Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école"

Transcription

1 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Mons - Projet Bien-être à l école 1

2 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école SPF Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention Direction Sécurité locale intégrale 2014

3 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école I. Description de projet 4 A. Contexte 4 B. Fonctionnement 4 C. Objectifs 6 D. Groupe cible 6 II. Moyens 7 III. Evaluation 8 IV. Transposabilité 10 V. Plus d infos? 11 A. Personne de contact 11 B. Matériel de soutien 11

4 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école I. Description de projet A. Contexte Nous avions dans notre PSSP 1 l ambition d approcher le problème du racket. Comme les chiffres policiers étaient quasi insignifiants à ce sujet, nous avons décidé d élargir la problématique en pensant à sonder le sentiment de sécurité des élèves sur le chemin de l école. Dans ce cadre, une enquête anonyme a été réalisée en 2010 auprès des élèves concernant le racket et les menaces. B. Fonctionnement Afin d évaluer le sentiment de sécurité des élèves dans l environnement scolaire, une enquête a été élaborée pour toutes les écoles à Auderghem. Faisant suite à une enquête du Québec (Canada) sur le phénomène du racket, l enquête a été adressée aux élèves de la 6e année primaire et des 3 premières années de l enseignement secondaire. Sur la base de l analyse de l enquête, une série d actions ont été entreprises pour faire face aux problématiques qui ont été identifiées au moyen de l enquête. 1 Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention 4

5 A savoir : Orienter la présence des Gardiens de la Paix sur les lieux désignés comme problématiques lors des entrées et sorties d écoles, Interpeller les pouvoirs locaux et régionaux pour améliorer l éclairage, sécurité routière (signalisation),..des endroits désignés comme problématiques par l enquête, Retour des résultats vers les écoles par écoles pour les inviter à prendre contact avec le Service des Gardiens de la Paix s ils désirent des animations dans les classes sur le sujet, A la demande des parents, organiser des animations dans les écoles pour faire connaître le travail des Gardiens de la Paix et «enseigner» aux enfants de la tranche d âge les plus vulnérables les bons réflexes. Interpellation des acteurs publics s ils sont concernés par le sentiment d insécurité sur le chemin de l école (Ex : STIB). Dans le cadre des visites de projet, l attention a surtout été placée sur les sessions d animations dans les écoles. Après une courte présentation, les enfants ont été partagés en petits groupes et ont chacun reçu une photo. La photo décrit une des missions des gardiens de la paix. Les enfants doivent décrire le contenu de la photo et ils reçoivent ensuite une explication sur la mission du gardien de la paix (p. ex. pourquoi graventils les vélos, pourquoi travaillent-ils toujours à deux sur le terrain?). Ensuite, les élèves ont la possibilité de partager leurs propres expériences de situations où ils se sentent peu sûrs et de raconter aux autres COMMENT ils s en sont «sortis». Les ressources personnelles sont ainsi valorisées. Ensuite, ils sont informés qu ils peuvent toujours rechercher de l aide auprès des gardiens de la paix s ils ne se sentent pas en sécurité et conseillés, SI POSSIBLE dans la situation, de favoriser les ressources de proximité (parents d élèves qu ils connaissent, professeurs, ) car l utilisation de GSM pour appeler à aide, par exemple, ne crée aucunement une protection directe. Enfin, ils sont invités à toujours partager avec quelqu un de confiance ce qui a pu leur arriver sur le chemin de l école et qui les auraient mis mal à l aise... Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école 5

6 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école C. Objectifs Améliorer le sentiment de sécurité des élèves sur le chemin de l école. Conscientiser les parents sur les «dangers» potentiels et sonder leurs attentes par rapports à ceux-ci. Faire connaître les Gardiens de la Paix comme personnes ressources sur l espace public. Renforcer le potentiel des ressources personnelles ce chaque élève grâce à son imagination et au partage avec ses pairs. Encourager les contacts réels, immédiats par rapport à un potentiel danger. D. Groupe cible Le projet s adresse aux écoles et aux élèves à Auderghem. L enquête a été réalisée auprès des élèves de 5e et 6e primaire et les 3 premières années de l enseignement secondaire. Les animations dans les écoles ont lieu en 5e et 6e primaire, mais à terme, on souhaite les étendre à la première et deuxième année secondaire. 6

7 II. Moyens Partenaires : Les écoles (consultatif pour voir si les questions sont bien formulées, accepter de diffuser l enquête via les élèves et ouverture au suivi du projet par le biais d animations), L ESpas (Service d Accrochage Scolaire d Auderghem) (consultatif pour la formulation des questions, soutenant pour nous introduire au sein des écoles), Le SPF Intérieur (subsides), Le Collège Communal et l Echevin de l enseignement (accord pour le projet) 2 PMS (consultatif : Aide à la formulation des questions), Service Police Jeunesse (consultatif : Aide à la formulation des questions), Maison de la Prévention (apport d une stagiaire en criminologie pour analyse des résultats), Service des Gardiens de la Paix (distribution récupération des enquêtes, orientation et présence des Gardiens de la Paix sur le terrain). Coûts : Le coût fut celui de l impression de l enquête et de quelques photocopies de photos. (+/- 500 euros en tout). En personnel : Pour l analyse, nous avons eu le concours d une stagiaire en criminologie. Sinon, par an, il faut compter 30 heures de travail de la coordinatrice pour les animations (Niv. A) par année 60 heures pour les Gardiens de la Paix (Par 2 Niv E) et 12 heures par jour les jours d écoles, pour la présence des Gardiens de la Paix aux écoles et endroits identifiés comme sensibles. (Les heures aux endroits identifiés dépendent du nombre d écoles sur le territoire). Ce projet n est pas au maximum de son potentiel car il faudrait lui mobiliser plus de temps pour interpeller les écoles et assurer le suivi des «nouveaux» élèves annuellement puisqu il s ajuste aux classes de 5ième et 6ième primaire. Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école 7

8 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école III. Evaluation Le projet n a pas encore été formellement évalué, mais c est grâce à l analyse de l enquête que les animations ont eu lieu. Actuellement, les directions d institutions scolaires sont satisfaites, 2 établissements sur 3 ont déjà demandé que les animations se poursuivent en Points positifs / plus-value : Les sessions d animation se déroulent de manière interactive : lors de celles-ci, tous les élèves sont impliqués et il leur est demandé de réfléchir. La présence d un gardien de la paix constitue une plus-value pour visualiser le fonction et mettre en avant des exemples tirés de la pratique. La participation des élèves a, jusqu ici, été excellente. La partie «self-help» (conseils entre eux pour comment réagir face aux soucis rencontrés) est très intéressante! Le nombre d interpellations des Gardiens de la Paix pour dissuader sur le terrain les auteurs d incivilités et d «agression» et /ou racket sur les chemins des écoles ont nettement augmenté du fait qu ils sont,en général, au bon moment au bon endroit. Il en ressort que l adaptation de la permanence des gardiens de la paix aux moments et lieux les plus problématiques a eu de l effet. L initiative est bien accueillie par les écoles et les parents. Recommandations : Il peut être intéressant d approfondir le racket à l avenir lors des animations dans les écoles. Si on le fait, on doit toutefois veiller à ce que le sentiment d insécurité ne s accroit pas. Les animations ne sont pas adaptées pour chaque âge. Elles s adressent surtout aux enfants qui se rendent à l école sans accompagnement. En outre, ils doivent comprendre suffisamment la distinction entre fantaisie et réalité. D où le fait qu il est préférable de commencer ces animations à l avenir à partir de la 6e année. 8

9 L implication du personnel enseignant est actuellement très limitée. Il serait intéressant de les associer de manière plus active au projet. L information des parents peut également être intéressante pour ce projet pour éviter qu ils ne restent isolés du projet. Afin de pouvoir évaluer l effet des animations sur les élèves, il serait intéressant de leur faire remplir après l animation un questionnaire où il leur est demandé s ils se sentent plus en sécurité avec l information qu ils ont récoltées. Les photos qui sont utilisées pour impliquer les élèves aux sessions pourraient être élargies à un poster sur lequel différentes situations sont reprises afin d accroître la visibilité pour tous et comme rappel aux sessions. Une autre possibilité est l élaboration de courts-métrages qui abordent les missions des gardiens de la paix. Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école 9

10 Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école IV. Transposabilité Si on tient compte d une série de points prioritaires, le projet est facilement transposable à d autres communes et zones de police. Points prioritaires : Il n est pas toujours évident de sensibiliser les enfants sans leur donner un sentiment d insécurité supplémentaire sur ce qui pourrait se produire. Il est préférable d en tenir compte au début d un projet. A la suite de l enquête, une série de difficultés liées à l environnement scolaire sont mises en avant comme un mauvais éclairage, une mauvaise signalisation, Dans la pratique, il n est pas toujours aussi évident de les adapter. Il suffit peut-être qu un seul gardien de la paix soit présent pour présenter la fonction. Une participation active du gardien de la paix constitue à cet égard une plus-value. Afin que ce projet puisse être repris par une autre commune, il est nécessaire que celle-ci dispose de gardiens de la paix. Les écoles doivent être ouvertes pour les sessions d animations. L importance de l animateur ne peut pas être sous-estimée afin de bien faire passer le message aux élèves. Pour l enquête, on doit tenir compte du fait que les élèves (et les parents) comprennent suffisamment toutes les questions. Pour la transposabilité du projet, on pourrait très bien «raccourcir» l enquête et faire confiance à l expertise des Gardiens de la Paix, qui connaissent le terrain, pour indiquer les endroits «délicats» lors des sorties d écoles. Les Gardiens de la Paix d Auderghem avaient déjà évoqué ces endroits avant les résultats de l enquête. Celle-ci a pu objectiver les lieux «sentis» comme sensibles ET mettre en évidence certains facteurs propices au sentiment dd insécurité. 10

11 V. Plus d infos? A. Personne de contact Bérengère LEFRANCQ, Coordinatrice des Gardiens de la Paix et Evaluatrice Interne Maison de la Prévention Avenue Schoofs 1, 1160 Auderghem Tél. : B. Matériel de soutien 5 photos couleurs format A4 pour les animations. Enquête (Nl et Fr) avec résumé (voir annexes). Mots clés Enquête, gardiens de la paix, sentiment d insécurité, élèves, Auderghem - Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Il est interdit de copier, extraire, diffuser ou modifier le contenu de ce projet sans l autorisation écrite du responsable de projet, sauf s il s agit d une utilisation à des fins strictement privées. 11

12 Pour plus d informations: Direction générale Sécurité et Prévention Boulevard de Waterloo 76 T Bruxelles F E.R.: Philip Willekens, Directeur général, Boulevard de Waterloo, Bruxelles

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo)

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) www.besafe.be Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) Mons - Projet Bien-être à l école 1 Eeklo Les écoles pour les jeunes les jeunes pour les écoles (projet JoJo) SPF

Plus en détail

Evere Projet Gestion des conflits

Evere Projet Gestion des conflits www.besafe.be Evere Projet Gestion des conflits Mons - Projet Bien-être à l école 1 Evere Projet Gestion des conflits SPF Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention Direction Sécurité locale intégrale

Plus en détail

ENQUÊTE À PROPOS DU SENTIMENT DE SECURITE DE L ENFANT, SUR LE CHEMIN DE SON ECOLE

ENQUÊTE À PROPOS DU SENTIMENT DE SECURITE DE L ENFANT, SUR LE CHEMIN DE SON ECOLE ENQUÊTE À PROPOS DU SENTIMENT DE SECURITE DE L ENFANT, SUR LE CHEMIN DE SON ECOLE Bonjour. Voici un questionnaire anonyme pour lequel nous demandons la participation des élèves de 6 ème primaire, 1 ère,

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation Analyse du sondage A. Les problématiques Les personnes sondées ont été questionnées sur divers problèmes et un classement a été établi sur base de ce qu elles considèrent être la problématique la plus

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Copy Stratégie. Marseille Provence Métropole 2014

Copy Stratégie. Marseille Provence Métropole 2014 Copy Stratégie Marseille Provence Métropole 2014 1 Bilan interne Points forts Points de progrès L annonceur - MPM est composée de 18 communes, ce qui permet une forte entraide et un budget global conséquent.

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

COMU 2252 - Séminaire de relations publiques et de communication d entreprise

COMU 2252 - Séminaire de relations publiques et de communication d entreprise Département de communication COMU 2252 - Séminaire de relations publiques et de communication d entreprise Proposition d action de communication Garcia Hernandez Alberto Keen Juliette Moerman Aurore Motin

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Analyse du projet de travail de rue : «Comète Atouts Jeunes» sur la zone quartier Decock

Analyse du projet de travail de rue : «Comète Atouts Jeunes» sur la zone quartier Decock Analyse du projet de travail de rue : «Comète Atouts Jeunes» sur la zone quartier Decock Atouts Jeunes AMO, Comète AMO, 26, avenue du Karreveld 9, rue de Soignies 1080 Molenbeek 1000 Bruxelles 02/410.93.84

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE» MODE D EMPLOI POUR DEPOSER LES CONTRIBUTIONS EN LIGNE SUR LE SITE INTERNET DE LA SFSP Les contributions

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en Introduction Programme d éducation pour la santé, de prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Programme destiné à développer la prévention auprès des jeunes scolarisées, réduire les

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL DE GREZ-DOICEAU. Compte-rendu du groupe de travail «Environnement et logement»

PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL DE GREZ-DOICEAU. Compte-rendu du groupe de travail «Environnement et logement» PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL DE GREZ-DOICEAU Compte-rendu du groupe de travail «Environnement et logement» Présent(e)s : Maitre d ouvrage Luc Coisman - Echevin Caroline Theys Coordinatrice

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE POLITIQUE N o 21 POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Adoptée le 4 mai 2010 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 4 mai 2010 (CA-10-05-04-06) Cégep de Drummondville

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE ATELIER PHILO COMPRENDRE LES ENJEUX ANIMATION STIB APPRÉHENDER LA RÉALITÉ DE TERRAIN TRAVAIL DE CRÉATION FIXER LES NOTIONS ACQUISES MOMENT DE CLÔTURE SE RETROUVER

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires :

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Ligue Cardiologique Belge Plate-forme d informations et d échanges autour des maladies cardiovasculaires en Belgique au service des patients.

Plus en détail

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge Arrêt cardiaque rea app Actions Coeur Les Chevaliers du Coeur Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge www.osez-sauver.be 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié

Plus en détail

REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE

REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE Ecole des sciences criminologiques Léon Cornil REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE Les objectifs pédagogiques du stage Le stage en criminologie est obligatoire. Il répond à l intérêt constant de la formation

Plus en détail

Produits psycho actifs et milieu étudiants : la formation par les pairs

Produits psycho actifs et milieu étudiants : la formation par les pairs Produits psycho actifs et milieu étudiants : la formation par les pairs Auteurs : GENEVIEVE CHOUCKROUN, chargée de prévention ANPAA95. ANNE MAHIEU, attachée de direction ANPAA95. FANNY BACH, chargée de

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE NOM DE LA STRUCTURE : Fondation d entreprise Bouygues Telecom ADRESSE : 82, rue H. Farman 92130 Issy-les-Moulineaux TITRE DE L EVENEMENT : Les

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Réformes dans la Fonction publique

Réformes dans la Fonction publique Réformes dans la Fonction publique Lors des entrevues de janvier et de février 2012 avec les associations professionnelles et syndicats de la CGFP, les ministres de la Fonction publique avaient fait savoir

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

GUIDE D ORGANISATION DU COLLOQUE ÉCODÉVELOPPEMENT

GUIDE D ORGANISATION DU COLLOQUE ÉCODÉVELOPPEMENT GUIDE D ORGANISATION DU COLLOQUE ÉCODÉVELOPPEMENT PARTIE 1: Portrait général du colloque Écodéveloppement 1- Contexte, historique et présentation du colloque En février 2004, le Collège de Rosemont et

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Projet d efficacité énergétique pour les villes. Appel à manifestation d intérêt

Projet d efficacité énergétique pour les villes. Appel à manifestation d intérêt Projet d efficacité énergétique pour les villes Appel à manifestation d intérêt TABLE DES MATIERES 1. Présentation synthétique du projet d efficacité énergétique pour les villes...3 1.1. Principaux objectifs...3

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion

www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion www.besafe.be Non aux alarmes intempestives: Réglementation relative aux alarmes anti-intrusion Introduction Les services de police doivent pouvoir réagir efficacement à tout appel d urgence. C est pourquoi

Plus en détail

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle LA FONDATION Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle CHARTE LES OLIVIERS Accueillir Soigner Accompagner Réinsérer l Nous plaçons l être humain avec sa souffrance au centre de notre

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

RESSOURCER SES PRATIQUES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE EVALUATION DU SEMINAIRE RESULTATS

RESSOURCER SES PRATIQUES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE EVALUATION DU SEMINAIRE RESULTATS POLE DE COMPETENCES EN EDUCATION ET PROMO TION DE LA SANTE REGION BRETAGNE AIDES Délégation Grand-Ouest A NP A A Bretagne - Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie CIRDD Bretagne

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est

Plus en détail

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 2013 Rédigé par : France Riel RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 Conférencier : Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. Lieu : Hôtel DeVille, Salle Osisko Page 2 I l faut voir, pour le croire. Ceci est une

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Le projet Sûres d Elles

Le projet Sûres d Elles Le projet Sûres d Elles Expérience et apprentissages Contrat de ville - 2006 1 L ÉVALUATION PARTICIPER À UNE ÉVALUATION, c est se donner un temps / espace pour regarder le passé et le présent pour mieux

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Carrière & Leadership

Carrière & Leadership Carrière & Leadership www.100jours.ca Carrière & Leadership est un cabinet-conseil dont la mission est d accompagner les cadres supérieurs et intermédiaires... hors de leur zone de confort. Notre service

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Circulaire n 5343 du 08 /07/2015

Circulaire n 5343 du 08 /07/2015 Circulaire n 5343 du 08 /07/2015 Appel à projets de lutte contre le décrochage scolaire Réseaux et niveaux concernés Wallonie-Bruxelles Enseignement Libre subventionné libre confessionnel libre non confessionnel

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne C É A S Les projets personnalisés en Ehpad Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne Octobre 2014 Centre d étude et d action sociale (CÉAS) de la Mayenne 6, rue de la Rouillière

Plus en détail

ACTIVITÉ OBJECTIFS DESCRIPTION DU MATÉRIEL

ACTIVITÉ OBJECTIFS DESCRIPTION DU MATÉRIEL ACTIVITÉS RÉALISÉES PAR LE SERVICE DE LA PROMOTION DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN MILIEU SCOLAIRE ACTIVITÉ OBJECTIFS DESCRIPTION DU MATÉRIEL CLIENTÈLES VISÉES PÉRIODE BALADINE Afin de prévenir ou de réduire

Plus en détail

La démarche «Jeunes et Métropole»

La démarche «Jeunes et Métropole» La démarche «Jeunes et Métropole» du Conseil de développement de la métropole lilloise Novembre 2003 septembre 2004 1 Une volonté d être à l écoute des jeunes Objectif fixé: 4000 questionnaires Objectifs

Plus en détail

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett.

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. Association loi de 1901 1398 chemin de saint esprit, 83300 Draguignan France (métropolitaine)* www.lolinefayard.org

Plus en détail

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible.

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible. QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser cette image. ASSOCIATION EUROPÉENNE DES ENSEIGNANTS SECTION FRANçAISE - RÉGIONALE DES PAYS DE LA LOIRE Enquête sur la pratique professionnelle

Plus en détail

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction générale des collectivités locales SDELFPT Bureau FP3 Paris, le NOTE D'INFORMATION relative à la mise en œuvre, dans la fonction publique

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ETUDE D IMAGE. (Pour chaque question, merci de cocher la réponse de votre choix)

QUESTIONNAIRE D ETUDE D IMAGE. (Pour chaque question, merci de cocher la réponse de votre choix) Hôpital Local Départemental Reignier, le 7 février 2011. 411 Grande Rue 74930 REIGNIER Téléphone 04 50 43 80 00 Fax 04 50 95 76 18 QUESTIONNAIRE D ETUDE D IMAGE Ce questionnaire a pour but d établir un

Plus en détail

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général Termes de référence pour le recrutement d un(e) consultant(e) Assistant en événementiel juillet 2014 Plan de Communication Lignes budgétaires : 4.2.5 et 4.2.8. du DP3 Plan de Communication O. Contexte

Plus en détail

LE PLAN DE COMMUNICATION

LE PLAN DE COMMUNICATION LE PLAN DE COMMUNICATION Ce document a été réalisé par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Conception, recherche et rédaction : Judith Decelles Julie Pontbriand Lucie Poulin

Plus en détail

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique :

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique : Dans notre quatrième Newsletter nous vous présentons l évaluation intermédiaire réalisée par l évaluatrice externe du projet Mélanie Latiers de l organisation Orchis. Pour rappel en mai 2014 se sont déroulées

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

CHECK-LIST SUR LE LIEN ENTRE LES ASPECTS PSYCHOSOCIAUX ET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL. Aide au remplissage du rapport circonstancié

CHECK-LIST SUR LE LIEN ENTRE LES ASPECTS PSYCHOSOCIAUX ET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL. Aide au remplissage du rapport circonstancié CHECK-LIST SUR LE LIEN ENTRE LES ASPECTS PSYCHOSOCIAUX ET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL Aide au remplissage du rapport circonstancié Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Avec le soutien

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail