Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet"

Transcription

1 Vade-mecum Tableau de bord wallon des maisons médicales Encodage, extraction, analyse Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet n 3 - juin 2013

2 Page 2

3 Table des matières PREAMBULE 5 TABLEAU DE BORD CONSIGNES D ENCODAGE ET INFORMATIONS CONCERNANT CHAQUE VARIABLE 1. Population de la MM/ASI Année de naissance Sexe Code postal Accès aux soins de santé Code titulaire Statut mutuelliste Niveau d études Vaccination grippe Vaccination tétanos / Diphtérie Mammographie et mammotest Dépistage cancer du col de l utérus Dépistage cancer colorectal Diabète de type Glycémie Cholestérol Obésité et excès de poids BMI et / ou Périmètre abdominal : Hypertension Relevé de tension Tabagisme 23 Page 3

4 Page 4

5 Préambule Le tableau de bord : un outil d aide à la pratique Le tableau de bord, c est un outil construit à partir du dossier médical informatisé (DMI) : on extrait de celui-ci certaines des données qui sont encodées quotidiennement, pour chaque patient, dans le cadre de la prise en charge. L analyse des données globales permet de visualiser certaines caractéristiques de la patientèle ainsi que certains aspects de la pratique. Le dossier santé informatisé et le tableau de bord sont donc deux outils complémentaires : le premier soutient la prise en charge individuelle, le second répond à une perspective collective. Le tableau de bord est constitué par un ensemble d indicateurs. Un indicateur, c est un élément quantifiable représentant une situation qu on veut cerner, sur laquelle on veut agir. Ces indicateurs sont construits à partir d une ou de plusieurs variables, toujours rapportées à un dénominateur. 1 1 Les indicateurs s expriment en % ; ils sont calculés soit en rapportant une variable unique au dénominateur : par exemple le nombre de femmes par rapport à la patientèle totale ; soit en rapportant au dénominateur plusieurs variables dont le croisement produit une information spécifique : par exemple le nombre de femmes de 50 à 69 ans qui ont bénéficié d une mammographie endéans les deux ans (le dénominateur étant ici le nombre de femmes de 50 à 69 ans). Page 5

6 C est un outil de pilotage interne A partir des indicateurs proposés ici, chaque équipe pourra mieux connaître certains aspects de sa population, la vulnérabilité de celleci, la charge de travail nécessaire pour assurer une prise en charge adéquate. Par exemple, l âge et le sexe sont associés à des risques de morbidité spécifiques (cancer du sein pour les femmes, maladies infantiles pour les petits, complications sur grippe pour les personnes de 65 et plus...) : ceci suggère certaines priorités en terme d activités. Le niveau d études, reconnu comme un bon indicateur du niveau socio-économique, est associé à la vulnérabilité : les gens faiblement instruits sont souvent plus fragiles face à la santé et à ses déterminants (logement, précarité d emploi, culture...). Le fait d avoir ou non une mutuelle (ou autre assurance) est un indicateur d accessibilité aux soins ; le statut mutuelliste indique qui ouvre l accès aux soins et, lorsqu il est couplé au code titulaire, qui ouvre le droit, par exemple, au statut d invalide. Les taux de couverture du dépistage du cancer du sein et de la vaccination sont, eux, des indicateurs de résultat : ils indiquent dans quelle mesure la population est protégée face aux risques concernés, et permettent de réfléchir à ce qu il faudrait faire si elle ne l est pas suffisamment. L évolution des indicateurs permet d envisager l avenir : si la patientèle augmente, ne faudra-t-il pas envisager d agrandir l équipe? Si la proportion de patients diabétiques ou obèses augmente, ne convient-il pas d envisager des compléments de formation? Réfléchir à mettre de nouvelles stratégies en place, si la proportion d hypertendus ne diminue pas malgré tout ce qu on a déjà fait? Les différents indicateurs peuvent donc soutenir une analyse sur la gestion de l ASI, sur les activités préventives et curatives. Page 6

7 Soutenir seulement : il ne s agit «que» de chiffres, qui doivent être analysés, critiqués, interprétés, contextualisés. C est un outil de réflexion en commun Si plusieurs équipes ont un tableau de bord avec un tronc commun, elles pourront, à partir de ce matériel brut que constituent les chiffres, réfléchir ensemble à leurs pratiques, donner un sens aux chiffres, se questionner à partir des différences observées. De tels échanges, très fructueux, ont déjà été menés par certaines équipes autour des taux de couverture de la vaccination contre la grippe. Un tableau de bord, c est donc un des outils utiles pour développer la qualité des soins ; et aussi, pour pouvoir en parler! Le simple fait d auto-évaluer sa pratique est reconnu comme un indice de qualité des soins ; si, en plus, on peut montrer que, dans les équipes pluridisciplinaires, les soins sont de qualité, c est une bonne manière de valoriser ces pratiques. C est un outil de soutien à la décision politique Enfin, si toutes les équipes encodent les mêmes variables de manière standardisée, l analyse des données agrégées fournira une image de l ensemble de la population soignée dans les ASI, de ses points communs et de sa diversité, de ses problèmes, de ses besoins, et de certains modes de vie liés à la santé. Certaines études ont déjà montré que la patientèle des ASI est globalement moins favorisée que la moyenne en Belgique, qu elle comporte plus de personnes invalides... : ce genre de constat permet d interpeller les pouvoirs publics quant aux moyens dont les équipes disposent. La collecte d informations sur les plaintes, les pathologies, les comportements à risques, indiquera aussi quelles sont les priorités sanitaires des patientèles analysées et de publics ayant des caractéristiques similaires. Page 7

8 C est un outil de connaissance Le tableau de bord des ASI permettra un jour, espérons-le, d enrichir les études réalisées par d autres structures, selon d autres méthodes (Observatoires de la santé, Institut scientifique de santé publique, universités...). Les ASI constituent un bon poste d observation pour les populations fragilisées, et peuvent donc, avec d autres, remplir une mission utile à la décision politique en matière de santé. Inutile de rappeler que, pour être valides, les données doivent être encodées systématiquement, par tout le monde, de la même façon... c est bien là le défi de ce projet... De quoi a-t-on besoin? Un ordinateur dans chaque cabinet et un serveur commun Un logiciel de recueil de données : le dossier santé informatisé Un référent tableau de bord Un peu de temps De la motivation Un support extérieur (disponible à la Fédération auprès du coordinateur tableau de bord ou apporté par des collègues d autres MM/ASI pour une question précise ou lors d échange de pratiques) Quelles sont les étapes préalables? Une réflexion en équipe - sur l implantation du dossier santé informatisé - sur l utilité du tableau de bord en interne - sur l utilisation des données - pour répartir les rôles (qui encode quoi, quand et pourquoi) Page 8

9 Une formation - à l utilisation du DMI et de ses concepts pour les soignants - à l utilisation du logiciel pour tous Comment extrait-on les données? Les données se retrouvent dans les différentes tables du logiciel DSI. Pour extraire les données, il faut donc extraire les tables dans lesquelles elles ont été encodées. Ces tables varient d un logiciel à l autre. Pour une information spécifique, contactez la Fédération ou votre fournisseur. Comment les données sont-elles analysées? Au sein de la Fédération des maisons médicales par des personnes formées au traitement et à l analyse des données et garantes de la confidentialité des données reçues. Selon les principes établis dans la charte concernant l utilisation des données (disponible à la Fédération si vous ne l avez pas reçue). Des outils complémentaires sont disponibles sur le site de la Fédération : - Fiches pratiques - Feuilles de liaison - Fiches «DSI et Bonnes pratiques» : fiches thématiques comprenant des consignes de suivi et d encodage avec copies d écran. - «Recueil de trucs et astuces» : pour gérer le projet tableau de bord dans votre équipe. Page 9

10 Tableau de bord 2013 Dénominateur Patientèle de la MM/ASI Données socio-économiques et administratives Année de naissance Sexe Code postal Accès aux soins de santé Code titulaire Statut mutuelliste Niveau d études à 25 ans Prévention Vaccination grippe pour les plus de 65 ans Vaccination tétanos / Diphtérie pour les adultes Dépistage cancer du sein Dépistage cancer du col de l utérus Dépistage cancer colorectal Morbidité et facteurs de risques Diabète de type 2 Glycémie Cholestérol Obésité et excès de poids BMI et / ou Périmètre abdominal Hypertension Relevé de tension Tabagisme Page 10

11 Consignes d encodage et informations concernant chaque variable REMARQUE GENERALE concernant les informations manquantes : La plupart du temps, il est possible de choisir «inconnu» ou «autre» dans les menus déroulants, n oubliez pas de vous en servir. Cela signifie que vous n avez pas oublié ce champ mais que vous ne connaissez pas la réponse (inconnu) ou que les propositions ne conviennent pas (autre). Pour les données chiffrées le code signifiant «inconnu» est une série de Population de la MM/ASI Définition : nombre de personnes prises en charge dans chaque ASI. Objectif : Variable nécessaire pour effectuer les analyses (dénominateur). Pour les ASI au forfait 2 : On rencontre 2 types de patients actifs : - Les patients inscrits (codé automatiquement «actif») - Les patients non inscrits mais identifiés comme ayant effectivement leur médecin traitant dans l ASI : à encoder manuellement comme «actifs» (penser à le supprimer quand les patients ne viennent plus). Pour les MM/ASI à l acte : en fonction du logiciel utilisé il y a ou non une variable permettant de distinguer les «actifs» des «passifs», c est à dire, les patients qui consultent régulièrement à la MM/ASI en opposition à ceux qui ne viennent plus ou sont décédés. Actuellement la définition du dénominateur des ASI à l acte reste donc du cas par cas. 2 Cette information est collectée dans Pricare, dans les informations administratives : actif/passif. Page 11

12 2. Année de naissance Objectifs : Connaître l âge des populations prises en charge, et pouvoir faire le lien entre l âge et certains problèmes de santé rencontrés. De plus, certains activités de prévention ciblent des classes d âge précises. Catégories/méthode d encodage : L encodage se fait dans les informations administrative des patients, la date complète (jour, mois, année) est encodée. Mais la date complète n est pas nécessaire, l année suffit pour déterminer l âge de la personne. 3. Sexe Objectifs : morbidité différente selon le sexe de la personne. Cet item permet d analyser la répartition des maladies selon les sexes, mais aussi de ne sélectionner qu une catégorie de personnes pour certaines analyses, par exemple pour les mammographies. Catégories : M/F (I dans certains logiciels) 4. Code postal Objectifs : - localiser la patientèle prise en charge par l ASI et examiner s il existe des liens entre localisation géographique (environnement) et certains problèmes de santé/sociaux ; - identifier les zones qui sont couvertes par les MM/ASI. NB : l analyse par secteur statistique (unités beaucoup plus petites que la commune) permettrait une analyse plus fine. La possibilité budgétaire d installer le logiciel adéquat dans chaque ASI sera examinée. En attendant, le code postal donnera une première ébauche de la répartition géographique. Page 12

13 Les données ne seront analysées par région que lorsque ceci ne permet pas d identifier les ASI (condition : plus de 4 ASI par région). Les ASI qui pourraient être reconnues à travers leur code postal seront rassemblées dans un groupe «autres». Catégories : codes postaux 5. Accès aux soins de santé Définition : Objectifs : Cette variable donne une indication sur la situation socioéconomique de la population des ASI et sur les moyens dont elle dispose pour se soigner.(assurance maladie) Catégories analysées 3 : - Avec mutuelle - Dépendant du CPAS - AMU - CEE, OTAN, Privée - Sans couverture - Autre - Inconnu 3 Dans Pricare : - CPAS : de 000 à avec mutuelle : codes des mutuelles, de 100 à AMU : INIG : OSSOM : Communauté européenne : sans couverture : autre : Inconnu : 999 Nb : cette liste vous permet de facturer au service adéquat tous les actes techniques qui ne sont pas pris en charge par le forfait, c est pourquoi vous avez plusieurs codes disponibles pour les CPAS ou les différentes mutuelles. Page 13

14 6. Code titulaire Définition : il s agit du code attribué par la mutuelle à chaque affilié et définissant ses droits en termes de remboursements notamment. Objectifs : donne des informations sur la situation sociale des individus : bénéficiaire de l aide majorée (= ayant des revenus bas), invalide, pensionné, etc. Cette variable donne une indication sur la situation socio-économique de la population des ASI et sur la fragilité de sa santé. Catégories 4 : nombreuses. Il faut encoder le numéro de code titulaire, tel que donné sur la vignette mutuelle : il s agit d un code à 6 chiffres : par exemple. Pour l analyse, les codes minoritaires sont groupés pour faciliter les analyses et améliorer l anonymisation des patients. Remarque : tous les individus d une même famille ont le même code que le titulaire, Les membres de la famille d un invalide ont tous un code titulaire invalide et bénéficient de l aide majorée même s ils ne sont pas invalides eux-même. Cette information doit donc être couplée avec l information «statut mutuelliste» pour connaître la proportion réelle d invalides, pensionnés, dans la population de l ASI. 4 Les codes les plus utilisés sont repris en annexe. La liste complète est disponible à la Fédération ou sur le site de la banque Carrefour : Page 14

15 7. Statut mutuelliste Définition : statut de l individu dans sa famille, tel que défini au niveau de la mutuelle : titulaire, conjoint, ascendant, descendant. Objectif : couplé au code titulaire, il permet d affiner les informations concernant la situation sociale ou de morbidité des individus. En effet, lorsque le titulaire est invalide, tous les membres de sa famille ont ce même statut préférentiel sans pour autant être invalides euxmêmes. Dans le jargon des mutuelles cette variable porte de nom de «situation familiale» c est sous cette appellation que vous trouverez cette information. Lorsque la personne n est pas titulaire, le code du titulaire dont elle dépend est demandé, cela permet de connaître son statut d accès aux soins. Il arrive que le titulaire en question ne soit pas soigné dans l ASI. Nous vous demandons alors de créer un patient fictif (NNNpassif pour les ASI au forfait) avec les informations nécessaires. Catégories : - Titulaire - Conjoint - Ascendant - Enfant Page 15

16 8. Niveau d études Définition : niveau du dernier diplôme obtenu par la personne, ou à défaut niveau de la dernière année à laquelle la personne a été scolarisée. NB : cette information est collectée à partir de 25 ans car beaucoup de personnes n ont pas fini leurs études avant cet âge. Objectifs : assez bon indicateur, d après la littérature, du niveau socio-économique d une population, lequel est associé à la vulnérabilité. Cet indicateur est plus stable que la profession ou les autres statuts. Catégories analysées : Niveau d'étude inconnu Aucun diplôme Primaires Secondaire inférieur Secondaire supérieur Etudes supérieures non universitaires Enseignement universitaire ou assimilé Enseignement spécial Autres Page 16

17 Remarque concernant les variables prévention : Il est nécessaire d homogénéiser les pratiques en ce qui concerne l information utilisée pour encoder ou non une vaccination ou une mammographie. Si une personne dit qu elle a été vaccinée mais n a pas d écrit permettant de valider ses dires, faut-il l encoder ou non? Nous proposons, pour le vaccin grippe et la mammographie de ne noter «exécuté» que : - lorsque le vaccin a été effectué dans l ASI, ou - lorsque le médecin a reçu le protocole de la mammographie, le carnet de vaccination ou tout autre document permettant de connaître avec précision la date à laquelle l acte a été posé. Cette proposition se base sur l expérience de plusieurs équipes qui ont déjà décidé de fonctionner de cette façon suite à un travail de concertation. Pour le tétanos, noter exécuté si : - la vaccination a été réalisée dans la MM/ASI - si le patient a une preuve ou donne des informations suffisamment précises et sûres. Page 17

18 9. Vaccination grippe Tous les ans pour les 65 ans et plus. Objectifs : La récolte de cette information nous permettra d obtenir un taux de couverture de vaccination contre la grippe dans les ASI. Consignes pour l encodage : Encoder «exécuté» quand la vaccination a été réalisée et noter une échéance pour la suite. Quand un patient refuse une vaccination il est important d encoder ce refus, cela permet de voir que la proposition lui a été faite. 10. Vaccination tétanos / Diphtérie Il est recommandé d administrer la première dose adulte entre 14 et 16 ans, et d effectuer une vaccination de rappel tous les 10 ans. Lors de l analyse, on considère qu une personne a été vaccinée si elle l a été dans les 10 années qui précédent et nous analysons les données à partir de 25 ans (date du premier rappel). Objectif : La récolte de cette information nous permettra d obtenir un taux de couverture de vaccination dans les ASI. Consignes pour l encodage : Encoder «exécuté» quand la vaccination a été réalisée sur place ou si les informations du patients sont suffisamment précises et sûres. Noter une échéance pour la suite. Quand un patient refuse une vaccination il est important d encoder ce refus, cela permet de voir que la proposition lui a été faite. Page 18

19 11. Mammographie et mammotest Tous les 2 ans entre 50 et 69 ans. Il s agit de connaître le taux de dépistage du cancer du sein. Selon les recommandations de la Communauté française ce dépistage devrait se faire par mammotest dans un centre agréé. Il est recommandé de différencier : - mammographie de dépistage/mammotest : X mammographie : X Actuellement, nous prenons en compte toutes les mammographies encodées. Consignes pour l encodage : Encoder la date de la mammographie lorsque vous avez reçu le protocole. Encoder «exécuté» et noter une échéance pour la suite. Quand une patiente refuse une mammographie il est important d encoder ce refus, cela permet de voir que la proposition lui a été faite. 12. Dépistage cancer du col de l utérus 13. Dépistage cancer colorectal Page 19

20 Remarque concernant les données suivantes : Outre leur intérêt en tant que tel, elles constituent un premier pas dans la détermination du risque cardio-vasculaire global dans la population des MM/ASI : en effet, pour calculer celui-ci, les items nécessaires sont : âge, statut tabagique, excès de cholestérol à l anamnèse, présence de diabète, existence d antécédents cardiaques personnels et familiaux, excès de poids, hypertension. 14. Diabète de type 2 Etant donné l émergence du diabète chez les jeunes et afin de pouvoir comparer les données recueillies en ASI avec les données existantes, le dénominateur considéré pour analyser cet item est l ensemble de la population de l ASI. A encoder dans les épisodes de soins : codes CISP pris en compte : T90 et T Glycémie A encoder en mg/dl 16. Cholestérol Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Page 20

21 17. Obésité et excès de poids Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Nous vérifions si un diagnostic d excès pondéral ou d obésité a été encodé et s il est actif. A encoder dans les épisodes de soins : codes CISP pris en compte : Codes T82 et T BMI et / ou Périmètre abdominal : A encoder en cm. Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Pour les personnes ne présentant pas de facteur de risque, les recommandations sont de ré-évaluer le risque tous les 3 à 5 ans. La surcharge pondérale est un des facteurs permettant d identifier le niveau de risque pour les 30 à 75 ans 5. Remarque : il y a des discussions en matière de risque cardiovasculaire pour remplacer l'indicateur du facteur de risque "obésité" BMI par le périmètre abdominal. Par contre les patients semblent plus réceptifs à la notion de BMI et cet indicateur semble plus pratique pour encourager les personnes à perdre du poids quand c est nécessaire. Il est donc utile d encoder les deux, surtout que le BMI reste un bon indicateur pour d autres risques, comme par exemple le diabète. Nous recueillerons donc actuellement uniquement le BMI. 5 Cf. Plaquette «La prévention cardiovasculaire» disponible à la Fédération et consultable en ligne sur le site sous le nom : «tables SCORE» Page 21

22 19. Hypertension Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Nous vérifions si un diagnostic d hypertension a été encodé et s il est actif. A encoder dans les épisodes de soins : codes CISP pris en compte : codes K86 et K Relevé de tension A encoder en millimètres de mercure. Cet item étant récolté dans le cadre de l évaluation du risque cardiovasculaire, nous récolterons actuellement cette information pour les personnes de 30 à 75 ans. Attention, pour que les chiffres reflètent bien la réalité, il est important de bien noter toutes les prises de tension, y compris quand elle est dans la normale, sous peine de fausser les résultats. Quand suffisamment d ASI encoderont dans le DSI et que l hypertension sera encodée dans les éléments de soin, nous pourront évaluer la proportion de personnes hypertendues dans la population. Actuellement nous aurons une simple approximation de cette information. Page 22

23 21. Tabagisme A partir de 15 ans. Définition du tabagisme : Deux variables sont recommandées par l'oms pour définir ce qu'est un fumeur : - a fumé plus de 100 cigarettes dans sa vie - et fume actuellement (que ce soit occasionnel ou régulier, quel que soit le nombre de cigarettes) Remarque : Quand c est possible dans le logiciel, il est également important d encoder les non-fumeurs car cela permet de faire la différence entre ceux qui ne fument pas et ceux à qui on n a pas posé la question. Pour Pricare, se référer à la fiche «DSI et bonnes pratiques» n 4 sur le tabac. Page 23

24 Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones Bd du Midi 25/ Bruxelles

Structure des revenus des médecins (hors système forfait)

Structure des revenus des médecins (hors système forfait) Structure des revenus des médecins (hors système forfait) Paiement à l acte: consultations, visites, actes techniques Paiement à la capitation (par patient): DMG, DMG+, Passeport diabète, Trajets de soins

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Qu est ce qu une maison médicale?

Qu est ce qu une maison médicale? Qu est ce qu une maison médicale? Septembre 2011 2 1. Une maison médicale, c est Les maisons médicales sont des équipes pluridisciplinaires dispensant des soins de santé primaires, continus, polyvalents

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Le Tableau de Bord de la Fédération des Maisons Médicales

Le Tableau de Bord de la Fédération des Maisons Médicales Le Tableau de Bord de la Fédération des Maisons Médicales François Carbonez Médecin de famille, Assistant à la Maison Médicale Santé Plurielle Projet REGM. Ministère de la Santé Publique, Bruxelles. Juin

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU 1/ Résultats de l enquête sur la couverture vaccinale et l accès aux soins de santé des populations roms sur Bruxelles 2/ Quelques bonnes pratiques: «film» 3/ Piste pour la suite NOUS SOIGNONS CEUX QUE

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Pratiques préventives des médecins généralistes franciliens. Approche quantitative

Pratiques préventives des médecins généralistes franciliens. Approche quantitative Pratiques préventives des médecins généralistes franciliens Approche quantitative Nos pratiques sont-elles de nature à réduire les inégalités sociales de santé éventuellement présentes dans nos patientèles?

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013 GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS Version 1.0 du 27 septembre 2013 Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Les comptabilités auxiliaires... 3 2. Paramètres de bases... 3 2.1. Les conditions de

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE (À MI-TEMPS)

AVIS DE VACANCE DE POSTE (À MI-TEMPS) DROME ARDECHE PREVENTION 9 RUE MELIES 26000 VALENCE TEL : 04 75 43 04 61 E-mail : epare@dapc.fr Direction des Ressources humaines AVIS DE VACANCE DE POSTE (À MI-TEMPS) MÉDECIN COORDONNATEUR ADJOINT DU

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT

HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre un établissement et l association Handident Franche-Comté Préambule - Faciliter l accès aux soins dentaires

Plus en détail

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir?

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Prof. Antoine Bailly Président forumsante.ch Prix Vautrin Lud, «Nobel» de Géographie Un système de santé apprécié et critiqué Toutes les

Plus en détail

RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET

RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET Christine Guyot-Declerck UCL-Administration de la Recherche Ex-coordinatrice du projet socle WalNut-20 WagrAlim - 25/01/2011 DÉROULEMENT DE L EXPOSÉ 1. Qui

Plus en détail

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM Outil pour la gestion des dossiers médicaux des étudiants dans les services universitaires de médecine préventive Table des matières CALCIUM... 0 I. L INFORMATION GÉRÉE PAR

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Bruxelles 28/01/2014 Plan 1. Des compétences disparates et partielles

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE Séminaire Européen SIDIIEF : LES MALADIES CHRONIQUES HENALLUX Namur -19 novembre 2015 LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE

Plus en détail

6.3.1 Documents à destination du 3C

6.3.1 Documents à destination du 3C 6.3.1 Documents à destination du 3C 6.3.1.1 Documents généraux informations patient Ces documents ne sont productibles qu une seule fois mais peuvent être modifiés. «Informations patient» Ligne duplicable

Plus en détail

ECONOMIE ENREGISTRER LES OPERATIONS DANS LES JOURNAUX FINANCIERS

ECONOMIE ENREGISTRER LES OPERATIONS DANS LES JOURNAUX FINANCIERS Projet : SECTEUR 7 Ecole Compétences Entreprise ORIENTATION D' ETUDES : ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : ENREGISTRER LES OPERATIONS DANS LES JOURNAUX FINANCIERS

Plus en détail

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES CAS - Déchiffrer les dépenses de santé Comment bien dépenser

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

Effectuer des projections budgétaires au moyen de l ecomptes

Effectuer des projections budgétaires au moyen de l ecomptes SPW- DGO5- Cellule ecomptes Effectuer des projections budgétaires au moyen de l ecomptes Philippe Brognon Coordinateur du plan ecomptes. Utilisation de l outil de calcul de projection. Le logiciel ecomptes

Plus en détail

APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab)

APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab) APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab) Manuel d'utilisation Ce document vous est offert gratuitement par INAMI Avenue de Tervuren 211 1150 BRUXELLES HELPDESK : 02/788.51.55 Tout

Plus en détail

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Mémorandum de la Fédération des maisons médicales Octobre 2013 et la Fédération des maisons médicales Le mouvement des maisons médicales et

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s. Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007

Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s. Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007 Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007 Tables des matières 1 Introduction...3 2 Ethique et protection de la vie privée...3

Plus en détail

Encodage et tableau de bord : Comment débuter? Comment progresser? 2

Encodage et tableau de bord : Comment débuter? Comment progresser? 2 Encodage et tableau de bord Comment débuter? Comment progresser? Expériences de terrain - trucs et astuces Marie Marganne Service études et recherche de la Fédération des maisons médicales Marianne Prévost

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et édition de fonds photographiques et audiovisuels de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR

GUIDE DE L UTILISATEUR FEI 2007-2013 GUIDE DE L UTILISATEUR du logiciel pour l établissement des statistiques sur les projets et leurs utilisateurs à l usage des bénéficiaires finaux (BF) d un cofinancement communautaire au

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

La gestion des complémentaires et le cahier des charges 1.40

La gestion des complémentaires et le cahier des charges 1.40 La gestion des complémentaires et le cahier des charges 1.40 Préambule : Le tiers payant n est pas obligatoire, ni sur la part complémentaire! Excepté pour les bénéficiaires de la CMU. Il est toujours

Plus en détail

Réponse à 6 questions-clés sur le statut OMNIO

Réponse à 6 questions-clés sur le statut OMNIO Le 13 mars 2007. Réponse à 6 questions-clés sur le statut OMNIO - Daniel Draguet - Rétroacte En 1997, le statut VIPO (veufs, invalides, pensionnés et orphelins) a été élargi à tous les bénéficiaires d

Plus en détail

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE DEMANDE DE VALIDATION SUR LE FOND Nom Prénom Matricule RÉSERVÉ AU SERVICE N de la demande Date de réception Date de recevabilité Décision de recevabilité jointe Date

Plus en détail

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN En Belgique, chaque mutuelle est libre de choisir sa "politique de remboursement". Tout dépend donc de la mutualité à laquelle vous (votre patient)

Plus en détail

Assurance gratuite contre la perte de revenus

Assurance gratuite contre la perte de revenus Assurance gratuite contre la perte de revenus INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété L assurance gratuite contre la perte de revenus est une assurance souscrite,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

l accord du titulaire.

l accord du titulaire. DOSSIER DE COORDINATION ET DE SANTÉ appartenant à Madame / Monsieur Ce dossier contient des informations confidentielles. Vous ne pouvez le consulter qu avec l accord du titulaire. Dossier de Coordination

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES

POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES POLITIQUE ET PROCÉDURE DE GESTION DES PLAINTES Préambule La loi sur les services de santé et les services sociaux prévoit un régime d examen des plaintes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Primes à l acquisition

Primes à l acquisition Primes à l acquisition INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété La prime à l acquisition est une aide financière, d'un montant forfaitaire de 745 EUR, qui peut être

Plus en détail

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 MISE A JOUR LE 27 JUIN 2012 CHARTE DES BOURSES DE LA FONDATION PALLADIO Le programme de bourses de la Fondation Palladio, sous l égide de la Fondation de France, vise

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité

Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité Catherine Sass Centre Technique d Appui et de Formation des Centres d examens de santé (Cetaf) Saint Etienne, France

Plus en détail

Formation OmniPro Cabinet Privé. OP Tarif. Module de facturation. Documentation logicielle de la suite OmniPro version 2.16.1.

Formation OmniPro Cabinet Privé. OP Tarif. Module de facturation. Documentation logicielle de la suite OmniPro version 2.16.1. Formation OmniPro Cabinet Privé OP Tarif Module de facturation Documentation logicielle de la suite OmniPro version 2.16.1.e (Décembre 2013) Table des matières 1. Introduction... 2 2. Création / modifications

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles?

De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles? De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles? Docteur Christian VEDRENNE, Médecin généraliste, Gérant de la MSP de Saint Paul de Fenouillet

Plus en détail

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B Liste des tableaux disponibles en ligne L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B : Liste des tableaux disponibles en ligne Annexe B Liste

Plus en détail

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Focus Un baromètre de la santé en Brabant wallon, une initiative de la Mutualité chrétienne Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Nous ne pouvons commencer sans une présentation sommaire

Plus en détail

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Livre 1 Méthodologie IPH/EPI REPORTS nr 2002-22 Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Section d'epidémiologie Rue Juliette Wytsman, 14 1050 Bruxelles Tél : 02/642.57.94

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR DES PARTENAIRES EXTERIEURS

GUIDE UTILISATEUR DES PARTENAIRES EXTERIEURS Dématérialisation des demandes de subventions sportives SPORTEO GUIDE UTILISATEUR DES PARTENAIRES EXTERIEURS ACCES A L APPLICATION : Demande de bourses individuelles de formation Athlètes de haut niveau

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2013 1 2 1. Contexte et objectifs Présentation d emevia et de ses missions Le premier réseau français de mutuelles étudiantes de proximité qui regroupe 10 mutuelles régionales Les mutuelles

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Liège, le 22 juin 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/091

Liège, le 22 juin 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/091 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 22 juin 2015

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/029 DÉLIBÉRATION N 15/011 DU 3 MARS 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR SIGEDIS

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

La gestion des doublons

La gestion des doublons fims.informatique@skynet.be 01.10 10.02 N 3 La gestion des doublons Dans la plupart des bases de données, les doublons sont souvent inévitables. Il est parfois complexe de les gérer car les informations

Plus en détail

De l intérêt de la structuration et de la codification des données médicales en soins de santé primaire.

De l intérêt de la structuration et de la codification des données médicales en soins de santé primaire. Intérêt pour l Assurance de la qualité des soins, de la structuration et de la codification des données médicales Assemblée Générale du CeNIM le 9 mars 2002 De l intérêt de la structuration et de la codification

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

Fonds des Accidents Médicaux 211, Avenue de Tervueren 1150 Bruxelles

Fonds des Accidents Médicaux 211, Avenue de Tervueren 1150 Bruxelles Fonds des Accidents Médicaux 211, Avenue de Tervueren 1150 Bruxelles Le formulaire en annexe vous aidera à introduire une demande auprès du Fonds des Accidents Médicaux. Remplissez à l encre foncée svp.

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Consultation travail et souffrance Suisse romande (IST Lausanne) Place et enjeux

Consultation travail et souffrance Suisse romande (IST Lausanne) Place et enjeux 1 04.06.2015 Consultation travail et souffrance Suisse romande (IST Lausanne) Place et enjeux C Barlet-Ghaleb 1, D Grolimund Berset 1, P Krief 1, F Schneeberger 2, Ch Besse 2, S Quarroz 3, R Studer 3,

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Bourses olympiques pour entraîneurs

Bourses olympiques pour entraîneurs Objectifs L objectif de ce programme est de permettre aux entraîneurs officiellement reconnus et actifs dans leur sport, de bénéficier d une formation continue de haut niveau, une expérience et un savoir

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES TABLEAUX DE BORD CIGREF DES. Indicateurs RH de la DSI

RESSOURCES HUMAINES TABLEAUX DE BORD CIGREF DES. Indicateurs RH de la DSI 2007 TABLEAUX DE BORD CIGREF DES RESSOURCES HUMAINES «Promouvoir l'usage des systèmes d'information comme facteur de création de valeur et source d'innovation pour l'entreprise» Publications du CIGREF

Plus en détail

RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR. www.santeclair.fr ROST1209-007

RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR. www.santeclair.fr ROST1209-007 _ RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR www.santeclair.fr ROST1209-007 SOMMAIRE 1. DEFINITIONS... 2 2. PREAMBULE... 3 3. MAILLAGE DU RESEAU DES OSTEOPATHES PARTENAIRES... 3 4.

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Comment évaluer localement la fragilité sociale et les inégalités

Comment évaluer localement la fragilité sociale et les inégalités Comment évaluer localement la fragilité sociale et les inégalités de santé des individus? Le dispositif de Veille des Quartiers de Saint Etienne Catherine Sass* et le groupe de travail EPICES du dispositif

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION FORMULAIRE D INSCRIPTION INDICATIONS DE SERVICE (cadre réservé à la Régie Foncière) Date de réception : / /20. Heures : h N d attribution :.. Type de logement :. Avant de remplir ce questionnaire, vérifiez

Plus en détail

Le partenariat technologique

Le partenariat technologique Fiche conseil Le partenariat technologique Préambule A l heure ou l innovation fait partie ou doit faire partie intégrante de la stratégie de développement de nos entreprises, toute entreprise grande ou

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS Tenue du dossier de soins infirmiers du malade à domicile Novembre 2004 I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURE LOGICIEL TABLEAU TOP2P

GUIDE DE PROCEDURE LOGICIEL TABLEAU TOP2P GUIDE D LOGICIEL TABLEAU TOP2P GUIDE DE PROCEDURE LOGICIEL TABLEAU TOP2P Hélène Muniak- Page 1-29/06/2010 GUIDE DE PROCÉDURE LOGICIEL TABLEAU TOP2P 1) Présentation du logiciel 2) Nouvelle inscription A.

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Guide de formation. EasyCruit

Guide de formation. EasyCruit Guide de formation EasyCruit Contents INTRODUCTION... 3 PRÉSENTATION ET NAVIGATION... 3 CRÉATION D UN PROJET DE RECRUTEMENT... 5 ETAPE 1 : Nom interne du projet... 5 ETAPE 2 : Associer l offre au bon département...

Plus en détail