Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet"

Transcription

1 Vade-mecum Tableau de bord wallon des maisons médicales Encodage, extraction, analyse Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet n 3 - juin 2013

2 Page 2

3 Table des matières PREAMBULE 5 TABLEAU DE BORD CONSIGNES D ENCODAGE ET INFORMATIONS CONCERNANT CHAQUE VARIABLE 1. Population de la MM/ASI Année de naissance Sexe Code postal Accès aux soins de santé Code titulaire Statut mutuelliste Niveau d études Vaccination grippe Vaccination tétanos / Diphtérie Mammographie et mammotest Dépistage cancer du col de l utérus Dépistage cancer colorectal Diabète de type Glycémie Cholestérol Obésité et excès de poids BMI et / ou Périmètre abdominal : Hypertension Relevé de tension Tabagisme 23 Page 3

4 Page 4

5 Préambule Le tableau de bord : un outil d aide à la pratique Le tableau de bord, c est un outil construit à partir du dossier médical informatisé (DMI) : on extrait de celui-ci certaines des données qui sont encodées quotidiennement, pour chaque patient, dans le cadre de la prise en charge. L analyse des données globales permet de visualiser certaines caractéristiques de la patientèle ainsi que certains aspects de la pratique. Le dossier santé informatisé et le tableau de bord sont donc deux outils complémentaires : le premier soutient la prise en charge individuelle, le second répond à une perspective collective. Le tableau de bord est constitué par un ensemble d indicateurs. Un indicateur, c est un élément quantifiable représentant une situation qu on veut cerner, sur laquelle on veut agir. Ces indicateurs sont construits à partir d une ou de plusieurs variables, toujours rapportées à un dénominateur. 1 1 Les indicateurs s expriment en % ; ils sont calculés soit en rapportant une variable unique au dénominateur : par exemple le nombre de femmes par rapport à la patientèle totale ; soit en rapportant au dénominateur plusieurs variables dont le croisement produit une information spécifique : par exemple le nombre de femmes de 50 à 69 ans qui ont bénéficié d une mammographie endéans les deux ans (le dénominateur étant ici le nombre de femmes de 50 à 69 ans). Page 5

6 C est un outil de pilotage interne A partir des indicateurs proposés ici, chaque équipe pourra mieux connaître certains aspects de sa population, la vulnérabilité de celleci, la charge de travail nécessaire pour assurer une prise en charge adéquate. Par exemple, l âge et le sexe sont associés à des risques de morbidité spécifiques (cancer du sein pour les femmes, maladies infantiles pour les petits, complications sur grippe pour les personnes de 65 et plus...) : ceci suggère certaines priorités en terme d activités. Le niveau d études, reconnu comme un bon indicateur du niveau socio-économique, est associé à la vulnérabilité : les gens faiblement instruits sont souvent plus fragiles face à la santé et à ses déterminants (logement, précarité d emploi, culture...). Le fait d avoir ou non une mutuelle (ou autre assurance) est un indicateur d accessibilité aux soins ; le statut mutuelliste indique qui ouvre l accès aux soins et, lorsqu il est couplé au code titulaire, qui ouvre le droit, par exemple, au statut d invalide. Les taux de couverture du dépistage du cancer du sein et de la vaccination sont, eux, des indicateurs de résultat : ils indiquent dans quelle mesure la population est protégée face aux risques concernés, et permettent de réfléchir à ce qu il faudrait faire si elle ne l est pas suffisamment. L évolution des indicateurs permet d envisager l avenir : si la patientèle augmente, ne faudra-t-il pas envisager d agrandir l équipe? Si la proportion de patients diabétiques ou obèses augmente, ne convient-il pas d envisager des compléments de formation? Réfléchir à mettre de nouvelles stratégies en place, si la proportion d hypertendus ne diminue pas malgré tout ce qu on a déjà fait? Les différents indicateurs peuvent donc soutenir une analyse sur la gestion de l ASI, sur les activités préventives et curatives. Page 6

7 Soutenir seulement : il ne s agit «que» de chiffres, qui doivent être analysés, critiqués, interprétés, contextualisés. C est un outil de réflexion en commun Si plusieurs équipes ont un tableau de bord avec un tronc commun, elles pourront, à partir de ce matériel brut que constituent les chiffres, réfléchir ensemble à leurs pratiques, donner un sens aux chiffres, se questionner à partir des différences observées. De tels échanges, très fructueux, ont déjà été menés par certaines équipes autour des taux de couverture de la vaccination contre la grippe. Un tableau de bord, c est donc un des outils utiles pour développer la qualité des soins ; et aussi, pour pouvoir en parler! Le simple fait d auto-évaluer sa pratique est reconnu comme un indice de qualité des soins ; si, en plus, on peut montrer que, dans les équipes pluridisciplinaires, les soins sont de qualité, c est une bonne manière de valoriser ces pratiques. C est un outil de soutien à la décision politique Enfin, si toutes les équipes encodent les mêmes variables de manière standardisée, l analyse des données agrégées fournira une image de l ensemble de la population soignée dans les ASI, de ses points communs et de sa diversité, de ses problèmes, de ses besoins, et de certains modes de vie liés à la santé. Certaines études ont déjà montré que la patientèle des ASI est globalement moins favorisée que la moyenne en Belgique, qu elle comporte plus de personnes invalides... : ce genre de constat permet d interpeller les pouvoirs publics quant aux moyens dont les équipes disposent. La collecte d informations sur les plaintes, les pathologies, les comportements à risques, indiquera aussi quelles sont les priorités sanitaires des patientèles analysées et de publics ayant des caractéristiques similaires. Page 7

8 C est un outil de connaissance Le tableau de bord des ASI permettra un jour, espérons-le, d enrichir les études réalisées par d autres structures, selon d autres méthodes (Observatoires de la santé, Institut scientifique de santé publique, universités...). Les ASI constituent un bon poste d observation pour les populations fragilisées, et peuvent donc, avec d autres, remplir une mission utile à la décision politique en matière de santé. Inutile de rappeler que, pour être valides, les données doivent être encodées systématiquement, par tout le monde, de la même façon... c est bien là le défi de ce projet... De quoi a-t-on besoin? Un ordinateur dans chaque cabinet et un serveur commun Un logiciel de recueil de données : le dossier santé informatisé Un référent tableau de bord Un peu de temps De la motivation Un support extérieur (disponible à la Fédération auprès du coordinateur tableau de bord ou apporté par des collègues d autres MM/ASI pour une question précise ou lors d échange de pratiques) Quelles sont les étapes préalables? Une réflexion en équipe - sur l implantation du dossier santé informatisé - sur l utilité du tableau de bord en interne - sur l utilisation des données - pour répartir les rôles (qui encode quoi, quand et pourquoi) Page 8

9 Une formation - à l utilisation du DMI et de ses concepts pour les soignants - à l utilisation du logiciel pour tous Comment extrait-on les données? Les données se retrouvent dans les différentes tables du logiciel DSI. Pour extraire les données, il faut donc extraire les tables dans lesquelles elles ont été encodées. Ces tables varient d un logiciel à l autre. Pour une information spécifique, contactez la Fédération ou votre fournisseur. Comment les données sont-elles analysées? Au sein de la Fédération des maisons médicales par des personnes formées au traitement et à l analyse des données et garantes de la confidentialité des données reçues. Selon les principes établis dans la charte concernant l utilisation des données (disponible à la Fédération si vous ne l avez pas reçue). Des outils complémentaires sont disponibles sur le site de la Fédération : - Fiches pratiques - Feuilles de liaison - Fiches «DSI et Bonnes pratiques» : fiches thématiques comprenant des consignes de suivi et d encodage avec copies d écran. - «Recueil de trucs et astuces» : pour gérer le projet tableau de bord dans votre équipe. Page 9

10 Tableau de bord 2013 Dénominateur Patientèle de la MM/ASI Données socio-économiques et administratives Année de naissance Sexe Code postal Accès aux soins de santé Code titulaire Statut mutuelliste Niveau d études à 25 ans Prévention Vaccination grippe pour les plus de 65 ans Vaccination tétanos / Diphtérie pour les adultes Dépistage cancer du sein Dépistage cancer du col de l utérus Dépistage cancer colorectal Morbidité et facteurs de risques Diabète de type 2 Glycémie Cholestérol Obésité et excès de poids BMI et / ou Périmètre abdominal Hypertension Relevé de tension Tabagisme Page 10

11 Consignes d encodage et informations concernant chaque variable REMARQUE GENERALE concernant les informations manquantes : La plupart du temps, il est possible de choisir «inconnu» ou «autre» dans les menus déroulants, n oubliez pas de vous en servir. Cela signifie que vous n avez pas oublié ce champ mais que vous ne connaissez pas la réponse (inconnu) ou que les propositions ne conviennent pas (autre). Pour les données chiffrées le code signifiant «inconnu» est une série de Population de la MM/ASI Définition : nombre de personnes prises en charge dans chaque ASI. Objectif : Variable nécessaire pour effectuer les analyses (dénominateur). Pour les ASI au forfait 2 : On rencontre 2 types de patients actifs : - Les patients inscrits (codé automatiquement «actif») - Les patients non inscrits mais identifiés comme ayant effectivement leur médecin traitant dans l ASI : à encoder manuellement comme «actifs» (penser à le supprimer quand les patients ne viennent plus). Pour les MM/ASI à l acte : en fonction du logiciel utilisé il y a ou non une variable permettant de distinguer les «actifs» des «passifs», c est à dire, les patients qui consultent régulièrement à la MM/ASI en opposition à ceux qui ne viennent plus ou sont décédés. Actuellement la définition du dénominateur des ASI à l acte reste donc du cas par cas. 2 Cette information est collectée dans Pricare, dans les informations administratives : actif/passif. Page 11

12 2. Année de naissance Objectifs : Connaître l âge des populations prises en charge, et pouvoir faire le lien entre l âge et certains problèmes de santé rencontrés. De plus, certains activités de prévention ciblent des classes d âge précises. Catégories/méthode d encodage : L encodage se fait dans les informations administrative des patients, la date complète (jour, mois, année) est encodée. Mais la date complète n est pas nécessaire, l année suffit pour déterminer l âge de la personne. 3. Sexe Objectifs : morbidité différente selon le sexe de la personne. Cet item permet d analyser la répartition des maladies selon les sexes, mais aussi de ne sélectionner qu une catégorie de personnes pour certaines analyses, par exemple pour les mammographies. Catégories : M/F (I dans certains logiciels) 4. Code postal Objectifs : - localiser la patientèle prise en charge par l ASI et examiner s il existe des liens entre localisation géographique (environnement) et certains problèmes de santé/sociaux ; - identifier les zones qui sont couvertes par les MM/ASI. NB : l analyse par secteur statistique (unités beaucoup plus petites que la commune) permettrait une analyse plus fine. La possibilité budgétaire d installer le logiciel adéquat dans chaque ASI sera examinée. En attendant, le code postal donnera une première ébauche de la répartition géographique. Page 12

13 Les données ne seront analysées par région que lorsque ceci ne permet pas d identifier les ASI (condition : plus de 4 ASI par région). Les ASI qui pourraient être reconnues à travers leur code postal seront rassemblées dans un groupe «autres». Catégories : codes postaux 5. Accès aux soins de santé Définition : Objectifs : Cette variable donne une indication sur la situation socioéconomique de la population des ASI et sur les moyens dont elle dispose pour se soigner.(assurance maladie) Catégories analysées 3 : - Avec mutuelle - Dépendant du CPAS - AMU - CEE, OTAN, Privée - Sans couverture - Autre - Inconnu 3 Dans Pricare : - CPAS : de 000 à avec mutuelle : codes des mutuelles, de 100 à AMU : INIG : OSSOM : Communauté européenne : sans couverture : autre : Inconnu : 999 Nb : cette liste vous permet de facturer au service adéquat tous les actes techniques qui ne sont pas pris en charge par le forfait, c est pourquoi vous avez plusieurs codes disponibles pour les CPAS ou les différentes mutuelles. Page 13

14 6. Code titulaire Définition : il s agit du code attribué par la mutuelle à chaque affilié et définissant ses droits en termes de remboursements notamment. Objectifs : donne des informations sur la situation sociale des individus : bénéficiaire de l aide majorée (= ayant des revenus bas), invalide, pensionné, etc. Cette variable donne une indication sur la situation socio-économique de la population des ASI et sur la fragilité de sa santé. Catégories 4 : nombreuses. Il faut encoder le numéro de code titulaire, tel que donné sur la vignette mutuelle : il s agit d un code à 6 chiffres : par exemple. Pour l analyse, les codes minoritaires sont groupés pour faciliter les analyses et améliorer l anonymisation des patients. Remarque : tous les individus d une même famille ont le même code que le titulaire, Les membres de la famille d un invalide ont tous un code titulaire invalide et bénéficient de l aide majorée même s ils ne sont pas invalides eux-même. Cette information doit donc être couplée avec l information «statut mutuelliste» pour connaître la proportion réelle d invalides, pensionnés, dans la population de l ASI. 4 Les codes les plus utilisés sont repris en annexe. La liste complète est disponible à la Fédération ou sur le site de la banque Carrefour : Page 14

15 7. Statut mutuelliste Définition : statut de l individu dans sa famille, tel que défini au niveau de la mutuelle : titulaire, conjoint, ascendant, descendant. Objectif : couplé au code titulaire, il permet d affiner les informations concernant la situation sociale ou de morbidité des individus. En effet, lorsque le titulaire est invalide, tous les membres de sa famille ont ce même statut préférentiel sans pour autant être invalides euxmêmes. Dans le jargon des mutuelles cette variable porte de nom de «situation familiale» c est sous cette appellation que vous trouverez cette information. Lorsque la personne n est pas titulaire, le code du titulaire dont elle dépend est demandé, cela permet de connaître son statut d accès aux soins. Il arrive que le titulaire en question ne soit pas soigné dans l ASI. Nous vous demandons alors de créer un patient fictif (NNNpassif pour les ASI au forfait) avec les informations nécessaires. Catégories : - Titulaire - Conjoint - Ascendant - Enfant Page 15

16 8. Niveau d études Définition : niveau du dernier diplôme obtenu par la personne, ou à défaut niveau de la dernière année à laquelle la personne a été scolarisée. NB : cette information est collectée à partir de 25 ans car beaucoup de personnes n ont pas fini leurs études avant cet âge. Objectifs : assez bon indicateur, d après la littérature, du niveau socio-économique d une population, lequel est associé à la vulnérabilité. Cet indicateur est plus stable que la profession ou les autres statuts. Catégories analysées : Niveau d'étude inconnu Aucun diplôme Primaires Secondaire inférieur Secondaire supérieur Etudes supérieures non universitaires Enseignement universitaire ou assimilé Enseignement spécial Autres Page 16

17 Remarque concernant les variables prévention : Il est nécessaire d homogénéiser les pratiques en ce qui concerne l information utilisée pour encoder ou non une vaccination ou une mammographie. Si une personne dit qu elle a été vaccinée mais n a pas d écrit permettant de valider ses dires, faut-il l encoder ou non? Nous proposons, pour le vaccin grippe et la mammographie de ne noter «exécuté» que : - lorsque le vaccin a été effectué dans l ASI, ou - lorsque le médecin a reçu le protocole de la mammographie, le carnet de vaccination ou tout autre document permettant de connaître avec précision la date à laquelle l acte a été posé. Cette proposition se base sur l expérience de plusieurs équipes qui ont déjà décidé de fonctionner de cette façon suite à un travail de concertation. Pour le tétanos, noter exécuté si : - la vaccination a été réalisée dans la MM/ASI - si le patient a une preuve ou donne des informations suffisamment précises et sûres. Page 17

18 9. Vaccination grippe Tous les ans pour les 65 ans et plus. Objectifs : La récolte de cette information nous permettra d obtenir un taux de couverture de vaccination contre la grippe dans les ASI. Consignes pour l encodage : Encoder «exécuté» quand la vaccination a été réalisée et noter une échéance pour la suite. Quand un patient refuse une vaccination il est important d encoder ce refus, cela permet de voir que la proposition lui a été faite. 10. Vaccination tétanos / Diphtérie Il est recommandé d administrer la première dose adulte entre 14 et 16 ans, et d effectuer une vaccination de rappel tous les 10 ans. Lors de l analyse, on considère qu une personne a été vaccinée si elle l a été dans les 10 années qui précédent et nous analysons les données à partir de 25 ans (date du premier rappel). Objectif : La récolte de cette information nous permettra d obtenir un taux de couverture de vaccination dans les ASI. Consignes pour l encodage : Encoder «exécuté» quand la vaccination a été réalisée sur place ou si les informations du patients sont suffisamment précises et sûres. Noter une échéance pour la suite. Quand un patient refuse une vaccination il est important d encoder ce refus, cela permet de voir que la proposition lui a été faite. Page 18

19 11. Mammographie et mammotest Tous les 2 ans entre 50 et 69 ans. Il s agit de connaître le taux de dépistage du cancer du sein. Selon les recommandations de la Communauté française ce dépistage devrait se faire par mammotest dans un centre agréé. Il est recommandé de différencier : - mammographie de dépistage/mammotest : X mammographie : X Actuellement, nous prenons en compte toutes les mammographies encodées. Consignes pour l encodage : Encoder la date de la mammographie lorsque vous avez reçu le protocole. Encoder «exécuté» et noter une échéance pour la suite. Quand une patiente refuse une mammographie il est important d encoder ce refus, cela permet de voir que la proposition lui a été faite. 12. Dépistage cancer du col de l utérus 13. Dépistage cancer colorectal Page 19

20 Remarque concernant les données suivantes : Outre leur intérêt en tant que tel, elles constituent un premier pas dans la détermination du risque cardio-vasculaire global dans la population des MM/ASI : en effet, pour calculer celui-ci, les items nécessaires sont : âge, statut tabagique, excès de cholestérol à l anamnèse, présence de diabète, existence d antécédents cardiaques personnels et familiaux, excès de poids, hypertension. 14. Diabète de type 2 Etant donné l émergence du diabète chez les jeunes et afin de pouvoir comparer les données recueillies en ASI avec les données existantes, le dénominateur considéré pour analyser cet item est l ensemble de la population de l ASI. A encoder dans les épisodes de soins : codes CISP pris en compte : T90 et T Glycémie A encoder en mg/dl 16. Cholestérol Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Page 20

21 17. Obésité et excès de poids Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Nous vérifions si un diagnostic d excès pondéral ou d obésité a été encodé et s il est actif. A encoder dans les épisodes de soins : codes CISP pris en compte : Codes T82 et T BMI et / ou Périmètre abdominal : A encoder en cm. Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Pour les personnes ne présentant pas de facteur de risque, les recommandations sont de ré-évaluer le risque tous les 3 à 5 ans. La surcharge pondérale est un des facteurs permettant d identifier le niveau de risque pour les 30 à 75 ans 5. Remarque : il y a des discussions en matière de risque cardiovasculaire pour remplacer l'indicateur du facteur de risque "obésité" BMI par le périmètre abdominal. Par contre les patients semblent plus réceptifs à la notion de BMI et cet indicateur semble plus pratique pour encourager les personnes à perdre du poids quand c est nécessaire. Il est donc utile d encoder les deux, surtout que le BMI reste un bon indicateur pour d autres risques, comme par exemple le diabète. Nous recueillerons donc actuellement uniquement le BMI. 5 Cf. Plaquette «La prévention cardiovasculaire» disponible à la Fédération et consultable en ligne sur le site sous le nom : «tables SCORE» Page 21

22 19. Hypertension Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Nous vérifions si un diagnostic d hypertension a été encodé et s il est actif. A encoder dans les épisodes de soins : codes CISP pris en compte : codes K86 et K Relevé de tension A encoder en millimètres de mercure. Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Attention, pour que les chiffres reflètent bien la réalité, il est important de bien noter toutes les prises de tension, y compris quand elle est dans la normale, sous peine de fausser les résultats. Quand suffisamment d ASI encoderont dans le DSI et que l hypertension sera encodée dans les éléments de soin, nous pourront évaluer la proportion de personnes hypertendues dans la population. Actuellement nous aurons une simple approximation de cette information. Page 22

23 21. Tabagisme A partir de 15 ans. Définition du tabagisme : Deux variables sont recommandées par l'oms pour définir ce qu'est un fumeur : - a fumé plus de 100 cigarettes dans sa vie - et fume actuellement (que ce soit occasionnel ou régulier, quel que soit le nombre de cigarettes) Remarque : Quand c est possible dans le logiciel, il est également important d encoder les non-fumeurs car cela permet de faire la différence entre ceux qui ne fument pas et ceux à qui on n a pas posé la question. Pour Pricare, se référer à la fiche «DSI et bonnes pratiques» n 4 sur le tabac. Page 23

24 Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones Bd du Midi 25/ Bruxelles

Le Tableau de Bord de la Fédération des Maisons Médicales

Le Tableau de Bord de la Fédération des Maisons Médicales Le Tableau de Bord de la Fédération des Maisons Médicales François Carbonez Médecin de famille, Assistant à la Maison Médicale Santé Plurielle Projet REGM. Ministère de la Santé Publique, Bruxelles. Juin

Plus en détail

Structure des revenus des médecins (hors système forfait)

Structure des revenus des médecins (hors système forfait) Structure des revenus des médecins (hors système forfait) Paiement à l acte: consultations, visites, actes techniques Paiement à la capitation (par patient): DMG, DMG+, Passeport diabète, Trajets de soins

Plus en détail

Encodage et tableau de bord : Comment débuter? Comment progresser? 2

Encodage et tableau de bord : Comment débuter? Comment progresser? 2 Encodage et tableau de bord Comment débuter? Comment progresser? Expériences de terrain - trucs et astuces Marie Marganne Service études et recherche de la Fédération des maisons médicales Marianne Prévost

Plus en détail

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète Cabinet de Mme la Ministre Nicole Maréchal Ministre de l'aide à la Jeunesse et de la Santé Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique Section d'epidémiologie Institut de Santé Publique Déclaration

Plus en détail

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE Séminaire Européen SIDIIEF : LES MALADIES CHRONIQUES HENALLUX Namur -19 novembre 2015 LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE

Plus en détail

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir?

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Prof. Antoine Bailly Président forumsante.ch Prix Vautrin Lud, «Nobel» de Géographie Un système de santé apprécié et critiqué Toutes les

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Mai 2011 Numéro 25 Améliorer ses habitudes de vie à la suite de l annonce d un diagnostic de cancer : que révèle l Enquête québécoise

Plus en détail

Pratiques préventives des médecins généralistes franciliens. Approche quantitative

Pratiques préventives des médecins généralistes franciliens. Approche quantitative Pratiques préventives des médecins généralistes franciliens Approche quantitative Nos pratiques sont-elles de nature à réduire les inégalités sociales de santé éventuellement présentes dans nos patientèles?

Plus en détail

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Élément de dynamisme, la population du Grand Creillois est jeune : 36,7 % des habitants ont

Plus en détail

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN En Belgique, chaque mutuelle est libre de choisir sa "politique de remboursement". Tout dépend donc de la mutualité à laquelle vous (votre patient)

Plus en détail

Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer. Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1

Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer. Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1 Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1 Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer 28 rue de la Donelière CS 11152 35011 Rennes cedex Tél. 02 99 63 67 67 Fax : 02 23

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Synthèse Bien que les comportements suicidaires représentent un problème majeur de santé

Plus en détail

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Mémorandum de la Fédération des maisons médicales Octobre 2013 et la Fédération des maisons médicales Le mouvement des maisons médicales et

Plus en détail

Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité

Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité Catherine Sass Centre Technique d Appui et de Formation des Centres d examens de santé (Cetaf) Saint Etienne, France

Plus en détail

APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab)

APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab) APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab) Manuel d'utilisation Ce document vous est offert gratuitement par INAMI Avenue de Tervuren 211 1150 BRUXELLES HELPDESK : 02/788.51.55 Tout

Plus en détail

Projet de service du SLS

Projet de service du SLS Institut Notre-Dame ACIS asbl Adresse du service : Service de Logements Supervisés (SLS) de Bressoux ACIS ASBL Rue Winston Churchill 25 4020 BRESSOUX Tél : 04/285 96 09 1. Historique / Finalité - Histoire

Plus en détail

Conduites addictives : description et regards croisés

Conduites addictives : description et regards croisés ( santé jeunes Enquête réalisée dans le département de l (France) et la province du (Belgique) en 23-24 Conduites addictives : description et regards croisés Le tabac, l alcool et les drogues illicites

Plus en détail

Éléments de problématique

Éléments de problématique Éléments de problématique en préparation du débat relatif à la stratégie nationale de santé Le 30 janvier 2014 Au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg Le Médecin généraliste, premier acteur

Plus en détail

l accord du titulaire.

l accord du titulaire. DOSSIER DE COORDINATION ET DE SANTÉ appartenant à Madame / Monsieur Ce dossier contient des informations confidentielles. Vous ne pouvez le consulter qu avec l accord du titulaire. Dossier de Coordination

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Bruxelles 28/01/2014 Plan 1. Des compétences disparates et partielles

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

Première exploitation de l'enquête décennale de l'insee

Première exploitation de l'enquête décennale de l'insee Première exploitation de l'enquête décennale de l'insee H. Prouvost, G. Poirier, M. Sampil Extraction réalisée pour Le Conseil Régional Nord Pas-de-Calais Première extraction de l'enquête décennale de

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé

Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé Septembre 2008 SOMMAIRE I. Introduction... 3 II. Méthode... 3 III. Résultats... 4 1. Caractéristiques

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

CONVENTION. LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE D ILE DE FRANCE, située

CONVENTION. LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE D ILE DE FRANCE, située CONVENTION de financement et de partenariat entre les régimes d assurance maladie et le Département des Yvelines pour assurer la prise en charge, par l Assurance Maladie, des prestations réalisées par

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

Modalités pratiques d admission : 1. documents à rassembler par tous les candidats

Modalités pratiques d admission : 1. documents à rassembler par tous les candidats Modalités pratiques d admission : 1. documents à rassembler par tous les candidats Fin du secondaire en 2014 Fin du secondaire en 2013 Fin du secondaire avant 2013 1 2 Copie de la carte d identité ou de

Plus en détail

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L obésité et la précarité alimentaire en Belgique Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L Obésité Obésité Mars 2013 Selon l OMS (organisation Mondiale de la Santé):

Plus en détail

Modifications Soft33

Modifications Soft33 Modifications Soft33 Vous trouverez, ci après, la description des principales modifications et corrections apportées au logiciel Soft33 depuis la version 6.0.0. 1. Version 6.7.5 Facturation Génération

Plus en détail

CONVENTION. Représentée par : Mr Thierry LEFEVRE, Directeur, Ci-après dénommée «la CPAM»

CONVENTION. Représentée par : Mr Thierry LEFEVRE, Directeur, Ci-après dénommée «la CPAM» CONVENTION Annexe Projet de financement et de partenariat entre la CAISSE d ASSURANCE MALADIE des DEUX-SEVRES et le DEPARTEMENT des DEUX SEVRES pour assurer la prise en charge, par l Assurance Maladie,

Plus en détail

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des Écarts entre morbidité déclarée et morbidité mesurée À travers l enquête décennale santé Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Un projet pilote sur la prévention des chutes chez les personnes âgées vivant à domicile

Un projet pilote sur la prévention des chutes chez les personnes âgées vivant à domicile Un projet pilote sur la prévention des chutes chez les personnes âgées vivant à domicile La question de départ : quelles stratégies proposer pour prévenir les chutes chez les personnes âgées vivant à domicile?

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

Chapitre 9 Le suivi d une ordonnance homéopathique Procédures et gestion des promis

Chapitre 9 Le suivi d une ordonnance homéopathique Procédures et gestion des promis Chapitre 9 Le suivi d une ordonnance homéopathique Procédures et gestion des promis 1) Pourquoi? Quand nous avons commencé à parler de qualité à l officine, tous les collaborateurs ont évoqué des dysfonctionnements

Plus en détail

Femmes et hypertension artérielle. une liaison à risque. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Femmes et hypertension artérielle. une liaison à risque. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle CFLHT2011_essai#2:Mise en page 1 27/10/11 18:48 Page 1 Femmes et hypertension artérielle une liaison à risque Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Éditorial

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

PIECES A FOURNIR OBLIGATOIREMENT AU DOSSIER D ADMISSION

PIECES A FOURNIR OBLIGATOIREMENT AU DOSSIER D ADMISSION PIECES A FOURNIR OBLIGATOIREMENT AU DOSSIER D ADMISSION - Attestation de droits à l Assurance Maladie à jour (et non la copie de carte vitale) - Photocopie de la carte de Mutuelle à jour - Photocopie de

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

le cancer de l intestin

le cancer de l intestin le cancer de l intestin Programme de dépistage en Communauté française www.cancerintestin.be Table des matières Introduction L adhésion des partenaires L engagement des gastro-entérologues 1. Le cancer

Plus en détail

Enquête. sur la prévalence tabagique chez les adolescents en province de Luxembourg. Cahier de bord n 2

Enquête. sur la prévalence tabagique chez les adolescents en province de Luxembourg. Cahier de bord n 2 Cahier de bord n 2 Enquête sur la prévalence tabagique chez les adolescents en province de Luxembourg Service Prévention-Santé Observatoire de la Santé de la Province de Luxembourg SOMMAIRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

COMMISSION MEDICALE LBBB : Dr COLLIN Jacky médecin régional

COMMISSION MEDICALE LBBB : Dr COLLIN Jacky médecin régional COMMISSION MEDICALE LBBB : Dr COLLIN Jacky médecin régional 1. Avant 35 ans. TERRITORIAUX Visite médicale réalisée par médecin agrée ou médecin traitant. ECG de repos obligatoire de moins de 4 ans (à répéter

Plus en détail

Dossier Médical Personnel et Prévention

Dossier Médical Personnel et Prévention Dossier Médical Personnel et Prévention 29/03/2012 Claire Hassen-Khodja Interne de Santé Publique Introduction Article L1111-14 du Code de la Santé Publique : - «Le dossier médical personnel comporte également

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

Enseignement secondaire technique. Outils de gestion sur poste informatique

Enseignement secondaire technique. Outils de gestion sur poste informatique Enseignement secondaire technique Régime professionnel Professions du commerce Division de l'apprentissage commercial Section des employés administratifs et commerciaux Section des employés administratifs

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

EVALUATIONS NATIONALES. Des outils pour aider les élèves Des outils au service du projet d école.

EVALUATIONS NATIONALES. Des outils pour aider les élèves Des outils au service du projet d école. EVALUATIONS NATIONALES Des outils pour aider les élèves Des outils au service du projet d école. Quelques soient les défauts (perfectibles) des outils proposés, les évaluations nationales viennent renforcer

Plus en détail

PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient

PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient 1. Contexte Dans le cadre de la mise en œuvre des différents chantiers prévus dans la Déclaration de Politique Générale de la COCOM, l élaboration

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire.

Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire. COMMUNIQUE DE PRESSE Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire. Bruxelles, le 11 mars 2008 - Si Euromut veille à promouvoir le

Plus en détail

Hypo Protect Classic 2win

Hypo Protect Classic 2win Proposition d assurance Hypo Protect Classic 2win Coordonnées de l intermédiaire : N d agence : Modification du contrat n : N de dossier : Code : Date d impression : Coordonnées 1. Preneur d assurance

Plus en détail

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 RAPPORT 3 : UTILISATION DES SERVICES DE SOINS DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Sabine Drieskens, Lydia Gisle (éd.) Institut Scientifique de Santé Publique Direction Opérationnelle

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

CARNET DE STAGE dentiste généraliste

CARNET DE STAGE dentiste généraliste CARNET DE STAGE dentiste généraliste Nom : Prénom : Adresse de correspondance : Rue : N Boîte Code postal : Localité : Tél./GSM : E-mail : RESERVE A L UNIVERSITE Validation par UCL / ULB / Ulg (biffer

Plus en détail

l assurance temporaire

l assurance temporaire Solutions de protection Votre guide sur l assurance temporaire de la Standard Life Vers une meilleure retraite Accroître. Protéger. Apprécier. Léguer. Bonjour. De plus en plus de gens souhaitent obtenir

Plus en détail

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque VERS UN MONDE SANS TABAC Paris, le 29 mai 2015 Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015 Quelle démarche adoptée en Ile-de- France? Pourquoi l ARS Ile-de-France décline-t-elle le PNRT? Comment

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES CAS - Déchiffrer les dépenses de santé Comment bien dépenser

Plus en détail

Baccalauréat en soins infirmiers

Baccalauréat en soins infirmiers Baccalauréat en soins infirmiers Quelques renseignements pratiques au sujet de l inscription. Institut Supérieur de Soins Infirmiers Galilée Rue Royale 336 à 1030 Bruxelles Tél : 02/613.19.70. 613.19.71

Plus en détail

Fonds des Accidents Médicaux 211, Avenue de Tervueren 1150 Bruxelles

Fonds des Accidents Médicaux 211, Avenue de Tervueren 1150 Bruxelles Fonds des Accidents Médicaux 211, Avenue de Tervueren 1150 Bruxelles Le formulaire en annexe vous aidera à introduire une demande auprès du Fonds des Accidents Médicaux. Remplissez à l encre foncée svp.

Plus en détail

DEMANDE D AIDE FINANCIERE

DEMANDE D AIDE FINANCIERE 1) Règles et critères généraux DEMANDE D AIDE FINANCIERE La demande ne peut être introduite que lorsque toutes les instances officielles ou privées ont été sollicitées (Mutuelle, CPAS, Fonds Spécial de

Plus en détail

Guide de l indice-santé MD. Guide d information pour les conseillers

Guide de l indice-santé MD. Guide d information pour les conseillers Guide de l indice-santé MD Guide d information pour les conseillers Qu est-ce que l indice-santé? L indice-santé est une technique de sélection des risques plus affinée qui tient compte de l état de santé

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B Liste des tableaux disponibles en ligne L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B : Liste des tableaux disponibles en ligne Annexe B Liste

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Baccalauréat en soins infirmiers

Baccalauréat en soins infirmiers Baccalauréat en soins infirmiers Quelques renseignements pratiques au sujet de l inscription. Institut Supérieur de Soins Infirmiers Galilée Rue Royale 336 à 1030 Bruxelles Tél : 02/613.19.70. 613.19.71

Plus en détail

RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET

RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET Christine Guyot-Declerck UCL-Administration de la Recherche Ex-coordinatrice du projet socle WalNut-20 WagrAlim - 25/01/2011 DÉROULEMENT DE L EXPOSÉ 1. Qui

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Précarités, risque et santé Enquête menée auprès des consultants de centres de soins gratuits

q u estions santé d économie de la analyse Repères Précarités, risque et santé Enquête menée auprès des consultants de centres de soins gratuits Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et les logiques de recours

Plus en détail

ESAT SAVS FOYER D HEBERGEMENT

ESAT SAVS FOYER D HEBERGEMENT DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION ESAT SAVS FOYER D HEBERGEMENT 24, rue Gaillot Aubert 51800 SAINTE MENEHOULD 03 26 60 09 03 03 26 60 09 07 e-mail : assistant.direction@elan-argonnais.fr Les réponses aux

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997 5.6.1. Introduction Les caries dentaires sont une maladie dans laquelle les gencives minéralisées ne sont plus protégées en conséquence de la formation d acides qui proviennent de la fermentation d hydrates

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU 1/ Résultats de l enquête sur la couverture vaccinale et l accès aux soins de santé des populations roms sur Bruxelles 2/ Quelques bonnes pratiques: «film» 3/ Piste pour la suite NOUS SOIGNONS CEUX QUE

Plus en détail

Retour du cabinet de la Ministre Marisol Touraine

Retour du cabinet de la Ministre Marisol Touraine Retour du cabinet de la Ministre Marisol Touraine 1. Les avis favorables IVG médicamenteuses Vaccinations étendues à l entourage de la femme enceinte, à définir avec le haut conseil à la santé publique

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes Des Réseaux, des Réponses. Panorama Pr Romain Moirand Rennes Objectifs Décrire les actions concrètes proposées par les réseaux existants sur la thématique des addictions Faire le lien entre ces actions

Plus en détail

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne Professions indépendantes Votre carte Vitale et votre carte Européenne Edition 2014 AIDE VOTRE POUR CARTE VITALE UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ET TIERS PAYANT SOCIAL La carte Vitale est une carte à puce dont

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE (À MI-TEMPS)

AVIS DE VACANCE DE POSTE (À MI-TEMPS) DROME ARDECHE PREVENTION 9 RUE MELIES 26000 VALENCE TEL : 04 75 43 04 61 E-mail : epare@dapc.fr Direction des Ressources humaines AVIS DE VACANCE DE POSTE (À MI-TEMPS) MÉDECIN COORDONNATEUR ADJOINT DU

Plus en détail