Crédit habitat pour les institutions de microfinance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crédit habitat pour les institutions de microfinance"

Transcription

1 Crédit habitat pour les institutions de microfinance Comment intégrer un programme de crédit pour l amélioration de l habitat dans une institution de microfinance, 2001 Seconde édition, 2005 Version française, 2006 Crédit habitat pour les institutions de microfinance

2 Copyright 2006, Cooperative Housing Foundation. Ce guide a été rédigé et produit par, une organisation internationale sans but lucratif spécialisée dans le développement. joue un rôle de catalyseur et entend promouvoir des changements durables et positifs dans les communautés à revenus bas et moyens, en aidant les familles à améliorer leur habitat, le contexte économique dans lequel elles évoluent et leur environnement. Depuis 1952, apporte à ces communautés son expertise technique et ses compétences en matière de développement local et international. La version française de ce guide a été produite par l asbl ADA, une ONG créée en 1994, spécialisée dans la microfinance et basée au Luxembourg. ADA collabore avec des institutions de microfinance dans de nombreux pays en voie de développement en leur offrant un soutien à la fois financier et nonfinancier. La production de ce guide a été co-financée par et ADA. Pour plus d informations, contacter : 8601 Georgia Avenue, Suite 800 Silver Spring, MD Etats-Unis Téléphone : +1 (301) Fax : +1 (301) ADA asbl Allée Scheffer L-2520 Luxembourg Luxembourg Téléphone : Fax : ISBN ISBN EAN

3 Remerciements remercie le réseau Small Enterprise Education and Promotion (SEEP), la Fondation Citicorp et son Partnership Award for Capacity Building, qui ont contribué au financement de ce projet. Nous remercions en particulier M. Bernard Debrauer, Directeur de l Association pour la Coopération avec la Micro-Entreprise (CME), à Haiti, qui a testé une version antérieure de ce Guide. Nous voudrions également remercier tous ceux qui ont contribué d une manière ou d une autre à la création de ce Guide, en particulier les membres suivants du personnel de : Richard Shumann, Responsible Technique du Financement de l Habitat; Sasha Muench, Chargée de Programme; Tamara Arsenault, Responsable Prinicpale en charge des Programmes de Développement; Carol Jenkins, Chargée de Programme; Glenn Moller, Chargé de Programme; Lopa Kolluri, Chargée de Programme; Michel Holsten, Administrateur Principal de Programme; Mayada Baydas, Ph.D., Administrateur de Programme en charge de notre programme de microfinance au Liban; Alix Lamarre, Directeur Financier et Administratif à Haiti; et Judith A. Hermanson, Ph.D., Vice-Présidente. Nous remercions également Heather L. Bowen, Spécialiste de la Communication, qui a contribué à la publication de ce document. Enfin, nous remercions le personnel de terrain de qui, tout au long de ces vingt dernières années, n a cessé d oeuvrer pour le développement du crédit pour l amélioration de l habitat et ainsi contribué au développement de la méthodologie présentée dans cet ouvrage. La traduction française du Guide a été confiée à Olivier Ervyn et réalisée sous la direction d ADA. Ce Guide a été rédigé conjointement par Franck Daphnis, Jr., Directeur en charge des Programmes de Terrain et Kimberly Tilock, Directrice Crédits. Crédit habitat pour les institutions de microfinance i

4 Acronymes et abréviations ACME AT CGAP CHF IMF PCAH SEEP SIG WWB Association pour la Coopération avec la Micro-Entreprise Assistance Technique Consultative Group to Assist the Poor Institution de Microfinance Programme de Crédit pour l Amélioration de l Habitat Small Enterprise Education and Promotion Network Système d Information de Gestion Woman s World Banking Définitions et remarques Dans le contexte de ce guide, le mot "produit" fait référence à un instrument financier (le crédit dans le cas d un PCAH) et à ses caractéristiques principales, notamment le taux d intérêt, la durée de remboursement et les exigences en matière de garantie. La "méthodologie" inclut les principes, règles et processus qui définissent la manière dont le produit peut être mis à la disposition de la clientèle. Le terme "programme" décrit l ensemble des actions qui résultent de la mise en œuvre de ressources humaines, techniques et financières dans le but de soutenir une méthodologie. ii

5 Table des matières Remerciements...i Acronymes et abréviations... ii Définitions et remarques... ii Introduction...1 A. Objectif...1 B. Contexte...2 C. Organisation...4 I. Définition des Programmes de Crédit pour l Amélioration de l Habitat (PCAH)... 5 II. Pourquoi proposer des crédits pour l amélioration de l habitat?...7 III. Comparaison du crédit pour l amélioration de l habitat et d autres produits de microfinance...8 IV. Attributs du PCAH...10 A. Capacité de remboursement...10 B. Objectif du crédit...11 C. Durée du crédit...12 D. Montants des crédits...13 E. Garanties...14 F. Assistance technique et supervision...16 G. Sécurité foncière...18 V. PCAH : étude de faisabilité...19 A. Pourquoi une étude de faisabilité?...19 B. Demande potentielle...20 C. L institution de microfinance (IMF)...30 D. Facteurs externes...42 VI. Conclusion...45 VII. Outils d évaluation de la faisabilité...47 Outil A : Questionnaire-type d Etude Client...49 Outil B : Formulaire-type d Estimation des Coûts d Amélioration de l Habitat.53 Outil C : Checklist des Informations relatives à l Institution...56 Outil D : Exemple d Analyse d Abordabilité...65 Outil E : Grandes lignes du Rapport d Evaluation de la Faisabilité...68 Crédit habitat pour les institutions de microfinance iii

6 Tableaux et diagrammes Tableau 1 Comparaison des crédits d aide à la micro-entreprise et des crédits pour l amélioration de l habitat...9 Tableau 2 Exemples de travaux d amélioration de l habitat...11 Tableau 3 Exemples de crédits pour l amélioration de l habitat développés par...13 Tableau 4 Etapes de l étude de faisabilité...20 Tableau 5 Analyse de sensibilité de l abordabilité...29 Diagramme 1 Demande potentielle...21 iv

7 Introduction A. Objectif "Microfinancement de l habitat : comment intégrer un programme de crédit pour l amélioration de l habitat dans une institution de microfinance?" propose une approche systématique des problématiques qu une IMF doit comprendre et maîtriser avant d ajouter un Programme de Crédit pour l Amélioration de l Habitat (PCAH) à son offre de produits. Plus spécifiquement, CHF International a conçu ce guide dans le but d aider les IMF à décider de la faisabilité ou non de l intégration d un PCAH dans leurs activités. CHF International estime que le processus décrit dans ce texte permettra aux IMF intéressées de mieux comprendre les exigences opérationnelles et techniques des PCAH et de déterminer s il est opportun ou non pour elles de proposer ce type de produit. Ce guide n a pas pour objet d aider les IMF à concevoir et à mettre en œuvre un programme de crédit pour l amélioration de l habitat. Il est consacré à l étape qui précède celle de la conception et a pour but d aider les IMF intéressées à évaluer leur capacité à éventuellement aller plus loin. Crédit habitat pour les institutions de microfinance 1

8 B. Contexte Ce guide se base sur les presque 50 années d expérience internationale que CHF International possède en matière de développement de systèmes financiers, d initiatives communautaires et d activités liées à l habitat. Au début des années 1980, a été l un des pionniers des crédits pour l amélioration de l habitat en Amérique Latine, dans les Caraïbes, au Moyen- Orient, en Europe de l Est et en Asie. Le PCAH développé par l institution a constamment évolué et bénéficié des leçons tirées de sa mise en œuvre au cours des années. Le type de programme décrit dans ce guide occupe une niche spécifique dans le spectre des produits de microfinance, puisqu il s agit d un produit de microfinance destiné au logement. D autres organisations utilisent le terme PCAH pour décrire des produits de crédit différents. Ici, nous nous intéressons qu aux programmes de crédit pour l amélioration de l habitat tels que les conçoit. utilise la microfinance pour faciliter l accès à des logements abordables et considère qu il s agit à la fois d une alternative viable aux approches traditionnelles, basées sur l offre de logements, et d un moyen de renforcer l impact des ressources financières disponibles. La méthodologie de crédit pour l amélioration de l habitat de est basée sur la conviction que le crédit est un moyen (permettant d améliorer l habitat) et non une fin en soi. Nous avons cependant conçu le présent Guide en tenant compte du fait que certaines IMF ne s intéressent pas au logement en tant que tel mais bien au produit financier qu est le crédit pour l amélioration de l habitat, qu elles envisagent comme un moyen de répondre aux besoins en constante évolution de leurs clients. 2

9 estime que son modèle de PCAH (comme d ailleurs le microfinancement de l habitat en général) comble le fossé important qui sépare le financement de l habitat et la microfinance. Les PCAH sont conçus pour répondre aux besoins en matière de logement des familles à bas revenu et permettent d aider ceux-ci d une manière graduelle, basée sur la demande, financièrement viable à long terme et qui ne dépend pas de l accès à des garanties substantielles. Le PCAH de est conçu de manière à toucher une proportion importante des familles à bas revenu qui, généralement, construisent et améliorent leur habitation petit à petit, ont les moyens de payer mais n ont pas accès aux sources formelles de financement de l habitat. La clientèle cible inclut donc les micro-entrepreneurs mais ne se limite pas à eux. a aidé plusieurs IMF à évaluer la possible intégration d un PCAH à leur portefeuille d activités. Les expériences de ces institutions ont été prises en considération lors de l élaboration de ce Guide. Des données fournies par ACME, une petite institution microfinance haïtienne qui a testé une version préliminaire de l analyse de faisabilité, ont également été utilisées par les auteurs. Les résultats de ce test ont d ailleurs permis d améliorer le processus décrit dans ce document. Crédit habitat pour les institutions de microfinance 3

10 C. Organisation Ce guide a pour but de montrer au lecteur comment il est possible d évaluer, tout d abord, la demande potentielle de PCAH et, ensuite, la capacité d une IMF à mettre en œuvre un tel programme. La Section 1 propose une définition du Programme de Crédit pour l Amélioration de l Habitat. La Section 2 aborde les raisons qui peuvent justifier de proposer un tel programme à une clientèle donnée. La Section 3 compare les crédits pour l amélioration de l habitat à d autres produits de microfinance. La Section 4 présente les caractéristiques des crédits pour l amélioration de l habitat. La Section 5 est consacrée à l étude de faisabilité à proprement parler et à ses différentes étapes. La Section 6 propose une brève conclusion et d éventuelles initiatives complémentaires. Finalement, la Section 7 présente une sélection de formulaires et d outils utilisables lors de l étude de faisabilité. 4

11 I. Définition des Programmes de Crédit pour l Amélioration de l Habitat (PCAH) Le crédit pour l amélioration de l habitat décrit dans ce Guide est un produit de microfinance. Les crédits de ce type sont de montant peu élevé, les périodes de remboursement sont relativement courtes et les fonds permettent aux emprunteurs de construire ou rénover leur logement petit à petit, en fonction de leurs besoins et de leurs capacités financières. Ces crédits sont également structurés de manière à assurer la pérennité opérationnelle et financière des institutions de microfinance qui les délivrent. Bien qu ils soient appelés crédits pour l amélioration de l habitat, ils financent toute une série d activités, y compris l agrandissement d un logement existant, le raccordement au réseau des égouts ou de distribution d eau, les travaux de nature sanitaire et la protection contre les ouragans orages. Notre approche des crédits de ce type est basée sur une réalité observée à maintes reprises : dans les pays en voie de développement, les familles à bas revenu, mais qui travaillent, construisent et améliorent leur logement petit à petit. N ayant généralement pas accès aux crédits hypothécaires, les personnes à bas/moyen revenu financent leur logement grâce à la part "disponible" de leur revenu, à leur épargne ou en utilisant des fonds empruntés auprès de sources informelles. Traditionnellement, ils construisent une petite habitation de base et l améliorent en agrandissant ou en ajoutant des éléments complémentaires (raccordement à divers réseaux) lorsqu ils disposent de fonds supplémentaires. Le PCAH offre à ces personnes un accès au crédit qui tient compte de la manière dont ils construisent leur logement, de leurs besoins et de leurs capacités financières. Le crédit décrit dans ce guide est conçu comme un produit "autonome", qui complète d autres produits de microfinance ou est souscrit seul. La capacité de remboursement du client n est donc pas évaluée sur base de son historique de crédit auprès de l IMF. Les critères d éligibilité, les conditions du crédit et les utilisations autorisées du crédit sont déterminés de manière à permettre à un individu d obtenir un crédit sur base de son profil financier et de ses besoins au moment où il en fait la demande, indépendamment de la relation qu il peut déjà avoir avec l IMF. Crédit habitat pour les institutions de microfinance 5

12 Une IMF peut également vendre ce crédit non plus comme un produit autonome mais en l associant séquentiellement à d autres crédits. Par exemple, l IMF peut décider de ne le proposer qu à des clients ayant déjà obtenu et remboursé sans le moindre retard aux moins deux autres crédits. 1 Cette approche a tout son sens s il existe une demande pour de tels crédits. Cependant, le manque de liquidités, les coûts d opportunité négatifs et d autres considérations limitent le capital qui peut être dégagé pour financer ces programmes. Face à ce genre de situation, l IMF doit se montrer sélective lorsqu elle détermine qui peut obtenir ce type de crédit. Dans ce Guide, nous mettons l accent sur le développement des PCAH en tant que produits autonomes. 1 Les crédits à l habitat de la Grameen Bank s inscrivent dans ce type de système séquentiel. 6

13 II. Pourquoi proposer des crédits pour l amélioration de l habitat? Pour les familles à bas revenu, l amélioration physique de l habitat est une priorité. et beaucoup d IMF partenaires ont remarqué que les crédits destinés au développement des micro-entreprises étant les seuls accessibles aux familles à bas revenu, ils sont souvent utilisés pour construire ou améliorer le logement. Le crédit pour l amélioration de l habitat de CHF International est conçu pour répondre aux besoins financiers des clients de la microfinance, notamment en ce qui concerne le montant, la durée de remboursement et les critères d éligibilité. Les PCAH permet aux familles à bas revenu d améliorer leur logement en bénéficiant de conditions de financement plus appropriées. Un logement de qualité a un impact direct et positif sur la santé, la sécurité et l estime de soi, tant du propriétaire que de l ensemble de sa famille. L effet est également sensible sur l actif du ménage. On peut même estimer, dans le cas des entreprises à domicile, qu un crédit de ce type contribue à accroître le revenu. 2 En effet, pour ce type d entreprise, l habitation est un actif productif. Réparer le toit peut ainsi sauver le stock ; ajouter une pièce peut contribuer au développement de la micro-entreprise. Pour l institution de microfinance, un PCAH présente plusieurs avantages. Il peut aider l institution à répondre aux besoins changeants de ses clients, améliorer la satisfaction de ceux-ci et contribuer positivement au taux de rétention de la clientèle. Il peut également permettre à l IMF de toucher une clientèle nouvelle, composée non plus de micro-entrepreneurs mais des personnes salariés, et ainsi contribuer à la stabilité de l institution par la diversification de son portefeuille de crédits. 2 Pour en savoir plus sur les liens entre habitat et micro-entreprises, voir Building Linkages Between the Microenterprise and Shelter Sectors: An Issue Paper, par Priscilla M. Phelps, GEMNI Project, USAID, Septembre Crédit habitat pour les institutions de microfinance 7

14 III. Comparaison du crédit pour l amélioration de l habitat et d autres produits de la microfinance La méthodologie de crédit du PCAH est similaire à celle d autres produits de microfinance. Un PCAH a pour objectif de proposer aux clients des crédits de montant réduit et de courte durée. Le montant des crédits, les taux d intérêt et les durées de remboursement sont fixés à des niveaux qui permettent de garantir l abordabilité du produit et la viabilité financière à long terme de l IMF. La possibilité d obtenir des crédits ultérieurs incite les clients à rembourser leur crédit initial. Si on les compare à d autres programmes de microfinance, destinés à promouvoir le développement des entreprises, les PCAH présentent des différences notables au niveau de la qualification du client et de la supervision technique. Le tableau 1 compare les caractéristiques clés des crédits "classiques" aux micro-entreprises et des crédits pour l amélioration de l habitat. 8

15 Tableau 1 Comparaison des crédits d aide à la micro-entreprise et des crédits pour l amélioration de l habitat Crédits classiques aux microentreprises Affectent le revenu de l emprunteur Crédits pour l amélioration de l habitat Affectent l actif et peuvent avoir un impact sur le revenu (entreprise à domicile) Montant très faible à faible Généralement, pas de suivi de l utilisation des fonds Montant plus élevé (couvre le coût total des activités d amélioration de l habitat) Possible fourniture d une assistance technique aux clients, pour garantir une utilisation des fonds conforme au projet d amélioration initial Méthodologie de crédit de groupe ou individuel Généralement, méthodologie de crédit individuel Cible : chefs des micro-entreprises Cible : chefs des micro-entreprises et personnes salariées Crédit habitat pour les institutions de microfinance 9

16 IV. Attributs du PCAH Les attributs du PCAH dépendront de divers facteurs, notamment le lieu, la population cible, l état "physique" de l habitat, l infrastructure locale, les systèmes d appui socio-économique et, bien sûr, l IMF elle-même. Dans cette section, nous présentons les caractéristiques communes à tous les PCAH. A. Capacité de remboursement Les crédits pour l amélioration de l habitat, à la différence de beaucoup d autres crédits accordés par les institutions de microfinance, sont conçus de manière à accroître l actif du client et non ses revenus. La seule exception à cette règle concerne les entreprises à domicile, pour lesquelles l amélioration de l habitat est à considérer comme une "ressource" qui contribue à l activité professionnelle. Dans ce cas, en effet, améliorer le logement peut contribuer à la productivité et générer des revenus supplémentaires. Le crédit pour l amélioration de l habitat étant destiné à accroître l actif et non les revenus de l emprunteur, l analyse de la capacité de remboursement du client se fait sur base de son revenu "actuel" et non d une projection de ses revenus futurs. L expérience nous enseigne que, pour éviter tout défaut de remboursement, la mensualité ne doit pas dépasser 25% du revenu mensuel total du ménage. Il est fréquent que les clients qui tentent d obtenir un crédit pour l amélioration de l habitat aient déjà plusieurs crédits en cours. Il est important d en tenir compte pour éviter les situations de surendettement. estime que la charge de la dette, y compris le remboursement du crédit pour l amélioration de l habitat, ne doit pas dépasser 40% du revenu mensuel total du ménage. 10

17 B. Objectif du crédit Généralement, les crédits pour l amélioration de l habitat sont utilisés pour rénover un logement existant. A cet égard, le PCAH de se montre très souple quant aux types de travaux de rénovation susceptibles d être financés. Dans la plupart des cas, les crédits financent des améliorations fixes et ne peuvent servir à l achat d appareils électroménagers. On peut les répartir en deux grandes catégories, selon l ampleur du projet : petits et gros travaux. Le Tableau 2 montre quelques exemples de travaux et la catégorie à laquelle ils appartiennent. Tableau 2 Exemples de travaux d amélioration de l habitat Petits travaux Finition : charpenterie, plafonnage et peintures, placement de portes, de fenêtres et de barres de sécurité. Amélioration de l efficacité énergétique. Raccordement au réseau de distribution d eau, d électricité et aux égouts. Gros travaux Rénovations majeures ou ajout d une salle de bains, d une cuisine et de pièces à vivre. Solidification de la maison ou installation d équipements de protection contre les ouragans. Réparations majeures ou remplacement de murs, sols, toits et équipements sanitaires. Crédit habitat pour les institutions de microfinance 11

18 C. Durée du crédit L échéance du crédit ou sa durée de remboursement est fonction du coût des travaux, de la capacité de remboursement de l emprunteur et du taux d intérêt du programme. L échéance ne tient pas compte du temps nécessaire pour réaliser les travaux d amélioration. Sur base de notre expérience en la matière, une durée de remboursement de six mois à trois ans paraît appropriée. La capacité de remboursement étant basée sur les revenus actuels du client, on ne prévoit généralement aucune période de grâce. La durée de remboursement est généralement courte pour plusieurs raisons : Il semble évident, et l expérience de le confirme, que plus la durée de remboursement est longue, plus le risque de non-remboursement est élevé. En plus du phénomène de fatigue financière, les emprunteurs dont le revenu n augmente pas au même rythme que l inflation perdent une partie de leur pouvoir d achat et peuvent décider d allouer à des besoins plus immédiats des sommes qui auraient dû servir au remboursement du crédit. Dans le cas d'un PCAH, les clients peuvent obtenir un crédit sans posséder aucun antécédent de remboursement. Une échéance assez proche peut permettre de développer une relation et un historique de remboursement avec l institution. 12

19 D. Montants des crédits Les montants des crédits pour l amélioration de l habitat sont définis sur base du coût des travaux et de la capacité de remboursement des clients. On tient compte également de la durée de remboursement maximale recommandée de trois ans. Les personnes disposant de bas revenus réalisent souvent eux-mêmes les travaux de rénovation. Les crédits ne servent souvent qu à financer l achat des matériaux et, parfois, à payer des ouvriers spécialisés. Le tableau 3 présente les caractéristiques de quelques programmes d amélioration de l habitat développés par. Pay Tableau 3 Exemples de crédits pour l amélioration de l habitat développés par Type de travaux (utilisation du crédit) Montant moyen du crédit Echéance (en mois) Mensualité Revenu mensuel Équateur petits travaux 250 $ 24 mo. 16 $ 64 $ Honduras petits travaux : réparation du toit, réparation de murs extérieurs ou renforcement par ajout de béton petits travaux : raccordement au réseau sanitaire et construction d une salle de bains Bande de Gaza Mexique petits travaux : placement de carrelages au sol ou remplacement des châssis gros travaux : pièce supplémentaire gros travaux : pièce supplémentaire 400 $ 24 mo. 20 $ $ 700 $ 36 mo. 26 $ 133 $ $ 24 mo. 137 $ 548 $ $ 36 mo. 159 $ 636 $ $ 18 mo. 85 $ 427 $ Crédit habitat pour les institutions de microfinance 13

20 E. Garanties La possibilité d obtenir d autres crédits pour continuer à améliorer leur logement est l un des principaux facteurs qui motive les emprunteurs à rembourser leur crédit. Cependant, le montant des crédits pour l amélioration de l habitat est plus élevé que celui des crédits classiques de la microfinance. Pour cette raison, recommande aux IMF concernées d exiger des garanties aux emprunteurs. Le type de garantie exigée doit permettre d obtenir le remboursement total et rapide de la dette, avec un minimum d efforts administratifs et de coûts. Un remboursement rapide et à moindre frais est critique compte tenu du montant des crédits et du coût élevé de la supervision technique qui peut accompagner les crédits pour l amélioration de l habitat. Sur base de sa propre expérience, estime que le garant est la garantie la plus efficace et la moins coûteuse. On exigera généralement qu un ou deux cosignataires garantissent le remboursement de l intégralité du crédit. La capacité de remboursement et le niveau d endettement des cosignataires doivent être examinés avec autant de soin que ceux de l emprunteur. On peut également envisager de recourir à une garantie matérielle, autre que la maison de l emprunteur, surtout lorsque le montant du crédit est élevé. La valeur de l élément d actif donné en garantie doit être égale à celle du crédit. Les garanties matérielles posent cependant certaines difficultés : obtenir la mise en garantie du bien, s assurer le droit de le saisir si le client est insolvable et parvenir à le liquider pour rembourser le solde du crédit. Dans beaucoup de pays, il n existe aucune disposition juridique autorisant le nantissement d un bien pour obtenir un crédit. L absence de réglementation peut rendre très difficile la mise en garantie du bien et son éventuelle saisie. 14

21 Dans le cadre d un PCAH, l emprunteur ne doit pas engager son logement pour obtenir un crédit. Grever une maison d un privilège ou d une hypothèque et, en cas de défaut de paiement, les saisir en forclusion peut être un processus long et coûteux. De plus, les difficultés mentionnées plus haut sont encore plus sensibles lorsque c est le logement de l emprunteur qui constitue la garantie. Enfin, garantir un crédit d un montant relativement bas en grevant d un privilège un bien immobilier reviendrait à sur-garantir le crédit et à sousutiliser l actif financier de l emprunteur, qui serait alors confronté à un fardeau financier indu. Finalement, ne recommande pas le recours à une méthodologie de crédit de groupe en lieu et place d une constitution de garantie. La durée de remboursement des crédits pour l amélioration de l habitat est plus longue que celle des crédits de groupe classiques et leur montant plus élevé. Si, malgré tout, une approche de groupe est adoptée, l IMF doit s assurer que le groupe est capable, le cas échéant, de rembourser l intégralité de la dette d un de ses membres. Crédit habitat pour les institutions de microfinance 15

22 F. Assistance technique et supervision Les services non-financiers ou "assistance technique" font partie intégrante de la méthodologie que a développé en matière de crédit pour l amélioration de l habitat. Cependant, il faut signaler que l assistance technique n est pas indispensable au succès du microfinancement de l habitat. Elle prend tout son sens lorsque la réalisation effective des travaux est l objectif principal du programme et qu aucun système externe et fiable (par exemple une procédure d attribution de permis de construire) ne permet de vérifier la qualité des travaux. considère que le coût de l assistance technique doit être intégré dans le prix du crédit. Ceci signifie qu elle doit être d une valeur suffisamment élevée pour que le client accepte d en payer le prix mais que son coût doit être suffisamment bas pour que le crédit ne soit pas inabordable. L assistance technique peut se centrer sur l amélioration du projet de rénovation et de son budget, ainsi que sur la supervision des travaux, pour garantir la bonne utilisation des fonds. De manière plus spécifique, l assistance technique peut être utilisée pour accomplir les quatre objectifs suivants : Déterminer les matériaux nécessaires aux travaux prévus et leur coût ; s assurer que le montant du crédit permet de réaliser les améliorations prévues dans le délai de remboursement imparti ; Superviser et gérer les éléments de risque par le biais de contacts réguliers avec le client, pour augmenter la probabilité de voir ce dernier rembourser le crédit ; S'assurer que les améliorations prévues peuvent être réalisées d une manière adéquate d un point de vue technique ; Certifier la conformité des travaux par rapport au projet initial. 16

23 L assistance est fournie par le biais de contacts avec le client (avant que le crédit ne soit accordé) et de visites de supervision sur site. Si l IMF décide d intégrer une composante d assistance technique dans son programme, lui recommande fortement de s assurer qu au moins un des employés responsables du PCAH possède une formation d ingénieur et/ou d architecte. L ensemble du personnel technique doit posséder une connaissance pratique des pratiques locales en matière de construction. Parmi les tâches spécifiques qui incombent au personnel chargé de l assistance technique, citons : Rencontrer les candidats emprunteurs pour examiner le projet de rénovation ; Evaluer la faisabilité technique des améliorations proposées ; Préparer une estimation des coûts, une liste des matériaux de construction nécessaires et un calendrier de réalisation des travaux ; Vérifier la concordance entre l estimation des coûts et le montant du crédit accordé ; Vérifier le(s) titre(s) de propriété, ou autres documents de propriété, du candidat emprunteur (et le statut hypothécaire du bien) ; Fournir l'assistance technique nécessaire au niveau de la conception du projet et de sa réalisation ; Assurer le suivi et superviser la construction, autoriser le décaissement des sommes constitutives du crédit ; Superviser la bonne utilisation des fonds. Crédit habitat pour les institutions de microfinance 17

24 G. Sécurité foncière La sécurité foncière est un élément critique pour tous les acteurs impliqués dans le financement des travaux d amélioration de l habitat. définit la sécurité foncière comme le droit d utiliser une propriété, l assurance que son utilisateur ne se verra pas obligé de quitter les lieux et la preuve que cette assurance bénéficie du soutien des pratiques locales habituelles et coutumières. Jouir de droits sur son bien permet au client d en rester le propriétaire une fois celui-ci rénové et de récolter les bénéfices des travaux réalisés. La situation idéale est celle où l emprunteur est propriétaire du terrain sur lequel les travaux sont prévus et dispose d un document qui en atteste. Dans la réalité, les PCAH sont souvent mis en œuvre dans des régions ou la propriété foncière n est pas toujours prouvée par un document en bonne et due forme. Dans ce genre de situation, il faut malgré tout exiger de l emprunteur qu il fournisse un élément attestant de son droit de propriété. Cet élément peut prendre différentes formes : Accord écrit entre l acheteur et le vendeur du terrain ; Accord pour la location à long terme de terrains publics, conclu entre l emprunteur et son gouvernement ; Nombre d'années pendant lesquelles une famille a occupé une propriété sans payer de loyer et sans avoir reçu du propriétaire légitime notification de quitter les lieux ; ou Paiement par l'emprunteur de taxes/impôts au gouvernement. 18

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Nos prêts hypothécaires. Edifiez votre logement sur des fondations solides

Nos prêts hypothécaires. Edifiez votre logement sur des fondations solides Nos prêts hypothécaires Edifiez votre logement sur des fondations solides Vous rêvez d un logement bien à vous? La Banque Migros vous soutient avec des solutions attrayantes. Du financement de votre premier

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank BIM n 114-3 avril 2001 Karin BARLET Le crédit-bail ou leasing est une opération simple, pratiquée depuis longtemps dans de nombreux pays. Aujourd hui

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»?

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»? Centre Européen des Consommateurs Luxembourg CREDIT «FACILE»? GIE 2009 CREDIT «FACILE»? Cette brochure vise à informer le consommateur, au moyen de conseils et informations pratiques, sur les droits et

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang?

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang? Q et R Questions et réponses sur le financement de second rang En quoi consiste le financement de second rang? Le financement de second rang est un emprunt hypothécaire que contracte votre coopérative

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER. Nos services de banque privée

LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER. Nos services de banque privée fr LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER Nos services de banque privée Résidence principale ou secondaire, ou immeuble de rapport, l immobilier est une composante majeure

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT

SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT Une vue d ensemble de l intégration des pratiques de protection du client au prêt individuel par les institutions de micro finance. www.smartcampaign.org

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement A l'attention de Septembre 2008 Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement Au sujet de la garantie prise par la banque : Voici les caractéristiques et le coût des différents

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques fixes 2 TABLE DES MATIERES Art. 1 Champ

Plus en détail

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence?

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? MFTRANSPARENCY FONDAMENTAUX DE LA FIXATION DES PRIX Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? Le taux d intérêt est l une des composantes principales du coût d un crédit. Ce concept

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Prospectus Crédits hypothécaires

Prospectus Crédits hypothécaires Prospectus Crédits hypothécaires Valable à partir du : 17/06/2015 N : DW 15076/F Argenta Banque d Épargne SA Belgiëlei 49-53, 2018 Anvers FSMA 27316A IBAN BE 40 9793 5489 0063 BIC ARSPBE22 Uw appeltje

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge

Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge Le recours a la méthode de calcul des taux fixes pour les produits de microcrédit a été proscrit depuis 2001 au Cambodge. Conformément à l application

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 2008 Genworth Financial, Inc. Tous droits réservés. Commentaire de spécialiste Les résultats du sondage suivant indiquent

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Équipe de la vérification et de l évaluation Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Septembre 2003 Table des matières 1. Conclusions...1 2. Résumé des observations...1

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE

ANIL HABITAT ACTUALITE Juin 2009 ANIL HABITAT ACTUALITE Faciliter le transfert de prêts pour favoriser la mobilité résidentielle Les propriétaires occupants sont relativement peu mobiles. Toutefois, au cours de la période 2002-2006,

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL ouvrir De nouvelles portes aux logements abordables...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL 65404 À titre d organisme national responsable de l habitation, la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

LE QUÉBEC ADOPTE LA LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE

LE QUÉBEC ADOPTE LA LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le 17 janvier 2014 LE QUÉBEC ADOPTE LA LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE La Loi sur les régimes volontaires d'épargne-retraite (la «Loi») a été adoptée par l'assemblée nationale du Québec

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE DE SECRETAIRES D ADMINISTRATION DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS. ouvert au titre de l année 2008

CONCOURS EXTERNE DE SECRETAIRES D ADMINISTRATION DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS. ouvert au titre de l année 2008 CONCOURS EXTERNE DE SECRETAIRES D ADMINISTRATION DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS ouvert au titre de l année 2008 dans la spécialité «assistanat de direction» Epreuve écrite du 5 mai 2009 EPREUVE

Plus en détail

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Engagement de l ABC en matière de lisibilité des documents hypothécaires. Préparé par l Association des banquiers canadiens

Engagement de l ABC en matière de lisibilité des documents hypothécaires. Préparé par l Association des banquiers canadiens Engagement de l ABC en matière de lisibilité des documents hypothécaires Préparé par l Association des banquiers canadiens Le 7 mars 2000 Notre engagement : des documents hypothécaires en langage courant

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit L éducation financière Manuel du participant Les notions de base du crédit 2 Contenu DOCUMENT 6-1 Les types de crédit Type de crédit Prêteur Usages Modalités Crédit renouvelable Carte de crédit (garantie

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Mesure et Contrôle des Impayés. Calcul et Fixation de Taux d Intérêt GROUPE COUNSULTATIF POUR L ASSISTANCE AUX PLUS PAUVRES

Mesure et Contrôle des Impayés. Calcul et Fixation de Taux d Intérêt GROUPE COUNSULTATIF POUR L ASSISTANCE AUX PLUS PAUVRES A I D E - M E M O I R E Mesure et Contrôle des Impayés ET Calcul et Fixation de Taux d Intérêt GROUPE COUNSULTATIF POUR L ASSISTANCE AUX PLUS PAUVRES NOTE Cet aide-mémoire est constitué des messages et

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE MAIRI-SOLIES Mutuelle des Associations d'immigrés Résidents en Italie Membre du Réseau SOLILES Via Angera 3, 20125 Milano Tel: 0039 0287394827/5130 Fax: 0039-0287398408 Cell: 0039 3272413948 CF. 97523800155

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT Contrat de Réservation...2 VOTRE DOSSIER DE FINANCEMENT...3 LA SIGNATURE DE L'ACTE DE VENTE...4 DURANT LA CONSTRUCTION....5 Les Appels de Fonds...6 Les Visites du

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES NOR : FCPT 1502723 D et FCPT 1425918 A Intitulé des textes : projets de décret relatif à la remise d une fiche standardisé d information concernant l assurance

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

BHW Luxembourg. Des conditions de rêve pour votre patrimoine immobilier. L épargne-logement BHW et le financement de la construction

BHW Luxembourg. Des conditions de rêve pour votre patrimoine immobilier. L épargne-logement BHW et le financement de la construction BHW Luxembourg Des conditions de rêve pour votre patrimoine immobilier L épargne-logement BHW et le financement de la construction 2 BHW Dispo maxx La flexibilité liée à la prévoyance avec BHW Dispo maxx

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE M E T T E Z - Y D E L A L U M I È R E RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROACHE ORIGINALE. LES CLIENTS FORTUNÉS SONT À LA

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

ATTESTATION D ASSURANCE

ATTESTATION D ASSURANCE ATTESTATION D ASSURANCE Voici une attestation d assurance émise à l égard d un ensemble dont le coût s élève à 8 000 000 $, ainsi que les dispositions spéciales relatives à l assurance consentie à l égard

Plus en détail

R - Logement : ensemble transformons votre rêve en réalité.

R - Logement : ensemble transformons votre rêve en réalité. R - Logement : ensemble transformons votre rêve en réalité. Riche d une expérience bancaire de plus de 80 ans, le groupe Raiffeisen fait incontestablement partie du paysage luxembourgeois, tant économique

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution? LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le regroupement de crédits, la solution? LES MINI-GUIDES BANCAIRES Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les fi lières agréées. La certifi cation

Plus en détail

Pourquoi nous avons créé Mirova

Pourquoi nous avons créé Mirova Par Philippe Zaouati, directeur général délégué de Natixis Asset Management et responsable du pôle d expertise Mirova. Pourquoi nous avons créé Mirova Directeur du développement et membre du comité exécutif

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété Guides de Tangerine sur les finances personnelles Prise de possession Points à considérer lors de l achat d une première propriété «Les acheteurs sont souvent surpris d apprendre que les maisons neuves

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.303/PFA/BS/1 303 e session Conseil d administration Genève, novembre 2008 Sous-comité du bâtiment PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION PREMIÈRE QUESTION À L ORDRE DU

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail