Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspects pratiques de la pédagogie Pikler"

Transcription

1 Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois qui accueille des enfants depuis la fin du congé maternité jusqu à 2 ½ 3 ans et Grattapaille qui accueille des enfants de 2 1%2 à 6 ans. Nous avons organisé les groupes de façon à ce que chaque enfant se retrouve toujours avec les mêmes enfants dont le nombre correspond aux normes de l OAJE à savoir 5 enfants en nurserie, 7 chez les trotteurs, 10 chez les Moyens. Pour les écoliers, le partage se fait en fonction de l année scolaire dans laquelle se trouve chaque enfant. Deux éducatrices se partagent la journée, elles sont donc présentes seule dans le groupe d enfants, une stagiaire est également accueillie chez les Trotteurs, les Petits Moyens et les Ecoliers. Après cette brève présentation de Grattapaille, j entre dans le vif du sujet : je souhaite vous parler d une situation que toutes les équipes qui travaillent en relation avec les enfants en collectivité connaissent. Il s agit de l enfant qui perturbe, qui dérange, qui nous questionne. Mais avant de commencer je voudrais reprendre les facteurs qui parlent du climat thérapeutique de Lóczy que Maria Vincze, pédiatre qui a collaboré pendant de nombreuses années avec Emmi Pikler et Judit Falk, a énuméré. Sans prétendre nullement avoir un rôle de thérapeute, je pense que l organisation des lieux d accueil pensé par les équipes éducatives permet de viser un climat qui offre à l enfant la possibilité d évoluer dans une atmosphère propice à son développement, atmosphère calme et paisible. 1. Relation interpersonnelle stable et avec un nombre minimum de personnes dont une référente. 2. Soins de bonne qualité 3. Respect de l activité libre 4. Monde stable et prévisible pour permettre à l enfant de trouver ses repères dans l espace et dans le temps 5. Dans un cadre de liberté, des règles et des limites claires 6. Absence d agressivité des personnes adultes 7. Donner à l enfant le sentiment d être bon 8. Respect de la personnalité de l enfant Ces différents facteurs sont présents dans le lieu où je travaille et sont constamment des points de repère, même si on ne les nomme pas, dans les discussions que nous pouvons avoir concernant le quotidien que nous offrons à chaque enfant. Paola Biancardi - Lausanne 1

2 Né le , Jules fréquente Grattapaille depuis le mois d aout 2011, il avait donc 7 mois quand il est venu à la Nurserie de Sous-Bois. Son adaptation s est passée sans accros mais il y a eu un passage délicat lorsque sa mère, qui l élevait seule à ce moment-là, s est retrouvée sans travail. Déjà fragilisée par la séparation qu elle venait de vivre, elle a eu une période de dépression avec un suivi médical. C est durant cette période que Jules a manifesté un besoin d attention particulier en se tapant la tête régulièrement par terre ce qui lui provoquait des bleus sur le front. Nous avons dès lors rajouté des moments de relation individuelle : lors des repas par exemple, entre un enfant et l autre, l éducatrice, qui travaille par ailleurs seule avec un groupe de 5 bébés, prenait Jules dans les bras, passait un court instant avec lui, lui proposait à boire, lui essuyait le nez, lui nettoyait la bouche, et ceci dans l espace prévu à cet effet. Petit à petit Jules a diminué ce comportement négatif vis-à-vis de lui et, avec l acquisition de la position debout et de la marche, ce comportement a complètement disparu, laissant place, jusqu à vers les 2 ans1/2 à ce que j appellerais «le plaisir de la découverte de la grande motricité et de l espace». Mais la découverte de l espace terminait régulièrement par envahir l espace de l autre Nous ne sommes plus à la Nurserie mais chez les Trotteurs et là encore l équipe a réfléchi sur le comment permettre cette découverte à Jules tout en préservant l espace de chacun. Je précise ici que Jules est avec les mêmes enfants et avec les deux éducatrices de la Nurserie qui ont suivi le groupe. L aménagement de la salle a dès lors évolué vers la mise en place d espaces délimités où chaque enfant pouvait, selon ses besoins, se retirer du groupe. Pour les deux éducatrices référentes du groupe ça été une période délicate où il leur a fallu puiser dans leurs ressources pour garder le plaisir sincère, pour citer Eva Kallo, plaisir sincère à être avec Jules. En parlant justement d Eva Kallo, pédagogue pendant de nombreuses années à l Institut Pikler, c est durant cette période donc qu une formation pour l ensemble de l équipe de Grattapaille a été organisée : est venue pendant cette période effectuer des observations dans chaque groupe, observations qui étaient ensuite discutées avec les éducatrices concernées afin de trouver des pistes pour améliorer la qualité d accueil. Nous ne lui avions pas parlé particulièrement de Jules mais, dans une de ses observations, elle avait relevé sa qualité de jeu lié l expérience de l espace! Paola Biancardi - Lausanne 2

3 En effet elle observée que, lorsque Jules lançait des objets, non seulement il mesurait l espace qui était devant lui en les lançant en avant mais également l espace arrière, il lançait l objet, restait immobile jusqu à entendre le bruit de l objet touchant le sol, allait le rechercher et recommençait. Ce n était pas, comme un regard rapide pouvait le laisser supposer, lancer pour lancer, le projet pour une découverte de l espace était bien évident. Elle est donc arrivée à donner une autre vision de Jules, celle d un enfant doté de compétences, ayant un bon développement moteur et d une très bonne adresse. A partir de là, les éducatrices se sont appuyées sur cette vision positive de Jules et, même s il n était pas toujours facile de garder cet état d esprit, ces observations ont contribué à retrouver le plaisir sincère à passer des moments en sa compagnie. Avec la rentrée scolaire, en août 2013, Jules avec l ensemble du groupe des Trotteurs, a changé d endroit pour être accueilli à Grattapaille. Nouvel endroit, nouvelles éducatrices, quelques nouveaux enfants. Nous savions que pour Jules cette transition pouvait le rendre vulnérable malgré la présence des enfants avec lesquelles il était depuis 2 ans et qu il connaissant bien. Nos craintes ont été justifiées ce d autant qu un nouvel enfant qui a commencé à fréquenter Grattapaille au mois de septembre a montré des signes évidents de sa difficulté à quitter sa maman : hurler, taper, Jules a commencé à son tour à crier et pousser, l ambiance dans le groupe d enfants a vite dégénéré vers une ambiance tendue et électrique. Les deux éducatrices référentes pour ce groupe se sont vite épuisées ne trouvant pas le moyen de venir en aide aux deux enfants, le souhait aurait été un suivi psychologique. Me référant plutôt au climat thérapeutique dont j ai parlé plus avant, ayant une des deux éducatrices absente pour des raison de santé, et étant encore en début d années scolaire, j ai profité pour changer les tandems éducatifs, le nouveau tandem a été formé par l éducatrice remplaçante (qui a été engagée fixe par la suite dans ce même groupe) et une des éducatrices plus expérimentée de Grattapaille. Leur façon d être, empreinte de bienveillance vis-à-vis des deux enfants et montrant une attitude de soutien aux compétences de chaqu un d eux, leur a permis petit à petit de ressentir la sécurité nécessaire pour trouver et retrouver leur place au sein du groupe : un réaménagement des moments forts comme le repas et la sieste ont eu lieu : normalement, les deux groupes des Moyens mangent en même temps dans la salle à manger de Grattapaille. Nous avons donc 20 enfants répartis en 3 tables, toujours les mêmes enfants à la même table accompagnés par leur éducatrice de référence. La présence de la stagiaire et quelques remaniement d horaires nous ont permis d offrir à Jules et à son ami d infortune la possibilité de manger les deux ensemble Paola Biancardi - Lausanne 3

4 avec leur éducatrice (en l occurrence toujours la même) qui les accompagnait ensuite à la sieste dans une salle uniquement pour eux, salle destinée habituellement aux adultes! Cette attention particulière a participé dans l évolution positive pour l intégration des deux enfants au sein du groupe et a pu tranquilliser Jules quant à la place qu il n avait pas perdu malgré le changement de lieu. Mais ce qui reste le plus important c est le regard bienveillant que les éducatrices ont porté sur chaque enfant, la reconnaissance de leur compétence. Je peux dire que la référence à Maria Vincze nous a beaucoup aidées, si je reprends quelques-uns de ses items : Relation interpersonnelle stable et avec un nombre minimum de personnes dont une référente : nous avons offert à Jules (et aux autres enfants de son groupe bien sûr) la possibilité d avoir les deux mêmes éducatrices durant ses deux années à Sous-Bois et les deux mêmes éducatrices durant ses deux années à Grattapaille. Soins de bonne qualité : les moments de change et de repas individuels ont toujours présenté une forme de dialogue où Jules avait aussi la possibilité d initier les actes et où l éducatrice restait attentive aux manifestations diverses que Jules pouvait montrer et sur lesquelles elle pouvait y mettre des mots et un sens. A son arrivée à Grattapaille, l organisation pour les repas et la sieste a été aménagée de façon à offrir à Jules une relation personnalisée même si plus individuelle Respect de l activité libre : aménagement de l espace de façon à ce que chaque enfant puisse évoluer selon ses besoins et ses intérêts sans interférer dans la sécurité et le bien-être de l autre Photos Jules qui joue Eprouver le sentiment d être bon et Respect de la personnalité de l enfant : ces deux items me paraissent encore plus essentiels lorsqu on parle de la bienveillance que l adulte doit éprouver à l égard de chaque enfant qu il accueil. C est à ce niveau peut-être qu on peut dire que ce n est pas l enfant qui doit s adapter au lieu d accueil mais le lieu d accueil qui est attentif à la façon dont il peut répondre au mieux aux besoins de chaque enfant accueilli, revoir son organisation, la stabilité qu il peut offrir, les rituels qu il peut proposer Il y a bien sûr les aspects liés à l aménagement de l espace, à l organisation du déroulement de la journée, le soutien de l équipe et de la direction, le projet pédagogique cohérent pour l ensemble du CVE, la formation continue mais, au Paola Biancardi - Lausanne 4

5 risque de me répéter, pour moi la condition principale qui tend vers un accueil de qualité est ce regard bienveillant que l adulte porte à chaque enfant. Je remercie les deux équipes, de Sous-Sois et de Grattapaille pour la réflexion qu elles ont menées, réflexion qui a permis en particulier à Jules d avoir sa place au sein de notre collectivité. Paola Biancardi - Lausanne 5

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire Rentrée 2015 Charte du restaurant scolaire Délibération du conseil municipal du 22 mai 2014 Mairie de Marcy L étoile Préambule Merci de bien vouloir prendre connaissance en famille, avec vos enfants, du

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Mission de l'institution

Mission de l'institution Fondation Communale du Grand-Saconnex pour la Petite Enfance Mission de l'institution Offrir aux parents un mode de garde en dehors du lieu familial et ceci dès la fin du congé maternité jusqu à l entrée

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Un livret, pour qui? Ce livret est destiné aux parents et futurs parents qui souhaitent trouver un mode de garde

Plus en détail

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon)

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) 12/06/2013 Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr This document

Plus en détail

Politique du sommeil

Politique du sommeil Politique du sommeil Centre de la Petite Enfance Beauce-Sartigan Politique du sommeil Novembre 2012 Objectif; L objectif de cette politique est de guider le personnel éducateur et d informer les parents

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

Pourquoi consomme-t-on de l alcool? Raisons et motifs

Pourquoi consomme-t-on de l alcool? Raisons et motifs Les jeunes et l alcool Cahier 6 Un outil pédagogique destiné aux enseignant-e-s du degré secondaire avec suggestions d animation Pourquoi consomme-t-on de l alcool? Raisons et motifs «Pourquoi une personne

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES CIVEMS Bâtiment administratif de la Pontaise Avenue des Casernes 2 1014 Lausanne EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES Document officiel Par CFE Doc n 0050 T + 41 21 316 52 68 F + 41

Plus en détail

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire.

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. Conseil général du Lot é t e r p o La pr chez l enfant s n a 6 à 0 de Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. La propreté, cela ne s apprend pas! Maman, je vais certainement te surprendre,

Plus en détail

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Présentation conceptualisée par Lise Paiement du projet Pédagogie culturelle et animée par Marc Lauzon Juin 2008

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

LES ÉTAPES DE RELAXATION

LES ÉTAPES DE RELAXATION LES ÉTAPES DE RELAXATION 1. Consacrez-vous les 20 prochaines minutes en vous donnant la permission de prendre du temps pour vous-mêmes. 2. Ne pensez pas à vos soucis vous n avez pas besoin de faire quoique

Plus en détail

QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE

QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE 1 QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE 4 BIS RUE DE PARIS 94470 BOISSY ST LEGER 01 45 95 42 47 moniqueprudet@aol.com 2 MA GENESE : Je suis devenue assistante sociale non par

Plus en détail

2013 2014 LIVRET D ACCUEIL CANTINE - GARDERIE

2013 2014 LIVRET D ACCUEIL CANTINE - GARDERIE 2013 2014 LIVRET D ACCUEIL CANTINE - GARDERIE Chers parents, L éducation de vos enfants est une priorité. Ce domaine représente une part importante de nos investissements financiers. Votre ou vos enfants

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Naître à l hôpital Daler

Naître à l hôpital Daler Naître à l hôpital Daler Sommaire Se préparer à la naissance 5 Quand se rendre à la maternité 6 Il faut prendre avec vous 8 L heure est arrivée, la naissance 10 Votre séjour en maternité 15 Votre retour

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE

COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE MALA VOLERY COACH & THERAPEUTE J offre une formation ponctuelle ou continue pour chefs d'entreprise, cadres, enseignants, personnalités publiques. Le monde du

Plus en détail

4.1. Exercice pour mieux se connaître

4.1. Exercice pour mieux se connaître Fiche de travail 4.1 4.1. Exercice pour mieux se connaître Objectif: Trouver ou retrouver qui vous êtes. Identifier ce que vous aimez chez vous. 1 ère étape Compléter les phrases suivantes: 1. Ce que j'aime

Plus en détail

PROGRAMME DU GROUPE DES

PROGRAMME DU GROUPE DES VOUS PRÉSENTE LE PROGRAMME DU GROUPE DES TROTTEURS 14 places pour des enfants d environ 18 mois à 2 ans et demi Numéro direct : 021 312 86 76 0 L EQUIPE Présentation de l équipe Plan du groupe LE GROUPE

Plus en détail

crèche les petits lutins Exemple d une action pluridisciplinaire: Evaluation du risque TMS dans une crèche collective et familiale

crèche les petits lutins Exemple d une action pluridisciplinaire: Evaluation du risque TMS dans une crèche collective et familiale crèche les petits lutins Exemple d une action pluridisciplinaire: Evaluation du risque TMS dans une crèche collective et familiale 1 Origine de la demande Crèche : Nombreuses plaintes Nombreux petits arrêts

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

Bien vivre l ecole. Ce contrat appartient à..., classe de..., chez...

Bien vivre l ecole. Ce contrat appartient à..., classe de..., chez... Bien vivre l ecole Ce contrat appartient à.................., classe de............, chez................ DANS LA CLASSE RÈGLES DE VIE CONSÉQUENCES AGRÉABLES J ai un «point vert». RÉPARATION J ai un «point

Plus en détail

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris.

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. L ECOUTE ACTIVE DEFINITION L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. Ecouter c est donner à l autre de

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES Bonjour, Ce document présente les mémoires akashiques et les séances de lecture. Les mémoires sont un puissant outil de développement personnel et d évolution. Je fais

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Activité collaborative en ligne Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Objectifs et contexte Construire un cours de management d'équipe et communication MASTER 1 Management du Social et de la Santé Dispositif à

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs Guide du formateur Atelier 1 Objectifs Obtenir un premier contact avec le groupe; présenter la formation Jeune Leader; transmettre des connaissances de base en leadership; définir le modèle de leader du

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Dans le cadre du baromètre social institutionnel, vous avez la possibilité de poser quelques questions spécifiques à votre organisme et à

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DES PERIODES EN ALTERNANCE*

LIVRET DE SUIVI DES PERIODES EN ALTERNANCE* LIVRET DE SUIVI DES PERIODES EN ALTERNANCE* Année scolaire STAGIAIRE LIEU DE STAGE NOM : Prénom : Date de naissance : Classe : Collège : Tél. : NOM : Adresse : Tél. : Tuteur professionnel : Secteur professionnel

Plus en détail

CENTRE DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT ----- PROJET PÉDAGOGIQUE

CENTRE DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT ----- PROJET PÉDAGOGIQUE CENTRE DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT ----- PROJET PÉDAGOGIQUE SOMMAIRE INTRODUCTION.. page 3 I. LE CONTEXTE...4 II. LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES...5 III. L'ORGANISATION DU CENTRE DE LOISIRS..7 IV. LE RÔLE

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010)

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010) Guidé par un aveugle CFI / INJA CIRPP (18 février 2010) 3 projets pour le projet La junior entreprise L entreprenariat Guidé par un aveugle : 2-07-08 / 22-06-09 Intentions pédagogiques Apprend t-on à se

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Local de retrait PASS

Local de retrait PASS Local de retrait PASS PRINCIPE : (Programme Alternatif à la Suspension Scolaire PASS) Suite à un retrait de classe, l élève est avisé qu à sa réintégration au cours, il doit reprendre, pendant son temps

Plus en détail

Dossier pédagogique. Septembre 2002. Centre de la petite enfance La trotinette carottée

Dossier pédagogique. Septembre 2002. Centre de la petite enfance La trotinette carottée Dossier pédagogique Septembre 2002 Centre de la petite enfance La trotinette carottée TABLE DES MATIÈRES Page Accueillir un enfant Que pouvez-vous faire pour faciliter l intégration pour tout le monde?

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Vivre avec le VIH. Point de départ

Vivre avec le VIH. Point de départ Vivre avec le VIH Point de départ Vous venez d apprendre que vous avez le VIH et vous cherchez des repères? Nous pouvons vous aider. Voici quelques questions auxquelles vous trouverez réponse dans ce livret

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

MON GUIDE POUR MON RAPPORT

MON GUIDE POUR MON RAPPORT MON G U I D E P O U R M O N R A P P O R T 3 6 0 F E E D B A C K E N L I G NE La MON GUIDE POUR MON RAPPORT CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL? Joceline HAMON Ce guide vous aide

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE

PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE A/ LA STRUCTURE D ACCUEIL I La localisation II L Accueil de loisirs sans hébergement : LES LOULOUS DU PIC I La localisation L accueil de Loisirs se trouve dans la ville de Saint

Plus en détail

JEU DE DAMES INTERNATIONAL Acquérir quelques notions avant de commencer l initiation.

JEU DE DAMES INTERNATIONAL Acquérir quelques notions avant de commencer l initiation. Acquérir quelques notions avant de commencer l initiation. B Se 35 familiariser 40 / N 19 avec 39 le vocabulaire. Les cases du damier sont numérotées de 1 à 50 pour permettre l écriture, puis la lecture

Plus en détail

Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage?

Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage? Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage? Comment concilier au mieux les conditions de travail avec les libertés individuelles des salariés? Une telle question s avère souvent

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

* Source : le livre «Bébé en garderie»

* Source : le livre «Bébé en garderie» L intégration * Source : le livre «Bébé en garderie» Il est parfois difficile pour certains enfants de vivre l intégration en service de garde. Les pleurs de l enfant et l insécurité des parents nous amènent

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Le Thé ou l'electricité, de Jérôme le Maire (rencontre)

Le Thé ou l'electricité, de Jérôme le Maire (rencontre) Le Thé ou l'electricité, de Jérôme le Maire (rencontre) Entretiens avec Jérôme le Maire et Isabelle Truc, réalisateur et productrice du documentaire "Le thé ou l'électricité". Article d Amélie Navarro

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI La formation continue du Centre d Ouverture Psychologique Et Sociale (Copes) s adresse à tous les acteurs du champ médical, psychologique,

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Résonance magnétique (IRM)

Résonance magnétique (IRM) (IRM) Le médecin a prescrit une résonance magnétique (IRM) et vous vous demandez en quoi consiste cet examen. Afin de répondre à vos questions, voici quelques informations. But de l examen Les examens

Plus en détail

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école www.besafe.be Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Mons - Projet Bien-être à l école 1 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école SPF Intérieur

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

2 tournées dans cette dernière partie de l année : septembre et décembre.

2 tournées dans cette dernière partie de l année : septembre et décembre. Chers amis, Merci encore pour tous ces beaux et chaleureux échanges que nous avons eus avec vous lors des tournées d avril, de juin et de fin juillet /début août. Voici donc le programme des activités

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Charte de protection des mineurs

Charte de protection des mineurs «Mes enfants, soyez joyeux!» Charte de protection des mineurs Au sein de l Académie Musicale de Liesse Mise à jour août 2014 L ensemble des adultes intervenant au sein de l Académie Musicale de Liesse

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail