Un indicateur de mesure de la précarité et de la «santé sociale»:lescore EPICES L expérience des Centres d examens de santé de l Assurance maladie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un indicateur de mesure de la précarité et de la «santé sociale»:lescore EPICES L expérience des Centres d examens de santé de l Assurance maladie"

Transcription

1 Un indicateur de mesure de la précarité et de la «santé sociale»:lescore EPICES L expérience des Centres d examens de santé de l Assurance maladie Emilie LABBE *, Jean Jacques MOULIN *, René GUEGUEN *, Catherine SASS *, Carine CHATAIN *, Laurent GERBAUD ** Introduction Le présent article s intéresse aux concepts de «santé», «santé sociale» et «précarité». Les résultats présentés et discutés sont issus de la base de données des Centres d examens de santé (CES) financés par l Assurance maladie, qui réalisent quotidiennement des examens de santé systématiques aux assurés du régime général de la Sécurité sociale et à leurs ayants droits. En conséquence, les concepts de «santé», «santé sociale» et «précarité» sont abordés au niveau individuel, à l aide des données recueillies sur les consultants des CES. En 1992, la CNAMTS a donné mission aux CES d examiner en priorité des personnes en situation de précarité, en utilisant des indicateurs socio-administratifsderepéragedecespopulations,telsquelechômage,lerevenu minimum d insertion,... L objectif principal de cet article est de décrire une démarche d évaluation de la pertinence de ces critères de repérage, et de proposer une approche plus globale de la précarité permettant l identification de nouvelles populations en situation de vulnérabilité. En effet, les critères socio-administratifs initialement mis en œuvre, qui étaient basés essentielle- * Centre Technique d Appui et de Formation des Centres d Examens de Santé (Cetaf), ** Département de santé publique, CHU de Clermont-Ferrand

2 REVUE DE L'IRES N /1 ment sur la situation par rapport à l emploi, sont apparus restrictifs car ils ne permettaient pas de cibler les nouvelles populations précaires, notamment certaines catégories de travailleurs en difficulté. L approche globale ici proposée, basée sur un score individuel de mesure de la précarité (score EPICES), devrait permettre d améliorer l efficience du recrutement des CES vis à vis des personnes en situation de vulnérabilité matérielle et sociale. Les concepts de «santé sociale» et de «précarité» La «Santé sociale» La notion de santé est polysémique. La santé a été longtemps considérée comme un état stable dans lequel les individus sont indemnes de pathologie et de handicap. Cependant, la dimension du bien être social a été présente dès la définition proposée par l OMS en 1946, la santé étant définie comme «un état de bien-être physique, mental et social» qui «ne consiste pas seulement en l absence de maladie ou d infirmité». En 1986, la charte d Ottawa va compléter cette approche de la santé comme une «ressource de la vie quotidienne qui permet, d une part, de réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins, d autre part, d évoluer avec le milieu ou s adapter à celui-ci.» (Organisation mondiale de la santé, 1986). La charte d Ottawa reprend également lesconditionsnécessairesàlasanté:«seloger,accéderàl éducation,se nourrir convenablement, disposer d un certain revenu, bénéficier d un écosystème stable, compter sur un apport durable de ressources, avoir droit à la justice sociale et à un traitement équitable», conditions qui avaient été à la base de la charte d Alma Atta et du programme de l accès à la santé pour tous (Organisation mondiale de la santé, 1986). La dimension sociale comme capacité de réalisation ouvre plusieurs travaux quant aux aspects sociaux et sociétaux, dont une synthèse peut être trouvée dans la définition de la santé par Eric Fuchs comme «la condition de possibilité physiologique et psychologique pour pouvoir participer à la vie commune les interventions de santé sont jugées nécessaires chaque fois que, d une manière ou d une autre, un individu est empêché de partager ou d améliorer sa vie dans ses rapports avec l ensemblesocialoùilaàprendresaplace»(fuchs,1997 ; Macintyre, 1997). Le concept de «santé sociale» ainsi décrit est celui d interrelations multiples entre l individu et son environnement social et des capacités de l individu à les développer. Ce sont ces capacités qui seront fragilisées lors des différents processus de précarisation. 4

3 LE SCORE EPICES La Précarité Des mutations socio-économiques sont survenues au cours des trois dernières décennies dans de nombreux pays industrialisés (Haut Comité de santé publique, 1998). La mondialisation du fonctionnement économique, la désindustrialisation, le développement des activités de service et le recours à la sous-traitance, ont progressivement conduit à une dégradation sensible du marché du travail. Ces mutations sont à l origine d un double processus de précarisation : la montée du chômage et le développement des formes particulières d emploi (Rigaudiat, 2005). Ainsi, la norme d emploi que constituaient les contrats à durée indéterminée à temps complet dans une seule entreprise jusqu à l âge de la retraite, a régressé au profit des formes d emplois dits «précaires» : emplois temporaires, sous intérim, contrats à durée déterminée, emplois à temps partiel subi (Barbier, 2005 ; Cottrell, 2002 ; Halpern, 2006 ; Maurin, 2005 ; Parizot, 1998 ; Rigaudiat, 2005 ; Volkoff, 2000). De nombreux auteurs ont publié sur la précarité et ses effets sur la santé (Townsend, 1987 ; Townsend, 1991), notamment sur la situation en France (Chauvin, 1998 ; Joubert, 1997 ; Mizrahi, 1998 ; Parizot, 1998 ; Paugam, 1996). Les processus de précarisation ont également été décrits par J. Wrezinski dans son rapport sur la pauvreté et la précarité économique (Wrezinski, 1987). Dans ce rapport, la précarité est définie comme «un état d instabilité sociale caractérisé par l absence d une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l emploi, permettant aux personnes et aux familles d assumer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales, et de jouir de leurs droits fondamentaux» (Wrezinski, 1987). J. Wrezinski précise en outre que les situations de précarité se développent lorsque les conditions concernant «le niveau socio-économique, l habitat, les réserves financières, le niveau culturel, d instruction et de qualification professionnelle, les moyens de participation associative, syndicale et politique» sont défavorables. A la suite de ce rapport, il faut noter que le terme de précarité va connaître un succès croissant, s ajoutant, voire tendant à se substituer, à ceux, plus classiques, de pauvreté, de misère, de marginalité, de défaveur sociale. Ce succès ne doit pas masquer une double interrogation : sur l origine de cette invasion sémantique et sur sa validité intrinsèque (qui amène à définir comme «instable» un état permanent de marginalisation sociale et économique). Les dimensions de la précarité ainsi énumérées rejoignent les critères retenus dans la littérature anglo-saxone, notamment par P. Townsend en 5

4 REVUE DE L'IRES N /1 1987, pour caractériser les dimensions économiques de la précarité («material and social deprivation») (Townsend, 1987). P. Townsend voit la défaveur sociale comme «un état observable et démontrable de désavantage relatif face à la communauté locale ou à l ensemble de la société à laquelle appartient l individu, la famille ou le groupe» (Townsend, 1987). Il fait la distinction entre la défaveur matérielle qui se réfère aux biens ou aux commodités de la vie moderne, et la défaveur sociale (relations familiales, au travail ou dans la communauté) qui se rapproche du concept de capital social (Fassin, 2003). Ces deux formes de précarité sont liées à la santé physique et mentale aussi qu au bien-être des populations (Pampalon, 2000). Les mesures de précarité et de défaveur sociale Les données individuelles exhaustives sur des populations sont rares, c est pourquoi des indices composites de «pauvreté» ou de «défaveur sociale» ont été construits à partir de différentes unités géographiques. Leurs intérêts ont été largement démontrés comme mesure de pauvreté/précarité, ainsi que pour leurs relations avec les phénomènes de santé ou encore avec la mortalité (Carstairs, 1989 ; Carstairs, 2000 ; Morris, 1991 ; Townsend, 1987). Ces indices, basés sur les caractéristiques de l aire de résidence, permettent de décrire les liens avec la santé des résidents, l adéquation avec l implantation géographique des soins et des services de santé, ou de contrôler le rôle des facteurs socio-économiques dans l analyse de l impact de l environnement local sur la santé des habitants. Les mesures territoriales de la pauvreté ou de la précarité peuvent être construites, soit à partir de méthodes additives (sommes pondérées de variables), comme pour les indices de Carstairs ou Townsend, soit par une approche multidimensionnelle de réduction de données (analyses en composantes principales), comme par exemple l indice de «défavorisation» développée par Pampalon et al. (Challier, 2001 ; Declercq, 2004 ; Lorant, 2000 ; Pampalon, 2000). Cette dernière approche permet en effet de révéler le caractère multidimensionnel de la précarité, et notamment la mise en évidence d une défaveur matérielle d une part et d une défaveur sociale de l autre. De plus, dans ce cas, le poids de chaque indicateur dans l indice n est pas déterminé de façon arbitraire, mais en raison des relations statistiques entre les indicateurs. Objectifs du présent article La France s est dotée de plusieurs lois et de nombreux dispositifs dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, la précarité et l exclusion. Ces dispositifs associent divers partenaires tels que l Etat, les organismes publics ou 6

5 LE SCORE EPICES semi-publics, les centres de soins et les professionnels de santé, les collectivités territoriales, le milieu associatif institutionnel et diverses associations caritatives. Suite à la publication de l arrêté ministériel de 1992 (ministère des Affaires sociales et de l Intégration, 1992), les Centres d examens de santé (CES) financés par l Assurance maladie ont participé à ces dispositifs, avec pour objectif l amélioration de l état de santé et l aide à la réinsertion sociale des personnes en situation de précarité. L objectif de cet article est de décrire la démarche d auto-évaluation, par le dispositif des CES et du Cetaf, du processus de recrutement des personnes en situation de précarité. Le plan général est le suivant : Décrire la construction et les propriétés d un score permettant de repérer et de mesurer, au niveau individuel, les situations de précarité sociale et économique : le score EPICES. Ce score, issu du travail des CES, sera considéré comme valide en ce qu il permet, à partir de données socio administratives, de différencier les individus en termes d inégalités de santé, de risques de santé accrus et d un moindre accès aux soins. Montrer que le score EPICES permet de détecter des personnes en situation de précarité qui échappent aux critères socio-administratifs. Présenter la démarche opérationnelle qui permettra d améliorer le recrutement par les CES des populations en situation de fragilité matérielle et sociale. Enfin, cet article permet d illustrer l intérêt de l analyse des correspondances multiples (ACM) dans le traitement de telles données. Deux définitions de la précarité Le réseau des Centres d examens de santé (CES) Les CES ont été créés suite à l ordonnance du 19 octobre 1945 (article L321-3 du code de la Sécurité sociale) instaurant les droits de chaque assuré social du régime général de la Sécurité sociale ou de ses ayants droits, soit approximativement 85 % de la population française, à bénéficier d un examen périodique de santé. Le réseau des CES est actuellement constitué d une centaine de centres, répartis sur les 22 régions françaises. Les CES sont financés par l Assurance maladie. Chaque année, près de personnes bénéficient d un examen de santé. Diverses procédures existent pour l invitation des consultants : Invitations systématiques d assurés par les CPAM. 7

6 REVUE DE L'IRES N /1 Réinvitation par les CES avec une périodicité de 5 ans, ou plus courte pour les personnes présentant des problèmes de santé ou de fragilité socio-économique. Invitation dans le cadre de partenariats spécifiques pour les catégories de populations précaires : CRAM, Missions locales jeunes, ANPE, Caisses d allocations familiales pour les bénéficiaires de minima sociaux, associations caritatives, foyers hébergeant des personnes sans domicile,... Demande spontanée des assurés. Dans le cadre des orientations prioritaires de la Caisse Nationale d Assurance Maladie de Travailleurs Salariés (CNAMTS), les CES sont coordonnés et pilotés par le Cetaf (Centre Technique d Appui et de Formation des centres d examens de santé). Les objectifs principaux de l examen de santé sont la promotion de la santé, l éducation thérapeutique, les campagnes de dépistage et la prise en charge des personnes éloignées du système de soins (Chatain, 2008). Depuis la publication de l arrêté ministériel de 1992 (ministère des Affaires sociales et de l Intégration, 1992), les CES ont développé deux définitions des publics en situation de précarité : Une définition essentiellement socio-administrative, reposant sur les critères de reconnaissance des droits sociaux. Une définition prenant en compte l ensemble des dimensions de la précarité. Définition socio-administrative de la précarité dans les CES à partir des droits reconnus L article 2 de l arrêté de 1992 (ministère des Affaires sociales et de l Intégration, 1992) a défini les publics prioritaires de l examen périodique de santé : les personnes qui ne bénéficient pas d une surveillance médicale au titre d une législation et en particulier les retraités, les demandeurs d emploi, les inactifs et les populations exposées à des risques menaçant leur santé. Suite à l article 2 de cet arrêté ministériel, la CNAMTS a précisé les populations qui correspondent aux catégories «demandeurs d emploi» et «inactifs»:les jeunes de ans en parcours d insertion professionnelle, les chômeurs et les bénéficiaires du revenu minimum d insertion (RMI), ainsi que les ayants droit de ces personnes. Ont été ajoutées en 1998 les personnes en contrat emploi solidarité et les personnes sans domicile fixe et, en 2000, les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU/CMUC). Ces populationsreprésententactuellement25%à30%del ensembledesconsultants examinés chaque année par les CES (Moulin, 2005). 8

7 LE SCORE EPICES Un diagnostic sur l état de santé de ces populations a été établi par le Cetaf (Labbe, 2007b ; Moulin, 2005). Tous les indicateurs étudiés sont perturbés de manière statistiquement significative, lors de la comparaison des différentes populations en situation de précarité à une catégorie de référence de population non précaire : comportements et mode de vie, accès aux soins et santé. Les effets les plus marqués concernent : Les personnes sans domicile fixe, les bénéficiaires du RMI et les jeunes en insertion. Le non-recours aux soins et le mauvais état dentaire. L obésité chez les femmes. Des indicateurs de vulnérabilité sociale chez les jeunes en insertion : perte des liens sociaux, difficultés financières, recours aux travailleurs sociaux, absence des loisirs et impossibilité d aide matérielle ou d hébergement. Prise en compte de toutes les dimensions de la précarité : le score EPICES La précarité telle que définie précédemment repose essentiellement sur la situation vis-à-vis de l emploi, se rapprochant plutôt d une défaveur matérielle. Cependant, la précarité étant liée à de nombreux autres facteurs, les critères socio-administratifs ont été jugés insuffisants pour un repérage plus large des populations en difficultés. C est pourquoi les CES, le Cetaf et l école de santé publique de Nancy ont construit un score individuel de précarité, dénommé EPICES (Evaluation de la Précarité et des Inégalités de santé pour les Centres d Examens de Santé), prenant en compte toutes les dimensions de la précarité. Le score EPICES a été établi à partir d un questionnaire initial de 42 questions portant sur les différentes dimensions de la précarité définies par P. Townsend (Townsend, 1987) et J. Wrezinsky (Wrezinski, 1987) : conditions matérielles et évènements graves de l enfance, niveau d études, situation professionnelle, revenus, composition du ménage, logement, protection sociale, liens sociaux, loisirs et culture, difficultés financières, recours aux soins, santé perçue (annexe, tableau 1). Ce questionnaire, élaboré en tenant également compte des informations issues de travaux réalisés par le CREDES (Lecomte, 1996), le CREDOC (Gilles, 1995), le Conseil Economique et Social (Wrezinski, 1987) et l INSEE (Fleurbaey, 1997), a été administré à personnes lors d une enquête ponctuelle menée en 1998 dans 18 CES. Les variables ont été analysées par analyse factorielle des correspondances. Cette analyse a fait ressortir un axe factoriel majeur, le long duquel s ordonnaient des caractéristiques allant de l aisance sociale (revenus élevés, di- 9

8 REVUE DE L'IRES N /1 plôme élevé, CDI, propriété du logement ) aux situations les plus défavorisées (revenus faibles, absence de scolarisation, logement de fortune, difficultés pour payer les factures ). Cet axe a été interprété comme le reflet du «gradient social lié à la précarité», la position d une personne sur cet axe constituant un indicateur quantitatif de son degré de précarité. La régression multiple de l axe de précarité ainsi défini, a ensuite permis de sélectionner un sous-ensemble réduit de 11 questions expliquant 91 % de la variance du facteur «précarité» (tableau 1). Les coefficients de régression ont permis de déterminer les «poids» de chaque question, donnant la règle de calcul du score au niveau individuel, variant de 0 (absence de précarité) à 100 (précarité maximum) (Sass, 2006c). Les propriétés psychométriques du score ont été testées à l aide du calcul du coefficient de cohérence interne de Cronbach. Un coefficient de 0,410 a été trouvé. Cette valeur relativement basse indique que chaque question du scoreepicesaunevaleurinformativepropreetquelescoreepicesne mesure pas seulement une dimension de la précarité mais plusieurs dimensions. LescoreEPICESaétégénéraliséàl ensembledescesàpartirdel année Tableau 1. Les 11 questions du score EPICES Questions Coefficients Rencontrez-vous parfois un travailleur social? 10,06 Bénéficiez-vous d une assurance maladie complémentaire? -11,83 Vivez-vous en couple? -8,28 Etes-vous propriétaire de votre logement? -8,28 Y-a-t-il des périodes dans le mois où vous rencontrez de réelles difficultés financières à faire face à vos besoins (alimentation, loyer, EDF )? 14,80 Vous est-il arrivé de faire du sport au cours des 12 derniers mois? -6,51 Etes-vous allé au spectacle au cours des 12 derniers mois? -7,10 Etes-vous parti en vacances au cours des 12 derniers mois? -7,10 Au cours des 6 derniers mois, avez-vous eu des contacts avec des membres de votre famille autres que vos parents ou vos enfants -9,47 En cas de difficultés, y a-t-il dans votre entourage des personnes sur qui vous puissiez compter pour vous héberger quelques jours en cas de besoin? -9,47 En cas de difficultés, y a-t-il dans votre entourage des personnes sur qui -7,10 vous puissiez compter pour vous apporter une aide matérielle? Constante 75,14 Calcul du score : chaque coefficient est ajouté à la constante si la réponse à la question est «oui». 10

9 LE SCORE EPICES Les propriétés du score EPICES Matériel et méthodes Population étudiée La population d étude est celle des consultants des 58 centres d examens de santé ayant intégré les questions du score EPICES, âgés de 18 ans et plus et examinés en Le taux de réponses aux 11 questions du score est de 72 %, si bien que le score EPICES a pu être calculé sur consultants, hommes et femmes. Les moyennes d âge sont respectivement de 45,5 ans (écart type 14,3) et 43,5 ans (écart type 14,7). La population est divisée en quintiles de la distribution du score, chaque quintile réunissant 20 % de la population. Les quintiles sont ordonnés du quintile 1 (Q1) au quintile 5 (Q5). Le quintile 1 regroupe les sujets présentant les scores EPICES les plus bas, correspondant à l absence de précarité. A l opposé, le quintile 5 regroupe les sujets présentant les scores EPICES les plus élevés, correspondant au maximum de précarité. Recueil des données par les CES L examen de santé se déroule en plusieurs temps. Un auto-questionnaire permet le recueil d informations sur le statut sociodémographique, les modes de vie, l environnement social, l accès aux soins, la santé perçue et la symptomatologie. Des examens para-cliniques (biométrie, fonction cardiaque, respiratoire, audition, vue ) et des examens biologiques sanguins et urinaires sont pratiqués. Un examen dentaire est effectué par un dentiste. Le bilan est conclu par un examen médical, où le médecin recueille lors de sa consultation les prises médicamenteuses, et qui est l occasion de formuler des recommandations et des préconisations en fonction des problèmes de santé diagnostiqués. Toutes les procédures opératoires sont standardisées et décrites dans un guide de fiches techniques, élaboré par des experts et appliqué par tous les CES (Gueguen, 2001). Certains examens sont modulés selon l âge du consultant, selon les antécédents familiaux ou si l examen a été récemment pratiqué. C est le cas des examens de la vue et de l audition, systématiques avant 25 ans et après 45 ans, et modulés dans la tranche d âge ans. Les variables «déficit visuel» et «déficit auditif» sont renseignées respectivement à 60 % et 85 %. Les données manquantes représentent, dans ce cas, les consultants ayant déjà un suivi régulier par un professionnel de santé. 11

10 REVUE DE L'IRES N /1 Données analysées Toutes les données disponibles de la base ont été analysées. Les modalités des variables générées pour mesurer ces indicateurs sont détaillées en annexe (tableaux 2a et 2b). Aucune variable sur les revenus n était disponible. Les variables sont regroupées en deux catégories : Les indicateurs caractérisant la situation socio-économique du consultant tels que le sexe, l âge, la catégorie sociale, le niveau d études, la situation vis-à-vis de l emploi, également la classification administrative de reconnaissance des droits (dénommée «article 2») et les indicateurs caractérisant les comportements ou modes de vie tels que le statut tabagique, la consomma- Tableau 2a. Prévalences des indicateurs socio-économiques et de modes de vie Population totale n = Sexe Hommes Femmes Classes d âge <20ans >60ans Niveau d études Licence ou plus DEUG/DUT Baccalauréat CAP/BEPC Sans diplôme Illettré Catégories socio-professionnelles (PCS) Cadres Professions intermédiaires Commerçants Employés Ouvriers Autres (étudiants, personnes au foyer ou n ayant jamais travaillé) Modes de vie et accès aux soins Fumeur Sédentaire Non suivi médical régulier Non suivi dentaire régulier Non suivi gynécologique (femmes) Pas de méthode contraceptive (femmes) Santé perçue < 7/10 % 49,5 50,5 % 4,5 16,2 20,1 22,4 22,2 14,6 % 10,0 9,5 16,3 41,7 19,5 3,0 % 4,5 13,7 0,3 40,1 15,0 26,4 % 31,5 38,7 7,4 19,5 31,0 54,5 33,8 12

11 LE SCORE EPICES Tableau 2b. Prévalences des indicateurs de santé Population totale n = Santé Maigreur IMC * < 18,5 Obésité IMC * 30 RTH ** élevé Hypertension faible Hypertension moyenne Hypertension sévère Anémie Cholestérol et triglycérides élevés Hyperglycémie % 2,1 13,3 32,8 18,8 4,1 1,1 4,8 14,0 3,3 Médicaments Antalgique Anti-inflammatoire Psychotrope Anti-hypertenseur Hypolipémiant Hypoglycémiant Vasodilatateur Traitement hormonal substitutif (THS) (femmes) Contraceptif oral (femmes) Examen dentaire 4-10 caries > 10 caries > 10 dents extraites > 10 dents obturées Traitement bucco-dentaire nécessaire Surface masticatoire insuffisante * Indice de masse corporelle. ** Rapport taille/hanche. % 3,5 2,7 9,8 9,7 7,4 2,1 1,5 14,2 23,0 % 5,9 0,7 4,0 14,1 54,6 9,5 tion d alcool, l activité physique, le recours aux soins et l auto-perception de la santé (annexe tableau 2a). Les indicateurs caractérisant l état de santé mesuré tels que l indice de masse corporelle, la pression artérielle, les conclusions de l électrocardiogramme, la vision, l audition, les résultats de l examen dentaire, les indicateurs biologiques, ainsi que les prises médicamenteuses (annexe, tableau 2b). Les deux catégories de variables ont été analysées séparément et ont permis de dresser un profil socio-économique et de modes de vie et un profil de santé mesurée. Analyse des correspondances multiples (ACM) Cette technique permet de décrire les associations ou les oppositions entre les différentes variables sociales et de santé, en les représentant de façon 13

12 REVUE DE L'IRES N /1 graphique (Escofier, 1998). Les forces des associations ou des oppositions sont quantifiées par les positions graphiques, les réponses associées se trouvant très proches et les réponses opposées très éloignées. L analyse factorielle a aussi comme finalité la construction d axes factoriels permettant de résumer l ensemble des données recueillies lors de l examen de santé. L analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) permet le traitement de plusieurs variables qualitatives. L ACM portait sur le tableau croisé des quintiles de scores EPICES en colonnes avec, en lignes, les variables socio-économiques et de modes de vie (premier modèle) et les variables de santé (second modèle). Toutes les variables ont été traitées comme variables actives du modèle, à l exception de la consommation d alcool utilisée comme variable supplémentaire en raison d une trop forte contribution au modèle. Les analyses statistiques ont été réalisées à l aide du logiciel SPSS Résultats Prévalences des indicateurs dans la population La population comprend autant d hommes que de femmes. Plus de 35 % des consultants ont un niveau d études supérieur ou égal au baccalauréat, la catégorie sociale la plus représentée est celle des employés (40 %) (tableau 2a). Concernant les comportements et modes de vie, plus d un tiers de la population déclare fumer et être sédentaire. La prévalence du non suivi médicalestde7%etprèsde20%sontensituationdenonrecoursaudentiste. Un tiers des femmes n ont pas de suivi gynécologique régulier et plus de la moitié n utilise aucune méthode contraceptive. Enfin, 34 % de la population déclare une appréciation négative de la santé (tableau 2a). Concernant les anomalies de santé les plus fréquentes, on distingue le rapport taille-hanche élevé (33 %) et l obésité (13 %), la tension artérielle élevée 140/90 (24 %) et le taux de cholestérol et triglycérides élevé (14 %) (tableau 2b). Les prises de médicaments les plus fréquentes sont le traitement hormonal substitutif (THS) et la contraception orale des femmes, les psychotropes et les anti-hypertenseurs (tableau 2b). Enfin, l examen dentaire révèle que le traitement bucco-dentaire est nécessaire pour plus de la moitié des consultants et que4à6%delapopulation a un nombre élevé de dents cariées non traitées ( 4) ou de dents extraites non remplacées (> 10) (tableau 2b). 14

13 LE SCORE EPICES Indicateurs socio-économiques et modes de vie L ACM appliquée à l ensemble des indicateurs socio-économiques révèle unespaceà2dimensions(annexe,figures1et2).lesdeux premiers axes factoriels des données réduites représentent respectivement 92,8 % et 5,9 % de l inertie totale, c est-à-dire de l information relative aux relations entre ces deux ensembles. Le 1 er axe résumant l essentiel de l information, nous limiterons l analyse à l interprétation de ce seul axe factoriel. Ce facteur est très lié aux quintiles extrêmes Q1 et Q5 : le quintile 5 (sujets ayant les scores les plus élevés) contribue à plus de la moitié de la formation de l axe 1. Il s oppose sur cet axe au quintile Q1 qui contribue à 25 % de la formation de cet axe. L axe horizontal pourra alors s interpréter comme un gradient social lié à la précarité, en se déplaçant de la gauche, situation la moins favorable, vers la droite, situation la plus favorable au sens du score EPICES. Les quintiles sont ordonnés sur cet axe, de Q5 ayant la coordonnée négative la plus élevée (-0,8) à Q1 ayant la coordonnée positive la plus élevée (+0,7). La figure 1 représente les coordonnées des modalités de variable sur l axe 1, qui ont toutes une très bonne qualité de représentation (cosinus carré > 0,50). Ceci permet l interprétation de l axe1:pluslacoordonnéeestélevée, plus la modalité contribue à la formation de l axe 1, les points positifs caractérisant le 1 er quintile Q1 (c est-à-dire les non précaires) et les points négatifs le dernier quintile Q5 (les plus précaires). Les personnes ayant les scores EPICES les plus élevés (les quintiles Q4 et Q5) présentent les caractéristiques suivantes (figure 1) : Elles sont associées aux niveaux d études les plus faibles (CAP/BEP/BEPC) ou sans diplôme, aux catégories sociales les plus défavorisées (ouvrier ou inactif ) et à une instabilité de l emploi, voire même la perte d emploi. Elles sont aussi fortement associées à la définition administrative de la précarité. Les sans domicile fixe (SDF) et bénéficiaires du RMI et/ou CMU présentent des valeurs négatives élevées avec une forte contribution. Les bénéficiaires d un contrat emploi solidarité et les chômeurs ont des coordonnées négatives moins élevées. La durée de chômage se trouve aussi fortement liée aux quintiles, avec des valeurs négatives d autant plus importantes que la durée de chômage est longue. 15

14 REVUE DE L'IRES N /1 Enfin, concernant les comportements et l accès aux soins, les plus précaires EPICES sont caractérisés par un non recours au médecin ou au dentiste et un non suivi gynécologique régulier. Du même côté, on distingue le tabagisme, la sédentarité et l appréciation négative de la santé. Figure 1. Indicateurs socio-économiques et de modes de vie : coordonnées des variables sur le 1 er axe factoriel 16

15 LE SCORE EPICES Ces caractéristiques s opposent aux caractéristiques des personnes ayant les scores EPICES les plus faibles (Q1 ou Q2) (figure 1). Leur profil est plutôt favorable avec : Des niveaux d études élevés (BAC ou plus). Des catégories sociales favorisées (cadres, professions intermédiaires). Des actifs ayant un emploi, en particulier en contrat stable, à temps plein et avec des horaires de jour. Des comportements et accès aux soins dont les plus caractéristiques sont la bonne perception de la santé, l arrêt du tabac (anciens fumeurs), l activité physique régulière, le recours au médecin ou dentiste, ainsi que le suivi gynécologique. Indicateurs de santé L analyse des indicateurs de santé donne des résultats similaires aux précédents. L analyse fait ressortir un premier facteur résumant l essentiel de l information (94,2 %) (annexe, figures 3 et 4). Comme pour l analyse des indicateurs socio-économiques, les quintiles extrêmes Q5 et Q1 contribuent fortement au premier axe factoriel et s opposent sur cet axe. Les variables descriptives de l état dentaire contribuent fortement à l axe 1, avec des coordonnées excentrées. Les populations les plus précaires (Q5) sont associées à un profil de santé plutôt dégradée, ayant les caractéristiques suivantes (figure 2) : Un mauvais état dentaire, avec un nombre élevé de caries non traitées ou de dents extraites. Les modalités «aucune dent obturée» et «surface masticatoire insuffisante» contribuent également à ce profil. Des signes de maigreur, d anémie, ou inversement d obésité avec un IMC >30 et un rapport taille/hanche (RTH) élevé. Une hypertension artérielle, la présence d un déficit auditif ou d un déficit visuel. La prise de médicaments (hypoglycémiants, antalgiques ou psychotropes). Et une glycémie élevée. Cependant, les taux de cholestérol et triglycérides sont normaux. Les marqueurs biologiques de consommation d alcool (GGT et VGM élevés) se situent également du côté des populations ayant les scores EPICES élevés. Ce résultat contraste avec la déclaration de consommation d alcool : en effet, les modalités de la variable supplémentaire «a cessé de boire» et «n a jamais bu» sont associées à ces données biologiques. Cette 17

16 REVUE DE L'IRES N /1 proximité signifie que les non-consommateurs d alcool et les sujets à GGT et VGM élevés ont des profils de précarité voisins (et non pas forcément que les non consommateurs d alcool ont des GGT et VGM élevés). A l opposé, les populations les moins précaires (Q1-Q2) sont associées à un bon état de santé (figure 2) : Poids normal, RTH normal, tension artérielle normale. Bon état dentaire (aucune carie, quelques dents obturées, traitement bucco-dentaire à jour). Figure 2. Indicateurs de santé : coordonnées des variables sur le 1 er axe factoriel 18

17 LE SCORE EPICES Les femmes sous traitement hormonal substitutif (THS) s ajoutent au profil, côté non précaires EPICES. Les seuls indicateurs à connotation négative sont la prise de médicaments hypolipémiants et les taux de cholestérol et triglycérides élevés. A nouveau, on retrouve la proximité entre la déclaration de consommation d alcool régulière et les GGT et VGM normaux. De même que précédemment, le voisinage signifie une similitude des profils de précarité. Figure 2 (suite). Indicateurs de santé : coordonnées des variables sur le 1 er axe factoriel 19

18 REVUE DE L'IRES N /1 Synthèse En résumé, ces résultats montrent la pertinence du score EPICES, qui est lié à tous les indicateurs socio-économiques, de modes de vie, d accès aux soins et de santé : Les quintiles Q4 et Q5 sont associés aux situations socio-économiques et de modes de vie défavorables et à un état de santé dégradé. A l opposé, les personnes situées dans les premiers quintiles Q1 et Q2 présentent des situations socio-économiques et de comportements favorables et un bon état de santé. Les relations observées montrent que le score EPICES constitue un outil de mesure de la situation de précarité, en lien avec les indicateurs socio-économiques et avec les données de santé. Comparaison des deux définitions de la précarité : les «populations discordantes» Deux définitions de la précarité Afin de comparer les deux définitions de la précarité, le score EPICES a été dichotomisé en «précaires EPICES» et «non précaires EPICES». Sont considérés comme «précaires EPICES» les sujets appartenant aux quintiles 4 et 5, soit 40 % de la population d étude. En effet, ce sont ceux pour lesquels les indicateurs socio-économiques et de santé sont les plus défavorables. Les sujets ainsi caractérisés présentent des scores 30 (valeur seuil du quintile 4). Ainsi, depuis la généralisation du score EPICES dans le réseau des CES, deux définitions de la précarité sont disponibles : Les critères socio-administratifs définis suite à la publication de l article 2 de l arrêté de 1992 (ministère des Affaires sociales et de l Intégration, 1992) : chômeurs, bénéficiaires de contrats aidés, du RMI ou de la CMU, jeunes en insertion professionnelle, personnes sans domicile fixe. Ces catégories sont dénommées «précaires article 2», les autres catégories étant dénommées «non précaires article 2». Le score EPICES dichotomisé en «précaires EPICES» (quintiles 4 et 5) et «non précaires EPICES» (quintiles 1 à 3). Quatre types de populations Le croisement du score EPICES avec l article 2 fait ressortir quatre populations (tableau 3) : 20

19 LE SCORE EPICES Article 2 Non précaires Article 2 Précaires Article 2 Tableau 3. Les «populations discordantes» EPICES/article 2 EPICES Non précaires EP < ,3 % ,4 % Total ,8 % Précaires EP ,1 % ,1 % ,2 % Total ,4 % ,6 % ,0 % * Précaires Article 2 : chômeurs, bénéficiaires du RMI et/ou de la CMU, SDF, personnes ayant un contrat aidé (anciennement contrat emploi solidarité), jeunes ans en difficulté d insertion; * Non précaires Article 2 : actifs ayant un emploi, retraités et inactifs (femmes au foyer, étudiants, handicapés); * Le score EPICES est une mesure individuelle de la précarité, calculé à partir de 11 questions binaires, allant de 0, situation la plus favorable, à 100, situation la moins favorable. Sont définies comme précaires EPICES, les personnes ayant un score EPICES 30. A l opposé, les personnes ayant un score EPICES < 30 sont non précaires. Les «populations concordantes» qui comprennent : - Les personnes non précaires selon les deux définitions (51,3 %). - Les personnes précaires selon les deux définitions (21,1 %). Les «populations discordantes» qui comprennent : - Les personnes précaires article 2 et non précaires EPICES (8,4 %). - Les personnes non précaires article 2 et précaires EPICES (19,1 %). La suite de l analyse consiste à décrire les caractéristiques de chacune de ces quatre populations en termes d indicateurs socio-économiques, de modes de vie et d état de santé. Dans ce cas, l analyse des correspondances multiples est appliquée au tableau croisant les quatre populations (définies ci-dessus) en colonnes, avec, en lignes, les indicateurs socio-économiques et les indicateurs de santé. Dans ces analyses, certains indicateurs ont été croisés avec l âge et le sexe, considérés comme des facteurs de confusion, et afin d affiner la description des populations discordantes. Les résultats sont présentés sur les figures 3 à 6. L analyse des indicateurs socio-économiques permet d identifier deux facteurs résumant 99 % de l information (84 % sur l axe 1 et 15 % sur l axe 2) (annexe, figure 5). Le 1 er facteur (axe horizontal) marque l opposition entre les deux populations concordantes (annexe, figure 5) : Les individus non précaires selon les deux définitions qui sont associés aux valeurs positives et contribuent à plus d un quart de la formation du 1 er axe. 21

20 REVUE DE L'IRES N /1 Les individus précaires selon les deux définitions, qui sont associés aux valeurs négatives et contribuent à plus de la moitié de l axe 1. Le deuxième facteur (axe vertical) s interprète par l opposition des deux populations discordantes (annexe, figure 5) : Dans la partie supérieure sont représentées les populations précaires selon EPICES et non reconnues précaires par les critères administratifs de l article 2. Dans la partie inférieure sont situées les populations reconnues précaires au sens administratif et non précaires selon le score EPICES. Les résultats obtenus par l analyse des indicateurs de santé sont similaires. A nouveau, l axe horizontal oppose les deux populations concordantes et l axe vertical oppose les deux populations discordantes (annexe, figure 6). Dans l analyse des indicateurs de santé, on observe que l information apportéeparle2 ème axe factoriel est plus importante que pour les indicateurs socio-économiques : respectivement 34 % et 15 % de l inertie sur le deuxième axe. Les indicateurs de santé permettent donc une meilleure caractérisation des populations discordantes que les indicateurs socio-économiques. L analyse des modalités de variables contribuant aux axes factoriels 1 et 2 ont permis de dresser les profils des quatre populations. Profils des populations concordantes Populations non précaires selon les deux définitions (figures 3 et 4) Les populations non précaires d après les deux définitions sont associées à une situation d emploi stable, à temps plein, avec des horaires de travail de jour ou non fixés. Elles sont aussi caractérisées par les niveaux d études élevés (licence ou plus), la bonne appréciation de la santé et l arrêt du tabac. Concernant l analyse d état de santé, les prises de médicaments (anti-hypertenseurs, vasodilatateurs, hypolipémiants et psychotropes) chez les personnes âgées de plus de 60 ans contribuent au profil (marqueurs d un recours au médecin). Ce groupe est également caractérisé par un nombre important de femmes sous traitement hormonal substitutif (THS), par des marqueurs d une bonne hygiène dentaire et les acuités visuelles correctes. Cependant, certains indicateurs perturbés se retrouvent associés à ce profil, tels que le surpoids, l hypertension artérielle et les taux de cholestérol et triglycérides élevés. 22

Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes

Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes Caractéristiques des consultants examinés dans les CES de l Assurance Maladie Auteurs : Caroline Dupré, René Guéguen, Jean-Denis SIMO Remerciements : Jean-Jacques

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M

IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M La loi de la protection de l enfance La loi du 5 mars 2007 insiste sur la prévention et confie au Président du Conseil Général le soin d organiser,

Plus en détail

Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie

Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - décembre 2009 La souffrance psychique et la santé mentale des jeunes en insertion Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

La santé mentale des jeunes en insertion

La santé mentale des jeunes en insertion Rapport d étude - décembre 9 La santé mentale des jeunes en insertion Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie Remerciements Les auteurs remercient

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne AOI - France - Val de Marne Faciliter l accès à la santé bucco-dentaire d un public précaire en renoncement aux soins Médiation entre les secteurs sociaux

Plus en détail

LORRAINE. LE TABLEAU de BORD de la SANTÉ. L'UC-Centre de Médecine Préventive en partenariat avec le Centre d'examens de Santé de Moselle présente

LORRAINE. LE TABLEAU de BORD de la SANTÉ. L'UC-Centre de Médecine Préventive en partenariat avec le Centre d'examens de Santé de Moselle présente TB_LORRAINE_DEF 1/9/1 9:21 Page 1 L'UC-Centre de Médecine Préventive en partenariat avec le Centre d'examens de Santé de Moselle présente LE TABLEAU de BORD de la SANTÉ en LORRAINE Années 24-28 TB_LORRAINE_DEF

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

MUTUELLE NEGOCIEE ET SOLIDAIRE PRINCIPAUX RESULTATS DES QUESTIONNAIRES

MUTUELLE NEGOCIEE ET SOLIDAIRE PRINCIPAUX RESULTATS DES QUESTIONNAIRES MUTUELLE NEGOCIEE ET SOLIDAIRE PRINCIPAUX RESULTATS DES QUESTIONNAIRES I. PROFIL DES PERSONNES INTERROGEES Au 2/8/24 234 questionnaires traités 2 8 74 6 4 2 8 6 4 2 27 agent de la mairie résidant mornantais

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 «Aux côtés de nos publics fragiles : Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 CONTEXTE et OBJECTIFS DE L ETUDE L accès aux soins et aux droits des assurés est une des 3 missions du service

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France Dr Christine Cohidon Département Santé-Travail Institut de veille sanitaire UMRESTTE (Lyon) 1 Programme SAMOTRACE

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Examens périodiques de santé pour tout assuré social (sauf RSI) Les examens périodiques de santé Pour qui? En règle générale Pour tous les assurés sociaux

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Examens périodiques de santé pour tout assuré social (sauf RSI) Les examens périodiques de santé Pour qui? En règle générale Pour tous les assurés sociaux

Plus en détail

Santé et recours aux soins des populations précaires

Santé et recours aux soins des populations précaires Santé et recours aux soins des populations précaires La santé a toujours été une priorité des politiques sociales en France. Celles-ci portaient sur l hygiénisme, les vaccinations et la lutte contre les

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet

Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet Vade-mecum Tableau de bord wallon des maisons médicales Encodage, extraction, analyse Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet n 3 - juin 2013 Page 2 Table des matières PREAMBULE 5 TABLEAU

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015 DIECCTE DR Pôle emploi et Îles du Nord Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en février 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A,

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Le constat Des études de plus en plus nombreuses (1) (2) montrent que les déterminants socioéconomiques ont

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin.

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Les principaux points à retenir La fracture numérique de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Le secteur de la Recherche scientifique et de la biotechnologie connaît un fort dynamisme, attesté par

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Critères à respecter impérativement

Critères à respecter impérativement Critères à respecter impérativement Les questions auxquelles chaque région est tenue de répondre figurent dans le formulaire de candidature. Les régions candidates devront remplir obligatoirement l ensemble

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

et résultats État de santé et renoncement aux soins des bénéficiaires du RSA N 882 juin 2014

et résultats État de santé et renoncement aux soins des bénéficiaires du RSA N 882 juin 2014 ét udes et résultats N 882 juin 2014 État de santé et renoncement aux soi des bénéficiaires du RSA Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) sont moi nombreux à se percevoir en bonne santé

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012. C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1

LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012. C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1 [ LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012 ] C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1 FOCUS SUR LA SANTE BUCCO DENTAIRE DES PATIENTS HOSPITALISES

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Catalogue des prestations d action sociale et prévention

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Catalogue des prestations d action sociale et prévention CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Catalogue des prestations d action sociale et prévention Décembre 2014 L action sociale et prévention Préambule Animée par la volonté de développer sa politique

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail