Chapitre 4 : Retraitement et homogénéité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 4 : Retraitement et homogénéité"

Transcription

1 Chapitre 4 : Retraitement et homogénéité I - Les retraitements de pre-consolidation A - Les retraitements pour seules applications des législations fiscales B - Les retraitements d'homogénéité II- les retraitements de consolidation proprement dits A - Cumul des comptes B - Elimination des résultats internes C - Traitement de l'écart d'acquisition et des écarts d'évaluation TD Application au cas MF I. Les retraitements de pré-consolidation Les travaux de pré-consolidation suivent l étape de définition du périmètre (étudiée dans le chapitre 3). 1

2 Comme nous pouvons l observer dans le schéma ci-dessus, les retraitements de pré-consolidation ont deux sources : Les retraitements pour seule application des législations fiscales (A) Les retraitements d homogénéité (B) A Les retraitements pour seules application des législations fiscales L approche des comptes consolidés est délibérément «économique». Etablir les comptes consolidés revient à se libérer du carcan juridique qui pèse sur les comptes sociaux (surtout en France). Carcan fiscal Carcan juridique lié à l'existence d'entités distinctes aux formes juridiques particulières Carcan juridique lié aux «contraintes comptables», issues des règles d'évaluation applicables aux comptes sociaux 1) Les provisions réglementées L article du règlement n du CRC précise que les provisions réglementées sont des provisions qui ne correspondent pas à l objet normal d une provision. Elles sont en effet, comptabilisées en application de dispositions légales. Dans les comptes sociaux, nous les retrouvons sous les termes suivant : Provisions réglementées relatives aux immobilisations Provisions réglementées relatives aux stocks (provisions pour hausse de prix et provisions pour fluctuation des cours) Provisions réglementées relatives aux autres éléments d actif Amortissements dérogatoires Provision spéciale de réévaluation Plus-values réinvesties Autres provisions réglementées Pour réussir le retraitement des provisions réglementées en consolidation, il faut avoir compris les écritures qui leur ont donné naissance. Les écritures en consolidation consistent à déconstruire ce qui a été passé dans les comptes individuels (ou comptes sociaux). Exemple Au 31/12/N, dans les comptes de la société mère M figure une provision pour hausse de prix pour Au 31/12/N-2 cette provision était de (la dotation ayant eu lieu à la clôture N-2) et il n y a pas eu de reprise sur l année N. Première étape : «comprendre les écritures initiales». Pour retraiter correctement, il faut se remémorer les écritures comptables qui ont été passées dans les comptes individuels 2

3 Au 31/12/N-2 Au 31/12/N Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N». L objectif consiste à annuler l ensemble des écritures comptables initiales y compris celles datant de N-2. Lorsqu il est dit «l ensemble des écritures» cela veut dire l ensemble l annulation des écritures de l année en cours et celles des années passées même si la clôture des comptes a eu lieu il y a 5 ans.. Dans certaines situations, comme nous le verrons, nous irons retraiter des écritures pouvant dater de la création du groupe quand bien même cette création a eu lieu il y a 30 ans. Elimination de l'écriture du 31/12/N En consolidation, nous sommes en double partie double, l écriture doit être scindée en deux, une partie en comptes de bilan et l autre en compte de gestion avec au centre un compte de liaison. Lorsque le résultat est mouvementé, s il est au crédit dans les comptes de bilan alors il forcément au débit dans les comptes de gestion (et réciproquement). 3

4 Elimination de l écriture du 31/12/N-2 L élimination de cette Provision pour Hausse de prix doit se faire par transfert dans les réserves car la dotation a été dotée dans un exercice qui dépasse l exercice comptable courant. 2) Les subventions d investissement Bien que peu le sachent, deux méthodes comptables sont applicables pour enregistrer le produit résultant d une subvention d investissement reçue. Aucune de ces méthodes n est considérée comme préférentielle : 1ère méthode : Inscription de la subvention dans les capitaux propres dans le compte 131 «Subventions d équipement» pour ensuite étaler la somme au crédit d un compte de produit 777 «Quote-part de subventions d investissement virée au résultat de l exercice» sur plusieurs exercices par le débit du compte 139 «Subventions d investissement inscrites au compte de résultat». 2nd méthode : Enregistrement de la totalité du produit au crédit du compte 777 «Quotepart des subventions d investissement virée au résultat de l exercice» La seconde est très économique en écritures comptables et élimine bon nombre d erreurs fiscales. Cela étant, fiscalement, elle suppose l imposition totale dès la première année de la subvention à l impôt sur les sociétés. En règle générale, sauf cas particulier, le régime fiscal s aligne sur le traitement comptable et il n y a donc pas de décalage temporaire. Principe de retraitement dans les comptes consolidés : Soit élimination des subventions par transfert dans les réserves. Soit élimination des subventions par transfert dans un compte de régularisation du passif. les subventions sont considérées comme un produit constaté d avance. La logique de cette méthode apparaît bien dans l art du règlement n du CRC : «[ ] La reprise de la subvention d investissement qui finance une immobilisation amortissable s effectue sur la même durée et au même rythme que l amortissement de la valeur de l immobilisation acquise ou créée au moyen de la subvention. [ ]». Il s agit donc de rattacher le produit de la subvention aux charges d amortissement. 4

5 IAS / IFRS Selon IAS 20 «Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique», les subventions publiques liées à des actifs doivent être présentées au bilan soit en produits différés, soit en déduisant la subvention pour arriver à la valeur comptable de l actif (cf. IAS 20 24). Les deux méthodes de présentation sont considérées comme des solutions acceptables. Ces méthodes sont énoncées dans les 26 et 27 : Une méthode présente la subvention en produits différés comptabilisés en résultat sur une base systématique sur la durée d utilité de l actif ; L autre méthode déduit la subvention en calculant la valeur comptable de l actif. La subvention est comptabilisée en résultat sur la durée d utilité de l actif amortissable par l intermédiaire d une réduction de la charge d amortissement. Exemple Option «subvention virées dans les réserves» Durant l année N-1, la société M a touché une subvention d investissement pour Cette subvention a été inscrite en compte 131 puis étalée sur 5 ans prorata temporis. L étalement a entrainé une reprise de en N-1 et en N Deux retraitements sont à effectuer dans les écritures de pré-consolidation : 1er retraitement : élimination de l incidence de la reprise sur le résultat de l exercice ; 2nd retraitement : transfert dans les réserves de la subvention Première étape : «comprendre les écritures initiales». Pour retraiter correctement, il faut se remémorer les écritures comptables qui ont été passées dans les comptes individuelles Ecriture durant N-1 Ecriture du 31/12/N-1 Ecriture du 31/12/N 5

6 Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N-1» Ecritures du 31/12/N-1 Par cette première écriture, nous éliminons l étalement de la subvention pour l année en cours et indirectement, nous redonnons la valeur de à la subvention. Il nous reste donc à éliminer la subvention pour Ecritures durant N-1 Nous éliminons la subvention pour le montant doté initialement. Par simplification, le traitement comptable est présenté avec le poste «Subvention d investissement» (différence entre le solde créditeur du compte 131 «Subventions d équipement» et le solde débiteur du compte 1391 «Subventions d équipement inscrites au compte de résultat»). Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N» Au 31/12/N, le solde de la subvention dans les capitaux propres est de (au titre de N-1) (au titre de N) = Il faut donc reconstituer la subvention pour l éliminer ensuite. 6

7 L écriture de retraitement permet de reconstituer le compte de subvention comme à l origine ( ). Nous éliminons la subvention pour le montant doté initialement. Option «subvention virées dans un compte de régularisation du passif» Un seul retraitement : enregistrer un transfert dans le compte «Produits constatés d avance», pour solde. Ecriture du 31/12/N-1 7

8 Ecriture du 31/12/N 3) Les frais d acquisitions d immobilisations (autres que les titres de participation) Le traitement en comptes individuel : Dans les comptes individuels, les droits de mutation, honoraires ou commissions et frais d actes, liés à l acquisition d une immobilisation peuvent, sur option, être rattachés au coût d acquisition de l immobilisation ou comptabilisés en charges. Dans son avis n 2005-J, le Comité d urgence du CNC considère que l option peut être exercée de manière différenciée, dans le respect du principe de permanence des méthodes, pour l ensemble des immobilisations «incorporelles et corporelles d une part», et pour l ensemble «des titres immobilisés (titres de participation et autres titres immobilisés) et des titres de placement d autre part» (qui eux subissent un traitement différent selon que les titres aient été achetés avant ou après le 31/12/2006). Le régime fiscal s aligne sur le traitement comptable et il n y a donc pas de décalage temporaire, sauf cas particulier. Le traitement en comptes consolidés : Dans les comptes consolidés, les frais d acquisition d immobilisations doivent être inclus dans le coût des actifs immobilisés concernés (immobilisations incorporelles et corporelles, titres immobilisés autres que les titres de participation). Les frais d acquisition ne doivent donc pas être enregistrés dans les charges de l exercice au cours duquel ils ont été engagés. IAS/IFRS : Selon la norme IAS 38 «Immobilisations incorporelles». Selon IAS : Le coût d une immobilisation incorporelle acquise séparément comprend : a) son prix d achat, y compris les droits de douane et les taxes non remboursables, après déduction des remises et rabais commerciaux ; et b) tout coût directement attribuable à la préparation de l actif en vue de son utilisation prévue. Selon IAS 16 «Immobilisations corporelles» 16 : Le coût d une immobilisation corporelle comprend : a) son prix d achat, y compris les droits de douane et les taxes non remboursables, après déduction des remises et rabais commerciaux ; b) tout coût directement attribuable au transfert de l actif jusqu à son lieu d exploitation et à sa mise en état pour permettre son exploitation de la manière prévue par la direction ; c) l estimation initiale des coûts relatifs au démantèlement et à l enlèvement de l immobilisation et à la remise en état du site sur lequel elle est située [ ]. 8

9 Conclusion : Si la société a passé ces frais en immobilisation. Alors rien n est à faire en consolidation puisque la société respecte les IFRS. Par contre, si la société a passé ces frais en charges alors : 1er retraitement : augmentation de la valeur de l immobilisation et élimination des frais constatés, en contrepartie. Si les charges ont été enregistrées au cours de l exercice, il faut augmenter le Résultat. Si elles ont été enregistrées dans un exercice précédent, il faut augmenter les Réserves. 2ème retraitement : augmentation des amortissements comptables sur la base de l augmentation de la valeur d actif (pour une immobilisation amortissable) ; Exemple Au 01/01N-1, la société M a acquis une machine-outil pour coût de HT (amortissable sur 5 ans en linéaire). Des frais d acquisition HT ont été enregistrés dans les comptes de charges (droit de douane : 500, rémunération d intermédiaires et honoraires : 500). Première étape : «comprendre les écritures initiales». Pour retraiter correctement, il faut se remémorer les écritures comptables qui ont été passées dans les comptes individuelles Ecriture du 01/01/N-1 Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N-1» Ecritures du 31/12/N-1 9

10 Par cette première écriture, nous transférons les frais d acquisition en immobilisation. Cette machine voit sa valeur augmenter de Aussi il faut à présent passer des amortissements supplémentaires : sur 5 ans = 200 par an Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N» Par cette première écriture, nous transférons les frais d acquisition en immobilisation. Cette machine voit sa valeur augmenter de Aussi il faut à présent passer des amortissements supplémentaires : sur 5 ans = 200 par an (200 pour N-1 et 200 pour N). 4) Les frais d augmentation de capital Les opérations d augmentation de capital, de fusion et de scission peuvent entraîner des charges susceptibles d être inscrites à l actif, sur option. On peut citer les dépenses suivantes par exemple : droits d enregistrement sur les apports ; honoraires de notaire et honoraires de conseils de nature comptable, juridique et fiscale ; charges liées aux formalités de publicité légale : frais d insertion et frais de greffe, par exemple ; frais de communication et de publicité engagés entre la date de lancement et la fin de l opération ; frais de montage d opérations financières facturés par les banques ; frais d introduction en bourse. 10

11 Exemple Au 01/01/N-1, la société M a procédé à une augmentation de capital en nature pour (dont de primes d apport). Les frais pour cette opération se résument à des frais d enregistrement devant notaire pour Le traitement en comptes individuel : Nous n allons pas revoir les écritures d enregistrement de l augmentation de capital. Nous allons par contre approfondir celles applicables pour enregistrer les frais engagés : 1 - Enregistrement en charges Ecritures du 01/01/N Enregistrement direct à l actif (étalement dans un délai maximum de 5 ans Ecritures du 01/01/N-1 Ecritures du 31/12/N Enregistrement indirect à l actif (étalement dans un délai maximum de 5 ans) Ecritures du 01/01/N-1 Ecritures du 31/12/N-1 11

12 4 - Imputation sur les primes (méthode préférentielle). Si les primes sont insuffisantes pour permettre l imputation de la totalité des frais, l excédent est comptabilisé en charges. Ecritures du 01/01/N-1 Le traitement en comptes consolidés : Dans les travaux de pré-consolidation, il n y a pas de retraitement à effectuer si les frais d augmentation de capital ont déjà été imputés sur les primes dans les comptes individuels. Si la méthode préférentielle n a pas été utilisée dans les comptes individuels, le retraitement à effectuer entraîne un décalage temporaire déductible dans le cas où les frais d augmentation de capital ont été inscrits à l actif (directement ou indirectement). Dans les comptes consolidés, les frais d augmentation de capital doivent obligatoirement être imputés sur les primes. Les frais engagés ne doivent avoir aucun impact sur le résultat de l exercice et sur le résultat des exercices suivants. IAS/IFRSSelon l IAS 32 «Instruments financiers : présentation» 37 : [ ] Les coûts de transaction d une transaction portant sur les capitaux propres sont portés en déduction des capitaux propres (nets de tout avantage d impôt sur le résultat y afférent) [ ]. Pour traiter les comptes consolidés, il faut travailler à partir des quatre hypothèses : 1) Enregistrement en charges 12

13 2) Enregistrement direct à l actif (étalement dans un délai maximum de 5 ans 13

14 3) Enregistrement indirect à l actif (étalement dans un délai maximum de 5 ans) 14

15 4) Imputation sur les primes (méthode préférentielle) Rien à faire puisque la méthode préférentielle a été appliquée sauf si les primes sont insuffisantes pour permettre l imputation de la totalité des frais. Dans ce cas l excédent est comptabilisé en charges. 5) Le retraitement dû à l impact des changements de méthodes Le traitement en comptes individuel : L article du PCG énonce que dans les comptes individuels, l impact du changement de méthode comptable déterminé à l ouverture, après effet d impôt, doit être imputé en «report à nouveau» dès l ouverture de l exercice. Les changements de méthodes comptables ne doivent avoir aucun impact sur le résultat de l exercice, en principe. Par contre, les autres changements comptables (changements d estimation et de modalités d application, changements d options fiscales, corrections d erreurs) peuvent avoir un impact sur le résultat de l exercice. Dans les comptes individuels, il est admis que l entreprise soit amenée à comptabiliser l impact du changement dans le compte de résultat, en raison de l application de règles fiscales. C est notamment le cas lorsque le changement de méthode comptable entraîne une diminution de valeur d actif. Il peut être nécessaire dans ce cas de constater une charge déductible, car la déduction extra-comptable d une charge non comptabilisée risque d être refusée par l administration fiscale. 15

16 Le traitement en comptes consolidés : IAS/IFRS Selon IAS 8 traite des «Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs» Globalement le traitement en comptes individuels est corrélé aux IFRS : «le changement de méthode comptable ne doit pas avoir d impact sur le résultat de l exercice au cours duquel le changement est opéré». Selon IAS 8 22 : [ ] lorsqu un changement de méthodes comptables est appliqué de manière rétrospective [ ], l entité doit ajuster le solde d ouverture de chaque élément affecté des capitaux propres pour la première période antérieure présentée, ainsi que les autres montants comparatifs fournis pour chaque période antérieure présentée comme si la nouvelle méthode comptable avait toujours été appliquée. Selon IAS 8 36 : [ ] l impact d un changement d estimations comptables doit être enregistré dans le résultat de l exercice en cours. Il n y a donc pas de divergence entre IFRS et réglementation française : L effet d un changement d estimation comptable [ ] doit être comptabilisé de manière prospective et inclus dans la détermination du résultat : a) de la période du changement, si le changement n affecte que cette période ; ou b) de la période du changement et des périodes ultérieures, si celles-ci sont également concernées par ce changement. Selon IAS 8 46 : [ ] la correction d erreur d une période antérieure est exclue du résultat de la période au cours de laquelle l erreur a été découverte. [ ] Selon la réglementation française, en principe, sauf cas particulier, les corrections d erreurs doivent être comptabilisées dans le résultat de l exercice au cours duquel elles sont constatées. Il y a donc une divergence entre IFRS et réglementation française. Conclusion : Dans les comptes consolidés, la dérogation liée à l application de règles fiscales n est pas admise. Par conséquent, dans le cas où cette dérogation a été appliquée dans les comptes individuels, il faut éliminer l impact sur le résultat de l exercice : éliminer l impact sur le résultat par transfert en report à nouveau, pour les comptes de bilan éliminer l impact sur les comptes de gestion qui ont été affectés. Exemple Au 31/12/N, la société M a modifié sa méthode de valorisation des stocks de produits finis en passant du LIFO au FIFO. Cette modification a engendré une baisse de la valeur du stock final de

17 B - Les retraitements d'homogénéité 1) Généralités Les comptes consolidés visent à donner une représentation homogène des comptes des sociétés à consolider (c est-à-dire des sociétés qui appartiennent au périmètre de consolidation) et ce en tenant compte des caractéristiques propres à la consolidation et des objectifs d information financière propres aux comptes consolidés. La Norme IAS précise que : «Les états financiers consolidés doivent être préparés en utilisant des méthodes comptables uniformes pour des transactions et autres événements semblables dans des circonstances similaire.» La Norme IAS précise que : «Si une entité du groupe utilise des méthodes comptables différentes de celles adoptées dans les états financiers consolidés pour des transactions et des événements semblables dans des circonstances similaires, les ajustements appropriés sont apportés à ses états financiers dans le cadre de la préparation des états financiers consolidés». 1 : Les évaluations et les retraitements sont soumis à une appréciation de leur importance relative. Les éléments d actif et de passif ainsi que les charges et les produits compris dans les comptes consolidés doivent donc être évalués selon des méthodes homogènes, sauf si les retraitements nécessaires sont de coût disproportionné et d incidence négligeable sur les comptes consolidés. La Norme IAS 1 7 «sur la présentation des états financiers» précise que : «Les omissions ou inexactitudes d éléments sont significatives si elles peuvent, individuellement ou collectivement, influencer les décisions économiques que prennent des utilisateurs sur la base des 17

18 états financiers. L importance relative dépend de la taille et de la nature de l omission ou de l inexactitude, appréciée par rapport aux circonstances particulières. La taille ou la nature de l élément, ou une combinaison des deux, peut être le facteur déterminant». 2 : Lorsqu une entité consolidée appartient à un secteur différent du secteur d activité principal du groupe et qu elle applique des règles comptables qui sont particulières à ce secteur, ces règles peuvent être maintenues dans les comptes consolidés. La Norme IAS précise que : «Une filiale n est pas exclue du périmètre de consolidation parce que ses activités sont dissemblables de celles des autres entités du groupe. Une information pertinente est fournie en consolidant ces filiales et en fournissant des informations supplémentaires dans les états financiers consolidés sur les différentes activités des filiales. [ ]» 3: Le problème d homogénéité est théoriquement réglé par l élaboration et l application d un manuel de consolidation érigé par la société Mère dite société consolidante. Le manuel comptable doit cependant être conforme à la réglementation française (Art. L et ) Pour les entités qui appliquent les normes IAS/IFRS, l art. L apporte les précisions suivantes : Lorsqu elles utilisent les normes comptables internationales adoptées par règlement de la Commission européenne, les sociétés commerciales qui établissent et publient des comptes consolidés au sens de l art. L sont dispensées de se conformer aux règles comptables prévues par les art. L à L pour l établissement et la publication de leurs comptes consolidés. Le manuel de consolidation doit être établi par la société consolidante et mis à la disposition des entités incluses dans le périmètre de consolidation. Il doit contenir notamment : les principes comptables, les méthodes d évaluation et de présentation du groupe, les règles de conversion des comptes libellés en devises, le plan de comptes à utiliser dans les écritures de pré-consolidation. Les sociétés consolidées doivent organiser leur comptabilité de manière à préparer et faciliter les travaux de la société consolidante en matière de réciprocité de comptes, par exemple : utilisation de comptes spécifiques pour les opérations réalisées entre sociétés consolidées (comptes de bilan et comptes de gestion). 2) Les méthodes préférentielles de retraitements d'homogénéité Dans les comptes consolidés, certaines méthodes sont considérées comme préférentielles. Les méthodes préférentielles sont celles qui sont considérées par l organisme normalisateur comme conduisant à une meilleure information. Lorsqu une méthode préférentielle est appliquée, la référence et les modalités d application de la méthode de comptabilisation utilisée doivent être indiquées expressément dans l annexe. «Toutes les options préférentielles ouvertes dans les comptes individuels sont évidemment considérées comme des méthodes préférentielles applicables dans les comptes consolidés» : 18

19 (1) En cas d insuffisance, l excédent des frais est comptabilisé en charges. (2) Si les conditions d inscription à l actif sont remplies (faisabilité technique, disponibilité de ressources appropriées et intention d achever l immobilisation incorporelle, capacité à l utiliser ou à la vendre pour générer des avantages économiques futurs, capacité d évaluer son coût de façon fiable). 1 : Le CNC considère toutefois que, dans les comptes consolidés, les frais d augmentation de capital, de fusion et de scission doivent obligatoirement s imputer sur les primes d émission et de fusion (cf. avis n relatif à la définition, la comptabilisation et l évaluation des actifs). Selon la doctrine du CNC, cette méthode n est donc pas une méthode préférentielle mais une méthode obligatoire. 2 : Nous avons précisé que toutes les options préférentielles ouvertes dans les comptes individuels sont évidemment considérées comme des méthodes préférentielles applicables dans les comptes consolidés par le règlement n du CRC sauf deux : IAS/IFRS : Les méthodes considérées comme préférentielles dans les règlements n et n du CRC sont des méthodes obligatoires dans les normes internationales. 3 : Le choix d utiliser ces méthodes préférentielles est irréversible ; en cas de nonapplication d une méthode préférentielle, son impact sur le bilan et le compte de résultat doit être donné en annexe. 3) Sommaire des différents retraitements "Préférentiels" Nous allons successivement étudier les retraitements suivants : Ecarts de conversion (CFA 140 et 141) Les amortissements excédentaires (a) Le traitement des contrats de location-financement ou contrat de Crédit-bail (b) Frais d émission d emprunt et primes de remboursement (CFA 140 et 141) 19

20 Contrats à long terme (CFA 140 et 141) Les coûts de développement (CFA 140 et 141) a) Les amortissements excédentaires Nous allons traiter ce point directement par un exercice car au stade où nous en sommes il n y a aucune difficulté. Exemple Une filiale F a amorti une immobilisation X de sur une durée plus courte (5 ans) que le groupe ne l admet (10 ans). L entreprise F (ou la consolidante M) doit opérer un retraitement pour diminuer les amortissements selon les normes du groupe. Cette diminution devra être faite au titre de l année écoulé mais aussi au titre des années précédentes. Cela a une conséquence comptable immédiate : Amortissement de la Filiale Amortissement selon le manuel de consolidation (émis par la consolidante) Au 31/12/N l entité filiale a amorti 2000 au lieu de 1000, il faut donc annuler 1000 d amortissement. Au 31/12/N+1 l entité filiale a amorti 4000 au lieu de 2000 (au titre de N et N+1), la société consolidante doit donc annuler 1000 d amortissement au titre de l année N+1 et 1000 au titre de l année N. Traitement en comptabilité individuelle 20

21 b) Le traitement des contrats de location-financement ou contrat de Crédit-bail Dans les contrats de location, il y a deux partenaire, le contractant (appelé aussi le preneur) et la société de crédit-bail (appelé le bailleur). 1. Chez le preneur Dans les comptes individuels le crédit-bail s enregistre en charges (classe 61). En effet, juridiquement il s agit d une location. Or selon les normes IAS IFRS, la prééminence de la réalité économique l emporte sur l'apparence juridique «substance over form». Dans les comptes consolidés, l opération initiale de la naissance du contrat doit donc être analysée comme une acquisition d immobilisation corporelle financée par le recours à un emprunt : au bilan : inscription d une immobilisation corporelle et d un emprunt correspondant ; au compte de résultat : enregistrement d une dotation aux amortissements et d une charge financière. La transaction est comptabilisée et présentée en fonction de sa substance et de sa réalité financière et non pas seulement en fonction de sa forme juridique. En conséquence, la méthode comptable, considérée comme préférentielle dans le règlement n du CRC, est obligatoire selon la norme IAS 17 «Contrats de location» 20 IAS : Au début de la période de location, les preneurs doivent comptabiliser les contrats de location-financement à l actif et au passif de leur bilan pour des montants égaux à la juste valeur du bien loué ou, si celle-ci est inférieure, à la valeur actualisée des paiements minimaux au titre de la location déterminée, chacune au commencement du contrat de location. Le taux d actualisation à utiliser pour calculer la valeur actualisée des paiements minimaux au titre de la location est le taux d intérêt implicite du contrat de location si celui-ci peut être déterminé, sinon le taux d emprunt marginal du preneur doit être utilisé. Les coûts directs initiaux encourus par le preneur sont ajoutés au montant comptabilisé en tant qu actif. Les définitions suivantes sont extraites de la norme IAS 17 4 : Les paiements minimaux au titre de la location sont les paiements que le preneur est, ou peut être, tenu d effectuer pendant la durée du contrat de location [ ]. Toutefois, si le preneur à la possibilité d acquérir l actif à un prix qui devrait être suffisamment inférieur à la juste valeur de l actif à la date à laquelle l option peut être levée pour que l on ait [ ] la certitude raisonnable que l option sera levée, les paiements minimaux [ ] englobent [ ] le paiement à effectuer pour lever ladite option d achat. Le taux d intérêt implicite du contrat de location est le taux d actualisation qui donne [ ] une valeur actuelle cumulée : a) paiements minimaux au titre de la location ; et de b) la valeur résiduelle non garantie égale à la somme i) de la juste valeur de l actif loué ; et ii) des coûts directs initiaux du bailleur. 21

22 La valeur résiduelle non garantie est la part de la valeur résiduelle de l actif loué dont la réalisation par le bailleur n est pas assurée ou qui est garantie uniquement par une partie liée au bailleur. En cours de contrat, les redevances (ou versements) doivent être annulées pour être décomposées en charge d intérêts (et remboursement de l emprunt) et en amortissements (comme si l entreprise était propriétaire du bien) IAS : Les paiements minimaux au titre de la location doivent être ventilés entre la charge financière et l amortissement du solde de la dette. [ ] IAS donne les précisions suivantes en ce qui concerne les dotations aux amortissements : Pour chaque période comptable, un contrat de location-financement donne lieu à une charge d amortissement de l actif amortissable et à une charge financière. La méthode d amortissement des actifs loués doit être cohérente avec celle applicable aux actifs amortissables que possède l entité [ ]. Si l on n a pas une certitude raisonnable que le preneur devient propriétaire de l actif à la fin du contrat de location, l actif doit être totalement amorti sur la plus courte de la durée du contrat de location et de sa durée d utilité. Chez le bailleur Le contrat de location-financement (ou contrat de crédit-bail) est enregistré sous forme de prêt, de façon symétrique à l enregistrement chez le preneur. L opération n ayant qu un caractère purement financier, il n est pas nécessaire de l aborder. Notons simplement que, dans le cas où la méthode préférentielle est appliquée, il n y a pas d immobilisation corporelle dans l actif consolidé du bailleur. En effet, l enregistrement en compte consolidé selon la méthode préférentielle a pour conséquence de faire un transfert de propriété entre le bailleur et le preneur bien que dans la réalité seul le bailleur est propriétaire des actifs loués. Conclusion La méthode préférentielle introduit un principe comptable fondamental qui n est pas applicable dans les comptes individuels : celui de la prédominance de la substance sur l apparence (appelé aussi principe de la prédominance de la réalité économique sur l apparence juridique) Chez le preneur (ou crédit-preneur, ou locataire), l adoption de ce principe a pour effet l inscription dans les comptes consolidés d éléments qui ne font pas partie du patrimoine de l entité mais qui ont néanmoins une valeur économique positive (l immobilisation corporelle) et négative (l emprunt correspondant) On peut dire, dans une certaine mesure, que l adoption du principe de la prédominance de la substance sur l apparence rapproche les comptes consolidés établis selon la réglementation française de ceux qui sont établis selon les normes comptables internationales IAS/IFRS. En effet, lorsque le principe de la prédominance de la substance sur l apparence est appliqué, les actifs et les passifs consolidés incluent des éléments qui ne font pas partie du patrimoine. Dans ces conditions, on peut se demander si les dispositions de l art. L sont bien adaptées à cette situation : «Les comptes consolidés doivent être réguliers et sincères et donner une image 22

23 fidèle du patrimoine, de la situation financière ainsi que du résultat de l ensemble constitué par les entreprises comprises dans la consolidation.» Exemple La société M a souscrit un contrat de location-financement dont les caractéristiques sont les suivantes : Souscription le 01/01/N-3 Ensemble immobilier d une valeur de se composant d un terrain pour et d une construction pour Durée du contrat 10 ans Nombre de redevances annuelles de HT à payer à terme échu : 10 Date de paiement de la première redevance : 31/12/N-3 Taux effectif annuel du contrat : 15% taux actuariel annuel Prix d acquisition HT lors de la levée de l option d achat, le 31/12/N+10 : 0 (ce qui normalement n est jamais le cas) Les normes à appliquer dans les comptes consolidés prévoient : Amortissement de la construction sur une durée de 20 ans, Utilisation du mode d amortissement linéaire, Inscription à l actif des biens utilisés en location-financement (ou en crédit-bail) ; Solution Amortissement de la construction Amortissements construction Fin N-1 : ( / 20) * 3 ans = Amortissements construction N : ( / 20) * 1 an = Tableau d amortissement de l emprunt : Le taux annuel de 15% représente le taux de rendement brut actuariel pour le bailleur et le taux effectif de l emprunt théorique chez M. Ce taux d actualisation vérifie l équation suivante à la date du contrat, le 01/01/N-3 Le tableau d amortissement de l emprunt se présente comme ceci : 23

24 Ecritures comptables : Écritures de retraitement dans le journal de pré-consolidation du crédit-preneur 24

25 4) Sommaire des autres méthodes pour lesquelles il n'existe pas de "méthodes dites Préférentielles" Incorporation des coûts d emprunt dans les comptes individuels (a) Réévaluation des immobilisations corporelles et financières (CFA 141) Evaluation des stocks (en Last In First Out) (b) Provisions pour pertes de change (CFA 141) Dépenses de gros entretien ou de grandes révisions (c) a) Incorporation des intérêts des capitaux empruntés dans le coût d'un "actif éligible" Dans les comptes individuels : L article du PCG précise que les coûts d emprunt pour financer l acquisition ou la production d un actif éligible, immobilisation ou stock, peuvent être inclus dans le coût de l actif lorsqu ils concernent la période de production de cet actif, jusqu à la date d acquisition ou de réception définitive. Un actif Eligible est un actif qui nécessite une longue période (supérieur à un an) de préparation ou de construction avant de pouvoir être utilisé ou vendu. Toutefois le PCG circonscris les actifs éligibles aux stocks. L article R permet d incorporer les coûts d emprunt dans la valeur des stocks, dans les comptes individuels. En effet, cette faculté est limitée aux stocks dont le cycle de production dépasse nécessairement la durée d un an. Dans son avis n relatif à la définition, la comptabilisation et l évaluation des actifs, le CNC a émis le vœu que cette disposition restrictive de l art. R soit supprimée. Dans les comptes consolidés : L article R précise que les intérêts des capitaux empruntés pour financer la fabrication d un élément de l actif circulant peuvent être inclus dans son coût lorsqu ils concernent la période de fabrication. La durée de cette période n est pas précisée. Elle peut donc être inférieure à un an. IAS 23 «coût d emprunt» précise que : Un actif éligible est dénommé «actif qualifié». IAS 23 9, précise que : L incorporation des intérêts des capitaux empruntés dans le coût d un actif éligible est obligatoire : «Les coûts d emprunt qui sont directement attribuables à l acquisition, la construction ou la production d un actif qualifié sont inclus dans le coût de cet actif. De tels coûts d emprunt sont incorporés comme composante du coût de l actif lorsqu il est probable qu ils généreront des avantages économiques futurs pour l entité et que les coûts peuvent être évalués de façon fiable. [ ]» 25

26 Exemple Le cycle de production des produits fabriqués par la société M a une durée moyenne de 4 mois. La société M ne peut donc pas inclure dans le coût de ses produits les intérêts des capitaux empruntés pour financer leur production. En effet les comptes individuels n autorisent cette possibilité que pour un cycle supérieur à 12 mois. Dans les travaux de pré-consolidation, la société M doit réajuster la valeur de ses stocks de produits en incluant les intérêts des capitaux empruntés pour financer la production. Les données du tableau ci-dessous résultent d une analyse au 31/12/N. Autant l utilisation du compte de variation de stocks ne pose pas de problème, autant le compte de stocks ne peut être crédité. En effet ce stock n existe plus car il s agit d un stock de N-1 aussi utilisons nous le comptes de réserves. 26

27 b) Evaluation des stocks de biens fongibles en Last In Firts Out Dans les comptes individuels: L article L et R précise que dans les comptes individuels, cette méthode d évaluation des stocks de biens fongibles n est pas autorisée. Dans les comptes consolidés : Cette méthode est possible dans les comptes consolidés à l énoncé de ces mêmes articles (L et R ) IAS 2 «stock»précise que : La méthode comptable de détermination du coût des stocks en LIFO n est pas autorisée. IAS 2 25 précise que : Le coût des stocks des biens fongibles [ ] doit être déterminé en utilisant la méthode du premier entré premier sorti (PEPS) ou celle du coût moyen pondéré. [ ] Nous sommes donc dans une situation assez spécifique ou une option admise en droit Français ne l est pas en droit international (IAS IFRS). Exemple La société H évalue ses stocks de biens fongibles selon la méthode «premier entré, premier sorti». Dans les comptes retraités qui sont à envoyer à la société consolidante M, les stocks doivent être évalués selon la méthode «dernier entré, premier sorti». Les comptes consolidés du groupe M sont établis conformément au règlement n du CRC. 27

28 Nous n avons pas le droit dans la seconde écriture de toucher au compte de stock (au débit). En effet ce dernier n existe plus car il date de N-1. Aussi nous substituons le comptes de stock par le compte de réserves. c) Dépenses de gros entretien ou de grandes révisions La problématique tiens au choix entre composant et provision. AS 16 «immobilisations incorporelles» 14 précise que : La constitution d une provision n est pas autorisée. Les dépenses d entretien faisant l objet de programmes pluriannuels de gros entretien ou de grandes révisions en application de lois, règlements ou de pratiques constantes de l entité doivent obligatoirement être inscrites à l actif. Leur coût doit être amorti séparément en tant que composant. «La poursuite de l exploitation d une immobilisation corporelle (un avion par exemple) peut être soumise à la condition de la réalisation régulière d inspections majeures destinées à identifier d éventuelles défaillances, avec ou sans remplacement de pièces. Lorsqu une inspection majeure est réalisée, son coût est comptabilisé dans la valeur comptable de l immobilisation corporelle à titre de remplacement, si les critères de comptabilisation sont satisfaits. Toute valeur comptable résiduelle du coût de la précédente inspection (distincte des pièces physiques) est décomptabilisée. C est le cas, que le coût de l inspection précédente ait ou non été identifié dans l opération au cours de laquelle l immobilisation a été acquise ou construite. Si nécessaire, le coût estimé d une inspection similaire future peut être utilisé comme indication de ce qu était le coût du composant existant de l inspection au moment de l acquisition ou de la construction de l élément». La société consolidante fixe les règles et les méthodes qui doivent être adoptées dans les comptes individuels retraités. Lorsque l option retenue pour les comptes consolidés est différente de celle qui a été appliquée dans les comptes individuels, un ajustement des comptes est nécessaire. 28

29 II - Les retraitements de consolidation proprement dits 29

30 A - Cumul des comptes La consolidation proprement dite commence avec le cumul des comptes des sociétés intégrées, c est-à-dire le report des comptes de bilan et de résultat. Les comptes retraités des entités mises en équivalence ne sont pas utilisés à ce stade de la consolidation. En effet, seuls les comptes des sociétés intégrées sont reportés dans le journal de consolidation. Les comptes des sociétés intégrées globalement sont repris en totalité. Ceux des sociétés intégrées proportionnellement sont repris à concurrence du pourcentage d intérêts intégrés (Dans ce cas il faudra faire attention aux retraitements des opérations internes). En règle générale, les intitulés des comptes sont individualisés de la manière suivante : Au journal, voici l écriture standard : 30

31 B - Elimination des résultats internes Après le cumul des comptes des sociétés intégrées, il faut éliminer les comptes réciproques. En effet, au niveau du groupe, ces comptes présentent un caractère fictif. L idée est de fournir «un chiffre d affaires groupe» bien évidemment extérieur à ce dernier. Si une Mère «M» vend à sa filiale «F» une marchandise alors ce chiffre d affaires n a pas lieu de rester dans l entreprise. Il est fictif en consolidation. 1) Les Catégories Les comptes réciproques à éliminer se répartissent en trois catégories : Comptes de bilan réciproques : créances et dettes d exploitation, créances et dettes financières (créances et dettes rattachées à des participations, prêts et emprunts. Comptes de gestion réciproques : achats et ventes, charges financières et produits financiers Comptes d engagements hors bilan réciproques 2) Degré d élimination Opérations entre deux entreprises consolidées par intégration globale. Les créances et les dettes réciproques ainsi que les produits et les charges réciproques sont éliminés dans leur totalité. Les effets à recevoir et les effets à payer s éliminent réciproquement mais, lorsque l effet à recevoir a été remis à l escompte, un concours bancaire est substitué à l effet à payer. Opérations entre une entreprise intégrée proportionnellement et une entreprise intégrée globalement L élimination est limitée au pourcentage d intégration de l entité contrôlée conjointement. Opérations entre deux entreprises consolidées par intégration proportionnelle En cas de transaction effectuée entre deux entreprises intégrées proportionnellement, l élimination est limitée au pourcentage d intégration le plus faible des deux participations. Opérations entre une entreprise mise en équivalence et une autre entreprise consolidée Les comptes de bilan et les comptes de gestion d une entreprise mise en équivalence ne sont pas intégrés. Une entreprise mise en équivalence ne peut donc pas être concernée par l élimination de comptes réciproques intégrés. 31

32 Exemple L organigramme du groupe M est présenté ci-dessous. Des opérations ont été réalisées à l intérieur du périmètre de consolidation. Les données suivantes ont été collectées : 1. Ventes de produits finis de M à G : 100 (pour G, il s agit d achats de marchandises) ; 2. Ventes de produits finis de M à P : 80 (pour P, il s agit d achats de matières premières) ; 3. Ventes de marchandises de G à E : 75 (pour E, il s agit d achats de marchandises) ; 4. Intérêts courus en N sur prêt (créance rattachée à des participations) de G à P : 5. Créances et dettes d exploitation au 31/12/N (créances de M sur G) : 8 ; 6. Créances et dettes d exploitation au 31/12/N (créances de M sur P) : 15 ; (dont effets à recevoir remis à l escompte par M : 2,5 et effets à payer pour P : 2,5) 7. Créances et dettes d exploitation (créances de G sur E) : 10 ; 8. Créances et dettes rattachées à des participations, intérêts courus non échus inclus (entre G et P) : 40. Écritures d élimination des comptes réciproques 32

33 Bien qu il n y ait pas de lien de participation entre G et P, les deux sociétés sont incluses dans le même périmètre de consolidation. Leurs comptes individuels doivent donc être 33

34 organisés de telle sorte qu il soit plus facile de rapprocher le solde des comptes réciproques. C est pourquoi le prêt de G à P a dû être enregistré au débit du compte 267 «Créances rattachées à des participations» (la dette d emprunt de P étant enregistrée au crédit du compte 17 «Dettes rattachées à des participations»). C - Traitement de l'écart d'acquisition et des écarts d'évaluation Dans le même esprit que la partie B, la consolidation impose l élimination des résultats internes à l ensemble consolidé, y compris les dividendes (art. R et 261, 281 et 293). Par contre, l élimination concerne toutes les entreprises consolidées, y compris les entreprises mises en équivalence. Le résultat consolidé ne doit provenir que des transactions réalisées avec des «tiers», c est-à-dire principalement les entités extérieures au périmètre de consolidation. Par conséquent, il en est de même pour le résultat des exercices précédents, c est-à-dire pour les capitaux propres hors résultat. 1) Les résultats internes à éliminer les distributions internes de dividendes, les marges internes sur stocks, les résultats de cessions internes, les dépréciations internes 2) Le degré d élimination Opérations entre deux entreprises consolidées par intégration globale. Les marges internes sur stocks (et sur contrats à long terme) et les résultats de cessions internes sont éliminés en totalité. Opérations entre une entreprise intégrée proportionnellement et une entreprise intégrée globalement. L élimination est limitée au pourcentage d intégration de l entité contrôlée conjointement. Opérations entre deux entreprises consolidées par intégration proportionnelle. L élimination est limitée au pourcentage d intégration le plus faible des deux participations. Opérations entre une entreprise mise en équivalence et une autre entreprise consolidée. Les résultats internes compris dans les stocks, les immobilisations et autres actifs provenant d opérations réalisées entre une entreprise mise en équivalence et une autre entreprise consolidée (intégrée ou mise en équivalence) doivent être éliminés, bien que les comptes de l entreprise mise en équivalence ne soient pas intégrés. L élimination est limitée au pourcentage d intérêts le plus faible des deux participations. 34

35 3) Les distributions internes de dividendes Principes d enregistrement dans les comptes individuels Les dividendes distribués au cours d un exercice résultent d une décision d affectation du résultat de l exercice précédent. Dans les comptes individuels, il y a donc un décalage entre l exercice au cours duquel le bénéfice a été réalisé (par la société distributrice) et l exercice au cours duquel tout ou partie de ce bénéfice est encaissé et enregistré en produits financiers (par la société bénéficiaire). Principes d enregistrement dans les comptes consolidés Or un problème se pose dans les comptes consolidés ; «un tel décalage ne peut pas exister». En effet, la quote-part des bénéfices revenant de plein droit au détenteur des titres est immédiatement prise en compte dans son propre résultat consolidé, sans attendre l encaissement de tout ou partie de ces bénéfices. Ainsi les dividendes encaissés au cours d un exercice étant déjà inclus dans le résultat consolidé de l exercice précédent, les produits de participations enregistrés dans les comptes individuels doivent être éliminés des comptes consolidés de l exercice au risque sinon d être enregistré deux fois. A quel taux les dividendes doivent-ils être éliminés? Les dividendes intra-groupe doivent être éliminés en totalité, quelle que soit la méthode de consolidation appliquée pour l entité distributrice. En effet, la société bénéficiaire encaisse des bénéfices à concurrence de la quote-part de ses droits pécuniaires dans la société distributrice, c està-dire en fonction de son pourcentage d intérêts. Conclusion, en consolidation, il faut diminuer le résultat de la société bénéficiaire et augmenter les réserves en contrepartie car les bénéfices encaissés figuraient déjà dans les résultats consolidés au titre de l exercice précédent. Le retraitement n entraîne pas d imposition différée. Exemple Première étape : «comprendre l écriture dans les comptes sociaux» Durant l année N, la société M a encaissé des dividendes de deux filiales : F1 intégrée globalement : Dividendes 100 F2 intégrée proportionnellement : Dividendes 50 35

36 Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N-1» 4) Elimination des marges internes sur stocks Les stocks inclus dans l actif des entités consolidées peuvent provenir de ventes réalisées par d autres entités consolidées. Par conséquent, la marge réalisée sur ces ventes internes doit être éliminée. Pour les comptes consolidés, la marge est considérée comme fictive tant que les biens n ont pas été vendus à l extérieur du périmètre de consolidation. Exemple La société M vend habituellement à sa filiale, la société F, des marchandises avec un taux de marge moyen de 20%. Au 31/12/N, le stock de ces marchandises dans le bilan de F est de alors qu il était de au 31 décembre N-1. Première étape : «comprendre l écriture dans les comptes sociaux» Les écritures dans les comptes sociaux sont celles qui concernent les écritures d inventaire 36.

37 Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N» L objectif est d éliminer les marges internes inclues dans les stocks à savoir : * 0.2 = pour les stocks finaux * 0.2 = pour les stocks initiaux 37

38 5) Élimination des cessions internes d immobilisations Une cession ne peut être validée comme tel que si l immobilisation sort du périmètre de consolidation. En conséquence, lors d une cession interne d immobilisation, il faut retraiter le résultat de cession (ainsi que les amortissements ultérieurs, si le bien est amortissable) pour neutraliser son incidence sur le résultat et/ou les réserves consolidés. L objectif du retraitement consiste à faire comme si la cession n avait jamais eu lieu. En retrouvant la valeur nette comptable historique nous sommes dans la situation ou l immobilisation a juste changé de main. Exemple La société «F» a vendu au tout début de l exercice N à sa société Mère «M» un matériel acquis au tout début de l exercice N-4 et amortissable linéairement en 10 ans. Ce matériel a été acquis par la société M pour un prix de et M l a amorti en N sur 6 ans (à savoir la durée restante). Première étape : «comprendre les écritures de cessions et d acquisition dans les comptes sociaux». Les écritures dans les comptes sociaux sont celles qui concernent les écritures d inventaire. 38

39 Seconde étape : «Retraitement en consolidation au 31/12/N-4» Tableau des corrections à réaliser en deux temps : 1. Élimination du résultat de cession interne En l occurrence la Plus-Value est de =

40 2. Retraitement de l amortissement pour la période postérieure à la cession (éventuellement) En l occurrence l amortissement initial était de par an. Par la cession il passe à /6 = Il faut donc éliminer par an. 40

41 Seconde étape (bis) : «Retraitement en consolidation au 31/12/N» 6) Élimination des dépréciations internes Dans les comptes consolidés, contrairement aux comptes individuels, les titres de participation consolidés par intégration globale, proportionnelle ou par mise en équivalence ne sont pas évalués directement. Ils sont évalués indirectement au travers des éléments d actif et de passif identifiables des entités qu ils représentent. En conséquence, les dépréciations des participations constituées par l entreprise détentrice des titres doivent être éliminées, dans la mesure où elles font double emploi. 41

42 Exemple Au 31/12/N, la société consolidante M détient des titres de participation F acquis pour 100. La société F ayant subi des pertes ces dernières années, la société M a déprécié les titres F : dotations enregistrées dans les exercices antérieurs : 30 dotation complémentaire enregistrée à la clôture de l exercice N : 12. Quelle que soit la méthode de consolidation appliquée pour F, la dépréciation des titres de participation F est éliminée en totalité. Lors de l élimination des écritures réciproques, si un client interne au groupe est déprécié, la dépréciation doit être éliminée au même titre que la créance. D - Traitement de l'écart d'acquisition et des écarts d'évaluation Traité dans le chapitre V E Mise en équivalence des entités sous influence notable Traité dans le chapitre V F Partage des capitaux propres et élimination des titres des entités intégrées de manière globale et proportionnelle Traité dans le chapitre V 42

43 TD Application au cas MF Le cas du groupe M/F La société M a acquis, le 1/4/N-3, une participation dans la société F. A cette date les capitaux propres retraités de la société F étaient de : et le matériel de cette société présentait une plus value latente de 700 avec une durée résiduelle d amortissement de 5 ans. Selon les normes du groupe, l écart d acquisition est amorti sur une durée de 5 ans. La participation de la société M dans la société F est explicitée en annexe 1. Le bilan et le compte de résultat au 31/12/N des sociétés M et F figurent en annexe 3. Travail à faire 1. Présenter l organigramme du groupe ; déterminer le pourcentage de droits de vote et le pourcentage d intérêt de la société M dans la société F ; en déduire la méthode de consolidation à utiliser. 2. Sur la base des informations disponibles et en vue de l établissement des comptes consolidés de la société M au 31/12/N, procéder : 21. aux retraitements (dans chaque société). 22. à l élimination de l incidence des opérations intra-groupe (en supposant faites les écritures de cumul des comptes des sociétés M et F). 23. à l analyse comptable de l écart d acquisition. 24. à l élimination des titres de la société F détenus par la société M. 3. Déterminer le montant des capitaux propres consolidés et des intérêts minoritaires au 31/12/N. Annexe 1 : Participation de la société M dans le capital de la société F 43

44 Annexe 2 : Informations complémentaires 1. Les provisions réglementées figurant au bilan de la société M ont été constituées : au titre des exercices antérieurs pour 130, avec reprise des provisions antérieures de 30 au titre de l exercice N. 2. Des frais d établissement, comptabilisés en N-1, figurent au bilan de la société F. Selon les normes du groupe, il faut les traiter comme des charges de l exercice de leur réalisation. Les amortissements déjà pratiqués sont de : au titre des exercices antérieurs : 50, au titre de l exercice N : Le 01/03/N, la société M a conclu un contrat de crédit-bail sur un matériel dans les conditions suivantes : coût d'acquisition : 1 000,00 HT durée d'utilisation normale : 8 ans 10 redevances semestrielles (payées d'avance) : 142,25 HT, au taux d intérêts semestriel de 10 % option d'achat en fin de contrat de 100 HT 4. La société M a accordé à la société F, au cours de l exercice N, un prêt de 480 remboursable en totalité dans 4 ans. Les intérêts courus au titre de cet emprunt sont de 20 à la clôture de l exercice N. 5. Le stock final de la société F comprend des matières premières achetées 120 à la société M qui a réalisé un profit de 40 ; son stock initial comprenait des matières premières achetées 150 à la société M, qui avait réalisé un profit de 50. Au cours de l exercice, la société M a vendu à sa filiale F des matières premières pour un total de 200 ; des règlements sont intervenus pour un total de 100 ; sur le solde la société M a tiré une traite de 80, escomptée pour 75, mais non échue. 6. Au cours de l exercice N, la société F a versé un montant de 24 de dividendes à la société M sur les bénéfices de l exercice N Au cours de l exercice N-1, la société F avait cédé à la société M une immobilisation au prix de 110, en réalisant une plus-value de 40. La société M l a amortie pour un montant supérieur à celui qu aurait normalement amorti F, à savoir : au titre de l exercice N-1 : 10, au titre de l exercice N :

45 Annexe 3 Société M Société F 45

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe I Principe général II- Consolidation par paliers III - Consolidation directe Cas de synthèse 1 Case de synthèse 2 I. Principe général Les

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation I - Les étapes du processus de consolidation II - La détermination du pourcentage d'intérêts (PDI) III - Organisation et techniques comptables de la consolidation

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Les impôts différés Intervenant Patrick MORGENSTERN Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Sommaire Présentation synthétique du mécanisme des impôts différés Impôts

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II

Préparation à Solvabilité II Préparation à Solvabilité II Traduction partielle des spécifications techniques EIOPA du 30 avril 2014 : valorisation du bilan prudentiel 16 mai 2014 version 1.0 Avertissement L Autorité européenne des

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée»)

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») 31 décembre 2014 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 2 États consolidés de la situation financière...

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Conseil national de la comptabilité

Conseil national de la comptabilité Conseil national de la comptabilité Avis n 2005-C du 4 mai 2005 du Comité d urgence afférent aux modalités d application du règlement n 2004-01 du C.R.C. relatif au traitement comptable des fusions et

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

Dans un contexte difficile, les entreprises peuvent

Dans un contexte difficile, les entreprises peuvent RÉÉVALUATION DES ACTIFS DANS LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS : FOCUS SUR QUELQUES DIFFICULTÉS TECHNIQUES 22 Eric TORT Diplômé d expertise comptable, docteur HDR en sciences de gestion, DAF Groupe

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 1 EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 S O M M A I R E COMPTES CONSOLIDES Bilan consolidé...4 Compte de résultat consolidé...6 Tableau de flux de trésorerie consolidé...7 NOTES ANNEXES

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS Définition des stocks Typologie LA GESTION DES STOCKS Les indicateurs de gestion des stocks Les documents de gestion des stocks Les méthodes de gestion des

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS

IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS Réflexion IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS 22 Pierre SCHEVIN Professeur à l Université Robert Schuman de Strasbourg et à l IECS Diplômé d expertise comptable La norme IAS

Plus en détail

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 ÉTATS FINANCIERS 68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 Tableau des flux de trésorerie consolidé

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Avis portant plan et règles de fonctionnement des comptes et présentation des états financiers des entités d assurances et /ou de réassurances.

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 1, cours Xavier Arnozan 33000 BORDEAUX BILAN ACTIF 31/12/2013 31/12/2012 Brut Amort.dépréciat. Net Net Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011 Relatif au modèle abrégé d annexe des comptes annuels Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 87 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. AVANT PROPOS... 4 2. INTRODUCTION AUX IMMOBILISATIONS... 5 2.1. NOTIONS GENERALES...

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS 3 États financiers Comptes consolidés au 31 décembre 2005 5 Rapport des Commissaires aux comptes 111 Comptes individuels d Électricité de France résumés

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note de présentation Avis n 2004-15 du 23 juin 2004

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note de présentation Avis n 2004-15 du 23 juin 2004 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note de présentation Avis n 2004-15 du 23 juin 2004 relatif à la définition, la comptabilisation et à l évaluation des actifs Sommaire Avant propos 1 - Champ d application

Plus en détail

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6 LES AMORTISSEMENTS 1. DEFINITION Règlement n 2002-10 du CRC Article 322.1 3. Le montant amortissable d un actif est sa valeur brute sous déduction de sa valeur résiduelle. L amortissement d un actif est

Plus en détail

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur COMPTES CONSOLIDÉS 2013 Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur 1 Informations financières historiques 3 Comptes de résultat consolidés

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-06 du 23 septembre 1999 Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière L assemblée plénière du Conseil

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT La plupart des immobilisations corporelles qui figurent à l actif de l entreprise se déprécient soit à cause de l usure qu elles subissent (c est le cas des

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Cas IG/IP/MEE Corrigé D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés Corrigé Cas IG/IP/MEE HYPOTHESE N 1 : FILIALE EN INTEGRATION GLOBALE 6 étapes sont à distinguer

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE Remerciements La présente Norme comptable internationale du secteur public s inspire essentiellement de la Norme comptable internationale IAS 7 Tableaux des flux

Plus en détail

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS Catherine Boënnec, Christine Closier, Xavier Girard, Françoise Léauté, Chantal Marquer, Eric Wallet, Solange Le Buffe I.E.N. DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS ET DES PASSIFS DOSSIER

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Bourgogne Sud 3 avenue de Chalon 71380 Saint-Marcel Adresse postale : B.P. 51-71103 Chalon-sur-Saône Cedex France

ABCD KPMG Entreprises Bourgogne Sud 3 avenue de Chalon 71380 Saint-Marcel Adresse postale : B.P. 51-71103 Chalon-sur-Saône Cedex France KPMG Entreprises Bourgogne Sud 3 avenue de Chalon 71380 Saint-Marcel Adresse postale : B.P. 51-71103 Chalon-sur-Saône Cedex France Téléphone : +33 (0)3 85 42 80 80 Télécopie : +33 (0)3 85 42 80 60 Site

Plus en détail

GROUPE SPORTSCENE INC.

GROUPE SPORTSCENE INC. États financiers consolidés GROUPE SPORTSCENE INC. Aux et pour les exercices terminés le 25 août 2013 et le 26 août 2012 Table des matières Rapport de la direction...3-4 Rapport de l auditeur indépendant...5-6

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Plan comptable marocain www.lacompta.org

Plan comptable marocain www.lacompta.org Plan comptable marocain www.lacompta.org Comptabilité pour étudiants et professionnels Raccourcies : cliquez sur un compte pour afficher ses sous comptes CLASSE 1 : COMPTES DE FINANCEMENT PERMANENT 11

Plus en détail

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Ce rectificatif est disponible sur le site de l AMF ( www.amf-france.org) et auprès

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014 Relatif au plan comptable des organismes de placement collectif à capital variable Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

L AMORTISSEMENT L AMORTISSEMENT

L AMORTISSEMENT L AMORTISSEMENT L AMORTISSEMENT La plupart des actifs immobilisés se déprécient avec le temps, l'usage ou le changement des techniques Ces diminutions de valeur ne peuvent être saisies que globalement une fois par an,

Plus en détail