Applications de la cryptographie à clé publique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Applications de la cryptographie à clé publique"

Transcription

1 pplications de la cryptographie à clé publique Crypter un message M revient à appliquer à celui-ci une fonction bijective f de sorte de former le message chiffré M = f ( M ). Déchiffrer ce dernier consiste alors à calculer f ( M ) pour déterminer M. Dans les systèmes de cryptographie symétrique (comme la grille de Vigénère, le système DE,...), la connaissance de f suffit pour déterminer immédiatement f. Dans les systèmes de cryptographie asymétrique, connaître f ne permet techniquement pas, sauf pour le concepteur du code, de déterminer f (par exemple, parce que cela nécessite de savoir factoriser un très grand nombre). Dans ce cas f peut être transmise à n importe qui, on l appelle clé publique. L application f, en revanche, reste confidentielle, on l appelle clé privée (ou clé secrète), seul le concepteur du code en a la connaissance. La cryptographie à clé publique est à l origine de nombreux protocoles permettant se sécuriser les transactions informatiques. our simplifier la présentation de ces protocoles, nous appellerons lice et ernard les deux individus souhaitant échanger des informations. Nous noterons (, ) le système de clés qu lice aura pris soin de former, étant la clé secrète qu elle seule connaît, étant la clé publique que ernard, entre autres, connaît. ignature électronique lice veut envoyer un message M à ernard et ce dernier veut s assurer qu lice en est effectivement l expéditrice. our ce faire, lice va accompagner son message d une signature électronique. lice commence par réaliser un résumé R= hm ( ) de son message. our cela elle fait appel à une fonction h (dite fonction de hachage) connue de tous. our faire simple, la fonction h va, par exemple, prendre une lettre sur 0 du message initial pour former le message résumé. Dans la pratique, les fonctions de hachage sont plus complexes et sont définies de sorte que la moindre modification du message M entraîne une modification sensible de son résumé R. L un des algorithmes de hachage usuel est le MD5 (voir lice exploite alors sa clé secrète pour chiffrer le résumé en R = ( R), cela va constituer la signature du message M. Elle envoie ensuite à ernard le message M accompagné de sa signature R. la réception, il calcule R= hm ( ) et R = ( R ). Il vérifie ensuite,à l aide de la clé publique d lice, que R= R. i le test est satisfait, ernard est assuré qu lice est bien l expéditrice du message. Résumé Résumé? = uthentification lice ernard Maintenant lice veut transmettre un message M à ernard. our cela elle lui envoie le message chiffré ( M ) que ernard est en mesure de décrypter puisqu il connaît la clé publique d lice. oupçonneux, ernard se pose alors la question suivante : est-ce bien lice qui m envoie ce message, ou bien s agit-il d un imposteur qui me transmettrait des données usurpées lors de précédentes communications d lice? /5

2 our résoudre ce problème, ernard va s assurer que sa correspondante est bien en possession de la clé secrète. our cela ernard, choisit un message N au hasard et demande à lice de chiffrer N. Elle obtempère et transmet N = ( N ). ernard calcule N = ( ) N et vérifie si N = N. i le test est satisfait, il peut alors être assuré qu il communique bien avec lice, auteur du système de clés (, ). lice? = ernard Certificat C est maintenant ernard qui désire envoyer des données confidentielles à lice. lice lui transmet sa clé publique mais ernard est pris de doutes : lice est-elle réellement lice?, n aurait-il pas affaire à un usurpateur qui vient de lui transmettre sa propre clé publique? En vue de rassurer ernard, lice va lui envoyé un certificat. our cela, elle se rend auprès d une autorité officielle dont l honnêteté est reconnue de tous, appelée autorité de certification (comme par exemple Veriign). Elle produit auprès de celle-ci différentes informations personnelles y compris sa clé publique. L autorité de certification produit alors un document regroupant ses données, ainsi qu un numéro de série et une période de validité. De plus, ce document est accompagné d une signature électronique assurant que l autorité de certification est effectivement l auteur du certificat ainsi formé ernard en recevant ce certificat, et s il reconnaît la compétence de l autorité de certification, peut alors être assuré que la clé publique qui lui est transmise est celle d lice. ernard vec Internet Explorer, vous pouvez connaître les autorités de certification validées par votre navigateur en allant voir l onglet «écurité» dans «Options Internet». lice utorité de Certification Le protocole L Le protocole L (ecure ocket Layer) a été développé par Nestcape Communications Corp. en collaboration avec R Data ecurity Inc. afin de sécuriser les échanges d informations sur Internet. Les serveurs bancaires (tels que La oste...) et 60 % des sites de commerce électronique utilise ce protocole pour échanger les informations avec le client. Comme nous allons le voir, ce protocole assure : la confidentialité des informations transmises entre client et serveur, l agrémentation par un organisme officiel du serveur, la non usurpation de l identité du client. our fixer les idées, mettons que ernard décide d acheter un CD sur le site de commerce en ligne d lice. our cela il va devoir transmettre son numéro de carte bleue au serveur du site. Deux problèmes, se posent : le site commercial n est il pas un leurre en vu de voler le précieux numéro de carte bleue de ernard. n importe qui peut surveiller les communications entre ernard et lice et donc intercepter au passage le fameux numéro de carte bleue ou encore simuler une fausse transaction. 2/5

3 Déroulement du protocole L ère étape : (échange des clés et certification d lice) ernard (ou plus précisément son logiciel de navigation internet) demande au serveur d lice un certificat que cette dernière aura préalablement demandé à un organisme qualifié. Le serveur envoie ce certificat dans lequel figure la clé public d lice. ernard vérifie que le certificat a été délivré par une autorité dont il reconnaît la compétence et que ce certificat est bien en cours de validité. ernard crée ensuite un système de clés asymétriques (, ), qui ne servira que pour cette transaction, il envoie sa clé publique à lice en prenant soin de chiffrer celle-ci par l intermédiaire de. lice décrypte le message reçu par l intermédiaire de sa clé secrète et prend donc connaissance de. ce stade, la clé publique de ernard n est pas véritablement rendue publique, car seule lice est capable de prendre connaissance de celle-ci. Nous allons voir pourquoi tout à l heure... 2 ème étape : (authentification de ernard) lice réalise l authentification de ernard en lui demandant de chiffrer un message M choisi au hasard. ernard obtempère en exploitant sa clé secrète, puis envoie le message crypté : M = ( ) M. lice vérifie ( M = ) M et est alors certaine que ernard est bien l auteur du système de clés. i une personne mal intentionnée a observé les échanges réalisés durant la première étape, elle est capable de les exploiter pour simuler un futur échange avec lice... Cependant, n étant pas en possession de la clé, l usurpateur est démasqué au cours de cette étape d authentification. lice Clé authentique? Certificat valable? ernard 3 ème étape : (échange d information) i les étapes précédentes se sont correctement déroulées, ernard et lice vont pouvoir échanger des informations confidentielles, chacun en les codant avec sa propre clé secrète. ernard peut donc transmettre son numéro de carte bleue N sous la forme N = ( N ), lice et elle seule, est en mesure de déchiffrer celui-ci. En fait, dans la pratique, les systèmes de chiffrement asymétriques sont gourmands en calculs, ce qui ralentit les transactions. ar suite, ces systèmes sont en fait utilisés pour chiffrer une clé symétrique qui servira à la suite des communications (un peu comme pour le système G). Notons qu après tous ses efforts il serait dommage que votre numéro de carte bleu traîne sur le disque dur du serveur, proie à n importe quel «hacker». ar conséquent, le protocole précédent est souvent modulé de sorte que le numéro de carte bleue de ernard soit transmis à la banque d lice, cette dernière lui transmettant alors un accord de paiement. C est le principe du protocole ET (ecure Electronic Transaction) qui semble devoir succéder au L. 3/5

4 Encadré : uthentification des cartes bleues Le principe de la signature électronique est assez semblable à celui adopté par le groupement interbancaire (GIE) pour certifier les cartes bleues. Le GIE a formé en 983 un système de clés (, ) asymétriques sur la base du système R avec un nombre n= pq de 96 chiffres décimaux. Jusqu en 999, il s est servi de ce système pour certifier les cartes bleues. Voyons comment : Lorsqu un client fait une demande de carte bleue à sa banque, cette dernière réunit un certain nombre d informations qu elle communique au GIE. partir de ces données, le GIE forme un numéro d identifiant I, correspondant au numéro à 6 chiffres visible sur la carte. De plus, à l aide de sa clé secrète, le GIE forme un numéro, dit d authentification, J= I ( ). Ces données, ainsi que quelques autres, dont le code personnel à 4 chiffres (appelé code IN pour ersonal Identifer Number) sont emmagasinées dans les quelques Ko de mémoire (EEROM) de la puce de la carte bleue. Cette dernière peut alors être envoyée au client. Voyons maintenant ce qui se passe lors de l usage de cette carte bleue chez un commerçant : Une fois celle-ci insérée dans le terminal, commence une phase d authentification (ce message apparaît parfois sur l écran du terminal). Lors de celle-ci, les numéros I et J sont lus et le terminal vérifie que J ( ) = I et que I ne figure pas dans une liste d identifiants interdits (comportant notamment les numéros des cartes volées). i le montant de la transaction est inférieur à environ 00 Euros, la phase d authentification s arrête là, sinon, le terminal contacte un serveur général pour voir s il n y aurait pas d interdit bancaire dans l air... Vient ensuite le moment où le client entre son code IN. Ce dernier est transmis à la puce de la carte. i la puce reçoit successivement 3 codes incorrects, elles se figent et il faut refaire une demande de carte bleue... i la puce reçoit un code correct alors elle mémorise le montant et la date de la transaction, vérifie que la somme des montants des transactions écoulées dans la semaine ne dépasse pas une certaine somme, et produit un numéro de transaction (qui apparaîtra sur la facturette que donnera le commerçant). Lorsque toutes ses opérations se déroulent correctement, la transaction est validée, le client repart avec sa marchandise et le commerçant transmettra dans la soirée à sa banque l ensemble des transactions réalisées dans la journée. erge Humpich a découvert en 998 une faille dans le système précédent. Le nombre n de 96 chiffres défini par le GIE en 983 était certes impossible à factoriser à l époque, mais l est devenu entre temps (voir Humpich est alors parvenu à déterminer la clé secrète du GIE. Il était alors facile, à partir d un numéro d identifiant I farfelu, de concevoir une fausse carte bleue dont la puce répondait «oui» à n importe quel code IN. Ces cartes furent appelées les «yescard». Elles n étaient valides que pour des montants inférieurs à 00 euros car l authentification, ne nécessitait pas de consultation bancaire. Ces cartes n étaient valables qu une journée, car dès le lendemain leur numéro d identifiant était incorporé à la liste des numéros interdits... erge Humpich a voulu négocier sa découverte avec le GIE mais au lieu de cela il fut licencié de l entreprise dans laquelle il travaillait puis condamné à 0 mois de prison avec sursis en février our résoudre le problème qu il a posé, le GIE a décidé d équiper les nouvelles cartes bancaires d un numéro d authentification construit à partir d un nombre n= pq d environ 230 chiffres. Cela durera jusqu à ce que quelqu un parvienne à factoriser ce nouvel n... Encadré : Les systèmes de cryptographie tels que R sont en général très gourmands en calculs ; il est alors fréquent de les coupler avec des systèmes à clé symétrique qui sont d exécutions plus rapides. C est le cas du programme G (retty Good rivacy) développé en 99 par hilip Zimmermann qui est devenu un standard sur le Net car longtemps diffusé librement. our chiffrer un texte, le programme G commence par réaliser une compression du texte. Cela a certes pour effet d en réduire la taille mais aussi de supprimer les redondances dont les cryptanalystes sont souvent friands. Ensuite le programme G détermine aléatoirement une clé symétrique de 28 bits qui ne servira qu au codage du texte en cours. La génération de nombres aléatoires par des procédés mathématiques n est pas toujours satisfaisante, aussi, c est ici les mouvements de la souris ou les délais entre deux frappes de touches du clavier qui permettent de générer ces nombres. La clé formée est utilisée pour réaliser un cryptage par blocs : le message de départ est découpé en blocs de 64 bits dont les éléments sont permutés et transformés en fonction de la clé fixée au départ ; l algorithme choisi ici porte le nom d IDE (International Data Encryption lgorithme), il est assez proche de DE (Date Encryption ystem). our décrypter le message formé, il suffit d en connaître la clé, il faut donc absolument sécuriser celleci. our cela, on la chiffre via un algorithme R. 4/5

5 u final, on dispose d une méthode de cryptage fiable et rapide. 5/5

Les protocoles cryptographiques: comment sécuriser nos communications?

Les protocoles cryptographiques: comment sécuriser nos communications? Les protocoles cryptographiques: comment sécuriser nos communications? Stéphanie Delaune Chargée de recherche CNRS au LSV, INRIA projet SecSI & ENS Cachan 21 Mars 2014 S. Delaune (LSV Projet SecSI) Les

Plus en détail

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet -

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Marc Tremsal Alexandre Languillat Table des matières INTRODUCTION... 3 DEFI-REPONSE... 4 CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE...

Plus en détail

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif C TLS Objectif Cette annexe présente les notions de cryptage asymétrique, de certificats et de signatures électroniques, et décrit brièvement les protocoles SSL (Secure Sockets Layer) et TLS (Transport

Plus en détail

Projet Magistère: SSL

Projet Magistère: SSL Université Joseph Fourier, IMA Janvier 2010 Table des matières 1 Introduction 2 Qu est ce que SSL? 3 Historique de SSL/TLS 4 Théorie à propos du fonctionnement de SSL 5 Structure d un certificat 6 SSL

Plus en détail

Chapitre II. Introduction à la cryptographie

Chapitre II. Introduction à la cryptographie Chapitre II Introduction à la cryptographie PLAN 1. Terminologie 2. Chiffrement symétrique 3. Chiffrement asymétrique 4. Fonction de hachage 5. Signature numérique 6. Scellement 7. Echange de clés 8. Principe

Plus en détail

Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP

Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP A. Guermouche A. Guermouche Cours 5 : X509 et PGP 1 Plan 1. Certificats X509 2. Clés PGP A. Guermouche Cours 5 : X509 et PGP 2 Plan Certificats X509 1.

Plus en détail

La signature électronique et les réseaux de confiance

La signature électronique et les réseaux de confiance La signature électronique et les réseaux de confiance Marc.Schaefer@he-arc.ch HE-Arc Ingénierie Institut des systèmes d'information et de communication (ISIC) Laboratoire de téléinformatique (TINF) Plan

Plus en détail

Petite introduction aux protocoles cryptographiques. Master d informatique M2

Petite introduction aux protocoles cryptographiques. Master d informatique M2 Petite introduction aux protocoles cryptographiques Master d informatique M2 Les protocoles cryptographiques p.1/48-1 Internet - confidentialité - anonymat - authentification (s agit-il bien de ma banque?)

Plus en détail

Chiffrement et signature électronique

Chiffrement et signature électronique Chiffrement et signature électronique (basée sur le standard X509) Frédéric KASMIRCZAK 1 Sommaire I. La cryptologie base de la signature électronique... 3 1. Les systèmes symétriques à l origine de la

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger Cours 14 Crypto Cryptographie Définition Science du chiffrement Meilleur moyen de protéger une information = la rendre illisible ou incompréhensible Bases Une clé = chaîne de nombres binaires (0 et 1)

Plus en détail

Différents problèmes Procédés de chiffrement symétriques Le chiffrement asymétrique Un peu d arithmétique. Cryptographie

Différents problèmes Procédés de chiffrement symétriques Le chiffrement asymétrique Un peu d arithmétique. Cryptographie Cryptographie François Ducrot http://math.univ-angers.fr Décembre 2012 Terminologie Cryptographie Étude des méthodes permettant de transmettre des données de façon confidentielle. Cryptanalyse Étude des

Plus en détail

Protocoles cryptographiques

Protocoles cryptographiques MGR850 Hiver 2014 Protocoles cryptographiques Hakima Ould-Slimane Chargée de cours École de technologie supérieure (ÉTS) Département de génie électrique 1 Plan Motivation et Contexte Notations Protocoles

Plus en détail

Généralité sur la cryptographie

Généralité sur la cryptographie 1.1 Introduction L origine de la cryptologie mot réside dans la Grèce antique. La cryptologie est un mot composé de deux éléments : «cryptos», qui signifie caché et «logos» qui signifie mot. La cryptologie

Plus en détail

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux Chapitre 7 Sécurité des réseaux Services, attaques et mécanismes cryptographiques Hdhili M.H Cours Administration et sécurité des réseaux 1 Partie 1: Introduction à la sécurité des réseaux Hdhili M.H Cours

Plus en détail

7 Cryptographie (RSA)

7 Cryptographie (RSA) 7 Cryptographie (RSA) Exponentiation modulaire On verra que le système de cryptage RSA nécessite d effectuer une exponentiation modulaire, c est-à-dire de calculer a n mod m, lorsque m et n sont très grands.

Plus en détail

Application de commerce électronique Août 1997. Contraintes : respecter les règles usuelles des transactions commerciales

Application de commerce électronique Août 1997. Contraintes : respecter les règles usuelles des transactions commerciales Etude de cas : une application de commerce électronique Michel.Riveill@univ-savoie.fr Projet IMAG-INRIA SIRAC 655 avenue de l Europe 38330 Montbonnot 1 Commerce électronique Objectifs clients/fournisseurs

Plus en détail

3-4 Etape 4 : Se connecter au SIV ou au SIT grâce au certificat numérique 3-5 Etape 5 : Changer de certificat quand l ancien arrive à expiration

3-4 Etape 4 : Se connecter au SIV ou au SIT grâce au certificat numérique 3-5 Etape 5 : Changer de certificat quand l ancien arrive à expiration Certificat numérique Sommaire 1- Qu est-ce qu un certificat numérique? A quoi sert-il? 2- Un certificat numérique est-il nécessaire pour faire des immatriculations? 3- Les cinq étapes nécessaires pour

Plus en détail

Cryptographie et utilisation. Utilisation de la cryptographie. Rappel des propriétés à assurer. Assurer le secret :stockage.

Cryptographie et utilisation. Utilisation de la cryptographie. Rappel des propriétés à assurer. Assurer le secret :stockage. Rappel des propriétés à assurer Cryptographie et utilisation Secret lgorithmes symétriques : efficace mais gestion des clés difficiles lgorithmes asymétriques : peu efficace mais possibilité de diffuser

Plus en détail

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader Gestion des Clés Pr Belkhir Abdelkader Gestion des clés cryptographiques 1. La génération des clés: attention aux clés faibles,... et veiller à utiliser des générateurs fiables 2. Le transfert de la clé:

Plus en détail

L identité numérique. Risques, protection

L identité numérique. Risques, protection L identité numérique Risques, protection Plan Communication sur l Internet Identités Traces Protection des informations Communication numérique Messages Chaque caractère d un message «texte» est codé sur

Plus en détail

Mode d emploi. Réglementation des manifestations commerciales

Mode d emploi. Réglementation des manifestations commerciales Mode d emploi Réglementation des manifestations commerciales Vous êtes exploitant d un parc exposition? Vous êtes organisateur de foires, salons, congrès-expositions? Vous êtes exploitant d un site d accueil?

Plus en détail

(Third-Man Attack) PASCAL BONHEUR PASCAL BONHEUR@YAHOO.FR 4/07/2001. Introduction. 1 Domain Name Server. 2 Commandes DNS. 3 Hacking des serveurs DNS

(Third-Man Attack) PASCAL BONHEUR PASCAL BONHEUR@YAHOO.FR 4/07/2001. Introduction. 1 Domain Name Server. 2 Commandes DNS. 3 Hacking des serveurs DNS Détournement de serveur DNS (Third-Man Attack) PASCAL BONHEUR PASCAL BONHEUR@YAHOO.FR 4/07/2001 Introduction Ce document traite de la possibilité d exploiter le serveur DNS pour pirater certains sites

Plus en détail

Présentation des caractéristiques des logiciels de chiffrement : principes et fonctionnalités

Présentation des caractéristiques des logiciels de chiffrement : principes et fonctionnalités Présentation des caractéristiques des logiciels de chiffrement : principes et fonctionnalités Journée chiffrement Le 24 janvier 2006 X. Jeannin (CNRS/UREC) Plan! Différents aspects du chiffrement de données!

Plus en détail

SIGNATURE D UN MAIL SIGNER UN MAIL

SIGNATURE D UN MAIL SIGNER UN MAIL SIGNATURE D UN MAIL SIGNER UN MAIL PARAMETRAGE DE VOTRE MESSAGERIE OUTLOOK COMMENT SIGNER UN MAIL? RECEVOIR UN MAIL SIGNE LE MAIL CHIFFRE Les écrans de ce guide sont faits à partir de la version OUTLOOK

Plus en détail

EMV, S.E.T et 3D Secure

EMV, S.E.T et 3D Secure Sécurité des transactionsti A Carte Bancaire EMV, S.E.T et 3D Secure Dr. Nabil EL KADHI nelkadhi@club-internet.fr; Directeur du Laboratoire L.E.R.I.A. www.leria.eu Professeur permanant A EPITECH www.epitech.net

Plus en détail

HISTORIQUE. Code de César : permutation et substitution (code monoalphabétique) Analyse des fréquences d apparition (Al Kindi 9 ème siècle)

HISTORIQUE. Code de César : permutation et substitution (code monoalphabétique) Analyse des fréquences d apparition (Al Kindi 9 ème siècle) NOMBRES PREMIERS et CRYPTOGRAPHIE Jean Cailliez HISTORIQUE Code de César : permutation et substitution (code monoalphabétique) Analyse des fréquences d apparition (Al Kindi 9 ème siècle) Code de Vigenère

Plus en détail

Emarche v1.5.1. Manuel Utilisateur

Emarche v1.5.1. Manuel Utilisateur Emarche v1.5.1 Manuel Utilisateur Table des matières 1 Pré-requis...2 2 Présentation...3 3 Utilisation...4 3.1 Fenêtre de connexion...4 3.2 Interface principale...5 3.3 Mise à jour automatique...6 3.4

Plus en détail

Chapitre 3 INTÉGRITÉ ET AUTHENTIFICATION

Chapitre 3 INTÉGRITÉ ET AUTHENTIFICATION Chapitre 3 INTÉGRITÉ ET AUTHENTIFICATION 32 Services souhaités par la cryptographie Confidentialité : Rendre le message secret entre deux tiers Authentification : Le message émane t-il de l expéditeur

Plus en détail

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed Auteurs : Papa Kalidou Diop Valdiodio Ndiaye Sene Professeur: Année: 2013-2014 Mr, Gildas Guebre Plan Introduction I. Définition II. Fonctionnement III.

Plus en détail

Manuel utilisateur. CLEO CPS Commande de certificat serveur

Manuel utilisateur. CLEO CPS Commande de certificat serveur Manuel utilisateur CLEO CPS Commande de certificat serveur Sommaire 1 Objet du document... 3 2 Certificats serveurs... 4 2.1 A quoi sert un certificat serveur de l ASIP Santé?... 4 2.2 Les types de certificats

Plus en détail

LES NOTES D PROCEDURE DE CONNEXION WIFI AU CAMPUS. Ce document décrit la procédure à suivre pour se connecter en WIFI au campus.

LES NOTES D PROCEDURE DE CONNEXION WIFI AU CAMPUS. Ce document décrit la procédure à suivre pour se connecter en WIFI au campus. LES NOTES D PROCEDURE DE CONNEXION WIFI AU CAMPUS Réf : NotesLSI-050319-clientWIFI-1 Production de LSI Publication : Mars 2005 Version : 1.0 Résumé Ce document décrit la procédure à suivre pour se connecter

Plus en détail

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques Aspects Techniques et organisationnels Dr. Y. Challal Maître de conférences Université de Technologie de Compiègne Heudiasyc UMR CNRS 6599 France Plan Rappels

Plus en détail

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Technologies de l Internet Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Cryptage avec clé secrète même clé I think it is good that books still exist, but they do make

Plus en détail

GUIDE d UTILISATION. des chèques virtuels

GUIDE d UTILISATION. des chèques virtuels Chèque-Formation / Chèque-Formation Langues GUIDE d UTILISATION des chèques virtuels Pour les Opérateurs de formation agréés 05/2006 2 Processus Introduction Chapitre 1 : Confirmation d affiliation Chapitre

Plus en détail

Bien utiliser votre carte

Bien utiliser votre carte LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 16 Bien utiliser votre carte Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Plus en détail

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés Cryptographie Cours 6/8 - Gestion de clés Plan du cours Importance de la gestion des clés Clés secrètes, clés publiques Certificats Infrastructure à clé publique (Public Key Infrastructure, PKI) Dans le

Plus en détail

Acheter sur Internet

Acheter sur Internet Acheter sur Internet Jadis, la vente par correspondance ou VPC ; aujourd'hui le e-commerce! Jadis, quelques entreprises spécialisées dans ce type de commerce (VPC) ; aujourd'hui, des milliers pour le e_commerce!

Plus en détail

SIO1. La sécurisation des mails via cryptage et authentification

SIO1. La sécurisation des mails via cryptage et authentification Bossert Sébastien SIO1 2014-2015 La sécurisation des mails via cryptage et authentification Sommaire Partie 1 : Qu'est ce que le cryptage? Partie 2 : Authentification des mails avec SPF Partie 3 : Sécuriser

Plus en détail

TP Protocole HTTPS avec Pratiquer l algorithmique

TP Protocole HTTPS avec Pratiquer l algorithmique TP Protocole HTTPS avec Pratiquer l algorithmique Introduction : Le protocole HTTPS permet l échange de données entre client et serveur de manière sécurisée, en ayant recours au cryptage (technologie SSL).

Plus en détail

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET Murielle Cahen. «Sécurité du commerce sur internet». In : Avocat on line [En ligne]. http://www.murielle-cahen.com/publications/p_1securite.asp (consulté le 7/10/2013)

Plus en détail

Le commerce électronique (ou e-commerce)

Le commerce électronique (ou e-commerce) Internet est un formidable outil de connaissance, nous avons eu l occasion de le voir et d en parler. Il est également un merveilleux outil de communication. Nous avons déjà vu comment utiliser le Net

Plus en détail

Sécurité WebSphere MQ V 5.3

Sécurité WebSphere MQ V 5.3 Guide MQ du 21/03/2003 Sécurité WebSphere MQ V 5.3 Luc-Michel Demey Demey Consulting lmd@demey demey-consulting.fr Plan Les besoins Les technologies Apports de la version 5.3 Mise en œuvre Cas pratiques

Plus en détail

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008 Romain Kolb 31/10/2008 Signature électronique Sommaire I. Introduction... 3 1. Motivations... 3 2. Définition... 3 3. La signature électronique en bref... 3 II. Fonctionnement... 4 1. Notions requises...

Plus en détail

CHIFFREMENT CONVENTIONNEL (ou symétrique) Texte en clair (message ou fichier de données) Texte chiffré (message brouillé produit)

CHIFFREMENT CONVENTIONNEL (ou symétrique) Texte en clair (message ou fichier de données) Texte chiffré (message brouillé produit) HIFFREMENT ONVENTIONNEL (ou symétrique) Principes Texte en clair (message ou fichier de données) Algorithme de chiffrement clé secrète (une entrée de l algorithme) Texte chiffré (message brouillé produit)

Plus en détail

Pierre DUSART (Université de Limoges) LA CRYPTOGRAPHIE

Pierre DUSART (Université de Limoges) LA CRYPTOGRAPHIE Pierre DUSART (Université de Limoges) LA CRYPTOGRAPHIE Aborder la cryptologie de façon historique Communications en Alice et Bob Dans le langage courant, on parle de codes secrets mais il vaut mieux parler

Plus en détail

Procédure d installation de SolidWorks Education Edition 2010-2011 IMPORTANT

Procédure d installation de SolidWorks Education Edition 2010-2011 IMPORTANT IMPORTANT Votre numéro commence par 9500 : (Suivez les pastilles de couleur jaune) Vous devez télécharger un fichier d activation (SolidWorksStandAloneLic.lic) permettant le fonctionnement de SolidWorks

Plus en détail

Option site e-commerce

Option site e-commerce Option site e-commerce Guide de configuration des modes de paiement en ligne V 1.2 1 Sommaire Paiement par carte bancaire Ouverture d un contrat de vente à distance Configuration du paiement par carte

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

Cryptologie. Algorithmes à clé publique. Jean-Marc Robert. Génie logiciel et des TI

Cryptologie. Algorithmes à clé publique. Jean-Marc Robert. Génie logiciel et des TI Cryptologie Algorithmes à clé publique Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI Plan de la présentation Introduction Cryptographie à clé publique Les principes essentiels La signature électronique Infrastructures

Plus en détail

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir 04 Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir Les banques ont recours à des systèmes de sécurité très perfectionnés et à des équipes de spécialistes des fraudes en vue d

Plus en détail

La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax.

La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax. EXERCICE 1 La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax. La multiplication des modes de communication entre

Plus en détail

La signature électronique

La signature électronique Livre Blanc La signature électronique Date : mercredi 22 janvier 2014 Indice : V01 SSL Europa - 8 chemin des escargots - 18200 Orval - France T: +33 (0)9 88 99 54 09 Table des matières 1. De nouveaux enjeux...

Plus en détail

Questions et réponses sur Secure e-mail

Questions et réponses sur Secure e-mail Questions et réponses sur Secure e-mail Sommaire Secure e-mail: sens et but Qu est-ce que Secure e-mail? Pourquoi la Suva introduit-elle Secure e-mail? Quels e-mails doivent être envoyés sous forme cryptée?

Plus en détail

Chapitre 3 : Outil de chiffrement PGP

Chapitre 3 : Outil de chiffrement PGP Chapitre 3 : Outil de chiffrement PGP SÉcurité et Cryptographie 2013-2014 Sup Galilée INFO3 1 / 12 PGP - Pretty Good Privacy PGP (Pretty Good Privacy) est un système de chiffrement de messages électroniques

Plus en détail

Communiquer SÉCURITÉ. en toute. Dwayne Bragonier, CA, CA TI

Communiquer SÉCURITÉ. en toute. Dwayne Bragonier, CA, CA TI Communiquer en toute SÉCURITÉ Dwayne Bragonier, CA, CA TI Vraie demande, publiée sur le forum de soutien technique du service de messagerie Gmail de Google : «À l aide! Un courriel confidentiel qui m était

Plus en détail

Service e-carte Bleue

Service e-carte Bleue Service e-carte Bleue Adoptez la simplicité et la tranquillité pour tous vos achats en ligne avec le service e-carte Bleue! EN BREF Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro

Plus en détail

DEMATERIALISATION. Signature électronique et sécurité

DEMATERIALISATION. Signature électronique et sécurité DEMATERIALISATION Signature électronique et sécurité Editeur du Progiciel MARCO, le spécialiste de la gestion des achats et marchés publics Parc Euromédecine 95 rue Pierre Flourens 34090 MONTPELLIER Tél

Plus en détail

Activité professionnelle N

Activité professionnelle N BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Option SISR Session 2015 Loïc BONNIN Activité professionnelle N NATURE DE L'ACTIVITE Contexte Objectifs Lieu de réalisation Projet personnel réalisé en

Plus en détail

CERTIFICATS ELECTRONIQUES SUR CLÉ USB CERTIGREFFE

CERTIFICATS ELECTRONIQUES SUR CLÉ USB CERTIGREFFE CERTIFICATS ELECTRONIQUES SUR CLÉ USB CERTIGREFFE Notions sur le certificat électronique Problème : il est facile, aujourd hui, de s octroyer une adresse e-mail sous une fausse identité ou mieux encore

Plus en détail

Certificats électroniques

Certificats électroniques Certificats électroniques Matthieu Herrb Jean-Luc Archimaud, Nicole Dausque & Marie-Claude Quidoz Février 2002 CNRS-LAAS Plan Services de sécurité Principes de cryptographie et signature électronique Autorités

Plus en détail

Envoyez de vraies cartes postales personnalisées

Envoyez de vraies cartes postales personnalisées La Poste, http://www.laposte.fr/, aime les nouvelles technologies et offre de plus en plus de nouveaux services en ligne afin de faciliter les démarches de ses clients. C est ainsi que la lettre recommandée

Plus en détail

Protégez votre entreprise contre la fraude.

Protégez votre entreprise contre la fraude. Protégez votre entreprise contre la fraude. 1 La fraude aux entreprises Qu est-ce qu il y a dans ce document? 1 La fraude aux entreprises 3 Qu est-ce qu il y a dans ce document? Comment utiliser ce document?

Plus en détail

Découverte de la cryptographie

Découverte de la cryptographie Maxime Arthaud et Korantin Auguste net7 Jeudi 14 novembre 2013 Syllabus Introduction 1 Introduction 2 La cryptographie, Qu est-ce que c est? Chiffrement ou signature de messages par des clés La cryptographie,

Plus en détail

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références 2 http://securit.free.fr Introduction aux concepts de PKI Page 1/20

Plus en détail

GESTION DU LOGO. 1. Comment gérer votre logo? 2. 2.1. Format de l image 7 2.2. Dimensions de l image 8 2.3. Taille de l image 9

GESTION DU LOGO. 1. Comment gérer votre logo? 2. 2.1. Format de l image 7 2.2. Dimensions de l image 8 2.3. Taille de l image 9 GESTION DU LOGO 1. Comment gérer votre logo? 2 1.1. Insérer un logo 3 1.1.1. Insérer un logo dans le bandeau 3 1.1.2. Insérer un logo dans les éditions 4 1.2. Supprimer un logo 6 1.2.1. Supprimer un logo

Plus en détail

14.1. Paiements et achats en ligne

14.1. Paiements et achats en ligne Chapitre 14 Sécurité et Internet Si Internet vous permet de vous connecter et d accéder à des services et des sites du monde entier, il est important aussi de comprendre qu une fois connecté au Web votre

Plus en détail

Secure e-mail de la Suva

Secure e-mail de la Suva Secure e-mail de la Suva Brochure à l intention des cadres et des responsables informatiques SEM_Informationsbroschuere_06-2013_fr / WasWoShop: 2979/1.F 1 Sommaire Secure e-mail de la Suva en bref 3 Problèmes

Plus en détail

PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR

PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR Mis à jour le 25 septembre 2008 TABLE DES MATIÈRES 1. UN NOUVEAU SERVICE... 1 Personnalisé... 1 Sécuritaire... 1 Complémentaire... 1 2. ENREGISTREMENT ET AUTHENTIFICATION...

Plus en détail

Projet de cryptographie. Algorithme de cryptage de type Bluetooth

Projet de cryptographie. Algorithme de cryptage de type Bluetooth Projet de cryptographie Algorithme de cryptage de type Bluetooth Le but de ce projet est de créer une application qui crypte et décrypte des fichiers en utilisant le principe de cryptage du Bluetooth.

Plus en détail

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés Claude Gross CNRS/UREC 1 Confiance et Internet Comment établir une relation de confiance indispensable à la réalisation de transaction à distance entre

Plus en détail

Processus de commande en ligne des produits répertoriés sur notre site Web

Processus de commande en ligne des produits répertoriés sur notre site Web Processus de commande en ligne des produits répertoriés sur notre site Web Catalogue Choisissez, dans notre catalogue, le ou les produits que vous recherchez Cliquez sur la petite icône «Ajouter à mon

Plus en détail

Guide d utilisation à l usage des familles

Guide d utilisation à l usage des familles Guide d utilisation à l usage des familles Pré requis : L utilisation du «Portail Famille» est optimisé pour «Mozilla Firefox» version 3.5 et supérieure. En effet, dans certains cas, l utilisation du navigateur

Plus en détail

guide pratique d utilisation d un terminal de paiement électronique EMV, à destination des commerçants CB

guide pratique d utilisation d un terminal de paiement électronique EMV, à destination des commerçants CB guide pratique d utilisation d un terminal de paiement électronique EMV, à destination des commerçants CB L Europe passe à la carte bancaire à puce, au standard international EMV. Une évolution pour la

Plus en détail

Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro de carte bancaire!

Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro de carte bancaire! Service e-carte Bleue Adoptez la simplicité et la tranquillité pour tous vos achats en ligne avec le service e-carte Bleue! EN BREF Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe

Particuliers, la Banque de France vous informe Particuliers, la Banque de France vous informe Identifiants bancaires Être vigilant, c est important Être responsable VOTRE CARTE BANCAIRE Votre carte bancaire est strictement personnelle. Vous devez vérifier

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Cryptographie. Cours 3/8 - Chiffrement asymétrique

Cryptographie. Cours 3/8 - Chiffrement asymétrique Cryptographie Cours 3/8 - Chiffrement asymétrique Plan du cours Différents types de cryptographie Cryptographie à clé publique Motivation Applications, caractéristiques Exemples: ElGamal, RSA Faiblesses,

Plus en détail

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL VPN SSL : Présentation Master Informatique 1ère Année Année 2006-2007 2007 Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL Durée : 20 minutes Remarques Intervention : 15-20

Plus en détail

Guide de configuration du module SMS chiffré NetXServ. Version : 1.2 Auteur : JP. Diffusion : 01/03/2013. Libre. Restreinte.

Guide de configuration du module SMS chiffré NetXServ. Version : 1.2 Auteur : JP. Diffusion : 01/03/2013. Libre. Restreinte. Diffusion : Libre Restreinte Interne Guide de configuration du module SMS chiffré NetXServ Version : 1.2 Auteur : JP 01/03/2013 RESIX 140, bis rue de Rennes 75006 PARIS Tél. : 01 39 30 03 50 - Fax : 01

Plus en détail

signature de code THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS CODE SIGNING DANS LE MONDE

signature de code THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS CODE SIGNING DANS LE MONDE signature de code THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS CODE SIGNING DANS LE MONDE signature de code...1 Qu est-ce que la signature de code?...1 À quoi sert la signature de code?...1

Plus en détail

INFORMATIONS DECISIONS ACTIONS. Entreprises Informations Décisions Actions État des ventes Prévisions Comportement consommateur. Augmenter 20 % le CA

INFORMATIONS DECISIONS ACTIONS. Entreprises Informations Décisions Actions État des ventes Prévisions Comportement consommateur. Augmenter 20 % le CA COTE COURS 1. Les différents types d information commerciale 1.1 - Le rôle de l information commerciale. L information est un renseignement qui améliore notre connaissance. Elle permet donc de réduire

Plus en détail

Guide d utilisation des principales fonctions d Entrust Entelligence Security Provider

Guide d utilisation des principales fonctions d Entrust Entelligence Security Provider du ministère de la Justice Mise en garde Selon l environnement technologique utilisé, le fonctionnement du logiciel peut différer de celui décrit dans ce document. Il est donc fortement recommandé de vérifier

Plus en détail

CERTIFICATS ÉLECTRONIQUES CERTIGREFFE. Manuel d installation SUR CLÉ USB IKEY

CERTIFICATS ÉLECTRONIQUES CERTIGREFFE. Manuel d installation SUR CLÉ USB IKEY CERTIFICATS ÉLECTRONIQUES SUR CLÉ USB IKEY CERTIGREFFE Introduction Notions sur le certificat électronique Problème : il est facile, aujourd hui, de s octroyer une adresse e-mail sous une fausse identité

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe

Particuliers, la Banque de France vous informe Particuliers, la Banque de France vous informe Identifiants bancaires : Être vigilant, c est important Être responsable VOTRE CARTE BANCAIRE Votre carte bancaire est strictement personnelle. Vous devez

Plus en détail

La sécurité des Réseaux Partie 7 PKI

La sécurité des Réseaux Partie 7 PKI La sécurité des Réseaux Partie 7 PKI Fabrice Theoleyre Enseignement : INSA Lyon / CPE Recherche : Laboratoire CITI / INSA Lyon Références C. Cachat et D. Carella «PKI Open Source», éditions O REILLY Idealx,

Plus en détail

Renouveler votre certificat numérique

Renouveler votre certificat numérique Renouveler votre certificat numérique Attention : il faut installer un nouveau certificat avant que l'ancien n'arrive à expiration Sommaire - Etape 1 : Acquérir un nouveau certificat..p 2 - Etape 2 : Installer

Plus en détail

Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur

Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur La Facturation Le Livre chronologique des Recettes Le Registre des Achats Le Suivi du Chiffre d Affaires en temps réel Site internet

Plus en détail

La sécurité dans un réseau Wi-Fi

La sécurité dans un réseau Wi-Fi La sécurité dans un réseau Wi-Fi Par Valérian CASTEL. Sommaire - Introduction : Le Wi-Fi, c est quoi? - Réseau ad hoc, réseau infrastructure, quelles différences? - Cryptage WEP - Cryptage WPA, WPA2 -

Plus en détail

WIFI & Sécurité. Jean-Luc Damoiseaux IUT-Aix en Provence Dpt R&T

WIFI & Sécurité. Jean-Luc Damoiseaux IUT-Aix en Provence Dpt R&T WIFI & Sécurité Jean-Luc Damoiseaux IUT-Aix en Provence Dpt R&T Plan La sécurité dans le wifi Éléments de cryptographie Protocoles pour la sécurisation 2 Contraintes de sécurisation Authentification :

Plus en détail

Paiement sécurisé sur internet

Paiement sécurisé sur internet Paieent sécurisé sur internet CHAIGNEAU Delphine DANTE Alexandra GARNODIER Karine RICM3 25 janvier 2002 1.1 Internet et coerce 1.2 Modes de paieent 1.3 Qualités d un procédé 1.1 Internet et coerce 1.1

Plus en détail

1. Principes de fonctionnement de la base... 2. 1.1 Utilisateurs et structures... 2. 1.2. Contacts : organismes et personnes... 2

1. Principes de fonctionnement de la base... 2. 1.1 Utilisateurs et structures... 2. 1.2. Contacts : organismes et personnes... 2 Mode d emploi Base Contacts Sommaire 1. Principes de fonctionnement de la base... 2 1.1 Utilisateurs et structures... 2 1.2. Contacts : organismes et personnes... 2 2. Fonctionnalités de la base... 2 3.

Plus en détail

1 - Chiffrement ou Cryptage, Déchiffrement ou Décryptage?

1 - Chiffrement ou Cryptage, Déchiffrement ou Décryptage? Avertissements : Le contenu de ce document est sous licence GPL. Le document est librement diffusable dans le contexte de cette licence. Toute modification est encouragée et doit être signalée à othebaud@e-watching.net

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION A L ATTENTION DES ASSOCIATIONS

GUIDE D UTILISATION A L ATTENTION DES ASSOCIATIONS DIRECTION DES FINANCES Dépôt en ligne des dossiers de demande de subvention GUIDE D UTILISATION A L ATTENTION DES ASSOCIATIONS Pour toute question relative au dépôt de votre dossier en ligne : mail à :

Plus en détail

Structurez votre communication

Structurez votre communication www.komibox.fr Structurez votre communication Présentation KOMIbox : Des applications pour répondre aux besoins des PME... Vous désirez mieux structurer votre communication et centraliser vos informations?

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

Sommaire CONNEXION WEBMAIL... 2 1. Comment se connecter au Webmail?... 2

Sommaire CONNEXION WEBMAIL... 2 1. Comment se connecter au Webmail?... 2 Sommaire CONNEXION WEBMAIL... 2 1. Comment se connecter au Webmail?... 2 LE COURRIER... 4 CREER UN NOUVEAU MESSAGE... 4 1. Comment envoyer un mail?... 4 2. Envoi avec une pièce jointe?... 7 REPONDRE A

Plus en détail

L'offre e-banking. Trade Finance CALYON. Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE. https://www.optimtrade.calyon.

L'offre e-banking. Trade Finance CALYON. Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE. https://www.optimtrade.calyon. L'offre e-banking en Trade Finance de CALYON Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE https://www.optimtrade.calyon.com Le portail OptimTrade est un système interactif permettant d'accélérer

Plus en détail

Informatique. Les réponses doivent être données en cochant les cases sur la dernière feuille du sujet, intitulée feuille de réponse

Informatique. Les réponses doivent être données en cochant les cases sur la dernière feuille du sujet, intitulée feuille de réponse Questions - Révision- - 1 er Semestre Informatique Durée de l examen : 1h pour 40 questions. Aucun document n est autorisé. L usage d appareils électroniques est interdit. Les questions faisant apparaître

Plus en détail