Opérationnelle. Règlement de Mise en Œuvre Opérationnelle. Méthodes d engagement sur Incendie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Opérationnelle. Règlement de Mise en Œuvre Opérationnelle. Méthodes d engagement sur Incendie"

Transcription

1 Règlement de Mise en Œuvre Opérationnelle Opérationnelle Service Départemental d'incendie et de Secours de Seine-et-Marne Méthodes d engagement sur Incendie Rédigé par : Groupe de travail ARI Rédigé le : Juin 2013 Validé par : DMO Validé le : Décembre 2013 Révision : n 1 février 2017 Révision n 1 Février 2017

2 Préambule Le Service Départemental d Incendie et de Secours de Seine-et-Marne fait face à des risques divers dans le cadre de ses activités opérationnelles, au titre desquelles on peut citer la lutte contre les incendies. Dans ce contexte et afin de garantir la sécurité du personnel intervenant, l organisation des temps de l opération doit être assurée dans un ensemble cohérent de techniques et de connaissances. Le présent règlement vient donc en complément des GNR «ARI» et «Equipes en binômes : utilisation des lances à eau à main» pour expliciter la méthodologie d utilisation des appareils respiratoires isolants. Il constitue ainsi l appui commun pour notre engagement opérationnel sur incendie. Celui-ci aborde, dans un premier temps, les modalités préparatoires et d engagement des personnels puis les techniques de reconnaissance, de recherche de victimes et d assistance respiratoire. La révision n 1 porte sur la sauvegarde du binôme. Ce document se veut être la ligne de conduite à suivre par les acteurs de l intervention pour garantir l engagement sécurisé des personnels sous ARI et améliorer la maîtrise des risques opérationnels. Des tutoriels vidéo en ligne des techniques opérationnelles peuvent être visualisés en scannant les QR-codes ou en consultant directement l adresse internet. Rédacteurs : Cdt J. Pierlot, Cne R. Forey, Cne L. Girardière, Ltn O. Pouilly, Adc C. Perry, Adc P. Gilland, Adc C. Kolmann, Adj P. Cuvelier, Adj E. Mella, Sch P. Bordat, Sch S. Chabin, Sgt J.B. Galmiche, Sgt J. Triqueneaux, Cch X. Thomas, Cpl C. Bour, Mr N. Thomas, Mr B. Presle. Révision 1 : Cdt L. Girardière, Cdt D. Roux, Cne X. Bressand, Ltn P. Cuvelier, Adc E. Mella, Adj R.S. Lauret, Sch Ch. Brezel, Sch G. Damon, Sch V. Pfaff, Sch N. Wierepant 2/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

3 Sommaire Introduction page 5 1 Préparation à l engagement page 6 à Habillage et contrôle croisé p Habillage p Contrôle croisé p Principes d engagement p Les conditions minimales d engagement p L autonomie du binôme p L enregistrement p Le réengagement p Le reconditionnement des binômes p Les règles de récupération des personnels p Les règles de remise à niveau du matériel de protection p. 11 respiratoire 1.3 Rôle et missions du contrôleur ARI p Rôle et missions du binôme de sécurité p Les missions en phase «ATTENTE» p Les missions en phase «ACTION» p Engagement en recherche et reconnaissances page 14 à Principes d engagement p La recherche p Les reconnaissances p Reconnaissance à vue p Reconnaissance au moyen d une ligne de vie p Reconnaissance sur ligne de vie méthode latérale p Reconnaissance sur ligne de vie méthode circulaire p Règles de marquage p Assistance respiratoire pour victimes p Cas particulier des Espaces d Attente Sécurisé (EAS) p Evacuation générale p Sauvegarde du binôme page 27 à Anticipation p Evaluation de la situation à la survenue d un incident p Techniques de dégagement p Piégeage dans des fils ou des câbles p. 30 3/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

4 3.3.2 Franchissement d un passage étroit p Message de détresse p Procédure AAALEERTER p En cas de débit d air insuffisant p Economie d air p Gestion de l air p Techniques de respiration p Sauter une respiration p Intervalle respiratoire p Méthode Reilly p Méthode 2/4 p Assistance respiratoire sur porteur p Gestion d une fuite sur ARI p Déshabillage d un sauveteur inconscient en tenue complète p Lexique page 41 5 Bibliographie page 42 4/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

5 Introduction L entrainement lors de manœuvres est l une des conditions de réussite et du bon déroulement des interventions. De plus une préparation physique, physiologique et psychologique adaptée est nécessaire afin d être efficace dans ses missions et d assurer sa sécurité. Ceci est d autant plus vrai pour les interventions nécessitant le port de l ARI. Cette préparation individuelle doit être régulière et une attention particulière doit y être apportée lors de la garde, notamment : A la préparation physique : o Entrainement régulier, y compris à faire aux situations dégradées ; o Exercices cardio-respiratoires ; o Renforcement musculaire ; o Bonne nuit de sommeil avant de prendre la garde. A la préparation physiologique : o Alimentation (petit déjeuner avant de prendre la garde, alimentation équilibrée aux différents repas ) ; o Hydratation (hydratation régulière pendant toute la garde, hydratation avant de partir au feu ) ; o Préservation du potentiel physique au cours de la garde, notamment lors des séances d activité physique ; o Exercices d aisance réguliers au port de l ARI. A la préparation psychologique : o Anticipation à se retrouver en situation stressante ou dégradée ; o Entrainement pour conserver ses capacités en situation de stress. 5/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

6 1 Préparation à l engagement 1.1 Habillage et contrôle croisé Habillage L agent aura préalablement revêtu sa tenue d intervention (bottes à lacets, cagoule, pantalon-veste textile et gants à disposition). L habillage consiste à revêtir ses équipements de protection individuelle (dossard et masque ARI) selon un ordre défini. Position d attente avant engagement : Le test d étanchéité peut être réalisé avant cette phase (cf. FMO EPI 008). Après avoir mis le dossard ARI, verrouiller la Soupape A la Demande (SAD). Ouvrir la bouteille. Présenter la SAD dans l axe de l orifice du masque. Pour s assurer d une bonne fixation, encliqueter la SAD fermement jusqu à venir en butée sur l orifice situé sur le masque (bruit de «clic» fort). Placer l ensemble (masque et SAD encliquetée) en attente autour du cou. 6/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

7 Habillage avant engagement : Fermer la boucle ventrale. Serrer les sangles, afin de porter le poids de l ARI sur les hanches. Ajuster le harnais (plus serré hors engagement que lors de l engagement pour garder une couche d air). Plaquer sur le visage le masque et la SAD préalablement assemblés. Serrer les sangles jugulaires. Serrer les sangles temporales. Resserrer les différentes sangles si nécessaire. Rentrer la sangle d attente du masque au niveau du cou, dans la cagoule. Placer la cagoule par-dessus le masque ARI sans peau apparente. Fermer la fermeture éclair de la veste. Placer le velcro de cou. 7/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

8 Allumer l amplificateur de voix. Le chef d équipe se munit d un moyen radio. L oreillette est placée par-dessus la cagoule. La mentonnière passe sous le câble radio du masque. Attacher la mentonnière du casque. Contrôler la pression et/ou l autonomie d engagement. Commentaire Cette étape est réalisée en zone contrôlée Contrôle croisé Le contrôle croisé intervient une fois l habillage terminé. Il est sous la responsabilité du binôme et validé par le responsable du point d engagement (chef d agrès, contrôleur ou le binôme lui-même). Il est réalisé en vis-à-vis par le binôme. Il consiste à vérifier la mise en place des EPI : tenue d intervention, ARI, masque SAD. 8/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

9 Important Le contrôle croisé valide les étapes d habillage et garantit le niveau de protection du binôme. Important AVANT TOUT ENGAGEMENT PROCEDER AU CONTROLE CROISE EN VERIFIANT LES EPI DE SON BINOME. LE LIEN SAD-MASQUE DOIT ETRE VERIFIE EN FAISANT PIVOTER LA SAD TOUT EN TIRANT LEGEREMENT DESSUS. 1.2 Principes d engagement L engagement est le passage de la zone contrôlée en zone d exclusion. Il satisfait aux conditions minimales de sécurité, d autonomie, d enregistrement et de réengagement. Il s agit du début de la mission du binôme (sauvetage, recherche, attaque de foyer ) Les conditions minimales d engagement Des conditions minimales doivent être remplies pour permettre au binôme de s engager en sécurité : La pression minimale pour le premier engagement est de 280 bars ; Le contrôle croisé est réalisé et satisfaisant ; Le binôme est enregistré. Tout engagement en dessous de 280 bars est restreint à des missions limitées. Il est validé par le responsable du point d engagement. Chaque binôme ARI doit disposer d un dispositif de communication. Le moyen radio doit être privilégié. Tout engagement sans moyen radio doit être considéré comme un mode dégradé induisant davantage de vigilance L autonomie du binôme Un engagement sous ARI comprend trois temps : Temps «aller» ; Temps «mission» ; Temps «retour». Important Tout au long de la phase d engagement, le porteur d un ARI contrôle l autonomie d air respirable dont il dispose. 9/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

10 Attention Lorsque le calculateur d autonomie de l ARI Dräger indique 0 minute, il reste environ 50 bars de sécurité dans la bouteille. Ce seuil de sécurité est anticipé afin de ne pas être atteint. Pression restante Autonomie L enregistrement Il s agit de la dernière étape de contrôle pour s assurer d un engagement sécurisé. Avant chaque engagement ou réengagement, le binôme doit s enregistrer. L enregistrement se fait en zone contrôlée, auprès du chef d agrès ou du contrôleur, à défaut par le binôme lui-même (après avoir obligatoirement informé le chef d agrès). Pour cela le tableau d enregistrement est à disposition des intervenants. Toutefois, tout autre support peut être utilisé (porte, mur ). L enregistrement comprend : L identification des porteurs (noms) ; L heure d entrée (tant que possible) ; La remise des «clés» avec les plaquettes d enregistrement au chef d agrès, au contrôleur ou laissées au point d enregistrement Le réengagement On parle de réengagement dès lors que l on effectue une nouvelle mission après une phase de récupération. Il est conditionné par : Une autonomie suffisante pour effectuer la mission donnée ; Un état physique du binôme satisfaisant qui est validé par le chef d agrès. Attention La sortie de la zone rouge n entraîne pas forcément un désengagement. Ex : Prise en compte d un matériel dans le parc matériel d engagement. 10/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

11 Commentaire Dans le cas d un réengagement, la pression disponible doit être mentionnée au point d engagement auprès du responsable Le reconditionnement des binômes Le reconditionnement des binômes est réalisé dans la zone définie par le COS, de préférence dans la zone de soutien. Il se réalise en deux phases : une phase de récupération des personnels et une phase de remise à niveau du matériel de protection respiratoire Les règles de récupération des personnels Selon l état physique des binômes, apprécié par le chef d agrès, la récupération des personnels peut inclure une phase de repos physique préalable à un éventuel réengagement. La durée est définie par le chef d agrès en fonction de l état de sollicitation des binômes. Elle tient compte des conditions climatiques difficiles (Note d Information «Travail et Chaleur» 2004/79). La récupération consiste à : Poser l ARI et son masque ; Retirer le casque et ouvrir la veste textile ; S hydrater et/ou s alimenter ; Avoir une faible sollicitation physique (assis). Après un passage en zone de récupération, le binôme peut être réengagé sur appréciation du chef d agrès Les règles de remise à niveau du matériel de protection respiratoire La remise à niveau du matériel consiste à vérifier le bon état de fonctionnement des équipements. Elle comprend: Le changement des bouteilles ARI ; Le contrôle et la remise en état des dossards et des masques. La remise à niveau du matériel est une phase préalable à un éventuel réengagement. Commentaire Une attention particulière doit être apportée sur le choix et l organisation du point de reconditionnement (zone propre, abritée si possible). 11/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

12 1.3 Rôle et missions du contrôleur ARI Le contrôleur ARI assure l enregistrement des binômes. Il régule un point d accès (point d engagement en zone contrôlée) et y assure la sécurité des équipes engagées. Il est positionné si possible dès lors qu il y a engagement d un binôme. Ce rôle peut être tenu par un chef d agrès ou une autre personne qu il désigne. Les missions du contrôleur ARI sont : Contrôler un seul point d'accès ; Effectuer les enregistrements ; Gérer les binômes ; Superviser au maximum 10 porteurs, soit 5 binômes dont le binôme de sécurité ; Garder toujours à proximité immédiate un binôme de sécurité ; Rester constamment en relation avec le COS et le tenir informé du déroulement de l'opération ; Prendre les mesures d'urgence en cas de besoin. 1.4 Rôle et missions du binôme de sécurité Un binôme de sécurité est mis en place par le COS dès que possible lors d un engagement d une équipe en zone d exclusion. Il est placé au niveau du point d engagement. Le binôme de sécurité est sous l autorité du contrôleur. Son rôle principal est d assister et de porter secours au(x) binôme(s) engagé(s). Dès sa mise place, il signale sa présence par radio au(x) binôme(s) engagé(s). Le binôme de sécurité dispose du même niveau de protection et d équipement que les binômes engagés. Important Un sauvetage justifie l envoi immédiat d un binôme sans mise en œuvre d un contrôleur ARI ou d un binôme de sécurité. Toutefois, l information au chef d agrès et l enregistrement sont primordiaux Les missions en phase «ATTENTE» Les missions du binôme de sécurité sont : Se tenir à la disposition du chef d agrès ou du contrôleur ARI ; Contrôler l ouvrant d engagement ; Faciliter la progression et le repli des établissements ; Assurer un contact avec les binômes engagés (visuel, veille radio ) ; Assurer la pérennité de l itinéraire de repli des binômes engagés ; Veiller les alarmes sonores dans la zone d exclusion ; Faire remonter les informations au contrôleur. Dans cette configuration uniquement, le binôme est équipé des ARI avec les masques coiffés sur les visages, les SAD non encliquetées, les bouteilles ouvertes, afin d être en capacité d intervenir rapidement. 12/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

13 Commentaire Durant cette phase d attente, en cas d apparition de buée dans le masque, faire encliqueter la SAD par l autre porteur et respirer jusqu à sa disparition Les missions en phase «ACTION» A la réception d une difficulté ou d un appel d un binôme engagé, les missions du binôme de sécurité sont : Rendre compte de son engagement au responsable du point d engagement ; Encliqueter mutuellement les SAD par le binôme ; Assister le(s) binôme(s) engagé(s). Attention L engagement d un binôme de sécurité implique la désignation immédiate d un nouveau binôme de sécurité. Important L auto-encliquetage est interdit. 13/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

14 Important AVANT TOUT ENGAGEMENT PROCEDER AU CONTROLE CROISE EN VERIFIANT LES EPI DE SON BINOME. LE LIEN SAD-MASQUE DOIT ETRE VERIFIE EN FAISANT PIVOTER LA SAD TOUT EN TIRANT LEGEREMENT DESSUS. 2 Engagement en recherche et reconnaissance 2.1 Principes d engagement Pour toute exploration sous ARI, les trois principes suivants doivent être respectés : Le binôme engagé doit être enregistré ; Le binôme possède un moyen de communication ; L itinéraire de repli est facilement identifiable par les membres du binôme (principe de la ligne de vie). Ex : Dans le cadre d une exploration dans une cage d escalier, la main courante peut servir de ligne de vie. A l inverse, une exploration dans un parking souterrain nécessite une ligne de vie filaire du fait de l absence de repères. 2.2 La recherche Règles de déplacement en recherche : Selon les conditions à l intérieur du bâtiment, l exploration s effectue debout, accroupi ou à quatre pattes ; Le déplacement à quatre pattes réduit le risque de chute de plain-pied. Cette position doit être privilégiée dès lors que les pièces sont envahies de fumées ; Lors de la reconnaissance d une pièce pour une recherche de victimes, les 2 intervenants se déplacent le long des murs en réalisant un parcours circulaire pour revenir au point de départ. Afin d assurer une recherche complète, il convient de quitter la pièce par la porte utilisée. Les règles de recherche sont : Les binômes utilisent des matériels facilitant leurs recherches (caméra thermique, outils d effraction) ; Les membres du binôme sont reliés entre eux à l aide de la liaison personnelle afin de rester indissociables en cas de perte de visibilité ; Les recherches se font systématiquement pièce par pièce en veillant aux signes de présence de victimes (appels à l aide, bruits ) ; 14/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

15 Afin de réduire la désorientation et le stress associé, il est essentiel que les binômes gardent un repère «spatial» tout au long de leurs recherches. Ainsi, avant tout engagement, «le sens» de reconnaissance doit être défini au sein du binôme : «main gauche» ou «main droite». Les binômes longent le mur du côté choisi. On distingue deux temps de recherche : La recherche primaire ; La recherche secondaire. La recherche primaire s effectue au plus tôt au cours de l intervention. Elle vise, dans un premier temps, à rechercher les victimes dans les endroits les plus probables (en fonction de la prise de renseignements ou des éléments issus de la lecture du feu). Dans un second temps, la recherche s étend au reste du bâtiment. La recherche secondaire est effectuée après la maîtrise du sinistre et la suppression des dangers. Il s agit d une recherche approfondie pour s assurer que toutes les victimes ont été retrouvées. Elle se fait, si possible, par des binômes différents de ceux ayant réalisé la recherche primaire. Lors de missions de recherche de victimes en simultanée de missions d extinction, la recherche de victimes commence à proximité immédiate du foyer pour s en écarter et atteindre la sortie du bâtiment. Cette méthode permet la recherche de victimes compte-tenu du niveau de menace du foyer d incendie et de sa propagation. Attention Les zones probables où trouver des victimes adultes sont à proximité des ouvrants (porte, fenêtre ). Les zones probables où trouver des victimes enfants sont les zones de refuge (placard, sous les lits ). Lors d opérations en bâtiment avec étages, les recherches s effectuent dans un premier temps à l étage du foyer. L étage directement au-dessus est reconnu dans un deuxième temps puis ensuite le dernier étage du bâtiment. Ces niveaux présentent un danger croissant conditionné par le développement de l incendie. Les étages intermédiaires et inférieurs sont reconnus par la suite. 15/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

16 2.3 Les reconnaissances Selon la configuration des lieux, les risques présents, les conditions de visibilité, le nombre de binômes disponibles, les intervenants peuvent employer différentes techniques de reconnaissance. Le chef d agrès ou le COS organise leurs mises en œuvre. Le binôme adapte sa technique à la situation rencontrée tout au long de la reconnaissance. Les quatre techniques de reconnaissance sont : La reconnaissance à vue ; La reconnaissance sur ligne de vie (progression) ; La reconnaissance sur ligne de vie «méthode latérale» ; La reconnaissance sur ligne de vie «méthode circulaire». Commentaire Ces techniques sont mises en œuvre indépendamment ou combinées entre elles selon la situation Reconnaissance à vue La reconnaissance à vue est employée pour des missions éloignées du feu ou après incendie (désenfumage de cage d escalier ou de locaux mitoyens) en zone contrôlée ou d exclusion. Les conditions de mise en œuvre sont : Visibilité bonne et suffisante pour distinguer l environnement ; Déplacement sûr et sans encombre au sein des espaces ; La capacité de résistance et d endurance physique du binôme n est pas entamée. Selon les caractéristiques de l environnement, deux configurations sont mises en place : L air est respirable (extérieur ou non présence de fumée) : Le binôme réalise la reconnaissance à vue muni du masque ARI en attente, SAD encliquetée et bouteille ouverte. Le chef et l équipier ne sont pas amarrés entre eux. Néanmoins, le binôme ne se sépare pas. 16/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

17 L air devient vicié : En cas de changement de situation, le binôme passe sous ARI. Il en rend compte au COS ou au contrôleur. Il continue ou abandonne la reconnaissance selon la décision du COS. Attention Même lors d une reconnaissance à vue, l enregistrement est systématique Reconnaissance au moyen d une ligne de vie La reconnaissance au moyen d une ligne de vie est employée pour disposer d un lien physique et continu avec l extérieur de la zone d exclusion vers la zone contrôlée. Les conditions de mise en œuvre sont : La visibilité est réduite ou nulle ; Le cheminement est complexe (élévation, dénivellation, virages, cave, entrepôt, sousterrain...) ; Des difficultés de cheminement existent (obstacles...) ; Dès que la capacité de résistance et d endurance physique du binôme est susceptible d être entamée. La reconnaissance au moyen d une ligne de vie se fait selon deux configurations : Au moyen d une ligne guide principale, de dérivation ou d un prolongement de ligne guide ; 17/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

18 Au moyen d un tuyau lorsque la progression est réalisée avec un moyen hydraulique (recherche de foyer ou de victimes). Pour la progression avec un moyen hydraulique : Le chef d équipe et l équipier se lient entre eux. Le binôme reste en contact permanent avec le tuyau ; L équipier peut s amarrer en plus au tuyau lors de la progression ; La position de progression (debout, accroupi, à genoux ou à quatre pattes) est adaptée à l environnement (risque thermique et/ou visibilité réduite). Important Lorsque le porteur d ARI s attache au tuyau avec sa liaison personnelle, cette dernière reste libre et glisse le long du tuyau. 18/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

19 Commentaire Pour une plus grande liberté de mouvement lors de l attaque de foyer, les membres du binôme peuvent s amarrer individuellement sur le moyen hydraulique. Dans le cas d espaces de petites dimensions, la reconnaissance est réalisée par un membre du binôme, l autre reste à l entrée. Il maintient la communication verbale tout au long de cette phase de séparation physique, en informant sur le déroulement des recherches. Ils sont reliés entre eux en cas de perte de visibilité. Lors des reconnaissances avec un moyen hydraulique, le porte-lance (le chef d équipe) conserve le contrôle de sa lance. Elle est placée entre le foyer et la pièce à reconnaître. Important Dans cette configuration, l équipier réalise la reconnaissance du local à la place du chef. J explore 19/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

20 2.3.3 Reconnaissance sur ligne de vie «méthode latérale» Cette technique permet de reconnaître un espace relativement vaste entre les deux points de fixation de la ligne guide principale, de prolongement ou de dérivation en zone d exclusion. Elle est réalisée exclusivement à partir d une ligne guide filaire. Elle consiste à explorer une zone située en parallèle de la ligne guide. Son amplitude maximale est la longueur cumulée d une liaison personnelle entièrement déployée et celle d une liaison courte. Les conditions de mise en œuvre sont : Une visibilité réduite ou nulle ; Un cheminement difficile. La reconnaissance sur ligne de vie «méthode latérale» est mise en œuvre selon deux configurations : «en mode associé», les deux porteurs d ARI sont reliés via la liaison personnelle courte du chef. Celle de l équipier est liée à la main courante et déployée (jusqu à atteindre les 6 mètres) ; 20/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

21 «en mode dissocié», l équipier est relié par sa liaison courte à la ligne guide. La liaison du chef est reliée à l équipier et atteint jusqu à 6 mètres. Commentaires La méthode associée contraint le binôme à s éloigner de la ligne guide. Toutefois, elle permet aux deux porteurs d ARI d être à proximité immédiate durant la reconnaissance. La méthode dissociée permet à l équipier d être en contact immédiat avec la ligne guide. Le chef dispose par ailleurs d une amplitude importante. Toutefois, il est physiquement éloigné de l équipier (garder un contact verbal entre les membres du binôme). Attention Pour cette technique, quelque soit le mode, les deux liaisons personnelles ne sont pas déployées en version longue en même temps. 21/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

22 2.3.4 Reconnaissance sur ligne de vie «méthode circulaire» Cette technique permet de reconnaître des espaces plus restreints, sous forme de petites pièces (chambre ) en zone d exclusion. Elle consiste à explorer une zone de façon circulaire, jusqu à une profondeur correspondant à la longueur cumulée d une liaison personnelle entièrement déployée et celle d une liaison courte. Les conditions de mise en œuvre de la reconnaissance sur ligne de vie «méthode circulaire» : Visibilité réduite ou nulle ; Espace de petites dimensions. Méthode générale : Le chef attaché à l équipier réalise des déplacements en «va-et-vient» par la répétition des allers et retours à partir de la position de l équipier. Il s éloigne au fur et à mesure pour couvrir l intégralité de l espace d une pièce bien délimitée (figure 1 et 2). Figure 1 22/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

23 Figure 2 Particularité : Dans un espace comportant des obstacles (espace difficilement accessible tel qu un angle mort d un entrepôt, de parking souterrain ), la méthode circulaire est complétée par la méthode latérale en mode associé (figure 3). Attention En cas de présence avérée d une victime dans une pièce, les deux liaisons longues peuvent être déployées intégralement exceptionnellement. Cette situation génère une augmentation du risque de zones non explorées (zones d ombres). 23/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

24 2.4 Règles de marquage Au cours de l exploration, les pièces reconnues sont marquées afin de préciser l avancée des reconnaissances et d éviter une perte de temps par répétition. Lors de la réalisation, les portes sont fermées après reconnaissance pour que les pièces ne soient pas envahies par les fumées ou impactées par la propagation de l incendie. Les règles de marquage sont : Faire un trait au moment de l entrée dans le volume ; Puis compléter par un deuxième trait au moment de la sortie pour former une croix. 2.5 Assistance respiratoire pour les victimes L assistance respiratoire est employée pour mettre en sécurité des victimes au moyen de la cagoule d évacuation. La mise en sécurité correspond à une mesure préventive par le déplacement ou le confinement des victimes. La cagoule d évacuation est placée sur une victime consciente que l on évacue par les communications existantes dont l atmosphère est viciée. L assistance respiratoire au moyen de la cagoule d évacuation est mise en œuvre selon les règles suivantes : Affecter cette mission au sauveteur disposant de la plus grande autonomie ; Connecter la cagoule d évacuation sur la 2ème sortie Moyenne Pression de l ARI du sauveteur ; Equiper la victime de la cagoule ; Evacuer la victime vers un lieu protégé des effets du sinistre. 24/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

25 La victime est ensuite accompagnée vers la zone de soutien. Selon l état physique de la victime, un ou deux sauveteurs peuvent être nécessaires pour la soutenir. Important Ne pas déplacer la victime sans lui avoir administré les premiers soins, sauf cas d extrême urgence. 2.6 Cas particulier des Espaces d Attente Sécurisés (EAS) 25/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

26 Les Espace d Attente Sécurisés (EAS) existent dans les Etablissements Recevant du Public. Ils permettent la mise en sécurité de personnes présentant une mobilité réduite par le principe d évacuation différée. Ils se trouvent dans les ERP, à raison d un ou deux par étage, identifiables par les secours sur les plans d établissement. Dans les hôtels, une chambre correspond à un EAS. L évacuation des victimes présentes dans les E.A.S. est mise en œuvre selon les règles suivantes : Se renseigner auprès du chef d établissement du concept d évacuation retenu ; Prendre connaissance du positionnement des EAS sur les plans d établissement ; Entrer en contact avec les personnes confinées s il y a présence d un bouton d appel ou par les façades ; Effectuer les reconnaissances des EAS ; Déterminer l idée de manœuvre : Confinement ; Evacuation ; Assurer l évacuation des victimes par un binôme. 2.7 Evacuation générale Lors d une menace imminente pour la sécurité des intervenants (effondrement, explosion...), un ordre d évacuation générale est donné. Cet ordre d évacuation générale est transmis par message radio. Celui-ci doit-être connu de tous et peutêtre transmis par n importe quel intervenant. Le contenu du message est : «Evacuation, Evacuation, Evacuation». La transmission est réalisée : Par n importe quel intervenant ; Par message radio en priorité ; Et en complément, par tous dispositifs : Alarme de repli ; 2 tons et avertisseur sonore des véhicules ; Mégaphone portatif et/ou «Public adress» des engins. Les intervenants sortent de la zone d exclusion dans les plus brefs délais. 26/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

27 3 Sauvegarde du binôme La sauvegarde du binôme est un ensemble de notions, de comportements et de techniques destinées à éviter de se mettre en danger, à s extraire d une situation de péril imminent et/ou à se mettre en condition pour attendre les secours en cas d incident. La sauvegarde du binôme doit être présente à l esprit de l ensemble des intervenants (COS, binôme engagé, binôme de sécurité,...). Tout d abord, les intervenants doivent développer une culture du risque et de l anticipation afin d éviter de se mettre en danger et de garantir leur sécurité. Pour cela, le binôme doit : maitriser son exposition et identifier les dangers imminents pour ne pas se mettre en péril qui nécessiterait l intervention du binôme de sécurité. identifier ses itinéraires de repli et de secours. Les situations susceptibles de mettre en jeu la sécurité du binôme sont liées à (liste non exhaustive) : Evolution du sinistre et ou du cadre d intervention : o phénomènes thermiques ; o explosion ; o effondrement ; o toute autre dégradation des conditions d intervention ; Evolution de l état du binôme ou de ses outils : o dissociation involontaire du binôme ; o désorientation dans le volume ; o piégeage dans des fils ou des câbles ; o emmêlage de la ligne guide, liaisons personnelles, sangles ; o blessure, mal être, malaise ; o problème technique sur ARI (fuite, bris, ) o perte des communications radio avec l extérieur ; o interruption de l alimentation de la lance du binôme ; o rupture d air. 3.1 Anticipation Afin d anticiper la survenue de telles situations et de se préparer à y faire face, il convient de connaître l environnement et les risques associés, notamment à travers : La lecture du feu : o Bâtimentaire : construction ; utilisation ; emplacement des ouvrants ; itinéraires de repli et de secours. o Fumée ; o Flammes ; o Chaleur ; o Ouvertures ; o Sons. La connaissance des risques associés aux phénomènes thermiques. 27/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

28 De plus, la maîtrise des outils, de leur fonctionnement et des techniques opérationnelles est primordiale pour assurer la sécurité du personnel. 3.2 Evaluation de la situation à la survenue d un incident Lorsqu un incident survient, le binôme ou le sapeur-pompier involontairement dissocié doit évaluer la situation afin de déterminer la stratégie à adopter en se posant les questions suivantes : Quel est/quels sont le(s) problème(s)? L environnement est-il stable ou peut-il se dégrader? Quelle est mon autonomie en air? Ai-je besoin d assistance pour me sortir de cette situation? Le binôme/le sapeur-pompier dissocié doit réévaluer régulièrement la situation et sa stratégie en se reposant ces questions, notamment lors d un changement favorable ou défavorable des conditions. A partir de cette analyse, il peut : Tenter une évacuation = Effort intense Se mettre en condition pour attendre les secours = Economie d air Le binôme ou le sapeur-pompier involontairement dissocié peut tenter une évacuation puis en cas d échec ou d impossibilité, se mettre en condition pour attendre les secours. 28/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

29 Engagement INCIDENT Porteur en difficulté Extraction réflexe de la situation dangereuse Analyse de la situation Exemple : extraction des décombres en cas d effondrement, du volume concerné en cas de phénomène thermique, Message de détresse : NELAR Envoi du binôme de sécurité Evacuation de la zone Attente des secours Procédure AAALEERTER A chaque évolution de la situation 29/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

30 3.3 Techniques de dégagement Lorsque le binôme ou le sapeur-pompier dissocié tente de s extraire de façon autonome à son initiative, il peut être confronté à des obstacles dans sa progression. Avant de franchir un obstacle, il est important d en évaluer : Les dimensions (puis-je contourner l obstacle, si non puis-je passer à travers?) ; La nature (brèche dans un mur, éboulis, mobilier, ) ; La solidité (risque d effondrement lors du franchissement) ; La stabilité de la structure après l obstacle (trou, plancher instable, ). Il met en œuvre les techniques de dégagement selon la situation rencontrée. Les techniques présentées cidessous ne sont pas exhaustives Piégeage dans des fils ou des câbles S allonger sur le flanc gauche bras gauche en avant (sens d ouverture du robinet) et desserrer légèrement la bretelle droite. Placer son bras droit au dessus de la tête pour dégager les fils et câbles. Préserver l accessibilité au robinet en cas de fermeture. Utiliser au besoin des outils (pince coupante, hache à tête plate, barre Halligan ). 30/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

31 3.3.2 Franchissement d un passage étroit Plusieurs techniques peuvent être mises en œuvre pour franchir un passage étroit, selon ses dimensions. Technique de passage en avant : Se placer face à l ouverture et engager les bras en avant et mettre les épaules en butée sur les côtés de l obstacle. Croiser les bras (réduction de la largeur d épaule) ; Passer le reste du corps et se dégager. Technique de passage sur le dos : Se placer dos à l ouverture et préserver l accessibilité au robinet. Engager le bras gauche et l épaule dans l ouverture (pour favoriser le passage de la liaison personnelle) puis engager la bouteille. Passer le reste du haut du corps et se dégager. 31/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

32 Technique du profil réduit : Se mettre face à l obstacle et desserrer une bretelle, sans la retirer. Décaler la bouteille derrière l épaule du côté de la bretelle serrée. Engager dans l ouverture le bras du côté de la bretelle desserrée et maintenir de l autre main le robinet. Passer le reste du corps et se dégager. Technique du retrait de l ARI : Cette technique ne doit être mise en œuvre qu en dernier recours si le passage de l obstacle n est pas réalisable avec les autres techniques. Le rééquipement avec l ARI à l issue du franchissement est rendu compliqué par les conditions (évolution dans le noir, confinement, stress, ). Desserrer les bretelles et la ceinture ventrale, Retirer le dossard côté gauche en conservant le micro régulateur sur le masque ; Engager le dossard à travers l obstacle, en conservant le robinet à portée de main ; Passer l obstacle, en maintenant toujours une main sur l ARI ; A l issue de l obstacle, remettre le dossard et resserrer les bretelles et la ventrale. Commentaire Le binôme peut utiliser tous les outils à sa disposition pour se dégager et favoriser son évacuation (couteau, merlin, Halligan, ). 32/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

33 3.4 Message de détresse Lorsque le binôme est confronté à une situation mettant en jeu sa sécurité (voir ci-dessus) ou qu il se trouve dans une situation dangereuse dans laquelle il ne peut pas s extraire seul, il doit lancer immédiatement un message de détresse par radio. Pour cela, il utilise le moyen mnémotechnique NELAR : «URGENT-URGENT-URGENT» «URGENT-URGENT-URGENT» N : Nom (de celui qui passe le message) E : Engin (d affectation) L : Localisation (précise) A : Air restant (du binôme) N : Nom (de celui qui passe le message) E : Engin (d affectation) R : Renfort nécessaire L : Localisation (précise) A : Air restant (du binôme) R : Renfort nécessaire (qui, avec quoi) ou pas Ex1 : «URGENT-URGENT-URGENT. Je suis le Sergent X, chef BAT du FPT Melun, je suis dans l escalier nord au 1 er étage, j ai perdu mon équipier. Il me reste 50 bars, je tente une évacuation et je demande le binôme de sécurité avec une réserve d air.» Ex2 : «URGENT-URGENT-URGENT. Je suis le Sergent Y, chef BAT du FPT Meaux, je suis au point d attaque devant la porte de la chambre et je n ai plus d eau à la lance. Il nous reste 150 bars, nous nous replions en attendant le rétablissement de l alimentation.» Important La réception du message de détresse doit être confirmée (par le chef d agrès, le contrôleur, ). A défaut de confirmation, le binôme active la touche «SOS» de son portatif. En fonction l évolution de la situation le binôme peut passer plusieurs messages successifs. Ex : «URGENT-URGENT-URGENT. Je suis le Sergent Z, chef BAT du FPT Chelles, je suis à l entrée de l appartement gauche du RDC. Le plafond s est effondré, nous ne sommes pas blessés. Il nous reste 150 bars, nous évacuons, pas besoin de renfort.» Puis : «URGENT-URGENT-URGENT. Je suis le Sergent Z, chef BAT du FPT Chelles, je suis dans le couloir du RDC, l effondrement a obstrué le couloir, nous sommes bloqués dans notre retour. Il nous reste 100 bars, je demande le binôme de sécurité pour dégager l accès.» 33/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

34 3.5 Procédure AAALEERTER Il s agit d un moyen mnémotechnique qui détermine les actions à adopter dans l attente des secours. Il s agit d un mode survie qui permet de minimiser sa consommation d air et d être localisé rapidement. Il est employé à partir du moment où l on a lancé un message de détresse. Air : je contrôle la pression restante et l autonomie au manomètre. Alerte : je passe le message d alerte en utilisant le moyen mnémotechnique NELAR (Nom-Engin-Localisation-Air-Renfort). ALarme : je déclenche la balise sonore de mon ARI (touche SOS du Bodyguard). Si je n ai pas eu de réponse à mon message d alerte radio, je déclenche en plus la touche SOS du portatif Antares. Eclairer : j allume mon projecteur pour me signaler. Economiser l air : je contrôle ma respiration en appliquant une des 4 méthodes de respiration. Rester près du sol : je me mets en position basse près d un mur, pour chercher de l air frais et gagner en visibilité. Taper : je fais du bruit pour me signaler, en tapant avec un outil (Halligan) sur une surface métallique si possible. Explorer l environnement immédiat : je balaye le sol pour retrouver le tuyau, je balaye le mur pour retrouver un ouvrant. Remonter la cagoule : lorsque je n ai plus d air dans ma bouteille (et que mon équipier non plus ou que je ne peux pas me raccorder sur sa prise auxiliaire), je retire la SAD, je remonte ma cagoule sur le masque pour «filtrer» la fumée et je respire au plus près du sol. Attention : cette action ne doit être réalisée qu en dernier recours pour éviter un étouffement du porteur car elle le soumet à un risque d intoxication par les fumées. 34/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

35 Commentaire Le sapeur-pompier essayera de reste calme et de ne pas paniquer. Le binôme doit rester indissociable. 3.6 En cas de débit d air insuffisant Dans le cas d un débit d air insuffisant, il est essentiel d en identifier rapidement la cause, et de vérifier s il ne s agit pas d un problème pouvant être résolu rapidement : Vérifier l ouverture complète du robinet ; Appuyer sur le bouton de la SAD afin d augmenter le débit d air ; Contrôler sa pression au manomètre ; Signaler son problème à son équipier. Problème résolu : Poursuivre l intervention. Problème non résolu : Appliquer les règles de sauvegarde du binôme. 35/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

36 3.7 Economie d air La consommation du sapeur-pompier est variable selon l effort effectué : lors d un effort intense, elle peut s élever à 90 ou 100 litres/min ; lors d un effort modéré, elle se situe entre 40 et 70 litres/min ; en mode «économie d air», le porteur peut réduite sa consommation jusqu à 10 litres/min. Lors d un effort important ou d un sentiment de mal-être, il est recommandé de faire des pauses en position de récupération et mettre en œuvre les techniques d économie d air. La position de récupération doit être la plus économique possible en oxygène (assis jambes sur les côtés ou allongé sur le flanc). 36/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

37 La gestion de l air ( 3.7) devient indispensable pour se sortir d une situation critique non prévue et/ou en attendant le binôme de sécurité. Dans ce cadre, il convient d adopter la position la plus économique en air pour le porteur (allongé sur le flanc). 3.8 Gestion de l air Les techniques de gestion de l air permettent d économiser l air disponible dans la bouteille. Elles peuvent être mises en œuvre : dès que l ARI est coiffé afin d augmenter son autonomie pour mener à bien sa mission ; lors d un sentiment de mal-être afin de retrouver ses capacités. Elles deviennent indispensables pour se sortir d une situation critique non prévue et/ou attendre une équipe de secours Techniques de respiration Afin de se mettre en mode «économie d air», on peut employer 4 techniques de respiration : Sauter une respiration ; Intervalle respiratoire ; Méthode Reilly ; Méthode 2/4. Pour que ces techniques soient efficaces, il convient de les avoir préalablement testées pour déterminer celles qui conviennent le mieux. Il est nécessaire de s entrainer régulièrement à ces techniques, avec et sans effort Sauter une respiration 1. Inspirer profondément ; 2. Retenir sa respiration et attendre son seuil de limite ; 3. Expirer lentement ; 4. Recommencer le cycle Intervalle respiratoire 1. Inspirer lentement sur une période de 5 sec. ; 2. Retenir son souffle sur une période de 5 sec. ; 3. Expirer lentement sur une période de 5 sec. ; 4. Retenir son souffle sur une période de 5 sec. ; 5. Recommencer le cycle. 5 s. 5 s. 5 s. 5 s. 37/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

38 Méthode Reilly 1. Inspirer normalement ; 2. Faire un bourdonnement tout en expirant lentement son souffle ; 3. Recommencer le cycle. 1. Inspirer sur une période de 2 sec. ; 2. Expirer sur une période de 4 sec. ; 3. Recommencer le cycle Méthode 2/4 2 s. 4 s. 2 s. 4 s. 2 s. 4 s Assistance respiratoire sur porteur Plusieurs techniques sont à disposition pour secourir un sapeur-pompier en difficulté avec son matériel respiratoire : Assistance respiratoire ; Changement de dossard et/ou de masque. L assistance respiratoire au moyen de la prise accessoire de l ARI est mise en œuvre selon les règles suivantes : Le binôme en difficulté alerte le responsable du point d engagement par radio en respectant le moyen mnémotechnique NELAR et précise son besoin (assistance respiratoire, changement de dossard et/ou masque) ; Il déclenche, si nécessaire, la touche SOS du Bodyguard (balise sonore) ; En l absence de réponse au message radio, le binôme utilise la touche SOS du portatif Antares. L assistance respiratoire à un sauveteur est mise en œuvre selon 2 configurations : Techniques simples (assistance respiratoire) : La SAD du sapeur-pompier en difficulté est raccordée sur la 2ème sortie Moyenne Pression de son binôme ou sur un dossard du binôme de sécurité venu à leur rencontre. 38/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

39 Commentaire Si le sapeur-pompier en difficulté a besoin d autonomie supérieure, sa SAD pourra être raccordée à un dossard ARI de secours acheminé par le binôme de sécurité. Techniques complexes (anomalie de matériel) : Le sapeur-pompier en difficulté est assisté avec le matériel acheminé par le binôme de sécurité, soit: un dossard et une SAD connectée directement à son masque ; soit un ensemble complet (remplacement du masque à réaliser). Important Le désencliquetage de la Soupape A la Demande est à éviter. Pour cela privilégier la déconnexion/connexion au raccord Moyenne Pression Gestion d une fuite sur ARI Cette technique est mise en œuvre lors d un bris d équipement (partie faciale, tuyau, détendeur ) qui entraîne une fuite d air. Celle-ci est maitrisée en contrôlant le débit d air avec le robinet de la bouteille. Cette technique n est pas une technique de respiration d économie d air, elle est utilisée uniquement pour palier un bris d équipement. Technique ouverture/fermeture du robinet : 1. Ouvrir le robinet de la bouteille et inspirer ; 2. Fermer le robinet de la bouteille et retenir sa respiration jusqu au seuil de limite ; 3. Expirer lentement ; 4. Recommencer le cycle. Ouvrir Fermer Seuil limite 39/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

40 3.9 Déshabillage d un sauveteur inconscient en tenue complète Un sauveteur inconscient en tenue complète extrait de la zone d exclusion (rouge) doit être totalement déshabillé de son équipement complet pour lui apporter les premiers soins. La technique est réalisée à 2 sauveteurs minimum et permet un déshabillage en une trentaine de secondes. Un sauveteur se place à la tête (T) et un entre les jambes (J). (J) retire la sangle ventrale. (T) retire le casque. (J) retire les gants et dégage les pouces des ganses en tirant sur les manches. (T) desserre les bretelles. (J) ouvre la veste en utilisant l ouverture rapide de la glissière. (T) retire le masque en coupant la SAD puis la cagoule. (J) ouvre la veste en utilisant l ouverture rapide de la glissière. (T) attrape fermement les manches, les positionne vers l arrière et annonce «prêt». (J) attrape fermement le bas des jambes du pantalon textile A l indication «prêt», (J) tire en arrière en reculant. 40/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

41 4 Lexique ARI : Appareil Respiratoire Isolant. Binôme porteur de l ARI : masque non coiffé, SAD encliquetée sur le masque, bouteille ouverte. Binôme sous ARI : masque coiffé, SAD encliquetée sur le masque, bouteille ouverte. Binôme ARI en phase attente (uniquement binôme de sécurité) : masque coiffé, SAD non encliquetée, bouteille ouverte. Bodyguard : balise sonore calculateur d autonomie manomètre numérique touches SOS. E.A.S. : Espace d Attente Sécurisé. Itinéraire de repli : évacuation (ou retour) par le même itinéraire qu à l aller. Itinéraire de secours : évacuation par un itinéraire autre que l itinéraire de repli. Ligne de vie : elle est constituée de tous dispositifs physiques et continus reliant le binôme à l extérieur et lui permettant de revenir facilement au point d entrée (tuyau, ligne guide, garde corps, rampe). Le binôme de sécurité doit pouvoir suivre ce dispositif pour rejoindre le binôme engagé. Ligne guide : liaison filaire avec repères. MEA : Moyen Elévateur Aérien (EA, BEA). Point d engagement : point d accès dans la zone d exclusion, situé en zone contrôlée. Public adress : mégaphone sur engin. SAD : Soupape A la Demande. 41/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

42 5 Bibliographie GNR ARI, 1999 ; GNR Equipes en binôme : utilisations des lances à eau à main, 2007, p 44 ; Doctrine opérationnelle dans le domaine de la reconnaissance sous ARI du SDIS77 ; Fiche MO EPI DRAGER PSS 5000 ; Fiche MO EPI 007 Cagoule de protection contre le feu pour sapeur pompier ; Fiche MO EPI 010 Cagoule de sauvetage DRAGER PSS ; Fiches d entretien - nettoyage ARI - dossard et masque DRAGER ; Mode d emploi DRAGER PSS 5000 ; Note d Information «Travail et Chaleur» 2004/79. 42/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

43 43/43 SDIS 77 DO Service Doctrines Opérationnelles Edition de février 2017

FICHE D INTERPRETATION. Relative à l évacuation immédiate ou différée des personnes en situation de handicap

FICHE D INTERPRETATION. Relative à l évacuation immédiate ou différée des personnes en situation de handicap Page 1 / 10 1. PERSONNES VISEES Préventionnistes Membres de commissions de sécurité (pour information) Maîtres d ouvrage, maîtres d œuvre, contrôleurs technique, responsables d ERP (pour information) 2.

Plus en détail

IPP-1071 BAT-1022 Maison des Terrils à Saint-Nicolas Octobre 2008 Page 1 sur 20

IPP-1071 BAT-1022 Maison des Terrils à Saint-Nicolas Octobre 2008 Page 1 sur 20 Octobre 2008 Page 1 sur 20 MAISON DES TERRILS Rue Chantraine 4420 Saint Nicolas Tél. : 04/234 66 53 E-Mail : info@paysdesterrils.eu Web : www.paysdesterrils.eu 0 2 0 1 2 1 Avec le soutien financier du

Plus en détail

formation et simulation Médicale Objectifs public organisation de la formation matériel

formation et simulation Médicale Objectifs public organisation de la formation matériel Objectifs Disposer, dans tous les établissements ainsi que sur les chantiers, de personnels en nombre adapté capables d intervenir immédiatement après tout accident Promouvoir la prévention des risques

Plus en détail

HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENMT

HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENMT HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENMT Numéro d ordre 04 06 Hygiène, sécurité et environnement Durée de la formation en jours Hygiène/Sécurité/ Environnement(HSE) Législation et réglementation HSE HSE sur les

Plus en détail

La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise

La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise t. +33 (0) 1 47 17 63 03 39 rue Louis Blanc 92038 PARIS LA DEFENSE Cedex ffmi@ffmi.asso.fr www.ffmi.asso.fr Sommaire de l intervention La FFMI,

Plus en détail

VADEMECUM INCENDIE. Références réglementaires

VADEMECUM INCENDIE. Références réglementaires VADEMECUM INCENDIE Ce document a pour objet d aider les directrices et directeurs d école à mettre en œuvre les obligations qui sont les leurs en matière de sécurité incendie. Références réglementaires

Plus en détail

TOP 1 ARI ET INVESTIGATION. ARI et investigation

TOP 1 ARI ET INVESTIGATION. ARI et investigation ARI ET INVESTIGATION Présentation du matériel de reconnaissance de grande longueur 2 Sommaire 1. Composition du matériel de reconnaissance de grande longueur 2. Matériel en service au S.D.I.S. 46 3. Prise

Plus en détail

COMMUNE DE ROUGIERS. 83 170 -Var. Novembre 2010 1

COMMUNE DE ROUGIERS. 83 170 -Var. Novembre 2010 1 COMMUNE DE ROUGIERS 83 170 -Var Novembre 2010 1 Diagnostic d accessibilité des bâtiments communaux recevant du public à Rougiers N BATIMENTS ADRESSES 1 Mairie 15 Avenue de Brignoles 2 Eglise Avenue de

Plus en détail

Escaliers mécaniques et trottoirs roulants Informations et recommandations relatives aux améliorations en matière de sécurité et d accessibilité

Escaliers mécaniques et trottoirs roulants Informations et recommandations relatives aux améliorations en matière de sécurité et d accessibilité Escaliers mécaniques et trottoirs roulants Informations et recommandations relatives aux améliorations en matière de sécurité et d accessibilité 8200 escaliers mécaniques et trottoirs roulants (source

Plus en détail

FICHE PDSB MANŒUVRES AU LIT 1-131a. Caractéristiques de la cliente : pas de mise en charge, mais tonus du tronc et des membres supérieurs.

FICHE PDSB MANŒUVRES AU LIT 1-131a. Caractéristiques de la cliente : pas de mise en charge, mais tonus du tronc et des membres supérieurs. FICHE PDSB MANŒUVRES AU LIT 1-131a INSTALLER LA TOILE DOUBLE CUISSARDE DU LÈVE- PERSONNE SOUS UNE ASSISE DANS LE LIT Caractéristiques de la cliente : pas de mise en charge, mais tonus du tronc et des membres

Plus en détail

Notice d utilisation

Notice d utilisation Assureur descendeur auto- freinant pour corde à simple Notice d utilisation Tout utilisateur doit prendre connaissance de la notice et en respecter les consignes. Assureur descendeur auto- freinant pour

Plus en détail

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Cette nouvelle édition de CAP MATHS CP reste fidèle aux choix de la première édition. Ses fondements reposent toujours : Sur les recommandations des

Plus en détail

Atelier B : Maintivannes

Atelier B : Maintivannes Atelier B : Maintivannes BMA01 : Contrôle d étanchéité de vanne BMA01 : Contrôle d étanchéité de vanne Page 1 Buts de l exercice : - Elingage et manutention du matériel avec respect des consignes de sécurité

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ GSI-SH-2 TRAVAIL ISOLÉ

INSTRUCTION GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ GSI-SH-2 TRAVAIL ISOLÉ INSTRUCTION GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ GSI-SH-2 TRAVAIL ISOLÉ Date de publication : 27-11-2015 Toutes les règles de Sécurité sont disponibles sur le site web : https://www.cern.ch/regles-securite Page 1 sur

Plus en détail

Chapitre1. Chaussées aéronautiques

Chapitre1. Chaussées aéronautiques - Caractéristiques de frottement : Notions physiques permettant d apprécier la qualité de contact entre la surface d une chaussée et un pneumatique. - Chaussée : Structure permettant la circulation en

Plus en détail

SITUATIONS GLOBALES POUR ENTRER DANS L ACTIVITE ( C2 ) ( chaque fois que cela sera possible on expérimentera des lancers lourds )

SITUATIONS GLOBALES POUR ENTRER DANS L ACTIVITE ( C2 ) ( chaque fois que cela sera possible on expérimentera des lancers lourds ) SITUATIONS GLOBALES POUR ENTRER DANS L ACTIVITE ( C2 ) ( chaque fois que cela sera possible on expérimentera des lancers lourds ) I. LANCER LOIN DES OBJETS DIFFERENTS 1. Lancer les objets le plus loin

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE D UNE FORMATION A DISTANCE CENTRA

GUIDE TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE D UNE FORMATION A DISTANCE CENTRA rectorat mission formation division de la formation GUIDE TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE D UNE FORMATION A DISTANCE CENTRA 1 TYPES DE FORMATION (Individuelle, d équipe) L objet de ce document est de présenter

Plus en détail

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3.

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3. Epaisseur appliquée (mm) Epaisseur utile après tassement de 20% (mm) Résistance thermique R (m²k/w) Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3 (kg/m2) Nombre minimal

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

FORMATIONS INCENDIE. catalogue 2012

FORMATIONS INCENDIE. catalogue 2012 FORMATIONS INCENDIE catalogue 2012 Présentation Depuis 15 ans, Protection incendie Cornouaille propose en complément de son expertise dans l installation et la maintenance des équipements de sécurité,

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 216 28 décembre 2008. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 216 28 décembre 2008. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3199 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 216 28 décembre 2008 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 19 décembre

Plus en détail

SIGNALISATION DES CHANTIERS. Présentation: F.Meunier

SIGNALISATION DES CHANTIERS. Présentation: F.Meunier SIGNALISATION DES CHANTIERS Présentation: F.Meunier SIGNALISATION DES CHANTIERS Base réglementaire générale. Catégories de chantiers. Dispositions générales. Particularités. Signalisation des containers.

Plus en détail

Les Galops 1 à 4 constituent le cycle de formation initiale du cavalier dans les domaines qui font l homme ou la femme de cheval accomplis.

Les Galops 1 à 4 constituent le cycle de formation initiale du cavalier dans les domaines qui font l homme ou la femme de cheval accomplis. Dossier de presse Les Galops 1 à 4 constituent le cycle de formation initiale du cavalier dans les domaines qui font l homme ou la femme de cheval accomplis. Le Galop 4 comporte en option le «Permis Cheval»

Plus en détail

Plan de continuité. Station de traitement et. de distribution de l'eau potable OPITCIWAN POUR ASSISTANCE APPELER. Éric Sioui (418) 882-8820

Plan de continuité. Station de traitement et. de distribution de l'eau potable OPITCIWAN POUR ASSISTANCE APPELER. Éric Sioui (418) 882-8820 Plan de continuité Station de traitement et de distribution de l'eau potable OPITCIWAN POUR ASSISTANCE APPELER Éric Sioui (418) 882-8820 Description des équipements et Plan de continuité En premier lieu,

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

Consignes spécifiques de sécurité par type de risque

Consignes spécifiques de sécurité par type de risque Fiche pratique La sécurité des terrains de camping Consignes spécifiques de sécurité par type de risque 1. Risque feux de forêt avec le concours des propriétaires forestiers ou de leurs groupements En

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 19 décembre 2008 relatif à la formation professionnelle des commissaires aux comptes NOR : JUSC0828437A La garde des sceaux,

Plus en détail

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION 1 Finalités de la formation Le référentiel de formation a pour objet de professionnaliser le parcours du sapeur-pompier, lequel construit progressivement les éléments

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

SAISIE DES RÉSULTATS DES COMPÉTITIONS DE LIGUE DANS LE FICHIER NATIONAL "ffbsportif"

SAISIE DES RÉSULTATS DES COMPÉTITIONS DE LIGUE DANS LE FICHIER NATIONAL ffbsportif SAISIE DES RÉSULTATS DES COMPÉTITIONS DE LIGUE DANS LE FICHIER NATIONAL "ffbsportif" Le fichier national "ffbsportif" est celui dans lequel sont stockés les résultats de tous les matchs officiels des joueurs

Plus en détail

Osilog On Line. GUIDE UTILISATEUR (Version 3)

Osilog On Line. GUIDE UTILISATEUR (Version 3) Osilog On Line GUIDE UTILISATEUR (Version 3) TABLES DES MATIERES 1. Connexion 3 a. Problèmes de connexion : 3 b. Mot de passe oublié 4 c. Modification du mot de passe 4 d. Espace Client 5 a. Rechercher

Plus en détail

Modes Opératoires pour les activités à risque dans les travaux sur lignes aériennes

Modes Opératoires pour les activités à risque dans les travaux sur lignes aériennes Modes Opératoires pour les activités à risque dans les travaux sur lignes aériennes 1- Présentation La nécessité d améliorer les méthodes d intervention sur les lignes aériennes de télécommunications s

Plus en détail

Le vélo. Les conditions réglementaires ORGANISATION DE L ACTIVITE

Le vélo. Les conditions réglementaires ORGANISATION DE L ACTIVITE Le vélo Les conditions réglementaires ORGANISATION DE L ACTIVITE Préalables à l activité Pour mettre en œuvre cette activité, la demande d'autorisation de sortie (annexe 1 ou 1 bis) signée par le Directeur

Plus en détail

Fiches techniques illustrant le titre IV du R.R.U. du 21.11.2006 LES ASCENSEURS

Fiches techniques illustrant le titre IV du R.R.U. du 21.11.2006 LES ASCENSEURS Fiches techniques illustrant le titre IV du R.R.U. du 21.11.2006 LES ASCENSEURS D après le Règlement Régional d Urbanisme du 21.11.2006 TITRE IV - Chapitre IV - article11 : 1. Les niveaux des locaux ouverts

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de procédé de fabrication» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

Evolutions de Ta-Klidia

Evolutions de Ta-Klidia Evolutions de Ta-Klidia Modification du 01/01/2014 Création de taux de TVA S ils n avaient pas été créé auparavant, nous avons créé en automatique les nouveaux taux de TVA applicables en France en 2014

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

Politique sur la santé et la sécurité au travail

Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique adoptée au conseil administration le 6 avril 2016 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2. SIGLES ET DÉFINITIONS... 1 3. OBJECTIFS... 2 4. CHAMP

Plus en détail

Référentiel Sécurité Mobile

Référentiel Sécurité Mobile Référentiel Sécurité Mobile Définition de poste L agent de sécurité mobile est un agent qui effectue, à l aide d un véhicule motorisé, sur plusieurs sites : - Des interventions sur alarmes - Des rondes,

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU TRANSPORT SCOLAIRE

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU TRANSPORT SCOLAIRE SIVOS DE GRIGNOLS 56, Allées St Michel 33690 GRIGNOLS Tel : 05 56 65 01 20 Fax : 05 56 25 61 22 sivosgrignols@wanadoo.fr RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU TRANSPORT SCOLAIRE ARTICLE 1 - PRÉAMBULE. L organisation

Plus en détail

DEMARCHE D APPRENTISSAGE

DEMARCHE D APPRENTISSAGE Ces quelques propositions d exercices couvrent une grande partie de l activité gymnastique telle qu elle peut être présentée aux cycles 2 et3. Cet inventaire n est bien entendu pas exhaustif. Les situations

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun doit pouvoir poursuivre son épanouissement. La majorité des personnes âgées

Plus en détail

Règlementation. Articles de référence, extraits du code du travail

Règlementation. Articles de référence, extraits du code du travail Articles de référence, extraits du code du travail n I. SÉCURITÉ Responsabilités du chef d établissement : obligations de moyens et de formation en matière de sécurité Article L4121-1 L employeur prend

Plus en détail

SIPP Service Interne pour la Prévention et la Protection au Travail

SIPP Service Interne pour la Prévention et la Protection au Travail SIPP Service Interne pour la Prévention et la Protection au Travail Adresse postale : av. Roosevelt 50 bte 182 BRUXELLES Localisation : av. Buyl 125 Ixelles Tél. 02.650.20.19 Fax : 02.650.42.22 E-mail

Plus en détail

Manuel d'utilisation Lire attentivement et bien assimiler le manuel d utilisation avant d'utiliser la machine.

Manuel d'utilisation Lire attentivement et bien assimiler le manuel d utilisation avant d'utiliser la machine. GRINDLUX 4000 GRINDL UX 4000 GRINDLUX 40 00 GRINDLUX 4000 GR INDLUX 4000 GRINDLU X 4000 GRINDLUX 400 0 GRINDLUX 4000 GRIN D L U X 4 0 0 0 G R I N D L U X 4 0 0 0 G R I N D L U X 4 0 0 0 GRINDLUX 4000 GRIND

Plus en détail

COM 5004 : Techniques et dynamique de la fonction «conseil» Présentation du cours. Objectifs

COM 5004 : Techniques et dynamique de la fonction «conseil» Présentation du cours. Objectifs COM 5004 : Techniques et dynamique de la fonction «conseil» Présentation du cours Le cours Techniques et dynamique de la fonction «conseil» s adresse à tous les étudiants et étudiantes intéressés par la

Plus en détail

Porte de Garage PORTE DE GARAGE. Porte Enroulable ARTENS Sur Mesure / Standard Guide d installation 07/2013 600-00025-92-A *NOT89*

Porte de Garage PORTE DE GARAGE. Porte Enroulable ARTENS Sur Mesure / Standard Guide d installation 07/2013 600-00025-92-A *NOT89* Porte de Garage PORTE DE GARAGE Porte Enroulable ARTENS Sur Mesure / Standard Guide d installation 07/2013 600-00025-92-A *NOT89* 1 Consignes d installation Lire attentivement cette consigne d installation

Plus en détail

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE»

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Mise à jour du 20 mai 2010 TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Guide incluant la procédure de téléchargement d un logiciel gratuit Ce tutoriel est un pas-à-pas très détaillé. Cette prise de parti explique

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 Équipements de travail et de protection individuelle Code du Travail Articles R4323-1 à R4323-28 Code du Travail R4323-91 à R4323-106 Arrêté du 22 octobre 2009

Plus en détail

Règlement Football Les lois du jeu 2013/2014

Règlement Football Les lois du jeu 2013/2014 Règlement Football Les lois du jeu 2013/2014 Loi n 1 : Le terrain de jeu Le terrain de jeu doit être rectangulaire. Les deux lignes de démarcation les plus longues sont appelées lignes de touche (elles

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN ***I POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN. Document législatif consolidé. 21 septembre 2000 1998/0327(COD) PE1

PARLEMENT EUROPÉEN ***I POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN. Document législatif consolidé. 21 septembre 2000 1998/0327(COD) PE1 PARLEMENT EUROPÉEN 1999 2004 Document législatif consolidé 21 septembre 2000 1998/0327(COD) PE1 ***I POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN arrêtée en première lecture le 21 septembre 2000 en vue de l adoption

Plus en détail

Service de la circulation

Service de la circulation Recommandation Sécurité des circulations Moyen acceptable de conformité Service de la circulation RC A-B 2a n 1 Applicable sur : RFN Version n 1 du 20 novembre 2015 Applicable à partir du : 5 juin 2016

Plus en détail

1. EXPLORER TWITTER AVEC SAS VISUAL ANALYTICS. Sommaire

1. EXPLORER TWITTER AVEC SAS VISUAL ANALYTICS. Sommaire 1. EXPLORER TWITTER AVEC SAS VISUAL ANALYTICS Dans notre monde interconnecté, il est plus important que jamais de comprendre non seulement des détails sur vos données, mais aussi la façon dont ses différentes

Plus en détail

Guide utilisateur. Aastra 142D. Pictogrammes. Généralités des fonctions. L écran

Guide utilisateur. Aastra 142D. Pictogrammes. Généralités des fonctions. L écran Guide utilisateur Aastra 142D L écran Généralités des fonctions Ligne d icône Nom du système avec le numéro interne du téléphone Nom de l utilisateur (programmé) Date/heure/alarme Ligne de touche écran

Plus en détail

La fibre dans les immeubles

La fibre dans les immeubles La fibre dans les immeubles Sommaire : Le choix de votre opérateur 1. Que puis-je faire pour que la fibre optique soit installée dans mon immeuble? 2. Qui décide quel opérateur va déployer dans mon immeuble?

Plus en détail

CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982

CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982 CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982 relative à la sécurité des personnes en cas de travaux de réhabilitation ou d amélioration des bâtiments d habitation existants LE MINISTRE D ETAT, MINISTRE DE L INTERIEUR

Plus en détail

INSTRUCTIONS (2) COLLIER DE SUSPENSION

INSTRUCTIONS (2) COLLIER DE SUSPENSION Interno DEL (INT-LED) INSTRUCTIONS IMPORTANTES MESURES DE SÉCURITÉ Des précautions de base doivent toujours être prises pour employer un équipement électrique, notamment les mesures de sécurité suivantes

Plus en détail

www.alize-electronic.fr

www.alize-electronic.fr MANUEL D UTILISATION ET D ENTRETIEN DE BATTERIE DE TRACTION 2011 www.alize-electronic.fr Conception, construction, location de bateaux électriques Route de Vinon, Chemin de l Oumède, 04800 GREOUX les BAINS

Plus en détail

Exigences Préalables à L Entrée en Formation (EPEF)

Exigences Préalables à L Entrée en Formation (EPEF) EXIGENCES PREALABLES DE LA MENTION BPJEPS AGFF mentions C et D Annexe III de l arrêté du 10 août 2005 (BO N 15 du 15 septembre 2005) Exigences Préalables à L Entrée en Formation (EPEF) Les exigences préalables

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

SIECLE. AFFELNET 6ème. Livret du directeur d école publique

SIECLE. AFFELNET 6ème. Livret du directeur d école publique SIECLE AFFELNET 6ème Livret du directeur d école publique AFFELNET 6 ème Livret du directeur d école publique Destinataires : DGESCO Directeurs d école Validité : Action Date Nom Fonction Visa Rédaction

Plus en détail

Mode d emploi du terminal de messagerie numérique HURRICANE DUO

Mode d emploi du terminal de messagerie numérique HURRICANE DUO Mode d emploi du terminal de messagerie numérique HURRICANE DUO 1 Introduction Nous vous félicitons d avoir fait l acquisition du nouveau terminal de messagerie numérique HURRICANE DUO de Swissphone. En

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION et de MAINTENANCE

MANUEL D'UTILISATION et de MAINTENANCE MANUEL D'UTILISATION et de MAINTENANCE Vanne Marche-Arrêt +Décompression SABLEUSE NS 10 Réglage de la pression Connecteur rapide Pour casque ventilé Buse Soupape de sûreté Vanne de réglage Bouteille de

Plus en détail

7 conseils pour choisir une solution PTI

7 conseils pour choisir une solution PTI Réussir son projet PTI 7 conseils pour choisir une solution PTI www.ptitravailleurisole.fr 1 Dans ce guide gratuit, je vais vous indiquer les 7 points essentiels qui permettent d évaluer les dispositifs

Plus en détail

www.somfy.com Sunis RTS Notice d installation et d utilisation Ref.5054473A

www.somfy.com Sunis RTS Notice d installation et d utilisation Ref.5054473A www.somfy.com Sunis RTS Notice d installation et d utilisation Ref.5054473A Sommaire 1. Le Sunis RTS en quelques mots 3 1.1 à quoi sert un Sunis RTS? 3 1.2 Quelques définitions 3 2. Sécurité - Informations

Plus en détail

Annexe III. Formations de recyclage

Annexe III. Formations de recyclage Annexe III Formations de recyclage La présente annexe définit les programmes de formation de recyclage ainsi que leurs conditions de validation pour les certificats suivants : - Appendice 1 : Certificat

Plus en détail

Bureaux Parc d Ester- Bât Boréal 24 rue Atlantis 87069 Limoges cedex

Bureaux Parc d Ester- Bât Boréal 24 rue Atlantis 87069 Limoges cedex Bureaux Parc d Ester- Bât Boréal 24 rue Atlantis 87069 Limoges cedex Contact service exploitation Tél. : 05 40 16 12 28 Fax : 05 55 35 32 59 @ : exploitation-limousin@axione.fr www.axione-limousin.fr PRECONISATIONS

Plus en détail

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ Mélissa MARTINEZ Samia SENOUCI TIC Master 2 CPE Ali HAMMOUDA 17 décembre 2013 PLAN Introduction 1. Les outils non informatisés : a) Les outils d information b) Les outils de communication 2. Les outils

Plus en détail

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur Aide à l'application Installations de ventilation 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière d'énergie. Le présent

Plus en détail

Le Disque Exigences techniques et Apprentissage

Le Disque Exigences techniques et Apprentissage T E C H N I Q U E A T H (( )) L É T I Q U E Le Disque Exigences techniques et Apprentissage Jacques Pelgas - Responsable Disque Elite Les possibilités humaines pour l acquisition et le développement de

Plus en détail

Activités informatiques

Activités informatiques Développement d un Système d Informations Statistiques sur les Entreprises (SISE) en Tunisie Documentation technique finale Activités informatiques Contrat de Jumelage n TU/07/AA/OT/02 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Attention les articulations. Jeux d échauffement: handball.

Attention les articulations. Jeux d échauffement: handball. Attention les articulations. Jeux d échauffement: handball. Sommaire Introduction 3 Echauffement 4 Symboles et abréviations 4 Conseils importants 5 Stimulation de la circulation sanguine 6 Qualités de

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 Ce texte réforme de façon considérable les lois du 14 décembre 1964 et du 3 janvier 1968 en matière de protection des majeurs

Plus en détail

Chantiers de construction résidentielle Principales règles de sécurité

Chantiers de construction résidentielle Principales règles de sécurité Chantiers de construction résidentielle Principales règles de sécurité Ce document a été préparé par la Direction de la prévention-inspection, en collaboration avec la Direction des communications. Révision

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

1. Eclairage de sécurité

1. Eclairage de sécurité Recommandations techniques pour la rédaction d un CCTP BAES ECO2 1. Eclairage de sécurité 1.1. Principe L'installation d'éclairage de sécurité comprend - un éclairage d'évacuation pour les chemins d'évacuation

Plus en détail

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE Direction de l'évaluation des dispositifs médicaux Département Surveillance du Marché Unité évaluation et contrôle du marché des dispositifs médicaux Dossier suivi par Pascal Di Donato Email: pascal.di-donato@afssaps.sante.fr

Plus en détail

MARTEAU. ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187.

MARTEAU. ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187. MARTEAU ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187.1) Les engins seront fournis par le Comité Organisateur. (187.2)

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Doctorat HEC Formation à la pédagogie d adultes Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Septembre 2006 2 1. Présentation générale 1.1. Principes de base d une formation des doctorants à la pédagogie d

Plus en détail

Activité N 7 : Communiquer par le biais du courrier électronique. Orienter son écrit en fonction de la situation de communication

Activité N 7 : Communiquer par le biais du courrier électronique. Orienter son écrit en fonction de la situation de communication Orienter son écrit en fonction de la situation de communication 1 Activité 7 : Communiquer par le biais du courrier électronique ORGANISATION TACHES D ECRITURE Envoyer un courrier à l aide d un service

Plus en détail

LES JEUX TRADITIONNELS

LES JEUX TRADITIONNELS LES JEUX TRADITIONNELS Dossier EPS Commission UGSEL de la Mayenne 1 er degré 2009 Sommaire La thèque mini handball p 3 1) Travail en ateliers p 4 Atelier 1 : Lancer avec précision sur des cibles verticales

Plus en détail

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Réunion du GT CSFPE réforme territoriale L accompagnement RH de la réforme 27 mai 2015 1 Le calendrier 22 avril 2015 : communication en Conseil

Plus en détail

Livret personnel de compétences

Livret personnel de compétences Livret personnel de compétences Grilles de références pour l évaluation et la validation des compétences du socle commun au palier 2 Janvier 2011 MENJVA/DGESCO eduscol.education.fr/soclecommun LES GRILLES

Plus en détail

Balance d analyse corporelle Mode d'emploi

Balance d analyse corporelle Mode d'emploi Balance d analyse corporelle Mode d'emploi 1 La balance a été spécialement conçue pour évaluer votre poids, votre pourcentage de gras, votre pourcentage d hydratation, votre pourcentage de muscle et votre

Plus en détail

GESTION DES ENTREPRISES EXTÉRIEURES ET COORDINATION SPS ASPECTS RÉGLEMENTAIRES DIRECCTE LIMOUSIN PÔLE TRAVAIL MANIFESTATION CDG87 9 SEPTEMBRE 2015

GESTION DES ENTREPRISES EXTÉRIEURES ET COORDINATION SPS ASPECTS RÉGLEMENTAIRES DIRECCTE LIMOUSIN PÔLE TRAVAIL MANIFESTATION CDG87 9 SEPTEMBRE 2015 GESTION DES ENTREPRISES EXTÉRIEURES ET COORDINATION SPS ASPECTS RÉGLEMENTAIRES DIRECCTE LIMOUSIN PÔLE TRAVAIL MANIFESTATION CDG87 9 SEPTEMBRE 2015 LES OBJECTIFS Prévenir les risques liés à la co-activité

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

FICHE SECURITE INCENDIE

FICHE SECURITE INCENDIE FICHE SECURITE INCENDIE Les principes à respecter Les risques dans l entreprise sont multiples et le chef d entreprise a obligation d assurer la sécurité de son personnel (salariés, stagiaires, apprentis,

Plus en détail

Epreuve E6 PROJET ET PRATIQUES DE LA COMMUNICATION

Epreuve E6 PROJET ET PRATIQUES DE LA COMMUNICATION Epreuve E6 PROJET ET PRATIQUES DE LA COMMUNICATION Épreuve orale - durée 40 minutes - Coefficient 4 U6 1. Finalités et objectifs L objectif visé est d apprécier l aptitude du candidat à conduire un projet

Plus en détail

Machine de moulage centrifuge C.300. Manuel. http://www.letrainmagique.com

Machine de moulage centrifuge C.300. Manuel. http://www.letrainmagique.com Machine de moulage centrifuge C.300 Manuel http://www.letrainmagique.com Santé et sécurité Projections Vérifiez que vous portez toujours des protections correctes pour les yeux et que personne d autre

Plus en détail

Lancer de DISQUE Ce que vous devez savoir 1) REGLEMENT :

Lancer de DISQUE Ce que vous devez savoir 1) REGLEMENT : Lancer de DISQUE Ce que vous devez savoir 1) REGLEMENT : Cercle Le cercle est fait de bandes de fer et a un diamètre de 2,50 m. Il est peint en blanc. L'intérieur est en béton non glissant. Le diamètre

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail