La transmission des PME-PMI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transmission des PME-PMI"

Transcription

1 La transmission des PME-PMI 10 années d expérience de la Banque du Développement des PME Septembre 1998

2 PREFACE De toutes les étapes qui jalonnent la vie d'une PME, celle de sa transmission constitue sans doute l'une des plus cruciales. Et pourtant, la transmission d'entreprise reste un phénomène encore assez mal connu et difficile à appréhender, ne serait-ce d'ailleurs qu'en raison d'un appareil statistique national encore mal adapté à son suivi. C'est tout l'intérêt de l'étude réalisée par SOFARIS que de mettre en relief les principales caractéristiques des opérations de transmission des PME-PMI auxquelles elle a donné sa garantie au cours des dix dernières années. Les enjeux sont en effet considérables pour notre économie aussi bien en termes d'emploi que d'activité. S'agissant des seules PME de plus de 9 salariés, pour lesquelles on dispose de statistiques, environ changent de main chaque année et mettent en jeu directement quelque emplois. Il faut bien garder à l'esprit qu'une transmission d'entreprise petite ou moyenne est une opération délicate qui crée une fragilité au sein même de l'entreprise : changement des équipes dirigeantes ; changement de l'actionnariat ; fragilisation, souvent, de la structure financière ; incertitudes sur la visibilité du projet ; climat social plus tendu, etc... ; et cette fragilité, dans pratiquement un cas sur trois, conduit à l'échec. S'employer à réduire le nombre des défaillances dans les transmissions d'entreprises est donc impératif; c'est la vitalité de notre tissu industriel et commercial qui est en cause, et donc la pérennité de l'emploi. A cet égard, les enseignements tirés de cette étude sont particulièrement clairs. Bien sûr la réussite est d'autant mieux assurée que les conditions financières de la transmission sont meilleures, mais les éléments déterminants ne sont souvent pas financiers. En fait, une transmission réussie est une transmission bien préparée, avec un repreneur possédant une bonne expérience du secteur d'activité concerné et une transition assurée par le vendeur. C'est notre rôle, à la Banque du Développement des PME, que de faciliter, en partenariat avec les réseaux bancaires, le financement des phases un peu délicates de la vie des entreprises. La transmission est l'une d'entre elles, très importante, à laquelle nous continuerons d'apporter notre savoir-faire. A cet égard, l'expérience acquise au cours de ces dix dernières années et retracée dans ses grandes lignes dans l'étude suivante, nous permettra de mieux cibler nos interventions pour faire réussir un plus grand nombre de projets. Jacques-Henri DAVID, Président du Directoire de la Banque du Développement des PME

3 La Banque du Développement des PME, créée le 1er janvier 1997 par rapprochement du CEPME et de SOFARIS, poursuit une mission d intérêt général : faciliter le financement de la création, de la transmission, du développement et de la modernisation des PME, en partageant les risques avec les banques et les organismes de fonds propres. Les petites et moyennes entreprises constituent en effet un des atouts majeurs de l économie française. Elles créent les emplois et sont l outil principal de l aménagement du territoire. Pour autant, elles forment un ensemble hétérogène, non seulement en termes sectoriels ou en termes de taille, mais aussi en degré de maturité. Du fait de taux de création et de disparition élevés, le parc d entreprises françaises est en perpétuel renouvellement. Ainsi, plus du tiers des PME ont moins de dix ans d existence. Il n en reste pas moins qu une proportion non négligeable est constituée d entreprises créées dans la période d après-guerre, dont le fondateur doit passer la main. Dans ce cadre, SOFARIS et le CEPME interviennent au profit des transmissions d entreprises depuis 1984, par le biais de la garantie et du financement en partenariat avec l ensemble de la place bancaire et financière. En effet, dès 1984, le CEPME a décidé de créer une gamme de financements spécifiques aux opérations de transmission industrielle : il s agissait des Prêts de Reprise Industrielle (PRI), prêts à long terme prévoyant une période de différé pouvant aller jusqu à 5 ans. A la même époque, les Pouvoirs Publics ont confié à SOFARIS la gestion d un Fonds de garantie «Transmission d entreprises», afin de faciliter l installation de nouveaux entrepreneurs par reprise d entreprise dont la pérennité était menacée par le départ en retraite, l indisponibilité ou le décès du dirigeant. Enfin, le CEPME et la Caisse des Dépôts et Consignations ont pris l initiative de créer en 1984 un organisme spécialisé pour intervenir sous forme de fonds propres dans les opérations de transmission, AVENIR ENTREPRISES. C est ainsi que le CEPME et SOFARIS ont accompagné depuis 1984 plus de opérations de transmissions d entreprises. Pour la seule année 1997, la BDPME est intervenue en financement ou en garantie au profit de transmissions d entreprises petites et moyennes pour un montant de 6,2 milliards de francs de financement. Principales conclusions 3

4 SYNTHESE La présente étude résulte d'une analyse exhaustive des opérations de transmissions d'entreprises garanties par SOFARIS entre 1986 et les premiers mois de 1997, sur l'ensemble des activités éligibles au moment de la création du fonds de garantie transmission. Sont concernés les secteurs de l'industrie, du bâtiment, des travaux publics, le négoce de gros et les services aux entreprises. En revanche, les extensions sectorielles des interventions de SOFARIS survenues au cours des trois dernières années - le commerce de détail notamment - n'entrent pas dans le champ d'application de cette enquête. L'étude n'entend pas être représentative de la totalité des transmissions d'entreprises en France, qui comprend une majorité de reprises d'entreprises de très petite taille comme l'indiquent les chiffres de l'insee. On peut cependant penser que, compte tenu de l'importance de ses interventions sur le segment des entreprises de plus de 10 salariés, la Banque du Développement des PME se trouve être un observateur privilégié des transmissions de ce type d'entreprises en France. Cette étude permet de préciser les caractéristiques des opérations de transmission garanties par SOFARIS : profil des entreprises reprises, profil des repreneurs, raisons de la transmission, montages financiers. En outre, l'analyse a été segmentée à partir de 3 sous-populations : reprises par des personnes physiques, opérations de croissance externe, transmissions familiales. Le risque «transmission» reste élevé Les données en possession de SOFARIS confirment que le risque «transmission» est élevé, voire très élevé : près de 30% des opérations échouent dans les sept ans suivant la transmission et plus de 20% dans les cinq premières années. Ce taux de défaillance reflète un taux de sinistre moyen mesuré sur dix ans (équivalent marge de risque pour les banques) voisin de 4,2% par an, c est-à-dire plus de deux fois supérieur au taux constaté pour les entreprises en développement. Si l on compare ce taux de sinistralité moyen de 4,2% aux commissions payées à SOFARIS (calculées sur la base d un taux de 0,60% pour une garantie à hauteur de 50% du montant financé), on peut globalement dire, que par l intermédiaire de SOFARIS, l Etat prend à sa charge environ le tiers du risque supporté par la banque lorsqu elle finance une transmission de PME. Les entreprises reprises sont en majeure partie de taille modeste Environ 70% des entreprises cédées réalisent un chiffre d'affaires compris entre 5 et 49 MF. Il faut d'ailleurs noter, qu'en moyenne, les dossiers présentés à SOFARIS entre 1993 et 1997 sont d'une taille relativement plus modeste qu'avant 1993, avec un chiffre d'affaires moyen passant de 28 MF à 26 MF et un effectif moyen de 44 à 36 ; depuis quelques années en effet, de plus en plus de TPE sont présentées aux garanties de SOFARIS au moment de leur transmission (26,9% de la population étudiée contre 16,7% en 1993). Principales conclusions 4

5 Une majorité de reprises est effectuée à travers des structures de holding avec intégration fiscale Les modifications apportées à la législation ont progressivement supprimé le régime spécifique du RES, tout en étendant à l ensemble des reprises réalisées par le biais d un holding les avantages fiscaux qui y étaient liés. La majorité des transmissions (plus de 62%) se réalisent ainsi aujourd hui par un holding optant pour l intégration fiscale, en particulier les reprises par des salariés de l entreprise. Beaucoup de transmissions sont liées à des départs à la retraite 58% des transmissions sont provoquées par le départ à la retraite des dirigeants. 9% des transmissions sont totalement imprévisibles, liées au décès ou à la maladie du cédant, 16% résultent de redistributions du capital entre actionnaires existants. Le solde est expliqué par un changement d activité du vendeur ou de l essaimage. Par rapport à l étude 1993, le pourcentage des départs à la retraite est plus élevé (+ 4 points). Cette tendance continue à refléter «l entreprise-boom» de l après-guerre. En 1990, 33% des PMI étaient animées par des chefs d entreprise de plus de 50 ans 1. Même si leur proportion diminue depuis une vingtaine d années (ils comptaient pour 56% en 1980), nombre d entrepreneurs restent aujourd hui en situation de «passer la main». La majorité de ces départs étant anticipés, un passage de relais est prévu entre les cédants et les repreneurs. Dans la population 1997, 51% des transmissions sont accompagnées du maintien du vendeur. Cette proportion est en nette augmentation par rapport à l étude 1993, où elle était de 35%. Ces deux tendances sont encore renforcées dans les transmissions familiales, où 74% des opérations sont justifiées par un départ à la retraite, et pour lesquelles le cédant assure une transition dans 59% des cas. On constate de plus en plus de reprises réalisées par des entreprises Les reprises réalisées par des entreprises dans le cadre d opérations de croissance externe comptent dans l échantillon 1997 pour 24% contre 12% en Cette évolution s explique certes par l ouverture des garanties de SOFARIS à ce type d opération à partir de 1990, mais aussi par un changement dans la structure du tissu des entreprises françaises, avec, comme le souligne l INSEE, la constitution de micro-groupes de plus en plus nombreux. Ces opérations de croissance externe visent principalement des gains de parts de marché ou le positionnement sur une activité complémentaire. En moyenne, l entreprise repreneuse compte 53 salariés et réalise un chiffre d affaires de 41,7 MF ; elle rachète en général une entreprise de taille identique ou inférieure. 1 recensement de la population 1990 Principales conclusions 5

6 76% des reprises restent cependant initiées par des personnes physiques Près de 73% des repreneurs personnes physiques sont issus d une formation supérieure, et 16% d une formation professionnelle. L âge moyen de ces repreneurs est sensiblement identique à celui constaté dans l étude de 1993 (42 ans), mais cette moyenne cache une tendance nouvelle apparue depuis 1993 : une présence croissante des repreneurs de plus de 45 ans (+10 points). Une telle évolution peut être expliquée par le nombre croissant de cadres quittant volontairement ou du fait de plans sociaux, l entreprise ou le groupe auquel ils appartenaient. Confrontés à la morosité du marché du travail, et souvent dotés d une indemnité, ils s intéressent alors à la reprise d une PME. Dans 82,5% des cas, ils sont issus d un poste de Direction. Ce constat est renforcé pour les repreneurs issus de formation supérieure, puisque 88% d entre eux occupaient dans le passé un poste de Direction, et principalement de direction générale. 21% des repreneurs de formation supérieure ne connaissaient pas le secteur de l entreprise reprise, contre seulement 7% pour les repreneurs de formation professionnelle. La taille des entreprises reprises est directement liée à la formation du repreneur principal : les entreprises rachetées par des repreneurs de formation professionnelle sont sensiblement plus petites que celles reprises par des repreneurs de formation supérieure, à la fois en termes de chiffre d affaires et en termes d effectifs : 70% des entreprises reprises par des repreneurs de formation supérieure réalisent un chiffre d affaires supérieur à 10 MF contre seulement 39% pour les repreneurs de formation professionnelle ; 84% emploient plus de 10 salariés contre 63%. Les apports en fonds propres des repreneurs personnes physiques constituent une part importante des ressources mobilisées En moyenne, ils comptent pour 36%, soit une hausse de 6 points par rapport à l étude de Pour les montages mobilisant plus de 5 MF de ressources, les repreneurs s associent souvent avec des organismes de fonds propres. Par rapport à 1993, le montant moyen des participations des organismes de fonds propres progresse, atteignant 7,8 MF. Ils contribuent ainsi à des plans de financement plus solides où la part de la dette bancaire représente seulement 38%, soit une proportion nettement inférieure à ce qui est observé dans les autres types de reprises. On rejoint là les conclusions de l étude de SOFARIS sur la création d entreprise réalisée en 1996, quant à l effet «facilitant» des interventions des organismes de fonds propres. Une valorisation trop élevée et/ou un endettement trop lourd sont souvent des facteurs d échec La défaillance d une entreprise résulte toujours de la conjugaison de plusieurs facteurs négatifs. Plus précisément pour les opérations de transmission, un PER trop élevé et/ou un endettement trop lourd deviennent souvent une cause de défaillance, les deux étant très liés et limitant la marge de manoeuvre de l entreprise, même si les montages sont aujourd hui moins tendus et les prix de cession plus raisonnables qu avant Principales conclusions 6

7 C est ainsi que le taux de défaillance est : - pour les transmissions présentant un PER supérieur ou égal à 7, de 30% supérieur à celui des entreprises offrant un PER inférieur à 7 ; - et dans les montages prévoyant de distribuer à la société holding plus de 70% du résultat net, de 33% plus élevé que dans ceux reposant sur un taux de distribution inférieur à 70%. Les facteurs non financiers peuvent être considérés comme déterminants Au-delà de ces critères financiers, les facteurs non-financiers, et en particulier humains, paraissent déterminants dans l échec ou la réussite d un projet de transmission d entreprises Contexte de la transmission : les transmissions mal, voire pas du tout, préparées, consécutives par exemple à la disparition du dirigeant, sont 1,5 fois plus risquées que celles faisant suite à son départ en retraite. Taille de l entreprise rachetée : les risques d échec augmentent avec la taille de l entreprise. Une exception toutefois : les entreprises de plus de 100 salariés reprises par des personnes physiques extérieures à l entreprise. C est ainsi que pour les repreneurs personnes physiques salariées de l entreprise, la sinistralité varie du simple au triple entre les entreprises de moins de 10 salariés et les entreprises employant de 50 à 99 personnes. Type de repreneur : l étude de 1997 confirme que la proximité avec l entreprise reprise, l expérience du secteur et la formation du ou des repreneurs influencent significativement les perspectives de réussite de la transmission. Lorsque le repreneur est salarié de l entreprise rachetée, les chances de réussite sont 1,5 plus élevées que dans le cas inverse (extérieur à l entreprise). De même, lorsqu il connaît déjà le secteur de l entreprise, elles sont 1,8 fois plus élevées. Nombre de repreneurs : les reprises par des personnes physiques sont dans l ensemble facilitées lorsque le nombre des repreneurs est limité. Il s agit là d un des facteurs de risque commun avec la création d entreprises, qui met bien en évidence les difficultés à constituer une équipe de dirigeants, où chacun «trouve sa place», tâche d autant plus délicate que l entreprise est de taille petite, et les repreneurs extérieurs à l entreprise. Maintien du cédant dans l entreprise transmise : le succès de la transmission semble favorisé quand le cédant assure une transition. Les transmissions familiales sont nettement mieux assurées que les transmissions non familiales Dans ce contexte, il n est pas surprenant de constater que les opérations de transmissions familiales sont 6 fois moins risquées que les reprises par des personnes extérieures à l entreprise. Principales conclusions 7

8 En effet, elles conjuguent un bon profil du repreneur et un environnement économique et financier très favorable : Dans près de 75 % des cas, il s agit de transmissions qui interviennent suite au départ ou à la préparation du départ en retraite du vendeur. En outre, le cédant reste dans l entreprise dans 58,5% des cas, et ce, pour environ 43 mois, soit une durée supérieure de 6 mois à la moyenne. Par ailleurs, l entreprise reprise dans un cadre familial apparaît moins valorisée qu une entreprise de même taille, de même rentabilité, de même capacité de remboursement, cédée selon un autre schéma : 6,8 MF (à comparer à 7,9 MF pour l ensemble de l échantillon). L objectif du vendeur, en effet, n est pas de dégager une plus-value financière, mais d organiser une succession à moindre coût, permettant à l entreprise de continuer son activité dans les meilleures conditions. Enfin, le recours à l endettement bancaire est nettement supérieur à la moyenne des reprises par des personnes physiques. Mais ceci est plus que compensé d un point de vue de la capacité de remboursement de la cible par une valorisation moindre. Principales conclusions 8

9 I - ANALYSE D ENSEMBLE DE LA POPULATION ETUDIEE 11 A - PRINCIPALES CARACTERISTIQUES 12 L'importance des départs à la retraite 12 Description de l entreprise reprise 12 Structure initiale du capital 12 Des entreprises dont le chiffre d affaires et l effectif moyens diminuent Chiffre d affaires 12 Effectif Mais dont la santé financière s améliore 13 Valorisation 13 Evolution du ratio Valorisation / Résultat Net - «Price Earning Ratio» 13 Evolution du ratio Valorisation / Marge Brute d Autofinancement 13 Particularité des transmissions avec intervention d organismes de fonds propres 14 Montage de l opération de transmission 14 Montage juridique 14 Des montages de reprise moins tendus 15 Part des fonds propres dans le montage financier 15 Part des concours bancaires dans le montage financier 15 Effet de levier dans le montage financier 15 B - ENQUETE AUPRES DES REPRENEURS 16 C - MESURE DE LA DEFAILLANCE DES TRANSMISSIONS 17 Situation des dossiers 17 Taux de contentieux net sur encours 17 D - ELEMENTS DISCRIMINANTS 18 Validité des critères financiers habituels 18 Endettement consolidé après opération/mba 4 18 Valorisation/résultat net (PER) 7 19 Dividende / Résultat net 70% 19 Donner la priorité aux facteurs non-financiers 19 Les limites des critères financiers 19 Caractère inattendu de la transmission 20 Facteurs humains 20 II - LES REPRISES PAR DES PERSONNES PHYSIQUES 22 A - PRINCIPALES CARACTERISTIQUES 23 Des repreneurs principaux aux profils différents 23 Des formations contrastées 23 Une présence croissante des repreneurs de plus de 45 ans 23 Une dernière fonction de direction exercée principalement en dehors de l entreprise reprise 24 Une proximité avec l entreprise reprise ou son secteur 24 Des entreprises reprises de tailles différentes 25 Selon l origine du repreneur 25 Selon sa formation 25 Des montages financiers équilibrés 27 Les ressources totales de la transmission 27 Les montages financiers avec intervention des organismes de fonds propres 27 Poids des apports des repreneurs dans le plan de financement total 27 B - DEFAILLANCES ET ELEMENTS DISCRIMINANTS 28 Une forte influence de facteurs directement liés au repreneur 28 Degré de proximité avec l entreprise reprise 28 Expérience du secteur 28 Table des matières 9

10 La dimension humaine des reprises 28 Effectif de l entreprise reprise 28 Nombre des repreneurs 29 Maintien du cédant 29 III - LES CROISSANCES EXTERNES 30 Le mouvement de concentration des PME-PMI en France 31 Relation entreprise reprise / entreprise repreneuse 31 Une dynamique de marché 31 Des effets de taille 32 Montage financier 32 Le financement de la croissance externe 33 Défaillances et éléments discriminants 33 IV - CAS PARTICULIERS 34 A - LES TRANSMISSIONS FAMILIALES 35 Principales caractéristiques 35 Le repreneur 35 L entreprise cible 35 Montage financier 36 Défaillances et éléments discriminants 36 B - LES MONTAGES EN R.E.S. 37 Des éléments financiers plutôt favorables 37 Effet de levier plus important 37 Un endettement bien proportionné à la MBA 37 Un rapport favorable entre valorisation et MBA 38 Une confirmation de l importance des éléments non-financiers 38 Des entreprises reprises de taille plus grande 38 Cohabitation forcée de plusieurs repreneurs 38 ANNEXES 39 ANNEXE 1 - REPARTITION DANS LE TEMPS DES DEFAILLANCES 40 ANNEXE 2 - REPARTITION DANS LE TEMPS DES DEFAILLANCES DES REPRISES PAR DES PERSONNES PHYSIQUES 41 ANNEXE 3 - REPARTITION DANS LE TEMPS DES DEFAILLANCES DES CROISSANCES EXTERNES 42 ANNEXE 4 - RESULTATS DETAILLES DE L ENQUETE REALISEE AUPRES DES REPRENEURS 43 Un montage de la reprise jugé adéquat 43 Des charges financières encore importantes, mais dont l impact diminue 43 Les difficultés de trésorerie restent au second rang des difficultés rencontrées 43 L après-transmission 44 Des objectifs atteints, et un optimisme pour l avenir 45 ANNEXE 5 - DESCRIPTION DE L ECHANTILLON 46 Table des matières 10

11 I - Analyse d ensemble de la population étudiée Partie I - Analyse d ensemble de la population 11

12 A - PRINCIPALES CARACTERISTIQUES L'IMPORTANCE DES DEPARTS A LA RETRAITE 58% des transmissions sont provoquées par le départ à la retraite des dirigeants. Cette proportion est en augmentation par rapport à l étude 1993 (+4 points). Cette proportion continue à refléter l «entreprise-boom» de l après-guerre. En 1980, 56% des PMI étaient animées par des chefs d entreprises de plus de 50 ans. Dès 1982, ils ne comptaient plus que pour 49% 2, et en 1990 pour 33%. Tous secteurs d activité confondus cette proportion passe à cette date à 29% 3. Malgré ce rajeunissement des entrepreneurs, nombre de chefs d entreprises restent aujourd hui en situation de «passer la main». Départ à la retraite Redistribution Maladie ou Essaimage Changement Total du vendeur du capital décès d activité du vendeur % 57,6 16,4 9,1 8,6 8,3 100 La majorité de ces départs étant prévisibles, un passage de relais est prévu entre les cédants et les repreneurs. Dans la population 1997, 51% des transmissions sont accompagnées du maintien du vendeur. Cette proportion est en nette augmentation par rapport à l étude 1993, où elle était de 35%. Ces deux tendances sont encore renforcées dans les transmissions familiales, où 74% des opérations sont justifiées par un départ à la retraite, et pour lesquelles le cédant assure une transition dans 59% des cas. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE REPRISE Structure initiale du capital Familiale Mixte 4 Filiale Total % 57,2 32,4 10,4 100 Le pourcentage d entreprises détenues par un actionnariat mixte est en nette progression depuis 1993 ; elles comptaient en effet alors pour 20% seulement de l échantillon. Des entreprises dont le chiffre d affaires et l effectif moyens diminuent... Chiffre d affaires En MF 0 à 5 5 à 9 10 à à à et + Total Etude 97 18,0 19,5 25,4 25 7,7 4,4 100 Etude 93 16,4 20,4 25,3 24 9,2 4,7 100 La distribution du chiffre d affaires s est peu modifiée entre 1993 et 1997 ; le chiffre d affaires moyen est cependant passé de 28,3 à 26,2 MF. 2 Transmission des entreprises industrielles, CEPME, Mai Dénombrement des chefs d entreprise de plus de 50 ans, Observatoire de l ANCE, J. BONNEAU, Mai combinaison de personnes physiques, de partenaires financiers, de sociétés. Partie I - Analyse d ensemble de la population 12

13 Effectif En nb 0 à 5 5 à 9 10 à à à et + Total Etude 97 9,9 17,0 22,7 33,7 9,9 6,8 100 Etude 93 3,6 13,1 21,5 38,7 13,5 9,6 100 L entreprise cible compte en moyenne 36 salariés contre 44 dans l étude précédente. A noter une nette progression du nombre de TPE (moins de 10 salariés) garanties au moment de leur transmission, puisque leur nombre est passé de 16,7% à 26,9% de la population étudiée. La productivité moyenne, calculée en rapprochant le chiffre d affaires moyen de l effectif moyen, est ainsi en augmentation de plus de 13% (728 kf de chiffre d affaires par homme en 1997 contre 643 kf en 1993).... Mais dont la santé financière s améliore Valorisation En MF < 1 De 1 à 5 De 5 à 20 Plus de 20 Total % 15,3 47,7 28,8 8,2 100 Valorisation moyenne 0,6 2,6 9,5 48 7,9 La valorisation moyenne marque une hausse de près de 500 kf depuis l étude précédente. Cette tendance est à mettre en perspective avec le chiffre d affaires et l effectif moyens de l entreprise cible, qui enregistrent une baisse sensible. Evolution du ratio Valorisation / Résultat Net - «Price Earning Ratio» En excluant les valeurs extrêmes, le PER moyen est de 7,6, à comparer à 8,2 dans la population étudiée en 1993, soit en nette diminution. % 4 de 4 à 7 de 7 à 10 de 10 à 15 plus de 15 Total Depuis l étude 1993, la part des transmissions présentant un PER inférieur à 7 s est nettement accrue (60% contre 53%, soit +7 points). Le résultat net moyen des entreprises cédées a fortement progressé, puisque leur valorisation est en hausse de 500 kf (ci supra) alors que le PER moyen est en nette diminution. En outre, au vu de l évolution à la baisse du chiffre d affaires moyen, leur rentabilité s est améliorée entre les deux études. Evolution du ratio Valorisation / Marge Brute d Autofinancement 3 De 3 à 7 De 7 à 10 Plus de 10 Total % 40,4 44,1 6,9 8,7 100 Ce ratio s élève, en moyenne, et en excluant les valeurs extrêmes, à 3,8. Il perd 21% par rapport à l étude La MBA a donc cru nettement plus rapidement que la valorisation. Partie I - Analyse d ensemble de la population 13

14 Particularité des transmissions avec intervention d organismes de fonds propres Avec un effectif moyen de 67 salariés, et un chiffre d affaires moyen de 56 MF, les entreprises visées par les organismes de fonds propres sont d une taille très supérieure à la moyenne. Plus du tiers des entreprises transmises (35%) réalisent un chiffre d affaires supérieur à 50 MF (ceci confirme les observations de l étude 1993). A noter que les transmissions dans lesquelles sont intervenus des organismes de fonds propres ne représentent plus que 14% de l échantillon étudié, contre près de 20% dans l échantillon de Sur l ensemble de la population, 6,9% des entreprises ont une valorisation supérieure à 20 MF, contre 36% dans les opérations avec un organisme de fonds propres. Dans l étude 1993, seules 24% des transmissions faisant intervenir un organisme de fonds propres étaient dans ce cas. Dans ces conditions, près de 80% des interventions d organismes de fonds propres concernent des projets de reprise de plus de 5 MF. taille des projets <2 MF 2 x <5 MF 5 MF Total % des opérations avec OFP 4% 18% 78% 100 Les entreprises transmises dans ce cadre sont plus valorisées que dans l ensemble de la population étudiée puisque leur PER moyen est de 8,7 (contre 7,6). 25% des entreprises ont ainsi un PER supérieur à 10. MONTAGE DE L OPERATION DE TRANSMISSION Montage juridique Holding de Holding avec Achat direct Achat du fonds RES droit commun intégration fiscale des titres de commerce Autre Total % 0,7 13,5 62,4 9,7 13,0 0,8 100 Les modifications successives apportées à la législation ont progressivement incité les salariés repreneurs à privilégier le rachat par un holding avec intégration fiscale par apport au régime du RES. En effet : - l avantage fiscal de consolidation du holding et de ses filiales a été ouvert, sur simple option, à l ensemble des holdings sous réserve d un seuil minimal de détention des titres de 95% 5. - la Loi sur l Epargne de juin 1987 a modifié la Loi sur l Initiative Economique de juillet 1984 instaurant le régime du RES, et a imposé l absence de contrôle majoritaire par un repreneur unique 6. La majorité des transmissions se réalisent donc par le biais de holding avec intégration fiscale, et en particulier les reprises par des anciens salariés de l entreprise qui continuent à représenter près du tiers des reprises par des personnes physiques (voir II). 5 Loi de Finance de Ces textes ont de plus été modifiés par la Loi de Finance Rectificative de Partie I - Analyse d ensemble de la population 14

15 Des montages de reprise moins tendus Part des fonds propres dans le montage financier 0% De 1 à 40% De 40 à 80% De 80 à 100% Total % 12,7 56,1 26,3 4,9 100 Les fonds propres, avec une part moyenne de 31,4% du plan de financement, couvrent toujours le tiers des besoins des opérations de transmission. Part des concours bancaires dans le montage financier 0% De 1 à 40% De 40 à 80% De 80 à 100% Total % 4,7 15,6 58, La part moyenne des concours bancaires est restée stable entre les deux études, à 59%. Effet de levier dans le montage financier 7 3 De 3 à 6 De 6 à 9 Plus de 9 Total % 55,5 24,8 8,5 11,2 100 L effet de levier s établit en moyenne à 5,7, contre 6,2 dans le passé. On note donc une forte amélioration de l environnement dans lequel se réalisent les opérations de transmission. Ce constat semble partagé par les chefs d entreprise. 7 L effet de levier financier est calculé en comparant le total des ressources hors apports personnels au montant des apports personnels. Partie I - Analyse d ensemble de la population 15

16 B - ENQUETE AUPRES DES REPRENEURS Un questionnaire relatif aux circonstances de la transmission et à l évolution de l entreprise rachetée a été envoyé aux repreneurs dont l opération de transmission a bénéficié de la garantie de SOFARIS entre 1993 et 1997, et dont l entreprise est à ce jour non défaillante. La comparaison des 367 réponses ainsi obtenues en 1997 aux 600 réponses de 1993, fait état d une satisfaction plus grande quant aux circonstances de la transmission, et de perspectives plus optimistes. Les repreneurs ayant répondu considèrent majoritairement que : - le montage était adéquat et le prix de cession raisonnable ; - les charges financières liées à la transmission étaient raisonnables voire faibles. Le montage financier était adéquat 87%... trop tendu 13% Le prix de cession était faible 4%... raisonnable 63%... élevé 28%... beaucoup trop élevé 5% Plus de 50% des repreneurs indiquent cependant que les charges financières ont nui à l investissement de développement de l entreprise. En outre, les difficultés de trésorerie sont toujours citées comme deuxième problème rencontré dans les mois suivant la transmission Problèmes de trésorerie 26% 28% Les évolutions à la hausse du chiffre d'affaires et de la rentabilité au cours des années suivant la transmission sont moins fréquentes qu en En revanche, une proportion plus importante de repreneurs affirme avoir augmenté les effectifs de l entreprise à la suite de la reprise. Ceux qui ont effectué une diversification produit, mais surtout marché, sont plus nombreux à avoir pleinement réalisé leurs prévisions (20,2% et 19,1% contre 17,1% dans la population totale). Les résultats détaillés de cette enquête se trouvent en annexe 4. Partie I - Analyse d ensemble de la population 16

17 C - MESURE DE LA DEFAILLANCE DES TRANSMISSIONS Même dans un environnement favorable, le risque «transmission» ressort élevé, comme en témoignent les données statistiques suivantes. SITUATION DES DOSSIERS 8 L échantillon des entreprises garanties entre 1993 et 1997 par SOFARIS vient compléter la série des dossiers de l étude La population étudiée totale est donc constituée d environ entreprises transmises entre 1984 et 1997, et garanties par SOFARIS. Une analyse par génération de production permet d évaluer le taux de défaillance des opérations de transmission d entreprises à 28,5% (à comparer à celui des créations de 39%). Ainsi, c est environ 30% des opérations qui échouent dans les sept ans suivant la transmission, et plus de 20% dans les cinq premières années (voir annexe 1 pour plus de détails). Les statistiques de l INSEE, dans lesquelles les très petites entreprises prédominent, montrent que le taux de survie des entreprises reprises est faible : 58% à cinq ans. Certains secteurs ressortent cependant avec des taux de survie plus proches de 75%, ainsi les transports, le BTP, l industrie. TAUX DE CONTENTIEUX NET SUR ENCOURS Cette approche plus bancaire exprime la perte financière des intervenants «extérieurs» au projet de transmission et garantis par SOFARIS, et permet de répondre à la question «quel est le montant de sinistres généré par une production initiale de 100, en moyenne et annuellement?». Le taux de contentieux net annuel sur encours jusqu à N+7 s élève, en moyenne, à 4,2% 9 avec un taux de récupération moyen de 10% du montant du contentieux brut. Le tableau suivant montre l évolution de ce taux moyen de contentieux sur des périodes différentes. Il met en évidence, notamment, l effet de la mauvaise conjoncture économique en 1993 et Moyenne de à 1991 Taux de contentieux 2,40% 4,93% 6,76% 5,59% 5,18% 4,75% 4,55% 8 Le terme «dossier» correspond à une transmission d entreprise dont tout ou partie des financements externes ont été garantis par SOFARIS/BDPME. 9 Moyenne des taux de contentieux annuels pondérés par les encours. Partie I - Analyse d ensemble de la population 17

18 D - ELEMENTS DISCRIMINANTS Les tableaux ci-dessous permettent de comparer l incidence des divers facteurs sur le taux de défaillance des transmissions d entreprise, en confrontant le pourcentage de dossiers contentieux respectifs. Pour faciliter la lecture des résultats, chaque pourcentage a été exprimé en indice, selon les paramètres suivants : - les pourcentages de dossiers contentieux correspondent aux rapports entre le nombre d entreprises défaillantes, tel que constaté à mi-1997, et le nombre d entreprises accompagnées par SOFARIS entre 1986 et début 1997 et retenues dans le cadre de la présente étude ; - l indice de référence (base 100) correspond au pourcentage moyen de dossiers contentieux de la population. VALIDITE DES CRITERES FINANCIERS HABITUELS L étude menée en 1993 avait démontré que les opérations pour lesquelles le PER était supérieur à 8 présentaient un risque plus élevé d échec. De même, elle soulignait que ce risque allait croissant avec le rapport Dettes / MBA. La pertinence de ces indicateurs est confirmée comme l indiquent les tableaux suivants, même si leur impact est plus limité que dans la précédente étude. Ils permettent cependant de : - diagnostiquer la santé financière de l entreprise reprise ; - vérifier le rapport entre le prix de cession fixé et la situation de l entreprise ; - vérifier la capacité de l entreprise à supporter, dans les années qui la suivent, l endettement et les charges financières liés au financement de la reprise. Les valeurs choisies comme référence dans l analyse des opérations de garantie sont les suivantes : - Endettement / MBA 4 ; - PER 7 ; - Dividende / Résultat Net 70% ; Endettement consolidé après opération/mba à 4 plus de 4 Total % de l échantillon total Indices Le taux de défaillance des transmissions semble largement lié au rapport entre l endettement après opération et la MBA de l entreprise. Cependant, même un ratio très faible ne semble pas radicalement écarter le risque d échec. 10 Il s agit de l endettement élargi (à moins de 5 ans) consolidé de l entreprise reprise et du holding, après mise en place des concours liés à l opération de transmission. Partie I - Analyse d ensemble de la population 18

19 Valorisation/résultat net (PER) à 7 7 à 15 plus de 15 Total % de l échantillon total Indices Plus le PER est élevé, plus le risque de défaillance de la transmission apparaît fort. Le taux de défaillance des transmissions pour lesquelles le PER est supérieur ou égal à 7 est de 30% supérieur à celui des reprises pour lesquelles le PER est inférieur à 7. Dividende / Résultat net 70% 11 Le dividende utilisé dans le calcul de ce critère correspond au dividende nécessaire pour faire face au remboursement des emprunts bancaires contractés lors de la transmission. Il est comparé au résultat net «historique» de l entreprise reprise, avec prise en compte éventuelle de certaines corrections, comme économie de salaires, de loyers, % > 70% Total % de l échantillon total Indices Ces données confirment que le respect d un ratio Dividende/Résultat net 70% réduit effectivement le risque de défaillance de la transmission. Le taux de sinistre des dossiers ne respectant pas ce rapport est de 33% plus élevé que celui des dossiers qui le respectent. DONNER LA PRIORITE AUX FACTEURS NON-FINANCIERS Les limites des critères financiers Il apparaît bien que les différents critères financiers utilisés dans l analyse des opérations de transmission jouent un rôle important. % des échecs critères respecté non respecté Total Dividende / RN 70% PER Endettement / MBA Combinaison des trois critères % des transmissions qui ont échouées à ce jour ne respectaient pas un des trois principaux critères financiers de référence à la date de la transmission. Près d un échec sur trois (29%) ne peut cependant pas être expliqué par ce biais puisque l ensemble des critères étaient respectés. L écart entre l échec et la réussite d une reprise d entreprise ne peut donc pas être ramené à une approche uniquement financière. Les facteurs non-financiers, et en particulier humains, paraissent encore plus déterminants. 11 On tient compte des économies d impôts lorsqu il s agit d un holding avec intégration fiscale. Partie I - Analyse d ensemble de la population 19

20 Caractère inattendu de la transmission Les transmissions «brutales», et donc peu ou pas du tout préparées, présentent des risques d insuccès nettement supérieurs. L effet de surprise, et donc bien souvent la non préparation de la reprise, est un exemple de facteur nonfinancier influant directement sur le succès des transmissions. Maladie ou Changement d activité Retraite du Redistribution du Essaimage décès du vendeur vendeur capital Indices Facteurs humains Près de 50% des repreneurs interrogés en 1993 et affirment avoir rencontré des problèmes de compétence ou de productivité des ressources humaines dans les mois suivant la transmission Problèmes de compétence ou productivité des ressources humaines 46% 48% Plus de 20% d entre eux affirment en outre avoir manqué d informations sur le fonctionnement interne de l entreprise ou avoir reçu des informations inexactes de la part du vendeur. Problèmes dus à un manque d informations sur le fonctionnement interne de l entreprise 21% 18%... des informations inexactes reçues de la part du vendeur 21% 21% Il semble bien que les difficultés rencontrées dans les reprises soient avant tout d ordre humain, et non d ordre financier. Cette conclusion rejoint celle de l étude réalisée en 1996 par SOFARIS relative aux opérations de création d entreprise, et peut être généralisée à la PME dans son ensemble quel que soit son stade de développement. Afin de mieux cerner les spécificités et les éléments discriminants propres à différents types de transmissions, l échantillon a été segmenté entre : - les reprises par des personnes physiques (76% des dossiers depuis 1993) ; - les croissances externes (24% des dossiers depuis 1993). La grande majorité des reprises reste le fait de personnes physiques, en particulier des personnes extérieures à l entreprise reprise. C est donc sur ce type de reprise que nous avons le plus de recul. 12 voir résultats détaillés de l enquête en annexe 4 Partie I - Analyse d ensemble de la population 20

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

1 Les FCPI. 2 Les FIP. 3 Girardin industriel «One-shot» 4 Les SOFICA

1 Les FCPI. 2 Les FIP. 3 Girardin industriel «One-shot» 4 Les SOFICA Quatre placements défiscalisants 1 Les FCPI 2 Les FIP 3 Girardin industriel «One-shot» 4 Les SOFICA juin 2008 Ce document vous est remis à la suite de votre demande expresse. Il a pour unique objet de

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 26 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 26 ième

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER ! Du 17 février 2015 au 30 septembre 2015, ATOUT PIERRE

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Panorama 2004 du véhicule d entreprise et de la mobilité automobile professionnelle

Panorama 2004 du véhicule d entreprise et de la mobilité automobile professionnelle Avec la collaboration de vous présente Panorama 2004 du véhicule d entreprise et de la mobilité automobile professionnelle 25 mars 2004 1 Contexte 2ème vague du baromètre Observatoire du Véhicule d'entreprise/tns

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise PIERRE PLUS Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable Immobilier d entreprise CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI PIERRE PLUS présente les

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS par Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A Wise, Blackman SENCRL Évaluateurs d entreprises/juricomptables Montréal

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Le fonds de roulement (FR)

Le fonds de roulement (FR) Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité Paris, le 19 février 2014 Groupe BPCE : résultats de l année 2013 et du 4 e trimestre 2013 Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Les entreprises en France en 212 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Dominique LEFILLIATRE et Lionel RHEIN Direction des Entreprises Observatoire des entreprises

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

L activité du prêt sur gage en France : un bon indicateur conjoncturel de la situation économique des ménages

L activité du prêt sur gage en France : un bon indicateur conjoncturel de la situation économique des ménages L activité du prêt sur gage en France : un bon indicateur conjoncturel de la situation économique des ménages! Michel Fansten * L activité du Crédit municipal de Paris (CMP), principal organisme français

Plus en détail