TVA IMMOBILIERE. Etude Fiscale SOMMAIRE , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TVA IMMOBILIERE. Etude Fiscale SOMMAIRE. www.oec-paris.fr. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)"

Transcription

1 TVA IMMOBILIERE Etude Fiscale SOMMAIRE Introduction Article de présentation générale Le plus de l expert Annexe : Références législatives et jurisprudentielles 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) Ordre des experts-comptables Région Paris Ile-de-France

2 Etude Fiscale 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) Les règles applicables aux opérations immobilières dataient, pour l essentiel, de la loi n du 15 mars 1963 portant réforme de l enregistrement, du timbre et de la fiscalité immobilière. Cet ensemble de règles, qui constituait un régime particulier antérieur aux directives d harmonisation européenne en matière de TVA, s écartait sur certains points du cadre défini par la législation communautaire et présentait de sérieuses difficultés d application. En conséquence, l adoption de nouvelles dispositions en matière de TVA immobilière s imposait dans un souci de mise en conformité avec la directive européenne du 28 novembre 2006 relative au système commun de TVA. La vente d immeubles et les prestations de services portant sur les immeubles sont désormais soumises au droit commun. En conséquence, les ventes effectuées par les assujettis à la TVA sont soumises à la TVA sauf cas d exonérations particulières. Le redevable de la TVA est le vendeur. Les ventes réalisées par les non-assujettis ne sont pas soumises à la TVA sauf cas limitativement énumérés. Par ailleurs, les règles en matière de droits de mutation sont également aménagées. Ces dispositions s appliquent aux opérations immobilières réalisées à compter 2du 11 mars Des mesures transitoires sont toutefois prévues pour le traitement des affaires en cours. Le nouveau dispositif soulève des difficultés d application. L Analyse-experts répond aux questions suivantes : Comment est calculée la TVA due dans le cadre d une livraison à soi-même? Peut-on éviter le cumul de la TVA immobilière et des droits d enregistrement au taux de 5, 09 %? Dans quels cas un marchand de biens a-t-il intérêt à soumettre à la TVA la revente d un immeuble ancien? La TVA déduite par un promoteur au titre d un immeuble qu il donne en location dans l attente d une amélioration du marché doit-elle faire l objet d une régularisation? Quelles sont les modifications apportées aux modalités d option à la TVA? 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 2

3 Les principes de base 1. Les opérations effectuées par les assujettis agissant en tant que tel 1.1 Définition de l assujetti agissant en tant que tel La qualité d assujetti à la TVA résulte de l exercice de manière indépendante d une des activités économiques mentionnées à l article 256 A du CGI. Sont visées par ce texte toutes les activités de producteur, de commerçant ou de prestataire de services, y compris les activités libérales, agricoles, civiles, exercées à titre habituel. Le caractère habituel implique la réalisation répétée de prestations de services ou de livraisons de biens. Mais, pour qu une opération effectuée à titre onéreux puisse être imposable à la TVA, il ne suffit pas qu elle soit réalisée par un assujetti. Encore faut-il, comme l exige l article 256, I du CGI, que celui-ci agisse en tant que tel. Dans son instruction relative aux opérations immobilières réalisées dans le secteur du logement social, l administration apporte sur ce point une précision importante : «Il résulte de la jurisprudence communautaire qu un assujetti n agit pas en tant que tel lorsqu il réalise la cession d un élément de patrimoine en dehors d un objectif d entreprise ou d un but commercial. Ce principe vaut pour la simple cession d immeubles qui, de manière générale, ne constitue pas une opération économique au sens de la directive dès lors qu elle résulte de la seule propriété et ne constitue pas l exploitation de ces biens visant à produire des recettes ayant un caractère de permanence». On attendra les précisions de l administration fiscale pour savoir dans quelle mesure la simple gestion d un patrimoine foncier peut constituer une activité économique. En effet, un particulier qui donne en location des immeubles est un assujetti, il exerce une activité civile présentant un caractère habituel. Son activité est dans le champ d application de la TVA. Peu importe que les loyers soient soumis ou non à la TVA. Compte tenu de la jurisprudence communautaire, il devrait toutefois être qualifié d assujetti n agissant pas en tant que tel lorsqu il vend l immeuble dans la mesure où la vente s inscrit dans le cadre d une simple gestion de patrimoine en dehors d un objectif d entreprise ou d un but commercial. 1.2 Les opérations imposables à la TVA Les opérations réalisées par les assujettis sont imposables à la TVA, quelle que soit la qualité de l acquéreur, qu il s agisse d une entreprise ou d un particulier Les terrains à bâtir La loi définit désormais les terrains à bâtir comme des terrains sur lesquels des constructions peuvent être autorisées en application d un plan local d urbanisme, d un autre document d urbanisme en tenant lieu, d une carte communale ou des dispositions de l article L du Code de l urbanisme (art. 257, I-2-1 du CGI). La nouvelle notion de terrain à bâtir repose donc sur une définition objective prenant appui sur le droit de l urbanisme et ne fait plus dépendre la qualification de terrain à bâtir de l engagement de construire de l acquéreur. Dans son instruction relative aux opérations immobilières réalisées dans le secteur du logement social, l administration apporte des précisions sur la notion de terrain à bâtir. Cette définition très large inclut les terrains pour lesquels les documents d urbanisme prévoient qu une construction est possible au moment de la cession, y compris ceux pour lesquels la constructibilité est limitée mais à l exclusion de ceux pour lesquels la constructibilité est subordonnée à une modification préalable de ces documents. Ainsi, les terrains classés en zones U et AU d un plan local d urbanisme, définies aux articles R et du Code de l urbanisme, constituent d office des TAB, exception faite de ceux visés au 3ème alinéa de l article R quand la constructibilité effective est subordonnée à une modification ou une révision du PLU. Toutefois, quand bien même des constructions peuvent y être autorisées, ne constitue pas un terrain à bâtir au sens de la TVA une parcelle sur laquelle se trouve déjà une construction en état d être utilisée en tant que telle pour un usage quelconque sans qu il soit nécessaire à cette fin d y réaliser un immeuble neuf. Cette parcelle d assiette ne doit être considérée comme un TAB que lorsque l immeuble bâti est impropre à un tel usage et, comme tel, destiné à être démoli , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

4 1.2.2 Les terrains non à bâtir Les terrains non à bâtir entrent désormais dans le champ d application de la TVA mais bénéficient d une exonération. Ils peuvent toutefois faire l objet d une option pour une imposition à la TVA sur le prix total par les vendeurs assujettis à la TVA Les immeubles neufs La nouvelle définition de l immeuble neuf vise comme auparavant l immeuble achevé depuis moins de cinq ans. Il est désormais expressément indiqué que l immeuble neuf peut résulter d une construction initiale ou d une rénovation résultant de travaux dont la nature et l importance conduisent à considérer que l immeuble est remis à neuf. Les critères à partir desquels l importance des travaux doit être appréciée demeurent inchangés. Par ailleurs, l immeuble demeure un immeuble neuf pendant ces cinq années, indépendamment du nombre de cessions dont il peut avoir fait l objet durant cette période. L ensemble des mutations réalisées au cours de cette période est donc soumis à la TVA, à l exception de celles réalisées par une personne non assujettie qui n aurait pas acquis le bien en tant qu immeuble à construire Les immeubles achevés depuis plus de 5 ans Les livraisons d immeubles achevés depuis plus de cinq ans qui n étaient pas dans le champ d application de la TVA immobilière entrent désormais dans le champ de la TVA de droit commun lorsqu elles sont réalisées à titre onéreux par un assujetti agissant en tant que tel. Ces livraisons d immeubles bénéficient toutefois d une exonération de TVA. Le cédant a cependant la possibilité de soumettre volontairement cette livraison à la TVA en effectuant une option formelle en ce sens. Une fois exercée, cette option permet au cédant de ne pas avoir à reverser la TVA déduite lorsque l immeuble cédé a été immobilisé et que la vente intervient au-delà des cinq ans de l achèvement mais dans le délai de régularisation de 20 ans Les livraisons à soi-même d immeubles neufs Tous les immeubles neufs que font construire les assujettis à la TVA, quelle que soit leur destination, doivent désormais faire l objet d une livraison à soi-même lorsqu ils ne sont pas revendus dans les deux ans de leur achèvement. Par conséquent, l immeuble construit alors même qu il serait affecté pour plus des trois quarts à usage d habitation ou affecté à la réalisation d opérations n ouvrant pas droit à déduction doit faire l objet d une livraison à soi-même. Il en va de même de celui qui est construit aux fins d être vendu en tant qu immeuble neuf, lorsqu il n est pas vendu dans les deux ans de son achèvement. Il existe une possibilité de reporter la déclaration de TVA (et donc la liquidation de la taxe) jusqu au 31 décembre de la deuxième année qui suit celle de l achèvement de l immeuble, quand bien même le fait générateur demeure fixé à la date d achèvement de l immeuble. 1.3 L assiette de la TVA La TVA est, en principe, assise sur le prix total de cession. Toutefois, la TVA est assise sur la marge lorsque l acquisition par le professionnel cédant n a pas ouvert droit à déduction de la TVA dans les deux cas suivants : livraison d un terrain à bâtir ; option par un assujetti au titre de la livraison d un immeuble achevé depuis plus de 5 ans. Le régime spécifique de TVA sur la marge prévu pour les marchands de biens et assimilés est supprimé ainsi que les formalités spécifiques qui y sont attachées. 1.4 L exigibilité de la TVA La TVA est exigible dans les conditions de droit commun pour les livraisons d immeubles, c est-à-dire au moment de la livraison de l immeuble. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 4

5 Pour les livraisons d immeubles à construire, la TVA est exigible lors de chaque versement des sommes correspondant aux différentes échéances prévues par le contrat en fonction de l avancement des travaux. 2 Les opérations effectuées par les non-assujettis et les assujettis n agissant pas en tant que tel 2.1 Définition des non-assujettis Les non-assujettis sont des personnes qui ne réalisent pas des opérations économiques ou qui réalisent des opérations économiques à titre occasionnel. Sont également soumis au régime des non-assujettis les assujettis qui ne réalisent pas une opération en tant qu assujetti. 2.2 Les opérations soumises à la TVA Les opérations réalisées par les non-assujettis sont hors du champ d application de la TVA. Toutefois, seules deux catégories d opérations réalisées par les non-assujettis sont soumises à la TVA : la livraison (revente, apport, etc.) d un immeuble neuf (achevé depuis moins de cinq ans) lorsque le cédant avait au préalable acquis l immeuble cédé comme immeuble à construire (notamment VEFA) ; la livraison à soi-même de logements de certains logements sociaux (dans le cadre de la politique d accession sociale à la propriété). 3 Les droits d enregistrement à la charge de l acquéreur Le taux réduit de 0, 715 % en matière de droits de mutation s applique : aux mutations d immeubles achevés depuis moins de 5 ans qui sont soumises obligatoirement à la TVA sur le prix total aux mutations de terrains à bâtir lorsqu elles sont soumises à la TVA sur le prix total. Dans tous les autres cas, le taux normal en matière de droits de mutation (soit 5,09 %) s applique. Toutefois, les assujettis ne sont soumis qu au droit fixe de 125 s ils prennent l engagement de construire dans les 4 ans (délai éventuellement prorogé d un an) au droit de % s ils prennent l engagement de revendre dans les 5 ans , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

6 Les «Plus de l expert» 1. Comment est calculée la TVA due dans le cadre d une livraison à soi-même? Tous les immeubles neufs que font construire les assujettis à la TVA, quelle que soit leur destination, doivent désormais faire l objet d une livraison à soi-même lorsqu ils ne sont pas revendus dans les deux ans de leur achèvement. Le fait générateur de la TVA est l achèvement de la construction. Une déclaration spéciale selon le modèle qui sera défini par l administration doit être déposée dans le mois qui suit l achèvement. L administration peut accorder un délai supplémentaire en cas d impossibilité d établir la base taxable. La taxe est liquidée au plus tard le 31 décembre qui suit l achèvement avec référence à la déclaration spéciale visée ci-dessus. La taxe est calculée à partir du prix de revient total des immeubles déterminé hors taxe, y compris le coût des terrains ou leur valeur d apport. Le prix de revient comprend notamment les frais financiers exposés pour la construction. Il comprend également : les frais administratifs supportés par les sociétés de construction ainsi que les taxes et redevances dues par les constructeurs. Le prix de revient doit être déterminé hors TVA. Les livraisons à soi-même imposables donnent lieu à l application du taux normal de 19,6 %. Toutefois, par dérogation à la règle générale, relèvent du taux réduit de 5,5 % au titre du logement social les livraisons à soi-même de logements sociaux et opérations aidées. Du montant de la taxe afférente à la livraison à soi-même, le redevable peut déduire la TVA ayant grevé la construction de l immeuble (acquisition et aménagement du terrain, travaux de construction, services utilisés pour la construction). Il en est de même pour la taxe ayant grevé les travaux dans les logements sociaux. Si l immeuble construit doit être utilisé par son propriétaire pour l exercice d une activité passible de la TVA, la déduction de la taxe ayant grevé la construction de l immeuble peut, sans attendre l achèvement de l immeuble, être récupérée dans les conditions habituelles, c est-à-dire par imputation sur la taxe due au titre de l activité professionnelle (avec, le cas échéant, possibilité de demander le remboursement des crédits de taxe non imputables). 2. Peut-on éviter le cumul de la TVA immobilière et des droits d enregistrement au taux de 5, 09 %? Le vendeur est un non-assujetti Lorsque le vendeur est un simple particulier, la vente du bien immobilier n est pas soumise à la TVA. L opération est hors du champ d application de la TVA, qu elle porte sur un terrain à bâtir, un terrain non à bâtir, un immeuble neuf ou ancien. L acquéreur, qu il soit un assujetti ou non, supporte les droits de mutation au taux normal de 5, 09 %. Toutefois, un particulier doit soumettre à la TVA la vente d une habitation s il l a acquise dans le cadre d un bail à construire et qu il la revend dans les 5 ans qui suivent son achèvement. L acquéreur, qu il soit assujetti ou non, supporte alors les droits de mutation au taux réduit de 0,715 %. Le vendeur est un assujetti Lorsque le vendeur est assujetti, la vente d un immeuble est soumise à la TVA. Elle est, toutefois, exonérée s il s agit d un immeuble de plus de 5 ans ou d un terrain qui n est pas à bâtir. Mais, dans ces deux cas, le vendeur peut toujours opter pour l assujettissement de la vente à la TVA. L acquéreur, qu il soit un assujetti ou un particulier, est, quant à lui, soumis aux droits de mutation au taux de 5, 09 %. Toutefois, les droits sont perçus au taux réduit de 0, 715 % lorsque la vente porte sur un immeuble achevé depuis moins de 5 ans ou sur un terrain à bâtir soumis sur le prix total à la TVA. Les atténuations Lorsque l acquéreur est un assujetti, il a toujours la possibilité de ramener les droits d enregistrement au taux réduit de 0, 715 % en prenant un engagement de revendre dans les 5 ans, au droit fixe de 125 en prenant un engagement de construire dans les 4 ans. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 6

7 Par ailleurs, l assujettissement de la vente à la TVA, sur le prix total ou sur la marge, permet de déduire la TVA grevant les travaux de rénovation et les travaux de viabilisation alors que la déduction serait remise en cause si la vente n était pas soumise à la TVA. En outre, afin que l acquéreur ne supporte pas les droits d enregistrement au taux de 5, 09 %, sans prendre d engagement, il faut que la vente soit soumise à la TVA sur le prix total et non sur la marge. Pour y parvenir, on peut recourir à un intermédiaire. Lorsque, par exemple, une commune a acquis un terrain à bâtir à un particulier sans TVA et le revend à un autre particulier, la vente est soumise à la TVA sur la marge et l acquisition aux droits d enregistrement au taux de 5, 09 %. Si la commune vend le terrain à un intermédiaire qui prend l engagement de le revendre dans les 5 ans, la vente est soumise au taux réduit de 0, 715 %. L intermédiaire soumet la revente au particulier à la TVA, calculée sur le prix total. Il est en droit de déduire la TVA sur la marge portée dans l acte. Le particulier doit, quant à lui, acquitter les droits d enregistrement au taux de 0, 715 %. 3. Dans quels cas un marchand de biens a-t-il intérêt à soumettre à la TVA la revente d un immeuble ancien? L article 16 de la loi de finances rectificative pour 2010 a redéfini les règles applicables, à compter du 11 mars 2010, en matière de TVA afférente aux opérations immobilières. L application du nouveau dispositif soulève de nombreuses questions et notamment sur l opportunité pour un marchand de biens qui revend un immeuble ancien d opter ou non pour l assujettissement de la cession à la TVA. Les ventes d immeubles de plus de cinq ans sont exonérées de TVA. Toutefois, les professionnels peuvent opter pour l assujettissement à la TVA de cette cession. L option s exerce distinctement par immeuble ou fraction d immeuble et doit être expressément mentionnée dans l acte constatant la mutation. Si une option en ce sens est exercée, la TVA est calculée sur la marge (différence entre le prix de vente et le prix d achat) dès lors que l acquisition du bien n a pas donné lieu à la déduction de la TVA. En revanche, la TVA est calculée sur le prix total lorsque l immeuble a ouvert droit à déduction lors de son acquisition. L option ou non pour l assujettissement de la vente à la TVA est un élément important à prendre en compte pour la négociation du prix. L assujettissement à la TVA augmente le prix de vente si l acquéreur ne peut la récupérer. L exonération de la taxe entraîne toutefois des conséquences fiscales non négligeables pour le marchand de biens. 3.1 Si le marchand de biens a opéré des droits à déduction sur le bien qu il cède, la déduction est remise en cause si la cession est exonérée de TVA. Prenons l exemple d un marchand de biens qui a acheté un immeuble ancien à un particulier et qui a réalisé des travaux de rénovation sur l immeuble avant de le revendre. S il a déduit la TVA grevant lesdits travaux, il doit, non pas procéder à une régularisation par vingtième, mais reverser la TVA ou, à défaut, constater une livraison à soi-même puisque l immeuble est un stock et non une immobilisation. 3.2 Dès lors que le marchand de biens réalise des opérations soumises à la TVA et d autres qui ne le sont pas, la TVA grevant les dépenses mixtes (c est-à-dire utilisées concurremment pour la réalisation d opérations ouvrant droit à déduction de TVA et des opérations n y ouvrant pas droit) n est déductible qu en fonction du coefficient forfaitaire de l entreprise (ex prorata de déduction). Ce dernier est d autant plus bas que les opérations non soumises à la TVA sont importantes. Supposons qu un marchand de biens ait acheté une grande propriété composée d une maison de maître qu il va revendre et d un parc attenant qu il décide de lotir. Il ne soumet pas la vente de la construction à la TVA. Les ventes des terrains à bâtir sont, en revanche, forcément soumises à la taxe. Le marchand de biens reçoit une facture du géomètre relative aux seuls terrains à lotir et une facture de commission de l agent immobilier relative à la propriété prise dans son ensemble. La facture du géomètre est affectée à des opérations soumises à la taxe. La TVA correspondante est donc déductible. En revanche, la facture de l agent immobilier est une dépense mixte qui est utilisée pour la réalisation d opérations taxables (vente des terrains à bâtir) et d une opération non taxable (vente de la maison de maître). Sauf précision contraire que l administration apporterait dans une instruction à paraître, la TVA correspondant à la dépense mixte n est déductible qu en fonction du coefficient forfaitaire général de l entreprise calculé à partir du chiffre d affaire annuel , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

8 3.3 Si le marchand de biens emploie des salariés, il est soumis à la taxe sur les salaires dès lors que l entreprise n est pas assujettie à la TVA ou ne l aura pas été sur 90 % au moins de son chiffre d affaires au titre de l année civile précédant celle du paiement des rémunérations. Enfin, il convient de remarquer que le régime des droits de mutation est indépendant de celui applicable en matière de TVA. L acquéreur supporte les droits d enregistrement au taux de 5, 09 %, que la vente soit soumise ou non à la TVA. Toutefois, un acquéreur assujetti à la TVA ne supporte que le taux réduit de 0, 715 % s il prend l engagement de revendre dans les 5 ans ou le droit fixe de 125 s il prend l engagement de construire dans les 4 ans. 4. La TVA déduite par un promoteur au titre d un immeuble qu il donne en location dans l attente d une amélioration du marché doit-elle faire l objet d une régularisation? Un immeuble en stock est assimilé à une immobilisation s il est exploité pour une activité économique autre que la construction-vente, telle que la location, plus d un an après le 31 décembre de la deuxième année au cours de laquelle l immeuble a été achevé. L assimilation à une immobilisation ne peut donc intervenir au plus tôt qu à partir du début de la quatrième année suivant l achèvement. Exemple : immeuble d habitation donné en location Immeuble achevé le 1er octobre N Avant le 30 novembre N : déclaration spéciale de livraison à soi-même Avant le 31 décembre N + 2 : liquidation de la TVA et déduction de la TVA référence à la déclaration spéciale Location de l immeuble non soumise à la TVA Régularisation par vingtième pour chaque année de location au-delà de N+3 Vente soumise à la TVA : la TVA qui n a pas fait l objet d une régularisation est définitivement acquise Vente non soumise à la TVA (au-delà de 5 ans, sans option pour la TVA), la TVA qui n a pas fait l objet d une régularisation doit être reversée. Exemple : immeuble de bureaux pour lequel l option pour la TVA a été exercée Immeuble achevé le 1er octobre N Avant le 30 novembre N : déclaration spéciale de livraison à soi-même Avant le 31 décembre N + 2 : liquidation de la TVA et déduction de la TVA référence à la déclaration spéciale Location de l immeuble soumise à la TVA Absence de régularisation par vingtième Vente soumise à la TVA : aucune régularisation n est exigée Vente non soumise à la TVA (au-delà de 5 ans, sans option pour la TVA), reversement de la TVA déduite au moment de la livraison à soi-même diminuée d autant de vingtième que d années de location au-delà de N Quelle sont les modifications apportées aux modalités d option à la TVA? L option pour l imposition à la TVA des immeubles bâtis achevés depuis plus de 5 ans s exerce distinctement par immeuble ou fraction d immeuble. Elle doit être formulée dans l acte constatant la mutation. En application de l article 260 du CGI, peuvent sur leur demande acquitter la taxe sur la valeur ajoutée les personnes qui donnent en location des locaux nus pour les besoins de l activité d un preneur assujetti à la taxe sur la valeur ajoutée ou, si le bail est conclu à compter du 1er janvier 1991, pour les besoins de l activité d un preneur non assujetti. Les modalités d option sont modifiées à compter du 13 septembre , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 8

9 Date d effet de l option Durée obligatoire de l option Avant le 13/09/2010 A compter du 13/09/2010 1er jour du mois de la déclaration 1er jour du mois suivant la déclaration N (année de l option ou de l achèvement de l immeuble) + 9 années civiles complètes N (année de l option ou de l achèvement de l immeuble) + 8 années civiles complètes Reconduction de l option Date d effet de la dénonciation Reconduction pour une période de 10 ans Reconduction obligatoire de 10 ans si obtention d un remboursement de crédit de TVA Dénonciation au terme de chaque période Prolongation de l option tant qu il n y a pas dénonciation 1er jour du mois suivant la dénonciation Le fait d avoir bénéficié d un remboursement de crédit de TVA ne fait pas obstacle à la dénonciation de l option , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

10 Annexes Références législatives : Article 16 de la loi de finances rectificative pour 2010 (Loi n du 9 mars 2010) Articles 260,261, 261 D, , 269, 270, 278 ter, 278 sexies ; bis, 284, 289, 293 C, 296 ter, 1115, 1384 A, 1594 F quinquies, G du CGI Références réglementaires Décret du 10 septembre 2010 Réponse ministérielle Masson : JO Sénat 19/08/2010 p.1261ce 30 juin 1997 n BOI 3 D-1-07 du 9 mai 2007 BOI 3 A-5-10 du 23 septembre , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 10

11 Références législatives Source : Légifrance Article 16 de la loi de finances rectificative pour 2010 (Loi n du 9 mars 2010) I. A la première phrase du troisième alinéa du I de l article 238 octies du code général des impôts, les mots : «ayant fait l objet de la perception de la taxe sur la valeur ajoutée dans les conditions prévues au 2 de l article 266, au 1 de l article 269, à l article 285 et au 2 de l article 290» sont remplacés par les mots : «pour lesquels un engagement de construire prévu au I du A de l article G a été souscrit». II. Au 1 du II de l article 256 du même code, le mot : «meuble» est supprimé. III. L article 257 du même code est ainsi rédigé : «Art I. Les opérations concourant à la production ou à la livraison d immeubles sont soumises à la taxe sur la valeur ajoutée dans les conditions qui suivent. «1. Sont assimilés à des biens corporels et suivent le régime du bien immeuble auquel ils se rapportent : «1 Les droits réels immobiliers, à l exception des locations résultant de baux qui confèrent un droit de jouissance ; «2 Les droits relatifs aux promesses de vente ; «3 Les parts d intérêts et actions dont la possession assure en droit ou en fait l attribution en propriété ou en jouissance d un bien immeuble ou d une fraction d un bien immeuble ; «4 Les droits au titre d un contrat de fiducie représentatifs d un bien immeuble. «2. Sont considérés : «1 Comme terrains à bâtir, les terrains sur lesquels des constructions peuvent être autorisées en application d un plan local d urbanisme, d un autre document d urbanisme en tenant lieu, d une carte communale ou de l article L du code de l urbanisme ; «2 Comme immeubles neufs, les immeubles qui ne sont pas achevés depuis plus de cinq années, qu ils résultent d une construction nouvelle ou de travaux portant sur des immeubles existants qui ont consisté en une surélévation ou qui ont rendu à l état neuf : «a) Soit la majorité des fondations ; «b) Soit la majorité des éléments hors fondations déterminant la résistance et la rigidité de l ouvrage ; «c) Soit la majorité de la consistance des façades hors ravalement ; «d) Soit l ensemble des éléments de second œuvre tels qu énumérés par décret en Conseil d Etat, dans une proportion fixée par ce décret qui ne peut être inférieure à la moitié pour chacun d entre eux. «3. Sont également soumises à la taxe sur la valeur ajoutée : «1 Lorsqu elles sont réalisées par des personnes assujetties au sens de l article 256 A : «a) Sans préjudice des dispositions du II, les livraisons à soi-même d immeubles neufs lorsque ceux-ci ne sont pas vendus dans les deux ans qui suivent leur achèvement ; «b) Les livraisons à soi-même des travaux immobiliers mentionnés au III de l article 278 sexies ; «2 Lorsqu elles sont réalisées, hors d une activité économique visée à l article 256 A, par toute personne, dès lors assujettie à la taxe sur la valeur ajoutée à ce titre : , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

12 «a) La livraison d un immeuble neuf lorsque le cédant avait au préalable acquis l immeuble cédé comme immeuble à construire ; «b) La livraison à soi-même des logements visés aux 9 et 11 du I de l article 278 sexies. «II. Les opérations suivantes sont assimilées, selon le cas, à des livraisons de biens ou à des prestations de services effectuées à titre onéreux. «1. Sont assimilés à des livraisons de biens effectuées à titre onéreux : «1 Le prélèvement par un assujetti d un bien de son entreprise pour ses besoins privés ou ceux de son personnel ou qu il transmet à titre gratuit ou, plus généralement, qu il affecte à des fins étrangères à son entreprise, lorsque ce bien ou les éléments le composant ont ouvert droit à une déduction complète ou partielle de la taxe sur la valeur ajoutée. Toutefois, ne sont pas visés les prélèvements effectués pour les besoins de l entreprise pour donner des cadeaux de faible valeur et des échantillons. Le montant à retenir pour l imposition des prélèvements correspondant aux cadeaux de faible valeur est fixé par arrêté. Cette limite s applique par objet et par an pour un même bénéficiaire ; «2 L affectation par un assujetti aux besoins de son entreprise d un bien produit, construit, extrait, transformé, acheté, importé ou ayant fait l objet d une acquisition intracommunautaire dans le cadre de son entreprise lorsque l acquisition d un tel bien auprès d un autre assujetti, réputée faite au moment de l affectation, ne lui ouvrirait pas droit à déduction complète parce que le droit à déduction de la taxe afférente au bien fait l objet d une exclusion ou d une limitation ou peut faire l objet d une régularisation ; cette disposition s applique notamment en cas d affectation de biens à des opérations situées hors du champ d application de la taxe sur la valeur ajoutée ; «3 L affectation d un bien par un assujetti à un secteur d activité exonéré n ouvrant pas droit à déduction, lorsque ce bien a ouvert droit à une déduction complète ou partielle de la taxe sur la valeur ajoutée lors de son acquisition ou de son affectation conformément au 2 ; «4 La détention de biens par un assujetti ou par ses ayants droit en cas de cessation de son activité économique taxable, lorsque ces biens ont ouvert droit à déduction complète ou partielle lors de leur acquisition ou de leur affectation conformément au 2. «2. Sont assimilées à des prestations de services effectuées à titre onéreux : «1 L utilisation d un bien affecté à l entreprise pour les besoins privés de l assujetti ou pour ceux de son personnel ou, plus généralement, à des fins étrangères à son entreprise, lorsque ce bien a ouvert droit à une déduction complète ou partielle de la taxe sur la valeur ajoutée ; «2 Les prestations de services à titre gratuit effectuées par l assujetti pour ses besoins privés ou pour ceux de son personnel ou, plus généralement, à des fins étrangères à son entreprise. «3. Un décret en Conseil d Etat définit les opérations désignées ci-dessus ainsi que le moment où la taxe devient exigible. «III. Sont également soumis à la taxe sur la valeur ajoutée : «1 La cession d aéronefs ou d éléments d aéronefs par les compagnies de navigation aérienne mentionnées au 4 du II de l article 262 à d autres compagnies ne remplissant pas les conditions fixées à cet article. Les modalités d application de cette disposition sont fixées, en tant que de besoin, par des arrêtés du ministre chargé de l économie et des finances ; «2 Les biens et produits mentionnés aux 2 et 3 du II de l article 262 lorsqu ils cessent d être utilisés dans les conditions prévues par cet article. Les modalités d application de cette disposition sont fixées, en tant que de besoin, par des arrêtés du ministre chargé de l économie et des finances ; «3 La contribution à l audiovisuel public ; «4 Les sommes attribuées par les sociétés de course au titre des gains de course réalisés par les entraîneurs pour les chevaux dont ils sont propriétaires.» IV. L article 257 bis du même code est ainsi modifié : 1 Au premier alinéa, les mots : «, les prestations de services et les opérations mentionnées aux 6 et 7 de l article 257,» sont remplacés par les mots : «et les prestations de services,» ; 2 Le deuxième alinéa est supprimé. V. Le II de l article 258 du même code est ainsi rédigé : «II. Le lieu des opérations visées au I de l article 257 et au 5 bis de l article 260 se situe en France lorsqu elles portent sur des immeubles situés en France.» VI. L article 260 du même code est ainsi modifié : 1 Le 5 est ainsi rédigé : 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 12

13 «5 Les personnes qui consentent un bail visé au 1 bis de l article 261 D ;» 2 Après le 5, il est inséré un 5 bis ainsi rédigé : «5 bis Les personnes qui réalisent une opération visée au 5 de l article 261 ;». VII. L article 261 du même code est ainsi modifié : 1 Au a du 1 du 3, les références : «13 et 15» sont remplacées par les références : «1 et 2 du III» ; 2 Le 5 est ainsi rédigé : «5. 1 Les livraisons de terrains qui ne sont pas des terrains à bâtir au sens du 1 du 2 du I de l article 257 ; «2 Les livraisons d immeubles achevés depuis plus de cinq ans.» ; 3 Au troisième alinéa du b du 1 du 7, les références : «7 et au 7 bis» sont remplacées par la référence : «I». VIII. Après le 1 de l article 261 D du même code, il est inséré un 1 bis ainsi rédigé : «1 bis Les locations d immeubles résultant d un bail conférant un droit réel ;». IX. Au 3 du II de l article 262 du même code, les mots : «ou sur les fleuves internationaux» sont supprimés. X. L article 266 du même code est ainsi modifié : 1 Au premier alinéa du 2, les mots : «entrant dans le champ d application du 7» sont remplacés par les mots : «mentionnées au I» ; 2 Les 5 et 6 sont ainsi rédigés : «5. Lorsque le bail à construction est soumis à la taxe sur la valeur ajoutée, la base d imposition est constituée par la valeur du droit de reprise des immeubles qui doivent revenir au bailleur abstraction faite, le cas échéant, de l indemnité de reprise stipulée au profit du preneur et du montant des loyers, lesquels sont imposés par ailleurs dans les conditions du a du 1. «6. En ce qui concerne les livraisons à soi-même de travaux immobiliers visées au b du 1 du 3 du I de l article 257, la taxe sur la valeur ajoutée est assise sur le prix de revient total des travaux.» ; 3 Le 7 est abrogé. XI. L article 268 du même code est ainsi rédigé : «Art S agissant de la livraison d un terrain à bâtir, ou d une opération mentionnée au 2 du 5 de l article 261 pour laquelle a été formulée l option prévue au 5 bis de l article 260, si l acquisition par le cédant n a pas ouvert droit à déduction de la taxe sur la valeur ajoutée, la base d imposition est constituée par la différence entre : «1 D une part, le prix exprimé et les charges qui s y ajoutent ; «2 D autre part, selon le cas : «soit les sommes que le cédant a versées, à quelque titre que ce soit, pour l acquisition du terrain ou de l immeuble ; «soit la valeur nominale des actions ou parts reçues en contrepartie des apports en nature qu il a effectués. «Lorsque l opération est réalisée par un fiduciaire, les sommes mentionnées aux deux précédents alinéas s apprécient, le cas échéant, chez le constituant.» XII. L article 269 du même code est ainsi modifié : 1 Le 1 est ainsi modifié : a) Le b est ainsi rédigé : «b) Pour les livraisons à soi-même d immeubles visées au I de l article 257, au moment de la livraison qui intervient lors du dépôt à la mairie de la déclaration prévue par la réglementation relative au permis de construire ;» b) Le d est ainsi rédigé : «d) Pour les livraisons à soi-même de travaux immobiliers visées au b du 1 du 3 du I de l article 257, au moment de l achèvement de l ensemble des travaux. «Toutefois, par dérogation au précédent alinéa, le fait générateur de la taxe intervient au dernier jour de chaque trimestre pour les livraisons à soi-même de travaux d entretien effectués au cours de ce trimestre.» ; c) Les c et e sont abrogés ; , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

14 2 Le 2 est ainsi modifié : a) Le premier alinéa du a est ainsi rédigé : «Pour les livraisons et les achats visés au a du 1 et pour les opérations mentionnées aux b et d du même 1, lors de la réalisation du fait générateur ;» b) Après le a, il est inséré un a bis ainsi rédigé : «a bis) Pour les livraisons d immeubles à construire, lors de chaque versement des sommes correspondant aux différentes échéances prévues par le contrat en fonction de l avancement des travaux ;» c) Le b est abrogé ; d) Après le c, il est inséré un c bis ainsi rédigé : «c bis) Pour le bail à construction, lors de sa conclusion s agissant de la valeur du droit de reprise visée au 5 de l article 266 et, s il y a lieu, lors de l encaissement pour les loyers ;». XIII. Le II de l article 270 du même code est ainsi rédigé : «II. La liquidation de la taxe exigible au titre des livraisons à soi-même mentionnées au a du 1 du 3 du I de l article 257 peut être effectuée jusqu au 31 décembre de la deuxième année qui suit celle au cours de laquelle est intervenu l achèvement de l immeuble. Elle est déclarée sur la déclaration mentionnée à l article 287 dans les conditions fixées par un décret en Conseil d Etat.» XIV. A l article 278 ter du même code, la référence : «19» est remplacée par la référence : «4 du III». XV. L article 278 sexies du même code est ainsi rédigé : «Art. 278 sexies.-la taxe sur la valeur ajoutée est perçue au taux réduit de 5, 5 % en ce qui concerne : «I. Les opérations suivantes réalisées dans le cadre de la politique sociale : «1. Les livraisons de terrains à bâtir consenties aux organismes d habitations à loyer modéré visés à l article L du code de la construction et de l habitation ou aux personnes bénéficiaires, au moment de la livraison, d un prêt mentionné à l article R du même code pour la construction de logements visés aux 3 et 5 de l article L dudit code ; «2. Les livraisons de logements sociaux neufs à usage locatif mentionnés aux 3 et 5 de l article L du même code et qui bénéficient de la décision favorable prise dans les conditions prévues aux articles R et R du même code à compter du 1er octobre 1996, et dont l ouverture de chantier est intervenue à compter de cette date, lorsque l acquéreur bénéficie pour cette acquisition d un prêt prévu à l article R du même code ou d une subvention de l Agence nationale pour la rénovation urbaine et a conclu avec l Etat une convention en application des 3 ou 5 de l article L du même code ; «3. Le premier apport de logements sociaux à usage locatif dont la construction a fait l objet d une livraison à soi-même mentionnée au II du présent article, réalisé dans les cinq ans de l achèvement de la construction au profit d un organisme d habitations à loyer modéré visé à l article L du code de la construction et de l habitation, à la condition que l acte d apport prévoie le transfert de la société cédante à la société bénéficiaire de l apport, du prêt prévu à l article R du même code et de la convention mentionnée aux 3 ou 5 de l article L du même code ; «4. Les livraisons de logements destinés à être occupés par des titulaires de contrats de location-accession conclus dans les conditions prévues par la loi n du 12 juillet 1984 définissant la location-accession à la propriété immobilière, qui font l objet, dans des conditions fixées par décret, d une convention et d une décision d agrément prise par le représentant de l Etat dans le département ; «5. Les livraisons de logements aux structures d hébergement temporaire ou d urgence faisant l objet d une convention entre le propriétaire ou le gestionnaire des locaux et le représentant de l Etat dans le département et destinées aux personnes visées au II de l article L du code de la construction et de l habitation ; «6. Les livraisons de logements sociaux à usage locatif à l association mentionnée à l article L du même code, lorsqu elle a conclu avec l Etat une convention en application du 4 de l article L dudit code ; «7. Les livraisons de logements à usage locatif à l association mentionnée à l article L du même code ou à des sociétés civiles immobilières dont cette association détient la majorité des parts, situés dans des quartiers faisant l objet d une convention prévue à l article 10 de la loi n du 1er août 2003 d orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine et destinés à être occupés par des ménages dont le total des ressources n excède pas le montant mentionné à l article R du code de la construction et de l habitation ; 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 14

15 «8. Les livraisons de locaux aux établissements mentionnés aux 6 et 7 du I de l article L du code de l action sociale et des familles, agissant sans but lucratif et dont la gestion est désintéressée, de même pour la seule partie des locaux dédiée à l hébergement s agissant des établissements mentionnés au 2 du I du même article L , lorsqu ils hébergent à titre permanent ou temporaire des personnes handicapées, ou des personnes âgées remplissant les critères d éligibilité au prêt prévu à l article R du code de la construction et de l habitation, et que ces locaux font l objet d une convention entre le propriétaire ou le gestionnaire des locaux et le représentant de l Etat dans le département ; «9. Les livraisons de terrains à bâtir et les cessions de droit au bail à construction en vue de l acquisition de logements neufs à titre de première résidence principale dans le cadre d une opération d accession à la propriété assortie d une acquisition différée du terrain, ainsi que les livraisons d immeubles et les travaux réalisés en application d un contrat unique de construction de logement dans le cadre d une opération d accession à la propriété sous le bénéfice d un prêt à remboursement différé octroyé par un organisme associé collecteur de l Union d économie sociale du logement mentionné à l article L du code de la construction et de l habitation dès lors que, dans un même programme de construction ou pour un même constructeur et pour des caractéristiques équivalentes, le prix de vente ou de construction hors taxe des logements n excède pas celui des logements pour lesquels le taux réduit ne s applique pas. «Les logements mentionnés à l alinéa précédent s entendent des logements neufs, destinés à être affectés à l habitation principale de personnes physiques, si ces personnes accèdent pour la première fois à la propriété au sens du I de l article 244 quater J du présent code, si elles bénéficient d une aide à l accession sociale à la propriété attribuée par une ou plusieurs collectivités territoriales ou un groupement de collectivités territoriales du lieu d implantation du logement et si la somme des revenus fiscaux de référence, au sens du 1 du IV de l article 1417, des personnes destinées à occuper ce logement ne dépasse pas les plafonds de ressources prévus pour les titulaires de contrats de location-accession mentionnés au 4 du présent I ; «10. Les cessions de droits immobiliers démembrés de logements sociaux neufs à usage locatif mentionnés aux 3 et 5 de l article L du code de la construction et de l habitation, lorsque l usufruitier bénéficie d un prêt prévu à l article R du même code et a conclu avec l Etat une convention en application des 3 ou 5 de l article L du même code ; «11. Les livraisons d immeubles et les travaux réalisés en application d un contrat unique de construction de logements dans le cadre d une opération d accession à la propriété à usage de résidence principale, destinés à des personnes physiques dont les ressources à la date de signature de l avant-contrat ou du contrat préliminaire ou, à défaut, à la date du contrat de vente ou du contrat ayant pour objet la construction du logement ne dépassent pas les plafonds prévus à la première phrase du huitième alinéa de l article L du code de la construction et de l habitation et situés dans des quartiers faisant l objet d une convention prévue à l article 10 de la loi n du 1er août 2003 précitée ou entièrement situés à une distance de moins de 500 mètres de la limite de ces quartiers ; «12. Les apports des immeubles sociaux neufs aux sociétés civiles immobilières d accession progressive à la propriété effectués dans les conditions prévues aux articles L et suivants du code de la construction et de l habitation ; «II. Les livraisons à soi-même d immeubles dont l acquisition aurait bénéficié du taux réduit en application du I ; «III. Les livraisons à soi-même de travaux d amélioration, de transformation, d aménagement ou d entretien, autres que l entretien des espaces verts et les travaux de nettoyage, lorsqu ils ne bénéficient pas du taux réduit de la taxe sur la valeur ajoutée en application de l article bis et dans la mesure où ces travaux portent sur les locaux mentionnés aux 2 à 8 du I du présent article.» XVI. Le a du 2 de l article bis du même code est ainsi rédigé : «a) Qui concourent à la production d un immeuble neuf au sens du 2 du 2 du I de l article 257 ;». XVII. L article 284 du même code est ainsi modifié : 1 Le II est ainsi modifié : a) A la première phrase du premier alinéa, les références : «aux 2, 3, 3 bis, 3 ter, 3 quater, 3 quinquies, 3 sexies, 3 septies, 3 octies, 5, 6 ou 7 du I» sont remplacées par les références : «aux 2 à 12 du I ainsi qu au II» ; b) A la troisième phrase du même alinéa, la référence : «au dixième alinéa du c du 1 du 7 de l article 257» est remplacée par la référence : «au 4 du I de l article 278 sexies», et les références : «au quinzième alinéa du c du 1 du 7 de l article 257» et «au deuxième alinéa du 3 octies du I de l article 278 sexies» sont remplacées par la référence : «au 9 du I de l article 278 sexies» ; c) Au début du dernier alinéa, les mots : «Pour les opérations mentionnées au 2 du I de l article 278 sexies s agissant des seules opérations visées aux dixième et quinzième alinéas du c du 1 du 7 de l article 257 ainsi qu aux 3 ter, 3 octies, 6 et 7 du I de l article 278 sexies,» sont remplacés par les mots : «Pour les livraisons des logements visés aux 4, 9, 11 et 12 du I de l article 278 sexies,» ; 2 Au III, la référence : «4 du I» est remplacée par la référence : «III». XVIII. L article 285 du même code est abrogé , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

16 XIX. Au III de l article 289 du même code, la référence : «19 de l article 257» est remplacée par la référence : «4 du III de l article 257». XX. L article 290 du même code est abrogé. XXI. Au 1 de l article 293 C du même code, les références : «au 7 et au 7 bis» sont remplacées par la référence : «au I». XXII. Au c de l article 296 ter du même code, la référence : «au seizième alinéa du c du 1 du 7» est remplacée par la référence : «au I». XXIII. L article 634 du même code est abrogé. XXIV. A l article 730 du même code, la référence : «7» est remplacée par la référence : «I». XXV. L article 852 du même code est abrogé. XXVI. L article 1115 du même code est ainsi modifié : 1 Les quatre premiers alinéas sont remplacés par deux alinéas ainsi rédigés : «Sous réserve des dispositions de l article 1020, les acquisitions d immeubles, de fonds de commerce ainsi que d actions ou parts de sociétés immobilières réalisées par des personnes assujetties au sens de l article 256 A sont exonérées des droits et taxes de mutation quand l acquéreur prend l engagement de revendre dans un délai de cinq ans. «En cas d acquisitions successives par des personnes mentionnées au premier alinéa, le délai imparti au premier acquéreur s impose à chacune de ces personnes.» ; 2 A l avant-dernier alinéa, les mots : «la condition de revente» sont remplacés par les mots : «l engagement de revendre» ; 3 Au dernier alinéa, les mots : «la condition de revente visée au b» sont remplacés par les mots : «l engagement de revendre visé au premier alinéa». XXVII. L article 1384 A du même code est ainsi modifié : 1 A la première phrase du deuxième alinéa du I, les références : «des 2, 3 ou 5 du I de l article 278 sexies» sont remplacées par les mots : «des 2 ou 10 du I de l article 278 sexies ou des dispositions du II du même article pour les logements mentionnés aux 3 et 5 de l article L du code de la construction et de l habitation» ; 2 A la deuxième phrase du même alinéa, les mots : «visées au 5 de l article 278 sexies» sont remplacés par les mots : «mentionnées au 10 du I de l article 278 sexies» ; 3 A la première phrase du I quater, les références : «des 2 ou 3 quinquies du I de l article 278 sexies» sont remplacées par les mots : «du 6 du I de l article 278 sexies ou des dispositions du II du même article pour les logements mentionnés au 4 de l article L du code de la construction et de l habitation». XXVIII. L article 1594 F quinquies du même code est ainsi modifié : 1 Le A est ainsi rédigé : «A. A l exception de celles qui sont visées au I du A de l article G, les mutations à titre onéreux de terrains à bâtir et d immeubles neufs mentionnés au 2 du 2 du I de l article 257 lorsqu elles sont soumises à la taxe sur la valeur ajoutée, sauf application des modalités prévues à l article 268 ;» 2 Au début du B, les mots : «Sans préjudice de l application des dispositions du 7 de l article 257,» sont supprimés. XXIX. L article G du même code est ainsi modifié : 1 Le A est ainsi modifié : a) Les I et II sont ainsi rédigés : «I. Les acquisitions d immeubles réalisées par une personne assujettie au sens de l article 256 A, lorsque l acte d acquisition contient l engagement, pris par l acquéreur, d effectuer dans un délai de quatre ans les travaux conduisant à la production d un immeuble neuf au sens du 2 du 2 du I de l article 257, ou nécessaires pour terminer un immeuble inachevé. «II. Cette exonération est subordonnée à la condition que l acquéreur justifie à l expiration du délai de quatre ans, sauf application du IV, de l exécution des travaux prévus au I. «En cas d acquisitions successives par des personnes mentionnées au I, l engagement pris par le cédant peut être repris par l acquéreur auquel s impose alors le délai imparti au cédant. La personne à laquelle s impose l engagement mentionné au I peut, dans la limite de cinq années à compter de la date à laquelle il a été souscrit par le premier acquéreur, y substituer l engagement de revendre prévu à l article 1115 qui est réputé avoir pris effet à compter de cette même date. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 16

17 «L acquéreur d un bien qui a pris l engagement de revendre prévu à l article 1115 peut y substituer, avant son échéance, un engagement de construire tel que prévu au I du présent article. Cet engagement prend effet à compter de la date à laquelle il est souscrit auprès de l administration et vaut accomplissement de l engagement de revendre.» ; b) Le IV est ainsi rédigé : «IV. Sur demande de l acquéreur, une prolongation annuelle renouvelable du délai de quatre ans fixé au I peut être accordée par le directeur des services fiscaux du lieu de la situation des immeubles dans des conditions fixées par décret.l absence de notification d un refus motivé de l administration dans les deux mois de la réception de la demande vaut acceptation.» ; c) Au IV bis, le mot : «troisième» est remplacé par le mot : «premier» et les mots : «des terrains nus ou biens assimilés mentionnés au I» sont remplacés par les mots : «des immeubles» ; 2 Le premier alinéa du B est ainsi rédigé : «Les opérations suivantes :». XXX. Le second alinéa de l article 1692 du même code est supprimé. XXXI. L article 1787 du même code est abrogé. XXXII. Le 4 de l article 1788 A du même code est complété par un alinéa ainsi rédigé : «Toutefois, lorsque l opération mentionnée au premier alinéa est une livraison à soi-même de biens prévue par l article 257, le montant de l amende est multiplié par le rapport entre les coûts ou les dépenses non grevés de taxe sur la valeur ajoutée figurant dans la base d imposition de la livraison à soi-même telle qu elle résulte de l article 266 et la totalité de cette base d imposition.» XXXIII. L article 1829 du même code est abrogé. XXXIV. L article L. 88 du livre des procédures fiscales est abrogé. XXXV. L article L. 176 du même livre est ainsi modifié : 1 Le cinquième alinéa est supprimé ; 2 Au dernier alinéa, les références : «2, 3, 3 bis, 3 ter, 3 octies, 4 ou 5» sont remplacées par les références : «2 à 12». XXXVI. A la première phrase du deuxième alinéa du f du 1 du I de l article 31, aux a et b de l article 296 ter, au a du 5 du 1 du I de l article 297, au premier alinéa du I de l article 809, au second alinéa du 2 du I de l article 828, au premier alinéa du I de l article 1042 et à la première phrase du premier alinéa du V de l article 1509 du code général des impôts, la référence : «7» est remplacée par la référence : «I». XXXVII. Au dernier alinéa de l article L du code général de la propriété des personnes publiques, les références : «3 octies» et «3 ter» sont remplacées respectivement par les références : «9» et «4» , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

18 Article 260 du CGI Peuvent sur leur demande acquitter la taxe sur la valeur ajoutée : 1 (Disposition devenue sans objet). 2 Les personnes qui donnent en location des locaux nus pour les besoins de l activité d un preneur assujetti à la taxe sur la valeur ajoutée ou, si le bail est conclu à compter du 1er janvier 1991, pour les besoins de l activité d un preneur non assujetti. L option ne peut pas être exercée : a. Si les locaux nus donnés en location sont destinés à l habitation ou à un usage agricole ; b. Si le preneur est non assujetti, sauf lorsque le bail fait mention de l option par le bailleur (1). 3 (Abrogé) ; 4 (Abrogé) ; 5 Les personnes qui consentent un bail visé au 1 bis de l article 261 D ; 5 bis Les personnes qui réalisent une opération visée au 5 de l article 261 ; 6 A compter du 1er octobre 1988, les personnes qui donnent en location, en vertu d un bail enregistré, des terres et bâtiments d exploitation à usage agricole. L option ne peut être exercée que si le preneur est redevable de la taxe sur la valeur ajoutée et elle s applique à tous les baux conclus par un même bailleur avec des agriculteurs répondant à cette condition (2). Les conditions et modalités de l option notamment, pour l application du 6, les modalités d évaluation des bâtiments d habitation lorsqu ils ne font pas l objet d une location distincte, sont fixées par décret en Conseil d Etat. NOTA: (1) Voir les articles 193 à 195 de l annexe II. (2) Voir l article 202 de l annexe II. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 18

19 Article 261 du CGI Sont exonérés de la taxe sur la valeur ajoutée : 1. (Affaires ou opérations soumises à un autre impôt) : 1 à 3 (Abrogés) ; 4 les opérations à terme sur marchandises réalisées sur un marché réglementé à l exclusion de celles qui déterminent l arrêt de la filière ; 5 (Abrogé). 2. (Agriculture et pêche) : 1 (Abrogé) ; 2 (Abrogé) ; 3 les prestations réalisées dans le cadre de l entraide entre agriculteurs définie par les articles L325-1 à L325-3 du code rural et de la pêche maritime. Cette exonération pourra être étendue par décret en Conseil d Etat aux départements d outremer ; 4 les opérations effectuées par les pêcheurs et armateurs à la pêche, à l exception des pêcheurs en eau douce, en ce qui concerne la vente des produits de leur pêche (poissons, crustacés, coquillages frais ou conservés à l état frais par un procédé frigorifique) ; 5 (Abrogé). 3. (Biens usagés) : 1 a. Sous réserve, le cas échéant, des dispositions des 1 et 2 du III de l article 257, les ventes de biens usagés faites par les personnes qui les ont utilisés pour les besoins de leurs exploitations. Toutefois, l exonération ne s applique pas aux biens qui ont ouvert droit à déduction complète ou partielle de la taxe sur la valeur ajoutée lors de leur achat, acquisition intracommunautaire, importation ou livraison à soi-même. Les dispositions du deuxième alinéa ne s appliquent ni aux biens cédés à des personnes qui ont souscrit un contrat de crédit-bail ou de location avec option d achat avant le 8 septembre 1989, ni aux véhicules destinés à la location simple, inscrits à l actif des entreprises de location avant le 8 septembre 1989, si ces véhicules sont cédés à des personnes autres que des négociants en biens d occasion (Loi n du 29 décembre 1989, art. 31 I 2 et 3) ; b. (Disposition périmée) ; 2 (abrogé) 4. (Professions libérales et activités diverses) : 1 Les soins dispensés aux personnes par les membres des professions médicales et paramédicales réglementées, par les praticiens autorisés à faire usage légalement du titre d ostéopathe et par les psychologues, psychanalystes et psychothérapeutes titulaires d un des diplômes requis, à la date de sa délivrance, pour être recruté comme psychologue dans la fonction publique hospitalière ainsi que les travaux d analyse de biologie médicale et les fournitures de prothèses dentaires par les dentistes et les prothésistes ; 1 bis les frais d hospitalisation et de traitement, y compris les frais de mise à disposition d une chambre individuelle, dans les établissements de santé privés titulaires de l autorisation mentionnée à l article L du code de la santé publique ; 1 ter les soins dispensés par les établissements privés d hébergement pour personnes âgées mentionnés au 6 du I de l article L du code de l action sociale et des familles, pris en charge par un forfait annuel global de soins en application de l article L du code de la sécurité sociale ; , 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

20 2 les livraisons, commissions, courtages et façons portant sur les organes, le sang et le lait humains ; 3 le transport de malades ou de blessés à l aide de véhicules spécialement aménagés à cet effet effectué par des personnes visées à l article L du code de la santé publique ; 4 a. les prestations de services et les livraisons de biens qui leur sont étroitement liées, effectuées dans le cadre : de l enseignement primaire, secondaire et supérieur dispensé dans les établissements publics et les établissements privés régis par les articles L , L , L à L , L , L à L et L à L du code de l éducation ; de l enseignement universitaire dispensé dans les établissements publics et dans les établissements privés visés aux articles L , L , L et L du code de l éducation ; de l enseignement technique ou professionnel réglementé par les articles L à L , L à L et L à L du code de l éducation et le décret du 14 septembre 1956 ; de l enseignement et de la formation professionnelle agricoles réglementés par la loi n du 2 août 1960 relative à l enseignement et la formation professionnelle agricole ; de la formation professionnelle continue, telle qu elle est définie par les dispositions législatives et réglementaires qui la régissent, assurée soit par des personnes morales de droit public, soit par des personnes de droit privé titulaires d une attestation délivrée par l autorité administrative compétente reconnaissant qu elles remplissent les conditions fixées pour exercer leur activité dans le cadre de la formation professionnelle continue. Un décret en Conseil d Etat fixe les conditions d application de ces dispositions, notamment pour ce qui concerne les conditions de délivrance et de validité de l attestation ; de l enseignement primaire, secondaire, supérieur ou technique à distance, dispensé par les organismes publics ou les organismes privés régis par les articles L à L du code de l éducation, et les textes subséquents ; b. les cours ou leçons relevant de l enseignement scolaire, universitaire, professionnel, artistique ou sportif, dispensés par des personnes physiques qui sont rémunérées directement par leurs élèves ; 5 à 8 (Abrogés) ; 8 bis Les prestations de services et les livraisons de biens qui leur sont étroitement liées, effectuées dans le cadre de la garde d enfants par les établissements visés aux deux premiers alinéas de l article L du code de la santé publique et assurant l accueil des enfants de moins de trois ans ; (1) 9 les prestations de services et les livraisons de biens qui leur sont étroitement liées fournies à leurs membres, moyennant une cotisation fixée conformément aux statuts, par des organismes légalement constitués agissant sans but lucratif dont la gestion est désintéressée et qui poursuivent des objectifs de nature philosophique, religieuse, politique, patriotique, civique ou syndicale, dans la mesure où ces opérations se rattachent directement à la défense collective des intérêts moraux ou matériels des membres ; les dispositions des c et d du 1 du 7 s appliquent à ces organismes ; 10 Les travaux de construction, d aménagement, de réparation et d entretien des monuments, cimetières ou sépultures commémoratifs des combattants, héros, victimes ou morts des guerres, effectués pour les collectivités publiques et les organismes légalement constitués agissant sans but lucratif ; 11 Les prestations de services et les livraisons de biens accessoires à ces prestations, à l exception des transports de personnes et télécommunications, qui relèvent du service universel postal tel que défini par l article L. 1 du code des postes et communications électroniques, effectuées par le prestataire en France du service universel postal tel que désigné à l article L. 2 du même code. 5. (Opérations immobilières) : 1 Les livraisons de terrains qui ne sont pas des terrains à bâtir au sens du 1 du 2 du I de l article 257 ; 2 Les livraisons d immeubles achevés depuis plus de cinq ans. 6. (Abrogé). 7. (Organismes d utilité générale) : 1 a. les services de caractère social, éducatif, culturel ou sportif rendus à leurs membres par les organismes légalement constitués agissant sans but lucratif, et dont la gestion est désintéressée. Il en est de même des ventes consenties à leurs membres par ces organismes, dans la limite de 10 % de leurs recettes totales. Toutefois, demeurent soumises à la taxe sur la valeur ajoutée, sous réserve des dispositions du b : 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 20

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 33 DU 15 MARS 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 A-3-10 INSTRUCTION DU 15 MARS 2010 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - DROITS D ENREGISTREMENT - DISPOSITIF ISSU DE

Plus en détail

Article 35 Article 36

Article 35 Article 36 «5,7 % des sommes engagées au titre des paris sportifs ;». II. L article 1609 tertricies du même code est ainsi modifié : 1 o Le premier alinéa est supprimé ; 2 o Le deuxième alinéa est ainsi modifié :

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA

LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA FICHE 2 LA TECHNIQUE DE LA LASM LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA dont l objet, ainsi que nous le verrons plus en détail ci-après, est de permettre une application

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION

LE MARCHE DE LA RENOVATION 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la Fédération des Promoteurs Immobiliers LE MARCHE DE LA RENOVATION 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile Paris 17 ème 21èmes Journées d Etudes Professionnelles

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 8 A-3-07 N 110 du 10 OCTOBRE 2007 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA). DROITS D ENREGISTREMENT ET TAXE DE PUBLICITE FONCIERE. LOCATION-ACCESSION

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 106 DU 30 DECEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 A-9-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2010 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA). REGLES APPLICABLES AUX OPERATIONS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Décret n o 2010-1704 du 30 décembre 2010 relatif aux prêts ne portant pas

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 6 C-5-05 N 165 du 10 OCTOBRE 2005 TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES. EXONERATION DES CONSTRUCTIONS DE LOGEMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-3-04 N 124 du 4 AOÛT 2004 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. EVALUATION DES BIENS. PRINCIPE. OBLIGATIONS DES REDEVABLES. DELAIS POUR

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

Nous présentons ici les caractéristiques communes aux deux dispositifs puis leurs spécificités à jour au 1 er septembre 2009.

Nous présentons ici les caractéristiques communes aux deux dispositifs puis leurs spécificités à jour au 1 er septembre 2009. Le Pass foncier Introduction Conçu par les partenaires sociaux du 1% logement et mis en place par une convention signée entre l UESL et l Etat en décembre 2006, le Pass foncier 1 est un mécanisme destiné

Plus en détail

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2).

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2). Secrétariat Général Direction des finances NOT99R315DFI Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les Chefs des services financiers sous couvert de Mesdames et Messieurs les Délégués régionaux et Directeurs

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

TVA et locations de locaux et bâtiments

TVA et locations de locaux et bâtiments TVA et locations de locaux et bâtiments Dans le cadre des missions qui leur sont confiées par la loi (notamment en matière de développement économique ou d action sociale), ou tout simplement dans le cadre

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 B-11-06 N 29 du 16 FEVRIER 2006 CREDIT D IMPOT POUR PRIMES D ASSURANCE CONTRE LES IMPAYES DE LOYER ART. 32-III DE LA LOI RELATIVE AU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 D-3-06 N 161 du 2 OCTOBRE 2006 REVENUS FONCIERS. DEDUCTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES LOGEMENTS VACANTS REMIS EN LOCATION. ARTICLE 46 DE LA LOI

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

Les pièges de la TVA intracommunautaire

Les pièges de la TVA intracommunautaire Les pièges de la TVA intracommunautaire Ordre des Experts-comptables Paris Ile de France Commission Europe 28 novembre 2006 Olivier BOURDEAU Avocat à la Cour Hervé KRUGER Expert-comptable PRESENTATION

Plus en détail

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011 MARCHAND DE BIENS 02/08/2011 Sont considérés comme marchands de biens les personnes qui effectuent habituellement des achats en vue de la revente d'immeubles, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

Etude fiscale 5 18 mars 2009

Etude fiscale 5 18 mars 2009 Etude fiscale 5 18 mars 2009 Régime des déductions en matière de TVA Calcul définitif des droits à déduction 2008 et des régularisations à effectuer Résumé Les redevables de la TVA doivent, pour le 25

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Sommaire. Introduction 1 - LE REGIME JURIDIQUE 3

Sommaire. Introduction 1 - LE REGIME JURIDIQUE 3 Le contrat de location-accession & Le Prêt Social Location-Accession ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Introduction Sommaire 1 - LE REGIME JURIDIQUE 3 Le

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 9. TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 Aménagements apportés par la loi de finances pour 2014, rappel du dispositif et actualisation des valeurs plafonds... L

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E N 51306 # 05 N 3517-S NOT-CA12/CA12E @ Internet DGFiP DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E Ce

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars Loi n 2013-54 du 30 décembre 2013, portant loi de finances pour l année 2014 (1). Au nom du peuple, L assemblée nationale constituante ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire L émission d une facture, avant la survenance du fait générateur, n est plus une cause d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-4-08 N 61 du 9 JUIN 2008 PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES PAR DES PARTICULIERS. DONS DE TITRES DE SOCIETES ADMIS AUX

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple,

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, Loi n 2006-85 du 25 décembre 2006, portant loi de finances pour l année 2007 (1). - Septième partie : Financement public 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, - Huitième partie : Dépenses de La chambre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 47 DU 19 AVRIL 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 AVRIL 2012 8 M-3-12 PLUS-VALUES IMMOBILIERES ET PLUS-VALUES SUR BIENS MEUBLES. AMENAGEMENT

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels Prêt Social de Location Accession PSLA Marché Immobilier Social Dernière mise à jour Mars 2013 Document réservé exclusivement aux Professionnels Tout savoir sur le Prêt Social Location Accession Les principes

Plus en détail

TVA et cantines administratives et scolaires

TVA et cantines administratives et scolaires TVA et cantines administratives et scolaires Depuis une décision rendue par le Conseil d'etat le 27 mars 2001 1, la fourniture des repas au personnel de collectivités locales par les gestionnaires des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-702 du 19 juin 2015 modifiant le décret n o 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE.

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. 1 / 10 ENTRE : L AGENCE FONCIERE DE LOIRE-ATLANTIQUE, Etablissement Public à caractère industriel et commercial dont

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E N 00000 51306 # 00 06 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES N 3517- S - NOT- SD TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E Ce document

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

ADIL DE L ISERE GRENOBLE

ADIL DE L ISERE GRENOBLE Le contrat de location-accession & Le Prêt Social Location-Accession ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Introduction Sommaire 1 - LE REGIME JURIDIQUE 3 Le

Plus en détail

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILEES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILEES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E N 3517-S NOT-CA12/CA12E N 51306 01 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILEES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E Ce document est à conserver

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

La fiscalité des associations. Les critères de non-lucrativité. fiche pratique 7. 1. La gestion désintéressée

La fiscalité des associations. Les critères de non-lucrativité. fiche pratique 7. 1. La gestion désintéressée La fiscalité des associations Mise à jour : avril 2005 fiche pratique 7 Les critères de non-lucrativité 1. La gestion désintéressée, 2. Une activité non concurrentielle Les locaux de l association L association

Plus en détail

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9 Table des matières Préambule 7 I. Le cadre légal 9 1. Le cadre législatif européen et belge 11 1.1. Le contenu de la directive européenne 2010/45/UE du 13 juillet 2010 11 1.1.1. Modifications en matière

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-10-08 N 108 du 26 DECEMBRE 2008 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DES ENTREPRISES

Plus en détail

BOI-TVA-IMM-20-20-20-20120912

BOI-TVA-IMM-20-20-20-20120912 BOI-TVA-IMM-20-20-20-20120912 TVA - Opérations concourant à la production ou à la livraison d'immeubles - Opérations immobilières réalisées dans le secteur du logement social - Opérations d'accession sociale

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

TEXTE ADOPTÉ n 80 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013

TEXTE ADOPTÉ n 80 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 TEXTE ADOPTÉ n 80 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 17 janvier 2013 PROPOSITION DE LOI visant à préparer la transition

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 D-4-06 N 179 du 2 NOVEMBRE 2006 IMPOT SUR LE REVENU. REVENUS FONCIERS. DISPOSITIFS D ENCOURAGEMENT A L INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOCATIF. DEDUCTION

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 59 DU 3 JUIN 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 6 E-1-10 INSTRUCTION DU 25 MAI 2010 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CALCUL DU CHIFFRE D AFFAIRES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 REGIME DES INTERETS DES PLANS D EPARGNE-LOGEMENT (PEL) AU REGARD DES PRELEVEMENTS SOCIAUX. AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

0.232.112.21. Liste des règles 1. Texte original. (Etat le 1 er septembre 2008)

0.232.112.21. Liste des règles 1. Texte original. (Etat le 1 er septembre 2008) Texte original 0.232.112.21 Règlement d exécution commun à l arrangement de Madrid concernant l enregistrement international des marques et au protocole relatif à cet arrangement Adopté par l Assemblée

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Article liminaire... 297. Article 2... 315. Article 2 bis (nouveau)... 336. Article 2 ter (nouveau)... 340

TABLEAU COMPARATIF. Article liminaire... 297. Article 2... 315. Article 2 bis (nouveau)... 336. Article 2 ter (nouveau)... 340 TABLEAU COMPARATIF - 295 - TABLEAU COMPARATIF Article liminaire... 297 Article 1 er... 297 Article 1 er bis (nouveau)... 299 Article 1 er ter (nouveau)... 308 Article 1 er quater (nouveau)... 310 Article

Plus en détail