I. La notion de contrôle...6 Pourquoi un contrôle?... 6 Qu est ce qu un contrôle?... 7 Qui contrôle?... 9

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. La notion de contrôle...6 Pourquoi un contrôle?... 6 Qu est ce qu un contrôle?... 7 Qui contrôle?... 9"

Transcription

1 Charte de contrôle

2

3 Sommaire I. La notion de contrôle...6 Pourquoi un contrôle?... 6 Qu est ce qu un contrôle?... 7 Qui contrôle?... 9 II. L exercice de contrôle...11 Comment s opère un contrôle? Quels sont les effets du contrôle? III. Les règles de déontologie...13 Quels sont les droits et devoirs de l agent de contrôle? Quels sont les droits et devoirs de la personne contrôlée? IV. Les principaux textes et règles juridiques...19

4 Préambule Le système de sécurité sociale repose sur un principe de solidarité qui garantit l ensemble des risques sociaux des travailleurs et dont l assurance vieillesse fait partie. Les prestations versées aux assurés sociaux sont ainsi financées sur le fondement de la solidarité intergénérationnelle. Au cours de l année 2013, l Assurance retraite Île-de- France a versé 23,9 milliards d euros de prestations. Garantir le calcul et le paiement des retraites et des prestations sociales, tout en veillant à la bonne utilisation des deniers publics constituent la mission fondamentale de l Assurance retraite Île-de-France. Ce double objectif est conditionné par la juste application de la législation. À cet égard, il est légitime et nécessaire que des processus de contrôles soient mis en œuvre tant sur les demandes de droits faites par les assurés que sur les prestations qui leur sont versées. Dans l esprit de la loi n du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, la présente charte de contrôle est ainsi un document de référence sur les règles à appliquer dans le cadre d un contrôle effectué par un chargé d enquêtes. En effet, elle a pour objet de formaliser les conditions de réalisation d un contrôle qui nécessitent d être clairement connues aussi bien des agents de contrôles que des assurés. Cette charte est également établie afin de favoriser une bonne communication entre les assurés et l Assurance retraite Île-de-France quant à l objectif du contrôle :

5 il s agit avant tout d un échange d informations pour un meilleur accès de l assuré à ses droits. Par ailleurs, la bonne information des assurés constitue un engagement inscrit dans la convention d objectifs et de gestion signée entre l État et l Assurance retraite Île-de- France pour les années À ce titre, de bonnes relations avec les assurés doivent être recherchées, notamment dans le cadre d un contrôle où la qualité de service passe par le respect de règles aussi bien déontologiques que juridiques. Ces règles garantissent la protection et le respect de la personne contrôlée, et se doivent d être appliquées dans une institution sociale investie d une mission de service public telle que l Assurance retraite Île-de-France. Elles marquent le périmètre de contrôle des agents chargés d enquêtes ainsi que les conditions d exercice de leur métier. Ces prérogatives leur permettent également d assurer leur mission d information et de conseil en corrélation avec leur mission principale de contrôle. La présente charte a donc pour objet de définir les missions générales et premières que doit assumer un chargé d enquêtes dans le cadre de son contrôle sur lesquelles il s engage et de décrire : la notion de contrôle ; l exercice du contrôle ; les règles de déontologie ; le cadre juridique afférent au métier d agent de contrôle.

6 6 I. La notion de contrôle L article L du Code de la Sécurité sociale autorise les caisses nationales de sécurité sociale à mettre en œuvre ou coordonner des actions de contrôle sur le service des prestations afin de détecter les fraudes et les comportements abusifs. Pourquoi un contrôle? L Assurance retraite Île-de-France verse des prestations sociales (pension de retraite, pension de réversion, allocation de solidarité aux personnes âgées, majoration pour tierce personne ), qui sont calculées à partir d échanges d informations entre organismes et de déclarations faites par ses assurés. Le système déclaratif se fonde sur une bonne foi totale dans les éléments transmis par les assurés ou des tiers intervenants. Néanmoins, ceci implique également en contrepartie une vérification du respect de la législation vieillesse et des prestations versées. Le contrôle est donc opéré afin de s assurer du bon paiement à bon droit de l assuré, dans le but de préserver le système de protection sociale et afin de garantir la juste application des textes. Dans cet objectif, l Assurance retraite Île-de-France met en œuvre ces actions, qui peuvent intervenir avant ou après mise en paiement de l avantage servi à l assuré.

7 7 Qu est-ce qu un contrôle? Les contrôles effectués par les agents de contrôle agréés et assermentés peuvent concerner l assuré lui-même, dans le but de vérifier l exactitude des déclarations effectuées mais également de le conseiller sur ses droits et de l aider à régulariser sa situation. Les contrôles peuvent également viser les tiers (famille de l assuré décédé, hébergeant d un assuré titulaire de l Aspa ) afin de vérifier la conformité des déclarations faites et de la réalité de la situation. À ce titre, les contrôles peuvent aussi bien concerner : La carrière de l assuré Il s agit avant tout de faire des recherches sur l authenticité des bulletins de salaire, afin de pouvoir alimenter et/ou rectifier les reports au compte de l assuré, et ce dans l objectif de lui verser une pension de retraite en adéquation avec sa carrière. La résidence de l assuré Les contrôles concernant la résidence portent sur la vérification de la stabilité de la résidence de l assuré sur le territoire français.

8 8 En effet, les bénéficiaires de l allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ou du Fonds national de solidarité (FNS) 1 doivent justifier d une résidence stable et régulière sur le territoire métropolitain ou dans un département d outre-mer pour le paiement de cet avantage 2. L agent de contrôle sera ainsi en charge de vérifier que l assuré est au moins présent 180 jours par an sur le territoire français. Les ressources et la situation familiale de l assuré L assuré a l obligation de déclarer tout changement de situation 3. Des contrôles de ressources peuvent donc être opérés afin de vérifier sa situation matrimoniale ou ses ressources. En effet, certains avantages sont soumis à un plafond de ressources (Aspa, pension de réversion...), et la situation matrimoniale est prise en compte dans ce calcul. Aussi, il convient de vérifier que toutes les ressources ont bien été déclarées à l Assurance retraite Île-de-France. 1 L allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) est une allocation destinée aux personnes âgées disposant de faibles revenus en vue de leur assurer un niveau minimum de ressources. Elle remplace le Fonds national de solidarité (FNS) depuis 2006, qui n est plus attribué mais continue à être servi aux assurés qui en étaient bénéficiaires avant Le demandeur de l Aspa doit être titulaire d une retraite personnelle ou de réversion et remplir des conditions d âge, de résidence, de ressources et de subsidiarité. 2 L article L du Code de la Sécurité sociale précise : «Toute personne justifiant d une résidence stable et régulière sur le territoire métropolitain ou dans un département mentionné à l article L et ayant atteint un âge minimum bénéficie d une allocation de solidarité aux personnes âgées dans les conditions prévues par le présent chapitre. Cet âge minimum est abaissé en cas d inaptitude au travail ou lorsque l assuré bénéficie des dispositions prévues à l article 37 de la loi n du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites». 3 L article R du Code de la Sécurité sociale indique en effet que «les bénéficiaires de l allocation de solidarité aux personnes âgées sont tenus de déclarer à l organisme ou au service qui leur sert cette allocation tout changement survenu dans leurs ressources, leur situation familiale ou leur résidence».

9 9 L identité de l assuré Un contrôle sur l identité peut être diligenté afin de confirmer la bonne identité de nos assurés. L existence de l assuré Des contrôles peuvent être opérés auprès de nos assurés afin de confirmer la réalité de leur existence. Qui contrôle? Le métier d agent chargé du contrôle des prestations est strictement encadré par la loi (article L et suivants CSS, article L et suivants CSS). Il est placé sous l autorité du Directeur de l organisme et peut procéder à toutes vérifications ou enquêtes administratives concernant l attribution des prestations. Les agents sont agréés et assermentés, et ont qualité pour dresser des procès-verbaux faisant foi jusqu à preuve du contraire. Qu est-ce que l agrément? En vertu de l arrêté ministériel du 30 juillet 2004, l agrément est délivré par le Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé, et permet à l agent de procéder à des contrôles à l extérieur des locaux de l Assurance retraite Île-de-France. La demande est formulée auprès du Directeur de l organisme auquel appartient l agent pour autorisation provisoire d exercice pendant 6 mois, et au Directeur de la Sécurité sociale pour publication au Journal Officiel de l agrément provisoire. Préalablement à la demande, l agent doit en outre présenter toutes les garanties d intégrité et de moralité nécessaires, n avoir aucune condamnation inscrite au casier judiciaire,

10 10 être en position régulière au regard des obligations militaires et avoir suivi les formations nécessaires. Au-delà du délai de 6 mois d autorisation provisoire d exercice des fonctions d agent de contrôle, une demande d agrément définitif doit être formulée auprès du Directeur de l organisme dont dépend l agent. Une carte professionnelle est alors délivrée à l agent, preuve de sa qualité, dont l assuré ou toute autre personne peut obtenir la présentation. L agrément est valable pendant toute la durée de la carrière de l agent chargé du contrôle et pour les périodes pendant lesquelles il exerce ses fonctions sur l ensemble du territoire français. Qu est-ce que l assermentation? L assermentation permet de rendre opposables les investigations menées et les rapports d enquêtes rédigés par les agents de contrôles, qu ils soient agréés définitivement ou non. Elle confère une force probante aux procès-verbaux établis par l agent de contrôle jusqu à preuve du contraire. La prestation de serment a une valeur solennelle : l agent de contrôle doit se présenter devant le Tribunal d Instance afin de prêter serment. Il s agit d un serment professionnel de bien remplir ses fonctions, loyalement et honnêtement, et de ne rien révéler des procédés et résultats d exploitation dont l agent pourrait prendre connaissance dans l exercice de sa mission.

11 11 II. L exercice du contrôle Comment s opère un contrôle? Le contrôle sur justificatifs À partir d un signalement interne ou externe, les agents chargés du contrôle au sein de l Assurance retraite Île-de-France peuvent être saisis d une demande d enquête. Une première étude de la demande va ainsi être faite pour en connaître la recevabilité. L agent de contrôle confrontera les données présentes au dossier, dans nos bases de données et prendra en compte l ensemble des informations nécessaires à la vérification, notamment auprès des organismes tiers. Des justificatifs complémentaires peuvent toujours être demandés à l assuré. Le contrôle sur place Lorsque cela s avère nécessaire ou dans le cas d un complément d informations, l agent de contrôle se déplacera au domicile de l assuré, soit pour le rencontrer ou pour faire une enquête de voisinage. L assuré peut dans ce cas faire l objet d une audition pour s assurer par écrit de l exactitude des faits. Le contrôle sur place permet de vérifier l exactitude des déclarations mais il s agit aussi d un dialogue entre l agent de contrôle et l assuré. Le contrôle sur place peut aussi être fait auprès de nos organismes partenaires.

12 12 Quels sont les effets du contrôle? À l issue d un contrôle, le rapport établi par les agents de contrôle peut être soit favorable soit défavorable à l assuré. Dans le cas d un rapport favorable à l assuré, il confirme la véracité des données et constate la bonne application de la législation. Dans le cas d une situation défavorable à l assuré, le résultat fera l objet d une qualification juridique des faits. Ces dossiers, pour lesquels une suspicion de fraude a été détectée, seront transmis auprès d une unité composée d experts juridiques qui qualifieront les faits soit de frauduleux, soit de fautifs. Ces dossiers sont alors susceptibles de faire l objet de poursuites pouvant aller de la simple lettre de rappel aux obligations déclaratives, au dépôt de plainte au pénal et/ou à la prononciation de sanctions administratives ou de pénalités financières. À noter En cas de condamnation, l assuré risque : - jusqu à 2 ans d emprisonnement et d amende (article du Code pénal) ; - jusqu à 3 ans d emprisonnement et d amende (article du Code pénal) ; - jusqu à 7 ans d emprisonnement et d amende (article du Code pénal).

13 13 III. Les règles de déontologie Les agents de contrôle ainsi que l Assurance retraite Île-de- France s engagent à respecter les droits fondamentaux de la personne contrôlée : ils ont des droits mais également des devoirs vis-à-vis des assurés ou des tiers. En contrepartie, la personne contrôlée doit accepter le principe même du contrôle et mettre à disposition de l agent tous les documents nécessaires à l exercice de son activité. Quels sont les droits et devoirs de l agent de contrôle? Les devoirs de l agent de contrôle Lors de ses investigations sur place ou sur pièces, l agent de contrôle se doit de respecter les règles éthiques propres à l exercice de son métier : respect des droits fondamentaux de la personne ; respect du secret professionnel ; respect du devoir de probité et d impartialité. Respect des droits fondamentaux de la personne L agent chargé du contrôle doit respecter les principes élémentaires de la présomption d innocence, des droits de la défense et du contradictoire. En effet, toute personne est présumée innocente jusqu à ce que sa culpabilité ait été légalement établie. Dans ce sens, l assuré ou le tiers contrôlé peut avoir connaissance des faits qui lui sont reprochés, peut émettre des

14 14 observations écrites ou orales sur ces faits, peut disposer d un délai suffisant pour préparer son argumentaire, peut à tout moment se faire assister d un conseil, et peut connaître la motivation de la sanction prononcée à son encontre. Aussi, lorsque l assuré ou le tiers a pu être rencontré par l agent de contrôle, le rapport d enquête est établi de manière contradictoire et indique la position de l assuré ou du tiers, même si elle diffère des constats effectués par l agent. De même, l agent de contrôle se doit de respecter la vie privée et le domicile de la personne contrôlée. Dans cet objectif, l agent ne peut en aucun cas divulguer l adresse personnelle, le numéro de téléphone, la vie privée ou le contenu du dossier de la personne contrôlée à une tierce personne, à l occasion d enquêtes de voisinage ou de notoriété. Une exception à ce principe prévaut lorsqu il s agit d une information sollicitée par les forces de l ordre ou un autre organisme de sécurité sociale disposant du droit de communication 4. Le respect du domicile impose enfin de ne pouvoir pénétrer au domicile de la personne contrôlée que pour les besoins du contrôle et seulement si la personne l autorise. Respect du secret professionnel L agent chargé du contrôle, comme tout agent de l Assurance retraite Île-de-France, est soumis au secret professionnel et au devoir de discrétion. De ce fait, il doit s abstenir de divulguer toute information non accessible au public, recueillie dans l exercice de ses fonctions. 4 Article L

15 15 Respect du devoir de probité et d impartialité L agent de contrôle doit exercer ses fonctions avec probité : il ne doit pas se prévaloir de sa qualité pour en tirer un avantage personnel. Dans cette optique, il n accepte aucun avantage ni aucun présent directement ou indirectement lié à ses fonctions, suite à une décision prise ou dans l espoir d une décision à prendre. Enfin, l agent chargé du contrôle doit accomplir sa mission en toute impartialité : il doit accorder le même traitement, le même respect et la même attention à toute personne, sans distinction dans ses actes ou ses propos. Les droits de l agent de contrôle L agent chargé du contrôle des prestations a un droit d accès aux lieux où doit se dérouler le contrôle. Ainsi, dans le cadre d une enquête sur la carrière de l assuré, l agent doit pouvoir pénétrer dans l enceinte de l entreprise indiquée par ce dernier, si celle-ci est toujours en activité. L employeur, qu il soit une personne privée ou publique, ou un travailleur indépendant, est tenu de recevoir l agent de contrôle et de lui fournir les pièces qui lui sont demandées. L agent a en effet un droit de consultation des documents et de photocopier les pièces nécessaires à ses investigations. Aussi, dans le cadre d une enquête sur la résidence effective de l assuré, l agent a le droit de se rendre au

16 16 domicile indiqué par ce dernier afin de vérifier la conformité des déclarations faites. L agent a également le droit d effectuer des enquêtes de voisinage. L agent de contrôle peut convoquer l assuré au sein des locaux de l Assurance retraite Île-de-France afin de lui demander des compléments d informations sur sa situation. Il peut utiliser son droit de communication auprès des organismes tiers, lui permettant d obtenir des renseignements et documents nécessaires à l instruction de son dossier, sans que le secret professionnel ne puisse leur être opposé. Enfin, en cas de non-réponse de l assuré, il peut demander la suspension des droits auprès des services concernés. Quels sont les droits et devoirs de la personne contrôlée? Les devoirs de la personne contrôlée L assuré ou le tiers contrôlé doit accepter le principe même du contrôle comme une garantie de la pérennité et de la légitimité de notre système fondé sur la solidarité. À ce titre, la personne s engage à fournir, dans des délais adaptés, les documents et les informations nécessaires au contrôle, que ce soit dans le cadre d un contrôle sur place ou sur pièces, ou lorsque l assuré est convoqué par l agent de contrôle en vue d un complément d informations. Ainsi, bien que la personne contrôlée ait droit au respect de son domicile, elle doit se soumettre par tous

17 17 moyens à sa disposition (courriers, déplacements ) aux demandes formulées par les agents en charge du contrôle, sous peine de suspension de prestations. En cas de contrôle dans l enceinte d une entreprise, l employeur doit recevoir l agent de contrôle et lui fournir toutes les pièces nécessaires à l exercice de son métier. Le refus de laisser l accès aux locaux ou la libre consultation des pièces est constitutif d un délit d entrave. Par ailleurs, si l agent de contrôle ne doit pas porter atteinte à la personne de l assuré ou du tiers, à son intégrité physique, à sa vie privée et son intimité, il en est de même pour la personne contrôlée. Toute agression physique sur la personne de l agent de contrôle, ses biens, son véhicule, sa carte professionnelle, fera l objet d une plainte auprès du Procureur de la République, de la part de l agent de contrôle et du Directeur de l organisme. Les droits de la personne contrôlée L assuré ou le tiers contrôlé peut se faire assister d un Conseil ou d un traducteur à tout moment de la procédure. En effet, avec l accord explicite de la personne contrôlée et à condition qu il soit mis en garde contre de possibles révélations sur sa vie privée, toute personne peut assister à l entretien, y compris un traducteur. En cas de refus de l assuré de laisser assister à l entretien un traducteur, il devra procéder à des écrits qui pourront faire l objet de traductions par une personne assermentée soumise au secret professionnel.

18 18 Ainsi, si lors d un contrôle, l agent constate que l assuré n est pas en mesure de comprendre l objet de la visite ni de répondre aux questions posées, il pourra lui proposer un entretien à une date ultérieure soit à nouveau au domicile de l assuré, soit au sein des locaux de l Assurance retraite Île-de-France. Ce dernier devra alors se faire accompagner d une personne lui permettant de comprendre l objet du contrôle. Par ailleurs, en cas d abus d autorité ou de manquement au devoir de probité, la personne contrôlée a la possibilité de mettre en cause la responsabilité de l agent. On entend par «abus d autorité» le fait d exercer illégalement la fonction d agent de contrôle, de tenir des propos discriminatoires ou d avoir une attitude discriminatoire, de violer le domicile ou la vie privée de la personne contrôlée, ou de porter atteinte au secret de ses correspondances. Les manquements au devoir de probité peuvent être caractérisés par : la corruption : il s agit du fait de demander ou d accepter des avantages quelconques en vue d accomplir ou de s abstenir d accomplir un acte relevant de la fonction d agent de contrôle ; le trafic d influence : il s agit du fait de demander ou d accepter des avantages quelconques pour abuser de son influence réelle en vue de faire obtenir une décision favorable ou défavorable à l assuré. Dans ces deux cas non exhaustifs, la personne contrôlée pourra soulever la responsabilité de l agent de contrôle devant les Tribunaux compétents.

19 19 IV. Les principaux textes et règles juridiques Le métier d agent de contrôle est encadré par des règles juridiques spécifiques qui méritent un respect et une attention constante, dont la finalité est de protéger la fonction et les conditions d exercice de ce métier. Thèmes Textes de loi Règles juridiques Le contrôle Art. L CSS Les caisses nationales de sécurité sociale sont autorisées à mettre en œuvre ou à coordonner des actions de contrôle sur le service des prestations afin de détecter les fraudes et les comportements abusifs. Elles peuvent à ce titre utiliser des traitements automatisés des données relatives au service des prestations. Art. L Art. L Les employeurs, qu ils soient des personnes privées, des personnes publiques autres que l État ou l État lui-même, et les travailleurs indépendants sont tenus de recevoir les agents de contrôle de l Assurance retraite. Le fait de faire obstacle à l accomplissement des fonctions des agents de contrôle, quel que soit leur cadre d action, est puni de six mois d emprisonnement et de d amende.

20 20 Thèmes Textes de loi Règles juridiques L agent de contrôle Arrêté ministériel du 30 juillet 2004 Art. L CSS L agrément est délivré par le Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé, et permet à l agent de procéder à des contrôles à l extérieur de la Caisse. La prestation de serment s effectue devant le Tribunal d Instance. Le rapport d enquête Art. L , al. 1 CSS Art Code civil Art. 6-1 Convention européenne des droits de l Homme (CEDH) Art. 1 Loi n du 17 juillet 1978 L agent de contrôle agréé et assermenté a qualité pour dresser des procès-verbaux faisant foi jusqu à preuve du contraire. La preuve des faits contrôlés peut être rapportée par tous moyens par l agent de contrôle (aveu, écrit, témoignage ). Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement. Aussi, lorsque l assuré a pu être rencontré par l agent de contrôle, le rapport d enquête doit être établi de manière contradictoire et indiquer la position de l assuré même si elle diffère des constats effectués par l agent de contrôle. L assuré a un droit d accès aux documents administratifs tels que les procès-verbaux dressés par les agents de contrôle. Le secret professionnel Art. L Code pénal L agent de contrôle est tenu au respect du secret professionnel quant aux informations qui lui sont communiquées. La violation d une information à caractère secret est punie d un an d emprisonnement et de d amende. Néanmoins, le secret professionnel ne peut être opposé aux autorités judiciaires (officier de police judiciaire sur réquisition judiciaire ou commission rogatoire) ou aux juridictions.

21 21 Thèmes Textes de loi Règles juridiques Les échanges d informations Art. L , al. 2 CSS Art. L CSS Art. L CSS Lorsque cela est nécessaire à l accomplissement de sa mission, l agent de contrôle peut être habilité à effectuer des enquêtes administratives et des vérifications complémentaires dans le ressort d un autre organisme : administrations, organismes de sécurité sociale (CAF, CPAM, Pôle emploi ). Les constatations établies à cette occasion font également foi à l égard de ce dernier organisme. Les organismes de Sécurité sociale, les caisses de congés payés et le Pôle emploi peuvent échanger des informations nécessaires à l information, au contrôle et à l appréciation des droits des assurés. Les échanges d informations entre les agents des administrations fiscales et les agents des organismes de protection sociale, peuvent être effectués. Le droit de communication Art. L CSS Le droit de communication permet d obtenir, sans que s y oppose le secret professionnel, les documents et informations nécessaires aux agents des organismes de sécurité sociale pour contrôler la sincérité et l exactitude des déclarations souscrites ou l authenticité des pièces produites en vue de l attribution et du paiement des prestations servies par lesdits organismes. Une amende de est prévue en cas de refus de répondre aux demandes d informations des agents des organismes de sécurité sociale.

22 22 Thèmes Textes de loi Règles juridiques Le respect de la vie privée Art. 9 Code civil, Art. 8 Convention européenne des droits de l Homme (CEDH) Art Code Pénal Chacun a droit au respect de sa vie privée. L agent de contrôle ne peut pas pénétrer au domicile des assurés sans leur consentement. L introduction ou le maintien dans le domicile d autrui à l aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou contrainte, hors les cas où la loi le permet, est puni d un an d emprisonnement et de d amende. Néanmoins, lorsque le contrôle nécessité des investigations dans le logement (superficie, habitabilité ), l agent peut tirer toutes les conséquences d un refus de l assuré pour l entrée dans les lieux. Le respect de la présomption d innocence Art. 6-1 Convention européenne des droits de l Homme (CEDH) Toute personne accusée d une infraction est présumée innocente jusqu à ce que sa culpabilité ait été légalement établie. Le respect du contradictoire Art. 6-1 Convention européenne des droits de l Homme (CEDH) Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi. espace Nous connaître/nos engagements

23 12/2 014 Auteur : Pôle lutte contre la fraude - Réalisation : Studio graphique, Cnav.

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA?

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Des ressortissants de l Union Européenne Qui sont âgés de 22 ans révolus Qui présentent

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

1 sur 5 28/02/2012 11:15

1 sur 5 28/02/2012 11:15 1 sur 5 28/02/2012 11:15 Direction Juridique et Réglementation Nationale Département réglementation national Circulaire n 2012/17 du 14 février 2012 Caisse nationale d'assurance vieillesse Direction des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2012-99 DU 25 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Devenir Assistant maternel

Devenir Assistant maternel Pôle Interdirectionnel Solidarité et Famille Direction Enfance Famille et Insertion Service Protection Maternelle et Infantile Devenir Assistant maternel En choisissant d être assistant maternel, vous

Plus en détail

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables,

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables, Arrêté du 21 décembre 2007 relatif à l agrément des experts ou organismes qualifiés pour évaluer la conception et la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

I. La définition du harcèlement moral au travail

I. La définition du harcèlement moral au travail 1 Protection du fonctionnaire Harcèlement moral au travail NOR : MENH0700398C RLR : 610-7 e CIRCULAIRE n 2007-047 DU 27-2-2007 MEN DGRH B Lien : bulletin officiel n 10 du 8 mars 2007 Texte adressé aux

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1239 du 6 octobre 2015 relatif à l aide à la réinsertion familiale et

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE PRÉAMBULE Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de SABLÉ-SUR-SARTHE

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Sur les informations traitées

Sur les informations traitées DELIBERATION N 2013-62 DU 28 MAI 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA POSTE MONACO RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE Les infractions au code de la route

GUIDE JURIDIQUE Les infractions au code de la route Dans le cadre de la politique de lutte contre l insécurité routière menée par le Gouvernement et inscrite dans la loi depuis 2003, les contrôles de la vitesse ont été multipliés et se sont automatisés.

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer)

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer) DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES SOUS-DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES le 20 août 2007 ET DE LA POLICE ADMINISTRATIVE NOR : INT/D/07/00089/C LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE

Plus en détail

CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale

CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale DCG3 Partie 1 :Les sources du droit du travail et le contrôle des règles CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale I. Une mission historique : la collecte des ressources A. Les cotisants

Plus en détail

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées.

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES D ACCUEIL - 4 - Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. Établissements et services d accueil et d accompagnement à tous les âges de la vie 75

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

DOCUMENT 3. Toute personne ressortissante de l Union Européenne ou bénéficiaire d un titre de séjour ne bénéficiant pas d une adresse stable.

DOCUMENT 3. Toute personne ressortissante de l Union Européenne ou bénéficiaire d un titre de séjour ne bénéficiant pas d une adresse stable. FICHE TECHNIQUE : DOMICILIATION La domiciliation ouvre la possibilité, aux personnes qui ne peuvent déclarer de domicile ou d adresse, d accéder à des droits et prestations. L article 51 de loi instituant

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Demande de carte professionnelle

Demande de carte professionnelle Demande de carte professionnelle Live VI du code de la sécurité intérieure Ce formulaire vous permet d effectuer votre demande de carte professionnelle dématérialisée. Valable cinq ans, la carte professionnelle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN 1 SOMMAIRE Préambule 3 I.Les dispositions relatives au Compte Epargne Temps applicables à la Ville de Rouen 4 Article1.Les bénéficiaires 4

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement)

Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement) Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement) Livre VI du code de la sécurité intérieure Décret n 2009-137 du 9 février 2009 modifié Ce formulaire vous permet d obtenir

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) 3 Circulaires de la direction des affaires civiles et du sceau Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2005 Décret

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI 4 5 18 19 10 11 Le droit au logement opposable P. 5 P. 11 Le droit au logement opposable Le droit à l hébergement opposable P. 16 Cas pratique 2 Introduction QU

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À RÉVERSION D UNE PENSION MILITAIRE DE RETRAITE ET D UNE PENSION CIVILE DE RETRAITE

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À RÉVERSION D UNE PENSION MILITAIRE DE RETRAITE ET D UNE PENSION CIVILE DE RETRAITE - II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À RÉVERSION D UNE PENSION MILITAIRE DE RETRAITE ET D UNE PENSION CIVILE DE RETRAITE - 47 II - Les anciens combattants et leurs ayants droit Droit

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS?

FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS? FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS? Le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante, instituée par la loi du 29 mars 2011. Cette institution

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre.

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre. DATE : Levallois, le 19 mai 2005 REFERENCES : Circulaire n 14/2005 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons agréées par la Mutuelle Saint-Martin OBJET Réforme

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Aide aux séjours d enfants en centre de vacances sans hébergement pour les AED et AESH employés et rémunérés par les EPLE

Aide aux séjours d enfants en centre de vacances sans hébergement pour les AED et AESH employés et rémunérés par les EPLE Aide aux séjours d enfants en centre de vacances sans hébergement pour les AED et AESH employés et rémunérés par les EPLE Séjour en centre de vacances sans hébergement (journée complète) 5,26 par jour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 31 juillet 2013 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 13 sur 122 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Décret n o 2013-690 du 30 juillet 2013 relatif au transport de personnes avec conducteur NOR : INTA1311124D

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail