can

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "can"

Transcription

1 Réseau d action canadien pour l avancement, la dissémination et l adoption de pratiques en matière de traitement du tabagisme fondées sur l expérience clinique Dr. Peter Selby, Chercheur principal. Le financement de CAN-ADAPTT a été rendu possible grâce à une contribution financière du Programme d initiatives de lutte contre le tabagisme et les drogues de Santé Canada. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement le point de vue de Santé Canada. 1

2 REPRODUCTION ET CITATION La reproduction des lignes directrices canadiennes sur le renoncement au tabagisme de CAN-ADAPTT est permise dans des buts éducatifs et non commerciaux, sous toute forme, y compris la forme électronique. Le consentement ou la permission des auteurs et/ou de CAN-ADAPTT ne sont pas requis à la condition que soit affiché sur toute version électronique ou imprimée CAN-ADAPTT/CAMH 2012 Citation suggérée : CAN-ADAPTT. (2011). Lignes directrices canadiennes de pratique clinique sur le renoncement au tabagisme. Toronto, Canada : Réseau d action canadien pour l avancement, la dissémination et l adoption de pratiques en matière de traitement du tabagisme fondées sur l expérience clinique, Centre de toxicomanie et de santé mentale. 2

3 LIGNES DIRECTRICES DE CAN-ADAPTT Lignes directrices dynamiques sur le renoncement au tabagisme avec des énoncés sommaires sur : Les approches cliniques Counseling et approches psychosociales Pharmacothérapie (en cours) Les populations spécifiques Autochtones Populations en milieu hospitalier Santé mentale et/ ou autre(s) toxicomanie(s) Femmes enceintes et allaitantes Jeunes (enfants et adolescents) Approches populationnelles (en cours) 3

4 PROCESSUS D ÉLABORATION DES LIGNES DIRECTRICES Application des principes de ADAPTE Révision de lignes directrices cliniques (LDC) existantes en matière de renoncement au tabagisme LDC notées à l aide de l instrument AGREE LDC avec les plus hauts scores incluses Les sections soumises à l input continu du réseau CAN-ADAPTT Niveaux de preuve et degrés de recommandation attribués selon les principes GRADE Niveau de preuve Forte recommandation Grande qualité Faible qualité Degré de recommandation 1A 1B 1C Faible recommandation 2A 2B 2C 4

5 TABLEAU DES DEGRÉS DE RECOMMANDATION ET DES NIVEAUX DE PREUVE DR/NP Clarté du risque / du bénéfice Qualité de la preuve à l appui Répercussions 1A. Forte recommandation Preuve de grande qualité Les bénéfices l emportent nettement sur les risques et les fardeaux, ou vice versa Preuve concluante tirée d essais contrôlés randomisés, bien réalisés, ou preuve incontestable d une autre forme. D autres recherches ne modifieront vraisemblablement pas notre confiance dans les estimations du bénéfice et du risque. Forte recommandation, applicable sans réserve à la plupart des patients, dans la majorité des circonstances. Les cliniciens devraient se conformer à une forte recommandation, à moins d avoir une raison précise et convaincante en faveur d une autre approche. 1B. Forte recommandation Preuve de qualité moyenne Les bénéfices l emportent nettement sur les risques et les fardeaux, ou vice versa Preuve tirée d essais contrôlés randomisés, comportant d importantes limites (résultats inconsistants, indirects ou imprécis, failles dans la méthodologie), ou preuve très concluante tirée d une autre méthodologie de recherche. D autres recherches (si réalisées) risquent d avoir une incidence sur notre confiance dans l estimation du bénéfice et du risque, et pourraient changer cette estimation. Forte recommandation, applicable à la plupart des patients. Les cliniciens devraient se conformer à une forte recommandation, à moins d avoir une raison précise et convaincante en faveur d une autre approche. 1C. Forte recommandation Preuve de faible qualité Les bénéfices semblent l emporter sur les risques et les fardeaux, ou vice versa Preuve tirée d études d observation, d expériences cliniques non systématiques ou d essais contrôlés randomisés comportant d importantes failles. Toute estimation de l effet est incertaine. Forte recommandation, applicable à la plupart des patients. Certains fondements de la preuve à l appui de la recommandation sont toutefois de faible qualité. 2A. Faible recommandation Preuve de grande qualité Les bénéfices sont presque équivalents aux risques et aux fardeaux Preuve concluante tirée d essais contrôlés randomisés, bien réalisés, ou preuve incontestable d une autre forme. D autres recherches ne modifieront vraisemblablement pas notre confiance dans les estimations du bénéfice et du risque. Faible recommandation, la meilleure mesure à prendre peut varier en fonction des circonstances, des patients ou des valeurs sociétales. 2B. Faible recommandation Preuve de qualité moyenne Les bénéfices sont presque équivalents aux risques et aux fardeaux, quelques incertitudes concernant les estimations des bénéfices, des risques Preuve tirée d essais contrôlés randomisés, comportant d importantes limites (résultats inconsistants, indirects ou imprécis, failles dans la méthodologie), ou preuve très concluante tirée d une autre méthodologie de recherche. D autres recherches (si réalisées) risquent d avoir une incidence sur notre confiance dans l estimation du bénéfice et du risque, et pourraient changer cette estimation. Faible recommandation, d autres approches étant susceptibles de se révéler meilleures pour certains patients, dans certaines circonstances. 2C. Faible recommandation Preuve de faible qualité Incertitudes dans les estimations des bénéfices, des risques et des fardeaux; les bénéfices pourraient se révéler presque équivalents aux risques Preuve tirée d études d observation, d expériences cliniques non systématiques ou d essais contrôlés randomisés comportant d importantes failles. Toute estimation de l effet est incertaine. Très faible recommandation; d autres solutions s avéreront sans doute aussi raisonnables. 5 5

6 ÉNONCÉS SOMMAIRES Les énoncés sommaires sont fondés sur les meilleures preuves identifiées et constituent les messages importants que les professionnels de la santé devraient considérer mettre en pratique. Chaque énoncé sommaire comprend le degré de recommandation et le niveau de preuve le soutenant. 6

7 COUNSELING ET APPROCHES PSYCHOSOCIALES 1. DEMANDER : Tous les professionnels de la santé devraient mettre régulièrement à jour le statut tabagique de tous les patients/clients. (DEGRÉ* : 1A) 2. CONSEILLER : Les professionnels de la santé devraient clairement conseiller aux patients/clients de renoncer au tabagisme. (DEGRÉ* : 1C ) 3. ÉVALUER : Les professionnels de la santé devraient évaluer la volonté des patients/clients d amorcer un traitement pour renoncer au tabagisme. (DEGRÉ* : 1C) 7

8 COUNSELING ET APPROCHES PSYCHOSOCIALES 4. AIDER : Toute personne qui exprime la volonté d amorcer un traitement pour renoncer au tabagisme devrait bénéficier d un soutien. (DEGRÉ* : 1A) a) Des interventions minimales, de 1à 3 minutes, se révèlent efficaces et devraient être offertes à toute personne qui fume. Cependant, il existe une forte relation dose-réponse entre la durée de la séance et la réussite du traitement, de sorte qu il est préférable de procéder à des interventions intensives, si possible. (DEGRÉ* : 1A) 8

9 COUNSELING ET APPROCHES PSYCHOSOCIALES b) Le counseling, prodigué dans une variété ou une combinaison de formats (individuel, en groupe, ligne d aide, site Internet, autoassistance), est efficace et devrait être utilisé pour aider les patients/clients qui expriment la volonté de renoncer au tabagisme. (DEGRÉ* : 1A) c) Comme de multiples séances de counseling augmentent les chances d abstinence à long terme, les professionnels de la santé devraient offrir au moins quatre séances de counseling, si possible. (DEGRÉ* : 1A) d) Puisque la combinaison counseling et pharmacothérapie est plus efficace que l une ou l autre méthode utilisée seule, cette combinaison devrait être offerte aux patients/clients qui tentent de renoncer au tabagisme, si possible. (DEGRÉ* : 1A) 9

10 COUNSELING ET APPROCHES PSYCHOSOCIALES e) Le recours à une technique d entretien motivationnel est encouragé afin de renforcer la volonté du patient/client à renoncer au tabagisme. (DEGRÉ* : 1B) f) Deux types de counseling et de thérapies comportementales obtiennent des taux nettement plus élevés de renoncement au tabagisme et devraient faire partie du traitement : 1) prodiguer des services de counseling pratique sur les habiletés à résoudre des problèmes 2) offrir un soutien lors du traitement. (DEGRÉ* : 1B) 10

11 COUNSELING ET APPROCHES PSYCHOSOCIALES 5. ORGANISER : Les professionnels de la santé : a) devraient faire un suivi régulier sur l évolution de la démarche de renoncement, offrir un soutien et modifier le traitement, au besoin; (DEGRÉ* : 1C) b) sont encouragés à orienter les patients/clients vers les ressources pertinentes existantes. (DEGRÉ* : 1A) 11

12 AUTOCHTONES 1. Tous les professionnels de la santé devraient régulièrement mettre à jour le statut relatif à l usage du tabac Δ pour tous les Autochtones. (DEGRÉ* : 1A) 2. Tous les professionnels de la santé devraient offrir de l aide aux Autochtones qui font usage du tabac, en mettant l accent sur les méthodes adaptées sur le plan culturel. (DEGRÉ* : 1C) Le terme «Autochtones» est utilisé de façon inclusive pour désigner les membres des Premières nations (à l intérieur et à l extérieur des réserves), les Inuits et les Métis. Son utilisation ne vise pas à faire fi de la diversité qui existe entre les peuples autochtones. Δ L usage du tabac ne renvoie pas à l utilisation du tabac pour des fins traditionnelles ou cérémoniales. 12

13 AUTOCHTONES 3. Tous les professionnels de la santé devraient connaître les services de soutien pour le renoncement au tabagisme disponibles pour les Autochtones. (DEGRÉ* : 1C) 4. Toutes les personnes qui interviennent auprès des Autochtones devraient recevoir une formation adéquate sur le soutien à offrir en matière de renoncement au tabagisme basé sur des données probantes. (DEGRÉ* : 1C) 13

14 POPULATIONS EN MILIEU HOSPITALIER 1. Tous les patients devraient être informés des politiques de l hôpital concernant le tabagisme. (DEGRÉ* : 1C) 2. Tous les patients qui fument et qui sont admis sur une base élective devraient être orientés vers des ressources existantes qui les aideront à renoncer au tabagisme avant leur hospitalisation ou leur intervention chirurgicale. (DEGRÉ* : 1B) 14

15 POPULATIONS EN MILIEU HOSPITALIER 3. Tous les hôpitaux devraient disposer de systèmes pour: a) identifier les personnes qui fument; (DEGRÉ* : 1A) b) traiter les symptômes de sevrage de la nicotine durant l hospitalisation; (DEGRÉ* : 1C) c) encourager les tentatives de renoncement au tabagisme à long terme; (DEGRÉ* : 1A) d) faire le suivi auprès des patients après l hospitalisation. (DEGRÉ* : 1A) 15

16 POPULATIONS EN MILIEU HOSPITALIER 4. La pharmacothérapie devrait être envisagée : a) pour aider les patients qui éprouvent des symptômes de sevrage de la nicotine durant l hospitalisation; (DEGRÉ* : 1C) b) pendant et après l hospitalisation, pour favoriser un renoncement au tabagisme à long terme. (DEGRÉ* : 1B) 16

17 SANTÉ MENTALE ET/OU AUTRE(S) TOXICOMANIE(S) 1. Les professionnels de la santé devraient identifier le statut tabagique des personnes qui souffrent de troubles de santé mentale et/ou d autres toxicomanies. (DEGRÉ* : 1A) 2. Les professionnels de la santé devraient offrir des services de counseling et un traitement pharmacologique aux fumeurs qui ont des troubles de santé mentale et/ou d autres toxicomanies. (DEGRÉ* : 1A) 17

18 SANTÉ MENTALE ET/OU AUTRE(S) TOXICOMANIE(S) 3. Durant la réduction de la consommation du tabac ou lors du renoncement au tabac, les professionnels de la santé devraient surveiller l état psychiatrique du patient/client (état de santé mentale et/ou autre[s] toxicomanie[s]). La posologie des médicaments devrait être surveillée et ajustée, au besoin. (DEGRÉ* : 1A) 18

19 FEMMES ENCEINTES ET ALLAITANTES 1. Toutes les femmes enceintes, allaitantes et qui viennent d accoucher devraient être encouragées à renoncer au tabagisme. (DEGRÉ* : 1A) 2. Durant la grossesse et l allaitement, il est recommandé d offrir des services de counseling en tant que traitement de premier recours pour le renoncement au tabagisme. (DEGRÉ* : 1A) 19

20 FEMMES ENCEINTES ET ALLAITANTES 3. En cas d échec du counseling, il est préférable, selon les résultats d une analyse risque-bénéfice, d opter pour des doses intermittentes d un traitement de remplacement de la nicotine (comme les pastilles ou la gomme) plutôt que pour des doses continues de timbres. (DEGRÉ* : 1C) 4. Des interventions pour le renoncement au tabagisme devraient aussi être offertes aux partenaires, aux amis et aux membres de la famille. (DEGRÉ* : 2B) 5. Il faudrait encourager les femmes enceintes et allaitantes à vivre dans un environnement sans fumée pour éviter l exposition à la fumée secondaire de tabac. ( DEGRÉ* : 1B) 20

21 JEUNES (enfants et adolescents) 1. Les professionnels de la santé qui interviennent auprès des jeunes (enfants et adolescents) devraient régulièrement recueillir de l information sur leur utilisation du tabac (cigarettes, cigarillos, pipe à eau, etc.). (DEGRÉ* : 1A) 2. Les professionnels de la santé sont encouragés à prodiguer des services de counseling qui favorisent l abstinence et/ou le renoncement au tabagisme chez les jeunes (enfants et adolescents) qui fument. (DEGRÉ* : 2C) 21

22 JEUNES (enfants et adolescents) 3. Les professionnels de la santé œuvrant dans les centres qui offrent des soins de santé pédiatriques devraient informer les parents/tuteurs des effets néfastes possibles de la fumée secondaire sur la santé de leurs enfants. (DEGRÉ* : 2C1) 22

23 Site Internet de CAN-ADAPTT Visitez le pour: Vous inscrire au réseau CAN-ADAPTT Accéder aux lignes directrices de CAN-ADAPTT fondées sur les données probantes Commenter les lignes directrices, partager des outils, identifier des lacunes en recherche ou contribuer aux considérations cliniques Établir des contacts avec des professionnels de la santé, des chercheurs et des décideurs politique Recevoir des bulletins d informations et des mises à jour Accéder aux outils et ressources Interagir via le babillard de discussion 23

24 NOUS JOINDRE Site Internet: Courriel: 24

SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME

SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME I. Tabac-info-service.fr SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME I. TABAC-INFO-SERVICE.FR http://www.tabac-info-service.fr/ Site du Ministère de la Santé et de l Inpes (Institut national de prévention et d

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Projet «Pharmacie vivre sans tabac»

Projet «Pharmacie vivre sans tabac» Projet «Pharmacie vivre sans tabac» Programme national d arrêt du tabagisme www.apotheken-raucherberatung.ch Présentation Programme national d arrêt du tabagisme Projet «Pharmacie vivre sans tabac» Résultats

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

GENERALI MUTUELLE SANTE

GENERALI MUTUELLE SANTE GENERALI MUTUELLE SANTE AVANTAGES DU CONTRAT MUTUELLE SANTE GENERALI Notice d'information Generali : Notice 1 cliquez ici - - - Notice 2 cliquez ici Demandez nous un devis : Cliquez ici Des garanties adaptées

Plus en détail

Le PTI, cet incompris!

Le PTI, cet incompris! Le PTI, cet incompris! ou dix mythes à détruire pour simplifier le PTI Rencontre des partenaires de la formation 28 avril 2014 Joël Brodeur, infirmier-conseil Direction du développement et du soutien professionnel

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers)

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) Chère Consœur, Cher Confrère, Ces renseignements médicaux

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Évaluation du régime général d assurance-médicaments

Évaluation du régime général d assurance-médicaments Évaluation du régime général d assurance-médicaments mémoire présenté à la Commission parlementaire des affaires sociales par la Fédération de médecins omnipraticiens du Québec LE RÉGIME GÉNÉRAL d assurancemédicaments

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens Loi 41 GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens AVIS Ce guide ne se substitue pas aux lois, aux règlements ou au jugement des professionnels de la santé. Il représente l état actuel du

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

Arrêt du tabagisme : Revue des ressources francophones. Tobacco Cessation: Review of French-Language Resources

Arrêt du tabagisme : Revue des ressources francophones. Tobacco Cessation: Review of French-Language Resources Arrêt du tabagisme : Revue des ressources francophones Tobacco Cessation: Review of French-Language Resources PROJET TEACH, Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) Peter Selby, MBBS, CCMF, M.Sc.,

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Janvier 2006 I. PROMOTEURS Association dentaire française (ADF). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCE Agence nationale d accréditation et

Plus en détail

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS DOULEUR et SOINS INFIRMIERS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015 Agir en tant que professionnel ressource dans le domaine de la prise en charge de la personne souffrant de douleur aiguë ou chronique,

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

En 1949, Camel, une marque de

En 1949, Camel, une marque de L arrêt tabagique Claude Patry, M.D. En 1949, Camel, une marque de cigarettes, produisait une publicité télé montrant un médecin fort occupé à faire ses visites à domicile. De retour à son bureau, il s

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada

Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada POLITIQUE DE L AMC Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada Les pénuries de plus en plus graves de médicaments d ordonnance des dernières années et les ruptures de stocks

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2).

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2). SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Janvier 2010 Numéro 19 Alors que le cigarillo perd des adeptes, le poker gagne du terrain chez les élèves du secondaire Gaëtane Dubé*,

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Carrières. Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif. Objectifs d apprentissage

Carrières. Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif. Objectifs d apprentissage Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Carrières Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif Le Service correctionnel du Canada (SCC) offre une grande

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

CARTE BLANCHE, Le meilleur pour votre santé ASSURES1

CARTE BLANCHE, Le meilleur pour votre santé ASSURES1 CARTE BLANCHE, Le meilleur pour votre santé ASSURES1 SOMMAIRE ASSURES LE RESEAU CARTE BLANCHE... 5 LES PROFESSIONS DE SANTE... 5 CARTE BLANCHE, COMMENT ÇA MARCHE?... 6 LES OPTICIENS... 7 LES CHIRURGIENS-DENTISTES...

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents

Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents S U C C E S S S T O R Y 1 Diabetes Care with a Difference: The London Primary Care Diabetes

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible!

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible! UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee Arrêter, c est possible! Pour en finir avec la cigarette Un pari difficile L Université de Genève est déclarée territoire

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

PROJET DE LOI DE SANTE

PROJET DE LOI DE SANTE Dossier de presse PROJET DE LOI DE SANTE Changer le quotidien des patients et des professionnels de santé 15 octobre 2014 Contact Presse : Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des

Plus en détail

Intégration du Système d information de laboratoire de l Ontario et de ConnexionRGT

Intégration du Système d information de laboratoire de l Ontario et de ConnexionRGT Intégration du Système d information de laboratoire de l Ontario et de ConnexionRGT Sommaire de l évaluation de l impact sur la protection de la vie privée delta Avis de droit d auteur Copyright 2012,

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

RPS QVT. risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL. l expertise obea

RPS QVT. risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL. l expertise obea RPS QVT risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL l expertise obea RPS QVT l expertise obea Spécialiste des projets de transformations RH et Managériaux, Obea travaille à vos côtés autour des différentes

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Investir dans des avenirs sains : Programme d action communautaire pour les enfants (PACE)

Investir dans des avenirs sains : Programme d action communautaire pour les enfants (PACE) Investir dans des avenirs sains : Programme d action communautaire pour les enfants (PACE) Rapport de synthèse présentant les faits saillants de l Évaluation sommative du PACE 2004 2009 Promouvoir et protéger

Plus en détail

INSTRUMENT D'AUTO- ÉVALUATION GUIDE 2015

INSTRUMENT D'AUTO- ÉVALUATION GUIDE 2015 INSTRUMENT D'AUTO- ÉVALUATION GUIDE 2015 JANVIER 2015 Dec 2014 CASLPO OAOO SAT Guide TABLE DES MATIÈRES QUEL INSTRUMENT D AUTO-ÉVALUATION DOIS-JE REMPLIR?... 4 Mon Rôle professionnel: Instrument que vous

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C Lien à la version électronique de le formulaire l Apprentissage à la Pratique : https://www.formrouter.net/forms@cfpc/mainpro_linking_learning_practice_fr.html Relier l apprentissage à la pratique Comment

Plus en détail

Faire un pas vers le futur

Faire un pas vers le futur Résumé Faire un pas vers le futur Bâtir un système de services en santé mentale et en toxicomanie adapté aux besoins des adultes émergents Préparé pour la Commission de la santé mentale du Canada par Jenny

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

Directives pour le demandeur

Directives pour le demandeur TD Assurance Directives pour r emplir la trousse de demande d e prestations de l'assurance vie sur crédit aux entreprises (Contrat de groupe n o 45073) La trousse de demande de prestations de l'assurance

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Forum PSLA - 6 mars 2014 Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Karin Zürcher, Claudia Véron Chargées de projet CIPRET-Vaud Ligues de la santé Un

Plus en détail

Inégalités en matière de santé et déterminants sociaux de la santé des peuples autochtones

Inégalités en matière de santé et déterminants sociaux de la santé des peuples autochtones Inégalités en matière de santé et déterminants sociaux de la santé des peuples autochtones Charlotte Loppie Reading Ph.D. Fred Wien Ph.D. University of Victoria Dalhousie University 2009 Centre de collaboration

Plus en détail

Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé

Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé ManuAssistance Assistance-voyage mondiale Votre couverture collective vous suit partout Lorsque vous voyagez au Canada ou dans un autre pays, vous

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES UTILISATEURS DU SITE : «STOP-TABAC.CH» Anne-Françoise WORRETH / Année 2009-2010 / Faculté de médecine Lyon 1

ENQUÊTE AUPRÈS DES UTILISATEURS DU SITE : «STOP-TABAC.CH» Anne-Françoise WORRETH / Année 2009-2010 / Faculté de médecine Lyon 1 DIU de Tabacologie et d aide au sevrage tabagique SITES INTERNET ET SEVRAGE TABAGIQUE ENQUÊTE AUPRÈS DES UTILISATEURS DU SITE : «STOP-TABAC.CH» Anne-Françoise WORRETH / Année 2009-2010 / Faculté de médecine

Plus en détail

L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario

L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario Les élèves du 21e siècle utilisent encore un programmecadre d Éducation physique et santé élaboré au 20e siècle et cela nuit à

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

survivre au stress financier

survivre au stress financier survivre au stress financier Une publication mise gratuitement à votre disposition par Consolidated Credit Counseling Services du Canada Inc., Un organisme de charité enregistré de services-conseil en

Plus en détail

L offre qui protège ceux qui protègent. Complémentaire frais de santé Contrat collectif

L offre qui protège ceux qui protègent. Complémentaire frais de santé Contrat collectif L offre qui protège ceux qui protègent Complémentaire frais de santé Contrat collectif Notre priorité Protéger ceux qui nous protègent Pour votre entreprise, MGP Sécurité, c est : Un moyen simple et facile

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM BROMURE D UMÉCLIDINIUM ET TRIFÉNATATE DE VILANTÉROL (Anoro Ellipta GlaxoSmithKline inc.) Indication : la maladie pulmonaire obstructive chronique Recommandation : Le Comité

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE

INSPECTION PROFESSIONNELLE INSPECTION PROFESSIONNELLE INSTRUMENT DE VÉRIFICATION DE LA NORME DE DOCUMENTATION LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER PRODUCTION Service des publications Sylvie Couture Chef de service Karine Méthot Adjointe

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer Pour les personnes qui veulent cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 Pour les personnes qui ne veulent

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat.

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat. Expertis Étude Stress Stress sur le Éléments statistiques Dr Brigitte Lanusse-Cazalé Production : Le Laussat. Les réactions au stress Les phases de stress + le stress dure, + le capital d adaptation s

Plus en détail

Marche à suivre pour une demande de règlement en cas d'invalidité

Marche à suivre pour une demande de règlement en cas d'invalidité Marche à suivre pour une demande de règlement en cas d'invalidité Directives pour le demandeur 1. Veuillez remplir la Déclaration du demandeur pour l'assurance créance collective en cas d'invalidité. N'oubliez

Plus en détail

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Service évaluation économique et santé publique 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Guide du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Guide du salarié Assurance invalidité de courte durée Guide du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations d invalidité et certains renseignements

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

Demande de résumés! 71 e conférence clinique et scientifique annuelle Du 9 au 12 juin 2015 Québec (Québec) Centre des congrès de Québec

Demande de résumés! 71 e conférence clinique et scientifique annuelle Du 9 au 12 juin 2015 Québec (Québec) Centre des congrès de Québec Demande de résumés! 71 e conférence clinique et scientifique annuelle Du 9 au 12 juin 2015 Québec (Québec) Centre des congrès de Québec La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC), l

Plus en détail

Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé

Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé 89% des Français pensent que se soigner devient trop cher.* Alors qu est-ce que l on fait? Sogarep a décidé de réagir

Plus en détail

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION La présente demande d assurance comprend deux formulaires : Preuve d assurabilité Description de la protection et Questionnaire relatif aux renseignements

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 %

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 % Complémentaire santé 2014 Décerné à pour sa gamme aprévactive Formule Mini + Remboursement Régime Obligatoire + Module Médecine de ville M1 Consultations, visites, actes de chirurgie en cabinet médical,

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE DOCUMENT SUPPLÉMENTAIRE 6C TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE Points clés pour les médecins à réviser avec les adolescents et adultes atteints de TDAH: Données concernant les risques: a) Des études cliniques

Plus en détail

Cecile Meignant. Infographie - Illustration - photographie. 42 ans. cecile.meignant@wanadoo.fr 06 88 75 07 99

Cecile Meignant. Infographie - Illustration - photographie. 42 ans. cecile.meignant@wanadoo.fr 06 88 75 07 99 Formation a l ESAG (atelier Met de Penninghen), Paris en 5 ans Salariée en milieu associatif : responsable de communication et monteuse de projets culturels En Free lance depuis 7 ans Cecile Meignant 42

Plus en détail