Rio, 20 ans après : Sommer les Etats d agir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rio, 20 ans après : Sommer les Etats d agir"

Transcription

1 Rio, 20 ans après : Sommer les Etats d agir Il y a vingt ans, le Sommet Planète Terre de Rio était le premier signe donné par les Etats pour réconcilier l impact de l activité humaine et l environnement. C est à Rio qu ont été lancés trois textes majeurs sur le changement climatique, la diversité biologique et la lutte contre la désertification, reconnaissant des principes fondamentaux comme le droit au développement, le principe de précaution et la responsabilité commune mais différenciée. La force de ce sommet, c est d avoir fait du développement durable un objectif atteignable pour chacun au niveau local, national, régional ou international, mais malheureusement sans valeur contraignante aucune. En 1997, les Etats s entendent sur le Protocole de Kyoto qui prévoit la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 5% entre 2008 et C est l unique accord contraignant jamais signé, dont les objectifs sont pratiquement atteints. Néanmoins, les Etats-Unis n ont pas ratifié le Protocole et les pays en développement, comme la Chine, échappaient à ces objectifs. Kyoto organise aussi la création du marché des droits des émissions de gaz à effet de serre, catastrophe accordée aux pays riches pour se dédouaner de toute obligation de réduction de leurs émissions. Après sa marchandisation, nous devons faire face à la financiarisation de la nature. L échec des étapes (Nairobi, Copenhague, Cancùn, Durban ), n a pas dégagé de consensus fort sur le régime climatique post Kyoto. La nécessité de limiter le réchauffement climatique est réaffirmée, sans objectifs chiffrés ni contrainte. Les Etats décident de prolonger Kyoto jusqu en 2017, mais amputé de sa force juridique! Le prochain accord pas forcément contraignant serait négocié à partir de 2015 pour prendre effet en La marche du monde est astreinte aux mains des grandes puissances et multinationales capitalistiques qui sont à l origine-même de la crise écologique que nous traversons. Les émissions excessives de CO2 dues à un système productiviste, la marchandisation des semences comme l appropriation par un petit nombre de l accès à l eau, les maladies environnementales, cancers, allergies, sont les avatars d un système capitaliste qui mène à sa propre perte. Exploitant l Homme comme la nature, le capitalisme est donc le créateur d une crise environnementale et sociale qui touche en premier lieu les plus pauvres, dans les pays développés comme les pays en développement dans leur ensemble, les forçant à une nouvelle forme d asservissement et d inégalités. La crise écologique n est plus à la périphérie du modèle économique dominant, elle est au cœur de ce modèle. Le débat actuel sur l environnement est surdéterminé par les problèmes d endettement et les contraintes financières. L un des échecs de Rio1992 a été de ne pas avoir réussi à faire des propositions écologistes une partie des solutions à la crise économique. L écologie est toujours vécue comme un coût, un surcoût de confort. Rio+20 est le rendez-vous mondial pour réaffirmer l engagement en faveur d un développement durable, renforcé par deux thèmes identifiés comme prioritaires : l économie verte dans le cadre du développement durable et de l éradication de la pauvreté d une part, le cadre institutionnel du développement durable, d autre part. Le projet actuel de la déclaration finale, intitulé «Le futur que nous voulons», ne répond ni aux exigences de justice sociale, d impératif démocratique, ni aux défis écologiques de notre siècle. 1

2 Le modèle capitaliste, néolibéral court-termiste à l origine du chaos écologique Notre génération sera la plus touchée par ces problématiques, née avec le poids d une dette environnementale inédite, faite d émissions de gaz à effet de serre, d une idéologie capitaliste à l origine des dérèglements environnementaux actuels, et à laquelle nous avons le devoir d opposer une alternative globale, dès à présent. La triple crise est le reflet d un modèle insoutenable, ne vivant que d un productivisme obligé de susciter sans cesse de nouveaux besoins. Surconsommation, émissions de CO2, pollution des sols, déforestation, gestion inégalitaire de l eau, marchandisation des semences nécessaires à la survie de paysans, les conséquences de ce modèle capitaliste en crise sont tant sociales qu environnementales. Pourtant, les négociations actuelles de Rio+20 ne s attaquent pas aux raisons de la crise environnementale, car elles ne remettent pas en cause le système capitaliste productiviste. Péril sur les biens communs Le capitalisme et le libéralisme effréné ont laissé libre cours aux abus répétitifs des ressources, sans remettre en cause l appropriation des espèces naturelles par l Homme. Résultat direct des logiques du capitalisme, la privatisation du vivant tend à être considérée comme l unique moyen de conservation des biens communs, de la nature, de la biodiversité. Cette vision marchande met en péril l accès de tous à ces biens communs, l accès libre des paysans du monde aux semences, la libre fabrication de médicaments génériques ou encore la recherche publique en la matière. Plantes, gênes, semences, deviennent, sans aucune régulation, la propriété privée de quelques centaines de personnes parmi les près de 7 milliards de la Terre. Dette écologique : les inégalités se multiplient Le capitalisme est pourtant à l origine du creusement des inégalités sociales dans le monde quand il incite, notamment, les ménages à la surconsommation de biens, à travers l obsolescence programmée des produits, la publicité ou le crédit revolving. A ces pauvres du 21ème siècle, le système capitaliste ne laisse que des bribes de richesses, les condamnant au hard discount, des produits importés, au chauffage électrique, au diesel, au sucre, au sel, au gras, au pas cher, qui rapporte gros au producteur et fait mal au consommateur. Ni les maladies cardiovasculaires, ni l asthme, ni l obésité, ni même le cancer ne sont des accidents, elles sont autant de conséquences du modèle économique auquel les néolibéraux aimeraient aujourd hui nous condamner. Inégalités au sein même des pays dits «développés», mais également à l échelle internationale. Les coûts de ce désastre sont évacués des pays riches, qui refusent d en assumer la responsabilité, vers des pays pauvres qui ne peuvent en assumer les conséquences. La délocalisation planifiée des industries et productions les plus insoutenables écologiquement comme socialement vers les pays en développement relève en effet d une volonté des néolibéraux depuis 30 ans. Les économies des pays 2

3 industrialisés sont donc bien responsables de la crise écologique mondiale de ce système capitaliste. Mais le concept de dette écologique selon lequel l industrialisation des pays développés et les dommages environnementaux qu elle a entraînés, les rendrait redevables vis-àvis des pays en voie de développement, n a fait qu accroître la dépendance financière du Nord vers le Sud. Mais elle doit être la reconnaissance d une erreur collective dans notre stratégie de développement, d une co-responsabilité différenciée et d une solidarité commune à laquelle chaque pays est appelé à être associé selon ses besoins et ses capacités. «L économie verte», nouveau costume de la marchandisation de la Terre Après le capitalisme vert ou la finance verte émerge la notion d économie verte, qui est envisagée à Rio+20 comme une voie pour sortir de la crise écologique. Ceci est donc bien la preuve que la logique économique et financière l emporte et que la biosphère constituent le un nouveau terrain de jeu privilégié des firmes transnationales. Brevetabilité du vivant : un véritable danger pour les biens communs et la biodiversité L économie verte se fonde sur l octroi de nouveaux droits de propriété privée sur les biens naturels, où les grandes fonctions écologiques de la planète stockage du carbone, purification de l eau, pollinisation sont transformées en services marchands lucratifs. La nature n est plus simplement un objet à exploiter à l infini, elle est destinée à être une entreprise productrice de flux infinis de services. Dans la perspective d une société post-pétrole, les convoitises concernant l exploitation des ressources fossiles s exacerbent. Les récents accords commerciaux internationaux comme l accord ACTA, remettent en question le libre accès aux brevets, par leur appropriation par quelques firmes agroalimentaires ou pharmaceutiques. Longtemps la nature a été considérée comme un stock de ressources dans lequel nous pouvions puiser indéfiniment. Aujourd hui, avec l économie verte, la nature entre dans le circuit du capital. Vers un modèle de développement faiblement émetteur en carbone, fortement émetteur en emplois Un modèle de développement autre que l actuel, basé sur la seule croissance, doit permettre de mener une stratégie globale de juste et égale répartition des moyens, économiques, technologiques, humains. Tout d abord, réintroduire la primauté du citoyen en garantissant l accès aux services et biens communs, essentiels comme le droit à l alimentation, à l eau et au développement. La transition énergétique devra être menée de concert, basée sur une politique locale d optimisation de l énergie et des ressources, mais aussi sur la conversion écologique de notre appareil productif en investissant dans les énergies renouvelables, source d emplois non-délocalisables et 3

4 d un maillage efficace du territoire. La protection de l environnement ne saurait se priver de la ré-instauration de barrières douanières pour rapprocher les lieux de production des lieux de consommation. Cela passe aussi par la mutation du modèle agricole vers une agriculture paysanne et respectueuse de l environnement. Enfin, le modèle néolibéral, apôtre de la concurrence libre et non faussée, devra être remis en cause tant il a été la cause du transfert absurde de monopoles publics distributeurs d énergie, de transport, de télécommunications, vers des monopoles privés, privatisant les profits ainsi engendrés par l investissement public. La remise en cause des principes néolibéraux de libre-échange, de libre-concurrence et de libre-marché constituent donc les préalables indispensables, mais pourtant oublié de Rio+20, à la résolution de cette crise systémique environnementale et sociale. Au libre-échange, la socialeécologie opposera le juste-échange. Rio+20 : de l enceinte onusienne aux territoires Des pays comme le Canada, les Etats-Unis, Israël, le Danemark au nom l Union Européenne s opposent à tout langage obligataire qui pourrait les engager. Le caractère contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre doit pourtant être maintenu. Nous ne pouvons accepter la remise en cause par ces même Etats des principes de précaution, de pollueur-payeur, ou de responsabilités communes mais différenciées, tiennent compte du rôle historique joué par les pays riches dans le déclenchement et l amplification de la crise climatique. Adoptés en 1992, ces principes constituent la base du processus démocratique dans la lutte contre le changement climatique. Renforcer le cadre institutionnel, c est assurer l effectivité des mesures déjà prises et surtout la cohérence entre elles. Une Organisation Mondiale de l Environnement Le fonctionnement même du multilatéralisme est mis en question, alors qu une nouvelle organisation internationale de l environnement est réclamée, jusqu au niveau décisionnaire de l OIT ou de l OMC. L OME prendrait la suite du Programme des Nations unies pour l environnement et permettrait d élargir ses missions. En effet, elle serait capable d édicter des normes obligatoires, de détenir un budget permettant d accompagner les pays moins développés, de faire respecter un calendrier global et organiser des négociations plus fréquentes. Vers une démocratie écologique : investir le Sommet des Peuples Rio+20, c est aussi l impérieuse nécessité de sauvegarder et approfondir la démocratie, face à la dérive technocratique de ces conférences. Bien plus que des programmes d éducation populaire à la consommation responsable et à la préservation de la nature et de l environnement, il faut redonner la parole à la société civile. Les transformations exigées par la crise climatique et la crise écologique en général supposent une véritable mobilisation des sociétés, du niveau local au niveau global. Les enjeux et conflits d intérêt sont tels qu une mobilisation populaire est nécessaire. La parole de la société civile trouvera probablement meilleur écho au contre-sommet, qui se tiendra en marge 4

5 de la conférence officielle, avec des concepts et des processus de décisions différents avait marqué l émergence de la société civile dans les processus onusiens, 2012 peut former un nouveau virage, où sont pointées les failles d un système onusien peu enclin à proposer de véritables alternatives au capitalisme libéral. Celui où les associations, collectifs, universitaires, professionnels, etc., pourront formuler un apport commun sur la préservation de la biodiversité. La question de la marchandisation du vivant, notamment la biopiraterie, seront des thématiques centrales au sein des débats. 5

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget ACCORDS DU BOURGET Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget Préambule La Conférence des Parties, Rappelant l objectif

Plus en détail

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113 Jean-Marie Harribey CESE 3 avril 2013 Version révisée 7 novembre 2013 Le financement de la transition écologique Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques/blogs/harribey.fr

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre La crise écologique Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre Qu est-ce que la crise écologique? Le réchauffement climatique? La destruction des forêts? La fin du pétrole?

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES

POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES Coordination et rédaction : Ana HOURS Catherine LAPIERRE Co-rédacteurs

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

La Chine et le marché international des crédits carbone

La Chine et le marché international des crédits carbone La Chine et le marché international des crédits carbone Xuan Wang Économie Avril 2010 Le China Institute est un groupe de réflexion français qui se consacre aux questions de civilisation, d économie, de

Plus en détail

# 4. Renforcer la dimension sociale de la mondialisation

# 4. Renforcer la dimension sociale de la mondialisation # 4 Réaffirmer le rôle des É tats dans l encadrement de la responsabilité des entreprises en matière sociale, environnementale, fiscale et de droits humains, et veiller à ce que les engagements pris en

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Economie du Développement Durable - Licence

Economie du Développement Durable - Licence Economie du Développement Durable - Licence - Définitions 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Bibliographie: Qu est-ce que le développement durable? Brunel,

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

DÉCLARATION DE PARIS DES LEADERS PROGRESSISTES POUR LA COP21 21 PROPOSITION PROGRESSISTES POUR LA COP21

DÉCLARATION DE PARIS DES LEADERS PROGRESSISTES POUR LA COP21 21 PROPOSITION PROGRESSISTES POUR LA COP21 DÉCLARATION DE PARIS DES LEADERS PROGRESSISTES POUR LA COP21 21 PROPOSITION PROGRESSISTES POUR LA COP21 Approuvée par la Présidence du PSE le 9 octobre Pour adoption par les Leaders du PSE le 21 octobre

Plus en détail

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique?

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? CONCEPTION ET MISE EN PGE : PUL MILN 23 décembre 2014 à 12:16 Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? Introduction L extraordinaire croissance économique depuis le XIX siècle

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs? Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif,

Plus en détail

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG Dans le cadre de notre engagement pour l environnement et de l accompagnement de nos clients dans ce sens, nous sommes fiers de pouvoir traiter dans cette nouvelle newsletter trimestrielle de la pratique

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Le CDPNE agit en faveur du climat

Le CDPNE agit en faveur du climat Le CDPNE agit en faveur du climat DOSSIER DE PRESSE Dans le cadre de ses activités d études et d éducation à l environnement, le Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Plus en détail

Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne

Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne ganisation ons Unies éducation, la culture Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne Un recueil de textes en réponse à Agir sur les changements climatiques

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

L AFD ET LA TURQUIE. Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia. Partenaires pour un développement durable

L AFD ET LA TURQUIE. Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia. Partenaires pour un développement durable L AFD ET LA TURQUIE Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia Partenaires pour un développement durable LA TURQUIE Puissance émergente de la région euro-méditerranéenne, la Turquie connaît un développement

Plus en détail

Déclaration de Rennes :

Déclaration de Rennes : Déclaration de Rennes : Pour des systèmes alimentaires territorialisés Réunie à l invitation du Conseil régional de Bretagne à Rennes le 4 juillet 2014, l Association des Régions de France (ARF), en lien

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Claude pinet. L ISO 14001 facile. Réussir sa démarche de certification. Volume 1 Planifier et mettre en œuvre la démarche

Claude pinet. L ISO 14001 facile. Réussir sa démarche de certification. Volume 1 Planifier et mettre en œuvre la démarche Claude pinet L ISO 14001 facile Réussir sa démarche de certification Volume 1 Planifier et mettre en œuvre la démarche Avant-propos Avant-propos Votre objectif Découvrir, mettre en œuvre, améliorer le

Plus en détail

Plan d action d Équiterre 2015

Plan d action d Équiterre 2015 Plan d action d Équiterre 2015 (présenté au Conseil d administration le 25 novembre 2014) (adopté le 15 janvier 2015) Version du 25 novembre 2014 LA MISSION L énoncé de mission d une organisation définit

Plus en détail

Le 30 mai dernier, le Marché climatique de

Le 30 mai dernier, le Marché climatique de Le marché du carbone : état de la situation en Amérique du Nord Jean Nolet Président, ÉcoRessources consultants Frédéric Gagnon-Lebrun Directeur Changements climatiques, ÉcoRessources consultants Le 30

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Édito En route pour la COP21! Dans six mois, le 30 novembre 2015, le coup d envoi de la 21 e conférence internationale pour le climat sera donné

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Après le 29 mai. Remettre l Europe sur ses pieds F. Duthu 2 juin 05

Après le 29 mai. Remettre l Europe sur ses pieds F. Duthu 2 juin 05 Après le 29 mai Remettre l Europe sur ses pieds F. Duthu 2 juin 05 Le sens d un vote En ce deux juin, nous savons que deux pays fondateurs de la construction européenne ont refusé le Traité constitutionnel

Plus en détail

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger 2 ENV 1110 CHANGEMENTS CLIMATIQUES SOMMAIRE 1. Le Plan vert de 1990........................................

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Les Régions se mobilisent sur la route de la Conférence Paris climat 2015

Les Régions se mobilisent sur la route de la Conférence Paris climat 2015 Les Régions se mobilisent sur la route de la Conférence Paris climat 2015 Le dernier Rapport du GIEC nous alerte plus que jamais sur l évolution du climat et ses nombreux impacts (sécheresses, inondations,

Plus en détail

Ligue contre la Violence Routière

Ligue contre la Violence Routière Ligue contre la Violence Routière La Ligue contre la violence routière, notre confrère français, vient de lancer la voiture citoyenne. Elle tient compte aussi bien de la protection de l environnement que

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET. Jean-Louis Roy

LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET. Jean-Louis Roy LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET Jean-Louis Roy La gouvernance politique de l humanité est une entreprise considérable qui sollicite le concours de millions de personnes quotidiennement.

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION ANNEE 2012-2013 2 I. CONTEXTE ET ORIENTATIONS GENERALES... 3 II. RAPPROCHER LES GROUPES ET LE RESEAU DANS LA CONSTRUCTION D'UNE AGRICULTURE PAYSANNE... 4 DES INTERAMAP

Plus en détail

Changements climatiques. Cap vers Copenhague

Changements climatiques. Cap vers Copenhague Changements climatiques Cap vers Copenhague SOMMAIRE Limiter le réchauffement en dessous de + 2 C 5 Quels sont les impacts attendus a la surface de la planète d ici a 2100? 6 Focus sur la Convention climat

Plus en détail

Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012. www.uncsd2012.org

Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012. www.uncsd2012.org Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012 www.uncsd2012.org «Rio+20 sera l une des plus importantes réunions internationales sur le développement durable de notre époque. À Rio, notre vision doit être claire

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

1. L'ECONOMIE VERTE : NOUVEAU RESSORT DE LA CROISSANCE MONDIALE ET LEVIER DE LA DURABILITE ENVIRONNEMENTALE

1. L'ECONOMIE VERTE : NOUVEAU RESSORT DE LA CROISSANCE MONDIALE ET LEVIER DE LA DURABILITE ENVIRONNEMENTALE SEMINAIRE DE LA BANQUE MONDIALE : «OOPPORTUNITE ET DEFIS D UNE CROISSANCE VERTE AU MAROC» COMMUNICATION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE : «DURABILITE DU MODELE DE DEVELOPPEMENT MAROCAIN : L OPTION STRATEGIQUE

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

L Accord de Paris et les enjeux financiers

L Accord de Paris et les enjeux financiers DOSSIER DE PRESSE L Accord de Paris et les enjeux financiers RÉUNION DU 9 OCTOBRE 2015, LIMA L Accord de Paris et les enjeux financiers. En décembre 2015 aura lieu la COP21 à Paris, l objectif est d avoir

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

6 idées reçues sur les déficits et l austérité

6 idées reçues sur les déficits et l austérité 6 idées reçues sur les déficits et l austérité Le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique cherche à explorer, développer et expliquer les enjeux révélés par la crise actuelle. Il souhaite

Plus en détail

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité Architecture et Société - TA 3 anglaise Architecture et durabilité Le secteur de la construction joue un rôle clé dans toute politique visant un développement durable pour le 21ème siècle. L environnement

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

FICHE ACTION n 03. Restoria

FICHE ACTION n 03. Restoria FICHE ACTION n 03 Restoria ACTION GLOBALE Mise en place d une offre de restauration collective ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Intégration du handicap, charte de la diversité, formation au développement

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001 management de l énergie L ISO en bref * En juin 2011 L ISO, Organisation internationale de normalisation, est composée de 160* membres qui sont les

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE CAI Shouqiu, professeur à la Faculté de droit de l Université de Wuhan, président de l Académie du droit de

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

A. La contribution de la géographie à l enseignement pour le développement durable

A. La contribution de la géographie à l enseignement pour le développement durable U G I I G U Déclaration de Lucerne sur l enseignement géographique pour le développement durable Hartwig Haubrich (Fribourg), Sybille Reinfried (Lucerne), Yvonne Scheicher (Weingarten) La commission pour

Plus en détail

brochure présentation AB2 (2) 26/09/12 10:04 Page 1 Passez à l attac

brochure présentation AB2 (2) 26/09/12 10:04 Page 1 Passez à l attac Passez à l attac ATTAC : QUI SOMMES-NOUS? L Association pour une Taxation des Transactions financières et pour l Action Citoyenne : éclaire les enjeux économiques et sociaux actuels à travers des ouvrages,

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 :

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 : 6 avril 2011 Contribution des Secrétariats du Conseil central de l'economie et du Conseil national du Travail a l'attention du Premier Ministre, en vue de l'élaboration du plan national de réformes de

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

FORUM PUBLIC DE L OMC 2008 UN COMMERCE TOURNÉ VERS L AVENIR 24 SEPTEMBRE 2008. «Commençons par le commencement»

FORUM PUBLIC DE L OMC 2008 UN COMMERCE TOURNÉ VERS L AVENIR 24 SEPTEMBRE 2008. «Commençons par le commencement» FORUM PUBLIC DE L OMC 2008 UN COMMERCE TOURNÉ VERS L AVENIR 24 SEPTEMBRE 2008 «Commençons par le commencement» DISCOURS LIMINAIRE DE M. PASCAL LAMY DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L OMC Mesdames, Messieurs, Bienvenue

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Agréger, Budgéter, Consolider Évaluer! à la recherche de la performance.

Agréger, Budgéter, Consolider Évaluer! à la recherche de la performance. 03 Le journal des Communalités A B C E Agréger, Budgéter, Consolider Évaluer! à la recherche de la performance. Jacques BOUYAT Directeur Général des Services de la Communauté de Communes du Pays de Quimperlé

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité- Solidarité- Développement MINISTERE L AGRICULTURE, DE LA PECHE ET DE L ENVIRONNEMENT

UNION DES COMORES Unité- Solidarité- Développement MINISTERE L AGRICULTURE, DE LA PECHE ET DE L ENVIRONNEMENT UNION DES COMORES Unité- Solidarité- Développement MINISTERE L AGRICULTURE, DE LA PECHE ET DE L ENVIRONNEMENT Projet Autoévaluation Nationale des Capacités À Renforcer (ANCAR) pour la Gestion de l Environnement

Plus en détail

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 BIODIVERSITE Présentation aux parties prenantes françaises 10 juin 2013 Calendrier Elaboration inter services AFD Discussion avec les administrations françaises

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

Les 25 engagements électoraux de Québec solidaire

Les 25 engagements électoraux de Québec solidaire Les 25 engagements électoraux de Québec solidaire Habiter ensemble dans un Québec vert Proposition 1: le vent Afin de mettre l'état québécois au centre des décisions sur le contrôle de la production et

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail