Efficacité énergétique et traitement de l eau :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Efficacité énergétique et traitement de l eau :"

Transcription

1 Efficacité énergétique et traitement de l eau : une solution innovante pour vos générateurs de vapeur efficiency for industry

2 Sommaire 1. Les différents moyens d amélioration du rendement des chaudières 2. Principe du traitement Cetamine 3. Résultats de l étude de l Université de Rostock 4. Résultats chiffrés sur site industriel 5. Outil de calcul des économies réalisables en chaufferie

3 Pistes pour l amélioration du rendement Amélioration de la combustion: brûleur, économiseur Augmentation de la récupération des condensats Récupération de l enthalpie et de la chaleur sensible des purges Augmentation du facteur de concentration en chaudière: amélioration de la qualité de l eau d appoint Amélioration de l échange themique en chaudière: traitement d eau performant

4 Certificats d économie d énergie Arrêté du 22 décembre 2014 définissant les opérations standardisées d économies d énergie UT 104: économiseur sur chaudière gaz ou GPL UT 105: brûleur micro-modulant UT 125: traitement d eau performant puissance thermique nominale < 20 MW osmose inverse ou déminéralisation sur résines conductivité eau d appoint < 50 µs/cm

5 Certificat d économie d énergie UT 125 Facteurs à prendre en compte UT 125: traitement d eau performant osmose inverse ou déminéralisation sur résines conductivité eau d appoint < 50 µs/cm Intérêt de l osmose comme prétraitement des chaudières vapeur % purge / vaporisation Impact du conditionnement sur la conductivité de l eau alimentaire Traitement minéral / traitement tout organique

6 Le traitement Cetamine

7 Le principe du traitement Cetamine Composition des Cetamine Polyamines filmantes R-[NH-( CH2 )3-]n-NH2 Action anticorrosion par formation d un film, Anti-tartre Propriétés tensio-actives Amines alcalinisantes Dispersant Réducteur d oxygène DEHA Plusieurs actions principales Contrôle du ph Protection anticorrosion de la bâche, de la chaudière et des condensats Dispersion des sels incrustants

8 Bénéfices liés au traitement Cetamine Simplicité 1 seul réactif multifonction Très faible influence sur la conductivité Réduction des purges Économies d eau et d énergie Dosage proportionnel à l eau d appoint Diminution de la consommation de réactifs Innocuité et manipulation DL 0 > 2000 mg / kg Gamme Cetamine G sans cyclohexylamine Absence de sulfites allergènes Absence de manipulation par les opérateurs

9 Etude de l influence du traitement organique sur le coefficient d échange thermique d un générateur de vapeur réalisée par l université de Rostock

10 Objectif de l étude Etude de l influence des amines filmantes sur le transfert de chaleur d une surface métallique vers l eau en ébullition 1. Détermination de la durée de la formation d une couche d oxydes sur des tubes en acier dans le cadre de différents traitements 2. Vérification de l impact des amines filmantes sur le développement de la couche d oxydes et sur les propriétés des surfaces de chauffe 3. Etude de l influence des amines filmantes sur les surfaces de chauffe après changement d un traitement classique à un traitement amines

11 Equipement Determination du coefficient de transmission de chaleur: ébullition statique d une eau traitée 1. Imposition d un courant électrique au tube test (4) à l aide d un générateur de courant 2. Mesure de la température de peau interne du tube (5) 3. Mesure de la température de la vapeur saturée (2) 4. Détermination de la température extérieure du tube par calcul 5. Calcul du flux thermique 6. Détermination du coefficient de transmission de chaleur (k) en fonction de - flux thermique, - température extérieure du tube - température de la vapeur saturée ~

12 Tube soumis à un flux thermique

13 Chaudière à tubes de fumées

14 k coefficient de transfert thermique Coefficient global de transmission de la chaleur: Assomption: surface plane 1/ 1/ 1/ radial temperature trend (not to scale)

15 Programmes de traitement testés Traitement classique servant de référence Na 3 PO 4 (10,0 ph 10,5) Conditionnement organique Cetamine V 211 mélange d amine filmante et d amines alcalinisantes concentration normale: 0.5 à 1.0 ppm d amine filmante résiduelle Détermination de k durant l ébullition statique en fonction de la durée de traitement et du flux thermique appliqué Etude de la couche d oxydes générée sur un tube neuf à p s = 15 bar

16 Comportement typique du coefficient de transfert thermique. Flux thermique: q ~ 105 kw/m² Modélisation: ; κ := constante de temps τ 99

17 Temps nécessaire à la formation d une couche d oxydes stabilisée p s = 15 bar: PO 4 type de traitement *durée de traitement nécessaire 95 h V 211 PO 4 V h 430 h

18 Influence des amines filmantes sur k amélioration de k pendant un traitement amines, sur un tube neuf, à p s = 15 bar Démarrage du traitement (τ = 0) Coefficient de transfert thermique k W/(m²K) V PO 4,0 Flux thermique habituel Dans les chaudières tubes de fumées Flux thermique W/m²

19 Influence des amines filmantes sur k amélioration de k pendant un traitement amines, sur un tube neuf, à p s = 15 bar État stationnaire(τ = ) Coefficient de transfert thermique k W/(m²K) Flux thermique habituel Dans les chaudières tubes de fumées Flux thermique W/m²

20 Influence des amines filmantes sur k Augmentation de k pendant un traitement amines après changement d un traitement Phosphate classique, à p s = 15 bar Coefficient de transfert thermique k W/(m²K) PO 4 V 211 PO 4 stationnaire (τ = ) Flux thermique W/m²

21 Influence des amines filmantes sur k Augmentation de k pendant un traitement amines après changement d un traitement Phosphate classique, à p s = 15 bar Coefficient de transfert thermique k W/(m²K) PO 4 V Démarrage du traitement(τ = 0) Augmentation immédiate de k après passage à un traitement amine due à la diminution de la tension de surface: activation de sites additionnels de nucléation Flux thermique W/m²

22 Impact de V211 sur des surfaces métalliques nues Effet de surface de Cetamine V211 - Plus grand nombre de bulles à la surface à flux constant - Fréquence des bulles augmentée, diamètre des bulles plus petit Traitement Na 3 PO 4 : ph = 10.3 Traitement V211: [AF] = 4 ppm

23 Influence de Cetamine V 211 sur l ébullition statique, résumé Augmentation significative du coefficient k: V211 / PO 4 k = 90 à 150 % (sur des tubes neufs) PO 4 V 211 : k = 50 à 80 % (après changement de traitement) La différence est plus importante pour des flux thermiques appliqués faibles à moyens en raison d une nucléation plus rapide et plus intense

24 Influence du traitement sur l état de surface PO 4 V µm

25 Conclusion de l étude théorique Influence significative des amines filmantes (Cetamine V 211) sur le coefficient de transfert thermique / traitement classique Na 3 PO 4 Amélioration de l état de surface des tubes traités à l aide d amines filmantes: homogénéité et épaisseur de la couche d oxydes Economies substantielles possibles liées à l augmentation du coefficient global de transfert thermique

26 Economies théoriques potentielles: chaudières à tubes de fumées Dans ces chaudières, le coefficient dominant est celui du transfert de la phase gaz vers la surface intérieure du tube. Côté eau, le 3ème parcours est la zone où l amélioration attendue est la plus sensible (flux thermique moindre) augmentation du coefficient global de transfert thermique meilleur refroidissement des fumées diminution des pertes amélioration théorique estimée du rendement global de la chaudière pouvant aller jusqu à 0,5 %

27 Application industrielle et résultats chiffrés

28 Production de vapeur Exploitant: COFELY Chaufferie industrielle dans une usine de fabrication de mélaminé tonnes / an Pression de service 21 à 23 bars Surchauffe 260 C 70 % de retours Chaudières 2 Stein 16,5 t/h type CFS à tubes de fumées 1 Stein 33 t/h à tubes d eau sur cogénération 1 incinérateur 8 t/h Traitement Cetamine V Ferrolix 8340

29 Production de vapeur 29

30 Production de vapeur 30

31 Production de vapeur 31

32 Constatations Forte augmentation des retours de condensats due: Forte augmentation du ph Maintien d une conductivité correcte Amélioration de la qualité de la passivation des échangeurs vapeur constatée par le client final utilisateur Diminution du taux de purge liée à: Augmentation du pourcentage de retours Augmentation du taux de concentration Diminution de la consommation de gaz liée à: Diminution de la consommation de vapeur en réchauffage de bâche Diminution des purges Meilleure répartition de la charge sur les 2 chaudières Amélioration de l échange thermique en chaudière

33 Premiers résultats par données exploitant Différence ou calcul % Vapeur (T/an) ,70% Eau adoucie (m3/an) ,15% Retours condensats (m3/an) ,61 % Vapeur réchauffage bâche (T/an) Heures arrêt production de vapeur ,6 % Kg vapeur 260 C/ Nm3 (TF 1 + TF 2) 12,10 12,30 0,20 + 1,65 % Taux concentration moyen 5 9,2 % Purge /vaporisation 7,8 2,6-66 % Économie gaz liée à la purge 0,88 % Meilleure répartition de la charge 0,43 % Amélioration échange thermique 0,34 %

34 Inspection

35 Conclusion et perspectives Economies constatées supérieures aux études théoriques Amélioration de la gestion de la répartition de la charge des chaudières et diminution des pertes par les parois Amélioration de la gestion des purges Amélioration de la qualité des retours donc diminution des consommations d eau et de vapeur de dégazage Amélioration de l échange thermique Développement d un outil de calcul des économies Perspectives Intégrer ces résultats dans les logiciels de gestion de l énergie développés par les bureaux d étude Lancer une étude similaire sur les chaudières à tubes d eau à circulation naturelle

36 CONTACT Philippe Blériot Directeur technique Kurita France 53, rue de l étang Limonest Tél : Web

37 MERCI DE VOTRE ATTENTION Learn more by visiting This document is confidential. Any kind of reproduction, change, transfer to a third party or disclosure of this document, even extracts, requires the prior written consent of Kurita Europe GmbH.

38 Normes eau de chaudière à tubes de fumées EN Paramètre Pression de service (bars) Valeurs Cond. Trait Préc. / Eau en chaudière à vapeur Conductivité de l eau d alimentation > 30 µs/cm Valeurs moyennes enregistrées 0,5 à 20 > à 23 Apparence - Claire, absence de mousse stable Valeurs mesurées dans les condensats / Conductivité à 25 C (µs/cm) 7 à 114 Moy. 20 < 6000 (1) < 5300 à 23 bars 2000 à 5830 Moyenne à 46 Moyenne 26 Valeur du ph à 25 C 5,1 à 9 Moy. 6,6 10,5 à 12 10,5 à 11,8 11,5 à 12,1 Moyenne 11,8 TAC ( f) / 5 à 75 (1) 5 à 50 (*) 46 à 142 Moyenne 99 9,51 à 10,18 Moy. 9,75 Silice SiO 2 (mg/l) < 130 / - Phosphate PO 4 (mg/l) < 30 < 30 / -

Lut try le 17 nov. 2011

Lut try le 17 nov. 2011 Lut try le 17 nov. 2011 Qualité d eau pour le remplissage de circuits I Page 1 I Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les

Plus en détail

ANALYSES DES EAUX DOUCES TECHNIQUES

ANALYSES DES EAUX DOUCES TECHNIQUES 1 Les Fiches Données Sécurité : dans l armoire matériel. SECURITE : LE PORT DES EPI EST OBLIGATOIRE,GANTS ET LUNETTES INCLUS S6 MSP ANALYSES DES EAUX DOUCES TECHNIQUES 2 A. GENERALITES 1. Choix de l eau

Plus en détail

Analyse pincement d une unité de vaporeformage de gaz naturel

Analyse pincement d une unité de vaporeformage de gaz naturel Analyse pincement d une unité de vaporeformage de gaz naturel Paris, 9 juin 2016 M. Basin, P. Arpentinier Air Liquide R&D Etude réalisée avec ProSim (Q. Duval, P. Baudet, O. Baudouin) Plan Introduction

Plus en détail

SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 3 PRÉAMBULE CHAUFFERIES ET VECTEURS ÉNERGÉTIQUES... 11

SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 3 PRÉAMBULE CHAUFFERIES ET VECTEURS ÉNERGÉTIQUES... 11 SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 3 PRÉAMBULE... 4 1. CHAUFFERIES ET VECTEURS ÉNERGÉTIQUES... 11 2. LES COMBUSTIBLES ET LEUR STOCKAGE... 13 2.1. Liste et caractéristiques des principaux combustibles... 13 2.2.

Plus en détail

Formation Traitement d eau pour les bouilloires

Formation Traitement d eau pour les bouilloires Formation Traitement d eau pour les bouilloires Présentée par: Julie Forgues, ing. Ateliers-conférences sur le séchage du bois 1 er mais 2014 Agenda formation 1. Principes de base chimie de l eau 2. Dépôt

Plus en détail

Chaudière bois bûches

Chaudière bois bûches Diapo 1 Chaudière bois bûches Diapo 2 Le contexte Constats et solutions Réchauffement climatique Réduction des réserves d énergies fossiles Lutte contre les rejets en gaz à effet de serre Diapo 3 Une énergie

Plus en détail

FORMATION DE DÉPÔTS :

FORMATION DE DÉPÔTS : Les impuretés rencontrées dans les eaux naturelles sont la cause des divers problèmes affectant les systèmes d échange thermique. Le conditionnement d eau devient d une importance vitale. Un bon programme

Plus en détail

Introduction : Les chaudières à combustible : Les chaudières à tubes de fumée :

Introduction : Les chaudières à combustible : Les chaudières à tubes de fumée : Introduction : La chaudière est un dispositif permettant de chauffer l'eau et de produire de la vapeur si l'eau est chauffée au-delà de la pression atmosphérique. Industriellement, on utilise les chaudières

Plus en détail

Échangeur vapeur/eau EVN HELICOTHERM. Échangeur EVN Hélicotherm EHE EHD Microvap

Échangeur vapeur/eau EVN HELICOTHERM. Échangeur EVN Hélicotherm EHE EHD Microvap Échangeur vapeur/eau EVN HELICOTHERM Échangeur EVN Hélicotherm EHE EHD Microvap LES PRODUITS Les échangeurs vapeur/eau sont des condenseurs sousrefroidisseurs. Grâce au sous-refroidissement des condensats,

Plus en détail

Ballons d Eau Chaude Sanitaire R2DC 200, 250 et R2DC 300 Solaire-Bois.fr

Ballons d Eau Chaude Sanitaire R2DC 200, 250 et R2DC 300 Solaire-Bois.fr Manuel d installation et d utilisation Ballons d Eau Chaude Sanitaire R2DC 200, 250 et R2DC 300 Table des matières 1 Description de l équipement... 3 1.1 Gamme... 3 1.2 Protection du ballon ECS... 3 1.3

Plus en détail

Traitement de l'eau - 1/9 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude

Traitement de l'eau - 1/9 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Traitement de l'eau - 1/9 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Comme il n existe pas d eau pure pour le transfert thermique, il faut veiller à une bonne

Plus en détail

Descriptif technique

Descriptif technique Caractéristiques Horgo Design Horgo Design 24 Horgo Design 34 Horgo Design 44 Puissance thermique max kw 26 37,15 48,35 nominale mini kw 20,8 29,8 38,7 Puissance thermique utile max kw 24,2 34,2 44,5 mini

Plus en détail

Et comment est votre eau de Process?

Et comment est votre eau de Process? Et comment est votre eau de Process? Bienvenue chez Dr. Hartmann Depuis plus de 70 ans, nous satisfaisons aux exigences de nos clients à travers des programmes de traitement spécifiques, des prestations

Plus en détail

> > 40 % > > > Micro-acculation. Chaudière murale gaz à condensation 5 à 24 kw

> > 40 % > > > Micro-acculation. Chaudière murale gaz à condensation 5 à 24 kw CHAUDIÈRE À CONDENSATION econcept Tech 25C Chaudière murale gaz à condensation 5 à 24 kw Micro-acculation Performance Économie d énergie Confort sur mesure Respect de l environnement Simplicité 40 % crédit

Plus en détail

Chauffage / ECS. F i c h e c o m m e r c i a l e

Chauffage / ECS. F i c h e c o m m e r c i a l e F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS c h a u d i è r e s à c o n d e n s at i o n m u r a l e s m i c r o a c c u m u l at i o n, a c c u m u l é e 2 0 l., p o u r b a l lo n d é p o rt é 2

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Retrouvez toutes les informations sur le site :

Retrouvez toutes les informations sur le site : Retrouvez toutes les informations sur le site : www.ferroli.fr ferroli France Parc d activités du Logis Neuf 70 chemin Neuf - 69780 TOUSSIEU Tél. : 04 72 76 76 76 Fax : 04 72 76 76 77 Cachet entreprise

Plus en détail

ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw

ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw Chauffage seul ou ECS accumulée Ne choisissez plus entre confort et économies d énergie > Les meilleures performances pour plus d économies > Le

Plus en détail

CFIA Rennes Le gaz et la condensation à tous les étages

CFIA Rennes Le gaz et la condensation à tous les étages CFIA Rennes 2013 Le gaz et la condensation à tous les étages La condensation à tous les étages! 1. GrDF, conseiller énergétique 2. Production d eau chaude Condenseur derrière chaudière vapeur Condenseur

Plus en détail

Production de vapeur àpartir d un moteur de cogénération fonctionnant au biogaz. Présentation du projet de méthanisation Biogaz du Grand Auch

Production de vapeur àpartir d un moteur de cogénération fonctionnant au biogaz. Présentation du projet de méthanisation Biogaz du Grand Auch Production de vapeur àpartir d un moteur de cogénération fonctionnant au biogaz Présentation du projet de méthanisation Biogaz du Grand Auch Vendredi 22 février 2013 Sommaire I. Présentation de Naskeo

Plus en détail

CONDITIONNEMENT DES GAZ REDUCTION DES EMISSIONS

CONDITIONNEMENT DES GAZ REDUCTION DES EMISSIONS CONDITIONNEMENT DES GAZ REDUCTION DES EMISSIONS REDUCTION DES EMISSIONS Pour se conformer à la législation stricte sur les émissions de dioxyde de soufre, les centrales thermiques ont été contraintes d

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2003 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : chimie de laboratoire et de procédés industriels

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2003 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : chimie de laboratoire et de procédés industriels BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2003 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : chimie de laboratoire et de procédés industriels Épreuve de GÉNIE CHIMIQUE Partie écrite Durée : 3 heures

Plus en détail

Richard Cadrin AQME, 2 mai 2012

Richard Cadrin AQME, 2 mai 2012 Richard Cadrin AQME, 2 mai 2012 Table des matières Applications Description du ConDex Bénéfices Résultats / Économies Questions Potentiel d économies 2000 1600 1200 800 400 0 Possible savings by application

Plus en détail

Catalogue. Chaudières à Pellet

Catalogue. Chaudières à Pellet Catalogue Chaudières à Pellet Chaudières / Chaudières à pellet / HP15 HP15 Tiroir pour les cendres Brasier auto-nettoyant en fonte de 12 mm d épaisseur Echangeurs de chaleur système de nettoyage manuel

Plus en détail

Chap. 3. ÉVAPORATION. C OPÉRATIONS FONDAMENTALES III C.Tibirna

Chap. 3. ÉVAPORATION. C OPÉRATIONS FONDAMENTALES III C.Tibirna Chap. 3. ÉVAPORATION Définitions Bilan de masse Bilan d énergie Moyen de chauffage Objectifs des calculs à résoudre Problèmes rencontrés Facteurs d influence Modes d alimentation Évaporation sous vide

Plus en détail

Opportunités et problématiques de la production de chaleur et d électricité, voire de froid

Opportunités et problématiques de la production de chaleur et d électricité, voire de froid Solutions innovantes alliant efficacité énergétique et performances environnementales Opportunités et problématiques de la production de chaleur et d électricité, voire de froid Jacques Haushalter Anciennement

Plus en détail

INSTRUMENTATION DE MESURE DE TRANSFERTS THERMIQUES

INSTRUMENTATION DE MESURE DE TRANSFERTS THERMIQUES INSTRUMENTATION DE MESURE DE TRANSFERTS THERMIQUES Olivier Braillard 31 JANVIER 2013 Rencontre CEA Industrie pour l innovation et le transfert de technologie Instrumentation 30 JANVIER 2013 Mesure Caractérisation

Plus en détail

HB-Therm. Innov Days PEP

HB-Therm. Innov Days PEP HB-Therm Innov Days PEP Innov Days PEP HB-Therm Système de fluide caloporteur Transmission de chaleur Système de refroidissement Traitement de l'eau HB-THERM AG Entreprise familiale suisse Fondation en

Plus en détail

Chap. 3. ÉVAPORATION. C OPÉRATIONS FONDAMENTALES III C.Tibirna

Chap. 3. ÉVAPORATION. C OPÉRATIONS FONDAMENTALES III C.Tibirna Chap. 3. ÉVAPORATION Définitions Bilan de masse Bilan d énergie Moyen de chauffage Objectifs des calculs à résoudre Problèmes rencontrés Facteurs d influence Modes d alimentation Évaporation sous vide

Plus en détail

0HNO0009-A_FR 15/11/2010 BALLONS TAMPONS BT. BT300 - code BT500 - code Installation Utilisation Garantie.

0HNO0009-A_FR 15/11/2010 BALLONS TAMPONS BT. BT300 - code BT500 - code Installation Utilisation Garantie. 0HNO0009-A_FR 15/11/2010 BALLONS TAMPONS BT BT300 - code 700426 BT500 - code 700427 Installation Utilisation Garantie www.atlantic.fr Avertissement Les Ballons Tampons BT ne sont pas des ballons d eau

Plus en détail

1. PREMIER PRINCIPE - ENTHALPIE H

1. PREMIER PRINCIPE - ENTHALPIE H 1. PREMIER PRINCIPE - ENTHALPIE H 121. Chaleur Q Données pour tous les exercices : Chaleur massique de l eau : ceau = 4185 J.kg -1. -1 Chaleur massique de la glace : cglace = 2100 J.kg -1. -1 Chaleur latente

Plus en détail

Brûleur biomasse à gazéification GASCLEAN

Brûleur biomasse à gazéification GASCLEAN CHALEUR ET ELECTRICITE BIOMASSE Brûleur biomasse à gazéification GASCLEAN Mars 2014 Présentation de la société Création : Janvier 2009 Siège : Lyon Effectifs : 10 Activité : Conception, fabrication et

Plus en détail

Approvisionnement en eau industrielle

Approvisionnement en eau industrielle Approvisionnement en eau industrielle L eau est grandement utilisée dans l industrie, qu il s agisse d eau naturelle, d eau de procédé ou d eaux usées. Très souvent l eau d appoint doit être traitée avant

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/ENERGY/GE.4/2007/6 20 décembre 2006 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE L ÉNERGIE DURABLE Groupe spécial

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des prescriptions techniques

Plus en détail

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Mesures à PRI très courte Installation d un refroidisseur permettant la récupération de chaleur Gestion de l apport d air extérieur par

Plus en détail

Type BK 20 BK 30 BK 50

Type BK 20 BK 30 BK 50 La technologie de condensation permanente Type BK 20 BK 30 BK 50 Puissance calorifique kw 15 21 22 30 30 49 Pression de fonctionnement max. bar 3 3 3 Contenance en eau litre 50 60 95 Raccordement cheminée

Plus en détail

d une puissance de 8 à 35 KW

d une puissance de 8 à 35 KW Le brûleur X 35 d une puissance de 8 à 35 KW Les caractéristiques principales du brûleur X 35 LA GARANTIE: 3 ANS LE COMBUSTIBLE Les brûleurs pour la combustion: du pellet en bois de 6 à 8 mm d épaisseur,

Plus en détail

Economie d énergie opération Transformation de la station d évaporation à la sucrerie du Gol : passage de 5 à 6 effets

Economie d énergie opération Transformation de la station d évaporation à la sucrerie du Gol : passage de 5 à 6 effets Sucrière de la Réunion Economie d énergie opération 2007 Transformation de la station d évaporation à la sucrerie du Gol : passage de 5 à 6 effets mardi 3 avril 2012 www.cs12.re Sucrière de la Réunion

Plus en détail

TRANSECO. RÉCUPÉRATION D ÉNERGIES SUR FUMÉES 30 À 900 kw

TRANSECO. RÉCUPÉRATION D ÉNERGIES SUR FUMÉES 30 À 900 kw TRANSECO RÉCUPÉRATION D ÉNERGIES SUR FUMÉES 30 À 900 kw Le TRANSECO permet de récupérer l énergie contenue dans les produits de combustion, issus de générateurs utilisant des combustibles gazeux. Ce condenseur

Plus en détail

aurocompact Chauffe Eau Solaire Individuel avec chaudière à condensation intégrée

aurocompact Chauffe Eau Solaire Individuel avec chaudière à condensation intégrée aurocompact Chauffe Eau Solaire Individuel avec chaudière à condensation intégrée Alliance du solaire et de la condensation L aurocompact : tous les avantages du solaire et de la condensation! Modèles

Plus en détail

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Étude soutenue et financée par Plan de l intervention Références sur les consommations d énergie : Quels sont les postes les plus consommateurs? Quels sont

Plus en détail

BALLON ECS SERPENTIN(S) GAMME INOX DUPLEX DPX 300 À LITRES

BALLON ECS SERPENTIN(S) GAMME INOX DUPLEX DPX 300 À LITRES BALLON S SERPENTIN(S) GAMME INOX DUPLEX DPX 00 À 000 LITRES Grâce à sa puissance importante, le ballon à serpentin(s) représente une solution économique et performante, adaptée à tout type d énergie. Il

Plus en détail

Les solutions «énergiconomes» les plus couramment mises en œuvre

Les solutions «énergiconomes» les plus couramment mises en œuvre Management de l énergie Les solutions «énergiconomes» les plus couramment mises en œuvre Motorisation Eclairage Chauffage Benjamin FAY Conseiller énergie CCI Landes 14 janvier 2016 Vapeur 1 Diagnostic

Plus en détail

TRAITEMENT ANAEROBIE DES EFFLUENTS EN CHIMIE

TRAITEMENT ANAEROBIE DES EFFLUENTS EN CHIMIE TRAITEMENT ANAEROBIE DES EFFLUENTS EN CHIMIE François MORIER Directeur Général JOURNEE INDUSTRIELLE METHANISATION Exemple d applications industrielles par de petites unités de méthanisation Le 5 Octobre

Plus en détail

Hoval CombiVal ESR ( ) Préparateur d ECS avec échangeur de chaleur grand pour réchauffage combiné

Hoval CombiVal ESR ( ) Préparateur d ECS avec échangeur de chaleur grand pour réchauffage combiné Hoval ombival ESR (200-500) Préparateur d ES avec échangeur de chaleur grand pour réchauffage combiné Description Préparateur d ES Hoval ombival ESR (200-500) Préparateur d ES en acier, intérieur émaillé

Plus en détail

PEGASUS > > > Performance. Chaudières sol gaz basse température 9 à 40 kw Chauffage seul ou mixte accumulation

PEGASUS > > > Performance. Chaudières sol gaz basse température 9 à 40 kw Chauffage seul ou mixte accumulation C H A U D I È R E s o l B A S S E T E M P É R A T U R E G A M M E PEGASUS Chaudières sol gaz basse température 9 à 40 kw Chauffage seul ou mixte accumulation Performance Confort sanitaire Économie d énergie

Plus en détail

Les méthodes et technologies de valorisation de la chaleur

Les méthodes et technologies de valorisation de la chaleur Les méthodes et technologies de valorisation de la chaleur Maroun NEMER -PS2E- Introduction La chaleur est une énergie à 5 dimensions (T, t, x, y, z) L énergie «fatale» désigne toute quantité d exergie

Plus en détail

DRY Sécheurs d air par réfrigération de 20 m 3 /h à m 3 /h

DRY Sécheurs d air par réfrigération de 20 m 3 /h à m 3 /h DRY Sécheurs d air par réfrigération de 20 m 3 /h à 1 260 m 3 /h L utilisation d un sécheur est rentable L air atmosphérique contient de l humidité que l on peut trouver sous la forme de condensats et/ou

Plus en détail

ETUDE ET REALISATION D UN REFRIGERATEUR SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE A TROIS COMPARTIMENTS DESTINE A LA CONSERVATION DES VACCINS ET MEDICAMENTS

ETUDE ET REALISATION D UN REFRIGERATEUR SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE A TROIS COMPARTIMENTS DESTINE A LA CONSERVATION DES VACCINS ET MEDICAMENTS ETUDE ET REALISATION D UN REFRIGERATEUR SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE A TROIS COMPARTIMENTS DESTINE A LA CONSERVATION DES VACCINS ET MEDICAMENTS Présentée par Paul Arsène ADINGRA KOUASSI 1 PLAN Introduction I-

Plus en détail

CHAUDIÈRE ACIER PRESSURISÉE À INVERSION DE FLAMME. Prolongement des tubes de fumées sur la plaque arrière pour augmenter la résistance à la corrosion

CHAUDIÈRE ACIER PRESSURISÉE À INVERSION DE FLAMME. Prolongement des tubes de fumées sur la plaque arrière pour augmenter la résistance à la corrosion BREVET tubes de fumées 5 ans de garantie sur le corps de chauffe option extension à 10 ans CHAUDIÈRE ACIER PRESSURISÉE À INVERSION DE FLAMME Chaudière pressurisée à tubes de fumées GAMME de 64 à 291 kw

Plus en détail

Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel. Mardi 4 février 2014

Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel. Mardi 4 février 2014 Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel Mardi 4 février 2014 Florent PERRIN Arionic Optimisation de l efficacité Des chaudières à gaz ARIONIC CA +30% 2013/2012 CLIENTS Collectivités Industries

Plus en détail

Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE Liste des immobilisations visées à l article 69, alinéa 1 er, 2 du Code des Impôts sur les

Plus en détail

Chapitre B1. Introduction à la vapeur (d eau)

Chapitre B1. Introduction à la vapeur (d eau) Titre Chapitre B1 Introduction à la vapeur (d eau) B 1 Le choix de la vapeur Caractéristiques L eau La vapeur Avantages de la vapeur Capacité thermique 4.23 kj/kg K à 110 C 2.08 kj/kg K à 110 C Section

Plus en détail

INSTALLATIONS THERMIQUES

INSTALLATIONS THERMIQUES INSTALLATIONS THERMIQUES I L'ÉMISSION DE CHALEUR 1. Classification des chauffages et des émetteurs de chaleur 1.1. Les catégories de chauffages 1.1.1. Le chauffage par appareils indépendants 1.1.2. Le

Plus en détail

DRY Sécheurs d air par réfrigération de 20 m 3 /h à m 3 /h. L'air comprimé à votre service

DRY Sécheurs d air par réfrigération de 20 m 3 /h à m 3 /h. L'air comprimé à votre service DRY Sécheurs d air par réfrigération de 0 m /h à 0 m /h AFS Hervé PREVOST 8 avenue Lazare Ponticelli 770 - GRETZ-ARMAINVILLIERS Port. : 0 0 Tél. : 0 Fax : 0 8 7 h.prevost@afs-bicomposant.fr L'air comprimé

Plus en détail

DIVAtop H Chaudière murale gaz basse température 7 à 24 kw Chauffage seul

DIVAtop H Chaudière murale gaz basse température 7 à 24 kw Chauffage seul CHAUDIÈRE BASSE température > > DIVAtop H Chaudière murale gaz basse température 7 à 24 kw Chauffage seul > Performance > Confort > Simplicité & Fiabilité > Efficace & économique DIVAtop H Chaudière murale

Plus en détail

Embouage : Constat et Solutions

Embouage : Constat et Solutions Embouage : Constat et Solutions MAX P. 20 MAI 2015 H. PAQUET 1 Constat - Les boues Les boues sont le plus souvent constituées de : FeOx CaCO 3 non incrustants Matières Organiques provenant de prolifération

Plus en détail

Economie de vapeur par passage de l évaporation de 5 à 6 effets à la Sucrerie du Gol

Economie de vapeur par passage de l évaporation de 5 à 6 effets à la Sucrerie du Gol Economie de vapeur par passage de l évaporation de 5 à 6 effets à la Sucrerie du Gol Tereos Océan Indien (omace@tereos.com) Olivier Macé Résumé Avec la mise en place des centrales thermiques équipées de

Plus en détail

Canalisations pré-isolées

Canalisations pré-isolées Canalisations pré-isolées Polyuretub130 AVIS TECHNIQUE CSTB 14/08-1227 Alphapipe zi du Terroir 17chemin des pierres 31140 BRUGUIERES 05 34 27 06 60 / 05 34 27 06 69 contact@alphapipe.fr Description Le

Plus en détail

Générateur de vapeur MAXI 180 Débit 240 kg/heure pression de service 4.5 ou 7 bars.

Générateur de vapeur MAXI 180 Débit 240 kg/heure pression de service 4.5 ou 7 bars. Générateur de vapeur MAXI 180 Débit 240 kg/heure pression de service 4.5 ou 7 bars. 1 Capacité de la chaudière en eau : 3 x 53.5 litres Pression de service vapeur 4,5 bars ou 7 bars (possibilité de réglage

Plus en détail

P 31 LES ÉCHANGEURS DE CHALEUR. DECLAYE Sébastien GENDEBIEN Samuel LEMORT Vincent

P 31 LES ÉCHANGEURS DE CHALEUR. DECLAYE Sébastien GENDEBIEN Samuel LEMORT Vincent P 31 LES ÉCHANGEURS DE CHALEUR DECLAYE Sébastien GENDEBIEN Samuel LEMORT Vincent Contenu de la présentation Introduction Principe de base des échangeurs de chaleur Classification des échangeurs Exemples

Plus en détail

CONCEPTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALIMENTES EN GPL

CONCEPTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALIMENTES EN GPL CONCEPTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALIMENTES EN GPL DUREE : 3 JOURS PROGRAMME : 1er jour : Caractéristiques des GPL - Alimentation en gaz d un réseau : Vaporisation naturelle Vaporisation

Plus en détail

Combinaison économie d espace

Combinaison économie d espace GAMME Unités extérieures VRF 3 Tubes Unités extérieures VRF 3 Tubes à récupération d énergie : À la pointe de la technologie, cette gamme étendue allant de 8 à 48 CV permet de connecter une grande variété

Plus en détail

Description technique du CarboChar

Description technique du CarboChar Membre de l'uicn, Union Internationale pour la Conservation de la Nature Février 2016 Description technique du CarboChar Ce nouveau concept de machines qui disposent d un système d écoulement des fluides

Plus en détail

Le brûleur HYBRID MINI

Le brûleur HYBRID MINI Le brûleur HYBRID MINI d une puissance de 5 à 26 KW Les caractéristiques principales du brûleur HYBRID MINI LA GARANTIE: 3 ANS LE COMBUSTIBLE Les brûleurs pour la combustion: du pellet en bois de 6 à 8

Plus en détail

Optimisation de la production et de la valorisation du Biogaz. Colloque ATEE - 28 mars PARIS -

Optimisation de la production et de la valorisation du Biogaz. Colloque ATEE - 28 mars PARIS - Optimisation de la production et de la valorisation du Biogaz Colloque ATEE - 28 mars 2007 -PARIS - Efficacité énergétique : Valorisation du Biogaz à travers l évolution de la production d électricité

Plus en détail

Le bois-énergie dans l industrie. L exemple d Égletons

Le bois-énergie dans l industrie. L exemple d Égletons Le bois-énergie dans l industrie L exemple d Égletons Nantes le 2 Juin 2010 Intervention d Antoine JACOB et Céline Mompied PRESENTATION Un groupe au service de l énergie dans le respect de l environnement

Plus en détail

DRYTEC SECHEURS HAUTE PRESSION

DRYTEC SECHEURS HAUTE PRESSION DRYTEC SECHEURS HAUTE PRESSION VT 1450 HP DE 950 A 7200 Nm 3 /h R134a ou R404a 230V-1-50Hz ou 400V-3-50Hz ou 440V-3-60Hz CONDENSEUR REFROIDI PAR AIR PURGE 50 bar A TEMPORISATION ELECTRONIQUE PRECHAUFFAGE

Plus en détail

Compress 3000 AWS Pompe à chaleur Aérothermique Split basse température réversible

Compress 3000 AWS Pompe à chaleur Aérothermique Split basse température réversible Compress 000 AWS Aérothermie Pompe à chaleur Aérothermique Split basse température réversible LIAISON FRIGORIFIQUE C départ max Unités extérieures Unités intérieures NOUVEAU ans * garantie compresseur

Plus en détail

Etat de l art des moteurs et turbines à biogaz et gaz de synthèse

Etat de l art des moteurs et turbines à biogaz et gaz de synthèse Etat de l art des moteurs et turbines à biogaz et gaz de synthèse CONTRAT 07-0226 Programme 2007, réponse à l appel à projet n 2-13 Nom du proposant : Christian COUTURIER SOLAGRO Adresse : 75 Voie du TOEC,

Plus en détail

Turbines à vapeur pré-étudiées. Toute la gamme jusqu à 10 MW. Answers for energy.

Turbines à vapeur pré-étudiées. Toute la gamme jusqu à 10 MW. Answers for energy. Turbines à vapeur pré-étudiées Toute la gamme jusqu à 10 MW Answers for energy. Une gamme complète de turbines à vapeur industrielles de classe internationale Quelle que soit la machine d entraînement

Plus en détail

Climatisation Ventilo-Convecteurs à Haute Pression Maestro.

Climatisation Ventilo-Convecteurs à Haute Pression Maestro. Climatisation VentiloConvecteurs à Haute Pression Maestro Systèmes de management de la qualité ISO 900 Cert. n 0/ www.euroventcertification.com www.certiflash.com TABLE DES MATIERES Tailles Présentation

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE COGENERATION Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2008 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : chimie de laboratoire et de procédés industriels

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2008 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : chimie de laboratoire et de procédés industriels BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 008 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : chimie de laboratoire et de procédés industriels Épreuve de GÉNIE CHIMIQUE Partie écrite Durée : 3 heures

Plus en détail

Conception et design de réacteurséchangeurs pour des applications en. catalyse homogène et hétérogène.

Conception et design de réacteurséchangeurs pour des applications en. catalyse homogène et hétérogène. Conception et design de réacteurséchangeurs pour des applications en catalyse homogène et hétérogène. Isabelle PITAULT SOCIETE FRANCAISE DE THERMIQUE SOCIETE FRANCAISE DE GENIE DES PROCEDES Groupe «Milieux

Plus en détail

Hoval MultiVal ESRR ( ) Préparateur d ECS avec échangeur de chaleur grand en haut pour réchauffage multivalent

Hoval MultiVal ESRR ( ) Préparateur d ECS avec échangeur de chaleur grand en haut pour réchauffage multivalent Préparateur d ES avec échangeur de chaleur grand en haut pour réchauffage multivalent Description Préparateur d ES Hoval MultiVal ESRR (00) Préparateur d ES en acier, avec émaillage intérieur échangeurs

Plus en détail

GAMME NAEMA DUO 30 CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION CHAUFFAGE + ECS ACCUMULÉE

GAMME NAEMA DUO 30 CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION CHAUFFAGE + ECS ACCUMULÉE GAMME NAEMA DUO 30 CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION CHAUFFAGE + ECS ACCUMULÉE Chaudières Murales Gaz Condensation 1 modèle : 30 kw Débit ECS : 18 L/min 2 ballons de stockage de 16 L Ventouse ou cheminée

Plus en détail

Contrôle de l efficacité énergétique des chaudières au titre de l article R du code de l environnement. Bâtiment CG U0084 Rapport

Contrôle de l efficacité énergétique des chaudières au titre de l article R du code de l environnement. Bâtiment CG U0084 Rapport SOCOTEC HSE Mérignac 6, impasse Henry le châtelier CS 40044 33692 Mérignac Tel : 05 57 53 50 00 Fax : 05 57 53 50 05 Courriel : emmanuel.rogel@socotec.com USID DE MONT DE MARSAN A l'attention du référent

Plus en détail

Gamme de produits 2016

Gamme de produits 2016 Gamme de produits R 2016 DEFRO DS La chaudière DEFRO DS est une chaudière à combustible solide à tirage naturel. Grâce àl utilisation d échangeurs de chaleur verticaux et horizontaux couplée au tirage

Plus en détail

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 Le Cluster Eco-Energies Objectif: Favoriser le développement économique des entreprises Domaine d activité: La filière du bâtiment performant (maîtrise de l énergie, efficacité

Plus en détail

9 Voie de Seine VILLENEUVE LE ROI - Tél. :

9 Voie de Seine VILLENEUVE LE ROI - Tél. : PRESENTATION TECHNIQUE ECO-ICE D A base de 1,2-propane diol issu de matières renouvelables d'origine végétale Remplace le monopropylène Glycol d'origine pétrolière Issue de la glycerine végétal utilisé

Plus en détail

VIESMANN. VITOMAX 200-HS Chaudière vapeur haute pression Chaudière à triple parcours Débit de vapeur de 0,5 à 4,0 t/h.

VIESMANN. VITOMAX 200-HS Chaudière vapeur haute pression Chaudière à triple parcours Débit de vapeur de 0,5 à 4,0 t/h. VIESMANN VITOMAX 200-HS Chaudière vapeur haute pression Chaudière à triple parcours Débit de vapeur de 0,5 à 4,0 t/h Feuille technique Référence : voir tarif, prix sur demande VITOMAX 200-HS type M73A

Plus en détail

CHI Corrigé. Forme E. Équilibre chimique et oxydoréduction

CHI Corrigé. Forme E. Équilibre chimique et oxydoréduction CHI-5043 Corrigé Forme E Équilibre chimique et oxydoréduction Conception : Isabelle Lapierre, C.S. des Laurentides. janvier 2003. Modifié par Sylvain Lavallée, C.S. Chemin-du-Roy, 2011. 1. a) Ni +2 est

Plus en détail

L'efficacité énergétique : facteur de compétitivité pour les entreprises

L'efficacité énergétique : facteur de compétitivité pour les entreprises L'efficacité énergétique : facteur de compétitivité pour les entreprises 15 novembre 2012 Présentation: Philippe VINCENT Votre contact (département 44): Samy GUYET samy.guyet@ademe.fr l ADEME en quelques

Plus en détail

Hoval MultiVal ERR ( ) Préparateur d ECS pour réchauffage multivalent

Hoval MultiVal ERR ( ) Préparateur d ECS pour réchauffage multivalent Préparateur d ES pour réchauffage multivalent Description Préparateur d ES Hoval MultiVal ERR (300,400,500) Préparateur d ES en acier, avec émaillage intérieur 2 échangeurs de chaleur à tube lisse émaillé,

Plus en détail

L'eau chaude du futur

L'eau chaude du futur L'eau chaude du futur GÉnÉRATEuRS à GAZ Fabrication Française max o gaz master gaz MAX O GAZ 45 à 110 présentation Les MaX O GaZ répondent aux exigences de production d eau chaude sanitaire en semiinstantanée

Plus en détail

Pompe à chaleur Aérothermique «Compact» Basse température réversible NOUVEAU

Pompe à chaleur Aérothermique «Compact» Basse température réversible NOUVEAU AW Aérothermie LIAISON HYDRAULIQUE Pompe à chaleur Aérothermique «Compact» Basse température réversible 6 C départ max Unités extérieures NOUVEAU Unités intérieures ans * garantie compresseur Structure

Plus en détail

Chauffage collectif avec une pompe à chaleur à absorption

Chauffage collectif avec une pompe à chaleur à absorption Chauffage collectif avec une pompe à chaleur à absorption KVBG ARGB L'efficacité énergétique avec de l'énergie renouvelable La technique de pompes de chaleur à absorption utilise l'énergie naturelle et

Plus en détail

Table ronde UNCP. France. La modulation des chaudières à condensation. La gamme Vitodens 200 : la seule gamme de chaudières sans réglage

Table ronde UNCP. France. La modulation des chaudières à condensation. La gamme Vitodens 200 : la seule gamme de chaudières sans réglage France Table ronde UNCP La modulation des chaudières à condensation 5 à 100% kw 0 5 10 15 20 25 30 35 Consommation de gaz des 7 derniers jours 80 70 60 50 40 30 20 10 0 La gamme Vitodens 200 : la seule

Plus en détail

TRAITEMENT D EAU ET DIRECTIVE SICC BT102-01

TRAITEMENT D EAU ET DIRECTIVE SICC BT102-01 TRAITEMENT D EAU ET DIRECTIVE SICC BT102-01 CONSTITUANTS DE L'EAU Matières inertes Matières vivantes Matières solides en suspension Particules qui sédimentent Matières colloïdales Particules qui ne sédimentent

Plus en détail

GAMME SYMEO CONDENS CHAUDIÈRE FIOUL CONDENSATION. Technologie condensation Rendement de 102 % La condensation à petit prix PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES

GAMME SYMEO CONDENS CHAUDIÈRE FIOUL CONDENSATION. Technologie condensation Rendement de 102 % La condensation à petit prix PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES GAMME CHAUDIÈRE FIOUL CONDENSATION Technologie condensation Rendement de 102 % La condensation à petit prix CHAUDIÈRE À CONDENSATION PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES Jusqu à A FABRICATION FRANÇAISE Faites connaissance

Plus en détail

Détendeurs thermostatiques

Détendeurs thermostatiques Détendeurs thermostatiques 187 Détendeurs thermostatiques Principe et informations techniques Principes de fonctionnement Le détendeur thermostatique maintient la surchauffe du fluide frigorigène gazeux

Plus en détail

Equilibrage hydraulique des réseaux de distribution de chaleur

Equilibrage hydraulique des réseaux de distribution de chaleur Présentation Ecube Equilibrage hydraulique des réseaux de distribution de chaleur BenjaminMaillard, Ingénieur HES Puidoux-Chexbre, le 5 juin 2015 Contenu Présentation Qu est-ce que l équilibrage? L équilibrage

Plus en détail

LES CHAUDIÈRES COLLECTIVES INITIA PLUS. Chaudière murale gaz à condensation

LES CHAUDIÈRES COLLECTIVES INITIA PLUS. Chaudière murale gaz à condensation LES CHAUDIÈRES COLLECTIVES INITIA PLUS Chaudière murale gaz à condensation INITIA PLUS La double modulation pour un rendement optimum en toutes circonstances L INITIA PLUS HTE est une chaudière gaz murale

Plus en détail

Si celle-ci est difficile à obtenir, on la détermine approximativement par le biais de la puissance nominale du générateur de chaleur.

Si celle-ci est difficile à obtenir, on la détermine approximativement par le biais de la puissance nominale du générateur de chaleur. LE VASE D EXPANSION Les températures variant sans cesse dans les installations calorifiques et dans les circuits frigorifiques, on a besoin. d'une compensation des variations de volume de l'eau. Dans les

Plus en détail

Refroidissement liquide des équipements télécoms & IT

Refroidissement liquide des équipements télécoms & IT Refroidissement liquide des équipements télécoms & IT 25/11/2016, David Nörtershäuser Orange Labs Lannion, Département Research on Energy and Environment 1 Sommaire 1/ Introduction - Problématique 2/ Conditionnement

Plus en détail