Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école"

Transcription

1 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Mons - Projet Bien-être à l école 1

2 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école SPF Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention Direction Sécurité locale intégrale 2014

3 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école I. Description de projet 4 A. Contexte 4 B. Fonctionnement 4 C. Objectifs 6 D. Groupe cible 6 II. Moyens 7 III. Evaluation 8 IV. Transposabilité 10 V. Plus d infos? 11 A. Personne de contact 11 B. Matériel de soutien 11

4 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école I. Description de projet A. Contexte Nous avions dans notre PSSP 1 l ambition d approcher le problème du racket. Comme les chiffres policiers étaient quasi insignifiants à ce sujet, nous avons décidé d élargir la problématique en pensant à sonder le sentiment de sécurité des élèves sur le chemin de l école. Dans ce cadre, une enquête anonyme a été réalisée en 2010 auprès des élèves concernant le racket et les menaces. B. Fonctionnement Afin d évaluer le sentiment de sécurité des élèves dans l environnement scolaire, une enquête a été élaborée pour toutes les écoles à Auderghem. Faisant suite à une enquête du Québec (Canada) sur le phénomène du racket, l enquête a été adressée aux élèves de la 6e année primaire et des 3 premières années de l enseignement secondaire. Sur la base de l analyse de l enquête, une série d actions ont été entreprises pour faire face aux problématiques qui ont été identifiées au moyen de l enquête. 1 Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention 4

5 A savoir : Orienter la présence des Gardiens de la Paix sur les lieux désignés comme problématiques lors des entrées et sorties d écoles, Interpeller les pouvoirs locaux et régionaux pour améliorer l éclairage, sécurité routière (signalisation),..des endroits désignés comme problématiques par l enquête, Retour des résultats vers les écoles par écoles pour les inviter à prendre contact avec le Service des Gardiens de la Paix s ils désirent des animations dans les classes sur le sujet, A la demande des parents, organiser des animations dans les écoles pour faire connaître le travail des Gardiens de la Paix et «enseigner» aux enfants de la tranche d âge les plus vulnérables les bons réflexes. Interpellation des acteurs publics s ils sont concernés par le sentiment d insécurité sur le chemin de l école (Ex : STIB). Dans le cadre des visites de projet, l attention a surtout été placée sur les sessions d animations dans les écoles. Après une courte présentation, les enfants ont été partagés en petits groupes et ont chacun reçu une photo. La photo décrit une des missions des gardiens de la paix. Les enfants doivent décrire le contenu de la photo et ils reçoivent ensuite une explication sur la mission du gardien de la paix (p. ex. pourquoi graventils les vélos, pourquoi travaillent-ils toujours à deux sur le terrain?). Ensuite, les élèves ont la possibilité de partager leurs propres expériences de situations où ils se sentent peu sûrs et de raconter aux autres COMMENT ils s en sont «sortis». Les ressources personnelles sont ainsi valorisées. Ensuite, ils sont informés qu ils peuvent toujours rechercher de l aide auprès des gardiens de la paix s ils ne se sentent pas en sécurité et conseillés, SI POSSIBLE dans la situation, de favoriser les ressources de proximité (parents d élèves qu ils connaissent, professeurs, ) car l utilisation de GSM pour appeler à aide, par exemple, ne crée aucunement une protection directe. Enfin, ils sont invités à toujours partager avec quelqu un de confiance ce qui a pu leur arriver sur le chemin de l école et qui les auraient mis mal à l aise... Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école 5

6 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école C. Objectifs Améliorer le sentiment de sécurité des élèves sur le chemin de l école. Conscientiser les parents sur les «dangers» potentiels et sonder leurs attentes par rapports à ceux-ci. Faire connaître les Gardiens de la Paix comme personnes ressources sur l espace public. Renforcer le potentiel des ressources personnelles ce chaque élève grâce à son imagination et au partage avec ses pairs. Encourager les contacts réels, immédiats par rapport à un potentiel danger. D. Groupe cible Le projet s adresse aux écoles et aux élèves à Auderghem. L enquête a été réalisée auprès des élèves de 5e et 6e primaire et les 3 premières années de l enseignement secondaire. Les animations dans les écoles ont lieu en 5e et 6e primaire, mais à terme, on souhaite les étendre à la première et deuxième année secondaire. 6

7 II. Moyens Partenaires : Les écoles (consultatif pour voir si les questions sont bien formulées, accepter de diffuser l enquête via les élèves et ouverture au suivi du projet par le biais d animations), L ESpas (Service d Accrochage Scolaire d Auderghem) (consultatif pour la formulation des questions, soutenant pour nous introduire au sein des écoles), Le SPF Intérieur (subsides), Le Collège Communal et l Echevin de l enseignement (accord pour le projet) 2 PMS (consultatif : Aide à la formulation des questions), Service Police Jeunesse (consultatif : Aide à la formulation des questions), Maison de la Prévention (apport d une stagiaire en criminologie pour analyse des résultats), Service des Gardiens de la Paix (distribution récupération des enquêtes, orientation et présence des Gardiens de la Paix sur le terrain). Coûts : Le coût fut celui de l impression de l enquête et de quelques photocopies de photos. (+/- 500 euros en tout). En personnel : Pour l analyse, nous avons eu le concours d une stagiaire en criminologie. Sinon, par an, il faut compter 30 heures de travail de la coordinatrice pour les animations (Niv. A) par année 60 heures pour les Gardiens de la Paix (Par 2 Niv E) et 12 heures par jour les jours d écoles, pour la présence des Gardiens de la Paix aux écoles et endroits identifiés comme sensibles. (Les heures aux endroits identifiés dépendent du nombre d écoles sur le territoire). Ce projet n est pas au maximum de son potentiel car il faudrait lui mobiliser plus de temps pour interpeller les écoles et assurer le suivi des «nouveaux» élèves annuellement puisqu il s ajuste aux classes de 5ième et 6ième primaire. Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école 7

8 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école III. Evaluation Le projet n a pas encore été formellement évalué, mais c est grâce à l analyse de l enquête que les animations ont eu lieu. Actuellement, les directions d institutions scolaires sont satisfaites, 2 établissements sur 3 ont déjà demandé que les animations se poursuivent en Points positifs / plus-value : Les sessions d animation se déroulent de manière interactive : lors de celles-ci, tous les élèves sont impliqués et il leur est demandé de réfléchir. La présence d un gardien de la paix constitue une plus-value pour visualiser le fonction et mettre en avant des exemples tirés de la pratique. La participation des élèves a, jusqu ici, été excellente. La partie «self-help» (conseils entre eux pour comment réagir face aux soucis rencontrés) est très intéressante! Le nombre d interpellations des Gardiens de la Paix pour dissuader sur le terrain les auteurs d incivilités et d «agression» et /ou racket sur les chemins des écoles ont nettement augmenté du fait qu ils sont,en général, au bon moment au bon endroit. Il en ressort que l adaptation de la permanence des gardiens de la paix aux moments et lieux les plus problématiques a eu de l effet. L initiative est bien accueillie par les écoles et les parents. Recommandations : Il peut être intéressant d approfondir le racket à l avenir lors des animations dans les écoles. Si on le fait, on doit toutefois veiller à ce que le sentiment d insécurité ne s accroit pas. Les animations ne sont pas adaptées pour chaque âge. Elles s adressent surtout aux enfants qui se rendent à l école sans accompagnement. En outre, ils doivent comprendre suffisamment la distinction entre fantaisie et réalité. D où le fait qu il est préférable de commencer ces animations à l avenir à partir de la 6e année. 8

9 L implication du personnel enseignant est actuellement très limitée. Il serait intéressant de les associer de manière plus active au projet. L information des parents peut également être intéressante pour ce projet pour éviter qu ils ne restent isolés du projet. Afin de pouvoir évaluer l effet des animations sur les élèves, il serait intéressant de leur faire remplir après l animation un questionnaire où il leur est demandé s ils se sentent plus en sécurité avec l information qu ils ont récoltées. Les photos qui sont utilisées pour impliquer les élèves aux sessions pourraient être élargies à un poster sur lequel différentes situations sont reprises afin d accroître la visibilité pour tous et comme rappel aux sessions. Une autre possibilité est l élaboration de courts-métrages qui abordent les missions des gardiens de la paix. Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école 9

10 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école IV. Transposabilité Si on tient compte d une série de points prioritaires, le projet est facilement transposable à d autres communes et zones de police. Points prioritaires : Il n est pas toujours évident de sensibiliser les enfants sans leur donner un sentiment d insécurité supplémentaire sur ce qui pourrait se produire. Il est préférable d en tenir compte au début d un projet. A la suite de l enquête, une série de difficultés liées à l environnement scolaire sont mises en avant comme un mauvais éclairage, une mauvaise signalisation, Dans la pratique, il n est pas toujours aussi évident de les adapter. Il suffit peut-être qu un seul gardien de la paix soit présent pour présenter la fonction. Une participation active du gardien de la paix constitue à cet égard une plus-value. Afin que ce projet puisse être repris par une autre commune, il est nécessaire que celle-ci dispose de gardiens de la paix. Les écoles doivent être ouvertes pour les sessions d animations. L importance de l animateur ne peut pas être sous-estimée afin de bien faire passer le message aux élèves. Pour l enquête, on doit tenir compte du fait que les élèves (et les parents) comprennent suffisamment toutes les questions. Pour la transposabilité du projet, on pourrait très bien «raccourcir» l enquête et faire confiance à l expertise des Gardiens de la Paix, qui connaissent le terrain, pour indiquer les endroits «délicats» lors des sorties d écoles. Les Gardiens de la Paix d Auderghem avaient déjà évoqué ces endroits avant les résultats de l enquête. Celle-ci a pu objectiver les lieux «sentis» comme sensibles ET mettre en évidence certains facteurs propices au sentiment dd insécurité. 10

11 V. Plus d infos? A. Personne de contact Bérengère LEFRANCQ, Coordinatrice des Gardiens de la Paix et Evaluatrice Interne Maison de la Prévention Avenue Schoofs 1, 1160 Auderghem Tél. : B. Matériel de soutien 5 photos couleurs format A4 pour les animations. Enquête (Nl et Fr) avec résumé (voir annexes). Mots clés Enquête, gardiens de la paix, sentiment d insécurité, élèves, Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Il est interdit de copier, extraire, diffuser ou modifier le contenu de ce projet sans l autorisation écrite du responsable de projet, sauf s il s agit d une utilisation à des fins strictement privées. 11

12 Pour plus d informations: Direction générale Sécurité et Prévention Boulevard de Waterloo 76 T Bruxelles F E.R.: Philip Willekens, Directeur général, Boulevard de Waterloo, Bruxelles

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo)

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) www.besafe.be Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) Mons - Projet Bien-être à l école 1 Eeklo Les écoles pour les jeunes les jeunes pour les écoles (projet JoJo) SPF

Plus en détail

ENQUÊTE À PROPOS DU SENTIMENT DE SECURITE DE L ENFANT, SUR LE CHEMIN DE SON ECOLE

ENQUÊTE À PROPOS DU SENTIMENT DE SECURITE DE L ENFANT, SUR LE CHEMIN DE SON ECOLE ENQUÊTE À PROPOS DU SENTIMENT DE SECURITE DE L ENFANT, SUR LE CHEMIN DE SON ECOLE Bonjour. Voici un questionnaire anonyme pour lequel nous demandons la participation des élèves de 6 ème primaire, 1 ère,

Plus en détail

Mons - Projet Bien-être à l école. www.besafe.be. SPF Intérieur. Contrôle d accès dans les écoles

Mons - Projet Bien-être à l école. www.besafe.be. SPF Intérieur. Contrôle d accès dans les écoles www.besafe.be SPF Intérieur Contrôle d accès dans les écoles Mons - Projet Bien-être à l école 1 SPF Intérieur Contrôle d accès dans les écoles SPF Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention Direction

Plus en détail

www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion

www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion Introduction Les services de police doivent pouvoir réagir efficacement à tout appel d urgence. C est pourquoi

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE POLITIQUE N o 21 POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Adoptée le 4 mai 2010 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 4 mai 2010 (CA-10-05-04-06) Cégep de Drummondville

Plus en détail

Quoi faire si votre enfant fugue

Quoi faire si votre enfant fugue Aide-mémoire pour les parents à la recherche d un enfant disparu : Quoi faire si votre enfant fugue La liste de questions suivantes a été préparée pour vous aider à décider des étapes à suivre pour retrouver

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre?

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? En ce qui concerne le champ d application de la loi : Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? La commune n est pas obligée

Plus en détail

PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL DE GREZ-DOICEAU. Compte-rendu du groupe de travail «Environnement et logement»

PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL DE GREZ-DOICEAU. Compte-rendu du groupe de travail «Environnement et logement» PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL DE GREZ-DOICEAU Compte-rendu du groupe de travail «Environnement et logement» Présent(e)s : Maitre d ouvrage Luc Coisman - Echevin Caroline Theys Coordinatrice

Plus en détail

Qu en est-il de la prévention liée au phénomène des cambriolages d habitations privées?

Qu en est-il de la prévention liée au phénomène des cambriolages d habitations privées? Qu en est-il de la prévention liée au phénomène des cambriolages d habitations privées? Introduction : «Les cambriolages dans les résidences sont l un des délits les plus fréquents quel que soit le pays

Plus en détail

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation Analyse du sondage A. Les problématiques Les personnes sondées ont été questionnées sur divers problèmes et un classement a été établi sur base de ce qu elles considèrent être la problématique la plus

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

Projet d efficacité énergétique pour les villes. Appel à manifestation d intérêt

Projet d efficacité énergétique pour les villes. Appel à manifestation d intérêt Projet d efficacité énergétique pour les villes Appel à manifestation d intérêt TABLE DES MATIERES 1. Présentation synthétique du projet d efficacité énergétique pour les villes...3 1.1. Principaux objectifs...3

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Enquête sur la prévention incendie dans les habitations belges

Enquête sur la prévention incendie dans les habitations belges Enquête sur la prévention incendie dans les habitations belges Conference 24-11-2010 Rapport d enquête sur la prévention incendie dans les habitations belge Introduction Dans le cadre du "Plan National

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse LA VICE-PREMIERE MINISTRE, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L EGALITE DES CHANCES Bruxelles, le 13 mars 2014 Communiqué de presse Augmentation de la sécurité dans les transports en commun bruxellois : des

Plus en détail

Renforcement de la sécurité dans les transports en commun à Bruxelles

Renforcement de la sécurité dans les transports en commun à Bruxelles Renforcement de la sécurité dans les transports en commun à Bruxelles I. Introduction L accord du gouvernement fédéral, la note de politique générale de la Ministre de l intérieur et le Plan national de

Plus en détail

1.4.Combien de personnes, vous compris(e), composent votre ménage?

1.4.Combien de personnes, vous compris(e), composent votre ménage? 1. DONNÉES PERSONNELLES (anonymat garanti) 1.1. Quel âge avez-vous? moins de 15 ans 15-24 ans 25-34 ans 35-49 ans 50-64 ans 65 ans et plus 1.2. Vous êtes un homme une femme 1.3. Vous êtes de nationalité

Plus en détail

vant 10 ans, un enfant est incapable d assurer sa sécurité sur la voie publique. Il n est pas un adulte en miniature. Il ne réagit pas comme nous.

vant 10 ans, un enfant est incapable d assurer sa sécurité sur la voie publique. Il n est pas un adulte en miniature. Il ne réagit pas comme nous. vant 10 ans, un enfant est incapable d assurer sa sécurité sur la voie publique. Il n est pas un adulte en miniature. Il ne réagit pas comme nous. Même s il est initié à la sécurité routière par ses parents

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Politique. d utilisation de Facebook

Politique. d utilisation de Facebook Politique d utilisation de Facebook Adoptée par le Conseil d administration, le 20 septembre 2012 Table des matières Préambule 3 Ce qui amène la TROCL sur Facebook 4 Qui est sur Facebook actuellement?

Plus en détail

5 bonnes pratiques. Crédit fair-play 2006-2007

5 bonnes pratiques. Crédit fair-play 2006-2007 5 bonnes pratiques Crédit fair-play 2006-2007 Crédit fair-play 2006-2007 5 bonnes pratiques 1. KVC WINGENE (2 e prov. A) Ketfootplus ; 2. STANDARD DE LIEGE Supporters et fans responsables pour que le match

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

BILAN FORUM SANTE «Prends soin de toi» Lycées Dessaignes et Delaunay, 15 et 16 mars 2012

BILAN FORUM SANTE «Prends soin de toi» Lycées Dessaignes et Delaunay, 15 et 16 mars 2012 BILAN FORUM SANTE «Prends soin de toi» Lycées Dessaignes et Delaunay, 15 et 16 mars 2012 Le projet de Forum Santé Jeunes, initié en 2009 au Bureau Information Jeunesse, a évolué, pour aujourd hui être

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

MON ÉCOLE À PIED, À VÉLO! Plan de déplacement

MON ÉCOLE À PIED, À VÉLO! Plan de déplacement MON ÉCOLE À PIED, À VÉLO! Plan de déplacement École des Brise-Vent Saint-Thomas-de-Joliette Étude complétée par Mathieu Martineau Juillet 2011 Partenaire régional de Vélo Québec TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS...

Plus en détail

REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE

REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE Ecole des sciences criminologiques Léon Cornil REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE Les objectifs pédagogiques du stage Le stage en criminologie est obligatoire. Il répond à l intérêt constant de la formation

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

IV. Pour vous, expert juridique

IV. Pour vous, expert juridique www.besafe.be IV. Pour vous, expert juridique Le cadre juridique Les références réglementaires sont à jour au 31 décembre 2010. SOMMAIRE I. Pour vous, bourgmestre: Questions sur la surveillance par caméras

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

COMU 2252 - Séminaire de relations publiques et de communication d entreprise

COMU 2252 - Séminaire de relations publiques et de communication d entreprise Département de communication COMU 2252 - Séminaire de relations publiques et de communication d entreprise Proposition d action de communication Garcia Hernandez Alberto Keen Juliette Moerman Aurore Motin

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux Modèle de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux COMPOSANTES CENTRALES DU MODÈLE DE L USAID Le concept original des soins après avortement a été articulé pour la première fois

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d étude pour le projet d aménagement de la place Numa-Droz

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d étude pour le projet d aménagement de la place Numa-Droz INFRASTRUCTURES ET ENERGIE 10-016 Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d étude pour le projet d aménagement de la place Numa-Droz (Du 18 août 2010) Madame la

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Tandem Montréal Pour une approche communautaire en prévention de la criminalité

Tandem Montréal Pour une approche communautaire en prévention de la criminalité Tandem Montréal Pour une approche communautaire en prévention de la criminalité Table des matières UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE LA MUNICIPALITÉ AU CŒUR DE LA PRÉVENTION UN INVESTISSEMENT RENTABLE 3 UNE

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE ATELIER PHILO COMPRENDRE LES ENJEUX ANIMATION STIB APPRÉHENDER LA RÉALITÉ DE TERRAIN TRAVAIL DE CRÉATION FIXER LES NOTIONS ACQUISES MOMENT DE CLÔTURE SE RETROUVER

Plus en détail

PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD

PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD Face à la recrudescence des cambriolages et des vols à main armée, notamment à l'encontre des commerçants, le 25 septembre 2013,

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Conseil de participation de l Athénée Fernand Blum

Conseil de participation de l Athénée Fernand Blum Conseil de participation de l Athénée Fernand Blum Procès-verbal de la réunion du 09 octobre 2008 Titre Nom Prénom Parents Madame ABRASSART Françoise Présente Madame DOBRA Zyhra Présente Monsieur THOMMERET

Plus en détail

La réforme des 2012-2014

La réforme des 2012-2014 La réforme des 2012-2014 Éditorial p 3 Une réforme au bénéfice des enfants p 4 La méthode nantaise : la concertation et le dialogue p 6 Les nouveaux rythmes de la rentrée 2013 p 8 Évaluation de la réforme

Plus en détail

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Synthèse Bien que les comportements suicidaires représentent un problème majeur de santé

Plus en détail

Cette réflexion peut s inscrire dans une démarche globale d éducation à la citoyenneté.

Cette réflexion peut s inscrire dans une démarche globale d éducation à la citoyenneté. Circulaire n 4214 du 13/11/2012 Campagne nationale d information sur le risque Seveso (risques industriels majeurs) du Centre de crise (SPF Intérieur) Réseaux et niveaux concernés Destinataires de la circulaire

Plus en détail

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière Plan d action sécurité routière Table ronde contre l insécurité routière Objectif : combattre l insécurité routière durablement Vision Zéro Zéro mort Zéro blessé grave 2 Plan d action «sécurité routière»

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Christel Defever Marie-Rose Broucker. Service de la Politique criminelle

Christel Defever Marie-Rose Broucker. Service de la Politique criminelle Rapport - Analyse des questionnaires relatifs au traitement judiciaire des accidents de la route ayant entraîné la mort et /ou provoqué des blessures graves - Synthèse Christel Defever Marie-Rose Broucker

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

PROGRAMME DE LÉGISLATURE

PROGRAMME DE LÉGISLATURE COMMUNE DE SAINT-SULPICE MUNICIPALITÉ PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Saint-Sulpice, le 13 février 2012 - 2 - MUNICIPALITÉ DE SAINT-SULPICE PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Préambule Conformément

Plus en détail

12 trucs et astuces de communication pour le conseiller en prévention vol. La communication: la clé par excellence pour s introduire chez le citoyen

12 trucs et astuces de communication pour le conseiller en prévention vol. La communication: la clé par excellence pour s introduire chez le citoyen 12 trucs et astuces de communication pour le conseiller en prévention vol La communication: la clé par excellence pour s introduire chez le citoyen Introduction La fonction de conseiller en prévention

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Démontrer des capacités de pensée critique et d analyse. Comprendre la valeur des sources primaires dans les recherches en histoire

Démontrer des capacités de pensée critique et d analyse. Comprendre la valeur des sources primaires dans les recherches en histoire Unité 1 - Documents de source primaire et littératie visuelle Introduction: Les photographies et les documents de source primaire du site Web Les Liens qui unissent sont utilisés dans cette section afin

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

COMPTE RENDU DE REUNION Réunion Organisations syndicales Mise en place de l entretien professionnel et ESD. Mardi 28 avril 2015

COMPTE RENDU DE REUNION Réunion Organisations syndicales Mise en place de l entretien professionnel et ESD. Mardi 28 avril 2015 COMPTE RENDU DE REUNION Réunion Organisations syndicales Mise en place de l entretien professionnel et ESD Mardi 28 avril 2015 Etaient présents : Pour la DGSCGC : Mr Jean BENET, Mr Jean-Philippe VENNIN,

Plus en détail

Les véhicules électriques pour les flottes : attrayant?

Les véhicules électriques pour les flottes : attrayant? Les véhicules électriques pour les flottes : attrayant? Conclusions de la Plateforme Belge sur les Véhicules électriques, Be.eV#2, Bruxelles, le 17 janvier 2011. Deux types de flottes sont ici visées :

Plus en détail

Fiche de projet. Programme AGORA fiche HANDILAB 1 de 7

Fiche de projet. Programme AGORA fiche HANDILAB 1 de 7 Fiche de projet Cette fiche AGORA expose un projet de développement de base de données déposé par une institution publique fédérale (ou un ensemble d institutions publiques fédérales). Le projet requiert

Plus en détail

Le chat belge le plus célèbre

Le chat belge le plus célèbre Auteur Katarzyna Kornecka-Nalewajka LEÇON n 5 71 1. Katarzyna Kornecka-Nalewajka Lycée d Enseignement Général n 7 de Częstochowa VII LO im. Mikołaja Kopernika w Częstochowie www.kopernik.czest.pl Titre

Plus en détail

CONTRAT DE QUARTIER «Axe Louvain» PORTEUR DU PROJET

CONTRAT DE QUARTIER «Axe Louvain» PORTEUR DU PROJET CONTRAT DE QUARTIER «Axe Louvain» Nom du projet : Guichet mobile de promotion de l emploi Numéro du projet : Date : 17 juin 2013 réalisé par : Mission Locale de Saint-Josse-ten-Noode PORTEUR DU PROJET

Plus en détail

Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003

Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003 Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003 Table des matières Table des matières INTRODUCTION...1 BILAN DES ACTIVITÉS...2 1. La croissance des coûts en assurance

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/9/14 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 DÉCEMBRE 2013 Comité consultatif sur l application des droits Neuvième session Genève, 3 5 mars 2014 PROJET PILOTE VISANT À SENSIBILISER LE PUBLIC À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

Appel à projets Règlement pour l octroi des subsides

Appel à projets Règlement pour l octroi des subsides Appel à projets Règlement pour l octroi des subsides Dans le texte ci-après, sera dénommée «l opération» et l asbl demanderesse «l association». 1. Publics cibles de L opération a pour vocation statutaire

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer la formation Promouvoir la formation des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser»

Plus en détail

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Pourquoi mon enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Ce guide a été produit par le CAVAC de Laval avec la collaboration de la commission scolaire de Laval,

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

À la découverte de notre quartier

À la découverte de notre quartier Éveil au Langage et Ouverture à la Diversité Linguistique À la découverte de notre quartier 1/14 Résumé de la situation d apprentissage et d évaluation : Les élèves réalisent en équipe des affiches, murales

Plus en détail

1, 2, 3... soleil! Des itinéraires plus sûrs pour les élèves. Information aux enseignants

1, 2, 3... soleil! Des itinéraires plus sûrs pour les élèves. Information aux enseignants Information aux enseignants Des itinéraires plus sûrs pour les élèves 1, 2, 3... soleil! Les enfants se déplacent souvent à pied ou à vélo et ainsi deviennent en quelque sorte des experts de la circulation.

Plus en détail

Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre. Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles

Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre. Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles Les mains propres sauvent les vies Journée Mondiale du Lavage des Mains Comment et pourquoi mener cette

Plus en détail

RAPPORT N 11.523 CP CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE CONTRAT LOCAL DE SECURITE COMMUNE DE SURESNES

RAPPORT N 11.523 CP CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE CONTRAT LOCAL DE SECURITE COMMUNE DE SURESNES RAPPORT N 11.523 CP CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE CONTRAT LOCAL DE SECURITE COMMUNE DE SURESNES ATTRIBUTION DE HUIT SUBVENTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D'UNE SUBVENTION D'INVESTISSEMENT

Plus en détail

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Décharge de responsabilité : Le présent document est un guide en langage simple destiné à vous aider à mieux comprendre le Règlement sur les

Plus en détail

Déclaration électronique de votre système d alarme

Déclaration électronique de votre système d alarme Déclaration électronique de votre système d alarme La réglementation dans le secteur de la sécurité a été modifiée par l arrêté royal du 25 avril 2007 fixant les conditions d installation, d entretien

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Séminaire du CEDIS 30 juin 2013

Séminaire du CEDIS 30 juin 2013 Séminaire du CEDIS 30 juin 2013 Intervention Atelier 3 : De la sécurité publique à la tranquillité publique : vers une évolution des politiques de prévention et de lutte contre la délinquance Objectifs

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Inventaire. des signaux routiers SIGNALER MOINS MAIS MIEUX. avril 2007

Inventaire. des signaux routiers SIGNALER MOINS MAIS MIEUX. avril 2007 4 SIGNALER MOINS MAIS MIEUX avril 2007 Inventaire des signaux routiers Pour pouvoir gérer correctement la signalisation routière, le gestionnaire de la voirie doit avoir un bon aperçu de la tâche qui lui

Plus en détail

Au niveau des recettes :

Au niveau des recettes : Extrait du bulletin communal de décembre 2013 Au cours de sa séance du 23 octobre 2013, le conseil communal a examiné et approuvé à l unanimité la seconde modification budgétaire de l année. 1. Budget

Plus en détail

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en Introduction Programme d éducation pour la santé, de prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Programme destiné à développer la prévention auprès des jeunes scolarisées, réduire les

Plus en détail

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive note d informationnovembre 13.26 En 2013, 93 % des collégiens se déclarent satisfaits du climat scolaire de leur établissement. C est à peu près autant qu en 2011 lors de la première édition de l enquête.

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

La sécurité est au centre.

La sécurité est au centre. Kreisel_F.qxp 16.6.2006 14:14 Uhr Seite 2 Ralentir. Accorder la priorité. Rouler l un derrière l autre. Et la sécurité au giratoire est assurée. www.ate.ch Association Transports et Environnement Case

Plus en détail

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR Piétons Les causes possibles d'accidents impliquant des piétons et des véhicules sont bien connues. La négligence, l'inattention

Plus en détail

Protection de l'adulte et de l'enfant Point Rencontre de Bienne PRB. Règlement

Protection de l'adulte et de l'enfant Point Rencontre de Bienne PRB. Règlement Protection de l'adulte et de l'enfant Point Rencontre de Bienne PRB Règlement Le Point Rencontre de Bienne (PRB) est une structure organisée et gérée par le département de la Protection de l'adulte et

Plus en détail

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise 7 choses qu un parent néo-canadien devrait savoir sur l éducation canadienne avant de choisir une école pour son enfant PPE Choisir l éducation de langue française car il s agit de l identité, de la vie

Plus en détail

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre.

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre. UE Atelier B Deux groupes de stagiaires ont suivi les exposés sur les séquences pédagogiques. Les échanges ont principalement porté sur les apports notionnels (quelles notions aborder), le bornage (jusqu

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail