Pratique des contrats d'assurance informatique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pratique des contrats d'assurance informatique."

Transcription

1 Pratique des contrats d'assurance informatique. INTRODUCTION 1 Dans les années 1980, l informatique en est encore à ses balbutiements, le matériel est imposant, les capacités de l outil minimes. Néanmoins, certains dirigeants d entreprises se soucient déjà des risques afférents au matériel informatique. Les assureurs trouvent là un nouveau créneau : l assurance informatique. A l époque, nombreuses sont les Compagnies qui assurent les risques matériels. Aujourd hui, l informatique ne se réduit plus au matériel (hardware). En effet, au fil des années, l outil devient de plus en plus rapide. Parallèlement, les prix et les volumes diminuent constamment. Conséquence, l informatique tend à se généraliser dans la société. Dans le monde de l entreprise, l informatique aura pris une telle ampleur qu aujourd hui le degré de dépendance est fort avec tous les risques qui en découle. Jean Marc Lamère 2 estime que si on parlait de «risques informatiques» il y a quelques années, aujourd hui, il y a lieu de parler de risques liés aux systèmes d information (et de communication) en général car l informatique est de plus en plus répartie, intégrée, diversifiée. Face à l ouverture des systèmes d information (site Internet, messagerie électronique généralisée, accès Internet généralisé, Intranet) et à son évolution rapide, le risque sur la richesse immatérielle que représente les données doit être pris en compte. L Echange des 1 Dessin de Gautier, «Quinze ans de jurisprudence», Temps Réel, 27 juin 1983, p Délégué général, Apsad/FFSA

2 Données Informatisées (EDI), par exemple, s étend à tous les secteurs économiques et ce depuis une quinzaine d années déjà. Cela a commencé par la dématérialisation de la Bourse (1985) et mise en place du système interbancaire de télécompensation en L assurance a abordé cette profonde mutation en 1999, ce sont désormais la plupart des entreprises qui s engagent dans l EDI. Certains métiers réclament la transmission de nombreux documents. Les données professionnelles doivent être normalisées pour faire face à l extrême hétérogénéité des informations à transporter. Une fois structurées dans un langage commun normalisé, il convient de s interroger sur leur transfert. De multiples procédés techniques sont à la disposition de tout un chacun pour protéger cet EDI, seulement, la faille n est pas exclue d autant que certains hackers (voire crackers) en sont à l affût. Les assureurs se sont préoccupés de ces risques et proposent une assurance spécifique EDI couvrant les risques directs et indirects supportés par l entreprise assurée, ainsi que les préjudices causés au tiers. Les Nouvelles Technologies d Information et de Communication (NTIC) deviennent rapidement obsolètes, cela implique soit un renouvellement soit une maintenance d où le difficile équilibre à trouver entre l évolutivité et la compatibilité ascendante. L informatique n est pas infaillible. De nombreux acteurs (techniciens, ingénieurs, assureurs, ) jaugent sa vulnérabilité face à des erreurs, accidents ou malveillances. C est alors qu apparaît le concept de Sécurité des Systèmes d information. Beaucoup d entreprises s en préoccupent, mais peu en pratique procèdent à une étude de vulnérabilité afin de définir les actions à entreprendre et cibler les dépenses à investir dans la sécurité informatique faute de moyens (financiers). De facto, seules les grandes entreprises budgétisent leur sécurité informatique. Informatique et confiance ne riment pas! Ces derniers temps, de nombreux évènements sont venus nous le rappeler. Les plus illustres : les problèmes rencontrés lors du premier vol de la fusée Ariane V et la véritable catastrophe mondiale qu a constitué le virus Nimda survenu une semaine jour pour jour après le drame du World Trade Center. Ainsi, confusément, l informatique cristallise des craintes autour de la sécurité des données et des transactions, de la confidentialité et par extension de la pérennité des entreprises confrontées à un sinistre. Faut-il alors développer une culture du risque au sein de l entreprise? Est-il possible d atteindre le risque zéro?

3 Le risque zéro relève de l utopie. La mise en place d un système de sécurité infaillible se révèlerait plus onéreux que la fraude. Certaines entreprises souscrivent plusieurs assurances pour couvrir le même risque mais cela n est pas sans danger (cf. infra.) Pour ce qui est du développement de la culture du risque au sein de l entreprise, cela est variable selon la taille de l entreprise, mais en tout état de cause, toutes les structures quelle que soit leurs tailles dépendent aujourd hui de leur système d information. Les grandes entreprises ont les capacités financières d investir dans la sécurité informatique. Elles ont comme ressources, des ingénieurs, techniciens, informaticiens, administrateurs de réseaux En outre, l assurance couvrira les aléas. Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) également concernées n ont pas forcément un budget spécifique à allouer à la sécurité informatique. Pourtant, certaines Compagnies d assurance (à l exemple d ACE Europe) accompagnent ces entités dans la protection de leur informatique en leur proposant de maîtriser l évaluation des vulnérabilités des systèmes en place et de mettre en œuvre des mesures de prévention et un programme d assurances adaptées. Dataguard PME d ACE Europe par exemple concerne les entreprises et industries réalisant un chiffre d affaires de moins de 15 millions d Euros par an. Les Très Petites Entreprises (TPE) ont aussi des besoins spécifiques en matière d assurance mais les moyens financiers sont modestes sans pour autant croire que les risques qu elles encourent soient moins importants que ceux d entreprises disposant de plus vastes ressources. Voilà donc un nouveau marché en perspective pour les Compagnies d assurance sachant que près de entreprises en moyenne se créent tous les ans en France. Au niveau national, le CLUSIF (Club de la Sécurité des Systèmes d Information Français) a été créé en C est un espace d échange ouvert à tous les acteurs de la sécurité des systèmes d information. Depuis plusieurs années, ce club dresse le bilan de la sinistralité informatique 3. 3 CLUSIF, Etude et statistiques sur la sinistralité informatique en France, 2002, https://www.clusif.asso.fr/fr/production/sinistralite/docs/etude2002.pdf, 01/08/2003.

4 L année 2002 a été marquée par deux tendances : une accélération de l ouverture des systèmes d information et une forte augmentation des infections par virus. Ces tendances sont amenées à s amplifier au cours des années à venir. Sans rentrer dans le détail de ce bilan nous constatons que 64 % des entreprises interrogées n ont pas toujours défini de politique de sécurité des systèmes d information. Cependant, il y a une certaine volonté des entreprises de développer une culture de la sécurité en interne : 87 % d entre elles sensibilisent et forment leur personnel. Nombreuses sont les entreprises infectées par virus (26,3%). Cela a un impact financier. Elles doivent procéder à une réparation ou remplacement du matériel informatique endommagé ou manquant. Le coût de reconstitution des données, logiciels ou procédures endommagées ou perdues n est pas à négliger pas plus d ailleurs que les postes d exploitation subséquentes. Dans 86 % des cas, l impact financier des sinistres est résorbé par la trésorerie courante. Deux raisons à cela, la faiblesse d impact ou défaut d assurance. Les risques prévisibles à l avenir sont principalement les virus et infections informatiques et accidents d origine interne. Ceci nous amène à étayer ce que sont réellement ces risques informatiques. Les NTIC évoluent rapidement et constamment avec leurs innombrables défaillances. A coté de cela, se développe une nouvelle forme de délinquance : la délinquance informatique. En somme, le ver est dans le fruit Pour pallier à une multiplication des sinistres informatiques et «de facto» à leur impact, la dimension assurantielle implique une typologie des risques informatiques appropriée. Depuis les années 1980, la physionomie des risques informatiques a évolué et les assureurs s en sont inquiétés. A la fin des années 1990, les risques inhérents au passage de l an 2000 étaient grands ou du moins considérés comme tels. Les Sociétés de Services en Ingénierie Informatique (SSII) ont su là déceler cette exceptionnelle manne d affaires. Seulement, elles furent en première ligne face aux réclamations d utilisateurs, victimes de dysfonctionnements imputables au codage des dates. La Fédération Française des Sociétés d Assurance (FFSA), dès mars 1998 martela à ses assurés que les risques liés au passage à l an 2000 étant connus, ainsi, ils ne présentaient pas a priori le caractère aléatoire requis pour être assurables. Suite à cette «recommandation», quelques Compagnies d assurance ont dénoncé certaines polices. Finalement, le contentieux lié au «bogue» n a pas été abondant. Néanmoins, l affaire caractéristique à relever, c est celle qui a opposé SA Royal et Sunalliance contre la

5 SA Trésis et IPIB 4. En effet, après que les sociétés Trésis et IPIB aient souscrit (le 19 Juillet 1996) auprès de la compagnie Royal et Sunalliance une police d assurance responsabilité civile professionnelle pour leurs activités de conception, vente et installation de matériels et logiciels informatiques, le 17 octobre 1999, la Compagnie d assurance leur a soumis un avenant excluant du bénéfice de sa garantie, le risque lié au passage à l an 2000 des systèmes informatiques. Les assurés ont refusé la modification proposée, le risque étant, selon elles, parfaitement connu lors de sa souscription. A défaut de pouvoir se tourner vers une autre Compagnie acceptant de couvrir les risques de leur activité, les SSII en cause ont alors assigné l assureur sur le fondement de l article 873 du NCPC devant le juge des référés du Tribunal de commerce de Paris en soulevant l existence d un dommage imminent. Pour la Cour d appel, les sociétés appelantes étaient bien exposées à un dommage imminent (la perte de clientèle). Elle a aussi considéré que l assureur connaissait lors de la signature de la police l existence du risque lié au passage à l an 2000 des systèmes d information. De facto, la Cour d appel a ordonné la prorogation du contrat d assurance jusqu à ce que les sociétés en cause souscrivent un nouveau contrat. La Cour de cassation casse l arrêt de la Cour d appel au motif qu elle n avait pas assortie sa mesure d un terme certain. Les NTIC s utilisent dans un contexte de mondialisation et de multiplication des transactions. Ainsi, l ouverture des systèmes d information rend les risques plus diffus et plus difficiles à cerner. L internet apporte lui aussi son lot de nouveaux types de risques qui se sont multipliés et amplifiés depuis la généralisation de son accès. Le management des risques implique l identification des menaces potentielles. Il s agit ensuite d en mesurer la portée, et éventuellement en réduire les effets par la prévention. Enfin, l assureur se verra transférer le risque (résiduel). Au fur et à mesure que les risques informatiques sont apparus, les Compagnies d assurance se sont préoccupées de ce nouveau marché qu est l assurance informatique. Pour les y aider, ont été créées diverses institutions comme la sous Commission Globale Informatique, institution créée par l APSAD (Assemblée Plénière des Sociétés d Assurance de Dommage), en Cette commission fut chargée entre autres d établir la typologie des risques informatiques et 4 C.cass. 1 ère civ., 07 nov : SA Royal et Sunalliance c/ SA Trésis et IPIB.

6 leurs conséquences. En 1984, fut crée le CLUSIF (cf. supra). La commission assurance et sécurité des risques informatiques fondée en 1991 par le Comité Européen des Assureurs (CEA) réalise notamment des évaluations statistiques (sinistres, primes, études de nouvelles garanties, guides de recommandation et de prévention). L identification des risques consiste à inventorier les ressources informatiques (matériels, logiciels, système d exploitation par exemple) dans un premier temps, puis, suit l analyse des risques de responsabilité. L origine des risques conduit à distinguer trois causes essentielles (communément admises par les spécialistes) : les accidents (physiques, pannes, ), les erreurs (d analyse, de conception, de réalisation, de mise en œuvre ou d utilisation) et les malveillances (fraude, sabotage, attaque logique sous forme de chevaux de Troie, divulgation de données). Les conséquences d un sinistre informatique sont de plusieurs ordres : matérielles et immatérielles, directes et indirectes. Elles sont toutes liées à la réalisation de l aléa. La première des conséquences concerne la disponibilité. En effet, il est difficile d imaginer (par exemple) qu une entreprise puisse fonctionner sans son standard téléphonique. Vient ensuite le problème de l intégrité de l information. Se pose là la question de savoir comment une entreprise peut faire face à la destruction, falsification ou vol d un fichier clientèle. Il en va de même des informations détournées sur le site web d une entreprise. La gestion des preuves n est pas à négliger. La signature électronique tend à se développer. Elle est d ailleurs encadrée juridiquement, reste maintenant à voir concrètement les applications. Certaines entreprises résistent mal à une fausse commande ou à des refus de livraison tel que le E-commerce le génère. Enfin, la confidentialité des informations. L internet a l avantage d être ouvert au monde entier. Chacun est responsable de l information qu il diffuse, mais c est aussi un choix. Les entreprises qui utilisent l internet comme vitrine (virtuelle) ne manquent pas d afficher leurs dernières offres. Le chaland est comblé, son concurrent aussi! En effet, comment gagner un marché si le concurrent connaît en temps réel la dernière offre de l entreprise?

7 Selon que le dommage soit matériel (réparation, remplacement du matériel) ou immatériel, il s agira dans les deux cas de pertes financières et de pertes d exploitation. Le développement de l informatique et plus globalement des NTIC se faisant, l utilisation par les entreprises de ces ressources informatiques ont donc fait apparaître des risques auxquels les Compagnies d assurance ont su répondre en proposant des contrats adaptés. Aujourd hui, de nouveaux risques sont apparus, quelques Compagnies d assurance tentent d y faire face. Les plus spécialisées tirent leur part du gâteau mais ce n est pas sans «risque». L assurance (en général) obéit à certains principes. En effet, pour qu un risque soir assurable, il doit être aléatoire, quantifiable et compensable au plan financier. Les risques liés aux NTIC posent deux problèmes. D une part, le risque reste difficilement quantifiable statistiquement même si des institutions communiquent quelques chiffres. Le recul n est pas suffisant. La prise en compte des risques informatiques par les assurances ne date que du début des années D autre part, la compensation financière est estimée approximativement, elle est même parfois inenvisageable tant les dommages sont importants. Le système de réassurance permet d atténuer ce problème («L assureur de l internet» : Fia-Net, par exemple, utilise souvent ce système). Malgré tout, les assureurs ont su s adapter en proposant des contrats globaux, tels les multirisques. Ils ont l avantage de couvrir l ensemble des dommages. Les assurances de dommage comprennent les assurances de choses et de responsabilité. Elles garantissent le préjudice que peut subir le patrimoine de l assuré. Les garanties liées aux risques informatiques sont regroupées sous quatre rubriques principales : - les dommages matériels directs - les dommages consécutifs à un dommage matériel - les dommages non consécutifs à un dommage matériel - les dommages consécutifs à des dommages immatériels L opération d assurance est encadrée à la fois par les dispositions du droit général des contrats et par les dispositions spécifiques du Code des Assurances. Ainsi, le contrat d assurance est un contrat aléatoire, consensuel, d adhésion, synallagmatique, à titre onéreux.

8 L assurance informatique implique l application de lois spécifiques à l informatique et aux télécommunications. Il en est ainsi de la loi Informatique, fichier et liberté 5, de la loi sur la fraude informatique 6, la signature électronique 7, de la future loi (pour) la confiance dans l économie numérique ainsi que du Code de la PLA pour ce qui concerne (entre autres) la protection des logiciels et des bases de données. Force est de constater qu il n y a pas de vide juridique en la matière. Le domaine des NTIC tend à être de plus en plus réglementé. C est une constante qui ne se démentira pas à l avenir. Ainsi, toute atteinte malveillante de quelque nature quelle soit constitue autant de risques et de dommages associés qui peuvent faire l objet de couverture d assurance. Néanmoins, l entreprise qui souhaite réaffecter son budget sécurité en prime d assurance aura du mal à trouver une Compagnie. L assurance ne garantie que le risque résiduel. Certaines entreprises adoptent une stratégie globale des risques, il n empêche qu il subsiste toujours l aléa de survenance d un sinistre. L exemple topique : un nouveau virus n est pas détecté ou bien un individu trouve une faille dans le réseau et en abuse pour soutirer des données confidentielles. Ce peut aussi être le cas d une engeance d un employé récemment licencié. En définitive, la sécurité optimale n existe pas à ce jour, l assurance intervient donc quand la sécurité n a pas suffit. La généralisation de l outil informatique dans le monde de l entreprise a conduit à une multitude de risques potentiellement réalisables. Pour pallier à cette éventualité, les assureurs favorisent la transition de contrats spécifiques vers des contrats globaux (cf. les multirisques). Ce sont notamment : - les contrats Tous Risques Informatiques (TRI), - les contrats Extension des Risques Informatiques (ERI), - la police Globale Informatique (GI), - l assurance spécifique EDI. La responsabilité civile professionnelle dans le cadre des NTIC ne doit pas non plus être omise. Les phases contractuelles de ces contrats d assurance informatique méritent notre attention pour leur particularisme. Ainsi, la première partie traitera de la formation du contrat, la 5 Loi n du 06 janv relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés. 6 Loi n du 5 janv relative à la fraude informatique. 7 Loi n du 13 mars 2000 portant adaptation du droit de la preuve aux technologies de l'information et relative à la signature électronique.

9 deuxième portera sur l exécution du contrat et les différentes obligations des parties. La dernière partie concernera l extinction du contrat et les possibles litiges. L intérêt du sujet est d adopter une vision pratique en rappelant à chaque reprise quelques principes généraux nécessaires à la compréhension des développements. POUR CONSULTER CETTE ETUDE DANS SA VERSION COMPLETE VOUS POUVEZ CONTACTER SON AUTEUR ALEXIS THOMAS EN LUI ECRIVANT :

ACE DATAPROTECT : LA RÉPONSE À VOS CYBER-RISQUES

ACE DATAPROTECT : LA RÉPONSE À VOS CYBER-RISQUES ACE DATAPROTECT : LA RÉPONSE À VOS CYBER-RISQUES DONNÉES PERSONNELLES : QUELS ENJEUX POUR L ENTREPRISE? L activité de toute entreprise repose aujourd hui sur la collecte et le traitement d informations

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation du Service de paiement en ligne VITEPAY

Conditions Générales d'utilisation du Service de paiement en ligne VITEPAY Conditions Générales d'utilisation du Service de paiement en ligne VITEPAY AVERTISSEMENT Vous venez de choisir le service VITEPAY comme mode de paiement. Vous devez lire attentivement les dispositions

Plus en détail

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Master 2 professionnel Droit des Assurances Université Paris Assas Note obtenue 11,5/20 Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Le contrat tel que défini par l article 1101 du Code Civil est

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

s é c u r i t é Conférence animée par Christophe Blanchot

s é c u r i t é Conférence animée par Christophe Blanchot s é c u r i t é i n f o r m a t i q u e La sécurité des systèmes d information Conférence animée par Christophe Blanchot Tour de table Présentation Nom, prénom, promotion Entreprise et fonction Expérience(s)

Plus en détail

La problématique de la responsabilité selon l assureur

La problématique de la responsabilité selon l assureur La problématique de la responsabilité selon l assureur par Frédéric Malaval Intervention donnée à l occasion du salon Europropre le 18 mars 2005 Le titre de cette intervention est: la problématique de

Plus en détail

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe La disponibilité au regard de Données et programmes Equipements

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET DU JEU Facebook «Moi Moche et Citron»

REGLEMENT COMPLET DU JEU Facebook «Moi Moche et Citron» REGLEMENT COMPLET DU JEU Facebook «Moi Moche et Citron» ARTICLE 1 : Société organisatrice ORANGINA SCHWEPPES FRANCE, société par actions simplifiée, au capital de 446 036 924 euros, immatriculée au registre

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

conditions generales Assurance obligatoire de la responsabilité objective en cas d incendie ou d explosion (Loi du 30/07/1979 et AR du 05/08/1991)

conditions generales Assurance obligatoire de la responsabilité objective en cas d incendie ou d explosion (Loi du 30/07/1979 et AR du 05/08/1991) Baloise Insurance est le nouveau nom de Nateus SA et de Nateus Life SA (depuis la fusion juridique avec Mercator Assurances SA jan. 2013) et réunit les activités des compagnies d assurances susmentionnées.

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Qualification et quantification des risques en vue de leur transfert : la notion de patrimoine informationnel.

Qualification et quantification des risques en vue de leur transfert : la notion de patrimoine informationnel. Qualification et quantification des risques en vue de leur transfert : la notion de patrimoine informationnel. Jean-Laurent Santoni Marsh Risk Consulting France 1 Introduction Pour les systèmes d information,

Plus en détail

Conditions contractuelles de la location de la e-plateforme Véalis

Conditions contractuelles de la location de la e-plateforme Véalis Conditions contractuelles de la location de la e-plateforme Véalis Article 1 : objet du contrat a) Les présentes conditions générales ont pour objet de définir les conditions techniques et financières

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group Cour d appel de Lyon 8ème chambre Arrêt du 11 février 2014 Euriware/ Haulotte Group Décision déférée : Ordonnance du 12 décembre 2012 du juge des référés du tribunal de commerce de Lyon Références de publication

Plus en détail

Les assurances directes- Rapport français

Les assurances directes- Rapport français Les assurances directes- Rapport français Agnès Pimbert Maître de conférences à l Université de Poitiers, Equipe de recherche en droit privé (EA 1230) L assurance directe désigne le mécanisme d indemnisation

Plus en détail

l informatique est vitale pour mon activité je protège mon matériel et mon entreprise

l informatique est vitale pour mon activité je protège mon matériel et mon entreprise entreprises l informatique est vitale pour mon activité je protège mon matériel et mon entreprise offre IT la Tous Risques Informatiques l informatique est omniprésente dans le monde des entreprises Une

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE EN CAS D INCENDIE OU D EXPLOSION

ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE EN CAS D INCENDIE OU D EXPLOSION ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE EN CAS D INCENDIE OU D EXPLOSION (Loi du 30/07/1979 et A.R. 05/08/1991) CONDITIONS GENERALES Article 1 Définitions Preneur d assurance : SUIVANT LE

Plus en détail

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN ARTICLE 1 Qu'entend-on par? 1) Famille a) vous-même b) votre conjoint cohabitant ou la personne avec laquelle vous cohabitez, reprise ci-après sous

Plus en détail

Le règlement concernant l accès aux services de communication électronique:

Le règlement concernant l accès aux services de communication électronique: Le règlement concernant l accès aux services de communication électronique: Article 1 Objet Le présent règlement vise à définir les conditions relatives à l accès aux services de communication électronique

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Vous voulez en savoir plus sur les garanties proposées et les différents champs d intervention, lisez attentivement ce dossier.

Vous voulez en savoir plus sur les garanties proposées et les différents champs d intervention, lisez attentivement ce dossier. Petit guide de la Responsabilité Civile Professionnelle appelée RC PRO Pour les Instituts, Les SPA, les Centres de Bronzage en Cabines et les Centres d Embellissement des Cils et des Ongles Pour exercer

Plus en détail

L USAGE PAISIBLE DE L INFORMATIQUE. Les solutions assurantielles pour mieux gérer les risques de dommages immatériels

L USAGE PAISIBLE DE L INFORMATIQUE. Les solutions assurantielles pour mieux gérer les risques de dommages immatériels L USAGE PAISIBLE DE L INFORMATIQUE Les solutions assurantielles pour mieux gérer les risques de dommages immatériels PRÉSENTATION DE DIAGERIS Qui est DIAGERIS? Société de conseil et de courtage en assurances,

Plus en détail

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 entreprise d assurance mutuelle agréée par l Office de Contrôle des Assurances sous le code 0126 (A.R. 04 et 13.07.1979 M.B. 14.07.1979)

Plus en détail

LA RESPONSABILITE JURIDIQUE DES DIRIGEANTS DE CLUB

LA RESPONSABILITE JURIDIQUE DES DIRIGEANTS DE CLUB LA RESPONSABILITE JURIDIQUE DES DIRIGEANTS DE CLUB Tout va bien! Votre association coule des jours heureux et l enthousiasme est à son comble. Et puis, c est l accident ou l incident! A l instar de ce

Plus en détail

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB Le site marchand est nécessairement issu d une entreprise, d une forme sociale, d une société. En tant que tel, il a un domicile.

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Entrée en vigueur le 18 juin 2010 Préparé et sous la responsabilité de la Direction des services juridiques Section affaires juridiques Approuvé

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

Règlement du jeu IPAD SALON E-COMMERCE

Règlement du jeu IPAD SALON E-COMMERCE Règlement du jeu IPAD SALON E-COMMERCE Article 1 : Organisation La Confédération Nationale du Crédit Mutuel ci-après «la société organisatrice», dont le siège social est situé 88-90 rue Cardinet 75017

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 08BX00196 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre (formation à 3) Mme TEXIER, président Mme Florence MADELAIGUE, rapporteur M. LERNER, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Règlement Quiz Mustela «La peau du nourrisson»

Règlement Quiz Mustela «La peau du nourrisson» Règlement Quiz Mustela «La peau du nourrisson» Article 1 Organisation La société Laboratoires Expanscience, domiciliée au 10 Avenue de l Arche 92419 Courbevoie Cedex dont le RCS est B 331 930 081, organise

Plus en détail

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Convention Spéciale Référence : CDA05022013P0521 LEXIQUE Tous les termes portant un

Plus en détail

DMC InformatiQue exécute les Prestations soit sur le site du Client (à domicile et/ou sur le lieu de travail) soit dans ses locaux.

DMC InformatiQue exécute les Prestations soit sur le site du Client (à domicile et/ou sur le lieu de travail) soit dans ses locaux. Conditions générales de Vente et de Prestation Informatique Article 1 : Définitions DMC Informatique est une société de services, de conseils, de dépannage, de vente en informatique et de toutes autres

Plus en détail

ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE. France, 1992

ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE. France, 1992 ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE France, 1992 CLUSIF Date de publication : 1993 TABLE DES MATIERES RISQUES INFORMATIQUES 1992 PRESENTATION...3

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU PROGRAMME DE TESTS DU LAB ORANGE

CONVENTION D ADHESION AU PROGRAMME DE TESTS DU LAB ORANGE CONVENTION D ADHESION AU PROGRAMME DE TESTS DU LAB ORANGE Le lab Orange est un site internet accessible à l adresse URL «www.laborange.fr» exploité par France Télécom SA au capital de 10 595 541 532-78

Plus en détail

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey Responsabilité civile il : comment éviter la mise en cause? Les Estivales Juillet 2009 Alain Maurey Sommaire Les fondements de la responsabilité Quelques obligations de l expert-comptable Les grandes caractéristiques

Plus en détail

Conditions Générales de Vente de Nova Beez SARL

Conditions Générales de Vente de Nova Beez SARL Conditions Générales de Vente de Nova Beez SARL Les conditions générales de vente ont pour objet de définir les droits et obligations de Nova Beez et de son client dans le cadre des prestations et services.

Plus en détail

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'aitf Résumé des garanties SOMMAIRE ART. 1 - BÉNÉFICIAIRES DE LA GARANTIE 3 ART. 2 - PRISE D EFFET, CESSATION DES GARANTIES 3 2.1 - Prise

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Règlement jeu concours gratuit sans obligation d achat «Opération VIP Partouche Poker tour»

Règlement jeu concours gratuit sans obligation d achat «Opération VIP Partouche Poker tour» Règlement jeu concours gratuit sans obligation d achat «Opération VIP Partouche Poker tour» Toute personne qui participe au jeu accepte sans réserve l intégralité des clauses contenues au présent règlement.

Plus en détail

1892 L Inspection du travail est créée et les premiers éléments d une protection globale de la santé et de la sécurité au travail sont posés.

1892 L Inspection du travail est créée et les premiers éléments d une protection globale de la santé et de la sécurité au travail sont posés. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 24 JANV-FEVR 2012 La Faute inexcusable 1 de l employeur :Deux siècles d évolution A. AUBRY Directeur Technique Responsabilité Civile

Plus en détail

LA LIBERTÉ D EXPRESSION AU. 31 mai 2011

LA LIBERTÉ D EXPRESSION AU. 31 mai 2011 LA LIBERTÉ D EXPRESSION AU TRAVAIL 31 mai 2011 Article L.1121.1 du code du travail L individu n abdique plus aucun de ses droits fondamentaux en entrant au travail La liberté d expression est protectrice

Plus en détail

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s)

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 22 novembre 2012 N de pourvoi: 11-19523 11-19806 Non publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Boré et Salve de

Plus en détail

REGLEMENT JEU DU DEVIS GAGNANT

REGLEMENT JEU DU DEVIS GAGNANT REGLEMENT JEU DU DEVIS GAGNANT Article 1 : Organisation La Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe, Société Anonyme coopérative de crédit à capital variable ayant son siège social 4 place Richebé

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

1. INFORMATIONS RELATIVES AU SOUSCRIPTEUR

1. INFORMATIONS RELATIVES AU SOUSCRIPTEUR Nota : tous les termes rédigés en gras et italiques dans le présent bulletin ont le sens défini au contrat. Cette offre a été négociée par le cabinet de courtage Stema-Foujols pour les agents de joueur

Plus en détail

disposition de ses clients utilisateurs des Progiciels Cegid Public 7j/7 et 24h/24 sauf interruption pour des raisons de maintenance et de sécurité.

disposition de ses clients utilisateurs des Progiciels Cegid Public 7j/7 et 24h/24 sauf interruption pour des raisons de maintenance et de sécurité. LIVRET SERVICES CONTACT Cegid Public Version applicable à compter du 01/05/2015 LS-YC Secteur Public Page Contact-05/2015 1 sur 7 Cegid Public CONTACT Livret Services Article 1 : Définitions Les termes

Plus en détail

REGLEMENT- CADRE DES JEUX OU CONCOURS ORGANISES PAR NRJ S.A.

REGLEMENT- CADRE DES JEUX OU CONCOURS ORGANISES PAR NRJ S.A. REGLEMENT- CADRE DES JEUX OU CONCOURS ORGANISES PAR NRJ S.A. 1. OBJET NRJ s.a. propose sur antenne, sur son site ou blog ou toute autre adresse de substitution, ainsi que sur les sites partenaires de NRJ

Plus en détail

Les problématiques relatives à la dématérialisation du contrat d assurances Le règlement des sinistres. Colloque AJAR Mardi 4 décembre 2012

Les problématiques relatives à la dématérialisation du contrat d assurances Le règlement des sinistres. Colloque AJAR Mardi 4 décembre 2012 Les problématiques relatives à la dématérialisation du contrat d assurances Le règlement des sinistres Colloque AJAR Mardi 4 décembre 2012 Préambule D é f i n i t i o n d u c a d r e d e l a d i s c u

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Edition 2014 Conditions générales d assurance, essais non-cliniques

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. Numéro du rôle : 2785 Arrêt n 163/2003 du 10 décembre 2003 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. La Cour

Plus en détail

POLICE COMMERCE ET SERVICES

POLICE COMMERCE ET SERVICES POLICE COMMERCE ET SERVICES La police Commerce & Services protège les assurés contre divers risques dans leur vie professionnelle. L assurance est destinée aux commerces de détail. Assurances Que peut-on

Plus en détail

Contrat d abonnement Internet

Contrat d abonnement Internet Contrat d Abonnement Internet Entre la Banque de Saint-Pierre et Miquelon, S.A. au Capital de 16 288 935 EUR dont le siège social est à Saint Pierre & Miquelon, 24, rue du 11 novembre, 97500 Saint Pierre

Plus en détail

Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing

Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing ACTUALITÉ DU DROIT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing Jean-Laurent SANTONI, Docteur en Droit, Président de Clever Courtage, IT risk insurance broker

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Contrat d abonnement SITE internet

Contrat d abonnement SITE internet WEB-CREATION, LELONG Jean-Charles, 16, rue Caqué 51100 Reims SIRET : 422 130 591 00023 e-mail : contact@mon-coiffeur.fr Contrat d abonnement SITE internet Nom de l entreprise :... Adresse de l entreprise

Plus en détail

Les cyber risques sont-ils assurables?

Les cyber risques sont-ils assurables? Les cyber risques sont-ils assurables? Cyril Nalpas Master Management du Risque Institut Léonard de Vinci cyril.nalpas@gmail.com Les cyber risques sont-ils assurables? Quelles sont les questions que peuvent/doivent

Plus en détail

Michel Deruère. Conditions générales de vente

Michel Deruère. Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 : Champ d application 1.1 Le présent contrat a pour objet de définir les termes et conditions ainsi que les modalités selon lesquelles MICHEL DERUÈRE fournit les

Plus en détail

NOTE NUMERO 1 ASSURANCES

NOTE NUMERO 1 ASSURANCES NOTE NUMERO 1 ASSURANCES L assurance est une matière complexe en perpétuelle évolution. Il nous semble nécessaire qu un Professionnel du spectacle vivant (une structure / Théâtre / Salle / Stade ou un

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS LE MEDECIN ET LES Depuis la loi du 4 mars 2002 dite «loi KOUCHNER» relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, tout professionnel de santé doit obligatoirement souscrire une responsabilité

Plus en détail

FANAF 2015 Cyber criminalité et assurance LE 17/02/2015. Philippe Randon

FANAF 2015 Cyber criminalité et assurance LE 17/02/2015. Philippe Randon FANAF 2015 Cyber criminalité et assurance LE 17/02/2015 Philippe Randon Sommaire Le risque Les solutions assurantielles (garantie, services) Exemples de capacités Argumentaire MARSH Cyber risques Quelques

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

BULLETIN DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT D ASSURANCE PACK Conseil Informatique Média

BULLETIN DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT D ASSURANCE PACK Conseil Informatique Média BULLETIN DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT D ASSURANCE PACK Conseil Informatique Média Cachet Courtier Partenaire Le présent bulletin complété, daté et signé, accompagné du règlement de la prime correspondante

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM

CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM Le présent contrat est régi par: le Code des Assurances Les présentes conditions particulières les Conventions Spéciales Modèle HLM

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 Cass. civ. 2, 3 octobre 2013, n 12-24957 Assurance vie ; Fiscalité ; Droits de succession (CGI, art. 757 B) ; Information

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Edition 2014 Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014, 15.04.2014 page 1/14 Sommaire 1.

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation Le Ministère de l Economie de l Industrie et de l Emploi, la Fédération Française des Sociétés d Assurances et le Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurances, diffusent un dépliant intitulé : «Tempête

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

Règlement du jeu «50 commandes remboursées»

Règlement du jeu «50 commandes remboursées» Règlement du jeu «50 commandes remboursées» Ce règlement comporte 7 articles. Article 1 : Société organisatrice et durée Le samedi 31 janvier de 18h à minuit sur ses applications smartphone Android et

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

Règlement sur l utilisation et la gestion des actifs informationnels

Règlement sur l utilisation et la gestion des actifs informationnels Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration de l'uqam. La

Plus en détail

Concours Créateur d ambiance Preverco Règlement officiel

Concours Créateur d ambiance Preverco Règlement officiel 1 Concours Créateur d ambiance Preverco Règlement officiel Aucun achat requis POUR PARTICIPER, VOUS DEVEZ AVOIR 18 ANS OU PLUS. OUVERT AUX RÉSIDENTS DU QUÉBEC SEULEMENT. Vous devez avoir accès à Internet

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

Règlement du jeu concours n 2

Règlement du jeu concours n 2 Règlement du jeu concours n 2 «15 minutes pour tenter de gagner un ordinateur tactile ou un bon d achat» Article 1 Présentation de la société organisatrice La SARL AlgoWin, au capital de 10 000, dont le

Plus en détail

*********************

********************* En cas de panne d un «Ordinateur» bénéficiant d une «Garantie Remplacement» l assureur fait procéder au remplacement du matériel défectueux. Les garanties sont acquises pour une durée de 24 mois, à l issue

Plus en détail

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES 16.1) DÉFINITIONS Les définitions suivantes s appliquent aux lignes directrices : «Compagnie» Désigne la Compagnie SouthEastern Mutual Insurance.

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES D INSTALLATION ET D HEBERGEMENT DES SERVEURS PRIVES VIRTUELS

CONDITIONS PARTICULIERES D INSTALLATION ET D HEBERGEMENT DES SERVEURS PRIVES VIRTUELS CONDITIONS PARTICULIERES D INSTALLATION ET D HEBERGEMENT DES SERVEURS PRIVES VIRTUELS Article 1 Définitions «Anomalie» : désigne tout dysfonctionnement ou non-conformité des fonctionnalités du Serveur

Plus en détail

Concours «Dites oui à Monetico Mobile» Règlements

Concours «Dites oui à Monetico Mobile» Règlements Concours «Dites oui à Monetico Mobile» Règlements DURÉE DU CONCOURS Le concours «Dites oui à Monetico Mobile» est organisé par la Fédération des caisses Desjardins du Québec (ci-après «l Organisateur»)

Plus en détail

Stratégie de gestion des cyber-risques dans les entreprises : Quelles (ré)actions?

Stratégie de gestion des cyber-risques dans les entreprises : Quelles (ré)actions? Cyber-sécurité Cyber-crime Stratégie de gestion des cyber-risques dans les entreprises : Quelles (ré)actions? SIRM Forum 2011 Nov. 9 th, 2011, Pfäffikon Par Alexandre VOISIN, Corporate Insurance & Risk

Plus en détail

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA Convention La durée du contrat est fixée aux conditions particulières. Elle ne peut excéder un an. A chaque échéance annuelle, le contrat est reconduit tacitement pour des périodes consécutives d un an.

Plus en détail

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION POLITIQUE DE SÉCURITÉ DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION VERSION 1 Créée le 24 août 2012 (v1), par Christian Lambert Table des matières 1 INTRODUCTION 1 2 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE SÉCURITÉ 2 2.1 VERROUILLAGE

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes ARTENSE DEPANNAGE INFORMATIQUE

Conditions Générales de Ventes ARTENSE DEPANNAGE INFORMATIQUE Conditions Générales de Ventes ARTENSE DEPANNAGE INFORMATIQUE ARTICLE 1 : PRESENTATION ET DEFINITIONS ARTENSE DEPANNAGE INFORMATIQUE (Monsieur Julien VIGIER, né le 24 juillet 1986 à BEAUMONT) est une entreprise

Plus en détail

Malveillances Téléphoniques

Malveillances Téléphoniques 28/11/03 1 Malveillances Téléphoniques Risques et parades Conférence CLUSIF réalisée par la société Membre ERCOM 28/11/03 2 Introduction Constat : Après la sécurité informatique, l'entreprise découvre

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

Règlement du jeu concours avec obligation d achat «JEU CONCOURS ANGEL»

Règlement du jeu concours avec obligation d achat «JEU CONCOURS ANGEL» Règlement du jeu concours avec obligation d achat «JEU CONCOURS ANGEL» Article 1 - société organisatrice La Société Clarins Fragrance Group S.A.S au capital de 3 280 000 Euros immatriculée au Registre

Plus en détail

La personne ( prévoyance, mutuelle, retraite) L homme clé, garantie croisées d associés La RC Mandataire Social

La personne ( prévoyance, mutuelle, retraite) L homme clé, garantie croisées d associés La RC Mandataire Social L entreprise : De l importance du suivi des contrats IARD (Dommage aux biens, RC, Flotte Auto, Mission Collaborateur, Marchandises Transportées, Biens confiés, Perte d exploitation). Les risques nouveaux

Plus en détail

RÈGLEMENTS DU CONCOURS

RÈGLEMENTS DU CONCOURS CONCOURS MAKEUP GENIUS DE L ORÉAL PARIS RÈGLEMENTS DU CONCOURS 1. Le concours Makeup Genius est tenu par L Oréal Paris produit grand public, une division de L Oréal Canada Inc. (après appelé le «commanditaire»)

Plus en détail

Chapitre 1- Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au Travail

Chapitre 1- Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au Travail Chapitre 1- Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au Travail Lorsque la santé et la sécurité au travail sont négligées, les salariés sont exposés à des risques qui peuvent les mettre

Plus en détail

Conditions Générales de Vente «Création de sites Internet» Voir la clause de réserve de propriété à l article 6.4

Conditions Générales de Vente «Création de sites Internet» Voir la clause de réserve de propriété à l article 6.4 Article 1 - Préambule 1.1 - Win and Web réalise la création de sites Internet, c'est-à-dire la création de fichiers informatiques pouvant contenir des liens hypertextes, textes, images, photos, vidéos,

Plus en détail