MOT DU MOIS JUILLET 2017 Le quatuor d amour

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MOT DU MOIS JUILLET 2017 Le quatuor d amour"

Transcription

1 1 MOT DU MOIS JUILLET 2017 Le quatuor d amour À CELUI QUI VRAIMENT DEMANDE À BOIRE, LA BOISSON EST DONNÉE. Entretien 15 Gitta p. 84 Émilie Poget est la dernière arrivée des marraines, et aussi la plus jeune. Ce qui m a touchée chez elle, c est sa grande soif de connaître l enseignement des Dialogues, et sa détermination à repartir chaque fois avec un acte concret qui faisait avancer sa vie d un pas. Et sa vie a changé Certaines années, elle a participé à tous les weekends et tous les stages que j animais rédigeant un compte rendu de chacune de mes interventions Elle a travaillé le week-end en plus de son métier d institutrice pour se donner les moyens de s offrir ce qui avait le plus de valeur à ses yeux : sa recherche spirituelle. Elle a même choisi d être institutrice remplaçante plutôt que titulaire pour être libre toutes les semaines nécessaires. Devant un tel engagement, la Vie s est inclinée et lui a donné de nouvelles idées pour gagner l argent dont elle avait besoin sans plus avoir à effectuer d heures supplémentaires. Et, chose étrange pour son âge, Émilie porte déjà des soucis de protection et de divulgation de l enseignement des Dialogues, si précieux à ses yeux. Elle souffre que si peu de gens sachent ce qui se vit vraiment dans notre association, dans nos stages. Alors elle a pris toutes ses responsabilités à bras le corps, surtout le site Internet, trouvant dans ses dialogues des solutions qui manquaient. Peut-être Émilie me touche-t-elle parce qu elle ressemble un peu à la jeune femme que j étais à son âge, au début de mon chemin Patricia D aussi loin que je me souvienne, j ai le sentiment d avoir toujours été en recherche de quoi? de qui? Enfant, je n arrivais pas à mettre de mots, mais j avais le goût que la Vie pouvait offrir plus que ce que je voyais autour de moi : la souffrance, la violence, le manque d amour N y avait-il pas une dimension plus grande de la Vie sur terre? Adolescente, ce fut une grande incompréhension et une terrible souffrance de réaliser qu aucune de mes copines ne se posait les mêmes questions que moi. Mes premiers petits copains n ont pas échappé à ma quête Je me souviens encore des premières questions que je leur posais lors de notre premier rendezvous (aie, les pauvres!) :

2 2 - C est quoi ta mission à toi? - Ma quoi? - Bah ta mission, ce que tu es venu faire sur terre? - J en sais rien, je ne me suis jamais posé la question - Tu sais au moins quel est le but de ta vie? - Non, je sais pas - Mais avant, tu étais incarné en quel animal? - Tu es une fille vraiment «spéciale»! Je ne comprenais pas qu ils ne se posent pas ces questions et je me sentais encore plus bizarre avec mes questionnements Il n y avait que 2 possibilités : 1) Je m étais trompée de planète (il n y avait pas de billet retour!) 2) Je devais avoir un problème de déficience de QI J ai fait plein de tests de QI, je n étais pas débile. Mais alors, c était quoi ce sentiment d être spectatrice d un monde dont je ne me sentais pas faire partie? Je ne comprenais pas la manière dont les humains vivaient et se comportaient entre eux Le lycée a été la guillotine finale Je misais tous mes espoirs que cette fois, après le collège, j allais enfin apprendre comment vivre, j allais enfin avoir un manuel pour savoir quoi faire de la vie qui vivait en moi! Non, encore des maths, du français, de la géo C était ça la Vie? Apprendre des connaissances générales, avoir un diplôme, travailler et c est tout? Il me semblait que tous les adultes avaient oublié l essentiel, perdu la foi, qu ils marchaient tous à côté d eux-mêmes. Où était passé l Amour que je sentais pourtant possible? J avais déjà rédigé plusieurs testaments, j étais sûre de mourir très jeune, avant 26 ans c était certain! A quoi bon s investir alors? Pour ce monde-là? Tout le monde autour de moi semblait s accommoder plus ou moins bien de son existence C était donc moi qui devait avoir un problème. J ai traversé mes années de lycée en pleurant tous les matins et tous les soirs, triste de vivre une vie dont j avais l impression qu il me manquait l essentiel. Triste de mettre les deux pieds dans un moule dont j avais l impression qu on ressortait coupé de toutes nos envies et de nos rêves. J ai quand même choisi de jouer le jeu, d avoir mes diplômes, afin d être libre de faire ce que je voudrais de ma vie J ai suivi des études en médecines naturelles, ouvert mon cabinet à 19 ans, pris mon appartement au bord du lac à Neuchâtel. Mes amours allaient bien, ma vie allait bien

3 3 Pourtant un soir, dans mon canapé, je pense à ma vie «parfaite», et je suis prise d un vertige : - J ai tout accompli! C est fini! Ça va être comme ça toute ma vie!? Quelle horreur! J avais le sentiment de passer à côté de ma vie véritable. Toute ma vie semblait être une mascarade : j en avais assez que mes patients viennent, demandent des conseils et paient pour aller mieux, qu ils ne mettent rien en pratique et reviennent le mois d après en se plaignant encore que rien ne va Je me sentais être un escroc. Quelques mois après, je pars en vacances en Bretagne, et je tombe amoureuse à la fois de la Bretagne et d un breton. J ai 20 ans, je plaque tout et je m en vais avec quelques euros en poche vivre en communauté dans une caravane au milieu de la forêt bretonne avec mon amoureux et ses amis! Enfin, le retour à l essentiel! Six mois après, je réalisais que ce mode de vie n était qu une fuite de notre société, ce n était pas ça que je cherchais. Mais alors! Si ce n est pas au milieu de la nature qu est l essentiel, ni dans tous les livres ésotériques que j avais lus sans trouver aucune réponse concrète pour me dépatouiller avec ma vie et si j étais née pour vivre en l an 2000, c est donc que j avais à trouver l essentiel au cœur de la modernité Et si les adultes ne pouvaient plus changer, peut-être qu en offrant le meilleur aux enfants, ils pourraient s accomplir au mieux, eux. Alors, je suis allée à Paris faire ma formation d éducatrice Montessori pour enfants. J ai eu mon diplôme, j ai eu du travail en Suisse. Très mal payé A l aube de mes 25 ans, ma tante me dit que Patricia Montaud vient faire une conférence à Lausanne. - Patricia Montaud? - Oui, celle qui a donné une suite aux «Dialogues avec l ange». - J ai lu le livre en Bretagne, j ai adoré! Il y a une suite??? Je ne le savais même pas! Je veux rencontrer la femme qui a donné une suite à ce livre magnifique! - Oui! Il y a même un week-end avec elle juste après. - Alors, je viens, à la conférence et au week-end aussi! Me voilà assise dans la salle à Lausanne. Patricia commence à parler et là enfin ce que j ai attendu toute ma vie : des paroles en Vérité et d Amour Du sens et du concret dans un Sacré! Je trouvais ce que j avais toujours cherché! Enfin je recevais une eau qui désaltérait ma soif. J ai eu si soif pendant plus de 15 ans comme une longue traversée du désert

4 4 Alors, une fois qu on goûte une eau désaltérante, on en redemande. Voilà, c est là qu a commencé mon chemin avec Patricia et toute cette magnifique famille spirituelle. J avais enfin trouver mon oasis! Après le week-end à Lausanne, j ai demandé à Claude Rossel comment faire partie d un groupe ; elle m a répondu qu ils se voyaient le lendemain chez elle. J y suis allée et à la fin de la soirée, comblée d avoir enfin trouvé un sens à ma vie avec le dialogue, je leur dis : - A la semaine prochaine alors! - Euh non, on se voit tous les 15 jours - Et ça fonctionne? Je croyais qu on faisait comme dans le livre des Dialogues, on se rencontre une fois par semaine et on a la semaine pour tenter de mettre en pratique ce qu on a vu - Hum! oui, eh bien à la semaine prochaine Au fil des mois, des années, j ai découvert un véritable quatuor d amour agissant! L aide de mon Ange avec le dialogue miroir qui me renvoie sans cesse le reflet de qui je suis vraiment. Chaque fois, je suis émerveillée qu Il soit si près si accessible! L aide du groupe qui me permet d accoucher de moi semaine après semaine et de tenir le fil de ma vie vu pendant les stages. J y ai reçu des réponses si vraies! L aide de Claude Rossel, ma marraine, qui répond à mes nombreux questionnements de route et dont l accompagnement si précieux durant les longues heures de trajets ensemble pour venir en stage fait qu elle est la personne sur terre qui connait le mieux ma vie! - Grâce à elle, j ai osé venir à quelques week-ends, elle m a donné l élan. Au début, c était impensable de partir prendre mon pied en week-end en laissant mes parents, mon frère et ma sœur qui allaient mal ici Je m accordais si peu le droit à mon plaisir. Et l aide de Patricia qui me permet d entendre le «LA» dans ce quatuor et de sentir la Grande Direction à venir. Son regard d Amour me fait croire là où je n y crois pas. Elle me permet de m aimer là où je ne m aime pas encore. Elle rend l impossible-possible. - Elle m aide à mieux traduire les intuitions des dialogues que je tente seule avec mon Ange, puis en groupe Je crois sans cesse que je suis coincée dans des sables mouvants et que là, c est fini, je ne peux plus avancer pourtant je me donne à fonds! Patricia m aide à voir que non ; ce ne sont pas des sables mouvants, c est juste que j essaie d avancer en creusant dans le sol au lieu de marcher simplement.

5 5 Quelle route j ai faite dans ma vie amoureuse! Moi qui partais en courant dès que cela devenait un peu chaud! Quelle route dans ma vie professionnelle en tentant, semaine après semaine, de mener au bout la création de mon propre logiciel et sa commercialisation! Moi qui pense que je ne vaux rien moi qui ai si peur de perdre tous ceux que j aime si je réussis! Quelle route avec mes parents - je peux enfin passer une journée complète tranquille à leurs côtés ; alors que je partais directement après le dessert tellement c était difficile pour moi de les accepter tels qu ils sont sans vouloir les changer! Et j apprends à me reposer, à m accorder de vrais loisirs même si ce n est jamais gagné! Le plus difficile est d accepter que je mérite de recevoir autant de bonheur! Ma vie spirituelle s est petit à petit complétement imbriquée dans ma vie de tous les jours Il y a 5 ans, si on m avait demandé : «C est quoi pour toi la vie spirituelle?», j aurais répondu : - C est comprendre le sens de ma vie sur terre et trouver comment accomplir ma mission. Aujourd hui, je dirais plutôt : - C est voir le pire de moi et choisir de m aimer Peut-être un jour aurais-je assez d amour pour moi pour pouvoir aimer les autres véritablement Car voir le pire de soi à l œuvre toutes les deux secondes conduit soit à un profond désespoir, soit à la miséricorde. Plus j ai l impression d avancer, plus j ai le sentiment de trouver ce que j ai en Vérité toujours cherché et plus il me semble que je suis loin de moi, de LUI. Mes questions restent les mêmes qu à 10 ans : - Qui suis-je? Où vais-je? Que fais-je? Mais quel soulagement au fil des stages, des week-ends, des moments d étude ou de pratique, d entendre de plus en plus précisément comment m y prendre avec la Vie déposée en moi! Quelle chance qu il existe autour de moi des Êtres magnifiques qui ont fait cette traversée avant moi! Leurs traces me montrent une route à suivre, ils sont la boussole qui guide mes pas et la rosée qui vivifie mes journées!