LES CONDITIONS D EXERCICE POUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CONDITIONS D EXERCICE POUR"

Transcription

1 LES CONDITIONS D EXERCICE POUR LES ACTIVITÉS BANCAIRES EN LIGNE par SUSAN EMMENEGGER * Dr en droit, avocate, LL.M., professeure à l Université de Berne, directrice de l Institut de droit bancaire * Je tiens à remercier M. Hansueli Geiger, avocat, directeur du Service des autorisations, Secrétariat de la Commission fédérale des banques, pour ses conseils précieux et les discussions, et M. Peter Ling, assistant au Cedidac, pour la traduction de cet article.

2

3 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne Parce que l activité bancaire est une activité risquée, les banques sont soumises à une réglementation étatique. Le développement fulgurant des technologies de l information et des télécommunications, ainsi que l introduction d Internet dans la très grande majorité des ménages privés, placent la réglementation des banques devant de nouveaux défis. Dans la présente contribution, nous donnerons un aperçu de ces défis et des solutions possibles au niveau de la réglementation, notamment concernant les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne. Nous commencerons par un aperçu de l e-banking en Suisse (I), que nous placerons ensuite dans le contexte plus large du développement moderne (II). Nous établirons ensuite les conditions générales pour obtenir l autorisation d exercer une activité bancaire (III) et analyserons les défis principaux qui attendent la réglementation future de la branche (IV). I. E-banking : la situation actuelle en Suisse Procéder à une transaction bancaire en ligne paraît aujourd hui une évidence. Pratiquement toutes les banques suisses proposent à l heure actuelle cette prestation à leurs clients dans le cadre de leur stratégie multicanaux. Les banques purement en ligne demeurent en revanche encore rares 1. On entend par là les banques qui renoncent à des locaux «physiques» accessibles au public et proposent leurs prestations exclusivement ou essentiellement par le biais d Internet. Si on a pu assister au tournant du siècle à une véritable explosion de création de telles institutions, le boom n a été que de courte durée. Sur les sept banques en ligne 2 auxquelles la Commission fédérale des banques (CFB) 1 2 Les banques purement en ligne sont aussi appelées «Internet-only banks» ou encore «banques virtuelles» ; cf. Michael KUNZ, Aufsichtsrechtliche Probleme des E- Banking, in : Wolfgang Wiegand (édit.), Rechtliche Probleme des E-Banking, Berner Bankrechtstag 2000, Berne 2000, p. 23 à 92 (p. 26). Cf. à ce sujet Daniel ZUBERBÜHLER, E-Finance : Réglementation et surveillance, Conférence de presse de la CFB du 26 avril 2001, disponible en ligne à l adresse La Global Direct Dealing AG dont il est question dans le document précité ne disposait que d une licence de commerce de valeurs mobilières et n est donc pas comptée parmi les banques en ligne dans la présente contribution. La Global Direct Dealing AG fut rachetée par la Redsafe Bank à la fin de l année En tant que filiale de la Redsafe Bank, elle en partagea le sort : son autorisation fut 3

4 Susan Emmenegger a délivré une autorisation d exercer leurs activités, une seule reste sur le marché : - La Direkt Anlage Bank (Schweiz) AG reçut l autorisation de la CFB pour son inscription au registre du commerce en janvier La Direkt Anlage Bank est généralement classée parmi les banques purement en ligne. En réalité, les prestations s effectuaient également par téléphone et téléfax. La banque a été reprise puis absorbée, en janvier 2003, par Sarasin & Cie SA 4. - Stellax était un projet du groupe Julius Bär. Initialement, un service purement en ligne aurait dû voir le jour, avec des outils électroniques innovatifs dans le domaine du support à la clientèle (Smart Asset Management Services). La banque devait ouvrir durant l été ; en octobre de la même année, le projet a été abandonné. La banque n a jamais été opérationnelle 6. - La Y-O-U Swiss Private Banking AG était un projet de Vontobel Holding AG, dont le lancement a été annoncé en mars La nouvelle banque pour les «Young Urban Professionals» ne voulait pas seulement offrir des prestations bancaires par Internet, mais un véritable service global en matière bancaire 8. Par sa retirée par la CFB le 6 septembre 2004, cf. Rapport de gestion CFB 2004, p. 42 et NZZ du , p. 33. Une licence uniquement pour le commerce de valeurs mobilières fut délivrée à Fimatex SA, Paris, succursale de Zurich. La Fimatex reçut l autorisation en mars 2000, elle n est cependant jamais devenue opérationnelle. Comme banque purement en ligne, on peut encore penser à la Skandia Bank en l an 2002, cf. plus bas dans notre texte. NZZ du , p. 22. L article parle de l obtention de la licence bancaire. Il faut cependant faire la différence entre les deux notions : la CFB délivre d abord une autorisation pour les activités commerciales (in casu : le 30 août 2000), généralement sous conditions. Si celles-ci sont remplies, la CFB délivre l autorisation pour l inscription au registre du commerce. Au sujet de cette procédure à deux phases, cf. Susan EMMENEGGER/Hansueli GEIGER, Bank-Aktiengesellschaften : Statuten und Reglemente mit Mustern, Zurich 2004, n os 42 s. La fusion a eu lieu le 20 août Cf. NZZ du , p. 28. FOSC n 198 du , n 26561, accessible en ligne sous house.ch/shab/2001_198/publikationen_s.htm. Cf. NZZ du , p. 27. Ibidem. 4

5 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne conception et sa technicité, le projet s annonçait très ambitieux. L arrêt du projet fut rendu public en mai 2001, après avoir englouti des coûts estimés à plus de 167 millions de francs 9. La banque n a jamais été opérationnelle La banque suédoise Skandia annonça le début de ses activités bancaires en ligne en août Les services ont cessé en novembre 2003 et la clientèle a été transférée à Swissquote Consors Schweiz AG était un projet du groupe allemand Consors. Elle devint opérationnelle en juillet Le 1 er octobre 2002, Swissquote AG reprit Consors Schweiz AG et elle l intégra au sein de ses propres activités à la fin du mois de mars Redsafe Bank était un projet de la Rentenanstalt/Swiss Life. Les opérations bancaires débutèrent le 13 novembre et cessèrent au cours de l été La Redsafe Bank a été vendue en novembre C est M. Dieter Behring qui se trouvait derrière cette transaction ; afin de contrôler la fiabilité de l actionnaire principal, la CFB suspendit l autorisation 18. Enfin, Cf. NZZ du , p. 21. A la différence de Stellax, Y-O-U a bien été inscrite au registre du commerce. Cela nonobstant, elle n a jamais été opérationnelle. Elle a perdu son statut de banque le 17 septembre En tant que «Evesto AG» (le nom utilisé par la Y-O-U dans le cadre de la procédure d autorisation), elle a été radiée le 26 mai 2003 du registre du commerce. Avant cela, elle a activé ses services à l essai pendant trois mois à l attention d une clientèle limitée (Friends & Family), activité pour laquelle elle reçut l autorisation d inscription au registre du commerce le 28 mars Le 23 juillet, elle reçut l autorisation d exercer pleinement ses activités commerciales. L autorisation ellemême a été délivrée le 3 mars NZZ du , p. 27. Cf. NZZ du , p par les liens suivants : la société, présentation, historique, N.B. : Consors a connu des difficultés et sera rachetée par BNP Paribas, pendant que la filiale suisse de Consors sera rachetée par Swissquote. NZZ du , p. 28. NZZ du , p. 23. NZZ du , p. 25. Cf. à ce sujet le Rapport de gestion 2004 de la CFB, pp. 42 s. 5

6 Susan Emmenegger par décision du 6 septembre 2004, elle ordonna le retrait de la licence et la liquidation de l établissement 19. Seule rescapée de cet engouement initial, la banque Swissquote SA obtint la licence en octobre et débuta ses activités en mai Les actions de la Swissquote Group Holding AG sont cotées à la Swiss Exchange (SWX) 22. La société occupe actuellement 120 collaborateurs et, à en croire ses propres chiffres, est actuellement le leader du marché du trading en ligne avec une clientèle de plus de 41'000 personnes 23. Malgré la présence d instituts financiers jouissant d une grande renommée ainsi que d un certain succès derrière la fondation de banques en ligne, celles-ci n ont à l heure actuelle pas réussi à s imposer sur le marché. Swissquote représente ici un cas spécial, elle n est en effet pas essentiellement active dans les affaires bancaires classiques, mais dans le trading en ligne. Assurément, le dernier mot n a pas été dit dans ce domaine. Il existe beaucoup d indices montrant que le marché n était pas encore prêt pour assurer la réussite de tels projets. Avec la génération Internet, demain, la donnée risque cependant de changer. II. Le contexte de l e-banking : la virtualisation des services financiers Les affaires bancaires modernes témoignent de la «liquéfaction» de points autrefois statiques : les acteurs, les objets des contrats, les lieux et le temps, données autrefois stables, claires et mesurables, se retrouvent de plus en plus souvent relativisés. Ce processus de virtualisation n est cependant pas un phénomène entièrement nouveau ; il ne se limite d ailleurs pas au seul domaine des services financiers. Il s agit bien plus de l expression d une différenciation et d une complexité croissantes des échanges économiques, un processus dont le début se situe bien avant Idem, p. 42 ; NZZ du , p par les liens suivants : la société, présentation, historique, NZZ du , p par les liens suivants : émetteurs, sociétés côtées. par le lien suivant : la société. 6

7 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne l «invention» d Internet. La modernisation dans les technologies de l information et des télécommunications mène cependant à une nouvelle étape de la virtualisation. En y regardant de plus près, on peut distinguer cinq processus partiels : A. Virtualisation relative à la communication (dépersonnalisation) En tant que premier élément d une «phénoménologie de la virtualisation», on peut considérer la dépersonnalisation. Elle se manifeste par le remplacement croissant de personnes par des machines dans la communication juridique. La cliente qui mandate sa banque d acheter des parts d une entreprise cotée à l Eurex reçoit une confirmation de l ordre et de son exécution sans qu une seule collaboratrice ait été active du côté de la banque. La communication (juridique) avec la banque s effectue par ordinateur. Ce n est cependant pas le seul processus automatisé qui est déclenché par l ordre. Celui-ci n est en effet envoyé directement ou par l intermédiaire d autres serveurs commerciaux à la bourse qu après un examen de sa couverture et de sa plausibilité. La communication et la conclusion de l affaire se déroulent entre machines, la demande et l offre étant comparées par des logiciels spécifiques et, en cas d équivalence, le contrat est conclu de façon entièrement automatique. La standardisation rapide constitue l une des conséquences de cette automatisation croissante dans les relations juridiques. En effet, la liberté d action de l ordinateur est limitée par sa programmation ; des réactions spontanées flexibles ne sont donc envisageables qu en cas d erreur dans le logiciel. B. Virtualisation relative à l identité (désubjectivisation) Le second élément de la virtualisation concerne l identité, ou plus exactement la possibilité de créer des identités virtuelles. Un consommateur peut en effet générer des identités virtuelles à bien plaire 7

8 Susan Emmenegger sur le réseau : le nom électronique ne doit pas nécessairement correspondre au véritable nom. En outre, une adresse électronique peut être utilisée indépendamment de la personne physique qui l a initialement créée. Du côté de l entreprise, la virtualisation se vérifie avant tout dans la perte du parallèle habituel entre les prestations offertes et l infrastructure visible. Bien qu il existe encore des locaux commerciaux même si l on renonce aux locaux destinés à recevoir les clients ou aux guichets (la banque ne fonctionne pas dans un espace vide, elle a toujours besoin d une infrastructure), du point de vue des clients, la banque troque son existence tangible sous la forme de locaux accessibles au public contre une identité sur le réseau. C. Virtualisation relative aux objets (dématérialisation) La dématérialisation constitue le troisième élément de la virtualisation. Elle désigne la diminution de l importance des choses physiques en tant qu objets du contrat. Dans le domaine des services financiers, cela se vérifie dans les processus d abstraction concernant les produits financiers. Si l action représente une part à une entreprise réellement existante, cette connexion à la réalité se perd en cas de commerce d instruments financiers innovatifs. Bien des droits créés par l autonomie privée «vivent leur vie», sans que l on puisse leur trouver un équivalent tangible dans le monde réel. La dématérialisation est en outre très bien visible dans le passage des papiers-valeurs vers les droits-valeurs. L émission du titre, autrefois garante de la transmissibilité du droit, perd visiblement de plus en plus son importance 25. D. Virtualisation relative aux lieux (délocalisation) Le quatrième élément de la virtualisation concerne la délocalisation. Celle-ci désigne le relâchement croissant des liens géographiques dans les relations commerciales. Les barrières spatiales ont perdu beaucoup d importance grâce au développement des nouvelles possibilités 25 Voir à ce sujet notamment la thèse de Christoph BRUNNER, Wertrechte - nicht verurkundete Rechte mit gleicher Funktion wie Wertpapiere : Ein Beitrag zur rechtlichen Erfassung des Effektengiroverkehrs, Berne

9 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne technologiques, tant en ce qui concerne les relations d affaires que dans les structures d organisation des entreprises. Le premier domaine dans lequel les barrières spatiales sont démolies est celui des relations d affaires. Pour le client d une banque Internet, le fait que celle-ci ait une succursale au coin de la rue ou qu elle se trouve au contraire à des milliers de kilomètres n a aucune importance. Une banque située aux Antilles Hollandaises peut offrir ses services à une clientèle mondiale ; son site Internet ne se présente pas autrement que celui de n importe quel prestataire de services local : pour le client, la distance à l entreprise consiste de toute manière en un seul clic de souris. Il est important de relever que la distance ne coûte dans ce cas plus rien : la connexion au réseau est payante, mais son coût est indépendant de la question de savoir si la communication intervient avec les Antilles Hollandaises ou la banque du coin de la rue. Le second domaine dans lequel les barrières spatiales disparaissent est celui de la structure organisationnelle des entreprises. A travers les possibilités d échange de données avantageuses et rapides, l organisation économique peut être atomisée selon des critères de rationalisation ; on peut rechercher l emplacement optimal pour chaque domaine d activité donné. Que la centrale informatique d une banque se trouve dans le même immeuble ou dans un autre pays est devenu indifférent, s agissant de la structure d organisation de la banque. E. Virtualisation relative au temps (extemporalisation) La virtualisation se manifeste enfin à travers la diminution de l importance des barrières temporelles. Ce critère est quelque peu différent des autres processus de virtualisation, car l élément «temps» n est pas relativisé en tant que point de référence des affaires financières, mais dans sa fonction de barrière à leur réalisation. La disparition des barrières du temps peut être observée dans divers domaines, par exemple dans l accélération des temps de transmission des données. Les informations sont désormais accessibles en quelques secondes et la proximité physique n est plus synonyme d avantage en termes de temps. En parallèle, le facteur temps évolue aussi dans son sens d «heures de 9

10 Susan Emmenegger bureau» : cette notion devient en effet obsolète dans le cadre des relations juridiques virtuelles, dans la mesure où le site web d une banque peut être consulté 24 heures sur 24. Lorsqu une prestation bancaire est effectuée automatiquement, on peut en bénéficier à toute heure et avec effet immédiat. III. La régulation de l activité bancaire en général Les phénomènes de virtualisation que nous venons de décrire ont-ils une influence sur la régulation et, si oui, laquelle? Afin de pouvoir répondre à une telle question, nous devons d abord rappeler les conditions nécessaires pour obtenir l autorisation d exercer une activité bancaire. A. Obligation de requérir une autorisation L exercice d une activité bancaire est soumis à l autorisation de la Commission fédérale des banques (art. 3 al. 1 LB). Ne peuvent employer les mots de «banque» ou de «banquier» dans leur raison sociale ou dans la désignation du but social ou encore s en servir à des fins de publicité que les établissements disposant d une autorisation de la CFB (art. 1 al. 4 LB). L exercice non autorisé d une activité bancaire est punissable (art. 46 al. 1 let. a LB). La loi sur les banques 26 ne contient pas de définition de la banque. Il faut pour cela consulter l ordonnance sur les banques 27. Sont ainsi soumises à autorisation les entreprises actives principalement dans le secteur financier et qui en particulier «acceptent des dépôts du public à titre professionnel ou font appel au public pour les obtenir dans le but de financer pour leur propre compte, de quelque manière que ce soit, un nombre indéterminé de personnes ou d entreprises avec lesquelles elles ne forment pas une entité économique» (art. 2a let. a OB). Cette description n est pas complète, car elle ne comprend pas les banquiers privés Loi fédérale du 8 novembre 1934 sur les banques et les caisses d épargne (LB), RS Ordonnance du 17 mai 1972 sur les banques et les caisses d épargne (OB), RS

11 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne essentiellement actifs dans la gestion de fortune. Toutefois, la loi sur les banques évoque explicitement les banquiers privés, il ne peut donc y avoir de doute quant à leur obligation d obtenir une autorisation pour exercer leur activité (art. 1 al. 1 LB), même s il est vrai qu ils profitent de nombreux privilèges dans le cadre de la réglementation. Ont besoin d une autorisation les banques organisées selon le droit suisse. «Si la direction effective de la banque étrangère se situe en Suisse ou si la banque étrangère exerce son activité exclusivement ou de manière prépondérante en Suisse ou depuis la Suisse, elle doit être organisée selon le droit suisse et est soumise aux dispositions légales applicables aux banques suisses» (art. 1 al. 2 OBE). Elle sera donc soumise à l obligation de demander l autorisation de la CFB. Si une banque est organisée à juste titre sous un droit étranger, elle a néanmoins besoin d une autorisation de la CFB si elle possède en Suisse une succursale, une agence ou une représentation (art. 2 OBE). B. Conditions de l autorisation La disposition clé concernant la procédure d autorisation en matière bancaire est l art. 3 LB. Cet article contient les conditions préalables essentielles pour obtenir l autorisation. Les conditions doivent être respectées en tout temps, il s agit donc en même temps de conditions pour l exercice de l activité commerciale. On peut distinguer trois niveaux dans les conditions préalables à l autorisation : le niveau financier, le niveau organisationnel et le niveau personnel. Au niveau financier, la loi sur les banques exige une capitalisation minimale dont la hauteur est déterminée par voie d ordonnance (art. 3 al. 2 let. b LB). La capitalisation minimale se monte actuellement à 10 millions de francs (art. 4 al. 1 OB). Au stade de l exercice effectif des activités commerciales, les ressources financières doivent correspondre aux activités de la banque (cf. art. 7 al. 3 OB). Au niveau de l organisation, la banque doit disposer d une organisation administrative appropriée. Contrairement au droit de la société anonyme, la loi sur les banques consacre le système dualiste : les membres du conseil d administration ne peuvent faire partie de la direction (art. 3 al. 2 let. a LB, art. 8 al. 2 OB). Enfin, la loi sur les banques exige, au niveau 11

12 Susan Emmenegger personnel, l intégrité des membres de la direction (art. 3 al. 2 let. c LB) 28, ainsi que l intégrité des actionnaires qualifiés (art. 3 al. 2 let. c bis LB). Les personnes chargées de la direction doivent en outre avoir leur domicile en un lieu qui leur permet d exercer la gestion effective des affaires et d en assumer la responsabilité (art. 3 al. 2 let. d LB). IV. Défis posés à la surveillance dans le domaine de l e-banking Si l on considère les tendances à la virtualisation en matière bancaire d une part et les conditions préalables à l autorisation d autre part, on peut reconnaître trois principaux défis qui attendent les autorités de régulation : en relation avec la virtualisation relative aux lieux (délocalisation), il s agit des affaires bancaires transfrontalières et de l externalisation de prestations autrefois internes à la banque. En relation avec la virtualisation relative à l organisation (désubjectivisation), il s agit de la question de l ouverture de comptes par Internet. A. Le trafic bancaire transfrontalier (délocalisation) La délocalisation désigne l aspect de la virtualisation qui consiste en un relâchement des liens géographiques dans la vie commerciale. En matière bancaire, elle se manifeste avant tout par l accès de la banque à une clientèle globale. Du point de vue de l autorité de surveillance en revanche, deux questions principales se posent à ce sujet : existe-t-il un besoin de réglementation lorsqu une banque suisse offre ses services à une clientèle étrangère à travers Internet? Et inversément, existe-t-il un besoin de réglementation lorsqu une banque ayant son siège à l étranger offre ses services par Internet à des clients se trouvant en Suisse? 28 Littéralement : «[l autorisation est accordée lorsque] les personnes chargées d administrer et de gérer la banque jouissent d une bonne réputation et présentent toutes garanties d une activité irréprochable». 12

13 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne 1. Outgoing Services : prestations bancaires de la Suisse vers l étranger Une banque suisse offrant ses services à une clientèle se trouvant à l étranger n a pas besoin pour cela d une autorisation supplémentaire. Du point de vue de la Commission fédérale des banques, un tel service est réputé rendu en Suisse et il est par conséquent soumis à la surveillance comme n importe quel autre service sur territoire helvétique 29. Cette activité n est en outre pas soumise à une obligation d informer la CFB car une telle obligation suppose une présence physique à l étranger (art. 3 al. 7 LB). Il existe une exception à ce principe lorsque la banque procède à une modification substantielle de son domaine d activité géographique, non couverte par ses statuts. La loi sur les banques prescrit en effet que la banque définit «de façon précise le champ et le rayon géographique de ses activités dans ses statuts, ses contrats de société ou ses règlements» (art. 3 al. 2 let. a LB en relation avec l art. 7 al. 1 OB). La raison de cette exigence est de s assurer l existence d un point d orientation pour le régime de surveillance individuel de chaque banque. L autorité de surveillance se base sur ces documents pour contrôler que les conditions à l obtention de l autorisation, et en particulier l exigence d une organisation appropriée (art. 3 al. 2 let. a LB), sont remplies. L ordonnance sur les banques dispose explicitement que le rayon géographique d activité doit correspondre aux ressources financières et à l organisation administrative de la banque (art. 7 al. 3 OB). Selon la pratique de la CFB, le rayon géographique d activité doit même figurer dans la disposition statutaire qui fixe le but de la banque 30. Les statuts doivent par conséquent être modifiés si le rayon géographique d activité est étendu par la suite. A noter qu une telle modification est soumise à l approbation de la Commission fédérale des banques (art. 3 al. 3 LB) Cf. la page d informations de la CFB, par les liens suivants : FAQ, services financiers électroniques, prestations de services transfrontalières. Concernant le principe et les exceptions (UBS, CS), voir EMMENEGGER/GEIGER (n. 3), n os 68 s. 13

14 Susan Emmenegger 2. Incoming Services : prestations bancaires de l étranger vers la Suisse A l inverse, la question se pose s il existe un besoin de réglementation lorsqu une banque dont le siège se trouve à l étranger offre ses services à des personnes se trouvant en Suisse. Ici, les conséquences de la délocalisation deviennent particulièrement visibles. En effet, tant qu une personne domiciliée en Suisse se rendait en Angleterre par exemple pour y procéder à des transactions bancaires, la question de la réglementation de la banque anglaise par les autorités suisses ne se posait pas. A l inverse, il n y avait aucun doute non plus sur l obligation de la banque anglaise de se soumettre à l autorité de surveillance suisse lorsqu elle était présente en Suisse, à travers une filiale, une succursale, une agence ou une représentation (art. 1 et 2 OBE). C est justement dans le cas de succursales et de représentations que l obligation de requérir une autorisation était liée à la présence physique de personnes employées par la banque étrangère, actives en Suisse ou depuis la Suisse pour son compte (art. 2 al. 1 OBE) 31. Lors d opérations bancaires par Internet, la présence d employés de la banque étrangère en Suisse devient superflue : les clients suisses peuvent bénéficier directement des prestations. La question se pose donc s il existe dans de tels cas une obligation de requérir l autorisation de la CFB. Certaines autorités de surveillance, notamment la Financial Services Agency anglaise, répondent par l affirmative à cette question 32. La CFB a adopté une position plus libérale. D après elle, une obligation de requérir l autorisation n existe que dans les cas réglés par l ordonnance sur les banques étrangères (OBE). Cette ordonnance prévoit une telle obligation uniquement lorsque la banque étrangère est physiquement présente en Suisse (succursale, agence) et/ou si elle emploie des personnes en Suisse (représentation). La CFB en déduit que l offre purement en ligne d une Cf. aussi ATF 130 II 352, c. 5, p. 362 (n. t.). Cf. à ce sujet KUNZ (n. 1), p. 64. Cf. pour le droit anglais : Treatment of material on overseas Internet World Wide Web sites accessible in the UK but not intended for investors in the UK, FSA Guidance Release 2/98 of May 1998, disponible à l adresse 14

15 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne banque étrangère n est pas soumise à autorisation ; que l offre cible ou non explicitement une clientèle suisse n y change rien 33. Le domaine des fonds de placement est régi par une règle différente. Ici, la publicité par Internet en faveur d un fonds étranger, qui viserait des investisseurs en Suisse (ce que l on appelle «targeting»), entraîne une obligation de requérir une autorisation 34. B. L externalisation de services bancaires La disparition progressive des barrières spatiales due à la virtualisation (délocalisation) se retrouve également dans l organisation économique de la banque. C est précisément dans le domaine des activités bancaires par Internet que l on rencontre le plus fréquemment des cas d externalisation de certaines prestations. Cette atomisation est généralement désignée par l anglicisme «outsourcing». Le service clientèle d une banque dont le siège est à Zurich se trouvera alors en Irlande, les transactions et les données (back-office) transiteront par la France, la gestion de fortune et les activités de conseil par voie électronique auront lieu à Lucerne, le fonctionnement et la surveillance du centre informatique s effectueront depuis les Pays-Bas, la connexion aux services bancaires par Internet se fera à travers une entreprise à Baden et la société responsable pour l utilisation et la surveillance d un logiciel commercial développé au Japon se trouvera en Allemagne. Dans ce cas précis de la délocalisation, la prestation de services est basée sur la coopération, parfois transfrontalière, entre unités localement distinctes. 1. Développement L outsourcing ne constitue en réalité pas une nouveauté dans le domaine bancaire. Le déplacement de certaines fonctions s est inscrit dans le développement régulier d une société basée sur la division du travail, développement longtemps passé inaperçu devant les autorités de Cf. la page d information de la CFB, par les liens suivants : FAQ, services financiers électroniques, prestations de services transfrontalières. Cf. art. 19 et 120 LPCC et circ.-cfb 03/1 du 28 mai 2003 (dernière modification : 25/26 janvier 2006), Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement, n os 20 ss. 15

16 Susan Emmenegger surveillance. C est en 1974 que l outsourcing s est trouvé pour la première fois dans la ligne de mire de la Commission fédérale des banques, lorsqu elle refusa la requête d une banque étrangère souhaitant déplacer sa comptabilité à l étranger. La CFB motiva son refus essentiellement par le fait que le secret bancaire suisse ne serait pas assuré à l étranger 35. La Commission fédérale des banques ne pouvait cependant plus ignorer la réalité économique de l outsourcing dans le courant des années 90. Elle commença donc à autoriser, dans des cas individuels et sous une série de conditions, le traitement de données à l étranger 36. L outsourcing acquit cependant une dimension nouvelle avec l avènement de l e-banking. D une part, les requêtes d autoriser un outsourcing augmentèrent de façon exponentielle, d autre part, elles concernaient de plus en plus des parties essentielles de l activité bancaire. La CFB a donc édicté une circulaire, posant des conditions générales à l outsourcing (circ.-cfb 99/2) 37. La circulaire entra en vigueur le 1 er novembre 1999 et sa version révisée le 1 er novembre La circulaire constitue la réponse des régulateurs aux défis de l activité bancaire liés à la virtualisation. 2. Principe fondamental de la réglementation de l outsourcing : l équivalence de contrôle Par la création de la circulaire sur l outsourcing, la CFB a reconnu la légalité de principe d une forme d organisation des banques dans laquelle des fonctions et prestations essentielles ne sont plus fournies par la banque elle-même. En effet, la circulaire formule des conditions permettant une délocalisation de domaines d activités sans l autorisation de la CFB. Ces conditions sont résumées en neuf principes de l outsourcing. L article définissant le but de la circulaire définit trois objectifs : une organisation appropriée (art. 3 al. 2 let. a LB), la garantie du secret bancaire (art. 47 LB) et le respect de la protection des données. Une importance particulière est attribuée à la condition d une organisation appropriée ; la Bulletin CFB 21 (1991), p. 27. Cf. Rapport de gestion 1990 de la CFB, pp. 27 s. et 1991, p. 39 ; Bulletin CFB 21 (1991), pp. 26 s. Circ.-CFB 99/2 du 26 août 1999, Externalisation d activités (Outsourcing), par les liens suivants : réglementation, circulaires de la CFB. 16

17 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne CFB n est en effet ni une autorité pénale, ni une autorité chargée de la protection des données. La compétence de la CFB pour la protection de l intégrité des données de clients passe par le chemin de l organisation appropriée, respectivement par des dispositifs visant à éviter une panne dans l organisation. Il n est pas étonnant que la réglementation de l outsourcing soit étroitement liée à cette condition préalable à l autorisation qu est l organisation appropriée. Le respect de cette exigence par la banque, ainsi que sa surveillance par l autorité compétente, sont exposés à des risques considérables dans le cas de la délocalisation de certains services précis. Du côté de la banque, il existe un risque de perdre le contrôle sur l unité délocalisée. Du côté de l autorité de surveillance, le risque consiste en un affaiblissement du régime de la surveillance. Ce risque est encore augmenté lorsque le prestataire de services externe n est pas lui-même une banque et n est donc pas soumis à la surveillance de la CFB. La réglementation de l outsourcing a pour objectif la diminution de ces facteurs de risque. Le but consiste en la création d un effet de contrôle comparable. Il faut s assurer qu après la délocalisation, les domaines délocalisés soient soumis au même contrôle, tant en ce qui concerne son intensité que sa qualité, comme si les prestations étaient effectuées par l institut lui-même 38. On peut citer à titre d exemple le principe 7 de la circulaire. Dans le contrat d outsourcing, le prestataire de services externe doit s obliger à garantir un droit de contrôle intégral aux organes de révision de la banque mandante. Un prestataire qui ne serait pas assujetti à la surveillance de la CFB doit s engager par contrat envers la banque mandante à fournir à la 38 Cf. à ce sujet aussi Kurt HAURI, Der Einfluss des öffentlichen Rechts auf das private Bankrecht, in : Wolfgang Wiegand (édit.), Die Banken im Spannungsfeld zwischen öffentlichem Recht und Privatrecht, Berner Bankrechtstag 1999, pp. 1 à 15 (pp. 13 s). Des standards de qualité et de performance fixes ne doivent en revanche pas être impérativement respectés : le seul «test» important est celui de l organisation appropriée. A l intérieur de cette exigence, une diminution de performance liée à un «outsourcing» doit être traitée de la même façon qu une décroissance à l intérieur de la même entreprise. Contra Beat KLEINER, Art. 3 LB, in : Beat Kleiner et al. (édit.), Kommentar zum Bundesgesetz über die Banken und Sparkassen vom 8. November 1934 sowie zur Verordnung vom 17. Mai 1972 (V) und der Vollziehungsverordnung (VV) vom 30. August 1961, Zurich, Loseblattsammlung (1999), n

18 Susan Emmenegger CFB tous les renseignements et documents relatifs au domaine d activités transféré dont la CFB a besoin pour remplir ses tâches de surveillance. Il s agit en réalité d une stipulation pour autrui. L obligation d information à l égard de la CFB qui, pour les banques, est expréssement prévue à l art. 23 bis al. 2 LB, est ainsi étendue aux prestataires de services autres que des banques. Le pouvoir de contrôle de la CFB qui - en dehors du domaine bancaire - fait défaut, est remplacé par des instruments du droit privé. En résumé on peut affirmer ce qui suit : le phénomène de la délocalisation est visible dans le domaine bancaire, en particulier lors de la délocalisation massive de domaines d activités. Cela remet en question l organisation appropriée, condition préalable à l autorisation d exercer une activité bancaire, car il existe un risque de perte de contrôle. L autorité de surveillance a réagi de façon créative à ce défi : le droit des contrats a été employé à des fins de surveillance. C. L ouverture de comptes en ligne Autre élément de la virtualisation, la désubjectivisation possède une grande importance pour l autorité de surveillance des banques. Lorsque les banques renoncent aux guichets «physiques», la question se pose si l ouverture d un nouveau compte par Internet est licite. Cette question est réellement devenue d actualité lorsque les premières banques Internet («pures») ont demandé une autorisation auprès de la CFB. 1. CDB 98 Au moment du dépôt des premières requêtes de banques Internet, la Convention relative à l obligation de diligence des banques de 1998 (CDB 98) était encore en vigueur. Bien qu elle ait prévu la possibilité de l ouverture d un compte par correspondance, elle présumait tout de même que tôt ou tard le client allait se présenter personnellement à sa banque et qu à ce moment-là on contrôlerait son identité 39. La présomption d une identification subséquente ne pouvait cependant être maintenue dans le cas de banques Internet, car faute de locaux destinés à cet effet, une telle 39 Concernant la procédure sous la CDB 98 en détail, KUNZ (n. 1), pp. 31 ss. 18

19 Les conditions d exercice pour les activités bancaires en ligne rencontre personnelle ne pouvait avoir lieu. La CFB a donc édicté des standards minimaux pour l ouverture de comptes auprès de banques purement en ligne 40. Ceux-ci permettaient une ouverture de comptes par correspondance, en exigeant, en même temps, une rencontre personnelle en cas d ouverture d un compte par un client important. On considérait comme «clients importants» notamment les personnes déposant une somme dont la valeur était égale ou supérieure à Fr. 500'000.- au début de la relation bancaire. 2. CDB 03 Les standards minimaux de la CFB étaient considérés comme une solution provisoire ; ils furent abrogés avec l entrée en vigueur de la nouvelle CDB le 1 er juillet Dans la CDB 03, les ouvertures de comptes par Internet sont expressément évoquées. Une telle opération reste cependant prohibée s il s agit d une «ouverture de compte purement en ligne», lors de laquelle la banque et son client potentiel communiquent exclusivement par voie électronique. Ce sont les règles sur l ouverture de compte par correspondance qui sont applicables. Ainsi, la banque est tenue de vérifier l identité de son client sur la base d un document d identification dûment authentifié 42. A noter que la CDB 03 apporte un allègement substantiel : l exigence d une rencontre personnelle avec le client «important» a été abandonnée Pour les standards minimaux, cf. KUNZ (n. 1), pp. 89 ss. Les standards minimaux ont été expliqués par M. Daniel ZUBERBÜHLER, Directeur de la CFB, à l occasion de la conférence annuelle de 2001 de la Commission (Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001). La version écrite est accessible à l adresse Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 03), disponible à l adresse CDB 03, ch. 10 s. A noter le ch. 11 al. 2 : «La vérification de l identité peut également valablement être effectuée par le biais de la présentation d une pièce de légitimation officielle lors d envois par la poste, s il est ainsi garanti que l envoi parvient au destinataire et à lui seul». 19

20 Susan Emmenegger V. Perspectives «Banking is essential, banks are not» - il s agit d une phrase célèbre de Bill Gates. Après le tournant du millénaire qui a obligé les autorités de surveillance à s occuper de plus près des banques en ligne, la situation s est aujourd hui notablement consolidée, tant sur le plan des faits que sur celui du droit. A l heure actuelle, aucune nouvelle banque purement en ligne n a encore osé s avancer à la conquête du marché. Les banques traditionnelles ont bien défendu leurs positions. D autre part, les dispositifs de réglementation ont été rendus compatibles avec les nouvelles conditions de l e-banking, notamment par la circulaire sur l outsourcing et la nouvelle CDB. Les développements techniques ne s arrêteront cependant pas là et gageons que ce domaine sera encore riche de questions concernant la réglementation. 20

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001 Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001 Daniel Zuberbühler Directeur de la Commission fédérale des banques E-Finance : Réglementation et surveillance Le développement

Plus en détail

Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières

Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières Michael Kunz Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières Création et exploitation du point de vue de la CFB [1] En Suisse, des dispositions légales spécifiques font jusqu à présent défaut pour réglementer

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

Commentaire de la statistique bancaire

Commentaire de la statistique bancaire Commentaire de la statistique bancaire 1. DÉLIMITATIONS On entend par banques les entreprises qui sont actives principalement dans le secteur financier, se procurent des fonds en acceptant des dépôts du

Plus en détail

Circulaire 2008/8 Appel au public placements collectifs. Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux

Circulaire 2008/8 Appel au public placements collectifs. Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux Circulaire 2008/8 Appel au public placements collectifs Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux Référence : Circ.-FINMA 08/8 Appel au public placements collectifs

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Négociants en devises

Négociants en devises Négociants en devises Modification de l'article 3a al. 3 de l Ordonnance sur les banques Commentaire Novembre 2007 Inhaltsverzeichnis Résumé...3 1 Etat des lieux...4 2 Droit en vigueur et failles juridiques...4

Plus en détail

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004 Circ.-CFB 0X/.. Obligation de déclarer Projet Décembre 2003 Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Version 2012 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux (Appel

Plus en détail

du 28 mai 2003 (Dernière modification: 29 août 2007)

du 28 mai 2003 (Dernière modification: 29 août 2007) Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux (Appel

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV Circ.-CFB 07/3 Délégation par la direction et la SICAV Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV (Délégation par la direction et la SICAV)

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Fonds de placement Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement (Appel au public / Fonds

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 15 mars 2001 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 Mesures urgentes dans le domaine du droit de timbre de négociation : les institutions de prévoyance assimilées aux commerçants de titres 1.

Plus en détail

LEGAL UP-DATE 2007: RECENT DEVELOPMENTS IN SWISS BUSINESS LAW AND PRACTICE (Banking, Corporate, Taxation)

LEGAL UP-DATE 2007: RECENT DEVELOPMENTS IN SWISS BUSINESS LAW AND PRACTICE (Banking, Corporate, Taxation) LEGAL UP-DATE 2007: RECENT DEVELOPMENTS IN SWISS BUSINESS LAW AND PRACTICE (Banking, Corporate, Taxation) Association of International Business Lawyers (AIBL) 2 février 2007 Développements 2006-2007 en

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui?

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? 13 décembre 2012 Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? Conférence Academy & Finance du 13 décembre 2012 Alexandre de Senarclens ads@oher.ch

Plus en détail

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA).

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA). Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Institution d assurance sur la vie avec siège

Plus en détail

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance de la FINMA sur les bourses, OBVM-FINMA) 954.193 du 25 octobre

Plus en détail

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Préambule 1. Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION. Diplôme Compliance Officer Spécialiste Marchés Financiers

CENTRE DE FORMATION. Diplôme Compliance Officer Spécialiste Marchés Financiers CENTRE DE FORMATION Diplôme Compliance Officer Spécialiste Marchés Financiers Nos formations à Genève Diplôme Compliance Officer Spécialiste Marchés Financiers Objectifs La volonté du Centre de Formation

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 05/2014

Directives de la CHS PP D 05/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 05/2014 français Octroi de prêts hypothécaires («hypothèques sur son propre immeuble») Edition du: 28

Plus en détail

Zurich Invest Target Investment Fund

Zurich Invest Target Investment Fund Pour une constitution de patrimoine structurée et flexible Zurich Invest Target Investment Fund Le Target Investment Fund de Zurich Invest SA est une solution de placement flexible et intelligente vous

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires.

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires. Loi modifiant la loi concernant le concordat sur les entreprises de sécurité (L-CES) (11145) I 2 14.0 du 7 juin 2013 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Modifications

Plus en détail

OPPORTUNITÉS 2015 - LES SOLUTIONS «TAILOR-MADE»

OPPORTUNITÉS 2015 - LES SOLUTIONS «TAILOR-MADE» 9 ème Edition TABLE RONDE SUR L INTERMÉDIATION INTERNATIONALE OPPORTUNITÉS 2015 - LES SOLUTIONS «TAILOR-MADE» VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE et REMERCIE LES SPONSORS Et les media partners Table ronde sur l'intermédiation

Plus en détail

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Juillet 2007 Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Table des matières Préambule...

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises?

Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises? Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises? PETIT DEJEUNER DES PME & START-UP 23 novembre 2007 Panorama des nouveautés en droit des sociétés (1) 1. Transparence des indemnités

Plus en détail

Avis de droit. Version remaniée. 13 février 2014 Table ronde pour les victimes de mesures de coercition à des fins d assistance

Avis de droit. Version remaniée. 13 février 2014 Table ronde pour les victimes de mesures de coercition à des fins d assistance Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit privé Unité Droit civil et procédure civile Version remaniée Avis de droit Date : Destinataire

Plus en détail

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique 3 Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique DÉCISION de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA du ( ) 68 BULLETIN 4/2013 FINMA Organisation administrative

Plus en détail

du 12 août 2015 2015... 1

du 12 août 2015 2015... 1 Rapport explicatif concernant le projet destiné à la consultation relatif à la modification de la loi sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (mise en œuvre de la motion 13.3728,

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Septembre 2001 Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Table des matières Page Question Question Question Question Question 1 1 2 2 4 3 5 4 6 5 7 Des capitaux d origine criminelle? Non,

Plus en détail

955.022 Ordonnance de la Commission fédérale des banques en matière de lutte contre le blanchiment d argent

955.022 Ordonnance de la Commission fédérale des banques en matière de lutte contre le blanchiment d argent Ordonnance de la Commission fédérale des banques en matière de lutte contre le blanchiment d argent (Ordonnance de la CFB sur le blanchiment d argent, OBA-CFB) du 18 décembre 2002 (Etat le 1 er avril 2003)

Plus en détail

811-BAN. A.1.2.2 - Décrire les tâches de l Ombudsman des banques -Je décris les tâches de l Ombudsman des banques.

811-BAN. A.1.2.2 - Décrire les tâches de l Ombudsman des banques -Je décris les tâches de l Ombudsman des banques. 811-BAN A.1.1.2 - Connaître les réglementations relatives à la législation sur les banques. - J énumère et j explique les objectifs liés à la loi sur les banques ainsi que les tâches de l Autorité fédérale

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance sur les bourses, OBVM) Modification du 10 avril 2013 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 2 décembre 1996 sur

Plus en détail

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne (Loi sur les banques, LB) Modification du 3 octobre 2003 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 20 novembre

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Problèmes de la pratique des mandataires tutélaires dans leurs relations avec les banques, les assurances (sociales) et les services postaux

Problèmes de la pratique des mandataires tutélaires dans leurs relations avec les banques, les assurances (sociales) et les services postaux ZKE 3/2011 COPMA, Problèmes de la pratique des mandataires tutélaires Problèmes de la pratique des mandataires tutélaires dans leurs relations avec les banques, les assurances (sociales) et les services

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des banquiers du janvier 997 Préambule Les présentes règles

Plus en détail

Ordonnance sur les banques et les caisses d épargne

Ordonnance sur les banques et les caisses d épargne Ordonnance sur les banques et les caisses d épargne (Ordonnance sur les banques, OB) 952.02 du 30 avril 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu la loi fédérale du 8 novembre 1934

Plus en détail

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

Septembre 2014. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés

Septembre 2014. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Septembre 2014 Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Préambule Traduction de la version originale allemande. En cas de divergences, la version allemande fait

Plus en détail

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS...

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS... Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU

Plus en détail

951.131 Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

951.131 Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) du 18 mars 2004 (Etat le 1 er juillet 2007) La Banque nationale suisse, vu les art. 15, al.

Plus en détail

Statuts d UBS SA 22 février 2011

Statuts d UBS SA 22 février 2011 Statuts d UBS SA février 0 Le présent texte est une traduction de l original allemand («Statuten»). Seul le texte en langue allemande fait foi. Sommaire Chapitre er Raison sociale, siège, but et durée

Plus en détail

La stratégie de l argent propre un défi pour les banques

La stratégie de l argent propre un défi pour les banques Swissbanking Séminaire des journalistes des 3 et 4 juin 2013 à Berne Module 3: 2013 Une année particulièrement chargée en matière de réglementation (4 juin 2013) La stratégie de l argent propre un défi

Plus en détail

Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières

Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières (Ordonnance sur la faillite bancaire, OFB) du 30 juin 2005 La Commission fédérale des

Plus en détail

Etat au 16 septembre 2010 Statuts. Association suisse des banquiers (SwissBanking)

Etat au 16 septembre 2010 Statuts. Association suisse des banquiers (SwissBanking) Etat au 16 septembre 2010 Statuts Association suisse des banquiers (SwissBanking) Association suisse des banquiers Principes directeurs 2010 La place financière suisse se classe parmi les premières places

Plus en détail

Circulaire 2013/xy Distribution de placements collectifs. Distribution au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux

Circulaire 2013/xy Distribution de placements collectifs. Distribution au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux Banques Groupes et congl. financiers Autres intermédiaires Assureurs Groupes. et congl. d assur. Intermédiaires d assur. Bourses et participants Négociants en valeurs mob. Directions de fonds SICAV Sociétés

Plus en détail

Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG)

Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG) Directive Engagements de garantie Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG) Du Fondement juridique mars 05 art. 9 Règlement complémentaire Emprunts, art.

Plus en détail

Les contrats informatiques Qualification juridique et typologie

Les contrats informatiques Qualification juridique et typologie Forum Suisse pour le Droit de la Communication Université de Genève Les contrats informatiques Qualification juridique et typologie Séminaire du 30 septembre 2005 Wolfgang Straub, dr. en droit, LL.M.,

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

DOCUMENT D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES MORALES

DOCUMENT D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES MORALES EJ: DOCUMENT D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES MORALES 1. TITULAIRE(S) TITULAIRE 1 Langue Français Allemand Anglais Néerlandais Raison sociale Forme juridique Date de constitution Lieu d incorporation

Plus en détail

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 Prévoyance vieillesse et survivants Effingerstrasse 20, 3003 Berne tél. 031 324 06 11 fax 031 324 06 83 http://www.ofas.admin.ch BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 12 juillet 2005 Table des

Plus en détail

«ENFORCEMENT» DES SWISS GAAP RPC Bilan de l activité de surveillance de la SWX Swiss Exchange *

«ENFORCEMENT» DES SWISS GAAP RPC Bilan de l activité de surveillance de la SWX Swiss Exchange * PHILIPP LEU Depuis plus d une décennie, la SWX Swiss Exchange voue une partie de son activité à la surveillance des sociétés cotées pour ce qui est du respect des règles de présentation des comptes. Dans

Plus en détail

Loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Loi fédérale sur la Banque nationale suisse Loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Loi sur la Banque nationale, LBN) du 3 octobre 2003 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 99, 100 et 123 de la Constitution 1, vu le

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME QU EST-CE QUE LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME

BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME QU EST-CE QUE LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 BULLETIN DE DROIT FISCAL ET MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME INTRODUCTION Le 21 avril 2005, M. Michel Audet, le ministre des Finances, a présenté le budget

Plus en détail

Baer Online e-banking Des opérations bancaires simplifiées

Baer Online e-banking Des opérations bancaires simplifiées Baer Online e-banking Des opérations bancaires simplifiées Effectuez vos opérations bancaires à domicile Indépendance, rapidité et sécurité Bienvenue sur Baer Online e-banking! Flexible et sûr, ce service

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier?

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier? Indices boursiers Factsheet Introduction Trading sur indice boursier Les indices boursiers proposés sur les plateformes eforex de Swissquote sont des contrats sur dérivés de gré à gré (OTC) dont le sous-jacent

Plus en détail

Présentation Asset Management. Andreas Schlatter

Présentation Asset Management. Andreas Schlatter Asset management Confidentiel Présentation Asset Management Andreas Schlatter 12 juin 2012 L Asset Management en tant qu activité Univers de placement Asset Manager en qualité d intermédiaire Investisseur

Plus en détail

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Loi sur les bourses, LBVM) 954.1 du 24 mars 1995 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les

Plus en détail

Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08)

Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08) 2008 Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08) Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08) entre l Association suisse des banquiers (ASB) d une part

Plus en détail

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières Point de Presse, 22 octobre 2010, Genève Dr Urs Zulauf General Counsel Membre de la direction Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières transfrontières Mesdames, Messieurs, Lors

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Investir dans les matières premières d avenir

Investir dans les matières premières d avenir Investir dans les matières premières d avenir A riculture 2016 Performance et sécurité Perspectives de ain innovantes Les produits structurés ont aujourd hui leur place attitrée dans le portefeuille d

Plus en détail

Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la Suisse

Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la Suisse Le Conseil fédéral A la Commission de gestion du Conseil national (CdG-N) 3003 Berne Berne, le Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la

Plus en détail

Le Pouvoir dans les Sociétés

Le Pouvoir dans les Sociétés Prof. Dr. Christoph Teichmann, Université de Wuerzburg (Allemagne) Le Pouvoir dans les Sociétés Généralités 1. La notion de pouvoir est-elle définie dans votre droit des sociétés? Il n y a pas une notion

Plus en détail

DEMANDE D'AFFILIATION A L'ASSOCIATION ROMANDE DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS (ARIF) (DIRECTIVE 1)

DEMANDE D'AFFILIATION A L'ASSOCIATION ROMANDE DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS (ARIF) (DIRECTIVE 1) DEMANDE D'AFFILIATION A L'ASSOCIATION ROMANDE DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS (ARIF) (DIRECTIVE 1) Imprimez et complétez chaque page de ce document entièrement en caractères d imprimerie, cochez ce qui convient,

Plus en détail

Tirez le meilleur profit de votre argent. Solutions de placement

Tirez le meilleur profit de votre argent. Solutions de placement Tirez le meilleur profit de votre argent Solutions de placement 2 TIREZ LE MEILLEUR PROFIT DE VOTRE ARGENT Sommaire 3 Bienvenue chez Valiant 4 Solutions de placement Valiant 9 Gestion de fortune 14 Conseil

Plus en détail

Activités "snake trader" à la Bourse Suisse

Activités snake trader à la Bourse Suisse Comm.-CFB. 9 (1998) Annexe 3 f Date : 11 décembre 1998 Responsable : ABD Service : Bourses et Commerce des valeurs mobilières No direct : 031 / 322.69.29 Référence : ZRN 421.322 A tous les négociants en

Plus en détail

951.11. Loi fédérale sur la Banque nationale suisse. (Loi sur la Banque nationale, LBN) Dispositions générales. Loi sur la Banque nationale 2.

951.11. Loi fédérale sur la Banque nationale suisse. (Loi sur la Banque nationale, LBN) Dispositions générales. Loi sur la Banque nationale 2. Loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Loi sur la Banque nationale, LBN) 951.11 du 3 octobre 2003 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 99, 100

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015 Aperçu des prix des opérations de placement Édition de janvier 2015 2 Aperçu des prix des opérations de placement Remarques générales Remarques générales Votre conseiller/conseillère à la clientèle vous

Plus en détail

Luxembourg, le 9 mars 2011

Luxembourg, le 9 mars 2011 Luxembourg, le 9 mars 2011 Lettre circulaire 11/5 du Commissariat aux Assurances portant modification de la lettre circulaire 09/7 relative au dépôt des valeurs mobilières et liquidités utilisées comme

Plus en détail

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux.

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux. 1 Forte de son statut d expert dans la transmission des informations et de son savoir-faire technique, la Poste joue un rôle important. Elle met à disposition des composants d infrastructure sur trois

Plus en détail

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC Ordonnance n 2009-80 du 22 janvier 2009 (JO du 23 janvier 2009) La notion d appel public à l épargne, issue de l article 72 de la loi de 1966, manifestait

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune Banques Groupes et congl. financiers Autres intermédiaires Assureurs Groupes. et congl. d assur. Intermédiaires d assur. Bourses et participants Négociants en valeurs mob. Directions de fonds SICAV Sociétés

Plus en détail

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications (ORAT) Modification du 19 décembre 2001 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 6 octobre 1997 sur les ressources

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail