Ecobank Bénin Rapport Annuel Célébrons les services bancaires panafricains

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecobank Bénin Rapport Annuel 2013. Célébrons les services bancaires panafricains"

Transcription

1 Ecobank Bénin Rapport Annuel 2013 Célébrons les services bancaires panafricains

2 Liste des agences Liste des agences Agence Principale du Bénin (GAB) Rue du Gouverneur Bayol - 01 B.P Cotonou Bénin Tél. : (229) / Fax : (229) Agence Aéroport (GAB) Hall Arrivée aéroport de Cotonou Tél. : (229) Agence Akpakpa Béninoise (GAB) Carrefour Sobebra, Cotonou Tél. : (229) Fax : (229) Agence Akpakpa Dégakon (GAB) Imm. CEDIJ, près de Tunde Motors Cotonou Tél. : (229) Agence Bohicon (GAB) Face grand marché, Bohicon Tél. : (229) Fax : (229) Agence Cadjèhoun (GAB) Carrefour voie 40 Cadjèhoun, Cotonou Tél. : (229) / Agence CNHU (GAB) Dans l enceinte du CNHU, Cotonou Tél. : (229) Agence Djougou (GAB) Face ex Immeuble COOP, Djougou Tél. : (229) / 28 Agence Etoile (GAB) Boulevard du Renouveau Démocratique, Cotonou Tél. : (229) Fax : (229) Agence Fidjrossè (GAB) Boulevard de la Francophonie Cotonou Tél. : (229) Fax : (229) Agence Gbèdjromédé (GAB) Boulevard Gbèdjromédé, Cotonou Tél. : (229) Agence Gbégamey (GAB) Immeuble COTEB C / 703 Gbégamey, Cotonou Tél. : (229) Fax : (229) Agence Godomey Ouidah (GAB) Bordure voie inter Etats Cotonou - Lomé Tél. : (229) Fax : (229) Agence Godomey Calavi (GAB) Togoudo, Voie de Calavi Tél. : (229) Fax : (229) Agence Lokossa (GAB) Face à la Mairie de Lokossa Tél. : (229) / 82 Fax : (229) Agence Maro Militaire (GAB) Boulevard Saint Michel face Immeuble FEDAS, Cotonou Tél. : (229) Agence Mivvo (GAB) PK 12 EKPE, Route de Porto-Novo Tél. : (229) Agence Missèbo (GAB) Carré N 189, Bocossi Tokpa, 31 B.P Cotonou Bénin Tél. : (229) / Agence Natitingou (GAB) A côté de la gare routière Tél. : (229) / 35 Fax : (229) Agence Ouando (GAB) Boulevard Ouando, Porto Novo Tél. : (229) Agence Parakou (GAB) Place Tabéra, Parakou Tél. : (229) / 07 Fax : (229) Agence Porto-Novo (GAB) Porto-Novo Tél. : (229) / 04 / 06 Fax : (229) Agence Saint Michel (GAB) Boulevard Saint Michel À droite venant de Tokpa, Cotonou Tél. : (229) / 18 Fax : (229) Agence Savalou (GAB) Après le Carrefour Soha face PADME, Savalou Tél. : (229) / 37 Fax : (229) Agence SDV Immeuble Bolloré, 30 B.P. 1280, Cotonou Bénin Tél. : (229) Agence Sègbèya (GAB) Akpakpa Sègbèya, Bordure voie pavée Sègbèya, Cotonou Tél. : (229) Agence Sèmè (GAB) Bordure voie principale vers le Nigéria Cotonou Tél. : (229) Agence Steinmetz (GAB) Boulevard Steinmetz, face Ciné Vog Cotonou Tél. : (229) / Fax : (229) Agence Université UAC (GAB) Dans l enceinte de l Université Abomey Calavi Tél. : (229) Agence Zogbo (GAB) Bordure de la voie pavée, 100 m de la pharmacie Zogbo, Cotonou Tél. : (229) / 29 Agence Port Segub (GAB) Carré : 4239 zone résidentielle Maison ABALLO Georges, Cotonou Tél. : (229) /

3 Sommaire Sommaire 1 Chiffres-clés au 31 Décembre Equipe dirigeante 3 Message du Président du Conseil d Administration 4 Rapport de Gestion du Conseil d Administration à l Assemblée Générale 6 Rapport Général des Commissaires aux Comptes sur les États Financiers annuels 11 Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions reglementées 12 Bilan au 31 Décembre Compte de résultat de l exercice Principales règles et méthodes comptables 17 Notes sur les États Financiers 18 État de la Valeur Ajoutée et sa repartition 31 Résumé des performances financières sur cinq ans 32 Société mère et filiales 33

4 2 Chiffres-clés au 31 Décembre 2013 Chiffres-clés au 31 Décembre 2013 (En milliers de francs CFA sauf ratios et données statistiques) %Var Total Bilan % Prêts et avances % Dépôts % Fonds Propres Bruts(1) % Produit Net Bancaire (PNB) % Résultat avant impôt % Résultat Net % PNB par action (en FCFA) 617,5 509,9 21% Résultat net par action ordinaire 152,6 115,5 32% Dividende par action ordinaire 129,7 98,2 32% Ratio de couverture des risques 12,11% 9,02% 34% Rentabilité moyenne des fonds propres (ROE) 2) 37,72% 30,05% 26% Rendement moyen des actifs (ROA) (3) 1,77% 1,50% 18% Coefficient d'exploitation (4) 61,25% 67,68% -9% (1) Capital, Réserves, report à nouveau plus 15% du Résultat Net (2) Résultat net sur Moyenne des fonds propres des deux dernières années (3) Résultat net sur Moyenne du total bilan des deux dernières années (4) Total charges d exploitation sur Total des produits d exploitation

5 Equipe dirigeante Conseil d Administration Equipe dirigeante 3 Kassimou Abou Kabassi Président Christian Assossou Membre Roger Dah-Achinanon Directeur Général, Membre Représentant d Ecobank Transnational Incorporated (ETI) Michel Grange Membre Michel Klousseh Membre Vincent Maforikan Membre Raphiou Toukourou Membre Équipe de Direction Roger Dah-Achinanon Directeur Général Martial Adjahi Directeur Respect des Normes Pierre Allagbe Directeur Gestion des Risques Christian Assossou Directeur Exécutif, en Charge des Grandes Entreprises Aurèle Codjia Directeur Audit Interne Fulgence Djoua Directeur Contrôle Interne Francis Ezin Directeur Ressources Humaines Jean-Jacques Golou Directeur Banque Domestique Reine Guendehou Directrice Financière Cyrille Laleye Directeur Juridique et Secretaire du Conseil d Administration Honoré Sessinou Directeur Opérations et Technologie Mohamed Souleymane Directeur Trésorerie et Institutions Financières

6 4 Message du Président du Conseil d Administration Message du Président du Conseil d Administration l activité économique est intervenue dans un contexte non inflationniste, avec un taux d inflation qui devrait se situer à 2,8% à fin 2013 contre 6,7% en 2012, donc en dessous de la norme communautaire fixée à 3%. Les grands soucis qui demeurent sont le déficit énergétique et les craintes sur la pluviométrie pour la nouvelle campagne cotonnière en cours. En ce qui concerne le secteur agricole, la campagne cotonnière suit son cours. La convention de financement signée porte sur un montant total de 96 milliards de Francs CFA, et Ecobank-Bénin a été reconduite dans le rôle de chef de file du Pool Bancaire. Mesdames et Messieurs, Chers Actionnaires, Au nom du Conseil d Administration et en mon nom propre, je voudrais souhaiter la bienvenue à tous ceux qui ont fait le déplacement pour assister à cette Assemblée Générale annuelle qui se réunit conformément aux dispositions légales et statutaires en vigueur, afin d examiner l activité et les comptes de Ecobank-Bénin pour l exercice Environnement des activités L année 2013 aura été caractérisée par un certain rééquilibrage de la croissance mondiale avec une amélioration des perspectives de croissance dans les pays développés et une faiblesse persistante des grands pays émergents. Elle a progressé de 2,6% en moyenne en 2013, à un rythme plus faible que celui enregistré en 2012 (3,0%) mais avec un profil plus favorable. L année se termine avec des acquis statistiques beaucoup plus positifs que ceux de 2012, notamment dans les pays développés. Dans la zone UEMOA, l activité économique a maintenu sa tendance haussière au cours du mois de décembre 2013 ; le taux d inflation, en glissement annuel, est ressorti nul à fin décembre 2013, confirmant la tendance à la baisse des prix dans presque tous les pays de l Union. L activité au niveau de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) a connu une progression sur l ensemble de ses compartiments. La capitalisation totale du marché est ressortie à 6 706,2 milliards en décembre Pour ce qui est de l action ETI, le cours est resté entre 50 et 53F pendant le dernier trimestre. Au Bénin, le taux de croissance attendu en 2013 est de 6,2% contre 5,4% en Cette évolution favorable résulterait des efforts déployés pour accroître la production agricole et augmenter la capacité ainsi que la compétitivité du Port Autonome de Cotonou. Cette évolution positive de Résultats financiers C est dans cet environnement que Ecobank- Bénin a réalisé au titre de l exercice 2013 un résultat net de millions de FCFA contre millions en 2012, soit une augmentation de 32%. Ce résultat a été favorisé par les efforts consentis en 2013 par la banque en vue de l amélioration de ses revenus et de la maîtrise de ses charges. En dépit de la concurrence accrue et du contexte économique difficile qui a prévalu, Ecobank-Bénin conserve son rang de deuxième banque sur la place du Bénin après BOA-Bénin, tout en se rapprochant davantage de son objectif d occuper la première place. Sur la base de ce résultat, la banque a décidé de verser à ses actionnaires 85% du résultat net au titre des dividendes de l exercice 2013, soit la somme de FCFA, ce qui revient à un montant brut de FCFA par action correspondant à un net de FCFA. Rappelons qu au titre de l exercice 2012, le dividende brut par action était de francs CFA correspondant à un net de CFA, soit un taux de progression de 76%. Cette performance qui reflète le travail de toute l équipe de direction et du personnel de la banque, est une illustration de notre détermination et de notre capacité à réaliser les objectifs assignés et assurer le rayonnement de l institution, aussi difficiles que soient la concurrence ou l environnement économique.

7 Message du Président du Conseil d Administration 5 Activités et Perspectives Il importe de noter que c est au cours de la même année que la banque a intégré en juin 2013 son nouvel immeuble, ce qui permet d améliorer sensiblement la qualité de confort de sa clientèle et de son personnel, ainsi que l environnement de travail. La réception provisoire des travaux a été organisée en Juin Ce nouveau bâtiment est un immeuble de 7 étages dont cinq ont été entièrement achevés et occupés, tandis que les travaux de deux niveaux sont réservés pour les développements futurs. Il ne fait pas de doute que les effets de ce nouveau cadre de travail sur la productivité du personnel et son épanouissement, de même que sur l image de la banque, ne peuvent être que bénéfiques. Tout en restant axée sur la consolidation des acquis en vue de l optimisation de notre offre de produits, de notre réseau d agences et de notre plateforme technologique, et ce pour répondre aux attentes de la clientèle, la stratégie mise en œuvre tout au long de l exercice écoulé s est appuyée sur l amélioration de la qualité de service et la qualité et la fidélisation de nos ressources humaines. Ces axes stratégiques continueront d inspirer les actions à mettre en œuvre au titre de l exercice De même, une attention particulière sera accordée au recouvrement de nos créances, ce qui permettra d assainir davantage notre portefeuille et d améliorer nos résultats. notre institution à un niveau de performance encore jamais égalée dans son histoire. Nous voudrions aussi remercier nos commissaires aux comptes dont le professionnalisme, les recommandations et les conseils pertinents contribuent de manière certaine au renforcement de la bonne gestion de l institution. Notre reconnaissance s étend enfin à tous les membres du Conseil d Administration pour la qualité et le sérieux de leur contribution aux travaux de cet organe social. Je vous remercie de votre aimable attention. Kassimou Abou Kabassi Président du Conseil d Administration Dans cette dynamique, nous sommes convaincus de parvenir à atteindre nos objectifs en dépit des difficultés liées à la conjoncture économique et à la concurrence qui prévaut sur la place bancaire du Bénin. Ce noble dessein, Mesdames et Messieurs, chers actionnaires, nous ne pourrons le réaliser sans votre soutien permanent et votre confiance qui sont pour nous des atouts précieux. Nous vous en sommes infiniment reconnaissants. Nos sentiments de gratitude vont également à notre chère clientèle, source de notre passion de servir, à nos autorités de tutelle, et aux Ecobanquiers, notre personnel et cheville ouvrière de l institution. Par sa détermination, son amour du travail bien fait et sa fidélité à l idéal panafricain d Ecobank, il a rendu possible les résultats qui vous sont aujourd hui présentés, et hissé de ce fait

8 6 Rapport de Gestion du Conseil d Administration Rapport de Gestion du Conseil d Administration à l Assemblée Générale Ordinaire Mesdames, Messieurs, Chers Actionnaires, En application des dispositions légales et statutaires en vigueur, l Assemblée Générale organisée ce jour 04 avril 2014 est l occasion pour le Conseil d Administration de vous présenter et de soumettre à votre approbation le rapport annuel et les comptes audités et arrêtés au 31 décembre Environnement En 2013, le taux de croissance attendu au Bénin est de 6,2% contre 5,4% en Cette évolution favorable résulterait des efforts déployés pour accroître la production agricole et augmenter la capacité ainsi que la compétitivité du Port Autonome de Cotonou, tout ceci dans un contexte non inflationniste. En effet, l indice harmonisé des prix à la consommation s est inscrit à la baisse depuis le début de l année. Le taux d inflation devrait se situer à 2,8% à fin 2013 contre 6,7% en L inflation en 2013 ressort donc en dessous de la norme communautaire fixée à 3%. Les grands soucis qui demeurent sont le déficit énergétique et les craintes sur la pluviométrie pour la nouvelle campagne cotonnière en cours. Aussi, pour accroître les capacités de production d énergie électrique, en dehors des initiatives privées particulièrement dans le domaine des énergies renouvelables, plusieurs actions ont-elles été annoncées pour la résorption de ce déficit. C est le cas des barrages hydroélectriques d Adjarala et de la centrale thermique de 400 MW financée par la Banque Islamique de Développement (BID). Au plan régional, l activité économique a maintenu sa tendance haussière au cours de l année, notamment grâce au retour à la paix en Côte d Ivoire, au Mali et grâce aux évolutions notées au Sénégal. Sur le plan international, l année 2013 aura été caractérisée par un certain rééquilibrage de la croissance mondiale avec une amélioration des perspectives de croissance dans les pays développés et une faiblesse persistante des grands pays émergents, notamment avec des inquiétudes sur le chômage. Signature de la convention de domiciliation des allocations des Etudiants 2 - Activités de la banque en 2013 L environnement de travail dans lequel les activités de la banque se sont déroulées a été marqué en 2013 par l aménagement et l intégration au mois de juin du nouvel immeuble de la banque, ce qui permettra d améliorer sensiblement la qualité de confort de sa clientèle et de son personnel, ainsi que l environnement de travail. La réception provisoire des travaux a eu lieu. Ce bâtiment de 7 étages change sensiblement et de façon positive le paysage alentour et rehausse l image de marque de l institution. Il est important de noter qu en dépit des charges d amortisement liées à cet immeuble, des efforts notables de maîtrise des charges ont pu être réalisés, ainsi qu il ressort du résultat de l exercice 2013 qui sera examiné au point 5 ci-dessous. La consolidation amorcée en 2011 dans le Groupe Ecobank a été renforcée dans tous les segments d activités de la banque. Au cours de l année 2013, la banque a ouvert comptes aux étudiants dans le cadre de la domiciliation de leurs bourses et secours. L extension de notre réseau de distributeurs automatiques s est poursuivie avec la mise en service de 21 nouveaux DABs (Distributeurs Automatiques de Billets), portant le nombre total à 72. Une nouvelle agence a été ouverte à Missèbo le 9 août 2013 afin de nous rapprocher davantage de notre clientèle dans cette zone. Dans la même logique de mieux servir cette clientèle, nous avons procédé à une extension des horaires d ouverture de l agence Steinmtez. Le Hadj 2013 a été organisé par Ecobank Bénin pour la deuxième année consécutive. De même, le leadership de l institution dans

9 Rapport de Gestion du Conseil d Administration 7 la gestion du financement de la campagne cotonnière a été confirmé avec la désignation d Ecobank-Bénin comme chef de file du Pool Bancaire. En 2013, la banque a collecté 321,167 milliards FCFA de dépôts contre 290,073 milliards FCFA en 2012, soit une augmentation de 11%. Quant aux prêts à la clientèle, ils se situent à 275,672 milliards de FCFA contre 233,021 milliards de FCFA en 2012, soit une hausse de 18%. En dernier point de cette rubrique, il convient d évoquer le projet de Banque Unique entre les filiales bancaires du groupe opérant dans les huit Etats de l UEMOA. Ce projet qui a fait l objet d une réunion d information des actionnaires de la banque le 26 juillet 2013 au siège de l institution à Cotonou, devait aboutir à fusionner l ensemble des filiales en question en une Banque Unique de grande taille avec un agrément unique pour la zone, et Ecobank-Côte d Ivoire avait été retenue comme banque absorbante. Nouveau Siège Ecobank Bénin En août 2013 le projet a été provisoirement suspendu par les autorités du groupe pour laisser davantage de temps à la consultation et à l information des actionnaires de toutes les filiales concernées et des autorités des Etats membres de l Union. 3 - Marketing L année 2013, outre les activités de communication classiques de l année (St- Valentin, Pâques, fête de l indépendance, Noël, etc..) a été marquée par l organisation de la première édition de la journée Ecobank dont le thème a porté sur l éducation des jeunes en Afrique. Cette action a permis de poser des actions sociales (dons de tables, bancs, kits scolaires, de matériels didactiques, réfection de toits,etc..) dans les zones dans lesquelles opèrent certaines de nos agences. Dans la droite ligne de notre stratégie de mieux faire connaître nos produits à nos clients, notre présence hebdomadaire sur l émission télévisée Weekend Matin a été assurée. Cela a notamment aidé à accroître la commercialisation de nos cartes et orienter plus de clients vers nos canaux alternatifs. En effet, le nombre de cartes vendues est passé de en 2012 à en 2013, ce qui donne une progression de 15,5%. De même, opérations ont été effectuées sur les guichets automatiques Remise de 300 Kits scolaires aux élèves de l EPP Toyoyome contre en 2012, soit une progression de 87%. Depuis 2013, nos publicités sur nos produits passent désormais sur l essentiel de nos DABs. Le branding de ces DABs a été également effectué pour la plupart. Il faut noter que l ensemble de ces actions a aidé à l augmentation du nombre de comptes qui est passé de en 2012 à en 2013, soit un taux de progression de 15,76%.

10 8 Rapport de Gestion du Conseil d Administration Rapport de Gestion du Conseil d Administration à l Assemblée Générale Ordinaire 4 - Concurrence La place du Bénin est animée par douze (12) banques, dont trois (BOA, Ecobank, DIAMOND) Evolution du total bilan de 2012 à 2013 Evolution du PNB et du résultat net sur les deux derniers exercices (Montants en milliards de FCFA) détiennent 60% de parts de marché tant au niveau du total bilan que de la collecte des dépôts, et 55% en termes d emplois Evolution du PNB et du résultat de 2012 à 2013 Dans cette compétition, c est Ecobank- Bénin qui occupe toujours la première place en ce qui concerne les crédits octroyés, et la seconde en termes de total bilan et de dépôts. Des chiffres fournis par l Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers (APBEF) du Bénin, il ressort que le marché du secteur bancaire mesuré par la taille du bilan a enregistré une croissance de 17% par rapport à Décembre Ecobank-Bénin contribue à hauteur de 1,6%. Il convient de noter que de nouvelles banques sont annoncées. 5 - Résultats Le Produit Net Bancaire s améliore de 21% passant de 25,50 milliards de FCFA en 2012 à 30,88 milliards de FCFA en Evolution des Prêts et Avances et Dépôts Clientèle sur les deux derniers exercices (Montants en Milliards de FCFA) Evolution des prêts et avances et des dépôts de 2012 à PNB Résultat Net L évolution est de 21% de croissance du PNB et 32% de croissance du résultat net entre 2012 et Le résultat avant impôt a enregistré une hausse de 42,64% en se situant à 9,85 milliards de FCFA en 2013 contre 6,91 milliards de FCFA en Le résultat net qui en découle est aussi en hausse de 32,10% passant de 5,77 milliards de FCFA en 2012 à 7,63 milliards de FCFA en L évolution des principaux indicateurs du bilan et du compte de résultat s illustre comme suit : Composition du Produit net bancaire de l exercice 2013 Composition du Produit Net Bancaire 18,34% 0,37% Total bilan sur les deux derniers exercices (Montants en Milliards de FCFA) Prêts et Avances Dépôts 2013 Les dépôt ont augmenté de 11% et les crédits de 18%. 28,18% 53,12% Marge d Intermédiation Commissions Nettes Produits nets de Change Autre Produits Net Bancaires Les dépôt ont augmenté de 11% et les crédits de 18%.

11 Rapport de Gestion du Conseil d Administration Personnel La politique d optimisation des effectifs s est poursuivie ainsi que la conversion de tous les agents intérimaires en employés de la banque. Le nombre global d employés est passé de 362 en 2012 à 390 en 2013, dont 312 permanents. Au cours de l exercice 2013, il convient de mentionner que la banque a contribué à l insertion professionnelle des jeunes en offrant à une cinquantaine de diplômés sans emploi inscrits à l ANPE (Agence Nationale pour l Emploi) un stage rémunéré de 6 mois. Ces stages s inscrivent dans le cadre d un partenariat avec cette Agence, destiné à permettre aux jeunes diplômés sans emploi d acquérir une première expérience professionnelle, avec le cas échéant des opportunités d insertion. Ainsi, 17 de ces stagiaires ont eu la chance de décrocher par la suite un contrat de travail à durée déterminée dans l institution. En dehors des stagiaires ANPE, la banque a eu recours directement à 50 stagiaires rémunérés en moyenne mensuelle. Sur un autre plan, le renforcement des capacités des différentes directions a été poursuivi ainsi que le redéploiement des effectifs avec de nouvelles affectations pour une plus grande efficacité dans les activités de la banque. Le programme de départ négocié a été maintenu, avec un examen des dossiers au cas par cas. Des activités récréatives ont été organisées à l intention des employés et des membres de leurs familles, afin de contribuer à leur plein épanouissement au travail. 7 - Service Clientèle Dans cette rubrique, une enquête dénommée Mystery shopping ou Visite du client mystère a été menée sur une base trimestrielle. Cette opération était destinée à permettre à la banque d apprécier la qualité de service, sur la base d une grille interne de notation. Le suivi au niveau des collègues a été fait tout au long de l année 2013, et l opération sera rééditée en En outre, le recours à l outil dénommé NPS : Net Promoter Score (ou Taux net de recommandation) a permis à l institution de mesurer le niveau de satisfaction de nos clients en observant le pourcentage de ceux qui sont aptes à recommander Ecobank à d autres personnes. Cette opération aussi sera reconduite en Diverses autres initiatives telles que les actions de contrôle, de formation et de sensibilisation à l endroit des employés ayant pour but d améliorer le service offert aux clients vont se poursuivre en Une revue des divers processus-clés sera notamment faite au cours du premier semestre afin d y apporter les améliorations nécessaires. 8 - Gouvernance institutionnelle Plus que jamais soucieuse de la conformité de ses dispositifs avec les meilleures pratiques bancaires et financières internationales, la banque accorde une importance particulière à la gouvernance d entreprise, qui est l un de ses piliers fondamentaux. Ce pilier représente pour les clients aussi bien que pour le personnel et les autorités de régulation, une garantie de transparence. Les règles de bonne gouvernance sont constamment revues et révisées afin qu elles soient mises en conformité avec les standards internationaux. Au cours de l exercice 2013, la composition du Conseil d Administration est demeurée stable. Les Comités et le Conseil d Administration se sont régulièrement réunis et leurs décisions font l objet d un suivi strict. Le Conseil d Administration s est réuni cinq fois au cours de l année. De même, ses trois Comités que sont le Comité de Gouvernance, le Comité d Audit et de Respect des Normes, et le Comité de Gestion des Risques, ont régulièrement tenu leurs sessions en En ce qui concerne la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme qui est une réalité quotidienne dans les activités de la banque, la Direction de la Conformité s est attelée à mener des actions de formation et de sensibilisation aussi bien à l endroit du personnel qu à celui des membres du Conseil d Administration. La banque a fait l objet au cours de l exercice écoulé d une mission d audit de ETI pour vérifier le bon suivi des audits précédents. Aucune situation de risque majeur susceptible de mettre en péril l institution n a été relevée à cette occasion. 9 - Commissariat aux comptes Le Commissariat aux comptes de la banque est assuré par les cabinets Fiduciaire d Afrique Et Bénin Expertise, qui ont travaillé sur les comptes arrêtés au 31 décembre 2013 soumis à votre approbation. Ils ont eu à effectuer toutes les diligences et vérifications requises dans ce cadre, en application de la loi et des exigences du Groupe Ecobank conformes aux règles comptables internationales. Leur mandat venant à expiration avec la tenue de cette Assemblée Générale, il vous sera soumis une résolution sur la désignation des commissaires aux comptes de la banque pour la période Approbation des comptes Le Conseil d Administration a procédé à l arrêté des comptes de l exercice clos le 31 décembre 2013 à l occasion de sa réunion du 07 mars Madame Reine Guendehou et Monsieur Roger Dah- Achinanon, respectivement Directrice du Contrôle Financier et Directeur Général, ont été autorisés à signer les États Financiers au nom du Conseil d Administration Perspectives En 2014, les ressources humaines vont demeurer une des principales priorités de notre stratégie afin de faire de notre banque l employeur de choix sur la place du Bénin. La banque compte aller plus loin dans le service offert à sa clientèle en intégrant à la plateforme renforcée de traitement des crédits, les dossiers des petites et moyennes entreprises approuvés dans le cadre des programmes de crédit définis en fonction de leurs besoins standards. Cette disposition sera accompagnée d une réorganisation de l unité en charge de cette catégorie de clientèle, afin de répondre plus efficacement à ses besoins spécifiques. Dans le souci de bancariser davantage d acteurs de l économie et de mieux servir la clientèle constituée de particuliers, de nouvelles agences (notamment dans le Nord du Bénin) et plus de Distributeurs Automatiques de Billet (DABs) seront installés. La banque veillera, dans un souci de plus grande efficience, à s assurer de la rentabilité de ces nouveaux investissements ainsi que du réseau existant. Dans cette perspective, les actions d orientation des clients vers les canaux alternatifs seront maintenues. Le branding et la vitrophanie des nouveaux

12 10 Rapport de Gestion du Conseil d Administration Rapport de Gestion du Conseil d Administration à l Assemblée Générale Ordinaire DABs vont se poursuivre, de même que la communication sur les nouveaux produits sur ces DABs. Cette communication sera étendue aux agences où elle sera faite sur les écrans qui seront installés dans le réseau d agences de la banque. Enfin, le recouvrement est l un des axes stratégiques qui retiendra particulièrement notre attention au cours de l exercice Mesdames, Messieurs, Chers Actionnaires, Les résultats de l exercice 2013 que nous vous avons présentés et les perspectives évoquées pour l exercice entamé renforcent notre conviction que nous pouvons atteindre en 2014 un niveau encore plus élevé de performances. Rien ne saurait nous détourner de cet objectif, ni la concurrence de plus en plus forte, ni les vicissitudes de l environnement dans lequel nous évoluons. Il ne saurait en être autrement, au regard des atouts de taille que constituent le personnel compétent, engagé et déterminé de l institution, les stratégies mises en œuvre, et la synergie de groupe qui fait d Ecobank une banque réellement panafricaine et de classe mondiale. C est avec chacun de vous, chers actionnaires, que nous marchons vers cet idéal et que nous le réaliserons, fidèles à l esprit des pères fondateurs de ce pionnier de l industrie bancaire africaine qu est Ecobank, notre banque. Je vous remercie de votre très aimable attention. Pour le Conseil d Administration, Le Président Kassimou Abou Kabassi

13 Rapport Général des Commissaires aux Comptes Rapport Général des Commissaires aux Comptes sur les États Financiers annuels 11 (Exercice clos le 31 décembre 2013) Mesdames et Messieurs les Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre Assemblée Générale, nous avons effectué l audit des États Financiers ci-joints de Ecobank Bénin, qui comprennent le bilan au 31 décembre 2013 avec des fonds propres bruts de 20,795 millions de FCFA, le compte de résultat faisant ressortir un bénéfice net de 7,628 millions de FCFA, et l état annexé comprenant un résumé des principales méthodes comptables et d autres informations explicatives relatives au bilan et au compte de résultat. Le présent rapport porte sur : --Le contrôle des États Financiers de synthèse, --Les vérifications des obligations légales et règlementaires. 1. Contrôle des États Financiers de synthèse La Direction Générale est responsable de la préparation et de la présentation fidèle de ces États Financiers conformément aux dispositions de la réglementation bancaire de l UEMOA. Ainsi les États Financiers de l exercice 2013 soumis à notre audit ont été établis par la Direction Générale et arrêtés par le Conseil d Administration tenu le 07 mars Notre responsabilité consiste à exprimer une opinion sur les États Financiers, sur la base de notre audit. Nous avons effectué notre audit selon les Normes Internationales d Audit. Ces normes requièrent que nous nous conformions aux règles de déontologie et que nous planifiions et réalisions l audit de façon à obtenir l assurance raisonnable que les États Financiers ne comportent pas d anomalie significative. Un audit implique la mise en œuvre de procédures en vue de recueillir des éléments probants concernant les montants et les informations fournis dans les États Financiers. Le choix des procédures relève du jugement de l auditeur, et notamment de son évaluation des risques que les États Financiers comportent des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. Dans l évaluation de ces risques, l auditeur prend en considération le contrôle interne de l entité portant sur la préparation et la présentation fidèle des États Financiers afin de concevoir des procédures d audit appropriées aux circonstances, et non dans le but d exprimer une opinion sur l efficacité du contrôle interne de l entité. Un audit comporte également l appréciation du caractère approprié des méthodes comptables retenues et du caractère raisonnable des estimations comptables faites par la Direction, de même que l appréciation de la présentation d ensemble des États Financiers. Nous estimons que les éléments probants que nous avons obtenus sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion d audit. Nous certifions que les États Financiers de synthèse sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la banque à la fin de cet exercice, conformément aux dispositions de la réglementation bancaire de l UEMOA. 2. Vérifications et informations spécifiques Nous avons également procédé, conformément aux dispositions légales et règlementaires en vigueur, aux vérifications spécifiques prévues par la loi sur les sociétés commerciales. Nous n avons pas d observation à formuler sur la sincérité et la concordance avec les États Financiers de synthèse des informations données dans le rapport de gestion du Conseil d Administration et dans les documents adressés aux Actionnaires sur la situation financière et les États Financiers de synthèse. Cotonou, le 10 mars 2014 Les Commissaires aux comptes Fiduciaire d Afrique N d inscription Oecca - Bénin : 016-SE Représenté par : Corneille Gbaguidi Expert comptable diplômé Bénin Expertise N d inscription Oecca - Bénin : 004-SE Représenté par : Charles Kouphin Expert comptable diplômé

14 12 Rapport spécial des Commissaires aux Comptes Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions reglementées (Exercice clos le 31 décembre 2013) Mesdames et Messieurs les Actionnaires, En notre qualité de Commissaires aux comptes de votre société, nous vous présentons notre rapport sur les conventions réglementées visées à l article 438 de l Acte Uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA et à l article 45 de la loi bancaire d avril Il s agit notamment : --des conventions directes ou indirectes entre la société et l un de ses Administrateurs, directeurs généraux ou directeurs généraux adjoints, à l exclusion des conventions portant sur les opérations courantes conclues à des conditions normales, --et des crédits accordés par la banque directement ou indirectement aux personnes qui participent à sa direction, administration, gérance, contrôle ou fonctionnement d une part, et des crédits consentis aux entreprises privées dans lesquelles les personnes visées ci-dessus exercent des fonctions de direction, d administration ou de gérance, ou détiennent plus du quart du capital social d autre part. I. Au titre des conventions réglementées 1. Conventions autorisées au cours de l exercice Il ne nous appartient pas de rechercher l existence éventuelle d autres conventions mais de vous communiquer, sur la base des informations qui nous ont été données, les caractéristiques et les modalités essentielles de celles dont nous avons été avisés, sans avoir à nous prononcer sur leur utilité et leur bien-fondé. Il vous appartient, selon les termes de l article 440 de l Acte Uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA d apprécier l intérêt qui s attachait à la conclusion de ces conventions en vue de leur approbation. Nous vous informons qu il ne nous a été donné avis d aucune convention conclue au cours de l exercice et visée à l article 438 de l Acte Uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA. 2. Conventions approuvées au cours d exercices antérieurs dont l exécution s est poursuivie durant l exercice Par ailleurs, en application de l article 440 de l Acte Uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA, nous avons été informés que l exécution des conventions suivantes, approuvées au cours d exercices antérieurs, s est poursuivie au cours du dernier exercice. 2.1 Avec E-PROCESS INTERNATIONAL SA du groupe Ecobank a. Nom de la l Administrateur concerné Ecobank Transnational Incorporated (ETI), représenté par M. Roger Dah-Achinanon b. Nature et objet de la convention Il s agit d une convention par laquelle E- PROCESS INTERNATIONAL SA s engage à fournir à Ecobank Bénin : --Les services d installation, Implémentation, Formation et Support nécessaires à la migration sur la version uniformisée et standardisée de Flexcube Universal Banking System V7.1 comme Système d Exploitation Bancaire --La mise en œuvre des nouvelles fonctionnalités de Flexcube couvrant : Le traitement des dépenses, La gestion des titres, La gestion des liquidités, Le système de gestion des immobilisations. c. Modalités La convention prend effet à compter de sa date de signature, soit le 07 mars 2012, et reste valide jusqu à la fin de l implémentation de la version harmonisée du Système d Exploitation Bancaire et la formation des utilisateurs. En contrepartie des services offerts et cidessus décrits, Ecobank Bénin accepte de contribuer au coût global du projet pour un montant de USD Ce coût est composé des éléments suivants : Elements Montant Masse salariale de l'équipe central de Flexcube ,75 Frais de consultant ,59 Coût de la licence et de la maintenance du logiciel Environ ,81 Coût de la licence et de la maintenance du progiciel Flexcube ,07 Coût de la licence et de la maintenance d'oracle ,39 Total ,61 Il faut par ailleurs préciser les éléments suivants : --Le montant ci-dessus sera utilisé pour le paiement partiel du coût global d implémentation et les coûts des équipements pendant la phase d implémentation du projet ; --Ecobank Bénin supportera tous les coûts liés aux opérations d implémentation ; --Le paiement sera effectué partiellement à titre de Dépôt qui ne générera aucun intérêt pour la banque ; --Les factures ultérieures de E-Process, après la migration complète de la Banque, concernant l utilisation du système d Exploitation Bancaire Flexcube FCUBS V 7.1 seront compensées avec les éléments du coût du projet d implémentation, cités plus haut, à savoir : le coût de la licence et de la maintenance du Logiciel Environ, le coût de la licence et de la maintenance du progiciel Flexcube et le coût de la licence et de la maintenance d Oracle ; --Les autres éléments du coût du projet d implémentation, cités plus haut, à savoir : la masse salariale de l équipe centrale de Flexcube et les frais de consultant seront entièrement supportés par Ecobank Bénin ; --Le montant de USD doit être payé dans les 15 jours suivant la signature du contrat ; --Les charges d implémentations sont exclusives de TVA et de toutes autres taxes ; --Les charges d implémentations payables à E-PROCESS ne feront pas l objet de compensation ou de réclamation. d. Montant des sommes versées ou reçues au titre de l exercice Les frais payés dans ce cadre au titre de l exercice 2013 s élèvent à 100, 966 millions de francs CFA.

15 Rapport spécial des Commissaires aux Comptes Avec Monsieur Christian ASSOSSOU, Administrateur a. Administrateur concerné Monsieur Christian ASSOSSOU, Administrateur b. Nature et objet de la convention Il s agit d un crédit équipement à moyen terme, un crédit automobile à moyen terme et un crédit immobilier à long terme. c. Modalités essentielles des conventions Ces différents crédits présentent les caractéristiques suivantes : Crédits concernés Montants Date de mise en place Taux d'intérêts Durée Crédit immobilier 36 millions de FCFA 25-avr-08 3,5% 180 mois Crédit automobile 22 millions de FCFA 26-juin-12 3% 48 mois Crédit équipement 22 millions de FCFA 02-oct-12 3% 60 mois d. Montant des sommes versées au cours de l exercice Crédits concernés Crédit immobilier Crédit automobile Crédit équipement Restant dû au 1er janvier ,197 millions de FCFA 19,39 millions de FCFA 19,058 millions de FCFA Remboursement de l'exercice 2,763 millions de FCFA 5,332 millions de FCFA 3,787 million de FCFA 2.3 Avec Monsieur Michel Grange, Administrateur a. Administrateur concerné Monsieur Michel Grange, Administrateur Solde au 31 décembre ,433 millions de FCFA 14,058 millions de FCFA 15,271 millions de FCFA b. Nature et objet de la convention Il s agit d une convention de formation signée le 03 août 2012 portant sur les thèmes ci-après : --Analyse économique et financière d une entreprise sur la base des documents présentés selon le plan SYSCOA ; --Analyse économique et financière d un crédit à court et moyen terme ; --Maîtrise des opérations de commerce extérieur --Opérations bancaires de commerce international, --Immersion dans la profession bancaire c. Modalités essentielles de la convention Le coût de la formation est de FCFA hors taxe par jour qui seront payés par virement bancaire dans les 15 jours ouvrés suivant la présentation de la facture. d. Montant des sommes versées au cours de l exercice Les charges supportées par la banque dans le cadre de cette convention se sont élevés à 3, 655 millions de francs CFA. 2.4 Avec Ecobank Transnational Incorporated (ETI) a. Nom de l Administrateur concerné Ecobank Transnational Incorporated (ETI), représenté par M. Roger Dah-Achinanon. b. Nature et objet de la convention Il s agit d une convention de prestation de services partagés. Les services partagés sont relatifs aux services de supports fonctionnels et aux services de supports opérationnels à savoir : --La fourniture de services de consultation dans le cadre de la création ou de l acquisition de nouvelles filiales ; --La fourniture de manuels et politiques d exploitation des activités opérationnelles du groupe ; --Les audits et revues ; --L assistance commerciale ; --Le recrutement, détachement et formation de personnel ; --L accord de droits non exclusif et non transférable d utilisation des services sur le site etc. c. Modalités La convention est conclue pour une durée indéterminée à compter du 02 janvier Elle est rémunérée comme suit : --Le coût des services de supports fonctionnels est égal au montant estimé du coût du service support à recouvrer multiplié par la clef de répartition correspondant à un service support. --Le coût des services de supports opérationnels est égal au montant estimé du coût du service opérationnel à recouvrer multiplié par la clef de répartition correspondant à un service opérationnel. d. Montant des sommes versées ou reçues au titre de l exercice Les frais d assistance technique versés à ETI au titre de l exercice 2013 se sont élevés à millions de F CFA TTC. 2.5Avec la société E-Process International SA a. Nom de l Administrateur concerné Ecobank Transnational Incorporated (ETI), représenté par M. Roger Dah-Achinanon b. Nature et objet de la convention Il s agit d une convention de prestation de services partagés relative aux services de support de technologie et des opérations, aux services de technologie de l information et de la communication ainsi qu aux services de supports techniques et de maintenance. Les services partagés sont notamment : --un réseau étendu couvrant toutes les filiales du groupe interconnectées soit par VSAT, MPLS, Technologie de Riverbed, soit par Boucle Locale Radio, soit par Fibre Optique etc ; --une connexion Internet par satellite ; --des centres d opérations avec des plateformes applicatives partagées (guichets automatiques, production et livraison des cartes bancaires, BankCollect etc) ; --des passerelles partagées à des services externes (Western Union, SWIFT, Reuters) ; --une plateforme d interfaçage Globus et Flexcube/plateforme Oracle ; --la vidéoconférence et audio conférence ;

16 14 Rapport spécial des Commissaires aux Comptes Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions reglementées (Exercice clos le 31 décembre 2013) --le support technique et de maintenance des services de technologie de l information et de la communication. Etc c. Modalités La convention est conclue pour une durée indéterminée à compter du 1er janvier Elle est rémunérée comme suit : --Frais d accès à la nouvelle plateforme banque par internet 402,500 USD ; des frais de maintenance annuelle 60,375 USD et un tarif annuel de USD ; --Frais d accès à l application bancaire Flexcube : 1, 838,989 USD ; des frais de maintenance annuelle de 275,848 USD et des tarifs mensuels de 19,050 USD ; --Passerelle Western WU : tarifs mensuels de 50 USD par nombre de sites par filiale. Etc... d. Montant des sommes versées ou reçues au titre de l exercice Les montants dus ou versés au titre de l exercice 2013 s élèvent à millions de FCFA. 2.6 Avec EBI SA du groupe Ecobank a. Nom de l Administrateur concerné Ecobank Transnational Incorporated (ETI), représenté par M. Roger Dah-Achinanon b. Nature et objet de la convention Il s agit d une convention relative à l accès et à l utilisation de e-fx Ecobank. Ce droit d accès est accordé exclusivement à certains membres du personnel de Ecobank Bénin. c. Modalités La convention est conclue pour une durée initiale de douze mois à compter du 19 août Elle est renouvelable automatiquement par tacite reconduction Elle est rémunérée comme suit : La taxe d installation unique de 250 Euro (FCFA ) est facturée lorsque le processus de certification du premier utilisateur est terminé. L assistance clientèle, le support technique et autre seront facturés semestriellement sur la base de 350 Euro (FCFA ) par mois. d. Montant des sommes versées ou reçues au titre de l exercice Les montants dus ou versés au titre de l exercice 2013 s élèvent à 2, 755 millions de FCFA TTC. 2.7 Avec la société EDC Asset Management (EAM) du groupe Ecobank a. Nom de l Administrateur concerné Ecobank Transnational Incorporated (ETI), représenté par M. Roger Dah-Achinanon b. Nature et objet de la convention Il s agit d une convention de prestation de services d arrangeur dont les services se résument comme suit : --Structurer et assurer le montage technique du Projet en accord avec Ecobank Bénin, --Effectuer toutes les diligences auprès d une société de gestion et d intermédiation afin de pourvoir un dépositaire pour le Fonds Commun de Placement ; --Effectuer toutes les diligences auprès des Autorités du Marché Financier Régional en vue d obtenir l agrément nécessaire pour le démarrage des activités du Fonds Commun de Placement. c. Modalités Les modalités de rémunération de ces prestations se résument comme suit : --Une commission de structuration 0.12% TTC du montant total à mettre sous gestion ; --Une commission d un montant de FCFA relative au frais d agrément à acquitter auprès de régulateur qui est le Conseil Régional de l Epargne Public et des Marchés Financiers (CREPMF), quinze jours après la notification de l obtention de l Agrément par EAM ; -- Une commission de 0.05% Hors Taxe pour la BRVM au titre des frais de transaction sur dossier. d. Montant des sommes versées ou reçues au titre de l exercice Les montants dus ou versés au titre de l exercice 2013 s élèvent à 17, 007 millions de FCFA TTC. II. Au titre des Crédits relevant de l article 45 de la loi bancaire. Se référant à l article 45 de la loi bancaire, hormis les cas des Administrateurs et Dirigeants relevés au niveau du titre précédent, nous n avons pas connaissance de crédits accordés en respect de cet article. III. Au titre des rémunérations exceptionnelles versées aux Administrateurs Enfin, nous vous informons qu il ne nous a été donné avis d aucune rémunération exceptionnelle versée pour les missions et mandats confiés aux Administrateurs, ni autorisation de remboursement de frais de voyage, déplacements et dépenses engagés par les Administrateurs dans l intérêt de la société au cours de l exercice et visée à l article 432 de l Acte Uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA. Cotonou, le 10 mars 2014 Les Commissaires aux comptes Fiduciaire d Afrique N d inscription Oecca - Bénin : 016-SE Représenté par : Corneille Gbaguidi Expert comptable diplômé Bénin Expertise N d inscription Oecca - Bénin : 004-SE Représenté par : Charles Kouphin Expert comptable diplômé

17 Bilan au 31 Décembre 2013 Bilan au 31 Décembre (Valeurs en milliers de FCFA) Actif Notes 31-déc déc-12 Opérations de trésorerie et interbancaires Avances et prêts à la clientèle Titres de placements et d'investissement Comptes d'ordres divers et autres élémts d'actifs Titres de participations Autres immobilisations financières Immobilisations corporelles Immobilisations incorporelles Total actif Passif 31-déc déc-12 Opérations de trésorerie et interbancaires Dépôts et sommes dues à la clientèle Comptes d'ordre divers et autres comptes de passif Provisions pr risques et charges Emprunts à long terme Fonds propres Résultat de l'exercice Total passif Engagements hors bilan 31-déc déc-12 Engagements hors bilan reçus Engagements hors bilan donnés Total net

18 16 Compte de résultat de l exercice 2013 Compte de résultat de l exercice 2013 (Valeurs en milliers de FCFA) En milliers de F CFA Notes 31-déc déc-12 Intérêts et produits assimilés reçus Intérêts servis et charges assimilées Marge d'intermédiation Commissions nettes Produits nets de change Autres produits net d'exploitation bancaire Produits nets bancaires Produits divers d'exploitation Frais de personnel Dotations aux amortissements Frais divers de gestion Frais généraux Résultat brut d'exploitation Dotations aux provisions nettes de reprises Autres dotations nettes de reprise de provisions Résultat d'exploitation Produits exceptionnels Profits sur exercices antérieurs Pertes exceptionnelles Pertes sur exercices antérieurs Résultat hors exploitation Résultat avant impôt Impôt sur les bénéfices Résultat net Les notes 1 à 28 font partie intégrante des États Financiers.

19 Principales règles et méthodes comptables Principales règles et méthodes comptables Base de présentation Les comptes sont tenus selon le principe du coût historique, et de façon générale, en conformité avec le Plan comptable bancaire et le nouveau dispositif de classification et de présentation applicable aux banques et établissements financiers de l UMOA, en vigueur depuis le 1er janvier Immobilisations incorporelles Les immobilisations incorporelles comprennent principalement les logiciels, amortis linéairement au taux de 25%. 3 - Immobilisations corporelles Les immobilisations corporelles sont comptabilisées à leur coût d acquisition augmenté des frais d approche. Elles sont amorties selon la méthode linéaire fondée sur leur durée estimée d utilisation. Les taux pratiqués sont les suivants : Bâtiments et constructions 5% Mobilier et matériel de bureau 10% - 20% Mobilier et matériel de logement 10% - 20% Matériel de transport 25% Matériel informatique et électronique 25% - 33,33% Agencements et installations 10 % 4 - Opérations avec la clientèle a) Composantes des crédits à la clientèle Les crédits à la clientèle comprennent, d une part les escomptes d effets commerciaux, les comptes débiteurs de la clientèle, les crédits de campagne, les autres crédits à court terme, et d autre part les crédits à moyen et long terme. Les engagements par signature comptabilisés en hors bilan, correspondent à des promesses de concours et à des engagements de garanties qui n ont pas encore donné lieu à des décaissements de fonds. Les créances sur la clientèle dont le recouvrement est devenu incertain sont isolées des créances saines. Elles font l objet d une provision pour dépréciation des créances douteuses, suite à un examen individuel de dossier, et conformément aux principes édictés par les règles de prudence ainsi que les procédures d Ecobank Bénin. b) Classification des crédits Conformément aux dispositions du plan comptable bancaire (PCB), la ventilation des crédits est fondée sur la classification suivante, fonction de leurs durées initiales : Crédits à court terme : dans la limite de 2 ans ; Crédits à moyen terme : au-delà de 2 ans et dans la limite de 10 ans ; Crédits à long terme : au-delà de 10 ans. c) Intérêts et commissions Les intérêts et commissions sont comptabilisés prorata temporis au compte de résultat. La banque ne décompte pas d intérêts sur les prêts classés en créance douteuse et ayant fait l objet de provisions pour dépréciation de créances douteuses. Pour la présentation des États Financiers, les dettes et créances rattachées sont classées dans les comptes d ordre et de divers. d) Dépôts de la clientèle Les comptes courants créditeurs peuvent être rémunérés. Les comptes de dépôts à terme sont rémunérés à des taux variant de 1% à 7% en fonction des montants déposés et de la durée du dépôt. 5 - Opérations en devises Les opérations effectuées en devises étrangères sont converties en monnaie locale au taux en vigueur à leur date d exécution. Les gains et pertes de change sont portés au compte de résultat. Les éléments d actif et de passif exprimés en devises sont également convertis en monnaie locale au taux en vigueur à la date d établissement du bilan. 6 - Comptabilisation des opérations d encaissement Les opérations d encaissement pour lesquelles la banque reçoit des valeurs pour présentation au paiement pour son compte ou pour le compte de tiers sont enregistrées conformément aux dispositions de l instruction n du 16 Août Conformément à cette instruction, seules les valeurs reçues à l encaissement escomptées ou avec crédit immédiat sont comptabilisées au bilan. Les valeurs reçues à l encaissement et non disponibles sont enregistrées dans les comptes de hors bilan. 7 - Opérations sur titres Les titres sont comptabilisés de sorte qu à chaque arrêté comptable leur valeur nette soit égale à la plus basse valeur entre leur valeur d origine et leur valeur marchande à la date d arrêté. Les titres de participation sont comptabilisés à la date de leur acquisition au prix d achat, frais exclus. Ils sont évalués à chaque arrêté comptable à la valeur la plus basse entre leur coût d acquisition et leur valeur d usage. Lorsque la valeur d usage est inférieure au coût d acquisition, une provision pour dépréciation des titres est constituée. 8 - Comptabilisation des opérations consortiales La banque enregistre parmi les créances sur la clientèle ou les établissements de crédit selon la qualité de l emprunteur la quote-part de financement réalisée dans le cadre des opérations consortiales. Lorsqu elle intervient en tant que chef de file, elle suit en hors bilan sa propre quote-part ainsi que celle de chaque participant. 9 - Opérations effectuées pour le compte de tiers Les opérations effectuées pour le compte de tiers concernent les opérations d encaissement, les opérations consortiales, la distribution de crédit et la gestion des titres. Ces opérations sont effectuées sous la responsabilité des tiers concernés, la banque ne prêtant son concours que pour leur réalisation et leur suivi. En particulier, la distribution de crédit pour le compte de tiers fait l objet de comptabilisation au bilan et au hors bilan. Le portefeuille titres de la clientèle (sous-contrat de dépôt ou de gestion) est comptabilisé uniquement au hors bilan.

20 18 Notes sur les États Financiers Notes sur les États Financiers (Valeurs en milliers de FCFA) Note 1 : Opérations de trésorerie et interbancaires Cette rubrique est détaillée ci-après : En milliers de F CFA Année 2013 Année 2012 Variations Caisse Billet et monnaie en XOF Billet et monnaie en devises Banque Centrale Trésor Public et CCP Banques et correspondants Créances interbancaires Placement et dépôts de garant. auprès des bques et étab. fin Prêts aux banques Créances rattachées Total Par échéance (durée résiduelle) A moins d'un mois Entre 1 mois et 3 mois Entre 3 mois et 6 mois Entre 6 mois et 2 ans Entre 2 ans et 5 ans Entre 5 ans et 10 ans Total

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS

ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS ET NOTES COMPLEMENTAIRES AU 31 DECEMBRE 2012 Page 2 BILAN AU 31 DECEMBRE 2012 (Exprimés en milliers de francs guinéens) Notes 31/12/2012 31/12/2011 ACTIF Caisse 4 170

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 Association «AL BAWSALA» JUILLET 2013 Av. Hédi Karray - Imm.Luxor 2 ème Etage - Centre Urbain Nord -1082 Tunis SARL

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS 2010

COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS 2010 COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS Commentaires Note 1: CAISSE RUBRIQUES 2009 Caisse XOF 1,428,933,201 2,054,162,600 625,229,399 44% Caisse EUR 123,667,574 164,363,145 40,695,571 33% Caisse USD 118,203 446,683

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête:

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête: INSTRUCTION N 01/2005 DE LA BANQUE NATIONALE DU RWANDA RELATIVE A LA DIVULGATION PUBLIQUE DE L INFORMATION FINANCIERE APPLICABLE AUX BANQUES ET AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS. ===============================

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Groupe de la Société de Fabrication des Boissons de Tunisie

Groupe de la Société de Fabrication des Boissons de Tunisie Groupe de la Société de Fabrication des Boissons de Tunisie Le rapport des commissaires aux comptes sur les états financiers consolidés clos le 31 décembre 2013 Cabinet Conseil Audit Formation Société

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

ECOBANK TOGO S.A. 20, avenue Sylvanus OLYMPIO (ex rue du Commerce) B.P 3302 Lomé. République du Togo

ECOBANK TOGO S.A. 20, avenue Sylvanus OLYMPIO (ex rue du Commerce) B.P 3302 Lomé. République du Togo ECOBANK TOGO S.A. 20, avenue Sylvanus OLYMPIO (ex rue du Commerce) B.P 3302 Lomé République du Togo RAPPORT ANNUEL 2012 SOMMAIRE Pages Chiffres clés 3 Informations sur la société 4 Faits marquants 6 Message

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SUR LES ÉTATS FINANCIERS ARRÊTÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012.

RAPPORT GENERAL SUR LES ÉTATS FINANCIERS ARRÊTÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012. Page1 RAPPORT GENERAL SUR LES ÉTATS FINANCIERS ARRÊTÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012. En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre Assemblée Générale, nous vous présentons notre rapport sur le contrôle

Plus en détail

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014 États financiers consolidés de Oxfam-Québec Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État consolidé des produits et des charges... 3 État consolidé de l évolution des actifs nets... 4 État consolidé de

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice clos le 31 décembre 2014 Avril2015 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR ETATS

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15 Rapport annuel 2012 Sommaire Editorial 5 Comptes annuels 2012 7 Filiales 14 Rapport de révision 15 Editorial Avec 102,98 millions CHF de produits consolidés, le groupe Abraxas enregistre comme prévu

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

ADVANS Cameroun SA. Rapport du Commissaire aux Comptes au Conseil d'administration

ADVANS Cameroun SA. Rapport du Commissaire aux Comptes au Conseil d'administration ADVANS Cameroun SA Rapport du Commissaire aux Comptes au Conseil d'administration Rapport présenté en application de l article 715 de l acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION Rabat, le 13 octobre 2005 NOTE DE PRESENTATION sur la circulaire n 06 /05 relative à la publication et à la diffusion d informations financières par les personnes morales faisant appel public à l épargne

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉNONCÉ DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT À L INFORMATION FINANCIÈRE La direction est responsable de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Ecobank annonce un résultat avant impôt de 520 millions $EU et un produit net bancaire de 2,3 milliards $EU pour l exercice 2014

Ecobank annonce un résultat avant impôt de 520 millions $EU et un produit net bancaire de 2,3 milliards $EU pour l exercice 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Ecobank annonce un résultat avant impôt de 520 millions $EU et un produit net bancaire de 2,3 milliards $EU pour l exercice 2014 Lomé, le 20 avril 2015 Ecobank Transnational Inc. («Ecobank»

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE A PARTIR DU 1ER JUIN 2008 (Document non limitatif et modifiable) 2 I - OUVERTURE DE COMPTE Compte épargne Marina : 100.000 FCFA Dantokpa, Jéricho,

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COTES ANNUELS) GDF SUEZ TRADING Société par actions simplifiée au capital de 351 200 000. Siège social : 1, place Samuel de Champlain, 92400

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2010 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉNONCÉ DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT À L INFORMATION FINANCIÈRE La direction est responsable de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES LA BANQUE POSTALE FINANCEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES LA BANQUE POSTALE FINANCEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) LA BANQUE POSTALE FINANCEMENT Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 2 200 000. Siège social

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

aux Comptes et Attestation

aux Comptes et Attestation Rapports des Commissaires aux Comptes et Attestation page.1. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes annuels* 186.2. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes consolidés* 188.3.

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES Rapport annuel de la commission de vérification... 57 Responsabilité de la direction à l égard de l information

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET Exercices clos les 31 mars 2014 et 2013 États financiers Page Rapport des auditeurs indépendants 1-2 État de la situation financière

Plus en détail

SOCIETE TUNISIENNE DE VERRERIES -SOTUVER- Siège social : Z.I. Djebel Ouest 1111- Bir Mchargua Zaghouan.

SOCIETE TUNISIENNE DE VERRERIES -SOTUVER- Siège social : Z.I. Djebel Ouest 1111- Bir Mchargua Zaghouan. ETATS FINANCIERS SOCIETE TUNISIENNE DE VERRERIES -SOTUVER- Siège social : Z.I. Djebel Ouest 1111- Bir Mchargua Zaghouan. La Société Tunisienne de Verreries -SOTUVER- publie, ci-dessous, ses états financiers

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER. Assemblée générale FNCIVAM 07/04/2015

RAPPORT FINANCIER. Assemblée générale FNCIVAM 07/04/2015 RAPPORT FINANCIER 2014 FNCIVAM 7 bis rue Riquet 75019 Paris 01 44 88 98 58 Association fédérative des groupes CIVAM Reconnue d intérêt général, Agréée Entreprise solidaire Assemblée générale FNCIVAM 07/04/2015

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée»)

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») 31 décembre 2014 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 2 États consolidés de la situation financière...

Plus en détail

INTRODUCTION 3 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS 4

INTRODUCTION 3 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS 4 Tarifs en vigueur INTRODUCTION 3 TARIFS 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 1.1 PAR TYPE 1.2 REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DE DÉPÔTS À TERME FIXE 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

FONDATION AL KA.RA MA DE MICRO'CREDIT

FONDATION AL KA.RA MA DE MICRO'CREDIT FONDATION AL KA.RA MA DE MICRO'CREDIT RAPPORT GENERAL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES Exercice clos au 31 décembre 2014 MY LclYh~5L AOIA.FfR. Commissaire aux comptes N 46, avenue Pasteur, les Orangers - RABAT

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE États financiers de MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone 604-691-3000 Comptables agréés Télécopieur 604-691-3031 B.P. 10426 777 Dunsmuir Street Internet www.kpmg.ca Vancouver

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS INTERMEDIAIRES AU 30 JUIN 2011 Mesdames, messieurs les Actionnaires de La Banque Internationale Arabe de Tunisie BIAT Introduction Nous avons effectué l

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable NC 01 - "Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail