2004 / 2005 Septembre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2004 / 2005 Septembre"

Transcription

1 Mémoire de Maîtrise Sciences de l Information et de la Communication UFR Communication Présenté par : Juliette Mesnil Sous la direction de : Guy Lochard 2004 / 2005 Septembre

2 Mémoire de Maîtrise Sciences de l Information et de la Communication UFR Communication LA MISE EN SCENE DES DISCOURS ET DES REPRESENTATIONS DANS LES CLIPS DE RAP FRANCAIS Présenté par : Juliette Mesnil Sous la direction de : Guy Lochard 2004 / 2005 Septembre 2

3 «En règle générale, il s agit alors d une interpellation (annonces, introductions ou conclusions) ou de créer un contact direct, un dialogue, une connivence. Certaines émissions en adoptent le principe sur toute, ou presque toute, leur durée (journaux, jeux, divertissements, bulletins météo). C est aussi la situation du maître dans sa classe que l on retrouve dans les émissions pédagogiques.[ ] Le conteur, seul à l écran, en gros plan, tenait suspendu à ses lèvres un auditeur [ ] auquel il racontait un événement [ ] Faisant choix d un événement le plus souvent dramatique, l auteur connaissait son texte pratiquement par cœur et tenait son public en haleine face à la caméra [ ] Pour varier la mise en scène, il introduisit par la suite des documents filmés, archives ou reconstitutions.» (Hélène Duccini, La télévision et ses mises en scène, Editions Nathan, collection 128, 1998, p ) «tout un arsenal de procédés s invente ou se retrouve là, une joyeuse rhétorique de l image.» (Michel Chion, L audio-vision, Son et image au cinéma, Nathan, 1990, 2004, p. 140.) 3

4 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier : Jean-Stéphane Carnel, archiviste à M6 ainsi que doctorant en Sciences de l Information et de la Communication à Lille, pour son aide et son soutien. Il m a permis de consulter les archives de l émission Rapline, et m a apporté des conseils et remarques qui contribuent à la réflexion générale de ces recherches. Les personnels de l INAthèque, qui sont toujours présents pour faciliter la tâche du chercheur. Guy Lochard, mon directeur de recherche, qui m a épaulée et soutenue dans le déroulement de mes recherches. 4

5 SOMMAIRE Introduction p 9 CHAPITRE I DE LA MUSIQUE AUX IMAGES MUSICALES : LES CLIPS DE RAP FRANÇAIS p 16 I. Musique & images : des liens serrés p La musique et les supports médiatiques p La vidéo-musique et le vidéo-clip p 19 II. L émergence et l usage des clips de rap sur les petits écrans p Sur les traces du rap p Un marché pour le rap p L émergence de la culture hip-hop et du rap dans les médias p Les clips de rap sur nos écrans p Petite esthétique du rap p 33 III. L esthétique du clip (de rap français) p Des usages semio-pragmatiques p L image fragmentée : pour un bricolage esthético-médiatique? p Le vidéo-clip : un genre audio-visuel? p 41 CHAPITRE II LA MISE EN SCENE COMME MOYEN D EXPRESSION p 47 I. La mise en scène au cœur de la représentation les représentations au cœur de la mise en scène p Le concept de mise en scène p 48 5

6 2. Les propriétés de la mise en scène p Finalité : la construction d un espace diégétisé p 50 II. Les éléments de base de la mise en scène p Les protagonistes p Les actions p Les lieux p Les temps p 65 CHAPITRE III LES PROCEDES DE MISE EN SCENE DE L ENONCIATION DANS LES CLIPS DE RAP FRANÇAIS p 66 I. Des lieux d identification et de personnalisation du discours p Les procédés d identification et de personnalisation d un être du discours p Les stratégies d un simulacre de dialogue p 74 II. Des lieux de développement de «l imag-inaire» des représentations p Les procédés de développement de «l imag-inaire» des représentations p Les stratégies représentationnelles de l énonciation p 89 CHAPITRE IV AU CŒUR DE LA FEINTISE, UNE RHETORIQUE DE L AUTHENTICITE p 102 I. De l authenticité p L authenticité en question p Paradoxes et controverses dans le rap p 104 II. Des stratégies orientées vers l authentification de l énonciation p Rappel des procédés p Les clips de rap français : du journal télévisé au reality show p 107 6

7 3. Un moyen de communication et d action politique et sociale p Se montrer authentique p L ethos p Des identités de marque p Le jugement des publics en dernier ressort p 115 III. Des déplacements problématiques p 115 Conclusion p 117 Médiagraphie p 126 Annexes p 134 7

8 AVANT PROPOS L e sujet et le thème choisis correspondent à un intérêt personnel pour la musique en général et plus particulièrement pour la musique avec laquelle j'ai grandi et qui, partiellement a contribué à construire ma personne. Il est enrichissant d'approcher d'une autre manière quelque chose que l'on côtoie au quotidien, et que d'une certaine manière, on pense connaître. On se propose alors de redécouvrir cet objet que sont les clips vidéo de rap français, dans la perspective d un travail de recherches universitaires. 8

9 INTRODUCTION L e rap est plus que jamais productif. Il appelle une médiatisation accrue. Lui qui au départ revendiquait son indépendance aux médias, et n hésitait pas à les critiquer de manière virulente, il n est pourtant pas épargné de l espace médiatique et industriel actuel. C est un objet qui a pris une certaine importance dans la société aujourd'hui, tant au niveau économique, social, politique et culturel principalement. Trop de rap tue-t-il le rap? Ce n'est pas l'objet de notre analyse, néanmoins sa présence dans l espace public médiatique justifie de rendre compte de ses moyens d expression. En effet, le rap et le hip-hop sont souvent abordés en tant que moyens d expression significatifs d une culture. Nous ne pouvons nous séparer de cela. Néanmoins, l expression audiovisuelle du rap français au travers des clips vidéo sera envisagée ici comme un objet d étude à part entière. L objet et le domaine de recherche sont constitués de vidéo-clips de rap français. Les clips sont peu étudiés de manière générale, et encore moins pour ce qui concerne les clips de rap français. On a cependant constaté un intérêt grandissant pour ce type d objet télévisuel, qui aujourd'hui n est plus émergent mais bien établi dans les grilles de programmations et les étapes de promotion du travail d un artiste. Certaines revues ou encore des recherches universitaires s intéressent ponctuellement à cet objet. Toutefois il y a peu de références bibliographiques propres aux vidéo-clips. Pour parer à ces lacunes, des correspondances pourront être faites avec des travaux initiés dans le domaine du cinéma et de la télévision notamment, et 9

10 réadaptés aux clips. L exploration quasi-inexistante de cet objet, à la croisée entre clips vidéo et rap français, renforce notre intérêt à le mettre au centre de nos préoccupations. De quel secteur, de quelle époque, et de quel média parlons-nous? Notre recherche ne s attache pas uniquement aux productions télévisuelles. Le vidéo-clip s adapte et prend forme sur des supports multiples. Il n en reste pas moins qu il se regarde sur un écran. Comment ne porter seulement notre intérêt sur ce qui serait constitué et conservé par les institutions? Il sera alors question d appréhender le vidéo-clip en tant que dispositif médiatique audio-visuel, dont on sait aujourd hui qu il ne se réduit pas seulement à son aspect télévisuel. Notre étude porte par conséquent sur les clips vidéo de rap français, dès leur émergence sur les écrans télévisés en France 1, aux alentours de l année 1990, jusqu à aujourd hui (2004/2005). Ainsi, ces recherches se limitent principalement à l examen des clips de rap produits dans l hexagone, et ce pour plusieurs raisons, dont en voilà deux principales : - garantir une certaine harmonie, - dégager des éléments d analyse pertinents d un corpus homogène et suffisamment dense. Il est bien évident que le rap français entretient des rapports étroits avec le reste du rap dans le monde et notamment avec celui venant des Etats-Unis. Ainsi ce dernier constituera une référence constamment présente à notre esprit. Le rap ayant pris naissance aux Etats-Unis, il est certain qu il a contribué à influencer celui qui se développe sur le territoire français. Certains affirment d ailleurs que le rap français n a aucune personnalité, n étant qu une pâle copie de ce qui se produit outreatlantique. Plus qu une simple imitation, la position que nous défendons ici s oriente vers la réappropriation d attitudes, de procédés musicaux et en l occurrence de procédés filmiques contribuant à la construction d un produit cohérent et cohésif. Le champ exploratoire choisi et délimité permet de recouvrir une variété et une diversité des discours, tout en les bornant à certains critères. A bien des égards, les procédés de mise en scène de l énonciation dans les vidéoclips de rap français font partie intégrante de la construction de pratiques stratégiques discursives. 1 Bien que la restriction aux écrans télévisés contredise nos dires précédents, il est important de noter que la technologie en matière visuelle et audio-visuelle à ce moment n était pas autant développée qu aujourd hui. 10

11 En effet, se présenter à autrui nécessite de déployer tout un arsenal qui s emploie en fonction des stratégies envisagées selon les situations. Nous décidons alors de faire de ces procédés le sujet au cœur des préoccupations de nos recherches en se proposant de découvrir les procédés qui appuient stratégiquement la mise en scène du langage en acte et en usage dans les vidéo-clips de rap français. Ainsi nous verrons que le regard et la gestuelle par exemple viennent appuyer la construction d un être de discours, et surtout ils rendent son importance à l énonciateur. Il s agit alors d identifier et de définir les procédés destinés à appuyer la mise en scène du verbe et de l image, de soi et de ce qui est dit. Le sujet se propose de : - dresser un état des lieux de la composition de la mise en scène (les personnages, les décors, les costumes, les actions [le cadrage] ; le regard, la gestuelle ; le «je» pronom personnel déictique, «je origine» ; et les images qui sont données à voir), et de ce qui est représenté dans les clips vidéos de rap français. - analyser au travers des éléments émergés lors de l état des lieux la mise en œuvre de stratégies représentationnelles et communicationnelles. Il s agira donc d aborder la diversité des discours visuels et verbaux dans les vidéoclips de rap français, à travers quelques critères, fédérateurs, permettant de rendre compte d une multitude de réalisations et de modes d énonciation. La mise en scène de l usage de la langue permet de mettre les phénomènes sociodiscursifs au cœur de notre étude. Dès lors, des interrogations émergent du parcours que nous avons décrit jusqu ici. Qu est-ce qui est mis en scène? Quels sont les procédés filmiques, verbaux et visuels? Comment ces procédés sont-ils combinés et construisent-ils un tout cohérent? Sous quel angle est abordé ce qui est donné à voir? Comment est-ce présenté à autrui? Quelles sont les stratégies discursives qui préexistent et/ou en découlent? Constate-on des changements dans les stratégies, l émergence et/ou la disparition de procédés? Comment passe-t-on de la technique poétique, photographique, cinématographique, à la technique argumentative? 11

12 Des fondements théoriques sur lesquels s appuiera notre réflexion permettront d adopter un regard, de construire et d analyser notre objet d étude. Les stratégies de mise en scène de l énonciation seront abordées de manière générale dans une optique constructiviste, par laquelle se réalise une co-construction sociale de la réalité, à travers une dynamique conflictuelle débattue dans l espace public. Nous essayerons, non pas de construire ce que nous décrirons, mais de reconstruire une construction qui n est pas une réalité uniquement par nous et notre objet d étude, qui existe en dehors de ce travail de recherche, d enquête et d observation. Nous tenterons de refléter une partie de cette construction de la réalité. Il est certain que le phénomène ne s exprime pas ainsi. Néanmoins une interprétation de celui-ci par les représentations qu il suggère et qu il suscite est indispensable. C'est par ailleurs plus particulièrement sous un angle sémiologique que sera abordée l étude des procédés de mise en scène de l énonciation. Sémiologique d'une part, car la discipline met à disposition des outils dans le domaine de l'analyse des images et notamment, de plus en plus étudié, le domaine de l'audiovisuel et de la télévision. Il est en effet question de dégager du sens de la co-construction d un programme audio-visuel, combinant de manière stratégique un ensemble de procédés. Des notions sémiologiques comme celles de codes, représentations, cadrage, rhétorique de l image gouverneront cette analyse interprétative autant que les conduites qui y seront présentées. L interprétation des résultats adoptera un angle pragmatique, dans laquelle la notion, non plus sémiologique de code, mais d inférence, régira l ensemble des outils interprétatifs. D autre part, nous resterons très proches de la notion d'énonciation et de sa définition, c'est-à-dire l'acte par lequel le locuteur s'approprie la langue, et par-là même se pose comme sujet et se constitue en être de discours. Notre propos s'attachera à éclairer un usage singulier, individuel et collectif de la langue, la prise de parole, en verbe et en image dans un contexte particulier. D autres appuis théoriques seront convoqués et questionnés plus loin dans notre développement. Pour résumer, des outils sémiologiques sont convoqués sur le plan de l analyse, et sur le plan interprétatif, ce sont des outils pragmatiques relevant du discours en contexte et en usage qui sont interpellés. Notre approche se veut alors pluridisciplinaire. Elle s ancre dans une démarche sémio-pragmatico-discursive, mêlant ainsi différentes conceptions, qui peuvent difficilement se considérer de manière indépendante. 12

13 Quelques précisions sont à apporter concernant la démarche méthodologique adoptée. Une première analyse a permis un cheminement source de découverte, faisant ressortir des critères potentiellement pertinents et ouvrant ainsi une piste de recherche. Ce premier travail a dégagé un potentiel analytique des clips de rap français, et permet alors d envisager dans un second temps l analyse plus approfondie de ces occurrences. La construction de l objet d analyse a surmonté des obstacles. Ainsi le nombre d éléments possibles à mettre en avant ou notre implication dans l objet de recherche ont été dépassés par la volonté de mener une recherche de manière méthodique et rigoureuse. Ne voulant pas prendre parti et ancrer cette analyse dans les a priori (à déconstruire évidemment), nous avons pris le temps de «laisser monter la mayonnaise» comme disent les anciens, afin que des critères objectifs émergent d une première étape analytique. La détermination de critères, s appliquant à la mise en scène des discours, permet ainsi d aborder la multitude et la complexité des discours verbaux et audiovisuels, l'appropriation du verbe et de l image comme art discursif, argumentatif et oratoire utilisé stratégiquement. Un travail de recherches bibliographiques et de lectures, a permis de centrer au fur et à mesure de celles-ci, le sujet qui allait être traité et la perspective adoptée (une définition de ce qu il n est pas, avant de cerner ce qu il est). La rencontre de réalisateurs, la prise de contact avec des institutions, comme la SACEM, Träce Tv ou M6 notamment, ont permis par ailleurs de recueillir un certain nombre d informations contribuant au déroulement de ces recherches. La consultation d archives a constitué également une étape nécessaire, mais non suffisante à la constitution de notre corpus et à l analyse des clips de rap français. Ce sont surtout les archives de l INAthèque et celles de la chaîne M6 qui ont été mises à contribution 2. A côté de cela et principalement, ce sont des archives personnelles (les miennes, ou celles de connaissances) qui constituent un corpus de recherche, ainsi qu un corpus complémentaire, et un embryon de base de données non exhaustives. Enfin, la rencontre avec des artistes, des producteurs dans le milieu du rap, nous ont permis d éclaircir certains propos. La réunion de l ensemble de ces matériaux et outils nous permettent d adopter au mieux une démarche scientifique, rigoureuse et cohérente, étayant notre réflexion. 2 Consulter en ANNEXE I, I.1., I.2. Notice des archives. 13

14 Le corpus est l ensemble des matériaux qui va nous conduire à mettre à l épreuve les problèmes que l on a fait surgir. Ce sont bien sûr les clips, matière première de notre étude qui attestent des résultats et des critères de recherche qui sont convoqués. Le corpus 3 de base de notre recherche conduit à se poser certaines questions. En effet le rap français est vaste dans ses textes, ses valeurs, et il ne saurait se réduire à la monstration visuelle qu'est le vidéo-clip. Le vidéo-clip possède une existence en dehors du rap français et inversement, le rap français existe en dehors de sa manifestation audio-visuelle. Il est important de remarquer dès à présent que notre étude ne porte pas sur tout le rap français, mais plutôt sur le rap français qui s'est fait une place sur les écrans. En effet tous les rappeurs n'ont pas la possibilité de réaliser un vidéo-clip, et donc tous n'ont pas l'occasion de se manifester visuellement. Quant à la délimitation du corpus audiovisuel, nous nous attacherons uniquement à la forme vidéo-clip, que nous définirons plus loin. Les clips n ont pas été sélectionnés en fonction de l apparition d un thème ou d un mot. C est une sélection variée, tant sur le plan du contenu verbal et visuel, chronologique, que les productions et réalisations. Cet échantillon nous permettra de mettre à jour des récurrences scéniques. Etant donné que nous ne pouvons disposer d une base de données exhaustive, notre étude ne peut se réclamer représentative. Un certain nombre de clips ont été sélectionnés tout en respectant des critères d objectivité. La diffusion et la réalisation des clips ne sont pas prises en compte dans les critères de sélection, bien qu elles soient significatives à bien des égards. Ce n est pas la programmation d une chaîne de télévision ou encore un réalisateur en tant qu entité discursive qui posera question. Le choix de notre corpus ne porte pas sur la diffusion des vidéo-clips de la chaîne M6 pour les chaînes hertziennes ou encore de MTV pour les chaînes câblées. La sélection du corpus ne s est pas faite par la mise en avant de caractéristiques spécifiques, choisies au préalable. C est au hasard, par un tirage au sort aléatoire, qu ont été sélectionnés les clips, sur un corpus de recherche de base de deux clips par année, mais sur un corpus complémentaire, prélevé de manière partielle pour exemplifier et conforter l analyse, bien plus important. Le corpus tente de ne privilégier aucun genre, aucune provenance géographique afin de représenter la diversité, mais aussi des caractéristiques communes. Le choix d étudier principalement les clips de rap français entre donc dans une volonté de poser un cadre à cette analyse. 3 Une sélection de clips extraite du corpus est consultable, voir ANNEXE II Sélection de clips extraits du corpus sur support CD. 14

15 Notre recherche part de l hypothèse que des procédés sont utilisés pour mettre en scène l énonciation. Se pose alors la question problématique de savoir quelles formes prennent les procédés de mise en scène de l énonciation? Comment construisent-ils les publics? Et dans quels buts sont-ils mis en œuvre? Ainsi nos recherches se proposent d explorer les usages des techniques ou dispositifs, afin d identifier les stratégies de mise en scène de l énonciation. L étude s attache ainsi à la forme du dispositif pour faire éclore son contenu. Notre recherche suit l organisation du raisonnement scientifique et articule observation, analyse et interprétation. Une problématique est posée à chaque partie, pour laquelle chacune d entre elle apporte des éléments de réponse à la question principale qui gouverne nos recherches. Ainsi le premier chapitre se questionne sur la manière dont le clip de rap français s insère dans le paysage audio-visuel hexagonal. Cela permettra de définir les propriétés du clip comme objet audiovisuel, avant d aborder dans le second chapitre les composantes de la mise en scène dans les clips de rap français. Une fois les propriétés de notre objet mais aussi celles de la mise en scène, passées en revue, le troisième chapitre rendra compte des procédés ainsi que des stratégies qui concourent à la mise en scène. Ce chapitre dresse un état des lieux des dispositifs et combinatoires de la mise en scène dans les clips de rap français, tout en les envisageant comme outils d un ensemble de stratégies discursives. Le quatrième et dernier chapitre dévoilera ce qui se cache derrière tout cela, s interrogeant sur ce qui impulse ou bien ce vers quoi tend la construction scénique telle que nous l avons décrite. 15

16 CHAPITRE I DE LA MUSIQUE AUX IMAGES MUSICALES : LES CLIPS DE RAP FRANCAIS «les images de clip ne veulent rien dire, elles se contentent de donner à voir, ou plutôt d offrir matière à vision» (Philippe Marion, «Glacis d actualité, effet clip et design télévisuel. Fragment d une esthétique du petit écran» Sous la direction de Gilles Delavaud, Télévision. La part de l art, MEI n 16, L Harmattan, 2002, p. 123.) 16

17 A l heure de la prégnance du visuel, mais aussi des controverses de l image, le clip s impose dans le paysage audio-visuel comme un objet télévisuel suscitant un intérêt grandissant. Identifier et délimiter notre objet d étude est apparu nécessaire dans notre démarche, du fait d une part qu il existe peu de littérature concernant notre objet et notre sujet et d autre part qu une phase d observation et de description est nécessaire avant d aborder l objet sous un angle d analyse particulier. De la volonté de lier musique et image, à la diffusion des clips de rap français sur les écrans, de nombreuses étapes ont été franchies, et ont été constitutives de l objet tel que chacun le connaît aujourd hui. Il convient de saisir de quelle manière le clip de rap français s insère dans le paysage audiovisuel hexagonal? I. Musique & images : des liens serrés Depuis que l image est en mouvement, de nombreuses tentatives ont été mises en œuvre afin de la rendre plus vivante. La musique fait alors partie des ces instruments qui participent à la perception du mouvement de l image. Les supports médiatiques de la musique se sont multipliés jusqu à lui laisser un espace entièrement dédié dans la vidéo-musique et le vidéo-clip. 1. La musique et les supports médiatiques La musique s adapte à plus de supports que ce qu elle ne laisse paraître au premier abord. Du cinéma, de la télévision, aux jeux vidéos, etc., les supports médiatiques de la musique se diversifient. C est ce que nous allons aborder dans les quelques lignes qui suivent. a. La musique & le cinéma Le vidéo-clip qu il soit musical ou non, se réalise essentiellement sur une base cinématographique. De nombreuses conventions filmiques et cinématographiques sont reprises et réappropriées à un programme de courte durée, dans le domaine musical. D autre part le vidéo-clip peut parfois venir soutenir la diffusion, la promotion d un film au cinéma, et sa bande originale (exemple : 3 ème œil «La vie de rêve»). On constate que le cinéma est présent tant par son influence que par sa forme, avec des clips tournés notamment en 35mm, c est à dire au format cinématographique. 17

18 Une soirée Théma de la chaîne Arte diffusée en début d année 2005, consacrée au cinéma de Bollywood a dévoilé à quel point, un film intègre des scènes de musique, prenant parfois les aspects d une comédie musicale, dans laquelle le personnage de l histoire, prend à un moment le statut d interprète d une chanson. D ailleurs un film avec de la musique peut parfois être déterminant pour la carrière d un artiste ; une signature sonore peut même devenir une marque singulière à part entière. Le re-mix culturel favorise l ouverture. Il confond des univers parfois opposés, différentes classes, différentes religions, différentes couleurs, et réunit l intérêt commun sous un angle populaire. Le cinéma de divertissement apporte une certaine conscience sociale, ainsi que des idéologies enrobées par la musique. b. La musique & la télévision La musique et la télévision sont deux industries culturelles qui fonctionnent selon des logiques propres à chacune. Leur rencontre et le lien de plus en plus solidaire qu elles entretiennent sont marqués par l évolution du cadre réglementaire mais aussi des stratégies commerciales à vocation mondiales 4. Avant les années 1980, la télévision accompagne le succès des variétés auprès du grand public, avec déjà la présence d émissions de radio-crochet comme Le petit conservatoire, Le jeu de la chance, L école des vedettes La télévision reste cantonnée à son rôle de diffuseur et laisse le soin de la production et de la gestion de carrière à l industrie musicale. Puis les années 1980 pointent leur nez. Les embryons de la télévision privée à diffusion nationale émergent alors, avec l arrivée de Canal + (1984) 5, la création de la chaîne M6 (1987), et par-là même, la privatisation de TF1. C est aussi l époque à laquelle voient le jour des chaînes comme MCM, MTV, et un peu plus tard, M6 music, Fun Tv, etc. Ces chaînes s intéressent aux produits musicaux dérivés. Certaines d entre elles prennent même part à la production ou coproduction de ces programmes. c. La musique & les jeux vidéo Le Midem a cette année mis en avant la question de la liaison entre la musique et l image. L image, le son, la musique, sont des lieux de créations. 4 Consulter à ce propos le document du CSA «Etudes sur les relations entre TF1 et métropole télévision et la production phonographique» paru en mai 2003, dont un chapitre est consacré à l analyse de la diffusion de vidéomusiques. 5 Rappelons que la chaîne Canal + diffusa pendant près d une dizaine d années le Top

19 Outre le cinéma et la télévision, il a été constaté par ailleurs une folle explosion de la musique dans les jeux vidéo. La dernière grande sortie en date, du jeu vidéo GTA San Andreas reprend des musiques de rap, soul, funk, etc. et pour lequel une bande musicale CD est même en vente. Un autre jeu, Def Jam, fight for New York 6, intègre les personnages de rappeurs, tels Snoop Doggy Dogg, LL Cool J, Flavor Flav par exemple, accompagné de musique rap. Le prochain projet prévu est la sortie d un jeu dédié à la star du rap américain du moment 50 Cent (c.f. la couverture du magazine Digital Hip Hop au chapitre I,II,4,c.2). L industrie des jeux vidéo contribue et appuie le développement de l industrie musicale. Cette dernière s est tourné vers une foule de produits dérivés, pouvant aller du streetwear, aux produits alimentaires de grande distribution comme c est notamment le cas aux Etats-Unis. Ce premier paragraphe concernant la musique et les supports médiatiques met en avant l importance et l assise de la musique dans le domaine de l audiovisuel. Ainsi la diversification des supports médiatiques de la musique conduit à lui attribuer un lieu propre : la vidéo-musique et le vidéo-clip. 2. La vidéo-musique et le vidéo-clip La musique plutôt qu être un outil à d autres réalisations se découvre des programmes et supports qui lui sont dédiés. La vidéo-musique et le clip font à présent intégralement partie du paysage audio-visuel et musical. Etant un phénomène relativement récent, nous proposerons quelques définitions de notre objet et aborderons son émergence, avant de terminer sur les particularités du clip en tant que programme audio-visuel. a. Quelques propositions de définitions Le terme clip apparaît dans Le Petit Larousse Illustré, en La définition qu il donne à ce moment (: «nom masculin (mot anglais, extrait). Court-métrage cinématographique ou vidéo qui illustre une chanson, qui présente le travail d un artiste. Synonyme : vidéo-clip») est identique à celle que l on trouve aujourd hui, accompagné également de la notion de bande-vidéo promotionnelle. Le vidéogramme est défini par la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique) comme : «toute fixation ou reproduction d œuvres audiovisuelles sur un 6 Notons que Def Jam fait partie des importantes maisons de production américaines qui contribue à la production de rappeurs aux Etats-Unis. 19

20 support tels que notamment vidéocassette, laserdisc, DVD, CD-Rom, à l'exception de ceux qui intègrent un support interactif pour lesquels une autorisation spécifique devra être recherchée». La vidéo-musique est définie à son tour par la SACEM comme «tout vidéogramme reproduisant des concerts, spectacles filmés ou constituant l'illustration visuelle d'une oeuvre musicale comme tout vidéogramme dans lequel le rôle du répertoire musical de la SACEM est prépondérant.» La SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques) quant à elle, entend par vidéomusique : «l'œuvre audiovisuelle originale produite en fixant des images incorporant un phonogramme qu elle illustre, mise à disposition dans les conditions prévues à l'article 4, telle qu'appelée dans le langage courant vidéoclip, ci-après vidéomusique». Les définitions évoquées amorcent quelques pistes de réflexion sur l objet clip vidéo musical et notamment concernant la question de l illustration qui sera fondamentalement sousjacente à notre réflexion concernant les procédés de mise en scène de l énonciation. La manière dont les images s articulent avec une chanson, ainsi qu avec l artiste et son travail questionne l objet lui-même. De tout cela, notre définition retiendra la reproduction de concerts, l adaptation visuelle d une œuvre musicale, la (re)présentation d un ou plusieurs artistes, de l interprète au réalisateur, par un support technique cinématographique, vidéo ou numérique. Car nous sommes effectivement en présence d une œuvre audio-visuelle qui investit les écrans et évolue avec les supports technologiques. Le clip constitue un nouveau média, partagé entre cinéma, télévision, Internet et en liens étroits avec la radio. Bref le vidéo-clip s adapte très bien aujourd'hui à ce que l on nomme le multimédia, se réappropriant les genres, comme la bande dessinée, le cinéma, le théâtre, etc. et les supports comme la vidéocassette, le CD, le DVD, etc. b. L émergence du vidéo-clip Le vidéo-clip qui semble à première vue être un phénomène singulier aux années 1980, ne fait en réalité que reprendre des principes en gestation depuis la fin du XIXème siècle. Le développement des moyens de communication et de transmission à travers les siècles rendent désormais possible la synchronisation du son et de l image. Aux Etats-Unis dans les années 1940, se développent les soundies associant image et musique. Ainsi se diffusent les premiers courts métrages musicaux. 20

21 En Europe et notamment en France, il faut attendre les années 1960 pour voir l apparition des scopitones 7. Le scopitone fait partie des premiers moyens promotionnels audiovisuels qui, bien souvent, illustre de manière élémentaire les tubes des chanteurs de l époque. Le scopitone limite l espace représenté à un seul point de vue, un seul décor et l artiste à sa seule présence scénique. Le vidéo-clip quant à lui introduit la notion d espace, la multiplication des points de vue ce qui amorce alors la possibilité d une représentation et d une mise en scène plus élaborée que celle du scopitone. Le premier clip tel que nous le connaissons aujourd hui - d après l ensemble de nos lectures est celui du groupe Queen pour son titre «Bohemian rhapsody» daté de L anecdote est que le groupe a improvisé une vidéo en studio. N ayant pu se rendre sur les plateaux pour le tournage de la fameuse émission télévisée Top of The Pops, celle-ci a ensuite été diffusée lors de la retransmission de l émission. En 1981, la chaîne musicale Sight on Sound qui a pris naissance aux Etats-Unis en 1977, change de nom pour s appeler désormais MTV. La chaîne se réfère encore à de la radio visuelle, se basant sur le modèle du Top 40 radio et le terme VJ (Video Jockey) se forge alors. Les chercheurs, scientifiques et techniciens qui sont passés par les méandres des techniques de l information et de la communication sont les initiateurs de la forme actuelle du vidéo-clip. Le développement de la FM dans les années 1960 aux publics, celui de la reproduction sur disques vinyles (1947) ainsi que l enregistrement d images sur bandes magnétiques vidéo (1952) sont des facteurs d émergence du dispositif audiovisuel tel qu on le connaît aujourd hui, sans parler des avancées du côté des techniques analogiques, numériques, mais aussi filmiques et cinématographiques. c. Le clip, plus qu un programme Avant 1985, le clip n était pas considéré comme programme télévisé en tant que tel. Désigné comme film promotionnel, il était offert aux chaînes télévisées, sans contrepartie. Il y a une dizaine d années, le vidéo-clip était encore perçu comme un produit hybride, entre musique, télévision, cinéma, publicité, etc. En effet, les clips opèrent une synthèse ou plutôt un condensé de différents secteurs de l audiovisuel et des industries culturelles, comme ceux du disque, de la photographie, 7 Voir ANNEXE III, III.1, III.2. - Le scopitone. 21

22 Le clip est à présent reconnu en tant que programme audiovisuel à part entière. Il fait partie intégrante de la programmation télévisuelle et de la chaîne de production phonographique. Une chanson est clippée, généralement pour des artistes relativement connus. La prégnance de l image et du visuel sont essentiels à l accompagnement de l artiste 8. «Un clip est utile, oui c est un bon relais. A la limite sortir un album ou un 45 Tours sans clip, c est presque comme si on le sortait sans pochette.» (un directeur artistique chez Delabel) 9. Le clip est une vitrine essentielle tant pour le lancement de jeunes talents que pour la pérennité du succès d artistes confirmés. Selon les artistes et leur plan de carrière, les maisons de production investissent des budgets plus ou moins importants à la promotion d un disque, et ainsi au clip. Le clip est solidaire et interdépendant d une communication plus globale. Le vidéoclip est tiré d une chanson qui dans la plupart des cas provient d un single 10. Le single a généralement pour but d annoncer l album et de le faire vendre. Mais vendre quoi en fait? Un single, un album, un DVD, une cassette vidéo, etc. mais aussi, une image, une identité, une notoriété Ces images évoluent et les stratégies adoptées aussi. Les positions des acteurs dans l espace médiatique, participent aux conditions de l évolution des stratégies discursives des clips. L audiovisuel prend le relais dans la diffusion de la musique aux publics. Il y a une dizaine d années, on pouvait dire que le produit à vendre était avant tout le disque. Aujourd hui il y a un marché des vidéo-musiques. Certaines conceptions contribuent à faire du vidéo-clip un objet artistique à part entière, comme toute œuvre audiovisuelle, faisant preuve de création 11. D un autre côté le clip vidéo peut être envisagé d un point de vue strictement promotionnel, lié aux industries audiovisuelles et musicales de notre temps, comme un outil de surenchère perpétuelle. Réduire le vidéo-clip à l une ou l autre conception, négligerait le caractère multiple d un même objet combinant des stratégies tant esthétiques que commerciales. Après avoir abordé l insertion de la vidéo-musique et du vidéo-clip dans le paysage audiovisuel, il convient à présent de se pencher sur le genre musical qui développe notre intérêt, autrement dit le rap et plus particulièrement le rap français. II. L émergence et l usage des clips de rap sur les petits écrans 8 Consulter à ce propos le magazine Groove, Hors-série Rap 100% français, juillet-août 2004, n 18, p Voir ANNEXE V Retranscription d un extrait d émission, Fanzine pur magazine, Le clip, M6, Remarque : les archives de la chaîne M6 référencent les clips par année de sortie du single. 11 Notons que les clips, ainsi que le rap sont récompensés aux Victoires de la musique. 22

23 Après le livre, la musique est la seconde industrie culturelle dominante sur le marché. «Elle [la musique, n.d.l.a.] est l une des plus intimes réflexions d une culture» 12. Certaines musiques ne sont pas produites pour leur composante divertissante, elles parlent. C est tout particulièrement le cas du rap. «Le rap de quelqu un, c est [ ] le regard d une personne sur la vie» 13. Le rap est défini par le Petit Larousse comme un terme provenant «de l angloaméricain, to rap, bavarder. C est un style de musique apparu dans les ghettos noirs américains dans les années 70, fondé sur la récitation chantée de textes souvent révoltés et radicaux, scandés sur un rythme répétitif et sur une trame musicale composite (extraits de disques, bruitages par manipulation de disques vinyles, etc.)». Pour Olivier Cachin, le terme rap désigne «l art de parler en rimes sur une rythmique» 14. On constate pourtant aujourd hui que le rap ne peut se réduire à de simples rimes. Le mouvement hip-hop se veut underground, hardcore, avec des textes révoltés et révoltant. Si le rap a une fonction contestataire et revendicative, il ne faut pas oublier qu il revêt également un aspect divertissant. Est-ce une perversion? Ou bien est-ce un masque divertissant, plus subversif qu il ne le laisserait paraître? En tout cas, cela fait partie des nombreux paradoxes qui recouvrent le rap, mais aussi des stratégies de mise en scène de l énonciation. Beaucoup de modes jouent un rôle dans la construction des contenus et de la forme des discours. Le succès fait souvent oublier la rue, comme lieu de naissance de ce mouvement d expression. «Le hip-hop s est infiltré dans le courant dominant parce que la créativité est une marchandise» 15. Pourtant le rap ne veut pas se vendre à l économie, car ça altère l authenticité. Quoi qu il en soit, le rap est désormais implanté en France depuis une vingtaine d années et un marché s est ainsi ouvert à lui. Avant d aborder les moyens médiatiques par lesquels le rap voit une possibilité de s ouvrir aux publics, il convient d en retracer quelques dates et personnages précurseurs de ce genre musical, qui au-delà de leur composante historique et généalogique en disent bien plus sur les 12 Fernando jr S.H., traduit de l'anglais [Etats-unis] par Jean-Philippe Henquel et Arnaud Réveillon, The new beats : culture, musique et attitudes du hip-hop, Kargo, Kool G Rap cité dans Fernando jr S.H., traduit de l'anglais [Etats-unis] par Jean-Philippe Henquel et Arnaud Réveillon, The new beats : culture, musique et attitudes du hip-hop, Kargo, Définition que donne Olivier Cachin (p.14) dans son ouvrage L offensive rap, Gallimard, 1996, Fernando jr S.H., traduit de l'anglais [Etats-unis] par Jean-Philippe Henquel et Arnaud Réveillon, The new beats : culture, musique et attitudes du hip-hop, Kargo,

24 discours, les représentations et surtout l expressivité de la culture hip-hop en général et du rap en particulier. 1. Sur les traces du rap Le rap tout comme le clip semble singulier aux années 80. Pourtant il ne fait que reprendre des techniques, des concepts et des idéologies qui lui sont bien antérieurs. a. Petite généalogie du rap a.1. Le rap et la culture afro-américaine Le rap s installe dans la continuité de genres musicaux déjà existants. Du jazz, de la soul, du funk, du raggamuffin,, le rap s inspire de courants musicaux empreints d idéologie 16. «Le rap n a pas fait irruption tout armé des ghettos de l innercity, il s inscrit dans la longue tradition d une culture afro-américaine dont le jazz constitue l un des piliers majeurs. Si entre jazz et rap s instaure un jeu complexe d osmose, c est que le rap formule à sa manière un non-dit déjà implicite dans le jazz.» 17 Plus éloigné dans le temps, relatif aux années 1910/1920, le rap est comparable à des toasts 18 relatant un fait d actualité. Pour le côté rap-poésie, la première forme connue était le «holler». Il est construit de paroles brèves, rythmées en appel-réponse, avec des sonorités créolisées, africaines-anglaises, entendues sur le lieu de travail. On retrouve par ailleurs dans le rap la tradition africaine du griot. Ce dernier était chargé de conter au roi l histoire en rythme et en rimes. Les dirty dozens, jeu ritualisé d insultes, en rythme et en rimes, sont autant de sources idéologiques et musicales du rap. On rencontre aussi dans le rap, des sonorités blues, des ressemblances au bee-bop, par une articulation et un flot accéléré. Un certain style rythmique peut se retrouver dans celui de prêcheurs comme Martin Luther King, avec un principe d appel-réponse. Le rap s inspire par ailleurs de discours luttant pour la cause noire aux Etats-Unis, incarné notamment par Martin Luther King, Malcom X et les Blacks Panthers. 16 Nombreux sont les ouvrages, qui avant d aborder le sujet du rap ou de la culture hip-hop en général, retracent les courant musicaux, culturels et idéologiques marquants et instigateurs du rap et de son mouvement. On peut citer par exemple l ouvrage de Fernando jr S.H., traduit de l'anglais [Etats-unis] par Jean-Philippe Henquel et Arnaud Réveillon, The new beats : culture, musique et attitudes du hip-hop, Kargo, 2000 ; David Dufresne, Yo! Révolution rap, éditions Ramsey, 1991, qui dès sa page 3 (nous faisons ici référence aux pages de l édition électronique du livre) évoque, les chants religieux, les dirty dozens, la poésie, les toasts, mais aussi la soul music, le funk, le disco, sans oublier des liens notables avec le rock. 17 Béthune Christian, Le rap, une esthétique hors la loi, Autrement, «Toast : vocabulaire appartenant exclusivement à la culture reggae. Il s agit de parler-chanter sur des instrumentaux relatifs aux différentes variantes et évolutions du reggae. Il est synonyme de to rap, aux Etats-Unis. En Jamaïque, U- Roy est reconnu comme étant l inventeur du nouveau style Dee-Jay ; il invente l art du toast.», définition extraite du glossaire de Boucher Manuel, Le rap, expression des lascars, significations et enjeux du rap dans la société française, L Harmattan, 1998, p

25 Le rap trouve ses bases fondatrices dans la culture afro-américaine dès les années Enfin si le rap entretient une si grande relation avec ces divers genres musicaux, c est que les instrumentales sont bien souvent réalisées à partir d un échantillon bouclé et retravaillé, de musiques déjà existantes en soul, jazz, funk, etc 19. a.2. Le rap et la culture hip-hop Le rap fait partie intégrante de la culture hip-hop. Afrika Bambaataa 20 précise que «le terme Hip-Hop désigne la culture qui englobe le breakdance, la danse freestyle, l art du graffiti, le style vestimentaire, le langage argotique ou celui de la rue, le look b-boys et b-girl et le rap, c est la tchatche rappin, et sa musique, ses disques.» En outre, la culture hip-hop développe un style, une attitude, un mode de vie. Le hiphop a introduit des innovations dans le langage et il est toujours à la recherche d idées nouvelles. L usage des vers, des rimes, l utilisation sans modération de figures de style, la construction d un imaginaire, l idéologie prégnante sous-jacente, laissent place aux revendications sociales. Autant de choses qui font du rappeur un poète urbain moderne. b. Petite histoire du rap Une petite histoire du rap permet de retracer quelques personnes et événements marquants qui ont conduit le rap jusqu ici 21. Gill Scott Heron en 1974 donne, ce que certains nomme un rap politique avec «The revolution will not be televised» 22. C est aussi cette année là que se forme la Zulu Nation dont Afrika Bambaataa est le précurseur. Le premier disque de rap est souvent attribué à Sugarhill Gang avec «Rapper s delight» en Cependant certains seraient sortis sur des faces b un peu avant. En 1982, c est la sortie du titre «The message» de Grand Master Flash and The Furious Five, qui éveille l attention des publics. «Les thèmes sont nombreux : la télé, les filles perdues, l école, l appât du gain et de l argent facile, la drogue, Dieu, la prison, etc. Toute la vie du ghetto défile dans nos oreilles. "Avec le Message, le Rap se trouve une vocation ; il ne parle plus, il 19 Marie-France Chambat nommerait cela une citation. 20 Considéré comme un précurseur du mouvement, Afrika Bambaataa fait l objet de la préface du livre de Desse et SBG, Freestyle, Florent Massot et François Millet Editeurs, Concernant quelques dates qui ont marqué l histoire de la musique rap et de la danse hip-hop se référer au site internet 22 L émission Jazz 6 (diffusée sur M6, le ) a d ailleurs consacré une de ses retransmissions à Gill Scott Heron, intitulée «Gill Scott Heron : précurseur du rap». 25

26 dit. Il se donne une mission, qui le rattache dès lors à un demi-siècle d idéologie afro-américaine" (21)» 23. En 1981, la chanson «Chacun fait c qui lui plaît» de Chagrin d amour développe déjà à cette époque un phrasé rap. Les deux premiers maxi 45 tours de rap français sont sortis par Destroy Man et Jhony Go (le premier : EGOïste, ci-contre, sort en 1987). Ensuite c est le groupe Nec + Ultra qui sort le troisième maxi de rap français sous le titre «Je rap». Ce titre est ensuite repris par le groupe NTM deux ans plus tard pour l «attaquer» 24 dans la compile Rapattitude (sortie en 1990). Ce ne sont pourtant pas ces premiers maxis qui verront leur titre clippé. 2. Un marché pour le rap A son départ en France, le rap et les autres éléments du hip-hop se développent de manière informelle. Avant 1990, c est LE terrain vague de la Chapelle qui est au cœur de cette r- évolution. Par la suite, un véritable marché s ouvre au rap. Le rap n est plus seulement réservé au «marché de la rue». Il dispose à présent de lieux dans lesquels se rencontrent l offre et la demande. Le rap a déjà conquis les marchés depuis de nombreuses années déjà. Certaines productions ont ouvert la voix pour les suivants. Le disque «Straight outta Compton» de NWA (1988) avec deux millions d exemplaires vendus, installe les bases du gangsta rap. En France, le single «Le monde de demain», du premier album de NTM «Authentik» (1991) se vend à plus de exemplaires. Le rap fait son entrée sur les marchés, tant sur les marchés du disque, de la radio, de la presse, de la télévision les marchés financiers, le marché du travail Le rap est contrôlé pour partie par les multinationales mondiales de l édition musicale. Néanmoins à côté de cela, un marché pour les productions indépendantes a la volonté de se distinguer, empruntant parfois les mêmes supports médiatiques, mais pas les mêmes circuits de diffusion. Les marchés sont divers et versatiles et sont segmentés selon les conceptions. Le rap et la culture hip-hop ont investi les médias, participant aux jeux de pouvoir dans l espace public médiatique. 23 Extrait de Dufresne David, Yo! Révolution rap, éditions Ramsey, Propos de Sheek, Nec + Ultra, dans une interview sur 26

27 3. L émergence de la culture hip-hop et du rap dans les médias Avec le temps la culture hip-hop et le rap font leur apparition dans les médias. Nous développeront ainsi les relations qu ils entretiennent avec le cinéma, la télévision, la presse ou encore la radio qui sont les plus proches de nos préoccupations au niveau audio-visuel. N oublions pas néanmoins l affichage par lequel le rap fait sa promotion au plus près des publics. a. au cinéma La culture hip-hop, plus que le rap a développé son état d esprit à travers des films comme Wild Style (1983), Beat Street (1984) mais aussi de nombreux autres comme par exemple Do the Right Thing de Spike Lee, etc. Quant aux rappeurs, ils ont au court du temps été mis à contribution pour la participation voire la réalisation de bandes originales de films. On peut citer notamment comme exemples, pour la France, le film La Haine, Ma 6t va crack-er, Taxi ou encore Comme un Aimant 25. b à la télévision C est en 1980, qu apparaît pour la première fois un rappeur à la télévision sous le nom de Kurtis Blow, dans l émission américaine Soul Train. Son maxi «The breaks» est le premier disque d or dans le rap, en En janvier 1984, la première émission télévisée sur la culture hip-hop en France prend naissance sur les ondes de TF1 26. L émission H.I.P. H.O.P. présentée par Sydney se propose de recevoir des invités et de donner une leçon de danse, de smurf ou de break. C est sur le concept de Michael Holman, fondateur des New-York City Breakers, qui lance le premier show télévisé sur le hip-hop aux Etats-Unis, que Sydney a réadapté l idée en France. Tous les dimanches à 14h15, Sydney, premier animateur noir en France, contribuait à l émergence du hip-hop dans l hexagone. 25 A noter que l on peut considérer le film Comme un aimant, de Kamel Saleh et Akhenaton comme un long texte de rap dont la mise en scène est scénarisée. 26 Voir ANNEXE IX - Notice de l émission, H.I.P.H.O.P., diffusée le 19/02/

28 c. à la radio En 1979, aux Etats-Unis, naît le premier show radio hip-hop sur l émission de radio de Mr Magic : «Mr Magic disco showcase». Il faut attendre 1984, pour que le rap soit diffusé pour la première fois en continu, sur les ondes d une radio de Los Angeles, Radio KDAY. En France, à la télévision mais aussi à la radio, le hip-hop commence à se faire entendre, puis fera ensuite parler de lui. Pour les plus anciennes, des radios comme Carbon 14, Radio 7, Radio Star ou encore Radio Nova, ont contribué à l émergence et au développement du hip-hop en général, et du rap en particulier, en France. D autres stations de la bande FM, qu elles couvrent le territoire national ou qu elles n aient qu une portée locale, contribuent aujourd hui à la présence du rap sur les ondes. D ailleurs une segmentation de plus en plus fine des programmations radio, télévision, presse écrite conduit certains à développer un fort taux de rotation, mettant la question de la diversité de côté. Il en est ainsi de la radio Skyrock qui par exemple, à un moment donné a choisi de se positionner sur le rap, et peut atteindre un taux moyen de 18 rotations par jour. La loi sur les quotas de la programmation des produits français sur les radios FM 27 a contribué à changer la donne en matière de programmation de musique française sur les ondes. Cette loi a conduit tout naturellement le rap français à une plus forte exposition sur la scène médiatique 28. d. dans la presse écrite Le développement de la médiatisation du rap et de la culture hip-hop à ses publics passe également par la mise en place de fanzines et de magazines. Dans le domaine de la presse écrite, avant le début des années 1990, la Zulu Letter de Queen Candy est le seul fanzine de l époque. Sear et Texaco diffusent Get Busy, au début des années 1990 et contribuent à rendre compte de l actualité dans le milieu. La deuxième moitié des années 1990 voit émerger un marché de la presse écrite pour le rap et le hip-hop. Des parutions naissent comme L Affiche, Radikal, le magazine du mouvement hip-hop, RER, Groove, etc. Le rap et la culture hip-hop dispose maintenant d une tranche de la presse spécialisée, entièrement dédiée à ses activités créatives et techniques. 4. Les clips de rap sur nos écrans 27 Les quotas de chansons francophones à la radio, loi du 1 er février Consulter l article «Skyrock, la voix de son maître», sur 28

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent Emmanuelle Corson Janvier 2007 Année universitaire 2006/2007 Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et différent Cours de Production et diffusion audiovisuelle et cinématographique

Plus en détail

BTS DESIGN GRAPHIQUE option A : communication et médias imprimés

BTS DESIGN GRAPHIQUE option A : communication et médias imprimés BTS DESIGN GRAPHIQUE option A : communication et médias imprimés Le BTS Design graphique a pour fondement la conceptualisation et la création de produits de communication au service d un particulier, d

Plus en détail

Eléments de programmation d une séquence sur la pratique de la photographie

Eléments de programmation d une séquence sur la pratique de la photographie «Quoi qu elle donne à voir et quelle que soit sa manière, une photo est toujours invisible : ce n est pas elle qu on voit» Roland Barthes «Photographier me permet de me souvenir, de fouiller dans ma mémoire,

Plus en détail

Epreuve orale de langues vivantes obligatoires (LVO) en série L

Epreuve orale de langues vivantes obligatoires (LVO) en série L Ce document s adresse aux professeurs d élèves de Terminale L ainsi qu aux professeurs convoqués à faire passer les oraux en juin en centre d interrogation. Par «épreuve ponctuelle», on entend les candidats

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION ACADEMIE DE POITIERS Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles Concours externe - Session 2014 PREMIERE EPREUVE D ADMISSION Statistiques Discipline Moyenne Ecart-type NB candidats

Plus en détail

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 1- LES CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE PÉDAGOGIQUE DES TPE : LES DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE 2- LES TPE : DES ENJEUX D ENCADREMENT FORTS* 3- QUELLE ÉVALUATION?* 1- LES CONDITIONS

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège.

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège. FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 150 Février 2013 HISTOIRE RUBRIQUE l histoire de l école en France DOMAINES D ACTIVITÉS histoire, instruction civique et TUIC OBJECTIFS ET COMPÉTENCES * Objectifs * : en privilégiant

Plus en détail

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES FRANÇAIS Commentaire. La lecture du texte doit se faire de manière analytique, c est une lecture personnelle. Il s agit en premier lieu

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES

LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES LES STAGES PHOTO DES RENCONTRES D ARLES LES STAGES DE DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES des Rencontres d Arles proposent aux photographes amateurs comme aux simples

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac

INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac Manuel de présentation à l usage des professeurs des écoles annexe n 2 au Projet d Etablissement Préambule

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

RÉALISATION DE PUBLICITÉ. Activités

RÉALISATION DE PUBLICITÉ. Activités RÉALISATION DE PUBLICITÉ Activités 175 176 Étudier une commande de film publicitaire 1.2. Analyser la commande de l annonceur étudier l appel d offres ou brief proposé par le TV producer (pole de production

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Exemple de cours avec Internet pour les niveaux A1 et A2 du Cadre européen de référence pour les langues

Exemple de cours avec Internet pour les niveaux A1 et A2 du Cadre européen de référence pour les langues Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2007 Thème 1 Exemple de cours avec Internet pour les niveaux A1 et A2 du Cadre européen de référence pour les langues KOMATSU Sachiko Université de Tsukuba skomatsu?sakura.cc.tsukuba.ac.jp

Plus en détail

Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!»

Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!» Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!» L équipe pédagogique et artistique de la Compagnie Gazelle missionnée en milieu scolaire pour

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux.

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux. Nouvelles orientations en évaluation des apprentissages au primaire Informations des conseillers pédagogiques disciplinaires pour soutenir le travail d élaboration des normes et modalités dans les établissements

Plus en détail

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S PRESENTATION DU DESIGN D'ESPACE Le BTS DESIGN D ESPACE met en interaction la richesse des contenus relatifs à plusieurs

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Parcours transversaux proposés par la Licence Information-Communication

Parcours transversaux proposés par la Licence Information-Communication Domaine Science Humaines et Sociales LICENCE MENTION Information-communication Parcours transversaux proposés par la Licence Information-Communication Où? Site de Nancy - Campus Lettres et Sciences Humaines

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Un regard sur le travail social en Seine-Saint-Denis.

Un regard sur le travail social en Seine-Saint-Denis. Un regard sur le travail social en Seine-Saint-Denis. Outils de réflexion et de valorisation des actions de prévention. Ce projet est né de notre participation aux rencontres Carrefour-Prévention proposées

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE

REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE Date d ouverture : lundi 2 mars 2015 Date limite de dépôt des projets: vendredi 29 mai 2015 Comité de sélection :

Plus en détail

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT. Créativité et développement de carrière

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT. Créativité et développement de carrière FR PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT Créativité et développement de carrière 1 PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT Créativité et développement de carrière APPEL DE PROJETS PRÉAMBULE Depuis 1999, le MAI (Montréal, arts

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Projet culturel et artistique de l Adem Florida

Projet culturel et artistique de l Adem Florida Projet culturel et artistique de l Adem Florida L Adem/ Florida a défendu et mis en œuvre depuis 1999, un projet culturel et artistique validé par l assemblée générale extraordinaire de l Adem du 05 février

Plus en détail

CULTURE-ACTIONS. Les projets sont instruits, sélectionnés et le niveau de subvention déterminé, en plusieurs étapes :

CULTURE-ACTIONS. Les projets sont instruits, sélectionnés et le niveau de subvention déterminé, en plusieurs étapes : CULTURE-ACTIONS Culture-Actions est un dispositif national d aide financière pour des projets portés par un ou des étudiants. Les projets peuvent être déposés à titre individuel ou associatif. Critères

Plus en détail

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n BTS Management des unités commerciales ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN Voie scolaire dans un établissement public ou privé sous contrat, CFA ou section d apprentissage habilité. Formation professionnelle

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

Atelier lecture d affiches de films - 1H30

Atelier lecture d affiches de films - 1H30 Atelier lecture d affiches de films - 1H30 I) Quelques principes généraux sur la lecture d affiches Pourquoi lire des affiches de cinéma à l école? 1) Dans le cadre du dispositif «école et cinéma» dans

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DES CURSUS

LA PROFESSIONNALISATION DES CURSUS LA PROFESSIONNALISATION DES CURSUS EN MASTER 1 Les étudiants de M1 devront faire au plus tard pour le 15 novembre le choix d une inscription en alternance ou en formation initiale. L alternance est une

Plus en détail

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Conception : Régis PEYRARD Educateur de Jeunes Enfants - intervenant musical indépendant

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Encadrement d'ateliers de pratique théâtrale de l Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

Présentation de TV RENNES 35

Présentation de TV RENNES 35 Présentation de TV RENNES 35 TV Rennes 35, née en 1987, il y a 20 ans, est l une des premières télévisions locales à avoir défriché le paysage audiovisuel et démontré l intérêt et l attente du public mais

Plus en détail

FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e )

FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e ) FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e ) Pascale Grégoire et Laurène Michaud, académie de Grenoble Niveaux et thèmes de programme 5 e, adaptable à tout niveau. Problématique

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR.

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR. Le secteur du Théâtre Jeune Public a une cinquantaine d année d existence en Fédération Wallonie-Bruxelles. De nombreuses créations théâtrales qui en sont issues, ont connu non seulement un grand succès

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Michèle GUIGNARD 7 MAI 2009 Développement & Moyens Commerciaux 16 Chemin du Bougeng 31 Les objectifs Prendre conscience et trouver une

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys

PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys Les écoles de musique qui constituent la réseau Cadences dispensent un enseignement musical diversifié incluant l ensemble des expressions artistiques de

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2005 TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 1 Conséquences

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Appel à projets de l AFSSU pour 2011

Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Titre «Au théâtre de la citoyenneté, il fait bon vivre» Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mmes Cécile Leveugle, Aude Deneuville, Ghislaine Lubaska.

Plus en détail

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Doisneau à l école Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Classe de 6 ème SEQUENCE N 1 Les études à travers les âges : Quelle école pour quels élèves? Niveaux et entrées du programme

Plus en détail

En cause l ASBL Beho FM, dont le siège social est établi Route de Saint-Vith, 93/1 à 6672 Gouvy ;

En cause l ASBL Beho FM, dont le siège social est établi Route de Saint-Vith, 93/1 à 6672 Gouvy ; Collège d autorisation et de contrôle Décision du 26 janvier 2012 (Dossier d instruction n 38-11) En cause l ASBL Beho FM, dont le siège social est établi Route de Saint-Vith, 93/1 à 6672 Gouvy ; Vu le

Plus en détail

«Pierre et le Loup : le jazz et les enfants»

«Pierre et le Loup : le jazz et les enfants» Association MOOSE 17 Avenue de l Observatoire 75006 Paris Descriptif du spectacle musical pédagogique «Pierre et le Loup : le jazz et les enfants» Ce document présent à pour but de préparer l action pédagogique

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC?

COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC? BOÎTE A OUTILS Diffusion Auteur Suzanne Hême de Lacotte Date 2015 Descriptif COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC? Éléments de synthèse d'une formation intitulée «Actions culturelles et cinéma

Plus en détail

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée.

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée. Fiche pratique N 3 «Analyse des activités d un poste de travail et référentiel d activités» De quoi s agit-il? 1 Il s agit de recueillir des données relatives au poste de travail qui devront être fidèles

Plus en détail

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 l AREF Fès-Boulmane et le CRMEF de Missour en partenariat avec l Institut Français du Maroc - site de Fès ORGANISENT L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 PRIMAIRE COLLÈGE LYCÉE Du 14 au 16 avril 2014 CRMEF de

Plus en détail

ECOLE ET CINEMA. Les compétences du Livret scolaire

ECOLE ET CINEMA. Les compétences du Livret scolaire ECOLE ET CINEMA Ancrage dans les instructions officielles Les compétences du Livret scolaire PALIER 1 : COMPETENCE 1 LA MAITRISE DE LA LANGUE FRANÇAISE DIRE S exprimer clairement à l oral en utilisant

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Analyse comparative de la production orale dans les méthodes FLE pour enfants Alex et Zoé 1 (ed. 2001) et Ludo et ses amis 1 (ed.

Analyse comparative de la production orale dans les méthodes FLE pour enfants Alex et Zoé 1 (ed. 2001) et Ludo et ses amis 1 (ed. Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2009-2010 session 1 Analyse comparative de la production orale dans les méthodes FLE pour enfants Alex et Zoé 1 (ed. 2001) et Ludo et ses amis 1 (ed.

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français Thierry LEBEAUPIN Centre de Linguistique Appliquée, Université de Franche-Comté Si l'enseignement

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques

www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques De la création à la conceptualisation Ce Master a pour finalité de permettre aux étudiants de mener à bien un travail de

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CONSOMMATION RELATIF A LA PUBLICITE AUDIOVISUELLE DANS LE SECTEUR DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES NOR ECOC0700104V22

AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CONSOMMATION RELATIF A LA PUBLICITE AUDIOVISUELLE DANS LE SECTEUR DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES NOR ECOC0700104V22 27 mars 2007 AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CONSOMMATION RELATIF A LA PUBLICITE AUDIOVISUELLE DANS LE SECTEUR DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES NOR ECOC0700104V22 En application du mandat donné au Conseil

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Cognition & Emotions

Cognition & Emotions Université Nice Sophia-Antipolis Département Sociologie Anthropologie Cognition & Emotions L Emotion et le Virtuel : Le Cas Heavy Rain Julien ROCCHI Master 1 Sociologie Semestre 2 Enseignement A. HALLOY

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DES TPE

CARACTERISTIQUES DES TPE Une démarche inscrite dans la durée... CARACTERISTIQUES DES TPE Les TPE fournissent aux élèves le temps de mener un véritable travail, en partie collectif, qui va de la conception à la production achevée.

Plus en détail

Comédien / comédienne

Comédien / comédienne Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art dramatique Appellations voisines : artiste dramatique, acteur Comédien / comédienne Autres métiers du domaine : metteur en scène, dramaturge,

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 15/20 Objet : Le patrimoine numérique : enjeux et perspectives

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Génie analytique. Master en génie analytique

Profil professionnel. Section : Génie analytique. Master en génie analytique Section : Génie analytique Page 1/8 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD)

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Filière MSP 5400h Définition Le travail de diplôme (TD) est une épreuve certificative qui se déroule durant le deuxième cycle. Par celle-ci, l étudiant

Plus en détail

Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus»

Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus» Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus» Par Guillaume Lachapelle, conseiller pédagogique responsable de la mise en

Plus en détail

Notre Projet Associatif

Notre Projet Associatif Notre Projet Associatif Mobil'Emploi 73 a choisi de réviser son projet associatif : le projet de l association, détenu par la mémoire collective des administrateurs historiques, devait être traduit par

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p.

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. par François Huot Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n 2, 2006, p. 234-237. Pour citer ce compte rendu,

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

société Concevoir un jeu de p o u r a p p r e n d r e j e t p r o U n Josiane Hélayel Marie Lacroix

société Concevoir un jeu de p o u r a p p r e n d r e j e t p r o U n Josiane Hélayel Marie Lacroix U n p r o j e t p o u r a p p r e n d r e Concevoir un jeu de société GS Josiane Hélayel Marie Lacroix Une collection conçue par : Marie-Josée Bernussou, Michel de la Cruz, Josépha Herman-Bredel, Solange

Plus en détail

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1 MEDIACOACH Les plans cadrage Lecture de l image et pratique de l image Introduction Amateur de cinéma, ayant participé moi-même à des tournages, téléspectateur

Plus en détail

Thématique et genre. Quel est le sujet du document que vous avez sélectionné? De quel type de document s agit-il?

Thématique et genre. Quel est le sujet du document que vous avez sélectionné? De quel type de document s agit-il? grille 6 angles d analyse L objectif de cette grille est de vous guider dans l analyse du document audiovisuel qui sera utilisé en cours. 1 Thématique et genre Quel est le sujet du document que vous avez

Plus en détail

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 Aide à la réécriture et au développement Objectifs L'aide à la réécriture et au développement est mise en place : - pour permettre la professionnalisation du secteur du cinéma

Plus en détail

Mitraillage publicitaire A Epidaure

Mitraillage publicitaire A Epidaure Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire A Epidaure Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 AUTEUR Comité d éthique de santé publique RÉDACTEURS Michel Désy France Filiatrault Comité

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS

GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Document sélectionné par le groupe de travail départemental Maternelle DSDEN du Nord GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Les collaborations Enseignants ATSEM Une spécificité

Plus en détail

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées»

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Terre de curiosité et d'ouverture, la Lorraine propose au plus grand nombre une offre culturelle de qualité et encourage les expériences

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE RADIO DE CATEGORIE A

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE RADIO DE CATEGORIE A 1/13 DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE RADIO DE CATEGORIE A SERVICE RADIOPHONIQUE ASSOCIATIF ACCOMPLISSANT UNE MISSION DE COMMUNICATION SOCIALE DE PROXIMITE ET DONT LES RESSOURCES COMMERCIALES PROVENANT

Plus en détail

CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES

CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES CENTRES D INFORMATION DU RESEAU CULTUREL FRANCAIS AU MAROC La Charte documentaire des médiathèques-centres d informations sur la France au Maroc présente les principes

Plus en détail

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-071039-3 Table des matières Avant-propos................................................................ IX Chapitre

Plus en détail