ACV DE LA RESTAURATION D'UN BATIMENT BAYONNAIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACV DE LA RESTAURATION D'UN BATIMENT BAYONNAIS"

Transcription

1 ACV DE LA RESTAURATION D'UN BATIMENT BAYONNAIS CONCLUSIONS Les apports de la restauration du bâtiment en termes de bénéfices environnementaux sont inégaux suivant les impacts considérés. La restauration du bâtiment apporte un bénéfice important sur les impacts changement climatique (entre +180 et +330%) et épuisement des ressources énergétiques (entre +15 et +150%), mais pas forcément pour l acidification atmosphérique (entre -117% et + 12%) et pas du tout pour l eutrophisation de l eau (jusqu à 123 % d impacts en plus). Ainsi, les impacts de la restauration ne sont pas, sur tous les indicateurs, contrebalancés par les gains thermiques lors de la phase d utilisation. A noter toutefois que la restauration permet d apporter une amélioration du confort de vie aux habitants qui n est pas une notion comptabilisée en ACV. Cet apport relatif s explique par la répartition des différentes étapes du cycle de vie selon les impacts (analyse suivant le scénario 2b). La phase de restauration a un impact assez variable selon les indicateurs suivis. C est l étape d approvisionnement des matériaux qui prédomine sur cette phase. Pour l épuisement des ressources énergétiques, l impact dépasse les 10%, alors qu il est de près de 30% pour l eutrophisation de l eau et de plus de 40% pour l acidification de l air. Cet impact est essentiellement dû au transport des matériaux de leur site de fabrication jusqu au chantier (entre 70 et 80 % des impacts de l étape approvisionnement matériaux). Son impact sur le changement climatique est très faible, ce qui s explique par la prise en compte de captage du CO 2 des produits à base de bois durant leur croissance. Cette conclusion valorise les bénéfices apportés par le choix d une utilisation importante de produits à croissance photosynthétique pour la limitation des émissions de gaz à effet de serre. A l inverse, l étape du chantier, comprenant les consommations électriques du chantier ainsi que le transport des ouvriers, est toujours marginale, son impact ne dépassant jamais 5 %, quels que soient les scénarios. A noter cependant que la modélisation de cette étape a été assez sommaire. La phase d utilisation du bâtiment est divisée en 2 usages : o o L usage de chauffage et d ECS est très largement majoritaire sur le changement climatique (environ 90%), l épuisement des ressources énergétiques (près de 50%) et l acidification atmosphérique (environ 40%), alors qu il n impacte qu à hauteur de 17% pour l eutrophisation. Les consommations énergétiques ont en effet de fort impact sur la pollution de l air (changement climatique et acidification de l air) et l épuisement de ressources alors qu elles n ont que peu de conséquences sur la pollution de l eau. L impact limité sur l acidification atmosphérique s explique par l utilisation de gaz naturel, peu émetteur de NO X. L usage de l électricité spécifique est négligeable sur les indicateurs changement climatique et eutrophisation de l eau (moins de 6%) et peu impactant sur l acidification atmosphérique (17% des impacts), alors qu elle représente à 35% de l impact total sur l épuisement des ressources, ceci s expliquant par les rendements des installations de production d électricité. La phase de fin de vie est marginale sur tous les indicateurs (moins de 2%) sauf sur l eutrophisation de l eau où elle est majoritaire (environ 50%). Ceci s explique par les rejets importants d effluents toxiques dans l eau, engendrés par la mise en décharge des produits à base de bois. Les impacts importants des étapes d approvisionnement matériaux et de fin de vie concernant l acidification atmosphérique et l eutrophisation de l eau expliquent l intérêt moindre de la restauration sur ces indicateurs. 1/5Erreur! Source du renvoi

2 Le positionnement des scénarios après restauration est variable selon les impacts considérés. Changement climatique (en kg éq. CO 2 ) Epuisement des ressources Energétiques (en MJ) Acidification de l'air (en kg éq. SO 2 ) Eutrophisation de l'eau (en kg éq PO 4 3- ) Déchets nucléaires (en g) Scénario 0 : avant restauration Scénario 1a : cas de base + PV Scénario 1b : cas de base Scénario 2a : Gaz plus + PV Scénario 2b : Gaz plus Scénario 3 : écogénérateur Scénario 4a : PAC gaz naturel Scénario 4b : PAC gaz naturel + CESC Scénario 5 : tout électrique En analysant les résultats scénario par scénario, on constate les points suivants : Le scénario 5, tout électrique, engendre un faible impact sur le changement climatique dû à l utilisation du mix électrique moyen saisonnalisé *. Par contre, il a un fort impact sur l acidification atmosphérique, l eutrophisation et la production de déchets nucléaires. La consommation d électricité a en effet un impact plus important que la consommation de gaz naturel sur ces trois indicateurs (impact engendré par la production d électricité à partir de charbon ou de fioul). Concernant l épuisement des ressources énergétiques, il se situe légèrement favorablement par rapport au scénario 0, sans restauration, mais moins performant que les autres scénarios de restauration. Les scénarios 1a et 1b obtiennent des résultats intéressants en terme de changement climatique, mais sont moins performants en terme d épuisement des ressources énergétiques. Le gain apporté par l utilisation de panneau photovoltaïque (PV), dans le scénario 1a, est assez faible (entre -1 et -5% suivant les impacts), et devient même négatif sur l eutrophisation de l eau (+0,5%). Le scénario 3 obtient les plus faibles impacts sur l épuisement des ressources énergétiques, l acidification atmosphérique et la production de déchets nucléaires. Ces résultats prouvent le gain apporté par la production d électricité à partir de l écogénérateur, qui permet d éviter l utilisation d électricité provenant du réseau électrique. En terme de changement climatique, il obtient de moins bonnes performances, le gaz naturel émettant plus de CO 2 que le mix électrique moyen. Les scénarios 2 et 4 obtiennent de bons compromis sur tous les indicateurs, en ayant toujours des impacts parmi les plus faibles. Le gain apporté par l utilisation de systèmes PV et du CESI 1 est surtout visible sur l épuisement des ressources énergétiques. 1 CESI : chauffe-eau solaire collectif 2/5Erreur! Source du renvoi

3 Les critères environnementaux ne permettent pas de mettre en avant une solution de façon tranchée, les scénarios 2, 3 et 4 obtenant, dans leur globalité, des résultats similaires et ne se positionnant pas de la même façon suivant les impacts considérés. La modélisation de l électricité par un mix marginal* modifie complètement le positionnement des scénarios les uns par rapport aux autres Changement climatique (en kg éq. CO 2 ) Epuisement des ressources énergétiques (en MJ) Acidification de l'air (en kg éq. SO 2 ) Eutrophisation de l'eau Déchets 3- (en kg éq PO 4 nucléaires ) (en g) Scénario 0 : avant restauration Scénario 1a : cas de base + PV Scénario 1b : cas de base Scénario 2a : Gaz plus + PV Scénario 2b : Gaz plus Scénario 3 : écogénérateur Scénario 4a : PAC gaz 100 naturel Scénario 4b : PAC gaz 100 naturel + CESC Scénario 5 : tout électrique La modélisation des consommations électrique par le mix marginal influence essentiellement les scénarios comprenant de l électricité dans leur système de chauffage ou/et d ECS, à savoir les scénarios 1 et 5. C est en termes d impacts sur le changement climatique et sur l acidification atmosphérique que les résultats sont les plus significatifs. En effet, ces impacts se voient augmentés de façon très importante (allant de +50% à +150%). Ceci s explique par une plus forte part d électricité produite à partir d énergie d origine fossile dans le mix marginal (essentiellement charbon et fioul), augmentant les émissions de CO 2, de NO X et de SO X. Ainsi, ces scénarios, qui obtenaient de bonnes performances concernant le changement climatique en considérant le mix moyen, obtiennent ici de moins bonnes performances, leur faisant perdre leur avantage par rapport aux scénarios au gaz naturel. Concernant l acidification atmosphérique et l eutrophisation, le scénario 5 augmente son impact et donc amplifie son écart avec les autres scénarios. Les scénarios 1a et 1b, engendrent davantage d impacts que les autres scénarios, alors qu ils engendraient des résultats du même ordre de grandeur lorsque l on considérait un mix moyen La prise en compte de ce mix marginal, à priori plus pertinent pour modéliser les consommations liées au chauffage et à l ECS dans la situation du bâtiment de Bayonne, modifie donc le classement des scénarios utilisant de l électricité pour le chauffage et l ECS, par rapport aux scénarios uniquement au gaz naturel. Les paramètres variables n ont que très peu d impacts sur l ensemble du cycle de vie, mais constituent des leviers sur lesquels les commanditaires peuvent agir. 3/5Erreur! Source du renvoi

4 Les études de sensibilité réalisées sur les principaux paramètres variables du projet (choix de l isolant, distance de transport et modélisation de la fin de vie) ont mis en avant qu ils avaient un faible impact sur l ensemble du cycle de vie du bâtiment, sur lequel les consommations énergétiques de la phase de vie en œuvre sont largement majoritaires (sauf pour l eutrophisation de l eau). Par contre, étant donné les évolutions actuelles ayant lieu dans le secteur de la construction (label BBC, maison à énergie positive..), on peut présager que cette étape aura dans le futur de moins en moins de poids sur l ensemble du cycle de vie du bâtiment. Ainsi, la part des autres étapes va augmenter et ces paramètres, aujourd hui peu influant, vont prendre de l importance. De plus, ces éléments peuvent être facilement contrôlés par le commanditaire en intégrant des spécificités dès la phase de conception (choix des fournisseurs dans un rayon de XX km, choix de produits naturels ), ainsi ils peuvent constituer des leviers d action intéressant pour améliorer les performances environnementales du bâtiment. Cette étude comprend de nombreuses incertitudes qui devront être mieux contrôlées dans les prochaines études réalisées. Ces conclusions reposent sur un certain nombre d hypothèses associés à des incertitudes. Il est important d avoir conscience des limites de cette étude. En effet, elle repose majoritairement sur des données génériques adaptées selon les données collectées, mais qui ne sont pas toujours strictement conforme à la réalité. De plus cette étude se situant en phase de conception du projet, elle reste théorique et sera probablement différente du projet finalisé. Ceci s applique particulièrement aux consommations énergétiques, calculées à partir d un logiciel de calcul réglementaire et dont les résultats restent théoriques. Afin d améliorer le niveau de précision des études d ACV de bâtiment, il est nécessaire de poursuivre le travail sur la modélisation des systèmes énergétiques, pour pouvoir les adapter plus précisément aux différentes solutions de mise en œuvre, mais aussi de comparer différents logiciels de calculs thermiques, pour constater s il existe des variations importantes. Par ailleurs, un approfondissement de l expertise sur les autres étapes permettra également de gagner en précision et d améliorer le niveau d expertise global des praticiens ACV. Ainsi, il serait intéressant travailler sur les différents types de matériaux utilisés dans un bâtiment, par exemple en collectant des données de fabricants sur les éléments les plus impactants. De même, une attention particulière devra être apportée à l étape de fin de vie dont les paramètres de modélisation sont aujourd hui mal contrôlés, alors qu ils peuvent avoir des conséquences importantes sur les résultats. La multiplication des études environnementales dans le domaine du bâtiment permettra de capitaliser des informations et d affiner l esprit critique par rapport aux données transmises par les différents interlocuteurs. *Méthode du mix saisonnier ou du mix marginal? Le tableau ci-dessous donne les différents contenus en CO 2 du kwh électrique selon les deux mix étudiés, ces valeurs ayant été réactualisées en 2008 par l ADEME [2]. Chauffage Eclairage Usage de base Mix moyen par usage Mix marginale par usage Tableau 1 : Contenu CO 2 par usage en g CO 2 /kwh selon les deux mix électriques 4/5Erreur! Source du renvoi

5 BIBLIOGRAPHIE [1] Note détaillée de l ADEME et de RTE «Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la bas de l historique» du 08/10/2007 [2] «Regard sur le Grenelle», ADEME, septembre 2008 [3] Base de donnée ECOINVENT Version 1.2 [4] Base de données INIES : Développée en partenariat avec l ADEME et le CSTB, INIES répertorie les FDES (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire) de produits de construction fournies par les fabricants ou syndicats professionnels. Ces fiches, soumises à la norme AFNOR P01-010, seront des sources d informations précieuses pour l ACV du bâtiment. [5] Rapport DD du Groupe GDF SUEZ, visible sur le site : [6] Heck T., Dones R., Bauer C., Life Cycle Assessment of New Natural Gas conversion System in France, novembre 2007 [7] Site Internet du fabricant de pompe à chaleur Robur : [8] Fiche commerciale du fabricant de tubes en cuivre Morel S.A.S : [9] Site Internet de la DGEMP : Bichler V. Projet EN4R - Analyse de cycle e vie du siège social d Emmaüs, M.DRX.ELS MPU, juillet 2007 Bichler V. Projet COUGAR - Analyse de cycle de vie de la production d électricité d origine photovoltaïque, M.DU.CHENE Vbi, Novembre 2008 Bichler V. Projet COUGAR - Analyse de cycle de vie de systèmes solaires thermiques individuels couplés à un appoint, M.DU.CHENE VBi Novembre 2008 Promelle J. Projet EN4R Pompes à chaleur à absorption : produits de petite puissance pour application en résidentiel, M.DU.GCC JPr-Sse, Octobre 2007 Promelle J. Projet EN4R Pompes à chaleur à moteur gaz : les produits disponibles et leur potentiel en résidentiel collectif et tertiaire,m.du.gcc jpr-sse, Novembre /5Erreur! Source du renvoi

Enjeux environnementaux des matériaux Quels impacts sur l environnement?

Enjeux environnementaux des matériaux Quels impacts sur l environnement? Journée : Patrimoine Bâti et développement durable - Matériaux et mise en œuvre pratique Association Nationale des Villes et Pays d art et d histoire et des villes à secteurs sauvegardés et protégés Enjeux

Plus en détail

Gaz naturel: un projet pour la collectivité. Réunion SIGERLy Le 10/02/2010

Gaz naturel: un projet pour la collectivité. Réunion SIGERLy Le 10/02/2010 Gaz naturel: un projet pour la collectivité Réunion SIGERLy Le 10/02/2010 Le marché et les systèmes de décision changent Un marché façonné par des choix politiques imposés Objectif «Facteur 4» : diviser

Plus en détail

Référentiel Energie-Carbone Zoom sur l Analyse du Cycle de Vie. Mercredi de l info du 14/12/2016

Référentiel Energie-Carbone Zoom sur l Analyse du Cycle de Vie. Mercredi de l info du 14/12/2016 Référentiel Energie-Carbone Zoom sur l Analyse du Cycle de Vie Mercredi de l info du 14/12/2016 Sommaire Principe & périmètre La contribution des Produits de construction et des équipements La contribution

Plus en détail

L avenir du chauffage électrique. Bordeaux septembre 2011

L avenir du chauffage électrique. Bordeaux septembre 2011 L avenir du chauffage électrique Bordeaux 27. 28. 29 septembre 2011 Le Grenelle Environnement Réduire les émissions de CO² Diminuer les consommations énergétiques des logements S appuyer sur un bouquet

Plus en détail

Un contexte général favorable au changement

Un contexte général favorable au changement Un contexte général favorable au changement De par sa situation au cœur de la mégalopole européenne, l Alsace est une région dynamique sur le plan économique. L activité de service y est très représentée,

Plus en détail

Conférence de la Chaire Écoconception: Lien entre recherche et opérationnels. Ecoconception des bâtiments et des quartiers

Conférence de la Chaire Écoconception: Lien entre recherche et opérationnels. Ecoconception des bâtiments et des quartiers Conférence de la Chaire Écoconception: Lien entre recherche et opérationnels Ecoconception des bâtiments et des quartiers Gregory Herfray Mines Paristech CEP 1 Bases de données Actuellement : Utilisation

Plus en détail

Entrepôt DECATHLON Lompret (59)

Entrepôt DECATHLON Lompret (59) Date de MAJ : 17 septembre 2014 Entrepôt DECATHLON Lompret (59) Etude des impacts environnementaux Objectif La construction d'un entrepôt pour DECATHLON à LOMPRET (59) a donné lieu à une étude de ses impacts

Plus en détail

Évaluation performancielle multicritère et cycle de vie

Évaluation performancielle multicritère et cycle de vie «EVALUATION DE LA PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE DES BATIMENTS ET ECOCONDITIONNALITÉS : RENDU DES ÉTUDES RÉGIONALES» Évaluation performancielle multicritère et cycle de vie Lundi 3 juin Châlons en Champagne

Plus en détail

Les Fiches de données environnementales et sanitaires L outil ELODIE

Les Fiches de données environnementales et sanitaires L outil ELODIE Les Fiches de données environnementales et sanitaires L outil ELODIE 27 septembre 2011 Qu est ce que le Cycle de Vie? Focus méthodologique Notion de cycle de vie PAGE 2 Source http://www.toutsurlisolation.com

Plus en détail

Bâtiment, mieux concevoir pour éviter les déchets!

Bâtiment, mieux concevoir pour éviter les déchets! Conférence Bâtiment, mieux concevoir pour éviter les déchets! Mercredi 9 décembre 2015 Centre Condorcet à Pessac (33) 1 L ACV pour l analyse des bénéfices environnementaux Bruno PEUPORTIER, ARMINES 2 SOMMAIRE

Plus en détail

Réponses proposées en vue du débat public du Rousset 19/06/2015

Réponses proposées en vue du débat public du Rousset 19/06/2015 Réponses proposées en vue du débat public du Rousset COTTAGES 1. A quelle réglementation thermique les cottages sont-ils soumis à la construction? RT 2012? Oui RT 2012, comme toute les constructions en

Plus en détail

DECLARATION ENVIRONNEMENTALE PRODUIT Nom du produit

DECLARATION ENVIRONNEMENTALE PRODUIT Nom du produit ANNEXE F Modèle FDES DECLARATION ENVIRONNEMENTALE PRODUIT Nom du produit En conformité avec la norme NF EN 15804+A1 et son complément national NF EN 15804/CN Un visuel du produit 59 Avertissement Les informations

Plus en détail

Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE LA VALORISATION DE LA TECHNOLOGIE POMPE A CHALEUR GAZ NATUREL A ABSORPTION GEOTHERMIQUE

Plus en détail

LE CONTEXTE ENERGIE-CARBONE

LE CONTEXTE ENERGIE-CARBONE Vincent BRAIRE & François MONNET Nantes, le 16 novembre 2017 LE CONTEXTE ENERGIE-CARBONE Sommaire Présentations 1. Contexte général et rappels sur la RT 2012 2. Label E+C- - Volet énergie - Volet carbone

Plus en détail

Intégration des contraintes environnementales dans la conception des produits

Intégration des contraintes environnementales dans la conception des produits Rencontre avec les Professeurs de S.I. de l académie Lycée Vauban - BREST 26 mars 2010 Intégration des contraintes environnementales dans la conception des produits 1 Les enjeux au niveau mondial du point

Plus en détail

Performance environnementale globale du bâtiment

Performance environnementale globale du bâtiment Matinée de présentation de l expérimentation «E+ C-» Performance environnementale globale du bâtiment 7 juillet 2017 Energie primaire totale (kwhep/m²shon/an) Énergie primaire totale RT 2012 : un progrès

Plus en détail

PC16-1 FORMULAIRE ATTESTANT LA PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE

PC16-1 FORMULAIRE ATTESTANT LA PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE -------------------------------------------------------------------------- Type de document : PIECE ECRITE -------------------------------------------------------------------------- PC16-1 FORMULAIRE ATTESTANT

Plus en détail

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement... P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Plus en détail

L évaluation environnementale des bâtiments

L évaluation environnementale des bâtiments Présentation du 13 janvier 2011 L évaluation environnementale des bâtiments ADEME Bretagne - Pôle ENERGIE PLAN INTRODUCTION Les données environnementales disponibles dans le secteur du bâtiment Base de

Plus en détail

Réf. : Le 24 septembre 2014 Page 1/8

Réf. : Le 24 septembre 2014 Page 1/8 Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8 De : Vérificateur FDES Rapport de Vérification de la Déclaration Environnementale et Sanitaire de Produit selon la norme NF EN 15804+A1 et à la norme complémentaire

Plus en détail

L Audit Energétique COPROPRIETES ET ENERGIE Samedi 16 octobre 2010 Montpellier - Corum

L Audit Energétique COPROPRIETES ET ENERGIE Samedi 16 octobre 2010 Montpellier - Corum Bureau d Etudes ENR CONCEPT Votre partenaire dans la Maîtrise de l Energie et les Energies Renouvelables L Audit Energétique COPROPRIETES ET ENERGIE Samedi 16 octobre 2010 Montpellier - Corum ENR CONCEPT

Plus en détail

LEEOS Logiciel d Evaluation Environnementale des Ossatures en béton préfabriquées. Nicolas DECOUSSER Resp. Pôle Evaluations Environnementales

LEEOS Logiciel d Evaluation Environnementale des Ossatures en béton préfabriquées. Nicolas DECOUSSER Resp. Pôle Evaluations Environnementales LEEOS Logiciel d Evaluation Environnementale des Ossatures en béton préfabriquées Nicolas DECOUSSER Resp. Pôle Evaluations Environnementales LEEOS : Objectif Mettre à disposition de l Industrie du Béton

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCE : ANALYSE DE CYCLE DE VIE D UN PROJET PASSIF

RETOUR D EXPÉRIENCE : ANALYSE DE CYCLE DE VIE D UN PROJET PASSIF RETOUR D EXPÉRIENCE : ANALYSE DE CYCLE DE VIE D UN PROJET PASSIF TIMOTHÉE MARAIS GÉONOMIA Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable FORUM REGIONAL DES ACTEURS DU PASSIF Jeudi

Plus en détail

Observatoire régional r en Languedoc-Roussillon

Observatoire régional r en Languedoc-Roussillon Observatoire régional r de l Energie l en Languedoc-Roussillon Groupe de travail «énergies renouvelables» du Schéma régional du Climat, de l Air et de l Énergie Origine, missions et organisation de l Observatoire

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 EDF Direction Commerce Origine

Plus en détail

Qualité Environnementale des Bâtiments. ISO ISO et NF P

Qualité Environnementale des Bâtiments. ISO ISO et NF P Qualité Environnementale des Bâtiments ISO 14040 ISO 14044 et NF P 01-010 1 Sommaire du dossier d étude 1. Préambule 2. Contexte de l étude 3. Unité fonctionnelle 4. Plans 5. Cas étudiés 6. Frontières

Plus en détail

Energie grise et performances environnementales des bâtiments

Energie grise et performances environnementales des bâtiments 12 ème UCE -Ile des Embiez - 11 au 13 mai 2011 (20 ans : 1991-2011) Energie grise et performances environnementales des bâtiments CSTB/Environnement > Dr Julien HANS > Responsable de Division > + 33 4

Plus en détail

Étude de cas 22, rue Bourgneuf à Bayonne

Étude de cas 22, rue Bourgneuf à Bayonne Patrimoine bâti et développement durable Matériaux et mise en œuvre pratique Paris, le 22 septembre 2010 Enjeux environnementaux d une réhabilitation durable «du diagnostic aux préconisations de travaux»

Plus en détail

Bienvenue. «Régulation : Suivi de processus thermiques»

Bienvenue. «Régulation : Suivi de processus thermiques» Bienvenue «Régulation : Suivi de processus thermiques» Présentation de la société THERSA en quelques dates : - 2003 : Création de la société - 2016 : Obtention de l agréation en Classe 6 catégories D16-D17-D18

Plus en détail

Eco conception des quartiers : Analyse de Cycle de Vie. Gregory Herfray Bruno Peuportier Mines Paristech CEP

Eco conception des quartiers : Analyse de Cycle de Vie. Gregory Herfray Bruno Peuportier Mines Paristech CEP Eco conception des quartiers : Analyse de Cycle de Vie Gregory Herfray Bruno Peuportier Mines Paristech CEP 1 LE CEP (Centre Energétique et Procédés): Laboratoire crée en 1976, dans un contexte de crise

Plus en détail

Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES

Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte énergétique et environnemental Les politiques énergétiques Tous les dispositifs : réglementer sensibiliser inciter Première partie CONTEXTE

Plus en détail

Compétitivité de la chaleur solaire collective en France Résultats de l étude

Compétitivité de la chaleur solaire collective en France Résultats de l étude Compétitivité de la chaleur solaire collective en France Résultats de l étude En 2015, le solaire thermique collectif représente près de 50% de l ensemble des installations solaire thermique. A l instar

Plus en détail

Les atouts de la Pompe à Chaleur face aux enjeux CO 2. Gérard CHARNEY, Secrétaire de l AFPAC Eric BATAILLE, Secrétaire-Adjoint de l AFPAC

Les atouts de la Pompe à Chaleur face aux enjeux CO 2. Gérard CHARNEY, Secrétaire de l AFPAC Eric BATAILLE, Secrétaire-Adjoint de l AFPAC Les atouts de la Pompe à Chaleur face aux enjeux CO 2 Gérard CHARNEY, Secrétaire de l AFPAC Eric BATAILLE, Secrétaire-Adjoint de l AFPAC Un environnement qui se décline des COP et des directives européennes

Plus en détail

FDES des bétons biosourcés :cas d un béton de Lin

FDES des bétons biosourcés :cas d un béton de Lin Direction territoriale Ile-de-France FDES des bétons biosourcés :cas d un béton de Lin Laboratoire d Eco-Matériaux / Unité Matériaux Bâtiment FDES selon NF EN 15804+A1 Fiche de Déclaration Environnementale

Plus en détail

Titre. L analyse de cycle de vie, un outil pour réduire les. Atelier écoquartier. Benoît ROCHER DREAL Pays de la Loire. Nantes 5 octobre 2017

Titre. L analyse de cycle de vie, un outil pour réduire les. Atelier écoquartier. Benoît ROCHER DREAL Pays de la Loire. Nantes 5 octobre 2017 L analyse de cycle de vie, un outil pour réduire les Titre impacts environnementaux de la construction Atelier écoquartier Benoît ROCHER DREAL Pays de la Loire MINISTERE DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET

Plus en détail

( LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY

( LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY Performances environnementales à l issue de 3 ans de fonctionnement Lycée certifié «NF Bâtiments tertiaires Démarche HQE» à la construction Version simplifiée Consommations

Plus en détail

: outil d évaluation des impacts environnementaux à l échelle des quartiers. Séminaire HQE Performance Quartier 17 décembre 2018

: outil d évaluation des impacts environnementaux à l échelle des quartiers. Séminaire HQE Performance Quartier 17 décembre 2018 : outil d évaluation des impacts environnementaux à l échelle des quartiers Séminaire HQE Performance Quartier 17 décembre 2018 Sommaire Efficacity et l évaluation environnementale des projets urbains

Plus en détail

Un scénario multi-énergies en soutien de la réalisation de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC 2030/2050)

Un scénario multi-énergies en soutien de la réalisation de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC 2030/2050) Un scénario multi-énergies en soutien de la réalisation de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC 2030/2050) Contribution de l énergie Gaz Naturel et Renouvelable à la tenue du scénario SNBC pour le

Plus en détail

Les avancées sur la PAC absorption gaz naturel. Colloque ATEE IDF 14 juin 2012

Les avancées sur la PAC absorption gaz naturel. Colloque ATEE IDF 14 juin 2012 Les avancées sur la PAC absorption gaz naturel Colloque ATEE IDF 14 juin 2012 Le gaz naturel vecteur d innovation Économies d Énergie primaire par rapport à une chaudière Standard 50% 40% 30% Couplage

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes Fiche de Lecture

Projet de Fin d Etudes Fiche de Lecture Projet de Fin d Etudes Fiche de Lecture Génie Climatique et Energétique Analyse comparative de solutions climatiques retenues sur différents projets par rapport à des solutions «renouvelables» Par Tuteur

Plus en détail

Outil de bilan environnemental de nos chantiers. Avril

Outil de bilan environnemental de nos chantiers. Avril Outil de bilan environnemental de nos chantiers Avril 2007 1 15 mai 2009 2 Le logiciel Gaïa.be Le contexte normatif L Analyse de cycle de vie en détail Les impacts des F.D.E.S. Exemples Le logiciel Gaïa.be

Plus en détail

Construction neuve : où se cache le carbone?

Construction neuve : où se cache le carbone? Construction neuve : où se cache le carbone? RT 2012 : un progrès considérable Expérimentation HQE Performance 2012 74 67 22 17 24 4 Expérimentation HQE Performance Typologie MI médianes - DVP = 50 ans

Plus en détail

Concevoir avec l environnement

Concevoir avec l environnement Pré-diagnostic Concevoir avec l environnement Réduire les coûts liés aux matières, la logistique, l énergie, l eau, les déchets... Innover et créer un avantage concurrentiel en concevant de nouveaux produits

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE

LA TRANSITION ENERGETIQUE La Semaine de la transition - Lundi 24 septembre LA TRANSITION ENERGETIQUE Hôtel du Département Bilan prévisionnel 2017 L Ardèche en Transition - Semaine de la transition énergétique 24 Septembre 2018

Plus en détail

Appel à projets. Bâtiments Basse Energie 2016

Appel à projets. Bâtiments Basse Energie 2016 Appel à projets Bâtiments Basse Energie 2016 REGLEMENT 1. CONTEXTE : Cet appel à projets a pour objectif de favoriser l émergence de bâtiments intégrant une approche ambitieuse sur l efficacité énergétique,

Plus en détail

Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants

Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Cadre réglementaire et contenu du certificat Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable benoit.fourez@spw.wallonie.be 1 Sommaire

Plus en détail

Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents

Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents 1 Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents Emma Stéphan Le 6 octobre 2015 - Poitiers Contexte 2 3 Contexte Répartition des consommations

Plus en détail

Marché des micro et mini-cogénération Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de

Marché des micro et mini-cogénération Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de Produits @Regis_Contreau En route vers les bâtiments à énergie positive avec la RE 2020 GRDF, acteur de la transition énergétique, agit à

Plus en détail

A la recherche du meilleur scenario de rénovation:

A la recherche du meilleur scenario de rénovation: A la recherche du meilleur scenario de rénovation: Focus sur les bouquets de travaux les plus pertinents en logements collectifs et dans les bureaux climatisés www.energies-avenir.fr L association Énergies

Plus en détail

Etude des scénarios énergétiques

Etude des scénarios énergétiques Le Sommer Environnement 39 Boulevard Beaumarchais 75003 paris - - T +33 1 77 45 36 50 F +33 1 40 29 43 85 - - contact@lesommer.fr www.lesommer.fr Etude des scénarios énergétiques Version Date Modification

Plus en détail

Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents. Emma Stéphan Le 24 novembre - Toulouse

Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents. Emma Stéphan Le 24 novembre - Toulouse 1 Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents Emma Stéphan Le 24 novembre - Toulouse Contexte 2 R T 3 4 I 2 2 S Contexte Répartition des

Plus en détail

Présentation de l Etude

Présentation de l Etude Présentation de l Etude La rénovation énergétique des bâtiments de bureaux climatisés Performance et potentiel des systèmes à eau chaude CAPEB 21 Octobre 2013 L association Energies et Avenir et ses missions

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Les différents labels de performance énergétique

TELECHARGEMENT. Les différents labels de performance énergétique TELECHARGEMENT Les différents labels de performance énergétique SOMMAIRE PREAMBULE...3 HPE 2005...3 THPE 2005...3 HPE ENR 2005...3 THPE ENR 2005...4 BBC 2005...4 LESORGANISMES CERTIFICATEURS...6 DEPASSEMENT

Plus en détail

Lot 3.2 : Analyse de cycle de vie

Lot 3.2 : Analyse de cycle de vie Projet AMI Bâtiment Conception optimisée de maisons à énergie positive Lot 3.2 : Analyse de cycle de vie Livrable 3.2 : Résultats de l'analyse de cycle de vie de maisons à énergie positive Maison France

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (2 H) Ressources matérielles Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction de

Plus en détail

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE Dans les bâtiments performants, la quantité d énergie utilisée pour la production de l eau chaude représente une part importante des besoins d énergie et, si

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 31/10/2012 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

DIAGNOSTIC TERRITORIAL CLIMAT-AIR-ÉNERGIE

DIAGNOSTIC TERRITORIAL CLIMAT-AIR-ÉNERGIE LES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Les activités du territoire génèrent l émission annuelle de 448 ktéq CO 2 de gaz à effet de serre (GES), soit 4,57 téq CO 2 par habitant (moyenne France : 7,5 téqco

Plus en détail

Note de cadrage : Révision de la méthode de calcul des facteurs d émission et du facteur de conversion en énergie primaire de l électricité

Note de cadrage : Révision de la méthode de calcul des facteurs d émission et du facteur de conversion en énergie primaire de l électricité Note de cadrage : Révision de la méthode de calcul des facteurs d émission et du facteur de conversion en énergie primaire de l électricité Le projet de programmation pluriannuelle de l énergie (PPE) porte

Plus en détail

Le facteur 4 en France: yes we can!

Le facteur 4 en France: yes we can! Le facteur 4 en France: yes we can! Scénarios Negatep, Negawatt, MIES Pierre Bacher membre du conseil scientifique SLC auteur de «L énergie en 21 questions» (Odile Jacob) 13 mars 2009 SLC IdF - scénarios

Plus en détail

Analyse de Cycle de Vie

Analyse de Cycle de Vie Analyse de Cycle de Vie Myriam Humbert CETE Ouest Sabrina Lemaire CETE Ouest Développement de l éco-construction DGBC Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, et de l Energie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Flux et stocks de carbone dans les produits bois: Prise en compte dans les Déclarations Environnementales

Flux et stocks de carbone dans les produits bois: Prise en compte dans les Déclarations Environnementales Flux et stocks de carbone dans les produits bois: Prise en compte dans les Déclarations Environnementales Gérard Deroubaix - FCBA JEMAB 2017 Atelier 3 Labels et réglementation carbone Les déclarations

Plus en détail

Retour sur la capitalisation 2015

Retour sur la capitalisation 2015 Retour sur la capitalisation 2015 Cerema Ouest Club Bâtiment PEB Echantillon 60 bâtiments analysés dont 48 constructions neuves 12 rénovations 41 analyses par le Cerema 19 analyses par des BET Appels à

Plus en détail

Les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire des produits de construction. Journée d information STBA/LCPC du 11 mars 2008

Les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire des produits de construction. Journée d information STBA/LCPC du 11 mars 2008 Les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire des produits de construction Journée d information STBA/LCPC du 11 mars 2008 Vous connaissez la démarche HQE Démarche de management de projet visant

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 INFO TECHNIQUE Réglementation Thermique 2012 Les 10 points clés A B C D E F G Arrêté du 26 octobre 2010 Décret n 2010-1269 du 26 octobre 2010 1. Quel est l objectif de la réglementation? La réglementation

Plus en détail

Etiquetage énergétique des systèmes solaires. Séquence 3 : Application au solaire thermique

Etiquetage énergétique des systèmes solaires. Séquence 3 : Application au solaire thermique Etiquetage énergétique des systèmes solaires Séquence 3 : Application au solaire thermique 1 Présentation de la 3 ème séquence Temps 1 : Le solaire thermique et L étiquetage Quels intérêts pour le consommateur

Plus en détail

Un outil local de lutte contre le changement climatique RESULTATS DU BILAN CARBONE DE QUINT-FONSEGRIVES

Un outil local de lutte contre le changement climatique RESULTATS DU BILAN CARBONE DE QUINT-FONSEGRIVES Un outil local de lutte contre le changement climatique RESULTATS DU BILAN CARBONE DE QUINT-FONSEGRIVES Ordre du jour Rappel méthodologique : changement climatique et Bilan Carbone Présentation des résultats

Plus en détail

Profil Environnemental Produit

Profil Environnemental Produit Profil Environnemental Produit Champ d évaluation du cycle de vie Unité fonctionnelle Tous les calculs sont basés sur une année de la durée de vie du luminaire. Par rapport aux produits de la même catégorie,

Plus en détail

Profil Environnemental Produit

Profil Environnemental Produit Profil Environnemental Produit Champ d évaluation du cycle de vie Unité fonctionnelle Tous les calculs sont basés sur une année de la durée de vie du luminaire. Par rapport aux produits de la même catégorie,

Plus en détail

1 / ème forum plan air climat Observatoire. 6 juin 2013

1 / ème forum plan air climat Observatoire. 6 juin 2013 1 / 34 15 ème forum plan air climat Observatoire 6 juin 2013 2 / 22 2.Observatoire du plan air climat Suivi 2005-2011 des consommations d énergie, des EnR, des Gaz à Effet de Serre et polluants atmosphériques

Plus en détail

VADEMECUM du Simulateur ECOPACK

VADEMECUM du Simulateur ECOPACK VADEMECUM du Simulateur ECOPACK réalisé par A. Evrard, C. Hermand, A. De Herde UCL-Architecture et Climat 1. SIMULATEUR ECOPACK Le simulateur ECOPACK permet d évaluer sommairement l intérêt d effectuer

Plus en détail

Profil Environnemental Produit

Profil Environnemental Produit Profil Environnemental Produit Champ d évaluation du cycle de vie Unité fonctionnelle Tous les calculs sont basés sur une année de la durée de vie du luminaire. Par rapport aux produits de la même catégorie,

Plus en détail

cd2e Déclaration environnementale des produits de construction et de décoration Affichage environnemental dans le secteur du bâtiment

cd2e Déclaration environnementale des produits de construction et de décoration Affichage environnemental dans le secteur du bâtiment Déclaration environnementale des produits de construction et de décoration Affichage environnemental dans le secteur du bâtiment cd2e Pierre-Yves LE CORVAISIER Direction générale de l Aménagement, du Logement

Plus en détail

La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation

La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation Charles-Emile HUBERT GDF SUEZ - Direction de la Recherche et de l'innovation - CRIGEN Février

Plus en détail

Laboratoire semi-virtuel d évaluation des systèmes multi-énergie dans les BEPOS

Laboratoire semi-virtuel d évaluation des systèmes multi-énergie dans les BEPOS Laboratoire semi-virtuel d évaluation des systèmes multi-énergie dans les BEPOS Charly GAY Département Energie Environnement Division ENergies Renouvelables Réunion d avancement Sophia-Antipolis 12 septembre

Plus en détail

Bilan 2014 des émissions de gaz à effet de serre du site de Sedan

Bilan 2014 des émissions de gaz à effet de serre du site de Sedan Bilan 2014 des émissions de gaz à effet de serre du site de Sedan Conformément au décret du 11 juillet 2011 pris en application de l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010, dite loi Grenelle

Plus en détail

Profil énergie et gaz à effet de serre Communauté de Communes Aunis Sud

Profil énergie et gaz à effet de serre Communauté de Communes Aunis Sud Profil énergie et gaz à effet de serre Communauté de Communes Aunis Sud Amandine Loëb, loeb.a@arec-na.com Hervé Philippot, philippot.h@arec-na.com 27 juin 2017 Agence Régionale d Evaluation environnement

Plus en détail

L'électricité : une énergie qui pèse lourd sur la performance énergétique du logement kwh kwh

L'électricité : une énergie qui pèse lourd sur la performance énergétique du logement kwh kwh Méthode de calcul de la performance énergétique Conditions standardisées - La performance énergétique du logement est évaluée à partir de la consommation totale en énergie primaire. Elle est établie pour

Plus en détail

Les enjeux du bâtiment

Les enjeux du bâtiment Les enjeux du bâtiment Aix en Provence Assises de la construction Paille - PACA 19 octobre 2007 Les nouveaux enjeux du bâtiment sont environnementaux rca n n e Changement climatique Risque sur la santé

Plus en détail

BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE

BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE 1 Sommaire 2 Présentation de l opération Le chantier et l instrumentation Résultats Consommations brutes et recalculées Confort Conclusions L opération Bâtiment Multi-accueil de Redon (35) 3 Localisation

Plus en détail

Perspectives énergétiques du canton de Vaud à l horizon 2035

Perspectives énergétiques du canton de Vaud à l horizon 2035 Perspectives énergétiques du canton de Vaud à l horizon 235 Charles Weinmann Lausanne, le 23 février 21 Contexte : Perspectives énergétiques pour 235 en Suisse TWh 25 2 15 1 5 1 Contexte : les 4 scénarios

Plus en détail

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 La RT2012 impose le recoure aux EnR en maison individuelle, le solaire est un des moyens de répondre à cette exigence pour

Plus en détail

Calcul des émissions de CO 2 évitées au sein du groupe EDF

Calcul des émissions de CO 2 évitées au sein du groupe EDF Calcul des émissions de CO évitées 1/5 1 Présentation Aujourd hui l Empreinte Carbone de l entreprise (Bilan GES), et l Empreinte Carbone du kwh (Facteur d Emission) sont déterminées avec rigueur. Concernant

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ENAC. Bilan 2016

BILAN ENERGETIQUE DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ENAC. Bilan 2016 BILAN ENERGETIQUE DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ENAC Bilan 2016 Consommations énergétiques de l ENAC Sommaire 1. Rappel des objectifs de réduction des consommations énergétiques 2. Consommation globale

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 Votre Empreinte Carbone Energétique

Plus en détail

Mission complète pour la construction d un pavillon locatif passif à Grazay. Cahier des charges

Mission complète pour la construction d un pavillon locatif passif à Grazay. Cahier des charges Mission complète pour la construction d un pavillon locatif passif à Grazay Cahier des charges Approuvé le 20 mai 2011 Nom du maître d'ouvrage : Commune de Grazay Mairie, 4 Place St Denis 53 440 GRAZAY

Plus en détail

Programme OBEC. évaluations environnementales (ACV) des bâtiments en phase de conception et à la livraison/réception CAHIER DES CHARGES

Programme OBEC. évaluations environnementales (ACV) des bâtiments en phase de conception et à la livraison/réception CAHIER DES CHARGES Programme OBEC évaluations environnementales (ACV) des bâtiments en phase de conception et à la livraison/réception CAHIER DES CHARGES à destination des BE réalisant les évaluations environnementales pour

Plus en détail

Les équipements actuels : leurs performances, leurs limites, leurs évolutions à venir

Les équipements actuels : leurs performances, leurs limites, leurs évolutions à venir Les équipements actuels : leurs performances, leurs limites, leurs évolutions à venir Séminaire Prebat du 3 juin 2009 Quels systèmes de chauffage et de climatisation pour les bâtiments neufs et réhabilités

Plus en détail

L ANALYSE DU CYCLE DE VIE (ACV) POUR CONSTRUIRE UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DURABLE : APPLICATION DANS LE CONTEXTE DE PROJETS URBAINS

L ANALYSE DU CYCLE DE VIE (ACV) POUR CONSTRUIRE UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DURABLE : APPLICATION DANS LE CONTEXTE DE PROJETS URBAINS L ANALYSE DU CYCLE DE VIE (ACV) POUR CONSTRUIRE UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DURABLE : APPLICATION DANS LE CONTEXTE DE PROJETS URBAINS «CITY LCA : L ANALYSE DU CYCLE DE VIE APPLIQUÉE AUX PROJETS URBAINS

Plus en détail

Commune de Bernex. Plan directeur des énergies

Commune de Bernex. Plan directeur des énergies Commune de Bernex Plan directeur des énergies Volonté de la commune de s investir dans un programme précis de politique énergétique (label «Cité de l énergie»). Engagement d intégrer dans le plan directeur

Plus en détail

Simulation du cycle de vie à l'échelle micro-urbaine

Simulation du cycle de vie à l'échelle micro-urbaine 5 ème Conférence de la Chaire d Éco-conception Des ensembles bâtis et des infrastructures 8 novembre 2013 Simulation du cycle de vie à l'échelle micro-urbaine Bruno PEUPORTIER, MINES ParisTech, CES Contexte

Plus en détail

B1 : Quels sont les leviers de maîtrise de l énergie dans l industrie? CONFÉRENCE / DÉBAT NATACHA BLANC-MARTEAU

B1 : Quels sont les leviers de maîtrise de l énergie dans l industrie? CONFÉRENCE / DÉBAT NATACHA BLANC-MARTEAU B1 : Quels sont les leviers de maîtrise de l énergie dans l industrie? CONFÉRENCE / DÉBAT NATACHA BLANC-MARTEAU Intervenants 1 ère partie : Pierre BINDER, gérant de FIZIANS ENVIRONNEMENT Et Maurice ROUX,

Plus en détail

ELABORATION DE FDES ASPHALTE

ELABORATION DE FDES ASPHALTE EMAA annual meeting 1/10/2010 Stratford-upon-Avon ELABORATION DE FDES ASPHALTE Julien BUISSON OFFICE DES ASPHALTES - FRANCE SOMMAIRE Le secteur des Travaux Publics et l environnement Les enjeux Les approches

Plus en détail

CONTEXTE ENERGETIQUE DE L ILE DE LA REUNION

CONTEXTE ENERGETIQUE DE L ILE DE LA REUNION Journée Club Energie CIVIS 25 Novembre 2008 CONTEXTE ENERGETIQUE DE L ILE DE LA REUNION 2008-2030 Laurent GAUTRET ARER/Directeur Technique 0262499004, lgautret@arer.org BILAN ENERGIE REUNION 2007. Source

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

ENVITHERM. Société d études et d ingénierie de l énergie. AUDIT ENERGETIQUE DES COPROPRIETES 14 décembre 2012 Jean-Michel FAUCHIER

ENVITHERM. Société d études et d ingénierie de l énergie. AUDIT ENERGETIQUE DES COPROPRIETES 14 décembre 2012 Jean-Michel FAUCHIER ENVITHERM Société d études et d ingénierie de l énergie AUDIT ENERGETIQUE DES COPROPRIETES 14 décembre 2012 Jean-Michel FAUCHIER ENVITHERM ZAE Les Avants - 5, avenue du Grand Chêne 34270 St Mathieu de

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2005

La Réglementation Thermique 2005 La Réglementation R Thermique 2005 Le contexte et les enjeux Le contexte et les enjeux Les ressources naturelles s épuisent. Les prix s envolent. Le climat se dérègle. Le bâtiment consomme beaucoup trop

Plus en détail

Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE

Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE Olivier Servant Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction Chef de projet Réglementation Thermique Performance énergétique

Plus en détail

Observatoire Régional de l Habitat et du Foncier 5 avril Etat des lieux des performances énergétiques du parc social de la région Centre

Observatoire Régional de l Habitat et du Foncier 5 avril Etat des lieux des performances énergétiques du parc social de la région Centre Observatoire Régional de l Habitat et du Foncier 5 avril 2012 Etat des lieux des performances énergétiques du parc social de la région Centre Contexte Plan de présentation Méthodologie Les résultats :

Plus en détail