Liste des abréviations Introduction et avant-propos I. Le Bilan Carbone et Contexte Général II. Résultats Globaux...

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Liste des abréviations... 6. Introduction et avant-propos... 7. I. Le Bilan Carbone et Contexte Général... 9. II. Résultats Globaux..."

Transcription

1

2

3 RAPPORT DE SYNTHESE DU BILAN CARBONE DE L UNIVERSITE PARIS DIDEROT... 1 Liste des abréviations... 6 Introduction et avant-propos... 7 I. Le Bilan Carbone et Contexte Général Aspect réglementaire et méthodologique Périmètre de l étude spécifique à Paris Diderot II. Résultats Globaux Bilan Carbone de l Université Paris Diderot Paris Bilan Carbone de l Université : Incertitudes Résumé pour le B.E.G.E.S III. Postes d émissions Consommations d énergies (17%) Fluides frigorigènes et rejets directs de CO2 (~0%) Déplacements Domicile/Travail (22%) Déplacements professionnels : les missions (6%) Déchets (1%) Matériaux et services intrants (30%) Immobilisation (24%) Fret (~0%) IV. Préconisations Consommations d énergies Déplacements domicile/travail Déplacements professionnels : les missions Fret et matériels intrants Déchets Pérennité de l étude Conclusion Table des tableaux Table des graphiques Annexes Annexe 1 : Détails des différents sites de l Université Annexe 2 : Détail de la consommation des véhicules de la flotte de l Université Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 3

4 RAPPORT METHODOLOGIQUE DE DOCUMENTATION DU BILAN CARBONE Liste des abréviations Avant-propos I. Le Bilan Carbone et Contexte Général Aspect réglementaire Périmètre de l étude spécifique à Paris Diderot II. Postes d émissions Consommations d énergies Fluides frigorigènes et rejets directs de CO Déplacements Domicile/Travail Déplacements professionnels Déchets Matériaux et Services Intrants Immobilisation Fret Conclusion Bibliographie Table des tableaux Table des graphiques Annexes Annexe 1 : Détails des différents sites de l Université Annexe 2 : Analogie des différents types de pièces (méthode des surfaces / «Immobilisation») Annexe 3 : Détail de la consommation des véhicules de la flotte de l Université Annexe 4 : Répartition de la quantité de DIB en matériaux Annexe 5.1 : Questionnaire de Déplacement Annexe 5.2 : Comparaison de la représentativité des localisations du personnel entre échantillon et population totale Annexe 5.3 : Vitesses moyennes par modes de transport et temps associés Annexe 5.4 : Répartition des distances selon la localisation et le bâtiment Annexe 5.5 : Différents scripts du calcul de l influence des modes de transport ainsi que le calcul des distances (MatLab) Annexe 5.6 : Scripts du calcul des distances totales via l API GoogleMap (Visual Basic sous Excel) Annexe 6 : Ratios utilisés pour quantifier les matériaux contenus dans les déchets de l Université (DIB, DEEE ) Annexe 7.1 : Données de ventilation pour les types de DEEE (sources : voir Annexe 7.2 : Répartition des DEEE en fonction des matériaux de l outil Bilan Carbone ) Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

5 Annexe 7.2 : Répartition des DEEE en fonction des matériaux de l outil Bilan Carbone Annexe 8 : Répartition des différents services/ufr par bâtiment Annexe 9 : Répartition des différentes Unités Budgétaires par bâtiment Annexe 10 : Exemple de correspondance groupe de marchandise / compte budgétaire Annexe 11 : Répartition des UFR par bâtiment sur le site PRG Annexe 12.1 : Détail du calcul du coefficient d ajustement des distances parcourues par avion Annexe 12.2 : Etude de l UBS sur les coûts moyens des taxis, transports en commun, et trains par kilomètre dans différents pays Annexe 12.3 : Evolution du prix du carburant depuis Signature numérique de JP Frangi DN : cn=jp Frangi, o=ipgp/p7, ou, fr, c=fr Date : :42:23 +02'00' 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 5

6 Liste des abréviations BC : Bilan Carbone PRG : Paris Rive Gauche SAM3E : Service Aménagement, Maintenance, Exploitation, Environnement, Entretien SHS : Service Hygiène et Sécurité GES : Gaz à Effet de Serre BEGES : Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre DASRI : Déchet d Activité de Soins à Risque Infectieux DIS : Déchets Industriels Spéciaux DIB : Déchets Industriels Banals DEEE : Déchets d Equipement Electriques et Electroniques Voit : Voiture CoVoit : Co-voiturage VoP : Vélo ou à Pied 2roues : Véhicules motorisés à 2 roues RERMT : RER, Métropolitain, Tramway 6 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

7 Introduction et avant-propos "Le développement durable répond aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs." 1 Consciente de la crise climatique et écologique mondiale, la France, en collaboration avec les parties prenantes nationales, a initié le Grenelle de l Environnement en Forte de son élite intellectuelle, elle a aussi appelé les universités et grandes écoles à se mobiliser afin de réduire leurs impacts sur l environnement, renforcer et améliorer les conditions sociales de ses citoyens, stabiliser et optimiser son modèle économique. Ces trois axes réunis représentent une volonté de développement durable de sa société. Grâce au «Plan Vert», les universités sont guidées dans leur démarche d actions en faveur de ces trois causes. Le plan vert est un «plan développement durable» qui ne peut être limité au seul management environnemental des campus. Il recouvre toutes les dimensions du développement durable et vise à sa bonne intégration par les établissements d enseignement supérieur y compris et d abord dans leurs missions premières. Dans ce contexte, Paris Diderot développement durable (Paris-3D) est un projet de démarche de développement durable pour l université Paris Diderot : une université éco-responsable. L'établissement s'engage sur plusieurs thématiques et développe les outils adéquats. Une démarche éco-responsable qui : s accompagne d outils dédiés à l éco-responsabilité, est de nature participative, doit s étendre à l ensemble des composantes de l université. se concrétise par des objectifs généraux de développement durable : - stratégie et gestion environnementales - diagnostic détaillé de la situation actuelle - définition de priorités à court et à moyen termes - mise en œuvre d un programme d actions (achats verts, tri des déchets, maîtrise des énergies, mobilité ) - évaluation régulière. Le Bilan Carbone, est une des actions stipulées dans le plan vert des universités. Il permet de pouvoir quantifier les émissions de Gaz à Effet de Serre liées aux activités de l Université, et ainsi pouvoir prendre conscience de l impact environnemental de son fonctionnement, et, à plus grande échelle, pouvoir comparer avec d autres universités afin de travailler ensemble, à une échelle nationale, à une réduction notable de ces émissions. Afin de traduire la volonté de l université de travailler en commun avec les autres établissements pour trouver des pistes d amélioration dans la politique de réduction des émissions de GES au niveau départemental ou national, ce rapport a été rédigé de manière à pouvoir extraire les informations par poste d émission de l outil Bilan Carbone. Afin d en simplifier la lecture, la 1 Rapport Brundtland, Commission mondiale sur l'environnement et le développement, Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 7

8 méthodologie de renseignement de l outil BC a été séparée de la synthèse des résultats des émissions en équivalent CO2 (et C.). Seront donc présentés dans ce rapport : la définition du référentiel observé pour chaque poste d émissions, le rappel des données obtenues extraites du Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone (BC), les résultats globaux en équivalent carbone (CO 2eq. et Ceq.) et par poste d'émission et enfin, les préconisations de réduction pour chacun d eux. Le Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone présente le contexte réglementaire et géographique de l Université, la définition du référentiel observé pour chaque poste d émissions, les hypothèses retenues, les sources des données collectées, les méthodologies de traitement et leurs erreurs associées et enfin, les résultats intermédiaires compatibles avec l outil Bilan Carbone. Ce rapport présente donc le BC de l université Paris Diderot et la synthèse des émissions globales par poste d émission et par bâtiment, liées directement et indirectement à son activité pendant l année calendaire Il a été réalisé, sous l impulsion de la Présidence, par la mission Paris-3D dirigée par J.-P. Frangi avec l aide de A. Zima étudiant du master STEP Génie de l Environnement & Industrie (dont il faut signaler l implication importante et la pugnacité pendant son cas d étude et son stage professionnel), l appui d Auxilia (qui a notamment mis à disposition l outil BC) et la participation indispensable de nombreux services de l université notamment : Agence comptable et plateforme financière, AM3E 2, Logistique (Courrier, Imprimerie), Commande publique, Communication, Pôle Vie de Campus, Ressources humaines, Vice-Présidence Patrimoine, projets et aménagement, Direction des études et de la vie universitaire, Hygiène et sécurité, Moyens généraux, logistique et techniques, ainsi que les différents responsables administratifs et techniques des UFR. Paris Diderot, à travers son BC souhaite atteindre les objectifs suivants : - Identifier et hiérarchiser les postes majeurs d émissions de gaz à effet de serre liés à son activité - Identifier les leviers d action de réduction des émissions - Définir un plan d action de réductions - Consolider sa gestion environnementale dans le cadre du Développement Durable par la mise en place d outils notamment de collecte et de suivi des données - Sensibiliser les usagers (personnel, étudiants, visiteurs) de l université aux questions des émissions de gaz à effet de serre et de l épuisement des ressources fossiles. 2 Aménagement, Maintenance, Exploitation, Environnement, Entretien 8 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

9 I. Le Bilan Carbone et Contexte Général 1. Aspect réglementaire et méthodologique La loi Grenelle impose à une série d acteurs de réaliser un BEGES 3. Cette série d acteurs, personnes morales 4, est précisée à l article 75 de la loi n du 12 juillet et le Décret n du 11 juillet 2011 (JORF n 0160 du 12 juillet 2011 page 12055). L Université fait partie de ces personnes morales. Le Guide «Méthode pour la réalisation des bilans d émissions de gaz à effet de serre conformément à l article 75 de la loi n du 12 juillet 2010» précise la méthodologie de réalisation de ces BEGES. Ce guide s appuie sur la norme ISO L outil Bilan Carbone V7 (de l Association Bilan Carbone) est un outil permettant de réaliser un BEGES au format réglementaire. L université a choisi d utiliser cet outil. L étude Bilan Carbone (2004) présente 3 périmètres (ou scopes), reprenant, pour les dernières versions (en particulier la version 7 de 2012), les scopes définis par la norme ISO sur les G.E.S. La norme ISO a été publiée le 1 er mars 2006 afin d apporter aux pouvoirs publics des outils à utiliser dans le cadre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Son objectif est de normaliser les protocoles de validation et de vérification afin d harmoniser les mesures faites par les gouvernements et les industries. Ainsi, les résultats deviennent plus crédibles grâce à une promotion de la cohérence, de la transparence et de la crédibilité des résultats, une gestion optimisée et une meilleure identification des charges, des ressources et des risques liés aux gaz à effet de serre,pour favoriser la conception et la mise en œuvre de programmes comparables et cohérents pour les gaz à effet de serre. Les différents scopes de l étude définis comme standard par l ADEME sont: Scope 1 : (obligatoire) o Emissions directes : Carburants / Energies o Relargages directs : Fluides Scope 2 : (obligatoire) o Emissions indirectes : Chauffage Urbain / Electricité / Gaz Scope 3 : (optionnel) o Reste des émissions : Déplacements, Intrants, Déchets, Immobilisations, Fret Aux vues de l article R du code de l Environnement, les scopes 1 et 2 sont obligatoires pour le BEGES. 3 Bilan d Emission des Gaz à Effet de Serre 4 Personne morale 5 modifie les articles L et L du Chapitre IX (Effet de Serre) du Code de l Environnement et l article L du Chapitre V (Services Publics et Commerciaux) du Code Général des Collectivités Territoriales 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 9

10 Dans le tableau récapitulatif ci-dessous, la prise en compte des sites en fonction des différents postes d émissions de l étude Bilan Carbone a été représentée. Autrement dit, il traduit le périmètre observé pour chacun de ces postes. Tableau 1 : Prise en compte des différents sites en fonction des postes d'émissions de l'étude Postes d émissions Consommations énergétique Liquide frigorigènes et rejets directs de CO 2 Déplacements domicile/travail Déplacements professionnels Matériaux et services intrants Déchets directs Sites PRG 6 Autres PRG Autres PRG Autres PRG Autres PRG Autres Prise en compte Totale Totale Totale Totale Totale Totale Totale Totale Totale Totale Remarques PRG Totale Autres Partielle Comptabilisé par la facture service fait et la soute PRG Totale Immobilisations Autres Aucune Aucune donnée Fret PRG Partielle Données partiellement recueillies pour le fret externe Autres Aucune Aucune donnée Les postes d émissions obligatoires du BC pour le BEGES sont donc : Energie : Consommations d électricité et de vapeur (scope 2) + Combustion de gaz (source fixe) (scope 1) Hors Energie : Perte de liquide frigorigènes (scope 1), rejet direct de CO 2 (scope 1). 6 Paris Rive Gauche 10 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

11 2. Périmètre de l étude spécifique à Paris Diderot a. Périmètre temporel Le Bilan Carbone de l Université Paris Diderot a été réalisé pour l année 2011 avec, sous réserve de représentativité, des données des années antérieures (au maximum n-3). b. Périmètre géographique Le périmètre du Bilan Carbone se décompose de deux façons différentes en fonction des scopes étudiés. En effet, cette démarche rentre dans le cadre des actions de la mission développement durable Paris 3D (Diderot Développement Durable) et à la demande du Préfet (JO 0160 du 12 juil. 11 p12055 n 3). Paris Diderot a pour objectif de réaliser son BEGES (en utilisant l outil Bilan Carbone V7) et de faire la synthèse des actions envisagées pour réduire ses impacts environnementaux sur le campus Paris Rive Gauche et les sites extérieurs. Pour répondre à ces différentes questions, la méthodologie suivante a été employée : Les énergies directes et indirectes (scope 1 & 2), étudiées sur tous les bâtiments de l Université, qui sont : o Chacun des bâtiments de PRG (Tableau 2) o L ensemble des bâtiments des autres sites (Annexe 1 : Détails des différents sites de l Université) Les émissions indirectes (scope 3) liées, étudiées principalement sur les bâtiments du site Paris Rive Gauche c. Université Paris-Diderot Une université pluridisciplinaire L université Paris Diderot Paris 7, c est : étudiants 2000 chercheurs (dont 1400 enseignant-chercheurs) 2300 doctorants 350 thèses soutenues et 80 Habilitations à Diriger les Recherches par an Plus de m² de locaux 5 grands domaines de formation et de recherche : Arts, lettres, langues Droit, économie, gestion Sciences humaines et sociales Sciences, technologie, santé Médecine, odontologie d. L outil Bilan Carbone L étude a été réalisée grâce à l outil Bilan Carbone version Multi-sites (version ) permettant la réalisation du BC d une entité géographique ou financière. Le BC du campus Paris 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 11

12 Rive Gauche (PRG) concerne les sites du Tableau 1 (ci-dessous). Le BC de toute l Université concerne ces derniers plus la concaténation de tous les autres sites de l établissement (Villemin, Garancière, etc.) : Le listing des différents «sites» retenus pour l étude : Tableau 2 : Les différents bâtiments de PRG et total des surfaces des autres sites Type de sites Nom Entité occupant le bâtiment SHON (m²) Buffon Institut Jacques Monod, UFR Biologie ,0 Condorcet UFR Physique, Département Sciences exactes ,0 Halle aux Farines Enseignement ,0 Bâtiment Grands Moulins Bibliothèque, UFR LCAO, LAC, IPC,Présidence et Services Centraux,CROUS ,0 Lamarck UFR STEP, UFR Biologie, UFR Chimie, service communication ,0 Lavoisier UFR Chimie, ,0 Total ,0 Autres Sites Total ,0 Le tableur Bilan Carbone est rempli pour chacun de ces bâtiments. Cela permet d en obtenir les quantifications des émissions et une représentativité plus précise. Pour les autres bâtiments (ou sites), situé hors site PRG, l ensemble des données ont été renseignées dans un outil «Autres Sites» 7. Les données non «ventilables» par bâtiment (ou sites) ont été renseignées dans un outil «Transverse» : Liste des données non ventilables : o o o o o Données liées à l administration, Données liées au fret interne et externe, Données DIB, Encombrants et DEEE, Déplacements internes (missions), Données sur l immobilisation des véhicules, du mobilier, et de l équipement de laboratoire. En résumé, 8 outils différents : un outil pour chacun des sites de PRG, un pour les autres sites, et un dernier pour les données non ventilées (8 fichiers Excel BC), dont les informations sont récupérées par la version multi-site pour en faire la synthèse. 7 Annexe 1 : Détails des différents sites de l Université 12 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

13 II. Résultats Globaux Cette partie présente le Bilan Carbone total de l Université ainsi que le BEGES qui sera transmis au Préfet Bilan Carbone de l Université Paris Diderot Paris 7 Figure 1 : Schéma récapitulatif de l'étude Bilan Carbone de l'université Paris Diderot - Paris 7 Ce qui donne pour une surface SHON 9 de m² un ratio de 135kgCO 2e/m²/an 8 Voir : Périmètre géographique 9 Surface Hors Œuvre Nette 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 13

14 La Figure 2 ci-dessous présente les résultats par postes d émissions : BILAN CARBONE Emissions de GES par catégorie, en tco2e Figure 2 : Bilan Carbone de l'université Paris Diderot - Résultats globaux 10 Tableau de valeurs associées : Tableau 3 : Tableau récapitulatif des émissions liées au fonctionnement global de l'université Emissions, t CO2e Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Total Consommations énergétiques 1 606, ,57 380,87 373,85 422,29 367,84 296, ,78 Fluides Frigorigènes - 18, ,57 4,09 4,47 34,74 Matériaux et services intrants 2 478,45 779,51 707,34 458,03 179,50 371,78 341, , ,45 Fret ,93 53,93 Déplacements domicile/travail 1 891,15 331,79 307,85 666, ,02 402,78 161,83 193, ,97 Déplacements professionnels , ,48 Déchets directs 10,65 47,90 24,64 39,16 25,28 26,46 24,50 0,53 199,11 Immobilisations 1 051,32 136,07 172,17 251,62 156,89 114,65 94, , ,48 Total 7 038, , , , , ,08 923, , ,92 On observe sur lafigure 2 : Bilan Carbone de l'université Paris Diderot - Résultats globauxque le Fret, les Déchets Directs et le «Hors Energie» sont négligeables par rapport aux autres postes. En effet, pour le «Hors Energie», la totalité des sites n est pas prise en compte car toutes les données n ont pas été obtenues. Pour les Déchets Directs, seuls les sites de PRG ont été pris en compte mais cela ne représente pas beaucoup d émissions. Pour le Fret, seule une toute petite partie a été prise en compte, à savoir le Fret Externe et Interne du service Logistique (Courrier, Imprimerie). Aux vues des quantités d intrants livrées à l Université, ces émissions pourraient être largement supérieures. Elles restent cependant à être estimées. 10 Source : Outil Bilan Carbone V Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

15 Répartition par poste d émission : Bilan Carbone Emissions de GES par catégorie, en % Consommations énergétiques 24% 17% 0% Fluides Frigorigènes Matériaux et services intrants Fret 1% 6% Déplacements domicile/travail 30% Déplacements professionnels Déchets directs 22% Immobilisations 0% Figure 3 : Répartition des émissions en fonction des postes d'émissions 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 15

16 2. Bilan Carbone de l Université : Incertitudes Tableau récapitulatif des émissions de GES en équivalent CO 2 de l Université avec les erreurs associées : Bilan Carbone Emissions de GES et incertitudes par catégorie, en tco2e Figure 4 : Récapitulatif des émissions liées au fonctionnement de l'université avec leurs erreurs associées Energie 1 : Consommations énergétiques Hors Energie 1 : Fluides Frigorigènes + Rejets CO 2 directs Intrants : Matériaux et services intrants Déplacements : Déplacements Professionnels + Domicile/Travail (on entend ici lieu de travail pour les membres du personnel et lieu d étude pour les étudiants). Les déplacements professionnels représentent les missions des membres du personnel ainsi que les déplacements des invités. Les déplacements domicile/travail représentent les déplacements effectués par les membres du personnel pour se rendre de leur domicile à leur poste de travail, et par les étudiants pour se rendre de leur domicile à leurs lieux d études (les différents bâtiments de l Université). 16 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

17 Les erreurs sont très variables selon les postes d émissions de CO 2 liées au fonctionnement de l Université. Elles se décomposent selon : Consommations Energétiques : 27% Cette erreur relative est issue des erreurs induites pas l utilisation des facteurs d émissions mais aussi des données approximatives collectées pour certains sites. Fluides frigorigènes + Rejets CO 2 directs : 26% Elle est issue majoritairement des facteurs d émissions utilisés des fluides frigorigènes. Déplacements Domicile/Travail : 56% L erreur observée provient en partie des erreurs induites par les constantes de l étude comme les différentes vitesses moyennes et les distances calculées par mode de transport, ou encore les facteurs d émissions utilisés. Déplacements professionnels : 38% (soit pour les Déplacements : 58%) Elle provient surtout des erreurs commises sur les constantes bibliographiques liées aux calculs des différentes distances, mais aussi des facteurs d émissions utilisés. Matériaux et services Intrants : 53% Les erreurs quantifiées viennent surtout des erreurs sur les facteurs d émissions utilisés Immobilisations : 50% Elle provient des erreurs commises sur l utilisation des facteurs d émissions Fret : 45% Elle est issue de l erreur commise sur l utilisation de certains facteurs d émissions Le détail de ces erreurs est précisé dans le Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone L erreur relative totale sur les émissions donnée par l outil BC est de 52%. Cette donnée est issue du rapport entre les erreurs absolues sur les différents postes d émissions additionnées et le total des émissions par poste. Ce type de calcul est analogue à une moyenne pondérée des erreurs observées pour chaque poste Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 17

18 3. Résumé pour le B.E.G.E.S. Répartition des émissions en fonction des scopes du BEGES : Bilan GES : Emissions de GES par scope, en tco2e et en % 232; 1% 4 397; 15% Emissions directes de GES Emissions indirectes associées à l'énergie ; 84% Autres émissions indirectes de GES Figure 5 : Répartition des émissions en GES par scope selon la méthode BEGES du Bilan Carbone 18 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

19 Et son tableau de valeurs associées : Tableau 4 : Bilan récapitulatif du BEGES de l'université Total Emissions Emissions de GES évitées de Catégories GES d'émissions Numéros Postes d'émissions CO2 CH4 N2O Autres gaz Total CO2 b Incertitude Total (tonnes) (tonnes) (tonnes) (tonnes) (t CO2e) (tonnes) (t CO2e) (t CO2e) 1 Emissions directes des sources fixes de combustion Emissions directes de GES Emissions indirectes associées à l'énergie Autres émissions indirectes de GES 2 Emissions directes des sources mobiles à moteur thermique Emissions directes des procédés hors énergie Emissions directes fugitives Emissions issues de la biomasse (sols et forêts) Sous total Emissions indirectes liées à la consommation d'électricité Emissions indirectes liées à la consommation de vapeur, chaleur ou froid Sous total Emissions liées à l'énergie non incluses dans les postes 1 à Achats de produits ou services Immobilisations de biens Déchets Transport de marchandise amont Déplacements professionnels Franchise amont Actifs en leasing amont Investissements Transport des visiteurs et des clients Transport de marchandise aval Utilisation des produits vendus Fin de vie des produits vendus Franchise aval Leasing aval Déplacements domicile travail Autres émissions indirectes Sous total Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 19

20 Le tableau ci-après récapitule les sources d émissions en fonction des catégories et des postes d émissions du Bilan Carbone et donne une définition des activités prises en compte : Données Catégorie d'émissions Obligation réglementaire Poste d'émissions Exemple de sources d'émissions Consommations d'énergie des établissements de l'université Déplacements professionnels du personnel de l'université Déplacements domicile-travail Fluides frigorigènes Matériaux et Services Entrants Immbolisation Déchets Transport de marchandises Consommations de combustibles fossiles (gaz, fuel, gpl) Consommations d'électricité Consommations de chaleur issues du réseau de chauffage urbain Consommation de carburant des véhicules apapartenant ou loués par l'université Cas des distances kilométriques parcourus par les salariés avec leur véhicule personnel Cas des frais engendrés par les déplacements en avion et en train Déplacements domicile travail du personnel et des étudiants Pertes de fluides frigorigènes des installations frigorifiques des établissements de l'université Consommations de biens (papier, fournitures) et de services Superfie des bâtiments et leurs années de construction Nombre de matériel informatique Poids à vide des engins roulants Quantité de déchets générés par les activités de l'université La localisation des fournisseurs, le nombre de livraison, les quantités transportées et les modes de transport 1 Emissions directes de GES Perimètre obligatoire 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 2 Emissions indirectes associées à l'énergie 2 Emissions indirectes associées à l'énergie Perimètre obligatoire Perimètre obligatoire 1 Emissions directes de GES Perimètre obligatoire 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 1 Emissions directes de GES Perimètre obligatoire 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 1 Emissions directes des sources fixes Combustion d'énergie de sources fixes de combustion Ce sont les émissions en amont de la combustion. C'est-à-dire: - l'extraction, la production et le transport des combustibles consommés par la 8 Emissions liées à l'énergie non incluses Personne Morale dans les postes 1 à 7 - l'extraction, la production et le transport des combustibles consommés lors de la production d'électricité, de vapeur, de chaleur et de froid consommée par la Personne Morale 6 Emissions indirectes liées à la Production de l'électricité, son transport et sa distribution consommation d'électricité 6 Emissions indirectes liées à la Production de l'électricité, son transport et sa distribution consommation d'électricité 2 Emissions directes des sources Combustion de carburant des sources mobiles mobiles à moteur thermique Ce sont les émissions en amont de la combustion. C'est-à-dire: - l'extraction, la production et le transport des combustibles consommés par la 8 Emissions liées à l'énergie non incluses Personne Morale dans les postes 1 à 7 - l'extraction, la production et le transport des combustibles consommés lors de la production d'électricité, de vapeur, de chaleur et de froid consommée par la Personne Morale 2 Emissions directes des sources Combustion de carburant des sources mobiles mobiles à moteur thermique Ce sont les émissions en amont de la combustion. C'est-à-dire: - l'extraction, la production et le transport des combustibles consommés par la 8 Emissions liées à l'énergie non incluses Personne Morale dans les postes 1 à 7 - l'extraction, la production et le transport des combustibles consommés lors de la production d'électricité, de vapeur, de chaleur et de froid consommée par la Personne Morale 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 13 Déplacements professionnels Transport des employés par des moyens n'appartenant pas à la Personne Morale 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 23 Déplacements domicile travail Déplacements domicile-travail et télétravail 1 Emissions directes de GES Perimètre obligatoire 4 Emissions directes fugitives 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 9 Achats de produits ou services 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 10 Immobilisations de biens 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 11 Déchets 3 Autres émissions indirectes de GES Perimètre optionnel 18 Transport de marchandise aval Fuites de fluides frigorigènes, bétail, fertilisation azotée, traitement des déchets organiques, etc. Ce sont les émissions attribuables à l'impact carbone des produits et services consommés Ce sont les émissions attribuables à l'énergie grise des bâtiments, du matériel informatique et des véhicules roulants de l'université Ce sont les émissions issues des quantités et des modes de traitement des déchets Ce sont les émissions attribuables aux transports de marchandises de biens consommés par l'université. Figure 6 : Récapitulatif et détails de chaque poste d'émission en fonction des catégories d'émissions, des postes d'émissions du BEGES et de son obligation réglementaire 20 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

21 III. Postes d émissions 1. Consommations d énergies (17%) Selon la méthode Bilan Carbone, les émissions liées à la consommation d énergie (sources fixes) correspondent à : - la combustiondecombustiblesdans des installations fixes (chaudières par exemple) : ce sont les émissions directes, - l usagede l'électricité dans des installations fixes (consommation d'électricité des bâtiments, etc.) : ce sont les émissions indirectes associées à l énergie. a. Méthodologie et Hypothèses principales Les données quantitatives d énergie collectées représentent les consommations réelles pour chaque site ou bâtiment. Concernant la méthodologie, les données issues des factures ont été renseignées dans les outils appropriés. b. Données &Résultats Le tableau ci-dessousrécapituleles consommations des différents bâtiments de l Université Paris Diderot (tous sites) issues des données collectées. Tableau 5 : Bilan des consommations en électricité des différents bâtiments de l'université Bâtiment Sites Totaux Bâtiments/sites Surface Conso Electricité Eprimaire (kwh) Conso Vapeur (kwh) Conso Gaz (kwh) Prestataire en m² EDF CPCU GDF Buffon , , ,0 0,0 Condorcet , , ,0 0,0 Halle aux Farines , , ,0 0,0 Grands Moulins , , ,0 0,0 Lamarck , , ,0 0,0 Lavoisier , , ,0 0,0 Garancière 4 656, , , ,0 Avon(Fontainebleau) 1 484, ,8 0, ,0 Villemin , , ,0 0,0 Bichat , , ,0 408,8 Saint Louis 7 832, , ,8 0,0 Total , , , ,8 Total PRG (Bâtiments) , , ,0 0, Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 21

22 Répartition en pourcentage des consommations : 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Répartition des profils énergétiques des bâtiments de l'université Conso Gaz (kwh) Conso Vapeur (kwh) Conso Electricité Eprimaire (kwh) Figure 7 : Répartition selon les profils énergétiques de consommation des bâtiments de l Université Ce graphique présente les différents profils types de consommation en fonction des bâtiments ou sites étudiés. La plupart de ces bâtiments utilisent principalement l électricité, en partie pour l éclairage, l alimentation d appareils électriques et électroniques. Une sensibilisation à l utilisation responsable de cette énergie devra être mise en place. Cet aspect sera développé dans la partie Sensibilisation des occupants des Préconisations de l étude. c. Bilan Energétique La Figure 8 présente les profils de consommations et leur équivalent surfacique pour chaque bâtiment ,0 Consommation moyenne des différents bâtiments en kwhep/m².an 1 000,0 800,0 600,0 Conso Gaz (kwh) Conso Vapeur (kwh) 400,0 200,0 Conso Electricité Eprimaire (kwh) 0,0 Figure 8 : Consommation moyenne des différents bâtiments de l'université Paris Diderot 22 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

23 Selon la règlementation thermique de 2012, tout bâtiment neuf doit tendre à une consommation maximum de 50 kwhep/m².an pour 5 usages clefs : Chauffage Refroidissement Eclairage ECS (eau chaude sanitaire) Auxiliaires Le ratio pour Buffon, par exemple, est 20 fois supérieur à la consommation réglementaire pour Un logement moyen en France consommait en 2003 en moyenne 240kWhep/m².an 11. Seuls les Grands Moulins, Garancière et Villemin sont dans cette moyenne ou en dessous. Si l on se réfère aux moyennes surfaciques, on peut attribuer des notes environnementales approximativespour chaque bâtiment sur l échelle de consommation d énergie des bâtiments. La construction des bâtiments de PRG étaient soumis à la réglementation thermique de 2005, soit une consommation maximum autorisée à 190 kwh/m².an pour l électricité ou 110 kwh/m².an pour les énergies fossiles. Les notes des bâtiments PRG selon la méthode utilisée dans les DPE 12 sont indiquées de manières plus précises dans les audits énergétiques réalisées sur chacun de ces bâtiments. Ils sont disponibles sur le site de l Université. Bâtiments/sites Surface kwhep/m ².an Note Bâtiment Sites Totaux Prestataire en m² Buffon , ,3 G Condorcet ,0 351,3 E Halle aux Farines ,0 357,7 E Grands Moulins ,0 152,2 C Lamarck ,0 529,5 E Lavoisier ,0 464,5 E Garancière 4 656,0 244,0 D Avon(Fontainebleau) 1 484,0 288,3 D Villemin ,0 183,6 C Bichat ,0 312,8 D Saint Louis 7 832,0 473,9 E Total ,0 394,6 E Total PRG (Bâtiments) ,0 459,3 E Total PRG sans buffon ,0 327,0 E Total Sites ,0 293,6 E Figure 9 : Notes environnementales sur l échelle des consommations énergétiques des bâtiments Les notations reportées ici correspondent approximativement aux notes calculées par les audits. Les «surconsommations» observées sur le bâtiment Buffon et le bâtiment Lamarck sont en partie issues de l utilisation de «chambres froides» et «salles blanches» par les laboratoires de biologie implantés dans les bâtiments. Pour Buffon, l animalerie est aussi source de consommation d énergie importante. Elles sont aussi issues, selon les DPE, des dysfonctionnements de la GTB 13 des 11 Source : Lettre Infos Trimestrielles des Espaces, Bretagne - ADEME 12 Diagnostic de Performance Energétique 13 Gestion Technique du Bâtiment 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 23

24 bâtiments, concernant le chauffage, la climatisation, l éclairage principalement. Ces disfonctionnements affectent aussi les autres bâtiments de PRG. Emissions CO 2e L étude Bilan Carbone permet de calculer les émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation d énergie au sein de l Université : Tableau 6 : Résumé des émissions totales liées aux différentes consommations d'énergie sur les sites de l'université Emissions, kg CO2e Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Energie , , , , , , ,76 - Total Gaz Achats de vapeur (produite à l'extérieur) Total Electricité Surfaces (m²) Les émissions par unité surfacique (m²) ont aussi été calculées : Tableau 7 : Résumé des émissions par unité surfacique (m²) liées aux différentes consommations d'énergie sur les sites de l'université Emissions, kg CO2e Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Energie 1 15,2 79,7 20,2 13,6 23,8 32,0 27,5 - Total Gaz 2, Achats de vapeur (produite à l'extérieur) 9,0 55,1 11,0 10,4 14,9 18,4 15,4 - Total Electricité 4,2 24,5 9,2 3,2 8,9 13,6 12,1 - Surfaces (m²) Halle aux Farines 8% Grands Moulins 8% Condorcet 8% Répartition des émissions par site Lamarck 7% Lavoisier 6% Autres Sites 32% Buffon 31% Halle aux Farines 12% Grands Moulins 7% Ratio des émissions par unité de surface Lavoisier 8% Lamarck 16% Condorcet 10% Autres Sites 7% Buffon 40% Figure 10 : Répartition des émissions par sites et par unité de surface pour chaque site Le bâtiment Buffon est grand émetteur de GES pour sa taille. 24 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

25 Si l on compare les émissions par rapport aux consommations pour chaque énergie, on obtient les graphiques suivants : Répartition des consommations d'énergie 1% Répartition des émissions en fonction de l'énergie consommée 22% 4% Total Gaz 77% Conso Electricité Eprimaire (kwh) Conso Vapeur (kwh) Conso Gaz (kwh) 33% 63% Achats de vapeur (produite à l'extérieur) Total Electricité Figure 11 : Répartition des consommations d'énergies et des émissions associées Il apparait que la vapeur représente le plus impact en termes d émissions par rapport à la consommation effective. En effet, si l on compare les facteurs d émission, la vapeur est à 0,195 kgco 2e/kWh consommé, l électricité est à 0,080 kgco 2e/kWh et le gaz à kgco 2e/kWh 14. On remarque donc que la vapeur, grand poste d émission, est potentiellement la plus émettrice par rapport aux deux autres types d énergies utilisées. En comparant les facteurs d émission des modes de production de l électricité, en France (0,080 kgco 2e/kWh, issue principalement des usines nucléaires), et en Allemagne (0.404kgCO 2e/kWh, issue d un mix sans le nucléaire), la France produit de l électricité à partir d énergie faiblement émettrice en GES. Cependant, les dangers liés aux déchets et les émissions liées au démantèlement de ces usines ne sont pas négligeables. 14 Source : Base Carbone ADEME Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 25

26 2. Fluides frigorigènes et rejets directs de CO 2 (~0%) Ce poste correspond aux émissions de GES liées aux pertes de fluides frigorigènes. Ces pertes sont en général des quantités très faibles. Toutefois, ces fluides sont de puissants gaz à effet de serre qu il convient de prendre en compte précisément dans le cadre d une étude de Bilan Carbone. a. Méthodologies et Hypothèses principales Les quantités de fluides frigorigènes utilisées pour la maintenance des groupes froids sont égales aux fuites. Les quantités de CO 2 commandées par les laboratoires de l Université sont intégralement consommées et rejetées (en tant que CO 2) pendant l année de l étude. A partir des données collectées auprès des prestataires pour les fluides et de la comptabilité pour le dioxyde de carbone, sont alors calculées les quantités consommées et réparties dans les différents outils du BC. b. Données &Résultats Fluides frigorigènes Seuls les fluides frigorigènes interviennent dans les rejets de GES dans le fonctionnement de l Université 15. Les installations frigorifiques utilisées dans les bâtiments du site PRG sont alimentées par le liquide réfrigérant «R404a» à hauteur de 8kg pour Tableau 8 : Détail des quantités de liquide frigorigène utilisées pour la maintenance des installations frigorifiques Batiment Type Quantité (kg) Buffon R404 0,92 Buffon R404 2 Lavoisier R404 1,08 Lamarck R404 2 Buffon R404 2 Buffon Total R404 4,92 Lamarck Total R404 2 Lavoisier Total R404 1,08 Rejets directs de CO2 La quantité de CO 2 rejeté obtenue est de 4,5 t. 15 Voir : Tableau 8 : Détail des quantités de liquide frigorigène utilisées pour la maintenance des installations frigorifiques 26 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

27 c. Bilan des émissions de CO 2 équivalent Tableau récapitulatif des émissions liées aux rejets directs de CO 2 : Tableau 9 : Récapitulatif des émissions liées aux rejets directs de CO2 Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Hors énergie CO2 hors énergie Halocarbures de Kyoto Répartition des émissions liées aux fluides frigorigènes (ligne «Halocarbures de Kyoto») : Répartition des émissions liées aux fluides frigorigènes Lavoisier 14% Lamarck 25% Buffon 62% Figure 12 : Répartition des émissions liées aux fluides frigorigènes Répartition des émissions dans le poste Hors Energie 13% Rejet CO2 direct Fluides frigorigènes 87% Figure 13 : Répartition des émissions dans le poste Hors Energie Les rejets de GES par les fuites de R404a (utilisé pour les groupes froids de l Université) ont un impact bien supérieur à l utilisation de CO 2 par les laboratoires de l Université. Une attention particulière doit être portée à son utilisation. En effet, seules les interventions de la société prestataire de la maintenance des groupes froids ont été identifiées Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 27

28 3. Déplacements Domicile/Travail (22%) Ce poste correspond aux émissions attribuables aux modes de transports des étudiants et du personnel de l Université Diderot. a. Méthodologie et Hypothèses principales Pour pouvoir quantifier les déplacements de l ensemble du personnel et des étudiants inscrits et ayant leurs cours à l Université, une enquête de déplacement inspirée du modèle de Plan de Déplacement en Entreprise mais simplifiée a été réalisée. Ce qui a donné un échantillon pour chaque type d usagers, chaque bâtiment et chaque mode de transport. Hypothèses : - Les 2 échantillons ( personnel et étudiants ) collectés étaient représentatifs de la population de l Université - Les distances calculées via le logiciel de calcul sont représentatives de la distance parcourue - Le chemin emprunté pour l aller est le même que le retour, et le comportement d utilisation ne varie pas dans l année. Un certain nombre de données bibliographiques issues principalement d études de l ADEME a été utilisé afin de traiter ces échantillons collectés. Après ce traitement, deux méthodes différentes (une pour le personnel et une pour les étudiants) ont permis de reporter les distances obtenues des échantillons aux populations totales présentes sur les différents sites de l Université. Le détail est présenté dans le Rapport Méthodologique. Personnel b. Données &Résultats Le tableau ci-dessous présente la répartition retenue pour la méthode du calcul du kilométrage parcouru : Tableau 10 : Distances totales parcourues en fonction du mode de transport et de la localisation du personnel de l Université Sites Bâtiments/Sites Voit Covoit 2roues VoP Bus Réseaux Ferrés Buffon , , , , , ,7 Condorcet , , , , , ,8 Grands Moulins , , , , , ,2 Halle aux Farines , , , , , ,3 Lamarck , , , , , ,1 Lavoisier , , , , , ,5 Transverse , , , , , ,4 Autres Sites Autres Bâtiments , , , , , ,9 Total , , , , , ,8 PRG par bâtiment 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 28

29 Etudiants Tableau des distances totales parcourues par mode de transport 16 pour les étudiants : Tableau 11 : Distances totales parcourues en fonction des modes de transport pour l Université Paris Diderot Pour 200 Universités Mode Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RERTM TGV Distance Totale , , , , , , , ,2 Erreur Absolue 1 471,2 810,3 847,1 746, , , , ,5 Erreur Relative 0,02% 0,05% 0,05% 0,02% 0,01% 0,02% 0,01% 0,05% Erreur sur les constantes 39,3% 50,0% 52,3% 22,2% 49,0% 40,6% 39,0% 44,4% Erreur Totale 39,3% 50,0% 52,4% 22,2% 49,0% 40,6% 39,0% 44,4% Résultats finaux avec répartition par localisation et par bâtiments (ou sites) pour l Université Paris Diderot : Tableau 12 : Distances totales parcourues pour les étudiants de l Université Paris Diderot réparties par bâtiments et par localisations Sites Bâtiment PRG Voit Covoit 2roues VoP Bus Réseaux Ferrés Buffon , , , , , ,3 Condorcet , , , , , ,3 Grands Moulins , , , , , ,2 Halle aux Farines , , , , , ,1 Lamarck , , , , , ,4 Lavoisier , , , , , ,2 PRG par bâtiment Autres Sites Autres Bâtiments , , , , , ,0 Total , , , , , ,5 Erreur Absolue 1 471,2 810,3 847,1 746, , ,4 Erreur Relative 0,0% 0,0% 0,1% 0,0% 0,0% 0,0% Erreur sur les constantes 39,3% 50,0% 52,3% 22,2% 49,0% 41,2% Erreur Totale 39,3% 50,0% 52,4% 22,2% 49,0% 41,2% c. Bilan des émissions de CO 2 équivalent Récapitulatif des émissions liées aux déplacements domicile/travail des acteurs de l Université : Tableau 13 : Bilan des émissions liées aux déplacements domicile/travail des différents occupants de l Université Emissions, kg CO2e Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Total domicile/travail RERTM : RER, Métro, Tramway 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 29

30 Répartition des émissions liées à l ensemble des trajets domicile/travail : Répartition des émissions liées à l'ensemble des trajets domicile/travail Transverse 32% Buffon 5% Condorcet 5% Grands Moulins 11% Lamarck 6% Halle aux Farines 38% Lavoisier 3% Figure 14 : Répartition des émissions liées à l ensemble des trajets domicile/travail On remarque que la plupart des émissions liées aux déplacements domicile/travail sont issues des déplacements réguliers du personnel administratif de l Université ainsi que les étudiants ayant cours au bâtiment Halle aux Farines. Pour les membres du personnel de l université : Tableau 14 : Bilan des émissions totales des déplacements domicile/travail du personnel de l'université Voit Covoit 2roues Bus VoP Réseaux Ferrés Total Total des émissions (kgco2e) Ratio 42,1% 3,4% 3,9% 27,9% 0,0% 22,8% Pour les étudiants : Tableau 15 : Bilan des émissions totales des déplacements domicile/lieu d'étude des étudiants de l Université Voit Covoit 2roues VoP Bus Réseaux Ferrés Total Total des émissions (kgco2e) Ratio 38,5% 10,8% 6,9% 0,0% 29,8% 14,0% En faisant la comparaison entre les émissions et la distance totale parcourue pour les étudiants et le personnel, sur une année (2011), cela permet d obtenir les résultats suivants : Un étudiant émet environ 277 kgco2e/an pour ses déplacements domicile/travail Un membre du personnel de l université émet environ 357 kgco2e/an pour ses déplacements Les émissions pour le personnel et pour les étudiants représentent 5% et 16% des émissions totales respectivement. 30 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

31 Afin de réduire ces émissions, différentes pistes d actions à réaliser seront développées dans la partie Déplacements domicile/travail des Préconisations de l étude. 4. Déplacements professionnels : les missions (6%) Ce poste correspond aux déplacements professionnels réalisés par le personnel de l Université avec leur véhicule personnel. Les émissions attribuables aux transports en communs (trains, taxis, cars et avions) sont également prises en compte. a. Méthodologie et Hypothèses principales Pour cette partie, les hypothèses retenues sont explicitées en détail dans le rapport Méthodologie pour chaque mode de transport (ou de remboursement de frais) identifié. Grâce aux données collectées, le nombre de voyages effectués par mode de transport et par pays a été identifié. Les distances totales parcourues par mode de transport ont été calculées grâce à un logiciel de calcul de distance et ont été rentrées dans les champs appropriés de chaque outil concerné. b. Données & Résultats Résultats globaux Bilan des distances parcourues pour chaque mode de transport. Tableau 16 : Résultats généraux des distances parcourues pour les missions de l'université ainsi que l'essence consommée Modes Train Transport en Commun Avion Automobile Taxis Essence (km) Essence (L) Dtot (km) , , , , , , ,1 Ci-dessous la répartition des distances parcourues par mode de transport : Répartition du kilométrage parcouru par mode de transport pour les missions Avion 81% Train Transport en Commun Avion Train 18% Automobile Transport en Commun 0% Automobile 1% Figure 15 : Répartition des distances parcourues par mode de transport Les distances parcourues par avion représentent la majorité de la distance totale parcourue lors des missions Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 31

32 Ci-dessous la répartition des coûts pour chaque mode de transport : Répartition des coûts de transports des missions Total : Transp Comm Bateau 0% Voiture 2% 1% Train 27% Avion 67% Taxi 3% Bateau Voiture Transp Comm Train Taxi Avion Figure 16 : Répartition des coûts pour chaque mode de transport Les deux pôles les plus coûteux sont le train et l avion. On peut aussi remarquer, en comparant la Figure 16 et la Figure 17 que train, en distance parcourue, est plus onéreux que l avion. Il faut donc rajouter un paramètre essentiel à l étude qui est le nombre de voyages effectués : Pour l avion : 1425 voyages soit 460 par voyage Pour le train : 2340 voyages soit 115 par voyage Cependant, on peut voir qu en effectuant un ratio coût/distance parcouru, cela donne : Pour l avion : 0.08 par km parcouru Pour le train : 0.14 par km parcouru L avion est plus rentable pour les trajets «longues distances» et le train sur des trajets France métropolitaine et pays à proximité. De plus, selon les données collectées, en effectuant le ratio vu précédemment en France : Pour l avion : 0.26 par km parcouru Pour le train : 0.14 par km parcouru Cet aspect sera développé dans la partie Déplacements professionnels : les missions des Préconisations de l étude (partie 4) et dans les résultats ci-après. 32 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

33 Avion Les distances totales parcourues en avion est de km soit environ 206 fois le tour de la Terre à l équateur. Figure 17 : Proportion des voyages en avion en France métropolitaine Ce graphique indique que plus de km sont effectués en France métropolitaine. Ces trajets pourraient être substitués par des trajets en train, moins émetteurs en CO 2. Cette substitution sera développée plus amplement dans la partie Déplacements professionnels : les missions des Préconisations en 4 e partie de ce rapport. Train, transports en commun & taxis Répartition de la distance parcourue en train par pays Autres 14% Répartition de la distance totale parcourue en train par pays GB 2% DE 2% BE 5% CH 1% FR 76% Figure 18 : Répartition de la distance parcourue en train par pays 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 33

34 Ce qui donne : Tableau 17 : Récapitulatif des distances parcourues en train par pays Pays Répartition Distance (km) BE 5,27% ,5 CH 1,47% ,4 FR 79,40% ,1 GB 2,54% ,4 DE 1,88% ,3 Autres 14,60% ,2 La plupart des trajets en train sont effectués en France métropolitaine. Ce mode de transport est aussi utilisé pour les missions dans les pays adjacents à la France. La partie «Autres» correspond majoritairement à l utilisation du train dans le pays de destination (la plupart du temps après un acheminement en avion à cette dernière). On peut constater que ce dernier type de déplacement n est pas négligeable en termes de distance parcourue. c. Bilan des émissions de CO 2 équivalent Tableau 18 : Répartition des émissions liées aux déplacements dans les missions du personnel de l'université (en kg CO2e) Mode Missions Avion Automobile Ferroviaire Total Si l on compareles distances avec les émissions de chaque mode de transport on retrouve : Pour l avion un ratio de 0.22 kgco2e/km parcouru Pour l automobile un ratio de 0.33 kgco2e/km parcouru Pour le train un ratio de 0.02 kgco2e/km parcouru Le train est donc le mode de transport qui émet le moins (facteur 10 au minimum par rapport aux autres) dans les missions effectuées par le personnel de l Université. 34 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

35 5. Déchets (1%) L Université Paris Diderot génère des déchets par le biais de son fonctionnement. Ce poste d émission vise à prendre en compte les émissions attribuables aux déchets selon leurs typologies (papier, métaux, etc.) et leurs modes de traitements (incinération, enfouissement, recyclage, etc.). a. Méthodologie et Hypothèses principales Le mouvement des déchets n a été étudié que sur le site de PRG, sauf les DIS 17 et DAS 18 qui ont été étudié sur une partie des autres sites, ceux pris en charge par le service de la soute rattaché au service SHS 19. Suite aux données collectées auprès du service HS et du service AM3EE 20, les tonnages totaux des gisements des différents types de déchets générés par les activités de l Université ont été déduits. Les données sur les DIB 21 étant incomplètes, l extrapolation des données sur l année a engendré une erreur non négligeable sur les différents résultats. Pour les DEEE 22, les matériels collectés correspondent aux références bibliographiques utilisés pour quantifier les types de déchets contenus dedans. Le détail est précisé dans le rapport Méthodologique. b. Données &Résultats Déchets Industriels Banals Les déchets industriels spéciaux sont l ensemble des déchets non inertes et non dangereux générés par les entreprises, industriels, commerçants, artisans et prestataires de services. Ils sont composé de ferrailles, métaux non ferreux, papiers-cartons, verre, textiles, bois, plastiques, etc. Ci-dessous la répartition par bâtiment des tonnages totaux de DIB Composition Matériaux des DIB (source : ADEME) Total Tableau 19 : Répartition des tonnages de DIB sur les différents sites de l'université Buffon Condorcet HaF+GM Lamarck Lavoisier Watt Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err 71 37,2% 62 31,4% ,4% 50 24,7% 47 24,7% 24 24,7% Pour distinguer la Halle aux Farines des Grands Moulins, un ratio par surface a été calculé, autrement dit : 39.24% pour la Halle aux Farines et 60.76% pour les Grands Moulins Halle aux Farines Grands Moulins Poids (t) Err Poids (t) Err 70 29,4% ,4% Le traitement principal des DIB collectés à l Université est l incinération et donc la valorisation énergétique (Cogénération). 17 Déchets Industriels Spéciaux : Déchets pour la plupart chimique issus de l industrie 18 Déchets d Activité de Soin : Déchets biologique à risque infectieux 19 Service Hygiène et Sécurité 20 Aménagement Maintenance, Exploitation, Environnement, Entretien 21 Déchets Industriels Banals 22 Déchets d Equipements Electriques et Electroniques 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 35

36 Déchets d Equipements Electriques et Electronique Les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE, D3E ou PEEFV - produits électriques et électroniques en fin de vie - en anglais WasteElectronic and Electrical Equipment WEEE) sont une catégorie de déchets constituée des équipements en fin de vie, fonctionnant à l'électricité ou via des champs électromagnétiques, ainsi que les équipements de production, de transfert et de mesure de ces courants et champs (ce sont surtout des ordinateurs, imprimantes, téléphones portables, appareils photos numériques, réfrigérateurs, jeux électroniques ou télévisions). En Europe, une directive visant un meilleur recyclage des produits électriques et électroniques limite cette catégorie aux matériels fonctionnant avec des tensions inférieures à V en courant alternatif et V en courant continu. Au-delà, ils sont considérés comme des déchets industriels 23. Bilan de la décomposition des tonnages de DEEE en matériaux : Tableau 20: Répartition des DEEE par matériaux Poids DEEE en tonne Ecran Périphériques UC Réfrigirateurs Matériel appareils Total (t) médicaux DIS (dont plastiques non recyclables) 1,8 1,2 1,9 0,2 0,2 5,3 Métaux Ferreux 1,0 0,9 1,8 3,1 3,1 9,9 Aluminium 0,7 0,2 0,3 0,1 0,1 1,4 Cuivre 0,3 0,1 0,3 0,2 0,2 1,0 Plastiques Recyclables 1,1 2,5 0,8 1,4 1,4 7,2 Les DEEE font l objet d une valorisation matière (environ 100% selon ECOREC) pour les plastiques et les métaux. Déchets Industriels Spéciaux & Déchets d Activité de Soins Un déchet industriel spécial (ou DIS) est une catégorie de déchets (chimiques, biologiques, radioactifs..), d origine industrielle et susceptible de présenter un danger pour l'homme et/ou l'environnement. En France, la loi du 15 juillet interdit à toute entreprise d abandonner, brûler, enfouir ou rejeter les Déchets Industriels Spéciaux (DIS) qu elle produit. Les DIS doivent être traités via une filière différente de celle du traitement des DIB 25. Les DAS (Déchets d activités de soins) sont notamment des déchets issus de l'activité de professionnels (infirmière libéraux ou de structures publiques) ou de malades en auto-soins et parfois en auto-médication (exemple : traitements de maladies chroniques tel que le diabète, antirétroviraux, traitement des hépatites, hormones de croissance, anticoagulants ) La définition restrictive des déchets infectieux ne regroupe que des objets ayant été - avec certitude ou potentiellement - souillés par des microbes ou prions. Sinon, ils sont assimilés à des déchets toxiques ou dangereux ou à de simples ordures ménagères (DIB) car non infectieux et sans 23 Source : Définition Wikipédia 24 Loi n du 15 juillet 1975 relative à l'élimination des déchets et à la récupération des matériaux 25 Source : Définition Wikipédia 36 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

37 risques. En revanche, si un déchet est suspecté d avoir été en contact avec du matériel potentiellement infectieux, il est considéré comme DAS et traité comme tel 26. A l université, les DAS sont principalement générés par les laboratoires de biologie mais aussi de chimie. Tableau récapitulatif des données collectées : Tableau 21 : Quantification des DIS et DAS par bâtiment Quantification des DIS et DAS Total déchet DIS (t) DAS (t) Bâtiment/Sites 17,5 30,3 Buffon 2,8 21,0 Condorcet 1,1 1,6 Halle aux Farines 0,0 0,0 Grands Moulins 0,0 0,0 Lamarck 1,7 7,4 Lavoisier 10,5 0,2 Autres sites 1,4 0,0 c. Bilan des émissions de CO 2 équivalent Récapitulatif des émissions liées aux différents traitements des déchets : Tableau 22 : Récapitulatif des émissions liées aux différents traitements des déchets et des économies revendiquées soit les réductions liées aux méthodes de valorisation utilisées Emissions, kg CO2e Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Déchets directs DIB DEEE DIS & DAS Economies revendiquées (valorisation), kg CO2e Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Déchets directs , , , , , , , ,48 Les déchets recyclés ou valorisés concernent les métaux contenus dans les DEEE et la cogénération de l incinération des DIB. 26 Source : Définition Wikipédia 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 37

38 Répartition par bâtiment des émissions liées à l'incinération des DIB Autres Sites 5% Lamarck 12% Lavoisier 11% Buffon 17% Halle aux Farines 16% Condorcet 14% Grands Moulins 25% Figure 19 : Répartition par bâtiment des émissions liées à l'incinération des DIB Répartition des surfaces des bâtiments de PRG 10% 18% 11% 26% 18% Buffon Condorcet Halle aux Farines Grands Moulins Lamarck Lavoisier 17% Figure 20 : Répartition des surfaces des bâtiments de PRG En comparant les deux figures (19 et 20), il apparaît que le bâtiment des Grands Moulins est le plus gros générateur de DIB mais aussi le bâtiment possédant la plus grande surface d activité. Les autres sites ici correspondent aux déchets collectés sur le bâtiment Watt, les données des autres sites de l Université n ayant pas été intégrés à l étude comme vu dans la première partie de ce rapport (voir ci-dessus). 38 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

39 6. Matériaux et services intrants (30%) Selon la méthodologie Bilan Carbone, les «intrants» recouvrent tout ce qui rentre physiquement dans l Université, à l exception des biens durables (machines, immeubles c est-à-dire qui s amortissent). Ces matériaux entrants désignent donc les matières premières utilisées dans le cadre des activités assurées par l Université. a. Méthodologie et Hypothèses principales Pour le papier, les données collectées sont représentatives de la consommation de papier par les différentes composantes et services de l Université. L exploitation des données du prestataire concerné a permis de renseigner les tonnages dans les différents outils suivant la localisation des livraisons. Pour les autres, les données comptables de l Université ont été exploitées en partant du principe que toutes ces données comprises dans l exercice 2011 étaient consommées la même année. b. Données & Résultats Papier Résumé des tonnages de papier commandés par l Université. Selon la méthodologie, tout le papier commandé pour 2011 a été consommé la même année. Tableau 23 : Ventilation des tonnages de papier par bâtiment Quantité de Papier achetés par bâtiments Bâtiment Tonnage Issu du recyclé Autres bâtiments 72,2 28,9 Buffon 3,6 1,4 Condorcet 8,2 3,3 Grands Moulins 21,5 8,6 Halle aux Farines 2,4 0,9 Lamarck 1,3 0,5 Lavoisier 1,8 0,7 Total 110,79 44,32 Les Grands Moulins regroupant la majeure partie des services administratifs est le bâtiment dans lequel la consommation de papier est la plus grande. Une action de sensibilisation à la dématérialisation en vue d une réduction de ces consommations est donc indispensable. Ces actions seront détaillées plus explicitement dans la partie Sensibilisation des occupants des Préconisations de l étude Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 39

40 Petites fournitures de bureau Récapitulatif des coûts des petites fournitures de bureau de l Université : Tableau 24 : Récapitulatif des coûts des petites fournitures de bureau de l'université La majeure partie des fournitures de bureau sont consommées par les services administratifs (Transverse et Grands Moulins). Informatique et bureautique Coût des quantités de fournitures de bureaux par bâtiment Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,12 Buffon ,02 Condorcet 3 608,96 Grands Moulins ,85 Halle aux Farines 2 928,73 Lamarck ,25 Lavoisier 218,27 Transverse ,85 Total ,04 Bilan des coûts des fournitures informatiques et bureautiques de l Université : Tableau 25 : Récapitulatif des coûts des petites fournitures informatiques et bureautiques de l'université Coût des fournitures d'informatiques et bureautiques Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,60 Buffon ,34 Condorcet ,47 Grands Moulins ,06 Halle aux Farines ,66 Lamarck ,39 Lavoisier ,89 Transverse ,86 Total ,26 La majeure partie des fournitures informatiques et bureautiques sont consommées par les services administratifs (Transverse) et les autres sites. La conclusion est impossible à propos des autres sites car ces résultats sont une agrégation de toutes les données collectées pour les fournitures consommées dans les autres bâtiments que ceux mentionnés en première partie. Plus d informations sont disponibles dans le rapport Méthodologique Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil BC, Univ. Paris Diderot (Frangi et Zima, 2012) 40 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

41 Service faiblement matériel Bilan des coûts des prestations intellectuelles au sein des différents sites de l Université. Tableau 26 : Tableau récapitulatif des coûts des prestations faiblement matériel au sein des différents sites de l'université Coût des services faiblement matériels Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,15 Buffon ,41 Condorcet ,48 Grands Moulins ,20 Halle aux Farines 8 298,02 Lamarck 8 923,39 Lavoisier 6 047,75 Transverse ,61 Total ,01 La majeure partie des prestations intellectuelles est issues des services administratifs (Transverse et Grands Moulins). Service fortement matériel Bilan des coûts des prestations fortement matérielles Tableau 27 : Tableau récapitulatif des coûts des prestations fortement matériel au sein des différents sites de l'université Coûts des services fortement matériels Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,82 Buffon ,09 Condorcet ,44 Grands Moulins ,35 Halle aux Farines 2 627,18 Lamarck ,40 Lavoisier ,89 Transverse ,30 Total ,47 Buffon et Transverse «consomment» le plus de prestations fortement matériel. Les services administratifs régissant le fonctionnement de l Université, ils représentent donc le plus grand consommateur de services de maintenances impliquant une utilisation conséquente de matériels. Buffon est l un des plus grands bâtiments accueillant des laboratoires tels que l Institut Jacques Monot. La maintenance de leurs équipements est donc non négligeable en termes de coûts. On peut le voir également sur Lamarck et Condorcet, accueillant eux-mêmes des laboratoires Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 41

42 Petites fournitures de laboratoires Récapitulatifs des coûts des petites fournitures de laboratoire : Tableau 28 : Tableau récapitulatif des coûts des fournitures de laboratoire au sein des différents sites de l'université Coûts des quantités de petites fournitures de labos Bâtiment Coûts Autres Bâtiments ,09 Buffon ,35 Condorcet ,05 Grands Moulins ,65 Halle aux Farines - Lamarck ,57 Lavoisier ,35 Transverse ,28 Total ,35 Une partie des fournitures de laboratoire est gérée par le service HS de l Université, considéré ici comme un service administratif. Par conséquent, ce dernier gérant la majeure partie des flux entrants et sortants de produits chimiques, une grande part des dépenses «Transverses» est issue de ces mouvements. On peut aussi voir que Buffon est grand consommateur de fournitures de laboratoires. Comme vu plus haut, ce bâtiment, parmi d autres (Lamarck, Condorcet, Lavoisier), accueille de grands laboratoires de recherches. Pour les autres bâtiments, ce sont surtout les établissements de médecine qui consomment ce type de fournitures. En dernier lieu, la Halle aux Farines n accueillant aucun laboratoire, il est normal de n y voir aucune dépense associée pour ce genre de consommables. c. Bilan des émissions de CO 2 équivalent Récapitulatif des émissions liées aux consommables de bureau, de laboratoire, informatiques, aux prestations faiblement et fortement matériels Tableau 29: Récapitulatif des émissions liées aux intrants de l'université (matériels et prestations) Emissions, kg CO2e Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Intrants Papiers & cartons Petites Fournitures et Matériel informatique Prestations Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

43 Répartition des émissions liées à la consommation de papier Halle aux Farines 6% Lamarck 3% Grands Moulins 56% Lavoisier Transverse 5% 0% Buffon 9% Condorcet 21% Répartition des émissions liées aux consommables informatiques, bureautiques et de laboratoire Transverse 50% Buffon 14% Lavoisier 6% Lamarck 7% Condorcet 13% Grands Moulins 7% Halle aux Farines 3% Figure 21: Répartition par bâtiment des émissions liées à la consommation de papier et bureautique, informatique et laboratoire Répartition par bâtiment des émissions aux prestations faiblement et fortement matériels Buffon 5% Condorcet Halle aux 3% Grands Moulins Farines 7% 0% Lamarck 3% Lavoisier 1% Transverse 81% Figure 22 : Répartition par bâtiment des émissions liées aux prestations sur l'université 7. Immobilisation (24%) Ce poste vise : - à prendre en compte les émissions de GES attribuables aux biens durables de l Université ; - au même titre qu un amortissement comptable, à répartir sur plusieurs années les émissions ayant eu lieu pour les travaux de construction et/ou réhabilitation de bâtiments et pour la production de biens durables, biens et bâtiments répondant aux usages nécessaires à l Université sur plusieurs années. a. Méthodologie et Hypothèses principales Suite à la collecte de données, la répartition des quantifications a été réalisée grâce aux critères de sélections présents dans les données. Pour les bâtiments, cette distinction s est caractérisée par 4 catégories : l Enseignement, les Bureaux, la Recherche, les Parkings. Pour les 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 43

44 équipements présents sur les différents sites, Bureautiques ou Scientifique, et le mobilier, la répartition est faite suivant l affectation donnée par l enquête réalisée auprès des différentes composantes de l Université sur l emplacement de ces équipements. Il n y a pas eu de déménagement majeur au cours de l année. Les renseignements concernant les spécificités des surfaces construites (dans les bâtiments) restent inchangées et n ont pas été altérées par des travaux ponctuels (création d amphithéâtres, de salle blanches, etc.). b. Données &Résultats Bâtiments & Parkings: Résultats qui seront rentrés dans chacun des outils Bilan Carbone Tableau 30 : Répartition des différents types de surface pour tous les sites/bâtiments de l'université Nom Enseignement Bureaux Recherche Parkings Buffon 1 173, , ,3 0,0 Condorcet 3 491, , ,5 0,0 Halle aux Farines 9 161, ,5 0,0 0,0 Bâtiment Grands Moulins , , ,5 0,0 Lamarck 1 799, , , ,0 Lavoisier 1 245, , , ,0 Total , , , ,0 Autres Sites Total , , , ,0 Total , , , ,0 Répartition des surfaces : Répartition des types de surfaces pour tous les sites (Total : m²) 33% 29% Enseignement 25% 13% Bureaux Recherche Parkings Figure 23: Répartition des différents types de surfaces pour tous les sites/bâtiments de l'université 44 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

45 On peut voir que sur la totalité des sites de l Université, la spécificité des locaux est répartie de manière homogène entre les salles de cours, les salles réservées à la recherche, et enfin à l administratif. Flotte de véhicules : Liste des véhicules avec leurs poids à vide respectifs : Tableau 31: Inventaire des poids du parc de la flotte de véhicule de l Université Immatriculation Service Véhicule Poids (kg) Err poids 75N5340D Secrétariat Général Renault Clio 815 0% 75R7423D SAM3E Renault Express % 75N2613E SAM3E Renault super % 75N6251E SAM3E Peugeot % 75E9038E Secrétariat Général Renault Laguna % 75R8648F SAM3E Renault Trafic % 75E1571G Présidence Renault Vel Satis % 75N2151G Logistique Renault Kangoo 990 0% 75N2163G SAM3E Renault Kangoo % 75N2150G Logistique Renault Kangoo 990 0% 75R3491G Hygiène & Sécurité Goupil % 75N3636G SAM3E Renault Trafic % 75N5149G SAM3E Renault Kangoo % 75N6084G SAM3E Renault Kangoo % 75N6083G Sécurité Incendie Renault Clio % 75N6331G SAM3E Renault Clio % BL 580 LV SAM3E Renault Kangoo % BL 513 LV SAM3E Renault Kangoo % BL 580 LV SAM3E Renault Kangoo % Total % Matériels Informatique et Scientifique & Mobiliers Résultats des coûts en fonction de l amortissement et de la nature du matériel : Tableau 32 : Résumé des coûts du matériel immobilisé en fonction du type et de la durée d'amortissement de l Université Durée d'amortissement Immobilisation du matériel Nombre de type Type d'immobilisation d'immobilisation Somme de Valeur acquisition 10 ans Matériel Scientifique ,08 10 ans Mobilier ,87 Total 10 ans ,95 5 ans Matériel Informatique ,71 Total 5 ans ,71 3 ans Ordinateur Portable ,43 Total 3 ans Total général , , Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 45

46 c. Bilan des émissions de CO 2 équivalent Tableau récapitulatif des émissions liées à l immobilisation des bâtiments et des machines présentent sur le site de PRG Tableau 33 : Récapitulatif des émissions liées à l'immobilisation sur l'université Autres Sites Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Transverse Immobilisations Bâtiments Véhicules, Matériel Scientifique et Informatique Répartition des émissions liées à l'immobilisation des bâtiments de PRG Lamarck 12% Halle aux Farines 17% Lavoisier 10% Buffon 15% Condorcet 19% Grands Moulins 27% Figure 24 : Répartition des émissions liées à l immobilisation des bâtiments de Paris Rive Gauche 46 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

47 8. Fret (~0%) Ce poste concerne les émissions attribuables aux transports de marchandises occasionnés par les activités de l Université, que ce soit pour le fret «interne» et «externe». Dans le cas de l Université Paris Diderot, les deux types de fret sont pris en compte, mais ne restent que partiels et ne sont représentatif que du fonctionnement du service Logistique de l établissement. a. Données &Résultats Fret Interne : Quantification des Carburants Le Tableau 34 présente le récapitulatif des consommations de carburant: Tableau 34 : Bilan des consommations de carburant de la flotte de véhicule de l'université 28 Nomenclature Facteur d'émission Total Type carburant Quantité (L) Erreur Gasoil Routier, France Diesel 3448,47 5,49% Essence Pompe, France Essence 1601,34 2,08% Fret Externe Tableau récapitulatif du fret concernant le papier et les enveloppes : Tableau 35 : Récapitulatif du fret externe lié au service Logistique (Imprimerie) Entreprise Type Poids Total (kg) Localisation Entrepôt Distance Nombre de livraisons Distance Total Tonnes.km CP BOURG Fournitures 246,2 Rungis 13,9 4,0 110,9 27,3 GP NAVARRE Enveloppes 122 St Amarin (68) 472,2 2, ,9 230,4 IMPRIM NET Imprimerie ext Créteil 10,1 8,0 161, ,6 INAPA Papier 27634,9 Corbeil 181,0 29, , ,1 MANUPARIS Enveloppes 858 St Sébastien de Mors (27) 110,0 5, ,0 943,8 SEPIETER Enveloppes 324,02 Leers (59) 235,2 5, ,8 762,0 Total ,3 53, , ,2 b. Bilan des émissions de CO 2 équivalent Récapitulatif des émissions liées au fret interne (courrier) et externe (livraison du papier) de l Université : Tableau 36: Récapitulatif des émissions liées au fret interne (courrier) et externe (livraison du papier) de l Université Emissions, kg CO2e Transverse Fret Fret entrant Fret Interne Détail en Annexe 2 : Détail de la consommation des véhicules de la flotte de l Université 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 47

48 IV. Préconisations Les préconisations représentent une partie importante de l étude BC. En effet, après avoir réalisé le bilan des émissions, il est nécessaire d envisager un programme de réduction des GES. Cette partie présente donc les principales préconisations envisageables pour l université par poste émetteur. 1. Consommations d énergies a. GTB Remettre en marche les GTB concernant l énergie et la gestion des luminaires. Pour le bâtiment Lamarck, seul bâtiment où l étude de la remise en marche de la GTB du bâtiment a été menée jusqu au bout, on pourrait effectuer une économie d énergie annuelle de kwh EFF pour un coût initial de et un retour sur investissement de plus de par an. Cela se traduirait par une réduction annuelle des émissions de CO 2 de 57t pour ce seul bâtiment, soit 15% de réduction des émissions liées à sa consommation d électricité 29. La GTB agissant aussi sur les températures dans le bâtiment, cette remise en marche permettrait d améliorer les conditions de confort dans les bureaux et les salles de cours. Cette gestion de GTB devrait être délocalisée. En effet, elle n est possible actuellement que sur un seul poste «pilote» pour tous les sites de l Université. En initiant une délocalisation accessible par l intranet (en ADSL, selon l audit du bureau d étude), la gestion pourrait se voir faciliter à moyen et long terme. Figure 25 : Schéma de la nouvelle architecture informatique de la GTB 29 Source : Missions Audits Energétique, Bâtiment Lamarck Alterea 48 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

49 b. Sensibilisation des occupants Une communication sur les performances énergétiques actuelles et sur les objectifs fixés avec affichage régulier des rapports de fonctionnement et consommations paraît nécessaire. Un moyen de réduire les émissions consiste à mettre en place des consignes de bonnes pratiques sur les usages d éclairage, informatique, chauffage, eau Ces consignes peuvent reprendre les thèmes 30 suivant : Le papier o moins de papier, o impressions recto-verso, o papier recyclé et éco-labellisé L électricité o gestion responsable de l éclairage, o des ordinateurs, o des imprimantes et photocopieur Le chauffage et la climatisation o Comportement Hiver o Comportement Eté o Toute l année Les déplacements o Utilisation de transports plus propre o Eco-conduite o Réunions «sans trop bouger» (téléconférences) La consommation responsable et durable (concept d ACV 31 ) o Mieux caractériser les matières premières des produits ou services o Connaître mieux la nature des transformations o La nature du transport des marchandises entrantes principalement o Mieux connaître la fin de vie des produits consommés o Prendre conscience de la pénurie des ressources Une autre méthode pour réduire ces émissions sur le long terme consisterait en la constitution d une «cellule» énergie en charge de la mise en œuvre et du suivi des actions de maîtrise de l énergie. Cette équipe devra être constituée de membres responsables de la gestion technique des bâtiments et de la direction générale des services de l université Guide l Eco-Citoyen au Bureau - ADEME 31 Analyse de Cycle de Vie : Définition 32 Source : Missions Audits Energétique, Rapport de Synthèse Alterea 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 49

50 c. Contrat d exploitation 33 Les bâtiments sont actuellement exploités par un prestataire privé (Cofely) par le biais d un contrat de type prestation forfait (PF). Il s agit d un contrat d exploitation par lequel le titulaire doit assurer un certain niveau de confort défini en minimisant les arrêts des équipements (pannes ou opérations de maintenance). Il n a aucune incitation à optimiser la performance énergétique des installations dont il a la charge. Il serait judicieux de prévoir l intégration d une clause d intéressement aux économies d énergie dans un futur contrat. Le titulaire est plus incité à assurer le confort des usagers, ce qui limitera le nombre de plainte, qu à optimiser la performance énergétique des bâtiments. Cela a été clairement mis en évidence dans les audits par l absence de température de réduit de nuit ou le week-end. d. Préconisations des Diagnostics de Performance Energétique Les DPE, réalisés en 2010 et 2011 par 8 étudiants de la formation Génie de l Environnement & Industrie, supervisés par J.-P. Frangi, délégué développement durable de l Université (avec l appui de Jacobs France pour 1 bâtiment et Alterea pour 5 bâtiments) et le soutien de l ADEME et de la Région, fournissent un bilan par bâtiment sur les actions à réaliser au sein de l Université pour réduire les consommations d énergie au sein de l établissement. Le détail de ces préconisations est présent sur chacun des audits énergétiques disponibles sur le site de l Université, rubrique Diderot Développement Durable. Ces bilans sont présentés dans les tableaux 37 à Source : Missions Audits Energétique, Rapport de Synthèse Alterea 34 Source : Missions Audits Energétique, Rapport de Synthèse Alterea 50 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

51 Buffon Synthèse des préconisations 35 Tableau 37 : Synthèse des préconisations énergétiques de Buffon 35 Source : Missions Audits Energétique, Bâtiment Buffon Alterea 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 51

52 Condorcet Synthèse des préconisations 36 Tableau 38 : des préconisations énergétiques de Condorcet 36 Source : Missions Audits Energétique, Bâtiment Condorcet Alterea 52 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

53 Grands Moulins Synthèse des préconisations 37 Tableau 39 : des préconisations énergétiques des Grands Moulins 37 Source : Missions Audits Energétique, Bâtiment Grands Moulins Alterea 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 53

54 Lamarck Synthèse des préconisations 38 Tableau 40 : des préconisations énergétiques de Lamarck 38 Source : Missions Audits Energétique, Bâtiment Lamarck Alterea 54 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

55 Lavoisier Synthèse des préconisations 39 Tableau 41 : des préconisations énergétiques de Lavoisier 39 Source : Missions Audits Energétique, Bâtiment Lavoisier Alterea 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 55

56 Ces tableaux présentent dans la dernière colonne la compatibilité des actions avec les scénarios de réduction d énergies proposés par le bureau d étude. Un scénario 0 a aussi été identifié, à savoir la remise en marche des GTB. Ce scénario, du type «actions immédiates», permettrait, pour un coût de de réduire les consommations énergétiques de 25% sur l ensemble des bâtiments du site. La Figure 26 indique les réductions des coûts suites aux différents scénarii. Figure 26 : Représentation de la réduction des coûts en fonction des scénarii 0 et 1 (en millions d'euros) 56 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

57 Le scénario 1regroupe les actions décrites dans le Tableau 42ci-dessous : Tableau 42 : Récapitulatif de toutes les actions à mener pour les scénarios 0 et 1 ("court terme") Bâtiment Scénario Actions Coûts RSI Buffon Condorcet Grands Moulins Halle aux Farines Lamarck Lavoisier Tous les bâtiments 0 GTC à optimiser 1 Stores intérieurs ne constituant pas une barrière thermique en été 1 Sas, Ventilation 1 Robinets Thermostatiques 0 Programmation de la GTC à mettre à jour 1 Installation de renouvellement d'air redimensionné 1 Ventilation à mettre en marche 1 Fenêtres à rénover 0 GTC à relier 1 Isolation du bâtiment & protection solaire 1 Etanchéïté à l'air des fenêtres 1 Redimensionnement des puissances frigorifiques 0 GTC à relier 1 Systèmes de porte à revoir 1 Amélioration de la gestion de l'éclairage 0 GTC à relier 1 Paramétrage de la climatisation 1 VMC double Flux 1 Etanchéïté des terrasses 0 Climatisation à programmer 1 Réinstallation des fenêtres 1 Stores intérieurs pour barrière thermique en été 1 Amélioration de l'éclairage (trop fort) ,00 2 ans ,00 2 ans ,00 7 ans ,00 1 an ,00 10 ans ,00 6 ans 0 Tout le scénario ,00 2 ans 1 Scénario de Buffon, Condorcet, Halle aux Farines ,00 < 10 ans Total ,00 2. Déplacements domicile/travail a. Personnel La distance parcourue en voiture représente 3,4% de la distance totale parcourue pour tout mode de transport confondus. Or, les émissions associées correspondent à plus de 40% de la totalité des émissions totales liées aux déplacements domicile/travail. Aux vues des commentaires du questionnaire, il s avère difficile pour une partie de la population échantillonnée de substituer l utilisation de ce mode de transport par un autre. Une action de réduction consisterait, par un 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 57

58 aspect «communautaire» (développement d un site interne de gestion de co-voiturage par exemple), de favoriser cette méthode pour les personnes aux localisations géographiques similaires. En partant du principe que les données affichées pour la voiture concernent l utilisation de la voiture à un conducteur seulement présent dans le véhicule, le covoiturage permettrait de réduire par 2 jusque 5 (places disponibles dans le véhicule) les émissions liées à l utilisation de ce mode de transport pour une distance parcourue constante. Le gisement d évitement n est par contre pas identifiable de manière quantitative. En effet, la localisation des personnes reste incertaine et les caractéristiques des véhicules aussi. Théoriquement, une voiture émet 160 gco2eq/km parcouru soit pour une année et 30km parcourus en moyenne par trajet : 220j x 2 (aller-retours) x 30km x 0,16 kgco2e = 2212 kgco2eq/an par véhicule. En prenant une personne par véhicule et pour 100 employés, on obtient 200 tco2eq/an pour l université. En prenant 2 personnes par véhicule, pour le même nombre d employés, on obtient 100 t CO2eq/an pour l université. Pour l Université Paris Diderot, les émissions totales liées aux déplacements en voiture correspondent à 680 t CO2eq. En prenant les valeurs ci-dessus, on peut estimer à 340 le nombre de véhicules utilisés pour les déplacements domicile/travail du personnel. Nous partons toujours du principe qu il n y a qu un conducteur membre du personnel de l université par véhicule. En considérant par exemple que 15% des salariés peuvent passer de conducteur à passager, soit ici une réduction de 50 véhicules utilisés, ce qui permet de réduire de 100 tco2eq, soit 17%, les émissions totales liées à l utilisation de la voiture. Le covoiturage dynamique, en particulier, permettrait d économiser plus de tco2eq/an au niveau de la France dans l hypothèse où 15 % des conducteurs deviennent des covoitureurs passagers. C est un des Systèmes de Transport Intelligent (STI) qui présente le plus fort potentiel sur la réduction des Gaz à Effet de Serre (GES) 40. b. Etudiants D après les remarques du questionnaire, les étudiants échantillonnés seraient prêt à emprunter plus l AutoLib et le Vélib 41. Il faudrait pour cela renforcer les stations au sein du campus avec un partenariat particulier avec la mairie du 13e et J.-C. Decaux. Cette préconisation est issue des commentaires laissés par les «audités» du questionnaire de déplacement. La demande venant surtout des étudiants, le personnel de l Université a aussi manifesté cette amélioration 42. c. Serveur plateforme de cours avec retransmission vidéo La dématérialisation des supports pédagogiques des disciplines dispensées à l Université Paris Diderot Paris 7 pourrait être testée pour des situations particulières et se traduire par plusieurs aspects : Certificat : L'étudiant paie des frais à l'université, qui émet un certificat d'accomplissement que l établissement rend disponible dans un format reconnu. 40 Source : covoiturage dynamique : étude préalable avant expérimentation Certu 41 Source : AutoLib &Vélib' 42 Source : Commentaires du questionnaire déplacement 58 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

59 Examens sécurisés : l établissement propose via un centre d'examen une vérification d'identité et de réussite aux examens. Informations aux employeurs potentiels : avec l'autorisation de l'étudiant, l'accès à une base de données contenant les informations de réussite de l'étudiant pourrait intéresser les entreprises. Évaluation de compétence : pour un employeur potentiel ou un établissement universitaire, l établissement évalue la compétence d'un étudiant. Tutorat ou suivi d'évaluation : l'étudiant pourrait bénéficier d un suivi personnalisé, tutorat ou évaluation personnalisée. Mécénat : Des entreprises ou des fondations pourraient subventionner des cours spécifiques. Remarque : C est sur cette base que Coursera 43, précurseur en la matière, entreprise sociale numérique propose des cours en ligne ouverts et massifs fondée par les professeurs d'informatique Andrew Ng et Daphne Koller de l'université de Stanford, Californie. Coursera dit être "consacrée à mettre à disposition le meilleur enseignement au monde gratuitement pour toute personne qui le recherche". En Août 2012, étudiants de 196 pays se sont inscrits à au moins un cours sur cette plateforme. Coursera fournit des cours sur l'informatique, la médecine et la biologie, les sciences sociales et humaines, les mathématiques et les statistiques, l'économie et la finance. Autrement dit, une pluridisciplinarité à l image de l Université Paris Diderot. Plus de 200 cours sont actuellement disponibles. L'ajout d'un cours de l'école Polytechnique Fédérale de Lausanne en français rend Coursera accessible aux francophones. 3. Déplacements professionnels : les missions D après les données collectées 44, une proposition de réduction est viable : Favoriser les déplacements en train en France métropolitaine plutôt qu en avion. Cela permettrait, pour une distance parcourue de km en France métropolitaine en avion, de réduire d environ kgco 2e 45 soit 20% des émissions liées aux missions si ce mode de déplacement était substitué par le train. Selon les données collectées, cela entrainerait une réduction des coûts des missions de 85k par an. 43 Source : Définition Wikipédia 44 Source : Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil BC, Univ. Paris Diderot (Frangi et Zima, 2012) 45 Source : Outil Bilan Carbone 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 59

60 4. Fret et matériels intrants Afin de réduire les émissions liées à la consommation de fournitures (informatiques ou bureautiques) il faudra mettre en place une politique et une charte d achat durable au sein des services de l Université. Une étude restant à être menée pour quantifier les réductions d émissions liées à ces consommations de fournitures. Une étude a été menée concernant la mise en place de véhicules électrique au sein de la flotte de l université pour les trajets urbains et périurbains proches. Les résultats sont affichés dans le tableau ci-après : Tableau 43 : Etude comparative 4647 véhicule thermique présent sur l'université (Kangoo logistique) 48 et l achat d un véhicule équivalent électrique 49 Pour km en 6 ans Pour km en 10 ans Kangoo Essence Kangoo ZE Elec Kangoo Essence Kangoo ZE Elec Prix d'achat , , , ,44 Cout Maintenance 2 371, , , ,33 Location Batt , ,00 Cout Carbu calculé , , , ,00 Coût Carburant EU , , , ,00 Bonus Ecologique , ,00 Rachat (15,9%) , ,90 Revente (20%) , ,38 - Coût Carbone 498,00-696,00 - Coût de la pollution 10,40 10,40 17,34 17,34 Impact Environnemental (kg CO2e) , , , ,3 Total Coût Calculé , , , ,21 Total Coût EU , , , ,21 46 Source : Présentation de l offre Véhicules électriques UGAP 47 Source Coût Carbone/Carburant EU/Coût Pollution : 48 Source : Données du service logistique de l Université 49 Calcul impact environnemental : Comparative Environmental Life Cycle Assessment of Conventional and Electric Vehicles Troy R. Hawkins, Bhawna Singh, Guillaume Majeau-Bettez, and Anders HammerStrømman 60 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

61 Emissions associées (kg CO2e) Coût (k ) Ce qui donne l évolution financière : Comparatif des coûts de la mise en place de véhicules électriques Années Thermique Electrique Figure 27 : Comparatif de l'évolution du coût des deux types de véhicule Le retour sur investissement de ce renouvellement est d environ 1 an. L économie générée sur 10 ans est d environ par véhicule. Ce remplacement permet aussi de rendre indépendant le fret interne aux fluctuations du prix du pétrole, et donc la dépendance aux énergies fossiles. Et l évolution de l impact lié aux émissions de GES suivante : , ,0 Comparatif de l'impact environnemental d'un véhicule à combustion interne (ICEV) et d'un véhicule électrique (EV) , , , , ,0 Thermique Electrique 5 000,0 0, Années Figure 28 : Comparatif de l'évolution de l'impact lié aux émissions de GES des deux types de véhicule Au niveau de l impact environnemental, le retour est de 3 ans Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 61

62 5. Déchets Une action à mettre en place consisterait à favoriser le tri sélectif du papier (si l on considère le papier comme un déchet) dans un premier temps pour pouvoir générer un marché de rachat du papier usager (génération de recette sur la valorisation matière). La quantification des émissions évitées par cette action est impossible. En effet, l outil Bilan Carbone V présente une défaillance au niveau des facteurs d émissions liées à l économie de CO2eq. réalisée par la valorisation du papier. Selon l étude Bilan Carbone, ne concernant que les métaux recyclés comme l acier, l aluminium, ou le cuivre, le taux de CO2e évité par le recyclage est en moyenne le suivant : 2 t CO2e 50 par tonne de métaux recyclés, soit un facteur 2 d évitement. Pour l Université, 12,4 t de métaux sont recyclés chaque année ce qui donne 24,8 t CO2e évités par le tri des DEEE au sein de l établissement. Renforcer la collecte des DEEE permettrait donc de réduire les émissions liées au traitement des déchets de l Université. Cette mise en place permettrait de faire évoluer le tri sélectif avec la collecte des piles et des canettes, le gisement d évitement n étant pas identifiable dans l outil Bilan Carbone. Le tri sélectif généralisé pourrait être finalisé grâce à l utilisation de la nouvelle déchetterie du Campus. 6. Pérennité de l étude Cette première étude concernant la réalisation du BC de l université a permis de dégager des pistes importantes. Notamment, il est apparu nécessaire, voire indispensable, de mettre en place des outils dédiés afin de pouvoir poursuivre les travaux réalisés, les reproduire et les étendre de manière opérationnelle, donc rapide et efficace. Cela permettra de pouvoir affiner la quantification des émissions pour chaque poste. Cela induit la création de logiciel «automatisant» la quantification, le suivi, et le traitement des données collectées. L implantation d un logiciel sur un serveur de l Université permettrait de dématérialiser la collecte des données pour l étude. Elle pourrait aussi permettre d établir un bilan des émissions en équivalent CO 2 en temps réel, méthode s avérant efficace pour la sensibilisation des membres de l établissement à l impact de l activité de ce dernier. Afin de rendre la création de ces outils efficaces, il faut procéder de manière itérative. L objectif finale sera de dématérialiser via une interface centralisée (interface web intranet, machine virtuelle sur un serveur de l université par exemple) l acquisition de ces données. La première phase pourra se baser sur la création d outils dynamiques au format Excel. Etant la base de l outil Bilan Carbone, l exploitation des données sera plus aisée et efficace. L outil de collecte se présentera donc sous la forme de différents tableaux automatisés permettant d accueillir les données à collecter et d en effectuer de traitement afin de pouvoir obtenir des données compatibles avec l outil Bilan Carbone fourni par l association Bilan Carbone 51. Une fois cette base instaurée, la deuxième phase pourra se baser sur la dématérialisation de la collecte de ses données. En effet : 50 Source : Outil Bilan Carbone Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

63 dans un premier temps, l efficacité de l agrégation des données permettant la réalisation du Bilan Carbone serait renforcée si la collecte était centralisée dans un même serveur de base de données situé sur une machine virtuelle installée sur les serveurs physiques de l Université. Dans un deuxième temps, l ergonomie de la collecte serait accrue par la création d interfaces utilisateurs (intranet, via différents langages compatibles) accessibles à distance et permettant la décharge de ces données dans des bases clairement localisées et accessibles, elles aussi, à distance. Le renseignement des données pourra se faire de deux manières différentes : o La première serait une extraction intelligente des données de la base comptable de l université, moyennant une révision des champs à renseigner au sein de SIFAC, le logiciel comptable utilisé par l université, via une mutation de l interface utilisateur SIFAC. o La deuxième serait une interface utilisateur optimisé pour chaque service porteur des données à renseigner au sein de l étude BC. o L optimum pour la documentation de l étude serait un mélange des deux méthodes. Enfin, l exploitation des données en temps réel par le serveur (et les scripts de traitement rédigés en amont de la mise en place de ce type de suivi) pourrait permettre une sensibilisation efficace des usagers par l affichage journalier de l évolution des émissions liées au fonctionnement de l Université Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 63

64 Conclusion La dernière partie de l étude Bilan Carbone, autrement dit, la rédaction des préconisations est la partie la plus délicate en termes d analyse et de quantifications. En effet, la mise en place des différentes actions identifiées requiert une prise en main du comité de pilotage de l établissement (présidence, CA, direction générale des services) dans sa gouvernance et sa politique de gestion, et de la part des acteurs de la réalisation du BC, une sensibilisation particulière aux enjeux de développement durable soulevés par cette étude à destination ce même comité. Différentes actions permettant la réduction de l impact environnemental du fonctionnement de l Université ont été identifiées, qualifiées, quantifiées et rédigées. Il reste à synthétiser ces propositions d actions en fiches simplifiant la lecture et la compréhension. Les plus importantes sont les actions liées à l optimisation de l efficacité énergétique des bâtiments. En effet, suite aux différents audits énergétiques réalisés au sein de PRG, des préconisations de réductions des consommations avaient déjà été suggérées dans les différents rapports de ces études. Nous les avons complétées et simplifiées afin qu elles puissent être mises en place rapidement. L université Paris Diderot Paris 7, par l intermédiaire de sa mission Paris Diderot Développement Durable, qui a initié la démarche, poursuit la mise en place de sa politique de développement durable. Cette étude a permis la création et la mise à disposition des services, d une série d outils d optimisation de la collecte et du traitement des données qui permettront, pour l actualisation du BC (réglementaire tous les trois ans et annuel pour l AERES), un gain de temps certain. Les différentes méthodologies sont maintenant mises en place et sont à optimiser dans les temps à venir, les services une nouvelle fois sensibilisés à la problématique du développement durable avec ce premier constat des émissions liées au fonctionnement de l Université. Il sera cependant nécessaire, dans la mesure du possible, de reproduire ces mêmes méthodologies lors des prochaines études pour permettre des comparaisons exploitables et diminuer les incertitudes et les erreurs inhérentes à la moisson importante de données. De plus, un suivi des actions identifiées dans les préconisations et de leur efficacité en matière de réduction des émissions de GES dans le temps est indispensable. La sensibilisation au Développement Durable est l affaire de tous, et nous avons pu constater qu à l université Paris Diderot, des actions ont pu être initiées et des étudiants et des services participent de plus en plus, mais il reste encore de nombreuses étapes à franchir (optimisation énergétique, réduction des déchets, qualité des déplacements, achats verts ) pour passer de d établissement prometteur 52 à un véritable «Campus Vert - Ecocitoyen» selon le Plan Vert, en voie vers l exemplarité. 52 L'Etudiant 64 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

65 Table des tableaux Tableau 1 : Prise en compte des différents sites en fonction des postes d'émissions de l'étude Tableau 2 : Les différents bâtiments de PRG et total des surfaces des autres sites Tableau 3 : Tableau récapitulatif des émissions liées au fonctionnement global de l'université Tableau 4 : Bilan récapitulatif du BEGES de l'université Tableau 5 : Bilan des consommations en électricité des différents bâtiments de l'université Tableau 6 : Résumé des émissions totales liées aux différentes consommations d'énergie sur les sites de l'université Tableau 7 : Résumé des émissions par unité surfacique (m²) liées aux différentes consommations d'énergie sur les sites de l'université Tableau 8 : Détail des quantités de liquide frigorigène utilisées pour la maintenance des installations frigorifiques Tableau 9 : Récapitulatif des émissions liées aux rejets directs de CO Tableau 10 : Distances totales parcourues en fonction du mode de transport et de la localisation du personnel de l Université Tableau 11 : Distances totales parcourues en fonction des modes de transport pour l Université Paris Diderot Tableau 12 : Distances totales parcourues pour les étudiants de l Université Paris Diderot réparties par bâtiments et par localisations Tableau 13 : Bilan des émissions liées aux déplacements domicile/travail des différents occupants de l Université Tableau 14 : Bilan des émissions totales des déplacements domicile/travail du personnel de l'université Tableau 15 : Bilan des émissions totales des déplacements domicile/lieu d'étude des étudiants de l Université Tableau 16 : Résultats généraux des distances parcourues pour les missions de l'université ainsi que l'essence consommée Tableau 17 : Récapitulatif des distances parcourues en train par pays Tableau 18 : Répartition des émissions liées aux déplacements dans les missions du personnel de l'université (en kg CO2e) Tableau 19 : Répartition des tonnages de DIB sur les différents sites de l'université Tableau 20: Répartition des DEEE par matériaux Tableau 21 : Quantification des DIS et DAS par bâtiment Tableau 22 : Récapitulatif des émissions liées aux différents traitements des déchets Tableau 23 : Ventilation des tonnages de papier par bâtiment Tableau 24 : Récapitulatif des coûts des petites fournitures de bureau de l'université Tableau 25 : Récapitulatif des coûts des petites fournitures informatiques et bureautiques de l'université Tableau 26 : Tableau récapitulatif des coûts des prestations faiblement matériel au sein des différents sites de l'université Tableau 27 : Tableau récapitulatif des coûts des prestations fortement matériel au sein des différents sites de l'université Tableau 28 : Tableau récapitulatif des coûts des fournitures de laboratoire au sein des différents sites de l'université Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 65

66 Tableau 29: Récapitulatif des émissions liées aux intrants de l'université (matériels et prestations).. 42 Tableau 30 : Répartition des différents types de surface pour tous les sites/bâtiments de l'université Tableau 31 : Inventaire des poids du parc de la flotte de véhicule de l Université Tableau 32 : Résumé des coûts du matériel immobilisé en fonction du type et de la durée d'amortissement de l Université Tableau 33 : Récapitulatif des émissions liées à l'immobilisation sur l'université Tableau 34 : Bilan des consommations de carburant de la flotte de véhicule de l'université Tableau 35 : Récapitulatif du fret externe lié au service Logistique (Imprimerie) Tableau 36: Récapitulatif des émissions liées au fret interne (courrier) et externe (livraison du papier) de l Université Tableau 37 : Synthèse des préconisations énergétiques de Buffon Tableau 38 : des préconisations énergétiques de Condorcet Tableau 39 : des préconisations énergétiques des Grands Moulins Tableau 40 : des préconisations énergétiques de Lamarck Tableau 41 : des préconisations énergétiques de Lavoisier Tableau 42 : Récapitulatif de toutes les actions à mener pour les scénarios 0 et 1 ("court terme") Tableau 43 : Etude comparative véhicule thermique présent sur l'université (Kangoo logistique) et l achat d un véhicule équivalent électrique Tableau 43 : Détails des différents sites de l Université Tableau 44 : Détail de la consommation des véhicules de la flotte de l Université Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

67 Table des graphiques Figure 1 : Schéma récapitulatif de l'étude Bilan Carbone de l'université Paris Diderot - Paris Figure 2 : Bilan Carbone de l'université Paris Diderot - Résultats globaux Figure 3 : Répartition des émissions en fonction des postes d'émissions Figure 4 : Récapitulatif des émissions liées au fonctionnement de l'université avec leurs erreurs associées Figure 5 : Répartition des émissions en GES par scope selon la méthode BEGES du Bilan Carbone Figure 6 : Récapitulatif et détails de chaque poste d'émission en fonction des catégories d'émissions, des postes d'émissions du BEGES et de son obligation réglementaire Figure 7 : Répartition selon les profils énergétiques de consommation des bâtiments de l Université22 Figure 8 : Consommation moyenne des différents bâtiments de l'université Paris Diderot Figure 9 : Notes environnementales sur l échelle des consommations énergétiques des bâtiments Figure 10 : Répartition des émissions par sites et par unité de surface pour chaque site Figure 11 : Répartition des consommations d'énergies et des émissions associées Figure 12 : Répartition des émissions liées aux fluides frigorigènes Figure 13 : Répartition des émissions dans le poste Hors Energie Figure 14 : Répartition des émissions liées à l ensemble des trajets domicile/travail Figure 15 : Répartition des distances parcourues par mode de transport Figure 16 : Répartition des coûts pour chaque mode de transport Figure 17 : Proportion des voyages en avion en France métropolitaine Figure 18 : Répartition de la distance parcourue en train par pays Figure 19 : Répartition par bâtiment des émissions liées à l'incinération des DIB Figure 20 : Répartition des surfaces des bâtiments de PRG Figure 21: Répartition par bâtiment des émissions liées à la consommation de papier et bureautique, informatique et laboratoire Figure 22 : Répartition par bâtiment des émissions liées aux prestations sur l'université Figure 23 : Répartition des différents types de surfaces pour tous les sites/bâtiments de l'université 44 Figure 24 : Répartition des émissions liées à l immobilisation des bâtiments de Paris Rive Gauche Figure 25 : Schéma de la nouvelle architecture informatique de la GTB Figure 26 : Représentation de la réduction des coûts en fonction des scénarii 0 et 1 (en millions d'euros) Figure 27 : Comparatif de l'évolution du coût des deux types de véhicule Figure 28 : Comparatif de l'évolution de l'impact lié aux émissions de GES des deux types de véhicule Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 67

68 Annexes Annexe 1 : Détails des différents sites de l Université Tableau 44 : Détails des différents sites de l Université Type de sites Nom Entité occupant le bâtiment SHON (m²) Enseignement Bureaux Recherche Parkings Total (m²) Buffon Institut Jacques Monod, UFR Biologie , , , ,3 0, ,6 Condorcet UFR Physique, Département Sciences exactes , , , ,5 0, ,0 Halle aux Farines Enseignement , , , ,5 0, ,0 Bâtiment Grands Moulins Bibliothèque, UFR LCAO, LAC, IPC,Présidence et Services Centraux,CROUS , , , ,5 0, ,5 Lamarck UFR STEP, service communication , , , , , ,0 Lavoisier UFR Chimie, , , , , , ,0 Total , , , , , ,1 Garancière UFR Odontologie 4 656, ,0 852,0 0,0 0, ,0 Avon UFR Biologie, Administration 1 484,0 190,0 598,0 656,0 0, ,0 Villemin UFR Médicale , , , , , ,0 Xavier Bichat UFR Médicale , , , , , ,0 Hôpital Xavier Bichat UFR Médicale 3 412, ,0 0, ,0 0, ,0 Centre Hayem IUH 7 832,0 557,0 823, ,0 0, ,0 Pavillon Bazin IUH, UFR Médicale 1 374,0 0,0 0, ,0 0, ,0 Pavillon Lallier IUH 300,0 0,0 0,0 300,0 0,0 300,0 Quadrilatère IUH 70,0 0,0 0,0 70,0 0,0 70,0 Jules Marey UFR Médicale 220,0 0,0 0,0 220,0 0,0 220,0 Hôpital Lariboisière UFR Médicale 600,0 0,0 0,0 600,0 0,0 600,0 Autres Sites Bâtiment Civiale UFR Médicale 638,0 238,0 0,0 400,0 0,0 638,0 Hôpital Fernand Vidal Médecine préventive 168,0 0,0 168,0 0,0 0,0 168,0 Hôpital Robert Debré UFR Médicale, bibliothèque 2 800,0 168,0 0, ,0 0, ,0 Jussieu Bât N , ,0 40,0 0,0 0, ,0 Chevaleret UFR Informatique, UFR Mathématiques 6 848, ,0 500, , , ,0 Watt / Biopark UFR, services centraux 2 629,0 0, ,0 0, , ,0 Berlier Services centraux 1 965,0 0, ,0 0,0 250, ,0 Immeuble Montréal UFR GHSS, UFR Sciences Sociales 8 177, , , ,0 600, ,0 Charles V UFR Charles V, AESR 6 608, , ,0 957,0 150, ,0 Rue du Paradis UFR SHC 2 300, ,0 250,0 161,0 200, ,0 Rue du chateau des rentiers UFRL 1 597,0 361,0 453,0 783,0 0, ,0 Institut de Géographie UFR GHSS 328,0 0,0 0,0 328,0 0,0 328,0 Total , , , , , ,0 Transverse 68 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

69 Annexe 2 : Détail de la consommation des véhicules de la flotte de l Université Tableau 45 : Détail de la consommation des véhicules de la flotte de l Université Immatriculation Service Véhicule Poids (kg) Type carburant Conso Totale (L) Km Total Km SC Km UFR Consommation (L/km) Err Consommation 75N5340D Secrétariat Général Renault Clio 815 Essence 0% 75R7423D SAM3E Renault Express 1010 Essence 0% 75N2613E SAM3E Renault super Essence 0% 75N6251E SAM3E Peugeot Essence 0% 75E9038E Secrétariat Général Renault Laguna 1250 Essence 439, ,90 0,00% 75R8648F SAM3E Renault Trafic 1684 Diesel 556, ,01 6,69% 75E1571G Présidence Renault Vel Satis 1818 Diesel 1964, ,77 7,77% 75N2151G Logistique Renault Kangoo 990 Essence 587, ,98 2,60% 75N2163G SAM3E Renault Kangoo 1058 Essence 301, ,75 2,60% 75N2150G Logistique Renault Kangoo 990 Essence 344, ,52 2,60% 75R3491G Hygiène & Sécurité Goupil 900 Electrique 0,00 0,00 0,00% 75N3636G SAM3E Renault Trafic 1684 Diesel 1070, ,01 6,69% 75N5149G SAM3E Renault Kangoo 1058 Essence 326, ,75 2,60% 75N6084G SAM3E Renault Kangoo 1210 Diesel 462, ,01 4,60% 75N6083G Sécurité Incendie Renault Clio 1200 Diesel 375, ,08 4,90% 75N6331G SAM3E Renault Clio 1200 Diesel 569, ,08 4,90% BL 580 LV SAM3E Renault Kangoo 1251 Diesel 61, ,01 4,60% BL 513 LV SAM3E Renault Kangoo 1251 Diesel 129, ,01 4,60% BL 580 LV SAM3E Renault Kangoo 1251 Diesel 141, ,01 4,60% Total , ,49 4,27% 2013 Rapport de Synthèse de l Etude Bilan Carbone 69

70

71 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 71

72 Liste des abréviations BC : Bilan Carbone SAM3E : Service Aménagement, Maintenance, Exploitation, Environnement, Entretien SHS : Service Hygiène et Sécurité GES : Gaz à Effet de Serre BEGES : Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre DASRI : Déchet d Activité de Soins à Risque Infectieux DIS : Déchets Industriels Spéciaux DIB : Déchets Industriels Banals DEEE : Déchets d Equipement Electriques et Electroniques Voit : Voiture CoVoit : Co-voiturage VoP : Vélo ou à Pied 2roues : Véhicules motorisés à 2 roues RERMT : RER, Métropolitain, Tramway PRG : Paris Rive Gauche 72 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

73 Avant-propos "Le développement durable répond aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs." 53 Consciente de la crise climatique et écologique mondiale, la France, par ses différents acteurs, a initié le Grenelle de l Environnement en Forte de son élite intellectuelle, elle a aussi appelé les universités et grandes écoles à se mobiliser afin de réduire leurs impacts sur l environnement, renforcer et améliorer les conditions sociales de ses citoyens, stabiliser et optimiser son modèle économique. Ces trois axes réunis représentent une volonté de développement durable de sa société. Grâce au «Plan Vert», les universités sont guidées dans leur démarche d actions en faveur de ces trois causes. Le plan vert est un «plan développement durable» qui ne peut être limité au seul management environnemental des campus. Il recouvre toutes les dimensions du développement durable et vise à sa bonne intégration par les établissements d enseignement supérieur y compris et d abord dans leurs missions premières. Dans ce contexte, Paris-3D (Diderot développement durable) est un projet de démarche de développement durable pour l université Paris Diderot : une université éco-responsable. L'établissement s'engage sur plusieurs thématiques et développe les outils adéquats. - Une démarche éco-responsable qui : s accompagne d outils dédiés à l éco-responsabilité, est de nature participative, doit s étendre à l ensemble des composantes de l université. se concrétise par des objectifs généraux de développement durable : - stratégie et gestion environnementales - diagnostic détaillé de la situation actuelle - définition de priorités à court et à moyen termes - mise en œuvre d un programme d actions (achats verts, tri des déchets, maîtrise des énergies, mobilité ) - évaluation régulière. Le Bilan Carbone, est une des actions stipulées dans le plan vert des universités. Il permet de pouvoir quantifier et représenter le fonctionnement de l université en termes d émissions de Gaz à Effet de Serre, et ainsi pouvoir prendre conscience de l impact environnemental de son fonctionnement, et, à plus grande échelle, pouvoir comparer avec d autres universités afin de travailler ensemble, à une échelle nationale, à une réduction notable de ces émissions. Le Bilan Carbone, est une des actions stipulées dans le plan vert des universités. Il permet de pouvoir quantifier les émissions de Gaz à Effet de Serre liées aux activités de l Université, et ainsi pouvoir prendre conscience de l impact environnemental de son fonctionnement, et, à plus grande échelle, pouvoir comparer avec d autres université afin de travailler ensemble, à une échelle nationale, à une réduction notable de ces émissions. Afin de traduire la volonté de l université de travailler en commun avec les autres établissements pour trouver des pistes d amélioration dans la politique de réduction des émissions de GES au niveau 53 Rapport Brundtland, Commission mondiale sur l'environnement et le développement, Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 73

74 départemental ou national, ce rapport a été rédigé de manière à pouvoir extraire les informations par poste d émission de l outil Bilan Carbone. Afin d en simplifier la lecture, la méthodologie de renseignement de l outil BC a été séparée de la synthèse des résultats des émissions en équivalent CO2 (et C.). Seront donc présentés dans ce rapport : le contexte réglementaire et géographique de l Université, la définition du référentiel observé pour chaque poste d émissions, les hypothèses retenues, les sources des données collectées et les principaux contacts ou personnes ressources pour les obtenir, les méthodologies de traitement et leurs erreurs associées et enfin, les résultats intermédiaires compatibles avec l outil Bilan Carbone. La Synthèse du Bilan Carbone de l Université Paris Diderot, qui est le rapport compagnon, présente la définition du référentiel observé pour chaque poste d émissions, le rappel des données obtenues extraites du Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone (BC), les résultats globaux en équivalent carbone (CO 2 eq. et Ceq.) et par poste d'émission et enfin, les préconisations de réduction pour chacun d eux. Il est à souligner qu une phase particulièrement difficile, pourtant importante et indispensable avant la création et la mise en place d outils spécifiques de traitement, est la collecte des données auprès des nombreux et différents services qui ont aimablement participé 54. Ce rapport présente donc les méthodologies employées pour traiter les données récoltées et réaliser le BC de l université Paris Diderot. Il a été réalisé par la mission Paris-3D sous la direction de J.-P. Frangi avec la participation de A. Zima, étudiant du master STEP Génie de l Environnement & Industrie et l appui d Auxilia qui a notamment mis à disposition l outil BC. Paris Diderot, à travers son BC souhaite atteindre les objectifs suivants : - Identifier et hiérarchiser les postes majeurs d émissions de gaz à effet de serre liés à son activité - Identifier les leviers d action de réduction des émissions - Définir un plan d action de réductions - Consolider sa gestion environnementale dans le cadre du Développement Durable par la mise en place d outils notamment de collecte et de suivi des données - Sensibiliser les usagers (personnel, étudiants, visiteurs) de l université aux questions des émissions de gaz à effet de serre et de l épuisement des ressources fossiles. 54 Agence comptable et plateforme financière, AM3E (Aménagement, Maintenance, Exploitation, Environnement, Entretien), Logistique (Courrier, Imprimerie), Commande publique, Communication, Pôle Vie de Campus, Ressources humaines, Vice-Présidence Patrimoine, projets et aménagement, Direction des études et de la vie universitaire, Hygiène et sécurité, Moyens généraux, logistique et techniques, ainsi que les différents responsables administratifs et techniques des UFR. 74 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

75 I. Le Bilan Carbone et Contexte Général 1. Aspect réglementaire La loi Grenelle impose à une série d acteurs de réaliser un BEGES 55. Cette série d acteurs, personnes morales 56, est précisée à l article 75 de la loi n du 12 juillet et le Décret n du 11 juillet 2011 (JORF n 0160 du 12 juillet 2011 page 12055). L Université fait partie de ces personnes morales. Le Guide «Méthode pour la réalisation des bilans d émissions de gaz à effet de serre conformément à l article 75 de la loi n du 12 juillet 2010» précise la méthodologie de réalisation de ces BEGES. Ce guide s appuie sur la norme ISO L outil Bilan Carbone V7 (de l Association Bilan Carbone) est un outil permettant de réaliser un BEGES au format réglementaire. L université a choisi d utiliser cet outil. L étude Bilan Carbone (2004) présente 3 périmètres (ou scopes), reprenant, pour les dernières versions (en particulier la version 7 de 2012), les scopes définis par la norme ISO sur les G.E.S. La norme ISO a été publiée le 1 er mars 2006 afin d apporter aux pouvoirs publics des outils à utiliser dans le cadre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Son objectif est de normaliser les protocoles de validation et de vérification afin d harmoniser les mesures faites par les gouvernements et les industries. Ainsi, les résultats deviennent plus crédibles grâce à une promotion de la cohérence, de la transparence et de la crédibilité des résultats, une gestion optimisée et une meilleure identification des charges, des ressources et des risques liés aux gaz à effet de serre, pour favoriser la conception et la mise en œuvre de programmes comparables et cohérents pour les gaz à effet de serre. Les différents scopes de l étude définis comme standard par l ADEME sont : Scope 1 : (obligatoire) o Emissions directes : Carburants / Energies o Relargages directs : Fluides Scope 2 : (obligatoire) o Emissions indirectes : Chauffage Urbain / Electricité / Gaz Scope 3 : (optionnel) o Reste des émissions : Déplacements, Intrants, Déchets, Immobilisations, Fret 55 Bilan d Emission des Gaz à Effet de Serre 56 Personne morale (Wikipédia) 57 Modifie les articles L et L du Chapitre IX (Effet de Serre) du Code de l Environnement et l article L du Chapitre V (Services Publics et Commerciaux) du CGCT 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 75

76 Les scopes 1 et 2 sont obligatoires 58 pour le BEGES : «Le bilan des émissions de gaz à effet de serre prévu à l'article L fournit une évaluation du volume d'émissions de gaz à effet de serre produit par les activités exercées par la personne morale sur le territoire national au cours d'une année. Le volume à évaluer est celui produit au cours de l'année précédant celle où le bilan est établi ou mis à jour ou, à défaut de données disponibles, au cours de la pénultième année. Les émissions sont exprimées en équivalent de tonnes de dioxyde de carbone. Le bilan distingue : 1 Les émissions directes, produites par les sources, fixes et mobiles, nécessaires aux activités de la personne morale ; morale. 2 Les émissions indirectes associées à la consommation d'électricité, de chaleur ou de vapeur nécessaire aux activités de la personne La synthèse des actions, jointe au bilan en application de l'article L , présente, pour chaque catégorie d'émissions mentionnée aux 1 et 2 ci-dessus, les actions que la personne morale envisage de mettre en œuvre au cours des trois années suivant l'établissement du bilan. Elle indique le volume global des réductions d'émissions de gaz à effet de serre attendu.» 59 Dans le tableau récapitulatif ci-dessous a été représenté le type de prise en compte des sites en fonction des différents postes d émissions de l étude Bilan Carbone. Autrement dit, il traduit le périmètre observé pour chacun de ces postes. Postes d émissions Energie Hors énergie Intrants Fret Déchets directs Déplacements Immobilisations Sites Prise en compte Remarques PRG 60 Totale Autres Totale PRG Totale Autres Totale PRG Totale Autres Totale PRG Partielle Données partiellement recueillies pour le fret externe Autres Aucune Aucune donnée PRG Totale Autres Partielle Comptabilisé par la facture service fait et la soute PRG Totale Autres Totale PRG Totale Autres Aucune Aucune donnée Les postes d émissions obligatoires du BC pour le BEGES sont donc : Energie : Consommations d électricité et de vapeur (scope 2) + Combustion de gaz (source fixe) (scope 1) Hors Energie : Perte de liquide frigorigènes (scope 1), rejet direct de CO 2 (scope 1). 58 Article R du Chapitre IX du titre II du livre II (Section 4) du code de l'environnement relatif au Bilan de Gaz à Effet de Serre et Plan Climat-Energie Territorial 59 Décret n du 11 juillet art. 1 relatif au bilan des émissions de gaz à effet de serre et au plan climat-énergie territorial 60 Paris Rive Gauche 76 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

77 2. Périmètre de l étude spécifique à Paris Diderot a. Périmètre temporel Le Bilan Carbone de l Université Paris Diderot sera réalisé pour l année 2011 avec, sous réserve de représentativité, des données des années antérieures (au maximum n-3). b. Périmètre géographique Le périmètre du Bilan Carbone se décomposera de deux façons différentes en fonction des scopes étudiés. En effet, cette démarche rentre dans le cadre des actions de la mission développement durable Paris-3D (Diderot Développement Durable) et à la demande du Préfet (rappelant le décret publié au 61 JO 0160 du 12 juil. 11 p12055 n 3). Paris Diderot a pour objectif de réaliser son BEGES (en utilisant l outil Bilan Carbone V7) et de faire la synthèse des actions envisagées pour réduire ses impacts environnementaux sur le campus Paris Rive Gauche et les sites extérieurs. Pour répondre à ces différentes questions, l étude sera menée de la manière suivante : Les énergies directes et indirectes (scope 1 & 2) seront étudiées sur tous les bâtiments de l Université, qui sont : o Les bâtiments de PRG 62 o Les bâtiments des autres sites 63 Les émissions indirectes (scope 3) liées seront étudiées sur les bâtiments du site Paris Rive Gauche c. Université Paris-Diderot Une université pluridisciplinaire L université Paris Diderot Paris 7, c est : étudiants 2000 chercheurs (dont 1400 enseignant-chercheurs) 2300 doctorants 350 thèses soutenues et 80 Habilitations à Diriger les Recherches par an Plus de m² de locaux 5 grands domaines de formation et de recherche : Arts, lettres, langues Droit, économie, gestion Sciences humaines et sociales Sciences, technologie, santé Médecine, odontologie d. Adaptation de l outil L outil Bilan Carbone version Multi-sites (version ) permettant la réalisation du BC d une entité géographique ou financière qui sera utilisé. Le BC du campus Paris Rive Gauche (PRG) se fera sur la base des sites suivants : 61 Décret n du 11 juillet art. 1 relatif au bilan des émissions de gaz à effet de serre et au plan climat-énergie territorial 62 Voir : Tableau 2 63 Voir : Annexe 1 : Détails des différents sites de l Université 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 77

78 Le campus PRG avec : Tableau 46 : Les différents bâtiments de PRG et total des surfaces des autres sites Type de sites Nom Entité occupant le bâtiment SHON (m²) Buffon Institut Jacques Monod, UFR Biologie ,0 Condorcet UFR Physique, Département Sciences exactes ,0 Halle aux Farines Enseignement ,0 Bâtiment Grands Moulins Bibliothèque, UFR LCAO, LAC, IPC,Présidence et Services Centraux,CROUS ,0 Lamarck UFR STEP, UFR Biologie, UFR Chimie, service communication ,0 Lavoisier UFR Chimie, ,0 Total ,0 Autres Sites Total ,0 Un tableur Bilan Carbone sera renseignée pour chacun de ces bâtiments. Pour les autres bâtiments (ou sites), situé hors site PRG, l ensemble des données seront renseignées dans un outil «Autres Sites» 64. Les données n étant pas «ventilables» par bâtiment (ou sites) seront renseignées dans un outil «Transverse» : Liste des données non ventilables : o o o o o Données liées à l administration Données liées au fret interne et externe Données DIB, Encombrants et DEEE Déplacements internes (missions) Données sur l immobilisation des véhicules, du mobilier, et de l équipement de laboratoire. En résumé 8 outils différents seront utilisés : un outil pour chacun des sites de PRG, un pour les autres sites, et un dernier pour les données non ventilées (8 fichiers Excel BC), dont les informations sont récupérées par la version multi-site pour en faire la synthèse. 64 Voir : Annexe 1 : Détails des différents sites de l Université 78 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

79 II. Postes d émissions 1. Consommations d énergies Selon la méthode Bilan Carbone, les émissions liées à la consommation d énergie (sources fixes) correspondent à : - la combustion de combustibles dans des installations fixes (chaudières par exemple) : ce sont les émissions directes, - l usage de l'électricité dans des installations fixes (consommation d'électricité des bâtiments, etc.) : ce sont les émissions indirectes associées à l énergie. a. Collecte des données Electricité La collecte de données a été réalisée de deux manières différentes suivant les sites. Pour PRG, les données, sous forme de factures, étaient directement disponibles auprès du service SAM3E. Pour les sites extérieurs, elles ont été collectées via les responsables administratifs ou techniques des UFR présentes sur les sites (cf Tableau 50). Elles se présentent aussi sous forme de factures, parfois incomplètes, induisant des erreurs associées au niveau des calculs. Voici les contacts pour PRG : Nicolas LOSA (SAM3E) : (Mail) Laure DECOOX (SAM3E) : (Mail) Jean-Patrice BARBIN (SAM3E) : (Mail) Pour les contacts des sites extérieurs, il faut se référer au Tableau 50 Vapeur La collecte de données a été réalisée de deux manières différentes suivant les sites. Pour PRG, les données, sous forme de factures, étaient directement disponibles auprès du service SAM3E. Pour les sites extérieurs, elles ont été collectées via les responsables administratifs ou techniques des UFR présentes sur les sites (cf Tableau 50). Elles se présentent aussi sous forme de factures, parfois incomplètes, induisant des erreurs associées au niveau des calculs. Contacts pour PRG : Nicolas LOSA (SAM3E) : (Mail) Laure DECOOX (SAM3E) : (Mail) Jean-Patrice BARBIN (SAM3E) : (Mail) Pour les contacts des sites extérieurs, il faut se référer au Tableau Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 79

80 Gaz La collecte de données a été faite suite aux données récoltées pour les quantifications d électricité et de vapeur consommées. (Voir Vapeur et Electricité ci-dessus) Les données d énergies ont donc été acquises par l intermédiaire des factures fournies par le prestataire détenteur du marché en question, à savoir GDF b. Hypothèses retenues : Electricité Les données transmises par les différents fournisseurs représentent les consommations réelles de chacun des bâtiments. Pour les données financières, les coûts représentent la consommation d énergie. Le coût est donc le même quelque soit le bâtiment. Vapeur Les données transmises par les différents fournisseurs représentent les consommations réelles de chacun des bâtiments. Pour les données financières, les coûts représentent la consommation d énergie. Le coût est donc le même quelque soit le bâtiment. Gaz Les quantités mentionnées dans les factures par le prestataire sont les quantités consommées réelles. c. Méthodologie et erreurs associées Electricité Les données d énergies ont été acquises par l intermédiaire des factures fournies par les prestataires détenteurs des marchés en question, à savoir EDF. Suivant le site et le type de facture associé, les données de chacune d entre-elles ont été numérisées afin de pouvoir effectuer les calculs appropriés. Ces données ont aussi permis de pouvoir calculer les consommations à partir des factures ou des montants sans détail de consommation apparent (voir l explication ci-dessous). Pour les données des bâtiments du site PRG, les données ne contiennent pas d erreur, puisque issues des relevés compteurs. Pour les autres, n ayant que les coûts des consommations, les formules de la moyenne et de l écart type suivantes ont été utilisées : 80 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

81 Avec : C tot (s): coût total de la consommation du site (en ) i : mois de l année C rf : Coût de l énergie pour le site de référence, ici Villemin(en /kwh). N rf : Nombre de mois pris en compte L erreur associée est : Avec : ΔC rf : Erreur absolue de la moyenne du prix unitaires de l énergie consommée L erreur totale relative sur les données renseignée dans l outil BC est la somme des erreurs commises sur les résultats calculées à partir de données financières approximatives : On prendra de manière générale une erreur de 10% sur le prix total collecté sans facture : Vapeur Les données d énergies ont été acquises par l intermédiaire des factures fournies par les prestataires détenteurs des marchés en question, à savoir le CPCU. Suivant le site et le type de facture associé, les données de chacune d entre-elles ont été numérisées afin de pouvoir faire les calculs appropriés. Ces données ont aussi permis de pouvoir calculer les consommations à partir des factures ou des montants sans détail de consommation apparent (voir l explication ci-dessous). Pour les données des bâtiments du site PRG, les données ne contiennent pas d erreur, puisque issues des relevés compteurs. Pour les autres, n ayant que les coûts des consommations, les formules de la moyenne et de l écart type suivantes ont été utilisées : Avec : C tot (s): coût total de la consommation du site (en ) 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 81

82 i : mois de l année C rf : Coût de l énergie pour le site de référence, ici Villemin(en /kwh). N rf : Nombre de mois pris en compte L erreur associée est : Avec : ΔC rf : Erreur absolue de la moyenne du prix unitaires de l énergie consommée L erreur totale relative sur les données renseignée dans l outil BC est la somme des erreurs commises sur les résultats calculées à partir de données financières approximatives : On prendra de manière générale une erreur de 10% sur le prix total collecté sans facture : Gaz Pour les données des bâtiments du site PRG, les données ne contiennent pas d erreur, puisqu il n y a pas de consommation de gaz. Pour le calcul, la même méthode que pour l électricité et la vapeur a été utilisée. d. Données & Résultats Electricité Pour ce sous-poste d émission, la méthode appliquée est la suivante : Electricité : électricité acheté, moyenne par pays (ici France) Tableau récapitulatif des consommations en électricité pour les différents bâtiments de l Université Paris Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

83 Tableau 47 : Bilan des consommations des différents bâtiments de l'université Bâtiments/sites Surface Conso Electricité Efinale (kwh) Conso Electricité Eprimaire (kwh) Prestataire en m² EDF EDF Buffon , , ,8 Condorcet , , ,7 Halle aux Farines , , ,5 Grands Moulins , , ,3 Lamarck , , ,7 Lavoisier , , ,8 Garancière 4 656, , ,7 Avon(Fontainebleau) 1 484, , ,8 Villemin , , ,6 Bichat , , ,2 Saint Louis 7 832, , ,4 Totaux Total , , ,4 Total PRG (Bâtiments) , , ,8 Bâtiment Sites Ici ΔC rf (électricité) = 0.02 /kwh Pour Saint Louis, les données collectées n étant qu approximatives et financières, l erreur commise sur les données «électricités» est de 19 %. Pour les autres sites, l erreur est considérée comme nulle puisque les données sont extraites des factures délivrées par les prestataires Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 83

84 Répartition en pourcentage des consommations : Halle aux Farines 10% Condorcet 11% Répartition de la consommation en électricité (Energie Primaire) Total : kwh Grands Moulins 5% Buffon 29% Lavoisier 8% Lamarck 10% Bichat 17% Saint Louis 5% Garancière 1% Avon 0% Villemin 4% Buffon Condorcet Halle aux Farines Grands Moulins Lamarck Lavoisier Garancière Avon(Fontainebleau) Villemin Bichat Saint Louis Figure 29 : Consommation en électricité (Energie primaire) pour tous les bâtiments de l Université Vapeur Pour ce sous-poste d émission, la méthode appliquée est la suivante: Vapeur : achat de vapeur «Paris et commune limitrophe». Le tableau ci-dessous récapitule les consommations en vapeur des différents bâtiments de l Université Paris Diderot (tous sites). Tableau 48 : Bilan des consommations en vapeur des différents bâtiments de l'université Bâtiment Sites Totaux Bâtiments/sites Surface Conso Vapeur (kwh) Prestataire en m² CPCU Buffon , ,0 Condorcet , ,0 Halle aux Farines , ,0 Grands Moulins , ,0 Lamarck , ,0 Lavoisier , ,0 Garancière 4 656, ,0 Avon(Fontainebleau) 1 484,0 0,0 Villemin , ,0 Bichat , ,0 Saint Louis 7 832, ,8 Total , ,7 Total PRG (Bâtiments) , ,0 84 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

85 Ici ΔC rf (vapeur) = 0.10 /kwh. Pour Saint Louis, les données collectées n étant qu approximatives et financières, l erreur commise sur les données «vapeur» est de 16 %. Pour les autres sites, l erreur est considérée comme nulle puisque les données sont extraites des factures délivrées par les prestataires. Répartition en pourcentage des consommations : Halle aux Farines 8% Condorcet 7% Répartition de la consommation en vapeur Total : kwh Grands Moulins 9% Lamarck 7% Buffon 34% Lavoisier 5% Bichat 16% Garancière 0% Avon 0% Villemin 5% Saint Louis 9% Buffon Condorcet Halle aux Farines Grands Moulins Lamarck Lavoisier Garancière Avon(Fontainebleau) Villemin Bichat Saint Louis Figure 30 : Consommation en vapeur pour tous les bâtiments de l Université 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 85

86 Gaz Pour ce poste d émission, la méthode utilisée est la suivante : Gaz : Combustibles fossiles, source fixe «Gaz Naturel, France» Tableau récapitulatif des consommations pour les différents bâtiments de l Université Paris Diderot. Tableau 49 : Tableau récapitulatif des consommations pour les différents bâtiments de l Université Paris Diderot Bâtiment Sites Totaux Bâtiments/sites Surface Conso Gaz (kwh) Prestataire en m² GDF Buffon ,0 0,0 Condorcet ,0 0,0 Halle aux Farines ,0 0,0 Grands Moulins ,0 0,0 Lamarck ,0 0,0 Lavoisier ,0 0,0 Garancière 4 656, ,0 Avon(Fontainebleau) 1 484, ,0 Villemin ,0 0,0 Bichat ,0 408,8 Saint Louis 7 832,0 0,0 Total , ,8 Total PRG (Bâtiments) ,0 0,0 Répartition de la consommation en gaz Total : kwh Avon(Fontainebleau) 33% Bichat 0% Garancière Garancière 67% Avon(Fontainebleau) Bichat Figure 31 : Consommation en gaz en kwh 86 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

87 e. Bilan 1 200,0 Consommation moyenne des différents bâtiments en kwhep/m².an 1 000,0 800,0 600,0 Conso Gaz (kwh) Conso Vapeur (kwh) 400,0 200,0 Conso Electricité Eprimaire (kwh) 0,0 Figure 32 : Consommation moyenne des différents bâtiments de l'université Paris Diderot Répartition des consommations moyennes en électricité primaire par bâtiment (en kwhep/m².an) Total : 3211,2 kwhep/m².an Halle aux Farines 9% Grands Moulins 3% Lamarck 14% Lavoisier 12% Avon(Fontainebleau) 3% Garancière 3% Villemin 4% Buffon Condorcet Halle aux Farines Grands Moulins Buffon 25% Saint Louis 10% Bichat 8% Lamarck Lavoisier Garancière Avon(Fontainebleau) Villemin Condorcet 9% Bichat Saint Louis Figure 33 : Répartition des consommations moyennes en électricité (énergie primaire) par bâtiment (en kwh/m².an) 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 87

88 Grands Moulins 6% Halle aux Farines 8% Condorcet 6% Répartition des consommations moyennes en vapeur par bâtiment (en kwhep/m².an) Total : 869,1 kwhep/m².an Buffon 30% Lamarck 10% Lavoisier 8% Garancière 2% Avon(Fontainebleau) 0% Villemin 5% Bichat 7% Saint Louis 18% Buffon Condorcet Halle aux Farines Grands Moulins Lamarck Lavoisier Garancière Avon(Fontainebleau) Villemin Bichat Saint Louis Figure 34 : Répartition des consommations moyennes en vapeur par bâtiment (en kwh/m².an) Répartition des consommations moyennes en gaz par bâtiment (en kwhep/m².an) Total : 869,1 kwhep/m².an 61% 39% Garancière Avon(Fontainebleau) Figure 35 : Répartition des consommations moyennes en gaz par bâtiment (en kwh/m².an) 88 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

89 2. Fluides frigorigènes et rejets directs de CO2 Ce poste correspond aux émissions de GES liées aux pertes de fluides frigorigènes. Ces pertes sont en général des quantités très faibles. Toutefois, ces fluides sont de puissants gaz à effet de serre qu il convient de prendre en compte dans le cadre d une étude de Bilan Carbone. a. Collecte des données Fluides frigorigènes La collecte de données, pour le site PRG, a consisté à contacter le prestataire (COFELY, GDF Suez) responsable de la maintenance des installations frigorifiques afin de lister avec eux les différents types de fluides utilisés. Ces données proviennent des suivis de maintenance effectués sur chaque bâtiment tout au long de l année. Pour les autres sites, un contact avec les différents responsables administratifs et/ou techniques permettent d obtenir les données directement, ou le contact du prestataire responsable de la maintenance. Contact des différents responsables des sites extérieurs : Garancière Tableau 50 : Récapitulatif des contacts des sites extérieurs rattachés à l'université Responsable technique - H&S Responsable Administratif Lariboisière Responsable technique Bichat Responsable du service technique Larib/Bichat Responsable Administratif St Louis Responsable technique et logistique Responsable Administratif Avon Responsable du site PRG Responsable plateforme financière Rejets directs de CO 2 Les données ont été collectées auprès du Pôle des Moyens Généraux, Logistiques et Techniques via le responsable de la plate-forme financière. Ce document est une extraction de l intégralité de la comptabilité de l Université faisant apparaître d une part les différentes composantes de l Université, les groupes de marchandises et leurs dépenses associées. b. Hypothèses retenues Fluides frigorigènes Les quantités de fluides frigorigènes réalimentés dans les groupes froids sont égales aux pertes et fuites. Les quantités de liquides frigorigènes inscrits dans les suivis de maintenance sont les quantités exactes utilisées Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 89

90 Rejet directs de CO 2 Il n y a pas de variation des prix du poids de CO2 à la bouteille pendant l année. Le coût des groupes de marchandises et 52.02, concernant l achat de bouteille de CO 2, représente la consommation annuelle. c. Méthodologies et erreurs associées Fluides frigorigènes Le suivi de la maintenance des installations et le mouvement de ces fluides étant très réglementé 65, la société COFELY dispose pour l ensemble du parc sous sa responsabilité des caractéristiques et quantités, et les données collectées ne font pas l objet d erreurs notables. Rejets directs de CO 2 Grâce à une extraction des groupes de marchandises et (Gaz purs et mélangés pour le laboratoire et Gaz industriels pour laboratoire comme intitulés respectifs) ainsi qu une sous-extraction en termes clefs lié au CO 2, les données concernant les dépenses en bouteilles contenant du CO 2 ont été isolées. Les intitulés des quantités achetées étant incomplets pour la plupart, il était nécessaire de recueillir un échantillon de prix et quantités connus, afin d établir le facteur de conversion 66 suivant : Coef = 0.46 kgco 2 /. Il suffisait donc ensuite d utiliser la formule suivante : d. Données & Résultats Fluides frigorigènes Seuls les fluides frigorigènes interviennent dans les rejets de GES dans le fonctionnement de l Université. Les installations frigorifiques utilisées dans les bâtiments du site PRG sont alimentées par le liquide réfrigérant «R404a» à hauteur de 8 kg pour Détail par bâtiment : Tableau 51 : Détail des quantités de liquide frigorigène utilisées pour la maintenance des installations frigorifiques Batiment Type Quantité (kg) Buffon R404 0,92 Buffon R404 2 Lavoisier R404 1,08 Lamarck R404 2 Buffon R404 2 Buffon Total R404 4,92 Lamarck Total R404 2 Lavoisier Total R404 1,08 Rejets directs de CO 2 La quantité de CO 2 rejeté obtenue est de 4,5 t 65 Articles R à R , Livre V, Chapitre IV, Titre III, section 6 Code de l Environnement qui concerne les «Fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques et climatiques» 66 Bouteille présence : Le conditionnement en toute sécurité de vos gaz médicaux 2011 Air Liquide 90 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

91 3. Déplacements Domicile/Travail Ce poste correspond aux émissions attribuables aux modes de transports des étudiants et du personnel de l Université Diderot. a. Collecte des données Personnel & étudiants Les données recueillies proviennent de deux sources différentes. La première est le Service de développement des ressources humaines, partie Etudes Statistique et Bilan Social. Ce sont les données générales du personnel présent tout au long de l année à l Université. Les données «étudiants» ont été collectées auprès de la DEVU 67. Les autres données proviennent des réponses au questionnaire 6869 soumis au personnel de l Université concernant les déplacements domicile-travail 70. Les différents contacts sont : Audrey GAUTHIER (RH) Données du personnel : (Mail) Thomas CAIGNEUX (DEVU) Données étudiants : (Mail) Personnel b. Hypothèses retenues La première hypothèse de travail est de considérer que l échantillon recueilli grâce au questionnaire sur les déplacements (voir Méthodologie et erreurs associées) diffusé au sein de l Université est valable. En effet, après analyse, il est représentatif de la localisation du personnel à 96 % 71. La deuxième hypothèse de travail retenue est la représentativité des aller-retour dans les réponses au questionnaire. Autrement dit, en répondant au questionnaire, on admet que le trajet de la personne auditionnée est similaire tout au long de l année. La troisième hypothèse retenue est de considérer que chaque mode de transport possède une vitesse moyenne d utilisation urbaine et péri-urbaine. Autrement dit, le comportement urbain des déplacements sera appliqué pour tout trajet provenant de Paris et l Ile-de-France, et le comportement péri-urbain aux déplacements partant de la province. La population ayant répondu au questionnaire effectue son trajet de son domicile au 5 rue Thomas Mann, Paris cedex 13, adresse administrative de l Université. Pour les transports en commun, l utilisation du métro est pour tout trajet provenant de Paris et de la province, et du RER pour ceux provenant de l Ile-de-France. 67 Direction des Etudes et de la Vie Universitaire 68 Source : 69 Source : Voir : Annexe 5.1 : Questionnaire de Déplacement 71 Voir : Annexe 5.2 : Comparaison de la représentativité des localisations du personnel entre échantillon et population totale 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 91

92 On émet l hypothèse que les distances calculées via Google Maps représentent les distances des trajets effectués autant en transports en commun, qu en voiture ou vélo. Etudiants Après étude de la représentativité et des différents comportements caractéristiques, l échantillon recueilli grâce au questionnaire est représentatif de la population totale d étudiant avec un intervalle de confiance de 95%. La population ayant répondu au questionnaire effectue son trajet de son domicile au 5 rue Thomas Mann, Paris cedex 13, adresse administrative de l Université. Une troisième hypothèse concerne les étudiants en cursus cumulatif. En effet, ces derniers étant inscrits à Paris Diderot, mais suivant leurs cours ailleurs, ils n effectuent aucuns trajets jusqu à PRG. Leurs déplacements ne dépendent donc pas du fonctionnement indirect de l Université. c. Méthodologie et erreurs associées Personnel & Etudiants Le traitement de ces données s est déroulé en 2 phases : La première qui est similaire pour les étudiants et le personnel et la deuxième que l on différenciera. La première phase est le traitement du questionnaire. En effet, après avoir adapté le questionnaire de manière à ce qu il soit rempli en quelques minutes, il a fallu reconvertir les données de manière à ce qu elles soient exploitables. Autrement dit, il faut principalement trouver un équivalent en distance au temps de parcours renseigné dans le formulaire, grâce à la vitesse moyenne par mode de transport et un traitement des échelles de temps proposées 72. Cependant, le traitement comporte d autres étapes : Différencier les différents périmètres d étude, tel que «PRG» ou «Autres Sites» en fonction du bâtiment de travail ou la composante (UFR ou service) auquel les auditionnés sont rattachés. Réajuster les réponses quant au trajet renseigné, qui atteint parfois plus de 3h pour un aller provenant de la proche banlieue parisienne. Affilier la bonne composante en cas d erreur noté par l auditionné. Réajuster le temps de présence en semaine à moins de 48 semaines par an pour le personnel et les doctorants, et 35 semaines par an pour les masters et les licences. Une fois réajusté, l échantillon permet d obtenir, en fonction de la localisation (donc de la distance), un comportement d utilisation des différents modes de transport. Personnel La deuxième étape, pour le personnel, consiste à reprendre le fichier de la population totale, afin d en extraire les codes postaux et déterminer les distances totales entre le domicile et le lieu de travail (ici, la référence du travail est le 5 rue Thomas Mann, Paris cedex 13) grâce à une requête Google Maps par CP 73. L application des différents comportements d utilisations en fonction des différents CP de la population totale, permet d obtenir la distance totale parcourue par mode de transport. 72 Voir : Annexe 5.3 : Vitesses moyennes par modes de transport et temps associés 73 Voir : Annexe 5.6 : Scripts du calcul des distances totales via l API GoogleMap (Visual Basic sous Excel) 92 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

93 Tableau récapitulatif des distances en fonction des trois localisations retenues : Tableau 52 : Récapitulatif des distances en fonction des trois localisations retenues Sites Localisation Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RERTM TGV Paris 0, , , , ,2 0, ,9 0,0 PRG IDF , , , , , , , ,0 Province 0,0 0,0 0,0 0, ,0 0, , ,3 Paris 0, , , , ,3 0, ,9 0,0 Hors PRG IDF , , , , , , , ,0 Province 0,0 0,0 0,0 0, ,7 0, , ,4 Répartition pour PRG (les distances sont en km) : Tableau 53 : Répartition des distances pour PRG (en km) Site Localisation Bâtiment PRG Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RERTM TGV Autres Bâtiments 0,0 203,8 856, , ,9 0, ,3 0,0 Buffon 0, , , , ,3 0, ,5 0,0 Condorcet 0, , , , ,7 0, ,4 0,0 Paris Grands Moulins 0, , , , ,5 0, ,6 0,0 Halle aux Farines 0,0 58,6 246, , ,0 0, ,3 0,0 Lamarck 0,0 732, , , ,3 0, ,7 0,0 Lavoisier 0,0 363, , , ,5 0, ,9 0,0 Transverse 0, , , , ,0 0, ,2 0,0 PRG par bâtiment IDF Autres Bâtiments , , , , , , , ,7 Buffon , , , , , , , ,0 Condorcet , , , , , , , ,9 Grands Moulins , , , , , , , ,7 Halle aux Farines , , , , , , , ,7 Lamarck , , , , , , , ,4 Lavoisier , , , , , , , ,8 Transverse , , , , , , , ,8 Autres Bâtiments 0,0 0,0 0,0 0, ,8 0, , ,6 Buffon 0,0 0,0 0,0 0, ,5 0, , ,5 Condorcet 0,0 0,0 0,0 0, ,4 0, , ,6 Province Grands Moulins 0,0 0,0 0,0 0, ,6 0, , ,6 Halle aux Farines 0,0 0,0 0,0 0, ,2 0, , ,1 Lamarck 0,0 0,0 0,0 0, ,0 0, , ,1 Lavoisier 0,0 0,0 0,0 0, ,3 0, , ,8 Transverse 0,0 0,0 0,0 0, ,2 0, , , Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 93

94 Répartition retenues pour la méthode du calcul du kilométrage parcouru Tableau 54 : Répartition retenue pour la méthode du calcul du kilométrage parcouru Méthodo BC Bâtiment PRG Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RER MT TGV Buffon , , , , , , , , ,0 Condorcet , , , , , , , , ,9 Grands Moulins , , , , , , , , ,7 Urbain Halle aux Farines , , , , , , , , ,7 Lamarck , , , , , , , , ,4 Lavoisier , , , , , , , , ,8 Transverse , , , , , , , , ,8 Buffon 0,0 0,0 0,0 0, ,5 0,0 0,0 0, ,5 Condorcet 0,0 0,0 0,0 0, ,4 0,0 0,0 0, ,6 Grands Moulins 0,0 0,0 0,0 0, ,6 0,0 0,0 0, ,6 Péri Urbain Halle aux Farines 0,0 0,0 0,0 0, ,2 0,0 0,0 0, ,1 Lamarck 0,0 0,0 0,0 0, ,0 0,0 0,0 0, ,1 Lavoisier 0,0 0,0 0,0 0, ,3 0,0 0,0 0, ,8 Transverse 0,0 0,0 0,0 0, ,2 0,0 0,0 0, ,2 Autres Sites Urbain Autres Bâtiments , , , , , , , , ,7 Péri Urbain Autres Bâtiments 0,0 0,0 0,0 0, ,5 0,0 0, , ,0 PRG par bâtiment Etudiants Une autre méthode pour le calcul de la distance parcourue a été abordée en fonction des modes de transports. Le fichier de réponses au questionnaire a tout d abord été ajusté des incohérences, comme la présence à plus de 48 semaines par an ou encore la distance parcourue à pied avec des erreurs de dimensions (par exemple la confusion m en km). En admettant que l échantillon est représentatif de la population totale des étudiants de l Université, la méthode suivante a été utilisée : La population totale d étudiant (hors cursus cumulatifs) étant de 16985, comportements d étudiants tirés au hasard et avec remise dans l échantillon de 1683 étudiants questionnés (10 % de la population étudiante, ce qui représente un échantillon conséquent) ont été générés aléatoirement. Autrement dit, une méthode d extrapolation statistique. En additionnant les différentes distances trouvées en fonction du mode de transport, un premier jeu de données représentant «une» Université Paris Diderot 74 est déterminé. Afin de voir si les différentes distances totales trouvées sont fiables, la même expérience a été reproduite sur 200 puis 1000 Universités 75. Pour pouvoir rentrer les données dans le Bilan Carbone, la même démarche que pour le personnel a été menée, mais les ratios ont été déterminés différemment 76. Cela donne les résultats indiqués dans le Tableau 12 : Distances totales parcourues pour les étudiants de l Université Paris Diderot réparties par bâtiments et par localisations. Les D tot sont obtenues en faisant la moyenne des distances totales calculées précédemment dans l expérience. Autrement dit : Où est le nombre d universités simulées 74 Voir : Tableau 55 : Distances totales parcourues en fonction des modes de transport pour "une" Université 75 Voir : Tableau 11 : Distances totales parcourues en fonction des modes de transport pour l Université Paris Diderot 76 Voir : Annexe 5.4 : Répartition des distances selon la localisation et le bâtiment 94 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

95 Le calcul de l erreur associée comprend plusieurs paramètres : la première (absolue) est celle liée à la moyenne sur les universités obtenues, ce qui donne : m : mode de transport N U : Nombre d Universités La deuxième erreur est liée à la conversion du temps en distance, ce qui donne deux erreurs de constante 77, à savoir celle sur la vitesse, et celle sur le temps moyen pris pour le calcul. Ces constantes sont issues de la bibliographie et des réponses au questionnaire respectivement. Autrement dit, pour les vitesses utilisées, la vitesse du bus, quelque soit le bus utilisé et le parcours emprunté dans les réponses au questionnaire, est égale, qu il soit en zone urbaine ou périurbaine, à 17 km.h -1. Pour la voiture, ces vitesses sont égales à 18 km.h -1 en moyenne pour un parcours urbain et 30 km.h -1 pour un parcours périurbain. Ce qui donne pour les erreurs : Vitesses : Et Pour les vitesses de tout l échantillon : N(m,ech) : Nombre de personnes utilisant un mode de transport Ech : Echantillon issu du questionnaire Temps : Pour le calcul total : Temps de trajet Légende Min Max Moyenne Erreur _15 Moins de 15 minutes % 15_30 Entre 15 et 30 minutes ,5 33% 30_45 Entre 30 et 45 minutes ,5 20% 45_60 Entre 45 et 1h ,5 14% 60_90 Entre 1h et 1h % 90_ Plus de 1h % 77 Voir : Annexe 5.3 : Vitesses moyennes par modes de transport et temps associés 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 95

96 N(ech) : Nombre de personnes de l échantillon Le calcul de l erreur relative totale est donc : m : mode de transport N U : Nombre d Universités U : Universités échantillonnées D(m,P tot ) : Distance totale parcourue pour une Université, par mode Evolution de l erreur absolue vue plus haut concernant la reproduction de l expérience sur 1000 universités (N U = 1000) : Figure 36 : Evolution de l'erreur en fonction du nombre d'universités simulées L erreur se stabilise à environ 1,7 % à partir de 600 universités. Cette erreur est moindre comparée à l erreur commise sur les constantes (au minimum de 22%). L échantillon utilisé pour «l expérience», après réajustement des valeurs aberrantes, fait de cette analyse statistique une analyse robuste et finalement représentative des distances parcourues par les étudiants. Il faudrait cependant pousser l étude sur la représentativité de cet échantillon et les distances parcourues pour chaque personne (afin d affiner les erreurs commises), en s appuyant sur la méthodologie d un plan de déplacement d université (PDU). 96 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

97 Distances totales parcourues par modes de transport pour les étudiants : Tableau 55 : Distances totales parcourues en fonction des modes de transport pour "une" Université Paris Diderot Mode Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RERTM TGV Distance Totale , , , , , , , ,3 Erreur Absolue , , , , , , , ,6 Erreur Relative 3,1% 6,1% 7,2% 2,0% 1,7% 3,2% 0,8% 6,7% Erreur sur les constantes 39,3% 50,0% 52,3% 22,2% 49,0% 40,6% 39,0% 44,4% Erreur Totale 42,3% 56,1% 59,6% 24,2% 50,7% 43,8% 39,8% 51,1% Tableau 56 : Distances totales parcourues en fonction des modes de transport pour la moyenne sur "200" Universités Paris Diderot Mode Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RERTM TGV Distance Totale , , , , , , , ,2 Erreur Absolue , , , , , , , ,8 Erreur Relative 3,0% 4,8% 5,8% 1,8% 1,6% 2,8% 0,8% 6,5% Erreur sur les constantes 39,3% 50,0% 52,3% 22,2% 49,0% 40,6% 39,0% 44,4% Erreur Totale 42,2% 54,8% 58,2% 24,0% 50,7% 43,5% 39,8% 50,8% Résultats finaux avec répartition par localisation et par bâtiments ou sites pour l expérience : Tableau 57 : Distances totales parcourues pour "une" Université Paris Diderot réparties par bâtiments/sites et par localisations (urbain ou périurbain) Une Université Méthodo BC Bâtiment PRG Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RER MT TGV Buffon , , , , , , , , ,2 Condorcet , , , , , , , , ,5 Urbain Grands Moulins , , , , , , , , ,0 Halle aux Farines , , , , , , , , ,5 Lamarck , , , , , , , , ,1 Lavoisier , , , , , , , , ,4 Buffon 5 914, , , , , ,3 0,0 0, ,6 Condorcet 5 386, , , , , ,9 0,0 0, ,0 Péri Urbain Grands Moulins , , , , , ,2 0,0 0, ,2 Halle aux Farines , , , , , ,5 0,0 0, ,0 Lamarck , , , , , ,0 0,0 0, ,2 Lavoisier 3 908, ,9 992, , , ,9 0,0 0, ,4 Autres Sites Urbain Autres Bâtiments , , , , , , , , ,8 Péri Urbain Autres Bâtiments , , , , , ,3 0,0 0, ,5 PRG par bâtiment Total Erreur Absolue Erreur Relative Erreur sur les constantes Erreur Totale , , , , , , , , , , , , , , , , , ,6 3,1% 6,1% 7,2% 2,0% 1,7% 3,2% 0,8% 0,8% 1,2% 39,3% 50,0% 52,3% 22,2% 49,0% 40,6% 39,0% 39,0% 44,4% 42,3% 56,1% 59,6% 24,2% 50,7% 43,8% 39,8% 39,8% 45,5% 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 97

98 Tableau 58 : Distances totales parcourues pour la moyenne sur «200» universités Paris Diderot réparties par bâtiments/sites et par localisations (urbain ou périurbain) 200 Universités Méthodo BC Bâtiment PRG Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RER MT TGV Buffon , , , , , , , , ,3 Condorcet , , , , , , , , ,5 Urbain Grands Moulins , , , , , , , , ,3 Halle aux Farines , , , , , , , , ,6 Lamarck , , , , , , , , ,2 Lavoisier , , , , , , , , ,5 Buffon 5 916, , , , , ,6 0,0 0, ,3 Condorcet 5 388, , , , , ,4 0,0 0, ,6 Péri Urbain Grands Moulins , , , , , ,8 0,0 0, ,3 Halle aux Farines , , , , , ,6 0,0 0, ,9 Lamarck , , , , , ,9 0,0 0, ,3 Lavoisier 3 909, ,6 992, , , ,0 0,0 0, ,5 Autres Sites Urbain Autres Bâtiments , , , , , , , , ,4 Péri Urbain Autres Bâtiments , , , , , ,3 0,0 0, ,6 Total , , , , , , , , ,2 Erreur Absolue , , , , , , , , ,8 Erreur Relative 3,0% 4,8% 5,8% 1,8% 1,6% 2,8% 0,8% 0,8% 1,1% Erreur sur les constantes 39,3% 50,0% 52,3% 22,2% 49,0% 40,6% 39,0% 39,0% 44,4% Erreur Totale 42,2% 54,8% 58,2% 24,0% 50,7% 43,5% 39,8% 39,8% 45,5% PRG par bâtiment Personnel d. Données & Résultats Tableau 59 : Distances totales parcourues par le personnel pour l Université Paris Diderot réparties par bâtiments/sites Sites Bâtiments/Sites Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RER MT TGV Buffon , , , , , , , , ,6 Condorcet , , , , , , , , ,5 Grands Moulins , , , , , , , , ,2 Halle aux Farines , , , , , , , , ,7 Lamarck , , , , , , , , ,5 Lavoisier , , , , , , , , ,6 Transverse , , , , , , , , ,9 Autres Sites Autres Bâtiments , , , , , , , , ,7 Total , , , , , , , , ,7 PRG par bâtiment On utilise donc les méthodes suivantes : Pour la voiture et le covoiturage : Déplacements en voiture dans le cadre du travail : calcul à partir des kilométrages parcourus «Banlieue Urbaine, V6.1» Pour les 2roues : Déplacement des employés en 2 roues : calculs à partir des véhicule.km «Moto cylindrée < 750 cm³, essence, zone urbaine» Pour le Bus : Déplacement des employés en Bus & autocar : calcul à partir des personne.km - Bus, réseaux urbains Classe 1 (zone urbaine et interurbaine) Déplacement des employés en Bus & autocar : calcul à partir des personne.km - Bus, réseaux urbains et interurbains Classe 3 (zone urbaine et péri urbaine) 98 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

99 Pour le TER : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru - Train en France, TER, électricité Pour le RER : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru «RER Paris» Pour le métro/tramway : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru «Métro / tram / trolley, réseaux urbains Classe 1 (zone urbaine et interurbaine)» Pour le TGV : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru «Train en France, train grande ligne» Etudiants Résultats finaux avec répartition par localisation et par bâtiments ou sites pour 200 Universités Paris Diderot : Tableau 60 : Distances totales parcourues par les étudiants pour l Université Paris Diderot réparties par bâtiments/sites Sites Bâtiment PRG Voit Covoit 2roues VoP Bus TER RER MT TGV Buffon , , , , , , , , ,6 Condorcet , , , , , , , , ,1 Grands Moulins , , , , , , , , ,6 Halle aux Farines , , , , , , , , ,5 Lamarck , , , , , , , , ,5 Lavoisier , , , , , , , , ,9 Autres Sites Autres Bâtiments , , , , , , , , ,1 Total , , , , , , , , ,2 Erreur Absolue , , , , , , , , ,8 Erreur Relative 3,0% 4,8% 5,8% 1,8% 1,6% 2,8% 0,8% 0,8% 1,1% Erreur sur les constantes 39,3% 50,0% 52,3% 22,2% 49,0% 40,6% 39,0% 39,0% 44,4% Erreur Totale 42,2% 54,8% 58,2% 24,0% 50,7% 43,5% 39,8% 39,8% 45,5% PRG par bâtiment On utilise les méthodes du BC suivantes : Pour la voiture et le covoiturage : Déplacements en voiture dans le cadre du travail : calcul à partir des kilométrages parcourus «Banlieue Urbaine, V6.1» Déplacements en voiture dans le cadre du travail : calcul à partir des kilométrages parcourus «France entière, V6.1» Pour les 2roues : Déplacement des employés en 2 roues : calculs à partir des véhicule.km «Moto cylindrée < 750 cm³, essence, zone urbaine» 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 99

100 Pour le Bus : Déplacement des employés en Bus & autocar : calcul à partir des personne.km - Bus, réseaux urbains Classe 1 (zone urbaine et interurbaine) Déplacement des employés en Bus & autocar : calcul à partir des personne.km - Bus, réseaux urbains et interurbains Classe 3 (zone urbaine et péri urbaine) Pour le TER : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru - Train en France, TER, électricité Pour le RER : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru «RER Paris» Pour le métro/tramway : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru «Métro / tram / trolley, réseaux urbains Classe 1 (zone urbaine et interurbaine)» Pour le TGV : Train (y compris métro, tram, RER), domicile-travail : calcul à partir du kilométrage total parcouru «Train en France, train grande ligne» 4. Déplacements professionnels Ce poste correspond aux déplacements professionnels réalisés par le personnel de l Université avec leur véhicule personnel. Les émissions attribuables aux transports en communs (trains, taxis, cars et avions) sont également prises en compte. a. Collecte des données Les données récoltées proviennent de deux services différents, à savoir le service Comptabilité fournisseurs, Visa et validation des dépenses et la plate-forme financière du Pôle des Moyens Généraux, Logistiques et Techniques. Ce sont des extractions du logiciel comptable. Avion b. Hypothèses retenues La première hypothèse retenue est le fait que tout déplacement dans un pays à plus de 1000 km de Paris par avion correspond à déplacement au centre de ce pays. Les avions, à partir de 3000 km de voyage, ont tous plus de 250 sièges. 100 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

101 Pour le calcul des distances, la distance parcourue totale est égale à 1.32 fois la distance à vol d oiseau renseignée par la requête Google Maps. On émet alors une erreur relative de 28% sur les données calculées. 78 Chaque mission est effectuée par une seule personne. La distance totale pour chaque mission est donc affectée en passager.km. Train, transports en commun & taxis Le coût de chaque mission représente linéairement le nombre de personnes présentes sur les différentes missions. La distance totale est donc affectée en passager.km. Le facteur d émission des pays non mentionnés dans la base de l outil est égal à la moyenne des facteurs des pays mentionnés. Son erreur relative est égale à la moyenne des erreurs relatives de ces facteurs additionnée de l erreur absolue de la moyenne calculée divisée par cette dernière. Voici la traduction mathématique : Le calcul du facteur d émission : Le calcul de son erreur associée : Le facteur d émission pour le taxi a été renseigné de manière linéaire par rapport aux données disponible dans le Guide Méthodologique Organisation de Conférence Neutre en Carbone de 2007, publié par le Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère de l Ecologie et du Développement Durable, et le Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche. Le coefficient d émission passe donc de 0,436kgCO 2 e/passager.km à 0,340 kgco 2 e/passager.km. Essence Les différentes hypothèses sont : i) l essence remboursée par l Université est entièrement consommée, ii) le prix moyen du carburant sur 2011 est de 1,54 /L avec une erreur relative de 15 % 79. La plupart des trajets étant effectués en France (plus de 80 %), les prix du carburant français seront utilisés pour trouver les équivalents en litres consommés. Ne pouvant pas faire la distinction dans les données récoltées entre essence et gasoil, le seul carburant remboursé est l essence. 78 Voir : Annexe 12.1 : Détail du calcul du coefficient d ajustement des distances parcourues par avion 79 Voir : Annexe 12.3 : Evolution du prix du carburant depuis Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 101

102 L outil BC «Transverse» sera renseigné grâce à la méthode Déplacements en voiture dans le cadre du travail, véhicules possédés ou opérés par l'organisation, achats ou remboursements de carburants «Essence Pompe, France» Transverse c. Méthodologies et erreurs associées Il n y a pas de différence entre les invités de l Université et les missions du personnel. Avion Le traitement des données comporte plusieurs étapes : La première a été de répertorier via un tableau croisé dynamique le nombre de vol pour chaque pays. On a ensuite calculé la distance à vol d oiseau de Paris au centre des pays de destination. Cette distance est multipliée par 1,32 pour prendre en compte les couloirs aériens et les escales 80. La distance nominale de chaque trajet est enfin multipliée par le nombre de trajet associée à chaque destination, ce résultat est réparti selon les tranches de kilomètres compatibles avec l outil BC. Train, transports en commun & taxis Le traitement des données comporte plusieurs étapes : L utilisation de la méthode du tableau croisé dynamique a permis de regrouper les coûts des différents modes de transports selon les pays de destination. Une étude réalisée par l UBS en 2006 a permis de déterminer un coefficient qui permet d obtenir des kilomètres par euro dépensé 81. Ce coefficient détermine la distance totale parcourue pour chacune de ces modes de transports. Aux vues des résultats, le bateau, la location de voiture et le remboursement de l essence sont négligeables par rapport aux autres postes de déplacement 82. L étude n informant pas sur l erreur associée aux données affichées, sa détermintation pour nos résultats finaux est impossible. Essence La quantité de carburant consommée pour 2011 est calculée en partant du coût des remboursements de l essence consommée, et en appliquant le prix au litre de carburant (voir Hypothèse retenues Essence). Les données n étant pas «ventilables» par bâtiment, l outil BC «Transverse» sera renseigné grâce à la méthode Déplacements en voiture dans le cadre du travail, véhicules possédés ou opérés par l'organisation, achats ou remboursements de carburants «Essence Pompe, France» 80 Voir : Annexe 12.1 : Détail du calcul du coefficient d ajustement des distances parcourues par avion 81 Voir : Annexe 12.2 : Etude de l UBS sur les coûts moyens des taxis, transports en commun, et trains par kilomètre dans différents pays 82 Voir : Figure 16 : Répartition des coûts pour chaque mode de transport 102 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

103 d. Données et résultats Résultats globaux Bilan des distances parcourues pour chaque mode de transport. Tableau 61 : Résultats généraux des distances parcourues pour les missions de l'université ainsi que l'essence consommée Modes Train Transport en Commun Avion Automobile Taxis Essence (km) Essence (L) Dtot (km) , , , , , , ,1 Ci-dessous la répartition des distances parcourues par mode de transport : Figure 37 : Répartition des distances parcourues par mode de transport Ainsi que la répartition des coûts pour chaque mode de transport : Répartition des coûts de transports des missions Total : Transp Comm Bateau 0% Voiture 2% 1% Train 27% Avion 67% Taxi 3% Bateau Voiture Transp Comm Train Taxi Avion Figure 38 : Répartition des coûts pour chaque mode de transport 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 103

104 Avion Détail pour les distances parcourues en avion : Tableau 62 : Détails des distances parcourues en avions par tranches de distances correspondant aux facteurs d'émission du Bilan Carbone Avion (Détail) Tranches (km) < DistTot(km) , , , , , ,0 Tranches (km) >11000 DistTot(km) , , , , , ,6 L outil Bilan Carbone sera renseigné par la méthode des Déplacements des employés en avion, «passager.km». Calcul de la répartition des voyages en France métropolitaine par rapport aux autres destinations : Tableau 63 : Répartition des voyages en France métropolitaine par rapport aux autres destinations Proportion des voyages en avion en France métropolitaine 8% FR Autres 92% 104 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

105 Train, transports en commun & taxis Répartition de la distance parcourue en train par pays Ce qui donne : Figure 39 : Répartition de la distance parcourue en train par pays Tableau 64 : Récapitulatif des distances parcourues par pays L outil Bilan Carbone est renseigné par la méthode des Déplacements des employés en train (y compris métro, tram, RER) non possédés par l'organisation (par pays). 5. Déchets L Université Paris Diderot génère des déchets par le biais de son fonctionnement. Ce poste d émission vise à prendre en compte les émissions attribuables aux déchets selon leurs typologies (papier, métaux, etc.) et leurs modes de traitements (incinération, enfouissement, recyclage, etc.). a. Collecte des données Les données proviennent de deux sources différentes. Pour les DASRI, les DIS et les DEEE, les données sont issues du bilan annuel du SHS et de la Soute de l Université. Pour les DIB et les Encombrants les données ont été récoltées auprès du SAM3E 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 105

106 Les différents contacts respectifs sont : Catherine EUDE (Resp. SHS) : (Mail) DEEE, DIS, DASRI Régis CANU (Soute) : (Mail) DIS, DASRI Anita HERBERT (Resp. Services et Entretien) : (Mail) DIB, Encombrants, DEEE b. Hypothèses retenues Déchets industriels banals Le tonnage collecté par mois est constant tout au long de l année avec une diminution par 4 pour le mois d Août 83, l université n étant collectée qu une fois pendant ce mois. DEEE Les caractéristiques des DEEE collectés à l université correspondent à celles des appareils ayant servi pour la caractérisation par type de matériaux contenus dans ces déchets. Autrement dit, les DEEE collectés dans l établissement sont semblables aux équipements tirés des bibliographies 84. Encombrants Aucune hypothèse en raison du manque de données sur le suivi des encombrants. c. Méthodologie et erreurs associées Déchets Industriels Banals Ces données ont été extrapolées (par moyenne statistique) depuis les données des 3 premiers mois de l année 2012 (pour chaque bâtiment) renseignées par le Pôle Service et Entretiens, faute d informations plus précises. La masse totale de déchets est calculée grâce au calcul suivant : Avec : m : nombre de mois étudié (ici 12) mat : matériaux quantifié 85 %(mat) : Pourcentage de répartition du matériau dans la totalité de la benne. j : nombre de mois où les données sont connues (uniformes pour chaque bâtiments) ici 3 mois. Nb : le nombre de bacs collectés d k : les densités min et max provenant du guide méthodologique de l ADEME sur «Mieux connaître les déchets produits à l échelle du territoire d une collectivité locale». N d : le nombre de densité utilisées (ici 2, une min et une max) V bac : Volume des bacs collectés (uniformes pour tous les bâtiments), ici 660L % Remplissage : Pourcentage hypothétique de remplissage de chacun des bacs, ici 100%. Ce qui donne, pour chaque bâtiment, le calcul d erreur suivant : 83 Source : responsable du Pôle Services et Entretien 84 Voir : Annexe 7.1 : Données de ventilation pour les types de DEEE 85 Voir : Annexe 6 : Ratios utilisés pour quantifier les matériaux contenus dans les déchets de l Université 106 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

107 Avec : d k : les densités min et max 86 m : le nombre de mois total analysé (ici 12 (année 2011)) j : le nombre de mois où les données sont connues (uniformes pour chaque bâtiments) Nb : le nombre de bacs collectés Dans l outil, c est la méthode des Matériaux incinérés «Ordures ménagères moyennes» qui sera utilisée. DEEE Il n y a pas de ventilation possible des données par bâtiments. En effet, la géographie de la collecte ne fait pas l objet d une traçabilité par le service responsable. Elles seront donc indiquées dans l outil «Transverse». Le prestataire de collecte et de traitement est ECOREC On utilisera la méthode des Métaux recyclés ou réutilisés «Acier», Métaux recyclés ou réutilisés «Aluminium», Métaux recyclés ou réutilisés «Cuivre», Plastiques recyclés ou réutilisés «Plastique Moyenne» et DIS «Stabilisation et Stockage» La ventilation par type de matériaux correspond à une ventilation standard contenue dans différentes études des types de matériels rencontrés 87. La base n étant que d un exemple, il n y a pas d erreurs «calculables» DIS et DASRI Les données ont été collectées auprès du service Hygiène et Sécurité qui tient un bilan annuel des déchets collectés par les deux prestataires suivant : SARP Industries : DIS SITA : DAS Les données étant extraites des bordereaux de suivi des différents types de déchets, il n y a pas de notion d erreur associée. Pour obtenir la répartition par bâtiment, les données fournies par la soute de l Université, rattachée au SHS, répertorient tous les déchets collectés auprès des différents services et UFR par poids et provenance 88. Afin de remplir les différents outils, la méthode des Déchets dangereux «DIS Incinération» «DAS Incinération» sera utilisée. 86 Mieux connaître les déchets produits à l échelle d un territoire, Guide Méthodologique Mars 2005 ADEME 87 Voir : Annexe 7.1 : Données de ventilation pour les types de DEEE 88 Voir : Tableau 89 : Ventilation des tonnages de DIS et DAS par bâtiment 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 107

108 Encombrants Les données sur les encombrants étant inexploitables pour pouvoir en faire une caractérisation par type de matériaux, l impact du traitement de ces déchets dans les émissions liées au fonctionnement de l université n est pas pris en compte pour cette étude. d. Données & Résultats Déchets Industriels Banals Ci-dessous la répartition par bâtiment des tonnages totaux de DIB Composition Matériaux des DIB (source : ADEME) Total Tableau 65 : Répartition des tonnages de DIB sur les différents sites de l'université Pour différencier la Halle aux Farines des Grands Moulins, un ratio par surface est appliqué, autrement dit : 39.24% pour la HaF et 60.76% pour les Grands Moulins Ce qui donne : Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err Poids (t) Err 71 37,2% 62 31,4% ,4% 50 24,7% 47 24,7% 24 24,7% Tableau 66 : Ratio surfacique entre la Halle aux Farines et les Grands Moulins Tableau 67 : Récapitulatif des tonnages de DIB collectés sur la Halle aux Farines et les Grands Moulins Le traitement principal des DIB est l incinération et donc la valorisation énergétique (Cogénération). DEEE Buffon Condorcet HaF+GM Surface (m²) Répartition HaF ,2% GM ,8% Total % Halle aux Farines Grands Moulins Poids (t) Err Poids (t) Err 70 29,4% ,4% Bilan de la décomposition des tonnages de DEEE en matériaux : Tableau 68: Répartition des DEEE par matériaux Lamarck Lavoisier Watt Poids DEEE en tonne Ecran Périphériques UC Réfrigirateurs Matériel appareils Total (t) médicaux DIS (dont plastiques non recyclables) 1,8 1,2 1,9 0,2 0,2 5,3 Métaux Ferreux 1,0 0,9 1,8 3,1 3,1 9,9 Aluminium 0,7 0,2 0,3 0,1 0,1 1,4 Cuivre 0,3 0,1 0,3 0,2 0,2 1,0 Plastiques Recyclables 1,1 2,5 0,8 1,4 1,4 7,2 108 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

109 Les DEEE font l objet d une valorisation matière (environ 100% selon ECOREC) pour les plastiques et les métaux. DIS & DAS Tableau récapitulatif des données collectées : Tableau 69 : Quantification des DIS et DAS par bâtiment 6. Matériaux et Services Intrants Selon la méthodologie Bilan Carbone, les «intrants» recouvrent tout ce qui rentre physiquement dans l Université, à l exception des biens durables (machines, immeubles c est-à-dire qui s amortissent). Ces matériaux entrants désignent donc les matières premières utilisées dans le cadre des activités assurées par l Université. a. Collecte des données Papier Les données ont été collectées auprès du service Logistique, en charge de la gestion du marché, qui détient les bilans annuels des commandes de ramettes et assimilés par service. Le tonnage a été estimé par bâtiment en associant à chaque service sa localisation par bâtiment 89. Selon le chef du service, environ 40% du papier acheté est d origine recyclée. Contact : Claude CHARTRES Service Logistique (flotte courrier) (Mail) Petites fournitures de bureau Les données ont été collectées auprès du Pôle des Moyens Généraux, Logistiques et Techniques via le responsable de la plate-forme financière. Ce document est une extraction de l intégralité de la comptabilité de l Université faisant apparaître d une part les différentes composantes de l Université, les groupes de marchandises et leurs dépenses associées. Informatique et bureautique Voir petites fournitures de bureau Quantification des DIS et DAS Total déchet DIS (t) DAS (t) Bâtiment/Sites 17,5 30,3 Buffon 2,8 21,0 Condorcet 1,1 1,6 Halle aux Farines 0,0 0,0 Grands Moulins 0,0 0,0 Lamarck 1,7 7,4 Lavoisier 10,5 0,2 Autres sites 1,4 0,0 89 Voir : Tableau 91 : Répartition des services par bâtiment de l'université 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 109

110 Services faiblement matériels Voir petites fournitures de bureau Service fortement matériels Voir petites fournitures de bureau Petites fournitures de laboratoires Voir petites fournitures de bureau b. Hypothèses retenues Papier Les données fournies par le prestataire englobent l intégralité de la consommation de papier de l Université. Petites fournitures de laboratoires Suite à une étude réalisée en interne pour pouvoir obtenir un ordre de grandeur des petites fournitures de laboratoire, les émissions liées correspondent approximativement à celles des petites fournitures de bureau. Autres Les coûts retenus sont représentatifs du fonctionnement de l Université. En effet, les données collectées renseignent le coût propre (hors exonérations ou autres mouvements comptables). Une deuxième hypothèse concerne le remplissage des bons de commande. En effet, il n y a pas d erreurs lors de la mention du groupe de marchandise. Une troisième hypothèse est émise sur la localisation des services centraux et communs. Participant au fonctionnement transversal de l université, ils sont répartis dans tous les bâtiments de l Université. Afin de pouvoir traiter leurs données, ils sont répartis de manière «Transverse» au sein de l ensemble des bâtiments. c. Méthodologies et erreurs associées Papier Les données par bâtiment sont agrégées. Ces données étant des suivis du prestataire, il n y a pas d erreur intrinsèque. La méthode Papier Cartons «Papier» des différents outils sera utilisée. Petites fournitures de bureaux Les groupes de marchandises sont des nomenclatures utilisées par les services financiers pour classifier les intrants (ou les bons de commandes) par intitulés utilisables pour la comptabilité de l Université 90. Les données, une fois répertoriées par groupe de marchandise et par Unités Budgétaires 90 Voir : Annexe 10 : Exemple de correspondance groupe de marchandise / compte budgétaire 110 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

111 (Composante), permettent de déterminer par le biais d une table de correspondance Composante/Bâtiment (localisation des composantes dans les différents bâtiments de l Université 91 ), les coûts liés à l achat de petites fournitures de bureau. Cependant, l Administration est répartie dans trop de bâtiments pour pouvoir l affecter à un seul, les données correspondantes seront ventilées dans la rubrique «Transverse» de l outil BC. Les coûts d achat du papier ont aussi été enlevés pour éviter les doublons de données. Emettant l hypothèse qu il n y a pas d erreur lors de la numérisation des bons de commande, il n y a donc pas d erreurs associées aux données elles-mêmes. Pour entrer ces données dans les différents outils Bilan Carbone la méthode du ratio monétaire Intrants comptabilisés en valeur «Petites fournitures» dans la catégorie 1 sera utilisée. Informatique et bureautique Voir petites fournitures de bureau Pour rentrer ces données dans les différents outils Bilan Carbone la méthode du ratio monétaire Intrants comptabilisés en valeur «Informatique et bureautique» dans la catégorie 1 sera appliquée. Services faiblement matériels Voir petites fournitures de bureau Pour rentrer ces données dans les différents outils Bilan Carbone la méthode du ratio monétaire Intrants comptabilisés en valeur «Services faiblement matériels» dans la catégorie 2 sera utilisée. Services fortement matériels Voir petites fournitures de bureau Pour rentrer ces données dans les différents outils Bilan Carbone la méthode du ratio monétaire Intrants comptabilisés en valeur «Services fortement matériels» dans la catégorie 2 sera utilisée. Petites fournitures de laboratoires Voir petites fournitures de bureau Pour entrer ces données dans les différents outils Bilan Carbone la méthode du ratio monétaire Intrants comptabilisés en valeur «Petites fournitures de laboratoire» dans la catégorie 1 sera utilisée. Néanmoins, elles seront différenciées des petites fournitures de bureaux en augmentant l incertitude du facteur d émission associée. 91 Voir : Annexe 9 : Répartition des différentes Unités Budgétaires par bâtiment 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 111

112 d. Données & Résultats Papier Résumé des tonnages de papier commandé par l Université Tableau 70 : Ventilation des tonnages de papier par bâtiment Quantité de Papier achetés par bâtiments Bâtiment Tonnage Issu du recyclé Autres bâtiments 72,2 28,9 Buffon 3,6 1,4 Condorcet 8,2 3,3 Grands Moulins 21,5 8,6 Halle aux Farines 2,4 0,9 Lamarck 1,3 0,5 Lavoisier 1,8 0,7 Total 110,79 44,32 Petites fournitures de bureau Récapitulatif des coûts des petites fournitures de bureau de l Université : Tableau 71 : Récapitulatif des coûts des petites fournitures de bureau de l'université Coût des quantités de fournitures de bureaux par bâtiment Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,12 Buffon ,02 Condorcet 3 608,96 Grands Moulins ,85 Halle aux Farines 2 928,73 Lamarck ,25 Lavoisier 218,27 Transverse ,85 Total , Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

113 Informatique et bureautique Bilan des coûts des fournitures informatiques et bureautiques de l Université : Tableau 72 : Récapitulatif des coûts des petites fournitures informatiques et bureautiques de l'université Coût des fournitures d'informatiques et bureautiques Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,60 Buffon ,34 Condorcet ,47 Grands Moulins ,06 Halle aux Farines ,66 Lamarck ,39 Lavoisier ,89 Transverse ,86 Total ,26 Service faiblement matériel Bilan des coûts des prestations intellectuelles au sein des différents sites de l Université. Tableau 73 : Tableau récapitulatif des coûts des prestations faiblement matériel au sein des différents sites de l'université Coût des services faiblement matériels Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,15 Buffon ,41 Condorcet ,48 Grands Moulins ,20 Halle aux Farines 8 298,02 Lamarck 8 923,39 Lavoisier 6 047,75 Transverse ,61 Total , Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 113

114 Service fortement matériel Bilan des coûts des prestations fortement matérielles Tableau 74 : Tableau récapitulatif des coûts des prestations fortement matériel au sein des différents sites de l'université Coûts des services fortement matériels Bâtiments Coûts Autres Bâtiments ,82 Buffon ,09 Condorcet ,44 Grands Moulins ,35 Halle aux Farines 2 627,18 Lamarck ,40 Lavoisier ,89 Transverse ,30 Total ,47 Petites fournitures de laboratoires Récapitulatifs des coûts des petites fournitures de laboratoire : Tableau 75 : Tableau récapitulatif des coûts des fournitures de laboratoire au sein des différents sites de l'université Coûts des quantités de petites fournitures de labos Bâtiment Coûts Autres Bâtiments ,09 Buffon ,35 Condorcet ,05 Grands Moulins ,65 Halle aux Farines - Lamarck ,57 Lavoisier ,35 Transverse ,28 Total ,35 7. Immobilisation Ce poste vise à prendre en compte les émissions de GES attribuables aux biens durables de l Université. Au même titre qu un amortissement comptable ; il vise à répartir sur plusieurs années les émissions ayant eu lieu pour les travaux de construction et/ou réhabilitation de bâtiments et pour la production de biens durables, biens et bâtiments répondant aux usages nécessaires à l Université sur plusieurs années. 114 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

115 a. Collecte des données Bâtiments & Parkings : Les données ont été recueillies auprès du service SAM3E qui gère la maintenance des bâtiments de l Université ainsi que dans les audits énergétiques des différents bâtiments du site PRG appartenant à Paris 7 réalisés en Flotte de véhicules : Les données sont issues du service SAM3E qui gère le parc de véhicule de l Université. Les données ont été récupérées sur les cartes grises des différents véhicules, à l exception de 3 véhicules, qui ont été mis à la destruction le 20/10/2011. Il s agit des immatriculations 75R7423D, 75N2613E, 75N6251E. Matériels Informatique et scientifique & Mobiliers Les données on été collectées auprès de l Agence Comptable de l Université, responsable de l inventaire de tout matériel étant soumis à amortissement comptable. Autrement dit, tout matériel dont la valeur est de plus de 800 Hors Taxes. Contact : Dominique MASSET Agence Comptable (Immobilisation et Inventaire) (Mail) b. Hypothèses retenues Matériels Informatique et Scientifique & Mobiliers Le coût des 3 types de matériels représente les mêmes émissions de CO 2. Une erreur est cependant commise en ne prenant pas en compte la notion de «haute valeur ajoutée» pour le matériel scientifique. c. Méthodologie et erreurs associées Bâtiments & Parkings : Les documents cités ci-dessus répartissaient les différentes superficies des surfaces suivant une nomenclature particulière qui couvre 4 grandes rubriques 92 : Bureaux Recherche Enseignement Parking Les données sont ventilables par bâtiment. Chaque outil sera renseigné en utilisant la méthode des superficies. La structure des bâtiments étant majoritairement en béton, la correspondance entre les rubriques mentionnées ci-dessus aux catégories de l outil BC sera appliquée de la manière suivante : Bureaux = «Bureau (béton)» 92 Voir : Annexe 2 : Analogie des différents types de pièces (méthode des surfaces / «Immobilisation») 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 115

116 Enseignement = «Enseignement (béton)» Recherche = «Santé (béton)». En effet, les pré-requis de construction sont similaires. Parkings = «Parking («usage normal»)» Les données, communiquées par la Mairie de Paris, seront considérées sans erreur. La durée d amortissement réglementaire des bâtiments est de 50 ans. Flotte de véhicules : L utilisation des véhicules étant pour la plupart aléatoire, la ventilation par bâtiment est impossible. Le poids total sera donc renseigné dans l outil «Transverse» en utilisant la méthode des poids «Véhicules». La durée d amortissement réglementaire des véhicules est de 10 ans. L erreur associée est calculée via l écart type de la «tranche» de données constructeurs à propos de véhicules qui n étaient pas renseignés. L erreur globale est calculée via la moyenne des erreurs pour chaque véhicule (cf. tableau cidessous) : Avec : P tot : Poids total des véhicules de l Université P : poids d un véhicule i : représente les différents véhicules N : Nombre de véhicules Matériels Informatique et Scientifique & Mobiliers Pour les différents matériels «étiquetés» comme matériel scientifique, mobilier, ou encore matériel informatique, la méthode des tableaux croisées dynamiques a été utilisée pour obtenir un coût total par durée d amortissement. Les données étant comptables, il n y a pas a priori d erreur associée aux coûts recueillis. La rubrique «à renseigner» de la colonne bâtiment représentant la majorité des coûts du matériel, les données traitées seront renseignées dans l outil «Transverse» du BC. La durée d amortissement dépend du matériel considéré. Elle variera entre 3 ans (Ordinateurs portables), 5 ans (Mobilier moyen) et 10 ans (Matériel Scientifique conséquent). 116 Université Paris Diderot Paris 7 Paris Diderot Développement Durable

117 d. Données & Résultats Bâtiments & Parkings : Tableau des résultats qui seront rentrés dans chacun des outils Bilan Carbone. Tableau 76 : Répartition des différents types de surface par sites/bâtiments de l'université en m 2 Nom Enseignement Bureaux Recherche Parkings Buffon 1 173, , ,3 0,0 Condorcet 3 491, , ,5 0,0 Halle aux Farines 9 161, ,5 0,0 0,0 Bâtiment Grands Moulins , , ,5 0,0 Lamarck 1 799, , , ,0 Lavoisier 1 245, , , ,0 Total , , , ,0 Autres Sites Total , , , ,0 Total , , , ,0 Répartition des surfaces : Répartition des types de surfaces pour tous les sites (Total : m²) 33% 29% Enseignement 25% 13% Bureaux Recherche Parkings Figure 40: Répartition des différents types de surfaces pour tous les sites/bâtiments de l'université 2013 Rapport Méthodologique de Documentation de l Outil Bilan Carbone 117

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2013-2014 Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)... 1 Exercice 2013-2014... 1 1. Description de la personne morale concernée...

Plus en détail

Le bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre NTN-SNR ROULEMENTS

Le bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre NTN-SNR ROULEMENTS Le bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre NTN-SNR ROULEMENTS L article 75 de la loi du 12 juillet 21 rend obligatoire la réalisation d un bilan des émissions des gaz à effet de serre

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Ce bilan est une démarche volontaire, étant

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Raison sociale : MAAF ASSURANCES SA Code NAF

Plus en détail

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE «scope 1 et 2» ANNEE 2011 1. CONTEXTE Ce bilan des émissions de gaz à effet de serre fournit

Plus en détail

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 France Telecom SA Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : France Telecom SA Code NAF : 6110Z / Télécommunications filaires

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à effet de serre BIOMERIEUX FRANCE

Bilan d émissions de Gaz à effet de serre BIOMERIEUX FRANCE Bilan d émissions de Gaz à effet de serre conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) BIOMERIEUX FRANCE Décembre 2012 Réalisé

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées Bilan des émissions de gaz à effet de serre Septembre 213 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Sommaire

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR

Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR Décembre 2012 Réalisé pour le compte du Groupe SFR par Biens Communs et Factea Durable Sommaire I PRÉSENTATION... 1 I.1 DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

Format de restitution pour la publication du bilan GES

Format de restitution pour la publication du bilan GES Format de restitution pour la publication du bilan GES Bilan des émissions de gaz à effet de serre conformément au décret n 2011-829 du 11 juillet 2011 Version : 28 décembre 2012 Rédaction : Pascal OCHALEK

Plus en détail

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier 23/05/2013 Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier L université Joseph Fourier s est engagée dans la réalisation de son propre Bilan des Emissions de Gaz à Effet

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

Bilan Carbone Périmètre Global Année d exercice : 1er janvier 2012 31 décembre 2012. 12 décembre 2013 12/12/2013

Bilan Carbone Périmètre Global Année d exercice : 1er janvier 2012 31 décembre 2012. 12 décembre 2013 12/12/2013 Bilan Carbone Périmètre Global Année d exercice : 1er janvier 2012 31 décembre 2012 12 décembre 2013 1 PRESENTATION DE LA SOCIETE 1. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE L Etablissement Public de Santé Mentale

Plus en détail

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 et au décret n 2011-829 du 11 juillet 2011 Synthèse des principales actions de réduction

Plus en détail

Bilan Carbone. de la Commune d Hyères les Palmiers

Bilan Carbone. de la Commune d Hyères les Palmiers Bilan Carbone de la Commune d Hyères les Palmiers Bilan des émissions de gaz à effet de serre du Patrimoine et des Services de la collectivité Année de référence : 2012 www.hyeres.fr Novembre 2014 Bilan

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. LEGUERNEY Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

Auteur : Groupama Supports et Services Service D.P.C.R sécurité. Rapport : B.E.G.E.S Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre

Auteur : Groupama Supports et Services Service D.P.C.R sécurité. Rapport : B.E.G.E.S Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Auteur : Groupama Supports et Services Service D.P.C.R sécurité Rapport : B.E.G.E.S Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre AUTEUR : Fabienne VIDET REFERENCE : EXPSECU/FV-19/2014 DATE : 12/05/2014

Plus en détail

Restitution du bilan d'émissions de GES : MGEN, Mutuelle Générale de l Education Nationale

Restitution du bilan d'émissions de GES : MGEN, Mutuelle Générale de l Education Nationale Restitution du bilan d'émissions : MGEN, Mutuelle Générale de l Education Nationale 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : MGEN Code NAF : 6512 Z Autres Assurances Code SIREN :

Plus en détail

Bilan des Emissions de GES. Restitution finale

Bilan des Emissions de GES. Restitution finale Bilan des Emissions de GES Restitution finale 19/11/2012 Agenda Synthèse de la collecte des données Modifications vs. restitution intermédiaire Présentation des résultats actualisés Plan d actions de réduction

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron Le présent bilan d émissions de gaz à effet de serre a été réalisé à l aide de la méthode Bilan Carbone version 7.1.01 développée

Plus en détail

Casino Services. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES

Casino Services. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES Casino Services Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES Destinataire climat.rhone-alpes.dreal-rhone-alpes@developpement-durable.gouv.fr Page 1 sur 9 1. Description de la personne morale

Plus en détail

Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES

Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Centre Hospitalier de Saint-Malo. Code APE : 8610 Z Activités Hospitalières.

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) Conformément à l article 75 de la loi 2010-788 du 12 juillet 2010

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) Conformément à l article 75 de la loi 2010-788 du 12 juillet 2010 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) Conformément à l article 75 de la loi 21-788 du 12 juillet 21 BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (GES) 2 Depuis la parution du décret n 211-829 d

Plus en détail

Codim 2. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES. Page 1 sur 9

Codim 2. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES. Page 1 sur 9 Codim 2 Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES Préfecture de Région Corse 9, parc Belvédère BP 229 20179 AJACCIO Cedex destinataires DREAL 19 cours Napoléon CS 10 006 20704 AJACCIO

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Année de référence : 2011 Alpha Santé Document {auxilia} Novembre 2012 SOMMAIRE 1. Contexte et objectif du rapport 3 2. Méthodologie

Plus en détail

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 CH SAINT-AFFRIQUE- Bilan des émissions des GES 2012 Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 En application de la Méthode pour la réalisation

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2012 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

Bilan d'émissions de Gaz à Effet de Serre

Bilan d'émissions de Gaz à Effet de Serre Bilan d'émissions de Gaz à Effet de Serre dans le cadre de l'art.75 de la loi Grenelle 2 FUEL DEFINITIONS DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE (PM) CONCERNEE Raison sociale SAINT GOBAIN ABRASIFS France Code

Plus en détail

FAURECIA BLOC AVANT. Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France

FAURECIA BLOC AVANT. Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France FAURECIA BLOC AVANT Bilan des émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France Décembre 2012 Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode pour

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2012-2013 1. Description de la personne morale concernée... 2 2. Année de reporting de l exercice et l année de référence... 3 3. Emissions

Plus en détail

Bilan Carbone MAAF :

Bilan Carbone MAAF : Bilan Carbone MAAF MAAF ET LES GAZ À EFFET DE SERRE La loi Grenelle II, promulguée le 12 juillet 2010, a rendu obligatoire la réalisation d un Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) pour toutes

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION Année de référence : 211 Page : 1 / 12 SOMMAIRE I. GENERALITES... 3 A. INTRODUCTION 3 B. OBJECTIFS 3 II. LA METHODE BILAN CARBONE... 4 A.

Plus en détail

Contact Paris-3D: Pr. Jean-Pierre FRANGI. Tél : Courriel :

Contact Paris-3D: Pr. Jean-Pierre FRANGI. Tél : Courriel : RAPPORT DE SYNTHESE DU BILAN CARBONE DE L UNIVERSITE PARIS DIDEROT 2012 Contact Paris-3D: Pr. Jean-Pierre FRANGI Tél : 01 5727 8450 Courriel : diderotdurable@univ-paris-diderot.fr 2 Université Paris Diderot

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire Année de référence : 2011 2 Sommaire 1 CONTEXTE... 3 2 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE... 3 3 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1. SYNTHESE DU BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE...4 2. INTRODUCTION... 6 2.1 Rappel sur les enjeux énergie-climat...6 2.2 Méthodologie employée...7 2.3

Plus en détail

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction Novembre 2015 de *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION Développement Durable Eiffage Construction Préliminaire R é f é r e n c e s Date du Bilan Carbone Logiciel utilisé Période de Référence Adresse de publication

Plus en détail

Fiche de synthèse 2015

Fiche de synthèse 2015 Septembre 2015 SIGVARIS Bilan des émissions de gaz à effet de serre Fiche de synthèse 2015 Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement

Plus en détail

BILAN CARBONE FedEx Corp HUB de Roissy Charles-de-Gaulle

BILAN CARBONE FedEx Corp HUB de Roissy Charles-de-Gaulle BILAN CARBONE FedEx Corp HUB de Roissy Charles-de-Gaulle 1. Description de la personne morale concernée Raison Sociale : Fedex Corp Code NAF : 621Z Code Siren : 351 630 371 Code SIRET 351 630 371 000 42

Plus en détail

Bilan des émissions de GES du siège de PepsiCo France Rapport réglementaire

Bilan des émissions de GES du siège de PepsiCo France Rapport réglementaire 2012 Bilan des émissions de GES du siège de PepsiCo France Rapport réglementaire "Il nous reste sept ans pour inverser la courbe des émissions de CO 2 " Rajendra Pachauri, président du Groupe intergouvernemental

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

Bilan réalisé conformément à l article 75 de la loi n 2010 788

Bilan réalisé conformément à l article 75 de la loi n 2010 788 NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION TRANSPORT BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE Bilan réalisé conformément à l article 75 de la loi n 2010 788 Contact : Marlène FINE Responsable développement durable Division

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Partie 1 : Bilan d émissions de gaz à effet de serre 1. Description de la personne morale concernée 1.1. Informations

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE LA VILLE D EPINAY-SUR-SEINE. Rapport de diagnostic

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE LA VILLE D EPINAY-SUR-SEINE. Rapport de diagnostic BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE LA VILLE D EPINAY-SUR-SEINE Rapport de diagnostic Rédaction Approbation Validation Bertille BALLUFFIER Bertille BALLUFFIER Nicolas CAILLEAU Ind. Date Modification

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET B I L A N D E BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PLACOPLATRE ANNEE 2011 G A Z A E F F E T PRESTATAIRE : CITEPA 7, Cité Paradis 75010 Paris Tél : 01 44 83 68 83 Octobre 2012 D E S E R R E TABLE

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE MAÎTRE D OUVRAGE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE 11 boulevard Kennedy 65 000 TARBES BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE Date : 5 mars 2012 PREFECTURE

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Page 1 Table des matières CONTEXTE... 3 NOTE METHODOLOGIQUE... 4 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 5 A. DESCRIPTION

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des 1 P a g e Sommaire Cadre général... 3 1. Description de la personne morale concernée... 4 2. Année de reporting de l exercice et l

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Page 11 / 12 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Page 1 / 12 Sommaire 1. Description de la personne morale concernée...2 2. Année de reporting de l exercice et l année de référence...4 3. Les émissions

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PRESTATION RÉALISÉE PAR APAVE SUDEUROPE SAS 9 Avenue des Pyrénées 31240 L UNION APAVE SUDEUROPE SAS 9 AVENUE DES PYRÉNÉES 31 240 L UNION Tél : 05.61.37.62.06

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2011 1 1. INTRODUCTION 1.2. Cadre réglementaire 3 1.3. Méthodologie retenue. 3 2. BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2.1. Description

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014 Agence de l eau ADOUR-GARONNE Rapport Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Mai 2014 DECLARATION ART 75 LOI ENE AGENCE DE L EAU ADOUR GARONNE 1 Rapport réglementaire La suite de ce chapitre

Plus en détail

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes 1/ Description de la personne morale concernée Raison sociale : CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONES ALPES

Plus en détail

NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION LOGISTIQUE BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE

NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION LOGISTIQUE BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION LOGISTIQUE BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE Description de la personne morale Ce bilan des gaz à effet de serre concerne la Division Logistique France de Norbert Dentressangle.

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL Production France

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL Production France Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL Production France 1. Description de la société Fromageries Bel Production France : Code NAF : 1051C Code SIREN : 493.371.595, les

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : OTIS S.A.S. Code NAF : 4329B Code SIREN : 521 07 800 Numéro de SIRET : 542107800 Nombre de salariés : 5 027 Adresse : 3 place de La Pyramide

Plus en détail

KEOLIS Tours. Jour/Mois/Année

KEOLIS Tours. Jour/Mois/Année KEOLIS Tours Jour/Mois/Année BILAN GAZ A EFFET DE SERRE SOMMAIRE 1. Contexte 3 1.1 Contexte normatif 3 2. Généralités 4 2.1 Informations générales 4 2.2 Description de la personne morale 5 2.3 Mode de

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Restitution du bilan d'émissions de GES

Restitution du bilan d'émissions de GES Restitution du bilan de GES 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Centre Hospitalier de Fontainebleau Code NAF : Code SIREN : 267 700 029 00064 Adresse : 55 boulevard Maréchal

Plus en détail

Bilan Gaz à effet de serre 2014

Bilan Gaz à effet de serre 2014 Bilan Gaz à effet de serre 2014 Sommaire I. Contexte et objectif... 2 II. Périmètre organisationnel retenu... 3 III. Méthodologie... 4 IV. Emissions de GES... 7 V. Emissions évitées... 9 VI. Incertitudes...

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Page 1 Table des matières CONTEXTE... 4 NOTE METHODOLOGIQUE... 5 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 6 A. DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE HSBC France

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE HSBC France Conformité à l article 75 du Grenelle II de l environnement BILAN DES EMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE HSBC France Date: octobre 2013 1 Sommaire I. Stratégie Environnementale de HSBC Les enjeux environnementaux

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre de la préfecture et des sous-préfectures de la Haute-Garonne

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre de la préfecture et des sous-préfectures de la Haute-Garonne Bilan des émissions de Gaz à effet de serre de la préfecture et des sous-préfectures de la Haute-Garonne Année 2013 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 Lectra S.A. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 World Headquarters & siège social : 16-18, rue Chalgrin 75016 Paris France

Plus en détail

D.D.P.P. 33 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre

D.D.P.P. 33 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre D.D.P.P. 33 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Raison sociale : Direction Départementale de la Protection des Populations de la Gironde. Code SIRET : 13000975600011 Adresse : 5, boulevard Jacques

Plus en détail

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES Elior Restauration Entreprises Responsable du suivi : Vincent Cossac Fonction : Responsable Développement Durable Adresse : 46/52 rue Albert 75013 Paris : 01

Plus en détail

Bilan d émissions de GES réglementaire Mecachrome France SAS

Bilan d émissions de GES réglementaire Mecachrome France SAS Bilan d émissions de GES réglementaire Mecachrome France SAS Version du 26 juin 2013 Contenu 1 Description détaillée de la personne morale concernée... 3 1.1 Périmètre Organisationnel... 3 1.2 Périmètre

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre HABITAT 08 Office Public de l Habitat des Ardennes Dernière mise à jour : 30 décembre 2015 Auteur : Laurent Bêche 1. Contexte réglementaire En application du

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

DIAGNOSTIC DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 25, allée des vendanges Le parc aux vignes 77 183 Croissy Beaubourg 01 60 37 06 62 SagaCité 1, rue Albert Einstein, 77 420 Champs- sur- Marne 01 64 11 93 52 DIAGNOSTIC DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre FILTRAUTO Année 2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre FILTRAUTO Année 2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre FILTRAUTO Année 2011 Sommaire 1. Description de la personne morale concernée... 3 2. Année de reporting et année de référence... 5 3. Résultats consolidés...

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) d ETAM Lingerie

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) d ETAM Lingerie Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) d ETAM Lingerie Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 4 I.1 Description de la personne morale concernée... 4 I.2 Année de reporting de l exercice

Plus en détail

Distribution Casino France Hypermarchés Supermarchés - Supérettes

Distribution Casino France Hypermarchés Supermarchés - Supérettes Distribution Casino France Hypermarchés Supermarchés - Supérettes Restitution pour la publication du bilan d émissions de Destinataire climat.rhone-alpes.dreal-rhone-alpes@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Décembre 2012 Bilan GES BRENNTAG SA Page 1 sur 14 BRENNTAG BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ANNEE 2011 Décembre 2012 Bilan GES BRENNTAG SA Page 2 sur 14 TABLE DES MATIERES Table des matières...

Plus en détail

RAPPORT DE BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE AYME ET FILS SA

RAPPORT DE BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE AYME ET FILS SA RAPPORT DE BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE AYME ET FILS SA Avec la collaboration de RLC Lyon Par la méthode Bilan Carbone Année de référence : 1/1/211 31/12/211 Année de reporting : 1/1/211 31/12/211 Claude

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l entreprise BERGER-LEVRAULT

Diagnostic Gaz à effet de serre de l entreprise BERGER-LEVRAULT Diagnostic Gaz à effet de serre de l entreprise BERGER-LEVRAULT 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : BERGER LEVRAULT Code NAF : Edition de logiciels applicatifs 5829C Code SIREN

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Direction Exploitation Conseil 22/26, avenue Edouard Grinda 06200 NICE Tél : 04 92 29 40 50 Nice-Matin 214 Route de Grenoble 06200 Nice RAPPORT DU Bilan des

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES)

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Conformément à l article 75 de la loi N 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement. Le 20 décembre 2012 Sommaire Présentation...

Plus en détail

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre PREFECTURE DE REGION D ILE DE FRANCE Bureau environnement/énergie Immeuble Le Ponant 5 rue Leblanc 75015 PARIS ANTONY, le 21 décembre 2015 Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Easydis. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES. Page 1 sur 9

Easydis. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES. Page 1 sur 9 Easydis Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES Destinataire climat.rhone-alpes.dreal-rhone-alpes@developpement-durable.gouv.fr Page 1 sur 9 1. Description de la personne morale concernée

Plus en détail

6. MISE A DISPOSITION DU BILAN D EMISSION DES GAZ A EFFET DE SERRE. 16

6. MISE A DISPOSITION DU BILAN D EMISSION DES GAZ A EFFET DE SERRE. 16 1.- OBJECTIFS DU BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE. 3 1.1.- CONTEXTE REGLEMENTAIRE. 3 1.2.- PRESENTATION DE LA METHODOLOGIE. 3 2.- DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE. 5 2.1. PERSONNE

Plus en détail

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse PREFETE DE LA MEUSE FICHE DE SYNTHESE BILAN des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse Année 2013 Bilan Carbone de la Préfecture de la Meuse 1 1 Description de la personne morale

Plus en détail

Bilan règlementaire des émissions de Gaz à Effet de Serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010

Bilan règlementaire des émissions de Gaz à Effet de Serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 Bilan règlementaire des émissions de Gaz à Effet de Serre Conformément à l article 75 de la loi n 21-788 du 12 juillet 21 Siège, DT 33, DT 24, DT 4, DT 47, DT 64 Année de référence : 211 - AUTEUR : LAURENT

Plus en détail

BILAN REGLEMENTAIRE DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN REGLEMENTAIRE DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN REGLEMENTAIRE DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PREFECTURE DE Environnement PICARDIE EGEA 129 rue Léon Blum 62110 Hénin Beaumont Sommaire 1. ACTEURS... 2 1.1. Description de la Personne morale

Plus en détail

Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre 2009-2012

Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre 2009-2012 Saunier Duval Eau Chaude Chauffage Industrie 17 rue de la Petite Baratte B.P. 41535 44315 NANTES Cedex 03 France Tel : 02 40 68 10 10 Fax : 02 40 68 10 53 Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre 2009-2012

Plus en détail

BILAN CARBONE 2011. avril 13. Services Technologies Industries Pour l Environnement

BILAN CARBONE 2011. avril 13. Services Technologies Industries Pour l Environnement Services Technologies Industries Pour l Environnement BILAN CARBONE 2011 avril 13 STIPE SARL SIEGE SOCIAL : 842 RUE JEAN GIONO 83600 FREJUS TEL FAX 04 94 53 55 74 AGENCE IDF : 22 RUE SADI CARNOT 92000

Plus en détail

Restitution du bilan d émissions de GES

Restitution du bilan d émissions de GES Restitution du bilan d de GES 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DU NORD-PAS-DE-CALAIS Code NAF 8412 Z Code SIREN 175904606 SIRET

Plus en détail

Bilan 2012. des émissions de gaz à effet de serre. de l Institut Pasteur. Données 2011

Bilan 2012. des émissions de gaz à effet de serre. de l Institut Pasteur. Données 2011 Bilan 2012 des émissions de gaz à effet de serre de l Institut Pasteur Données 2011 Décembre 2012 SOMMAIRE 1. Description de la personne morale concernée... 3 2. Périmètres organisationnel et opérationnel...

Plus en détail

RESTITUTION POUR LA PUBLICATION DU BILAN D EMISSIONS DE GES

RESTITUTION POUR LA PUBLICATION DU BILAN D EMISSIONS DE GES RESTITUTION POUR LA PUBLICATION DU BILAN D EMISSIONS DE GES INFORMATIQUE Version Date de création Date de la modification Auteur Date de validation V0 E Chamoley Réf : LOG-restitution pour la publication

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SA... 3 2.1. Informations relatives à la personne morale... 3 2.2. Personne

Plus en détail

Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Reporting pour l année 2014

Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Reporting pour l année 2014 Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Reporting pour l année 2014 J.Mansuy 29/06/2015 Table des matières 1. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 3 2. ANNEE DE REPORTING DE L EXERCICE

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France GAMBRO Industries ZI de 7, Avenue Lionel Terray 69 883 Cedex Bilan de gaz à effet de serre de GAMBRO en France Installations Classées pour la Protection de l'environnement Bilan Année 2011 (année de référence)

Plus en détail

Bilan 2011 d'émission de gaz à effet de serre de BNP Paribas SA en France et plan d'action de réduction associé

Bilan 2011 d'émission de gaz à effet de serre de BNP Paribas SA en France et plan d'action de réduction associé Bilan 2011 d'émission de gaz à effet de serre de BNP Paribas SA en France et plan d'action de réduction associé Conformément à l'article 75 de la loi du 12 juillet 2010 portant "engagement national pour

Plus en détail