Les méthodes d évaluation fondées sur la valeur patrimoniale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les méthodes d évaluation fondées sur la valeur patrimoniale"

Transcription

1 3 Les méthodes d évaluation fondées sur la valeur patrimoniale L approche patrimoniale est historiquement une des méthodes qui a été privilégiée en France. Il est fréquent que le vendeur invoque dans le cas d une transmission d entreprise l actif net, surtout si la rentabilité de l entreprise est faible. Il existe des entreprises dont la rentabilité attendue des fonds est inférieure au coût de ces fonds, ce qui implique une valeur patrimoniale supérieure à la valeur de rentabilité. La cession des actifs permet d obtenir plus de liquidités que la cession des titres. Cette méthode statique fondée seulement sur les actifs ne constitue pas, cependant, aujourd hui la méthode la plus appropriée pour valoriser les entreprises. Son utilisation est possible pour les entreprises en phase de maturité, achetées pour leurs actifs et leur savoir-faire et non pour le potentiel de croissance de leur rentabilité. Elle peut aussi se justifier dans le cas de sociétés immobilières ou de holdings. Le dernier bilan fournit l information de base mais les valeurs comptables sont le plus souvent des valeurs historiques. Il convient d effectuer certains retraitements et de retenir des valeurs actuelles plus représentatives de la réalité de l exploitation. Nous avons montré dans le chapitre 2 que les valeurs obtenues par les méthodes patrimoniales diffèrent en règle générale des valeurs obtenues par les méthodes fondées sur la rentabilité attendue. Cette différence trouve son explication dans la capacité de l entreprise à créer (goodwill) ou à détruire de la richesse (badwill). La valeur patrimoniale s applique mal aux entreprises à forte croissance dont la valeur patrimoniale est faible. Il est donc indispensable de réaliser, en complément de cette approche patrimoniale, une valorisation du goodwill correspondant à l actif intangible qu une entreprise dégage nécessairement (voir chapitre 4). La mesure du goodwill permettra de tenir compte de la rentabilité de l outil de l entreprise et ainsi de rendre plus pertinente la méthode patrimoniale. La notion d actif net Le patrimoine est constitué par l ensemble des biens et des dettes de l entreprise. C est donc à partir du bilan que nous déterminerons la 33

2 valeur de l entreprise en faisant la différence entre : le cumul des biens inscrits à l actif, et les dettes et provisions pour risques et charges figurant au passif. Actif fictif Capitaux propres Actif réel Dettes et provisions pour risques L actif net comptable peut être calculé de deux façons différentes : soit Actif net comptable = Actif réel Dettes et provisions pour risques, soit Actif net comptable = Capitaux propres Actif fictif. Il est nécessaire de ventiler l actif entre les postes d actif réel et les postes d actif fictif. L actif fictif correspond à des non-valeurs qui comprennent : Les frais d établissement. Ce sont des frais attachés à des opérations qui conditionnent l existence ou le développement de l entreprise mais dont le montant ne peut être rapporté à des productions de biens ou de services déterminés (frais de constitution, frais d augmentation de capital ). Les charges à répartir sur plusieurs exercices. Ce sont des charges dont l incidence sur le résultat peut être différée et répartie sur plusieurs exercices (frais d acquisition des immobilisations, frais d émission des emprunts ). Les primes de remboursement des obligations. Elles apparaissent lorsque la somme remboursée sur un emprunt obligataire est supérieure à la somme obtenue par cet emprunt. Les frais de recherche et de développement. L inscription à l actif est subordonnée au respect de certaines conditions édictées par le plan comptable (projets nettement individualisés et ayant de sérieuses chances de réussite et de rentabilité commerciale.) Mais, par prudence, ces frais peuvent être considérés comme des non-valeurs. Remarques Les écarts de conversion passif représentent des gains latents et doivent être ajoutés à l actif net. Une autre position existe pour les frais de recherche. Dans une optique de continuité d exploitation, ils représentent des investissements immatériels qui aboutiront généralement à un brevet. Par conséquent, ils doivent être maintenus dans l actif net. Les charges constatées d avance correspondent soit à des biens corporels (fournitures non consommées à la fin de l exercice), soit à des créances en nature (loyer payé d avance) et ne doivent pas être considérées comme de l actif fictif. Les écarts de conversion actif doivent être maintenus dans l actif réel ou considérés comme des actifs fictifs. 34 LES MÉTHODES D ÉVALUATION D ENTREPRISE

3 EXEMPLES 1 er cas : l entreprise n a pas constitué de provision perte de change d un montant égal à l écart de conversion car la créance ou la dette comporte une couverture de change Actif réel Capitaux propres (Exemple créance en devise) Provisions pour risques 50 (dont provision perte de change 50) Écart de conversion actif sur la créance 200 Dans ce cas, l écart de conversion actif est maintenu dans l actif réel et l actif net comptable est égal à ( ) (50) = En effet, la perte latente de (200 50) sur la créance étant compensée par une couverture de change, l entreprise a donc une créance pour un montant réel de e cas : l entreprise a comptabilisé une provision perte de change car la créance ou la dette ne comporte pas de couverture de change Si la perte latente de change (écart actif) est compensée par une provision perte de change, il faut maintenir l écart actif dans l actif réel. Actif réel Capitaux propres (Exemple créance en devise) Provisions pour risques 200 (dont provision perte de change 200) Écart de conversion actif 200 Dans ce cas, l actif net comptable est égal à ( ) (200) = L entreprise n ayant pas compensé sa perte latente de change par une couverture, l actif net de l entreprise est donc égal au montant de la créance de e cas : l entreprise n a pas comptabilisé une provision perte de change d un montant égal à l écart de conversion actif (exemple d un cas d ajustement de la provision perte de change prévu par le Plan comptable général : emprunt affecté à l acquisition d une immobilisation) Actif réel Capitaux propres (Exemple créance en devise) Provisions pour risques 40 (dont provision perte de change 40) Écart de conversion actif 100 Emprunt en devise 500 L écart de conversion actif non compensé par la provision perte de change (100 40) constitue un actif fictif. L actif net comptable est égal à ( ) ( ) = Ou (100 40) = Pour illustrer notre thème sur l évaluation, nous travaillerons sur le cas de l entreprise Évalu présenté ci-dessous. 35

4 Cas d application Présentation de la société à évaluer La société Évalu, implantée dans le nord de la France, s est spécialisée dans la fabrication de produits électroménagers. L entreprise, à l origine familiale et s adressant à un marché régional, a connu une croissance rapide due à un marché porteur. La qualité des produits proposés ainsi que l agressivité commerciale de cette entreprise lui ont permis de s implanter sur le marché national et international et de développer une marque d une très grande notoriété. Depuis ces dernières années, une politique de diversification des produits a été menée, répondant à un souci de synergie commerciale et technologique. Les dirigeants de la société anonyme Évalu ont engagé des pourparlers avec le conseil d administration de la société Diva en vue de l absorption de cette dernière. En effet, la société Évalu veut poursuivre sa croissance et gagner en part de marché ; elle a donc décidé d absorber son concurrent direct qui se trouve actuellement en difficulté suite à un surendettement. Après négociation, la fusion serait réalisée à la date du 1 er janvier N + 1 et sur la base des bilans après affectation des résultats. Afin de pouvoir indiquer dans le projet de fusion la parité d échange des titres générée par cette fusion, on vous demande d évaluer cette société selon plusieurs approches. Vous disposez des annexes suivantes. Annexe 1 : Bilan de la SA Évalu au 31/12/N Actif (valeurs nettes) Passif Immobilisations incorporelles (1) Capital (6) Immobilisations corporelles (2) Prime d émission Immobilisations financières (3) Réserve légale Stocks et en-cours Réserve des plus-values nettes à long terme Avances et acomptes versés sur Réserve pour acquisition d œuvre commande d art (7) Créances clients et comptes Autres réserves rattachés Report à nouveau Valeurs mobilières de placement Résultat de l exercice (8) Disponibilités Subventions d investissement Charges constatées d avance Provisions réglementées (9) Charges à répartir sur plusieurs Provisions pour risques et exercices (4) charges (10) Primes de remboursement des Emprunts obligataires obligations Emprunts et dettes auprès des Écart de conversion actif (5) établissements de crédit (11) Avances et acomptes reçus sur commandes en cours Dettes fournisseurs et comptes rattachés Dettes fiscales et sociales LES MÉTHODES D ÉVALUATION D ENTREPRISE

5 Dettes sur immobilisations Autres dettes Produits constatés d avance Écart de conversion passif (1) Dont Frais d établissement. Dont Frais de recherche (la société capitalise ses frais de recherche). Dont pour une licence comptabilisée en Concessions, brevets, licences, marques et valeurs similaires. (2) Dont terrains sur lesquels sont construits les bâtiments d exploitation Dont terrains conservés dans un but spéculatif Dont terrains sur lesquels sont construites des habitations louées au personnel Dont bâtiments d exploitation Dont constructions louées au personnel Dont matériel industriel Dont mobilier et matériel informatique Dont matériel de transport (3) Dont titres de participation SA Belanger (7 000 actions) Dont prêt au personnel qui ne concerne donc pas l exploitation (4) Dont charges différées Dont frais d acquisition des immobilisations Dont charges à étaler Dont frais d émission d emprunt (5) L écart de conversion actif a fait l objet d une provision pour perte de change pour un montant de Il ne s agit pas d un ajustement provenant d une opération de couverture de change. (6) Le capital est constitué de actions de 5. (7) La société Évalu a acquis début N 1 une œuvre d art inscrite à l actif immobilisé pour et exposée au public. Elle peut ainsi bénéficier de la déduction extra-comptable sur 10 ans prévue par la loi de Ces sommes doivent être inscrites à un compte de réserve spéciale. (8) La société envisage de distribuer un dividende de 7 par action. (9) Dont provision pour hausse des prix Dont provision pour investissement Dont provision pour implantation à l étranger Dont amortissements dérogatoires (8) Dont de provisions pour perte de change Dont de provisions pour charge relative à des travaux de réfection envisagés sur les bâtiments d exploitation. Il apparaît que la société a surestimé le montant des travaux de net d impôt. (8) Dont de concours bancaires courants. Outre les équipements inscrits au bilan, la société Évalu utilise un matériel en crédit-bail. Ce matériel est évalué actuellement à Le contrat a été conclu le 2 janvier N 1 pour une durée de six ans. La redevance annuelle payable d avance s élève à L option d achat sera exercée à la fin du contrat le 2 janvier N + 5 moyennant le versement de Ce matériel sera encore utilisé pendant 8 ans (taux d actualisation 10 %). Annexe 2 : Valeur d utilité des immobilisations Éléments Valeur d utilité Valeur d acquisition (valeur d origine) Frais d établissement Frais de recherche Brevet Licence Marque Terrain d exploitation Terrain spéculatif Terrain personnel Bâtiment d exploitation Bâtiment personnel Matériel industriel

6 Matériel informatique et mobilier Matériel de transport Annexe 3 : Informations sur les titres de participation de la filiale SA Belanger détenus par la société Évalu La société Évalu a acquis, le 4/05/N 4, actions de la société SA Belanger au prix unitaire de 50. La société Belanger est le principal client de la société Évalu et, par conséquent, cette participation fait apparaître de nombreux avantages (assurance d un débouché ). Le bilan simplifié de la SA Belanger figure ci-dessous. Actif (en valeurs nettes) Passif Immobilisations incorporelles (1) Capital ( actions de 45 ) Immobilisations corporelles Prime d émission Immobilisations financières (2) Réserve légale Stocks Autres réserves Créances Provisions réglementées Disponibilités Provisions pour risques Charges à répartir et charges Prime de remboursement des Emprunts obligations Dettes d exploitation (1) dont frais d établissement (2) actions de la société Évalu achetées au prix unitaire de Une estimation des actifs de la société Belanger permet de constater les plus-values suivantes : sur les immobilisations corporelles et incorporelles. Le compte provisions pour risques et charges peut être considéré comme surévalué de L impôt différé passif s élève à Annexe 4 : Informations complémentaires relatives à la société Évalu 1) Impôt différé (actif et passif) La contribution sociale de solidarité versée à l Organic a été comptabilisée pour 3500 en N 1 et 4700 en N. Dettes provisionnées pour congés à payer (l entreprise a opté pour le régime fiscal antérieur à la loi de finances pour 1987). Montants comptabilisés : en N 1 et en N. Dettes provisionnées pour participation des salariés. Montants comptabilisés : en N 1 et en N. 2) Impôt latent Les actifs de la société Évalu sont évalués à leur valeur bilantielle, sauf pour les immobilisations figurant dans le tableau de l annexe 2 et estimées à leur valeur d utilité. Le montant de l impôt sur les plus-values latentes s élève à La fiscalité différée sera calculée avec un taux d imposition de 33 1/3 %. 38 LES MÉTHODES D ÉVALUATION D ENTREPRISE

7 L évaluation lors d une opération de fusion Dans le cas d une fusion, l évaluation ne sert pas de base à la négociation d un prix, contrairement au cas d une acquisition classique. Elle permet de déterminer le rapport d échange des titres qui sera fonction du poids respectif des sociétés ainsi que les valeurs d apport qui seront enregistrées dans les comptes individuels comme s il s agissait du coût historique d acquisition par la société absorbante, lorsque les apports ne sont pas enregistrés à leur valeur comptable. Il faut déterminer et évaluer séparément les éléments constitutifs de chacune des entreprises parties à la fusion. L emploi de plusieurs critères s avère nécessaire pour limiter les risques liés à l évaluation, sans que leur nombre soit excessif et de nature à compliquer inutilement le calcul de la parité d échange et son appréciation par les actionnaires. Ces critères doivent être tels qu ils représentent bien, chacun, une approche différente du problème et ne fassent pas double emploi entre eux. Il faut rechercher la valeur pour un chef d entreprise prudent et avisé et non suivre le raisonnement d un dirigeant ou actionnaire, partie liée à la fusion. Les critères doivent être homogènes entre les différentes sociétés participant à la fusion (par exemple, la moyenne des cours de bourse doit être calculée sur la même période). Les résultats prévisionnels des sociétés ne peuvent être pris en compte que si celles-ci disposent, quand l activité est complexe, d une comptabilité analytique d exploitation et d un système de gestion budgétaire suffisamment élaborés pour permettre de chiffrer avec une approximation acceptable les hypothèses des sociétés. Les prévisions doivent être préparées selon les mêmes principes comptables que les états financiers historiques ; elles doivent être accompagnées de notes indiquant les hypothèses de base sur lesquelles elles reposent ainsi que les données utilisées dans la mesure où ces indications ne sont pas susceptibles de nuire à la société. Enfin, ces prévisions ne peuvent être considérées comme raisonnables que si elles portent sur une période relativement courte, de l ordre de deux à trois ans au maximum, sauf exception (position COB bull. 95). L actif net comptable Déterminons l actif net comptable de la société Évalu : Actif réel Immobilisations incorporelles (incluant les frais de recherche) Immobilisations corporelles Immobilisations financières Stocks et en cours Avances et acomptes Créances clients

8 Valeurs mobilières de placement Disponibilités Charges constatées d avance Écart de conversion actif (uniquement le montant compensé par la perte de change) Passif exigible Provision pour risques et charges Emprunts obligataires Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit Avances et acomptes Dettes fournisseurs Dettes fiscales et sociales Dettes sur immobilisations Autres dettes Produits constatés d avance Dividendes à payer ( actions 7 ) Actif net comptable = = La valeur mathématique comptable est égale à / actions = 127,42. Du fait des principes des coûts historiques et de prudence, l actif net comptable ne constitue qu une approche imparfaite de la valeur de cette entreprise. En effet, les valeurs bilantielles sont souvent sous-évaluées (les éléments incorporels développés et créés par l entreprise n apparaissent pas dans le bilan). Par souci d économie d impôt, les entreprises peuvent constater des amortissements surévalués en adoptant systématiquement le dégressif alors que l amortissement linéaire correspondrait mieux à la dépréciation économique dans certains cas. La valeur comptable et la valeur des actifs coïncident seulement au moment de la création de l entreprise. Le calcul de l actif net comptable constitue une première étape conduisant au calcul de l actif net comptable corrigé. L actif net comptable corrigé (ou actif net intrinsèque) Cette évaluation doit être effectuée dans une perspective de continuité de l exploitation. Il convient de retenir des valeurs d utilité (ou valeur actuelle) à la place des valeurs bilantielles plus représentatives de la réalité de l exploitation. 40 LES MÉTHODES D ÉVALUATION D ENTREPRISE

9 Il est indispensable de : contrôler la présence réelle des éléments du patrimoine à la date d évaluation (certains actifs présents dans le bilan ont pu être cédés ; d autres ne figurent pas au bilan, l entreprise n ayant pas souhaité par exemple porter à l actif immobilisé des dépenses importantes qui, d un point de vue économique, ont abouti à la création ou l amélioration d immobilisations) ; vérifier l état actuel des biens (la qualité de leur entretien, leur âge, leur degré d obsolescence technique ) ; distinguer les biens liés à l exploitation de ceux qui en sont indépendants. Les biens hors exploitation peuvent être cédés sans dommage pour l activité et seront évalués dans cette perspective. Détermination des valeurs actuelles La valeur à donner à chaque immobilisation est définie comme étant celle qui correspond au prix qu un chef d entreprise prudent et avisé accepterait de décaisser pour obtenir cette immobilisation s il avait à l acquérir compte tenu de l utilité que sa possession présenterait pour la réalisation des objectifs de l entreprise. Pour obtenir cette valeur, l entreprise peut utiliser la technique qu elle estime la mieux appropriée et se référer en particulier : aux cours pratiqués sur un marché approprié ; à la valeur d entrée en comptabilité affectée d un indice de prix spécifique à la famille de biens à laquelle appartient l immobilisation ; à la valeur d entrée affectée d un indice exprimant les variations du niveau général des prix. Il est nécessaire de distinguer : d une part, les éléments indissociables d autres éléments du patrimoine dans une perspective de continuité d exploitation ; d autre part, les éléments dissociables dont la cession éventuelle ne modifierait pas les conditions de poursuite de l exploitation. Biens nécessaires à l exploitation L entreprise doit rechercher le prix d achat ou de fabrication d actifs ayant le même usage, le même âge et la même obsolescence. Le coût estimé d acquisition ou de reconstitution en l état (valeur de remplacement) doit toujours être appréciée en fonction de l utilité que la possession du bien présente pour l entreprise. Cela implique que, chaque fois que la valeur d utilité pour l entreprise est inférieure au coût de reconstitution, il faut se limiter à cette valeur d utilité. En théorie, la valeur d utilité est égale à la valeur actualisée des flux de profits qui seront générés par ces immobilisations sur les années à venir. La référence à l utilité que présente l acquisition du bien pour la réalisation des objectifs de l entreprise est trop souvent abandonnée. Il en résulte 41

10 l adoption de valeurs vénales s appuyant sur des expertises. La valeur d utilité ne saurait être confondue avec la valeur vénale que pour les immobilisations dissociables de l exploitation comme nous le verrons ci-après. Dans le cas de sociétés déficitaires, la valeur d utilité retenue conduit à attribuer une valeur accrue à des biens dont l utilisation a été génératrice de pertes. Les immobilisations d une société temporairement déficitaire représentent une potentialité de profits futurs et, dans ce cas, il est possible de retenir la valeur d utilité définie ci-dessus. Il n en va pas de même pour les sociétés structurellement déficitaires et sans espoir de rétablissement dans un proche avenir prévisible. La valeur de liquidation correspondant à la valeur marchande des actifs sur un marché secondaire (hypothèse de cessation d activité) est mieux adaptée à cette situation. Biens hors exploitation Leur point commun est que leur cession ou liquidation n affecterait pas l exploitation actuelle ou future. On trouve principalement des immobilisations (terrains, immeubles, titres de participation, participations dans des sociétés immobilières), des créances (à long ou court terme). Ce sont des biens pour lesquels l entreprise juge que le produit de la cession doit être supérieur à la valeur d utilisation future dans l entreprise. Dans ce cas, l utilité maximale du bien correspond au fait de pouvoir être vendu. Le prix de cession net de tous frais et impôts, qui seraient supportés si le bien était mis à disposition de son éventuel acquéreur, constitue la valeur d utilité à adopter. Évaluation des diverses catégories de biens La méthode de l actif net corrigé utilise, en fonction de la pertinence par rapport au bien évalué, la valeur de remplacement, la valeur des flux générés par l actif considéré ou la valeur vénale. Les biens incorporels Définition d un actif incorporel Un actif incorporel est un actif identifiable non monétaire sans substance matérielle, détenu pour la production ou la fourniture de services, pour une location extérieure, ou dans des buts administratifs. Un actif est une ressource contrôlée par l entreprise, en tant que provenant d événements passés et en provenance de laquelle des bénéfices économiques futurs sont attendus comme devant parvenir dans l entreprise (définition norme IAS 38). L IAS 38 oblige une entreprise à enregistrer un actif incorporel (en coût) si, et seulement si il est probable que les bénéfices économiques futurs qui sont attribuables à l actif, parviennent à l entreprise et le coût de l actif peut être évalué de façon fiable. 42 LES MÉTHODES D ÉVALUATION D ENTREPRISE

11 En France, selon l arrêté du 22 juin 1999, dans le cadre des comptes consolidés, les actifs et passifs identifiables de l entreprise acquise, y compris les éléments incorporels, sont des éléments susceptibles d être évalués séparément dans des conditions permettant un suivi de leur valeur. Pour les actifs incorporels, tel peut être notamment le cas des brevets, marques et parts de marché. Un actif incorporel n est susceptible d être inscrit séparément au bilan consolidé que si son évaluation peut être faite selon des critères objectifs et pertinents, essentiellement fondés sur les avantages économiques futurs qu il permettra de dégager ou sur sa valeur de marché s il en existe une. Les méthodes d évaluation sont fondées sur la valeur d utilité, considérée comme la capitalisation de revenus futurs (par exemple pour les marques méthode de capitalisation du différentiel de marge, méthode de la capitalisation de la redevance ). Ces définitions autorisent une approche beaucoup plus large que celle usuellement retenue en comptabilité. Le principe de prudence conduit par exemple à traiter l essentiel des dépenses de recherche comme des charges et non pas comme des actifs. Les documents de synthèse doivent mettre en évidence tout fait pouvant avoir une influence sur le jugement que les destinataires de l information peuvent porter sur le patrimoine, la situation financière et les résultats de l entreprise. Mais l absence de comptabilisation séparée des actifs incorporels acquis ou développée de manière interne se traduit par un décalage croissant entre les capitaux propres apparaissant au bilan et la valeur de l entreprise. Sur les marchés financiers, on peut observer un écart croissant entre les valeurs de marché et les valeurs comptables (ou patrimoniales) des entreprises. Les analystes financiers ont fourni leur estimation du poids de l immatériel dans la valeur de l entreprise. Cette part peut représenter jusqu à 70 à 80 % de la valeur totale. Ces mêmes analystes interrogés considèrent qu une entreprise doit mettre en place des indicateurs de valorisation de ses actifs immatériels. Cette communication externe sur le capital immatériel permettrait à l entreprise d accroître sa valeur. La référence, dans ces définitions, à «un ensemble de profits futurs probables» signale la nécessité d isoler une source de profits de l ensemble de ceux générés par l entreprise, ce qui nécessite de mettre l accent sur le caractère «séparable» d un actif. À l évidence, certains actifs immatériels répertoriés précédemment sont à la limite de la catégorie des actifs «séparables». Le capital organisationnel (structures internes, organisation physique de la production, savoir-faire pratique, les réseaux de relations, réseaux de distribution ) ne peut pas faire l objet de cessions séparées. Le capital humain, qui exprime la capacité de l entreprise à créer de la valeur par son potentiel d innovation et de créativité, ne peut faire l objet d une comptabilisation en immobilisations incorporelles. L entreprise n est jamais assurée de conserver le personnel formé et donc de pouvoir en retirer un avantage (sauf clause particulière qui prévoit le rachat de la formation par le salarié ou le nouvel employeur). 43

12 En effet, un salarié peut à tout moment prendre l initiative de démissionner. Ces dépenses, même si leurs effets peuvent être longs dans le temps, ne peuvent être considérées comme des acquisitions d actifs parce que l entreprise ne peut pas être assurée du contrôle. Le capital humain (35 %), le capital structure/organisation (23 %) et les barrières à l entrée (15 %) sont considérés par les analystes financiers comme les composantes les plus difficiles à appréhender et à valoriser, d un point de vue financier (enquête SFAF avril 2000). Du point de vue financier, les modèles de valorisation dynamiques (EVA/DCF) sont considérés par les analystes financiers comme les plus appropriés pour incorporer la valeur des actifs immatériels dans la capitalisation des entreprises. L évaluation des actifs incorporels Les actifs incorporels séparables sont évalués à leur valeur de marché par référence à un marché actif. Mais cette méthode reste difficile à utiliser vu la spécificité des biens. Si aucun marché actif n existe, sur une base qui reflète le montant que l entreprise aurait payé dans une transaction conclue selon un processus qui reprend la définition de la juste valeur (c est-à-dire entre deux parties bien informées et libres de leur décision). L évaluation par les revenus futurs nets actualisés, qui prend en compte les effets bénéfiques de l actif considéré, reste la méthode préconisée par nombre de cabinets spécialisés. Droit au bail Plusieurs méthodes sont proposées pour mesurer l avantage acquis. Une première méthode par comparaison retient un prix au mètre carré, pondéré en fonction des prix pratiqués dans le secteur. Une autre méthode consiste à rechercher le montant du loyer par référence à des locaux neufs. La différence par rapport au loyer réellement payé est actualisée pour déterminer la valeur du droit au bail. Prenons un exemple pour illustrer cette méthode. Le bail d un magasin, situé dans un centre commercial, prévoit un loyer de par an pendant les six premières années. L ouverture d un nouveau magasin prévoit pour des locaux identiques un loyer de Actualisons l économie de loyer au taux de 9 %. ( ) 1 (1.09) 6 /0,09 = La marque Dans le rapport «Les marques : un actif pour l entreprise?» publié par le Conseil national de la comptabilité, la commission des investissements immatériels du Conseil national examine les différentes méthodes habituellement utilisées pour évaluer les marques. (Rapport de synthèse sur la comptabilisation et l évaluation des marques développées de manière interne, document 94, juin 1992.) 44 LES MÉTHODES D ÉVALUATION D ENTREPRISE

13 Les méthodes d évaluation des marques reposent sur une approche patrimoniale (accumulation de coûts lors d une production interne) ou sur une approche de rendement (mesure de la capacité d un bien à engendrer des flux périodiques futurs). À la date d entrée dans le patrimoine de l entreprise, la méthode des coûts historiques (coût d acquisition ou de production) peut être considérée comme une méthode d évaluation objective, fiable et d une précision suffisante. Quand il s agit d évaluer une entreprise, l approche par la valeur vénale ou par une méthode de coût historique indexé ne constitue pas une méthode d évaluation objective. Il est donc nécessaire de s appuyer sur des méthodes d évaluation fondées sur la valeur d utilité de la marque, considérée comme la capitalisation de ses revenus futurs. Méthode de capitalisation de la redevance Méthode développée. Cette méthode détermine le montant des redevances futures (nettes d impôt) que percevrait le titulaire de la marque, s il avait consenti une licence à un tiers, sur la durée de vie estimée de la marque: Somme des flux des redevances Valeur résiduelle Valeur de la marque = futures nettes d impôt + actualisée de la marque sur n années actualisées en fin de l année n L horizon retenu est de 3 à 10 ans selon, d une part, la visibilité de l activité, sous laquelle la marque est exploitée et, d autre part, la pérennité espérée de la marque (jusqu à 20 ans lorsque l étendue de la marque est très large ou notoire). Les redevances futures s obtiennent en appliquant un taux de redevance aux chiffres d affaire prévisionnels établis sur l horizon retenu. En pratique le taux de redevance est égal soit au taux effectivement perçu pour la marque faisant l objet d un contrat de licence, soit au taux de référence établi par comparaison ou en fonction de la rentabilité de l entreprise. Selon les usages, le taux est plus élevé lorsqu il s agit d une marque de produit de grande consommation (taux compris entre 1 et 6 % du chiffre d affaires) ; de plus, ce taux est fonction, d une part, de la notoriété spontanée de la marque et de son étendue et, d autre part, de la valeur intrinsèque des produits. Méthode simplifiée. L administration fiscale propose la formule suivante : Valeur de Coefficient k compris Dernière la marque = entre 4 et 7 (1) redevance D autres auteurs utilisent la formule : Valeur de la marque = Durée d exploitation de la marque (2) Chiffre d affaires annuel effectivement réalisé ou potentiel Taux de redevance (1 Taux d abattement lié à l incertitude de l exploitation marque) (1) Ou plus, si la renommée ou la rentabilité de la marque le justifient. (2) En général 20 ans. 45

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 12981 DIGITECH Société anonyme au capital de 408 000 e. Siège social avenue Fernand Sardou, Z.A.C. de Saumaty, 13016 Marseille. B 384 617 031 R.C.S. Marseille. Passif 2003 Produits constatés d avance..............

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2015 S O M M A I R E 1. ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER... 4 2. RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITES... 5 2.1 FAITS MARQUANTS... 5 2.2 COMMENTAIRES SUR L ACTIVITÉ

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 GROUPE COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 Bilan consolidé ACTIF 31/12/2012 31/12/2011 Ecarts d'acquisition I 3 833 125 4 477 527 Capital souscrit non appelé IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales Présentation des RÉSULTATS ANNUELS 2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales 26 février 2014 32 Hoche - Paris Table des matières GROUPE BOUYGUES...2 Bilan consolidé...2 Compte de résultat consolidé...3

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La profession comptable... 1 I. Les différents statuts de la profession comptable... 1 A. La profession comptable libérale... 1 B. La profession comptable salariée... 7 II.

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 S O M M A I R E ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 3 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR L INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE 2009 4

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours AVICOM 1, rue Miollis 75015 PARIS Etats financiers au 20/09/2014 Dernier exercice de 9 mois et 20 jours Etats financiers 20 septembre 2014 Page 1 sur 9 Sommaire 1) Bilan 4 2) Compte de résultat 6 3) Annexes

Plus en détail

«Evaluation de l entreprise»

«Evaluation de l entreprise» «Evaluation de l entreprise» Philippe BRIDOUX GESCO 1 Sommaire I. Introduction : quand valorise-t-on / que valorise-t-on? II. Les composantes de la valeur d une entreprise III. Les différentes méthodes

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

Evaluation de l entreprise par l approche patrimoniale

Evaluation de l entreprise par l approche patrimoniale F ANNEE UNIVERSITAIRE : 2013/2014 Evaluation de l entreprise par l approche patrimoniale Actif net corrigé. PLAN : Introduction I. Notion de l actif net comptable 1. Définition 2. Principe 3. Les retraitements

Plus en détail

ASSOCIATION FRAGIL LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS. du 01/09/2009 au 31/08/2010

ASSOCIATION FRAGIL LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS. du 01/09/2009 au 31/08/2010 ASSOCIATION FRAGIL Numéro SIRET : 48206926700029 LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS du 01/09/2009 au 31/08/2010 Sommaire Attestation de Présentation 1 Bilan

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Résultat Capitaux propres Totaux Dont Part des tiers Au 1 er janvier 2005 873.168 3.551.609-842.682 3.582 095 456.924 Affectation résultat 2004-842.682

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR?

EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR? EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR? La valeur globale de l entreprise n est pas la somme algébrique des valeurs des éléments, pris individuellement,

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

TXCOM. 10, avenue Descartes 92350 LE PLESSIS ROBINSON. SITUATION au 30 juin 2012

TXCOM. 10, avenue Descartes 92350 LE PLESSIS ROBINSON. SITUATION au 30 juin 2012 10, avenue Descartes 92350 LE PLESSIS ROBINSON SITUATION au 30 juin 2012 1 TXCOM BILAN ACTIF Brut Amort./Provis. 30/06/2012 31/12/2011 Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Classe 1-Comptes de capitaux

Classe 1-Comptes de capitaux Classe 1-Comptes de capitaux 10 Capital et réserves 101 Capital 1 1011 Capital souscrit non versé 1012 Capital souscrit - versé 1015 Patrimoine des régies 1016 Patrimoine public 104 Primes liées au capital

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE 1. OBJECTIF La politique de capitalisation et d amortissement sert à l identification et à la comptabilisation

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES BILAN CONSOLIDE AU 30 SEPTEMBRE 2008 ACTIF 09/2008 12/2007 09/2007 Net Net Net Immobilisations corporelles 5 948 5 564 5 271 Immobilisations incorporelles 1 166 1 073 1 013 Goodwill 5 164 5 123 5 086 Entités

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

ETATS DE SYNTHESES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2005

ETATS DE SYNTHESES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2005 ETATS DE SYNTHESES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2005 1 - BILAN CONSOLIDÉ 2 - COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDÉ 3 - TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉ 4 - TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES 5 IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux M.G.I S.A 4 RUE DE LA MERIDIENNE 94260 FRESNES +33 (0) 1 45 21 06 60 Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Bilan Actif M.G.I S.A Période du 01/01/14 au 31/12/14 Edition du 17/04/15 RUBRIQUES

Plus en détail

GROUPE. Rapport Semestriel

GROUPE. Rapport Semestriel GROUPE Rapport Semestriel Au 30 juin 2015 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE CONSOLIDATION...

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier Règlement homologué par arrêté du 26 décembre

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN PASSIF. Du 01/07/2011 au 31/07/2012

9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN PASSIF. Du 01/07/2011 au 31/07/2012 19/10/2012 9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN ACTIF ACTIF Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISÉ Immobilisations incorporelles Frais d'établissement Frais de développement Concessions, brevets

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2008

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2008 GROUPE COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2008 Page 1 - SOMMAIRE - Bilan consolidé 2 Résultat consolidé 4 Page 2 Bilan Consolidé - Actif Rubriques Montant Brut Dépréciation 30/06/2008 30/06/2007

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

NC 19 Norme comptable relative aux états financiers intermédiaires

NC 19 Norme comptable relative aux états financiers intermédiaires NC 19 Norme comptable relative au états financiers intermédiaires Objectif 01. L information périodique sur la situation et l activité de l entreprise au cours d un eercice, revêt une importance primordiale

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Analyse financière 215/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Auto-entrepreneur Droit de l immobilier Droit des sociétés Droit du travail Droit du Web 2. Fiscalité La

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 185 T AVENUE DE FABRON CZ MR GAUTHIER BERNARD COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat Le

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES COMPTES ANNUELS EXERCICE SOMMAIRE Sommaire 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES 5 COMPTE DE RESULTATS PRODUITS 6 COMPTE DE RESULTATS CHARGES (LISTE)

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages ABCD Avenir Agricole et Rural Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le 31.08.2013 Montants exprimés en Euros Avenir Agricole et Rural Ce rapport contient 12 pages 2014 KPMG S.A., société anonyme

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Contenu: -Structure de l actif -Structure du passif -Bilan comptable et bilan financier -Evaluation du patrimoine

Contenu: -Structure de l actif -Structure du passif -Bilan comptable et bilan financier -Evaluation du patrimoine Contenu: -Structure de l actif -Structure du passif -Bilan comptable et bilan financier -Evaluation du patrimoine Actif (emplois) Actif immobilisé (biens utilisés sur plusieurs exercices) Immobilisations

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011 Relatif au modèle abrégé d annexe des comptes annuels Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006 ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006 1. ÉVÉNEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE En début d exercice 2006 la société a acquis la totalité des titres de la société Cryologistic Développement, holding

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux 2012

Etats Comptables et Fiscaux 2012 Etats Comptables et Fiscaux 2012 Assemblée Générale 2013 BILAN 2012 Bilan Actif RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) 31/12/2012 Net (N-1) 31/12/2011 CAPITAL SOUSCRIT NON APPELE IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

Plus en détail

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC 21 RUE HENRI DUPARC Dossier financier de l'eercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Activité principale de l'association : Autres hébergements sociau Nous vous présentons ci-après le dossier

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

ANNEXE 1 SITUATION COMPTABLE BREIZH ALAGAE INVEST

ANNEXE 1 SITUATION COMPTABLE BREIZH ALAGAE INVEST ANNEXE 1 SITUATION COMPTABLE BREIZH ALAGAE INVEST BREIZH ALGAE INVEST SAS Période du 25/11/214 au 31/3/215 BILAN ACTIF ACTIF du 25/11/214 au 31/3/215 Brut Amort & Prov Net Capital souscrit non appelé Actif

Plus en détail