Plan Climat territorial sur la Communauté d Agglomération de Mulhouse Sud Alsace

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan Climat territorial sur la Communauté d Agglomération de Mulhouse Sud Alsace"

Transcription

1 Plan Climat territorial sur la Communauté d Agglomération de Mulhouse Sud Alsace Phase 1 : étude préliminaire mai 2006 ASPA ID 1

2 Conditions de diffusion des données Diffusion libre pour une réutilisation ultérieure des données dans les conditions ci-dessous. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit faire référence à l ASPA en terme de «Source d information ASPA I-D». Données non rediffusées en cas de modification ultérieure des données. (ASPA AQ 133) Sur demande, l ASPA met à disposition les caractéristiques des méthodes d exploitation des données mises en œuvre. Les données contenues dans ce document restent la propriété de l ASPA. L ASPA peut rediffuser ce document à d autres destinataires. Intervenants Rédacteur : Relecteur : Approbateur : Sébastien CIBICK Cyril PALLARES Emmanuel RIVIERE Avertissements Les données contenues dans ce rapport ne sont valables que pour l année 2002 version de l inventaire Ces données sont susceptibles d évoluer dans le temps au fur et à mesure de l avancée des connaissances dans les domaines des s et des inventaires des émissions. Elles correspondent à un état des lieux à un instant donné. Elles sont issues de deux bases de données élaborées dans le cadre de la mise à jour annuelle des inventaires des émissions en Alsace : ENERG'AIR base de données _V2004_V1.mdb EMISS'AIR base de données émissions A2002 V2004_V2_HAPtot.mdb De plus ces données étant issues pour la plupart d études statistiques et de calculs empiriques, une incertitude doit leur être associée qui peut varier sensiblement en fonction de la donnée, du polluant pris en compte et des secteurs d activités concernés. 2

3 I. Contexte... 6 II. Cadre et objectif de l étude... 7 III. Méthodologie... 8 A. Données énergétiques... 8 B. Inventaire des émissions Sources émettrices prises en compte Résolution spatiale Résolution temporelle Polluants pris en compte pour cette étude... 8 C. Format de rapportage des données... 9 IV. L et les émissions de GES associées dans les communes de la CAMSA V. Synthèse A. L sur la zone de la CAMSA B. Les émissions de GES sur la zone de la CAMSA

4 Liste des Acronymes ADEME : CH4 : CO2 : COVNM : CPDP : DDE : DRE : DRIRE : ENR : FOD : FOL : GES : GN : Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie Méthane Dioxyde de carbone Composés Organiques Volatiles Non Méthaniques Comité Professionnel Du Pétrole Direction Départementale de l Equipement Direction Régionale de l Equipement Direction Régionale de l, de la Recherche et de l Environnement ENergies Renouvelables Fioul domestique Fioul lourd Gaz à Effet de Serre Gaz naturel GJ : Gigajoule 1 GPL : Gaz de Pétrole Liquéfié GPLv : Gaz de Pétrole Liquéfié véhicules 1 Pour mémoire, unités énergétiques : l unité utilisée dans les inventaires des émissions est le GJ. Sont donnés ci-dessous les facteurs de conversion pour passer des GJ en kwh et des GJ en Tep (tonne équivalent pétrole) : 1 GJ équivaut à 277 kwh (1kWh équivaut à 3,612 MJ) 1 GJ équivaut à 0,024 Tep (1 tep équivaut à 41,86 GJ) 1 GJ = 10 9 J 4

5 HCl : HFC : Acide chlorhydrique Hydrofluorocarbures INSEE : Institut National de la Statistique et des Études Économiques kt/an : kteq CO2/an : N2O : NAF : NOx : kilotonnes par an kilotonnes équivalent CO2 par an Protoxyde d azote Nomenclature d Activité Française Oxydes d azote PCI : Pouvoir Calorifique Inférieur 2 PFC : PRG : SCEES : SESSI : SF6 : SO2 : TGAP : Perfluorocarbures Pouvoir de Réchauffement Global Service Central des Enquêtes et Etudes Statistiques du ministère de l'agriculture Service des Etudes et des Statistiques lles Hexafluorure de soufre Dioxydes de soufre Taxe Générale sur les Activités Polluantes 2 Pouvoir calorifique inférieur (PCI) : Le pouvoir calorifique d un combustible est égal à la quantité de chaleur dégagée par la combustion d une unité massique de ce combustible. Pour le PCI, l eau formée lors de la combustion est considérée totalement sous forme de vapeur (par opposition avec le PCS où l eau formée lors de la combustion est redevenue liquide par condensation). 5

6 I. Contexte L augmentation des gaz à effet de serre entraînent déjà des changements climatiques. Les températures mondiales se sont élevées d environ 0,6 C au cours du XXe siècle et il est de plus en plus évident qu une part importante de ce réchauffement est imputable aux activités humaines. L ensemble des activités humaines rejettent des gaz à effet de serre dans l atmosphère. La production de chaleur par combustion (combustibles fossiles, biomasse) rejette du dioxyde de carbone. Les activités agricoles et l utilisation du sol sont à l oriqine de méthane, de protoxyde d azote de dioxyde de carbone. Les procédés industriels sont à l origine de nombreuses émissions de substances chimiques artificielles comme les hydrocarbures halogénés (CFC, HFC, PFC) et d autres gaz persistants tels que l hexafluorure de soufre (SF6), mais également du dioxyde de carbone, du méthane et du protoxyde d azote. Si aucune politique de lutte contre les émissions n est engagée, les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone devraient passer de 370 ppm actuellement à une fourchette de ppm d ici 2100 avec des conséquences environnementales et sanitaires inquiétantes. Adoptée en 1992, la Convention sur les changements climatiques de Rio s efforce de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l atmosphère. Le 16 février 2005, le protocole de Kyoto, comprenant des engagements chiffrés de réduction des GES pour les pays industrialisés, est entré en vigueur suite à la ratification par la Russie. La France a pour objectif la stagnation de ses émissions de GES en 2010 au niveau de Le Plan Climat National 2004 a pour objectif de respecter voire de dépasser cet engagement. Pour cela, 8 orientations fortes qui touchent tous les domaines économiques, doivent être développées avec un accent sur le développement durable (transport, agriculture, climatisation, industrie, Ecohabitat, information aux consommateurs). La communauté d Agglomération de Mulhouse Sud Alsace souhaite s inscrire dans cette démarche en élaborant un plan climat territorial. 6

7 II. Cadre et objectif de l étude Le Plan Climat Territorial est la septième orientation définie par le Plan Climat National Il s agit de définir des objectifs et de mettre en œuvre des actions afin de faire diminuer les émissions de GES au niveau par exemple d une région, d un département ou d une agglomération. Dans cette étude, le plan climat territorial couvre l ensemble des communes de la CAMSA. En préalable à la définition d actions pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre à l échelle de la CAMSA (scénarios prospectifs de déplacement, de mobilité, de démographie, d utilisation d ), la CAMSA a demandé à l ASPA de réaliser un bilan communal des consommations d et des émissions de GES associées dans les communes concernées. CAMSA : Communes impliquées dans le plan climat 7

8 III. Méthodologie Dans le cadre de l élaboration et de la mise à jour annuelle d un inventaire des émissions en Alsace, l ASPA a développé une base de données communales de consommations d s et d émissions associées. Les bilans communaux fournis sont issus de ces travaux. A. Données énergétiques Les combustibles classiques sont disponibles (gaz naturel, essence, gazole, fiouls ) ainsi que d autres plus anecdotiques utilisés principalement dans le secteur industriel. L électricité est également rapportée. Les données énergétiques prises en compte proviennent pour le niveau régional de l Observatoire de l et du Comité Professionnel Du Pétrole (CPDP) pour le transport. Les allocations communales se font par le croisement de données énergétiques fines issues du SESSI, du SCEES, de la DRIRE, de l ADEME et de données spatialisées issues de l INSEE, des DDE, de la DRE, du SESSI en bouclant au niveau régional. Mis à part le bois, les s renouvelables (ENR) ne sont pas prises en compte dans cette étude. B. Inventaire des émissions 1. Sources émettrices prises en compte Sont inventoriées les sources fixes et les sources mobiles : Sources fixes : sont considérés ici les émetteurs localisés comme les industries (hors engins industriels), le secteur résidentiel/, le secteur agricole Les grandes sources ponctuelles (sites soumis à TGAP) sont intégrées dans les sources fixes ; Sources mobiles : sont considérés ici les émetteurs non localisés tels que les transports routier, aérien, ferroviaire, fluvial ainsi que tous les engins spéciaux (industriels, domestiques, agricoles, ). 2. Résolution spatiale Les données d émissions sont disponibles pour toutes les communes de la CAMSA. 3. Résolution temporelle Les calculs de base s'effectuent sur une année civile complète pour l'année Polluants pris en compte pour cette étude Seuls le CO2, le CH4 et le N2O sont pris en compte pour cette étude. Le Pouvoir de Réchauffement Global (PRG), indicateur de réchauffement climatique, sera également déterminé. Les composés fluorés (SF6, HFC, PFC) ne sont pas pris en compte dans cette étude mais ont été inventoriés globalement à l échelle de l Alsace pour l année Ils ne représentent que 2 % du PRG total en Alsace. 8

9 C. Format de rapportage des données Ce format regroupe l'ensemble des activités polluantes traitées par l'aspa en 10 grands secteurs et 47 sous secteurs facilement identifiables. Niveau 1 Secteur Niveau 2 Sous-secteur A Production/ d' 1 production d'électricité 2 chauffage urbain 3 raffinage 4 extraction/transformation combustibles solides 5 extraction/ combustibles liquides 6 extraction/ combustibles gazeux 7 autres (pipelines, mines, ) B Résidentiel/ 1 résidentiel combustion 2 résidentiel solvants 3 combustion 4 solvants C 1 chimie et associés 2 métallurgie 3 fonderie 4 agro-alimentaire 5 construction 6 papier, carton, bois 7 automobile 8 imprimerie 9 autres utilisations de solvants 10 autres procédés 11 combustion chaudières et engins D Traitement des déchets 1 incinération 2 décharge 3 traitement des eaux 4 autres E Composés halogénés 1 production de composés halogénés 2 utilisation de composés halogénés F 1 véhicules particuliers 2 véhicules utilitaires légers 3 poids lourds 4 deux-roues 5 autres (évaporation, ) G non 1 transport aérien 2 transport ferroviaire 3 transports fluvial et maritime 4 autres H 1 culture 2 élevage 3 combustion chaudières et engins I Sylviculture 1 forêts 2 engins spéciaux J Nature 1 forêts et végétation 2 surfaces d'eau, zones humides 3 animaux 4 autres (feux, foudre) 5 stockage/destockage de carbone Bilan : 10 grands secteurs 47 sous-secteurs Format de rapportage de l'inventaire des émissions 9

10 Quelques précisions sur le format de rapportage : Secteurs Précisions sur activités polluantes Codes NAF 3 d Tertiaire Distribution d essence Distribution de gaz Stockage de carburant Combustion des sources fixes du résidentiel : chaudières, inserts, poêles, cheminées Combustion des sources fixes du : chaudières essentiellement Sources mobiles du résidentiel : tondeuses, motoculteurs, débroussailleuses, tronçonneuses Utilisation de solvants du résidentiel : utilisation de peinture, de médicaments Utilisation de solvants du : médecine, laboratoires de recherche, salons de coiffures Combustion des sources fixes : chaudières Procédés énergétiques : fours Procédés non énergétiques Utilisation de solvants et de calcaires Sources mobiles : chariots élévateurs Culture, élevage Chaudières Engins : tracteurs, moissonneuses, motoculteurs Silos à grains Scieries NAF 23 et autres épars dans la nomenclature car activités très dispersées NAF 40 à 99 pour le NAF 14 à 37 (hors NAF 23 et 201A) NAF 01, 02, 05 NAF 201A 3 Les codes NAF sont les codes de la nomenclature d activité française utilisés par l INSEE pour définir une activité économique d une entreprise. Pour en savoir plus : 10

11 IV. L et les émissions de GES associées dans les communes de la CAMSA Fiches communales : Pour la CAMSA et pour chacune des communes qui la compose, une fiche est disponible qui contient : - part des consommations d pour les 9 secteurs émetteurs définis : agriculture, production et d, industrie, résidentiel/, transports, transports non, nature, sylviculture, traitement des déchets. - Part des consommations d par type d (11 types d s recensées) : gaz naturel (GN), fioul domestique (FOD), fioul lourd (FOL), essence, gazole, bois, charbon, électricité, gaz de pétrole liquéfié (GPL), autres combustibles (en général des déchets industriels utilisés sur site ou dans d autres sites industriels). - Les consommations d par type d. Ces consommations d sont exprimées en GJ PCI (giga joule exprimé en pouvoir calorifique inférieur). - La part de la commune dans la consommation d totale de la CAMSA. - Les émissions de CO2, CH4 et N2O ainsi que le PRG associé par secteur. - La répartition sectorielle des émissions pour chaque polluant (toujours les 9 secteurs pris en compte pour l ). - Quelques indicateurs de comparaison : les ratios de consommation d et de PRG ramenés à la population de la commune et de l Alsace. Les populations prises en compte sont les populations pour l année 2002 estimées grâce aux données fournies par l INSEE. 11

12 Le Pouvoir de Réchauffement Global ou PRG : Le PRG est un indicateur qui traduit l effet de serre induit par l émission d un certain nombre de gaz à effet de serre. La définition utilisée par l ASPA est basée sur celle du GIEC (Groupe d experts Intergouvernemental sur l Evolution du Climat) qui date de 1995 mais ne prend en compte que le CO2, le CH4 et le N2O (qui représentent environ 98 % des GES pris en compte par le GIEC). Le PRG est donné par : PRG = ECO x ECH x EN2O avec EX : émissions de la substance X en tonnes Le PRG est exprimé en tonnes équivalent CO2 à horizon 100 ans. Interprétation des résultats Points particuliers : Les consommations d ainsi que leurs émissions de GES associées sont déterminées sur l ensemble de la commune. Ces données comprennent tous les trafics de transit qu il peut y avoir sur la commune. Les s comme les émissions liées aux transports sont donc dues à la population résidente mais également aux véhicules qui ne font que traverser la commune. Enfin, aucune émission de GES liée à l utilisation d électricité n est prise en compte dans l inventaire des émissions sur la zone d étude (inventaire des émissions approche source), les émissions étant comptabilisées à leur source. 12

13 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MULHOUSE SUD ALSACE Consommations d Avec 59% de la consommation totale d sur la CAMSA, le secteur résidentiel/ est le secteur le plus fortement consommateur d. Il est suivi par le secteur des transports. Le gaz naturel est l la plus utilisée sur la communauté de communes lié à sa forte utilisation dans les secteurs du résidentiel/ et de l industrie. Les produits pétroliers ont une part également importante dans les consommations finales d due principalement à leur utilisation dans les transports et le résidentiel / pour le FOD. Répartition sectorielle des consommations d' sur la CAMSA Consommations d' sur la CAMSA 2 14% 4% Bois Autres comb. Charbon Electricité 16% Essence 8% GN 4 Gazole 15% 59% FOD 1 GPL Les consommations finales d sur la CAMSA par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL GN Bois Autres comb Total

14 Emissions de GES en 2002 Le secteur résidentiel/ est le secteur influençant majoritairement le PRG déterminé sur la zone de la CAMSA. Le transport routier a également une forte influence sur les émissions de GES. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 sur la CAMSA Répartition sectorielle des émissions de CH 4 sur la CAMSA 3 14% 4% 14% Traitement des déchets 6% 16% Nature 50% 57% Répartition sectorielle des émissions de N 2O sur la CAMSA Répartition sectorielle du PRG sur la CAMSA 29% Traitement des déchets 46% 30% 1 5% 17% 4% 50% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant CAMSA ALSACE CAMSA ALSACE

15 BERRWILLER Consommations d Le secteur des transports est le plus grand consommateur d sur la commune (présence de la N83). La part d utilisation de gazole est très importante (48% des consommations totales de combustibles). Le secteur résidentiel/ joue un rôle prépondérant dans les consommations d de la commune. Le FOD y apparaît comme la source d majoritaire pour ce secteur. Par contre le GN est faiblement utilisé. A noter également que le bois représente 10% des consommations totales d. Répartition sectorielle des consommations d' à Berrwiller Consommations d' à Berrwiller 5% GN 5% Bois 10% Electricité 5% Essence 16% 29% FOD 15% 6 GPL Gazole 46% Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 83 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Berrwiller représente moins de 1 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour moins de 1 % de la population totale. 15

16 Emissions de GES en 2002 La N83 traversant cette commune rurale, le secteur des transports a une part particulièrement importante dans les émissions de GES. Les secteurs de l agriculture (cultures) et du résidentiel/ représentent 50% des émissions de GES de la commune. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Berrwiller Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Berrwiller 5% 7% 28% 65% 9 Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Berrwiller 7% 48% Répartition sectorielle du PRG à Berrwiller 30% 9 20% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant BERRWILLER ALSACE BERRWILLER ALSACE

17 BOLLWILLER Consommations d Les secteurs du résidentiel/ et des transports représentent 98 % des consommations d totales. Le gazole est la source d majoritairement consommée, lié à la N83 et à son trafic poids lourds et de véhicules diesels. Les autres sources d importantes consommées sont le FOD, le GN et l électricité. Répartition sectorielle des consommations d' à Bollwiller Consommations d' à Bollwiller Bois 6% Electricité 14% GN 17% 4 Essence 1 57% FOD 18% GPL Gazole 29% Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 870 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Bollwiller représente 1 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 2 % de la population. 17

18 Emissions de GES en 2002 Les secteurs des transports et du résidentiel/ se partagent 92 % des émissions de GES de la commune. Le secteur agricole (cultures) représente 7 % des émissions de GES. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Bollwiller Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Bollwiller Traitement des déchets 1 4% 49% 49% 40% 27% Traitement des déchets Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Bollwiller 2 16% Répartition sectorielle du PRG à Bollwiller 7% Traitement des déchets 6% Indicateurs année % 47% Traitement des déchets 45% Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant BOLLWILLER ALSACE BOLLWILLER ALSACE

19 DIDENHEIM Consommations d Avec 57 % des consommations d totale de la commune, le secteur industriel est le principal consommateur d à Didenheim. Il est suivi par les secteurs du résidentiel/ et des transports. Le GN est le type d le plus utilisé. Il est suivi de l ensemble des produits pétroliers dont la consommation dépend principalement des transports et du résidentiel/. Répartition sectorielle des consommations d' à Didenheim Consommations d' à Didenheim 14% Bois Electricité 7% Essence 6% Gazole 8% GPL 28% 57% GN 59% FOD 17% Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 280 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Didenheim représente 2 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 1 % de la population. 19

20 Emissions de GES en 2002 Le tissu industriel n est pas très développé sur la commune mais néanmoins responsable de la majorité des émissions de GES. Les secteurs des transports et du résidentiel/ contribuent également fortement aux émissions de GES de la commune. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Didenheim Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Didenheim 17% 14% 5% 26% 56% 78% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Didenheim Répartition sectorielle du PRG à Didenheim 18% 17% 54% 8% 25% 55% 20% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant DIDENHEIM ALSACE DIDENHEIM ALSACE

21 FELDKIRCH Consommations d Les secteurs des transports et du résidentiel/ se partagent majoritairement les consommations d sur la commune. Les produits pétroliers utilisés essentiellement par les transports représentent environ 50% de la consommation d finale de l agglomération. Le GN, l électricité et le FOD sont des sources d également fortement utilisées. Le bois n occupe qu une faible part dans la consommation d finale à Feldkirch. Répartition sectorielle des consommations d' à Feldkirch Consommations d' à Feldkirch Bois 5% Electricité 1 GN 19% 49% 46% Essence 16% FOD 1 GPL Gazole 3 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 355 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Feldkirch représente moins de 1 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour moins de 1 % de la population. 21

22 Emissions de GES en 2002 Les transports sont les principales sources d émissions de GES à Feldkirch. Les secteurs du résidentiel/ et de l agriculture (cultures) sont eux aussi des sources d émissions de GES importantes avec respectivement 34 % et 10 % des émissions totales de la commune. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Feldkirch Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Feldkirch 5% 58% 37% 28% 45% 2 Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Feldkirch 2 Répartition sectorielle du PRG à Feldkirch 10% 4% 54% 34% 74% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant FELDKIRCH ALSACE FELDKIRCH ALSACE

23 KINGERSHEIM Consommations d Avec 6 des consommations d finale sur la commune, le secteur du résidentiel/ est le plus fort consommateur d à Kingersheim. Les transports sont également de forts consommateurs d. Enfin le secteur de l industrie n a qu une influence modeste sur les consommations d totales de la commune. Le GN est l la plus utilisée dans l agglomération. Suivent individuellement les produits pétroliers (en lien pour une grande partie avec les transports et dans une moindre mesure avec le résidentiel/ et l industrie pour le FOD et le GPL) et l électricité qui contribuent entre pour le GPL à 18 % pour l électricité dans les consommations d finale à Kingersheim. Répartition sectorielle des consommations d' à Kingersheim Consommations d' à Kingersheim 28% 9% Bois 4% Autres comb. Electricité 18% GN 36% Essence 1 6 FOD 1 GPL Gazole 17% Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb Total Kingersheim représente 6 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 7 % de la population. 23

24 Emissions de GES en 2002 Le secteur du résidentiel/ est le principale émetteur de GES sur la commune (55% des émissions totales de GES). Les transports occupent également une place importante dans ces émissions. Enfin, les autres secteurs n ont qu une faible influence sur les émissions de GES à Kingersheim. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Kingersheim 7% Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Kingersheim 4% 37% 2 29% 56% 40% Nature 4% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Kingersheim Répartition sectorielle du PRG à Kingersheim 36% 44% 36% 6% 18% Indicateurs année % Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant KINGERSHEIM ALSACE KINGERSHEIM ALSACE

25 LUTTERBACH Consommations d Les consommations d sur la commune de Lutterbach sont fonction pour une grande partie des transports et du trafic autoroutier sur l A36 dont une partie traverse la commune. Le résidentiel/ comme le secteur industriel sont également des acteurs privilégiés dans les consommations d dans l agglomération. L principalement utilisée est le gazole lié au trafic (poids lourds essentiellement) de l autoroute. Le GN est également une source importante d consommée. Répartition sectorielle des consommations d' à Lutterbach Consommations d' à Lutterbach 10% Bois Electricité 7% GN 30% Essence % non FOD 7% GPL Gazole 4 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Lutterbach représente 5 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 3 % de la population. 25

26 Emissions de GES en 2002 La commune englobant une partie de l A36, les émissions de GES sont principalement liées aux transports. Le résidentiel/ contribuent également pour une forte part aux émissions de GES sur la commune (29 %). Les autres secteurs n ont qu une influence modérée sur les émissions de GES à Lutterbach. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Lutterbach Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Lutterbach 9% 1 60% 30% 20% 65% non 4 Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Lutterbach 47% Répartition sectorielle du PRG à Lutterbach 8% 59% 29% non 8% non Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant LUTTERBACH ALSACE LUTTERBACH ALSACE

27 MORSCHWILLER LE BAS Consommations d La présence de l A36 et de la N66 sur la commune implique une forte consommation d liée aux transports. Les carburants sont les sources d les plus fortement utilisées dans la commune avec un très fort pourcentage pour le gazole (42 % des consommations totales). Le résidentiel/ est également un secteur fortement consommateur d. Après les carburants, le GN et dans une moindre mesure l électricité et le FOD sont des sources d largement utilisées. Répartition sectorielle des consommations d' à Morschwiller-le-bas Consommations d' à Morschwiller-le-bas 8% GN 2 Bois Electricité 10% Essence 16% 58% 3 FOD 7% GPL Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 558 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Gazole 4 Morschwiller-le-bas représente 2,3 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 1,5 % de la population. 27

28 Emissions de GES en 2002 Avec la présence de l A36 et de la N66 sur la commune, les transports sont les principaux émetteurs de GES. Le résidentiel/ contribue pour environ un quart des émissions de GES de Morschwiller-le-bas. Les autres secteurs représentent 1 des émissions de GES de la commune. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Morschwiller-le-bas 5% Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Morschwiller-le-bas 6% 20% 26% Traitement des déchets 34% 68% 2 16% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Morschwiller-le-bas 27% Répartition sectorielle du PRG à Morschwiller-le-bas 6% 5% 4% 68% 64% 24% Traitement des déchets Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant MORSCHWILLER LE -BAS ALSACE Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant MORSCHWILLER LE -BAS ALSACE

29 MULHOUSE Consommations d Avec 64% des consommations finales d de l agglomération, le résidentiel/ est le consommateur majoritaire sur la zone, ce qui se traduit essentiellement par une forte consommation de GN et d électricité. L utilisation de ces deux s est également associée aux secteurs de l industrie et de la production et d. Les carburants représentent environ 17 % des consommations finales d de la commune. Enfin, quelques combustibles particuliers «autres comb.» sont utilisés dans l agglomération. Il s agit pour la plupart de gaz industriels, de déchets de l industrie ou de produits pétroliers particuliers utilisés essentiellement par l industrie. Répartition sectorielle des consommations d' à Mulhouse Consommations d' à Mulhouse 17% 1 6% Bois Autres comb. 4% Charbon Electricité 18% Essence 7% GN 46% Gazole 10% GPL 64% FOD 1 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL GN Bois Autres comb Total Mulhouse représente 65 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 65 % de la population. 29

30 Emissions de GES en 2002 Malgré les infrastructures routières importantes et le trafic intense de véhicules (A66, N66, D482), les transports sont la seconde source d émissions de GES à Mulhouse, le secteur résidentiel/ étant fortement émetteur de GES. L industrie comme la production et la d ne sont pas des sources d émissions négligeables sur la commune. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Mulhouse 2 14% 6% Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Mulhouse Traitement des déchets 10% 4% 8 57% 46% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Mulhouse 8% 5% 2 Répartition sectorielle du PRG à Mulhouse 14% 7% 39% 56% Traitement des déchets Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant MULHOUSE ALSACE MULHOUSE ALSACE

31 PULVERSHEIM Consommations d Environ 90% de la consommation d totale de la zone sont partagés équitablement entre les transports, le résidentiel/ et l industrie. L agriculture est également un secteur consommateur d non négligeable sur la commune. Le GN est la source d principale utilisée dans l agglomération alors que les carburants représentent 29% de la consommation totale d de la commune. Le bois est largement utilisé dans cette commune rurale (agriculture essentiellement) ainsi que le FOD dont sa consommation se retrouve en particulier dans le résidentiel/ ainsi que l industrie. Répartition sectorielle des consommations d' à Pulvershiem Consommations d' à Pulversheim 29% 9% Bois 1 Electricité 8% Essence 10% 3 GN 38% Gazole 19% 30% FOD 1 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Pulversheim représente 2 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 1 % de la population. 31

32 Emissions de GES en 2002 Les émissions de GES sont dues principalement aux transports (3) suivis de très près par l industrie et le résidentiel/ qui émettent 26% chacun des émissions de GES totales sur la commune. Avec 15% des émissions totales, le secteur agricole est également largement émetteur de GES sur la zone. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Pulversheim Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Pulversheim Traitement des déchets 4% 27% 4 27% 35% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Pulversheim Répartition sectorielle du PRG à Pulversheim 29% 54% 3 15% Traitement des déchets 7% 8% Traitement des déchets 26% 26% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant PULVERSHEIM ALSACE PULVERSHEIM ALSACE

33 REININGUE Consommations d Les transports sont les plus consommateurs en sur la commune avec une forte part de véhicules diesels (trafic de poids lourds sur l A36). Les transports représentent 71 % des consommations totales d. Le résidentiel/ et l industrie contribuent pour respectivement 17% et 10% aux consommations finales d. Après les carburants, les consommations de GN et de FOD sont les plus importantes. Répartition sectorielle des consommations d' à Reiningue Consommations d' à Reiningue 10% GN 1 Bois Electricité Essence 14% 17% FOD 9% GPL 7 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Gazole 58% Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Reiningue représente 2 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 1 % de la population. 33

34 Emissions de GES en 2002 Les émissions de GES sur la commune sont dues à 68% aux transports et à la présence de la A36 sur la zone. Les émissions liées au résidentiel/ et à l agriculture (combustion et cultures) sont équivalentes. L industrie apparaît comme une source minoritaire d émissions de GES à Reiningue. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Reiningue Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Reiningue 8% 15% 6% Nature 1 6% 75% 74% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Reiningue 17% Répartition sectorielle du PRG à Reiningue 1 7% 8 68% 1 Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant REININGUE ALSACE REININGUE ALSACE

35 RICHWILLER Consommations d Le résidentiel/ est le principal consommateur d sur la commune suivi de l industrie et des transports. Le GN est une très usitée par le résidentiel/ mais également l industrie. La part de l électricité dans la consommation finale d apparaît importante sur cette zone, liée essentiellement aux secteurs résidentiel/ mais aussi à l industrie. Les carburants représentent 2 de la consommation finale d. Enfin le bois est une source d également utilisée dans la commune. Répartition sectorielle des consommations d' à Richwiller Consommations d' à Richwiller 2 3 Bois 5% Electricité 25% GN 3 Essence 8% 48% FOD 16% GPL Gazole 1 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Richwiller représente 2 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour de la population. 35

36 Emissions de GES en 2002 Le résidentiel/ est le secteur le plus fortement émetteur de GES sur la commune. Même si l agglomération ne possède pas d axes particulièrement importants, les transports contribuent pour 29% dans les émissions totales de GES sur la zone. Enfin, la présences de petites industries engendre 24% des émissions de GES totales de la commune. Secteur Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Richwiller CO 2 t/an CH 4 N 2 O Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Richwiller PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total % 25% 27% 15% Nature 2 44% 3 Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Richwiller 2 29% Répartition sectorielle du PRG à Richwiller 4% 24% 9% 6% 64% 4 Nature Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant RISCHWILLER ALSACE RISCHWILLER ALSACE

37 RUELISHEIM Consommations d Le secteur du résidentiel/ est le principal secteur consommateur d sur la commune. Ce secteur consomme une forte part de GN et de FOD. Le bois comme l électricité sont également des sources d largement utilisées sur cette zone. Enfin la consommation de carburants est d environ 20% de l totale utilisée dans l agglomération. Répartition sectorielle des consommations d' à Ruelisheim Consommations d' à Ruelisheim 19% 4% Bois 1 Electricité 17% Essence 8% GN 3 Gazole 1 74% FOD 2 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 456 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Ruelisheim représente 1 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 2 % de la population. 37

38 Emissions de GES en 2002 En l absence d axes importants et d un tissu industriel développé sur la commune, le résidentiel/ est les principal secteur émetteur de GES. Les transports apparaissent néanmoins être une source importante d émissions de GES sur la zone. La présence d une station d épuration des eaux usées sur la commune engendrent des émissions de GES non liées à l utilisation de l. De la même manière, l agriculture (cultures essentiellement) occupe une place importante dans les émissions de GES sur la zone. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Ruelisheim Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Ruelisheim 2 16% 7% Traitement des déchets 16% 57% Traitement des déchets 6 1 Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Ruelisheim Répartition sectorielle du PRG à Ruelisheim 4% 17% 15% Traitement des déchets 17% 76% Traitement des déchets 19% 46% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant RUELISHEIM ALSACE RUELISHEIM ALSACE

39 STAFFELFELDEN Consommations d Avec 65 % de la consommation d totale de la commune, le résidentiel/ est le secteur consommateur d le plus important. Ceci se retrouve dans la répartition par combustible où la part de GN, de FOD et dans une moindre mesure d électricité et de bois sont importantes. L industrie fait également partie des consommateurs prépondérants d électricité, de GN et de FOD. Enfin les carburants représentent 2 de la consommation d totale de la zone. Répartition sectorielle des consommations d' à Staffelfelden Consommations d' à Staffelfelden 2 1 Bois 1 Electricité 1 Essence 8% GN 24% Gazole 14% 65% FOD 26% Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 706 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Staffelfelden représente 1 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 2 % de la population. 39

40 Emissions de GES en 2002 Le résidentiel/ est le secteur le plus fortement émetteur de GES sur la zone. En l absence d axe routier important dans l agglomération, les transports sont responsables d environ un quart des émissions de GES de la commune. L industrie n a qu une part modérée dans les émissions de GES de Staffelfelden. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Staffelfelden Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Staffelfelden 26% 1 29% 66% 6 Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Staffelfelden 1 7% 26% Répartition sectorielle du PRG à Staffelfelden 1 48% non 3 6 Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant STAFFELFELDEN ALSACE STAFFELFELDEN ALSACE

41 UNGERSHEIM Consommations d Les consommations d de la commune sont partagées équitablement entre les secteurs de l industrie, du résidentiel/ et des transports. Le gaz naturel est l la plus utilisée. Le gazole comme l électricité sont également deux types d fortement utilisés. Répartition sectorielle des consommations d' à Ungersheim 34% 3 Répartition par combustible des consommations d' à Ungersheim GN 30% Bois 4% Charbon Electricité 18% Essence 1 3 FOD 1 GPL Gazole 2 Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Ungersheim représente 2 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 1 % de la population. 41

42 Emissions de GES en 2002 Les émissions de GES sont dominées par le secteur du transport routier suivi du résidentiel/ et de l industrie. Le secteur agricole a lui aussi une part non négligeable dans les émissions de GES de la commune. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Ungersheim 2 Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Ungersheim Traitement des déchets 10% 45% Résidentiel / 14% 48% Résidentiel/ 3 24% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Ungersheim Résidentiel/ 1 40% Répartition sectorielle du PRG à Ungersheim 1 20% 8 Résidentiel/ 29% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant UNGERSHEIM ALSACE UNGERSHEIM ALSACE

43 WITTENHEIM Consommations d Le secteur du résidentiel/ est le plus fort consommateur d de la commune. Le GN est fortement utilisé ainsi que l électricité et le FOD en lien avec les secteurs du résidentiel/ et de l industrie. Les carburants ne représentent que 22 % de la consommation d totale de la zone. Ceci s explique par l absence d axes passagers sur la zone. Répartition sectorielle des consommations d' à Wittenheim Consommations d' à Wittenheim 2 17% Bois Charbon Electricité 18% GN 4 Essence 8% Gazole 14% 6 FOD 14% GPL Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Wittenheim représente 8 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 9 % de la population. 43

44 Emissions de GES en 2002 Le résidentiel/ représente à lui seul plus de 50% des émissions de GES de la commune. Les transports sont également une source importante d émissions sur la zone. Les quelques industries de l agglomération engendrent près de 14% des émissions de GES. Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Wittenheim Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Wittenheim 30% 15% Traitement des déchets 20% 14% Nature 55% 16% 45% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Wittenheim 30% 49% 29% Répartition sectorielle du PRG à Wittenheim 14% 16% 5% 54% Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant WITTENHEIM ALSACE WITTENHEIM ALSACE

45 ZILLISHEIM Consommations d Le secteur du résidentiel/ consomme à lui seul 72 % des consommations d totales de la commune. Avec 23 % de la consommation d totale, les transports sont aussi des consommateurs finaux d importants. Il est à noter également une faible consommation d liée aux transports non que sont le trafic fluvial et les trains. Les consommations d sont bien réparties sur l ensemble des sources énergétiques disponibles. Le FOD est largement utilisé dans la commune (résidentiel/, transports non, industrie, agriculture). La consommation de bois représente 10% de la consommation d finale. Répartition sectorielle des consommations d' à Zillisheim Consommations d' à Zillisheim 2 Bois 10% Electricité 16% non GN 19% Essence 10% Gazole 15% 7 FOD 28% GPL Les consommations finales d sur la commune par type d sont les suivantes en 2002 : Type d' Energie en GJ Charbon 581 Electricité Essence Gazole GPL FOD FOL 0 GN Bois Autres comb. 0 Total Zillisheim représente 1 % de la consommation totale d sur la CAMSA pour 1 % de la population. 45

46 Emissions de GES en 2002 Les émissions de GES sont dues majoritairement au résidentiel/. Les transports sont également représentés avec le passage de la D432 à Zillisheim. Il est à noter la présence d émissions de GES dues à d autres transports que sont les trains et le trafic fluvial. Enfin les émissions de GES dues à l agriculture proviennent essentiellement à des activités non énergétiques (cultures). Secteur CO 2 t/an CH 4 N 2 O PRG teq CO 2 (100ans) Nature d' Sylviculture Traitement des déchets non Total Répartition sectorielle des émissions de CO 2 à Zillisheim Répartition sectorielle des émissions de CH 4 à Zillisheim 28% Traitement des déchets 4% 2 non 67% 5 20% Répartition sectorielle des émissions de N 2O à Zillisheim Répartition sectorielle du PRG à Zillisheim non 1 26% 7% 7% 77% non 6 Indicateurs année 2002 Population Energie consommée par habitant en GJ / habitant Emissions de GES par habitant en t eq CO2 / habitant ZILLISHEIM ALSACE ZILLISHEIM ALSACE

47 V. Synthèse A. L sur la zone de la CAMSA Consommations d par habitant dans chaque commune de la CAMSA Communes Energie en GJ/hab REININGUE 184 UNGERSHEIM 145 DIDENHEIM 143 MORSCHWILLER-LE-BAS 135 LUTTERBACH 132 PULVERSHEIM 129 BERRWILLER 100 FELDKIRCH 100 RICHWILLER 95 MULHOUSE 92 WITTENHEIM 79 KINGERSHEIM 78 BOLLWILLER 65 ZILLISHEIM 59 RUELISHEIM 53 STAFFELFELDEN 46 CAMSA 92 La cartographie ci dessous met en évidence les consommations d par habitant dans chaque commune ainsi que les infrastructures routières qui les traversent. 47

48 Indicateur énergétique : L indicateur de consommation d par habitant varie sensiblement en fonction de la population et des infrastructures de la commune. Les communes ayant une industrie de taille moyenne ou un axe routier important sur leur territoire voit leur indicateur de consommation d augmenté, surtout si la population de la commune reste modeste. C est le cas de Didenheim qui dispose d un tissu industriel sur la commune ou de Reiningue qui est traversée par la N66. Consommation d des secteurs : Le résidentiel/ est le secteur consommateur d le plus important sur la zone d étude. Il est suivi par les transports puis l industrie, les autres secteurs n ayant qu une faible influence sur les consommations d de la CAMSA. Selon les communes, ce classement peut varier sensiblement en fonction de leurs infrastructures, leur niveau de développement industriel et agricole. Les communes traversées par les grands axes que sont l A36, la N66 et la D430 ont généralement de fortes consommations d liées aux transports. La communauté d agglomération n est pas une zone fortement industrialisée ce qui explique la part relativement modeste du secteur industriel dans ses consommations d totales. Seuls 3 sites industriels mulhousiens sont soumis à la TGAP 4 sur la zone en Il est à noter que la consommation d liée à la production d (chauffage urbain) à Mulhouse est plus importante que l ensemble des consommations d dues à l agriculture (engins agricoles et chaudières) de la CAMSA. Enfin les autres transports n ont pas de réelle influence sur les consommations d totales de la communauté d agglomérations. 4 TGAP : Taxe Générale sur les Activités Polluantes Les sites soumis à TGAP sont les sites qui : - possèdent des installations de combustion de puissance thermique supérieure à 20 MW, - émettent 150 tonnes et plus de SO 2, NO x, N 2 O, HCl ou COVNM, - sont des UIOM dont la capacité installée des fours est supérieures ou égale à 3 t/h. 48

49 Utilisation des différents types d sur la CAMSA : Le gaz naturel est la source d la plus utilisée sur la zone d étude, ce combustible étant consommé par de nombreux secteurs (sources fixes, majoritairement résidentiel/). De la même manière, l électricité est une source d très usitée, en particulier par le résidentiel/ et l industrie. Le fioul domestique reste une source d majeure sur la zone, combustible également utilisé par de nombreux secteurs (industrie, agriculture, résidentiel/). Le GPL (butane, propane, GPLv) reste très peu usité, la part de véhicules «GPL» étant très faible, ce combustible reste essentiellement une d appoint ou utilisée dans des cas spécifiques (engins industriels ou cuisson par exemple). Les consommations de carburants sont largement dominées par le gazole qui est utilisé en grande partie par les poids lourds (trafic de transit) et de plus en plus par les véhicules particuliers. Le bois apparaît comme une source d importante dans certaines communes même si sa part dans la consommation finale d de la CAMSA paraît faible. Enfin les consommations des autres sources d prises en compte sont anecdotiques ou quasiment nulles dans le cas du fioul lourd. 49

50 B. Les émissions de GES sur la zone de la CAMSA Emissions de GES (en tonnes équivalent CO2) par habitant dans chaque commune de la CAMSA Communes Emissions GES en t eq CO2/hab REININGUE 15 BERRWILLER 10 MORSCHWILLER-LE-BAS 9 UNGERSHEIM 9 LUTTERBACH 9 DIDENHEIM 9 PULVERSHEIM 9 FELDKIRCH 7 RICHWILLER 5 MULHOUSE 5 RUELISHEIM 5 WITTENHEIM 5 KINGERSHEIM 5 BOLLWILLER 4 ZILLISHEIM 4 STAFFELFELDEN 3 CAMSA 5 La cartographie ci dessous met en évidence les émissions de GES par habitant dans chaque commune ainsi que les infrastructures routières qui les traversent. 50

Bilan des émissions pour le département de l Essonne Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour le département de l Essonne Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour le département de l Essonne Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil

Plus en détail

N 3. Missions : Février 2013

N 3. Missions : Février 2013 Inventaire territorial des émissions de gaz à effet de serre en Aquitaine N 3 Février 2013 Année 2010 (version 2012) Les résultats présentés dans ce document sont issus de travaux réalisés par AIRAQ portant

Plus en détail

Bilan des émissions pour le département du Val d Oise Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour le département du Val d Oise Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour le département du Val d Oise Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil

Plus en détail

Bilan des émissions pour le département des Yvelines Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour le département des Yvelines Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour le département des Yvelines Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil

Plus en détail

Bilan des émissions pour le département de Seine et Marne Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour le département de Seine et Marne Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour le département de Seine et Marne Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son

Plus en détail

Bilan des émissions pour le département des Hauts de Seine Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour le département des Hauts de Seine Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour le département des Hauts de Seine Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son

Plus en détail

PCET du Conseil général du Bas-Rhin

PCET du Conseil général du Bas-Rhin PCET du Conseil général du Bas-Rhin Bilan des émissions de gaz à effet de serre selon l approche territoriale Association pour la Surveillance et l étude de la Pollution Atmosphérique 1 en Alsace PCET

Plus en détail

I CONTEXTE II OBJECTIFS 31 COMMUNES

I CONTEXTE II OBJECTIFS 31 COMMUNES Plan Climat Energie Territorial de Montpellier-Agglomération Bilan territorial énergétique et des émissions de GES 2007, 2020 Tendanciel et 2020 "Politique Energie-Climat" I CONTEXTE réalise un bilan territorial

Plus en détail

Caractérisation de la qualité de l air à proximité de l'autoroute A36

Caractérisation de la qualité de l air à proximité de l'autoroute A36 Caractérisation de la qualité de l air à proximité de l'autoroute A36 - Etat de référence - Impact des futures évolutions ASPA 10071601-I-D 31 août 2010 ASPA Evaluation de l impact de l autoroute A36 1

Plus en détail

INVENTAIRE DES ÉMISSIONS EN ILE-DE-FRANCE

INVENTAIRE DES ÉMISSIONS EN ILE-DE-FRANCE INVENTAIRE DES ÉMISSIONS EN ILE-DE-FRANCE Résultats - année 2008 Février 2012 Inventaire régional des émissions en Ile-de-France - Année de référence 2008 - Quelques éléments synthétiques Ce document présente

Plus en détail

SECTEUR DE L ENERGIE

SECTEUR DE L ENERGIE SECTEUR DE L ENERGIE Dans le secteur de l Énergie, les émissions de gaz à effet de serre résultent de la prospection et l exploitation des sources d énergie primaire, de la conversion des sources d énergie

Plus en détail

Le bilan carbone de la France. Le contexte international Les émissions de GES en France

Le bilan carbone de la France. Le contexte international Les émissions de GES en France Le bilan carbone de la France Le contexte international Les émissions de GES en France Marie-Dominique Loÿe CERES avril 2016 Le bilan carbone de la France Le contexte international Les émissions de GES

Plus en détail

Le Plan Climat Territorial de la CAMSA

Le Plan Climat Territorial de la CAMSA Communauté d Agglomération Mulhouse Sud Alsace Le Plan Climat Territorial de la CAMSA www.agglo-mulhouse.fr Le Plan Climat Mulhouse Alsace La Communauté d Agglomération Mulhouse Sud Alsace Berrwiller Bollwiller

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS. Mars 2012

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS. Mars 2012 BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Mars 2012 BILAN DES EMISSIONS POUR LE DEPARTEMENT DE SEINE-SAINT-DENIS DONNEES DE BASE ANNEE 2008 Mars 2012 Bilan réalisé par : Airparif,

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-D OISE. Mars 2012

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-D OISE. Mars 2012 BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-D OISE Mars 2012 BILAN DES EMISSIONS POUR LE DEPARTEMENT DU VAL D OISE DONNEES DE BASE ANNEE 2008 Mars 2012 Bilan réalisé par : Airparif, association de surveillance

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DES YVELINES. Mars 2012

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DES YVELINES. Mars 2012 BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DES YVELINES Mars 2012 BILAN DES EMISSIONS POUR LE DEPARTEMENT DES YVELINES DONNEES DE BASE ANNEE 2008 Mars 2012 Bilan réalisé par : Airparif, association de surveillance

Plus en détail

Bilan énergétique et bilan GES de la CUB Prospective Facteur 4 & mutation énergétique d un territoire

Bilan énergétique et bilan GES de la CUB Prospective Facteur 4 & mutation énergétique d un territoire Bilan énergétique et bilan GES de la CUB Prospective Facteur 4 & mutation énergétique d un territoire 10 novembre 2011 Qu est-ce qu un bilan énergétique? Objectif :«Connaître pour agir» Comprendre Analyser

Plus en détail

Année de référence Edition 2011

Année de référence Edition 2011 Etat des lieux Climat-Air-Energie de la Haute-Normandie Inventaire énergétique et des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques secteur industriel Année de référence 2005 - Edition

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE. Mars 2012

BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE. Mars 2012 BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE Mars 2012 BILAN DES EMISSIONS POUR LE DEPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE DONNEES DE BASE ANNEE 2008 Mars 2012 Bilan réalisé par : Airparif, association

Plus en détail

2 BILAN RÉGIONAL DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE LIÉES À L ÉNERGIE

2 BILAN RÉGIONAL DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE LIÉES À L ÉNERGIE C A H I E R S T E C H N I Q U E S 2 BILAN RÉGIONAL DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE LIÉES À L ÉNERGIE Les modes de production et d utilisation de l énergie sont responsables pour près de 70% des émissions

Plus en détail

Inventaire régional des émissions en Ile-de-France Année de référence éléments synthétiques Edition mai 2013

Inventaire régional des émissions en Ile-de-France Année de référence éléments synthétiques Edition mai 2013 Inventaire régional des émissions en Ile-de-France Année de référence 2010 - éléments synthétiques Edition mai 2013 Ce document présente des éléments synthétiques relatifs à l inventaire des émissions

Plus en détail

Un nouvel. inventaire régional. des émissions atmosphériques, au service de tous Polluants locaux - Gaz à effet de serre

Un nouvel. inventaire régional. des émissions atmosphériques, au service de tous Polluants locaux - Gaz à effet de serre Un nouvel inventaire régional des émissions atmosphériques, au service de tous Polluants locaux - Gaz à effet de serre Atmo PACA présente les résultats du nouvel inventaire des émissions atmosphériques

Plus en détail

L agriculture en Midi-Pyrénées

L agriculture en Midi-Pyrénées 1 L agriculture en Midi-Pyrénées Ktep 3 000 2 500 Consommation d énergie finale en Midi-Pyrénées Résidentiel/tertiaire 42% 2 000 1 500 Transport 36% 19% 1 000 500 Agriculture Industrie 4% 0 1990 1991 1992

Plus en détail

INVENTAIRE DES ÉMISSIONS EN ILE-DE-FRANCE

INVENTAIRE DES ÉMISSIONS EN ILE-DE-FRANCE INVENTAIRE DES ÉMISSIONS EN ILE-DE-FRANCE Résultats - année 2007 Avril 2010 Inventaire régional des émissions en Ile-de-France - Année de référence 2007 - Quelques éléments synthétiques Ce document présente

Plus en détail

Répartition par source des émissions de GES dans l UE en 2010 (4 721 Mt CO2éq. hors UTCF 1 )

Répartition par source des émissions de GES dans l UE en 2010 (4 721 Mt CO2éq. hors UTCF 1 ) La combustion d énergie : première source d émission de GES 4.1 Répartition par source des émissions de GES dans l UE en 2010 (4 721 Mt CO2éq. hors UTCF 1 ) Déchets 2 (3,0) Procédés industriels 3 (3,0)

Plus en détail

Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de Kyoto

Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de Kyoto Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l environnement OFEV Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de

Plus en détail

Oreges GT du 21 novembre Romain MALACARNE Lig Air 260 avenue de la Pomme de Pin Saint-Cyr-en-Val Tél:

Oreges GT du 21 novembre Romain MALACARNE Lig Air 260 avenue de la Pomme de Pin Saint-Cyr-en-Val Tél: Oreges GT du 21 novembre 2013 Romain MALACARNE malacarne@ligair.fr Lig Air 260 avenue de la Pomme de Pin 45590 Saint-Cyr-en-Val Tél: 02-38-78-09-49 Cadre réglementaire : Arrêté du 24 août 2011 relatif

Plus en détail

Les Inventaires des Gaz à effet de

Les Inventaires des Gaz à effet de Gestion durable des gaz à effet de serre en Tunisie Mesurer, gérer et réduire les émissions de gaz à effet de serre Les Inventaires des Gaz à effet de Serre / utilisation IPCC 2006 en TUNISIE Les Défis

Plus en détail

Bilan carbone et Matériaux de substitution

Bilan carbone et Matériaux de substitution Bilan carbone et Matériaux de substitution AFOCO 21 juin 2016 SGS Environment, Health & Safety Sommaire 1. Contexte de la comptabilisation carbone et objectifs du bilan d émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Élaboration du Plan Climat-Energie Territorial de la Ville de Nice

Élaboration du Plan Climat-Energie Territorial de la Ville de Nice Élaboration du Plan Climat-Energie Territorial de la Ville de Nice Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques de la Ville de Nice Synthèse - Décembre 2011 - Diagnostic

Plus en détail

Bilan GES réglementaire de Fujitsu Technology Solutions SA*

Bilan GES réglementaire de Fujitsu Technology Solutions SA* Bilan GES réglementaire de Fujitsu Technology Solutions SA* Olivier Laguitton (R-CO2) et Jacques Aflalo (A2DM) Asnières sur Seine, le 18 janvier 2013 *Dans la suite de ce document, la société Fujitsu Technology

Plus en détail

Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013

Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013 Les synthèses de l AREC Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013 Janvier 2016 PRÉAMBULE : Le rôle des acteurs locaux dans l animation territoriale des politiques

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 517 Mai 01 En matière d énergie, les exploitations agricoles consomment majoritairement des produits pétroliers OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE En 011,

Plus en détail

Panorama mondial des émissions de GES 2.1

Panorama mondial des émissions de GES 2.1 Panorama mondial des émissions de GES 2.1 Répartition des émissions mondiale de GES 1 par gaz en 21 Selon le potentiel de réchauffement global 2 à 2 ans Selon le potentiel de réchauffement global 2 à 1

Plus en détail

Tableau de bord. de l énergie et du climat. de la Martinique

Tableau de bord. de l énergie et du climat. de la Martinique Tableau de bord de l énergie et du climat de la Martinique Tableau de bord de l énergie et du climat de la Martinique En développant en 2009 un tableau de bord de l énergie et du climat, l ADEME souhaite

Plus en détail

Rapport Réglementaire

Rapport Réglementaire - 1 - Rapport Réglementaire Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) «Patrimoine et compétences» (Établi en Mars 2014 sur la base des données 2013) SDIS de l Ain - 2 - Sommaire 1. Description

Plus en détail

Inventaire québécois

Inventaire québécois Inventaire québécois des GAZ À EFFET DE SERRE 1990-2000 Le présent document constitue la synthèse d un rapport détaillé portant sur l inventaire des émissions de gaz à effet de serre (GES)* produits par

Plus en détail

4.1 La combustion d énergie : première source d émission de CO2

4.1 La combustion d énergie : première source d émission de CO2 4.1 La combustion d énergie : première source d émission de CO2 Répartition par source des émissions de CO2 dans l UE en 2008 (4 089 Mt CO2 hors UTCF 1 ) Déchets 2 0,1 % Procédés industriels 3 7,1 % Solvants

Plus en détail

Le Bilan carbone. 1. Changement climatique : rappels 2. Eléments de contexte et enjeux. Contexte du projet

Le Bilan carbone. 1. Changement climatique : rappels 2. Eléments de contexte et enjeux. Contexte du projet Contexte du projet Le Bilan carbone 1. Changement climatique : rappels 2. Eléments de contexte et enjeux Cabinet ESPERE Bilan Carbone - Responsabilité Sociétale Diapo 1 L effet de serre : un phénomène

Plus en détail

FAURECIA SIEGES D AUTOMOBILE SAS

FAURECIA SIEGES D AUTOMOBILE SAS FAURECIA SIEGES D AUTOMOBILE SAS Bilan d émissions de gaz à effet de serre Année 2011 Contact : Stéphane POLI Responsable HSE pour l activité Sièges d Automobile du Groupe Faurecia 02, rue Hennape 92000

Plus en détail

Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de Kyoto

Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de Kyoto Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l environnement OFEV Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre.

Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre. Selon le décret du 11 Juillet 2011 Sommaire 1. INTRODUCTION 1.1 Objet 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Contenu du rapport 1.4 Glossaire 2 BILAN DES EMISSIONS DE

Plus en détail

Année de référence Edition 2011

Année de référence Edition 2011 Etat des lieux Climat-Air-Energie de la Haute-Normandie Inventaire énergétique et des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques secteur agricole Année de référence 2005 - Edition

Plus en détail

Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial

Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial Groupe de travail n 1 : Préparer l énergie de demain 1 ère session - Réunion du 03/12/2013 SOMMAIRE 1 LES OBJECTIFS DU GROUPE DE

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PLAN CLIMAT GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE SPÉCIALE OBSERVATOIRE ENVIRONNEMENT COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION. Novembre n 7

LETTRE D INFORMATION PLAN CLIMAT GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE SPÉCIALE OBSERVATOIRE ENVIRONNEMENT COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION. Novembre n 7 ENVIRONNEMENT GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE LETTRE D INFORMATION PLAN CLIMAT SPÉCIALE OBSERVATOIRE Novembre 29 - n 7 EN 25, LORS DU LANCEMENT DE LA DÉMARCHE

Plus en détail

ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE. Petit aide-mémoire. Bernard Laponche 23 juin 2015

ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE. Petit aide-mémoire. Bernard Laponche 23 juin 2015 ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE Petit aide-mémoire Bernard Laponche 23 juin 2015 www.global-chance.org ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET

Plus en détail

Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre en Pays Barrois

Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre en Pays Barrois Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre en Pays Barrois Selon la méthode Bilan Carbone Sophie Belon EXPLICIT Savonnières Devant Bar 12 novembre 2007 SOMMAIRE 1. Quelques éléments de méthode et

Plus en détail

Pour en savoir plus Sur Internet :

Pour en savoir plus Sur Internet : Problématique des transports dans la Vallée du Gier fait partie du dispositif français de surveillance et d information de la qualité de l air. Sa mission s exerce dans le cadre de la loi sur l air du

Plus en détail

Suivi du passage à la biomasse de la centrale thermique Uniper (ex-e.on) à Meyreuil : Modélisation de l état 0 avant mise en service industrielle

Suivi du passage à la biomasse de la centrale thermique Uniper (ex-e.on) à Meyreuil : Modélisation de l état 0 avant mise en service industrielle Suivi du passage à la biomasse de la centrale thermique Uniper (ex-e.on) à Meyreuil : Modélisation de l état 0 avant mise en service industrielle Résumé : Titre du document Sur le site Uniper (ex-e.on)

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE DANS LES YVELINES POUR L ANNÉE 2010 ET HISTORIQUE 2000/2005.

BILAN DES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE DANS LES YVELINES POUR L ANNÉE 2010 ET HISTORIQUE 2000/2005. BILAN DES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE DANS LES YVELINES POUR L ANNÉE 2010 ET HISTORIQUE 2000/2005 Octobre 2013 BILAN DES EMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHERIQUES ET DE

Plus en détail

LES GAZ A EFFET DE SERRE

LES GAZ A EFFET DE SERRE LES GAZ A EFFET DE SERRE L EFFET DE SERRE L EFFET DE SERRE Le Soleil réchauffe la Terre. L EFFET DE SERRE La Terre perd de la chaleur sous forme de rayons infrarouges L EFFET DE SERRE Une partie de cette

Plus en détail

La qualité de l air dans le département de la Seine-Saint-Denis. Emissions et concentrations des principaux polluants

La qualité de l air dans le département de la Seine-Saint-Denis. Emissions et concentrations des principaux polluants La qualité de l air dans le département de la Seine-Saint-Denis Emissions et concentrations des principaux polluants JUILLET 2006 Étude réalisée par : AIRPARIF, Association de Surveillance de la Qualité

Plus en détail

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE Yvelines - données 212 Février 216 Le bilan des e missions polluantes, mode d emploi La gestion de la qualité de l air à l échelle des territoires

Plus en détail

LES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ Á EFFET DE SERRE EN SEINE-SAINT-DENIS

LES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ Á EFFET DE SERRE EN SEINE-SAINT-DENIS LES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ Á EFFET DE SERRE EN SEINE-SAINT-DENIS Année de référence 2005 Février 2009 Surveillance de la Qualité de l'air en Ile-de-France Les émissions de polluants

Plus en détail

La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon

La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon Formation Commissaires Enquêteurs du 17 mai 2011 Danye ABOKI DREAL Languedoc Roussillon Ingénieur en charge

Plus en détail

FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE

FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE Bilan d émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France Décembre 2012 Faurecia Intérieur Industrie - Bilan GES 2011-0 - Ce rapport

Plus en détail

FAURECIA AUTOMOTIVE INDUSTRIE

FAURECIA AUTOMOTIVE INDUSTRIE FAURECIA AUTOMOTIVE INDUSTRIE Bilan d émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France Décembre 2012 Faurecia Automotive Industrie - Bilan GES 2011-0 - Ce rapport

Plus en détail

Résumé non technique du Plan de Protection de l Atmosphère de l Agglomération de Nancy

Résumé non technique du Plan de Protection de l Atmosphère de l Agglomération de Nancy Résumé non technique du Plan de Protection de l Atmosphère de l Agglomération de Nancy Plan de Protection de l Atmosphère de l agglomération de Nancy version projet novembre 2014 1/8 Qualité de l air sur

Plus en détail

Enjeux climatiques & énergétiques en Poitou-Charentes. Journée des associations 26 octobre 2012

Enjeux climatiques & énergétiques en Poitou-Charentes. Journée des associations 26 octobre 2012 Enjeux climatiques & énergétiques en Poitou-Charentes Journée des associations 26 octobre 2012 Concentration de CO 2 en ppmv Différentiel de température en C Évolution des concentrations de CO 2 au cours

Plus en détail

Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre. Chiffres clés pour l année 2015

Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre. Chiffres clés pour l année 2015 Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre Chiffres clés pour l année 215 Édition Juillet 217 1 Sommaire Chiffres clés régionaux Les flux d énergie en Auvergne-Rhône-Alpes page 4 La consommation

Plus en détail

Chaufferie de l Illberg. Installation de 2 chaudières biomasse à la centrale thermique de l Illberg : impact sur la qualité de l air

Chaufferie de l Illberg. Installation de 2 chaudières biomasse à la centrale thermique de l Illberg : impact sur la qualité de l air Chaufferie de l Illberg Installation de 2 chaudières biomasse à la centrale thermique de l Illberg : impact sur la qualité de l air ASPA 14060303-ID, version du 3 juillet Association 2014 pour la Surveillance

Plus en détail

Que se passe-t-il? Pourquoi la terre se réchauffe? Un phénomène naturel

Que se passe-t-il? Pourquoi la terre se réchauffe? Un phénomène naturel Que se passe-t-il? Pourquoi la terre se réchauffe? La terre se réchauffe parce que la part des gaz à effet de serre dans l'atmosphère augmente. L'atmosphère terrestre est composée en quasi-totalité d'azote

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT EN ÎLE-DE-FRANCE - Mémento 2015 L ÉNERGIE 212

L ENVIRONNEMENT EN ÎLE-DE-FRANCE - Mémento 2015 L ÉNERGIE 212 L ENVIRONNEMENT EN ÎLE-DE-FRANCE - Mémento 2015 L ÉNERGIE 212 L ÉNERGIE Comme toutes les autres régions françaises, reflétant ainsi la situation énergétique nationale caractérisée par un déficit de ressources,

Plus en détail

Echirolles - Observatoire Energie, GES et polluants Déc 2014

Echirolles - Observatoire Energie, GES et polluants Déc 2014 Echirolles - Observatoire Energie, GES et polluants 2005-2012 Déc 2014 Plan de l intervention Rappel méthodologique Bilan des consommations d énergie à Échirolles. Zoom sur les consommations sectorielles

Plus en détail

Typologie des facteurs d émission

Typologie des facteurs d émission DE L ÉCOLOGIE, Typologie des facteurs d émission Fiche Ressource n 3 DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET

Plus en détail

La méthodologie du bilan de gaz à effet de serre

La méthodologie du bilan de gaz à effet de serre La méthodologie du bilan de gaz à effet de serre Patrick FAVÉ - DRIEE/SECV Préfecture du Val-d Oise Direction régionale et interdépartementale de l Environnement et de l Énergie d Île-De-France (DRIEE-IF)

Plus en détail

Amélioration de l estimation des émissions de polluants vers l atmosphère du secteur agricole

Amélioration de l estimation des émissions de polluants vers l atmosphère du secteur agricole Amélioration de l estimation des émissions de polluants vers l atmosphère du secteur agricole ESTIMATION POUR LES ANNEES 1990 A 2013 SYNTHESE www.air-rhonealpes.fr Diffusion : Octobre 2015 Siège social

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) COMMISSARIAT A L ENERGIE ATOMIQUE ET AUX ENERGIES ALTERNATIVES (CEA)

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) COMMISSARIAT A L ENERGIE ATOMIQUE ET AUX ENERGIES ALTERNATIVES (CEA) BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) COMMISSARIAT A L ENERGIE ATOMIQUE ET AUX ENERGIES ALTERNATIVES (CEA) CONFORMEMENT A L ARTICLE L. 229-25 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT BILAN DE L ANNEE 2010

Plus en détail

Plan Climat -Energie du Vexin français

Plan Climat -Energie du Vexin français Plan Climat -Energie du Vexin français La démarche Plan Climat PCET : Projet territorial de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le changement climatique Deux finalités L

Plus en détail

Valeur limite. Le long du trafic. Loin du trafic

Valeur limite. Le long du trafic. Loin du trafic Mise à jour : juillet 2013 La qualité de l air Les polluants problématiques La qualité de l air quotidienne reste insatisfaisante en Île-de-France pour certains polluants. En 2011, on estime qu environ

Plus en détail

Inventaire des émissions et des consommations d énergie en Lorraine Résultats 2010

Inventaire des émissions et des consommations d énergie en Lorraine Résultats 2010 Inventaire des émissions et des consommations d énergie en Lorraine Résultats 2010 Table des matières Introduction... 1 1 Généralités Méthodologiques... 2 2 Résultats de l inventaire... 4 2.1 Acidification,

Plus en détail

LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE

LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE SOMMAIRE 1 Qu est-ce que l effet de serre? 2 Qu est-ce que les gaz à effet de serre? Quels sont-ils? Quels sont leurs effets? 3 Quel

Plus en détail

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE Essonne - données 212 Février 216 Le bilan des e missions polluantes, mode d emploi La gestion de la qualité de l air à l échelle des territoires

Plus en détail

RÉFÉRENTS ÉNERGIE BILAN CARBONE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND DAX

RÉFÉRENTS ÉNERGIE BILAN CARBONE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND DAX JOURNÉE DE FORMATION RÉFÉRENTS ÉNERGIE BILAN CARBONE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND DAX ET DES 20 COMMUNES MEMBRES Les outils de collecte LE CODE COULEUR Dans chaque tableau 1 code couleur pour

Plus en détail

Présentation des résultats

Présentation des résultats Le développement durable en action Présentation des résultats PRODURABLE 1 Sommaire 01 02 03 04 05 Qu est ce qu un Bilan Carbone? Selon quelle méthodologie? Résultats du Bilan Carbone 2015 Comparaison

Plus en détail

Les transports et la problématique climat-énergie

Les transports et la problématique climat-énergie Pompe%20à%20essence Les transports et la problématique climat-énergie Frédéric BERLIOZ DREAL PACA Court débat ORT 24 juin 2010 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer

Plus en détail

Synthèse du Bilan carbone de Nice Cote d Azur. Mars 2011

Synthèse du Bilan carbone de Nice Cote d Azur. Mars 2011 Synthèse du Bilan carbone de Nice Cote d Azur Mars 211 SOMMAIRE 1. Résumé 2. Volet territoire Synthèse par secteur Analyse des principales évolutions Les émissions de 199 3. Volet Patrimoine & Services

Plus en détail

Contribution de l agriculture au changement climatique et à son atténuation

Contribution de l agriculture au changement climatique et à son atténuation Contribution de l agriculture au changement climatique et à son atténuation Audrey Trévisiol Service Agriculture et Forêts - ADEME Melle, 6 décembre 2011 Plan de la présentation Changement climatique :

Plus en détail

Bilan Carbone CONTEXTE : LES ENJEUX ENERGETIQUES ET CLIMATIQUES

Bilan Carbone CONTEXTE : LES ENJEUX ENERGETIQUES ET CLIMATIQUES Bilan Carbone CONTEXTE : LES ENJEUX ENERGETIQUES ET CLIMATIQUES 1- Enjeux énergétiques Evolution de la consommation Des fossiles pour combien de temps? Perspectives sur les EnR 2 Changement climatique

Plus en détail

Evolution des émissions atmosphériques en France et dans les Bouches-du-Rhône. Juin

Evolution des émissions atmosphériques en France et dans les Bouches-du-Rhône. Juin Juin 2005 Evolution des émissions atmosphériques en France et dans les Bouches-du-Rhône -1- Résumé Il s agit ici de mettre en regard l évolution des émissions de certains polluants inventoriés, au niveau

Plus en détail

Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais - Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais Novembre 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1.

Plus en détail

Bilans 2013 de consommation énergétique et d émissions de gaz à effet de serre en Midi-Pyrénées

Bilans 2013 de consommation énergétique et d émissions de gaz à effet de serre en Midi-Pyrénées Bilans 2013 de consommation énergétique et d émissions de gaz à effet de serre en Midi-Pyrénées 1. Synthèse En 2013, la consommation d énergie finale de Midi-Pyrénées est de 6 Mtep, soit une stabilité

Plus en détail

LES DECHETS GENERENT DE L ENERGIE

LES DECHETS GENERENT DE L ENERGIE LES DECHETS GENERENT DE L ENERGIE Méconnue et souvent critiquée, voire bloquée par les associations de défense de l environnement, l incinération des déchets est une source d énergie qui ne peut aujourd

Plus en détail

Campagne de mesure de la qualité de l air au voisinage des aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et du Bourget

Campagne de mesure de la qualité de l air au voisinage des aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et du Bourget Campagne de mesure de la qualité de l air au voisinage des aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et du Bourget Airparif surveillance de la qualité de l air en Ile-de-France Présentation du 1 février 24

Plus en détail

SOMMAIRE DE L INVENTAIRE DES GES

SOMMAIRE DE L INVENTAIRE DES GES SOMMAIRE DE L INVENTAIRE DES GES Année de référence 2009 Dans le cadre du Programme Climat municipalités, lancé en avril 2009 par le Ministère du Développement Durable, de l Environnement et de la Lutte

Plus en détail

Délégué aux activités routières CESAM

Délégué aux activités routières CESAM Stéphane LEVESQUE Délégué aux activités routières LES DÉFIS ÉCONOMIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX DU TRANSPORT ROUTIER CESAM Paris, 23 octobre 2007 Coût d exploitation d un véhicule industriel (40 tonnes) Personnel

Plus en détail

Émissions de gaz. à effet de serre en Guadeloupe. - bilan

Émissions de gaz. à effet de serre en Guadeloupe. - bilan OBSERVATOIRE régional de l énergie et du climat Émissions de gaz à effet de serre en Guadeloupe - bilan 2013 - Edition 2016-1 En Bref. Observer l évolution du climat est une préoccupation forte des pouvoirs

Plus en détail

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie 3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie Émissions de CO2 dues à la combustion d énergie 1 dans le monde 3 Index base 1 en 199 25 2 15 1 Afrique USA 5 UE à 15 197 1975 198 1985 199 1995 2 25 28 En Mt CO2

Plus en détail

trafic maritime et qualité de l air

trafic maritime et qualité de l air trafic maritime et qualité de l air influence du trafic maritime en agglomération portuaire contexte Suite à l émission télévisée Thalassa du 20 janvier dernier qui montrait un impact significatif des

Plus en détail

Dossier de presse. Mars 2016

Dossier de presse. Mars 2016 Dossier de presse La Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) dépasse 50% d énergies renouvelables et de récupération dans le mix énergétique du plus grand réseau de chaleur de France - Mars 2016

Plus en détail

Baisse de l intensité de la consommation en énergie. Chute de l intensité de la consommation en eau

Baisse de l intensité de la consommation en énergie. Chute de l intensité de la consommation en eau sont en constante amélioration : les intensités de la consommation en énergie, en eau et en ressources de base sont en baisse, tout comme les intensités d émissions de polluants atmosphériques et de production

Plus en détail

Description du périmètre opérationnel retenu (catégorie/postes/ressources) :

Description du périmètre opérationnel retenu (catégorie/postes/ressources) : BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE KEOLIS SA 17/12/2015 1 Description de la personne morale concernée Raison sociale : Keolis SA Code NAF : 4939A Code SIREN : 552 111 809 Numéro de SIRET associé

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre Année Creuzet Aéronautique

Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre Année Creuzet Aéronautique Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre Année 2011 Creuzet Aéronautique 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Creuzet Aéronautique Code NAF (APE) : 3030 z Citer les numéros

Plus en détail

PLAN DE PROTECTION DE L'ATMOSPHERE. SUIVI DES EMISSIONS DE POLLUANTS DANS L'AIR EVOLUTION Résumé

PLAN DE PROTECTION DE L'ATMOSPHERE. SUIVI DES EMISSIONS DE POLLUANTS DANS L'AIR EVOLUTION Résumé PLAN DE PROTECTION DE L'ATMOSPHERE DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER SUIVI DES EMISSIONS DE POLLUANTS DANS L'AIR EVOLUTION 2004-2007 Résumé I CONTEXTE Le PPA de l'agglomération de Montpellier, qui regroupe

Plus en détail

Année de référence Edition 2011

Année de référence Edition 2011 Etat des lieux Climat-Air-Energie de la Haute-Normandie Inventaire énergétique et des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques secteur des transports Année de référence 2005 - Edition

Plus en détail

Révision du PDU. Approche Bilan Carbone Émissions de GES du secteur des Transports en Ile-de-France

Révision du PDU. Approche Bilan Carbone Émissions de GES du secteur des Transports en Ile-de-France Révision du PDU Approche Bilan Carbone Émissions de GES du secteur des Transports en Ile-de-France Groupe de travail «environnement» 10 février 2009 - Erwan Cordeau 1 Contexte Plan Climat 2004 => plans

Plus en détail

INVENTAIRE QUÉBÉCOIS DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE EN 2006 ET LEUR ÉVOLUTION DEPUIS 1990

INVENTAIRE QUÉBÉCOIS DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE EN 2006 ET LEUR ÉVOLUTION DEPUIS 1990 INVENTAIRE QUÉBÉCOIS DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE EN 2006 ET LEUR ÉVOLUTION DEPUIS 1990 DIRECTION DES POLITIQUES DE LA QUALITÉ DE L ATMOSPHÈRE 2008 INVENTAIRE QUÉBÉCOIS DES ÉMISSIONS DE GAZ À

Plus en détail

Prospective Transports 2050 Pour une mobilité durable

Prospective Transports 2050 Pour une mobilité durable Prospective Transports 2050 Pour une mobilité durable Un nouveau contexte d évolution des transports après le Grenelle de l environnement Journées du Club EEA - 11 mars 2009 1 Une vision renouvelée des

Plus en détail

Prospective Transports 2050 Pour une mobilité durable

Prospective Transports 2050 Pour une mobilité durable Prospective Transports 2050 Pour une mobilité durable Un nouveau contexte d évolution des transports après le Grenelle de l environnement CESR Nord - Pas de Calais - séance plénière du 27 mai 2008 1 Une

Plus en détail

Effet de serre. Lumière du Soleil

Effet de serre. Lumière du Soleil Effet de serre Lumière du Soleil Tout corps émet un rayonnement infrarouge qui augmente avec la température. Le rayonnement infrarouge est piégé dans la serre. 1 Effet de serre dans l atmosphère Est naturel

Plus en détail