L écriture du corps chez Annie Ernaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L écriture du corps chez Annie Ernaux"

Transcription

1 MASARYKOVA UNIVERZITA FILOZOFICKÁ FAKULTA Ústav románských jazyků a literatur Francouzský jazyk a literatura Iva Řezáčová L écriture du corps chez Annie Ernaux Bakalářská diplomová práce Vedoucí práce: PhDr. Petr Dytrt, Ph.D. Brno 2010

2 Prohlašuji, že jsem bakalářskou práci vypracovala samostatně s využitím uvedených pramenů a literatury a že se elektronická verze shoduje s verzí tištěnou. V Brně dne

3 Děkuji PhDr. Petru Dytrtovi, Ph.D., za odborné vedení bakalářské práce, vstřícnost a cenné připomínky.

4 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION ANNIE ERNAUX MÉTHODOLOGIE Corps social Corps sexuel Corps physiologique ANALYSE Corps comme structure sociale Corps sexuel Processus physiologiques CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ABRÉVIATONS UTILISÉES... 30

5 1. INTRODUCTION Je n attends rien de la psychanalyse ni d une psychologie familiale dont je n ai pas eu de peine à établir les conclusions rudimentaires depuis longtemps, mère dominatrice, père qui pulvérise sa soumission en un geste mortel, etc. (Annie Ernaux, La Honte, Paris, Gallimard 1997, p. 32.) Après la réflexion de la citation ci-dessus nous nous sommes posé la question s il est vrai que la psychanalyse n avait pas du tout influencé l écrivain. Voici quelques thèmes de son passé: la relation difficile avec sa mère, le premier rapport sexuel, les mentions des rêves, la honte, l expérience de l avortement, l irrationnel, etc. Nous pouvons dire que c est souvent par intermédiaire de son corps qu elle nous raconte l histoire. Mais justement le corps comme une mosaïque de zones érogènes représente un des sujets essentiels de la psychanalyse. Ce qui nous intéresse, c est l histoire de la vie humaine, la perception de sa propre vie et la façon de sa présentation. Notre attention se concentre donc sur le récit subjectif. Pour cette raison nous avons choisi les œuvres autobiographiques des auteurs français contemporains. Nous avons opté pour Annie Ernaux, écrivain qui n a pas peur de dévoiler des tabous, qui dit «ce qu on ne doit pas dire» 1. Notre intérêt de la thématique intime féminine a été influencé surtout par Les Monologues du vagin d Eve Ensler, un livre touchant les côtés uniques de la sexualité féminine. Dans notre texte nous allons étudier les trois aspects du corps : social, sexuel et physiologique. En outre nous allons analyser les points de vue des différentes étapes de la vie de l auteur. Vue sous une optique psychanalytique, la société peut être regardée comme la censure externe qui devient interne par le processus de socialisation dans 1 DUGAST-PORTES, Francine, Annie Ernaux: Étude de l œuvre, Paris, Bordas 2008, p

6 forme de Surmoi. Il contient «les résultats de l introjection des parents» 2, autrement dit, l enfant n accepte le contenu du communiqué de ses parents que d une façon peu critique. Et il est clair que les parents sont les agents de socialisation les plus importants pour lui. En ce qui concerne le rôle de la sexualité, le corps est estimé comme un objet sexuel dès l enfance. Au fur et à mesure, l importance est attribuée à telle ou telle zone érogène, dépendant de l étape du développement. Enfin, la physiologie «met en jeu des désirs inconscients et des significations symboliques [...]» 3. En d autres termes, elle nous permet de vivre ce que la censure interne prohibe. Pour notre projet nous avons choisi trois livres d Annie Ernaux. Dans le premier, La Honte, elle raconte les événements de ses douze ans, l expérience désagréable de la violence inaccomplie de son père envers sa mère, les lois et les personnages dans l école privée catholique, le voyage organisé à Lourdes avec son père. Le deuxième, Ce qu ils disent ou rien, est raconté par une fille de quinze ans et tourne autour des changements d un corps adolescent, des conversations intimes avec ses copines et du premier rapport sexuel. Finalement, L Événement, touche la grossesse de l étudiante universitaire âgée de vingt-trois ans et ses efforts désespérés d un avortement clandestin. Ce n est pas seulement en l âge de l héroïne qui est différent dans tous ces romans, mais aussi l aspect dominant du corps. La Honte dépeint plutôt l image sociale, Ce qu ils disent ou rien expose le plus fréquemment l aspect sexuel et L Événement retrace principalement les processus physiologiques. D autres côtés sont également présents, ce qui rend possible de comparer les trois livres. 2 «výsledky rodičovské introjekce». HARTL, Pavel HARTLOVÁ, Helena, Psychologický slovník, Praha, Portál 2000, p Nous traduisons. 3 BERNARD, Michel, Le Corps, Paris, Seuil 1995, p

7 2. ANNIE ERNAUX Selon Dugast-Portes «Annie Ernaux s est souvent déclarée peu convaincue par les explications jugées schématiques de la vulgate psychanalytique» 4. Toutefois «la démarche exposée dans La Honte n est pas sans permettre un décryptage freudien : déconstruction des discours écrans, repérage des hantises refoulées, mise en lumière des censures subies, effort aussi pour lever les inhibitions, effacer les dépendances, réduire ou supprimer la souffrance grâce à la verbalisation. Les topoï sont ceux que met en lumière la psychanalyse vulgarisée ; le corps, la sexualité y prennent une place essentielle» 5. La narratrice aussi touche l irrationnel, la relation mère-fille, le rejet du tiers (le père), etc. Ces traits caractéristiques apparaissent aussi dans ses autres livres. Les psychologues s intéressent à son œuvre et soulignent les possibilités thérapeutiques de l écriture : l allégement par la prise de distance, par le partage. En fait «les expériences fortes que sont l écriture et l amour (jusque dans son prolongement ultime, l avortement) sont vécues dans un entre-deux délimité par Eros et Thanatos» 6. Eros représente les mécanismes pour maintenir la vie, surtout l instinct sexuel, tandis que Thanatos est associé à la mort, au rejet de la jouissance. En outre, Annie Ernaux observe la société. L analyse se concentre sur le conflit entre deux réalités sociales : l une d où elle vient, l autre où elle voudrait appartenir. Elle décrit les modes de vie, les comportements et les conventions de chacune. Le désir d ascension sociale est présente, surtout au cas de sa mère. L exclusion du monde de l élite est la raison de la souffrance. Elle présente encore la différenciation des sexes qui est envisagée dans toute sa complexité. 4 DUGAST-PORTES, Francine, Annie Ernaux: Étude de l œuvre, Paris, Bordas 2008, p DUGAST-PORTES, Francine, op. cit., p THUMEREL, Fabrice, Avant-propos. Annie Ernaux, une œuvre de l entre deux, In: THUMEREL, Fabrice (Éd.): Annie Ernaux, une œuvre de l entre deux, Arras, Artois Presses Université 2004, p

8 3. MÉTHODOLOGIE 3.1 CORPS SOCIAL Le corps n existe pas dans le vide, «mais se trouve inscrit dans des réseaux de correspondances et d influences avec les éléments extérieurs» 7. Christine Detrez remarque que la culture intervient dans le donné biologique qui «est cultivé, interprété, redressé au travers de normes plus ou moins conscientes : les attitudes et les comportements les plus privées d hygiène, de santé [...]» 8. Elle ajoute qu il ne s agit pas «de la simple modification des règles» 9, mais du contrôle strict. Michel Bernard spécifie l influence de la société sur notre corps. D après lui «le jugement social et, par conséquent, les valeurs qu il véhicule, non seulement conditionnent notre comportement par la censure intérieure qu elles y exercent et la culpabilité qu elles y suscitent (et conjointement les idéaux sublimés qu elles y projettent et promeuvent), mais aussi structurent indirectement notre corps même dans la mesure où elles gouvernent sa croissance (normes de poids ou de taille, par exemple), sa conservation (pratiques hygiéniques et culinaires), sa présentation (soins esthétiques, soucis vestimentaires), et son expression affective (signes émotionnels)» 10. On peut dire que les pratiques quotidiennes sont touchées aussi, et c est par «le corps idéal, l ensemble des représentations du corps d une société donnée» 11. L expression des émotions est régulée par la société, «le corps propre des émotions est un corps social» 12. L expression des émotions représente un système de communication, nous ne pouvons pas les considérer seulement comme la manifestation extérieure des processus intérieurs. Les émotions sont donc sociales, elles nous 7 DETREZ, Christine, La Construction sociale du corps, Paris, Seuil 2002, p DETREZ, Christine, op. cit., p DETREZ, Christine, op. cit., p BERNARD, Michel, Le Corps, Paris, Seuil 1995, p DETREZ, Christine, op. cit., p DUMOUCHEL, Paul, Émotions: Essai sur le corps et le social, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance 1999, p

9 permettent d être en relation avec les autres, «parce qu elles nous constituent comme des êtres sociaux» 13. Conformément à la conception du corps social, Christian Baudelot, en examinant le milieu social dans La Honte, constate que «les codes et les normes, les principes et les valeurs qui régissaient les comportements familiaux sans que personne ne les ait jamais pensés ni formulés comme tels» 14 sont reconstruits. Il s agit vraiment des actions de tous les jours, des manières de table, soins du corps, gestes masculins et féminins, formules de politesse. Les rythmes sociaux donnent nom aux jours de la semaine, aux âges de la vie et aux valeurs morales dominantes. 3.2 CORPS SEXUEL Selon Michel Bernard «notre image du corps résultait non seulement de notre expérience perceptivo-motrice, mais aussi et surtout de notre sensibilité sexuelle aiguisée par les fluctuations de nos désirs, de nos plaisirs et de nos rêves» 15. Sigmund Freud désapprouve l opinion commune que «l instinct sexuel est absent dans l enfance et ne s éveille que dans la période de la vie appelée la puberté» 16. Selon lui, au contraire, la sexualité occupe un poste important dès l enfance. Freud ajoute qu «au commencement de la puberté, les changements qui transforment la vie sexuelle de l enfant sous sa forme normale et achevée, prennent place» 17. Christine Detrez affirme que «[...] le corps est porteur de l identité sexuée, marquée par les organes sexuels qui font de chacun, biologiquement, un homme ou une femme. [...] L identité sexuelle est le produit d un processus de «sexuation», d une 13 DUMOUCHEL, Paul, Émotions: Essai sur le corps et le social, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance 1999, p BAUDELOT, Christian, «Briser des solitudes...»: Les dimensions psychologiques, morales et corporelles des rapports de classe chez Pierre Bourdieu et Annie Ernaux, In: THUMEREL, Fabrice (Éd.): Annie Ernaux, une œuvre de l entre deux, Arras, Artois Presses Université 2004, p BERNARD, Michel, Le Corps, Paris, Seuil 1995, p «[...] pohlavní pud v dětství chybí a probouzí se teprve v životním období označovaném jako pubertai». FREUD, Sigmund, Vybrané spisy II-III. Studie o hysterii. Zlomek analýzy případu hysterie. Práce k sexuální teorii a k učení o neurózách (Traduction tchèque par Bohodar Dosužkov et al.), Praha, Avicenum 1993, p Nous traduisons. 17 «S nástupem puberty začínají změny, které mají převést dětský sexuální život v jeho konečnou normální podobu». FREUD, Sigmund, op. cit., p Nous traduisons. 5

10 incorporation des principes sexuants» 18. L identité sexuelle ne peut se réduire «à un assemblage de chromosomes ou à une énumération de différences anatomiques, mais elle se manifeste sur et par le corps, par l incorporation de valeurs et leur retraduction par les attitudes» 19. Le fonctionnement biologique et l anatomie différents des hommes et des femmes déterminent la différenciation sociale des genres, «les attitudes, les comportement corporels de l individu varient alors selon qu il est homme ou femme» 20. Hubert Lafont soutient cette vision d une «répartition des comportements et des espaces entre garçons et filles» 21 en raison de la différenciation des rôles et des dispositions sexuels. Plusieurs recherches faites dans ce domaine et indiquent que «les femmes sont plus ou moins conservatrices par rapport aux aventures sexuelles et les hommes sont plus ou moins permissifs» CORPS PHYSIOLOGIQUE La physiologie concerne «l expérience vécue de notre corps» 23. Contrairement à l émotion qui «relèverait davantage du psychologique, la sensation [vient] du physiologiquei» 24. La physiologie présentée dans les trois livres d Annie Ernaux s oriente vers le corps féminin, nous allons donc spécifier ses caractéristiques. Bruno Remaury précise que la vie de la femme est «découpée en différents âges selon qu elle ne peut pas encore être mère, qu elle peut être mère, qu elle va être mère, qu elle est mère ou qu elle ne peut plus être mère» 25. La réduction du cours de la vie féminine aux étapes physiologiques de la maternité ne reste pas dans le passé et 18 DETREZ, Christine, La Construction sociale du corps, Paris, Seuil 2002, p DETREZ, Christine, op. cit., pp DETREZ, Christine, op. cit., p LAFONT, Hubert, Les Bandes de jeunes, In: ARIÈS, Philippe BÉJIN, André (Éd.): Sexualités occidentales, Paris, Seuil, 1982, p MYERS, David G LAMARCHE, Luc, Psychologie sociale (Traduction française par Louise Rousselle), Saint-Laurent, McGraw-Hill 1992, p BERNARD, Michel, Le Corps, Paris, Seuil 1995, p DETREZ, Christine, op. cit., p REMAURY, Bruno, Le Beau sexe faible: Les images du corps féminin entre cosmétique et santé, Paris, Grasset 2000, p

11 «les trois âges de la femme» (puberté, maternité et ménopause) sont considérés comme les étapes signifiantes. Auparavant, la virginité était la première étape avant la puberté mais elle n est «plus considérée comme un état physiologique» 26. Ces exemples nous montrent les spécificités physiologiques importantes du corps féminin. La physiologie de la femme est associée à la maladie, c est son héritage corporel majeur. Les menstrues ont été souvent représentées dans les cultures traditionnelles «comme la manifestation d une blessure» 27, ce qui soutient l image d une femme malade parce que souffrante. L idée d une femme malade peut sembler exagérée. Néanmoins un des points de vue possibles considère la femme «souffrante au moins une semaine sur quatre. La semaine qui précède celle de la crise est troublée. Et dans les huit ou dix jours qui suivent cette semaine douloureuse, se prolonge une langueur, une faiblesse qu on ne savait pas définir» 28. En développant l idée précédente, nous pouvons considérer même la maternité comme un état maladif caractérisé par les incommodités diverses, «une longue série de maux, [...] une source intarissable de douleurs et de maladies» REMAURY, Bruno, Le Beau sexe faible: Les images du corps féminin entre cosmétique et santé, Paris, Grasset 2000, p REMAURY, Bruno, op. cit., p Ibid. 29 REMAURY, Bruno, op. cit., p

12 4. ANALYSE 4.1 CORPS COMME STRUCTURE SOCIALE Nous allons analyser progressivement la définition de Michel Bernard et chercher les exemples concrets dans l œuvre d Annie Ernaux. Dans La Honte le jugement social et l analyse du comportement humain jouent un rôle important. De telle façon qu il permet de répartir les gens en deux catégories : «c est une bonne personne» ou «elle ne vaut pas cher» (H, p. 66). Même les conversations peuvent servir à faire une conclusion décisive : On observait les comportements, on démontait les conduites jusqu aux plus petits ressorts cachés, on rassemblait des signes dont l accumulation et l interprétation construisaient l histoire des autres. Les conversations classaient les faits et gestes des gens, leur conduite, dans les catégories du bien et du mal, du permis, même conseillé, ou de l inadmissible (H, p. 66). Ensuite les valeurs appréciées et partagées dans la société sont présentées sous une vision en noir et blanc, comme une vérité indiscutable. La société distingue les cathégories des gens qui ne sont dignes que d une réprobation: «les divorcés, les communistes, les concubins, les filles mères, les femmes qui boivent, qui avortent, qui ont été tondues à la Libération, qui ne tiennent pas leur maison, [...]les filles enceintes avant leur mariage [...]et la conduite masculine» (H, pp ). Alors la critique est fréquemment orientée vers les femmes qui ne respectent pas les lois données par la société et qui ne correspondent pas à l image d une femme idéale. De même la censure sociale modifie le comportement. Annie trouve l incompréhension ou plutôt le refus de la communication de l événement traumatique pour elle. On peut deviner le message non prononcé «on ne parle pas de ces choses-ci» : À quelques hommes, plus tard, j ai dit : «Mon père a voulu tuer ma mère quand j allais avoir douze ans.» Avoir envie de dire cette phrase signifiait que je les avais dans la peau. Tous se sont tus après l avoir entendue. Je voyais que j avais commis une faute, qu ils ne pouvaient recevoir cette chose-là (H, p. 16). 8

13 En plus, les transformations apparentes de la taille peuvent symboliser une transition au niveau plus élevé du développement. Quand Annie regarde deux photos qui datent des mois distincts, une telle comparaison s offre. Les changements de la silhouette et de la figure marquent «deux bornes temporelles, l une, la communiante, à la fin de l enfance qu elle ferme, l autre, inaugurant le temps où je ne cesserai plus d avoir honte» (H, p. 26). Les transformations du corps visibles servent de miroir des changements de sa pensée. Comme le corps qui s est transformé, la perception de sa position dans la société a marqué un tournant. Les vêtements, une autre caractéristique observable du corps, incarnent en outre l appartenance à une classe sociale. Une jupe et un chemisier blancs avec une veste pardessus font ressembler Anne à une petite femme, tandis qu une veste foncée, une chemise et un pantalon clairs et une cravate sombre modifient son père à un villégiaturiste. Ils apparaissent comme ce qu ils ne sont pas, «des gens chics» (H, p. 25). Au contraire, si Anne met la jupe et le chemisier de son costume de gymnastique, mis une fois pour la fête de la Jeunesse passée, une fille lui donne à entendre ce qu elle en pense. Sa question «Tu es allée à la fête de la Jeunesse?» (H, p. 127) se transforme, à cause de l intonation bizarre, en remarque narquoise signifiant «Tu n as rien d autre à te mettre que tu t habilles en gymnastique?» (H, p. 127). Nous pouvons conclure que l élégance et l abondance des vêtements sont les marques de la société élevée. Pareillement, la qualité des vêtements permet la distinction entre les élèves. L école catholique a deux sections : l école libre assemblée par les orphelines et par les filles des parents sans fortune et l école privée proprement dite composée par les filles payantes du pensionnat. Elles donnent leurs vêtements usagés à celles de l école libre et peuvent donc reconnître facilement leur jupe ou blouse et les classer dans une couche sociale. Les vêtements sont aussi le symbole d une vocation, par exemple en hiver, toutes les religieuses dans l école catholique en civil portent une pèlerine à rayures bleues et noires sur leur blouse. Et la vocation est liée à la position d un individu dans la société. Enfin commentons l expression affective. Montrer des émotions n est pas adéquat, cela crée de la surprise et de la curiosité. Il vaut mieux prétendre de ne pas être touché. Toutefois, cette attitude ne laisse pas beaucoup de place pour verbaliser les 9

14 émotions. Ils y existent seulement les mots pour «la désillusion, le mécontentement, le regret de laisser du gâteau dans l assiette et la tristesse de perdre un fiancé» (H, p. 74). L expression des sentiments appartient au monde lointain et irréel, tel «des chansons de Luis Mariano et de Tino Rossi, des romans de Delly, des feuilletons du Petit Écho de la mode et de La vie en fleurs» (H, p. 74). S ils sont tout de même présentés, ce n est que sous une forme cachée, par exemple «signifier son dédain silencieusement» (H, p. 59). Dans sa famille on ne parle pas beaucoup des émotions, on ne les partage presque pas et donc il peut être difficile à les assimiler. Pour leur donner nom nous devons être conscient de leur expression corporelle comme elles sont liées aux changements psychophysiologiques (par exemple de l activité musculaire, respiration, système de circulation, etc.). Puis nous devons savoir les causes de notre état d esprit présent, autrement dit la situation sociale qui les a provoquées. Sinon nous pouvons les échanger entre eux parce que certains indicateurs psychophysiologiques sont les mêmes chez des émotions différentes. Tout cela nous permet de nous orienter dans notre vie émotionnelle. Si nous ne possédons ces connaissances, les émotions et leur manifestation peuvent sembler le labyrinthe. Les manifestations de la tendresse ne sont dignes que des railleries : «les caresses de chien ça donne des puces» (H, p. 60). Nous trouvons cette observation correspondant au manque du soutien affectif et de la politesse parmi les membres de la famille. Influence de la famille Maintenant nous allons commenter le rôle de la famille dans la socialisation d un enfant. Elle lui communique les normes valables concernant les aspects différents de la vie et surveille leur accomplissement. Dans la famille d Anne, la nourriture n est pas à prodiguer et certains comportements sont définé pour «ne pas perdre la nourriture et en jouir le plus» (H, p. 58). Ils ne font pas des économies seulement avec les aliments mais aussi avec de l eau. Les soins du corps sont soumis aux coutumes de la famille, surtout la quantité de l eau utilisée pour se laver la figure, les dents, les mains et les jambes. Autrement dit, les parents enseignent Anne à créer l attitude envers les besoins de son corps. 10

15 Les gestes quotidiens permettent de distinguer les femmes des hommes. Certaines tâches sont considérées typiquement féminines : le repassage, le nettoyage du plancher, le nourrissage, le soin du linge. Les occupations masculines succèdent: le travail avec la pelle, «coincer une cigarette en attente derrière l oreille» (H, pp ), s asseoir à califourchon, posséder un couteau de poche. Cette distinction indique que le comportement diffère selon le sexe et que la société la dirige. Les rythmes sociaux sont aussi essentiels pour donner les noms aux jours de la semaine : La semaine s égrène en «jours de» définis par des usages collectifs et familiaux, des émissions de radio. Lundi, jour mort, des restes et du pain de la veille, du Crochet radiophonique sur Radio-Luxembourg. Mardi, de la lessive et de Reine d un jour, mecredi, du marché et de l affiche du prochain film au cinéma Leroy, Quitte ou double. Jeudi, congé, parution de Lisette. Vendredi, du poisson, samedi, du ménage en grand et du lavage de tête. Dimanche, jour de la messe, rite majeur ordonnançant les autres, le change du linge de corps, l étrenne d une nouvelle toilette, les gâteaux du pâtissier et «le petit extra», les obligations et les plaisirs (H, pp ). Continuons avec les valeurs morales mentionnées. La santé était une qualité, une accusation ainsi qu une marque de compassion. La maladie était considérée comme «un manque de vigilance de l individu face au destin» (H, p. 67) et pour cela il était difficile d accorder aux autres le droit d être légitimement malades. La politesse représentait la valeur dominante, tant importante pour le jugement social positif des clients de leur épicerie-mercerie-café: «Au plaisir! Assoyez-vous, vous ne paierez pas plus cher» (H, p. 60). Elle rend possible «d être bien avec les gens et de ne pas donner prise aux commentaires» (H, p. 69). Cependant elle était inutile entre les membres de la famille. La rudesse faisait la partie normale de la communication familiale. Nous pouvons observer que la politesse ne s utilise que pour créer une image sociale demandée, elle s utilise comme une «barrière de protection» (H, p. 70) contre les gens qui les observent. Elle n est pas nécessaire entre les membres de la famille qui se connaissent parmi eux et savent très bien leurs caractéristiques. Le code de la perfection commerçante concernant Anne comprend : saluer les clients chaque fois qu elle passe dans le magasin ou le café, ne pas raconter les histoires sur eux, ne pas dire du mal des autres commerçants, ne pas révéler le montant de la 11

16 recette du jour. Et enfin être comme tout le monde, c est vraiment l idéal à atteindre. Le respect de tous ces standards «représentait un enjeu vital puisqu il en allait de la survie de l entreprise» 30 : Le coût du moindre manquement à ces règles m est bien connu, tu vas nous faire perdre les clients, avec comme conséquence faire faillite (H, p. 72). Elle vit dans les normes du monde de ses douze ans sans qu elle puisse en soupçonner d autres. Quand même elle avoue de ressentir dans ses rêves «l insaisissable pesanteur, impression de clôture» (H, pp ) à cause de ces règles. Nous pouvons conclure qu il n était pas facile à les observer toutes, malgré avoir été définies clairement. Mais leur quantité et la nécessité de les respecter pour que l entreprise familiale réussisse ajoutent à leur urgence. Dans Ce qu ils disent ou rien, la perception du monde social est aussi présente dans les allusions à l éducation d Annie. Ses parents lui demandent souvent si elle veut finir en usine comme eux. Ils ne le disent jamais directement mais ils se comprennent entre eux que ce n est pas du tout désirable. Nous pouvons parler de «la projection du parent sur l enfant dans l ambition sociale» 31 : N ont que leur certificat d études mais mille fois plus chiants làdessus que les parents de Céline, ingénieurs, quelque chose comme ça, c est vrai que, ils n ont pas besoin de hurler, ils sont l exemple vivant de la réussite, tandis que les miens qui sont ouvriers, il faut que je sois ce qu ils disent, pas ce qu ils sont (C, pp ) Milieu scolaire Après les normes de la famille, «la reconstruction de l univers du pensionnat catholique, lieu de la religion et du savoir, univers de croyance et de salut social» 32 est présentée. Les normes à observer strictement comprennent interdiction d aller aux waters en dehors des recréations, baisser la tête et les yeux quand on s adresse aux maîtresses ou quand on passe devant elles ; se lever quand une maîtresse, un prêtre ou la 30 BAUDELOT, Christian, «Briser des solitudes...»: Les dimensions psychologiques, morales et corporelles des rapports de classe chez Pierre Bourdieu et Annie Ernaux, In: THUMEREL, Fabrice (Éd.): Annie Ernaux, une œuvre de l entre deux, Arras, Artois Presses Université 2004, p DUGAST-PORTES, Francine, Annie Ernaux: Étude de l œuvre, Paris, Bordas 2008, p BAUDELOT, Christian, op. cit., p

17 directrice, entre dans la classe, etc. Tout ce qui renforce ce monde est encouragé, tout ce qui le menace est dénoncé et vilipendé. Il est favorable d aller à la chapelle aux récréations, de dire qu on fait «la prière du soir en famille» et qu on veut devenir religieuse, d avoir toujours un chapelet dans la poche, etc. Il est indésirable d apporter en classe des publications irréligieuses, de voir des filles de l école laïque, d aller au cinéma en dehors des séances scolaires, «de lire des romans-photos et d aller au bal public de la salle aux Poteaux, le dimanche l après-midi» (H, p. 90). L école agit sur un grand nombre de domaines de la vie de ses élèves : le respect pour les adultes, l hygiène, la lecture, les amitiés avec les autres filles, les activités du temps libre, la vocation future, etc. Il n est pas question des recommandations mais du contrôle strict (voir p. 4) des comportements et des attitudes. Elle considère l école catholique comme un symbole «de la vérité et de la perfection, de la lumière» (H, p. 85). La religion est la forme de son existence. La prière est le remède universel pour toutes les maladies, l instrument du changement personnel, la solution de toutes les difficultés et la manière de résister à la tentation. Pour sa mère, la religion fait partie de tout ce qui est élevé «le savoir, la culture, la bonne éducation» (H, p. 108). Et pour Anne sa mère incarne la religion. Sans aucun doute la mère représente l exemple à suivre pour sa fille. L autre monde, l école laïque, est celui de l erreur, de l étrangeté et du mal. Son nom n est prononcé que très rarement, l école catholique fait tout pour s en distinguer. Tout en décrivant le milieu de l école catholique, l écrivain admet que l ambiance de ce monde idéal lui fait peur : Univers dont [...] la cohérence et la puissance me paraissent effrayantes. Pourtant je devais y vivre avec tranquillité, n en désirant pas d autre. Car ses lois étaient invisibles dans l odeur douce de nourriture et de cire flottant dans les escaliers, dans la rumeur des recréations, le silence traversé par les gammes d une leçon particulière de piano (H, p. 84). La description des relations avec ses camarades et les critères de leur classement suivent la reconstruction des lois sociales. Elle sépare les filles en deux groupes : «icrâneusesi» et «pas crâneuses». On voit que «le jugement spontané de la fille de 13

18 douze ans opère à partir des critères où la psychologie, le physique, le moral et le social sont étroitement confondus» 33 : Être crâneuse est un trait physique et social, détenu par les plus jeunes et mignonnes qui habitent le centre-ville, ont des parents représentants ou commerçants. Dans la catégorie des pas crâneuses figurent les filles de cultivateurs, internes, ou demi-pensionnaires venant à vélo de la campagne avoisinante, plus âgées, souvent redoublantes (H, p. 98). Après avoir présenté toutes les normes et valeurs de l école privée catholique, Annie trouve que elle est indigne «de son excellence et de sa perfection» (H, p. 116) et qu elle est rentrée dans la honte. Elle s aperçoit que sa famille n appartient plus «à la catégorie des gens corrects, qui ne boivent pas, s habillent proprement pour aller en ville» (H, p. 115). La scène du 22 juin, du retour à la maison, la nuit de dimanche, après la fête de la Jeunesse des écoles chrétiennes, fortifie sa conclusion : [...] ma mère est apparue dans la lumière de la porte, hirsute, muette de sommeil, dans une chemise de nuit froissée et tachée (on s essuyait avec, après avoir uriné). Mlle L. et ses élèves, deux ou trois, se sont arrêtées de parler. [...] Je venais de voir pour la première fois ma mère avec le regard de l école privée (H, p. 117). Comme si leur vraie façon de vivre a été révélée à travers l exposition du corps de sa mère dans sa chemise douteuse. Ici, la fonction du corps devient «la représentation de la position sociale d indignité mais aussi comme réceptacle durablement actif du sentiment de honte» 34. La conscience d indignité, augmentée par les regards des autres, crée le sentiment d appartenir au camp noté par «la violence, l alcoolisme ou le dérangement mental» (H, p. 116), et non plus au groupe des gens normaux. Plus tard elle ajoute : Tout de notre existence est devenu signe de honte. [...] Il était normal d avoir honte, comme d une conséquence inscrite dans le métier de mes parents, leurs difficultés d argent, leur passé d ouvriers, notre façon d être. Dans la scène du dimanche de juin. La honte est devenu 33 BAUDELOT, Christian, «Briser des solitudes...»: Les dimensions psychologiques, morales et corporelles des rapports de classe chez Pierre Bourdieu et Annie Ernaux, In: THUMEREL, Fabrice (Éd.): Annie Ernaux, une œuvre de l entre deux, Arras, Artois Presses Université 2004, p BAUDELOT, Christian, op. cit., p

19 un mode de vie pour moi. À la limite que je ne la percevais même plus, elle était dans le corps même (H, pp ). Elle estime la honte comme la marque caractéristique des gens appartenant à une certaine classe sociale. Elle se reflète dans le métier, le mode de vie, la quantité d argent; dans le corps lui-même. Comme si la honte procède du corps et se reflète par lui dans les autres activités. Perception de la fille dans la société Au moment où Mathieu la rejette avec mépris, elle est choquée par sa réaction car elle a considéré les garçons présenter et sentir les choses de la même façon qu elle. Pendant la socialisation d un enfant ses parents se conduisent différemment selon son sexe. Quant aux garçons, l activité, l initiative, même l agression sont renforcées. Les filles sont enseignées à être plus passives, obéissantes et émotionnelles. Une explication possible pourrait être donc l encouragement des caractéristiques distinctes selon le sexe d un enfant par la société. D autant plus l auteur remarque l existence des lois qu elle ne connaît pas et les deux mesures pour les garçons et pour les filles. Ce ne sont pas seulement les connaissances manquantes des autres, mais aussi d elle-même. Elle cherche comment traiter son propre corps : [Les moniteurs] avaient des règles aussi, je ne les connaissais pas. Je chialais sur mon vélo. C est trop dur d être hors d un code que je n avais jamais soupçonné. Est-ce qu il pouvait arriver des choses pareilles à un garçon, des filles acharnées, qui l humilieraient à le rendre fou, je ne pouvais pas imaginer. J ai commencé à penser qu il m a manqué un code, des règles, pas celles des parents ni de l école, des règles pour savoir quoi faire avec mon corps (C, p. 123). Après les expériences d été elle conclue que la relation garçon-fille, «c est du chiquéi» (C, p. 138). On peut voir comment tous ces événements ont changé son image des garçons-idéaux des romans. Elle apprend comment se conduire réellement avec les garçons, par exemple «qu ils n aiment pas qu on fasse leur éducation» (C, p. 140). La position de la femme dans la société est développée plus profondément dans L Événement. Sous la vision de la société, les filles sont divisées en deux catégories : les filles dont on ne sait pas si elles acceptent de coucher et celles qui ont déjà couché (E, p. 15

20 33). Dans cette époque-là «la distinction entre les deux importait extrêmement et conditionnait l attitude des garçons à l égard des filles» (E, p. 33). Avant, Anne appartenait à la catégorie des bonnes étudiantes, en ce moment-là elle se range à celle des filles aux abois. Sa gravidité prend les dimensions d un fiasco social. Anne considère sa grossesse non seulement comme un échec personnel, mais encore elle constate que c est un trait de sa classe sociale. Elle croît que l éducation ne peur changer le destin, au contraire, la pauvreté prédétermine les faits subséquents : Première à faire des études supérieures dans une famille d ouvriers et de petit commerçants, j avais échappé à l usine et au comptoir. Mais ni le bac ni la licence de lettres n avaient réussi à détourner la fatalité de la transmission d une pauvreté dont la fille enceinte était, au même titre que l alcoolisme, l emblème. J étais rattrapée par le cul et ce qui poussait en moi c était, d une certaine manière, l échec social (E, pp ). Selon Francise Dugast-Portes «autour de la grossesse illégitime, de l avortement se dessine un fonctionnement social particulièrement oppressant pour les femmes» 35. La société la rejette ou s étonne. L homme dont elle est enceinte est le seul qui ne paraît pas intéressé. Il appartient au Planning familial, une association militant en faveur de la maternité désirée, et les filles qui veulent avorter ne font partie de son cadre moral. Il veut rester au courant, savoir tout ce qui se passe, mais il ne peut pas moralement lui «prêter l argent pour avorter clandestinement» (E, p. 35). Les autres étudiants auxquels elle se confie restent fascinés et effrayés. Contrairement aux femmes, les hommes sont en général présentés très négativement. Il n y a que peu de personnes qui offrent leur aide ou leur solidarité. O., camarade d études, reste seule à côté d Anne au moment le plus difficile et improvise dans son rôle d une sage femme même si «par ses croyances et son idéal bourgeois O. n était par préparée à couper le cordon d un fœtus de trois mois» (E, p. 92). Mme P.-R., faiseuse d anges, fait son travail discrètement et rapidement et l accompagne à la gare après l intervention. La garde de nuit qui demande à Anne pourquoi elle n avait pas dit plus tôt qu elle était étudiante de la faculté des lettres, qu elle était comme le médecin, «de son monde à lui» (E, p. 100). Ils l auraient traitée autrement. 35 DUGAST-PORTES, Francine, Annie Ernaux: Étude de l œuvre, Paris, Bordas 2008, p

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud Thèmes : la famille, les rapports avec les autres. Parcours niveaux B1 : en bref Après une mise en route autour

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi Vivre avec soi Du même auteur aux Éditions J ai lu Papa, maman, écoutez-moi vraiment, J ai lu 7112 Apprivoiser la tendresse, J ai lu 7134 JACQUES SALOMÉ Vivre avec soi Chaque jour... la vie Les Éditions

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Unité 1. Au jour le jour

Unité 1. Au jour le jour Unité 1 Au jour le jour PARTIE 1 A Le français pratique Activité 1 Les parties du corps Identifiez les parties du corps puis faites correspondre les expressions 1 4 a Je mange b Je cours 2 5 c Je joue

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal Chanson Alex Beaupain Plus de peur que de mal Au premier toboggan 1 Déjà tu savais bien Les risques que l on prend Les paris 2 que l on tient Voler chez le marchand À vélo sans les mains Tirer 3 sur cette

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE Complément à la rencontre préparatoire GUIDE Dans le noir, je l entends qui m appelle ÉTAPE Qu est-ce que je vise dans cette rencontre? Permettre aux enfants d avoir une impression positive par rapport

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Laurent Bérubé, S.C.

Laurent Bérubé, S.C. ANNEXE II La mission aujourd hui Chapitre provincial, 3 e session 18 avril 2009 L ADOLESCENCE Laurent Bérubé, S.C. I. Profil «Ce qu il y a d émouvant avec les adolescents, c est que tout ce qu ils font,

Plus en détail

Là où vont nos pères1

Là où vont nos pères1 Là où vont nos pères1 Ces pages ne cherchent pas à servir de guide d interprétation pour cet album sans paroles. Chacun y cherchera et y trouvera des significations personnelles, des situations familières

Plus en détail

Charte de protection des mineurs

Charte de protection des mineurs «Mes enfants, soyez joyeux!» Charte de protection des mineurs Au sein de l Académie Musicale de Liesse Mise à jour août 2014 L ensemble des adultes intervenant au sein de l Académie Musicale de Liesse

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes

La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes Le mobbing n apparaît jamais subitement ni sans raison. Il s agit d un processus qui se développe lentement et n est souvent pas

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire.

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. Conseil général du Lot é t e r p o La pr chez l enfant s n a 6 à 0 de Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. La propreté, cela ne s apprend pas! Maman, je vais certainement te surprendre,

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée ARIANE ET SA VIE Elisabeth Vroege Ariane et sa vie Roman Editions Persée Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages et les événements sont le fruit de l imagination de l auteur et toute

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Règlement Intérieur du. Collège. Collège. Blanche de Castille. 1. Pédagogie. 2. Organisation. Calendrier scolaire. Horaires et ponctualité

Règlement Intérieur du. Collège. Collège. Blanche de Castille. 1. Pédagogie. 2. Organisation. Calendrier scolaire. Horaires et ponctualité Collège Blanche de Castille Règlement Intérieur du Collège 1. Pédagogie Le Collège Blanche de Castille est un collège privé catholique hors contrat. Son but est d éduquer toute la personne de l enfant

Plus en détail

D où viennent nos émotions

D où viennent nos émotions D où viennent nos émotions Il y a des émotions qui sont vraiment désagréables : l anxiété, la culpabilité, la colère, les grosses rages qui nous réveillent la nuit, la dépression, la tristesse, la peur,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Au temps des grands parents

Au temps des grands parents SEANCE 6 Evaluation SEANCE 5 La vie quotidienne d autrefois SEANCE 4 L école d autrefois SEANCE 3 Objets du présent et du passé (2) SEANCE 2 Objets du présent et du passé (1) SEANCE 1 Le temps qui passe

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail