PRÉVENIR ET GÉRER LES ERREURS RELATIVES À LA MÉDICATION EN PHARMACIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉVENIR ET GÉRER LES ERREURS RELATIVES À LA MÉDICATION EN PHARMACIE"

Transcription

1 PRÉVENIR ET GÉRER LES ERREURS RELATIVES À LA MÉDICATION EN PHARMACIE

2 Dépôt légal : 3 ème trimestre 2000 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada Tous droits réservés ISBN

3 AVANT-PROPOS Comme tous les pharmaciens le savent, la mission de l Ordre des pharmaciens du Québec consiste à protéger la santé du public en matière de services pharmaceutiques. Cette mission s exprime de différentes façons, mais la prévention et la gestion des erreurs relatives à la médication en constituent certainement des aspects essentiels. Depuis le 1er avril 1987, date de mise en application de son programme d assurance-responsabilité professionnelle qui couvre tous les pharmaciens inscrits au tableau, l Ordre a acquis une expérience considérable en ce qui concerne les causes et les conséquences des sinistres. Cette expérience est complétée par les constatations issues des inspections professionnelles, ainsi que par les plaintes reçues au service du syndic, lesquelles permettent fréquemment d identifier des causes d erreur dans la prestation des soins et services pharmaceutiques, et souvent de proposer des moyens de les éliminer. Le présent guide a donc pour objectif de mettre cette expérience à la disposition de l ensemble des pharmaciens, sous forme d un document facile à lire et à consulter, avec une double intention incluse dans son titre : prévenir si possible les erreurs, et gérer adéquatement la situation lorsque malheureusement se produit une erreur ou même une apparence d erreur. Au nom du Bureau de l Ordre, je voudrais remercier les membres successifs du Comité des sinistres, à qui a été confiée depuis 1987 la tâche de gérer le programme d assurance-responsabilité professionnelle de l Ordre, et grâce auxquels nous bénéficions d une riche documentation non nominative sur les erreurs survenant en pharmacie, ainsi que les membres du Comité de rédaction du présent guide, à savoir : 3

4 M. Pierre Ducharme, pharmacien * Me Christian Dumais, avocat * + Me Line Durocher, avocate * + Mme Lise Lajoie, pharmacienne * M. François Lemire, pharmacien + Mme Christiane Mayer, pharmacienne + M. Claude Robert, pharmacien + M. Yvon Rousseau, pharmacien * + M. Michel Vinet, pharmacien * + J aimerais également remercier Dale-Parizeau L.M. inc., le courtier d assurance du régime de l Ordre depuis 13 ans, de son appui constant durant toutes ces années; Dale-Parizeau L.M. inc. a fourni gracieusement toutes les données statistiques contenues dans ce guide. Enfin, toujours au nom du Bureau de l Ordre, je remercie aussi les Laboratoires Abbott limitée, division des produits pharmaceutiques, pour leur importante contribution financière à la réalisation du guide. Paul Fernet, pharmacien, président Ordre des pharmaciens du Québec + Membres du Comité des sinistres entre * Membres du Comité de rédaction du guide 4

5 ÉNONCÉ DE MISSION DE L ORDRE DES PHARMACIENS L Ordre des pharmaciens du Québec, dont le rôle consiste à protéger la santé du public en matière de services pharmaceutiques, entend apporter son entière coopération à faire des pharmaciens 1 des «partenaires responsables» orienté vers l amélioration de la santé et du bien-être des Québécois, en collaboration avec le ministère de la Santé et des Services sociaux et les autres intervenants en santé. À cette fin, l Ordre entend notamment : aider ses membres à améliorer les services professionnels existants et à en développer de nouveaux selon les besoins de la population; mettre en évidence, auprès du public, des gouvernements et des autres intervenants en santé, le rôle du pharmacien comme conseiller du patient, comme consultant auprès des autres professionnels de la santé et comme éducateur du public; collaborer avec les gouvernements et les autres intervenants en santé dans la recherche, l élaboration et la mise en œuvre de programmes compatibles avec le rôle de l Ordre, qui permettront d améliorer la santé et le bien-être des Québécois; inciter ces derniers à tirer davantage profit de l ampleur et de l accessibilité du réseau des pharmacies communautaires et des pharmacies des établissements de santé dans la diffusion et la mise en œuvre de certains de ces programmes. Décembre Le masculin est utilisé dans ce texte afin d en alléger la lecture. 5

6 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...2 ÉNONCÉ DE MISSION DE L ORDRE DES PHARMACIENS...5 COMMENT UTILISER CE GUIDE...7 HISTORIQUE DU PROGRAMME D ASSURANCE- RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE...9 QUELQUES STATISTIQUES...11 TABLEAU 1 : FRÉQUENCE ANNUELLE DES SINISTRES...12 TABLEAU 2 : GRAVITÉ DES SINISTRES...13 TABLEAU 3 : MÉDICAMENTS FRÉQUEMMENT IMPLIQUÉS DANS LES SINISTRES.14 TABLEAU 4 : DÉDOMMAGEMENTS LES PLUS ÉLEVÉS...15 TABLEAU 5 : L'EXEMPLE DU GLYBURIDE...15 QUELQUES CONSIDÉRATIONS THÉORIQUES...16 Conséquence de l erreur...16 TABLEAU 6 : CLASSIFICATION DES ERREURS SELON LA CONSÉQUENCE...16 Source de l erreur...17 TABLEAU 7 : CLASSIFICATION DES ERREURS SELON LA SOURCE...17 Cause du sinistre...18 TABLEAU 8 : CLASSIFICATION DES SINISTRES SELON LA CAUSE...19 PRÉVENIR LES ERREURS...20 Cause 1 : identification erronée du patient...20 TABLEAU 9 : MESURES PRÉVENTIVES DES ERREURS D IDENTIFICATION...21 Cause 2 : interprétation de l ordonnance...21 TABLEAU 10 : MÉDICAMENTS HOMONYMES ET HOMOPHONES...22 TABLEAU 11 : MESURES PRÉVENTIVES DES ERREURS D'INTERPRÉTATION 22 Cause 3 : exécution de l ordonnance...23 TABLEAU 12 : MESURES PRÉVENTIVES DES ERREURS D EXÉCUTION...24 Cause 4 : substitution...25 TABLEAU 13 : MESURE PRÉVENTIVE DES ERREURS DE SUBSTITUTION...25 Cause 5 : défaut de conseils...25 TABLEAU 14 : MESURE PRÉVENTIVE DES ERREURS PAR DÉFAUT DE CONSEILS...26 Cause 6 : erreurs diverses ou sur lesquelles les informations sont incomplètes...26 TABLEAU 15 : MESURES PRÉVENTIVES GÉNÉRALES...27 TABLEAU 16 : SOMMAIRE DES MESURES PRÉVENTIVES...28 GÉRER LES ERREURS...29 TABLEAU 17 : LA GESTION D'UNE ERREUR EN 8 ÉTAPES...36 CONCLUSION...37 DÉFINITIONS...38 DOCUMENTS CONSULTÉS/ RÉFÉRENCES.. 39 Annexe A : Exemple de liste de contrôle de l exécution d une ordonnance..40 6

7 COMMENT UTILISER CE GUIDE Comme il a été dit dans l avant-propos, la publication du guide vise deux objectifs que voici : contribuer à prévenir les erreurs relatives à la médication; gérer adéquatement toute situation issue d une erreur ou d une apparence d erreur. Pour atteindre ces objectifs, les membres du Comité de rédaction ont choisi de privilégier une forme facilitant la consultation : le moins possible de textes, beaucoup de tableaux. Ce guide n est surtout pas un ouvrage littéraire. Nous vous invitons à consulter d abord la partie du guide consacrée à la prévention des erreurs, à en discuter avec vos collègues de travail et, s il y a lieu, à mettre en application les mesures qui y sont suggérées. S il vous apparaît que plusieurs changements sont requis à la pratique professionnelle de votre milieu, donnez-vous le temps de les effectuer progressivement et avec soin. La précipitation dans la modification des méthodes de travail peut en elle-même être cause d erreurs. Il ne faut pas non plus sous-estimer à cet égard les besoins de formation du personnel. Ainsi, vous n aurez peut-être jamais à appliquer la seconde partie, consacrée à la gestion des erreurs. Toutefois, le cas échéant, rappelez-vous que les informations que vous y trouverez vous permettront, sans aucun doute, de limiter les impacts que de telles situations peuvent représenter pour votre pratique professionnelle et votre milieu d exercice. 7

8 Comme tous les pharmaciens, vous êtes certainement très occupés. Si vous n avez pas le temps de lire le guide dans son entier, nous vous suggérons de prioriser les sujets suivants : - classification des sinistres selon la cause : Tableau 8, page 18 - sommaire des mesures préventives : Tableau 16, page 27 - la gestion d une erreur en 8 étapes : Tableau 17, page 36 Bonne lecture! 8

9 HISTORIQUE DU PROGRAMME D ASSURANCE- RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE Le programme d assurance-responsabilité professionnelle de l OPQ a été mis sur pied le 1 er avril Une de ses caractéristiques principales résidait dans la constitution d un Fonds en fiducie, géré par un conseil d administration nommé par l Ordre, et alimenté par les cotisations perçues des pharmaciens en tant qu assurés du programme. Pour l essentiel, malgré quelques modifications règlementaires survenues au cours des derniers mois, c est toujours ce programme qui est en vigueur aujourd hui. Il convient ici de rappeler qu antérieurement au 1 er avril 1987, chaque pharmacien devait contracter lui-même une assurance-responsabilité personnelle auprès d un assureur, ce qui provoquait un certain nombre de difficultés. D une part, l Ordre ignorait à la fois le nombre et la nature des sinistres survenant en pharmacie, en plus de vivre une constante incertitude quant au statut d assuré de chacun de ses membres; les pharmaciens, pour leur part, faisaient face à une augmentation rapide des primes, sans être en aucune façon capables d évaluer si ces hausses étaient justifiées. L implantation de ce régime universel d assurance-responsabilité professionnelle a permis de résoudre ces difficultés. La gestion de la cotisation au programme d assurance, simultanée avec la cotisation annuelle, assure à l Ordre que tous les pharmaciens en exercice sont dûment couverts pour les services qu ils rendent à la population. De plus, grâce au Comité des sinistres chargé d étudier chaque dossier en toute confidentialité, l Ordre dispose de statistiques, non nominatives mais précises, sur les sinistres reliés à l exercice de notre profession. 9

10 La prime établie au départ, soit 175$ par an, n a pas changé depuis le début du programme. En dollars constants, il s agit là d une diminution relative importante. De plus, un plafond de cotisation a été établi en ; ce plafond était et demeure fixé à 1 255$. En outre, de 1987 à ce jour, la couverture de l assurance-responsabilité professionnelle des pharmaciens s est accrue dans de notables proportions, passant de 250,000$ par sinistre (maximum 750,000$ par pharmacien par an) à 1,000,000$ par sinistre (maximum 2,000,000$ par pharmacien par an). En date du 31 mars 1999, l actif du Fonds en fiducie s élevait à $, ce qui témoigne de sa bonne santé financière. 10

11 QUELQUES STATISTIQUES Notre programme d assurance-responsabilité professionnelle est donc en place depuis 13 ans. Au cours de cette période, notre profession a profondément évolué. Le nombre, la variété et la complexité des services professionnels rendus par les pharmaciens se sont considérablement accrus. À titre d exemple, plus de 80 millions d ordonnances sont maintenant exécutées chaque année au Québec, et ceci en ne tenant compte que des services offerts en pratique privée. Le nombre annuel de sinistres déclarés demeure pourtant très faible. Comme le démontre le Tableau 1, il s établit à 975 pour les 12 premières années du programme d assurance, soit en moyenne 81 par année, ou 123 par année pour les cinq dernières années pour lesquelles des informations sont disponibles ( à ). Tout au long de cette période, la gravité des sinistres, établie sur la base des dédommagements versés, a varié sensiblement d une année à l autre. Comme le démontre le Tableau 2, ces dédommagements ont atteint un minimum de 25,286$ en , et un maximum de 162,560$ en Ce tableau doit toutefois être interprété avec prudence, la majorité des sinistres des dernières années n ayant pas connu encore de règlement. Pour les neuf premières années du programme, la moyenne annuelle des dédommagements versés s établit à 102,737$. L étude de ces 975 dossiers démontre que certains médicaments sont plus susceptibles que d autres d être impliqués dans des sinistres. Les raisons en sont multiples : cela peut refléter le fait qu ils sont plus souvent prescrits, ou que leur nom, leur forme, leur couleur ou toute autre caractéristique crée de la confusion, ou encore que les conséquences d une erreur sont plus sérieuses. Le Tableau 3 énumère les 28 produits les plus fréquemment impliqués dans les sinistres, tandis que le Tableau 4 présente pour sa part les 20 dédommagements les plus élevés, ainsi que les produits en cause dans ces réclamations. Enfin, le Tableau 5 présente, pour un médicament fréquemment impliqué dans des réclamations, le glyburide, la nature des dix erreurs survenues. Encore une fois, nous constatons que le nombre d erreurs déclarées est faible, en regard du nombre d actes pharmaceutiques exécutés chaque année. Toutefois, une telle statistique est trompeuse : pour le patient qui en est victime, une erreur est toujours significative, quelle que soit la fréquence de son occurrence en général. 11

12 TABLEAU 1 : FRÉQUENCE ANNUELLE DES SINISTRES 12

13 TABLEAU 2 : GRAVITÉ DES SINISTRES 13

14 TABLEAU 3 : MÉDICAMENTS FRÉQUEMMENT IMPLIQUÉS DANS LES SINISTRES MÉDICAMENT PRESCRIT NB DE CAS DÉCLARÉS Prednisone 47 Lévothyroxine 21 Lorazépam 18 Amoxicilline 14 Digoxine 14 Codéine 13 Acétaminophène 12 Furosémide 12 Warfarine 12 Lisinopril 11 Médroxyprogestérone 11 Glyburide 10 Halopéridol 10 Carbamazépine 9 Phénobarbital 9 Clonazépam 8 Hydrocortisone 8 Méthoxsalène 8 Morphine 8 Procyclidine 8 Propranolol 8 Diclofénac 7 Diltiazem 7 Érythromycine 7 Insuline 7 Pénicilline 7 Ranitidine 7 Simvastatine 7 Source : Études annuelles des sinistres Dale-Parizeau L.M. inc. 14

15 TABLEAU 4 : DÉDOMMAGEMENTS LES PLUS ÉLEVÉS CAS DÉDOMMAGEMENT (incluant indemnités et frais) $ Glyburide Nitrazépam Warfarine Divers médicaments du SNC Médroxyprogestérone Glyburide Améthopterine Glyburide Prednisone Méthyldopa MÉDICAMENTS EN CAUSE Cantharidine-podophylline-acide salicylique Testostérone Clobazam Phénobarbital Méthoxsalène Warfarine Chlorthalidone Warfarine Isosorbide Chlorpropramide Source : Études annuelles des sinistres Dale-Parizeau L.M. inc. TABLEAU 5 : L EXEMPLE DU GLYBURIDE NATURE DE L ERREUR Lorazépam servi au lieu de glyburide Autre benzodiazépine servie au lieu de glyburide Médroxyprogestérone servie au lieu de glyburide Prednisone servie au lieu de glyburide Dose de 12.5mg servie au lieu de 2.5mg Dose de 5mg servie au lieu de 2.5mg Glyburide remis à un patient à qui il n était pas destiné 4 cas 1 cas 1 cas 1 cas 1 cas 1 cas 1 cas Source : Études annuelles des sinistres Dale-Parizeau L.M. inc. 15

16 QUELQUES CONSIDÉRATIONS THÉORIQUES La littérature relative au sujet de ce guide est abondante. Le lecteur qui désire en savoir plus peut d ailleurs à cet égard référer, à la fin du guide, à la liste des documents consultés et des références. Plusieurs organismes ont établi des classifications d erreurs basées sur différents aspects de la problématique, notamment sur les conséquences, les sources, ou les causes des erreurs. Nous traiterons maintenant de ces trois sujets. Conséquence de l erreur La classification présentée au Tableau 6 répartit les erreurs relatives à la médication en 9 catégories, en fonction des conséquences pour le patient. Elle a été établie en 1998 par un organisme américain, le National Coordinating Council for Medication Error Reporting and Preventing (NCCMERP) 1, et elle a été adoptée notamment par la Fédération internationale pharmaceutique (F.I.P.) 1. Cette classification a la caractéristique et le mérite de mettre l accent sur le patient, et non sur l événement lui-même. TABLEAU 6 : CLASSIFICATION DES ERREURS SELON LA CONSÉQUENCE CATÉGORIE TYPE D ERREUR COMMENTAIRE A Aucune Situation présente une possibilité d erreur B Erreur sans conséquence pour le patient Erreur survenue, mais le médicament n a pas été administré au patient C Idem Médicament administré au patient; aucun dommage D E Idem Erreur avec conséquence pour le patient Médicament administré au patient; monitorage additionnel requis; aucun dommage Traitement ou intervention requis; dommage temporaire F Idem Hospitalisation requise; dommage temporaire. G Idem Dommage permanent H Idem I Idem Décès Urgence médicale (arrêt cardiaque; choc anaphylactique etc.) 16

17 Source de l erreur L American Society of Health-System Pharmacists (AHSP), pour sa part, a établi une classification mixte, partiellement basée sur la source de l erreur 2. Relativement complexe, cette classification peut néanmoins être simplifiée, comme le fait Bennet 3, en regroupant les erreurs en 4 catégories ; une adaptation de la classification de Bennet vous est présentée au Tableau 7. TABLEAU 7 : CLASSIFICATION DES ERREURS SELON LA SOURCE SOURCE DE L ERREUR Prescripteur Pharmacien Personnel soignant Patient EXEMPLES -Choix d un médicament ou d une posologie non approprié -Écriture illisible -Ordonnance incomplète -Validation incorrecte de l ordonnance -Sélection incorrecte du médicament à servir -Conseils insuffisants -Omission d administrer le médicament -Administration d un médicament non prescrit -Voie d administration incorrecte -Absence de fidélité au traitement -Consommation abusive -Prise inadéquate du médicament De toute évidence, le pharmacien n est pas le seul en cause lorsqu il s agit des erreurs relatives à la médication, puisque le processus prescription/préparation/administration des médicaments implique plusieurs intervenants différents. Plus les intervenants sont nombreux d ailleurs, par exemple en établissement de santé, plus ce processus doit être établi et appliqué rigoureusement. Toutefois, ce guide ne traite pas des erreurs dont la paternité peut être attribuée à une source autre que le pharmacien ou le personnel de la pharmacie. 17

18 Le pharmacien doit évidemment, avant tout, contrôler la partie du processus qui dépend de lui. Cependant, l orientation même de l exercice de la profession, confirmée par de nombreuses décisions judiciaires, fait en sorte qu il relève de notre responsabilité professionnelle d assurer le leadership pour prévenir et corriger les erreurs qui pourraient se produire à d autres niveaux. Il serait impensable pour le pharmacien, par exemple, d exécuter sans contacter le prescripteur une ordonnance dont la graphie prête à confusion ou dont la posologie paraît hors-norme. Cause du sinistre Dans l exercice de ses fonctions, le Comité des sinistres a établi une catégorisation des erreurs extrêmement pragmatique, basée sur les 975 cas analysés au cours des années. Cette classification reliée aux causes immédiates de l événement, a le grand mérite de permettre de développer des recommandations à la fois simples et précises, et donc susceptibles de réduire les risques d erreurs. C est cette approche que nous utiliserons dans la section «Prévenir les erreurs» de ce guide. Comme le Tableau 8 l indique, elle compte sept catégories, dont certaines se divisent en sous catégories. 18

19 TABLEAU 8 : CLASSIFICATION DES SINISTRES SELON LA CAUSE NOMBRE % Cause 1 : identification erronée d un patient A Ordonnance inscrite au mauvais dossier 3 0,31 B Remise du médicament à un autre patient 27 2,77 C Autre 1 0,10 Cause 2 : erreur d interprétation de l ordonnance A Nom du médicament ,72 B Posologie ,82 C Voie d administration 2 0,21 D Fréquence d administration 4 0,41 E Autres 7 0,72 Cause 3 : erreur d exécution de l ordonnance A Sélection d un médicament à proximité de celui requis ,18 B Nom du médicament interprété incorrectement 16 1,64 C Précomptés 16 1,64 D Mauvaise sélection à l ordinateur 30 3,08 E Étiquetage incomplet 39 4,00 F Mauvaise sélection de médicament ,46 G Autres 19 1,95 Cause 4 : substitution 24 2,46 Cause 5 : défaut de conseil 50 5,13 Cause 6 : divers (ex : bris de confidentialité) 79 8,10 Information incomplète sur l événement 81 8,30 TOTAL : ,00 Source : Études annuelles des sinistres Dale-Parizeau L.M. inc. 19

20 PRÉVENIR LES ERREURS Exprimé simplement et de façon imagée, l objectif de tout processus de distribution de médicaments est l atteinte des «5 B» : le BON MÉDICAMENT, administré à la BONNE PERSONNE, au BON MOMENT, à la BONNE POSOLOGIE, et de la BONNE FAÇON. Bien entendu, les termes employés dans cette expression peuvent varier en complexité, selon la situation, et selon le niveau d exercice. Dans son expression la plus simple, qui représente le niveau fondamental d exercice de la profession, l atteinte des «5 B» assure à tout le moins au patient, comme au pharmacien, que tous les efforts nécessaires ont été déployés pour éviter toute erreur reliée à l une ou l autre des causes figurant au Tableau 8. Dans cette section, nous passerons donc en revue quelques-unes des mesures qui peuvent prévenir l occurrence des erreurs relatives à la médication en pharmacie. Cause 1 : identification erronée du patient (3% des sinistres déclarés) Bien qu elles soient dans l ensemble relativement peu fréquentes, la prévention des erreurs de cette nature mérite une grande attention, d une part parce que leurs conséquences peuvent être très graves, d autre part parce qu elles peuvent impliquer deux patients à la fois. Deux situations principales sont constatées : inscription d une ordonnance au dossier informatisé d un autre patient (ex : patient précédent, patient homonyme etc.); remise du médicament à un patient à qui il n est pas destiné. 20

21 Quatre mesures préventives simples peuvent permettre d éviter les erreurs de cette nature. Elles sont énumérées au Tableau 9 : TABLEAU 9 : MESURES PRÉVENTIVES DES ERREURS D IDENTIFICATION #1. #2. À la réception de l ordonnance : vérifier et compléter l identification du patient (nom et prénom), en ajoutant sur l ordonnance (si le prescripteur ne l a pas fait) un second élément d identification : date de naissance, adresse (obligatoire pour les ordonnances verbales et transférées), ou numéro de dossier d assurance-maladie Regrouper l ordonnance et la médication préparée pour chaque patient dans un plateau distinct, et ce jusqu à la remise au patient. Pour plus de sûreté : utiliser des plateaux de différentes couleurs pour différentes situations (ex : passera, livraison, urgent, etc.) #3. Lors de la remise des médicaments, appeler le patient par son nom, et lui rappeler le but de sa médication : «M. ou Mme X. voici vos médicaments pour» Il convient évidemment, ce faisant, de respecter le besoin de confidentialité des patients #4. Être à l affût de toute remarque ou question du patient à l égard d un changement dans sa médication (es : couleur, forme ou goût du médicament, etc) qui refléterait possiblement une erreur Il y a lieu aussi de rappeler ici une vérité très simple : si un patient signale avoir reçu un médicament qui ne lui est pas destiné, il est possible qu il y ait eu confusion entre deux patients, et donc qu un autre patient ait lui aussi reçu un médicament qui ne lui était pas destiné. Cette hypothèse doit donc être éliminée avant de conclure à une erreur simple. Cause 2 : interprétation de l ordonnance (27 % des sinistres déclarés) Sont incluses ici toutes les erreurs provoquées par une validation incorrecte de l intention du prescripteur, que ce soit en ce qui concerne le nom du médicament, la posologie, la voie ou la fréquence d administration, etc. Ces erreurs sont parmi les plus fréquentes. 21

22 Malheureusement, certaines des causes fondamentales des erreurs de cette nature sont imputables à des facteurs dont le contrôle nous échappe. Ce sont, par exemple, la faible lisibilité de certaines écritures et la similitude des noms de plusieurs médicaments. Cependant, la responsabilité de prendre les moyens appropriés pour déchiffrer adéquatement l ordonnance nous appartient. Plusieurs médicaments entrent dans la catégorie des médicaments homonymes ou homophones, c est à dire qu ils s écrivent ou se prononcent de façon semblable. Les possibilités de confusion sont quasi illimitées, car il existe plusieurs milliers de noms commerciaux et de noms communs (génériques) de médicaments. Parfois un nom commercial peut être confondu avec un nom commun, parfois avec un autre nom commercial, parfois deux noms communs sont en cause. Le Tableau 10, absolument pas exhaustif, illustre quelques exemples de médicaments homonymes ou homophones, parmi des centaines d autres. Le Tableau 11 énumère quelques mesures préventives à l égard de cette classe d erreurs. TABLEAU 10 : MÉDICAMENTS HOMONYMES ET HOMOPHONES Capoten MD Coptin MD Celebrex MD Celexa MD Clavulin MD Claritine MD Coumadin MD Kémadrin MD Cyclomen MD Cytotec MD Demulen MD Dalmane MD Ditropan MD Diazépam Eltroxin MD Fluoxétine Lomotil MD Surmontil MD Losec MD Lasix MD Mogadon MD Modulon MD Novahistine MD Novahistex MD Nozinan MD Norpramin MD Prednisone Prednisolone Robaxin MD Noroxin MD Stieva-A MD Synalar MD Théodur MD Tégrétol MD Tobradex MD Tobrex MD 22

23 TABLEAU 11 : MESURES PRÉVENTIVES DES ERREURS D INTERPRÉTATION #5. Vérifier l intention thérapeutique (ex : pour la pression? pour la diarrhée? etc.) avec le patient ou, si besoin, avec le prescripteur. Il est également recommandé d écrire l intention thérapeutique sur l étiquette, pour permettre au patient de s y retrouver ultérieurement #6. Obtenir du patient les informations fondamentales en ce qui concerne son histoire pharmacothérapeutique : allergies, grossesse/allaitement, masse (poids) pour les enfants, autres médicaments #7. Vérifier attentivement la présence ou l absence d une virgule ou point décimal, notamment pour les médicaments disponibles sous plusieurs teneurs (ex : halopéridol 0,5mg et 5mg; Coumadin MD 1,0mg et 10mg; etc.) #8. Clarifier avec le prescripteur tout nom de médicament portant à confusion, toute abréviation d interprétation douteuse (HCTZ, AZT, INH, KI, etc.), toute posologie ambiguë (ex : q.d. vs q.i.d.) #9. Prêter une attention particulière aux paramètres inhabituels d une ordonnance. Une posologie, une durée de traitement hors-norme devraient immédiatement inspirer un doute : ces indices permettent souvent de remettre en question l identification du médicament #10. Réserver absolument au pharmacien (ou à un stagiaire sous sa surveillance) la fonction de recevoir les ordonnances verbales et les transferts d ordonnances. Cette fonction ne peut en aucun cas être déléguée au personnel de soutien #11. Répéter l ordonnance verbale au prescripteur. Demander des précisions si requis. Se rappeler que l accent et la prononciation des interlocuteurs (médecins et pharmaciens) peuvent varier considérablement, particulièrement dans un milieu multi-ethnique. #12. Utiliser les formulaires «ordonnances verbales et transférées» recommandés par l Ordre, et prendre le temps de remplir toutes les cases. Cause 3 : exécution de l ordonnance (46% des sinistres déclarés) Les erreurs de cette catégorie sont les plus fréquentes. Ce sont notamment celles où, pour différentes raisons, le médicament sélectionné pour exécuter l ordonnance ne correspond pas à 23

24 l interprétation correctement faite de cette ordonnance, et celles où l étiquette comporte des informations erronées alors même qu il s agit du bon médicament. Les causes de ces erreurs sont essentiellement techniques ou organisationnelles : proximité des médicaments sur les étagères, emballage semblable, précomptés incorrectement identifiés, etc. Le Tableau 12 présente quelques mesures préventives des erreurs de ce type. TABLEAU 12 : MESURES PRÉVENTIVES DES ERREURS D EXÉCUTION #13. Limiter les produits précomptés; le cas échéant, les identifier complètement : nom commercial du médicament, concentration ou teneur, numéro de lot, date de péremption, qui sont des informations obligatoires en vertu du Règlement sur la tenue des pharmacies #14. Éviter le rangement des médicaments par noms de fabricants. Utiliser plutôt l ordre alphabétique (noms communs ou noms commerciaux), ou encore l ordre pharmacologique (classes de la RAMQ). Noter cependant qu un changement de méthode de rangement doit être accompagné d une formation appropriée du personnel #15. Ne pas utiliser sur les étiquettes des posologies vagues telles que «usage connu», «tel que prescrit» #16. Identifier les médicaments «à risque». Comme on l a vu aux Tableaux 3 et 4, certains médicaments sont impliqués plus souvent que d autres dans des sinistres et les réclamations qu ils provoquent sont plus élevées. Ces produits peuvent donc être identifiés de façon distincte sur les étagères, pour rappeler ce fait au personnel. #17. Porter une attention particulière à la posologie des ordonnances pédiatriques. Toujours obtenir la masse (poids) de l enfant, et l inscrire au dossier (avec la date). #18. Pour la médication pédiatrique liquide : indiquer la posologie en millilitre, et non en cuillerée à thé, et suggérer aux parents un instrument de mesure précis. 24

25 Cause 4 : substitution (2% des sinistres déclarés) La Loi sur la pharmacie autorise à certaines conditions le pharmacien à procéder à une substitution entre deux produits dont la dénomination commune est la même. Le plus souvent, les sinistres reliés à cette classe d erreurs surviennent parce que cette règle n a pas été respectée, et très fréquemment les produits en cause sont des corticostéroïdes. Bien que ces erreurs soient peu fréquentent, les conséquences en sont souvent graves ou mêmes très graves, incluant l hospitalisation. Le Tableau 13 suggère une mesure préventive très efficace à cet égard, qui met à contribution le «Guide sur la substitution en pharmacie», publié par l Ordre en Ce guide contient plusieurs règles de conduite simples à l égard de la substitution. TABLEAU 13 : MESURE PRÉVENTIVE DES ERREURS DE SUBSTITUTION #19. Consulter et appliquer le «Guide sur la substitution en pharmacie» 4. Cause 5 : défaut de conseils (5% des sinistres déclarés) L article 17 de la Loi sur la pharmacie, qui constitue le fondement de l exercice de notre profession, fait de la communication aux patients d informations sur l emploi de la médication une obligation pour le pharmacien. Cette fonction représente donc un élément incontournable du rôle du pharmacien. De plus en plus, les patients sont conscients de cette réalité; de ce fait, le nombre de réclamations appartenant à cette classe d erreurs est en hausse depuis quelques années. Mais, évidemment, le temps attribuable à cette fonction n est pas extensible à l infini, tandis que les informations susceptibles d être communiquées à un patient sont potentiellement quasi illimitées. 25

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec MAI 2007 Table des matières Avantages et inconvénients de

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard

La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard PLAN DE LA PRÉSENTATION Les conditions de la responsabilité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions ASSURANCE COLLECTIVE Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions Pour une vue détaillée de l outil, consultez l aide-mémoire qui est accessible à partir de la section «Liens utiles» du simulateur.

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

INSCRIPTION AU TABLEAU ET MISE À JOUR DES RENSEIGNEMENTS 2014 2015 FOIRE AUX QUESTIONS

INSCRIPTION AU TABLEAU ET MISE À JOUR DES RENSEIGNEMENTS 2014 2015 FOIRE AUX QUESTIONS INSCRIPTION AU TABLEAU ET MISE À JOUR DES RENSEIGNEMENTS 2014 2015 FOIRE AUX QUESTIONS Exercice de la profession d ergothérapeute Q. Qu est-ce que l exercice de la profession pour l Ordre? R. L Ordre définit

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

DÉLÉGATION CONTENANT CONTENU : EST-CE RENTABLE?

DÉLÉGATION CONTENANT CONTENU : EST-CE RENTABLE? DÉLÉGATION CONTENANT CONTENU : EST-CE RENTABLE? TOUR D HORIZON DÉLÉGATION CONTENANT - CONTENU Christiane Mayer, conseillère en organisation du travail AVANTAGES EST-CE RENTABLE? NORME DE L OPQ REGISTRES

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie dossier de presse Contact presse CNAMTS : Sandra Garnier 01 72 60 15 91 sandra.garnier@cnamts.fr Paris, le

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE Adoptée le 1 er avril 2008 Révisée le 27 janvier 2012 ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution #

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # PROCÉDURE GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE # 40-02 Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # Autorisation Susan Tremblay Directrice générale Page 1 de 10 1. Préambule Le

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

CONCOURS «LIRE» Règlements de participation

CONCOURS «LIRE» Règlements de participation CONCOURS «LIRE» Règlements de participation 1. Le concours est organisé par Attraction Images Productions inc. (ci-après les «Organisateurs du concours») dans le cadre de l émission «Lire» diffusée à Artv

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

Travailleur autonome. 6. Avez-vous eu des changements dans vos activités/opérations depuis le dernier renouvellement? :

Travailleur autonome. 6. Avez-vous eu des changements dans vos activités/opérations depuis le dernier renouvellement? : FORMULAIRE POUR NOUVEAU ADHÉRANT PROGRAMME D ASSURANCE DIC Assurance de responsabilité civile et professionnelle pour les membres de designers d intérieur du Canada (DIC) Une copie des documents suivants

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES 209 GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES TABLE DES MATIÈRES Pages OBJECTIFS... 1 SECTION I - CLAUSES INTERPRÉTATIVES... 1 SECTION II - DISPOSITIONS GÉNÉRALES...

Plus en détail

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultezle pour

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions et Assurance de la responsabilité civile générale

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions et Assurance de la responsabilité civile générale Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

Assurance collective des RSG-CSQ. Foire aux questions

Assurance collective des RSG-CSQ. Foire aux questions Assurance collective des RSG-CSQ Foire aux questions Présenté par l équipe de la Sécurité sociale Assurances CSQ Octobre 2010 QUESTIONS GÉNÉRALES Est-ce que le régime d assurance collective des RSG est

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Tout sur l auto inspection

Tout sur l auto inspection Tout sur l auto inspection Table des matières Introduction... 3 Le point sur la sélection aléatoire... 4 Vos questions et nos réponses... 4 L auto-inspection en un clin d œil... 7 Vos questions et nos

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

ÉVALUATION DES STAGES FORMULAIRE A L'INTENTION DU GUIDE DE STAGE

ÉVALUATION DES STAGES FORMULAIRE A L'INTENTION DU GUIDE DE STAGE Identification du stagiaire ÉVALUATION DES STAGES FORMULAIRE A L'INTENTION DU GUIDE DE STAGE Nom et prénom du stagiaire Nom du guide de stage Dates de stage Identification du milieu de travail Nom de l

Plus en détail

L administration de médicaments

L administration de médicaments L administration de médicaments Édition révisée 2015 Table des matières Introduction 2 Autorisation 2 Compétence 3 Sécurité 3 Schéma décisionnel : L ordre est-il clair, complet et pertinent? 4 Schéma décisionnel

Plus en détail

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Qu est-ce que l assurance voyage? L assurance voyage est conçue pour couvrir les pertes subies de même que les dépenses

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE?

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE? DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE Tous les médecins devraient bénéficier d une protection adéquate contre les problèmes médico-légaux pouvant survenir dans l exercice de leur profession. La protection

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION NOM LÉGAL INTERVENU ENTRE COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LA SIGNATURE DES NOTES D ÉVOLUTION RÉDIGÉES PAR LES ÉTUDIANTES, LES EXTERNES OU LES CANDIDATES

AVIS CONCERNANT LA SIGNATURE DES NOTES D ÉVOLUTION RÉDIGÉES PAR LES ÉTUDIANTES, LES EXTERNES OU LES CANDIDATES AVIS CONCERNANT LA SIGNATURE DES NOTES D ÉVOLUTION RÉDIGÉES PAR LES ÉTUDIANTES, LES EXTERNES OU LES CANDIDATES Hélène d'anjou Avocate Direction des Services juridiques Avec la collaboration de Jacinthe

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation potentielle des règles antidopage Guide de consultation rapide

Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation potentielle des règles antidopage Guide de consultation rapide Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation potentielle des règles antidopage Guide de consultation rapide Octobre 2011 Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail