DOSSIER DE PRESENTATION DU PLAN DE RECOLEMENT DECENNAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESENTATION DU PLAN DE RECOLEMENT DECENNAL"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESENTATION DU PLAN DE RECOLEMENT DECENNAL Année

2 Sommaire Le contexte page 3 Objectif page 3 Présentation des collections du musée page 4 Localisation des collections du musée page 4 Transfert de propriété de la collection du musée des ATP page 5 Etat de l inventaire page 5 Les réserves du musée page 6 Le plan de récolement décennal des collections du musée des ATP Constat page 7 Présentation du plan d action page 7 Projection des besoins pour la mise en place du chantier des collections page 8 Méthodologie adopté pour le plan de récolement page 9 Aménagement préalable page 10 Les campagnes de récolement page 11 Conclusion page 12 Planning d exécution page

3 LE CONTEXTE La loi sur les Musées de France de janvier 2002 et l Arrêté de mai 2004 ont souligné l importance de l inventaire des collections au sein d un musée, comme une obligation légitime de disposer d un état précis du patrimoine public dont le musée est dépositaire. L inventaire est l outil majeur à partir duquel le musée peut remplir ses missions de conservation, de recherche et de diffusion. Le récolement décennal imposé par la loi musée et spécifié dans la circulaire du 27 juillet 2006, doit permettre le contrôle des collections. Le récolement a pour but d établir une concordance entre l inventaire et l objet physique, et ce pour mettre en exergue deux anomalies : l objet disparu (présent à l inventaire mais absent au musée) et l objet orphelin (objet présent physiquement mais non marqué et absent des registres). OBJECTIF Saisir l obligation de récolement pour programmer en parallèle un plan de formation du personnel et un chantier des collections. Cet objectif implique la mise en place d une démarche qui serait en lien avec les urgences relevées en matière de conservation (curative et préventive) des collections et les possibilités de formation du personnel (manipulation des collections, dépoussiérage et conditionnement)

4 Présentation des collections du musée Les collections du musée des Arts et Traditions Populaires ont été collectées par l association de sauvegarde des ATP, à partir des années 1980 jusqu à nos jours, par le biais de dons (plus de 500 donateurs), legs, acquisitions. Après vingt années de collectes, plus de objets sont entrés dans les réserves du musée. La collecte s est faite selon un principe de «sauvegarde d urgence», appelant la «population» à récupérer et donner tous les objets témoins de la vie d autrefois, pour les sauver de l oubli. Ces collections d objets ethnographiques sont composées d outils et machines agricoles, de machines artisanales, préindustrielles et industrielles, d objets domestiques, d objets religieux, de jouets, d instruments de musique, des collections textiles etc on y trouve également un fonds documentaire relatif à la vie quotidienne, l agriculture, l élevage, l artisanat dans le Var intérieur de 1850 à nos jours. Le musée compte parmi ses collections des unités/entités présentées sous forme de reconstitutions inspirées par le concept de muséographie de Georges Henri Rivière et qui sont documentées par des travaux de recherche de maîtrise : l atelier de bouchonnerie et l atelier du cordonnier. Parmi les collections textiles, le Musée possède des pièces remarquables telles que : un cachemire des Indes et boîte d origine, des couvertures piquées en soie, des boutis L association du musée des ATP a eu recours à l aide du FRAM pour enrichir ses collections. Les acquisitions ainsi aidées, se sont portées sur : - un atelier de tonnelier en 1992, qui est exposé dans le hall du musée, - un moulin à tan en 1997, élément remarquable présenté dans le jardin, - une cuve à vin en 1999, qui se trouve dans l espace d exposition permanente du sous-sol, - une collection de plus de 1000 objets en poterie acquis en 2000, collection documentée qui est conservée dans les réserves du Musée et qui rejoindra en partie l espace d exposition dans de le cadre du redéploiement du musée. Considérées dans leur globalité, les collections du musée présentent de notables variations de tailles et de volumes (de l aiguille à chas à la batteuse à blé) qui font tout leur intérêt, mais aussi toute leur complexité, notamment en matière de gestion des espaces de stockage et de qualité de conservation. Localisation des collections du Musée Les collections du Musée sont réparties dans trois espaces distincts, à savoir : objets sont exposés dans les vitrines du parcours permanent du Musée, objets se trouvent dans le bâtiment de réserves attenant au Musée, objets encombrants sont conservés dans des bâtiments de réserves situés en dehors du musée

5 Transfert de propriété de la collection du Musée des ATP Depuis le 1 er janvier 2007, la propriété et la gestion des collections du Musée ont été transférées à la Communauté d Agglomération Dracénoise. Une convention définie les modalités du transfert de propriété des collections. Ce transfert a été approuvé par la commission scientifique nationale du 8 mars 2007 et le Haut Conseil des Musées de France le 15 mars 07. La signature officielle de la convention a eu lieu le 23 juin 07 au Musée des ATP. Dans le cadre de ce transfert de propriété du Musée, une nouvelle gestion des collections se met en place, en vue : d optimiser les conditions de conservation préventive des collections, de professionnaliser les agents du service des collections par le biais de la formation, de poursuivre le travail documentaire autour des objets, de lancer un programme de collecte raisonné en lien avec le Projet Scientifique et Culturel du Musée. Etat de l inventaire L inventaire des collections s est peu à peu professionnalisé. D abord tenu sur des fiches papier par des bénévoles de l association, il est désormais informatisé au moyen d un logiciel «File maker Pro» développé par un prestataire privé. Deux agents (1 temps plein / 1 temps partiel 50%) sont chargés de l enregistrement numérique des collections. Cet enregistrement numérique comprend l établissement de fiches de renseignements précises qui développent des champs liés au donateur, à la vie de l objet, aux restaurations engagées, aux documents annexes, à la localisation de l objet dans les réserves enrichi d une photographie numérique de l objet. Il s avère que le logiciel actuel ne nous donne pas entière satisfaction quant à son utilisation et à ses possibilités d évolutions. Nous avons donc angagé des démarches auprès de fournisseurs de logiciels d inventaire «musée» et d utilisateurs, pour réfléchir à un produit qui soit plus adapté aux besoins du Musée (possibilité de travailler en réseau au musée des ATP et avec les musées du territoire) et qui soit reconnu par la DMF. A ce jour, la base de données compte objets marqués et saisis sous forme de notices informatisées. Seuls 9400 objets ont une notice détaillée (description, mesures, utilisation ) les autres objets ont des fiches simplifiées (numéro, nom technique, localisation, date de l acquisition, provenance) objets possèdent une fiche illustrée d une photographie. A cela il faut ajouter 840 objets marqués mais qui n ont pas fait l objet d une fiche informatisée

6 Les réserves du musée Organisation des espaces Les collections du musée des A.T.P. sont réparties dans quatre espaces : le musée où sont exposés les objets figurant dans les vitrines permanentes, les réserves situées dans l enceinte du musée comprenant deux bâtiments accolés, la réserve extérieure, hangar de 250m 2 aménagé de rayonnages de type industriel, situé sur la commune du Muy et la réserve extérieure provisoire, situé sur la commune de Draguignan dans l enceinte militaire de l Ecole d Application de l Artillerie. Les réserves extérieures contiennent les collections volumineuses, non fragiles et lourdes. Les objets sont conditionnés sur des palettes plastiques. Les salles des réserves situées dans l enceinte du musée sont actuellement rangées par thématiques : objets agricoles, religieux, domestiques, costume, artisanat du bois,.. Les objets sont rangés sur des rayonnages ou dans des armoires

7 LE PLAN DE RECOLEMENT DECENNAL DES COLLECTIONS DU MUSEE DES ATP CONSTAT L encombrement des salles de réserve du Musée ne nous permet pas de commencer le récolement sans avoir au préalable, fait un travail préparatoire, visant à améliorer et optimiser les conditions de conservation des objets. Ce travail préparatoire passe par un plan d action réparti en différentes phases qui sera énoncé ci-dessous. Il n est pas impératif que les différentes phases présentées soient réalisées dans un ordre chronologique. En janvier 2008, nous avons procédé au déménagement des réserves extérieures, le local qui abritait nos collections faisant parti d un vaste projet immobilier, nous avons du libérer les espaces. Les collections ont été acheminées sur deux sites : l un au Muy (250 m2) loué par la Communauté d Agglomération Dracénoise et d un autre local sur Draguignan dans l enceinte militaire de l Ecole d Application de l Artillerie quartier Bonaparte. Le récolement va donc commencer par ces collections qui ont, en partie, trouvé un espace qui leur convient. PRESENTATION DU PLAN D ACTION Le plan d action est réparti en 13 phases Phase 1 Finaliser l inventaire des objets céramique et pièces textile (saisi des fiches manuelles). Ce travail nous permettra de définir les besoins en rangement (nombre d objets/volume/espaces/mobilier), pour le redéploiement des collections. Phases 2 Constituer un état des lieux des collections se trouvant dans les réserves du musée et identification des propriétaires pour régulariser les différentes situations rencontrées (mises à disposition de locaux pour un Musée de France, stockage d objets de collections privées, «stockage» d objets de collections MdF, ), visant à un déménagement des objets n appartenant pas au Musée ou au maintien avec convention de dépôt ou mise à disposition d espace. Phase 3 - Mettre en place une codification de l ensemble des bâtiments du Musée et des différents espaces de rangement (bâtiments des collections, salles, rayonnage, rangement, bâtiments d exposition, salles, ), Phase 4 Engager avec le concours du Centre Interrégional de Conservation et Restauration du Patrimoine - CICRP - Marseille, une réflexion sur la conservation préventive des collections, sur les modes de conditionnement des objets pour gagner de l espace, optimiser la sécurité des objets. Démarches qui ont commencé en 2007 cf : compte rendu des missions du CICRP du 20 février 2007 et du 17 juillet Phase 5 Aménager et équiper des salles rayonnage / conditionnement /. suivant les préconisations définies en phase 4. Phasage sur plusieurs années

8 Phase 6 Mettre en place un cursus de formation en interne pour les agents du service des collections : le dépoussiérage, l entretien des collections, le conditionnement visant à la professionnalisation des agents dans le cadre de la politique de conservation préventive. Ces formations pourront être élargies à des établissements partenaires du «musée» situés sur le territoire de la CAD. En lien avec le Conseil Général du VAR et le CICRP étudier les possibilités de conventionnement avec un restaurateur ou laboratoire pour assurer la formation et l aide ponctuelle. La première journée de sensibilisation est programmée pour le 26 juin 2008 avec le CICRP : dépoussiérage et manipulation des objets. Phase 7 Lancer une étude préalable pour le chantier des collections bois qui présentent des traces d infestation actives. Cette étude aura pour objectif de définir les besoins en matière de traitement et permettra de monter un cahier des charges précis pour faire intervenir un restaurateur bois. Opération qui sera planifiée sur plusieurs années. Phase 8 Mettre en place une politique de conservation préventive au sein des réserves et des salles d expositions du musée : inspection régulière des collections, traitement et entretien, amélioration progressive des conditionnements, protocole des taches Phase 9 Améliorer les conditions d exposition des objets dans les salles du Musée (éclairage, support pour présentation des objets ). Phase 10 Mettre au point une charte de saisie visant à la normalisation en interne du vocabulaire descriptif sur les thésaurus : «matière» «technique» et «support» et «dégradation» «intervention» outil indispensable pour faciliter la saisie des notices et la recherche, ce travail s avère nécessaire. Le récolement permettra la mise à jour des fiches. Phase 11 Mise au point d une normalisation en interne des procédures de marquage, pour assurer la continuité du travail. Phase 12 Récolement des objets par campagne. Phase 13 Etablissement d un PV de récolement par campagne pour planifier le travail à venir. Marquage, présentation à la commission d acquisition, désinsectisation, restauration, dépoussiérage. PROJECTION DES BESOINS POUR LA MISE EN PLACE DU CHANTIER DES COLLECTIONS DU MUSEE - Approbation du plan d action par la Commission Culture de la CAD, - Approbation du plan d action par la Commission Culture de la DRAC PACA, - Accompagnement dans la démarche avec l octroi d un soutien financier (CG / DRAC) visant à mettre en place le plan d action. Besoin en investissement : acquisition de matériel de rangement, de conditionnement, d appareil de mesure - 8 -

9 Besoin en fonctionnement : mise en place de formation pour les agents du Musée, lancement d une étude ciblée sur des problématiques objets ATP par un restaurateur (si nécessaire). METHODOLOGIE ADPOTEE POUR LE PLAN DE RECOLEMENT Un code a été affecté aux différents espaces qui accueillent les collections du Musée : salles d exposition et salles de réserves. Ces codes ont été reportés sur les différentes portes des salles de réserve ainsi que sur les plans de chaque bâtiment. Ce code permettra de localiser précisément les collections. Chaque rangement (armoire, étagère, portant, placard ) et niveau dans le rangement portent également un code, permettant ainsi la localisation exacte des objets. Fiche de récolement Elaboration d une fiche de récolement qui regroupe les informations suivantes : N de la fiche : Date : Nom de l agent récoleur : Liens avec d autres fiches : FICHE DE RECOLEMENT En partant de l objet situé dans la salle N d inventaire : Désignation : Constat général : Matière principale : Autres matières : Technique de fabrication : Mesures : Poids : Localisation : Marquage : oui non En partant de l inventaire - fiche informatisée N d inventaire : Désignation : Etat : Matière principale : Autres matières : Technique de fabrication : Mesures : Localisation : Marquage : oui non Photos : oui non Signature de l agent récoleur Moyen humain Une équipe de 3 personnes composées : - 9 -

10 D un 1 agent du patrimoine : 50% D un 1 agent du patrimoine : 50% D un 1 agent du patrimoine collection textile : 3h / semaine. Moyen matériel Cette opération demande un minimum d équipement pour faciliter et sécuriser la manipulation des objets. L ensemble de ce matériel, réutilisable pour le travail journalier des réserves, a été demandé pour le budget Une table roulante pour déposer des objets Une échelle à plateau Un transpalette manuel Une table et une chaise Une desserte mobile avec tablette inférieure Un ordinateur portable Un appareil photo numérique Une lampe loupe Un aspirateur pour les petits objets Un aspirateur puissant avec coupe circuit pour les objets de grandes taille Des gants, des blouses, des masques anti-poussière, des lingettes microfibres, Un logiciel d inventaire agréé par la DMF Au fil du récolement et de l avancé du chantier des collections, les besoins liés à la conservation préventive s affineront, notamment avec l intervention des restaurateurs. Pour la réserve de l Ecole d Application de l Artillerie le local n est alimenté en électricité. Rallonge électrique Un projecteur Groupe électrogène Pour les salles attenantes au musée Avant de procéder à l aménagement des salles, il sera indispensable de refaire les propretés des salles afin de ralentir le phénomène d empoussièrement. Peinture anti poussière Etanchéité des fenêtres et portes Rayonnage AMENAGEMENT PREALABLE Dans la mesure du possible, nous utiliserons pour toutes les campagnes, une salle vide qui sera aménagées et qui accueillera les objets récolés. Cette méthode permettra de contrôler les objets qui ont été récolés. De plus, cela permettra de ranger des objets dépoussiérés et conditionnés dans une salle «propre». C est en lien avec la Direction des infrastructures et de l équipement (DEI) de la CAD, que nous mettrons en place un plan de réfection des salles avant chaque campagne. Ce plan permettra de planifier les travaux à court, moyen, long terme à effectuer pour assurer l étanchéité des ouvertures et assainir les murs afin de garantir de bonnes conditions de conservation et ralentir le phénomène d empoussièrement des objets (facteur de dégradation)

11 La réorganisation des espaces passera par une rationalisation des rangements en fonction du poids des objets et de la cohérence de rangement d ensemble de la salle. Ce travail préparatoire permettra, in fine, de donner une localisation définitive à l objet à l issu récolement. LES CAMPAGNES DE RECOLEMENT Le récolement est organisé par campagnes, ces dernières sont définies en fonction des priorités (déménagement des collections,.) et des activités du musée. Ainsi la campagne de récolement débutera par : Campagnes n 1 : Les objets situés dans la réserve du local du Muy Mise en place d un rayonnage type industriel. Phase test qui nous permettra de valider notre méthode. Des outils ont été mis en place pour répartir les différentes données recueillies lors de l opération et analyser les besoins en vue de projeter le travail à venir. (Tableau Excel avec grille d analyse). Chaque objet récolé, porte une étiquette avec son numéro d inventaire, sa localisation dans la salle et sur son lieu de rangement, une pastille rouge portant le numéro de la fiche de récolement est appliquée sur l étiquette dès que l objet a été récolé. Chaque étagère est photographiée par niveau, cela permet de vérifier la présence des objets et la méthode de rangement. Outil de surveillance. Campagnes n 2 : Les objets situés dans la réserve extérieure située à l Ecole d Application de l Artillerie quartier Bonaparte Objets ayant fait parti du déménagement de janvier L opération ne pourra commencée que lorsque les besoins en matériel seront solutionnés. Campagnes n 3 : Les objets exposés dans les salles d expositions permanentes. Le récolement se fera pendant les heures d ouverture du musée. Les agents travailleront en parti dans les vitrines pour les objets les plus volumineux et en partie dans un espace dévolu aux expositions temporaires. L opération qui se déroulera en 2009 et 2010, fera l objet d une communication dans le programme du musée. Pour cela, un panneau explicatif accompagnera le chantier pour informer le visiteur du travail en cours. Une médiation autour du chantier des collections à l attention de toutes les personnes qui au cours de la visite rencontreront les balises signalant l avancement du chantier. Parallèlement au récolement, chaque objet présenté dans les vitrines sera dépoussiéré avant d être à nouveau exposé. Il y a environ 3500 objets présentés dans les vitrines. Campagnes n 4 : Les objets présentés dans la galerie des machines Campagnes n 5 : Les objets des réserves attenantes au musée Le récolement dans les réserves attenantes au musée permettra de mettre en application la formation dépoussiérage, manipulation et conditionnement des objets. Cette phase permettra également de rationnaliser le rangement dans les réserves

12 On compte environ objets dans les réserves du musée. CONCLUSION : Chaque campagne de récolement fera l objet d un procès verbal qui permettra d identifier trois catégories d objets : - Les objets identifiés (correspondance entre inventaire et objet physique), - Les objets non retrouvés physiquement, - Les objets non inventoriés. Suite au récolement et à la rédaction des procès verbaux : - la base informatique fera l objet d une réactualisation des données, à savoir : localisation, état, etc. - organisation d une campagne de marquage, - pour les objets orphelins : réalisation d un inventaire rétrospectif qui donnera lieu à un PV de récolement partiel (inventaire + récolement). - la mise en place d un programme pour la désinsectisation des objets bois. PLANNING D EXECUTION Campagne n 1-1 er semestre 2008 Campagne n 2-2 ème semestre 2008 Campagne n 3 - Cette campagne sera échelonnée sur deux années car elle se fera dans les salles d exposition permanente du musée. Les agents mettront en pratique la formation dépoussiérage et auront l occasion de faire de la médiation en matière de conservation préventive auprès du public. Années 2009 et Campagne n 4-1 er semestre 2011 Campagne n 5-2 ème semestre 2011 / années 2012, 2013, 2014 et

CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/2015

CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/2015 CHSCT DU 01/06/ RELEVE DE CONCLUSIONS CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/ RELEVE DE CONCLUSIONS Informations préalables Adoption PV CHS du 16/03/ Bilan 2014 du Programme Annuel de Prévention des Risques

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS. 1. Contexte et objectifs

CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS. 1. Contexte et objectifs CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS Délibération CPR N 12.10.24.35 du 16 novembre 2012 Abroge et remplace à partir du 1 er janvier

Plus en détail

Programmation scientifique du parcours de visite

Programmation scientifique du parcours de visite Programmation scientifique du parcours de visite Chaine opératoire La programmation des collections consiste à préciser et hiérarchiser le traitement à appliquer aux collections, en distinguant programmation

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes Juin 2014 Projet de Fin d Etudes Résumé Déménagement industriel de la production dans ses nouveaux locaux ALSACE TOLERIE 13 Rue du MITTLERWEG 68000 COLMAR CEDOLIN Jeremy GM5 ISP Ce Projet de Fin d Etudes,

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1).

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1). Introduction Les prochaines élections municipales, en mars 2008, vont s accompagner d une procédure réglementaire, le récolement des archives de la commune. Cette opération revêt un caractère obligatoire,

Plus en détail

REFONTE DU SITE INTERNET

REFONTE DU SITE INTERNET Commune de Lannilis REFONTE DU SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES Maitrise d ouvrage : Commune de LANNILIS - Mairie 19 rue de la Mairie 29870 Lannilis Tél. 02 98 04 00 11 - Email : mairie.lannilis.m@wanadoo.fr

Plus en détail

Valorisation du patrimoine religieux de Camargue

Valorisation du patrimoine religieux de Camargue Valorisation du patrimoine religieux de Camargue CAHIER DES CHARGES Maître d ouvrage : Parc naturel régional de Camargue Mas du Pont de Rousty 13 200 ARLES 1 Contexte 2 Objectifs 3 Contenu de l'étude 4

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT PUBLIC DU MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE 17 PLACE DU TROCADERO 75 116 PARIS - FRANCE TEL : 01 53 65 69 69 FAX : 01 53 65 69 60

ÉTABLISSEMENT PUBLIC DU MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE 17 PLACE DU TROCADERO 75 116 PARIS - FRANCE TEL : 01 53 65 69 69 FAX : 01 53 65 69 60 C.C.T.P. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES «Conditionnement, déménagement et/ou stockage des œuvres actuellement conservées à Dugny-Le Bourget» MUSEE NATIONAL DE LA MARINE AVRIL 2014 DOSSIER

Plus en détail

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art Base CDOA Mai 2012 1 2 Table des matières 1. Historique de la base...5 1.1 Pourquoi une base de données sur les dépôts...5 1.2 Mise en place de la base

Plus en détail

CAP AGENT DE PREVENTION ET DE MEDIATION

CAP AGENT DE PREVENTION ET DE MEDIATION CAP AGENT DE PREVENTION ET DE MEDIATION DOSSIER D EVALUATION PAR CONTROLE EN COURS DE FORMATION Session 2013 EP1- U1 Accueil, information et accompagnement EP1.A Accueil, information et accompagnement

Plus en détail

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN UTOPIA : MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Projet à destination des classes de cycle 3 des écoles élémentaires de Strasbourg Les objectifs : Permettre aux enfants de : Découvrir «activement» le Strasbourg

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DU LABEL

CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DU LABEL CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DU LABEL Famille Plus, label national pour l accueil des familles et des enfants dans les communes touristiques françaises (Version du 6 Juin 2012) 1/8 Cahier des

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE

OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE À quoi sert cet outil? Les musées obtiennent une image instantanée de la situation actuelle de leur réserve et bénéficient d un diagnostic préliminaire.

Plus en détail

5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP)

5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP) 5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP) 5.1. PRÉCONISATIONS POUR LA PRÉPARATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES PFMP Le baccalauréat professionnel ELEEC est composé de deux champs d application,

Plus en détail

Lcommunales. es archives

Lcommunales. es archives Lcommunales es archives rchives es archives communales Les archives sont l ensemble des documents quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MARCHE DE FOURNITURES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MARCHE DE FOURNITURES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MARCHE DE FOURNITURES FOURNITURE ET MISE EN PLACE D INFRASTRUCUTURES TELEPHONIQUES ET INFORMATIQUES Pouvoir adjudicateur : COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS

Plus en détail

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux archivistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en archives pour des

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

RESEAU DECHETS AQUITAIN

RESEAU DECHETS AQUITAIN Colloque Prévention des Risques Amiante La question des déchets amiantés en déchèterie Mars 2015 Le réseau déchets aquitain : présentation Mars 2015 RESEAU DECHETS AQUITAIN Réseau mis en place par le CDG

Plus en détail

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012 CHARTE DES DONS Bibliothèque universitaire des langues et civilisations Pôle Collections Version : 26 janvier 2012 65 rue des Grands Moulins F-75013 Paris www.bulac.fr T +33 (0)1 81 69 18 00 F +33 (0)1

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager]

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager] Page1 2009 Association des archivistes français Référentiel métiers [Archiviste manager] Vous trouverez dans ce document la liste des activités, savoirs, savoir-faire et savoir-etre correspondant au métier

Plus en détail

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS FICHE THEMATIQUE n 1 LE COORDONNATEUR 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR 1.1. Dans quels cas le recours à un coordonnateur est il obligatoire? 1.1.1. Les dispenses de coordonnateur

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une entreprise

Plus en détail

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T Un arrêté du 18 novembre 1987modifié, fixe des dispositions particulières pour l organisation d expositions, foires expositions ou salons

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. MIPIM 2015 10 13 mars STAND. Lille Region, Cœur d Europe Nord Pas de Calais

CAHIER DES CHARGES. MIPIM 2015 10 13 mars STAND. Lille Region, Cœur d Europe Nord Pas de Calais CAHIER DES CHARGES MIPIM 2015 10 13 mars STAND Lille Region, Cœur d Europe Nord Pas de Calais 1 1. Le MIPIM : Marché international des professionnels de l immobilier Le MIPIM est le premier salon mondial

Plus en détail

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE Constats réalisés dans le cadre de la campagne de contrôle Les résultats de la campagne

Plus en détail

DEMANDES DE PRÊTS obligations des emprunteurs

DEMANDES DE PRÊTS obligations des emprunteurs DEMANDES DE PRÊTS obligations des emprunteurs LE FRAC PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR ET SA MISSION DE DIFFUSION Le FRAC Provence-Alpes-Côte d Azur, établissement culturel à but non lucratif, remplit les missions

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ 7 COM CLT-/7.COM/CONF.0/5 Paris, le 7 novembre 0 Original anglais DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ COMITÉ POUR

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

Procédures de suivi du parc informatique

Procédures de suivi du parc informatique 1- Présentation générale 1-1- Objectifs Procédures de suivi du parc informatique L objectif de cette note est de : définir une méthodologie pour instaurer une bonne gestion du parc informatique de l administration

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Inauguration du centre d examen du permis de conduire rénové. LAVAL Lieu-dit Beausoleil

Inauguration du centre d examen du permis de conduire rénové. LAVAL Lieu-dit Beausoleil Inauguration du centre d examen du permis de conduire rénové LAVAL Lieu-dit Beausoleil DOSSIER DE PRESSE 16 janvier 2015 à 15 h 30 Contact presse Service départemental de veille et de communication interministérielle

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC//BR/DS/PP/DSA/N 12-04 Danielle SOULAT 01 43 93 84 77 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHEF DE PROJET ARCHIVAGE ET SYSTEME D

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle?

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Conférence 2014 Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Page 1 Introduction Jardinière en fibrociment Page

Plus en détail

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 La prévention des AES au Centre Hospitalier Lyon Sud HCL, au travers de 2 expériences de terrain réalisées en 2005 1 Origine de la démarche : Prévention des

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement CONCOURS INTERNE COMMUN POUR LE

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Programmation du nouveau projet scientifique et culturel

Programmation du nouveau projet scientifique et culturel Musée de la Camargue RD 570 - Mas du Pont de Rousty 13200 Arles Programmation du nouveau projet scientifique et culturel 2006 PAGE 1 SUR 13 I. TABLE DES MATIERES I. TABLE DES MATIERES...2 II. OBJECTIF...3

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHE DE PRESTATIONS ET DE FOURNITURES DE SERVICE Vérifications techniques règlementaires Des bâtiments et équipements publics Cahier des Clauses Techniques Particulières Désignation de la personne publique

Plus en détail

COMMUNE DE.. Procès-verbal de récolement, de décharge et de prise en charge des archives communales

COMMUNE DE.. Procès-verbal de récolement, de décharge et de prise en charge des archives communales COMMUNE DE.. Procès-verbal de récolement, de décharge et de prise en charge des archives communales Le.2014, nous..., maire sortant des ses fonctions et, maire élu(e) lors de la séance du conseil municipal

Plus en détail

Étude préliminaire. Préparation. Transfert. Transfert. Bilan post-transfert. Inventaire Analyse des linéaires Reprise/destruction des obsolètes

Étude préliminaire. Préparation. Transfert. Transfert. Bilan post-transfert. Inventaire Analyse des linéaires Reprise/destruction des obsolètes Étude préliminaire Définition du besoin Inventaire Analyse des linéaires Reprise/destruction des obsolètes Cahier des charges Audit informatique Appel d offres Préparation Autorisations administratives

Plus en détail

Journée d étude. "Informatisation, numérisation et mise en ligne des collections. des musées de France" 8 JUIN 2012

Journée d étude. Informatisation, numérisation et mise en ligne des collections. des musées de France 8 JUIN 2012 Journée d étude "Informatisation, numérisation et mise en ligne des collections des 8 JUIN 2012 Missions et objectifs du Réseau des Musées bas-normands Mutualisation des ressources : organisation et fonctionnement

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

Vider la maison. Souhaiter contribuer à la conservation de la maison, avoir envie de voir l intérieur de la maison avant travaux

Vider la maison. Souhaiter contribuer à la conservation de la maison, avoir envie de voir l intérieur de la maison avant travaux Vider la maison Atelier 1 Objectif : Organiser un ou deux samedis où les habitants sont invités à venir vider la maison. L activité se conclut par un repas simple et offert. Juin 2015 à octobre 2015 Organisateur

Plus en détail

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00 Cahier des charges de l Appel à Projets communautaire 2015 «Actions d animations sportives» Le présent cahier des charges porte à la connaissance des porteurs de projets les conditions de sélection des

Plus en détail

Culture et nature : du détail à l immensité des paysages

Culture et nature : du détail à l immensité des paysages L objectif de ce projet est d initier un groupe de jeunes (environ 10 de 14 à 17 ans) à la photographie à l occasion d un «stage photo» de quatre jours. L intérêt premier de ce stage est d utiliser les

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CARACTERISTIQUES EXIGEES ET MOYENS MIS EN OEUVRE

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CARACTERISTIQUES EXIGEES ET MOYENS MIS EN OEUVRE GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE CONTEXTE 3-1- Caractéristiques de l'activité transfert 3-1-1 L'activité transfert

Plus en détail

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges Invitation à soumissionner n PTD/10/056 Annexe I Cahier des charges Sommaire : I II III IV Introduction générale Descriptif des bâtiments à libérer (P&G et CAM) Descriptif du bâtiment à occuper (Nouveau

Plus en détail

PLAN D ACTION CULTUREL

PLAN D ACTION CULTUREL 2016 Loisirs PLAN D ACTION CULTUREL Volets, objectifs et actions en lien avec la politique INTRODUCTION Le 23 février 2009, après avoir consulté le milieu culturel de Verchères, il était apparu que de

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100»)

CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100») 2013 CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100») [1- PRESENTATION GENERALE] [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] 29 mars 2013 1- Présentation LOIRE HABITAT

Plus en détail

CHARTE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

CHARTE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER CHARTE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER Vu le Code de l'éducation Vu les statuts de l'université de Montpellier Vu le Règlement Intérieur de l'université de Montpellier PREAMBULE

Plus en détail

Demande d aide Conditions d attribution

Demande d aide Conditions d attribution Disponible sur www.sauvegardeartfrancais.fr Demande d aide Conditions d attribution Les aides que nous apportons proviennent des dons et legs qui nous ont été consentis. La plus grande part des aides accordées

Plus en détail

La Direction des Archives Départementales

La Direction des Archives Départementales DIRECTION DES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA SEINE-MARITIME La Direction des Archives Départementales Bilan d activités 2011 MISSIONS ET OBJECTIFS La Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques. Annexe 1

Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques. Annexe 1 Annexe 1 RÉFÉRENTIELS DU DIPLOME 4 Annexe 1a RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 5 1. APPELLATION DU DIPLÔME BAC PROFESSIONNEL : Systèmes Electroniques Numériques (SEN) Alarme Sécurité Incendie Audiovisuel

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale APPEL A PROJETS ACTIONS EN SANTE-ENVIRONNEMENT Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale Cahier des charges I. PREAMBULE La population française est de plus

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

UNIGE G ST S T M AI A NTE T N E AN A CE C 1

UNIGE G ST S T M AI A NTE T N E AN A CE C 1 UNIGEST MAINTENANCE 1 Installer UNIGEST...3 Généralités...4 A l ouverture d UNIGEST...5 Premiers pas...6 Pré requis...6 Module des équipements...7 Documents associés...9 Articles associés...10 Historique

Plus en détail

Musée Guimet de Lyon 1700-1968. 4 T 209 282 (complément au répertoire publié 4 T) Muséum d histoire naturelle de Lyon

Musée Guimet de Lyon 1700-1968. 4 T 209 282 (complément au répertoire publié 4 T) Muséum d histoire naturelle de Lyon Musée Guimet de Lyon 700-968 4 T 209 282 (complément au répertoire publié 4 T) Muséum d histoire naturelle de Lyon SOMMAIRE HISTORIQUE...4 T 209-24 HISTORIQUE D ENSEMBLE...4 T 209-23 EMILE GUIMET ET LE

Plus en détail

Archives du Conseil de l'europe

Archives du Conseil de l'europe Archives du Conseil de l'europe 21 janvier 2004 Rapport d activités 2003 1 Rôle des archives Un rapport sur "Le rôle des archives centrales" 1 a été élaboré, à la demande de la direction, pour faciliter

Plus en détail

#accessibleatous AGENDA D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE. Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP)

#accessibleatous AGENDA D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE. Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP) OCTOBRE 2014 #accessibleatous Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP) Etablissement recevant du public Le 1er janvier 2015 est la date limite pour la mise en accessibilité

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Assistance et conseil technique et administratif aux collectivités en urbanisme réglementaire Toute collectivité maître d ouvrage de

Plus en détail

CCTP Diagnostic des installations d assainissement non collectif existantes sur des propriétés faisant l objet d une vente immobilière

CCTP Diagnostic des installations d assainissement non collectif existantes sur des propriétés faisant l objet d une vente immobilière MARCHES PUBLICS DE SERVICES ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Diagnostic des installations d assainissement non collectif existantes sur des propriétés faisant l objet d une CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Maintenance Industrielle

Maintenance Industrielle Maintenance Industrielle et Gestion des Risques Industriels Maintenance Industrielle Chapitre 2: Organisation de la fonction maintenance Dr. N.LABJAR Année universitaire 2013-2014 Processus de Production

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXTENSION D UN ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXTENSION D UN ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXTENSION D UN ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE SOMMAIRE Pages I- Préambule 3 II- Pièces à fournir 4 III- Identification générale de l établissement 5 IV-

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Etudié par la classe de Terminale BAC Pro Technicien Menuisier Agenceur du Lycée ROCHES MAIGRES

Etudié par la classe de Terminale BAC Pro Technicien Menuisier Agenceur du Lycée ROCHES MAIGRES Etudié par la classe de Terminale BAC Pro Technicien Menuisier Agenceur du Lycée ROCHES MAIGRES Sommaire : 1. Présentation du projet. Page1 2. Plan actuel. Page1 3. Propositions d implantation de chaque

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

Logo Cg. Groupe départemental EPS PRIM AIR NATURE. Dossier pédagogique. Inspection académique de l Aveyron (groupe départemental EPS) & USEP Aveyron

Logo Cg. Groupe départemental EPS PRIM AIR NATURE. Dossier pédagogique. Inspection académique de l Aveyron (groupe départemental EPS) & USEP Aveyron Logo Cg Groupe départemental EPS PRIM AIR NATURE Dossier pédagogique PRERARER LES RENCONTRES PRIM AIR NATURE Il s agit de rencontres inter-écoles de secteur organisées par l USEP en partenariat avec l

Plus en détail

Rencontre intergénérationnelle autour du jeu

Rencontre intergénérationnelle autour du jeu Rencontre intergénérationnelle autour du jeu Cre ation d'un support d'animation par les e le ves pour les personnes a ge es de leur commune Renforcer le lien social et cre er des re flexions sur la citoyennete.

Plus en détail

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire 1 Fiche technique 3 Les espaces destinés à accueillir des activités culturelles dans les services et établissements du ministère de la Justice et des Libertés I- Normes pour les équipements destinés à

Plus en détail

Note. Charte Hygiène et Sécurité

Note. Charte Hygiène et Sécurité 1/5 Préambule L ENSCMu est un ERP (Etablissement Recevant du Public) de 3 ème catégorie, de type R (enseignement et recherche). Dans ce cadre, l école est soumise au respect de différentes réglementations

Plus en détail

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision Département de l'indre et Loire COMMUNAUTE DE COMMUNES GATINE-ET-CHOISILLES ZAC POLAXIS STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES PIECE 1.8 CADRE DU SCHEMA D ORGANISATION DU PLAN D ASSURANCE QUALITE (SOPAQ)

Plus en détail

Hébergement TNT RP ANNEXE H6 - PROCEDURES. Version 2015_1 du 01 juin 2015. * Imaginer des solutions pour un monde numérique

Hébergement TNT RP ANNEXE H6 - PROCEDURES. Version 2015_1 du 01 juin 2015. * Imaginer des solutions pour un monde numérique O F F R E D E R E F E R E N C E 2 0 1 5 Hébergement TNT RP Version 2015_1 du 01 juin 2015 * Imaginer des solutions pour un monde numérique TDF SAS au capital de 166 956 512 EUR. SIREN 342 404 399 RCS Nanterre

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production Toutes les actions sont à réaliser obligatoirement B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production du candidat Etablissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens Systèmes éoliens du candidat Établissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve E51 : Maintenance corrective d un bien Durée : 6 heures Coefficient 2 E51c Support

Plus en détail