TD 5 : Marché du travail, emploi et chômage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD 5 : Marché du travail, emploi et chômage"

Transcription

1 Économie générale IG Cours et TD : Marie Musard Année 7- TD : Marché du travail, emploi et chômage Sujets de réflexion et thèmes abordés : * Quelles caractéristiques économiques permettent d avancer que l souffre plutôt d un chômage de type keynésien tandis que la et l connaissent plutôt un chômage classique? * Les débats de politique économique dans ces économies tiennent-ils compte de la nature du chômage? * Quels sont les effets sur l emploi à court terme d une délocalisation de la production des pays avancés vers les pays émergents? A quels effets peut-on s attendre a priori à moyen terme? * Les données économiques des,,, et permettentelles de confirmer les effets favorables de l outsourcing attendus à moyen terme? Documents : - Le chômage stable à,9% dans la zone euro. Communiqué de presse d Eurostat Euro-indicateur n, Octobre 7. Eurostat : - Pays en chômage classique (, ) et pays en chômage keynésien () coexistant dans la zone euro : quels effets? Flash, Service de la Recherche Economique de Natixis, n 7, mars 7, Patrick Artus. - Outsourcing ("offshoring"), emploi, profitabilité et compétitivité Flash, Service de la Recherche Economique de Natixis, n 77, 9 juillet 7, Patrick Artus.

2 /7 - octobre 7 Août 7 Le chômage stable à,9% dans la zone euro Baisse à,7% dans l'ue7 Dans la zone euro (ZE), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières, s est établi à,9% en août 7, inchangé par rapport à juillet. Il était de 7,% en août. Dans l UE7, le taux de chômage s est élevé à,7% en août 7, contre,% en juillet. Il était de 7,% en août. En août 7, les taux les plus bas ont été enregistrés au Danemark et aux Pays-Bas (,% chacun) et les plus élevés en Slovaquie (,%) et en Pologne (9,%). Ces chiffres sont publiés par Eurostat, l Office statistique des Communautés européennes. Vingt-quatre États membres ont enregistré une baisse de leur taux de chômage sur un an et trois une hausse. Les diminutions relatives les plus importantes ont été observées en Pologne (de,% à 9,%) et en Lituanie (de,% à,%). Les augmentations relatives les plus importantes ont été enregistrées au Portugal (de 7,% à,%) et en Irlande (de,% à,7%). Entre août et août 7, le taux de chômage des hommes a diminué de,7% à,% dans la zone euro et de 7,% à,% dans l UE7. Le taux de chômage des femmes a baissé de 9,% à,% dans la zone euro et de,% à 7,% dans l UE7. En août 7, le taux de chômage des moins de ans s est établi à,9% dans la zone euro et à,% dans l UE7. En août, il atteignait respectivement,% et 7,%. Les taux les plus bas pour les moins de ans ont été observés au Danemark (,%), aux Pays-Bas (,%), et en Lituanie (7,% au second trimestre 7), et les plus élevés en Grèce (,9% au second trimestre 7), en (,%), en Roumanie (9,%) et en Pologne (9,7%). Selon les estimations d Eurostat,, millions d hommes et de femmes étaient au chômage en août 7 dans l UE7, dont, millions dans la zone euro. En août,, millions d hommes et de femmes étaient au chômage dans l'ue7, dont, millions dans la zone euro. En août 7, le taux de chômage des États-Unis était de,% et celui du de,%. Les chiffres du chômage pour la zone euro et l'ue7 doivent être considérés comme provisoires, étant donné que la série de chômage de l' sera révisée lors de la publication du prochain communiqué de presse. Voir note page pour plus d'informations. Taux de chômage (%) en août 7 - par ordre croissant DK NL CY LT AT IE SI LU UK CZ EE LV SE IT,,,9,,,7,, Juin 7,,,,, T 7,9 DE MT BG UE7 ZE FI RO HU BE ES PT EL FR PL SK,,,,7,9,9 7, 7, 7,7,, T 7,, 9,,

3 . Depuis le er janvier 7, la zone euro (ZE) comprend la Belgique, l, l Irlande, la Grèce, l Espagne, la, l, le Luxembourg, les Pays-Bas, l Autriche, le Portugal, la Slovénie et la Finlande. L'UE7 comprend la Belgique (BE), la Bulgarie (BG), la République tchèque (CZ), le Danemark (DK), l (DE), l Estonie (EE), l Irlande (IE), la Grèce (EL), l Espagne (ES), la (FR), l (IT), Chypre (CY), la Lettonie (LV), la Lituanie (LT), le Luxembourg (LU), la Hongrie (HU), Malte (MT), les Pays-Bas (NL), l Autriche (AT), la Pologne (PL), le Portugal (PT), la Roumanie (RO), la Slovénie (SI), la Slovaquie (SK), la Finlande (FI), la Suède (SE) et le Royaume-Uni (UK).. Taux de chômage d Eurostat Eurostat calcule des taux de chômage harmonisés pour les États membres. Ces taux sont basés sur les définitions recommandées par l Organisation internationale du travail (OIT). Harmonisé signifie que les microdonnées nationales concernant les particuliers et les ménages sont traitées par Eurostat de la même manière pour toute l UE afin de permettre une comparabilité entre les États membres. Suivant la définition d Eurostat, les chômeurs sont les personnes âgées de ans à 7 ans qui, selon la définition de l Organisation internationale du travail (OIT): - sont sans travail; - sont disponibles pour commencer à travailler dans les deux semaines; - et ont activement recherché un emploi pendant les quatre semaines précédentes. Le taux de chômage correspond au nombre de chômeurs en pourcentage de la population active, qui regroupe pour sa part l ensemble des personnes en emploi et au chômage. Le nombre de chômeurs et le taux de chômage mensuel sont estimés sur la base des données de l enquête communautaire sur les forces de travail, qui est une enquête auprès des ménages réalisée dans tous les pays sur la base de définitions arrêtées d un commun accord. Les résultats sont interpolés/extrapolés en données mensuelles, en utilisant les données d enquêtes nationales et les séries mensuelles nationales sur le chômage enregistré. Les données les plus récentes sont donc provisoires. Les premiers résultats de l enquête sur les forces de travail sont disponibles 9 jours après la fin de la période de référence pour la plupart des États membres. Les séries mensuelles sur le chômage et l emploi sont calculées dans un premier temps au niveau de quatre catégories (hommes et femmes de à ans, hommes et femmes de à 7 ans) pour chaque État membre. Ces séries sont ensuite corrigées des variations saisonnières et tous les agrégats au niveau national et européen sont calculés. Avant l agrégation, les données nationales manquantes sont estimées en utilisant les tendances les plus récentes des séries. Les données relatives aux chômeurs enregistrés sont des données administratives nationales établies sur des bases et à des fins purement nationales. Aucune règle n existe au niveau européen sur la définition et la couverture. Les taux de chômage ainsi calculés ne peuvent donc pas être comparés d un pays à l autre. Les législations nationales régissant la définition du chômage, et donc son calcul, peuvent diverger selon les pays. Les conditions requises pour bénéficier d indemnités ou d allocations de chômage varient d un pays à l autre. Cela influence la propension des personnes à s inscrire en tant que chômeurs et donc, les taux de chômage publiés. Les États membres peuvent également publier d autres taux que ceux basés sur les chômeurs enregistrés, par exemple basés sur des enquêtes nationales sur les forces de travail ou sur des enquêtes correspondantes. Bien que comparables au niveau international, ces taux peuvent varier dans une faible mesure avec ceux publiés par Eurostat en raison de choix méthodologiques différents. Différences actuelles par rapport à la définition du chômage dans l enquête de l'ue sur les forces de travail: Espagne, Royaume-Uni: le chômage concerne uniquement les personnes âgées de à 7 ans, En Espagne, l âge minimum légal pour travailler est de ans. Pays-Bas: les personnes sans emploi qui sont disponibles pour travailler et qui recherchent un emploi ne sont incluses dans les chiffres du chômage que si elles expriment le souhait de travailler.. Les taux de chômage de juillet 7 publiés dans le communiqué de presse /7 du août 7 pour la zone euro et l'ue7 sont restés inchangés. Suite à l actualisation régulière des calculs, les données les plus récentes de l enquête sur les forces de travail ont été incluses pour plusieurs États membres entraînant des révisions des taux de chômage mensuels de plus de, point de pourcentage pour la Belgique, la Bulgarie, la République tchèque, le Danemark, la, l', la Lituanie, la Hongrie, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Slovénie, la Slovaquie et la Suède.. Données provisoires: l'enquête sur les forces de travail a été amendée en Suède en avril pour mieux tenir compte de la méthodologie harmonisée de l'ue. La rupture dans la série peut affecter la qualité de l'ajustement saisonnier.. Données provisoires. Les données sont basées sur l enquête téléphonique de l institut de la statistique allemand jusqu'au mois de référence d'avril 7. Elles sont ensuite extrapolées à partir des séries mensuelles du chômage enregistré. Les agrégats européens ont été calculés en utilisant à partir de des données corrigées des variations saisonnières et lissées pour l.. Les estimations pour la sont basées sur les résultats de l'enquête sur les forces de travail qui sont provisoires. Ces données seront révisées dans le communiqué de presse du décembre Données trimestrielles. Prochaine révision des données de chômage de l' A partir du mois prochain, les chiffres du chômage de l' seront basés sur l'enquête communautaire sur les forces de travail. Ce changement de source entraînera une révision à la hausse des taux de chômage de l'. La révision affectera également les taux de chômage de la zone euro et de l'ue7. La tendance générale des agrégats européens restera cependant inchangée. Les séries chronologiques révisées seront publiées dans le communiqué de presse du octobre 7. Publié par: Service de presse d Eurostat Tim ALLEN Tél: +-- Nos communiqués de presse sur Internet: Pour plus d informations sur les données: Hubertus VREESWIJK Tél: +-- Remko HIJMAN Tel:

4 mars 7 - N 7-7 Pays en chômage classique (, ) et pays en chômage keynésien () coexistant dans la zone euro : quels effets? Le chômage classique est une situation où un problème d offre (lié aux coûts ou à d autres déterminants de l offre) empêche la production de suivre la demande. Le chômage keynésien est une situation où l insuffisance de la demande explique la faiblesse de la production. Bien que les situations ne soient jamais pures, nous montrons que la et l sont plutôt en situation de chômage classique, l de chômage keynésien. Quelles sont les conséquences de cette coexistence dans la zone euro? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS - une progression de la demande, intérieure ou internationale, va davantage accroître la production en qu en ou en ; on doit donc voir apparaître un lien plus fort de l économie allemande que de l économie française ou italienne avec le cycle mondial ou avec les progressions de la demande ; un excèdent commercial croissant de l vis-à-vis de la et de l ; - le débat de politique économique devrait donc porter en sur les moyens de soutenir la demande intérieure (partage des revenus plus favorable aux salariés, modernisation du marché du crédit) ; en et en sur les moyens de stimuler l offre (concurrence accrue, baisse des coûts salariaux, effort pour accroître la productivité ). Curieusement, c est presque l inverse qui a lieu, au moins entre l et la. IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS

5 Chômage classique en et en ; chômage keynésien en Rappelons d abord les définitions de ces deux types de chômage. Le chômage classique est une situation où les entreprises ne produisent pas davantage parce que leur profitabilité est insuffisante ; l offre de biens et services est alors inférieure au niveau de demande adressée aux entreprises, et la demande excédentaire, dans les économies contemporaines, est satisfaite par les importations. Le chômage keynésien est une situation où les entreprises ne produisent pas davantage parce que la demande qu elles reçoivent est trop faible. L offre rentable de biens et services est alors supérieure à la demande. Les caractéristiques économiques de la, de l, de l dans les dernières années montrent que les deux premiers pays souffrent plutôt de chômage classique, le dernier de chômage keynésien, même si dans la réalité les situations ne sont jamais aussi pures qu en théorie. On observe en effet : - une hausse de la profitabilité en, une baisse en et en (graphique ) ; - une progression des coûts salariaux unitaires plus rapide en et en (pour l ensemble de l économie, pas dans l industrie manufacturière sauf en ), qu en (graphiques a b) ; - des pertes de parts de marché à l exportation pour la et l, pas pour l (graphique ) ; des excédents commerciaux très importants en, une dégradation des balances commerciales en et en (graphique ) ; - un recul des revenus salariaux réels en, pas en et en (graphique ), loin de là. Graphique Profit net ( en % du PIB) Graphique a Coût salarial unitaire (base en 99) Sources : Datastream, NATIXIS Flash IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS

6 9 Graphique b Coût salarial unitaire dans le secteur manufacturier (base en 99) Sources : Datastream, NATIXIS Graphique Exportations et commerce mondial (volume, Base en 99) Commerce mondial Sources : Datastream, NATIXIS Graphique Balance commerciale (valeur, en % du PIB) Graphique Masse salariale réelle reçue par les ménages (prix consommation, GA en %) - - Sources : Datastream, NATIXIS On voit donc en une absence de progression des revenus réels, une baisse des coûts unitaires de production, une hausse de la profitabilité, une forte croissance des exportations, symptomatiques du chômage keynésien. Quand la demande intérieure accélère en (en partie avec l anticipation de la hausse de la TVA en janvier 7), la contrainte de demande devient moins forte, la production et l emploi augmentent (graphique ). Le fait qu en et en la profitabilité décline et que les exportations ne suivent pas la demande mondiale, tandis que le commerce extérieur se dégrade est révélateur du chômage classique. La faiblesse de la demande des ménages ne peut pas être mise en cause dans ces deux pays surtout en (graphiques 7 a b), avec le soutien du crédit (graphique 7 c). IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS Flash 7-7 -

7 Graphique : PIB, demande intérieure et emploi (GA en %) Demande intérieure (y c stocks) Demande intérieure (hors stocks) PIB Emploi Graphique 7 a Consommation des ménages (volume, GA en %) Sources : Stat istisches Bundesamt Sources : Datastream, NATIXIS Graphique 7 b Investissement logements des ménages (GA en %) Graphique 7 c Crédit aux ménages (GA en %) Comment fonctionne une union monétaire où cohabitent des pays en chômage keynésien et des pays en chômage classique? Les choses sont en théorie assez simples : le (ou les) pays qui sont au chômage keynésien peuvent profiter (pour avoir plus de croissance, créer davantage d emplois) d une progression de la demande mondiale, de leur propre demande intérieure, de celle des autres pays de l union monétaire ; les pays qui sont en chômage classique ne profitent pas de la croissance de la demande : On doit donc observer en principe : - une plus grande réactivité du cycle économique de l que de ceux de la et de l au cycle mondial ; - une plus grande efficacité des redressements de la demande intérieure pour stimuler la production en qu en ou en ; - un excédent commercial croissant de l vis-à-vis de la ou de l. Flash IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS

8 On observe bien cela : Dans la période récente, l accélération de la croissance mondiale a plus redressé la croissance de l que celle de l et encore plus de la (graphique a), au travers d une réaction beaucoup plus forte des exportations allemandes (graphique b). En moyenne, depuis, la demande intérieure croît plus vite que le PIB en, moins clairement en, et c est l inverse en (graphiques 9 a b c), qui développe effectivement un excédent extérieur croissant vis-à-vis de la et de l (graphique ). Graphique a PIB et commerce mondial (volume, GA en %) : PIB : P IB Commerce mondial Sources : Datastream, OCDE, NATIXIS : P IB Monde : PIB OCDE : P IB Graphique b Exportations et commerce mondial (volume, GA en %) Sources : Comptes nationaux, FM I Commerce mondial Graphique 9 a : demande intérieure et PIB (volume, GA en %) Demande intérieure (y compris stocks) PIB Graphique 9 b : demande intérieure et PIB (volume, GA en %) Demande intérieure PIB Graphique 9 c : demande intérieure et PIB (volume, GA en %) Demande intérieure PIB Graphique Balance commerciale de l' (en Mds d'euros par an) vis à vis de : Source : FM I IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS Flash 7-7 -

9 Quel débat de politique économique? Le chômage et l insuffisance des créations d emplois en (graphique a) peuvent donc être reliées à l insuffisance des revenus et de la demande intérieure (graphique b) (jusqu au second semestre ). Graphique a : taux de chômage et emploi total Taux de chômage (G) Emplo i (GA en %, D) Graphique b : revenu disponible et demande intérieure (GA en %) RDB réel (prix à la consommation) Demande intérieure (volume) Sources : Datastream, IXIS CIB En et en, le chômage et l insuffisance des créations d emplois (graphiques a b) peuvent être reliés aux divers facteurs de blocage de l offre : coûts, pression fiscale (graphique ) ; règles du marché du travail, taille insuffisante des PME, faiblesse de l effort d innovation (tableau ), insuffisance du financement en capital, barrières à l entrée et insuffisance de la concurrence. Graphique a : taux de chômage et emploi total Graphique b : taux de chômage et emploi total, Taux de chômage (G) Emploi (GA en %, D) Taux de chômage (G) Emplo i (GA en %, D),, 9, 9 7,, Sources : Datastream, IXIS CIB Sources : Datastream, IXIS CIB , Graphique Coin fiscal* (en % du PIB) 9 7 (*) = cotisations sociales + impôts directs sur les ménages 9 7 Source : OCDE Flash IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS

10 Tableau Effort d innovation Dépenses intérieures brutes de R&D en entreprises (en % du PIB) 997,,9, 99,7,, 999,7,,,7,,,7,,,7,,,7,,,7,,,7,, Dépenses intérieures brutes de R&D Total (en % du PIB) 997,9,, 99,,7,7 999,,,,9,,7,,,,,,,,,,9,,,,, Nombre de chercheurs en entreprises (pour emplois) 99,,7, 999 9,,,7 9,,,,,,,7,,9,,,,,,,,, Nombre de brevets triadiques (par million d'habitants) 997 7,79 7,,7 99 7,9 9,, ,9,,7 7,,7,,7,,7,9,, 9,,9,9 Source Tableau N - Main Science and Technology Indicators, OCDE Le débat de politique économique en porte effectivement sur l accroissement de la croissance, la réduction du coin fiscal, ce qui est raisonnable compte tenu de la situation économique de l. Mais, en et en, le débat de politique économique est étrange compte tenu de la nature du chômage dans les deux pays. IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS Flash

11 Même si (avec les discussions dans la métallurgie) la question des salaires est posée en, le consensus des économistes allemands est qu il faut continuer à réduire les coûts salariaux unitaires (graphiques a b), à déformer la valeur ajoutée en faveur des profits (graphique a - b), et poursuivre les «réformes structurelles» : déréglementation des marchés des biens et du travail, (tableaux a b), réduction du déficit public (graphique ), rééquilibrage des régimes de retraite et de santé (tableaux et ) Graphique Déficit public (en % du PIB) Sources : Eurostat, prévisions NATI Graphique a : productivité et salaire réel par tête (prix à la consommation, GA en %) Graphique b : productivité et salaire réel par tête (prix à la consommation, GA en %) Productivité par tête Salaire réel par tête Productivité par tête Salaire réel par tête Sources : INSEE, Datastream, Calcul IXIS CIB Sources : INSEE, Datastream, Calcul IXIS CIB Tableau a Indicateur de réglementation des marchés de biens Échelle de à du moins restrictif au plus restrictif 99,9,,,7,7,7 Source : OFCE-DREES, Bureau Fédéral du plan Belge, Eurostat Flash IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS

12 Tableau b Indicateur de la rigueur des normes de protection de l emploi régulier Échelle de à, les valeurs augmentant avec le degré de rigueur de la réglementation 99 99,,,,,,7,77,77,77 Source : OCDE perspectives de l'emploi Tableau Dépenses publiques de santé (en % du PIB) A legislation constante,,,,,, Sources :OFCE-DREES, Bureau Fédéral du Plan Belge, Eurostat, CBO, OCDE Tableau Dépenses publiques de retraite (en % du PIB)*,,,,,,9,,,,,,,,9,,7,7, (*) Projections du CPE en ne tenant pas compte de la législation introduite après sans réforme nouvelle Source : EPC/ECFIN//-EN final. En, au contraire, alors que le problème essentiel est la rigidité de l offre, le débat de politique économique porte essentiellement sur la relance du pouvoir d achat et de la demande, alors que ni l un ni l autre ne sont réellement défaillants (graphiques b et ) : les salaires réels croissent, depuis, plus vite puis aussi vite que la productivité, la demande intérieure en est constamment en croissance rapide. Graphique Demande intérieure (en volume, GA en %) - - Source : Comptes nationaux IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS Flash

13 Synthèse : comment fonctionne une union monétaire où les natures du chômage différent? Nous pensons donc :. que le chômage est surtout keynésien (insuffisance de la demande) en ;. que le chômage est surtout classique (rigidité de l offre) en et en. De ce fait :. l profite davantage de la croissance mondiale que la ou l ;. l dégage un excédent commercial croissant vis-à-vis de la et de l ;. la relance de la demande intérieure est plus favorable à la production et à l emploi en qu en et en ;. la réflexion de politique économique devrait porter en sur la relance de la demande intérieure, en et en sur les obstacles à la croissance de l offre (coût du travail, fiscalité, règles du marché du travail et de la concurrence, innovation, financement des PME et des start-ups..), ce qui n est pas le cas, surtout en et en. Quelles sont les implications pour la politique monétaire de la BCE? Ce qui précède implique qu elle est inefficace : certes, l est en chômage keynésien, mais le fait que les financements soient faits à long terme, le conservatisme des banques, les niveaux déjà élevés d endettement, impliquent que les variations des taux d intérêt à court terme n ont pas d effet sur la croissance du crédit (graphique 7), comme on l a vu clairement de à ; si la et l sont en chômage classique, une variation des taux d intérêt peut modifier la distribution de crédit et la demande intérieure, mais pas beaucoup la production si elle est contrainte par l offre (graphiques a b). Graphique 7 : crédits et taux d'intérêt Crédits aux entreprises Crédits aux ménages Taux d'intérêt à mois Flash IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS

14 Graphique a : PIB et taux d'intérêt PIB (volume, GA en %) Taux d'intérêt à mois Graphique b : PIB et taux d'intérêt PIB (volume, GA en %) Taux d'intérêt à mois La baisse des taux de à a eu peu d effet sur le PIB en (graphique a) et aucun effet en (graphique b). IXIS CORPORATE & INVESTMENT BANK EST UNE FILIALE DE NATIXIS Flash 7-7 -

15 9 juillet 7 - N 77 Outsourcing ("offshoring"), emploi, profitabilité et compétitivité L'outsourcing vers les pays émergents ("l'offshoring") est plus important au et en qu'aux, plus élevé aux qu'en et en. Ces pays se retrouvent bien dans le même ordre lorsqu'on examine leur performance en termes de croissance et de production industrielle, de profitabilité, de compétitivité, de baisse de prix de la consommation et de production, d'investissement de R&D et de productivité. A terme, l'outsourcing est donc clairement favorable et les pays qui l'ont peu pratiqué (, ) sont en difficulté. RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS

16 Problématique L'outsourcing vers les pays émergents (l'offshoring) d'une partie de la production des inputs intermédiaires de l'industrie (et aussi de certains services) a un effet direct négatif sur l'emploi dans les pays avancés. Mais d'autres effets induits de l'offshoring peuvent, au contraire, contribuer à créer des emplois : bien sûr, une partie des salariés concernés par les destructions d'emplois retrouve un emploi dans les services, les secteurs protégés de la concurrence des émergents ; les entreprises qui pratiquent l'outsourcing deviennent plus efficaces : elles ont externalisé les segments des processus de production où la productivité est plus faible ; le prix de leurs inputs baisse, donc elles gagnent de la compétitivité, et elles deviennent donc plus compétitives ; leur profitabilité augmente et elles peuvent donc produire davantage. La baisse des prix est favorable au consommateur ; l'externalisation (l'offshoring) permet de faire supporter la variabilité économique (des niveaux de production) par les sous-traitants des pays émergents ; la moindre variabilité économique induite dans les pays avancés conduit normalement à un supplément d'investissement et d'emploi. L'hypothèse testable est donc la suivante : dans les pays où l'outsourcing (l'offshoring) est important, par rapport aux autres pays, l'évolution de l'emploi et de la production (industriels surtout) devrait être d'abord négative, puis positive ; la profitabilité, l'investissement, l'effort de R&D, la productivité devraient être plus élevés ; les prix des produits industriels plus bas, la compétitivité et l'évolution des parts de marché plus favorables ; la variabilité de la production (industrielle) plus faible. Les effets attendus de l'outsourcing vers les pays émergents L'outsourcing vers les pays émergents ("l'offshoring"), qui remplace des producteurs domestiques d'inputs intermédiaires (composants ) par des producteurs dans les pays émergents a comme effet évident à court terme de réduire l'emploi et la production chez les producteurs domestiques de ces inputs intermédiaires. Une partie de ces pertes d'emplois est bien sûr compensée par les transferts vers l'emploi dans les services, dans les secteurs non soumis à la concurrence des émergents. Mais l'outsourcing peut avoir plusieurs effets favorables à moyen terme : hausse de la production (avec l'externalisation des fonctions les moins productives) et de la profitabilité (avec la baisse des prix des inputs intermédiaires) dans les entreprises qui ont pratiqué l'offshoring ; ceci doit conduire à terme à une hausse de l'emploi et de la production dans ces entreprises ; baisse des coûts de ces entreprises, donc amélioration de leur compétitivité et de leurs part de marché ; prix plus bas de produits manufacturés favorables aux consommateurs ; réduction de la variabilité de la production et de l'emploi dans les pays qui pratiquent massivement l'outsourcing vers les pays émergents. En effet, les entreprises sont incitées à faire varier la production et l'emploi davantage dans les pays où elles ont délocalisé que dans les pays avancés (en raison des règles du marché du travail, du caractère plus cyclique de la production de composants ). Ceci aussi est favorable à l'investissement et à l'emploi dans les pays avancés. Flash 7 77-

17 Les hypothèses que nous allons tester sont donc les suivantes : plus les pays ont réalisé d'outsourcing vers les pays émergents (d'offshoring) :. plus la dynamique de l'emploi et de la production (au moins industrielle) est d'abord défavorable puis, quand les effets d'offre apparaissent, favorable ;. plus la profitabilité, l'investissement, la productivité des entreprises deviennent élevés ;. plus les prix des produits industriels peuvent être réduits ; la compétitivité, les pertes de marché accrues et le pouvoir d'achat sont accrus ;. plus la variabilité de la production industrielle peut être rejetée vers les pays émergents. Le test de ces hypothèses Nous allons regarder les pays suivants :,,,,. Le premier point est de tenter de mesurer l'intensité de l'outsourcing vers les émergents. Nous allons regarder plusieurs critères : la variation depuis 99 de la part des importations dans la demande intérieure (graphique ), particulièrement forte en ; la variation depuis 99 de la part des importations de biens intermédiaires dans le PIB (graphique ), forte en et aux, au, faible en et en ; la variation depuis 999 des importations depuis les pays émergents (autres que les exportateurs de pétrole, graphique ), forte en, aux, au. Graphique Ratio : importations/demande intérieure (volume, en %) Graphique Parts des importations de biens intermédiaires dans le PIB (valeur, en %) Sources : Datastream,NATIXIS Sources : NATIXIS, Datastream Flash 7-77-

18 7 Graphique Importations depuis les émergents (hors OPEP et Russie) en % du PIB valeur Sources : Datastream, NATIXIS On voit (tableau ) que la "hiérarchie" de l'offshoring vers les émergents est :. Tableau Variation de 99 Q à 7 Q Importations en volume en % de la demande intérieure,,, 9,9,7 Importations biens intermédiaires en % du PIB valeur,,9,9,, Importations depuis émergents (hors OPEP et Russie) en % du PIB valeur,,,9,, Source : Natixis Nous tenons davantage compte des importations de biens intermédiaires et des importations depuis les émergents que des importations totales, dont la hausse peut aussi résulter d'un problème de compétitivité. Effets visibles de l'offshoring sur les économies de ces cinq pays Nous devons donc regarder si un offshoring plus intense : accroît, au moins à moyen terme, l'emploi, la production industrielle ; soutient la profitabilité, l'investissement, la productivité ; réduit les prix des produits manufacturés, accroît la compétitivité et les parts de marché de l'industrie ; réduit la variabilité de la production (industrielle). #. Emploi et production Nous nous intéressons toujours aux cas des, de l', de la, de l', du. Indépendamment de l'outsourcing vers les émergents, les pays ont des capacités diverses à créer des emplois de services (non manufacturiers) pour compenser les pertes d'emplois manufacturiers. Ces capacités dépendent de la dynamique de la construction, de la flexibilité du marché du travail, de la mobilité géographique des salariés. Flash 7 77-

19 L'emploi manufacturier a surtout baissé aux et au ; il se stabilise au, en, en, continue à baisser aux et en (graphique ). L'emploi non manufacturier progresse anormalement et lentement en et au (graphique ) ; la production manufacturière est anormalement faible depuis en et en (graphique ), elle se redresse depuis au. 9 Graphique Emploi dans le secteur manufacturier ( en 99) 9 Graphique Emploi non manufacturier ( en 99) Etats Unis 9 9 Sources : BLS, INSEE, ISTAT, Statistisches Bundesamt Graphique Production manufacturière ( en 99) Graphique 7 Profits après impôts et intérêts (en % du PIB) Allemange Sources : BLS, ISTAT, INSEE, St atist isches Bundesamt #. Profitabilité, productivité, investissement La profitabilité est en hausse en, aux, au, en baisse en et en (graphique 7) ; la productivité manufacturière est particulièrement en retard en (graphique ), ainsi que l'investissement productif (graphique 9). Flash 7-77-

20 7 Graphique Productivité par tête dans le secteur manufacturier ( en 99) 7 Graphique 9 Investissement productif en volume ( en 99) Sources : Datastream, BLS, INSEE L'offshoring est évidemment associé à la capacité de conserver dans le pays les segments des processus de production complexes, nécessitant de l'innovation. Les pays peuvent être classés en fonction de l'effort de Recherche-Développement (tableau ) dans l'ordre suivant :,,,,. Tableau Effort de R&D Dépenses intérieures brutes de R&D total (en % du PIB) 999,,9,,,,7,99,9,,7,7,,,,,,,9,,,,,,,,,7,9,,9,,,,,9,,9,,,9 Dépenses intérieures brutes de R&D en entreprises (en % du PIB) 999,9,,7,,,9,7,7,,,,,7,,,,,7,,,,,7,,,79,,7,,,,,7,,,,,7,, Sources : Main Science and Technology Indicators, OCDE, UNCTAD, Banque Mondiale Nombre de chercheurs en entreprises (pour emplois) 999 7, 7, 9,,,7 7,7,7 9,,, 7, 7,7,,, 7,,,7,,9 7,7 7,,,,, 7,,,, 7,7 7,7,,,9 Sources : Tableau n Main Science and Tecchnology Indicators /, OCDE Flash 7 77-

21 Nombre de brevets triadiques (par million d'habitants) 999, 9, 77,,,,,9 7,7 7,,7,9 7, 7,,9,9,9 9,7 7,,,,, 7,9,7,,, 7, 9,,, 9, 7, 9,, Sources : OCDE, principaux indicateurs de la science et de la technologie #. Prix des produits manufacturés, compétitivité, parts de marché Les gains de parts de marché peuvent venir de la compétitivité-prix, avec la baisse des coûts due à l'externalisation, mais aussi de la qualité, de l'innovation, de l'effort commercial. L'outsourcing profite normalement aux consommateurs avec la baisse des prix des inputs. Les prix industriels et les prix des exportations baissent au, augmentent assez rapidement en (graphiques -). Graphique CPI du secteur manufacturier ( en 99) Graphique Prix des exportations ( en 99) Sources : Datastream, NATIXIS Sources : Datastream, Cabinet office of Japan La croissance des exportations dans la période récente est forte au et en, faible en et en (graphique ). Graphique Exportations en volume ( en 99) Sources : Datastream, Cabinet office of japan Graphique Ecart-type sur mois du glissement annuel de la production manufacturière Flash

22 #. Variabilité de la production L'outsourcing permet normalement de rejeter la variabilité de la production industrielle vers les pays émergents. Cette variabilité est effectivement devenue faible, mais dans tous les pays (graphique ). Synthèse : l'outsourcing vers les émergents (l'offshoring) a-t-il les effets attendus? Nous avons mesuré l'intensité de l'outsourcing vers les émergents à partir de divers critères (importations, de biens intermédiaires, depuis les émergents ). Les cinq pays que nous avons étudiés peuvent être classés comme suit, en fonction de l'intensité de l'outsourcing, de la plus forte vers la plus faible. On s'attend à ce que les pays ayant davantage pratiqué l'outsourcing aient : à terme, une reprise de l'emploi et de la production industriels ; un niveau plus élevé de profitabilité, de productivité, d'investissement productif, de R&D ; des prix des produits manufacturés plus bas, ce qui est favorable aux consommateurs et à l'accroissement des parts de marché à l'exportation ; une variabilité plus faible de la production industrielle. Le tableau résume le classement des cinq pays pour ces différents critères. Au total, la performance sur les critères donnés ci-dessus les met dans l'ordre suivant :. Intensité de l'outsourcing Tableau Classement ( à pour les cinq pays) Stabilisation de l'emploi industriel Croissance de la production manufacturière Profitabilité Productivité manufacturière et investissement Tableau (suite) Effort de R&D Prix industriels Performance à Score global l'exportation Source : Natixis On ne trouve bien les mêmes trois groupes de pays : -, avec beaucoup d'outsourcing ;, dans une situation intermédiaire ; -, avec peu d'outsourcing. Flash 7 77-

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro?

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? septembre 9 - N 39 Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? La croissance potentielle et la tendance des gains de productivité sont anormalement faibles dans la zone

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Août 2009 Le chômage en hausse à 9,6% dans la zone euro En hausse à 9,1% dans l'ue27

Août 2009 Le chômage en hausse à 9,6% dans la zone euro En hausse à 9,1% dans l'ue27 STAT/09/139 1 er octobre 2009 Août 2009 Le chômage en hausse à 9,6% dans la zone euro En hausse à 9,1% dans l'ue27 Dans la zone euro 1 (ZE16), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières 2 s

Plus en détail

Novembre 2008 Le chômage en hausse à 7,8% dans la zone euro En hausse à 7,2% dans l'ue27

Novembre 2008 Le chômage en hausse à 7,8% dans la zone euro En hausse à 7,2% dans l'ue27 STAT/09/3 Le 8 janvier 2009 Novembre 2008 Le chômage en hausse à 7,8% dans la zone euro En hausse à 7,2% dans l'ue27 Dans la zone euro 1 (ZE15), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières 2

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Juillet N. Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Les gouvernements européens et les autorités européennes ont mis en place une pratique de «mutualisation rampante»,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Annexe 2 : Informations statistiques

Annexe 2 : Informations statistiques Annexe 2 : Informations statistiques Pour une analyse détaillée et des données récentes sur les tendances en matière d emploi en Europe, voir Commission européenne (23), Emploi en Europe 23 (http://europa.eu.int/comm/employment_social/employment_analysis/employ_23_fr.htm)

Plus en détail

Mars 2014 Le taux de chômage à 11,8% dans la zone euro À 10,5% dans l UE28

Mars 2014 Le taux de chômage à 11,8% dans la zone euro À 10,5% dans l UE28 STAT/14/70 2 mai 2014 Mars 2014 Le taux de chômage à 11,8% dans la zone euro À 10,5% dans l UE28 Dans la zone euro 1 (ZE18), le taux de chômage 2 corrigé des variations saisonnières 3 s est établi à 11,8%

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Terrain : Mars 2012 Publication : Décembre 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de la justice et coordonnée par

Plus en détail

Les banques amplifient-elles les cycles?

Les banques amplifient-elles les cycles? 6 novembre 28 - N 4 Les banques amplifient-elles les cycles? Le débat sur le rôle des banques dans l'amplification des cycles économiques est très vif aujourd'hui. Il est basé sur la théorie du "cycle

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Une lecture marxiste de la crise

Une lecture marxiste de la crise janvier - N Une lecture marxiste de la crise Notre interprétation de la crise est la suivante : il y a excès mondial de capacité de production, dû essentiellement à la globalisation et à l'investissement

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE février 1 N 1 Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois L a choisi : - depuis -9, de mettre en place une forte baisse du coût salarial unitaire,

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Janvier 2009 Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Données pour la France 2 Le secteur privé français compte, près de 1,5 millions d entreprises. Poids des entreprises selon leur taille

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 1 N 1 L écart entre la croissance et la croissance potentielle dans la période récente comme mesure de l efficacité des politiques économiques stimulantes Nous regardons

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011 "Un retour sur les causes profondes de la crise de la zone euro". Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 11 Emploi manufacturier

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives DARES Département Métiers et Qualifications Sabine Bessière La mesure des «emplois vacants» Introduction Les objectifs du groupe de

Plus en détail

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui 23 février - N 27-72 Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui Le multiplicateur monétaire (de crédit) est la théorie qui explique quel montant de crédit (de masse monétaire) peut être

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

2 OCTOBRE 2015 Sommaire

2 OCTOBRE 2015 Sommaire OCTOBRE Ce document est disponible sur le site internet de la versions française et anglaise sur www.banque-france.fr Pays Code ISO Date d entrée dans la zone euro Allemagne Autriche Belgique Chypre Espagne

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 6 N 68 Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie La Réserve Fédérale et la BCE, probablement parce que cela rend leur communication

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Le c o m m e r c e d e d é ta i l

Le c o m m e r c e d e d é ta i l Le c o m m e r c e d e d é ta i l d a n s l Un i o n Eu r o p é e n n e Le commerce de détail regroupe toutes les entreprises dont l activité principale est la revente (sans transformation) de biens neufs

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg Un cycle de conférences Le «mur» des pensions La réforme fiscale Une vue d ensemble

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Chine : les «vieilles techniques» de soutien de la croissance peuvent-elles encore être efficaces? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Chine : les «vieilles techniques» de soutien de la croissance peuvent-elles encore être efficaces? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 2 septembre 21 N 8 Chine : les «vieilles techniques» de soutien de la croissance peuvent-elles encore être efficaces? Les marchés financiers réagissent positivement chaque

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Florence HENNART, Attachée Ministère de la Région Wallonne Direction de la Politique Economique Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Plan Contexte européen Cadre belge et

Plus en détail

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché?

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? avril 7 - N Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? Si on regarde le PER actions dans la zone euro, ou la prime de risque actions, on conclut sans hésiter que les actions de la

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2009

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 141 Juillet 2010 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE En 2009, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Union européenne Bulgarie Danemark Roumanie Suède Eurostat

Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Union européenne Bulgarie Danemark Roumanie Suède Eurostat 92/2015-27 mai 2015 Prix de l énergie dans l UE Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Le prix du gaz en hausse de 2,0% dans l UE Dans l Union européenne (UE),

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail