LES ÉCHANGES COMMERCIAUX DE LA FRANCE AVEC L AFRIQUE SUBSAHARIENNE EN 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ÉCHANGES COMMERCIAUX DE LA FRANCE AVEC L AFRIQUE SUBSAHARIENNE EN 2015"

Transcription

1 Avril 2016 LES ÉCHANGES COMMERCIAUX DE LA FRANCE AVEC L AFRIQUE SUBSAHARIENNE EN 2015 La part de l Afrique subsaharienne dans nos échanges de biens reste faible mais en légère progression depuis 10 ans. Entre 2005 et 2015, sa part dans le total de nos exportations a progressé de 2,3 % à 2,7 % et est restée stable à 1,9 % dans le total de nos importations. Les parts de marché françaises en Afrique subsaharienne restent élevées mais ont été divisées par deux en dix ans au profit des grands pays émergents et principalement de la Chine : notre part de marché a diminué de 7 % en 2005 à 4 % en 2015, quand celle de la Chine augmentait de 8% à près de 22%. La France a perdu sa place de premier fournisseur de l ensemble des pays de la Zone franc dès Selon les douanes, le nombre d entreprises exportatrices vers l Afrique est proche de , ce qui fait de ce continent la 2 ème zone après l Europe pour le nombre d exportateurs. Nos exportations, constituées en très grande majorité (93 %) de produits industriels, se sont élevées à 12,2 Md en 2015, en recul de -1,1% par rapport à Elles sont relativement concentrées, nos six principaux clients représentant plus de la moitié (51,5 %) de nos ventes: Afrique du Sud (14,8 %), Nigéria (10,6 %), Côte d Ivoire (9,1 %), Sénégal (6,3 %), Cameroun (5,4 %) et Congo (5,3 %). La concentration de nos exportations sur les dix premiers clients atteint 70 % ; les clients suivants étant l Angola (5 %), le Togo (4,7 %), le Gabon (4,4 %) et le Ghana (4 %). Par sousrégion, nos exportations sont dirigées pour près de moitié (46 %) vers la Zone franc (29 % vers l UEMOA et 17 % vers la CEMAC). Nos importations ont atteint 9,8 Md en 2015, en baisse de 13,6 % par rapport à Les hydrocarbures et produits miniers ont représenté 57 % de nos achats et les produits agricoles et agroalimentaires 23 %. Nos importations sont encore plus fortement concentrées géographiquement que nos exportations. Nos cinq premiers fournisseurs africains ont représenté 67 % de nos achats importations : Nigéria (30 %), Angola (14,8 %), Afrique du Sud (8,6 %), Côte d Ivoire (7,9 %) et Ghana (6 %). Sur les dix premiers fournisseurs, cette concentration atteint 86 %. Le solde de nos échanges commerciaux avec l Afrique subsaharienne est, sauf exception, excédentaire avec un solde positif moyen de +0,6 Md sur la période En 2015, cet excédent a plus que doublé et est le maximum observé depuis dix ans, à +2,4 Md, sous l effet de la forte baisse en valeur de nos achats de pétrole et de produits miniers. Les soldes commerciaux bilatéraux ont été positifs avec 35 pays et déficitaires avec 14 pays d Afrique subsaharienne. Avec l ensemble des pays de la Zone franc, notre excédent commercial a atteint 3,2 Md en 2015, en léger retrait par rapport au solde record de 2014 (3,4 Md ) et en hausse de 68 % par rapport à 2013 (1,9 Md d excédent). La hausse spectaculaire de cet excédent depuis deux ans est due pour l essentiel à la forte baisse en valeur de nos achats de pétrole brut à nos fournisseurs de la CEMAC (Guinée Equatoriale, Congo et Gabon). 1

2 En 2015, l Afrique subsaharienne représentait 43 % de nos ventes et 42 % de nos achats à l Afrique. La part de l Afrique subsaharienne dans nos échanges avec l Afrique est en augmentation, puisqu en 2005, elle représentait 40,5 % de nos exportations et 40 % de nos importations à destination et en provenance du continent. Entre 2005 et 2015, la part de l Afrique subsaharienne dans le total de nos exportations a progressé de 2,3 % à 2,7 % ; elle est restée stable à 1,9 % du total de nos importations. Globalement, l Afrique subsaharienne est pour la France un partenaire commercial à peu près équivalent à l Amérique latine. En 2015, nos exportations vers l Afrique subsaharienne se sont élevées à 12,3 Md (13,1 Md vers l Amérique latine) et nos importations d Afrique subsaharienne ont atteint 9,8 Md (9,4 Md pour l Amérique latine). I Les parts de marché françaises en Afrique subsaharienne restent élevées mais ont été divisées par deux en dix ans au profit principalement de la Chine Globalement premier pays fournisseur d Afrique subsaharienne au début des années 2000, la France a vu ses positions fortement contestées. Notre part de marché a ainsi été divisée par deux en 10 ans, parallèlement à la croissance de celle de la Chine, qui a plus que doublé sur la période. Sur l ensemble du continent, notre part de marché est passée de 8,7 % en 2005 à 5,6 % en ; celle de la Chine a progressé de 6,7 % à 17,6 % sur la même période ; En Afrique subsaharienne, notre part de marché a diminué de 7 % en 2005 à 4 % en 2015 quand celle de la Chine augmentait de 8 % à 21,7 %. Cette baisse s inscrit dans le cadre d une érosion observée au niveau mondial et qui touche la plupart des économies développées : si elle est liée pour partie à des pertes de compétitivité ou à un moins bon positionnement commercial, elle reflète d abord la montée des émergents dans le commerce mondial, qui est l un des principaux facteurs pesant sur les parts de marché des pays développés. Avec les pays de la Zone franc, la France a perdu sa place de premier fournisseur dès Par sousrégion, la Chine a dépassé notre pays dès 2006 avec l Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) 2 dans son ensemble et depuis 2011 avec la Communauté économique et monétaire d Afrique centrale (CEMAC) 3. La part de marché de la France avec la Zone franc s élevait à 11,4 % en 2015 contre 23,2 % en Sur la période, celle de la Chine a progressé de 5 % à 21,5 %. En 2015, notre part de marché était légèrement plus élevée avec la CEMAC (14 %) qu avec l UEMOA (10 %). Celle de la Chine atteignait 20 % avec l UEMOA et 22 % avec la CEMAC. Au classement des fournisseurs des pays de la Zone franc, la France fait presque systématiquement partie des trois premiers et occupait encore en 2015 la 1 ère place en Côte d Ivoire, au Burkina Faso, au Gabon, au Mali, au Niger ou au Sénégal. Par pays, la France affiche des parts de marché élevées dans les importations de ses principaux partenaires commerciaux d Afrique francophone : 24 % au Gabon, 18 % au Sénégal, 17 % au Congo, 14 % au Burkina Faso, 12 % au Cameroun et en Côte d Ivoire. En revanche, dans les pays anglophones notre présence commerciale est nettement plus modeste. 1 Données FMI, pour 2015, part de marché sur 9 mois 2 UEMOA: Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo 3 CEMAC : Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, RCA, Tchad 2

3 Ainsi, dans les cinq premières économies d Afrique subsaharienne notre part de marché est inférieure à 3,5 % : 3,3 % au Nigéria, 2,2 % en Afrique du Sud, 1,6 % au Ghana, 1,4 % au Kenya et 0,9 % en Ethiopie. En Angola, notre part de marché est 4,1 %. Ces pays sont représentés dans le quart en bas à gauche du graphique ci-après. En 2015, nos exportations vers les sept plus grandes économies d Afrique subsaharienne (Nigeria, Afrique du Sud, Angola, Soudan, Kenya, Ethiopie et Tanzanie), qui représentent un PIB cumulé de 1,169 M USD (soit 77 % du PIB total du sous-continent), n ont atteint que 4,4 Mds EUR (36 % du total de nos ventes à l Afrique subsaharienne), soit une part de 2,3 % du total des importations de ces sept pays. Principaux partenaires commerciaux de la France en 2015 II. Nos exportations vers l Afrique subsaharienne ont diminué de 1,1 % en 2015, atteignant 12,2 Md. Elles consistent très majoritairement en des produits industriels En 2015, nos exportations vers l Afrique subsaharienne ont diminué de 1,1 % (-130 M par rapport à 2014) malgré le dynamisme observé des exportations de biens au niveau mondial (+4 %). Nos exportations à destination de l Afrique subsaharienne se sont ainsi élevées à 12,2 Md, soit 2,7 % du total de nos exportations. Nos six principaux clients ont représenté plus de la moitié (51,5 %) de nos ventes : Afrique du Sud (14,8 %), Nigéria (10,6 %), Côte d Ivoire (9,1 %), Sénégal (6,3 %), Cameroun (5,4 %) et Congo (5,3 %). La concentration de nos exportations sur les dix premiers clients atteint 70 % ; les clients suivants étant l Angola (5 %), le Togo (4,7 %), le Gabon (4,4 %) et le Ghana (4 %). Nos ventes à l Afrique du Sud, notre 1 er client, ont atteint 1,8 Md en 2015 en diminution de -7,3 % par rapport à Ces exportations sont diversifiées entre équipements mécaniques et électriques (27 % du total à 493 M ), matériels de transport (19 % à 339 M ), les produits chimiques, parfums et cosmétiques (17 % à 301 M ) et les produits pharmaceutiques (10 % des ventes à 189 M ). En 2015, nos exportations vers le Nigéria se sont élevées à 1,3 Md, en recul de -14,4 % par rapport à Les produits pétroliers raffinés ont représenté 39 % de nos ventes (502 M, en baisse de -14 %), suivis des produits pharmaceutiques (342 M, en augmentation de 100 %), des équipements mécaniques et électriques (141 M, en recul de -32 %) et des produits des IAA (117 M, en retrait de -14 %). 3

4 La Côte d Ivoire a confirmé en 2015 son rang de 3 ème client en Afrique subsaharienne (depuis 2012 après la fin de la crise en 2011). Nos ventes à ce pays ont atteint 1,1 Md en 2015, en progression de +3,9 % par rapport à Nos exportations sont diversifiées, constituées pour 27 % d équipements électriques et mécaniques, de produits agricoles pour 18 %, de produits agro-alimentaires (13 %) et de produits pharmaceutiques (13 %). Par sous-région, nos exportations se sont concentrées à hauteur de 45,6 % en Zone franc (28,5 % vers l UEMOA et 17,1 % vers la CEMAC) en Plus de 67 % de nos ventes à destination de la Zone franc se sont concentrées sur nos cinq premiers pays clients, soit par ordre décroissant, la Côte d Ivoire, le Sénégal, le Congo, le Cameroun et le Togo. L Afrique australe a représenté 24 % de nos ventes à l Afrique subsaharienne (l Afrique du Sud comptant pour 66 % de ces exportations et l Angola pour 26 %). L Afrique de l Ouest hors zone franc a représenté 18 % de nos exportations vers l Afrique subsaharienne (le Nigéria comptant pour 72 %, suivi de la Mauritanie, du Ghana et de la Guinée). Dans la région Afrique de l Est et Océan indien qui a représenté 11 % de nos exportations, nos principaux clients sont par ordre décroissant, l Île Maurice, Madagascar, le Kenya et l Ethiopie. Depuis dix ans, la structure géographique de nos exportations a progressé en faveur des pays de la Zone franc. Cette zone représentait en effet 40 % du total de nos ventes à l Afrique subsaharienne en 2005 (24 % pour l UEMOA et 16 % pour la CEMAC). Cette évolution s est faite au détriment de nos ventes vers l Afrique australe qui représentaient 28 % du total de nos exportations en Cette baisse relative résulte de la moindre part de nos exportations vers l Afrique du Sud qui a diminué de 23 % à 15 % entre 2005 et La part des deux autres sous-régions est restée stable : 18 % de nos ventes à l Afrique de l Ouest hors zone franc en 2005 et 12 % à l Afrique de l Est et Océan indien. 4

5 Nos exportations sont composées de produits industriels pour 94 %. Les équipements mécaniques et matériels électriques ont représenté en % de nos ventes (3 Md ), suivis des produits pharmaceutiques (15 %, soit 1,9 Md ), des produits des industries agro-alimentaires (12 % avec 1,5 Md ), des produits pétroliers raffinés (9 %, soit 1,1 Md ), des matériels de transport (9 %, soit 1,1 Md ) et des produits chimiques et cosmétiques (8 %, 1 Md ). Ces six catégories de produits représentent près de 80 % de nos ventes à l Afrique subsaharienne. Le léger recul de nos exportations en 2015 (-130 M ) s explique par la baisse de nos ventes de produits pétroliers raffinés (-25 %, soit en valeur -367 M ) et de matériels de transport (-173 M ) partiellement compensées par la forte progression des exportations de produits pharmaceutiques (+426 M, en hausse de +30%). Composition de nos exportations à destination de l Afrique subsaharienne, Equipements mécaniques, matériel électrique et électronique; 31% Equipements mécaniques, matériel électrique et électronique; 25% Produits chimiques et cosmétiques; 8% Produits chimiques et cosmétiques; 8% Produits pétroliers raffinés; 9% Matériels de transport; 17% 2005 Produits des IIA; 9% Produits pharmaceutiques; 10% Produits pétroliers raffinés; 5% Matériels de transport; 9% 2015 Produits pharmaceutiques; 15% Produits des IIA; 12% 5

6 III. Nos importations en provenance d Afrique subsaharienne se sont élevées à 9,8 Md en 2015, en baisse de -13,6 % par rapport à 2014 en raison de la chute des cours du pétrole et des matières premières En 2015, nos achats à l Afrique subsaharienne ont atteint 9,8 Md, soit 1,9 % du total de nos importations. Ces achats ont diminué de -13,6 % (-1,5 Md ), sous l effet de la chute du cours des matières premières et du pétrole. Nos importations d hydrocarbures et de produits des industries extractives en provenance d Afrique subsaharienne ont ainsi chuté en valeur de -1,8 Md entre 2014 et 2015, passant de 7,4 Md à 5,6 Md. Ainsi, nos achats auprès de nos principaux fournisseurs de pétrole ont fortement chuté en 2015 : Nigéria -28 % ; Angola -7 % ; Guinée Equatoriale 52 % ; Congo -56 %. Nos cinq premiers fournisseurs africains ont représenté 67 % de nos importations : Nigéria (30 %), Angola (14,8 %), Afrique du Sud (8,6 %), Côte d ivoire (7,9 %) et Ghana (6 %). La concentration de nos importations sur les dix premiers fournisseurs atteint 86% ; les cinq fournisseurs suivants étant le Niger (5,1 %), Madagascar (4,1 %), la Guinée Equatoriale (3,7 %), le Cameroun (3 %) et l île Maurice (2,8 %). Par sous-région, nos importations se sont concentrées en 2015 à hauteur de 38 % en provenance d Afrique de l Ouest hors Zone franc (les fournitures de pétrole brut du Nigéria comptent pour 79 % de ce sous-total). L Afrique australe a représenté 27 % de nos achats (Angola comptant pour 55 % de ces achats et l Afrique du Sud pour 32 %). Les pays de la Zone franc ont représenté 24 % de nos achats à l Afrique subsaharienne (14 % pour l UEMOA et 10 % pour la CEMAC). Nos principaux fournisseurs en Zone franc sont par ordre décroissant la Côte d Ivoire, le Niger, la Guinée Equatoriale et le Cameroun. Dans la région Afrique de l Est et Océan indien qui a représenté 11 % de nos importations, nos principaux fournisseurs sont par ordre décroissant, Madagascar, l Île Maurice, les Seychelles, le Kenya et l Ethiopie. Depuis dix ans, la part de la région Afrique de l Ouest hors Zone franc a fortement progressé dans la structure géographique de nos achats à l Afrique subsaharienne : elle était de 28 % en 2005 contre 38 % en 2015 (45 % en 2014 avant la baisse des achats de pétrole). Cette évolution s est faite au détriment de l Afrique australe qui représentait 36 % du total de nos achats en La part des autres sous-régions a peu varié sur la période : la Zone franc représentait 24 % de nos importations en 2005 et l Afrique de l Est et l Océan indien comptait pour 12 %. 6

7 Nos achats d hydrocarbures bruts et de produits des industries extractives sont passés de 65 % du total de nos importations en provenance d Afrique subsaharienne en 2014 (7,4 Md ) à 57 % en 2015 (5,6 Md ). Le Nigéria est notre premier fournisseur de pétrole brut en Afrique subsaharienne. Sur la période , nos achats de pétrole brut à ce pays ont pratiquement doublé, passant de 1,5 Md à 2,9 Md en 2015 (en forte baisse par rapport à 2014, 4,1 Md ). L Angola reste notre 2 ème fournisseur de pétrole en Afrique subsaharienne avec des achats relativement stables (+11 %) sur (1,4 Md d importations en 2015). La Guinée Equatoriale est notre 3 ème fournisseur d hydrocarbures (certaines années le 2 ème devant l Angola) ; nos achats de pétrole à ce pays ont diminué de -50 % en 2015 par rapport à 2014, passant de 0,7 Md à 0,35 Md. Les produits agricoles (1,3 Md d achats en 2015, en hausse de +16 % par rapport à 2014) et agroalimentaires (1 Md, stables par rapport à 2014) ont représenté 23 % de nos importations. La Côte d Ivoire, notre 4 ème fournisseur en Afrique subsaharienne, est notre premier fournisseur de produits agricoles et agroalimentaires avec près de 700 M de ventes en 2015 (en hausse de +17 % par rapport à 2014). Ce pays représente 31 % de nos achats de produits agricoles et agroalimentaires à l ensemble du sous-continent. En 2015, nos achats de produits agricoles et produits des IAA ont augmenté de +6,7 % par rapport à Globalement, les hydrocarbures et produits miniers et les produits agricoles et agroalimentaires ont représenté 80 % de nos achats à l Afrique subsaharienne en Cette situation illustre la faible diversification des économies africaines qui restent largement cantonnées à un rôle de fournisseurs de matières premières. 7

8 IV. En 2015, notre excédent commercial avec l Afrique subsaharienne a plus que doublé atteignant un niveau record de +2,4 Md, sous l effet de la forte baisse des cours des produits pétroliers et miniers En 2015, notre excédent avec l Afrique subsaharienne a plus que doublé, passant de 1 Md à 2,4 Md, avec un taux de couverture de 125 %. Ce solde positif est exceptionnel puisque sur la période , notre excédent commercial annuel moyen avec l Afrique subsaharienne était de +0,6 Md. Notre solde commercial a été en déficit à deux reprises, en 2008 (-1 Md ) et en 2012 (-0,3 Md ). Le solde positif de 2015 résulte de la forte dégradation des termes de l'échange des économies africaines exportatrices nettes de pétrole et d'autres matières premières. Les soldes commerciaux bilatéraux ont été positifs avec 35 pays d Afrique subsaharienne et déficitaires avec 14 pays. Notre premier excédent commercial est enregistré avec l Afrique du Sud. Ce solde a atteint 1 Md en 2015, en diminution de -10 % par rapport à 2014, dans un contexte de recul de nos exportations (-7,3 %) plus prononcé que celui de nos achats (-3,9 %). Au niveau mondial, l Afrique du Sud s est située l an dernier au 11 ème rang de nos excédents commerciaux bilatéraux, en progressions de une place, derrière le Brésil (1,4 Md d excédent). 8

9 Les neuf excédents commerciaux bilatéraux suivants ont été enregistrés avec des pays de la Zone franc, soit par ordre décroissant : le Sénégal (681 M ), le Congo (566 M ), le Togo (561 M ), le Gabon (367 M ), le Cameroun (350 M ), la Côte d Ivoire (355 M ), le Mali (323 M ), le Bénin (249 M ) et le Burkina Faso (244 M ). L excédent commercial cumulé avec ces neuf pays a atteint 3,7 Md en En 2015, notre excédent commercial avec l ensemble des pays de la Zone franc a atteint 3,2 Md, en léger retrait par rapport au solde record de 2014 (3,4 Md ) et en hausse de 68 % par rapport à 2013 (1,9 Md d excédent). La hausse spectaculaire de cet excédent est due pour l essentiel à la forte baisse de nos achats de pétrole brut à nos fournisseurs de la CEMAC (Guinée Equatoriale, Congo et Gabon) depuis deux ans. Ainsi, notre excédent commercial avec la CEMAC est passé de 101 M en 2013 à 913 M en 2014 puis 1,1 Md en Le solde positif avec les pays de l UEMOA a progressé de 1,83 Md en 2013 à 2,44 Md en 2014 et a de nouveau reculé à 2,1 Md en Au plan des déficits bilatéraux, la France enregistre un déficit commercial permanent avec ses principaux fournisseurs de pétrole brut qui sont par ordre décroissant le Nigéria, l Angola, la Guinée Equatoriale et le Ghana (depuis 2011 pour ce dernier). En 2015, notre déficit cumulé avec ces quatre pays atteignait -3,6 Md, en très forte diminution par rapport au déficit enregistré en 2014 (-4,6 Md ). Le Nigéria représente à lui seul 45 % de ce déficit (-1,6 Md ). On peut relever le caractère atypique de nos échanges commerciaux avec le Nigéria, puisque 98 % de nos achats à ce pays sont du pétrole brut et 39 % de nos ventes sont des produits pétroliers raffinés. Nos échanges commerciaux enregistrent par ailleurs des déficits récurrents avec le Niger (-316 M en 2015), la Namibie (-166 M ), Madagascar (-76 M ) et les Seychelles (-38 M ) en raison de nos achats d uranium aux deux premiers pays, du fait de nos importations de produits textiles et produits agroalimentaires (crevettes) à Madagascar et de nos achats de conserves de thon aux Seychelles. 9

10 10

11 Tableau 1 Classements des pays clients de la France en Afrique subsaharienne Exportations (k ) (2015) Exportations (k ) (2014) Poids / total (2015) Evolution valeur Evolution classement : Afrique du Sud ,8% -7% = 2: Nigéria ,6% -15% = 3: Côte Ivoire ,1% +4% = 4: Sénégal ,3% +5% (+2) 5: Congo ,4% +3% (+4) 6: Cameroun ,3% -2% (+2) 7: Angola ,0% -21% (-3) 8: Togo ,7% -22% (-3) 9: Gabon ,4% -21% (-2) 10: Ghana ,8% +136% (+6) 11: Maurice ,8% +3% = 12: Mali ,7% -4% (-2) 13: Madagascar ,7% +12% (-1) 14: Burkina Faso ,1% -4% (-1) 15: Bénin ,1% -3% (-1) 16: Congo (Rép. Dem.) ,0% +55% (+2) 17: Ethiopie ,9% +129% (+7) 18: Kenya ,5% +26% (+1) 19: Mauritanie ,5% -14% (-4) 20: Niger ,5% -5% (-3) 21: Tanzanie ,3% +233% (+7) 22: Mozambique ,2% +27% = 23: Guinée ,1% +6% (-3) 24: Tchad ,1% +5% (-3) 25: Djibouti ,7% +24% = 26: Guinée équatoriale ,6% -26% (-3) 27: Soudan ,6% +15% = 28: Ouganda ,4% -19% (-2) 29: Seychelles ,4% +5% = 30: République centrafricaine ,4% +68% (+4) 31: Comores ,3% +17% (+2) 32: Zambie ,2% -5% = 33: Rwanda ,2% +23% (+5) 34: Zimbabwe ,2% +38% (+6) 35: Libéria ,2% -1% (+1) 36: Soudan du Sud ,1% +3% (+3) 37: Burundi ,1% +16% (+4) 38: Gambie ,1% -27% (-1) 39: Sierra Leone ,1% -57% (-8) 40: Cap Vert ,1% +21% (+3) 41: Somalie ,1% +1% (+1) 42: Botswana ,1% +121% (+3) 43: Namibie ,1% -47% (-8) 44: Guinée Bissau ,1% -29% = 45: Swaziland ,0% +91% (+2) 46: Malawi ,0% -94% (-16) 47: Erythrée ,0% -19% (-1) 48: Sâo Tomé ,0% -14% = 49: Sainte Hélène ,0% +46% (+1) 50: Lesotho ,0% +5% (-1) 11

12 Tableau 2 Classements des pays fournisseurs de la France en Afrique subsaharienne Importations (k ) (2015) Importations (k ) (2014) Poids / total (2015) Evolution valeur Evolution classement : Nigéria ,1% -28% = 2: Angola ,8% -7% = 3: Afrique du Sud ,6% -4% = 4: Côte Ivoire ,9% +23% (+2) 5: Ghana ,0% -22% (-1) 6: Niger ,1% +27% (+1) 7: Madagascar ,1% +6% (+1) 8: Guinée équatoriale ,7% -52% (-3) 9: Cameroun ,0% +28% (+1) 10: Maurice ,8% -3% (-1) 11: Namibie ,8% +49% (+2) 12: Gabon ,8% +40% = 13: Mozambique ,0% -11% (+1) 14: Kenya ,0% +26% (+4) 15: Congo ,9% -56% (-4) 16: Sénégal ,9% +5% = 17: Seychelles ,9% -18% (-2) 18: Guinée ,8% +1% (-1) 19: Zimbabwe ,6% +29% (+2) 20: Soudan ,6% +30% (+2) 21: Mauritanie ,5% -23% (-2) 22: Ethiopie ,5% +13% (+1) 23: Tchad ,4% +624% (+10) 24: Tanzanie ,4% +10% (+1) 25: Libéria ,3% -33% (-5) 26: Sierra Leone ,3% +44% (+1) 27: Ouganda ,2% -18% (-1) 28: Congo (Rép. Dem.) ,2% +24% (+1) 29: Burkina Faso ,2% -65% (-5) 30: Mali ,1% +16% = 31: Togo ,1% +5% (+1) 32: Swaziland ,1% -8% (-1) 33: Somalie ,1% +62% (+4) 34: Bénin ,1% +43% (+1) 35: Gambie ,1% +73% (+4) 36: Comores ,1% +24% = 37: République centrafricaine ,1% +95% (+3) 38: Malawi ,1% -60% (-10) 39: Burundi ,1% +16% (-1) 40: Zambie ,0% -11% (-6) 41: Botswana ,0% +1487% (+5) 42: Sâo Tomé ,0% +24% = 43: Rwanda ,0% -9% (-2) 44: Erythrée ,0% +752% (+1) 45: Djibouti ,0% -2% (-2) 46: Cap Vert ,0% +230% (+1) 47: Sainte Hélène ,0% +86% (+2) 48: Guinée Bissau ,0% -73% (-4) 49: Lesotho ,0% -46% (-1) 50: Soudan du Sud ,0% = 12

13 Tableau 3 Classement des soldes commerciaux de la France par pays en Afrique subsaharienne Excédents commerciaux Solde (k ) (2015) Solde (k ) (2014) Evolution du solde (k ) Afrique du Sud Nigéria Sénégal Angola Congo Niger Togo Guinée équatoria Gabon Namibie Ca meroun Ghana Côte Ivoire Madagascar Mali Seychelles Bénin Zimbabwe Burkina Faso Sierra Leone Congo (Rép. Dem.), ex Libéria Ethiopie Swaziland Mauritanie Malawi Tanzanie Sâo Tomé Kenya Tchad Djibouti Maurice Guinée Mozambique République centrafri Ouganda Comores Zambie Rwanda Soudan Soudan du Sud Ca p Vert Burundi Botswana Gambie Guinée Bissau Somalie Erythrée Lesotho Sources : Douanes françaises Déficits commerciaux Solde (k ) (2015) Solde (k ) (2014) Evolution du solde (k ) 13

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE 14 ANNEXE IV DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE Je soussigné (e) (1). épouse Professeur des universités - Praticien hospitalier (2) Maître de conférences des universités - Praticien hospitalier (2) En

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain.

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain. Brochure D entreprise 2012 1 2 TOUR D HORIZON Nous sommes une institution panafricaine de développement dédiée au financement de l immobilier, en particulier à la promotion de l habitat à prix abordables,

Plus en détail

ARIZ. Assurance pour le Risque des Investissements

ARIZ. Assurance pour le Risque des Investissements ARIZ Assurance pour le Risque des Investissements L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT propose un dispositif de garantie destiné à faciliter l accès aux financements pour les entreprises privées et les

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB)

Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB) Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB) Sonia Drobysz, Juriste Atelier National de la Mise en Œuvre de la Convention sur l Interdiction des Armes

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ C O N F É R E N C E D E S N AT I O N S U N I E S S U R L E C O M M E R C E E T L E D É V E L O P P E M E N T LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME

Plus en détail

LA RDC DANS LES ORGANISATIONS D INTEGRATION ECONOMIQUE REGIONALE EN AFRIQUE

LA RDC DANS LES ORGANISATIONS D INTEGRATION ECONOMIQUE REGIONALE EN AFRIQUE LA RDC DANS LES ORGANISATIONS D INTEGRATION ECONOMIQUE REGIONALE EN AFRIQUE PAR PIERRE EMANGONGO KUNGA EXPERT EN INTEGRATION ET POLITIQUE COMMERCIALE UNMOCIR/RDC pierremangongo@hotmail.fr Tél:+243815015101

Plus en détail

CFAO en bref. Présentation

CFAO en bref. Présentation CFAO en bref Présentation CFAO CFAO en bref 2012 Entreprendre sur un continent en mouvement Spécialiste de la distribution sur les marchés de croissance en Afrique Un partenaire de confiance : CFAO s appuie

Plus en détail

LE TOURISME: UN SECTEUR MOTEUR DU GABON DES SERVICES

LE TOURISME: UN SECTEUR MOTEUR DU GABON DES SERVICES LE TOURISME: UN SECTEUR MOTEUR DU GABON DES SERVICES Décembre 2014 Introduction Thomas Cook 22 Novembre 1808-18 Juillet 1892 Inventeur de la première agence de voyage en 1844 2 Introduction Chiffre d affaires:

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT EMBARGO Le présent document ne doit pas être cité ou résumé par la presse, la radio, la télévision ou des médias électroniques avant le

Plus en détail

AFD - Pascale Dumoulin. Une région prioritaire pour le développement

AFD - Pascale Dumoulin. Une région prioritaire pour le développement L AFD et l Afrique subsaharienne AFD - Pascale Dumoulin Une région prioritaire pour le développement Les engagements annuels du Groupe AFD en Afrique subsaharienne 1 200,0 1 000,0 L AFRIQUE SUBSAHARIENNE

Plus en détail

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres 1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres En 1996 (G7 de Lyon), la communauté internationale avait lancé l initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Plus en détail

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique Fonds d Investissement et de Soutien aux Entreprises en Afrique Paul Kabré S impliquer et investir aux côtés des entreprises africaines PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L EMPLOI EN AFRIQUE FISEA est un fonds

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2013

Perspectives économiques en Afrique 2013 ÉDITION DE POCHE Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap-Vert Comores Congo, Rép. Congo, Rép. dém. Côte d Ivoire Djibouti Égypte Erythrée Éthiopie Gabon Gambie Ghana

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Libreville, le 29 août 2008 REPUBLIQUE GABONAISE ProgramedesNationsUnies pourl Environement Organisation mondiale de la Santé Bureau

Plus en détail

«ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE. a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1);

«ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE. a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1); «ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE 1. Le tableau ci-après contient la désignation: a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1); b) des

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ Perspectives et recommandations de l Afrique au G20 Un rapport du Comité des Ministres

Plus en détail

Qu est-ce que la Zone franc?

Qu est-ce que la Zone franc? Paris, vendredi 3 octobre 2014 Après le dernier G20 Finances (à Cairns les 20 et 21 septembre) et en amont des assemblées annuelles de la Banque Mondiale et du FMI (à Washington du 9 au 11 octobre), Michel

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

www.africaneconomicoutlook.org/fr

www.africaneconomicoutlook.org/fr Perspectives économiques en Afrique 2012 Ce rapport est disponible gratuitement sur : www.africaneconomicoutlook.org/fr Pour acheter des copies imprimées du rapport, suivez les liens appropriés sur le

Plus en détail

Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013

Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013 Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013 par Aniket Bhushan Chercheur principal, Institut Nord-Sud Ce rapport présente un aperçu et une analyse des données

Plus en détail

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique.

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique. SODOKIN, Koffi 1 UNE UNITE DE MONNAIE AFRICAINE DANS LA PERSPECTIVE DE LA CREATION D UNE BANQUE CENTRALE AFRICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN AFRIQUE: FONDEMENTS ANALYTIQUES ET PROPOSITIONS. Résumé

Plus en détail

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005 3 CONFERENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DEVELOPPEMENT Genève Prof ofil statistique tistique des Pays les Moins Avancés Etabli par le secrétariat de la CNUCED NATIONS UNIES New York et Genève,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger.

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger. 43 % Pourcentage d enfants de moins de 5 ans souffrant d insuffisance pondérale au Yémen. 87 % Pourcentage de décès aux USA dus à des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS COMMERCIALES

PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS COMMERCIALES PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS COMMERCIALES PROGRAMME DE RENFORCEMENT (PRCC) HISTORIQUE La bonne insertion des pays en développement (PED) dans le commerce mondial constitue un puissant levier

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Les Etats doivent absolument avoir accès à des données sur les ressources à la disposition des systèmes de santé pour déterminer

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982.

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982. . 2. b) Accord portant création de la Banque africaine de développement en date à Khartoum du 4 août 1963 tel qu'amendé par la résolution 05-79 adopté par le Conseil des gouverneurs le 17 mai 1979 Lusaka,

Plus en détail

La fracture numérique en Afrique

La fracture numérique en Afrique La fracture numérique en Afrique par Bernard Conte Maître de Conférences EMPIRES (Equipe Mondialisation, Politiques de l'information et Régulations Economiques et Sociales) Centre d Economie du Développement

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2014

Perspectives économiques en Afrique 2014 Édition de Poche Perspectives économiques en Afrique 2014 THÈME SPÉCIAL : Les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi

Plus en détail

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION 2013

NOTE D ORIENTATION 2013 NOTE D ORIENTATION 2013 Introduction 1. Le Fonds de l OIM pour le développement, créé en 2001, vient en aide aux Etats Membres en développement et à ceux dont l économie est en transition en vue de l élaboration

Plus en détail

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique 2013 Banque africaine de développement Le présent document a été préparé par la Division de renforcement des

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 Présentation : Sadamba TCHAGBELE, Directeur EAMAC, Niamey - NIGER Slide 1 Sommaire Introduction ti Bilan de la formation à l

Plus en détail

Profils tarifaires dans le monde

Profils tarifaires dans le monde Profils tarifaires dans le monde Droits NPF Appliqués 0

Plus en détail

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain BRIEFING NOTE 1 Microinsurance Innovation Facility ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain En Afrique, la micro-assurance

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID

GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID 2013-2018 1 TABLE DES MATIERES Le programme INTRA-ACP Le projet PAFROID Partie A -Informations générales sur le projet 1. Les groupes cibles

Plus en détail

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 100 Marchés, environnement porteur et perspectives des transferts

Plus en détail

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance 29 juin 2010, Luxembourg Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal XIVème Midi de la microfinance INTRODUCTION La microfi nance au service des migrants...p.5

Plus en détail

Visualisant. Les Droits CE SR. Madagascar. centre pour les droits Economiques et sociaux Fiche d information no. 6

Visualisant. Les Droits CE SR. Madagascar. centre pour les droits Economiques et sociaux Fiche d information no. 6 centre pour les droits Economiques et sociaux Fiche d information no. 6 En considération de la comparution de devant le comité des droits économiques, sociaux et culturels en mai 2009 et l éventuelle future

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS 2009 Bureau du Haut-Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Organisation mondiale du tourisme

Organisation mondiale du tourisme Organisation mondiale du tourisme Madrid, mai 2011 Original: anglais COMMISSION DE L OMT POUR L AFRIQUE Cinquante-et-unième réunion Ouagadougou (Burkina Faso), 6 juin 2011 Point 6.1 de l ordre du jour

Plus en détail

LE CANNABIS EN AFRIQUE. Synthèse

LE CANNABIS EN AFRIQUE. Synthèse LE CANNABIS EN AFRIQUE Synthèse Novembre 2007 Cette synthèse sur la situation du cannabis en Afrique a été préparée par Denis Destrebecq dans le cadre du programme des données pour l Afrique, le segment

Plus en détail

Mortalité par cause spécifique et morbidité

Mortalité par cause spécifique et morbidité par cause spécifique et morbidité Sur 10 décès qui se produisent dans le monde, 6 sont dus à des non, 3 à des pathologies, génésiques ou nutritionnelles et 1 résulte de. De nombreux pays en développement

Plus en détail

Anton Op de Beke Représentant Résident du Fonds Monétaire Internationale (FMI) au Mali. Club des Investisseurs Français au Mali (CIFAM) 19 Juin 2014

Anton Op de Beke Représentant Résident du Fonds Monétaire Internationale (FMI) au Mali. Club des Investisseurs Français au Mali (CIFAM) 19 Juin 2014 Anton Op de Beke Représentant Résident du Fonds Monétaire Internationale (FMI) au Mali présentation au Club des Investisseurs Français au Mali (CIFAM) 19 Juin 2014 Reformes de l administration fiscale

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION المعهد الوطني للاتصالات و تكنولوجيات الا علام و الاتصال 1 PRESENTATION DE L INTTIC 1971 : Création de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

Réforme des subventions énergétiques en Afrique subsaharienne

Réforme des subventions énergétiques en Afrique subsaharienne Département Afrique 13/2 Réforme des subventions énergétiques en Afrique subsaharienne expériences et enseignements Avril 2013 A staff team led by Trevor Alleyne I n t e r n a t i o n a l M o n e t a r

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

Perspectives économiques régionales

Perspectives économiques régionales Études économiques et financières internationales Perspectives économiques régionales AFRIQUE SUBSAHARIENNE Mai 2005 Fonds monétaire international TABLE DES MATIÈRES Préface...vii Chapitre I Aperçu général...

Plus en détail

VIH/SIDA VIH/SIDA. Surveillance Epidémiologique Mise à jour pour la Région Afrique de l OMS 2002

VIH/SIDA VIH/SIDA. Surveillance Epidémiologique Mise à jour pour la Région Afrique de l OMS 2002 VIH/SIDA VIH/SIDA Surveillance Epidémiologique Mise à jour pour la Région Afrique de l OMS 2002 Organisation mondiale de la Santé Bureau Régional pour l Afrique Harare, Zimbabwe Septembre 2003 Organisation

Plus en détail

Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique

Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique www.africaneconomicoutlook.org/fr/ Synthèse Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique Performances et perspectives en Afrique Perspectives macroéconomiques en Afrique

Plus en détail

STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT

STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT 1 CHAPITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 Définitions Dans les présents statuts, sauf disposition contraire, on entend par : «Acte», l Acte constitutif

Plus en détail

AfDB Statistics. Statistiques de la Bad. Pocketbook. Livre de poche. Volume 16

AfDB Statistics. Statistiques de la Bad. Pocketbook. Livre de poche. Volume 16 AfDB Statistics Pocketbook Statistiques de la Bad Livre de poche Volume 16 2014 AfDB Statistics POCKETBOOK 2014 LIVRE DE POCHE Des Statistiques de la BAD Volume XVI Economic and Social Statistics Division

Plus en détail

La crise alimentaire n est pas derrière nous

La crise alimentaire n est pas derrière nous La crise alimentaire n est pas derrière nous Antoine BOUET et David LABORDE DEBUCQUET Si le protectionnisme agricole est un frein important au développement de certains pays du Sud, il ne saurait être

Plus en détail

Compétitivité et Intégration Commerciale des pays de la CEMAC : Avantages comparatifs et contribution au solde commerciale

Compétitivité et Intégration Commerciale des pays de la CEMAC : Avantages comparatifs et contribution au solde commerciale Compétitivité et Intégration Commerciale des pays de la CEMAC : Avantages comparatifs et contribution au solde commerciale OWOUNDI Joseph Parfait Ministère de l Economie, Cameroun, Yaoundé, owoundijoseph@yahoo.fr

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION CONCERNANT L UTILISATION DU DOCUMENT DE VOYAGE INTERPOL Janvier 2014

GUIDE D INFORMATION CONCERNANT L UTILISATION DU DOCUMENT DE VOYAGE INTERPOL Janvier 2014 GUIDE D INFORMATION CONCERNANT L UTILISATION DU DOCUMENT DE VOYAGE INTERPOL Janvier 2014 CONDITIONS OBLIGATOIRES Déplacement officiel : Le Document de voyage INTERPOL doit être utilisé par des fonctionnaires

Plus en détail

Réformes fiscales et du droit des affaires en Afrique subsaharienne. Quel impact sur la mobilisation des ressources fiscales?

Réformes fiscales et du droit des affaires en Afrique subsaharienne. Quel impact sur la mobilisation des ressources fiscales? Colloque «L effectivité du droit économique dans l espace OHADA» Université du Luxembourg, 20-21 novembre 2014-10-03 Réformes fiscales et du droit des affaires en Afrique subsaharienne. Quel impact sur

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

Services susceptibles d être retenus pour le classement :

Services susceptibles d être retenus pour le classement : NOTICE relative à la constitution des DOSSIERS de CLASSEMENT (Décret n 51-1423 du 05/12/51 modifié) Division des Personnels Enseignants Services susceptibles d être retenus pour le classement : - tous

Plus en détail

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne N 2014-A-03 - Juillet Panorama du Analyse Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne Après deux décennies de croissance économique trop faible pour permettre une progression des

Plus en détail

ARCHIV SYSTEM. La La mémoire vive vive de de votre votre entreprise PRESENTATION D ARCHIV SYSTEM. La mémoire vive de votre entreprise

ARCHIV SYSTEM. La La mémoire vive vive de de votre votre entreprise PRESENTATION D ARCHIV SYSTEM. La mémoire vive de votre entreprise PRESENTATION D, un partenaire de poids pour EXPERT. A compter du 1 er mai 2014, EXPERT rejoint le Groupe. Présentation du nouvel ensemble. La La mémoire vive vive de de votre votre entreprise entreprise

Plus en détail

ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL

ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL MM11(F) ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL (Règle 30 du règlement d exécution commun) IMPORTANT 1.

Plus en détail

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des L éditorial Jean-Pierre ELONG-MBASSI Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des Finances Locales en Afrique» afin de comparer, pour la première fois, les principaux chiffres et

Plus en détail

I N T O S A I Annexe ISSAI 5410

I N T O S A I Annexe ISSAI 5410 Les Normes internationales des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (ISSAI) sont publiées par l Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail