Dans un contexte difficile, les entreprises peuvent

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans un contexte difficile, les entreprises peuvent"

Transcription

1 RÉÉVALUATION DES ACTIFS DANS LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS : FOCUS SUR QUELQUES DIFFICULTÉS TECHNIQUES 22 Eric TORT Diplômé d expertise comptable, docteur HDR en sciences de gestion, DAF Groupe Pierre Martinet Dans un contexte difficile, les entreprises peuvent avoir intérêt à pratiquer la réévaluation des actifs tant dans leurs comptes sociaux que dans leurs comptes consolidés. Au niveau individuel, la réévaluation libre du PCG (optionnelle) permet en effet : d une part, de renforcer les fonds propres d une société dont, par exemple, la situation nette aurait été affectée par des pertes accumulées au cours des dernières années (cf. tableau 1) ; d autre part, d éviter une fiscalisation effective de la plus-value dégagée en utilisant les déficits fiscaux reportables liés à des pertes antérieures tout en conservant la possibilité de les récupérer au cours des exercices futurs par le biais des suppléments d amortissement déductibles. Au niveau du groupe, la question du maintien ou pas de cette réévaluation peut, en outre, se poser avec des traitements différents suivant le référentiel utilisé, IFRS ou CRC Au niveau des comptes individuels, les opérations de réévaluation libre (PCG art ) ont un impact négatif sur l EBIT, le résultat net et la rentabilité financière mesurée par le ROE (return on equity (1) ). Il en va différemment dans les comptes consolidés en IFRS du modèle de réévaluation d IAS 16 dans la mesure où les agrégats du résultat consolidé ne sont pas affectés du fait de la compensation des sur-amortissements par la reprise en résultat à due concurrence de l écart de réévaluation. En tout état de cause, dans les comptes individuels comme consolidés, ces opérations améliorent sensiblement le ratio d autonomie financière (gearing) sans détériorer la capacité de remboursement mesurée par le ratio dettes financières nettes / CAF ou EBITDA. A cet égard, elles sont de nature à mettre une PME en situation plus favorable pour recourir à des financements bancaires en étant plus en phase avec les exigences des établissements financiers en matière, notamment, de covenants financiers. Dans cet article, nous mettons l accent sur quelques difficultés et particularités techniques posées par ces opérations de réévaluation pour une société française consolidant ses comptes en règles françaises ou internationales. 1. ROE = résultat net comptable / capitaux propres. Résumé de l article Dans le prolongement de l article de B. Poulard paru dans le numéro 411 de juin 2008 de la Revue française de comptabilité, nous nous intéressons ici aux difficultés techniques des opérations de réévaluation des actifs dans les comptes individuels et consolidés. Tableau 1 : impact des réévaluations d actif sur la présentation des états financiers Incidence d une réévaluation des actifs Comptes individuels (PCG art ) et consolidés (CRC ) Comptes consolidés (IFRS) - modèle de réévaluation d IAS 16 Augmentation des fonds propres Amélioration du gearing (dettes financières nettes / situation nette) Suppléments d amortissement Possibilité d incorporation en capital social de l écart de réévaluation en cas, par exemple, de perte de la moitié du capital Dégradation de l EBIT et du résultat net mais absence d impact sur l EBITDA Diminution progressive de l écart de réévaluation inscrit en capitaux propres du fait sa reprise au rythme des suppléments d amortissement Pas d impact sur les agrégats du compte de résultat consolidé du fait de la reprise de l écart de réévaluation en fonction des suramortissements pratiqués

2 Comptabilité 1. RAPPEL DES PRINCIPALES DIFFÉRENCES DE TRAITEMENT ENTRE COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS Le tableau 2 reprend les principales divergences entre les règles françaises et internationales, étant précisé que, dans les deux référentiels, la réévaluation libre (PCG) et le modèle de la réévaluation des actifs (IAS 16) sont totalement optionnels puisque relevant d une décision de gestion de l entreprise. En règles françaises comme internationales, les amortissements futurs sont calculés à partir des nouvelles valeurs issues de la réévaluation des actifs amortissables avec application du plan initial sauf modification significative et justifiée des conditions d utilisation mais avec les quelques divergences normatives existant, par ailleurs, en matière d amortissement (6). Pour une société soumise au double référentiel, les divergences principales décrites dans le tableau 2 sont susceptibles de sensiblement complexifier le passage des comptes individuels français aux comptes consolidés en IFRS en présence de réévaluations ( 3). En revanche, une société appliquant le règlement CRC au niveau de ses comptes consolidés aura la faculté, 2. Voir aussi B. Poulard (2008), p Dans le cadre du règlement CRC ( 302) dans les conditions fixées par l art. L du code de commerce. 4. Cf. IAS 38 pour les immobilisations incorporelles. 5. Il est distribuable uniquement dans des cas spécifiques visés par l art al 4 du PCG se traduisant par un transfert dans un compte de réserves distribuables. 6. Exemple : révision annuelle obligatoire de la valeur résiduelle en IFRS, date de début d amortissement pouvant diverger en cas de différé dans la mise en service effective, réexamen annuel obligatoire des plans d amortissement en IFRS, appréciation différenciée du caractère significatif pour l application de l approche par composant, etc. (cf. E. Tort, 2007). Abstract Following up on the article by B. Poulard published in Revue Française de Comptabilité number 411, June 2008, the present article concerns the technical difficulties involved when reassessing assets in individual and consolidated financial statements. Tableau 2 : principales différences de traitement des réévaluations d actifs entre les règles françaises et internationales (2) Items Réévaluation libre prévue par le PCG (art ) Modèle de la réévaluation des actifs corporels d IAS 16 ( 30-40) 23 Comptes concernés en France Comptes individuels et consolidés (3) en règles françaises Comptes consolidés établis en IFRS Actifs concernés Immobilisations corporelles et financières à l exclusion des immobilisations incorporelles, des stocks et des VMP Immobilisations corporelles à l exception des immeubles de placement (IAS 40) (4) Champ d application Réévaluation globale de l ensemble des immobilisations corporelles et financières sans exceptions Réévaluation catégorielle d immobilisations corporelles (et non pour un actif isolé). Exemples de catégorie selon IAS 16 : terrain, terrains et constructions, machines, navires, avions, véhicules à moteur, mobilier & agencements et matériel de bureau Fréquence de réévaluation Ponctuelle Réévaluation avec une régularité suffisante Méthode de réévaluation Valeur actuelle correspondant à la valeur d utilité par référence au régime de réévaluation légale, à savoir «le prix qu accepterait de décaisser un tiers pour acquérir le bien compte tenu de son usage propre» (cf. Delesalle, 2002) Juste valeur selon une évaluation à dire d expert ou une estimation de celle-ci (approche par le résultat ou coût de remplacement amorti) en l absence de marché actif Comptabilisation de l écart de réévaluation En capitaux propres net d IS avec possibilité d incorporation ultérieure au capital (5) En capitaux propres en tenant compte des impôts différés et avec reprise ultérieure en résultat au rythme des sur-amortissements pratiqués pour les actifs amortissables Présentation de la réévaluation à l actif du bilan Réévaluation de la valeur brute sans modification des amortissements antérieurs à l exception des amortissements dérogatoires repris obligatoirement en résultat Soit par un ajustement simultané et proportionnel des valeurs brutes et des amortissements cumulés, soit par l inscription du montant réévalué en remplacement des anciennes valeurs Perte de valeur ultérieure Constatation en résultat sous forme de provision ou d amortissement exceptionnel Diminution à due-concurrence de l écart de réévaluation et au-delà en charges

3 24 dans certains cas, de gérer ce passage de manière plus homogène ( 2). En tout état de cause, certaines problématiques fiscales sont à prendre en considération par les sociétés françaises réalisant une réévaluation libre ( 4). 2. CAS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES APPLIQUANT LES RÈGLES FRANÇAISES EN CONSOLIDATION Les sociétés non cotées n ayant pas opté pour les IFRS dans leurs comptes consolidés ont le choix en consolidation d annuler les réévaluations individuelles ou de les généraliser à l ensemble des entités du groupe. Ainsi, selon le 302 du CRC 99-02, si une entreprise consolidée a procédé à une réévaluation libre dans ses comptes individuels (7), il y a lieu, soit de l éliminer dans les comptes consolidés, soit de pratiquer la réévaluation pour l ensemble du groupe dans les conditions fixées par l art. L du code de commerce et selon des méthodes uniformes. Dans l hypothèse d une réévaluation de l'ensemble des entreprises consolidées, les dotations aux amortissements ainsi que les plus ou moins-values de cession sont déterminées sur la base des valeurs réévaluées et toutes informations utiles sont données dans l'annexe sur la méthode de réévaluation, l'écart dégagé, son incidence sur les écarts d'évaluation et d'acquisition ainsi que sur les dotations aux amortissements et aux provisions relatives aux biens réévalués (CRC ). Autrement dit : Pour les entités françaises ayant déjà pratiqué la réévaluation libre dans leurs comptes individuels, il ne devrait donc pas y avoir, en principe, de différences de traitement entre les comptes sociaux et consolidés à l exception des amortissements dérogatoires. En effet, après la réévaluation, il est possible de constituer de nouveaux amortissements dérogatoires dans les comptes sociaux qui devront être éliminés en consolidation s agissant de provisions à caractère fiscal. S agissant des entités étrangères ayant pratiqué une réévaluation en fonction de la législation locale, des différences pourront apparaître en présence de méthodes non uniformes, pouvant entraîner des retraitements d homogénéisation, par exemple, au niveau des amortissements. Pour les autres entités, une réévaluation sera nécessaire dans les comptes consolidés, conformément aux prescriptions précitées du 302 du CRC CAS DES SOCIÉTÉS FRANÇAISES UTILISANT LE RÉFÉRENTIEL IFRS POUR L ÉTABLISSEMENT DE LEURS COMPTES CONSOLIDÉS En dehors des cas particuliers concernant les premiers adoptants et les immeubles de placement (cf. tableau 3), les sociétés cotées (y compris les sociétés non cotées ayant opté pour les IFRS dans leurs comptes consolidés) pratiquant la réévaluation libre dans leurs comptes individuels pourront l annuler totalement ou saisir l opportunité de réévaluer toutes les catégories d actifs corporels ou certaines d entre-elles dans leurs comptes consolidés en IFRS dans le cadre du modèle de la réévaluation catégorielle d IAS 16. Dans ce dernier cas, la réévaluation libre d immobilisations corporelles mise en œuvre en social pourra être maintenue dans les comptes consolidés, sous réserves des divergences suivantes avec les dispositions d IAS 16 (8). A l origine, en effet, certaines précautions sont à prendre afin de s assurer notamment : de la cohérence entre la méthode utilisée pour déterminer la valeur d utilité en matière de réévaluation libre et la définition assez restrictive de la juste valeur d IAS 16 comprenant généralement la valeur de marché pour les terrains et constructions et le coût de remplacement net d amortissement (CRNA) pour les outils de production (9). En effet, suivant les actifs concernés, les 7. Y compris pour une filiale étrangère qui aurait procédé à une telle réévaluation autorisée par la législation locale dans son pays. 8. En l absence de réévaluation libre en social, les actifs des autres sociétés consolidées appartenant à la catégorie concernée devront faire l objet d une réévaluation selon IAS 16 (cf. exemple en fin d article). 9. Cf. par exemple, sur ces divergences de réévaluations, IFRS 2005, éd. F. Lefebvre, Tableau 3 : les cas particuliers de réévaluations d actifs non financiers prévus par les normes IFRS Items Régime optionnel Modalités d option Réévaluation à la juste valeur Comptabilisation de la réévaluation Lors de la 1 er application des IFRS : norme IFRS 1 Exemption facultative ponctuelle réservée à la transition aux IFRS (First time application FTA) Application de la juste valeur immobilisation par immobilisation uniquement lors de la transition Coût présumé correspondant à la date de transition soit à la juste valeur, soit à une réévaluation (y.c. antérieure) globalement cohérente avec la juste valeur Inscription en capitaux propres dans le bilan d ouverture (net d impôt) Immeubles de placement : norme IAS 40 Choix en régime de croisière entre le modèle de la juste valeur (encouragé) et celui du coût d IAS 16 Application à tous les immeubles de placement d une évaluation à la juste valeur actualisée chaque année Juste valeur résultant d une évaluation faite par un évaluateur indépendant Enregistrement des variations annuelles de juste valeur dans le résultat

4 Comptabilité 10. S agissant de la part du foncier dans un ensemble immobilier, la CNCC fait une distinction selon la localisation et la demande. Ainsi : dans les zones où le foncier est rare et la demande forte, le prix du foncier pourra être estimé par différence entre le prix de marché de l ensemble immobilier et le coût complet de la construction ; dans les autres zones, le prix de l ensemble immobilier est, en général, fixé en cumulant le coût de la construction et celui du terrain (CNCC, note du 10 janvier 2006). 11. Voir aussi E. Tort (2008). 12. En matière de TP, cf. par exemple, Mémento fiscal F. Lefebvre, 3877 et Le bénéfice fiscal utilisé pour l imputation des déficits antérieurs à l entrée dans le groupe fiscal (2058 FC) est diminué du montant de la réévaluation libre selon le mécanisme du plafonnement visé à l art. 223 I.4 du CGI. 14. Egalement applicable aux titres de sociétés à prépondérance immobilière. 15. Voir, par exemple, Mémento fiscal, F. Lefebvre, experts immobiliers sont susceptibles d utiliser différentes méthodologies telles que la valeur vénale, une estimation de la valeur d utilité sur la base de la méthode DCF, etc. ; de la compatibilité de la méthode de décomposition mise en œuvre des ensembles immobiliers entre la part du foncier et la part de la construction avec les orientations données par la CNCC dans sa note du 10 janvier 2006 (10). Cette décomposition n est pas neutre sur le niveau des suppléments d amortissements futurs calculés (hors foncier) ; de la comptabilisation de l écart de réévaluation net d impôt dans les capitaux propres individuels. En l absence d une telle imputation comptable de l IS en social, un ajustement sera nécessaire dans les comptes consolidés à hauteur de l impôt sur la plus-value effectivement dû ou payé ; de la correcte présentation au bilan des actifs réévalués en fonction des normes de présentation retenues en IFRS avec, contrairement aux règles françaises, correction dans tous les cas des amortissements antérieurs pour obtenir soit des valeurs nettes réévaluées, soit des valeurs réévaluées décomposées en valeurs brutes et amortissements cumulés (cf. exemple p. suivante). En tout état de cause, l existence de biens pris en location-financement constituera une source de distorsion entre comptes individuels et consolidés dans la mesure où ceux-ci devront être réévalués au même titre que les biens détenus en propre. Bien que les normes IFRS ne répondent pas spécifiquement à cette question précise, notre analyse des normes IAS 16 et 17 confortée par celle de confrères conduit, en effet, à procéder à la réévaluation de l ensemble des actifs appartenant à la catégorie concernée indépendamment de leur mode de financement dont les locations financières constituent un cas particulier. En régime de croisière, les différences existant entre les référentiels français et international (cf. tableau 2) nécessiteront des écritures d ajustement en consolidation. On peut citer ici d une part, la nécessité de constater en IFRS, en fin de période, la reprise annuelle en résultat de l écart de réévaluation au rythme des sur-amortissements pratiqués et d autre part, les conséquences de la mise en œuvre régulière de réévaluations en IFRS susceptibles d engendrer des corrections de valeur telles que, par exemple : la constatation d une réévaluation complémentaire uniquement dans les comptes consolidés avec la correction subséquente sur les amortissements futurs ; la constatation d une diminution de valeur de l actif imputable prioritairement à l écart de réévaluation résiduel en IFRS alors que cette diminution transitera obligatoirement par le résultat dans les comptes individuels sous forme de provision ou d amortissement exceptionnel. 4. PROBLÉMATIQUES FISCALES D UNE RÉÉVALUATION LIBRE AU REGARD DE L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS (11) Par application de l art du CGI, la plus-value constatée dans les comptes individuels, lors de la réévaluation libre, est imposable à l IS au taux de droit commun avec la possibilité d imputer sur celle-ci les éventuels déficits antérieurs. En phase avec les règles comptables du PCG, la nouvelle valeur comptable sert de base de calcul pour la détermination des dotations futures aux amortissements et des plus ou moins-values réalisées en cas de cession ultérieure. Toutefois, le traitement fiscal d une réévaluation libre au regard de l IS présente certaines particularités (12) : Spécificité déclarative : la réévaluation ne transitant pas comptablement par le compte de résultat (inscription directe en capitaux propres), le montant correspondant devra ainsi faire l objet d une réintégration extracomptable dans le tableau 2058-A de la liasse fiscale de l exercice. En régime d intégration fiscale, des limitations existent conduisant à neutraliser les possibilités d une accélération de l apurement des déficits par une réévaluation réalisée avant ou pendant l appartenance au groupe fiscal. En effet, il n est pas possible pour une société intégrée d imputer ses propres déficits reportables (antérieurs à l intégration) sur la plus-value de réévaluation dégagée au cours d un exercice intégré (13). Par ailleurs, en cas de réévaluation antérieure à l entrée dans le groupe fiscal, la quote-part de déficits correspondant aux suppléments d amortissement liés à la réévaluation des immobilisations par une société membre doit être rapportée au résultat d ensemble (art. 223 I.1 du CGI). S agissant des immeubles réévalués (14) entre le 1 er janvier 2004 et le 31 décembre 2009, soulignons ici que ceux-ci sont susceptibles de bénéficier d un taux réduit à 16,5 % hors éventuelle contribution sociale sous réserve d un engagement de conservation de 5 années à compter de la date de clôture de l exercice de réévaluation (art. 238 bis JA du CGI). Existence de moins-value individuelle (15) : fiscalement, la réévaluation ne peut pas conduire à la constatation d une moins-value sur un actif isolé autrement que sous forme de provision ou d amortissement exceptionnel. Aussi convient-il dans cette hypothèse de pratiquer une dotation exceptionnelle dans les comptes individuels afin de ramener la VNC à la valeur réévaluée. Amortissements dérogatoires : les amortissements dérogatoires antérieurs doivent faire l objet d une reprise totale en résultat sans que cela fasse obstacle, pour autant, à la mise en place de nouveaux amortissements dérogatoires post-réévaluation. 25

5 26 Exemple de réévaluation catégorielle d une immobilisation corporelle selon IAS 16 Au 1 er janvier N, l entreprise EVYTTE a acquis une machine d une valeur de 500 K qu elle amortit sur 5 ans en mode linéaire. Trois années plus tard, fin N+2, la valeur de la machine est évaluée à 400 K du fait de nouvelles conditions de marché (coût de remplacement). Appliquant la méthode de la réévaluation prévue par la norme IAS 16 pour cette catégorie d actif, la société EVYTTE met ainsi en œuvre cette réévaluation fin N+2. A fin N+3, la machine est frappée d obsolescence technique en raison de la mise sur le marché de nouvelles machines ayant une performance et une longévité deux fois supérieures à celles des modèles antérieurs. A fin N+3, la valeur de la machine est estimée à 80 K. Dans cet exemple, nous allons : Déterminer les amortissements et les valeurs nettes comptables (VNC) de la machine à fin N et N+1. Mettre en œuvre la réévaluation catégorielle de la machine à fin N+2. Constater la perte de valeur de la machine à fin N La détermination des amortissements et des VNC à fin N et N+1 Les amortissements et les valeurs nettes comptables (VNC) à fin N et N+1 s établissent comme suit : Valeur Dotation Amortissement Année VNC brute annuelle cumulé A fin N (*) A fin N (*) 500 K? (base amortissable) / 5 ans (durée d amortissement) = 100 K? Selon la méthode de la réévaluation catégorielle de la norme IAS 16, il y a lieu de procéder à une réévaluation avec une régularité suffisante de manière à tenir compte des variations de valeur. Après quelques mois d utilisation, aucun élément ne justifie le déclenchement d une réévaluation à fin N et N La mise en œuvre de la réévaluation catégorielle à fin N+2 A fin N+2, la valeur de machine est estimée à 400 K alors que la VNC s établit à 200 K (VNC à fin N+1 de 300 K minorée de la dotation N+2 de 100 K ). La mise en œuvre de la réévaluation catégorielle conduit ainsi à réestimer de % la valeur comptable en augmentant proportionnellement la valeur brute (500 K x 2) et les amortissements cumulés (300 K x2). A fin N+2 (en K ) Réévaluation catégorielle de la machine Machine 500,0 Amortissement de la machine 300,0 Ecart de réévaluation (capitaux propres) 200,0 NB : en supposant un enregistrement comptable décomposé en valeur brute et amortissement de la machine. 3. La constatation de la perte de valeur à fin N+3 Lors de l exercice N+3 (et N+4), le complément de dotation aux amortissements lié à la réévaluation de la valeur brute (500 K /5 ans = 100 K ) sera compensé par la reprise concomitante et à due concurrence de l écart de réévaluation (100 K sur N+3 et N+4, soit un total de 200 K ). A fin N+3 (en K ) Après ces écritures d inventaire, la VNC de l actif ressort à 200 K, à savoir K (valeur brute réestimée) K (amortissements cumulés). A fin N+3, la valeur de la machine est révisée à la baisse à 80 K suite à une obsolescence technique. D où la constatation d une perte de valeur de 120 K par imputation sur l écart de réévaluation à hauteur de 100 K et pour le solde de 20 K en charge de l exercice. A fin N+3 (en K ) Source : extrait partiel d E. Tort, Exercices sur les normes comptables internationales (IAS/IFRS) avec corrigés, Gualino Editeur, collection Zoom s, 2006, 131 p. Bibliographie Constatation de la dotation aux amortissements Dotation aux amortissements (charges) 200,0 Ecart de réévaluation (capitaux propres) 100,0 Amortissement 200,0 Reprise d écart de réévaluation (produits) 100,0 Constatation de la perte de valeur Perte de valeur (charges) 20,0 Ecart de réévaluation (capitaux propres) 100,0 Amortissement de la machine 800,0 Machine 920,0 N.B : en termes de présentation, il est fait le choix ici d annuler la totalité des amortissements cumulés. Ainsi, seule la valeur brute ramenée à 80 K? subsiste dans les états financiers. Eric TORT E. Delesalle, La réévaluation libre des immobilisations, Revue française de comptabilité, n 347, septembre 2002, pp B. Poulard, La réévaluation des actifs à la juste valeur : quel(s) enjeu(x) pour les sociétés françaises, Revue française de comptabilité, n 411, juin 2008, pp H. Tondeur, La réévaluation libre des bilans : présentation et comparaison avec la pratique internationale, Revue française de Comptabilité, n 352, février 2003, pp E. Tort, La réévaluation libre des actifs en règles françaises, Option finance n 985 du 16 juin 2008, p. 34. E. Tort, La comptabilisation des actifs, Numilog, collection e-thèque, (www.numilog.com), 2007, 188 p. E. Tort, Les adaptations fiscales suite à l application des règles comptables françaises sur les actifs, Echanges, n 241, mars 2007, pp

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Les impôts différés Intervenant Patrick MORGENSTERN Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Sommaire Présentation synthétique du mécanisme des impôts différés Impôts

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0033/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Quelle durée retenir?

Quelle durée retenir? 5 Quelle durée retenir? C est désormais aux caractéristiques propres de l entreprise qu il convient de se référer pour déterminer la durée et le mode d amortissement d une immobilisation. En pratique,

Plus en détail

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6 LES AMORTISSEMENTS 1. DEFINITION Règlement n 2002-10 du CRC Article 322.1 3. Le montant amortissable d un actif est sa valeur brute sous déduction de sa valeur résiduelle. L amortissement d un actif est

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Les travaux de fin de gestion Ecritures d inventaire Séquence 2 Opérations relatives aux immobilisations

Les travaux de fin de gestion Ecritures d inventaire Séquence 2 Opérations relatives aux immobilisations Les travaux de fin de gestion Ecritures d inventaire Séquence 2 Opérations relatives aux immobilisations Sommaire Opérations d inventaire Rappels sur la notion d immobilisation Les amortissements Les dépréciations

Plus en détail

AMORTISSEMENT ET DÉPRÉCIATION

AMORTISSEMENT ET DÉPRÉCIATION Catherine Boënnec, Christine Closier, Xavier Girard, Françoise Léauté, Chantal Marquer, Eric Wallet, Solange Le Buffe I.E.N. AMORTISSEMENT ET DÉPRÉCIATION DES ACTIFS DOSSIER 4 Professeur Codes de couleurs

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Chapitre 6 : La dépréciation des immobilisations

Chapitre 6 : La dépréciation des immobilisations Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 6 : La dépréciation des immobilisations Cours et exercices Note : Ce chapitre étudie la dépréciation des immobilisations corporelles

Plus en détail

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Cas IG/IP/MEE Corrigé D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés Corrigé Cas IG/IP/MEE HYPOTHESE N 1 : FILIALE EN INTEGRATION GLOBALE 6 étapes sont à distinguer

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : CAPITAUX PERMANENTS 1. Comptabiliser le versement effectué par M. Halescourt le 15 janvier 2015. 15/01/15 5121 Banques

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 20 : LES SUBVENTIONS PUBLIQUES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA RAPPORT SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2005 A nos actionnaires et partenaires financiers (chiffres clés en milliers de CHF) INTRODUCTION Malgré les difficultés conjoncturelles principalement

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER [LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES] La présente note vient en appui

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Pour les professionnels de l habitat social. Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1

Pour les professionnels de l habitat social. Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1 Pour les professionnels de l habitat social Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1 Sommaire 1 La dépréciation de l actif... 4 1.1 Présentation...4 1.1.1 Principe... 4 1.1.2 L évaluation de la dépréciation...

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

FUSIONS DE SOCIÉTÉS : LES NOUVELLES RÈGLES COMPTABLES

FUSIONS DE SOCIÉTÉS : LES NOUVELLES RÈGLES COMPTABLES FUSIONS DE SOCIÉTÉS : LES NOUVELLES RÈGLES COMPTABLES 2 E PARTIE : EXEMPLE D APPLICATION DE L AVIS N 2004-01 DU 25 MARS 2004 DU CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ (1) Le bilan de la société A s analyse

Plus en détail

CAS inédit d application sur les normes IAS/IFRS Copyright - Laurent PIERANDREI

CAS inédit d application sur les normes IAS/IFRS Copyright - Laurent PIERANDREI CORRIGE DU CAS DATURA Au Journal au (1) Amortissement par composants du camion CAS inédit d application sur les normes IAS/IFRS Composants Dotations Date Moteur Pneumatiques Reste Initiale IFRS Ecart -2

Plus en détail

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 Relatif aux conséquences comptables résultant de l application du nouveau régime fiscal introduit

Plus en détail

THÈME. Imposition des produits. Exercice 1. Produits d exploitation

THÈME. Imposition des produits. Exercice 1. Produits d exploitation Imposition des produits THÈME 1 Exercice 1 Produits d exploitation L entreprise Pan est spécialisée dans la vente de panneaux solaires. Elle a vendu des panneaux courant novembre N à divers clients. Les

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

AMORTISSEMENT ET DEPRECIATION D IMMOBILISATIONS Règlement du CRC applicable à partir de 2005

AMORTISSEMENT ET DEPRECIATION D IMMOBILISATIONS Règlement du CRC applicable à partir de 2005 AMORTISSEMENT ET DEPRECIATION D IMMOBILISATIONS Règlement du CRC applicable à partir de 2005 Amortissement et dépréciation d immobilisations 2 S O M M A I R E PAGES Le règlement 2002-10 du CRC 3 Les actifs

Plus en détail

PHILIPPE TOURON et HUBERT TONDEUR COMPTABILITÉ EN IFRS. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3195-8

PHILIPPE TOURON et HUBERT TONDEUR COMPTABILITÉ EN IFRS. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3195-8 PHILIPPE TOURON et HUBERT TONDEUR COMPTABILITÉ EN IFRS, 2004 ISBN : 2-7081-3195-8 SOMMAIRE AVANT-PROPOS... 13 1 LES FONDEMENTS : NORMALISATION ET CADRE CONCEPTUEL... 15 1.1 LES ACTEURS DE LA NORMALISATION

Plus en détail

Chapitre 8 : Les provisions

Chapitre 8 : Les provisions Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 8 : Les provisions Cours Les provisions correspondent à des pertes ou des charges simplement prévisibles : la constitution

Plus en détail

Obligations des sociétés du groupe

Obligations des sociétés du groupe 4 Obligations des sociétés du groupe 76 Le processus d élaboration d une intégration fiscale se réalise en deux temps. Dans une première étape, chaque société, y compris la société mère, va devoir : déterminer

Plus en détail

La comptabilisation des immeubles à partir du 1er janvier 2005 RFC - Réflexion comptabilité - Mars 2006-386, p. 29-33

La comptabilisation des immeubles à partir du 1er janvier 2005 RFC - Réflexion comptabilité - Mars 2006-386, p. 29-33 La comptabilisation des immeubles à partir du 1er janvier 2005 RFC - Réflexion comptabilité - Mars 2006-386, p. 29-33 Résumé de l article La comptabilisation des immeubles est présentée en IFRS par les

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES

LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES tions peuvent être synthétisées par le schéma suivant : Etape 1 : Identification d une perte de valeur

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Une nouvelle approche des relations comptabilité et fiscalité PLAN

Une nouvelle approche des relations comptabilité et fiscalité PLAN Une nouvelle approche des relations comptabilité et fiscalité PLAN Le contexte Les difficultés d évolution du PCG liées à la connexion comptabilité/fiscalité Les solutions envisageables Présentation d

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatés d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013

UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013 UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013 Application 3 Séance 10 Corrigé de l application de la série 2 du cours à distance CONSOLIDATION DES COMPTES Chérif-Jacques ALLALI Institut National des Techniques

Plus en détail

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE I - DE LA CONVENTION DE LA PERMANENCE DES METHODES La convention de la permanence des méthodes exige que

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DCG session 2009 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif 1. Définir la normalisation comptable. DOSSIER 1 - Normalisation comptable La normalisation comptable consiste à : - produire des normes

Plus en détail

LES IMMEUBLES DE PLACEMENT : DES RÉGIMES COMPLEXES ET DIFFÉRENCIÉS

LES IMMEUBLES DE PLACEMENT : DES RÉGIMES COMPLEXES ET DIFFÉRENCIÉS LES IMMEUBLES DE PLACEMENT : DES RÉGIMES COMPLEXES ET DIFFÉRENCIÉS 38 Eric TORT Expert-comptable certifié IFRS Docteur en sciences de gestion Dans le prolongement de l article de Robert Obert paru dans

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction ADEF/26 mai 2000 LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS DANS LES BILANS DES SOCIETES Cadre de l intervention-résumé Introduction Toutes les méthodes et techniques et qui vous ont été exposées

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

Comptabilité financière en IFRS

Comptabilité financière en IFRS Comptabilité financière en IFRS Wolfgang Dick & Franck Missonier-Piera ISBN : 2-7440-7172-2 Chapitre 5 : Actifs non courants Exercice 5.1 Plan d amortissement 1. Plan d amortissement : Montant amortissable

Plus en détail

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES Préambule I. Faits marquants Page 6 II. Principes comptables, méthodes d'évaluation et modalités de consolidation II.1. Principes et conventions générales Page 6 II.2.

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS Les comptes consolidés du groupe SILIC sont établis,

Plus en détail

PricewaterhouseCoopers. Normes comptables et évaluation immobilière : Font-elles bon ménage? 25 septembre 2008. *connectedthinking

PricewaterhouseCoopers. Normes comptables et évaluation immobilière : Font-elles bon ménage? 25 septembre 2008. *connectedthinking Normes comptables et évaluation immobilière : Font-elles bon ménage? 25 septembre 2008 *connectedthinking Introduction Principes d évaluation en fonction du cadre comptable de référence Quand est-il nécessaire

Plus en détail

Les nouvelles normes comptables : les actifs

Les nouvelles normes comptables : les actifs Les nouvelles normes comptables : les actifs Les objectifs de la mesure Maintenir la conformité de la comptabilité des SPIC locaux au plan comptable général, prescrite par le CGCT. Affiner la détermination

Plus en détail

Communication financière sur les impacts chiffrés au 31/12/2004 du passage aux normes IAS/IFRS. Caisse Régionale de Toulouse et du Midi Toulousain

Communication financière sur les impacts chiffrés au 31/12/2004 du passage aux normes IAS/IFRS. Caisse Régionale de Toulouse et du Midi Toulousain Communication financière sur les impacts chiffrés au 31/12/2004 du passage aux normes IAS/IFRS 1 Caisse Régionale de Toulouse et du Midi Toulousain Conditions de constitution des éléments chiffrés Les

Plus en détail

LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES Ministère des finances NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES La présente note vient en appui à l instruction n 2 du 29 octobre

Plus en détail

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2000-D du Comité d urgence du 21 décembre 2000 publié le 16 janvier 2001 Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres Le Comité d urgence

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La profession comptable... 1 I. Les différents statuts de la profession comptable... 1 A. La profession comptable libérale... 1 B. La profession comptable salariée... 7 II.

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

Fiscalité de l immobilier

Fiscalité de l immobilier Fiscalité de l immobilier Intervenants Jean-Pierre COSSIN Secrétaire général du Conseil des impôts et professeur associé à l Université de Créteil Val-de-Marne Pierre FERNOUX Maître de Conférence à l Université

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

I. Règles comptables applicables depuis 2008

I. Règles comptables applicables depuis 2008 Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PROV-30-20-30-20141210 DGFIP BIC - Autres provisions pour charges -

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

Note spécifique sur les modalités et les impacts de la 1 ère application des IFRS

Note spécifique sur les modalités et les impacts de la 1 ère application des IFRS Note spécifique sur les modalités et les impacts de la 1 ère application des IFRS En application du règlement européen 16/06/2002 du 19 juillet 2002 sur les normes internationales, les comptes consolidés

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) *

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE Centrale des bilans COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * L utilisation de ce modèle n est pas obligatoire pour le dépôt des comptes consolidés auprès de la

Plus en détail

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Analyse financière 215/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Auto-entrepreneur Droit de l immobilier Droit des sociétés Droit du travail Droit du Web 2. Fiscalité La

Plus en détail

COMPTABILITÉ EN IFRS

COMPTABILITÉ EN IFRS PHILIPPE TOURON et HUBERT TONDEUR COMPTABILITÉ EN IFRS, 2004 ISBN : 2-7081-3195-8 AVANT-PROPOS Le présent ouvrage est un manuel de comptabilité. Son objectif est d expliquer les modalités de comptabilisation

Plus en détail

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) :

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) : 1 / 5 Chap. 4 : Les immobilisations 2 e partie : L amortissement des immobilisations (corporelles et incorporelles) Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» I- Définition

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatées d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS DEROGATOIRES

LES AMORTISSEMENTS DEROGATOIRES LES AMORTISSEMENTS DEROGATOIRES Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o o o o Principes des provisions règlementées. Maîtrise des méthodes d'évaluation des amortissements en mode linéaire et en

Plus en détail

GROUPE. Rapport Semestriel

GROUPE. Rapport Semestriel GROUPE Rapport Semestriel Au 30 juin 2015 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE CONSOLIDATION...

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

COMPTABILITE GENERALE ETAPE 21 : LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION

COMPTABILITE GENERALE ETAPE 21 : LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION COMPTABILITE GENERALE ETAPE 21 : LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION Elles constatent les moins-values potentielles des immobilisations, des stocks, des créances ou des titres : pertes de valeurs réversibles,

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail