Ce «risque» que la Sécurité sociale n avait pas prévu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce «risque» que la Sécurité sociale n avait pas prévu"

Transcription

1 Ce «risque» que la Sécurité sociale n avait pas prévu MICHEL BORGETTO * LLe système français de protection sociale, dont les bases furent posées à la Libération, n a pas été conçu à l origine pour faire face à la pauvreté, mais plutôt pour la prévenir en offrant aux travailleurs des garanties contre les risques dans le cadre du plein emploi. Cette conception n a pas résisté à l épreuve des faits, et notamment à la montée du chômage. Le dispositif anti-pauvreté s est donc construit par bribes, jusqu à la création du revenu minimum d insertion en Mais pour l avenir, entre les aides ciblées qui se sont multipliées et les solutions les plus généralistes comme l impôt négatif ou l allocation universelle, qui font périodiquement l objet de propositions, mais posent de redoutables problèmes la France n a pas choisi son modèle. * Professeur à l Université Panthéon-Assas (Paris II). L «a pauvreté est une maladie inhérente à toutes les grandes sociétés ; une bonne constitution, une administration sage peuvent diminuer son intensité mais rien, malheureusement, ne peut la détruire radicalement : tant de causes concourent irrésistiblement à l entretenir ( ) qui appellent avec toute la force du droit les secours de la société». C est en ces termes dénués de toute ambiguïté que le duc de La Rochefoucauld-Liancourt présenta, au début de la Révolution, le cadre général dans lequel devait s inscrire la mise en place d un dispositif d aide et d assistance sociales : pour lui, il était évident que ce dispositif avait pour vocation essentielle, non pas de supprimer la misère (celle-ci étant supposée strictement inévitable), mais bien plutôt d en atténuer les effets les plus tragiques en rendant possible la subsistance ou la survie de ceux qu elle frappait. Un siècle et demi plus tard, c est à une tout autre conception que les hommes de la Libération se rallièrent pour justifier l institution d un système de sécurité sociale : «La Sécurité sociale, affirmèrent-ils, est la garantie donnée à chacun qu en toute circonstance il disposera des moyens nécessaires pour assurer sa subsistance et celle de sa famille dans des conditions décentes ( ). Elle répond à la nécessité de débarrasser les travailleurs ( ) sur qui pèse à tout moment la menace de la misère ( ), de l incertitude du lendemain». Entre ces deux pétitions de principe, la distance, on le voit, se révèle considérable : là où la protection sociale avait pour but 75

2 76 premier de soulager la pauvreté et la misère, elle avait désormais pour ambition dernière d en prévenir la survenance. Pourtant, et sans qu il soit question de minorer son importance, le changement radical de perspective auquel il fut procédé au lendemain de la seconde guerre mondiale est très loin d avoir tenu toutes ses promesses ; s il est bien parvenu à éviter à une fraction importante de la population d être affectée par la misère et la précarité, notre système actuel de protection sociale n a pas su éviter ce qui pose inévitablement la question de son maintien en l état l émergence d un phénomène massif de pauvreté et d exclusion sociale. LES AMBITIONS INITIALES : PRÉVENIR LA PAUVRETÉ C est sans aucun doute par le décalage sensible entre les objectifs assignés, à la Libération, au système de sécurité sociale, et les moyens qui furent alors privilégiés pour atteindre ces mêmes objectifs, que l on peut expliquer l incapacité du système à empêcher la survenance d un phénomène massif de pauvreté et d exclusion. En l occurrence, ces objectifs étaient globalement identiques à ceux affichés par Beveridge ; même si n étaient visées pour l heure que les seules personnes inscrites dans le salariat (c està-dire les seuls «travailleurs»), Pierre Laroque et ses amis n en affirmèrent pas moins leur volonté d étendre la couverture sociale à toute la population : volonté qui se trouve clairement attestée par l exposé des motifs de l ordonnance du 4 octobre 1945, qui précisait que «la Sécurité sociale ( ) ne peut atteindre sa pleine efficacité que si elle présente un caractère de très grande généralité, à la fois quant aux personnes qu elle englobe et quant aux risques qu elle couvre. Le but final à atteindre est la réalisation d un plan qui couvre l ensemble de la population du pays contre l ensemble des facteurs d insécurité». Mais les moyens privilégiés pour atteindre ce «but final» s écartaient résolument, pour leur part, de ceux induits par la logique beveridgienne ; dès lors que la protection collective devait bénéficier en priorité aux «travailleurs», c était autour des moyens retenus par Bismarck et non par Beveridge que s articulait l org - anisation du système : c est-à-dire autour, non pas de principes assistanciels se traduisant par des prestations uniformes financées par l impôt, mais bien plutôt de principes assuranciels se traduisant par l exigence de puisque cotisations liées au statut de travailleur. Pour les pères fondateurs de la Sécurité sociale, la question de la pauvreté était en grande partie réglée, le système devait couvrir l ensemble de Sans doute ce choix n impliquait-il nullement, la population dans l esprit des pères contre fondateurs de la Sécurité l ensemble sociale, que la question de la pauvreté se trouvait du même coup to- d insécurité. des facteurs talement résolue ; pour eux, il était clair qu en dépit du système qu ils mettaient en place, subsisterait toujours une frange incompressible de personnes qui, exclues du monde du travail et en particulier du salariat, seraient provisoirement ou durablement incapables de subvenir à leurs besoins élémentaires, soit par leur activité professionnelle, soit par leur rattachement à un assuré social. Pour ces personnes, les garanties assistancielles relevant de l aide sociale conservaient toute leur valeur, même si elles étaient appelées, croyaient-ils, à devenir de plus en plus marginales et résiduelles. Du moins ce choix impliquait-il logiquement que la question était en grande partie réglée, puisque le système que l on mettait en place n avait d autre but, précisément, que de couvrir «l ensemble de la population du pays contre l ensemble des facteurs d insécurité». L EMPLOI ET LA «SÉCU» POUR TOUS Conclusion qui, si elle se révélait, certes, parfaitement cohérente compte tenu du contexte de l époque (contexte marqué par la reconstruction du pays et par la quasi-absence de chômage), n en reposait pas moins sur une croyance ou un présupposé implicites mais bien réels : à savoir que la population tout entière allait être en mesure, sauf rares exceptions, de s inscrire dans le monde du travail. Si l on adoptait ce présupposé, effectivement, tout s enchaînait et s expliquait : de même que l intégration de chacun dans le cadre du plein emploi était censée ne pas rendre immédia tement nécessaire la création d un régime d indemnisation du chômage (celui-ci ne sera institué, sous forme conventionnelle, qu au début de la Cinquième République), de même la protection de chacun par une Sécurité sociale dont on escomptait à la fois une généralisation prochaine et une amélioration régulière était censée rendre de moins en moins utiles l aide et l action sociales. Autant dire que le système institué en 1945 n était nullement conçu pour traiter en priorité le problème de la pauvreté ; à

3 CE «RISQUE» QUE LA SÉCURITÉ SOCIALE N AVAIT PAS PRÉVU l instar de la plupart des systèmes de protection sociale contem - porains, il fut en fait conçu pour atténuer des difficultés passagères, pour assumer des risques ponctuels générateurs de charges, ou encore pour compenser des handicaps personnels empêchant les assurés d'exercer un emploi : c est bien ce que confirme le caractère temporaire assigné, sauf hypothèses particulières telles que l'invalidité, à la plupart des prestations (maladie, maternité, prestations familiales ) ouvertes aux intéressés. En d autres termes, le système fut conçu pour traiter la pauvreté en amont (en empêchant qu elle survienne) et non en aval (en soignant ses effets). De là, les difficultés importantes qu il a constamment éprouvées, tant pour répondre aux multiples défis posés par la pauvreté que, surtout, pour faire face à un problème auquel il n était pas préparé et pour lequel il s est révélé assez mal armé : l essor d un chômage massif et durable, avec son cortège grandissant d exclus, de désaffiliés et de sans-emploi tombant peu à peu dans la pauvreté. L ÉPREUVE DU RÉEL : LA MONTÉE DE L ASSISTANCE Contrairement au scénario envisagé à la Libération, le système français de sécurité sociale montra très vite ses limites en tant qu instrument susceptible de prévenir la pauvreté et, par là même, d absorber la vieille législation d assistance ; dès les années qui suivirent les ordonnances de 1945, on dut constater que la population bénéficiant de cette législation, et les dépenses qui s'y rapportaient, se révélaient nettement supérieures à ce qu'elles étaient auparavant : les lenteurs du processus de généralisation de la Sécurité sociale, la cherté des soins hospitaliers, la faiblesse des pensions de vieillesse versées par les caisses, ou encore la non-satisfaction, par nombre de salariés, des conditions exigées pour pouvoir prétendre aux prestations du régime général (assujettissement trop récent, nombre d'heures de travail insuffisant, etc.) contribuèrent à créer cette situation. C est dire que, loin de subir un déclin inexorable, les mécanismes assistanciels classiques virent au contraire leur rôle sensiblement accru en raison de l incapacité même du système de sécurité sociale à répondre à tous les besoins de la population et, au delà, à prévenir le développement de la pauvreté. La persistance de ces mécanismes, qui fut officiellement consacrée en 1953 par une réforme en profondeur de l assistance publique (déno mmée désormais aide sociale), ne se traduisit pas seulement par la rénovation d'anciennes ou la création de nouvelles formes d'aide légale (structures d accueil et foyers-restaurants pour les personnes âgées, allo cation compensatrice pour les personnes handicapées, aides aux familles en situation de précarité, aide à l hébergement et à la réadaptation sociale pour certaines catégories de personnes marginalisées ou en passe de l être, etc.). Elle se traduisit également par l'introduction, au sein même de la Sécurité sociale, de la logique de solidarité qui sous-tend et carac - térise traditionnellement l'aide sociale. Cette introduction prit alors deux grandes formes : d une part, la multiplication de prestations de sécurité sociale ne correspondant à aucune contribution préalable de leurs bénéficiaires et/ou soumises à conditions de ressources (allocations de salaire unique, de mère au foyer et pour frais de garde, allocation d orphelin, aides au logement, etc.) ; d autre part, et Loin de décliner, les mécanismes assistanciels classiques virent au contraire leur rôle sensiblement accru. surtout, l'essor de prestations fonctionnant comme de véritables minima sociaux, puisque destinées à fournir un minimum de ressources à diverses franges de la population (allocation aux adultes handicapés, allocation supplémentaire du Fonds de solidarité vieillesse, allocation de parent isolé pour les familles monoparentales, etc.). CHOC DU CHÔMAGE ET «NOUVELLE PAUVRETÉ» Dans le même temps où se produisait cette évolution, le système global de protection sociale dut affronter par ailleurs un redoutable défi : le développement, suite notamment aux mutations de l économie induites par le «choc pétrolier» de 1974, d un phénomène de chômage durable et massif, générateur de ce que l on a appelé une «nouvelle pauvreté» par opposition à la pauvreté dite «traditionnelle». Certes, cette dernière, qui renvoyait soit à une pauvreté de reproduction touchant des familles qui avaient toujours été à la marge de la société, soit à une pauvreté circonstancielle touchant des personnes que l'âge ou l'état de santé avaient mises à l écart de la vie économique, n avait nullement disparu ; mais, jusqu à la fin des années 70, elle était en recul sinon rapide, du moins régulier : l'extension de la protection sociale, et en particulier de l aide sociale, ainsi que la revalorisation des prestations accordées aux personnes âgées et aux handicapés avaient eu pour résultat de faire régresser ce type de pauvreté. Or, la «nouvelle pauvreté», qui apparaît pour l essentiel dans les années 1980, vient non pas remplacer mais bien plutôt s ajou- 77

4 78 ter à cette «pauvreté traditionnelle». En quoi se distingue-t-elle de cette dernière? Essentiellement par son mode de production ; à l origine, on trouve presque toujours une disparition accidentelle du revenu (perte de l'emploi, veuvage, abandon ) ou une fragilisation de celui-ci (emplois irréguliers ou précaires) ; a priori, le handicap financier qui en résulte a vocation à se révéler provisoire et donc sans conséquence grave pour celui ou celle qui le subit. Mais tout peut très vite changer et basculer si, en raison notamment du contexte économique, la réinsertion des intéressés se révèle impossible, alors que le système de protection sociale demeure inapte à les prendre efficacement en charge ; dans ce cas, la prolongation de leur situation risque fort de déboucher sur une marginalisation durable le cas typique du facteur déclenchant étant évidemment le chômage de longue durée. Pour peu que l on ajoute à ces facteurs de base le fait que l'extension du chômage touche plus particulièrement les jeunes sans formation, les salariés peu qualifiés ou les femmes seules sans ressources (c est-à-dire les personnes les plus vulnérables), on comprendra aisément pourquoi et comment cette «nouvelle pauvreté» n a cessé, au cours des dernières décennies, de s amplifier au point d atteindre, en dépit du système de sécurité sociale, des niveaux que l on n avait plus connus depuis un demi-siècle. LE REDÉPLOIEMENT DES AIDES Face à cette situation, le système de sécurité sociale s est efforcé de réagir ; utilisant les armes dont il disposait, il a tout d abord appliqué une politique de mise sous conditions de ressources d un nombre accru de prestations, tout en acceptant par ailleurs d accorder des prestations non contributives de plus en plus nombreuses. Grâce à ce redéploiement, une fraction importante de la population (environ 20 % de celle-ci) a pu être maintenue au dessus du seuil de pauvreté. Mais cette politique n a pas tardé à montrer ses limites ; à l exception des allocations de fin de droits en cas de chômage (allocation de solidarité spécifique et allocation d insertion), les minima sociaux étaient réservés à certaines catégories restreintes de la population, en l occurrence celles regroupant des personnes inaptes au travail : personnes âgées (minimum vieillesse), personnes handicapées (allocation aux adultes handicapés, minimum invalidité), mères seules et en charge d enfants (allocation de parent isolé) Pour tous ceux, et ils étaient nombreux, qui ne bénéficiaient ni des promesses de l intégration par le travail, ni de la protection minimale conçue pour certaines franges spécifiques de la société, le système global de protection n avait rien prévu. Et pour cause, puisqu il n avait nullement été conçu, on le sait, pour lutter contre les phénomènes de pauvreté et d'exclusion. De là, la décision prise en 1988 de créer le Revenu minimum d'insertion, dont l'objectif premier fut de former un ultime «filet de sécurité» pour toutes les personnes qui ne remplissaient pas les conditions pour accéder aux prestations de la Sécurité sociale : décision importante s il en fut, puisqu elle permet aujourd hui à près de deux millions de personnes (environ un million de bénéficiaires et un million d'ayants droit) de disposer, pour subsister, d un minimum de ressources. A l'heure actuelle, il existe à peu près 2,3 millions de personnes Face à la «nouvelle pauvreté», on a accru le nombre des prestations sous conditions de ressources et de prestations non contributives. officiellement recensées comme demandeurs d'emploi, ce qui correspond à environ 9 % de la population active : chiffres qui ont sensiblement baissé au cours des dernières années, puisqu on recensait en 1997 près de 3,5 mil - lions de demandeurs d emploi, ce qui correspondait à environ 12,8 % de la population active. Parmi ces personnes, seule la moitié est indemnisée au titre des régimes d' assurance ; un quar t est indemnisé au titre du régime de solidarité, le quar t restant... ne bénéficiant d'aucune indemnité. Si l'on ajou - te à ces demandeurs d'emploi les personnes qui ne sont pas inscrites comme tels pour diverses raisons (exemption possible d'inscription comme demandeurs d'emploi de certains bénéficiaires d allocations, préretraités, non inscription de quantité de personnes ayant perdu l'espoir de retrouver un travail, etc.), le nombre de chômeurs ou d'individus directement touchés par les difficultés de l'emploi est alors de cinq à sept millions. Au total, on considère aujourd hui que la proportion des ménages pauvres se situe aux alentours de 10 %, soit 4,5 à 5,5 millions de personnes : 10,4 % en 1984, 9,6 % en 1989 et 11 % en 1999, ce dernier chiffre situant la France dans la moyenne européenne, qui est de 12 %. Mais ce taux a presque doublé, passant de 9,3 à 18,5 %, dans la tranche des ménages de moins de 30 ans. Au-delà, on évalue à environ 7 millions le nombre de personnes qui seraient socialement vulnérables et à plus de 12 millions celles qui dépendent des minima sociaux. Autant de constats qui conduisent tout naturellement à s interroger

5 CE «RISQUE» QUE LA SÉCURITÉ SOCIALE N AVAIT PAS PRÉVU sur l évolution qu est susceptible de connaître, à terme, notre système global de protection. L AVENIR : CIBLAGE OU REDISTRIBUTION? L une des questions qui se pose inévitablement est de savoir s il convient de cibler davantage les prestations sur les plus démunis, notamment en subordonnant de manière plus ou moins systématique leur octroi à des conditions de ressources. Il s agit là d une orien tation qui, retenue dès les origines par le système de sécurité sociale (cas de l allo cation aux vieux travailleurs salariés) avant de se trouver constamment reprise par tous les gouvernements, a été fortement préconisée, depuis une ou deux décennies, par des responsables et observateurs de tous bords. Pourtant, malgré les apparences, il semble bien que l'évolution à marche forcée vers un système de plus en plus ciblé sur la lutte contre la pauvreté ne saurait constituer un remède en tous points adapté : en transformant la Sécurité sociale en dispositif d'assistance aux plus nécessiteux, le risque serait grand d accroître le clivage entre les assistés, qui doivent démontrer leur pauvreté pour obtenir les prestations, et les autres qui, abandonnés par le système, seraient amenés, pour certains d'entre eux, à rejoindre les pauvres un jour ou l'autre. Plutôt que de s orienter dans cette direction, il semble préférable d'accroître l'efficacité sociale des systèmes de protection en opérant une meilleure redistribution, à la fois par les prélèvements et par les prestations : par les prélèvements, en faisant contribuer davantage ceux qui ont des ressources importantes ; et par les prestations, en mettant en place des dispositifs spécifiques au profit des plus démunis tout en conservant, pour un certain nombre de prestations, l ambition universaliste affirmée en Dans les années 80 et 90, d autres propositions ont été également avancées qui ont tendu, pour lutter contre la pauvreté, à attribuer un revenu garanti à toute personne dont les ressources se situent en deçà d un certain plancher. Ainsi, divers courants doctrinaux ultra-libéraux ont-ils suggéré de substituer une telle garantie de base aux systèmes classiques de sécurité sociale, la disparition de ces derniers ayant pour effet, d une part, d affranchir les entreprises de leurs «charges sociales» et de diverses autres contraintes (le SMIC notamment) pesant sur elles, d autre part de restaurer les conditions d'un véritable libre marché : mécanisme bien connu sous le nom «d impôt négatif». Concrètement, cela signifierait qu au- dessus d'un certain niveau de revenus, l'etat en prélèverait une partie, et qu au-dessous de ce montant, il devrait au contraire les compléter, le contribuable devenant créancier de cet impôt «négatif»... Ce qui singularise cette proposition, c est la conservation d un lien avec la contrainte sociale du travail, puisque ce dispositif n est conçu que comme un palliatif, nécessairement de bas niveau, pour faire face à des situations d insuffisance criante de revenus. L ALLOCATION UNIVERSELLE, SÉDUISANTE MAIS UTOPIQUE D une toute autre nature est le concept «d allocation universelle», qui vise à éliminer toute idée de condition de ressources et de rattachement à l obligation de travailler : chacun aurait vocation à une allocation universelle de base, dont l'impôt L allocation universelle est très différente de l impôt négatif, mais son coût serait prohibitif. sur le revenu reprendrait une fraction d'autant plus importante que le revenu du foyer est plus élevé et que l'allocation est donc inutile. L'allocation universelle favoriserait le temps choisi, réparti entre un travail rémunéré, la vie familiale et des activités non marchandes, ce qui aurait des répercussions bénéfiques sur l'emploi et permettrait une meilleure qualité de la vie sociale. Mais, à l instar de l impôt négatif, l'allocation universelle pose de redoutables problèmes ; de manière plus précise, son caractère exclusivement monétaire soulève de sérieuses difficultés tant sur le plan théorique que sur le plan pratique. Car de deux choses l une : ou bien cette allocation est située à un haut niveau, mais c est alors sa faisabilité qui est en question, du fait des énormes prélèvements qu elle suppose ; soit elle se situe à un bas niveau, et elle ne peut alors que générer de for t e s i n é g a l i t é s s e l o n l a situations des personnes, tout en conduisant à un abandon de l ensemble des autres protections e x i s t a n t e s : ce qui ne peut que désavantager les plus pauvres. Plus généralement, on observera encore que de puissantes raisons s opposent à une inflexion prononcée vers un pur et simple mécanisme de garantie de ressources de base. Ces raisons sont liées, d une part, à l attachement au travail, lequel apparaît comme une dette fondamentale de chacun à l égard de tous : c est dire que, sauf le cas où l incapacité du bénéficiaire est patente, une solvabilisation sans contrepartie en travail restera toujours problématique. D autre part, au fait que, dans un système fondé sur les assurances sociales, c est le 79

6 80 statut de salarié qui organise les transferts de ressources au sein de la collectivité des travailleurs : dès lors, une garantie universelle déconnectée du travail ne peut que remettre en cause ces montages. C est bien pourquoi les garanties de revenus de base prennent, dans tous les pays où elles ont été instituées, la forme de mécanismes transitoires devant permettre à terme une réinsertion dans l emploi, à moins que l obligation d accepter une activité ne leur soit directement attachée ; ces garanties ont toujours un caractère supplétif par rapport aux droits a t t a c h é s au travail et ne se substituent pas à eux. Certes, la contestation de l'etat providence que véhiculent les idées d impôt négatif ou d allocation universelle n apparaît pas totalement infondée, surtout si l on considère l efficacité de l action publique face aux problèmes posés par la pauvreté. De là, cependant, à remettre en cause l ensemble du système au motif qu il ne serait pas parvenu à éradiquer cette dernière, il y a un pas qu il faut se garder de franchir. Certains pays, il est vrai, n ont pas hésité à le faire : par exemple les Etats-Unis qui, dans le même temps où ils sont revenus sur les principes d assistance sociale jusqu alors en vigueur, ont pratiqué une certaine dérégulation du marché de l'emploi (pas de salaire minimum, contraintes minimales imposées aux employeurs ) : mais si la croissance qu a connue ce pays depuis une dizaine d années a généré une baisse sensible du taux de chômage et un niveau important de création d'emplois, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté n en a pas moins fortement augmenté. L'exemple La lutte contre l exclusion et la pauvreté doit passer par d autres politiques publiques, portant sur l échec scolaire, le droit au logement, le surendettement... américain semble donc montrer qu'un marché du travail peu régulé, même s'il s'accompagne d'un chômage faible, accroît les inégalités et la précarité. INVESTIR SUR L INSERTION Dans la plupart des pays européens, et en particulier en France, il en va tout autrement : y prévaut l idée que si le droit au travail se trouve malmené (droit qui est au demeurant inscrit, en ce qui concerne la France, dans le préambule de la Cons titution de 1946), un devoir social d'as sistance s'impose. De fait, les Français, dans leur majorité, plébiscitent le RMI, tout en redoutant la fraude et l'encouragement à la paresse. C est dire que si le système de protection ne semble pas pouvoir, à lui seul, éradiquer la pauvreté, il n est pas pour autant totalement impuissant et démuni. Ainsi conviendrait-il, par exemple, d'améliorer son acces sibilité au profit de ceux qui en ont le plus besoin, dans la mesure où certaines personnes ne perçoivent pas les prestations auxquelles elles pourraient prétendre ; s il est parfois volontaire (honte, perte d estime de soi, refus des contrôles, etc.), ce «non-recours» est le plus souvent dû à l'ignorance des dispositifs existants et à la complexité des dossiers et des démarches à entreprendre : le rôle des travailleurs sociaux et des associations ap - paraît donc, à cet égard, fonda - mental. De même devrait-on veiller, pour éviter l'effet «trappe à pauvreté», à ce que le volet insertion des dispositifs d'aide devienne plus efficace ; les solutions, ici, abondent. Mais, contrairement à l opinion souvent exprimée, selon laquelle seul le partage du temps de travail et celui des gains de productivité permettront de venir à bout de la pauvreté, il est clair que la prévention et la réparation de l'exclusion et de la pauvreté ne sauraient être de la seule responsabilité des systèmes de prestations sociales. Elles dépendent, à l évidence, d'autres politiques publiques comme celles qui visent à lutter contre l'échec scolaire, à rendre effectif le droit au logement, à traiter les problèmes de surendettement, à organiser le travail en réseaux des acteurs sanitaires et sociaux de terrain, etc. C est dans ce sens qu est allée, en France, la loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions, qui a envisagé une action globale et cohérente dans tous les domaines qui conditionnent concrètement une meilleure insertion des personnes : santé, logement, accès au droit, formation, culture Nul doute que c est cette direction que les pouvoirs publics doivent continuer d emprunter : non seulement parce que c est la seule voie qui permette de lutter préventivement contre la pauvreté. Mais aussi et ceci découle de cela parce que cette lutte constitue indiscutablement, que l on cherche à prévenir ou au contraire à soulager cette dernière, un impératif catégorique découlant tant des normes consacrées par la Constitution que des principes à la base de toute société basée sur le respect des droits de l homme. Ce que le duc de La Rochefoucauld- Liancourt et les révolutionnaires de 1789 avaient fort bien compris en déclarant que «là où il existe une classe d hommes sans subsistance, là il existe une violation des droits de l humanité, là l équilibre social est rompu». Retour au point de départ.l

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Le minimum contributif : réglementation et évolutions récentes. Sylvie Chaslot-Robinet

Le minimum contributif : réglementation et évolutions récentes. Sylvie Chaslot-Robinet CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Le minimum contributif

Plus en détail

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions La réforme des aides au logement dans le secteur locatif par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions En 1999, par le biais des aides au logement (aide personnalisée au logement et allocation

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Préambule Pour les revenus les plus modestes, le poids du budget logement

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales TRAPPES À INACTIVITÉ --- DU RMI AU RSA LES ÉVALUATIONS AU COURS D UNE RÉFORME Du RMI au RSA : supprimer les trappes à inactivité 2 La problématique des trappes

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

* Les références entre crochets renvoient à la bibliographie en fin d ouvrage.

* Les références entre crochets renvoient à la bibliographie en fin d ouvrage. Introduction En France, après les années de croissance forte et continue qui ont vu s étendre la protection sociale de la population, on est entré, depuis le milieu des années 1970, dans une période où

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23 Introduction La place de sa sécurité sociale dans le système de protection sociale 5 I. La construction du système de protection sociale 5 1. Les influences de Bismarck et de Beveridge 6 2. La structuration

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Les 3 piliers de pensions

Les 3 piliers de pensions Le 4 octobre 2006 Les 3 piliers de pensions - Note explicative - Michel Rosenfeldt Document réalisé par le Page 1 sur 12 Introduction Définition de la retraite et de l âge légal La retraite définit l état

Plus en détail

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR La Protection sociale des étrangers Ali BEN AMEUR Introduction et recommandations Présentation de la séance et de son déroulement. Le Droit de la Protection sociale est vaste, complexe et évolutif. Durant

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire?

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire? Juin 2012 Questions sociales Qu est-ce que le mi-temps thérapeutique? Le mi-temps thérapeutique se met en place après avis du médecin traitant et du médecin de la Sécurité sociale, à la suite d un arrêt

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité?

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Accueillir Héberger Accompagner Insérer Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Comité d Etude et d Observation 14 octobre 2008 FNDSA Comité d Etude et d Observation 14_10_2008 1 Les critères de référence

Plus en détail

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. Les taux marginaux implicites de taxation

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. Les taux marginaux implicites de taxation Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers Les taux marginaux implicites de taxation Octobre 1999 SOMMAIRE Le présent document est publié dans le cadre de la commission parlementaire

Plus en détail

ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION

ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION I- La réforme des retraites 2014 1 - Les mesures impactant les actifs et les employeurs Les cotisations retraite La durée d assurance / taux plein Le départ

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

SUÈDE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK).

SUÈDE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK). SUÈDE Nomenclature ATP KBT Pension complémentaire Complément municipal au titre du logement Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK). Notes générales

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI. Panel 3 :

CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI. Panel 3 : REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix-Travail-Patrie --------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace-Work-Fatherland --------- CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI Panel 3 :

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Mini-jobs (revenus inférieurs à 450 brut) et Gleitzonenjobs (revenus compris entre 450,01 et 850 brut)

Mini-jobs (revenus inférieurs à 450 brut) et Gleitzonenjobs (revenus compris entre 450,01 et 850 brut) Mini-jobs (revenus inférieurs à 450 brut) et Gleitzonenjobs (revenus compris entre 450,01 et 850 brut) - Informations droit social et droit du travail 4/2013 - Le mini-job Quand peut-on parler d un mini-job?

Plus en détail

Aperçu comparatif du financement de l assurance maladie obligatoire dans plusieurs pays européens.

Aperçu comparatif du financement de l assurance maladie obligatoire dans plusieurs pays européens. www.inami.be www.coopami.org Aperçu comparatif du financement de l assurance maladie obligatoire dans plusieurs pays européens. Nouakchott 31 janvier 2011 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI PLAN

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT

NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT - OBJET : Les ressources des personnes handicapées hébergées en établissement Base juridique

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3298 Convention collective nationale IDCC : 2104. THERMALISME AVENANT N 24 DU

Plus en détail

Notion de risque social : risques traditionnels et émergents

Notion de risque social : risques traditionnels et émergents Notion de risque social : risques traditionnels et émergents La notion de risque«danger éventuel plus ou moins prévisible» le nouveau petit robert La notion de risque est complexe et se retrouve dans de

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP

DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP Service des Politiques de l Autonomie des Personnes Agées REVALORISATION des tarifs Au 1 er septembre 2014 - DES PRESTATIONS ET AVANTAGES SOCIAUX DESTINES AUX PERSONNES

Plus en détail

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES Luxembourg, le 21 novembre 2013 SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES 1/17 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires : 3 2. Introduction 4 3. Simulations 5 3.1 Le modèle de microsimulation et les

Plus en détail

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques.

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez avoir droit à l allocation veuvage, à la retraite de réversion, à certaines aides pour la famille et le logement. Faites attention aux possibles récupérations

Plus en détail

FINLANDE. Nomenclature

FINLANDE. Nomenclature FINLANDE Nomenclature KEL KIEL KVTEL LEL MEL MYEL PEL TAEL TEL VEL VPEL YEL Loi sur les pensions nationales (vieillesse, invalidité) Loi sur les pensions de l'église évangélique luthérienne Loi sur les

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

DISPOSITIFS Aides à la création d'entreprises

DISPOSITIFS Aides à la création d'entreprises DISPOSITIFS Aides à la création d'entreprises JUILLET 2014 ACCRE - AIDE AUX CHÔMEURS CRÉATEURS OU REPRENEURS D'ENTREPRISE Web : http://vosdroits.service-public.fr/pme/r17122.xhtml Type d'aide : Aide à

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation Luc Godbout 2 Suzie St-Cerny Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 5 Le droit à

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

RSA et assurance chômage

RSA et assurance chômage RSA et assurance chômage -Allocation d aide au retour à l emploi (ARE) -Allocation de solidarité spécifique (ASS) ARE : régime des activités réduites permet de cumuler une partie de l ARE avec le salaire

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE 1 La Protection sociale, son périmètre d intervention : Santé, vieillesse, survie, famille, maternité, chômage, invalidité, logement, accidents du travail, pauvreté-exclusion sociale et réinsertion professionnelle.

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée?

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? SOMMAIRE Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? Que dois-je déclarer aux impôts? Est-il possible de reprendre une activité?

Plus en détail

thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 1 6 - Pauvreté-précarité

thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 1 6 - Pauvreté-précarité thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 1 6 - Pauvreté-précarité ORS Ile-de-France - 83 - Février 2007 thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 2 ORS Ile-de-France - 84 - Février 2007 Fiche 6.1_01-24.qxp 28/02/2007

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES Adoptée par la Réunion du comité exécutif des 11-12 juin 2014 Introduction Messages-clés

Plus en détail

La protection sociale en Europe - ITALIE 1

La protection sociale en Europe - ITALIE 1 ITALIE Les dépenses de protection sociale en Italie représentent 25,2% du PIB. Le système italien est devenu récemment beveridgien. La principale réforme récente concerne le système de retraite. 1. Principes

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

La formation du système de Sécurité sociale en France

La formation du système de Sécurité sociale en France 70 e anniversaire de la création du système de Sécurité sociale français La formation du système de Sécurité sociale en France Catherine Mills A sa naissance en 1945, la création de la Sécurité sociale

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Première partie DE LA SOCIÉTÉ DE PLANTATION À LA SOCIÉTÉ DE TRANSFERTS : UNE SOCIOLOGIE DE LA RÉUNION

TABLE DES MATIÈRES. Première partie DE LA SOCIÉTÉ DE PLANTATION À LA SOCIÉTÉ DE TRANSFERTS : UNE SOCIOLOGIE DE LA RÉUNION Remerciements...7 Introduction...9 Politiques sociales et société créole : la construction d un objet...9 Condition salariale, désaffiliation, réaffiliations : l intégration par le travail en débat...

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155;

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Loi n 83-12 du 2 juillet 1983 relative à la retraite Le Président de la République, Vu la charte nationale, notamment son titre sixième V. Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Vu

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS NON SALARIES I. PROTECTION SOCIALE OBLIGATOIRE DU DIRIGEANT 1. SANTE A. COTISATIONS ET CONTRIBUTIONS

PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS NON SALARIES I. PROTECTION SOCIALE OBLIGATOIRE DU DIRIGEANT 1. SANTE A. COTISATIONS ET CONTRIBUTIONS PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS NON SALARIES 23/07/2012 Cette note vous donne un premier éclairage sur les démarches à effectuer, les charges sociales à prévoir lors des trois premières années d'activité

Plus en détail

Aperçu. sur les. Prestations familiales. au Luxembourg

Aperçu. sur les. Prestations familiales. au Luxembourg Aperçu sur les Prestations familiales au Luxembourg Introduction Depuis l entrée en vigueur de la loi du 19 juin 1985 concernant les allocations familiales et portant création de la Caisse nationale des

Plus en détail

LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015

LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015 Commission des comptes de l agriculture de la Nation Session du 15 décembre 2015 LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015 Le compte social prévisionnel des exploitants agricoles pour 2015

Plus en détail

LES RÉGIMES DE RETRAITE DES SALARIÉS

LES RÉGIMES DE RETRAITE DES SALARIÉS LES RÉGIMES DE RETRAITE DES SALARIÉS Assurance vieillesse de la Sécurité sociale Régimes complémentaires Agirc / Arrco "La réglementation étant susceptible d'évoluer, les données contenues dans le présent

Plus en détail

Avis du Conseil d'etat sur la taxation des rémunérations les plus élevées - Réaction du Gouvernement -

Avis du Conseil d'etat sur la taxation des rémunérations les plus élevées - Réaction du Gouvernement - PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES BERNARD CAZENEUVE MINISTRE DELEGUE AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, CHARGE DU BUDGET Communiqué de presse www.economie.gouv.fr Communiqué

Plus en détail

Nouveau plan de suivi des chômeurs : c est parti!

Nouveau plan de suivi des chômeurs : c est parti! Nouveau plan de suivi des chômeurs : c est parti! Le Gouvernement a décidé un nouveau plan d accompagnement et de contrôle de la disponibilité des chômeurs qui entre en vigueur début juillet 2004. Ce plan

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Analyse sur le statut social des travailleurs indépendants

Analyse sur le statut social des travailleurs indépendants Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse sur le statut social des travailleurs indépendants Octobre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Allongement de la durée des cotisations Ainsi à partir de 2020, la durée d assurance augmentera d un trimestre tous les 3 ans.

Allongement de la durée des cotisations Ainsi à partir de 2020, la durée d assurance augmentera d un trimestre tous les 3 ans. Pour atteindre 43 ans en 2035 : augmentation des cotisations sociales création d un compte personnel de prévention de la pénibilité corrections de certaines injustices concernant notamment la situation

Plus en détail

PROTOCOLE D ARTICULATION ENTRE LA MDPH DE L ESSONNE, LES CENTRES DE REEDUCATION PROFESSIONNELLE ET LE CENTRE DE PREORIENTATION DE L ESSONNE

PROTOCOLE D ARTICULATION ENTRE LA MDPH DE L ESSONNE, LES CENTRES DE REEDUCATION PROFESSIONNELLE ET LE CENTRE DE PREORIENTATION DE L ESSONNE ANNEXE 2 AU PROTOCOLE D ARTICULATION ENTRE LA MDPH DE L ESSONNE, LES CENTRES DE REEDUCATION PROFESSIONNELLE ET LE CENTRE DE PREORIENTATION DE L ESSONNE CONCERNANT LES DISPOSITIFS DE RÉADAPTATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond Pour une protection solidaire et équitable : l assurance générale

Plus en détail

Nouvel élu? Solidaris vous informe

Nouvel élu? Solidaris vous informe Nouvel élu? Solidaris vous informe Mandataires politiques locaux et ASSURANCE MALADIE INVALIDITÉ Outre leur mandat politique, bon nombre de mandataires locaux exercent une autre activité comme travailleur

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI De quoi parle-t-on? La protection sociale est l'ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent de faire face financièrement aux aléas de la vie.

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) sur le projet de loi C-50

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) sur le projet de loi C-50 Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) sur le projet de loi C-50 Loi modifiant la Loi sur l assurance-emploi et augmentant les prestations présentés au Comité permanent des ressources

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Fiche n 3 - Protection sociale : assistance ou assurance sociale?

Fiche n 3 - Protection sociale : assistance ou assurance sociale? Janvier 2004 Fiche n 3 - Protection sociale : assistance ou assurance sociale? Ce que recouvrent les notions d assistance et d assurance L assistance relève de l action morale (devoir de bienfaisance mis

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maternité

Loi fédérale sur l assurance-maternité Délai référendaire: 9 avril 1999 Loi fédérale sur l assurance-maternité (LAMat) du 18 décembre 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l article 34 quinquies, 4 e alinéa, de la constitution;

Plus en détail

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Table des matières : 1. Synthèse... 2 2. Evolution globale... 5 2.1 Augmentation du nombre de chômeurs complets et de prépensionnés de 50 ans et +... 5 2.2

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail