : Jean-Paul Salandre Gilles Gauthier version du 4 mars modifié JP Salandre Sommaire Réunion du 29

Plus en détail

Atelier 4. Colloque CNFPT «2 e Rencontres territoriales de la culture» 26 et 27 juin 2008 à Strasbourg SYNTHESE

Atelier 4. Colloque CNFPT «2 e Rencontres territoriales de la culture» 26 et 27 juin 2008 à Strasbourg SYNTHESE Colloque CNFPT «2 e Rencontres territoriales de la culture» 26 et 27 juin 2008 à Strasbourg Atelier 4 METROPOLES FRANÇAISES ET EUROPEENNES : LA CULTURE COMME FACTEUR DE CONSTRUCTION DE L IDENTITE D UN

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Forum «art, culture et création» Genève, 2008. Atelier Statut social des artistes et acteurs culturels * * *

Forum «art, culture et création» Genève, 2008. Atelier Statut social des artistes et acteurs culturels * * * 1 Forum «art, culture et création» Genève, 2008 Atelier Statut social des artistes et acteurs culturels * * * Pour une amélioration de la prévoyance professionnelle des artistes et acteurs culturels Un

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Site Internet des Archives départementales de Dordogne

Site Internet des Archives départementales de Dordogne Site Internet des Archives départementales de Dordogne : page 2 Portail du patrimoine oral : page 3 Site Internet de Mimos : page 4 Site Internet de L'Odyssée - Scène conventionnée de Périgueux : page

Plus en détail

Histoire du réseau information jeunesse racontée par Françoise Tétard : 1961, une année clé

Histoire du réseau information jeunesse racontée par Françoise Tétard : 1961, une année clé Histoire du réseau information jeunesse racontée par Françoise Tétard : 1961, une année clé Compte rendu d une Intervention de Françoise Tétard (historienne) lors de la rencontre régionale du réseau information

Plus en détail

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL Les Parcs naturels régionaux, institués il y a maintenant 40 ans, ont pour objectif de protéger le patrimoine naturel et culturel remarquable d'espaces ruraux de qualité

Plus en détail

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Dossier de presse Contact Chaire : Joël Gayet Mobile : 00 33 6 09 51 15 70 Jgayet.chaire anmt@sciencespo aix.fr Contact Sciences Po Aix : Noëlline Souris

Plus en détail

PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON

PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON Juin 2011 Préambule : «L éducation populaire c est l association inédite, originale et formidablement féconde de trois projets ; Un projet éducatif, qui est celui

Plus en détail

Réglementation installation classée feux d'artifices - stockage ---- Réunion du 21 juin 2013. DREAL Poitou-Charentes

Réglementation installation classée feux d'artifices - stockage ---- Réunion du 21 juin 2013. DREAL Poitou-Charentes Réglementation installation classée feux d'artifices - stockage ---- Réunion du 21 juin 2013 DREAL Poitou-Charentes 1. Réglementation ICPE stockage d'explosifs Artifices de divertissement : explosifs Rubrique

Plus en détail

Aujourd hui, l association ARTIS continue de se développer en suivant les deux objectifs qu elle s était fixée depuis l origine :

Aujourd hui, l association ARTIS continue de se développer en suivant les deux objectifs qu elle s était fixée depuis l origine : L association ARTIS- MBC (Musique, Bazar et Compagnie), loi 1901, a été fondée à Lyon le 19 décembre 1991. Elle a rencontré, en 1994, la compagnie Azanie et leur travail en commun a permis d ouvrir un

Plus en détail

Maison, Jardin, Lotissement :

Maison, Jardin, Lotissement : Université d Angers Ecole Supérieure des Beaux-Arts d Angers Maison, Jardin, Lotissement : Logiques d acteurs et processus de projet Séminaire 1 Organisé dans le cadre de la réponse à la consultation «ART,

Plus en détail

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi?

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? Vendredi 23 septembre 2011 à Bordeaux Dossier de presse de la Fédération Nationale des CREPI Contact presse : Guillaume BENOIT 06 19 47 37

Plus en détail

Soutenez notre Festival, Communiquez de façon originale! Mairie de Lanton Pôle Animation

Soutenez notre Festival, Communiquez de façon originale! Mairie de Lanton Pôle Animation Soutenez notre Festival, Communiquez de façon originale! Mairie de Lanton Pôle Animation www.les-toiles-de-mer.fr Le mot du Maire Ancré chaque année début du mois d avril à Lanton, selon une tradition

Plus en détail

Code de l'action sociale et des familles

Code de l'action sociale et des familles Code de l'action sociale et des familles Partie réglementaire, livre II, titre II, chapitre VII : mineurs accueillis hors du domicile parental codifié par le décret n 2004-1136 du 21 octobre 2004 Section

Plus en détail

STAGES 2008. Modalités d inscription. organisés par l ODIA Normandie et le réseau de responsables techniques

STAGES 2008. Modalités d inscription. organisés par l ODIA Normandie et le réseau de responsables techniques Modalités d inscription Pour toute inscription, prendre contact avec Nicolas BRIA à l ODIA Normandie soit par téléphone au 02 35 07 98 71 soit par mail nbria@odianormandie.com STAGES 2008 organisés par

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

SPECTACLES PETITE ENFANCE :

SPECTACLES PETITE ENFANCE : SPECTACLES PETITE ENFANCE : PHENOMENE DE MODE OU PROJET DE SOCIETE? Mémoire présenté pour l obtention du : DESS Management du Spectacle Vivant Promotion 2003-2004 Directeur de mémoire : René LAFITE Dominique

Plus en détail

Les Phases du Projet Immobilier

Les Phases du Projet Immobilier 1 1 Etre Maître d Ouvrage 2 Du Cahier des Charges vers la Programmation 3 Choisir un Maître d Œuvre 4 Elaborer un Projet Architectural 5 La Construction 6 Réceptionner l Ouvrage 7 La mise en exploitation

Plus en détail

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Michèle Gellereau GERiiCO-Lille3 Séminaire Communication et développement (GPB) 1er avril 2009 Introduction Liens communication/culture/développement

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

Handicap et Loi sur l accessibilité

Handicap et Loi sur l accessibilité Les nouvelles règles de l accessibilite en application de la loi du 11 fevrier 2005 La loi n 2005-102 du 11 fevrier 2005 Cette loi - pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

... LOCATION D ESPACES AU THÉÂTRE DE LA CITÉ INTERNATIONALE ...

... LOCATION D ESPACES AU THÉÂTRE DE LA CITÉ INTERNATIONALE ... ... LOCATION D ESPACES AU THÉÂTRE DE LA CITÉ INTERNATIONALE... Julien Princiaux + 33 6 16 69 27 73 julien.princiaux@theatredelacite.com www.theatredelacite.com soirée promotionnelle, défilé de mode, showcase,

Plus en détail

La formation professionnelle dans le secteur culturel en région Centre

La formation professionnelle dans le secteur culturel en région Centre o b s e r v a t o i r e r é g i o n a l d e l a c u l t u r e n 1 / mars 28 MÉTIERS EMPLOI FORMATION La formation professionnelle dans le secteur culturel en région Centre n SOMMAIRE 1. Les formations

Plus en détail

Inspection Académique des Pyrénées-Atlantiques Mission pour l'éducation artistique et l'action culturelle Bilan des projets culturels 2007-2008

Inspection Académique des Pyrénées-Atlantiques Mission pour l'éducation artistique et l'action culturelle Bilan des projets culturels 2007-2008 Inspection Académique des Pyrénées-Atlantiques Mission pour l'éducation artistique et l'action culturelle Bilan des projets culturels 2007-2008 Titre du projet : Nom de l'école : Classe concernée : Nom

Plus en détail

Option Arts du Cirque Bac L. Lycée Le Garros Auch

Option Arts du Cirque Bac L. Lycée Le Garros Auch Option Arts du Cirque Bac L Lycée Le Garros Auch «Le cirque n est pas un spectacle, c est une expérience de vie, c est une façon de voyager dans notre propre vie.» Federico Fellini 2011, Lycée Le Garros

Plus en détail

Atelier SOLIMA : Les pratiques amateurs : enseignement et répétition. Compte-rendu de l atelier du 27 février 2014 14h00 17h00 Le Jam

Atelier SOLIMA : Les pratiques amateurs : enseignement et répétition. Compte-rendu de l atelier du 27 février 2014 14h00 17h00 Le Jam Atelier SOLIMA : Les pratiques amateurs : enseignement et répétition Compte-rendu de l atelier du 27 février 2014 14h00 17h00 Le Jam Animateur : Jean-Pierre Boistel, directeur pédagogique, Le Jam Intervenants

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Etudes théâtrales de l Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

DIDIER SALZGEBER INGENIERIE DE PROJETS ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT SPECIALISATION SUR LA CONCEPTION, LA COORDINATION ET

DIDIER SALZGEBER INGENIERIE DE PROJETS ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT SPECIALISATION SUR LA CONCEPTION, LA COORDINATION ET DIDIER SALZGEBER Adresse : 1 rue du faubourg Saint Phlin 54510 ART SUR MEURTHE Tél. : (0033) 03.83.41.42.57 Tél. portable : (0033) 06.80.22.74.27 E-mail : dsalzgeber@orange.fr Nationalité Française Marié

Plus en détail

Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation

Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation La Charte de l'enseignement artistique spécialisé en danse, musique et théâtre de 2001 prévoyait que le directeur "conçoit, organise

Plus en détail

Fiche métiers. Constructeur de décors

Fiche métiers. Constructeur de décors Fiche métiers Constructeur de décors Si vous consultez ce document sur support papier, certains liens n'apparaîtront pas. Pour accéder aux sites resources, nous vous conseillons d'utiliser la version interactive

Plus en détail

La Ministre de la Culture et de la Communication Le Secrétaire d Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle Le Ministre Délégué à la Ville

La Ministre de la Culture et de la Communication Le Secrétaire d Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle Le Ministre Délégué à la Ville La Ministre de la Culture et de la Communication Le Secrétaire d Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle Le Ministre Délégué à la Ville 19 Juin 2000 à Madame et Messieurs les Préfets de

Plus en détail

PJ : canevas d'une lettre de mission-type

PJ : canevas d'une lettre de mission-type Paris, le Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les directeurs et délégués d'administration centrale Mesdames et Messieurs les directeurs régionaux des affaires culturelles S/c de Mesdames et Messieurs

Plus en détail

le rapport d activité approuvé

le rapport d activité approuvé 2010 le rapport d activité approuvé les constructions Sud Side, transforme les imaginaires créatifs en réalité d exception Décor pour l opéra de Marseille Les Philébulistes... Mon ailleurs c est là mât

Plus en détail

SOMMAIRE EDITO LE CIRQUE, MARSEILLE, LA BIENNALE INTERNATIONALE CONTACTS ACTEUR DU «VIVRE ENSEMBLE» VILLE ENGAGEE EN FAVEUR DES ARTS DU CIRQUE

SOMMAIRE EDITO LE CIRQUE, MARSEILLE, LA BIENNALE INTERNATIONALE CONTACTS ACTEUR DU «VIVRE ENSEMBLE» VILLE ENGAGEE EN FAVEUR DES ARTS DU CIRQUE FICHE PRESSE SOMMAIRE EDITO LE CIRQUE, ACTEUR DU «VIVRE ENSEMBLE» MARSEILLE, VILLE ENGAGEE EN FAVEUR DES ARTS DU CIRQUE LA BIENNALE INTERNATIONALE DES ARTS DU CIRQUE CONTACTS EDITO DU MAIRE Deux ans exactement

Plus en détail

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 2015 Répertoire culturel Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 La culture, un art de vivre à Eastman Nul doute que la notoriété d Eastman comme village de culture n

Plus en détail

LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE

LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE REGLEMENT SECURITE INCENDIE ERP LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE REG 04-1 LES ERP 1/ Définition de l'e.r.p. Constituent des E.R.P. tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont

Plus en détail

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine Page 12 La décentralisation dans le domaine du patrimoine 1 / Les objectifs poursuivis et les principes qui fondent les propositions de décentralisation 2 / Une nouvelle répartition des rôles entre les

Plus en détail

Commande artistique avec médiation - Surfrider Art Campus Climat Océan Société

Commande artistique avec médiation - Surfrider Art Campus Climat Océan Société Commande artistique avec médiation - Surfrider Art Campus Climat Océan Société Pour sa première année, le fond Surfrider Art Campus propose un appel à projet pour la réalisation d'une création artistique

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

2 événements qui ont guidé sa réflexion et qui sont au coeur de la vie culturelle :

2 événements qui ont guidé sa réflexion et qui sont au coeur de la vie culturelle : Conférence consultative régionale de la culture Vendredi 17 décembre 2010 ECONOMIE CULTURELLE ET EMPLOI Jean Louis Sagot Duvauroux : activité de réflexion et activité artistique (Bamako, Mali). Sollicité

Plus en détail

Guide des formations & lieux d enseignement en Rhône-Alpes ADMINISTRATION ET GESTION CULTURELLE

Guide des formations & lieux d enseignement en Rhône-Alpes ADMINISTRATION ET GESTION CULTURELLE Guide des formations & lieux d enseignement en Rhône-Alpes ADMINISTRATION ET GESTION CULTURELLE «Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l auteur ou de

Plus en détail

PROJET PÉDAGOGIQUE DE L ASSOCIATION PAR HAZ ART

PROJET PÉDAGOGIQUE DE L ASSOCIATION PAR HAZ ART PROJET PÉDAGOGIQUE DE L ASSOCIATION PAR HAZ ART Par Haz Art est une association loi 1901 à but non-lucrative, créée le 5.Mai 2000. Son objet social est de développer et de promouvoir les arts populaires

Plus en détail

Une fantaisie comique pour femme seule en scène de et avec Maria Lerate Miss Bazooka Cherche l Amour cherche Processus Artistique

Une fantaisie comique pour femme seule en scène de et avec Maria Lerate Miss Bazooka Cherche l Amour cherche Processus Artistique Une fantaisie comique pour femme seule en scène de et avec Maria Lerate Miss Bazooka Cherche l Amour cherche Processus Artistique Naissance du personnage Miss Bazooka a fait ses premiers pas à l'école

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT EMERGENCE(S) 2012 Festival de la jeune création artistique locale - Théâtre - - Musique - - Danse - - Jeune public - - Rue - - Photographie - - Arts plastiques - PRESENTATION DE

Plus en détail

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP)

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Pour éviter qu un incident ne se transforme en tragédie, les commissions pour la sécurité contre les risques d incendie et de

Plus en détail

note de présentation du projet mémoire architectural

note de présentation du projet mémoire architectural Paris, le 12 avril 2007 note de présentation du projet mémoire architectural Un clin d'oeil aux vacances à Boutigny-Prouais! un centre de loisis de Boutigny, un lieu d éveil et de vacances... Passés les

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

MEET PRO BRETAGNE JEUDI 14 NOVEMBRE 2013

MEET PRO BRETAGNE JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 MEET PRO BRETAGNE JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 Sécurité et Réglementation Préventionet Réglementation INTERVENANTS Yann ESTEVE Gérant de CAP EVENEMENTIEL Débats animés par l agence Phares & Balises Préventionet

Plus en détail

LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF

LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui

Plus en détail

Phase 1 : Préambule (le groupe se crée et se pose les bonnes questions)

Phase 1 : Préambule (le groupe se crée et se pose les bonnes questions) «ORGANISATION DU MONDE DE LA MUSIQUE» (itinéraire d un groupe de musiques actuelles depuis sa création jusqu à l accession à un premier niveau de notoriété). Phase 1 : Préambule (le groupe se crée et se

Plus en détail

Novembre 2009 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU

Novembre 2009 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU R E F E R E N T I E L M E T I E R R E G I S S E U R S C E N E / P L A T E A U Novembre 2009 SOMMAIRE 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU 2. LES ACTIVITES DU REGISSEUR SCENE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES NOTE

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES NOTE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES DIRECTION GENERALE DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DU DEVELOPPEMENT Paris, le 14 août 2007 Sous-direction de la coordination géographique Sous-direction

Plus en détail

Aide à la production 2014

Aide à la production 2014 DOSSIER SERVANT A L INSTRUCTION D UNE DEMANDE DE SUBVENTION DANS LE CADRE DE LA COMMISSION THEATRE 2014 PRÉFET DE LA RÉGION HAUTE-NORMANDIE AIDE A LA PRODUCTION DRAMATIQUE Direction régionale des Affaires

Plus en détail

Les gares comme lieux et mondes Ancrages et circulations

Les gares comme lieux et mondes Ancrages et circulations SEMINAIRE DOCTORAL LES GARES AU MIROIR DE L'URBAIN Séminaire exceptionnel 9-10 septembre 2013 Barcelone Les gares comme lieux et mondes Ancrages et circulations Comme les autres séances, le séminaire doctoral

Plus en détail

Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014

Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014 Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014 1 Organisation Générale Sommaire 2 Activités du service Tranquillité Publique ( Vie nocturne ) 3 Le contrat Local de Sécurité 4 La Charte de

Plus en détail

Dans tous les sens. la formation

Dans tous les sens. la formation Dans tous les sens Association à but non-lucratif (loi 1901) Siret n : 484 240 338 00026 Agrément de la FFEC : n 09276 «Pratique amateur» Agrément jeunesse et éducation populaire : n 09-044-05 Etablissement

Plus en détail

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L AGGLOMÉRATION BOULONNAISE COMMISSION CULTURE PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION Constats et propositions du conseil de développement PRÉSIDENT Jean-Pierre SERGENT MEMBRES

Plus en détail

Soutenir et accompagner les créateurs émergents. Production et diffusion de projets en art contemporain et en architecture

Soutenir et accompagner les créateurs émergents. Production et diffusion de projets en art contemporain et en architecture Sweet Palace, Damien Berthier et Lionel Scoccimaro, mai 2009 Soutenir et accompagner les créateurs émergents Production et diffusion de projets en art contemporain et en architecture 35 bis rue de la Bibliothèque

Plus en détail

ASSOCIATION LILLOISE POUR LA CONCEPTION ET L ETUDE DE MODELES SPATIAUX REVUE DE PRESSE

ASSOCIATION LILLOISE POUR LA CONCEPTION ET L ETUDE DE MODELES SPATIAUX REVUE DE PRESSE ASSOCIATION LILLOISE POUR LA CONCEPTION ET L ETUDE DE MODELES SPATIAUX REVUE DE PRESSE 1989 à 2012 L'astromodélisme, fabriquer et créer des modèles spatiaux (modèles réduits de fusées) et les faire voler,

Plus en détail

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain Dossier de presse Construire la puissance publique de demain Jeudi 11 décembre 2014 0 Sommaire Avant-propos... 2 L État analyse ses missions : une démarche inédite... 3 Une réflexion globale et ouverte...

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire 10 jours de novembre 2014 à février 2015 En partenariat avec Lieux publics - Centre

Plus en détail

LA ViLLE S ENGAGE! L e 20 novembre 1989, l Organisation des. Nov. 2010 : Spécial Droits des Enfants : Dépassons le stade des bonnes intentions

LA ViLLE S ENGAGE! L e 20 novembre 1989, l Organisation des. Nov. 2010 : Spécial Droits des Enfants : Dépassons le stade des bonnes intentions Nov. 2010 : Spécial Droits des Enfants : LA ViLLE S ENGAGE! Dépassons le stade des bonnes intentions L e 20 novembre 1989, l Organisation des nations Unies (ONU) ratifiait la Convention Internationale

Plus en détail

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018)

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Les copropriétés dans leur diversité 1. un petit immeuble datant du moyen âge (15 ème siècle), en pans de bois,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU CENTRE POMPIDOU-METZ

CAHIER DES CHARGES POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU CENTRE POMPIDOU-METZ CAHIER DES CHARGES POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU CENTRE POMPIDOU-METZ 1- PRESENTATION DE L INSTITUTION Inauguré le 10 mai 2010, le Centre Pompidou-Metz, première décentralisation d un établissement

Plus en détail

La dissémination interne des innovations de terrain

La dissémination interne des innovations de terrain La dissémination interne des innovations de terrain Par Isabelle Jacob, 2002. Contrairement à ce que l'on croit au premier abord, l'un des aspects les plus difficiles dans le Management de l'innovation,

Plus en détail

PARCOURS : EXPERTISE ET MEDIATION CULTURELLE

PARCOURS : EXPERTISE ET MEDIATION CULTURELLE DOMAINE ARTS, LETTRES ET LANGUES MASTER MENTION ARTS ET CULTURE PARCOURS : EXPERTISE ET MEDIATION CULTURELLE Année universitaire 2014/2015 Informations pratiques Site de l UFR : http://www.univ-metz.fr/ufr/ll/

Plus en détail