F A W E. Rapport Annuel Forum des Educatrices Africaines (FAWE)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "F A W E. Rapport Annuel 2006. Forum des Educatrices Africaines (FAWE)"

Transcription

1 F A W E Rapport Annuel 2006 Forum des Educatrices Africaines (FAWE)

2 F A W E Forum des Educatrices Africaines (FAWE) FAWE House, Chania Avenue, off Wood Avenue, Kilimani P.O. Box , Ngong Road, Nairobi, Kenya Tel: (254 2) , , , , Fax: (254 2) Website:

3 Table de Maitres Mot de la Directrice exécutive... 1 Faits marquants ère partie: Aperçu général ème partie: Rapports des Antennes nationales ème parti: Rapport financier ème partie: Perspectives d avenir Défis Perspective d Avenir Annexes Membres du Comité exécutif Membres de plein droit Membres fondateurs Educatrices de haut rang Membres associés femmes Membres associés hommes Liste des contacts des Antennes nationales Les membres du personnel du Secrétariat du FAWE.. 81 Liste des abréviations C O N T E N T S

4 Mot de la Directrice exécutive Prof. Penina Mlama Directrice exécutive du FAWE L année 2006 revêt une importance capitale pour le FAWE, car c est la dernière année du plan stratégique revisé de l organisation ( ). En nous tournant vers les cinq dernières années de notre travail, nous recevons un bon nombre de messages. Le premier message est que nos efforts n ont pas été vains, étant donné le niveau actuel élevé de prise de conscience des questions de genre parmi les décideurs et les praticiens du secteur de l éducation, comparativement à celui du début de la période du plan stratégique en Aujourd hui, le besoin de surmonter les obstacles à l éducation n est plus à démontrer. En effet, ce sont les autorités du secteur de l éducation eux-même qui se trouvent aujourd hui à l avant garde du mouvement d identification des disparités de genre en matière d éducation. Nous sommes fiers du fait que le FAWE a contribué de manière significative à cette tendance positive. Le second message est l indication que les interventions que nous avons initiées dans différents domaines en vue de promouvoir l accès, la retention et la performance des filles ont abouti à certains résultats encourageants dans la promotion de l éducation des filles en Afrique sub-sahararienne. Des réalisations importantes ont été enregistrées à partir des travaux entrepris dans chacun de quatre objectifs stratégiques sous-tendant le plan stratégique. Dans le cadre de la réalisation de notre objectif principal qui consiste à influencer la politique de l éducation en faveur des filles ; le FAWE a, à part l augmentation du niveau de prise de conscience mentionné ci-haut, influencé de manière significative le processus d intégration de l aspect genre au sein des politiques et projets éducatifs. Notre évaluation de toutes les politiques et projets nationaux de l éducation en Afrique sub-saharienne en 2002 a révélé un manque alarmant de prise en compte des questions de genre. A l heure actuelle, la plupart de ces politiques et projets accordent une attention particulière aux questions de genre, et cela est encourageant. Des dispositions et stratégies politiques particulières visant à promouvoir la participation des filles dans le domaine de l éducation sont évidentes dans la plupart des documents de politique de l éducation. Il s agit, entre autres, d engagements et de stratégies visant à augmenter les effectifs des filles, à octroyer des bourses d études aux filles des familles démunies, à permettre aux filles qui deviennent enceintes de revenir sur le banc de l école après l accouchement, et à mettre en place des mecanismes de protection et de sécurité des filles à travers la construction des écoles non éloignées de leur lieu de résidence ou des écoles avec internats. Ces dispositions et stratégies comprennent également l évaluation des programmes scolaires en vue d établir leur niveau de prise en compte de la problématique de genre, la formation des enseignants en matière de sensibilisation sur les question de genre, l augmentation des effectifs de femmes parmi les enseignants pour servir de modèles aux filles, la création d un environnement scolaire qui tient compte de l aspect genre, y compris les latrines séparées pour les les garçons et filles. Un progrès remarquable a été observé au cours de cinq dernières années en matière de partenariats établis avec les parents et les différentes communautés, le consensus sur la nécessité d envoyer les filles à l école et de promouvoir leur retention ainsi que leur réussite à l école. A l instar des décideurs politiques, les années écoulées ont vu une augmentation significative du niveau de prise de conscience sur l importance de l éducation des filles parmi les différentes communautés. Nous nous sommes rejouis de voir les parents, les chefs et les autres leaders d opinions répondre à notre campagner de plaidoyer en prenant des mesures nécessaires pour éliminer les obstacles à l éducation des filles, tels que les mariages précoces, les grossesses des adolescentes ou la pauvreté. Notre travail a été gratifiant pour la réalisation de notre troisième objectif portant sur la démonstration des expériences réussies sur l élimination des obstacles à l éducation des filles. Non seulement nous sommes parvenus à atteindre des milliers de filles, enseignants et communautés à travers ces interventions, certaines meilleures pratiques importantes dans la promotion de l éducation des filles ont également émergé en tant que résultats de nos 1

5 efforts. Les plus remarquables de ces pratiques comprennent respectivement le modèle du FAWE sur le changement d une école ordinaire en une école tenant compte de l aspect genre sur le plan académique, social et physique, à travers le modèle de Centre d excellence du FAWE. Les second et troisième modèles à mentionner comprennent respectivement la Pédagogie qui tient compte de l aspect genre et la Habilitation des jeunes pour la prise en compte de l aspect genre à travers le modèle TUSEME. Ces meilleures pratiques, pour lesquelles des manuels d enseignants ont été élaborés, ont été adoptés dans différents pays et bon nombre d enseignants les utilisent déjà dans le cadre des efforts visant à éliminer les obstacles à l éducation liés au genre aussi bien à l école que dans la communauté. L émergence des meilleures pratiques a grandement facilité la réalisation de notre dernier objectif sur la reproduction et l intégration des meilleures pratiques de l éducation des filles au sein des systèmes éducatifs nationaux. En effet, l intégration des meilleures pratiques au sein des systèmes éducatifs nationaux a eu lieu au Kenya, en Tanzanie et au Sénégal. En Tanzanie, le Ministère de l éducation nationale a réussi à intégrer le TUSEME pour l habilitation des filles et le modèle des centres d excellence au sein de son programme de développement de l enseignement secondaire ( ). Plus de cent enseignants ont été formés dans le cadre du programme d habilitation des filles et des garçons pour l égalité de genre à travers le modèle TUSEME, ainsi que sur le modèle de Pédagogie qui tient compte de l aspect genre. Au Kenya, le Ministère de l éducation nationale a réussi à intégrer le concept des centres d excellence du FAWE, le modèle TUSEME et la gestion de la maturation sexuelle au sein du programme sectoriel de l éducation au Kenya (KESP, ). Soixante douze écoles devant être transformées en centres d excellence ont été identifiées et la formation des enseignants sur les modèles de Pédagogie sensible au genre et TUSEME ont été entrepris, en collaboration avec l antenne nationale du FAWE- Kenya. Au Sénégal, le Ministère de l éducation nationale s est impliqué dans un programme national d intégration de l aspect genre au sein du système éducatif. Il y a eu au total 45 inspecteurs de l enseignement, 40 cadres de conception des programmes et 115 enseignants formés en matière d intégration de l aspect genre au sein du système éducatif. Les modèles de Pédagogie sensible au genre et TUSEME sont également en cours d intégration au niveau de formation initiale à l école normale Ambo (Ethiopie), à l Université Cheikh Anta Diop au Sénégal, et à DUCE (Dar es Salaam College of Education) en Tanzanie. Le troisième message est qu en ce moment où nous sommes en train de nous réjouir de ces succès, nombreux défis restent encore à relever dans le cadre des efforts visant la réalisation de l égalité de genre dans le domaine de l éducation. Le manque de réalisation des objectifs de l EPT et de l objectif de développement du millénaire en matière de genre pour l élimination des disparités de genre aux niveaux de l enseignement primaire et secondaire témoigne à suffisance l importance des défis qui nous restent à relever. Les structures d alimentation des obstacles à l éducation des filles et qui encouragent les inégalités de genre dans toutes les sphères de la vie restent encore largement intactes. Toutefois, nous croyons sincèrement que les leçons apprises aussi bien de nos succès que des défis auxquels nous avons été confrontés durant la période du premier plan stratégique nous aideront à dégager des orientations et objectifs davantage clairement définis, et qu ils nous encourageront dans nos efforts concertés pour l élimination des disparités de genre dans nos systèmes de l éducation ainsi que dans nos sociétés en général. Nous n avons aucun doute que l engagement et le zèle de nos antennes nationales, ainsi que les partenariats solides que nous avons établis avec les ministères de l éducation, les communautés et les différents partenaires de développement, nous permettront d aboutir à des réalisations qui vont au-delà de celles de la période du plan stratégique qui vient juste de toucher à sa fin. 2

6 FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2006 Réunion de la Table ronde, Nairobi Le FAWE a organisé au mois de janvier à Nairobi, une réunion de la Table Ronde visant à tracer les perspectives d avenir, en réponse au Rapport d évaluation à mi parcours du FAWE. Le Dr Richard Sack, un consultant, a préparé un synopsis et une synthèse du rapport, et a facilité la table ronde. La discussion sur les perspectives d avenir était basée sur les quatre domaines émergeants du rapport comme suit : Suivi et évaluation Transparence et critère d évaluation Relations entre le Secrétariat régional et les antennes nationales Renforcement des capacités au sein du Secrétariat régional et des antennes nationales. Il était attendu que la réunion de Lilongwe allait s inspirer de cette Table ronde (préparatoire à la Réunion du Consortium des bailleurs de fonds) et aider à faire avancer le débat dans le cadre des efforts visant à tracer les perspectives d avenir pour le FAWE, et à offrir aux différentes parties prenantes l occasion d apporter leur contribution durant la période du prochain Plan stratégique ème Réunion du Consortium des bailleurs de fonds du FAWE La 4ème réunion du Consortium des bailleurs de fonds du FAWE a eu lieu du 6 au 8 mars à l hôtel Capital Hill de Lilongwe. La réunion a réuni dix (10) représentants des bailleurs de fonds des organisations ci-après : NORAD, UNICEF/ESARO, Banque mondiale, ADEA, Fondation Rockefeller, SIDA, UNESCO, UNICEF/WCARO et Ireland Aid. Le but de cette réunion a été d évaluer le niveau de mise en œuvre des activités prévues au programme de travail de l année 2005, et de délibérer sur les promesses de financement pour l année Le Ministre de l éducation nationale du Malawi a prononcé l allocution de bienvenue. La réunion a offert aux bailleurs de fonds l occasion de visiter l une des interventions de démonstration à l école secondaire de Mitundu. Nouveaux centres d excellence En collaboration avec le Ministère de l éducation nationale, les antennes nationales de la Zambie et du Tchad ont respectivement procédé au lancement de nouveaux centres d excellence à l école secondaire de Kamulanga et à Kelo School. Après la cérémonie du lancement, des ateliers de vision ont été organisés avec la participation du personnel du Ministère de l éducation nationale, les leaders des communautés locales, les parents, les enseignants et les élèves. Ce qui fait au total douze centres d excellence. 3

7 La Biennale de l ADEA, Libreville (Gabon) Le FAWE a participé à la Biennale de l Association pour le développement de l éducation en Afrique (ADEA), qui a eu lieu à Libreville (Gabon) du 27 au 31 mars 2006, et ayant pour thème : Apprentissage efficace et Systèmes efficaces d éducation et de formation. Le FAWE a organisé une session sur «Equipper les enseignants des compétences d enseignement/apprentissage tenant compte de l aspect genre», dans le cadre du modèle de pédagogie sensible au genre. De plus, le FAWE a présenté des vidéos sur la pédagogie qui tient compte de l aspect genre, réalisées respectivement à l AIC Kajiado Primary School (Kenya); l école des filles du FAWE (Rwanda), et l école secondaire de Mgugu (Tanzanie). Les ministres de l éducation et de la formation, des hauts cadres représentant les organisations internationales multilatérales et bilatérales du domaine de développement, des représentants des ONG, des charcheurs, des praticiens, ainsi que d autres professionnels du secteur de l éducation en Afrique subsaharienne ont pris part à cette réunion. A l issue de la réunion et de diverses sessions parallèles, les Ministres de l éducation du Swaziland, de l Ouganda, de Zanzibar et du Malawi ont exprimé un intérêt particulier pour l adoption des Modules dans leurs systèmes éducatifs. Ils ont pris des copies de ces modules en vue de les analyser de manière approfondie une fois de retour dans leurs pays respectifs. Réunions du Comité Exécutif du FAWE La 33ème et la 34ème réunion du Comité exécutif du FAWE ont respectivement eu lieu à Kigali (Rwanda) et à Naivasha (Kenya). A l ordre du jour de ces réunions, il y avait la réunion de la table ronde sur le rapport d évaluation mi-parcours du Plan stratégique, avec un accent particulier sur les perspectives d avenir concernant le prochain Plan stratégique. L examen du Programme de travail et du budget de l année 2007, ainsi que l approbation de ce dernier ont également été à l ordre du jour de la dernière réunion du Comité exécutif.. Intégration des meilleures pratiques du FAWE Des progrès remarquables ont été observés en matière d intégration des meilleures pratiques du FAWE au Kenya, 4

8 en Tanzanie, et au Sénégal. Au Kenya, des travaux importants ont été réalisés en collaboration avec le Ministère de l éducation nationale. L Antenne nationale du FAWE-Kenya a co-présidé le processus d élaboration du projet de politique sur le genre et l éducation, qui a facilité le processus d intégration du modèle TUSEME et de celui de la Pédagogie qui tient compte de l aspect genre. D autre part, la politique du secteur de l éducation au Kenya a été rédigée pour orienter le processus de mise en œuvre des dispositions relatives au genre dans le programme kenyan d appui au secteur de l éducation pour la période (Programme d investissement sur le genre). En Tanzanie, le Comité scientifique a organisé 3 réunions sur l intégration du modèle TUSEME, suvies par l élaboration et l approbation des Plans d action par le Ministère de l éducation nationale. Suivi sur les deux meilleures pratiques, à savoir le processus TUSEME pour l habilitation des filles et les Centres d excellence qui ont été intégrés dans le système éducatif. La formation des enseignants et des chefs d établissements scolaires de 44 écoles sur l habilitation des jeunes en matière d égalité de genre a été faite en utilisant le modèle TUSEME. Formation continue des enseignants sur la Pédagogie sensible au genre La formation continue des enseignants sur les compétences requises pour une école répondant aux besoins spécifiques des garçons et des filles a été réalisée dans 5 centres d excellence de différentes Antennes nationales, notamment dans les centres de Dipeo (Burkina Faso), Sambang (Gambie), Athwana (Kenya), Mafinga (Tanzanie), et Kamulanga (Zambie). Des plans d action ont été élaborés et sont actuellement en train d être mis en œuvre au niveau des centres d excellence. Formation sous-régionale en matière de Suivi-Evaluation Dans le cadre du suivi et de l évaluation de l efficacité et de l impact des activités du FAWE pour la promotion de l accès, la retention et la performance scolaire selon l orientation stratégique révisée du FAWE pour la période de , le FAWE s est efforcé de s assurer que la plupart des membres du personnel des antennes nationales sont équipées des compétences pertinentes en matière de suivi-évaluation. Au total, quatre ateliers ont été organisés au Mozambique, au Mali, au Burundi, et au Liberia. 69 personnes au total ont été formées durant ces ateliers. De ce nombre, il y a eu 19 Coordonnatrices des antennes nationales, 26 Chargés de programmes des antennes nationales et 24 personnes ressources. Ces personnes ressources étaient choisies dans les différentes antennes nationales par le Comité exécutif, pour aider les antennes nationales à assurer le suivi de la mise en œuvre des activités. (Voir Tableau 1 pour de plus amples détails). Table 1: Representation at the Sub-Regional monitoring and evaluation training Lieu Antennes nationales Nombre et type de participants TOTAL Coordonnatrices Personnes Chargés de des AN ressources programmes des AN Mozambique Tanzanie, Kenya, Zanzibar, Mozambique, Zimbabwe, Zambie Mali Bénin, Mali, Guinée, Chad, Burkina Faso, Sénégal, Togo, Gabon Burundi Comoros, Cameroun, Burundi, Madagascar Liberia Ghana, Liberia, Gambie, Nigeria, Sierra Leone TOTAL

9 PREMIERE PARTIE : APERÇU GENERAL L année 2006 est la dernière année du Plan stratégique du FAWE ( ). En élaborant ce Plan, le FAWE s est inspiré des leçons et des meilleures pratiques ayant émergé de son travail au cours de dix dernières années. Ce qui est encore plus important, on s est rendu compte que le progrès dans le cadre de la réalisation des objectifs de l EPT tel que définis dans le cadre d action de Dakar devrait être accéléré de manière significative. Le FAWE se trouve encore confronté au défi important qui consiste à assurer une action accélérée sur terrain non seulement pour promouvoir l accès des filles à l école, mais aussi pour promouvoir leur accès à l éducation de qualité, à la retention complète, et à une performance de qualité. Les activités de 2006 ont visé la promotion de l accès dans 18 antennes nationales et le renforcement des capacités de 14 autres antennes. Des efforts supplémentaires ont été entrepris en s assurant que la capacité du personnel des antennes nationales a été renforcée pour la mise en œuvre efficace des programmes, particulièrement en matière de suivi-évaluation. Les principales activités des antennes nationales ont été basées sur les objectifs stratégiques qui ont également été catégorisés en quatre objectifs programmatiques (Voir l encadré 1 pour de plus amples détails). La section suivante du rapport présente une brève vue d ensemble de la mise en œuvre et des réalisations des objectifs stratégiques à travers la région. Objectif 1 : Influencer la réforme politique Le FAWE a continué à stimuler les réformes politiques, en s assurant particulièrement de la prise en compte de la problématique de genre dans les politiques et plans éducatifs nationaux de l EPT. Les réalisations suivantes ont été acomplies: L examen des documents de politique L analyse de tous les documents de politique a été réalisée en rapport avec l aspect genre. Des possibilités et lacunes ont été identifiées avant de faire l objet d échanges avec diverses parties prenantes au cours d un atelier. Le projet de politique élaboré sur le genre et l éducation a ensuite fait l objet d échange avec avec les parties prenantes. Des stratégies de mise en œuvre des politiques ont également été élaborées. A titre d exemple, la politique rwandaise de l éducation a été analysée en rapport avec la prise en compte de l aspect genre dans le cadre du Programme ANCEFA, et cela a permis de mettre le projet de genre dans la politique de l éducation à la disposition de différentes parties intéressées. De même, l analyse des inégalités et des possibilités d épanouissement qui s offrent pour les filles et les garçons dans les documents de politique nationale a été réalisée au Malawi et en Zambie, et les différents rapports ont été soumis aux différentes parties prenantes. Le Programme de Chercheurs résidents invités du FAWE Encadré 1 Objectifis stratégiques et programmatiques du FAWE Les objectifs stratégiques du FAWE 1. Influencer l élaboration, la planification, la mise en œuvre, le suivi et l évaluation des politiques, afin de promouvoir l accès, la rétention et la performance des filles. 2. Sensibiliser le public et créer un consensus sur les avantages sociaux et économiques de l éducation des filles à travers l action du plaidoyer. 3. Démontrer, à travers les interventions sur terrain, comment améliorer l accès, la rétention, et la performance des filles. 4. Influencer la reproduction et l intégration de meilleures pratiques à partir des interventions de démonstration dans les politiques nationales et les pratiques dans l ensemble. Les objectifs programmatiques du FAWE 1. Promouvoir l accès, particulièrement chez les filles du milieu rural, les plus démunies, celles isolées et marginalisées sur le plan géographique et culturel. 2. Continuer à stimuler la réforme de politique en s assurant particulièrement de la mise en place des dispositions relatives au genre dans les politiques et les plans nationaux de l EPT. 3. Renforcer les capacités de 14 antennes nationales, afin de les équiper des compétences indispensables pour la promotion de l accès, de la rétention et de la performance chez les filles. 4. Influencer la reproduction et l intégration des meilleures pratiques en matière d éducation des filles dans les systèmes et pratiques éducatifs nationaux. 6

10 The FAWE Resident Guest Researcher Programme (FRGRP), launched in 2004, is a Le programme de Chercheurs résidents invités du FAWE (FRGRP), lancé en 2004, est un programme qui offre des subventions de courte durée aux chercheurs sélectionnés invités des établissements africains d enseignement universitaire pour trois mois de rechercheaction, sur la base des thèmes identifiés chaque année par le FAWE. La première phase du programme, initiée en 2004, a permis de produire trois rapports de recherche qui ont été soumis à l impression. Ces rapports comprennent : 1. La situation des femmes dans le fonctionnement des universités : Cas de trois universités en Afrique, par Edith M. Okiria de l Université Makerere (Ouganda). 2. Modèle conceptuel des stratégies d intervention. Vers la réalisation de l égalité de genre en sciences et en mathématiques au moyen d une stratégie pédagogique constructiviste, par Dr. Augustinah N. Duyilemi de l Université Adenkule Ajasin, Nigeria. 3. Les disparités de genre dans les domaines de Sciences et Technologie, par Dr. Peter O. Ogunjuyigbe de l Université Obafemi Awolowo, Nigeria. Pour la période de , trois subventions ont été accordées, et toutes les études achevées et soumises aux membres du jury du FRGRP en vue d examen. Le tableau présente un résumé des études achevées. Tableau 2 : La Recherche-action déjà réalisée Thème Intitulé de la Recherche Coordonnées de l Auteur Thème 1 : Défis liés à la réduction de l impact du VIH/SIDA sur l éducation des filles Thème 2 : Harcèlement sexuel/ Violence basée sur le genre dans les établissements d enseignement supérieur Thème 3 : Situation de l éducation des filles en Afrique subsaharienne Cinq ans après Dakar Défis liés à la réduction de l impact du VIH/SIDA sur le taux de déperdition scolaire des filles dans l enseignement primaire entanzanie : Une évaluation de l efficacité des interventions et méthodes modernes Harcèlement sexuel/violence basée sur le genre dans les établissements d enseignement supérieur : Utilisation des victimes, des harceleurs et d autres parties prenantes dans l élaboration du manuel de formation pour l habilitation des étudiantes Impact de la culture et de l environnement sur l éducation des filles dans la communauté de Mbororo au Cameroun Dr. Aggrey Raphael Kihombo Maître de Conférence Département de l économie, Université de Mzumbe Murogoro, Tanzanie Prof. Obert P Ndawi Faculté des Sciences de l éducation Midlands State P.O. Bag 9055 Gweru, Zimbabwe Dr. Yuh Euphrasia Faculté des Sciences de l éducation, Département de psychologie scolaire, Université de Buea, Buea, Cameroun La Biennale de l ADEA, Libreville (Gabon) La Biennale de l Association pour le développement de l éducation en Afrique (édition 2006) a été organisée du 27 au 31 mars à Libreville (Gabon). La réunion a porté sur le thème : Charactéristiques, Conditions et Facteurs déterminants des écoles efficaces et des programmes d alphabétisation et de développement de la petite enfance. Ces réunions biennales constituent le point culminant des activités et de la vie de l association. Elles ont pour objectif principal d encourager et de soutenir un dialogue franc et ouvert entre les ministres africains de l éducation, les agences de développement et d autres professionnels du secteur de l éducation. La réunion de cette année s est inspirée des leçons apprises au cours de la Biennale passée. Il était prévu qu à travers cette réunion, une exploration approfondie de la manière dont les systèmes africains pourraient améliorer la qualité de l éducation pourrait se révéler fructueuse. La présence du FAWE dans ces réunion a été d une importance capitale. 7

11 Objectif 2 : Plaidoyer Matériels de plaidoyer Dans le cadre du plaidoyer pour la promotion et le progrès de l éducation des filles, bon nombre de matériels ont fait l objet de publication et de vulgarisation par le Secrétariat régional et les Antennes nationales. Les travaux produits comprennent : la version anglaise de FAWE NEWS sur TUSEME Vol. 13 N0. 4 ; La version française de «Exprimons-nous : les voix des filles» - Vol. 13 No.3; le bulletin TIMMAR de l Antenne nationale du FAWE-Ethiopie ; et la revue du FAWE-Zimbabwe. La version la plus récente de FAWE-INFO Vol. 14 No. 1&2 a été une expression vive de l intention du FAWE de rendre visible l invisible. A titre d exemple, l adoption du projet de loi sur les infractions sexuelles au Kenya a été perçue comme ayant un impact direct dans la réalisation des objectifs de l EPT. Expositions Des expositions ont été organisées durant la quatrième réunion du Consortium des bailleurs de fonds à Lilongwe (Malawi) ; La 33ème et la 34ème réunion du Comité exécutif ont été respectivement organisées à Kigali (Rwanda) et à Naivasha (Kenya) ; la 3ème et la 4ème réunion du Comité de gestion au Rwanda et au Kenya. Les principaux documents qui ont été exposés étaient les bulletins FAWE-INFO, les Rapports annuels, les matériels des centres d excellence, les affiches et tous les livrets et CD ROMS des meilleures pratiques du FAWE. Site Web Le FAWE a fait des progrès remarquables dans la mise à jour de son site web, ayant la capacité de contenir une base de données à part entière, et qui interactif et dynamique. L adresse reste la même : Ce site contient des publications et documents récents, des coordonnées des membres du FAWE et ceux des cadres de gouvernance, des affiches et des informations sur les activités programmatiques au niveau des Antennes nationales. Les rencontres internationales Au niveau mondial, le FAWE a cherché à influencer et à intensifier sa campagne sur l éducation des filles. Les participants ont fait des présentations et ont pris part active dans les débats sur les questions clé qui ont été soulevées (Voir tableau 3 sur la page suivante). Dissémination des informations Le centre de ressource du FAWE a été continuellement mise à jour avec des informations, y compris les livres, les DVD, les CD ROMS, les revues et les dépliants. De nouveaux documents ont été acquis et disséminés auprès des antennes nationales. De plus, les bases de données existantes, y compris les statistiques au niveaux national et régional ainsi que les résultats de la recherche sur l éducation et d autres informations pertinentes sur l éducation des filles et des femmes reçues d autres partenaires ont été mis à jour. Partenariat Le FAWE a fourni des efforts remarquables aussi bien pour le renforcement des partenariats existants que pour en créer d autres. Au niveau des antennes nationales, les membres ont continué à encourager les activités de l organisation, à travers le renforcement de leurs partenariats avec les gouvernements, les agences diverses, les universités, les agences œuvrant dans le domaine de l éducation, les ONG et les bailleurs de fonds. Les principaux partenaires étaient l UNICEF, Plan International et l UNESCO. 8

12 Encadré 2 : Participation du FAWE aux réunions internationales LE FAWE SUR LA SCENE INTERNATIONALE Evaluation de la décennie de l éducation de l Union africaine : Le FAWE a participé à cette réunion organisée au mois de janvier par l Union Africaine en Ethiopie. Le but de cette réunion a été d entreprendre une évaluation détaillée du document sur la décénnie de l éducation de l Union Africain. La Biennale de l Association pour le développement de l éducation en Afrique (ADEA) : Le FAWE a participé activement à la réunion biennale de l ADEA qui a eu lieu au mois de mars au Gabon. Lancement de la campagne de l initiative des Nations Unies pour l éducation des filles (UNGEI) dans la région de l Afrique de l Ouest et l Afrique centrale. Au mois d avril, le FAWE a pris part à la cérémonie du lancement de la campagne UNGEI qui a eu lieu à Dakar (Sénégal), en collaboration avec l initiative des Nations Unies pour l éducation des filles. Réunion de l EPT : Etant donné que l EPT est d une importance capitale pour les programmes du FAWE, le FAWE a participé à la réunion de l EPT qui a eu lieu au mois de mai à Bergen. Durant cette réunion, les questions qui continuent à constituer un obstacle à la réussite de l éducation des filles en Afrique subsaharienne ont été abordées. Femme Africa Solidarité (FAS): Au mois de juin, le FAWE a participé activement à la 8ème Réunion Consultative préparatoire du Sommet, et qui a porté sur l intégration de l aspect genre au sein de l Union Africaine. Cette réunion a eu lieu en Gambie. Réunion des Antennes nationales du FAWE de l Afrique de l Ouest : Au mois de mai, Plan international a organisé un programme de renforcement des capacités qui a réuni toutes les Antennes nationales du FAWE de l Afrique de l ouest, en collaboration avec le FAWE. Durant cette réunion qui a eu lieu en Gambie, les différentes antennes nationales ont abordé tous les aspects susceptibles de contribuer à l amélioration des partenariats et de mise en œuvre du programme. D autres réunions comprennent : La réunion du mois de mai organisée en Jordanie par le réseau mondial des femmes sur l action pour les enfants. Les Consultations de l Initiative ANCEFA/FAWE, au mois de septembre en Tanzanie. COL PCF4, au mois de novembre en Jamaïque. Objectif 3 : Interventions de démonstrations Etant donné que les antennes nationales du FAWE jouent le rôle des moteurs qui font marcher l organisation, bon nombre d activités visant l amélioration de l accès des filles ont été entreprises. Parmi ces activités, nous pouvons citer l octroi des subventions, les programmes de sensibilisation communautaire, la promotion des disciplines SMT (Sciences, Mathématiques et de la Technologie), la collaboration avec les ONG impliquées dans la promotion de l éducation des filles, et l appui aux pays en conflits ou en situation post-conflit. Les différentes réalisations peuvent se résumer de la manière suivante : Subventions Durant cette période de présentation des rapports, quatre nouvelles subventions ont été accordées aux antennes nationales (AN). Cependant, les différentes activités ont porté sur l évaluation de l impact des subventions octroyées. Des progrès ont été enregistrés dans le cadre des activités spécifiques de suivi, y compris l évaluation de l impact des subventions d accès précédemment accordées. Les subventions sur lesquelles s est concentré le suivi comprennent celles accordées sur les conflits au Burundi, en Sierra Leone,en Guinée et au Nigeria ; celles de promotion de l accès en général accordées au Cameroun et au Bénin ; et les subventions pour la promotion des disciplines SMT accordées à 11 antennes nationales, à savoir la Tanzanie, le Malawi, la Zambie, le Zimbabwe, le Mozambique,le Kenya, l Ouganda, le Mali, le Cameroun, le Burkina Faso, et Zanzibar. Les disciplines SMT Durant l année, le FAWE a entrepris des activités spécifiques visant à promouvoir les programmes SMT dans onze pays du projet SMT. Les activités menées comprennent le suivi sur les trois cadres des disciplines SMT en Pédagogie des SMT qui tient compte de la problématique de genre, l organisation des camps de sciences adaptés aux besoins sexospécifiques et l élaboration des bases de données sur les SMT. Comme résultat de cet effort, 313 enseignants des 10 antennes nationales ont été formés dans les cadres SMT du FAWE. Il s agit des enseignants issus des antennes nationales du Cameroun 36, du Malawi 33, de la Tanzanie 38, du Mozambique 51, du Kenya 40, du Mali 16, du Burkina Faso 21, du Zimbabwe 18, de la Zambie 36, et de Zanzibar 24. Après la formation, tous ces enseignants ont élaboré des plans d action à partir desquels les antennes nationales ont élaboré des projets en vue des subventions du FAWE. 9

13 Tableau 4 : Subventions au niveau de l enseignement supérieur Antenne Université Thème de la recherche Rwanda KIST (Kigali Institute of Technology) Promotion de l égalité de genre à KIST Ouganda Islamic University Stratégies de promotion de l anglais et des compétences de communication en situation de mobilité croissante Ghana Kwame Nkrumah University of Science and Technology Vers la formation des personnes modèles efficaces pour les filles et les femmes du premier cycle de l université dans les disciplines SMT Nigeria Adenkule Ajasin University Vers la formation des personnes modèles efficaces pour les filles et les femmes du premier cycle de l université dans les disciplines SMT Tanzanie University of Dar es Salaam Mzumbe University Au-delà de l accès: Une expérience de participation des femmes dans l enseignement supérieur en Tanzanie Evaluation du niveau de persistence du harcèlement sexuel dans les établissements d enseignement secondaire en Afrique : Etude de cas de quatre universités en Tanzanie Enseignement supérieur Des progrès ont été observés en matière de suivi sur les subventions accordées dans l enseignement supérieur. A titre d exemple, les Rapports d activités mi-parcours ont été reçus et la seconde tranche de financement déboursée en faveur de 6 universités dans 5 antennes nationales. (Voir tableau 3 pour des renseignements détaillés). A part le déboursement de la seconde tranche des subventions, le FAWE a également cherché à s assurer que les autres subventions ont été déboursées en faveur de Dar es Salaam University College of Education (DUCE) pour leurs programmes pré-universitaires des filles et des femmes inscrites dans les disciplines scientifiques. En guise de résultat à cet effort, des rapports ont été reçus de la Tanzanie sur le projet «Au-delà de l accès : Une expérience de participation des femmes dans l enseignement supérieur en Tanzanie». Clubs des filles Au cours de l année précédente, le FAWE a apporté son soutien à 120 écoles et institutions, et a réussi à atteindre filles à travers les activités des clubs des filles. Dans le cadre de la poursuite de ces activités, le FAWE a, à travers les antennes nationales, réalisé une série des programmes d habilitation des filles. Les principales activités ont été celles portant entre autres sur les compétences de vie courante, la santé de la reproduction chez les jeunes adolescents, les techniques d habilitation, l orientation et les conseils, ainsi que les présentations théatrales. Les subventions de bourses d études Le FAWE a continué à accorder des bourses d études aux filles indigentes. Un suivi étroit a été assuré auprès des filles qui en avaient bénéficié précédemment. Toutefois, il n y a eu que 6 antennes nationales qui ont reçu des subventions supplémentaires de bourses d études durant l année et qui ont réussi à aider 222 nouvelles filles. A titre d exemple, le Tchad a soutenu 15 filles, l Ethiopie 15, le Malawi 4, le Kenya 11 (y compris 4 de l UNESCO), Zanzibar 167, et la Tanzanie 10 filles. L Antenne nationale du FAWE - Zanzibar est parvenu à soutenir plus de filles, étant donné que leur programme de bourses d études a porté essentiellement sur les programmes d alimentation pour les filles affamées. Les centres d excellence Le FAWE a continué à gardé les 10 centres d excellence existants et à travailler avec elles. De plus, deux nouveaux centres d excellence ont été initiés à Kamulanga, Lusaka (en Zambie), et à Kelo, au Tchad. Un suivi étroit des subventions de bourses d études déjà déboursées a été fait. Dans l ensemble, l action de suivi a couvert 282 filles et leur niveau performance a été 10

14 enregistré. Le tableau donne des renseignements détaillés sur le nombre des bénéficiaires au sein de ces centres d excellence au cours de deux dernières années (Voir tableau ci-après). Centres d excellence Bénéficiaires (2005) Bénéficiaires (2006) Hage Geingob Namibie Lufilyo Tanzanie Mgugu Tanzanie Mafinga Tanzanie AIC Kajiado Kenya Athwana Kenya Sambang Upper Basic Gambie Ecole des filles du FAWE Rwanda 6 6 TOTAL Pédagogie sensible au genre Au total, 65 enseignants ont été formés en pédagogie sensible au genre au Burkina Faso [7], en Zambie [31], au Kenya [19], et en Gambie [8]. Après la formation, ces enseignants ont décidé de mettre en œuvre les compétences acquises et se sont mis à produire des fiches de préparation de leçons et à utiliser des méthodologies qui tiennent compte de l aspect genre. Analyse de la situation L analyse et l évaluation des écoles en rapport avec la prise en compte de l aspect genre ont été réalisées pour les centres d excellence du Rwanda (Ecole des filles du FAWE), du Burkina Faso (Dipeo),de la Namibie (Hage Geingob), de la Tanzanie (Mgugu, Lufilyo et Mafinga) et du Kenya (Kajiado et Athwana), et suivies de l élaboration du Plan d action. Prix AGATHE Le FAWE a continué à suivre de près le processus du Prix AGATHE au Kenya, en Guinée, et au Burkina Faso. Toutes les filles concernées par ce prix ont été contactées à travers leurs écoles. Ce suivi a permis au prix d avoir plus d impact. FAME Les activités de l années ont porté essentiellement sur un suivi étroit de tous les prix décernés. Ces prix sont décernés en reconnaissance d un travail bien fait aux femmes journalistes œuvrant pour la promotion de l accès scolaire des filles. Une collaboration étroite a été assurée avec 12 journalistes (Kenya 4 ; Ethiopie 4 ; et Mali 4) ayant reçu jusque là ces prix, en reconnaissance de leurs efforts pour la promotion de l éducation des filles. Appui administratif Au total, sur 32 subventions d appui administratif disponibles, 30 ont été attribués et envoyées à leurs antennes nationales respectives pour couvrir le coût de fonctionnement. Les 2 Coordonnatrices des antennes nationales recrutées pour le Kenya et le Swaziland ont signé leurs contrats à Nairobi et elles sont déjà en service dans leurs antennes respectives. Les Antennes FAWE du Madagascar, du Malawi, du Mozambique et du Nigeria ont déménagé de leurs anciens bureaux pour de nouveaux emplacements facilement accessibles ( par les partenaires et les bailleurs de fonds), et en vue d améliorations nécessaires du processus de mise en œuvre des programmes. Consolidation des programmes De même, dans le cadre de consolidation des programmes de 14 antennes nationales, les différentes activités menées ont porté essentiellement sur 3 domaines cibles. Il s agit notamment de : la fonctionnalité du Secrétariat, la gouvernance, et la mise en œuvre des programmes. L évaluation de ces antennes nationales a permis d observer que les secrétariats 11

15 sont devenus fonctionnels, étant donné que 8 sur 14 antennes nationales (Ethiopie, Tchad, Burkina Faso, Kenya, Mali, Guinée,Mozambique, et Malawi) ont des Secrétariats fonctionnels. Leurs bureaux sont équipés de téléphones fonctionnels, des télécopieurs, des ordinateurs, et des matériels essentiels de communication. De plus, toutes les 14 antennes ont des bureaux et sont dotées d infrastructures de base. Ceci a contribué à l amélioration de la communication et du processus de mise en œuvre des activités. En ce qui concerne les ressources humaines, les systèmes de gestion financière et de communication, 12 antennes nationales au total sont équipées d infrastructures et de personnel nécessaires (à l exception du Mali et du Burkina Faso). De même, 12 antennes nationales (à l exception du Rwanda et du Malawi) ont organisé leur Assemblées générales annuelles. Toutes les antennes nationales ont des comités exécutifs fonctionnels avec des structures claires ( à l exception de l antenne nationale du Mozambique). Planification des programmes Des progrès significatifs en matière de planification des programmes ont été enregistrés au niveau des antennes nationales. Toutes les 14 antennes préparent actuellement les plans de travail annuels, basés sur leurs Plans stratégiques respectifs. Elle soumettent également des rapports trimestriels et annuels, en dépit de certains problèmes concernant la qualité et le respect des délais. Douze antennes nationales (à l exception du Mali, de la Namibie et du Tchad) ont des Plans stratégiques fonctionnels. Ces plans sont scrupuleusement respectés et utilisés pour l élaboration des plans de travail annuels. 10 antennes nationales ont entrerpris des programmes de démonstration des centres d excellence (à l exception du Mali, de l Ouganda, du Malawi et du Mozambique). Toutes les 14 antennes ont bénéficié des formations en matière de suivi-évaluation. Les aspects de ce programme de formation ont porté sur l établissement des indicateurs de performance, les plans de suivi, les instruments de collecte des données et les méthodes d analyse, y compris les compétences de base en matière de suivi-évaluation. Cinq antennes nationales (Ethiopie, Namibie, Ouganda, Malawi, et Tanzanie) ont procédé à la mise en œuvre de l intervention de démonstration TUSEME pour l habilitation des filles. Les enseignants de 10 centres d excellence ont été formés sur la Pédagogie sensible au genre, en vue d encourager un enseignement qui tient compte de besoins et intérêts sexospécifiques. Le comportement didactique des enseignants intègre déjà l approche de pédagogie sensible au genre. La Guinée organisera la même formation au mois de décembre. Finalement, autre aspect important est à signaler pour accélérer le processus de formation et le suivi rapide des activités 12

16 au sein des antennes nationales, il s agit de personnes ressources qui ont été formées en pédagogie sensible au genre et qui sont actuellement utilisées pour assurer des formations au sein de différents antennes nationales. Objectif 4 : Reproduction et intégration des meilleures pratiques Dans le cadre de cet objectif, le FAWE cherche essentiellement à influencer la reproduction et l intégration des meilleures pratiques de l éducation des filles au sein des systèmes et pratiques de l éducation au niveau national. Durant l année, le FAWE a réussi à encourager le processus de reproduction de ses meilleures pratiques au sein de trois antennes nationales, à savoir la Tanzanie, le Kenya et le Sénégal. En Tanzanie par exemple, le Comité scientifique a tenu trois réunions sur le processus d intégration, suivies d un exercice d élaboration du plan d action qui a finalement été achevé et approuvé par le Ministère de l éducation nationale. Cela a été suivi par un suivi étroit de 2 meilleures pratiques (le processus TUSEME et les centres d excellence) en pleine intégration. Au Kenya, une équipe technique a été mis en place pour soutenir le processus d intégration des meilleures pratiques de l éducation des filles. L Antenne a également présidé le Comité scientifique sur le genre et la politique de l éducation au Kenya, et c est à ce niveau que le projet de politique a été achevé et où il a été discuté avec les autres parties prenantes. Au total, 10 réunions du Comité scientifique ont eu lieu et la stratégie de mise en œuvre a été élaborée. L Antenne, en collaboration avec le ministère de l éducation nationale, a assuré un suivi étroit du processus d intégration en cours des trois meilleures pratiques, à savoir le processus TUSEME, les Centres d excellence et la maturation sexuelle dans la politique de genre et l education. Au Sénégal, l Antenne nationale, en collaboration avec le Ministère de l éducation nationale, a entrepris des efforts d intégration de l aspect genre au sein du système éducatif. A la suite de ces efforts, le Ministère de l éducation a formé 44 praticiens du domaine de l éducation (à savoir les inspecteurs de l enseignement de 11 régions) qui devront jouer le rôle de formateurs dans l ensemble du secteur de l éducation. 13

17 DEUXIEME PARTIE: RAPPORTS DES ANTENNES NATIONALES Bénin Le FAWE Bénin, connu également sous le nom d Association des femmes éducatrices du Bénin (ASFEB), a œuvré dans le but de promouvoir l éducation des filles et des femmes pour le développement, à travers la mise en place d actions visant à : Influencer positivement le processus d élaboration des politiques sur l éducation, leur planification ainsi que leur mise en œuvre de manière à promouvoir l égalité de genre. Utiliser la communication pour promouvoir le changement de comportement à travers des campagnes de sensibilisation du public et de plaidoyer, ainsi que par la réalisation d un consensus sur les avantages de l éducation des filles au niveau social. Planifier des interventions de terrain visant à renforcer les activités programmatiques en faveur des filles afin d améliorer l accès à l éducation de base, augmenter le taux de rétention et garantir de meilleures performances aussi bien dans les écoles publiques que dans les écoles privées. Créer des partenariats avec les gouvernements, les donateurs, les écoles ainsi que les universités, les ONG, les diverses communautés et leurs partenaires dans le domaine de l éducation pour assurer la mise en œuvre efficace des programmes en contribuant ainsi à la promotion de l éducation des filles. Encourager la dissémination des meilleures pratiques issues des différentes interventions de démonstration et entreprendre le plaidoyer pour leur intégration au sein des politiques, plans et pratiques de l éducation au niveau national. Dans le courant de l année, l antenne a proposé un ensemble d activités, à savoir : l enregistrement des antennes nationales qui ne se fait plus au Ministère de l Intérieur, de la Sécurité et de la Décentralisation, mais plutôt au Ministère de la Sécurité et des Collectivités locales ; le lancement du projet visant à créer des clubs de filles ; mise en œuvre du programme de bourses d études ; le plaidoyer pour les activités d encadrement des filles au niveau local ; l organisation de visites d échange avec les autres antennes nationales du FAWE ; l établissement de partenariats avec des institutions nationales et internationales ; la rédynamisation et la promotion de la visibilité de l antenne nationale. Politique Enregistrement de l antenne Pour que l antenne ait un statut légal et pour que sa visibilité soit renforcée, l ASFEB a écrit au Ministère de l Intérieur, de la Sécurité et de la Décentralisation en vue d accélérer la mise en place des activités visant à garantir la publication de l antenne nationale au Journal Officiel. L enregistrement de l association a, par conséquent, été modifiée et l association a fait l objet de publication au journal officiel. Ce qui a permis à l antenne, non seulement de lancer des appels d offres spécifiques et de soumettre ses projets aux partenaires et donateurs, mais également d augmenter sa visibilité à l échelle nationale. Assemblées statutaires Le Comité exécutif et l ensemble des membres de l ASFEB se sont réunis en sessions ordinaires pour créer un cadre de mise en œuvre efficace du programme. Par conséquent, les membres de l antenne se sont régulièrement réunis en sessions ordinaires. Tout ceci s est traduit par une augmentation nette du taux de participation et une meilleure régularité des membres aux assemblées. A titre d exemple, le nombre de membres titulaires participant aux assemblées est passé de 6 à 13, sur un total de 26 membres. Les discussions ont débouché sur la création d un cadre de fonctionnement de l antenne, la révision complète et détaillée des textes fondamentaux (constitution, règlement intérieur, etc.) ainsi que l élaboration de propositions de projets relatives au financement accordé par les différents partenaires. Assemblées consultatives L ASFEB a cherché à promouvoir un partenariat entre le Ministère de l Education et les institutions nationales et internationales impliquées dans le secteur 14

18 de l éducation. Des assemblées régulières avec le Ministère de l Enseignement primaire et secondaire, ainsi qu une réunion avec le/la Coordonateur (trice) du Centre WANAD, ont par conséquent été organisées en vue de finaliser le protocole d accord entre les deux institutions. Les délibérations et le dialogue qui s est ensuivi ont abouti à une collaboration significative entre les services techniques du MPSE (Ministère de l Enseingement primaire et secondaire) et le bureau du ministre au sein du MPSE, et à l élaboration du programme de travail Plaidoyer Campagnes de plaidoyer En collaboration avec le Réseau béninois de journalistes et d experts en communication impliqués dans le secteur de l éducation, l ASFEB a organisé la campagne nationale de scolarisation des filles et à laquelle elle a pris part. A ce titre, l antenne a assuré la coordination d une série de conférences et de forums organisés par un certain nombre de ses membres dans le cadre du programme radiophonique. L antenne a, par ailleurs, organisé la rédaction d une série d articles relatives aux mesures concrètes visant à stimuler et à promouvoir le processus de scolarisation des filles au Bénin. La compilation de ces articles a débouché sur la production d un magazine, publié par le Réseau béninois de journalistes et d experts en communication impliqués dans le secteur de l éducation. Interventions de démonstration Clubs de filles L ASFEB a créé des clubs de filles dans les écoles secondaires. Ces clubs constituent un énorme melting-pot, des lieux où les filles ont pu apprendre à devenir responsables et se mettre en valeur. Au sein de ces clubs, il leur était possible de discuter de problèmes très délicats et de parler des difficultés auxquelles elles étaient confrontées. Leurs réponses faisaient ensuite l objet d une analyse vers la formulation d approches visant à trouver des solutions aux problèmes qui constituaient un obstacle à leurs performances scolaires. Ces clubs ont également contribué à améliorer l accès des jeunes filles à l éducation, à travers le programme de bourses d études mis en place par l antenne. Le principal objectif, qui consistait à améliorer l environnement socio-culturel au sein des établissements d enseignement secondaire, a été atteint à travers la création de trois clubs de filles au Lycée Mathieu BOUKE, l école Les Merveilles de Parakou et le CEG de Bopa. C est grâce au lancement officiel et au suivi rigoureux de ces trois clubs de filles que l antenne a été en mesure de veiller à l interaction harmonieuse et régulière entre les différents clubs. Par ailleurs, l antenne a disséminé des lettres et des questionnaires dans tous les clubs de filles, afin d assurer le suivi. Ces lettres et ces questionnaires ont permis de reccueillir un certain nombre de réflexions sur des thèmes allant de la collecte des observations dans les clubs de filles aux relations enseignant/ étudiant, aux relations étudiant/étudiante, la compatibilité entre la sexualité et les études, le phénomène du «sugar daddy» (il s agit de protecteurs âgés qui offrent à de très jeunes filles leurs frais de scolarité, de l argent et des cadeaux en échange de relations sexuelles), «notes obtenues en échange de faveurs sexuelles», la situation des MST et du SIDA, les avantages de l éducation des filles ainsi que les jeunes filles et leur avenir (sensibilisation des pairs). L antenne a également facilité un programme de renforcement des capacités à l intention de toutes les filles appartenant à ces clubs, en apportant un appui technique au club des filles du Collège de l Avenir pour avoir rédigé un certain nombre d articles pour leur magazine. Programme de bourses d études L antenne a mis en place un atelier préparatoire pour la mise en œuvre du programme de bourses. Des visites de sites et des réunions de sensibilisation ciblant les chefs d établissements scolaires ainsi que l ensemble des candidats ont été organisées en marge de cet atelier. A la suite de ces réunions et consultations, 15

19 l antenne a déterminé les attributions des différents responsables et envoyé des lettres à l ensemble de ses partenaires (dont les membres de la sélection et du comité de direction) ainsi qu aux autorités académiques. Elle a ensuite procédé à la collecte des formulaires de renseignements des candidats éligibles à une bourse d études du FAWE, analysé les données contenues dans ces formulaires et sélectionné les bénéficiaires de ces bourses d études. Le projet a finalement été lancé en novembre. Formation sur le suivi et l évaluation du programme Le Secrétariat régional du FAWE a organisé un atelier de formation sous-régional sur le suivi et l évaluation du programme, afin de répondre aux besoins journaliers des coordonnateurs et des membres du personnel de l antenne nationale. Cet atelier s est déroulé à Bamako, au Mali. A travers cette formation, les antennes nationales ont été en mesure de mettre au point leurs propres indicateurs et d élaborer leurs plans de suivi et d évaluation dans chacune de leurs activités prévues au programme. La coordonnatrice, y compris le/la chargé(e) de programme et une personne ressource ont représenté l antenne à cet atelier. Programme d échanges L ASFEB s est engagée dans un dialogue tripartite entre les antennes du FAWE Afrique de l ouest et le PLAN WARO. La réunion a eu lieu à Banjul, en Gambie. L objectif de cette réunion consistait à faciliter et à renforcer les échanges dans le cadre du partenariat entre les antennes du FAWE Afrique de l ouest et le PLAN WARO. L antenne a donc présenté ses réalisations aux autres antennes nationales et a souscrit aux 3 propositions de projets dans le cadre de ce partenariat. Collaboration avec les associations de femmes Dans le but d établir de nouveaux partenariats et de renforcer ceux existants, l antenne a activement participé aux ateliers de formation sur le leadership, la gestion et la bonne gouvernance, organisés par le Réseau pour l intégration des femmes des organisations non gouvernementales et associations africaines (RIFONGA). En plus de ce partenariat, l antenne a pris part à un autre atelier de familiarisation dans le cadre du projet EU03 de l Union européenne, couronné par une session de planification d activités avec le Réseau panafricain pour la promotion des droits des femmes (WILDAF-Bénin). Défis Le manque de moyens de communication fiables, devenus trop chers, a constitué le principal défi auquel l antenne a été confrontée pendant la période de mise en œuvre. En raison du manque de lignes téléphoniques dans les bureaux, les membres du personnel sont obligés d utiliser leurs propres téléphones ou les cabines publiques souvent bondées. De même, il est difficile de communiquer via le réseau Internet, étant donné que l antenne ne dispose pas de sa propre ligne. Pour accéder et envoyer leurs s, les membres du personnel se rendent dans des cybercafés. Tout comme la majorité des autres antennes, elle n a aucun moyen de transport à sa disposition, ce qui constitue un obstacle supplémentaire pour le suivi et l évaluation. Burkina Faso Politique Dialogue relatif à la politique à mener Le FAWE Burkina a encouragé la formulation et l adoption d une politique éducative tournée vers la promotion de la scolarisation des filles. L antenne a pris part à un débat sur l éducation avec le Ministère de l Education et les décideurs en vue d améliorer l accès, la rétention et la performance des filles défavorisées au sein des communautés sélectionnées. Etude préliminaire L antenne fait également partie du comité pilote mis en place par l UNICEF et le Ministère de l Education chargé de mener une étude sur l identification des obstacles persistants à l accès, la rétention et la performance des filles dans les écoles, en vue de mettre en exergue l impact de l AME, l APE, du COGES, du Coran, du Medersas, des écoles françaises et arabes sur l éducation des filles. 16

20 Plaidoyer Campagnes de sensibilisation L antenne a facilité la réalisation d un consensus parmi l ensemble des parties prenantes sur les perspectives d avenir de l éducation pour les filles. Etudiants, décideurs et communautés locales ont participé à ces campagnes de sensibilisation. Parmi les principales réalisations, il convient de citer le programme de sensibilisation et de formation de cinq équipes de l Association pour l éducation des mères, mis en place en collaboration avec les directeurs provinciaux du programme d éducation de base de Sourou. Médias Par ailleurs, l antenne a activement participé à un programme télévisé sur l éducation des filles, en collaboration avec Plan-Burkina. Dans le cadre de ce programme télévisé, elle s est vue offrir l occasion de présenter les objectifs spécifiques ainsi que les activités éducatives mises en place par le FAWE. Matériels de plaidoyer Le bulletin semestriel du Club FAWE (le Bulletin No 7) a été publié. Au total, 500 exemplaires de ce bulletin ont été édités puis disséminés aux partenaires et à l ensemble des directeurs régionaux et provinciaux. Interventions de démonstration Centres d excellence Le plan d action pour la mise en œuvre du programme sur les méthodes d enseignement intégrant la problématique de genre a été élaboré pour le Centre d excellence Dipeo et exécuté par plus de 80 % des enseignants, sans compter l élaboration du code d éthique des directeurs d écoles de Dipeo. Dans sa tentative d élaboration de méthodes d instruction intégrant la problématique de genre, l antenne s est attachée à prendre en considération les questions de genre. Une importance toute particulière a été accordée à l intégration de cette même pédagogie dans la formation des enseignants. Les documents tels que le texte de l article de loi 013, décret 289, ont été obtenus avec l aide du Directeur général de l ENEP (Gaoua). Le COE Dipeo a également institué une semaine annuelle de la culture avec des thèmes précis, tels que le rôle de la communauté Dipeo dans le cadre des processus de recrutement, la restructuration au sein des établissements scolaires ainsi que la mutilation génitale féminine. Les résultats des examens nationaux ont indiqué que plus de 59 % des étudiants avaient été reçus. Sur les 44 étudiants ayant obtenu leur diplôme, 13 filles et 13 garçons se sont vus décerner un prix. Enseignement des sciences pour les filles L antenne a lancé, en collaboration avec le Secrétariat régional du FAWE, un programme de formation destiné à un groupe de 30 enseignants en SMT, parmi lesquels des enseignants provenant de deux institutions et trois responsables de ces institutions dont l un du DIPEO. Cette formation était axée sur le thème de l intégration de genre dans l enseignement des sciences, des mathématiques et de la technologie en Afrique. Trafic des filles Dans le cadre des efforts consentis pour intensifier la lutte contre le trafic des filles dans la région de Sourou, l antenne a organisé des vastes campagnes, en collaboration avec d autres organisations et agences de même sensibilité. Education non formelle Quatre-vingt filles issues du centre de ressources et du centre de formation de Tougan ont suivi une formation axée sur les activités rémunératrices. Elles y ont appris comment faire de la teinture, du savon, comment sécher des fruits et des légumes. Elles ont également rendu visite aux modèles de rôle qui veillent à promouvoir les activités socioéconomiques dans la province. Ce projet a été financé par l UNICEF. Un atelier de couture a, en outre, été organisé à Ouagadougou en vue de renforcer les capacités des filles diplômées 17

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Rapport annuel du FAWE 2007

Rapport annuel du FAWE 2007 F A W E Forum des éducatrices africaines (FAWE) Rapport annuel du FAWE 2007 Rendre l éducation africaine sensible au genre : plaider, agir et influer Rapport annuel du FAWE 2007 F A W E Forum des éducatrices

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Appel de Candidature

Appel de Candidature Appel de Candidature Formation sur l assurance qualité interne dans l Afrique de l Ouest 2015-16 Le projet «Training on Internal Quality Assurance in West Africa (TrainIQAfrica)» est une formation pour

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE)

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : 011-551 7700 Fax : 011-551 7844 website : www. africa-union.org VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales Programme des Nations Unies pour le Développement Bureau Régional pour l'afrique HISTOIRIQUE DU PROJET

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) Article 1 : NOM REGLEMENT INTERIEUR Article 1.1 : Le nom de l organisation est «l IAALD Groupe Afrique», ci-dessous

Plus en détail

POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013)

POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013) POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013) FICHE TECHNIQUE DU PROJET Numéro du projet : 593 RAF 6000 Nom du projet «Projet d appui au développement

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004 Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux Nairobi, le 20 mai 2004 Résumé des Discussions et Recommandations 1. Il s est tenu à Nairobi,

Plus en détail

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE (Décembre 2009) I. Résumé Compte tenu des défis majeurs

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou»

Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou» Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou» Résumé du projet L action vise principalement à lutter contre l abandon scolaire et renforcer l accès à l éducation des jeunes

Plus en détail

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA)

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA) PRESENTATION TTISSA Gabrielle BONNET, Ramya VIVEKANANDAN Expertes associées, Section pour la formation des enseignants, Division de l enseignement supérieur, UNESCO L Initiative de l UNESCO pour la formation

Plus en détail

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OIC/COMCEC/27-11/D(24) Original : Anglais RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OUAGADOUGOU BURKINA FASO Présenté

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2006-2015 Augmenter les effectifs et améliorer la qualité du corps enseignant en Afrique subsaharienne Les besoins La pénurie aiguë

Plus en détail

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE Bamako, Mali du 12 au 15 mars 2012 1. Introduction Français L atelier et la

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Budgets genre, pouvoirs et transformations sociales Une formation en ligne proposée par l IHEID (Genève) 21 novembre 2013-5 mars 2014

Budgets genre, pouvoirs et transformations sociales Une formation en ligne proposée par l IHEID (Genève) 21 novembre 2013-5 mars 2014 Budgets genre, pouvoirs et transformations sociales Une formation en ligne proposée par l IHEID (Genève) 21 novembre 2013-5 mars 2014 Depuis 2007, le Pôle genre et développement de l Institut de hautes

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Discours d Oley Dibba- Wadda, Secrétaire exécutive de l ADEA

Discours d Oley Dibba- Wadda, Secrétaire exécutive de l ADEA Ouverture officielle du deuxième Forum ministériel sur les sciences, les technologies et l innovation en Afrique Rabat, Maroc, 15 octobre 2014 Discours d Oley Dibba- Wadda, Secrétaire exécutive de l ADEA

Plus en détail

6. La durée de réalisation de cette consultance est de vingt deux (22) jours pendant la période allant du 10 août au 12 Septembre 2012.

6. La durée de réalisation de cette consultance est de vingt deux (22) jours pendant la période allant du 10 août au 12 Septembre 2012. Avis de Sollicitation de Manifestation d intérêt pour le recrutement d un consultant international ou national pour la revue des Plans d investissements des pays AMI N 05 2012 Plans d investissement nationaux

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs Note conceptuelle de la conférence PQIP/DCTP de Kigali sur «Encourager l investissement des pays dans l acquisition des compétences des formateurs et entrepreneurs» Introduction La conférence de Kigali

Plus en détail

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Un partenaire pour assurer une éducation de qualité pour tous en Afrique «Je n ai jamais encore rencontré de donateur comme celui-ci : il écoute

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ

Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ Situation: Bobo-Dioulasso, Burkina Faso Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ Centre: Centre pour Leadership et Management General Structure: Organisation Ouest Africaine de la Santé Lieu de travail:

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

CANEVAS DE DEMANDE DE SUBVENTION. AWDF finance les projets relatifs aux domaines d intervention suivants :

CANEVAS DE DEMANDE DE SUBVENTION. AWDF finance les projets relatifs aux domaines d intervention suivants : CANEVAS DE DEMANDE DE SUBVENTION Le Fonds Africain pour le Développement de la Femme (AWDF) finance les organisations locales, nationales, sous-régionales et régionales en Afrique qui œuvrent en vue de

Plus en détail

Ordre du Jour Provisoire

Ordre du Jour Provisoire 14 E REUNION DU CONSEIL DE L ITIE, BRUXELLE DU 13 14 DECEMBRE 2010 Document du Conseil 14-1 Ordre du Jour Provisoire Secrétariat International de l ITIE Oslo, 29 novembre 2010 Lundi 13 décembre 11:30 14

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Tel: +229 21 30 39 51 +229 21 30 64 97 Email: benin.co@plan-international.org www.plan-international.org

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

WEB EDU TV. Quel horizon post-2015 pour les politiques d éducation en Afrique subsaharienne?

WEB EDU TV. Quel horizon post-2015 pour les politiques d éducation en Afrique subsaharienne? WEB EDU TV Quel horizon post-2015 pour les politiques d éducation en Afrique subsaharienne? Octobre 2013 1 Contexte Il y a plus d une décennie, en avril 2000, se tenait le Forum Mondial sur l Éducation

Plus en détail

FITS 2008 Bamako,Mali. Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire

FITS 2008 Bamako,Mali. Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire FITS 2008 Bamako,Mali Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire Problématiques Pourquoi avoir une politique et une stratégie nationale d appui au tourisme

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL AVIS À MANIFESTATION D INTÉRÊT (SERVICES DE CONSULTANT) BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Département

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 Le séminaire pré-conférence à l intention des femmes leaders élues dans les collectivités locales

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie du futur, lancé en 2008 et géré par Masdar, représente la vision

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail