REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE"

Transcription

1 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI OUZOU FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES DEPARTEMENT DE LANGUE ET CULTURE AMAZIGHES Mémoire de magister Spécialité : Langue et culture amazighes Option : Linguistique Présenté par : M lle KIRECHE Ouerdya Sujet Etude comparative du vocabulaire fondamental entre les parlers de Sidi Ali Bounab et Souk El Tenine Analyse morphologique et sémantique Membres du jury : AHMED ZAÏD-CHERTOUK Malika Professeur UMMTO Présidente HADDADOU Mohand Akli Professeur UMMTO Rapporteur IMARAZENE Moussa Maître de conférence UMMTO Examinateur Date de soutenance : 25 novembre 2010

2 «La différenciation linguistique est une caractéristique des parlers humains : aucune langue n est parfaitement homogène» Pierre ENCREVE. «La diversité n est nullement un frein à l institutionnalisation d une langue». HADDADOU Mohand Akli, 2002, Défense et illustration de la langue berbère, INAS, Alger).

3 Je dédie ce mémoire à : Mes très chers parents Mes frères et sœurs Mes collègues de classe : TABTI Amar, BOUADMA Sadia, AMAZOUZ Radia, Souhila, Zahoua, Saliha.

4 travail. Je remercie toutes les personnes qui m ont aidée dans la rédaction de ce Toute ma gratitude va à mon encadreur, le professeur Mohand Akli HADDADOU qui m a toujours aidé par ses pertinentes suggestions et ses critiques constructives et qui m a toujours comprise et soutenue. Je remercie les membres du jury qui ont bien voulu lire et juger ce travail. Je remercie M r AMAOUI Mahmoud pour les marques de bienveillance qu il m a témoignées et pour ses critiques constructives, ainsi que tous les enseignants ayant contribué à ma formation. Comme je voudrais adresser mes sincères remerciements à tous mes informateurs.

5 Abréviations S.A.B: Sidi Ali Bounab S.E.T : Souk El Tenine VMS : variations morphologiques et sémantiques. S.ε.B : Sidi εli Bunab S.L: Ssuq Letnin (Ssuq n Letnin) - 4 -

6 Système de transcription Le système de notation adopté est celui utilisé dans la notation usuelle du berbère. Le point sous la lettre note l emphase sauf pour ê (fricative pharyngale sourde). Le en exposant note la labio-vélarisation. Les voyelles Les deux parlers connaissent, à l instar des autres parlers berbères, les trois voyelles suivantes : / a/, / i /, / u /. La voyelle neutre est présentée par «e». Les semi-voyelles y, w Les consonnes Labiales : b, f, m, p (emprunt français) Dentales : d, t, n, v, î Sifflantes : z, s, é, û Chuintantes : j, c Affriquées : o, tt, ç, zz Palatales : g, k, g, k Vélaires : $, x, $, x Uvulaires : q, q Laryngales : h Pharyngales : ε, ê Liquides : r, ô, l Remarque : Les consonnes tendues sont rendues par le redoublement de la lettre correspondante. Les accidents phonétiques et les assimilations ne sont pas notés. Dans le résumé en berbère, la notation est conforme aux propositions faites par le CRB- INALCO (institut national des langues orientales) en juillet

7 Introduction générale - 6 -

8 Introduction La langue berbère se présente actuellement sous forme d un ensemble de dialectes. L intercompréhension entre les locuteurs de ces différents dialectes est plus ou moins difficile. Elle est aisée entre deux points plus proches mais elle diminue au fur et à mesure que l on s éloigne. Un kabyle de Tizi Ouzou par exemple, comprend mieux un chenoui de Tipaza qu un chaoui de l Aurès mais il est difficile, voire impossible, pour lui de communiquer avec un touareg de l Ahaggar. La diversité du berbère se révèle essentiellement au plan lexical. «C est dans cette composante dit Miloud TAIFI- que les ruptures ont profondément altéré la langue» (1994, p.138), Miloud TAIFI va jusqu à dire que «les dialectes tendent vers leur autonomie lexicale» (idem). Cela montre l importance des études de lexicologie comparée qui auront donc à évaluer les divergences ainsi que les convergences entre les dialectes. Dans ce domaine nous pouvons citer l un des travaux les plus intéressants: celui de Mohand Akli HADDADOU (2003, Le Vocabulaire berbère commun, thèse de doctorat). Ce genre de travaux nous permet de mieux connaître le vocabulaire berbère lequel faciliterait la tâche des aménageurs linguistiques. Il est vrai qu on ne peut pas réaliser l aménagement linguistique du berbère à l heure actuelle, mais comme première étape nous pouvons réaliser des standards dialectaux, qui constituent d ailleurs une urgence. Cependant, nous ne pouvons pas atteindre ce résultat sans la connaissance approfondie des parlers de chaque dialecte, d où une nécessaire orientation comparatiste. Pour notre part, nous avons pensé pouvoir participer à la standardisation du Kabyle en travaillant sur la variation intra-dialectale, sur la lexicologie comparée du kabyle. Cela nous permet de mieux connaître le lexique kabyle, de dégager les convergences et les divergences entre les parlers kabyles ou du moins entre un certain nombre d entre eux. Il faut dire que le kabyle est le dialecte berbère parlé par un grand nombre de berbérophones en Algérie. Il est parlé principalement en Kabylie. La Kabylie est «d une superficie relativement limitée mais très densément peuplée, elle compte à elle seule les deux tiers des berbérophones algériens» (CHAKER Salem, 2003, p. 5)

9 Le kabyle, à l instar des langues naturelles, évolue et subit des changements qui affectent son système à tous les niveaux. André MARTINET disait que «la langue change à tout instant et ce changement peut affecter tout système linguistique à plusieurs niveaux (...) tout peut changer dans une langue : la forme et la valeur des monèmes dans l énoncé, c'est-àdire la morphologie et le lexique ; l agencement des monèmes dans l énoncé, autrement dit la syntaxe ; la nature et les conditions d emploi des unités distinctives, c est-à-dire la phonologie» (1980, pp ). C est peut être en matière du lexique, comme nous l avons souligné plus haut pour le berbère, que la divergence entre les parlers kabyles est la plus marquée et la plus immédiatement apparente. C est ce que soulignent d ailleurs les linguistes comme Mohand Akli HADDADOU qui disait que «le lexique est celui qui manifeste la plus grande diversité» (1985, p.5). Cette particularité de la matière lexicale découle du fait que «en vertu de la dualité signifiant / signifié[ le lexique]participe de la structure linguistique et de l évolution du monde. Il vieillit dans certains de ses éléments et s enrichit de nouveaux éléments en liaison avec le nombre des référents nouveaux et leur transformation» (BOUMALK Abdallah, 2006, p. 92). Le caractère illimité du lexique rend son étude dans sa totalité très difficile voire impossible. Pour cela nous limiterons notre travail à l étude du vocabulaire fondamental. Et, toujours, pour des raisons pratiques, nous nous arrêterons à deux niveaux d analyse : le niveau morphologique et le niveau sémantique. La variation peut être d ordre social, historique ou géographique. Au plan géographique, la variation linguistique du kabyle, en l absence de toute norme, ne cesse de s accentuer. A ce propos Khellaf MADOUI écrit «le kabyle ( ) étant un idiome à usage presque exclusivement oral, et en l absence de toute norme linguistique, il est susceptible de connaître une tendance accentuée à la variation sur le plan géographique» (1995, p.17). Diversité n implique pas une différence totale. Il est admis que le kabyle est, à la fois, uni et varié en ce sens que malgré la variation, il subsiste un fond commun qui permet une large perméabilité entre ses différents parlers. Toutefois ce qui présente un intérêt d étude ce sont les différences

10 Notre propos ici est de faire la comparaison entre deux parlers kabyles, géographiquement éloignés, à savoir le parler de Sidi Ali Bounab et celui de Souk El Tenine, pour déterminer les ressemblances et les divergences. La variation linguistique intra- dialectale ne doit pas être sous-estimée car dans certains cas elle constitue un obstacle difficile à surmonter pour l intercompréhension entre les groupes appartenant à une même aire dialectale. Salem CHAKER constate que «le niveau de différenciation interne aux dialectes berbères est souvent aussi grand, voire plus, que celui qui existe entre les dialectes eux-mêmes. Pour prendre un exemple concret, il n y a pas plus de différences entre le kabyle et n importe quel parler du Maroc d une part, qu entre le parler de la région de Aokas (tasaêlit) ou de Kherrata et celui d un village de Grande Kabylie, d autre part» (2006, pp ). Notre travail est organisé en trois parties : La première partie consiste en l étude comparative du vocabulaire fondamental du kabyle entre les deux parlers au plan morphologique ; nous allons étudier les différentes variantes morphologiques. Nous allons étudier aussi bien les termes de souche berbère que les emprunts. La deuxième partie consiste en l étude sémantique. Nous allons étudier les convergences et les divergences au plan sémantique. L étude de ces variations morphologiques et sémantiques nous amène à nous poser des questions sur les difficultés qu elles peuvent créer pour l intercompréhension entre les deux groupes. Nous allons, donc, dans la troisième et dernière partie, évaluer les incidences de ces variations sur l intercompréhension entre les deux groupes considérés

11 Avant de procéder à l analyse, nous allons d abord définir ce que nous entendons par «dialecte et parler» : * Dialecte : nous utilisons le mot dialecte dans le sens de «variante du berbère commun qui, tout en partageant un faisceau de traits communs avec d autres variantes, s en différencie. ( ) dans certains dialectes, le nom de la variété est dérivé de dénominations géographiques : tacenwit (chenoui), dialecte du mont chenoua, à l ouest d Alger, (.). Certains dialectes tirent encore leur dénomination d appellations ethniques, d origine berbère ou arabe : tamazi$t, dialecte du maroc central, ( ) taqbaylit (kabyle), de l arabe lqbayel». (HADDADOU Mohand Akli, 2003, p.). * Parler : nous utilisons le mot parler dans le sens de subdivision d un dialecte. «Ils (parlers) sont caractérisés par des particularités phonétiques, lexicales, parfois grammaticales» (CHAKER Salem, 1991, p.130)

12 Corpus Notre étude, comme le préconise la théorie fonctionnaliste, est faite à base d un corpus. Pour répondre aux exigences de notre démarche comparative, nous avons retenu la méthode de comparaison de listes diagnostics. Et pour élaborer ces listes nous avons jugé insuffisant de limiter le travail à un seul ou deux champs d investigations. Nous avons, plutôt, opté pour la comparaison du vocabulaire fondamental du kabyle, qui nous permettra ainsi de toucher à différents champs et surtout aux termes les plus fréquents. Nous avons essayé d opposer les dénominations d une même notion dans les deux régions à savoir la région de Sidi Ali Bounab et celle de Souk El Tenine. Mais avant d exposer la méthode utilisée pour la réalisation de ce corpus, il est nécessaire de définir d abord ce qu est le vocabulaire fondamental. Le vocabulaire fondamental d une langue correspond au petit nombre de termes très usuels, indispensables à la communication et communs à tous les locuteurs de cette langue. Dans le dictionnaire de linguistique, on définit le vocabulaire fondamental d une langue comme «l ensemble des items lexicaux les plus fréquemment utilisés dans un corpus étendu d énoncés, écrits ou parlés, appartenant à l usage le plus courant et sélectionnés à des fins pédagogiques» (DUBOIS Jean et all, 1972, entrée fondamentale). Par fréquence, nous entendons «le nombre d occurrences d une unité linguistique dans un corpus» (DUBOIS Jean et all, ibid, entrée fréquence). Elle «peut augmenter sous la pression directe des besoins de la société» (MARTINET André, 1980, p. 187). L utilisation de la fréquence comme le souligne Saïd CHEMAKH «est une base objective pour fixer un nombre limité d unités lexicales à sélectionner» (2003, p. 89) Pour procéder au recueil de ces termes, nous avons opté pour les techniques de recueil oral, à l aide bien évidemment des enregistrements. Ainsi, une série d enquêtes a été mise en place dans ces deux régions pour déterminer le nombre de termes dont un kabyle se sert le plus. Les enregistrements ont été effectués à l aide d un enregistreur au su des sujets, à l exception de celui que nous avons fait dans la région de Souk El Tenine, où nous avons réalisé un enregistrement d environs 60 mn entre deux femmes, tout en instruisant ces informateurs sommairement de nos dessins. Nous leur avons laissé toute la liberté d engager

13 la discussion sur les sujets qui leur tenaient à cœur : les traditions, leur santé, leur vie quotidienne, leurs occupations, nous raconter un petit conte,. Avec les personnes âgées l évocation du passé était d un excellent rendement. Nous nous efforcions de mettre le sujet dans un état de détente qui garantie une langue naturelle et une expression spontanée. Ce qui fait d ailleurs le point positif par rapport aux travaux qui se basent sur des textes écrits où la langue est surveillée. Il nous est arrivé aussi d intervenir des fois en posant des questions ou en faisant des remarques pour allonger la discussion. Les enregistrements ont été effectués dans les deux régions ; deux informateurs ont été enregistrés dans la région de Sidi Ali Bounab et trois autres dans la région de Souk El Tenine. Ils représentent environs 4 heures, à raison d une heure environ pour chaque informateur. Une fois ces textes parlés (unilingue) établis, ils seront transcrits et traités ainsi comme des textes écrits. Notre corpus a été établi selon une méthode dite «méthode statistique», qui accordait beaucoup d importance au facteur numérique, à la fréquence des termes dans la langue parlée et à la recherche des termes disponibles les plus utilisés. La statistique lexicale «est une application des méthodes statistiques à la description du vocabulaire» (NIKLAS- SALMINEN Aïno, 1997, p.35), et «l ancêtre des statistiques de vocabulaire est le dictionnaire de fréquence de l allemand publié en 1897 par J.W. Kaeding» (GOUGENHIM.G, MICHEA.R, 1964, p.31). Nous avons dénombré, à partir de ces textes transcrits, termes dont 1872 qui sont différents. Parmi ces 1872 termes, 535 n apparaissent qu une fois, 218 deux fois, 115 trois fois, 87 quatre fois, 194 apparaissent entre 5et 9 fois, 507 entre 10 et 20 fois, 134 entre 21 et 29 fois et 82 apparaissent 30 fois et plus. Nous n avons retenu que les unités lexicales qui apparaissent au moins 10 fois, soit 723 unités lexicales différentes. Il y a lieu de souligner ici qu à ce niveau, nous ne prenons pas en considération la variation, c'est-à-dire que toutes les variantes d un même signifié sont groupées et comptées une fois comme un seul terme. Nous avons constaté qu un nombre important de termes pourtant extrêmement usuels pour lesquels le critère de fréquence était dénué de signification : ceux dont l emploi est lié à

14 une situation particulière ou à un phénomène particulier. Ces termes reçoivent généralement la dénomination de termes disponibles. Pour déterminer ces termes et leurs degrés de disponibilité nous avons dressé une liste de 17 champs notionnels : Les parties du corps Les vêtements (peu importe que ce soient des vêtements d homme ou de femmes) Habitations et éléments de la maison Maladies Couleurs Nourriture Objets pour dormir Objets pour tisser, coudre Instruments agricoles et d artisan Plantes (cultivées et sauvages), arbres, fleurs Animaux (sauvages et domestiques), oiseaux Le relief, l environnement Les minéraux Atmosphère Temps L espace (comment indiquer les différentes positions et comment se repérer dans l espace) Les mesures Nous avons demandé à cinq personnes de chacun des deux parlers, de nous donner les termes qu ils associent à chaque notion et qui leur apparaissent les plus utiles à savoir à propos de cette même notion. Nous avons eu donc au total 10 listes par champ. Les unités lexicales retenues ne sont que celles qui apparaissent au moins 5 fois. Les listes ont été comparées et enrichies par des termes qui nous ont paru indispensables tels que «astilu «stylo», rradyu «radio», tilifizyu «télévision»,». Nous sommes donc passés de 723 unités à 946 unités lexicales. Il y a lieu de souligner ici que nous avons écarté les noms d habitants, de villages, de villes et ceux des pays à l exception de : lzzayer «Algérie», azzayri «algérien»/ aoazayri,

15 leqbayel «Kabyles», iôumyen «français», fransa «France» malgré leurs fréquences élevées des fois. Il faut souligner aussi que la majorité des équivalences réalisées en vue de comparaison n a pas suscité d enquêtes complémentaires mais plutôt fournie directement par les textes enregistrés quoiqu avec des fréquences plus ou moins différentes. Mais lorsqu un terme figure avec une fréquence élevée (plus de 10) ou un degré de disponibilité de plus de 5 dans un parler et son équivalant ne figure pas dans l autre parler, nous nous efforcions de le déterminer à l aide d enquêtes complémentaires en interrogeant nos informateurs ; bien qu il soit souvent difficile de trouver un équivalent unique. Tout en restant conscient que la langue, comme le souligne André MARTINET, n est ni une nomenclature ni un calque de la réalité (1980, pp.10-11)

16 Choix du sujet Le choix de notre sujet est déterminé par l extrême rareté des études de géographie linguistique en Kabylie, à l exception du travail de André BASSET (étude de géographie linguistique en Kabylie : sur quelques termes berbères concernant le corps humain) et celui de Khellaf MADOUI (étude de géographie linguistique en Petite Kabylie). Le choix des deux parlers n est pas le fait du hasard. Nous savons que certaines parties de la Kabylie, principalement les deux extrémités: l extrême orientale et l extrême occidentale constituent le parent pauvre des études berbères si ce n est quelques travaux consacrés notamment à la partie orientale, citant par exemple le travail de GENEVOIS Henri (1955) pour les parlers de la Kabylie maritime et ses environs (Aoqas, At-Mbarek) et celui de Allaoua RABHI (1994, Description d un parler berbère Ayt Mhend d Aoqas). Pour la partie extrême occidentale nous nous pouvons citer, peut-être, que le seul travail qu est le fascicule consacré aux potières de la région de Bu-Nuh et publié par le FDB (Louis De Vincennes 1971). Des études linguistiques dans ces parties deviennent, donc, une nécessité comme le souligne Kamel NAIT ZERRAD «un gros travail de recherche est encore nécessaire pour la connaissance de tout les parlers kabyles puisque certains ne sont encore que peu ou même pas du tout connus, en particulier les extrémités occidentale, et orientale du domaine» (2006, p. 286). C est cette rareté en matière d études, peut être, en plus de l éloignement dans l espace des deux parlers qui explique les difficultés d intercompréhension entre les deux groupes. Kamel NAIT ZERRAD souligne que «les sous variétés contiguës sont linguistiquement très proches alors que celles situées aux extrêmes sont plus proches du dialecte avec lequel elles sont en contact (le chaoui pour la Kabylie extrême orientale) et l intercompréhension entre elles est plus difficile» (2004, p. 52). Le choix de ce sujet nous est dicté aussi par notre conscience de l importance des études de variations intra- dialectales sachant que comme disait Salem CHAKER «notre connaissance de la variation intra- dialectale est encore très lacunaire et qu elle est plus importante que l on dit généralement. Des travaux de dialectologie systématiques et à grande échelle sont donc encore indispensables» (2006, p. 129)

17 Il ne faut pas voir dans la variation intra- dialectale qu une simple synonymie comme le fait remarquer Saïd CHEMAKH 1 et Kamel NAIT ZERRAD. Ce dernier ajoute à propos de la variation lexicale que «la variation sera mise sur le compte soit de la synonymie soit de la nuance ou bien encore d une différentiation à l intérieur d une espèce (animale, plante, )» (2006, pp ). Enfin notre choix est dicté par le désir d apporter un plus pour les aménageurs linguistiques, sachant que les études de géographie linguistique en Kabylie servent de véritables supports pour les tentatives d aménagement linguistique, notamment après l introduction de Tamazight dans le système éducatif algérien et l ouverture des trois départements amazigh (à Tizi Ouzou, Béjaia et Bouira) et après sa nationalisation (12 Mars 2002).Il est à souligner que, comme l écrivait Mortéza MAHMOUDIAN, «l aménagement doit ( ) viser non à éliminer mais bien à contenir les variations dans certaines limites» (2002, p.92), c est l idée de Salem CHAKER également qui note que «si l on veut que la norme du Kabyle ne soit la forme particulière d une sous- région déterminée, mais plutôt une koinè pan- Kabyle, prenant en compte la diversité interne du dialecte et sélectionnant dans la multitude des variantes attestées les réalisations les plus simples et les plus uniformes» (2006, p. 130). 1 Dans son intervention (conférence-débats) en 2004 à l université Mouloud MAMMERI de Tizi Ouzou (Algérie)

18 Les parlers étudiés et leurs environnements Les deux parlers qui font l objet de notre étude représentent les deux extrémités de la kabylophonie (l un pour l extrémité orientale et l autre pour l extrémité occidentale): Le parler de Souk El Tenine est situé dans l extrémité Est de la Kabylie. Il appartient à la variété dite tasaêlit, rappelons que la désignation de tasaêlit correspond aux parlers qu on trouve dans l extrême Est de Béjaia, Khellaf MADOUI ajoute, à ce propos, que «l existence d un groupe linguistique individualisé situé à l Est de Béjaia est très présente chez les locuteurs habitant la région située à l Ouest de la même ville. Ces derniers désignent par tasaêlit la variété de kabyle en usage dans le littoral- Est» (1996, p.117). Souk El Tenine qui est une commune côtière appartenant à la wilaya de Béjaia, se situe à 35 km à l Est du chef lieu de la wilaya de Béjaia, à 60 km de Jijel et à 75 km au Nord de Sétif (voir infra, annexe 4, la carte N 2). C est une région touristique, grâce à ses beaux paysages et ses sites touristiques. Son économie se base, vu sa situation géographique et ses avantages climatiques, sur l agriculture, le tourisme et le commerce. Elle compte habitants éparpillés sur une surface de 26,28 km 2 2. Le parler de Sidi Ali Bounab se trouve dans l extrémité Ouest de la Kabylie. Sidi Ali Bounab est un grand douar distant d environ 17 km de l Ouest du chef lieu de la wilaya de Tizi Oouzou et d une vingtaine de km de la localité de Tadmait (voir infra, annexe 4, la carte N 1). Le massif de S.A.B a une altitude de 835 m avec des pentes fortes. Il domine la majeure partie de la commune de Tadmait auquel il appartient (Daïra D.B.K, Wilaya de Tizi Ouzou) et qui compte habitants éparpillés sur une surface de 63,66 km 23. C est une région à vocation agricole. 2 Monographie de la commune de Souk El Tenine (Béjaia), Monographie de la commune de Tadmait (Tizi Ouzou),

19 Quelques caractéristiques linguistiques des parlers étudiés Dans le tableau suivant nous allons présenter quelques caractéristiques linguistiques de chaque parler. Que ce soit les caractéristiques phonétiques, phonologiques ou même syntaxiques. Le parler de S.A.B Le parler de S.E.T La négation Particule d aoriste Elle est exprimée par le monème discontinu ur---ara Ex : ur éri$ ara «je ne sais pas» Elle est réalisée par ad / a Ex : ad zzenze$ «je vendrai» a t- zzenze$ «je le vendrai» Elle est exprimée par le monème discontinu ul---ula, ou par le monème attêa ou êa Ex : ul éri$ ula «je ne sais pas» attêa éri$ êa éri$ Elle est réalisée par da / d Ex : da zzenze$«je vendrai» d ay- zzenze$«je le vendrai» variations La labiovélarisation Plus fréquente Ex : amdak el «ami» ak ersi «chaise» agg ad «avoir peur» Beaucoup moins fréquente Ex : amdakel «ami» akersi «chaise» aggad «avoir peur» phonéticophonologiques La sonore emphatique[v ] Présente Ex : avar «pied» Elle s assourdit, plutôt, en [ î ] Ex : aîar «pied» La tendue ww Elle est réalisée en bb w Ex : tawwurt>tabb w urt «porte» Elle est réalisée en ww Ex : tawwurt>tawwurt «porte»

20 Les assimilations n+w Elle est réalisée en [bb w ] Ex : n wergaz>bb w ergaz «de l homme» Elle est réalisée en [ww] Ex : n wergaz>wwergaz «de l homme» variations phonético- n+y Elle est réalisée en[ gg] Ex : n yilef>ggilef «du sanglier» Elle est réalisée en [ yy] Ex : n yilef>yyilef «du sanglier» phonologiques Les affriquées [pp] Existe Ex : ttru «pleurer» N existe pas, elle est rendue par la dentale sourde simple[t] Ex : ttru «pleurer» [zz] Existe Ex : wezzil «court, petit de taille» N existe pas, elle est rendue par la sifflante simple [z] ugzil «court, petit de taille» Tendance à la vocalisation de la semi- voyelle / w/ (/ w / [u]) dans le parler de S.E.T Ex : lweqt «temps» / luqt Lewsex «saleté» / lusex talwest «belle sœur (sœur du mari)» / talust

21 Partie I Morphologie

22 Partie 1 Morphologie Introduction La morphologie berbère pose de sérieux problèmes linguistiques, vu la réalité protéiforme du lexique berbère. Sur un plan spécifiquement kabyle, des phénomènes divers introduisent une grande variété de formes dont certaines correspondent à des variantes régionales, comme c est le cas pour les variantes auxquelles nous réservons cette étude. Ces variantes, ne concernent pas exclusivement les termes d origine berbère, mais également ceux empruntés à diverses langues, notamment à l arabe. Dans cette partie consacrée à la morphologie, il y a lieu de relever : Des variantes de formes partiellement différentes. Des variantes de formes totalement distinctes. Des variantes liées au genre. Des variantes liées au nombre. Mais avant de procéder à l analyse, nous allons d abord définir ce que nous entendons par morphologie. La morphologie est un «chapitre de la grammaire (...) où l on traite des variantes formelles des signifiants (...) Il s agit bien de l examen et de l exposé des variations formelles auxquelles peuvent être soumis les signifiants de monèmes, et de façon plus compréhensive tous les accidents ou variations de forme qui n ont pas de répercussion sur la valeur signifiée des unités en cause» (MARTINET André, 1985, pp ). On distingue, la morphologie grammaticale et la morphologie lexicale. C est à cette dernière que nous nous intéresserons dans cette étude. Dans cette partie nous ne nous arrêterons pas à l étude des variantes formelles liées aux signifiants de monèmes uniques, mais nous allons nous intéresser également à l étude des variantes formelles liées aux signifiants de synthèmes. Sachant que les synthèmes prennent place dans la morphologie lexicale comme l affirme FRANçOIS Denise qu «il faut distinguer une morphologie

23 Partie 1 Morphologie grammaticale (...) et une morphologie lexicale dans laquelle doivent prendre place les variations de signifiants dues à l emploi de monèmes comme conjoints au sein du synthème» (FRANçOIS Denise, 1974, P. 585). Pour des raisons pratiques et méthodologiques -non idéologiques - nous proposons la présentation de tous les exemples de cette partie selon le modèle suivant : A «signification en français» / B. Pourtant on n oubliera pas que les traductions proposées n ont qu une valeur indicative et que la correspondance entre un terme kabyle et un terme français n est jamais parfaite. Légende : A : terme appartenant au parler de Sidi- Ali- Bounab (S.A.B). B : terme appartenant au parler de Souk - El Tenine (S.E.T). Et s il nous arrive de parler d alternance vocalique ou d altérations de racines cela n implique aucunement que le terme du parler de (S.A.B) soit plus ancien que celui du parler de (S.E.T). Cette façon de faire nous est dictée par la simplicité et la commodité de l exposé, pour ces mêmes raisons ; nous allons étudier séparément les deux catégories lexicales : * verbes * noms Substantifs Adjectifs Numéraux Vu leur nombre restreint, nous allons classer et étudier ensemble les adverbes avec les noms. Nous allons étudier en premier lieu les noms puis nous passerons aux verbes

24 Partie 1 Morphologie I.1. Les Noms Dans notre inventaire, nous avons constaté que les noms sont les plus touchés par la variation. Malgré l existence de noms qui ne présentent aucune variation morphologique (mêmes signifiants pour un même signifié) (ex: amcic chat / amcic, abeônus «burnous» / abeônus) ; Il existe d autres qui ont des signifiants en partie ou totalement différents mais qui renvoient, dans les deux parlers, à un même signifié. Ce sont ceux que nous allons étudier respectivement dans les variantes de formes partiellement différentes et variantes de formes totalement distinctes. Nous allons mettre l accent aussi sur les cas où la distinction entre les deux parlers tient à l une des modalités obligatoires du nom, à savoir le genre ou le nombre. I. 1.1.Variantes de formes partiellement différentes : Dans ce type, le rapport entre les signifiants est évident. On n a guère de difficultés à identifier les deux formes supposées comme des variantes d un même signifié. La variation se réalise par un simple changement vocalique ou par altération de racines accompagnée ou non de changement vocalique. I Jeux vocaliques Le jeu vocalique affecte le schème des thèmes verbaux et nominaux ; il se repose sur quatre états de la voyelle : les trois timbres a, i, u constituant le degré plein, l absence morphologique de voyelle ou la présence de «e» constituant le degré zéro. La comparaison des termes représentant le vocabulaire fondamental dans le parler de Sidi -Ali -Bounab et leurs synonymes (quoi qu il n existe pas, du moins très rare, dans les langues naturelles, de vrais synonymes) dans le parler de Souk El Tenine, nous a permis de constater que l alternance vocalique entre deux termes congénères, aboutit bien évidemment à

25 Partie 1 Morphologie des changements formels. Cette permutation affecte dans la majorité des cas un seul phonème (une seule voyelle), mais il y a des cas où le changement affecte deux voyelles à la fois ou plus. exemples. Nous allons illustrer tous ces cas de variantes recensées dans notre corpus avec des I i / u vc 1 c 2 i c 3 / vc 1 c 2 uc 3 agris (S.A.B) «gelée, glace» / agrus (S.E.T) vc 1 c 2 c 3 i c 3 / vc 1 c 2 c 3 uc 3 aεenqiq (S.A.B) «cou» / aεenquq (S.E.T) I i / ø vc 1 ic 2 c 3 v / vc 1 c 2 c 3 v asigna (S.A.B) «nuage» / asegna (S.E.T) (t)vc 1 ic 2 c 2 v / (t)vc 1 c 2 c 2 v (t)amidda (S.A.B) «buse (oiseau de proie)» / (t)amedda (S.E.T) vc 1 c 2 i c 3 / vc 1 c 2 c 3 taswiεt (S.A.B) «moment» / tasweεt (S.E.T) I i / a vc 1 c 2 c 2 i c 3 c 4 / vc 1 c 2 c 2 a c 3 c 4 abellireo (S.A.B) cigogne / abellareo (S.E.T) (t) ic 1 i c 2 c 3 v c 4 (t) / (t)a c 1 i c 2 c 3 v c 4 (t) timiεruft (S.A.B) «chat-huant» / tamiεruft (S.E.T) ic 1 c 2 v c 3 c 4 / ac1 c 2 v c 3 c 4 idmaren (S.A.B) «poitrine» / admaren (S.E.T)

26 Partie 1 Morphologie ic 1 c 2 c 3 / a c 1 c 2 c 3 izrem (S.A.B) «serpent» / azerm (S.E.T) I a / ø vc 1 c 2 c 2 a / vc 1 c 2 c 2 (s) afella (S.A.B) «au dessus, en haut, superficiellement» / s afell (S.E.T) c 1 c 2 v c 3 a / c 1 c 2 vc 3 lêala (S.A.B) «état, temps climatique» / lêal (S.E.T) lqaεa (S.A.B) «sol» / lqaε (S.E.T) I a / i c 1 a c 2 c 1 v / c 1 i c 2 c 1 v laεli (S.A.B) «hauteur» / liεli (S.E.T) (t) a c 1 c 2 v c 3 (t) / (t) i c 1 c 2 v c 3 (t) taftilt (S.A.B) «lampe» / tiftilt (S.E.T) I a / u c 1 c 2 c 3 ac 4 / c 1 c 2 c 3 u c 4 lebraq (S.A.B) «éclaire» / lebruq (S.E.T) I ø / a c 1 c 2 c 3 c 4 / c 1 c 2 c 3 a c 4 lmelê (S.A.B) «sel» / lemlaê (S.E.T) (t) a c 1 c 2 (t) / (t) a c 1 c 2 a (t) tabret (S.A.B) «lettre» / tabôat (S.E.T) c 1 c 2 c 2 (t) / c 1 c 2 c 2 a deqqet (S.A.B) «coup» / deqqa (S.E.T)

27 Partie 1 Morphologie I u / i (t)u c 1 c 2 c 3 (t) / (t)i c 1 c 2 c 3 (t) tu$mest (S.A.B) «dent» / ti$mest (S.E.T) v c 1 c 1 u / v c 1 c 1 i ussu (S.A.B) «lit, litière, couche préparée, literie étendue sur le sol» / ussi (S.E.T) I u / ø vc 1 c 2 c 3 v c 4 u / vc 1 c 2 c 3 v c 4 amezwaru (S.A.B) «premier» / amezwar (S.E.T) vc 1 c 2 c 2 v c 3 u / vc 1 c 2 c 2 v c 3 aneggaru (S.A.B) «dernier» / aneggar (S.E.T) I u / a, i / ay uc 1 c 1 i / ac 1 c 1 ay uççi (S.A.B) «nourriture, le manger» / aççay (S.E.T) I a / ø, i / ø (t) vc 1 c 2 ac 3 i (t) / (t) vc 1 c 2 c 3 (t) tajmaεit (S.A.B) «lieu de réunion de quartier ou de village, bâti ouvert» / tajmeεt (S.E.T)

28 Partie 1 Morphologie I a / i, a / ø (t) ac 1 a c 2 (t) / (t) ic 1 c 2 (t) talast (S.A.B) «borne, limite» / tilest (S.E.T) I i / a, i / u (t) ic 1 ic 2 c 3 c 4 (t) / (t) ac 1 uc 2 c 3 c 4 (t) ti$irdemt (S.A.B) «scorpion» / ta$urdemt (S.E.T) I ø / a, a / ø c 1 c 2 a c 3 a / c 1 a c 2 c 3 a ttlata (S.A.B) «trois heures» / ttalta (S.E.T) I a / i, u / ø, i / ø ac 1 u c 2 c 3 i c 1 / ic 1 c 2 c 3 c 1 amuslim (S.A.B) «musulman» / imeslem (S.E.T) I Altérations de racines : La comparaison des deux parlers a laissé surgir des variations autres que celles liées exclusivement au système vocalique. C est la variation qui touche au système consonantique accompagnée parfois d alternance vocalique. Elle se manifeste par permutation consonantique ou par réduction ou augmentation (affixation) du nombre de radicales ou encore par métathèse

29 Partie 1 Morphologie I Alternance consonantique Cette alternance affecte les monèmes supposés dans des positions différentes : initiale, médiane ou finale comme nous avons observé un exemple où la variation touche deux positions à la fois. Elle peut se manifester par des permutations consonantiques uniquement ou accompagnée de changement vocalique. I Alternance consonantique sans changement vocalique I En position initiale v+w+c 2 c 2 c 3 vc 4 / v+g+c 2 c 3 v c 4 awezzlan (S.A.B) «court» / agezlan (S.E.T) (Cette variation s explique sur le plan diachronique par une évolution phonétique : passage de [w] à [g] ou vice-versa). I En position médiane vc 1 +g+c 2 v / vc 1 +$+c 2 v isegmi (S.A.B) «jeune pousse, rejeton» / ise$mi (S.E.T) I En position finale (t)vc 1 îîv+(î) / (t)vc 1 ddv+(î) tayeîîiî (S.A.B) «petite outre» / tayeddiî (S.E.T) (t)vc 1 c 2 c 3 v+y(t) / (t)vc 1 c 2 c 3 v+w(t) (S.E.T) ta$ enoayt (S.A.B) «cuillère» / ta$enoawt (S.E.T) I En position initiale et finale (t)vg c 2 sa / (t)vyc 2 za tag ersa (S.A.B) «soc de charrue» / tayerza (S.E.T)

30 Partie 1 Morphologie (Sur le plan diachronique le passage de [g] à [y] et de[ z] à[ s] se traite comme des variations phonétiques). I Alternance consonantique plus changement vocalique I En position initiale vrc 1 c 2 / vlc 1 uc 2 irk el (S.A.B) «entièrement, tous» / ilkul (S.E.T) I En position finale vc 1 uy / vc 1 iw aruy (S.A.B) «porc epic» / ariw (S.E.T) (Sur le plan diachronique le passage de [y] à [w]se traite comme une variation phonétique). I Chute de radicales La divergence entre les deux parlers se manifeste dans certains cas par la différence de nombres de radicales entre les deux termes à comparer. Ainsi, une racine d un terme appartenant à un parler, connaît une disparition de ses radicales, en comparaison bien évidement avec son correspondant dans l autre parler ; et ce en des positions différentes. A ce phénomène vient s ajouter, dans certains cas, des changements vocaliques. I Chute de radicales plus changement vocalique I En position initiale (t) vc 1 c 2 i (t) / (t) v +bu +c 1 i c 2 (t) ou (t) v +gu+ c 1 i c 2 (t) targit (S.A.B) «rêve» / taburigt, tagurigt (S.E.T)

31 Partie 1 Morphologie (t) uc 1 c 2 i / (t) v +wa +c 1 c 2 a tugdi (S.A.B) «peur» / tawagda (S.E.T) I En position médiane vc 1 u c 2 v c 3 / v c 1 +h+ c 2 a c 3 azuran (S.A.B) «gros, épais» / azehran (S.E.T) vc 1 a +w+ c 2 v c 3 / v c 1 i c 2 v c 3 aεawdiw (S.A.B) «cheval» / aεidiw (S.E.T) (t) vc 1 a (î) / (t) v c 1 +$j+ c 2 (t) ta$aî (S.A.B) «chèvre» / ta$ejvet (S.E.T) I En position finale vc 1 v c 2 c 3 i / v c 1 v c 2 c 3 u +y izirdi (S.A.B) «renard» / izirduy (S.E.T) I Chute de radicales sans changement vocalique I En position initiale vc 1 c 2 v c 1 c 3 / v+y+c 1 c 2 v c 1 c 3 atmaten (S.A.B) «frères» / aytmaten (S.E.T) vc 1 c 1 v c 2 c 3 v / v+oa+c 1 v c 2 c 3 v azzayri (S.A.B) «algérien» / aoazayri (S.E.T) v+w+c 1 v c 2 / vc 1 v c 2 uwday (S.A.B) «juif» / uday (S.E.T) I En position médiane (t) vc 1 +d+c 2 (t) / (t) v c 1 c 2 (t) tifednet (S.A.B) «orteil» / tifent (S.E.T)

32 Partie 1 Morphologie c 1 vc 2 / c 1 +h+ v c 2 zur (S.A.B) «gros» / zhur (S.E.T) I En position finale v c 1 c 1 +w / v c 1 c 1 iccew (S.A.B) corne / icc (S.E.T) c 1 v / c 1 v+ha da (S.A.B) «ici» / daha (S.E.T) vc 1 vc 2 c 2 v / vc 1 vc 2 c 2 v +y aqerru (S.A.B) «tête» / aqerruy (S.E.T) c 1 c 2 c 3 v +ya / c 1 c 2 c 3 v leqraya (S.A.B) «lecture, enseignement» / leqra (S.E.T) I Affixation Inversement au phénomène de réduction de radicales, nous avons observé un autre phénomène qui fait augmenter le nombre de radicales de la racine de l un des deux termes supposés, par l adjonction d un des affixes connus en berbère, notamment les affixes expressifs tel que [ q ]. Ce phénomène s accompagne dans certains cas de variations qui touchent au système vocalique. I Préfixation plus changement vocalique a + qa + c 1 vc 2 / v c 1 c 2 aqadum (S.A.B) «visage, face» / udem (S.E.T) v c 1 c 2 c 3 vc 4 / v +bu + c 1 c 2 c 3 v c 4 afekrun (S.A.B) «tortue» / abufekran (S.E.T)

33 Partie 1 Morphologie En plus de ces deux derniers cas, nous avons relevés un exemple où le terme appartenant au parler de Sidi Ali Bounab a subi une infixation et son correspondant appartenant au parler de Souk El Tenine a subi une préfixation : vî u + c 1 a +c 2 / v+ bez + c 1 uc 2 aîuîaê (S.A.B) «petit, tout petit» / abeztuê (S.E.T) I Métathèse La métathèse est le phénomène par lequel certaines radicales changent de place dans la racine, on dit aussi qu il y a interversion. Elle aboutit à une défiguration de cette racine au point même de rendre le rapprochement d une racine ayant subi une interversion dans un parler avec sa forme originelle, préservée dans l autre parler, plus difficile. Dans notre inventaire nous avons relevé deux cas de métathèses : -le premier est celui qu on trouve représenté par le couple yessetma «mes sœurs» (S.A.B) / suyetma (S.E.T). Sur le plan synchronique nous pouvons constater l interversion mais il n est pas aisé de dire laquelle des deux racines (YSTM / SYTM) en est la forme primitive. - le deuxième est celui le plus connu en kabyle. C est le cas de «aceffay» ou «ak effay» et «ayefki». L étude de notre inventaire nous a permis de constater l existence des deux formes à la fois dans le même parler, à savoir le parler de Souk El Tenine, mais plus réduite : disparition de[ k ] dans ayfi (YFK YF) et disparition de [y] dans akfi (KFY KF). L interversion s observe donc suite au rapprochement des deux monèmes aceffay (S.A.B) / ayfi (S.E.T). I. 1.2.Variantes de formes totalement différentes : En plus des variantes de formes partiellement différentes (analysée ci-dessus), nous avons relevé dans notre corpus des variantes de forme totalement distinctes. A l opposé des

34 Partie 1 Morphologie premières, ces dernières se caractérisent donc par leurs formes complètement différentes l une par rapport à l autre, ce qui rend d ailleurs leur analyse et leur rapprochement, par quiconque ignorant la langue, plus difficile. Donc le recours au sens dans des cas de ce genre est nécessaire. Pour faire la comparaison dans ce cas, nous allons rendre compte des oppositions suivantes : I Monème unique / monème unique Les variantes dans ce cas appartiennent à une même classe monématique, à savoir la classe des monèmes uniques. L écart entre les deux parlers apparaît clairement, à un signifié correspondent deux signifiants de formes totalement différentes dont chacun caractérise une région par rapport à l autre. Exemples : afenoal (S.A.B) «tasse» / agdur (S.E.T) ageffur (S.A.B) «pluie» / a$ebbar (S.E.T) aferraê (S.A.B) «plat allant au feu pour cuire la galette» / afan (S.E.T) azagur (S.A.B) «dos» / tiwwa (S.E.T) i$éer (S.A.B) «vallée, ravin» / tawtayt (S.E.T) talaxt (S.A.B) «argile, poterie» / ideqqi ( S.E.T) taq rist (S.A.B) «galette» / aêbul ( S.E.T) tawenza (S.A.B) «raie dans les cheveux au milieu du front» / taεnuôt, aεnuô (S.E.T) tili (S.A.B) «ombre» / amalu (S.E.T) I Composé / composé Dans ce cas également, les deux variantes appartiennent à une même classe monématique : la classe des noms composés. En berbère, on distingue deux types de composés : les composés proprement dits et les composés synaptiques.la majorité des composés relevés dans notre corpus sont des composés synaptiques; la synapsie est définie comme «un groupe entier de lexèmes, reliés

35 Partie 1 Morphologie par divers procédés, et formant une désignation constante et spécifique» (BENVENISTE Emile, p.172). «Elle est toujours vivante en synchronie. Son caractère syntaxique lui permet de receler des possibilités de fonctionner et de répondre aux besoins de nommer de nouveaux concepts ou de nouvelles réalités» (ACHOUR Ramdane, 2004, p.144). C est pour cette raison, peut être, qu ils sont plus répondus dans notre corpus que l autre type de composés. Exemple : aseggas in iεeddan (S.A.B) «il y a deux ans» / send ilindi (S.E.T) A l inverse de ces deux derniers cas où les variantes appartiennent à une même classe monématique, nous avons relevé dans notre inventaire des cas où les variantes appartiennent à deux classes différentes. Le composé attesté dans un parler ne se présente pas sous la même forme que le monème unique, qui lui correspond, attesté dans l autre parler et avec qui il partage le même signifié.cela est évident du fait déjà de leurs statuts différents (composé, monème unique).ils forment donc deux variantes bien distinctes d un signifié unique. A titre indicatif, voici quelques exemples : I Monème unique / composé ( S.E.T) tazeqqa (S.A.B) «chambre construite en pierre et terre» / taxxamt n uberîiî lêafer (S.A.B) «plante du pied, sabot d équidé» / lqaε uîar (S.E.T) agames (S.A.B) «mâchoire» / a$esmar ( S.E.T) I Composé / monème unique aseggas iεeddan (S.A.B) «année dernière» / ilindi (S.E.T) i$es uzagur (S.A.B) colonne vertébrale / ssen (S.E.T) I.1.3. Autres variantes En plus des variantes soulignées ci-dessus, nous avons observé des divergences liées à la différence de l une des modalités obligatoires du nom à savoir le genre ou le nombre: à

36 Partie 1 Morphologie une forme du féminin dans le parler de (S.A.B) correspond une forme du masculin dans le parler de (S.E.T) ; à une forme du pluriel dans le parler (S.A.B) correspond une forme du singulier dans le parler de (S.E.T) et vice versa. Pour plus de clarté, nous étudierons chaque type de variante à part.nous commencerons d abord par les variantes liées à la différence du genre puis nous passerons à celles liées à la différence du nombre. I Variantes liées à la différence de genre D une façon générale, le lexique berbère (kabyle) présente des différences formelles correspondant à des différences du genre (masculin, féminin) dues à la présence des marques désinentielles : t --- t ou t --- dans le cas du nom féminin et leur absence dans le cas du nom masculin. Dans notre corpus nous avons relevé des cas où un même signifié est rendu au féminin dans l un des deux parlers et au masculin dans l autre. Ces deux formes ne sont en réalité que deux variantes d un même signifié. Nous allons illustrer cette idée par des exemples selon les oppositions suivantes : I Nom masculin / nom féminin asawen (S.A.B) «côte» / tasawent (S.E.T) affer (S.A.B) «feuille» / tiferret (S.E.T) a$ebbar (S.A.B) «poussière» / l$ebra, ta$ebbart (S.E.T) azniq (S.A.B) «rue de village» / tazniqt (S.E.T) allen (S.A.B) «yeux» / tiîîawin (S.E.T) Dans ce dernier cas, la différence du genre est liée à la différence de la forme du pluriel dans chacun des deux parlers. Le pluriel du nom tiî, donc, est rendu dans le parler de (S.A.B) par le nom allen alors que dans celui de (S.E.T) est rendu par le nom tiîîawin (le plus utilisé) en concurrence avec les termes allen et ibeεruren

37 Partie 1 Morphologie I Nom féminin / nom masculin taguyt (S.A.B) «brouillard léger au ras du sol» / aguê (S.E.T) tamezdu$t (S.A.B) «habitation» / amezdu$ (S.E.T) tumlilt (S.A.B) «argile blanche» / umlil (S.E.T) tafarciî (S.A.B)«fourchette» / afurciî ( S.E.T) I Variantes liées à la différence de nombre Le nom berbère en général, et donc le kabyle, connaît l opposition du nombre. D une façon générale, le monème kabyle se met au singulier ou au pluriel selon les contextes mais il reste le même monème, comme le cite André MARTINET «... il y a une conception paradigmatique de l identité du mot, conception que traduit l expression «les différentes formes du même mot» : animaux n est pas un autre mot qu animal, mais le même mot au pluriel» (1985, p.73). Le rapprochement des formes attestées dans notre corpus, nous a permis de constater que dans certains cas, un même référent est rendu dans un parler par un monème au singulier et dans l autre par un monème au pluriel. C est ce qu illustrent les exemples suivants : anzaren (S.A.B)«nez» / inzer (S.E.T) La question qui se pose ici est: est ce que le parler de (S.A.B) a perdu le singulier d anzaren qui est inzer qu on retrouve dans le parler de (S.E.T)? alla$ (S.A.B) «cerveau, cervelle» / d$ade$ (S.E.T) Remarque : Le terme d$ade$ qui est au pluriel est donné comme équivalant de alla$ (au singulier). Alors on se pose des questions : Est-ce que on a pérdu le singulier de d$ade$, Est-ce qu il représente le deuxième pluriel de alla$, car nous savons bien que son pluriel (le pluriel de alla$) est alla$en

38 Partie 1 Morphologie I. 2. Les verbes Dans l évolution de la morphologie des thèmes verbaux, il arrive très souvent des confusions entre les thèmes d aoriste de prétérit et de prétérit négatif. C est-à-dire qu un verbe peut avoir moins de quatre thèmes comme c est le cas de derγ el «être aveugle» qui est un verbe à deux thèmes. Cette caractéristique peut varier d un parler à un autre, c'est-à-dire, un même verbe peut avoir quatre thèmes, par exemple, dans un parler et moins de quatre dans un autre parler. De ce fait, il est souvent difficile d expliquer les divergences entre les verbes, sans faire recours à d autres critères que la simple comparaison des signifiants. Si nous observons, par exemple, les oppositions suivantes: bges (S.A.B) «se ceindre» / bages (S.E.T), issin (S.A.B) «savoir» / issan (S.E.T), êess (S.A.B) «écouter» / têess (S.E.T) ; nous remarquerons bien qu il y ait alternance vocalique, successivement ø / a, i / a, ainsi que la présence de [t]dans le verbe appartenant au parler de S.E.T dans le troisième exemple, mais nous ne pouvons parler de divergences sans faire d autres études plus approfondies, notamment en l évolution du système verbale. La même chose pour des cas de différences entre les deux parlers qu illustrent les exemples suivants : êuss (S.A.B) «sentir, ressentir» / sêuss (S.E.T), irqiq (S.A.B) être fin, être mince» / sserqiq (S.E.T), a$ (S.A.B) «acheter» / ase$, se$ (S.E.T). Là encore nous pouvons nous poser des questions sur la nature du[s]préfixé aux radicaux verbaux du parler de (S.E.T) ; ne s agit-il pas d un morphème dérivationnel de «l actif-transitif»? A cela s ajoute les problèmes de connotation et de glissement de sens qui caractérisent les verbes kabyles.pour cela, nous limiterons notre étude à quelques cas enregistrés concernant les variantes de formes partiellement différentes ainsi qu aux variantes de formes totalement différentes

39 Partie 1 Morphologie I. 2.1.Variantes de formes partiellement différentes : A l instar des unités nominales, nous avons enregistré des divergences, entre les deux parlers, liées à la réduction du nombre de radicales de certaines racines verbales attestées dans un parler, en comparaison bien entendu avec leurs correspondants dans l autre parler. En plus des divergences introduites par le phénomène d interversion. I Chute de radicales I En position initiale Exemples : a c 1 c 2 / ê + c 1 c 2 ader (S.A.B) «descendre» / ê der (S.E.T) vc 1 / v + w +c 1 af (S.A.B)«trouver» / awf (S.E.T) vc 1 v / v + w +c 1 v ak i (S.A.B) «s éveiller, être éveillé» / awki (S.E.T) c 1 c 2 c 2 / t + c 1 c 2 c 2 êess (S.A.B) «écouter» / têess (S.E.T) vc 1 vc 2 / v+ mi+c 1 vc 2 iéid (S.A.B) «être doux, sucré» / imiéid (S.E.T) I En position médiane c 1 c 2 v c 3 c 3 v / c 1 c 2 v + n + c 3 v k maûûi (S.A.B) «commencer, aborder» / k manûi (S.E.T) Cette réduction peut être due à une assimilation[mn ] [m ], que peut confirmer ou infirmer une étude diachronique

40 Partie 1 Morphologie I Métathèse Exemples : efk (S.A.B) «donner» / ekf (S.E.T) Il est plus connu en berbère de façon générale. Le Kabyle, donc, possède les deux formes à la fois mais réparties dans deux régions différentes. kfu (S.A.B) «cesser, être fini, être terminé» / fak (S.E.T) I. 2.2.Variantes de formes totalement différentes : Du point de vu quantitatif, ce type de variantes est plus important. Nous avons compté de nombreux exemples. A titre indicatif voici quelques uns : as (S.A.B) «arriver, venir, se présenter» / lfu (S.E.T) aé (S.A.B) «se pousser» / lêem (S.E.T) azzel (S.A.B) «courir» / îleq, cala (S.E.T) êlu (S.A.B) «guérir» / ejji (S.E.T) im$ur (S.A.B) «grandir, être grand» /ggaεmer (S.E.T) iméi (S.A.B) «être petit» / bbezteê (S.E.T) eks (S.A.B) paître / îwi (S.E.T) ffe$ (S.A.B) «sortir» / areg (S.E.T) lal (S.A.B) «naître» / nnarni (S.E.T) slef (S.A.B) «caresser» / sseênuni (S.E.T) sellem (S.A.B) «baiser» / êac (S.E.T) ettu (S.A.B) «oublier, omettre» / shu (S.E.T) bib (S.A.B) «porter sur le dos» / caca (S.E.T) warri (S.A.B) «montrer, indiquer» / sεent, sken (S.E.T) xleq (S.A.B) «former son fruit» / $mi (S.E.T) hlek (S.A.B) «être malade» / aîen (S.E.T)

41 Partie 1 Morphologie I.3. Quelques considérations sur l emprunt Le recours à l emprunt est un phénomène attesté dans toutes les langues naturelles notamment celles qui souffrent d une carence cruciale en vocabulaire. Et les apports extérieurs comme disait Mustapha BENKHEMOU «ne sont pas du tout homogènes et viennent compliquer un tant soit peu l intercompréhension 1. Ils ont souvent diverses origines et se sont stratifiés à des différentes époques. Ces apports sont plus ou moins importants selon les parlers et les langues de contact en rapport direct avec la situation géographique et les conditions d évolution historique des populations considérées» (1991, p.178). Le kabyle ne fait pas exception, il constitue justement l une de ces langues. L emprunt envahit tous ses domaines. La grande majorité des emprunts relevés dans notre corpus sont des emprunts à l arabe, cela est évident vu le contact linguistique arabo - berbère très particulier. Quelques emprunts sont intégrés dans les structures morphologiques du berbère. Ils portent les marques de leurs classes (notamment l initial vocalique pour les noms masculins). Exemples : amuslim (S.A.B) «musulman» / imeslem (S.E.T) (emprunté à l arabe lmuslim) arqiqan (S.A.B) «fin, mince» / areqqaq (S.E.T) (emprunté à l arabe raqiq) aεenqiq (S.A.B) «cou» / aεenquq (S.E.T) (emprunté à l arabe lεunuq) ttejra (S.A.B) «arbre» / taseoourt (S.E.T) (emprunté à l arabe ccaoara) Mais beaucoup d autres, notamment les emprunts à l arabe, ont gardé leur forme ancienne (généralement l article défini «l» à l initial). Exemples : baîaîa (S.A.B) «pomme de terre» / lbaîaîa (S.E.T) (emprunté à l arabe lbaîaîa) oahennama (S.A.B) «enfer» / loahennama (S.E.T) (emprunté à l arabe oahennam) 1 Les questions d intercompréhension seront traitées plus loin dans un chapitre à part

42 Partie 1 Morphologie loessa (S.A.B) «corps (d un être humain ou animal, vivant ou mort)» / ljedda, loedda (S.E.T) (emprunté à l arabe loutha) lmelê (S.A.B) «sel» / lemlaê (S.E.T) (emprunté à l arabe lmilê) laεnaûer (S.A.B) «fontaine, source» / lεenûer (S.E.T) (emprunté peut à l arabe dialectale lεinûer) rritla (S.A.B) «litre» / llitra (S.E.T) (emprunté au français litre) ttlata (S.A.B) «trois heure» / ttalta (S.E.T) (emprunté à l arabe ttalita) k maûûi (S.A.B) «commencer, aborder» / k manûi (S.E.T) (emprunté au français commencer) Les exemples présentés ci-dessus, nous montrent que les emprunts sont soit berbérisés dans les deux parlers, ou non berbérisés dans les deux parlers. Mais cela n est pas toujours évident. L intégration ou le non intégration des emprunts dans la structure morphologique du berbère dépend des parlers. Nous avons observé des emprunts qui ont adapté la structure de la langue d accueil (berbère) dans un parler alors qu ils ont gardé la structure de la langue souche dans l autre parler. Exemples : ajdir (S.A.B) «tronc» / loedra (S.E.T) (emprunté à l arabe loidr) axeddaε (S.A.B) «traître» / lxadeε (S.E.T) (emprunté à l arabe lxadiε, lmuxadiε) tawezzaεt (S.A.B) «partage collectif de viande au village» / lewziεa (S.E.T) (emprunté à l arabe dialectale lewziεa) timaεûart (S.A.B) «moulin à olives» / lemεeûra (S.E.T) (emprunté à l arabe dialectale lemεeûra) takessiwt (S.A.B) «robe kabyle» / lkeswa (S.E.T) (emprunté à l arabe dialectale lkeswa) Dans tous ces exemples, nous remarquons que les emprunts attestés dans le parler de (S.E.T) ont gardé la structure de leur langue originale à savoir l arabe, alors qu ils ont adapté la structure du berbère dans le parler de (S.A.B). A l opposé, nous avons relevé un exemple où l emprunt attesté dans le parler de (S.A.B) a gardé la structure de sa langue originale à savoir l arabe, alors qu il est berbérisé dans le parler (S.E.T) :

43 Partie 1 Morphologie lêubb (S.A.B) «amour» / aêibbi (S.E.T) En plus de ces cas où les deux parlers font recours à un même emprunt, avec quelques différences minimes liées aux changements vocaliques, à l altération de racines ou à l intégration ou le non intégration de l emprunt aux structures morphologiques du berbère, en passant d un parler à un autre. Nous avons constaté que la répartition des emprunts dans les deux parlers est inégale. En renouvelant ainsi son lexique, et selon ses besoins, sa richesse en matière de vocabulaire et les conditions sociohistoriques de son évolution, chacun des deux parlers s écarte de l autre, qui conserve les termes kabyles ou qui procède à des emprunts différents. Nous avons relevé des cas où : - Pour rendre la même notion, chacun des deux parlers emploie un emprunt différent de l autre, mais de même origine Exemples : lmaεun (S.A.B) (emprunté à l arabe lmaεun) «charrue» / ajrar (S.E.T) (emprunté à l arabe loarrar ) loar (S.A.B) (emprunté à l arabe loar) «voisin» / amεacer (S.E.T) (emprunté à l arabe lmuεacir) abuêru (S.A.B) (emprunté à l arabe lbaêr, lbaêri) «temps modéré caractérisant surtout les journées d été entre 12 h et 18 h»/ lmεecci (S.E.T) (emprunté à l arabe lεaca) afeqqus (S.A.B) (peut être emprunté à l arabe dialectale lfeqqus) «melon» / abeîîix (S.E.T) (emprunté à l arabe lbeîîix) imekli (S.A.B) (emprunté à l arabe lakl «nourriture») «repas de la journée» / le$da (S.E.T) (emprunté à l arabe l$ada) lawan (S.A.B) (emprunté à l arabe lawan) «temps, époque, période, moment imprécis» / lmeêel (S.E.T) (emprunté à l arabe lmaêel) cbeê (S.A.B) (emprunté à l arabe dialectale cebbaê) «être beau» / bhu, zyan (S.E.T) (emprunté à l arabe lbaha, zayyin) freq (S.A.B) (emprunté à l arabe farriq) «répartir» / wezzeε (S.E.T) (emprunté à l arabe wazziε)

44 Partie 1 Morphologie εeîîel (S.A.B) (emprunté à l arabe εaîel) «tarder» / îul (S.E.T) (emprunté à l arabe îawwil) L emprunt εeîîel a pris un sens différent de celui qu il a dans sa langue originale εaîel «panne», εeîîala «mettre en panne». - Deux emprunts d origines différentes sont utilisés, en passant d un parler à un autre, pour désigner une même notion Exemples : taktabt (S.A.B) (emprunté à l arabe kitab) livre / akarni, lliber (S.E.T) (emprunté au français carnet, livre) tibel$iwin (S.A.B) (emprunté à l arabe dialectale bli$a) «babouche» / aklakit (S.E.T) (emprunté au français claquette) - Pour indiquer une même notion l un des deux parlers fait recours à l emprunt, alors que l autre puise du répertoire kabyle : Exemples : anebdu (S.A.B) «été» / ûûif (S.E.T) (emprunté à l arabe ûûayf) zik (S.A.B) «temps passé» / bekri (S.E.T) (emprunté à l arabe dialectale bekri) imensi (S.A.B) «dîner» / lmeεciya (S.E.T) (emprunté à l arabe lεaca) azekka (S.A.B) «demain» / $edwa (S.E.T) (emprunté à l arabe $adan, l$edd, $edwa (arabe dialectale)) tamusni (S.A.B) «connaissance, science, savoir» / lεilem (S.E.T) (emprunté à l arabe lεilm ) udi (S.A.B) «beurre» / ddhan (S.E.T) (emprunté à l arabe dduhn) axarfi (S.A.B) (emprunté à l arabe lxaruf) «mouton» / ikerri (S.E.T) nnefû (S.A.B) (emprunté à l arabe nniûf) «moitié» / azgen (S.E.T)

45 Partie 1 Morphologie eks (S.A.B) paître / îwi (S.E.T) ( emprunté à l arabe iîwi ) le terme îwi a perdu complètement le sens qu il recouvrait dans la langue- source «plier». Nous devons souligner ici que, parfois des lexèmes d origines différentes sont employés dans un même parler, notamment dans le parler de S.E.T, pour rendre la même notion : agris (S.A.B) «glace, gelée» / agrus, ajli (S.E.T) (emprunté au français gelée) aεeqqa (S.A.B) «grain» / aêebbu (emprunté à l arabe êabbat), a$waw(s.e.t) itbir (S.A.B) «pigeon» / itbir, aêmam (S.E.T) (emprunté à l arabe lêamam) tawwurt (S.A.B) «porte» / lbab (emprunté à l arabe lbab), tawwurt(s.e.t) alla$, lmux (S.A.B) (emprunté à l arabe lmux) «cerveau, cervelle» / d$ade$ (S.E.T) rkeb (S.A.B) «monter sur une monture (dans la voiture)» / rkeb (emprunté à l arabe irkeb), ani (S.E.T) lεeb (S.A.B) (emprunté à l arabe ilεab) «jouer» / lεeb, irar, rar (S.E.T) aru, kteb (S.A.B) (emprunté à l arabe uktub) «écrire» / kteb (S.E.T) En fait l emprunt apparaît comme un facteur de différenciation. Il joue plutôt en faveur de la divergence que de la convergence. Sur un total de 1008 emprunts qui représente donc 48,81 % ( 49 %) de l ensemble du corpus(voir infra graphique 1), 530 seulement sont communs aux deux parlers et totalement identiques, soit 52,57% 52 % (voir infra graphique 2). L examen du corpus montre que les emprunts se répartissent dans les deux parlers d une façon inégale. Ils sont plus importants dans le parler de (S.E.T). Sur une liste de 1055 termes (parler de S.E.T) 581 sont des emprunts soit 55,07 % (voir infra graphique 4) et 28,13 % sur l ensemble du corpus (2065 termes) (voir infra graphique 3). Alors que dans le parler de Sidi Ali Bounab, sur une liste de 1010 termes 427 sont des emprunts soit 42,27 % (voir infra graphique 5) et 20,67% sur l ensemble du corpus (voir infra graphique 3). L inégalité du nombre total des termes des deux parlers revient, comme nous l avons souligné plus haut, à la difficulté de trouver un équivalant unique, dans certains cas, en passant d un parler à un autre

46 Partie 1 Morphologie Représentation du pourcentage des emprunts par rapport à l ensemble du corpus Graphique 1 Représentation du pourcentage des emprunts communs aux deux parlers par rapport à l ensemble des emprunts Graphique 2 Représentation du pourcentage des emprunts dans chaque parler par rapport à l ensemble du corpus Graphique 3 Représentation du pourcentage des emprunts dans le parler de (S.E.T) par rapport à la liste de termes recueillis dans cette même région Représentation du pourcentage des emprunts dans le parler de (S.A.B) par rapport à la liste de termes recueillis dans cette même région Graphique 4 Graphique 5 100% Ensemble des termes 50% 0% les emprunts

47 Partie 1 Morphologie I. 4. Aspects statistiques L analyse de notre inventaire nous a permis de constater que la variation entre les deux parlers est importante. Sur un totale de 2065 il y a 1074 termes identiques et communs aux deux parlers soit 52 % et 991 variantes soit environ 48 % (47,99 %) (Voir infra graphique 6). La variation se distingue en variation morphologique dont la variation est représentée par 980 variantes (sur l ensemble de 991 variantes) soit environ 99 % ; et variation non morphologique, sachant qu il y a des cas où une même notion est rendue dans un parler par un monème ou un syntème alors qu elle est rendue dans l autre parler par une locution, c est justement cette variation qu on désigne par variation non morphologique et qui représente dans notre inventaire environ 1% de l ensemble des variantes(voir infra graphique 7). La variation morphologique, elle-même, se distingue en variantes de formes partiellement différentes que représentent 228 variantes soit 23,26 % 23 % de l ensemble des variantes morphologiques et en variantes de formes totalement distinctes que représentent 752 variantes soit 76,73 % 77 % de l ensemble des variantes morphologiques (voir infra graphique 8). Ainsi nous pouvons dire que les variantes morphologiques notamment les variantes de formes totalement distinctes sont les plus répandues dans notre inventaire. Quant à l emprunt (voir supra I. 3, pp.44-45)

48 Partie 1 Morphologie Représentation du pourcentage des variantes et celui des termes communs aux deux parlers par rapport à l ensemble du corpus. Graphique 6 Représentation du pourcentage des variantes morphologique par rapport aux variantes non morphologiques Graphique 7 Représentation du pourcentage des deux types de variantes morphologiques par rapport à l ensemble des variantes morphologiques Graphique 8 N.B : une liste récapitulative des variantes morphologiques sera présentée dans les annexes (voire infra annexe 2)

49 Partie 1 Morphologie Conclusion Au terme de cette étude comparative entre les deux parlers, sur le plan morphologique, nous constatons que la situation même à l intérieur d un dialecte n est pas uniforme. Nous distinguons deux cas : a) Communauté parfaite du vocabulaire, dans ce cas aucun problème morphologique ne surgit (mêmes signifiants aux mêmes signifiés). C est l exemple de : aman (S.A.B) eau / aman (S.E.T), a$yul (S.A.B) «âne» / a$yul (S.E.T), lebêar (S.A.B) «mer» / lebêar (S.E.T), b$u (S.A.B) «vouloir, désirer» / b$u (S.E.T), crek (S.A.B) «associer» / crek (S.E.T). Ce sont d ailleurs ces unités partagées qui assurent une considérable perméabilité entre les deux parlers. b) différenciation partielle ou totale du vocabulaire, dans ce cas, a contrario, nous avons constaté que dans bien des cas un même signifié correspond à deux signifiants différents ou plus. Nous parlons donc de variantes morphologiques. Ces variantes se classent en : - Variantes de formes partiellement différentes dont la variation réside en l altération du système vocalique (un simple changement vocalique) ou en l altération du système consonantique (par réduction ou augmentation des racines ou par métathèse) ou encore en l altération des deux systèmes à la fois. Nous soulignons ici que les cas d alternance vocalique les plus fréquents sont : i / a (ex : izrem (S.A.B) «serpent» / azrem (S.E.T)), a / Ø (ex : lêala (S.A.B) «état, temps climatique» / lêal (S.E.T)), a / i (ex : taftilt (S.A.B) «lampe» / tiftilt (S.E.T)). - Variantes de formes totalement distinctes où la variation entre les deux parlers est plus immédiatement apparente. Il s agit de termes complètement différents du point de vue de leurs signifiants (ex : acenfir (S.A.B) «lèvre»/ aîerbib (S.E.T), imensi (S.A.B) «dîner» / lmeεciya (S.E.T), etter (S.A.B) «mendier, emprunter» / îleb (S.E.T), qraê (S.A.B) «avoir mal, faire souffrir» / εîeb (S.E.T))

50 Partie 1 Morphologie Nous avons constaté aussi que la distinction entre les deux parlers, tient à la différence de l une des modalités obligatoires du nom à savoir le genre ou le nombre. Il y a lieu de souligner que la variation entre les deux parlers concerne aussi bien les termes de souche berbère que les termes empruntés à d autres langues notamment l arabe. En fait, notre étude, confirme qu en plus des formes identiques, communes aux deux parlers, il existe des variations morphologiques qui influencent dans beaucoup de cas l intercompréhension, entre les deux groupes, sur lesquelles nous reviendrons plus loin, après l analyse sémantique que nous proposons dans la partie suivante

51 Partie II Sémantique

52 Partie II sémantique Introduction Parallèlement aux variantes morphologiques, l inventaire étudié offre des variations au niveau sémantique. Ce sont ces variations que nous allons examiner dans ce qui suit. Les variations sémantiques sont les plus difficiles à traiter. Miloud TAIFI écrit, à ce propos, que «les variations sémantiques sont les plus difficiles à cerner dans tout système linguistique. La situation du berbère est plus compliquée dans la mesure où les parlers et les dialectes connaissent des changements sémantiques spécifiques» (1994, P. 137). Il s agit, dans cette partie, de traiter du point de vue sémantique, par procédé de comparaison, les convergences et les divergences entre les deux parlers. Sachant que la sémantique, contrairement à la morphologie, tient compte de la variation et de l identité du signifié. Comme le souligne, d ailleurs, Mortéza MAHMOUDIAN «la morphologie s occupe seulement de la variation du signifiant. La sémantique doit non seulement étudier les variantes du signifié, mais aussi mettre en évidence l identité du signifié» (1976, P. 105). Nous allons, au premier lieu, exposer et illustrer avec des exemples les cas de convergences : cas de signifiants en partie ou totalement identiques à signifiés identiques. Puis nous allons, au second lieu, examiner les différentes variantes, les changements sémantiques, que notre inventaire lexical présente. Ⅱ.1.Structure sémantique : convergences et divergences entre les deux parlers. Ⅱ.1.1. Convergences L analyse de notre inventaire nous a permis de constater que les lexiques des deux parlers présentent une certaine convergence. Nous avons constaté qu ils existent des cas où un même terme est attesté dans les deux parlers avec la même signification. Sans vouloir alourdir l exposé par de nombreux exemples, nous signalons les cas suivants : aberkan (S.A.B) «noir»/ aberkan (S.E.T) adfel (S.A.B) «neige» / adfel (S.E.T) adrar (S.A.B) «montagne» / adrar (S.E.T)

53 Partie II sémantique ader$al (S.A.B) «aveugle» / ader$al (S.E.T) ddwa (S.A.B) «remède, médicament» / ddwa (S.E.T) ddunit (S.A.B) «monde, vie» / ddunit (S.E.T) fad (S.A.B) «soif» / fad (S.E.T) amen (S.A.B) «croire, avoir confiance» / amen (S.E.T) ban (S.A.B) «paraître» / ban (S.E.T) bedd (S.A.B) «être debout» / bedd (S.E.T) beddel (S.A.B) «changer, être changé, transformer» / beddel (S.E.T) gzem (S.A.B) «couper» / gzem (S.E.T) eoo (S.A.B) «laisser» / eoo (S.E.T) En fait, dans ce cas, nous avons affaire aux mêmes monèmes dans les deux parlers. Comme il existe des termes qui ont des signifiés identiques à signifiants légèrement altérés. Des signifiants qui ont subi des alternances vocaliques ou consonantiques à l exemple de ak i (S.A.B) «s éveiller, être éveillé» / awki (S.E.T), izrem (S.A.B) «serpent» / azerm (S.E.T) et pratiquement toutes les variantes de formes partiellement différentes. Par ailleurs, nous avons constaté qu entre les deux parlers, existent des divergences : Ⅱ Divergences En dépit des convergences incontestables entre les deux parlers, nous avons relevé des divergences plus ou moins importantes. - Nous avons dénombré des cas où un même signifiant est attesté dans les deux parlers mais avec des acceptations différentes. En fait, dans ce genre de variations, le locuteur d une région n associe pas nécessairement au signifiant le signifié qu il recouvre dans l autre région. Ces cas représentent des cas d homonymie rappelant que l homonymie renvoie à l identité de signifiants de signifiés distincts. Notre inventaire nous offre les cas suivants : lehwa avec l acceptation de «ciel» dans le parler de S.E.T différente de ce fait de «air» son acceptation dans le parler de S.A.B

54 Partie II sémantique Nous soulignons ici que «air» dans le parler de S.E.T est rendu par lhawa, et «ciel» dans le parler de S.A.B est rendu par igenni tacwawt «morceau d étoffe» dans le parler de S.A.B «colline» dans le parler de S.E.T «Morceau d étoffe» dans le parler de S.E.T est rendu par acelliq, axerîuî, acelêuê «colline» dans le parler de S.A.B est rendu par ti$ilt, tizi a$ebb aô «poussière» dans le parler S.A.B «pluie» dans le parler S.E.T «poussière» dans le parler S.E.T est rendu par l$ebra, ta$ebbart «pluie» dans le parler S.A.B est rendu par ageffur aεeggun «muet» dans le parler de S.A.B «sourd» dans le parler de S.E.T «muet» dans le parler de S.E.T est rendu par amjuj «sourd» dans le parler de S.A.B est rendu par aεeééug nanna «(ma) grande soeur, (ma) tante paternelle» dans le parler de S.A.B «(ma) grand-mère» dans le parler de S.E.T «(ma)grande soeur, (ma)tante paternelle» dans le parler de S.E.T est rendu par lalla «(ma) grand-mère» dans le parler de S.A.B est rendu par jida tallast «borne, limite» dans le parler de S.A.B «obscurité» dans le parler de S.E.T «borne, limite» dans le parler de S.E.T est rendu par tilest «obscurité» dans le parler de S.A.B est rendu par îîlam rric «plumes, poils» dans le parler de S.A.B «fourrage» dans le parler de S.E.T «plumes» dans le parler de S.E.T est rendu par acencaw «fourrage» dans le parler de S.A.B est rendu par asa$ur afrux «oiseau» dans le parler de S.A.B «coq» dans le parler de S.E.T

55 Partie II sémantique «oiseau» dans le parler de S.E.T est rendu par agîiî «coq» dans le parler de S.A.B est rendu par acewcew acvav «pan du burnous, de couverture» dans le parler de S.A.B «aile» / acîaî dans le parler de S.E.T «aile» dans le parler de S.A.B est rendu par affer asqif «entrée couverte menant à la cour intérieur dans la maison traditionnelle» dans le parler de S.A.B «hutte» dans le parler de S.E.T «entrée couverte menant à la cour intérieur dans la maison traditionnelle» dans le parler de S.E.T est rendu par azbuq «hutte» dans le parler de S.A.B est rendu par aεecciw lmaêel «magasin» dans le parler de S.A.B «temps, époque, période, moment imprécis» S.E.T «magasin» dans le parler de S.E.T est rendu par taêanut «temps, époque, période, moment imprécis» S.A.B est rendu par lweqt, lawan lqecc «meubles» dans le parler de S.A.B «habit, vêtements» dans le parler de S.E.T «habit, vêtements» dans le parler de S.A.B est rendu par llebsa lwacul «membres de la famille» dans le parler de S.A.B «enfants» dans le parler de S.E.T «enfants» dans le parler de S.A.B est rendu par arrac amεacer «habitué» dans le parler de S.A.B «voisin» dans le parler de S.E.T «voisin» dans le parler de S.A.B est rendu par loar ddula «état» dans le parler de S.A.B «tour» dans le parler de S.E.T «état» dans le parler de S.E.T est rendu par ddawla «tour» dans le parler de S.A.B est rendu par nnuba

56 Partie II sémantique taxellalt «greffon, épine servant d épingle» dans le parler de S.A.B «peigne pour tasser le tissage» dans le parler de S.E.T «peigne pour tasser le tissage» dans le parler de S.A.B est rendu par tayaéilt huzz «bercer» dans le parler de S.A.B «démolir, détruire» dans le parler de S.E.T «bercer» dans le parler de S.E.T est rendu par dewweê «démolir, détruire» dans le parler de S.A.B est rendu par hudd zwi «secouer» dans le parler de S.A.B «se préparer, être prêt» dans le parler de S.E.T «secouer» dans le parler de S.E.T est rendu par zlez «se préparer, être prêt» dans le parler de S.A.B est rendu par heggi qelleb «fouiller, chercher, parcourir» dans le parler de S.A.B «toucher» dans le parler de S.E.T «fouiller, chercher, parcourir» dans le parler de S.E. T est rendu par duô, fettec, êewwes, êuf «toucher» dans le parler de S.A.B est rendu par nnal $ar «lire, étudier» dans le parler de S.A.B «appeler, invoquer» dans le parler de S.E.T «lire, étudier» dans le parler de S.E.T est rendu par qqra «appeler, invoquer» dans le parler de S.A.B est rendu par ssiwel bzeg «être enflé» dans le parler de S.A.B «être mouillé» dans le parler de S.E.T «être enflé» dans le parler de S.E.T est rendu par awef «être mouillé» dans le parler de S.A.B est rendu par llexs laweê «saluer avec la main» dans le parler de S.A.B «voler, dérober //toucher, atteindre» dans le parler de S.E.T «voler, dérober» dans le parler de S.A.B sont rendus par ak er, et «toucher, atteindre» sont rendu par êaz

57 Partie II sémantique lêem «se rejoindre, se cicatriser» dans le parler de S.A.B «se pousser» dans le parler de S.E.T «se rejoindre, se cicatriser» dans le parler de S.E.T est rendu par mlaqa «se pousser» dans le parler de S.A.B est rendu par aé eddu «aller avec, accompagner» dans le parler de S.A.B «marcher» dans le parler de S.E.T «aller avec, accompagner» dans le parler de S.E.T est rendu par iddu «marcher» dans le parler de S.A.B est rendu par lêu tabbuct «sexe» dans le parler de S.A.B «sein» dans le parler de S.E.T «sexe» dans le parler de S.E.T est rendu par taxezzuî, taxna «sein» dans le parler de S.A.B est rendu par if akarkur «sexe» dans le parler de S.A.B «tête» dans le parler de S.E.T «sexe» dans le parler de S.E.T est rendu par taxezzuî, taxna «tête» dans le parler de S.A.B est rendu par aqarru egg «pétrir, être pétri» dans le parler de S.A.B «faire l amour» dans le parler de S.E.T «pétrir, être pétri» dans le parler de S.E.T est rendu par εjen, εrek êwi «chasser» dans le parler de S.A.B «faire l amour» dans le parler de S.E.T «chasser» dans le parler de S.E.T est rendu par îeyyec Ces 4 derniers, cas nous montrent comment le lexique, dans certains cas, risque de gêner la communication entre les locuteurs des deux régions. Certains termes sont considérés comme vulgaires dans l une des deux régions (mais non dans l autre) et par respect à l interlocuteur on les évite. C est le cas de êwi et egg dans la région de S.E.T et de akarkur et tabbuct dans la région de S.A.B

58 Partie II sémantique - Comme nous avons relevé des cas de changements sémantiques produits par métonymie ou par les relations de hiérarchie et d inclusion. Concernant la métonymie, sachant que «la métonymie joue sur la relation référentielle. Elle est un trope par correspondance qui consiste à nommer un objet par le nom d un autre objet en raison d une contiguïté entre ces objets» (LAHMAN Alise, MARTIN- BERTHET Françoise, 2000, P. 82). Nous avons relevé 2 cas : * Métonymie de type contenant pour le contenu : tamtunt «galette levée, à levain» dans le parler de S.A.B «levure, levain» dans le parler de S.E.T * Métonymie de type métier pour l objet : tayerza «labour» dans le parler de S.A.B «soc de charrue» dans le parler de S.E.T Concernant les cas de hiérarchie et d inclusion, nous distinguons : * Les cas d hyperonymie / hyponymie. «La relation d hyponymie est une relation hiérarchique qui unit un mot spécifique (sous- ordonné), l hyponyme, à un mot plus général (super- ordonné) nommé l hyperonyme» (idem PP ). takessiwt (S.A.B) «robe kabyle» / lkeswa (S.E.T) Le terme takessiwt dans le parler de S.A.B «robe spéciale aux femmes kabyles» est un hyponyme de lkeswa «vêtements» emprunté à l arabe. En fait dans le parler de S.E.T le terme lkeswa a connu un rétrécissement de sens. On a gardé ce terme pour nommer uniquement un objet spécifique (robe de femmes kabyles) de l ensemble des vêtements. Sachant que lkeswa est un emprunt à l arabe et qui signifie «vêtement» d une façon générale. * les cas des relations partie- tout. C est «une relation hiérarchique qui existe entre un couple de termes dont l un dénote une partie et l autre dénote le tout (relatif à cette partie)» (ibid. P. 53)

59 Partie II sémantique taneqlet (S.A.B) «figuier» / tabexsist (S.E.T) ttejra (S.A.B) «arbre» / taseîîa (S.E.T) En fait tabexsist qui désigne «une figue» dans le parler de S.A.B est le fruit que donne taneqlet «figuier». Nous pouvons dire que c est une partie de taneqlet «figuier» et taseîîa qui désigne «branche d arbre» dans le parler de S.A.B est une partie de ttejra «arbre» son équivalent dans le parler de S.E.T. Nous pouvons alors présenter ces cas comme suit : tabexsist «figue» dans le parler de S.A.B «figuier» dans le parler de S.E.T taseîîa «branche d arbre» dans le parler de S.A.B «arbre» dans le parler de S.E.T - Mieux encore, il existe des cas où deux termes attestés dans les deux parlers mais avec une interversion de sens. C est ce qu on désigne en linguistique par «métathèse d emploi» (BASSET André Etudes de géographie linguistique en Kabylie : I.sur quelques termes berbères concernant le corps humain, p.22). Supposons les deux termes symbolisés par 1 et 2 ; la métathèse d emploi se manifeste quand la signification de 1dans le parler de (S.A.B) est portée par 2 dans le parler de (S.E.T) et la signification de 2 dans le parler de (S.A.B) est porté par 1 dans le parler de (S.E.T). Ce phénomène s éclate manifestement dans ces deux exemples : tafukt (S.A.B) «lumière diffuse du soleil» / iîužj (S.E.T) iîižj (S.A.B) «soleil» / tafukt (S.E.T) Ainsi, le sens auquel se rapporte tafukt «lumière diffuse du soleil» dans le parler de S.A.B est porté par le terme iîužj dans le parler de S.E.T. Inversement le sens de iîujž «soleil» dans le premier parler c est le terme tafukt qui l assume dans le second

60 Partie II sémantique (S.E.T) tafunart (S.A.B) «foulard» / timeêremt (S.E.T) lfuva (S.A.B) «pièce de tissu à rayures noires, jaunes et rouges» / amendil Remarque : Le terme timeêremt est connu par les locuteurs de la région de S.A.B mais ils ne l utilisent pas, ils emploient plutôt lfuva. - Certains termes du parler de Sidi Ali Bounab n existent pas dans le parler de Souk El Tenine. Ceux-ci sont rendus soit : Simplement par des locutions. Ainsi de sellawazekka «dans trois jours» est rendu par zdat n seldazekka (litt : devant de après demain), gri «rester en arrière» est rendu par qqim d aneggar (litt : reste est dernier), stufu «avoir le temps» est rendu par sεu luqt. Ou bien par des locutions en concurrence avec des termes simples Ainsi de lhu, gerrez «être bien fait» est rendu par la locution mmag d lεali (litt : faire (être) c est bien) et le terme simple seggeb, bessif «de force» est rendu par la locution s uqeééul en concurrence avec le terme bessif. Un problème se pose pour les notions : «l avant-veille», «il ya quatre jours», «il y a trois ans» qui sont rendues dans le parler de S.A.B par : su send ivelli, su su send ivelli, aseggas in it iεeddan. La question qui se pose alors : peut-on considérer ces derniers comme des synthèmes? Auxquels correspondent, respectivement, dans le parler de S.E.T les locutions : zdat n send iîelli, zdat wezdat n send iîelli, zdat n send ilindi. - Il existe aussi des lexèmes attestés dans les deux parlers avec un sens commun mais qui présentent des divergences produites par la polysémie qui fait naître de nouveaux sens particulier à chaque parler: taddart «village» dans le parler de S.A.B «village // clôture// une des deux parties principales du sol de la maison de style traditionnel, lieu de séjour» dans le parler de S.E.T «clôture» dans le parler de S.A.B est rendu par afrag

61 Partie II sémantique «une des deux parties principales du sol de la maison de style traditionnel, lieu de séjour» dans le parler de S.A.B est rendu par ag ens amezdu$ «habitant» dans le parler de S.A.B «habitant // habitation» dans le parler de S.E.T «habitation» dans le parler de S.A.B est rendu par tamezdu$t aseqqi «sauce, bouillon de couscous» dans le parler de S.A.B «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans pain // sauce,bouillon de couscous» dans le parler de S.E.T «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans pain» dans le parler de S.A.B est rendu par leowaz ûûeêa «santé» dans le parler de S.A.B «santé // être gros, gras // force» dans le parler de S.E.T «être gros, gras» dans le parler de S.A.B est rendu par (qebbi), lqebba «force» dans le parler de S.A.B est rendu par tazmert, loehd sred «être étendu à terre suite à une maladie» dans le parler de S.A.B «être étendu» dans le parler de S.E.T Nous remarquons pour ce dernier exemple, qu il y a rétrécissement de sens du terme sred dans le parler de S.A.B. Il s utilise, donc, uniquement pour désigner l état d un malade alors que dans le parler de S.E.T il renvoie à la notion «être étendu» d une façon général. Il y a lieu de tirer l attention ici que ces lexèmes sont plus polysémiques dans le parler de S.E.T contrairement à ce qui suit où les lexèmes sont plus polysémiques dans le parler de S.A.B azegzaw «bleu // vert» dans le parler de S.A.B «bleu» dans le parler de S.E.T «vert» dans le parler de S.E.T est rendu par aêcayci

62 Partie II sémantique i$es «os // noyau ( de fruit) // levure // Levain» dans le parler de S.A.B «os» dans le parler de S.E.T «noyau ( de fruit) // levure» dans le parler de S.E.T est rendu par a$waw aqerru «tête»dans le parler de S.A.B «tête // crâne» / aqerruy dans le parler de S.E.T «crâne» dans le parler de S.A.B est rendu par axecxac lqarn «siècle // coin // extrémité» dans le parler de S.A.B «siècle» dans le parler de S.E.T «extrémité» dans le parler de S.E.T est rendu par aceîîub «coin» dans le parler de S.E.T est rendu par ccuka, tacwikt laεmar «vie // âge» dans le parler de S.A.B «âge» dans le parler de S.E.T «vie» dans le parler de S.E.T est rendu par timεict, lmaεict taluft «affaire // problème» dans le parler de S.A.B «affaire» dans le parler de S.E.T «problème» dans le parler de S.E.T est rendu par anezgum tamart «barbe // menton» dans le parler de S.A.B «menton» dans le parler de S.E.T «barbe» dans le parler de S.E.T est rendu par acamar, tacamert, lleêya affer «feuille // aile» dans le parler de S.A.B «feuille» / tiferret dans le parler de S.E.T «aile» dans le parler de S.E.T est rendu par acîaî ixef «pointe // sommet // tête (se dit uniquement pour les animaux : moutons, vaches, )» dans le parler de S.A.B «tête» dans le parler de S.E.T

63 Partie II sémantique lwaêc «bête sauvage // frayeur, sentiment d angoisse et d inquiétude causée par la solitude, l isolement» dans le parler de S.A.B «bête sauvage» dans le parler de S.E.T «frayeur, sentiment d angoisse et d inquiétude causée par la solitude, l isolement» dans le parler de S.E.T est rendu par lxelεa,lfejεa arrac «enfants // garçons» dans le parler de S.A.B «jeunes garçons» dans le parler de S.E.T «enfants» dans le parler de S.E.T est rendu par iîufanen, iwetmen, leεyel, lwacul sellem «saluer // baiser» dans le parler de S.A.B «saluer» dans le parler de S.E.T «baiser» dans le parler de S.E.T est rendu par êac vhaô «paraître // être vu // être circoncis» dans le parler de S.A.B «être circoncis» / îehhaô dans le parler de S.E.T «paraître // être vu» dans le parler de S.E.T est rendu par ban freq «diviser // se séparer // répartir» dans le parler de S.A.B «diviser // se séparer» dans le parler de S.E.T «répartir» dans le parler de S.E.T est rendu par wezzeε nîev, lûeq «coller à, adhérer // être contagieux» dans le parler de S.A.B «coller à, adhérer» dans le parler de S.E.T «être contagieux» dans le parler de S.E.T est rendu par derreε ôuê «aller, s en aller // se perdre, être perdu, être égaré» dans le parler de S.A.B «aller, s en aller» dans le parler de S.E.T «se perdre, être perdu, être égaré» dans le parler de S.E.T est rendu par raε xleq «créer // former son fruit» dans le parler de S.A.B «créer» dans le parler de S.E.T former son fruit» dans le parler de S.E.T est rendu par $mi

64 Partie II sémantique xûer «perdre, être perdant // abîmer» dans le parler de S.A.B «perdre, être perdant» dans le parler de S.E.T «être abîmé, abîmer» dans le parler de S.E.T est rendu par twa$ N.B : Une liste récapitulative des variantes sémantiques sera présentée dans les annexes (voir infra annexe 3). II.2.Aspects statistiques L analyse de notre inventaire, nous a permis de constater que le taux de convergence entre les deux parlers, au plan sémantique, est plus important. Sur 1302 termes différents (du corpus), 763 termes sont partagés entre les deux parlers soit 58,60 % ( 59 %) (Voir infra graphique 1). Sur les 763 termes partagés, nous avons dénombré 677 termes, soit 88,72 % ( 89 %), qui prennent la même signification, en passant d un parler à un autre (voir infra graphique 2), et qui représentent, donc, 51.99% ( 52 %) de l ensemble des termes différents (1302) (Voir infra graphique 1). Par contre, 86 termes soit % ( 11 %) ont des significations particulières dans chaque parler (voir infra graphique 2), et qui représentent, donc, 6,60% ( 7 %) de l ensemble des termes différents (voir infra graphique 1). Remarque : A ce niveau, nous ne prenons pas en considération la variation partielle du signifiant, c'est-à-dire que toutes les variantes de formes partiellement différentes (voir supra, partie 1) sont groupées et comptées une fois comme un seul terme

65 Partie II sémantique Représentation du pourcentage des termes partagés entre les deux parlers et celui des termes qui ont les mêmes significations, ainsi que celui des termes qui prennent des significations différentes d un parler à un autre, par rapport à l ensemble des termes différents (du corpus). Graphique 1 Représentation du pourcentage des termes qui ont les mêmes significations, ainsi que celui des termes qui prennent des significations différentes d un parler à un autre, par rapport à l ensemble des termes partagés entre les deux parlers. Graphique

66 Partie II sémantique Conclusion Nous avons essayé dans cette partie de traiter l un des problèmes majeurs auquel sont confrontées beaucoup de langues naturelles. Nous avons examiné les différents aspects du problème de la variation sémantique que notre inventaire lexical présente. En fait, ce qu il faut retenir, c est qu au plan sémantique, en dépit des convergences incontestables entre les deux parlers, il existe des divergences : Les convergences sont représentées par les termes partagés entre les deux parlers et ayant des signifiants identiques ou très proches (variantes de formes partiellement différentes). Les divergences proviennent, grosso modo, du fait de l existence : - des termes qui sont connus par tous les locuteurs des deux régions mais avec des acceptations différentes (homonymes). - des termes qui ont des sens différents mais ils sont liés par un rapport de contiguïté (de type métonymique). - des termes liés par des relations sémantiques de type hyperonymie/ hyponymie ou de type partie- tous. - des termes attestés dans les deux parlers mais avec une interversion de sens (métathèse d emploi). Elles se manifestent aussi par l existence des cas où, par défaut de termes simples ou en concurrence avec ceux-ci, l un des deux parlers fait recours aux locutions. La polysémie constitue un autre cas de la variation sémantique. En fait, toutes ces données nous incitent, encore une fois, à prendre au sérieux la variation intra- dialectale ; si on veut arriver à garantir la communication la plus large et l intercompréhension entre les membres d une communauté (des deux régions dans notre cas). Et justement la question qui se pose : comment et à quel point que ces variations, que ce soit morphologiques ou sémantiques, peuvent influencer l intercompréhension entre les deux groupes?

67 Partie III Incidences des variations morphologiques et sémantiques sur l intercompréhension entre les deux groupes

68 Partie III Incidences des V.M.S sur l intercompréhension entre les deux groupes Introduction Après avoir exposé les variations morphologiques et sémantiques, nous allons, à présent, essayer de savoir quelles sont les incidences de ces variations sur l intercompréhension entre les deux groupes. Est-ce que tous les types de variantes (étudiées plus haut) influencent à degré égal la compréhension entre les locuteurs des variétés en cause? Autrement dit, quelles sont les variantes qui sont à l origine de la difficulté de l intercompréhension ou de l incompréhension absolue? La lexicologie comparée, en fait, s impose dans ce genre d étude surtout si on connaît que «l intercompréhension dépend essentiellement des mots qui constituent le passage obligé à l interprétation sémantique des énoncés et des textes. Plus les vocabulaires se distinguent, plus l intercompréhension devient aléatoire, voire impossible» (TAIFI Miloud, 1994, P. 127). Il y a lieu de souligner, cependant, que l intercompréhension «n est pas une donnée en soi, une grandeur discontinue : elle se construit en fonction des échanges communicatifs et de la conscience collective» (CHAKER Salem, 1991, P. 139). Elle fait intervenir la volonté des personnes qui veulent se comprendre

69 Partie III Incidences des V.M.S sur l intercompréhension entre les deux groupes III.1.Incidences des variations morphologiques sur l intercompréhension entre les deux groupes Les variantes morphologiques se répartissent en différents types (voir supra partie I). Mais le test de l intercompréhension 1 nous a permis de constater que seules les variantes de formes totalement distinctes (les plus nombreuses) affectent d une façon réelle l intercompréhension entre les locuteurs des deux régions. En fait, même s il s agit d un signifié identique, l intercompréhension entre les deux groupes devient difficile sinon impossible quand ce signifié est porté par deux signifiants complètement différents et ignorés réciproquement par les locuteurs des deux régions. Nous pouvons citer quelques exemples : azagur (S.A.B) «dos» / tiwwa (S.E.T) i$es uzagur (S.A.B) colonne vertébrale / ssen (S.E.T) iérem (S.A.B) «intestin» / aje$dan (S.E.T) lbecna (S.A.B) «sorgho blanc» / ablul (S.E.T) loefna (S.A.B) «grand plat (en terre, en fer ou en boit)» / lmetred (S.E.T) acenfir (S.A.B) «lèvre»/ aîerbib (S.E.T) adrum (S.A.B) «groupement de familles et de clans familiaux unis par des liens d origine et de parenté dans un même village»/ taxlijt (S.E.T) anyir (S.A.B) «front» / aεennuô (S.E.T) aqelwac (S.A.B) «bouc» / i$ev (S.E.T) talaxt (S.A.B) «argile, poterie» / ideqqi (S.E.T) εawweq (S.A.B) «crier» / εayyeî (S.E.T) aé (S.A.B) «se pousser» / lêem (S.E.T) im$ur (S.A.B) «grandir, être grand» /ggaεmer (S.E.T) iméi (S.A.B) «être petit» / bbezteê (S.E.T) eks (S.A.B) «berger» / îwi (S.E.T) Ou même quand l un de ces deux signifiants utilisé dans une région est complètement ignoré dans l autre région par exemple : aqenfud (S.A.B) «hérisson» / inisi (S.E.T), le teme 1 Le test consiste à soumettre la liste du vocabulaire obtenue dans une région aux locuteurs de l autre région afin de savoir si ce vocabulaire est connu par ces mêmes locuteurs et quelle interprétation sémantique donnent- ils de chaque terme. Nous n oublions pas de faire recours aux contextes d utilisation des termes quand le résultat est négatif (quand ce vocabulaire n est pas connu par les locuteurs). Et ce pour savoir si les locuteurs pourront comprendre, suivent le contexte, le sens général des termes en question

70 Partie III Incidences des V.M.S sur l intercompréhension entre les deux groupes inisi est connu dans la région de S.A.B même s il n est pas utilisé alors que aqenfud est complètement ignoré par les locuteurs de S.E.T, donc la communication dans ce cas, sera difficile à réussir. C est l exemple aussi de : aεeqqa (S.A.B) «grain» / aêebbu, a$waw (S.E.T) idis (S.A.B) «coté, partie latérale d une chose» / aceîîub (S.E.T) imensi (S.A.B) «dîner» / lmeεciya (S.E.T) ta$ ect (S.A.B) «gorge» / tamiooa, agergit (S.E.T) turet (S.A.B) «poumon» / ifwaden, ataεliq (S.E.T) ettu (S.A.B) «oublier, omettre» / shu (S.E.T) azzel (S.A.B) «courir» / îleq, cala (S.E.T) nîev (S.A.B) «être contagieux» / derreε (S.E.T) êlu (S.A.B) «guérir» / ejji (S.E.T) Nous avons là, des exemples d un genre de variantes qui interdisent absolument l intercompréhension spontanée. Par contre, les autres types de variantes, n ont aucune influence sur l intercompréhension entre les deux groupes. Notamment les variantes de formes partiellement différentes ainsi que quelques variantes de formes totalement différentes tels que : tameddit (S.A.B) «après midi, soir» / taεecwit (S.E.T) tamusni (S.A.B) «connaissance, science, savoir» / lεilem (S.E.T) tilawin (S.A.B) «femmes» / lxalet (S.E.T) zzuo (S.A.B) «deux heure» / ssaεtin (S.E.T) hlek (S.A.B) «être malade» / aîen (S.E.T) ssirem (S.A.B) «desirer» / tmenna, b$u, caha (S.E.T) ûegged (S.A.B) «chasser» / ûîad (S.E.T) Et pratiquement, tous les termes qui sont connus ou compris par les locuteurs des deux régions mais qui ne sont employés fréquemment que dans une seule région

71 Partie III Incidences des V.M.S sur l intercompréhension entre les deux groupes III.2.Incidences des variations sémantiques sur l intercompréhension entre les deux groupes Les divergences de signifiés d un signifiant identique d un parler à un autre constituent un obstacle difficile à surmonter, pour l intercompréhension entre les deux groupes. Les cas d homonymie et de métathèse d emploi sont les meilleurs exemples. En fait, si nous utilisons les termes a$ebb aô ou tafukt, à titre d exemple, dans les deux régions et dans un même contexte nous n allons pas réussir la transmission du message voulu. Ceux de Sidi Ali Bounab interprèteront a$ebb aô comme «poussière» et tafukt comme «lumière diffuse du soleil» alors que ceux de Souk El Tenine comprendront, successivement, «pluie» et «soleil»

72 Partie III Incidences des V.M.S sur l intercompréhension entre les deux groupes Conclusion En fait les variations morphologiques et sémantiques, dans la majorité des cas, sont susceptibles de bloquer la communication. Elles influencent négativement l intercompréhension entre les locuteurs des deux régions. Les blocages de l intercompréhension se ramènent grosso modo : Dans le cas des variations morphologiques, à l ignorance, réciproquement dans les deux régions, des structures formelles des deux termes congénères. Dans le cas des variations sémantiques, à la différence des signifiés d un même signifiant selon que l on est dans une région ou dans une autre. L analyse linguistique des deux parlers, est de ce fait, indispensable pour dégager les différences susceptibles de rendre l intercompréhension malaisée voire impossible, et essayer ensuite de les vaincre. «Il arrive fréquemment que l incompréhension initiale fasse place à des rapports linguistiques presque normaux dès qu une méfiance initiale a été vaincue et qu ont été reconnues certaines correspondances systématiques» (MARTINET André, 1980, P. 147). Il y a lieu de souligner, encore une fois, ici que l intercompréhension dépend essentiellement de la volonté des interlocuteurs. Comme il ne faut pas nier le rôle que doivent jouer les moyens de communications tels que la télévision, la radio (chaîne II et la radio régionale «radio soummam» de Béjaia), ainsi que la chanson dans ce domaine

73 Conclusion générale

74 Conclusion générale Au terme de notre étude, nous pouvons tirer deux principales conclusions : La première conclusion concerne la lexicologie comparée et la géographie linguistique en Kabylie. En fait, le kabyle, à l heure actuelle, se présente sous forme de parlers locaux. Ces parlers sont caractérisés par des particularités phonétiques, lexicales et, parfois, grammaticales qui permettent une identification géolinguistique immédiate des locuteurs. Il est admis que le kabyle est uni et varié au même temps en ce sens que malgré la variation, il subsiste des convergences incontestables notamment au niveau syntaxique. Le lexique cependant, constitue le lieu de variation par excellence. Il accentue la différenciation au point qu il interdit absolument, dans certains cas, l intercompréhension immédiate entre les kabylophones. Cela montre la nécessité de réaliser rapidement des études de géographie linguistique de la Kabylie pour une meilleure connaissance de tous les parlers kabyles, surtout ceux qui demeurent jusque là moins ou non documentés, les parlers des deux extrémités (occidentales et orientales) en particulier. Notre étude confirme, de ce fait, que la situation n est pas toujours uniforme même à l intérieur d un même dialecte. L opposition des parlers des deux extrémités du territoire à savoir le parler de Sidi Ali Bounab et celui de Souk El Tenine, nous a permis de constater que les recoupements de vocabulaire entre eux, se situent aux environs de 52 %, sur la base d une liste test de 2065 unités fondamentales. Ce taux nous démontre que, combien même cette étude ne concerne que le vocabulaire fondamental, le degré de différenciation au plan lexical est important. La variation concerne aussi bien les termes de souche berbère que les emprunts. Elle affecte les deux niveaux analysés: - Le niveau morphologique dont les variantes se répartissent en variantes de formes partiellement différentes où la variation se manifeste par des alternances vocaliques ou par des altérations des racines ; et variantes de formes totalement différentes. La divergence entre les deux parlers tient aussi à la différence de l une des modalités obligatoires du nom à savoir le genre ou le nombre

75 Conclusion générale Concernant l emprunt, au plant morphologique, joue un rôle en faveur plutôt de divergence que de convergence. Sur l ensemble de 1008 emprunts 530 (soit 52 %) uniquement sont communs aux deux parlers. - le niveau sémantique où la variation se résume en des cas : D homonymie, De changement de sens par métonymie ou par les relations de hiérarchie ou d inclusion, De métathèse d emploi bien qu ils sont rares, De polysémie, Ou encore en des cas d utilisation, dans l un ou l autre parler, des locutions pour combler les défauts en termes simples. Quant aux incidences de ces variations morphologiques et sémantiques sur l intercompréhension entre les deux groupes, nous avons constaté que ce sont les cas de variantes de formes totalement différentes dont les signifiants des deux termes congénères sont ignorés réciproquement par les locuteurs des deux régions concernées et les cas de divergences de signifiés de lexèmes formellement identiques et partagés par les deux parlers qui sont à l origine par excellence de l entrave de l intercompréhension entre ces groupes. En fait, il faut dire que ce genre d analyse linguistique est indispensable pour dégager les différences susceptibles de rendre l intercompréhension malaisée voire impossible, et essayer ensuite de les vaincre. Mais il faut souligner, encore une fois, ici que l intercompréhension dépend essentiellement de la volonté des interlocuteurs. Comme il ne faut pas nier le rôle que doit jouer la télévision, la chanson ainsi que la radio (chaîne II et la radio régionale «radio soummam» de Béjaia) dans ce domaine. La deuxième conclusion concerne le vocabulaire fondamental et son importance. En fait, n ayant pas au préalable un vocabulaire fondamental du kabyle élaboré à partir des corpus oraux comme le français fondamental par exemple, nous avons pensé à sa réalisation. Et ce n était pas sans intérêt, surtout au moment où l on parle de standardisation du berbère et après l introduction de tamazight dans le système éducatif algérien, sachant que l enseignement constitue l un des moyens fondamentaux pour la transmission et l élargissement des domaines d utilisation des langues en générale et du berbère en particulier comme le signale Salem CHAKER «il ne peut y avoir maintien du berbère en dehors d une

76 Conclusion générale scolarisation (totale ou partielle) en langue berbère, donc d une large diffusion» ( 1989, 130). En effet, le vocabulaire fondamental «est censé être utiliser par les praticiens, didacticiens et enseignants de la langue, pour deux activités différentes : l élaboration d outils pédagogiques ( ) ou alors directement pour la préparation des cours» (CHEMAKH Saïd, 2003, p. 205). En dépit des limites de notre travail qui se traduisent essentiellement en la limitation de notre étude à deux niveaux d analyse et à un corpus peu élargi et touchant uniquement à deux régions, nous espérons qu il ne restera pas sans apport pour les aménageurs linguistiques et les spécialistes de la langue ainsi qu aux chercheurs qui désirent avancer la recherche

77 Annexes

78 Annexe 1 Agzul Résumé en berbère

79 Annexe 1 agzul Tazwert Tamazi$t tebva d tantaliyin. Tella, gar tantaliyin-agi, teqbaylit i yettmeslay umur ameqran n yimazi$en n Lzzayer. Taqbaylit si tama-ines tebva d timeslayin. Tqbaylit am tmazi$t, xas yella wayen i yezdin gar tmeslayin-is yella da$en wayen i tent-yesemgirden. D amgired id-yettbanen deg yeswiren yemxallafen n tesnawalt, abaεda deg umawal. Amgired-agi simmal simmal irennu, ma nruê si temnavt $er tayev, abaεda imi taqbaylit ar ass-a mazal ur tegni ara ( rnu $er ssebbat nniven). Imi i d-nebder agnay, d tidet, agnay n tmazi$t ur yezmir ara ad d-yili akka tura, maca ayen i nezmer ad nexdem d agnay n tantaliyin, yal ta i yiman-is. S tezrawt-agi id-nhegga nra ad nettekki deg ugnay n teqbaylit. Maca ur nezmir ara ad nawev $er yiswi-a melba ma nessen akken ilaq akk timeslayin n teqbaylit. ef aya id-yewwi ad nesexdem tarrayin n userwes. Am akken i t-id-nenna, deg umawal id-yettban ugar umgired gar tmeslayin n teqbaylit. ef aya i nra ad neg tazrawt nne$ $ef umawal. Maca amawal d ayen lqayen, d ayen wessiεen; tasleî ines maci d ayen i nezmer ad tt-id-neg deg wakud wezzilen, d ayen i a$-yeooan nextar ad nexdem tasleî $af wammud n tmawalt tamedrut n teqbaylit. D ssebbat-agi, da$en, i a$-yeooan nextar ad nexdem aserwes gar snat n tmeslayin n teqbaylit : tameslayt n Sidi εli Bunab (tamnaivt id-yezgan deg umalu n lwilaya n Tizi Wezzu) d tin n Ssuq Letnin ( tamnavt id-yezgan deg usammer n lwilaya n Bgayet). S tezrawt-agi, nra ad nzer d acu yezdin d wacu yesemgirden gar snat n tmeslayin-agi deg uswir n tesnal$a d win n tesnamka. Tazrawt nne$ tebva $ef krad n yeêricen: 78

80 Annexe 1 agzul Aêric amezwaru yewwi-d $ef tesnal$a. Nexdem deg-s aserwes n tmawalt tamedrut gar snat n tmeslayin i nextar yakan, deg wayen yeεnan tasnal$a. Aêric wis sin yewwi-d $ef tesnamka. Newwi-d deg-s awal $ef wayen yezdin d wayen yesemgirden gar snat n tmeslayin-a deg uswir n tesnamka. Aêric wis krad yewwi-d $ef tezrirt n yemgirden deg uswir n tesnal$a d win n tesnamka $ef umsefhem gar yemsawalen n snat n temnavin. I.Tasnal$a Deg uêric-agi newwi-d awal $ef wawalen (ama d imunimen ne$ d isentamen) i yesεan anamek yiwen-is, ama di tmeslayt-a ama di tayev, maca mgirden, gar cwiî d waîas, di tal$a nsen. Tasleî nne$ nexdem-itt $ef wawalen idyekkan ama si tmazi$t ama si tutlayin nniven (ireîîalen) lad$a si taεrabt. Tasleî nne$ teεna yakk awalen ama d ismawen ama d imyagen. I.1.Ismawen I.1.1. Timenvuyin sut tal$iwin yemgirden ciîuê kan (s ubruyan) Tazrawt nne$ tesbeyyen-ane$-d akken llan wawalen yemgirden cwiî kan di tal$a. Ssebba n umgired-agi: - D tamlellit n te$ra (md:aenqiq (S. ε.b) / aεenquq (S.L)) - Ne$ d tamlellit n tergalin (md : isegmi (S. ε.b) / ise$mi (S.L)) - Ne$ d tamlellit n te$ra d tergalin $ef tikelt (md : irk el(s. ε.b) / ilkul(s.l)) - Ne$ d $ellu n yiwet n tergalt ne$ ugar, ayen way$er id-trennu tikwal temlellit n te$ra (md : targit (S. ε.b) / taburigt, tagurigt (S.L)) - Ne$ d timerniwt n yiwet n tergalt ne$ ugar, ayen way$er id-trennu tikwal temlellit n te$ra (md : afekrun (S. ε.b) / abufekran (S.L)) 79

81 Annexe 1 agzul - Ne$ d ambaddel n yimukan n tergalin, deg uéar n wawalen, seg tmeslayt $er tayev (md : aceffay( S.ε.B) / ayfi ( S.L)) I.1.1. Timenvuyin sut tal$iwin yemgirden s lekmal Deg anaw-agi n tmenvuyin ad naf akken ismawen yemserwasen xas akken sεan yiwen n unamek, ttbanen-d am akken d awalen yemgirden, acku tal$iwin nsen mgirdent s lekmal ( md : afenoal( S.ε.B) / agdur ( S.L), azagur( S.ε.B) / tiwwa ( S.L)). I.1.1. Timenvuyin nniven Asnefru gar snat n tmeslayin i wumi nexdem tasleî tettili-d da$en s ssebba n umgired n yismawen yemserwasen deg tewsit ( md : allen( S.ε.B) / tiîîawin( S.L)) ne$ deg umvan ( md : anzaren( S.ε.B) / inzer ( S.L)). I.2. Imyagen I.2.1. Timenvuyin sut tal$iwin yemgirden ciîuê kan (s ubruyan) Ssebba n umgired deg ûûenf-a: - D a$elluy n yiwet,ne$ ugar, n tergalt seg yiwen n umyag gar yal sin n yemyagen yemserwasen ( md : ader( S.ε.B) / êder ( S.L)) - Ne$ d abeddel n yimukan n tergalin gar umyag yellan di tmeslayt-a d win i t-idiqublen di tmeslayt nniven ( md : efk( S.ε.B) / ekf ( S.L)) I.2.1. Timenvuyin sut tal$iwin yemgirden s lekmal 80

82 Annexe 1 agzul D imyagen yesεan tal$iwin yemgirden s lekmal, maca anamek nsen d yiwenis ama di tmeslayt-a ama di tayev ( md : azzel( S.ε.B) / îleq, cala ( S.L), êlu( S.ε.B) / ejji ( S.L)). I.3. Ireîîalen Taqbaylit am tutlayin nniven tga arebbi i yireîîalen. Treîîel-d awalen $er tutlayin nniven abaεda $er taεrabt, acku amezruy akked yidles ssemlalen-tent ugar. Tazrawt nne$ tesbeyyen-ane$-d akken maci akk ireîîalen ttumuz$en am deg umedya-agi: arqiqan( S.ε.B) / areqqaq ( S.L) ( id-yekkan si taεrabt rraqiq), maca llan wid yeqqimen kan akken s tmeûkiwt tasnal$ant n tutlayt ansi id-kkan ( md : baîaîa ( S.ε.B) / lbaîaîa( S.L) id-yekkan si taεrabt lbaîaîa). Yernu asmuze$ ur d-yelli ara kif kif di snat n tmeslayin-a. Yella wanda areîîal yettumuze$ di tmeslayt maca ur yettumuze$ ara di tmeslayt itt-id-iqublen (md: axeddaε (S. ε.b) / lxadeε (S.L) id-yekkan si taεrabt lmuxadiε). Am akken timeslayin-agi i nextar; i wakken ad d-mlent yiwet n tidet reîîlentd awalen yemgirden ama si yiwet n tmeslayt ( md : loar id-yekkan si taεrabt loar ( S.ε.B) / amεacer id-yekkan si taεrabt lmuεacir), ama si tmeslayin yemgirden ( md : taktabt ( S.ε.B) id-yekkan si taεrabt kitab / akarni, lliber ( S.L) id-yekkan si tefransist carnet, livre). Tikwal areîîal ur d-yettili ara s $ur timeslayin-a i snat yid-sent. Tameslayt ad d-tervel, di lawan anda tayev tessexdam awal n teqbaylit (md: azekka (S. ε.b) / $edwa ( S.L) id-yekkan si taεrabt l$add, $edwa). Ilaq ad d-nini akken ireîîalen snernayen deg umgired gar snat n tmeslayina i nextar. ef 1008 n yireîîalen, 530 kan (azal n 52 %) i d ucriken (d yiwen nsen) gar snat n tmeslayin-a. 81

83 Annexe 1 agzul II. Tasnamka Deg uêric-agi nexdem aserwes n tmawalt tamedrut n teqbaylit gar snat n tmeslayin, id-nebder di tazwara, deg uswir n tesnamka. Neεrev ad néer d acu yessemlilen d wacu yesnekzen gar-asent deg tesnamka. tmeslayin II.1.Tameûkiwt tasnamkant: amili d unkaz gar snat n II.1.1. Amili Amili yettban-d gar snat-a n tmeslayin s wawalen i yesεan yiwen n unamek d yiwet n tal$a ama di tmeslayt-a ama di tayev (md: adrar (S. ε.b) / adrar (S.L)). Ne$ wid yemgirden kan cwiî di tal$a (md: izrem (S. ε.b) / azrem (S.L)). II.1.2.Ankaz Deg tezrawt nne$ nwala d akken amgired deg uswir n tesnamka, gar snat n tmeslayin: tin n Sidi εli Bunab d tin n Ssuq Letnin ssebba-s: - D awalen yesεan yiwet n tal$a, maca anamek nsen yemgired ma nεedda si tmeslayt $er tayev,ama s ssebba ne$ s tayev (ayen i nezmer ad d-njemmel deg wayen i wumi neqqar s tefransist: (homonymie, hyperonymie/ hyponymie, hiérarchie et inclusion, métonymie).md: a$ebb aô maci d anamek i yesεa deg tmeslayt n ( S.ε.B) poussière i yesεa deg tin n ( S.L) pluie, tamtunt maci d anamek i yesεa deg tmeslayt n ( S.ε.B) galette levee, à levain i yesεa deg tin n ( S.L) levure, levain, lkeswa maci d anamek i yesεa deg tmeslayt n ( S.ε.B) vêtements i yesεa deg tin n ( S.L) robe kabyle, tabexsist maci d anamek i yesεa deg tmeslayt n ( S.ε.B) figue i yesεa deg tin n ( S.L) figuier. 82

84 Annexe 1 agzul - Ne$ d awalen yesεan inumak myucbaken ne$ ayen i wumi neqqar ambaddel n yinumak gar wawalen, ma nεedda si tmeslayt $er tayev md : anamek n tafukt deg tmeslayt n ( S.ε.B) lumière diffuse du soleil yettawi-t wawal iîuj deg tin n ( S.L); deg lawan i deg anamek n iîij deg tmeslayt n ( S.ε.B) soleil yettawi-t wawal tafukt deg tin n ( S.L). -Ne$ mi ara yili deg yiwet gar snat n tmeslayin-a ssexdamen tafyirt deg ubdil n yiwen n wawal i ssexdamen deg tmeslayt itt-id-iqublen, aya i wakken ad d- mlen yiwet n tidet (md: sellawazekka ( S.ε.B) / zdat n seld azekka ( S.L) ). -Ne$ da$en mi ara yili awalen llan di snat n tmeslayin, maca deg yiwet sεan kan yiwen ne$ sin n yinumak ma di tayev, rnu $er yinumak-agi, sεan inumak nniven ( md: taddart yesεa kan yiwen n unamek deg tmeslayt n ( S.ε.B) village maca deg tin n ( S.L) yesεa krad n yinumak village// clôture// une des deux parties principales du sol de la maison de style traditionnel, lieu de séjour. III.Tazrirt n yemgirden n tesnal$a d wid n tesnamka $ef umsefhem gar yemsawalen n snat temnavin Tazrawt nne$ temla-ya$-d akken imgirden n tesnal$a d wid n tesnamka ssezriren $ef umsefhem gar yemsawalen n snat temnavin. III.1.Tazrirt n yemgirden n tesnal$a Amsefhem yettas-d yewεar ne$ ur d- yettili ara mavi gar yemsawalen n snat n temnavin, mi ara yilint tal$iwin n wawalen yesεan yiwen n unamek, di snat n tmeslayin, mgirdent s lekmal. Abaεda mi ara yili awalen-a ur ttwasnen ara di temnavt anda ur ten-ssexdamen ara. 83

85 Annexe 1 agzul III.2.Tazrirt n yemgirden n tesnamka Mi ara yilin wawalen ttwasexdamen, ttwasnen di snat n temnavin maca s yinumak yemxallafen, ur d-yettili ara umsefhem gar yemsawalen. Tagrayt $er taggara n tezrawt nne$ nezmer ad d-nesukkes snat n tneqivin s wazal nsent: Taneqiî tamezwarut: Taqbaylit d tantala n tmazi$t. Tebva d timeslayin. Timeslayin-a, abaεda imi taqbaylit ur tegni ara, simmal simmal ttemgirdent si temnavt $er tayev, deg yeswiren yemxallafen n tesnawalt abaεda deg umawal. Tazrawt-agi tasrawsant i nexdem gar tmeslayt n Sidi εli Bunab d tin n Ssuq Letnin, $ef tmawalt tamedrut, tsbeyyen-ane$-d akken xas yella wayen i hent-yesemlilen ( 52% n tmawalt ), yella da$en wayen i hentyesnekzen, ama deg tesnal$a ama deg tesnamka. Amgired-agi igellu-d deg waîas n tikwal s war amsefhem gar yemsawalen n snat n temnavin. Taneqiî tis snat: Taneqiî tis snat taεna tamawalt tamedrut. Imi di teqbaylit ur nesεi ara tamawalt-agi i yettwaxedmen $ef llsas n wammud imaw, am waken yella lêal deg tutlayin nniven am tefransist deg umedya. Ihi nxemmem akken ad tt-id-nexdem. Tamawalt-agi tesεa azal d ameqran, abaεda segmi tekcem tmazi$t deg unagraw n usegmi azzayri; imi neéra akken aselmed d yiwen n ttawil yesεan azal ameqran i usiwev d usnarni n ta$ulin n usexdem n tutlayt. 84

86 Annexe 1 agzul Amawal Agnay: aménagement Amedru: fondamental Amili: convergence Ankaz: divergence Asnefru: distinction Aserwes: comparaison Aswir: niveau Gnu : aménager Imsawalen : locuteurs Tamawalt : vocabulaire Tamlellit : alternance Tamenvut : variante Tameûkiwt : structure Tasnal$a : morphologie Tasnamka : sémantique Tasnawalt : linguistique Tazrirt : influence Zrir : influencer 85

87 Annexe 2 Liste récapitulative des variantes morphologiques

88 Liste récapitulative des variantes morphologiques I. Les noms abellireo (S.A.B) cigogne / abellareo (S.E.T) aberrani (S.A.B) «étranger» / a$rib (S.E.T) abrid (S.A.B) chemin / azreg (S.E.T) abuêru (S.A.B) «temps modéré caractérisant surtout les journées d été entre 12 h et 18 h»/ lemεecci (S.E.T) aceffay (S.A.B) «lait»/ akfi (S.E.T) aceffay (S.A.B) «lait»/ ayfi (S.E.T) actal (S.A.B) «animaux domestiques (vache, moutons, ) / lebhayem (S.E.T) acenfir (S.A.B) «lèvre»/ aîerbib (S.E.T) acwaw (S.A.B) «morceau d étoffe»/ acelliq (S.E.T) acwaw (S.A.B) «morceau d étoffe»/ axerîuî (S.E.T) acwaw (S.A.B) «morceau d étoffe»/ acelêuê (S.E.T) adrum (S.A.B) «groupement de familles et de clans familiaux unis par des liens d origine et de parenté dans un même village»/ taxlijt (S.E.T) avil (S.A.B) «raisin» / tiéurin (S.E.T) afeggag (S.A.B) «ensouple» / anbur (S.E.T) afekrun (S.A.B) «tortue» / abufekran (S.E.T) (s) afella (S.A.B) «au dessus, en haut, superficiellement» / s afell (S.E.T) afellaê (S.A.B) «laboureur» / aneqqac (S.E.T) afellaê (S.A.B) «laboureur» / akerraz (S.E.T) afenoal (S.A.B) «tasse» / agdur (S.E.T) afeqqus (S.A.B) «melon» / abeîîix (S.E.T) afeqqus (S.A.B) «melon» / acemmam (S.E.T) affer (S.A.B) «feuille» / tiwriqt (S.E.T) affer (S.A.B) «feuille» / tiferret (S.E.T) affer (S.A.B) «aile» / acîaî (S.E.T) afrag (S.A.B) «clôture» / taddart (S.E.T) 87

89 afrag (S.A.B) «clôture» / abraê (S.E.T) aferraê (S.A.B) «plat allant au feu pour cuire la galette» / afan (S.E.T) afrux (S.A.B) «oiseau» / agîiî (S.E.T) aftat (S.A.B) «petit morceau de pain» / aêrif (S.E.T) aftat (S.A.B) «petit morceau de viande» / tamessunt (S.E.T) agames (S.A.B) «mâchoire» / a$esmar (S.E.T) ageffur (S.A.B) «pluie» / a$ebbar (S.E.T) agelzim (S.A.B) hache / tacaqqurt (S.E.T) agens (S.A.B) «une des deux parties principales du sol de la maison de style traditionnel, lieu de séjour» / taddart (S.E.T) agris (S.A.B) «glace, gelée» / agrus (S.E.T) agris (S.A.B) «glace, gelée» / ajli (S.E.T) aêayek (S.A.B) «grande couverture blanche de laine avec rayures de coton, ou unie» / aêram (S.E.T) aêday (S.A.B) «garçon» / aqcic (S.E.T) aêday (S.A.B) «garçon» / ameççuk (S.E.T) aêlul (S.A.B) «plat traditionnel composé de semoule, de quelques herbes sans viande»/ abazin (S.E.T) ajeooig (S.A.B) «fleur» / tanewwart (S.E.T) ajdir (S.A.B) «tronc» / loedra (S.E.T) ajeqdur (S.A.B) «poterie artisanale traditionnelle neuve ou non» / amuεan (S.E.T) akk (S.A.B) «tout, en totalité» / merra (S.E.T) akerkur (S.A.B) «sexe» / taxezzuî (S.E.T) akerkur (S.A.B) «sexe» / taxna (S.E.T) alla$ (S.A.B) «cerveau, cervelle» / d$ade$ (S.E.T) lmux (S.A.B) «cerveau, cervelle» / d$ade$ (S.E.T) allen (S.A.B) «yeux» / ibeεruren (S.E.T) allen (S.A.B) «yeux» / tiîîawin (S.E.T) aluv (S.A.B) «boue» / aberîiî (S.E.T) amade$ (S.A.B) «broussailles» / ajdar (S.E.T) amade$ (S.A.B) «ronce» / afersun (S.E.T) amdak el (S.A.B) «ami» / aûdiq (S.E.T) amdan (S.A.B) «être humain» / lεebd (S.E.T) 88

90 (S.E.T) (S.E.T) bnadem (S.A.B) «être humain» / lεebd (S.E.T) amkan (S.A.B) «endroit, place, lieu» / anni (S.E.T) ameqran (S.A.B) grand, âgé / agaεmir (S.E.T) lkar (S.A.B) «part, portion» / amur (S.E.T) amuslim (S.A.B)«musulman» / imeslem (S.E.T) amusnaw (S.A.B)«savant» / lmusni (S.E.T) amezwaru (S.A.B)«premier» / amezwar (S.E.T) ameééu$ (S.A.B)«oreille» / imejj (S.E.T) anna$ (S.A.B) «palais» / ima$ (S.E.T) annar (S.A.B) «aire à battre» taddart (S.E.T) anebdu (S.A.B) «été» / ûûif (S.E.T) aneggaru (S.A.B) «dernier» / aneggar (S.E.T) anemsir (S.A.B) «peau d ovin garnie de sa laine (brute ou travaillée)» / ahidur anemsir (S.A.B) «peau d ovin garnie de sa laine (brute ou travaillée)» / abeîîan anyir (S.A.B) «front» / aεennuô (S.E.T) anzaren (S.A.B)«nez» / inzer (S.E.T) a$ebbar (S.A.B) «poussière» / l$ebra (S.E.T) a$ebbar (S.A.B) «poussière» / ta$ebbart (S.E.T) a$rum (S.A.B)«pain» / lxebz (S.E.T) a$rum (S.A.B)«pain» / uxbiz (S.E.T) aqadum (S.A.B) «visage, face» / udem (S.E.T) aqarru (S.A.B) «tête» / aqarruy (S.E.T) aqarru (S.A.B) «tête» / akarkur (S.E.T) aqarru (S.A.B) «tête» / ixef (S.E.T) aqdim (S.A.B) «ancien, vieux» / ajaεdi (S.E.T) aqjun (S.A.B) «chien» / aydi (S.E.T) aqelwac (S.A.B) «bouc» / i$ev (S.E.T) aqenfud (S.A.B) «hérisson» / inisi (S.E.T) arrac (S.A.B) «enfants, garçons» / iîufanen (S.E.T) arrac (S.A.B) «enfants, garçons» / iwetmen (S.E.T) 89

91 arrac (S.A.B) «enfants, garçons» / leεyel (S.E.T) arrac (S.A.B) «enfants, garçons» / lwacul (S.E.T) arraw (S.A.B) «descendance, enfants» / tarwa (S.E.T) arqiqan (S.A.B) «fin, mince» / areqqaq (S.E.T) aruy (S.A.B) «porc-épic» / ariw (S.E.T) asa$ur (S.A.B) «foin, fourrage sec» / lqerî (S.E.T) asawen (S.A.B) «côte» / tasawent (S.E.T) aseggas in iεeddan (S.A.B) «il y a deux ans» / send ilindi (S.E.T) aseggas in it iεeddan (S.A.B) «il y a trois ans» / zdat n send ilindi (S.E.T) aseggas iεeddan (S.A.B) «année dernière» / ilindi (S.E.T) asigna (S.A.B) «nuage» / asegna (S.E.T) asqif (S.A.B) «entrée couverte menant à la cour intérieur dans la maison traditionnelle»/ azbuq (S.E.T) asraê (S.A.B) «détente, répis, ropos» / asgunef (S.E.T) atmaten (S.A.B) «frères» / aytmaten (S.E.T) atraktur (S.A.B) «tracteur» / leîraks (S.E.T) aîuîaê (S.A.B) «petit, tout petit» / abeztuê (S.E.T) awezzlan (S.A.B)«court» / agezlan (S.E.T) axarfi (S.A.B)«mouton» / ikerri (S.E.T) axecxac (S.A.B)«crâne» / aqarruy (S.E.T) axeddaε (S.A.B)«traître» / lxadeε (S.E.T) (t)ayaziv(t) (S.A.B) «coq» / afrux (S.E.T) ayeffus (S.A.B) «(à) la droit, droit» / azelêaî (S.E.T) ayrad (S.A.B) «lion» / a$iles (S.E.T) azagur (S.A.B) «dos» / tiwwa (S.E.T) azzayri (S.A.B) «algérien» / aoazayri (S.E.T) azger (S.A.B) «bœuf» / ayug (S.E.T) azger (S.A.B) «bœuf» / aεejmi (S.E.T) azegzaw (S.A.B) «vert» / aêcayci (S.E.T) azekka (S.A.B) «demain» / $edwa (S.E.T) azekkayin (S.A.B) «lendemain» / azekkuya (S.E.T) azniq (S.A.B) «rue de village» / azreg (S.E.T) 90

92 azniq (S.A.B) «rue de village» / tazniqt (S.E.T) azuran (S.A.B) «gros, épais» / azehran (S.E.T) aé$al (S.A.B) «grande chaleur» / aqebli (S.E.T) aé$al (S.A.B) «grande chaleur» / achili (S.E.T) aéru (S.A.B) «pierre» / arûif (S.E.T) aεawdiw (S.A.B) «cheval» / aεidiw (S.E.T) aεawdiw (S.A.B) «cheval» / ajedεun (S.E.T) aεebbuv (S.A.B) «ventre» / azebîiî (S.E.T) aεebbuv (S.A.B) «ventre» / zzbeî (S.E.T) aεebbuv (S.A.B) «ventre» / lkarciw (S.E.T) aεecciw (S.A.B) «hutte» / asqif (S.E.T) aεecciw (S.A.B) «hutte» / agerbi (S.E.T) aεeggun (S.A.B) «muet» / amjuj (S.E.T) aεemmud (S.A.B) «bâton» / aεekkaz (S.E.T) aεemmud (S.A.B) «bâton» / akurbay (S.E.T) aεenqiq (S.A.B) «cou» / rreqba (S.E.T) tamgarî (S.A.B) «cou» / rreqba (S.E.T) aεenqiq (S.A.B) «cou» / aεenquq (S.E.T) tamgarî (S.A.B) «cou» / aεenquq (S.E.T) aεeqqa (S.A.B)«grain» / aêebbu (S.E.T) aεeqqa (S.A.B)«grain» / a$waw (S.E.T) aεeééug (S.A.B) «sourd» / aεeggun (S.E.T) baîaîa (S.A.B) «pomme de terre» / lbaîaîa (S.E.T) ccbaêa (S.A.B) «beauté» / lebha (S.E.T) ciêbuv (S.A.B) «(fleur de) coquelicot» / qbabuc (S.E.T) ciîîaê (S.A.B) «un peu» / azuê (S.E.T) ciî (S.A.B) «un peu» / azuê (S.E.T) ccεar (S.A.B) «cheveux» / acekkuê (S.E.T) da (S.A.B) «ici» / daha (S.E.T) ddin (S.A.B) «dette» / areîîal (S.E.T) ddin (S.A.B) «dette» / akridi (S.E.T) iccer (S.A.B)«ongle» / icker (S.E.T) iccew (S.A.B) corne / icc (S.E.T) 91

93 idis (S.A.B) «coté, partie latérale d une chose» / aceîîub (S.E.T) idmaren (S.A.B) «poitrine» / admaren (S.E.T) iv (S.A.B) nuit / taεecwit (S.E.T) if (S.A.B) «sein» / tabbuct (S.E.T) ifires (S.A.B) «poires, poiriers» / lfires (S.E.T) igellil (S.A.B) «pauvre, miséreux» / aéawali (S.E.T) igellil (S.A.B) «pauvre, miséreux» / ame$bun (S.E.T) igenni (S.A.B) «ciel» / lehwa (S.E.T) iêbuben (S.A.B) «figues sèches» / tazart (S.E.T) ik ser (S.A.B) «en bas» / sadda (S.E.T) ik ser (S.A.B) «en bas» / taneddayt (S.E.T) ilem (S.A.B) «vide» / lfare$ (S.E.T) ileméi (S.A.B) «jeune homme» / aqcic (S.E.T) iles (S.A.B) «longue» / alêaê (S.E.T) imaren (S.A.B) «moment, à ce moment là» /luxent (S.E.T) imekli (S.A.B) repas de la journée / le$da (S.E.T) imensi (S.A.B) «dîner» / lmeεciya (S.E.T) inebgi (S.A.B) «hôte, invité» / amaεruî (S.E.T) i$éar (S.A.B)«vallée, ravin» / tawtayt (S.E.T) i$es (S.A.B) os / aεqur (S.E.T) i$es (S.A.B) noyau ( de fruit) / a$waw (S.E.T) i$es (S.A.B) levure, Levain / tamtunt (S.E.T) i$es uzagur (S.A.B) colonne vertébrale / ssen (S.E.T) iqeccuven (S.A.B) morceau de bois, brindille / ticeîîet (S.E.T) iqeccuven (S.A.B) morceau de bois, brindille / igermumen (S.E.T) irk el (S.A.B) «entièrement, tous» / ilkul (S.E.T) ires (S.A.B) «champ ( de céréales, labouré et ensemencé )» / lmeôj (S.E.T) ires (S.A.B) «champ ( de céréales, labouré et ensemencé )» / tigert (S.E.T) isegmi (S.A.B) «jeune pousse, rejeton» / llqiê (S.E.T) axalef (S.A.B) «jeune pousse, rejeton» / llqiê (S.E.T) isegmi (S.A.B) «jeune pousse, rejeton» / ise$mi (S.E.T) axalef (S.A.B) «jeune pousse, rejeton» / ise$mi (S.E.T) 92

94 itbir (S.A.B) «pigeon» / aêmam (S.E.T) iîij (S.A.B) «soleil» / tafukt (S.E.T) izirdi (S.A.B) «renard» / izirduy (S.E.T) izrem (S.A.B) «serpent» / azerm (S.E.T) iéri (S.A.B) «la vue» / timeéri (S.E.T) iéri (S.A.B) «la vue» / timeériwt (S.E.T) iéri (S.A.B) «la vue» / timeérit (S.E.T) iérem (S.A.B) «intestin» / aje$dan (S.E.T) jeddi (S.A.B) «(mon) grand père» / zizi (S.E.T) jeddi (S.A.B) «(mon) grand père» / sidi (S.E.T) jida (S.A.B) «(ma) grand-mère» nanna (S.E.T) kilu (S.A.B) «kilo» / lkilu (S.E.T) lamin (S.A.B) «chef traditionnel du village» / ccix (S.E.T) lawan (S.A.B) «temps, époque, période, moment imprécis» / lmeêel (S.E.T) laεli (S.A.B) «hauteur» / liεli (S.E.T) laεmar (S.A.B) «vie» / timεict (S.E.T) laεmar (S.A.B) «vie» / lmaεict (S.E.T) laεnaûer (S.A.B) «fontaine, source» / lεenûer (S.E.T) lbecna (S.A.B) «sorgho blanc» / ablul (S.E.T) lebraq (S.A.B) «éclaire» / lebruq (S.E.T) lberquq (S.A.B) «prunes» / lεin (S.E.T) llebsa (S.A.B) «habit, vêtements» / lqecc (S.E.T) lfuva (S.A.B) «pièce de tissu à rayures noires, jaunes et rouges» / amendil (S.E.T) loar (S.A.B) «voisin» / amεacer (S.E.T) loefna (S.A.B) «grand plat ( en terre, en fer ou en boit )» / lmetred (S.E.T) loessa (S.A.B) «corps ( d un être humain ou animal, vivant ou mort )» / ljedda, loedda (S.E.T) leowaz (S.A.B) «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans pain» / aseqqi (S.E.T) leowaz (S.A.B) «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans pain» / leftur (S.E.T) lêafer (S.A.B) «plante du pied, sabot d équidé» / lqaε uîar (S.E.T) lêala (S.A.B) «état, temps climatique» / lêal (S.E.T) 93

95 (S.E.T) lêamu (S.A.B) «chaleur» / aqebli (S.E.T) leêcic (S.A.B) «herbe» / rrbiε (S.E.T) lêif (S.A.B) «misère, pauvreté, humiliation, ennuis de toutes sortes» / lêuj lêiv (S.A.B)«mure» / a$lad (S.E.T) lêiwan (S.A.B) animaux / lmal (S.E.T) lêubb (S.A.B) «amour» / aêibbi (S.E.T) leêmala (S.A.B) «amour» / aêibbi (S.E.T) leêwal (S.A.B) «vaisselle, ustensiles de cuisine» / leqbabec (S.E.T) leêwal (S.A.B) «ensemble de condiments d ingrédients» / rrwayeê (S.E.T) llim (S.A.B) «citron, citronnier» / lqares (S.E.T) lkarh (S.A.B) «haine» / aεaffi (S.E.T) lqut (S.A.B) «nourriture, le manger» / tagulla (S.E.T) lmaεun (S.A.B) «charrue» / ajrar (S.E.T) lmelê (S.A.B) «sel» / lemlaê (S.E.T) lqarn (S.A.B) «extrémité» / aceîîub (S.E.T) lqarn (S.A.B) «extrémité» / ixef (S.E.T) lqarn (S.A.B) «coin» / ccuka (S.E.T) lqarn (S.A.B) «coin» / tacwikt (S.E.T) lqaεa (S.A.B) «sol» / lqaε (S.E.T) lqedd (S.A.B) «taille» / lqama (S.E.T) lqis (S.A.B) «mesure» / lkil (S.E.T) leqraya (S.A.B) «lecture, enseignement» / leqra (S.E.T) llufan (S.A.B) «bébé» / aîufan (S.E.T) llufan (S.A.B) «bébé» / lîufan (S.E.T) lwaêc (S.A.B) «sentiment d angoisse et d inquiétude causée par la solitude, l isolement»/ lxelεa (S.E.T) lwaêc (S.A.B) «sentiment d angoisse et d inquiétude causée par la solitude, l isolement»/ lfejεa (S.E.T) lwali (S.A.B) «saint» / ûûellaê (S.E.T) nnwar (S.A.B) «fleur, rose, rosier» / nnewar (S.E.T) lεic (S.A.B) «fourrage» / lεelf (S.E.T) lεic (S.A.B) «fourrage» / rric (S.E.T) 94

96 medden (S.A.B) «les gents, les étrangers, les autres qui ne sont pas de la famille directe et proche» / lεibad (S.E.T) medden (S.A.B) «les gents, les étrangers, les autres qui ne sont pas de la famille directe et proche» / iberraniyen (S.E.T) nanna (S.A.B) «grande soeur, tante paternelle» / lalla (S.E.T) nnefû (S.A.B) «moitié» / azgen (S.E.T) nnuba (S.A.B) «tour» / ddoula (S.E.T) rric (S.A.B) «plumes» / acencaw (S.E.T) rritla (S.A.B) «litre» / llitra (S.E.T) sell azekka (S.A.B) «après demain» / seld azekka (S.E.T) agellid (S.A.B) «roi, sultan» / sselîan (S.E.T) sser (S.A.B) «secret» / tigza (S.E.T) tazmert (S.A.B) «santé» / ûûeêa (S.E.T) tabret (S.A.B) «lettre» / tabôat (S.E.T) tafarciî (S.A.B) «fourchette» / afurciî (S.E.T) tafsuyt (S.A.B) «printemps» / rrbiε (S.E.T) taftilt (S.A.B) «lampe» / tiftilt (S.E.T) llamba (S.A.B)«lampe» / tiftilt (S.E.T) tafunart (S.A.B)«foulard» / timeêremt (S.E.T) tafunazt (S.A.B)«vache» / tafunast (S.E.T) tagmert (S.A.B)«jument» / taserdunt (S.E.T) tagmert (S.A.B)«jument» / tajedεunt (S.E.T) tag nit (S.A.B)«terrain plat» / taweîîayt (S.E.T) tag ersa (S.A.B)«soc de charrue» / tayerza (S.E.T) taguyt (S.A.B) «brouillard léger au ras du sol» / aguê (S.E.T) taêdayt (S.A.B) «fille» / taqcict (S.E.T) tajmaεit (S.A.B) «lieu de réunion de quartier ou de village, bâti ouvert» /tajmeεt (S.E.T) tajmaεit (S.A.B) «réunion de quartier ou de village» / anejmuε (S.E.T) tak essart (S.A.B) descente, pente / tagsert (S.E.T) tak essart (S.A.B) descente, pente / taneddayt (S.E.T) takessiwt (S.A.B) «robe kabyle» / lkeswa (S.E.T) taktabt (S.A.B) livre / akarni (S.E.T) taktabt (S.A.B) livre / lliber (S.E.T) 95

97 talast (S.A.B) «borne, limite» / tilest (S.E.T) talaxt (S.A.B) «argile, poterie» / ideqqi (S.E.T) taluft (S.A.B) «problème» / anezgum (S.E.T) taêkayt (S.A.B) «histoire, conte» / taêeooet (S.E.T) taêkayt (S.A.B) «histoire, conte» / tamεayt (S.E.T) tamart (S.A.B)«barbe» / acamar (S.E.T) tamart (S.A.B)«barbe» / tacamert (S.E.T) tamart (S.A.B)«barbe» / lleêya (S.E.T) tamazirt (S.A.B)«jardin» tigert (S.E.T) tameddit (S.A.B)«après midi, soir» / taεecwit (S.E.T) tamegêelt (S.A.B)«fusil» / abeckiî (S.E.T) tamidda (S.A.B)«buse (oiseau de proie)» / tamedda (S.E.T) tame$ra (S.A.B) «fête» / lεers (S.E.T) tamtunt (S.A.B) «galette levée, à levain» / ameîluε (S.E.T) tamusni (S.A.B) «connaissance, science, savoir» / lεilem (S.E.T) tamezdu$t (S.A.B) «habitation» / amezdu$ (S.E.T) taneqlet (S.A.B) «figuier» / taberrant (S.E.T) taneqlet (S.A.B) «figuier» / tagrurt (S.E.T) taneqlet (S.A.B) «figuier» / tabexsist (S.E.T) ta$aî (S.A.B) «chèvre» / ta$ejvet (S.E.T) ta$ ect (S.A.B) «gorge» / tamiooa (S.E.T) ta$ ect (S.A.B) «gorge» / agergit (S.E.T) ta$ ect (ûûut) (S.A.B) «voix» / ûûut (S.E.T) ta$eddiwt (S.A.B) «carde comestibles, cardons» / tigernina (S.E.T) ta$ enoayt (S.A.B) «cuillère» / ta$enoawt (S.E.T) taqabact (S.A.B) «petite pioche, binette» / tagelzimt (S.E.T) taq rist (S.A.B) «galette» / aêbul (S.E.T) tarracin (S.A.B) «filles» / tiqcicin (S.E.T) tarbaεt (S.A.B) «groupe» / tajmaεt (S.E.T) targit (S.A.B) «rêve» / taburigt (S.E.T) targit (S.A.B) «rêve» / tagurigt (S.E.T) tarigla (S.A.B) «montant vertical du métier à tisser» / tawdaî (S.E.T) taseîîa (S.A.B) «branche d arbre» / iεiref (S.E.T) 96

98 (S.E.T) taseîîa (S.A.B) «branche d arbre» / iciî (S.E.T) taswiεt (S.A.B) «moment» / tasweεt (S.E.T) tawenza (S.A.B) «raie dans les cheveux au milieu du front» / taεnuôt, aεnuô tawsa (S.A.B) «cotisations données pour des fêtes familiales» / lêeq (S.E.T) lêenni (S.A.B) «cotisations données pour des fêtes familiales» / lêeq (S.E.T) tawwurt (S.A.B) «porte» / lbab (S.E.T) tawezzaεt (S.A.B) «partage collectif de viande au village» / lewziεa (S.E.T) tawezzaεt (S.A.B) «partage collectif de viande au village» / zzerd (S.E.T) tawezzaεt (S.A.B) «partage collectif de viande au village» / zzerda (S.E.T) tayaéilt (S.A.B) «peigne pour tasser le tissage» / taxellalt (S.E.T) tayeîîiî (S.A.B) «petite outre» / tayeddiî (S.E.T) tazla (S.A.B) «coursse» / tiîelqi (S.E.T) tazla (S.A.B) «coursse» / tiîelqit (S.E.T) loehd (S.A.B) «force» / ûûeêa (S.E.T) tazeqqa (S.A.B) «chambre construite en pierre et terre» / taxxamt n uberîiî (S.E.T) taεekk azt (S.A.B) «cane» tahrawt (S.E.T) tibel$iwin (S.A.B) «babouche» / aklakit (S.E.T) tibexsisin (S.A.B) «figues fraîches» / ibexsas (S.E.T) tibexsisin (S.A.B) «figues fraîches» / lbexsis (S.E.T) tibexsisin (S.A.B) «figues fraîches» / ibexsisen (S.E.T) tibexsisin (S.A.B) «figues fraîches» / tiûurin (S.E.T) lexrif (S.A.B) «figues fraîches» / ibexsas (S.E.T) lexrif (S.A.B) «figues fraîches» / ibexsisen (S.E.T) lexrif (S.A.B) «figues fraîches» / lbexsis (S.E.T) lexrif (S.A.B) «figues fraîches» / tiûurin (S.E.T) tifednet (S.A.B) «orteil» / tifent (S.E.T) tikli (S.A.B) «marche, action de marcher» / tiddi (S.E.T) tikelt (S.A.B) «fois» / abrid (S.E.T) tilawin (S.A.B) «femmes» / lxalet (S.E.T) tili (S.A.B) «ombre» / amalu (S.E.T) timaεûart (S.A.B) «moulin à olives» / lemεeûra (S.E.T) 97

99 times (S.A.B)«feu» / lεafit (S.E.T) ti$ilt (S.A.B)«colline» / tacwawt (S.E.T) tizi (S.A.B)«colline» / tacwawt (S.E.T) ti$irdemt (S.A.B) «scorpion» / ta$urdemt (S.E.T) ti$ratin (S.A.B) «youyous, cris de joie des femmes» / ize$riten (S.E.T) ti$ratin (S.A.B) «youyous, cris de joie des femmes» / tize$ritin (S.E.T) tisirt (S.A.B) «moulin à grain» / rrêa (S.E.T) tissit (S.A.B) «action de boire» tissi (S.E.T) deqqet (S.A.B) «coup» / dderba (S.E.T) tiyita (S.A.B) «coup» / dderba (S.E.T) deqqet (S.A.B) «coup» / deqqa (S.E.T) tiyita (S.A.B) «coup» / deqqa (S.E.T) deqqet (S.A.B) «coup» / lxebîa (S.E.T) tiyita (S.A.B) «coup» / lxebîa (S.E.T) ttejra (S.A.B) «arbre» / taseoourt (S.E.T) ttejra (S.A.B) «arbre» / taseîîa (S.E.T) ttlata (S.A.B) «trois heure» / ttalta (S.E.T) tugdi (S.A.B) «peur» / tawagda (S.E.T) tudert (S.A.B) «vie, existence» / timεict (S.E.T) tumlilt (S.A.B) «argile blanche» / umlil (S.E.T) tu$mest (S.A.B) «dent» / ti$mest (S.E.T) turet (S.A.B) «poumon» / ifwaden (S.E.T) turet (S.A.B) «poumon» ataεliq (S.E.T) îîlam (S.A.B) «obscurité» / talast (S.E.T) îumaîic (S.A.B) «tomate» / aîemîum (S.E.T) uccen (S.A.B) «chacal» / qarniî (S.E.T) uççi (S.A.B) «nourriture, le manger» / aççay (S.E.T) udi (S.A.B) «beurre» / ddhan (S.E.T) uffad (S.A.B) «entrailles, abas» / ikerciwen (S.E.T) uffad (S.A.B) «entrailles, abas» / lefdawec (S.E.T) uraw (S.A.B) «mains jointes et tendues, paumes en haut» / uren (S.E.T) ussu (S.A.B) «lit, litière, couche préparée, literie étendue sur le sol» / ussi (S.E.T) 98

100 (S.E.T) ussu (S.A.B) «lit, litière, couche préparée, literie étendue sur le sol» / ibessaîen uwday (S.A.B) «juif» / uday (S.E.T) uwday (S.A.B) «juif» / ujwif (S.E.T) wetma (S.A.B) (ma) soeur / ultma (S.E.T) wezzil (S.A.B) «court, petit de taille» / ugzil (S.E.T) xilla (S.A.B) «beaucoup, nombreux» / xirla (S.E.T) xilla (S.A.B) «beaucoup, nombreux» / caî (S.E.T) yiwen (S.A.B) «un»/ iç(s.e.t) yiwen (S.A.B) «un»/ ic(s.e.t) yiwen (S.A.B) «un» / io(s.e.t) yiwen (S.A.B) «un»/ ioen(s.e.t) yessetma (S.A.B) «(mes) sœurs» / suyetma(s.e.t) zik (S.A.B) «temps passé» / bekri (S.E.T) zzuo (S.A.B) «deux heure» / ssaεtin (S.E.T) zur (S.A.B) «gros» / zhur (S.E.T) zzwao (S.A.B) «mariage» / jwaj (S.E.T) zzεaf (S.A.B) «colère» / lfeqεa (S.E.T) 99

101 II. Les verbes ader (S.A.B) «descendre» / ê der (S.E.T) af (S.A.B) «trouver» / awf (S.E.T) ag i (S.A.B) «refuser» / gama (S.E.T) ag i (S.A.B) «refuser» / gami (S.E.T) ak i (S.A.B) «s éveiller, être éveillé» / awki (S.E.T) ak er (S.A.B) «voler, dérober» / laweê (S.E.T) ali (S.A.B) «monter» / ani (S.E.T) ali (S.A.B) «monter» / areg (S.E.T) ames (S.A.B) «être sale, être pourri, pourrir» / îlu (S.E.T) aru (S.A.B) «écrire» / kteb (S.E.T) as (S.A.B) «arriver, venir, revenir, se présenter» / lfu (S.E.T) aski (S.A.B) «se placer» / ûbaê (S.E.T) azzel (S.A.B) «courir» / îleq (S.E.T) azzel (S.A.B) «courir» / cala (S.E.T) aé (S.A.B) «se pousser» / lêem (S.E.T) k maûûi (S.A.B) «commencer, aborder» / k manûi (S.E.T) bib (S.A.B) «porter sur le dos» / caca (S.E.T) serreê (S.A.B) «détacher, répudier, lâcher» / sefru (S.E.T) bzeg (S.A.B) «être enflé» / awef (S.E.T) cebbaê (S.A.B) «s embellir» / bhu (S.E.T) cbeê (S.A.B) «être beau» / bhu (S.E.T) cbeê (S.A.B) «être beau» / zyan (S.E.T) cidd (S.A.B) «lier, attacher» / cbeê (S.E.T) cuff (S.A.B) «gonfler, être gonflé» / awef (S.E.T) cεel (S.A.B) «allumer, enflamer» / ssender (S.E.T) cεel (S.A.B) «allumer, enflamer» / ssendeh (S.E.T) εemmar (S.A.B) «remplir, être rempli, être plein» / ççar (S.E.T) cumm (S.A.B) «sentir» / sriê (S.E.T) degger (S.A.B) «pousser, bousculer» / demmer (S.E.T) 100

102 (S.E.T) ddukel (S.A.B) «aller ensemble, s accompagner» / saεef (S.E.T) zzi (S.A.B) «tourner, enrouler» / griwel (S.E.T) îebbaε (S.A.B) «pousser, bousculer» / demmer (S.E.T) veggar, îeggar (S.A.B) «jeter, rejeter, lancer, expulser, chasser» / îeyyer (S.E.T) îeggar, veggar (S.A.B) «jeter, rejeter, lancer, expulser, chasser» / îeyyec vhaô (S.A.B) «paraître, être vu» / ban (S.E.T) mud (S.A.B) «donner» / ekf (S.E.T) ffe$ (S.A.B) «sortir» / areg (S.E.T) freq (S.A.B) «répartir» / wezzeε (S.E.T) ftaô (S.A.B) «déjeuner» / t$edda (S.E.T) ftek (S.A.B) «percer» / nqar (S.E.T) eg (S.A.B) «faire, être de telle ou telle façon» / xdem (S.E.T) ewqem (S.A.B) «faire, être de telle ou telle façon» / xdem (S.E.T) egg (S.A.B) «pétrir, être pétri» / εjen (S.E.T) egg (S.A.B) «pétrir, être pétri» / εrek (S.E.T) glu (S.A.B) «prendre avec, prendre par la même occasion» / îerq (S.E.T) gri (S.A.B) «rester (restes)» / fîel (S.E.T) heggi (S.A.B) «se préparer, être prêt» / ewjed, ccewjed (S.E.T) heggi (S.A.B) «se préparer, être prêt» / zwi (S.E.T) hlek (S.A.B) «être malade» / aîen (S.E.T) hudd (S.A.B) «démolir, détruire» / huzz (S.E.T) hudd (S.A.B) «démolir, détruire» / ssedrem (S.E.T) huzz (S.A.B) bercer / dewweê (S.E.T) hwu (S.A.B) «plaire, être agréable» / εjeb (S.E.T) êaz (S.A.B) «toucher» / qelleb (S.E.T) êaz (S.A.B) «toucher» / laweê (S.E.T) êekkar (S.A.B) «regarder» / sig (S.E.T) êekkar (S.A.B) «regarder» / îill (S.E.T) êekkar (S.A.B) «regarder» / twalleh (S.E.T) smuqel (S.A.B)«regarder» / sig (S.E.T) smuqel (S.A.B)«regarder» / îill (S.E.T) smuqel (S.A.B)«regarder» / twalleh (S.E.T) êlu (S.A.B)«guérir» / ejji (S.E.T) 101

103 êemmel (S.A.B)«aimer» /êib (S.E.T) êwi (S.A.B) «chasser» / îeyyec (S.E.T) ihriw (S.A.B) «être large» / iwsiε (S.E.T) im$ur (S.A.B) «grandir, être grand» /ggaεmer (S.E.T) iméi (S.A.B) «être petit» / bbezteê (S.E.T) i$ zif (S.A.B) «être long» ikmil (S.E.T) i$ zif (S.A.B) «être long» / gaεmer (S.E.T) iwzil (S.A.B) «être court» / igzil (S.E.T) kfu (S.A.B) «cesser, être fini, être terminé» / fak (S.E.T) knu (S.A.B) «(se) courber» / êder (S.E.T) krah (S.A.B) «détester» / εaf (S.E.T) eks (S.A.B) berger / îwi (S.E.T) lal (S.A.B) «naître» / nnarni (S.E.T) llhi (S.A.B) «s occuper» / llethi (S.E.T) gerrez (S.A.B) «être beau» / bhu (S.E.T) lhu (S.A.B) «être beau» bhu (S.E.T) gerrez (S.A.B) «être beau» / seggeb (S.E.T) lhu (S.A.B) «être beau» / seggeb (S.E.T) lêu (S.A.B) «marcher» / ddu (S.E.T) llexs (S.A.B) «être mouillé» / bzeg (S.E.T) lεeb (S.A.B) «jouer» / rar, irar (S.E.T) mlal (S.A.B) «(se) rencontrer, (se) rejoindre» / laqa (S.E.T) mlal (S.A.B) «(se) rencontrer, (se) rejoindre» / mlaqi (S.E.T) mme$ (S.A.B) «se précipiter sur, mettre la main à ou sur» / jεer (S.E.T) msed (S.A.B) «être aiguisé» / êerrec (S.E.T) msed (S.A.B) «être aiguisé» / cêed (S.E.T) nnal (S.A.B) «toucher» / qelleb (S.E.T) nnev (S.A.B) «s enrouler» / dewwer (S.E.T) nnev (S.A.B) «s enrouler» / sehlilez (S.E.T) en$ (S.A.B) «tuer» / e$$ (S.E.T) n$ed (S.A.B) «broyer, piler, moudre» / eéd (S.E.T) nîev (S.A.B) «être contagieux» / derreε (S.E.T) lûeq (S.A.B) «être contagieux» / derreε (S.E.T) nîew (S.A.B) «sauter, bondir» / neggez (S.E.T) 102

104 nnulfu (S.A.B) «paraître, être inventé» / ffe$ (S.E.T) nnulfu (S.A.B) «paraître, être inventé» / erg (S.E.T) $ill (S.A.B) «croire» / nwu (S.E.T) $umm (S.A.B) «(re) couvrir, cacher, dissimuler» / $eîîi (S.E.T) qebbi (S.A.B) «être gros» / ejji (S.E.T) qelleb (S.A.B) «fouiller, chercher, parcourir» / duô (S.E.T) qelleb (S.A.B) «fouiller, chercher, parcourir» / fettec (S.E.T) qelleb (S.A.B) «fouiller, chercher, parcourir» / êuf (S.E.T) qraê (S.A.B) «avoir mal, faire souffrir» / εîeb (S.E.T) rkeb (S.A.B) «monter sur une monture (dans la voiture)» / ani (S.E.T) er$ (S.A.B) «brûler» / êreq (S.E.T) ers (S.A.B) «descendre» / aîer (S.E.T) ôuê (S.A.B) «se perdre, être perdu, être égaré» / raε (S.E.T) sdukkel (S.A.B) «unir, joindre» / zdi (S.E.T) sdukkel (S.A.B) «unir, joindre» / ssemlaqi (S.E.T) ssefcuci (S.A.B) «gâter» / ciwan (S.E.T) ssili (S.A.B) «faire monter» / sreg (S.E.T) si$ret (S.A.B) «appeler à grand cris» / slilew (S.E.T) ssirem (S.A.B) «desirer» / tmenna (S.E.T) ssirem (S.A.B) «desirer» / b$u (S.E.T) ssirem (S.A.B) «desirer» / caha (S.E.T) ssiwel (S.A.B) «appeler, invoquer» / $er (S.E.T) skur (S.A.B) «peloter, rouler en pelote, rouler, mettre en boule» / kebbeb (S.E.T) slef (S.A.B) «caresser» / sseênuni (S.E.T) sellek (S.A.B) «se dépêcher, se hâter» / zreb (S.E.T) sellek (S.A.B) «se dépêcher, se hâter» / zεeb (S.E.T) sellek (S.A.B) «se dépêcher, se hâter» /$awel (S.E.T) sellek (S.A.B) «se dépêcher, se hâter» /εjel (S.E.T) sellem (S.A.B)«baiser» / êac (S.E.T) smar (S.A.B) verser / wezzaε (S.E.T) smar (S.A.B) verser / ferre$ (S.E.T) sers (S.A.B) «faire descendre» / saîer (S.E.T) 103

105 essu (S.A.B) «étendre, disposer sur le sol, préparer la literie» / ferrec (S.E.T) ssuref (S.A.B) «marcher à grands pas» / jjeεîer (S.E.T) ssuter (S.A.B)«demander» / îleb (S.E.T) sew (S.A.B)«boire» / ceyyeε (i$i) (S.E.T) tti (S.A.B) «renverser» / bôen (S.E.T) tti (S.A.B) «renverser» / qleb (S.E.T) ttekki (S.A.B) «participer, prendre part» / carek (S.E.T) etter (S.A.B) «mendier, emprunter» / îleb (S.E.T) ettu (S.A.B) «oublier, omettre» / shu (S.E.T) îîerveq (S.A.B) «éclater» / fellaq (S.E.T) u$al (S.A.B) «devenir, revenir, retourner, repartir» / eqqel (S.E.T) u$al (S.A.B) «devenir, revenir, retourner, repartir» / welli (S.E.T) warri (S.A.B) «montrer, indiquer» / sεent (S.E.T) warri (S.A.B) «montrer, indiquer» / sken (S.E.T) xleq (S.A.B) «former son fruit» / $mi (S.E.T) xûar (S.A.B) «abîmer, être abîmé» / twa$ (S.E.T) zzu$ar (S.A.B) «faire glisser, traîner» / juêeb (S.E.T) zzu$ar (S.A.B) «faire glisser, traîner» / ju$ar (S.E.T) zzu$ar (S.A.B) «faire glisser, traîner» / zuêeb (S.E.T) zwi (S.A.B) secouer / huzz (S.E.T) zwi (S.A.B) secouer / zlez (S.E.T) zweo (S.A.B) se marier, être marié / rcel (S.E.T) zεef (S.A.B) «se fâcher, se maître en colère, s irriter» / êaéé (S.E.T) zεef (S.A.B) «se fâcher, se maître en colère, s irriter» / fqeε (S.E.T) éar (S.A.B) «voir, regarder» / îill (S.E.T) éar (S.A.B) «savoir» / εlem (S.E.T) ééel (S.A.B) «être étendu» / sred (S.E.T) εass (S.A.B) «garder, surveiller» / êres (S.E.T) εawweq (S.A.B) «crier» / εayyeî (S.E.T) εebbi (S.A.B) «charger, arrimer (âne)» / bberdeε (S.E.T) εdel (S.A.B) «être égale» / msawa (S.E.T) εelleq (S.A.B) «accrocher, pendre, suspendre» / εquqel (S.E.T) εeîîel (S.A.B) «tarder» / îul (S.E.T) 104

106 Annexe 3 Liste récapitulative des variantes sémantiques

107 I.Les noms acvav «pan du burnous, de couverture» dans le parler de S.A.B «aile» / acîaî dans le parler de S.E.T afrux «oiseau» dans le parler de S.A.B «coq» dans le parler de S.E.T affer «aile» dans le parler de S.A.B «feuille» / tiferret dans le parler de S.E.T akarkur «sexe» dans le parler de S.A.B «tête» dans le parler de S.E.T amade$ «ronce» dans le parler de S.A.B «broussailles» dans le parler de S.E.T amezdu$ «habitant» dans le parler de S.A.B «habitant // habitation» dans le parler de S.E.T amεacer «habitué» dans le parler de S.A.B «voisin» dans le parler de S.E.T a$ebb aô «poussière» dans le parler S.A.B «pluie» dans le parler S.E.T aqerru «tête»dans le parler de S.A.B «crâne» / aqerruy dans le parler de S.E.T arrac «enfants // garçons» dans le parler de S.A.B «jeunes garçons» dans le parler de S.E.T 106

108 aseqqi «sauce, bouillon de couscous» dans le parler de S.A.B «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans pain» dans le parler de S.E.T asqif «entrée couverte menant à la cour intérieur dans la maison traditionnelle» dans le parler de S.A.B «hutte» dans le parler de S.E.T azegzaw «vert» dans le parler de S.A.B «bleu» dans le parler de S.E.T aεeggun «muet» dans le parler de S.A.B «sourd» dans le parler de S.E.T ddin «religion» dans le parler de S.A.B «dette // religion» dans le parler de S.E.T ddula «état» dans le parler de S.A.B «tour» dans le parler de S.E.T i$es «noyau ( de fruit) // levure // Levain» dans le parler de S.A.B «os» dans le parler de S.E.T iîižj «soleil» dans le parler de S.A.B «lumière diffuse du soleil» iîujž dans le parler de S.E.T ixef «pointe // sommet // tête (se dit uniquement pour les animaux : moutons, vaches, )» dans le parler de S.A.B «tête» dans le parler de S.E.T laεmar «vie» dans le parler de S.A.B «âge» dans le parler de S.E.T 107

109 leftur repas de la journée dans le parler de S.A.B «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans Pain» dans le parler de S.E.T lfuva/ timeêremt «pièce de tissu à rayures noires, jaunes et rouges» dans le parler de S.A.B «foulard» dans le parler de S.E.T lehwa «ciel» dans le parler de S.E.T «air» dans le parler de S.A.B. lêeq droit, justice, part, raison dans le parler de S.A.B «cotisations données pour des fêtes familiales» dans le parler de S.E.T llim «citron, citronnier» dans le parler de S.A.B «pamplemousse, pamplemoussier» dans le parler de S.E.T lkeswa «vêtements» dans le parler de S.A.B «robe kabyle» dans le parler de S.E.T lmaêel «magasin» dans le parler de S.A.B «temps, époque, période, moment imprécis» S.E.T lqarn «coin // extrémité» dans le parler de S.A.B «siècle» dans le parler de S.E.T lqecc «meubles» dans le parler de S.A.B «habit, vêtements» dans le parler de S.E.T lwacul lwaêc «membres de la famille» dans le parler de S.A.B «enfants» dans le parler de S.E.T «frayeur, sentiment d angoisse et d inquiétude causée par la solitude, l isolement» dans le parler de S.A.B «bête sauvage» dans le parler de S.E.T 108

110 lxebz «pain» dans le parler de S.E.T pain de boulanger dans le parler de S.A.B nanna «(ma) grande soeur, (ma) tante paternelle» dans le parler de S.A.B «(ma) grand-mère» dans le parler de S.E.T rric «plumes, poils» dans le parler de S.A.B «fourrage» dans le parler de S.E.T ûûeêa «santé» dans le parler de S.A.B «être gros, gras // force» dans le parler de S.E.T tabexsist «figue» dans le parler de S.A.B «figuier» dans le parler de S.E.T tabbuct «sexe» dans le parler de S.A.B «sein» dans le parler de S.E.T tacwawt «morceau d étoffe» dans le parler de S.A.B «colline» dans le parler de S.E.T taddart «village» dans le parler de S.A.B «clôture// une des deux parties principales du sol de la maison de style traditionnel, lieu de séjour //aire à battre» dans le parler de S.E.T tafukt «lumière diffuse du soleil» dans le parler de S.A.B «soleil» dans le parler de S.E.T tafunart / amendil «foulard» dans le parler de S.A.B «pièce de tissu à rayures noires, jaunes et rouges» dans le parler de S.A.B tallast «borne, limite» dans le parler de S.A.B «obscurité» dans le parler de S.E.T 109

111 taluft «problème» dans le parler de S.A.B «affaire» dans le parler de S.E.T tamart tamtunt «barbe» dans le parler de S.A.B «menton» dans le parler de S.E.T «galette levée, à levain» dans le parler de S.A.B «levure, levain» dans le parler de S.E.T taseîîa «branche d arbre» dans le parler de S.A.B «arbre» dans le parler de S.E.T taxellalt «greffon, épine servant d épingle» dans le parler de S.A.B «peigne pour tasser le tissage» dans le parler de S.E.T tayerza «labour» dans le parler de S.A.B «soc de charrue» dans le parler de S.E.T tiddi «taille» dans le parler de S.A.B «marche, action de marcher» dans le parler de S.E.T uffad «entrailles, abas» dans le parler de S.A.B «poumon» ifwaden dans le parler de S.E.T 110

112 II. Les verbes ani «épouiller» dans le parler de S.A.B «monter sur une monture (dans la voiture)» dans le parler de S.E.T bzeg «être enflé» dans le parler de S.A.B «être mouillé» dans le parler de S.E.T cbeê «être beau» dans le parler de S.A.B «lier, attacher» dans le parler de S.E.T ceyyaε «envoyer» dans le parler de S.A.B «boire du petit lait» dans le parler de S.E.T eddu «aller avec, accompagner» dans le parler de S.A.B «marcher» dans le parler de S.E.T vhaô «paraître // être vu» dans le parler de S.A.B «être circoncis» / îehhaô dans le parler de S.E.T freq «répartir» dans le parler de S.A.B «diviser // se séparer» dans le parler de S.E.T egg «pétrir, être pétri» dans le parler de S.A.B «faire l amour» dans le parler de S.E.T huzz «bercer» dans le parler de S.A.B «démolir, détruire» dans le parler de S.E.T êwi «chasser» dans le parler de S.A.B «faire l amour» dans le parler de S.E.T 111

113 laweê «saluer avec la main» dans le parler de S.A.B «voler, dérober //toucher, atteindre» dans le parler de S.E.T lêem «se cicatriser» dans le parler de S.A.B «se pousser» dans le parler de S.E.T nîev, lûeq «être contagieux» dans le parler de S.A.B «coller à, adhérer» dans le parler de S.E.T $ar «lire, étudier» dans le parler de S.A.B «appeler, invoquer» dans le parler de S.E.T qelleb «fouiller, chercher, parcourir» dans le parler de S.A.B «toucher» dans le parler de S.E.T ôuê «se perdre, être perdu, être égaré» dans le parler de S.A.B «aller, s en aller» dans le parler de S.E.T sellem «baiser» dans le parler de S.A.B «saluer» dans le parler de S.E.T sred «être étendu à terre suite à une maladie» dans le parler de S.A.B «être étendu» dans le parler de S.E.T xleq «former son fruit» dans le parler de S.A.B «créer» dans le parler de S.E.T xûer «abîmer» dans le parler de S.A.B «perdre, être perdant» dans le parler de S.E.T zwi «secouer» dans le parler de S.A.B «se préparer, être prêt» dans le parler de S.E.T 112

114 Annexe 4 I. Unités lexicales retenues par le critère de fréquence II. Unités lexicales retenues par le critère de disponibilité III. Unités lexicales jugés indispensable à rajouter

115 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence I. Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence Classées par ordre décroissant de fréquence Unité lexicale signification en français Fréquence ini dire 274 ili être, exister 232 awi porter, emporter, amener, ramener, apporter, rapporter, 227 contenir ôuê aller, s en aller se perdre, être perdu, être égaré 170 err rendre, restituer, replacer, renvoyer, remettre 105 eoo laisser 102 xdem travailler, faire 101 sεu avoir, posséder 100 awev atteindre, arriver, parvenir 99 $ar lire, étudier, appeler 96 ewwet frapper, tomber (pluie) 96 as arriver, venir, revenir, se présenter 95 yiwen un 83 ekkes enlever, cueillir 80 éar voir, regarder, savoir 78 eçç manger 77 eddu aller avec, marcher 77 kcem entrer, pénétrer 77 lêu marcher 77 u$al devenir, revenir, retourner, repartir 76 Öôebbi dieu 75 a$ acheter 75 axxam maison 70 lmut mort 70 ekf donner

116 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence ffe$ sortir 69 b$u vouloir, désirer 67 adrar montagne 66 qqim être assis 65 cc$ el occupation 65 xelleû payer, se faire payer 62 lxedma travail 60 baba père, papa 60 argaz homme 59 ass jour, journée 58 rou attendre 58 aqarru tête 56 jmeε ramasser, rassembler, réunir 56 meskin pauvre, qui inspire la pitié 55 tamurt pays 55 kfu cesser, être fini, être terminé 54 imaren moment, à ce moment là 53 $li tomber 51 tura maintenant 49 ader descendre 49 af trouver 49 rfed soulever, être enceinte 49 kker se lever 47 êreq Brûler 46 aman eau 45 a$rum pain 45 lmakla nourriture, le manger 45 e$$ tuer 44 εeddi passer, circuler 44 azuê peu 42 arraw descendance, enfants 41 remvan ramadan 41 tameîîut femme

117 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence cfu se souvenir 41 êseb compter 40 tudert vie, existence 38 afeg voler, s envoler 38 bedd être debout 38 zik temps passé 37 mmet mourir 37 eîîef tenir, retenir 37 sel entendre 36 amkan endroit, place, lieu 36 azemmur olives, oliviers 35 llah dieu 35 bzeg être enflé, être mouillé 35 ûûbaê matin, matinée 33 îeyyec jeter, rejeter, lancer, expulser, chasser, s emparer 33 rnu ajouter 33 seksu couscous 32 zmer pouvoir à, être capable 32 lmal biens, richesse, animaux domestiques (vache, 31 moutons, ) fôaê se réjouir, être content, être heureux 31 issin savoir 31 mlal (se) rencontrer, (se) rejoindre 31 azger bœuf 30 zzenz vendre 30 sew boire 29 gzem couper 29 lweqt temps, époque, période, moment imprécis 29 uzzal fer 28 aceffay lait 28 êfev apprendre, retenir 27 tame$ra Fête 27 akal terre

118 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence (t)am$ar(t) vieillard (vieille) 26 aseggas année 26 ul cœur 26 êkem Commander, condamner 26 ûûif été 25 a$ebbar poussière 25 azeîîa tissage 25 i$es os, noyau ( de fruit), levure, Levain 25 laεmar vie, âge 25 loar voisin 25 lêenni henné 25 lqahwa café 25 lexrif automne, figues fraîches 25 taddart village 25 tafat lumière 25 zzεaf colère 25 aggad avoir peur, craindre, redouter 25 kteb écrire 25 beddel changer, être changé, transformer 25 bdu commencer, aborder 25 bîu partager, diviser, séparer 25 awef gonfler, être gonflé 25 cεel allumer, enflammer 25 ççar remplir, être rempli, être plein 25 eddem prendre 25 dder vivre 25 freq diviser, se séparer, répartir 25 êmu être chaud 25 jbed tirer 25 lhu être bon, être beau, être bien fait els revêtir 25 lεeb jouer 25 nna$ se battre

119 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence ens passer la nuit 25 rbeê gagner, réussir, prospérer 25 ettu oublier, omettre 25 eww être mur, être cuit 25 zwar précéder 25 εawed recommencer, reprendre 25 εawen aider, secourir 25 ameq ran grand, âgé 24 ddunit monde, vie 24 lehna paix, tranquillité 24 mmi (mon) fils 24 tameddit après midi, soir 24 yemma (ma) mère (maman) 24 demmer pousser, bousculer 24 lmed apprendre, retenir 24 krez labourer 24 eks Berger 24 qelleb toucher, atteindre, fouiller, chercher, parcourir 24 $lev se tromper, décevoir 24 ûîad chasser 24 shu oublier, omettre 24 eîîes dormir 24 xemmem penser, réfléchir 24 xûar perdre, être perdant 24 îul tarder 24 εyu être fatigué 24 xiv coudre 23 menni souhaiter 23 sfeî essuyer, effacer 23 ssirem desirer 23 rwi remuer, mêler 23 $umm (re) couvrir, cacher, dissimuler 23 amen croire, avoir confiance

120 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence cvaê danser 23 dewwar tourner, enrouler 23 efk donner 23 êwaj avoir besoin 23 irqiq être fin, être mince 23 ismiv être froid, avoir froid, se refroidir 23 tawwurt porte 23 tama coté, face, à coté de 23 xilla beaucoup, nombreux 23 l$aba forêt sauvage 23 cchar mois 23 gma (mon) frère 23 lehwa ciel 23 aqcic jeune homme 23 leftur repas de la journée 23 dderya descendance, enfants 23 afellaê laboureur 23 nnig par-dessus 22 ihriw être large 22 susem se taire, garder le silence 22 iméi être petit 22 sin deux 22 ûûeê vérité 22 lεers Fête 22 tazla course 22 lxalet femmes 22 tiî œil 22 zzit huile 22 lxir du bien 22 lqarn extrémité, siècle, coin 22 ddin religion, dette 22 ciîîaê un peu

121 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence i$il bras, longueur de l avant bras du coude au bouts des 22 doits, montagne isem nom 22 itri étoile, astre 22 lebêar mer 22 amdan être humain 22 aberkan noir 22 arrac enfants, garçons, jeunes garçons 22 afus main 21 anni endroit, place, lieu 21 amellal blanc 21 amezwar premier 21 aεeggun muet 21 aεrab arabe 21 ilkul entièrement, tous 21 llebsa habit, vêtements 21 lfamilya famille 21 lêeq droit, justice, part, raison, cotisations données pour des 21 fêtes familiales rrbeê réussite 21 rriêa odeur 21 akarni livre 21 times feu 21 ttejra arbre 21 cidd lier, attacher 21 iwεar être difficile 21 $ill croire 21 er$ brûler 21 ôwu être saturé, être rassasié 21 sellem saluer, baiser 21 tru pleurer 21 zde$ habiter

122 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence zreε semer 21 aêibbi amour 21 azreg chemin 20 rrbiε herbe, printemps 20 lxebz pain 20 fransa France 20 ccix chef traditionnel du village 20 loiha coté, direction, au environ de, moment approximatif 20 l$aci les gents 20 leεqel esprit 20 tamdint ville 20 tislit mariée, belle-fille 20 cbeê être beau 20 êbes s arrêter 20 têess écouter 20 i$ zif être long 20 qbel accepter 20 semmi nommer, mentionner 20 suv souffler sur 20 zweo se marier, être marié 20 ssired laver 19 e$z creuser 19 laq falloir, convenir 19 ggaεmer grandir, être grand 19 fhem comprendre 19 ic un 19 yelli (ma) fille 19 lawan temps, époque, période, moment imprécis 19 iôumyen français 19 ameééu$ oreille 19 imensi dîner 19 aîar pied 19 ixef tête

123 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence aksum chaire, viande 18 ameksa berger 18 a$yul âne 18 nnhar jour, journée 18 ires champ (de céréales, labouré et ensemencé) 18 loameε mosquée 18 lwaêc bête sauvage, sentiment d angoisse et d inquiétude 18 causée par la solitude, l isolement rebεa quatre 18 taûebêit matin, matinée 18 tacwawt colline, morceau d étoffe 18 bekri temps passé 18 arew enfanter, accoucher, produire, donner des fruits 18 cumm sentir 18 fru résoudre, régler, être réglé 18 igzil être court 18 eqqar être dure, être sec 18 aîer descendre 18 lhedra parôle 17 aqdim ancien, vieux 17 aîuîaê petit, tout petit 17 awal mot 17 ccetwa hiver 17 daha ici 17 igellil pauvre, miséreux 17 igenni ciel 17 lfaôê joie, bonheur 17 lfeîîa argent 17 tagulla nourriture, le manger 17 lεid aide 17 remîan ramadan 17 ssuq marché

124 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence tak essart descente, pente 17 taluft affaire, problème 17 tayet épaule 17 jwaj mariage 17 ag i refuser 17 ak er voler, dérober 17 k manûi commencer, aborder 17 bεed s éloigner 17 εac vivre 17 ddukel aller ensemble, s accompagner 17 ffer se mettre à l abri, se cacher 17 ftaê ouvrir, être ouvert 17 nqar percer 17 hder parler 17 henni calmer, se calmer, laisser tranquille 17 lêeq atteindre, rejoindre 17 nhar conduire, mener (animal, voiture, ) 17 ers Descendre 17 rwel fuir 17 summ sucer 17 ééal prier 17 (s) afella au dessus, en haut, superficiellement 16 merra tout, en totalité 16 udem visage, face 16 asawen côte 16 axeddam travailleur 16 idrimen argent 16 imekli repas de la journée 16 lêal état, temps climatique 16 lεarc tribu 16 medden les gents, les étrangers, les autres qui ne sont pas de la 16 famille directe et proche talaxt argile, poterie

125 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence tibêirt jardin 16 aççay nourriture, le manger 16 illi (ma) fille 16 ames être sale, être pourri, pourrir 16 azzel courir 16 cbu ressembler à 16 qîu faire des achats 16 îbib médecin 16 rkeb monter sur une monture (dans la voiture) 16 xleq créer, former son fruit 16 εwej être tordu 16 aberrani étranger 15 lεebd être humain 15 bnu bâtir, construire 15 areqqaq fin, mince 15 tiwwa dos 15 aéar racine, veine, artère 15 ccεar cheveux 15 taqcict fille 15 awki s éveiller, être éveillé 15 ban paraître 15 ccetki porter plainte 15 egg pétrir, être pétri 15 ejji guérir, être gros 15 krah détester 15 eré casser, rompre, briser 15 warri montrer, indiquer 15 εelleq accrocher, pendre, suspendre 15 actal animaux domestiques (vache, moutons, ) 14 affer feuille, aile 14 ageffur pluie

126 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence aêeddad forgeron 14 amenzu primeur, aîné 14 ameéyan jeune 14 asa$ur foin, fourrage sec 14 aytmaten frères 14 aεebbuv ventre 14 baîel gratuit, gratuitement, pour rien 14 ddaw sous, en dessous, bas, le bas, inférieur 14 idammen sang 14 imeîîawen larmes 14 lgirra guerre, révolution 14 lêaja objet, chose 14 lqut nourriture, le manger 14 leqraya lecture, enseignement 14 lzzayer Algérie 14 meqq ar grand, âgé 14 sser charme, grâce, honneur, secret 14 taêanut magasin 14 tajmaεit lieu de réunion de quartier ou de village, bâti 14 ouvert, réunion de quartier ou de village tigert jardin 14 taneqlet figuier 14 taxxamt chambre 14 tlata trois 14 ttalta trois heures 14 ultma (ma) sœur 14 bru détacher, répudier, lâcher, divorcer 14 bhu s embellir 14 crek associer 14 ceyyaε envoyer 14 mud donner 14 ewqem faire, être de telle ou telle façon

127 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence heggi se préparer, être prêt 14 huzz bercer 14 êemmel aimer 14 kemmel continuer, poursuivre 14 nnarni naître 14 mger moissonner 14 mmekti se souvenir 14 êewwes fouiller, chercher, parcourir 14 eqqes piquer 14 rgigi trembler 14 sers déposer, faire descendre 14 tti renverser 14 îîerveq éclater 14 εass garder, surveiller 14 avad doit 13 allen yeux 13 a$anim roseau 13 smar Verser 13 azegzaw bleu, vert 13 aεdaw ennemi 13 aεenqiq cou 13 bab propriétaire, possesseur 13 (z) daxel à l intérieur dedans 13 loahennama enfer 13 loemεa vendredi 13 leqra lecture, enseignement 13 lluzin uzine 13 lεali bon, beau 13 mmliê très, beaucoup 13 nnaεma céréales 13 rruêt âme

128 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence setta six 13 ssuma prix 13 ûûeêa santé 13 tavsa rire 13 tagara fin, à la fin 13 taktabt Livre 13 tamellalt œuf 13 taqendurt robe 13 tarracin filles 13 tarewla fuite 13 timéin orge 13 tiyita coup 13 teméi jeunesse 13 timεict vie, existence 13 îînac midi 13 uraw mains jointes et tendues, paumes en haut 13 xir mieux, plus 13 ali monter 13 cabeh ressembler à 13 aîen être malade 13 nnev s enrouler 13 lûeq coller à, adhérer, être contagieux 13 nnulfu paraître, être inventé 13 smar verser 13 sseqsi questionner 13 stufu avoir le temps 13 essu étendre, disposer sur le sol, préparer la literie 13 ssuter demander 13 rcel se marier, être marié 13 εayyeî crier 13 εoeb plaire à, captiver 13 ader$al aveugle 12 awtul lapin

129 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence afrag clôture 12 amade$ broussailles, ronce 12 amdak el ami 12 amur part, portion 12 axarfi mouton 12 ayla biens, propriétés 12 azzayri algérien 12 aé$al grande chaleur 12 arûif pierre 12 ccar le mal 12 ccbaêa beauté 12 ddwa remède, médicament 12 fad soif 12 ivelli hier 12 imawlan Parents 12 imi bouche 12 inebgi hôte, invité 12 iéri la vue 12 laεli hauteur 12 lbecna sorgho blanc 12 lêif misère, pauvreté, humiliation, ennuis de toutes sortes 12 lmuoahdin combattant, moudjahid 12 leqbayel kabyles 12 lεaskar soldats, armée 12 mya cent 12 ddoula tour 12 ssmana semaine 12 tiftilt lampe 12 takeççawt ver 12 talemmast milieu, médian 12 tamart barbe, menton 12 tawezzaεt partage collectif de viande au village

130 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence tazmert force, santé 12 tili ombre 12 tissi action de boire 12 tugdi peur 12 îumubil voiture, automobile 12 waqil peut-être 12 xali (ti) oncle- tante maternelle 12 ssaεtin deux heures 12 areg Monter 12 zzi tourner, enrouler 12 vebbaε, pousser, bousculer 12 îebbaε ftaô déjeuner 12 ggal jurer, prêter serment 12 sig Regarder 12 ktal mesurer 12 nwu croire 12 slilew appeler à grands cris 12 sellek se dépêcher, se hâter 12 qleb renverser 12 carek participer, prendre part 12 zlu égorger 12 jwej se marier, être marié 12 qadd suffire 11 acrik associé 11 adfel neige 11 s afell au dessus, en haut, superficiellement 11 afenoal tasse 11 afan plat allant au feu pour cuire la galette 11 ayyur lune 11 ajeooig fleurs 11 aleqqaq tendre, mou 11 amcic Chat

131 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence amger faucille 11 aneggaru dernier 11 apaîrun pâtron 11 aqjun chien 11 aren semoule 11 rraêa détente, répis, ropos 11 ayeffus (à) la droit, droit 11 lmelk biens, propriétés 11 azegga$ rouge 11 $edwa demain 11 azekkayin lendemain 11 azuran gros, épais 11 azehran gros, épais 11 aεekkaz bâton 11 ccaεb peuple 11 ccef chef 11 (z) deffir derrière 11 aceîîub coté, partie latérale d une chose 11 iles longue 11 lwaldin Parents 11 aqemmuc bouche 11 lmeεciya dîner 11 irden blé 11 jeddi (mon) grand père 11 lbir puits 11 lgaîu gâteau 11 leêcic herbe 11 lêiv mure 11 lekdeb mensonge 11 leplan plan 11 lqedd taille 11 lqis mesure

132 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence ûûellaê saint 11 lewsex saleté 11 mazal encore, pas encore 11 meééi Jeune 11 qabel l an prochain 11 ssaεa heure, montre, horloge 11 sseba raison, prétexte, cause, occasion 11 sebεa sept 11 sselîan roi, sultan 11 ûûifa apparence, aspect 11 taduî laine 11 tafunast vache 11 tilast borne, limite 11 taêkayt histoire, conte 11 lεilem connaissance, science, savoir 11 ta$ ect gorge, voix 11 tarbaεt groupe 11 taseîîa branche d arbre 11 taεekk azt cane 11 lemεeûra moulin à olives 11 tisirt moulin à grain 11 ti$mest dent 11 ddhan beurre 11 wabel dans deux ans 11 suyetma (mes) sœurs 11 zhur gros 11 εecra dix 11 ase$ acheter 11 barek bénir 11 vfer, îfer Suivre 11 vhaô paraître, être vu, être circoncis 11 îru advenir, se réaliser 11 eîs rire

133 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence ddari se mettre à l abri, se cacher 11 fsi se fondre, délier 11 gri rester en arrière, rester (restes) 11 εjeb plaire, être agréable 11 êarrek bouger 11 êuss sentir, ressentir 11 ekk provenir, venir de 11 êder (se) courber 11 lzem falloir, convenir 11 llethi s occuper 11 mîel enterrer 11 naddem sommeiller, avoir sommeil 11 éed broyer, piler, moudre 11 nîev coller à, adhérer, être contagieux 11 eqqed cuire de la poterie 11 qdec travailler, prendre ses dispositions 11 εîeb avoir mal, faire souffrir 11 rêem faire miséricorde (dieu) 11 sdukkel unir, joindre 11 siff tamiser 11 ssili faire monter 11 ssiwev atteindre, faire parvenir 11 stenyi signer 11 îleb demander 11 tixer quitter, retirer 11 zger traverser 11 zzu$ar faire glisser, traîner 11 ééu planter 11 msawa être égale 11 aîerbib lèvre 10 aîu vent 10 afenyan fainéant 10 aftat petit morceau de pain, petit morceau de viande

134 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence a$esmar mâchoire 10 ayawen neveux ou cousins par femmes 10 loedra tronc 10 ajeqdur poterie artisanale traditionnelle neuve ou non 10 aluv boue 10 amaûûu Maçon 10 aêbib ami 10 amerkanti riche 10 ameslay Parole 10 imeslem musulman 10 amusnaw savant 10 annar aire à battre 10 apulis policier 10 atraktur tracteur 10 agezlan court 10 ikerri mouton 10 lxadeε traître 10 azelmav gauche, de gauche 10 azniq rue de village 10 aεawdiw cheval 10 aεemmud bâton 10 tamgarî cou 10 aεeqqa grain 10 bessif de force 10 dadda grand frère, oncle paternel, terme de respect à l égard 10 d un homme âgé s wadda sous, en dessous, bas, le bas, inférieur 10 idmaren poitrine 10 iûurdiyen argent 10 iîes sommeil 10 tazart figues sèches

135 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence ilem vide 10 iqeccuven morceau de bois, brindille 10 iîij soleil 10 nanna (ma) grand-mère 10 laé faim 10 lebruq éclaire 10 loefna grand plat (en terre, en fer ou en boit) 10 loens nation 10 lêao celui qui a fait le pèlerinage à la Mecque, terme de 10 respect à l égard d un homme plus âgé lkarh haine 10 lkarmus cactus 10 lmaεna sens, signification, morale 10 lemlaê sel 10 lqarê le mal, la souffrance 10 lqaε sol 10 lkil mesure 10 llufan bébé 10 lluê bois 10 lward fleur, rose, rosier 10 lεacra dix heures 10 lεic fourrage 10 mitin deux cent 10 naddam sommeil, assoupi 10 nnda rosée 10 azgen moitié 10 rric plumes 10 rqiq fin, mince 10 rrεud tonnerre 10 taôwiêt âme 10 sbiîar hôpital 10 tabret lettre 10 tacekkart sac (toile à sac (de jute ou autre))

136 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence tala fontaine, source 10 abeckiî fusil 10 ta$aî chèvre 10 ta$eddiwt carde comestible, cardons 10 aêbul galette 10 targit rêve 10 tasebbalt grande jarre de réserve (pour l eau, semoule, ) 10 tasusmi silence 10 Tasweεt moment 10 tawenza raie dans les cheveux au milieu du front 10 tayeddiî petite outre 10 tahrawt cane 10 tidi sueur, transpiration 10 tikli marche, action de marcher 10 ti$ratin youyous, cris de joie des femmes 10 tiqqit goutte 10 tixsi brebis 10 deqqa coup 10 tmanya huit 10 tnac douze 10 tumlilt argile blanche 10 talast obscurité 10 uwday juif 10 wezzil court, petit de taille 10 xemsa cinq 10 xmesîac quinze 10 zzbel bousse 10 zur gros 10 ûbaê se placer 10 lêem se pousser 10 bages se ceindre 10 bib porter sur le dos

137 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence bbuci boucher 10 qqen lier, attacher 10 crew gauler, abattre 10 tbeε suivre 10 îlu enduire 10 fser étendre, être étendu 10 fur être cuit à la vapeur 10 îerq prendre avec, prendre par la même occasion 10 hudd démolir, détruire 10 êaz toucher 10 êîar être présent, assister à 10 êekkar regarder 10 êku raconter, conter 10 êukk frotter, frictionner 10 irad être lave 10 ishil être facile 10 izdig être propre 10 iéid être doux, sucré 10 kmez gratter 10 kres nouer, se coaguler 10 llaé avoir fain 10 lqev ramasser 10 mcev peigner, se peigner, être peigné 10 jεer se précipiter sur, mettre la main à ou sur 10 msed être aiguisé 10 msel façonner une poterie 10 nîaq prendre la parole 10 neggez sauter, bondir 10 $av apitoyer, attendrir 10 qleε arracher 10 rkeî piétiner, fouler, marcher sur 10 ssexleî remuer, mêler 10 ciwan gâter

138 Annexe 4 Liste des unités lexicales retenues par le critère de fréquence kebbeb peloter, rouler en pelote, rouler, mettre en boule 10 sseênuni caresser 10 slek échapper, être sauvé 10 ssetêi avoir honte, être timide 10 suî souffler sur 10 jjeεîer marcher à grands pas 10 susef cracher 10 eîîev téter 10 xaûû manquer, être en défaut, faire défaut 10 xîeb choisir une fiancée pour quelqu un (observer et faire 10 l enquête) zwi secouer 10 zεef se fâcher, se maître en colère, s irriter 10 ééel être étendu 10 εebbi charger, arrimer 10 εqel reconnaître 10 εreî goûter, inviter

139 Annexe 4 Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité II. Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité abellireo cigogne abelluv glands abeônus «burnous» abucêiî «choléra» abuêru «temps modéré caractérisant surtout les journées d été entre 12 h et 18 h» lmeεciya «temps modéré caractérisant surtout les journées d été entre 12 h et 18 h» açini «orange» addaynin «étable, écurie» taxlijt «groupement de familles et de clans familiaux unis par des liens d origine et de parenté dans un même village» (t)aveggal(t) «parent(e) par alliance» (t)aîeggal(t) «parent(e) par alliance» avil «raisin» afeggag «ensouple» anbur «ensouple» abufekran «tortue» afeqqus «melon» afrux «oiseau» agîiî «oiseau» afud «genou» afurnu «four» ag lim «peau» aglim «peau» tacaqqurt hache ag ens «une des deux parties principales du sol de la maison de style traditionnel, lieu de séjour» agris «glace, gelée» agrus «glace, gelée» ajli «glace, gelée» aêayek «grande couverture blanche de laine avec rayures de coton, ou unie» aêday «garçon»

140 Annexe 4 Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité abazin «plat traditionnel composé de semoule, de quelques herbes sans viande» ajebbad bâton vertical qui soutient la barre de lisse et maintient la tisse tendue taxezzuî «sexe» taxna «sexe» ak ersi «chaise» akersi «chaise» d$ade$ «cerveau, cervelle» al$ em «chameau» amqarqur grenouille, crapeaud amergu «grive» ameîraê lit ima$ «palais» i$éar «vallée, ravin» anemsir «peau d ovin garnie de sa laine (brute ou travaillée)» anyir «front» aεennuô front anzaren «nez» inzer «nez» a$erda «souris» aqehwi «marron» aqelwac «bouc» inisi «hérisson» aruy «porc-épic» aseggas in iεeddan «il y a deux ans» / send ilindi aseggas in it iεeddan «il y a trois ans» / zdat n send ilindi aseggas iεeddan «année dernière» / ilindi asif «rivière» send ilindi «il y a deux ans» zdat n send ilindi «il y a trois ans» ilindi «année dernière» asigna «nuage» asegna «nuage» asemmiv «froid»

141 Annexe 4 Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité asemmiî «froid» azbuq «entrée couverte menant à la cour intérieur dans la maison traditionnelle» aserdun «mulet» aserwal «pantalon» atiîanus «tétanos» awra$ «jaune» awrez «talon» axecxac «crâne» axuxi «rose» (t)ayaziv(t) «coq» ayrad «lion» a$iles «lion» aεecciw «hutte» batenoal «aubergine» baîaîa «pomme de terre» lbaîaîa «pomme de terre» ccfar «cils, paupière» ciêbuv «(fleur de) coquelicot» cclava «salade» ççina «oranges, orangers» ddheb «or» ddellaε «pastèque» ibawen «fève» iccer «ongle» iccew corne icc corne tabbuct «sein» ifires «poires, poiriers» lfires «poires, poiriers» ifelfel «poivre, poivron» ikkil «lait caillé» ik ser «en bas» ilef «sanglier» / ilef

142 Annexe 4 Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité ilili «laurier-rose» i$es uzagur colonne vertébrale ssen colonne vertébrale isebbaven «chaussures» isegmi «jeune pousse, rejeton» axalef «jeune pousse, rejeton» iseg ra «piquets pour l ourdissage d un tissage» isegra «piquets pour l ourdissage d un tissage» itbir «pigeon» izi «mouche» izirdi «renard» izrem «serpent» aje$dan «intestin» kilu «kilo» lkilu «kilo» laεenûer «fontaine, source» lbanan «banane» lεin «prunes» lebûel «oignons» lleft «navet» lfuva «pièce de tissu à rayures noires, jaunes et rouges» loessa «corps (d un être humain ou animal, vivant ou mort )» leowaz «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans pain» lêafer «plante du pied, sabot d équidé» lêamu «chaleur» aqebli «chaleur» ssardin «poisson» lêut «poisson» leqbabec«vaisselle, ustensiles de cuisine» rrwayeê «ensemble de condiments d ingrédients» llim «citron, citronnier» lqares «citron, citronnier» llisriz «cerise» lkanun «foyer creusé dans le sol remplie du cendres»

143 Annexe 4 Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité lkar «quart (mesure) goblet, autocar» lmeεda «estomac» lmecmac «abricot» lmus «couteau» luva «plaine» luîa «plaine» lxiv «fil» lxiî «fil» llxux «pêches, pêchers» leεyun «sourcils» rritla «litre» llitra «litre» sell azekka «après demain» seld azekka «après demain» sella wazekka «dans trois jours» zdat n seld azekka«dans trois jours» send ivelli «avant-hier» send iîelli «avant-hier» ssqef «toit» su send ivelli «l avant-veille» zdat n send iîelli «l avant-veille» su su send ivelli «il ya quatre jours» zdat wezdat n send iîelli «il ya quatre jours» tacacit «chéchia, calotte» timeêremt «foulard» taga «carde d artichaut» tagmert «jument» taweîîayt «terrain plat» tag ersa «soc de charrue» taguyt «brouillard léger au ras du sol» aguê «brouillard léger au ras du sol» tajebb aî «tendeur» takarruct «chêne»

144 Annexe 4 Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité takna «co-épouse» takessiwt «robe kabyle» lkeswa «robe kabyle» talwest «belle sœur (sœur du mari)» talust «belle sœur (sœur du mari)» tamidda «buse (oiseau de proie)» tamessaî «cuisse, fesse» tameccact «cuisse, fesse» tamezdu$t «habitation» amezdu$ «habitation» tanuî «belle sœur (épouse du beau frère)» taqabect «petite pioche, binette» tarigla «montant vertical du métier à tisser» tawdaî «montant vertical du métier à tisser» tasa «foie» tasegrut «chaînette» tasekkurt «perdrix» taslift «belle sœur (sœur de l épouse)» tasumta «coussin» taxsayt «courge» tayaéilt «peigne pour tasser le tissage» taxellalt «peigne pour tasser le tissage» tazzart «fourche» tazeqqa «chambre construite en pierre et terre» taéarbit «tapis» tteffaê «pomme, pommier» tibel$iwin «babouche» tibexsisin «figues fraîches» lexrif «figues fraîches» ticcart «ail» tifednet «orteil» tifent «orteil» tifirellest «hirondelle» tigeééelt «rein»

145 Annexe 4 Liste d unités lexicales retenues par le critère de disponibilité timiî «cordon ombilical» tamiεruft «chat-huant» ti$irdemt «scorpion» turet «poumon» îîaq «fenêtre» îumaîic «tomate» aîemîum «tomate» uccen «chacal» uffad «entrailles, abas» ikerciwen «entrailles, abas» lefdawec «entrailles, abas» ussu «lit, litière, couche préparée, literie étendue sur le sol» ussi«lit, litière, couche préparée, literie étendue sur le sol» ustu «fil de chaîne» εemmi (ti) «oncle tante paternel (le), homme- femme âgé(e) respectable»

146 Annexe 4 Unités lexicales jugés indispensable à rajouter III. Unités lexicales jugés indispensable à rajouter avebsi «assiette» afrigidir «réfrigérateur» astilu «stylo» llabyu «avion» llikul «école» leεlam «drapeau» rradyu «radio» tafarciî «fourchette» tamacint «machine, train» ta$ enoayt «cuillère» tilifizyu «télévision» îîabla «table»

147 Annexe 5 Corpus

148 Annexe 5 corpus Corpus Vocabulaire fondamental du kabyle Les termes constituants ce corpus sont classés suivant l alphabet kabyle indiqué dans le dictionnaire Kabyle Français de J.M.DALLET (1982) à l excepttion de «o» qui est classé juste après «g» non après «j» comme c est le cas dans le classement de DALLET. Et ce sans tenir compte du «e». Notre corpus est présenté sur le modèle suivant : N - A «signification en français» / B. Pourtant on n oubliera pas, comme nous l avons souligné plus haut, que les traductions proposées n ont qu une valeur indicative et que la correspondance entre un terme kabyle et un terme français n est jamais parfaite. N : numéro d ordre du terme A : terme appartenant au parler de Sidi Ali Bounab B : terme appartenant au parler de Souk El Tenine Les termes synonymes appartenants à un même parler sont classés ensembles c'est-àdire ils prennent le même numéro d ordre. Il est entendu que comme le soulignent GOUGENHEIM.G et MICHEA.R «n existe pas de véritables synonymes. Cependant dans le langage courant, il est permis de considérer certains termes comme pratiquement interchangeables» (1964, p.200). Les différentes formes des verbes étaient relevées, mais pour des raisons pratiques nous avons bloqué le total des formes à la forme infinitive du verbe (ex. les formes ôuê, sôuê, ttôuêun, ôuêen sont bloquées dans la forme ôuê). Il faut dire aussi que cette présentation n implique aucunement que A et B sont toujours des synonymes, mais plutôt, ils reflètent les réalisations d un même phénomène ou d une même notion dans les deux parlers

149 Annexe 5 corpus I. Les noms 1 - abellireo (S.A.B) cigogne / abellareo (S.E.T) 2 - abelluv (S.A.B) glands / abelluî (S.E.T) 3 - aberrani (S.A.B) «étranger» /aberrani, a$rib (S.E.T) 4 - abrid (S.A.B) chemin / abrid, azreg (S.E.T) 5 - aberkan (S.A.B) «noir»/ aberkan (S.E.T) 6 -² abeônus (S.A.B) «burnous» / abeônus (S.E.T) 7 - abucêiv (S.A.B) «choléra» / abucêiî (S.E.T) 8- abuêru (S.A.B) «temps modéré caractérisant surtout les journées d été entre 12 h et 18 h»/ lemεecci (S.E.T) 9 - aceffay (S.A.B) «lait»/ akfi, ayfi (S.E.T) 10 - acrik (S.A.B) «associé» / acrik (S.E.T) 11 actal, lmal (S.A.B) «animaux domestiques (vache, moutons, )»/ lmal, lebhayem (S.E.T) 12 - acenfir (S.A.B) «lèvre»/ aîerbib (S.E.T) 13 - acwaw (S.A.B) «morceau d étoffe»/ acelliq, axerîuî, acelêuê (S.E.T) 14 - açini (S.A.B) «orange»/ açini (S.E.T) 15 - addaynin (S.A.B) «étable, écurie» / addaynin (S.E.T) 16 - adfel (S.A.B) «neige» / adfel (S.E.T) 17 - adrar (S.A.B) «montagne» / adrar (S.E.T) 18 - ader$al (S.A.B) «aveugle» / ader$al (S.E.T) 19 - Adrum (S.A.B) «groupement de familles et de clans familiaux unis par des liens d origine et de parenté dans un même village»/ taxlijt (S.E.T) 20 - avad (S.A.B) «doit»/ aîad (S.E.T) 21 - avar, aqejjiô (S.A.B) «pied» / aîar (S.E.T) 22 - avebsi (S.A.B) «assiette» / aîebsi (S.E.T) 23 - (t)aveggal(t) (S.A.B) «parent(e) par alliance» / (t)aîeggal(t) (S.E.T) 24 - avil (S.A.B) «raisin» / tiéurin (S.E.T) 25 - avu (S.A.B) «vent» / aîu (S.E.T) 26 afeggag (S.A.B) «ensouple» / afeggag, anbur (S.E.T) 27 - afekrun (S.A.B) «tortue» / abufekran (S.E.T) 28 - (s) afella (S.A.B) «au dessus, en haut, superficiellement» / s afell (S.E.T)

150 Annexe 5 corpus 29 - afellaê (S.A.B) «laboureur» / afellaê, aneqqac, akerraz (S.E.T) 30 - afenoal (S.A.B) «tasse» / afenoal, agdur (S.E.T) 31 - afenyan (S.A.B) «fainéant» / afenyan (S.E.T) 32 - afeqqus (S.A.B) «melon» / abeîîix, acemmam (S.E.T) 34 - affer (S.A.B) «feuille» / tiwriqt, tiferret (S.E.T) «aile» / acîaî (S.E.T) 35 - afrag (S.A.B) «clôture» / taddart, afrag, abraê (S.E.T) 36 - aferraê (S.A.B) «plat allant au feu pour cuire la galette» / afan (S.E.T) 37 - afrigidir (S.A.B) «réfrigérateur» / afrigidir (S.E.T) 38 - afrux (S.A.B) «oiseau» / agîiî (S.E.T) 39 - aftat (S.A.B) «petit morceau de pain» / aêrif (S.E.T) «petit morceau de viande» / tamessunt (S.E.T) 40 - afud (S.A.B) «genou» / afud (S.E.T) 41- afurnu (S.A.B) «four» / afurnu (S.E.T) 42 - afus (S.A.B) «main» / afus (S.E.T) 43 - agames (S.A.B) «mâchoire» / a$esmar (S.E.T) 44 - aggawen (S.A.B) «neveux ou cousins par femmes» / ayawen (S.E.T) 45 - ageffur (S.A.B) «pluie» / a$ebbar (S.E.T) 46 ag lim (S.A.B) «peau» / aglim (S.E.T) 47 - agelzim (S.A.B) hache / tacaqqurt (S.E.T) 48 ag ens (S.A.B) «une des deux parties principales du sol de la maison de style traditionnel, lieu de séjour» / agens, taddart (S.E.T) 49 - agris (S.A.B) «glace, gelée» / agrus, ajli (S.E.T) 50 - aggur (S.A.B) «lune» / ayyur (S.E.T) 51- aêayek (S.A.B) «grande couverture blanche de laine avec rayures de coton, ou unie» / aêram (S.E.T) 52 - aêeddad (S.A.B) «forgeron» / aêeddad (S.E.T) 53 - aêday (S.A.B) «garçon» / aqcic, ameççuk (S.E.T) 54 - aêlul (S.A.B) «plat traditionnel composé de semoule, de quelques herbes sans viande»/ abazin (S.E.T) 55- ajebbad (S.A.B) bâton vertical qui soutient la barre de lisse et maintient la tisse tendue / ajebbad (S.E.T) 56 - ajdid (S.A.B) «neuf, nouveau» / ajdid (S.E.T) 57- ajeooig, nwar (S.A.B) «fleurs» / newwar (S.E.T)

151 Annexe 5 corpus 58 - ajdir, loedra (S.A.B) «tronc» / loedra (S.E.T) 59 - ajeqdur (S.A.B) «poterie artisanale traditionnelle neuve ou non» / amuεan (S.E.T) 60 - akk (S.A.B) «tout, en totalité» / merra (S.E.T) 61 - akal (S.A.B) «terre» / akal (S.E.T) 62 - akerkur (S.A.B) «sexe» / taxezzuî, taxna (S.E.T) 63 - ak ersi (S.A.B) «chaise» / akersi (S.E.T) 64 - aksum (S.A.B) «chaire, viande» / aksum (S.E.T) 65 - alla$, lmux (S.A.B) «cerveau, cervelle» / d$ade$ (S.E.T) 66- allen (S.A.B) «yeux» / allen, ibeεruren, tiîîawin (S.E.T) 67- al$ em (S.A.B) «chameau» / al$ em (S.E.T) 68 - aleqqaq (S.A.B) tendre, mou / aleqqaq (S.E.T) 69 - aluv (S.A.B) «boue» / aberîiî (S.E.T) 70 - amade$ (S.A.B) «broussailles» / ajdar, amade$ (S.E.T) «ronce» / afersun (S.E.T) 71 - aman (S.A.B) eau / aman (S.E.T) 72 - amaûûu (S.A.B) maçon / amaûûu (S.E.T) 73 - amcic (S.A.B) chat / amcic (S.E.T) 74 - amger (S.A.B) «faucille» / amger (S.E.T) 75 - amdak el, aêbib (S.A.B) «ami» / amdakel, aêbib, aûbiq (S.E.T) 76 - amdan, lεebd, bnadem (S.A.B) «être humain» / lεebd (S.E.T) 77 - amkan (S.A.B) «endroit, place, lieu» / amkan, anni (S.E.T) 78 - ameksa (S.A.B) «berger» / ameksa (S.E.T) 79 - amellal (S.A.B) «blanc» / amellal (S.E.T) 80 - amenzu (S.A.B) primeur, aîné / amenzu (S.E.T) 81 - (t)am$ar(t) (S.A.B) «vieillard (vieille)» / (t)am$ar(t) (S.E.T) 82 - amqarqur (S.A.B) grenouille, crapeaud / amqarqur (S.E.T) 83 - ameqran (S.A.B) grand, âgé / ameqran, agaεmir (S.E.T) 84 - amergu (S.A.B) «grive» / amergu (S.E.T) 85 - amerkanti (S.A.B) «riche» / amerkanti (S.E.T) 86 - ameslay, lhedra (S.A.B) «parôle» / lhedra, ameslay (S.E.T) 87 - ameîraê (S.A.B) lit / ameîraê (S.E.T) 88 - amur, lkar (S.A.B) «part, portion» / amur (S.E.T)

152 Annexe 5 corpus 89 - amuslim (S.A.B) «musulman» / imeslem (S.E.T) 90 - amusnaw (S.A.B) «savant» / lmusni (S.E.T) 91 - amezwaru (S.A.B) «premier» / amezwar (S.E.T) 92 - ameééu$ (S.A.B) «oreille» / imejj, ameééu$ (S.E.T) 93 - ameéyan (S.A.B) jeune / ameéyan (S.E.T) 94 - anna$ (S.A.B) «palais» / ima$ (S.E.T) 95 - annar (S.A.B) «aire à battre» / taddart (S.E.T) 96 - anebdu (S.A.B) «été» / ûûif (S.E.T) 97 - aneggaru (S.A.B) «dernier» / aneggar, aneggaru (S.E.T) 98 - anemsir (S.A.B) «peau d ovin garnie de sa laine (brute ou travaillée)» / ahidur, abeîîan (S.E.T) 99 - anyir (S.A.B) «front» / aεennuô (S.E.T) anzaren (S.A.B) «nez» / inzer (S.E.T) apaîrun (S.A.B) «pâtron» / apaîrun (S.E.T) apulis (S.A.B) «policier» / apulis (S.E.T) a$anim (S.A.B) «roseau» / a$anim (S.E.T) a$ebbar (S.A.B) «poussière» / l$ebra, ta$ebbart (S.E.T) a$erda (S.A.B) «souris» / a$erda (S.E.T) a$rum (S.A.B) «pain» / lxebz, uxbiz (S.E.T) a$yul (S.A.B) «âne» / a$yul (S.E.T) aqadum, udem (S.A.B) «visage, face» / udem (S.E.T) aqerru (S.A.B) «tête» / aqerruy, akarkur, ixef (S.E.T) aqdim (S.A.B) «ancien, vieux» / ajaεdi, aqdim (S.E.T) aqehwi (S.A.B) «marron» / aqehwi (S.E.T) aqjun (S.A.B) «chien» / aydi, aqjun (S.E.T) aqelwac (S.A.B) «bouc» / i$ev (S.E.T) aqenfud (S.A.B) «hérisson» / inisi (S.E.T) arrac (S.A.B) «enfants, garçons» / iîufanen, iwetmen, leεyel, lwacul (S.E.T) «jeunes garçons» / arrac (S.E.T) arraw, dderya (S.A.B) «descendance, enfants» / dderya, tarwa (S.E.T) argaz (S.A.B) «homme» / argaz (S.E.T) aren (S.A.B) «semoule» / aren (S.E.T)

153 Annexe 5 corpus arqiqan (S.A.B) «fin, mince» / areqqaq (S.E.T) aruy (S.A.B) «porc-épic» / aruy, ariw (S.E.T) ass, nnhar, (S.A.B) «jour, journée» / nnhar, ass (S.E.T) asa$ur (S.A.B) «foin, fourrage sec» / asa$ur, lqerî (S.E.T) asawen (S.A.B) «côte» / tasawent (S.E.T) aseggas (S.A.B) «année» / aseggas (S.E.T) aseggas in iεeddan (S.A.B) «il y a deux ans» / send ilindi (S.E.T) aseggas in it iεeddan (S.A.B) «il y a trois ans» / zdat n send ilindi (S.E.T) aseggas iεeddan (S.A.B) «année dernière» / ilindi (S.E.T) 127- asif (S.A.B) «rivière» / asif (S.E.T) asigna (S.A.B) «nuage» / asegna (S.E.T) asemmiv (S.A.B) «froid» / asemmiî (S.E.T) asqif (S.A.B) «entrée couverte menant à la cour intérieur dans la maison traditionnelle»/ azbuq (S.E.T) 131- asraê, rraêa (S.A.B) «détente, répis, ropos» / asgunef, rraêa (S.E.T) aserdun (S.A.B) «mulet» / aserdun (S.E.T) aserwal (S.A.B) «pantalon» / aserwal (S.E.T) astilu (S.A.B) «stylo» / astilu (S.E.T) atiîanus (S.A.B) «tétanos» / atiîanus (S.E.T) atmaten (S.A.B) «frères» / aytmaten (S.E.T) atraktur (S.A.B) «tracteur» / atractur, leîraks (S.E.T) aîuîaê (S.A.B) «petit, tout petit» / abeztuê (S.E.T) awal (S.A.B) «mot» / awal (S.E.T) awra$ (S.A.B) «jaune» / awra$ (S.E.T) awrez (S.A.B) «talon» / awrez (S.E.T) awtul (S.A.B) «lapin» / awtul (S.E.T) awezzlan (S.A.B) «court» / agezlan (S.E.T) axxam (S.A.B) «maison» / axxam (S.E.T) 145- axarfi (S.A.B) «mouton» / ikerri (S.E.T) axecxac (S.A.B) «crâne» / aqarruy (S.E.T) axeddam (S.A.B) «travailleur» / axeddam (S.E.T) axeddaε (S.A.B) «traître» / lxadeε (S.E.T) axuxi (S.A.B) «rose» / axuxi (S.E.T) (t)ayaziv(t) (S.A.B) «coq» / afrux (S.E.T)

154 Annexe 5 corpus ayeffus (S.A.B) «(à) la droit, droit» / azelêaî, ayeffus (S.E.T) ayla, lmelk, cci, rreéq (S.A.B) «biens, propriétés» / lmelk, cci, rreéq, agla (S.E.T) ayrad (S.A.B) «lion» / a$iles (S.E.T) azagur (S.A.B) «dos» / tiwwa (S.E.T) azal (S.A.B) «moment de la journée, entre 11 h et 12 h» / azal (S.E.T) azzayri (S.A.B) «algérien» / aoazayri (S.E.T) azegga$ (S.A.B) «rouge» / azegga$ (S.E.T) azger (S.A.B) «bœuf» / ayug, aεejmi (S.E.T) azegzaw (S.A.B) «bleu» / azegzaw (S.E.T) «vert» / aêcayci (S.E.T) azekka (S.A.B) «demain» / $edwa (S.E.T) azekkayin (S.A.B) «lendemain» / azekkuya (S.E.T) azelmav (S.A.B) «gauche, de gauche» / azelmaî (S.E.T) azemmur (S.A.B) «olives, oliviers» / azemmur (S.E.T) azniq (S.A.B) «rue de village» / azreg, tazniqt (S.E.T) azuran (S.A.B) «gros, épais» / azehran (S.E.T) azeîîa (S.A.B) «tissage» / azeîîa (S.E.T) aéar (S.A.B) «racine, veine, artère» / aéar (S.E.T) aé$al (S.A.B) «grande chaleur» / aqebli, achili (S.E.T) aéru (S.A.B) «pierre» / arûif (S.E.T) aεawdiw (S.A.B) «cheval» / aεidiw, ajedεun (S.E.T) aεebbuv (S.A.B) «ventre» / aεebbuî, azebîiî, zzbeî, lkarciw (S.E.T) 172 aεecciw (S.A.B) «hutte» / asqif, agerbi (S.E.T) aεdaw (S.A.B) «ennemi» / aεdaw (S.E.T) aεeggun (S.A.B) «muet» / amjuj (S.E.T) aεemmud, aεekkaz (S.A.B) «bâton» / aεekkaz, akurbay (S.E.T) aεenqiq, tamgarî, iri (S.A.B) «cou» / rreqba,iri, aεenquq (S.E.T) aεeqqa (S.A.B) «grain» / aêebbu, a$waw (S.E.T) aεrab (S.A.B) «arabe» / aεrab (S.E.T) aεeééug (S.A.B) «sourd» / aεeggun (S.E.T) bab (S.A.B) «propriétaire, possesseur» / bab (S.E.T) baba (S.A.B) «père, papa» / baba (S.E.T) batenoal (S.A.B) «aubergine» / batenoal (S.E.T)

155 Annexe 5 corpus baîaîa (S.A.B) «pomme de terre» / lbaîaîa (S.E.T) baîel (S.A.B) «gratuit, gratuitement, pour rien» / baîel (S.E.T) berkukes (S.A.B) «gros couscous» / berkukes (S.E.T) bessif (S.A.B) «de force» / bessif, s uqeééul (S.E.T) ccar (S.A.B) «le mal» / ccar (S.E.T) ccaεb (S.A.B) «peuple» / ccaεb (S.E.T) ccef (S.A.B) «chef» / ccef (S.E.T) ccbaêa, zzin (S.A.B) «beauté» / zzin, lebha (S.E.T) ccfar (S.A.B) «cils, paupière» / ccfar (S.E.T) cchar (S.A.B) «mois» / cchar (S.E.T) ciêbuv (S.A.B) «(fleur de) coquelicot» / qbabuc (S.E.T) ciîîaê, ciî (S.A.B) «un peu» / azuê (S.E.T) ccix (S.A.B) «maître, vieillard» / ccix (S.E.T) cclava (S.A.B) «salade» / cclaîa (S.E.T) cc$ el (S.A.B) «occupation» / cc$ el (S.E.T) ccetwa (S.A.B) «hiver» / ccetwa (S.E.T) ccεar (S.A.B) «cheveux» / ccεar, acekkuê (S.E.T) ççina (S.A.B) «oranges, orangers» / ççina (S.E.T) da (S.A.B) «ici» / daha (S.E.T) dadda (S.A.B) «grand frère, oncle paternel, terme de respect à l egard d un homme âgé» / dadda (S.E.T) ddwa (S.A.B) «remède, médicament» / ddwa (S.E.T) ddaw, s wadda (S.A.B) «sous, en dessous, bas, le bas, inférieur» / ddaw, s wadda (S.E.T) (z) daxel (S.A.B) «à l intérieur dedans» / (z) daxel (S.E.T) (z) deffir (S.A.B) «derrière» / (z)deffir (S.E.T) ddheb (S.A.B) «or» / ddheb (S.E.T) ddin (S.A.B) «religion» / ddin (S.E.T) «dette» / areîîal, akridi (S.E.T) ddellaε (S.A.B) «pastèque» / ddellaε (S.E.T) ddunit (S.A.B) «monde, vie» / ddunit (S.E.T) 211- fad (S.A.B) «soif» / fad (S.E.T) fransa (S.A.B) «France» / fransa (S.E.T) gma (S.A.B) «( mon) frère» / gma (S.E.T)

156 Annexe 5 corpus oahennama (S.A.B) «enfer» / loahennama (S.E.T) ibawen (S.A.B) «fève» / ibawen (S.E.T) iccer (S.A.B) «ongle» / iccer, icker (S.E.T) iccew (S.A.B) corne / icc (S.E.T) idammen (S.A.B) «sang» / idammen (S.E.T) idis (S.A.B) «coté, partie latérale d une chose» / aceîîub (S.E.T) idmaren (S.A.B) «poitrine» / idmaren, admaren (S.E.T) idrimen, iûurdiyen (S.A.B) argent / idrimen, iûurdiyen (S.E.T) iv (S.A.B) nuit / iî, taεecwit (S.E.T) ivelli (S.A.B) «hier» / iîelli (S.E.T) ives (S.A.B) «sommeil» / iîes (S.E.T) if (S.A.B) «sein» / tabbuct (S.E.T) ifires (S.A.B) «poires, poiriers» / lfires (S.E.T) ifelfel (S.A.B) «poivre, poivron» / ifelfel (S.E.T) igellil (S.A.B) «pauvre, miséreux» / aéawali, ame$bun (S.E.T) igenni (S.A.B) «ciel» / lehwa (S.E.T) iêbuben (S.A.B) «figues sèches» / tazart (S.E.T) ikkil (S.A.B) «lait caillé» / ikkil (S.E.T) ik ser (S.A.B) «en bas» / sadda, taneddayt (S.E.T) ilef (S.A.B) «sanglier» / ilef (S.E.T) ilili (S.A.B) «laurier-rose» / ilili (S.E.T) ilem (S.A.B) «vide» / lfare$ (S.E.T) ileméi (S.A.B) «jeune homme» / aqcic (S.E.T) iles (S.A.B) «longue» / alêaê (S.E.T) imaren (S.A.B) «moment, à ce moment là» /luxent (S.E.T) imawlan, lwaldin (S.A.B) «parents» / imawlan, lwaldin (S.E.T) imi, aqemmuc (S.A.B) bouche / imi, aqemmuc (S.E.T) imekli, leftur (S.A.B) repas de la journée / leftur, le$da (S.E.T) imensi (S.A.B) «dîner» / lmeεciya (S.E.T) imeîîawen (S.A.B) «larme» / imeîîawen (S.E.T) inebgi (S.A.B) «hôte, invité» / inebgi, amaεruî (S.E.T) i$i (S.A.B) «petit lait» / i$i (S.E.T)

157 Annexe 5 corpus i$il (S.A.B) «bras, longueur de l avant bras du coude au bouts des doits, montagne» / i$il (S.E.T) i$éar (S.A.B) «vallée, ravin» / i$éar, tawtayt (S.E.T) i$es (S.A.B) os / i$es, aεqur (S.E.T) noyau ( de fruit) / a$waw (S.E.T) levure, Levain / tamtunt (S.E.T) i$es uzagur (S.A.B) colonne vertébrale / ssen (S.E.T) iqeccuven (S.A.B) morceau de bois, brindille / ticeîîet, igermumen, iqeccuîen (S.E.T) irden (S.A.B) blé / irden (S.E.T) irk el (S.A.B) «entièrement, tous» / ilkul (S.E.T) ires (S.A.B) «champ ( de céréales, labouré et ensemencé )» / lmeôj, tigert (S.E.T) iôumyen (S.A.B) «français» / iôumyen (S.E.T) isebbaven (S.A.B) «chaussures» / isebbaîen (S.E.T) isegmi, axalef (S.A.B) «jeune pousse, rejeton» / llqiê, ise$mi (S.E.T) 257 iseg ra (S.A.B) «piquets pour l ourdissage d un tissage» / isegra (S.E.T) isem (S.A.B) «nom» / isem (S.E.T) itbir (S.A.B) «pigeon» / itbir, aêmam (S.E.T) itri (S.A.B) étoile, astre / itri (S.E.T) iîij (S.A.B) «soleil» / tafukt (S.E.T) izi (S.A.B) «mouche» / izi (S.E.T) izirdi (S.A.B) «renard» / izirduy (S.E.T) izrem (S.A.B) «serpent» / azerm (S.E.T) iéri (S.A.B) «la vue» / timeéri, timeériwt, timeérit (S.E.T) iérem (S.A.B) «intestin» / aje$dan (S.E.T) jeddi (S.A.B) «(mon) grand père» / jeddi, zizi, sidi (S.E.T) jida (S.A.B) «(ma) grand-mère» nanna (S.E.T) kilu (S.A.B) «kilo» / lkilu (S.E.T) llabyu (S.A.B) «avion» / llabiyu (S.E.T) 271 -Llah, Öôebbi (S.A.B) «dieu» / Öebbi,Llah (S.E.T) lamin (S.A.B) «chef traditionnel du village» / ccix (S.E.T) lawan, lweqt (S.A.B) «temps, époque, période, moment imprécis» / luqt, lmeêel (S.E.T) laé (S.A.B) «faim» / laé (S.E.T)

158 Annexe 5 corpus laεli (S.A.B) «hauteur» / liεli (S.E.T) laεmar (S.A.B) «vie» / timεict, lmaεict (S.E.T) «âge» / laεmar (S.E.T) laεnaûer (S.A.B) «fontaine, source» / lεenûer (S.E.T) lbanan (S.A.B) «banane» / lbanan (S.E.T) lebêar (S.A.B) «mer» / lebêar (S.E.T) lbecna (S.A.B) «sorgho blanc» / ablul (S.E.T) lbir (S.A.B) «puits» / lbir (S.E.T) lebraq (S.A.B) «éclaire» / lebruq (S.E.T) lberquq (S.A.B) «prunes» / lεin (S.E.T) llebsa (S.A.B) «habit, vêtements» / llebsa, lqecc (S.E.T) lebûel (S.A.B) «oignons» / lebûel (S.E.T) lfamilya (S.A.B) «famille» / lfamilya (S.E.T) 287- lfaôê (S.A.B) «joie, bonheur» / lfaôê (S.E.T) lleft (S.A.B) «navet» / lleft (S.E.T) lfeîîa (S.A.B) «argent» / lfeîîa (S.E.T) lfuva (S.A.B) «pièce de tissu à rayures noires, jaunes et rouges» / amendil (S.E.T) lgaîu (S.A.B) «gâteau» / lgaîu (S.E.T) lgirra (S.A.B) «guerre, révolution» / lgirra (S.E.T) loameε (S.A.B) «mosquée» / loameε (S.E.T) loar (S.A.B) «voisin» / amεacer (S.E.T) loiha (S.A.B) «coté, direction, au environ de, moment approximatif» / loiha (S.E.T) loefna (S.A.B) «grand plat ( en terre, en fer ou en boit )» / lmetred (S.E.T) loemεa (S.A.B) «vendredi» / loemεa (S.E.T) loens (S.A.B) «nation» / loens (S.E.T) loessa (S.A.B) «corps ( d un être humain ou animal, vivant ou mort )» / ljedda, loedda (S.E.T) leowaz (S.A.B) «ragoût de légumes (avec ou sans viande), qu on mange avec ou sans pain» / aseqqi, leftur (S.E.T) lehna (S.A.B) «paix, tranquillité» / lehna (S.E.T) lêafer (S.A.B) «plante du pied, sabot d équidé» / lqaε uîar (S.E.T)

159 Annexe 5 corpus lêao (S.A.B) «celui qui a fait le pèlerinage à la mecque, terme de respect à l égard d un homme plus âgé» / lêao (S.E.T) lêaoa (S.A.B) «objet, chose» / lêaja (S.E.T) lêala, lêal (S.A.B) «état, temps climatique» / lêal (S.E.T) lêamu (S.A.B) «chaleur» / aqebli (S.E.T) leêcic (S.A.B) «herbe» / rrbiε, leêcic (S.E.T) lêif (S.A.B) «misère, pauvreté, humiliation, ennuis de toutes sortes» / lêif, lêuj (S.E.T) lêiv, ûûur (S.A.B) «mure» / a$lad, lêiî, ûûur (S.E.T) lêiwan, lmal (S.A.B) animaux / lmal (S.E.T) lêenni (S.A.B) henné / lêenni (S.E.T) lêeq (S.A.B) droit, justice, part, raison / lêeq (S.E.T) lêubb, leêmala (S.A.B) «amour» / aêibbi (S.E.T) lêut, ssardin (S.A.B) «poisson» / lêut, ssardin (S.E.T) leêwal (S.A.B) «vaisselle, ustensiles de cuisine» / leqbabec (S.E.T) «ensemble de condiments d ingrédients» / rrwayeê (S.E.T) llikul (S.A.B) «école» / llikul (S.E.T) llim (S.A.B) «citron, citronnier» / lqares (S.E.T) llisriz (S.A.B) «cerise» / llisriz (S.E.T) lkanun (S.A.B) «foyer creusé dans le sol remplie du cendres» / lkanun (S.E.T) lkar (S.A.B) «quart (mesure) goblet, autocar» / lkar (S.E.T) lkarh (S.A.B) «haine» / lkarh, aεaffi (S.E.T) lkarmus (S.A.B) «cactus» / lkarmus (S.E.T) lekdeb (S.A.B) «mensonge» / lekdeb (S.E.T) lmakla, lqut (S.A.B) «nourriture, le manger» / lmakla, tagulla (S.E.T) lmal (S.A.B) «biens, richesse» / lmal (S.E.T) lmaεna (S.A.B) «sens, signification, morale» / lmaεna (S.E.T) lmaεun (S.A.B) «charrue» / ajrar, lmaεun (S.E.T) lmeεda (S.A.B) «estomac» / lmeεda (S.E.T) lmecmac (S.A.B) «abricot» / lmecmac (S.E.T) lmelê (S.A.B) «sel» / lemlaê (S.E.T) lmuoahdin (S.A.B) «combattant, moudjahid» / lmuoahdin (S.E.T) lmus (S.A.B) «couteau» / lmus (S.E.T) lmut (S.A.B) «mort» / lmut (S.E.T) leplan (S.A.B) «plan» / leplan (S.E.T)

160 Annexe 5 corpus l$aba (S.A.B) «forêt sauvage» / l$aba (S.E.T) l$aci, leεbad (S.A.B) «les gents» / l$aci, leεbad (S.E.T) lqahwa (S.A.B) «café» / lqahwa (S.E.T) lqarê (S.A.B) «le mal, la souffrance» / lqarê (S.E.T) lqarn (S.A.B) «extrémité» / aceîîub, ixef (S.E.T) «siècle» / lqarn (S.E.T) «coin» / ccuka, tacwikt (S.E.T) lqaεa (S.A.B) «sol» / lqaε (S.E.T) leqbayel (S.A.B) «kabyles» / leqbayel (S.E.T) lqedd (S.A.B) «taille» / lqedd, lqama (S.E.T) lqis (S.A.B) «mesure» / lkil (S.E.T) leqraya (S.A.B) «lecture, enseignement» / leqra (S.E.T) luva (S.A.B) «plaine» /luîa (S.E.T) llufan (S.A.B) «bébé» / aîufan, lîufan (S.E.T) lluê (S.A.B) «bois» / lluê (S.E.T) lluzin (S.A.B) «uzine» /lluzin (S.E.T) lwaêc (S.A.B) «bête sauvage» / lwaêc (S.E.T) «sentiment d angoisse et d inquiétude causée par la solitude, l isolement»/lxelεa,lfejεa (S.E.T) lwali (S.A.B) «saint» / ûûellaê (S.E.T) lward (S.A.B) «fleur, rose, rosier» / lward (S.E.T) lewsex (S.A.B) «saleté» / lusex (S.E.T) lxedma (S.A.B) «travail» / lxedma (S.E.T) lxiv (S.A.B) «fil» / lxiî (S.E.T) lxir (S.A.B) «du bien» / lxir (S.E.T) lexrif (S.A.B) «automne» / lexrif (S.E.T) llxux (S.A.B) «pêches, pêchers» / llxux (S.E.T) lzzayer (S.A.B) «Algérie» / lzzayer (S.E.T) lεacra (S.A.B) «dix heur» / lεacra (S.E.T) lεali (S.A.B) «bon, beau» / lεali (S.E.T) lεarc (S.A.B) «tribu» / lεarc (S.E.T) lεaskar (S.A.B) «soldats, armée» / lεaskar (S.E.T) lεic (S.A.B) «fourrage» / lεelf, rric (S.E.T) lεid (S.A.B) «aide» / lεid (S.E.T)

161 Annexe 5 corpus leεlam (S.A.B) «drapeau» / leεlam (S.E.T) leεqel (S.A.B) «esprit» / leεqel (S.E.T) leεyun (S.A.B) «sourcils» / leεyun (S.E.T) mazal (S.A.B) «encore, pas encore» / mazal (S.E.T) medden (S.A.B) «les gents, les étrangers, les autres qui ne sont pas de la famille directe et proche» / lεibad, iberraniyen (S.E.T) mmi (S.A.B) «(mon) fils» / mmi (S.E.T) mitin (S.A.B) «deux cent» / mitin (S.E.T) mliê (S.A.B) «très, beaucoup» / mmliê (S.E.T) 373 meqq ar (S.A.B) grand, âgé / meqqar (S.E.T) meskin (S.A.B) «pauvre, qui inspire la pitié» / meskin, ame$bun (S.E.T) mya (S.A.B) «cent» / mya (S.E.T) meééi (S.A.B) jeune / meééi (S.E.T) naddam (S.A.B) «sommeil, assoupi» / naddam (S.E.T) nanna (S.A.B) «grande soeur, tante paternelle» / lalla (S.E.T) 379- nnaεma (S.A.B) «céréales» / nnaεma (S.E.T) nnda (S.A.B) «rosée» / nnda (S.E.T) nnefû (S.A.B) «moitié» / azgen (S.E.T) nnig (S.A.B) «par-dessus» / nnig (S.E.T) nnuba (S.A.B) «tour» / ddoula (S.E.T) qabel (S.A.B) «l an prochain» / qabel (S.E.T) rradyu (S.A.B) «radio» / rradyu (S.E.T) rrbeê (S.A.B) «réussite» / rrbeê (S.E.T) rebεa (S.A.B) «quatre» / rebεa (S.E.T) rric (S.A.B) «plumes» / acencaw (S.E.T) rriêa (S.A.B) «odeur» / rriêa (S.E.T) rritla (S.A.B) «litre» / llitra (S.E.T) rremman (S.A.B) «grenades, grenadiers» / rremman (S.E.T) remvan (S.A.B) «ramadan» / remîan (S.E.T) rqiq (S.A.B) «fin, mince» / rqiq (S.E.T) rrεud (S.A.B) «tonnerre» / rrεud (S.E.T) rruê, tarwiêt (S.A.B) «âme» / rruê, taôwiêt (S.E.T) setta (S.A.B) «six» / setta (S.E.T)

162 Annexe 5 corpus ssaεa (S.A.B) «heure, montre, horloge» / ssaεa (S.E.T) sseba (S.A.B) «raison, prétexte, cause, occasion» /sseba (S.E.T) sbiîar (S.A.B) «hôpital» / sbiîar (S.E.T) sebεa (S.A.B) «sept» / sebεa (S.E.T) sin (S.A.B) «deux» / sin (S.E.T) seksu (S.A.B) «couscous» / seksu (S.E.T) sell azekka (S.A.B) «après demain» / seld azekka (S.E.T) sella wazekka (S.A.B) «dans trois jours» / zdat n seld azekka (S.E.T) sselîan, agellid (S.A.B) «roi, sultan» / sselîan (S.E.T) ssmana (S.A.B) «semaine» / ssmana (S.E.T) send ivelli (S.A.B) «avant-hier» / send iîelli (S.E.T) ssqef (S.A.B) «toit» / ssqef (S.E.T) sser (S.A.B) «charme, grâce, honneur» / sser (S.E.T) «secret» / sser, tigza (S.E.T) ssuma (S.A.B) «prix» / ssuma (S.E.T) ssuq (S.A.B) «marché» / ssuq (S.E.T) su send ivelli (S.A.B) «l avant-veille» / zdat n send iîelli (S.E.T) su su send ivelli (S.A.B) «il ya quatre jours» / zdat wezdat n send iîelli (S.E.T) ûûbaê, taûebêit (S.A.B) «matin, matinée» / ûûbaê, taûebêit (S.E.T) ûûifa (S.A.B) «apparence, aspect» / ûûifa (S.E.T) ûûeê (S.A.B) «vérité» / ûûeê (S.E.T) ûûeêa, tazmert (S.A.B) «santé» / ûûeêa (S.E.T) tabret (S.A.B) «lettre» / tabôat (S.E.T) tacacit (S.A.B) «chéchia, calotte» / tacacit (S.E.T) tacekkart (S.A.B) «sac (toile à sac (de jute ou autre))» / tacekkart (S.E.T) taddart (S.A.B) «village» / taddart (S.E.T) taduî (S.A.B) «laine» / taduî (S.E.T) tavsa (S.A.B) «rire» / taîsa (S.E.T) tafarciî (S.A.B) «fourchette» / afurciî (S.E.T) tafat (S.A.B) «lumière» / tafat (S.E.T) tafsuyt (S.A.B) «printemps» / rrbiε (S.E.T) taftilt, llamba (S.A.B) «lampe» / tiftilt (S.E.T) tafunart (S.A.B) «foulard» / timeêremt (S.E.T) tafunazt (S.A.B) «vache» / tafunast (S.E.T)

163 Annexe 5 corpus taga (S.A.B) «carde d artichaut» /taga (S.E.T) tagara (S.A.B) «fin, à la fin» / taggara (S.E.T) tagmert (S.A.B) «jument» / taserdunt, tajedεunt (S.E.T) tag nit (S.A.B) «terrain plat» / taweîîayt (S.E.T) tag ersa (S.A.B) «soc de charrue» / tayerza (S.E.T) taguyt (S.A.B) «brouillard léger au ras du sol» / aguê (S.E.T) taêanut (S.A.B) «magasin» / taêanut (S.E.T) taêdayt (S.A.B) «fille» / taqcict (S.E.T) tajebb aî (S.A.B) «tendeur» / tajebb aî (S.E.T) tajmaεit (S.A.B) «lieu de réunion de quartier ou de village, bâti ouvert» /tajmeεt (S.E.T) «réunion de quartier ou de village» / anejmuε (S.E.T) takarruct (S.A.B) «chêne» / takarruct (S.E.T) takeççawt (S.A.B) «ver» / takeççawt (S.E.T) takna (S.A.B) «co-épouse» / takna (S.E.T) tak essart (S.A.B) descente, pente / tagsert, taneddayt (S.E.T) takessiwt (S.A.B) «robe kabyle» / lkeswa (S.E.T) taktabt (S.A.B) livre / akarni, lliber (S.E.T) tala (S.A.B) «fontaine, source» / tala (S.E.T) talast (S.A.B) «borne, limite» / tilest (S.E.T) talaxt (S.A.B) «argile, poterie» / ideqqi (S.E.T) talemmast (S.A.B) «milieu, médian» /talemmast (S.E.T) taluft (S.A.B) «affaire» / taluft (S.E.T) «problème» / anezgum (S.E.T) talwest (S.A.B) «belle sœur (sœur du mari)» / talust (S.E.T) tama (S.A.B) «coté, face, à coté de» / tama (S.E.T) tamacahut, taêkayt (S.A.B) «histoire, conte» / tamacahut, taê kayt, taêeooet, tamεayt (S.E.T) tamacint (S.A.B) «machine, train» / tamacint (S.E.T) tamart (S.A.B) «barbe» / acamar, tacamert, lleêya (S.E.T) «menton» / tamart (S.E.T) tamazirt, tibêirt (S.A.B) «jardin» / tibêirt, tigert (S.E.T) tamdint (S.A.B) «ville» / tamdint (S.E.T) tameddit (S.A.B) «après midi, soir» / taεecwit (S.E.T)

164 Annexe 5 corpus tamegêelt (S.A.B) «fusil» / abeckiî (S.E.T) tamidda (S.A.B) «buse (oiseau de proie)» / tamedda (S.E.T) tamellalt (S.A.B) «œuf» / tamellalt (S.E.T) tame$ra (S.A.B) «fête» / lεers (S.E.T) tamessaî, tameccact (S.A.B) «cuisse, fesse» / amessaî, tameccact (S.E.T) tamtunt (S.A.B) «galette levée, à levain» / ameîluε (S.E.T) tameîîut (S.A.B) «femme» / tameîîut (S.E.T) tamurt (S.A.B) «pays» / tamurt (S.E.T) tamusni (S.A.B) «connaissance, science, savoir» / lεilem (S.E.T) tamezdu$t (S.A.B) «habitation» / amezdu$ (S.E.T) taneqlet (S.A.B) «figuier» / taberrant, tagrurt, tabexsist (S.E.T) tanuî (S.A.B) «belle sœur ( épouse du beau frère)» / tanuî (S.E.T) ta$aî (S.A.B) «chèvre» / ta$aî, ta$ejvet (S.E.T) ta$ ect (S.A.B) «gorge» / tamiooa, agergit (S.E.T) (ûûut) «voix» / ûûut (S.E.T) ta$eddiwt (S.A.B) «carde comestible, cardons» / tigernina (S.E.T) ta$ enoayt (S.A.B) «cuillère» / ta$enoawt (S.E.T) taqabact (S.A.B) «petite pioche, binette» / tagelzimt (S.E.T) taqendurt (S.A.B) «robe» / taqendurt (S.E.T) taq rist (S.A.B) «galette» / aêbul (S.E.T) tarracin (S.A.B) «filles» / tiqcicin (S.E.T) tarbaεt (S.A.B) «groupe» / tarbaεt (liés par des liens familiaux), tajmaεt (S.E.T) targit (S.A.B) «rêve» / taburigt, tagurigt (S.E.T) tarigla (S.A.B) «montant vertical du métier à tisser» / tawdaî (S.E.T) tarewla (S.A.B) «fuite» / trewla (S.E.T) tasa (S.A.B) «foie» /tasa (S.E.T) tasebbalt (S.A.B) «grande jarre de réserve (pour l eau, semoule, )» / tasebbalt (S.E.T) tasegrut (S.A.B) «chaînette» / tasegrut (S.E.T) tasekkurt (S.A.B) «perdrix» / tasekkurt (S.E.T) taslift (S.A.B) «belle sœur (sœur de l épouse)» / taslift (S.E.T) taseîîa (S.A.B) «branche d arbre» / iεiref, iciî (S.E.T) tasumta (S.A.B) «coussin» / tasumta (S.E.T) tasusmi (S.A.B) «silence» / tasusmi (S.E.T)

165 Annexe 5 corpus taswiεt (S.A.B) «moment» / tasweεt (S.E.T) tawenza (S.A.B) «raie dans les cheveux au milieu du front» / taεnuôt, aεnuô (S.E.T) tawsa, lêenni (S.A.B) «cotisations données pour des fêtes familiales» / lêeq (S.E.T) tawwurt (S.A.B) «porte» / lbab, tawwurt (S.E.T) tawezzaεt (S.A.B) «partage collectif de viande au village» / lewziεa, zzerd, zzerda (S.E.T) taxxamt (S.A.B) «chambre» / taxxamt (S.E.T) taxsayt (S.A.B) «courge» / taxsayt (S.E.T) tayaéilt (S.A.B) «peigne pour tasser le tissage» / taxellalt (S.E.T) tayet (S.A.B) «épaule» / tayet (S.E.T) tayeîîiî (S.A.B) «petite outre» / tayeddiî (S.E.T) tazzart (S.A.B) «fourche» / tazart (S.E.T) tazla (S.A.B) «course» / tiîelqi, tiîelqit (S.E.T) tazmert, loehd (S.A.B) «force» / loehd, ûûeêa (S.E.T) tazeqqa (S.A.B) «chambre construite en pierre et terre» / taxxamt n uberîiî (S.E.T) taéarbit (S.A.B) «tapis» / taéarbit (S.E.T) taεekk azt (S.A.B) «cane» / taεekkazt, tahrawt (S.E.T) tteffaê (S.A.B) «pomme, pommier» / tteffaê (S.E.T) tibel$iwin (S.A.B) «babouche» / aklakit (S.E.T) tibexsisin, lexrif (S.A.B) «figues fraîches» / ibexsas, ibexsisen, lbexsis, tiûurin (S.E.T) ticcart (S.A.B) «ail» / ticcart (S.E.T) tidi (S.A.B) «sueur, transpiration» / tidi (S.E.T) tifednet (S.A.B) «orteil» / tifent (S.E.T) tifirellest (S.A.B) «hirondelle» / tifirellest (S.E.T) tigeééelt (S.A.B) «rein» / tigeééelt (S.E.T) tikli (S.A.B) «marche, action de marcher» / tiddi (S.E.T) tikelt (S.A.B) «fois» / abrid (S.E.T) tilawin (S.A.B) «femmes» / lxalet (S.E.T) tili (S.A.B) «ombre» / amalu (S.E.T) tilifizyu (S.A.B) «télévision» / tilifizyu (S.E.T) timaεûart (S.A.B) «moulin à olives» / lemεeûra (S.E.T) timiî (S.A.B) «cordon ombilical» / timiî (S.E.T)

166 Annexe 5 corpus timiεruft (S.A.B) «chat-huant» / tamiεruft (S.E.T) times (S.A.B) «feu» / times, lεafit (S.E.T) timéin (S.A.B) «orge» / timéin (S.E.T) ti$ilt, tizi (S.A.B) «colline» / tacwawt (S.E.T) ti$irdemt (S.A.B) «scorpion» / ta$urdemt (S.E.T) ti$ratin (S.A.B) «youyous, cris de joie des femmes» / ize$riten, tize$ritin (S.E.T) tiqqit (S.A.B) «goutte» / tiqqit (S.E.T) tisirt (S.A.B) «moulin à grain» / rrêa, tisirt (S.E.T) tissit (S.A.B) «action de boire» / tissi (S.E.T) tislit (S.A.B) «mariée, belle-fille» / tislit (S.E.T) tiî (S.A.B) «œil» / tiî (S.E.T) tixsi (S.A.B) «brebis» / tixsi (S.E.T) tiyita, deqqet (S.A.B) «coup» / dderba, deqqa, lxebîa (S.E.T) ttejra (S.A.B) «arbre» / taseoourt, taseîîa (S.E.T) teméi (S.A.B) «jeunesse» / teméi (S.E.T) tlata (S.A.B) «trois» / tlata (S.E.T) ttlata (S.A.B) «trois heure» / ttalta (S.E.T) tmanya (S.A.B) «huit» / tmanya (S.E.T) tnac (S.A.B) «douze» / tnac (S.E.T) 541 tugdi, lxuf (S.A.B) «peur» / tawagda, lxuf (S.E.T) tudert (S.A.B) «vie, existence» / timεict (S.E.T) tumlilt (S.A.B) «argile blanche» / umli (S.E.T) tu$mest (S.A.B) «dent» / ti$mest (S.E.T) tura (S.A.B) «maintenant» / tura (S.E.T) turet (S.A.B) «poumon» / ifwaden, ataεliq (S.E.T) îîabla (S.A.B) «table» / îîabla (S.E.T) îîaq (S.A.B) «fenêtre» / îîaq (S.E.T) îbib (S.A.B) «médecin» / îbib (S.E.T) îîlam (S.A.B) «obscurité» / talast (S.E.T) îînac (S.A.B) «midi» / îînac (S.E.T) îumaîic (S.A.B) «tomate» / aîemîum (S.E.T) îumubil (S.A.B) «voiture, automobile» / îumubil (S.E.T) uccen (S.A.B) «chacal» / uccen, qarniî (S.E.T) uççi (S.A.B) «nourriture, le manger» / aççay (S.E.T)

167 Annexe 5 corpus udi (S.A.B) «beurre» / ddhan (S.E.T) uffad (S.A.B) «entrailles, abas» / ikerciwen, lefdawec (S.E.T) ul (S.A.B) «cœur» / ul (S.E.T) uraw (S.A.B) «mains jointes et tendues, paumes en haut» / uren (S.E.T) ussu (S.A.B) «lit, litière, couche préparée, literie étendue sur le sol» / ussi, ibessaîen (S.E.T) ustu (S.A.B) «fil de chaîne» / ustu (S.E.T) uwday (S.A.B) «juif» / uday, ujwif (S.E.T) uzzal (S.A.B) «fer» / uzzal (S.E.T) wabel (S.A.B) «dans deux ans» / wabel (S.E.T) waqil (S.A.B) peut-être / waqil (S.E.T) wetma (S.A.B) (ma) soeur / ultma (S.E.T) wezzil (S.A.B) «court, petit de taille» / ugzil (S.E.T) xali (ti) (S.A.B) «oncle- tante maternelle» / xali (ti) (S.E.T) xilla (S.A.B) «beaucoup, nombreux» / xirla, caî (S.E.T) xir (S.A.B) «mieux, plus» / xir (S.E.T) xemsa (S.A.B) «cinq» / xemsa (S.E.T) xmesîac (S.A.B) «quinze» / xmesîac (S.E.T) yiwen (S.A.B) «un»/ ic, iç, io, ioen (S.E.T) yelli (S.A.B) «(ma) fille» / illi (S.E.T) yemma (S.A.B) «(ma) mère (maman)» / imma (S.E.T) yessetma (S.A.B) «(mes) sœurs» / suyetma (S.E.T) zzbel (S.A.B) «bousse» / zzbel (S.E.T) zzhar (S.A.B) «chance» / zzhar (S.E.T) zik (S.A.B) «temps passé» / bekri (S.E.T) zzit (S.A.B) «huile» / zzit (S.E.T) zrudiya (S.A.B) «carotte» / zrudiya (S.E.T) zzuo (S.A.B) «deux heure» / ssaεtin (S.E.T) zur (S.A.B) «gros» / zhur (S.E.T) zzwao (S.A.B) «mariage» / jwaj (S.E.T) zzεaf (S.A.B) «colère» / lfeqεa, zzεaf (S.E.T) εecra (S.A.B) «dix» / εecra (S.E.T) εemmi (ti) (S.A.B) «oncle tante paternel (le), homme- femme âgé(e) respectable» / εemmi (ti) (S.E.T)

168 Annexe 5 corpus II. Les verbes 1 - ader (S.A.B) «descendre» / aîer, ê der (S.E.T) 2 - af (S.A.B) «trouver» / awf (S.E.T) 3 - affeg (S.A.B) «voler, s envoler» / afeg (S.E.T) 4 - agg ad (S.A.B) avoir peur, craindre, redouter / agged (S.E.T) 5 - ag i (S.A.B) «refuser» / gama, gami (S.E.T) 6 - ak i (S.A.B) «s éveiller, être éveillé» / awki (S.E.T) 7 - ak er (S.A.B) «voler, dérober» / ak er, laweê (S.E.T) 8 - ali (S.A.B) «monter» / ani, areg (S.E.T) 9 - amen (S.A.B) «croire, avoir confiance» / amen (S.E.T) 10 - ames, (S.A.B) rku «être sale, être pourri, pourrir» / îlu, rku (S.E.T) 11- a$ (S.A.B) «acheter» / ase$, se$ (S.E.T) 12 - aru, kteb (S.A.B) «écrire» / kteb (S.E.T) 13 - arew (S.A.B) «enfanter, accoucher, produire, donner des fruits» / arew (S.E.T) 14 - as (S.A.B) «arriver, venir, revenir, se présenter» / lfu, as (S.E.T) 15 - aski (S.A.B) «se placer» / ûbaê (S.E.T) 16 awev,lêeq (S.A.B) «atteindre, arriver, parvenir» / aweî, lêeq (S.E.T) 17 - awi (S.A.B) «porter, emporter, amener, ramener, apporter, rapporter, contenir» / awi (S.E.T) 18 - azzel (S.A.B) «courir» / îleq, cala (S.E.T) 19 - aé (S.A.B) «se pousser» / lêem (S.E.T) 20 - ban (S.A.B) «paraître» / ban (S.E.T) 21 - barek (S.A.B) «bénir» / barek (S.E.T) 22 - bedd (S.A.B) «être debout» / bedd (S.E.T) 23 - beddel (S.A.B) «changer, être changé, transformer» / beddel (S.E.T) 24 - bdu, k maûûi (S.A.B) «commencer, aborder» / bdu, k manûi (S.E.T) 25 - bvu (S.A.B) «partager, diviser, séparer» / bîu (S.E.T) 26 - bges (S.A.B) «se ceindre» / bages (S.E.T) 27 - bib (S.A.B) «porter sur le dos» / caca (S.E.T) 28 - bnu (S.A.B) «bâtir, construire» / bnu (S.E.T) 29 - b$u (S.A.B) «vouloir, désirer» / b$u (S.E.T)

169 Annexe 5 corpus 30 - bru, serreê (S.A.B) «détacher, répudier, lâcher» / bru, serreê, sefru (S.E.T) «divorcer» / bru (S.E.T) 31 - bbuci (S.A.B) «boucher» / bbuci (S.E.T) 32 - bzeg (S.A.B) «être enflé» / awef (S.E.T) 33 - bεed (S.A.B) «s éloigner» / bεed (S.E.T) 34 - cabeh, cbu (S.A.B) «ressembler à» / cabeh, cbu (S.E.T) 35 - cebbaê (S.A.B) «s embellir» / bhu (S.E.T) 36 - cbeê (S.A.B) «être beau» / bhu, zyan (S.E.T) 37 - cvaê (S.A.B) «danser» / cîaê (S.E.T) 38 - cfu (S.A.B) «se souvenir» / cfu (S.E.T) 39 - cidd, qqen (S.A.B) «lier, attacher» / qqen, cbeê (S.E.T) 40 - crek (S.A.B) «associer» / crek (S.E.T) 41 - crew (S.A.B) «gauler, abattre» / cru (S.E.T) 42 - ccetki (S.A.B) «porter plainte» / ccetki (S.E.T) 43 - cuff (S.A.B) «gonfler, être gonflé» / awef (S.E.T) 44 - ceyyaε (S.A.B) «envoyer» / ceyyaε (S.E.T) 45 - cεel (S.A.B) «allumer, enflammer» / ssender, ssendeh, cεel (S.E.T) 46 - ççar, εemmar (S.A.B) «remplir, être rempli, être plein» / ççar (S.E.T) 47 - cumm (S.A.B) «sentir» / sriê (S.E.T) 48 - eçç (S.A.B) «manger» / eçç (S.E.T) 49 - degger (S.A.B) «pousser, bousculer» / demmer (S.E.T) 50 - eddem (S.A.B) «prendre» / eddem (S.E.T) 51 - dder, εac (S.A.B) «vivre» / dder, εic (S.E.T) 52 - eddu (S.A.B) «aller avec» / iddu (S.E.T) 53 - ddukel (S.A.B) «aller ensemble, s accompagner» / ddukel, saεef (S.E.T) 54 - dewwar, zzi (S.A.B) «tourner, enrouler» / dewwar, griwel (S.E.T) 55 - vebbaε, îebbaε (S.A.B) «pousser, bousculer» / demmer, tebbaε (S.E.T) 56 - vfer, îfer, tbeε (S.A.B) «suivre» / tbeε, îfer (S.E.T) 57 - veggar, îeggar (S.A.B) «jeter, rejeter, lancer, expulser, chasser» / îeyyer, îeyyec (S.E.T) 58 - vhaô (S.A.B) «paraître, être vu» / ban (S.E.T) «être circoncis» / îehhaô (S.E.T)

170 Annexe 5 corpus 59 - vlu (S.A.B) «enduire» / îlu (S.E.T) 60 - vru (S.A.B) «advenir, se réaliser» / îru (S.E.T) 61 - evs (S.A.B) «rire» / eîs (S.E.T) 62 - fhem (S.A.B) «comprendre» / fhem (S.E.T) 63 - efk, mud (S.A.B) «donner» / ekf (S.E.T) 64 - ffe$ (S.A.B) «sortir» / areg, ffe$ (S.E.T) 65 - ffer, ddari (S.A.B) «se mettre à l abri, se cacher» / ddari, ffer (S.E.T) 66 - freq (S.A.B) «diviser, se séparer» / freq (S.E.T) «répartir» / wezzeε (S.E.T) 67 - fru (S.A.B) «résoudre, régler, être réglé» / fru (S.E.T) 68 - fôaê (S.A.B) «se réjouir, être content, être heureux» / fôaê (S.E.T) 69 - fsi (S.A.B) «se fondre, délier» / fsi (S.E.T) 70 - fser (S.A.B) «étendre, être étendu» / fser (S.E.T) 71 - ftaê (S.A.B) «ouvrir, être ouvert» / ftaê (S.E.T) 72 - ftaô (S.A.B) «déjeuner» / fîar, t$edda (S.E.T) 73 - ftek, nqar (S.A.B) «percer» / nqar (S.E.T) 74 - fur (S.A.B) «être cuit à la vapeur» / fur (S.E.T) 75 - eg, ewqem (S.A.B) «faire, être de telle ou telle façon» / xdem, mmag (S.E.T) 76 - egg (S.A.B) «pétrir, être pétri» / εjen, εrek (S.E.T) 77 - ggal (S.A.B) «jurer, prêter serment» / ggal (S.E.T) 78 - glu (S.A.B) «prendre avec, prendre par la même occasion» / îerq (S.E.T) 79 - gri (S.A.B) «rester en arrière» / qqim d aneggar (S.E.T) «rester (restes)» / fîel (S.E.T) 80 - gzem (S.A.B) «couper» / gzem (S.E.T) 81 - eoo (S.A.B) «laisser» / eoo (S.E.T) 82 - heggi (S.A.B) «se préparer, être prêt» / ewjed, zwi, ccewjed (S.E.T) 83 - hder, mmeslay (S.A.B) «parler» / hder (S.E.T) 84 - hlek (S.A.B) «être malade» / aîen (S.E.T) 85 - henni (S.A.B) calmer, se calmer, laisser tranquille / henni (S.E.T) 86 - hudd (S.A.B) «démolir, détruire» / huzz, ssedrem (S.E.T) 87 -huzz (S.A.B) bercer / dewweê (S.E.T) 88 - hwu, εoeb (S.A.B) «plaire, être agréable» / εjeb (S.E.T) 89 - êarrek (S.A.B) «bouger» / êarrek (S.E.T) 90 - êaz (S.A.B) «toucher, atteindre» / qelleb, laweê (S.E.T)

171 Annexe 5 corpus 91 - êbes (S.A.B) «s arrêter» / êbes (S.E.T) 92 - êvar (S.A.B) «être présent, assister à» / êîar (S.E.T) 93 - êfev, lmed (S.A.B) «apprendre, retenir» / êfeî, lmed (S.E.T) 94 - êekkar, smuqel (S.A.B) «regarder» / sig, îill, twalleh (S.E.T) 95 - êkem (S.A.B) commander, condamner / êkem (S.E.T) 96 - êku (S.A.B) «raconter, conter» / êku (S.E.T) 97 - êlu (S.A.B) «guérir» / ejji (S.E.T) 98 - êemmel (S.A.B) «aimer» /êib (S.E.T) 99 - êmu (S.A.B) «être chaud» / êmu (S.E.T) êess (S.A.B) «écouter» / têess (S.E.T) êseb (S.A.B) «compter» / êseb (S.E.T) êukk (S.A.B) «frotter, frictionner» / êukk (S.E.T) êuss (S.A.B) «sentir, ressentir» /êuss, sêuss (S.E.T) êwao (S.A.B) «avoir besoin» / êwaj (S.E.T) êwi (S.A.B) «chasser» / îeyyec (S.E.T) ihriw (S.A.B) «être large» / iwsiε (S.E.T) ili (S.A.B) «être, exister» / ili (S.E.T) im$ur (S.A.B) «grandir, être grand» /ggaεmer (S.E.T) iméi (S.A.B) «être petit» / bbezteê (S.E.T) ini (S.A.B) «dire» / ini (S.E.T) i$ zif (S.A.B) «être long» / i$ zif, ikmil, gaεmer (S.E.T) irad (S.A.B) être lave / irad (S.E.T) irqiq (S.A.B) être fin, être mince» /sserqiq (S.E.T) ishil (S.A.B) «être facile» /ishil, ishal (S.E.T) issin (S.A.B) «savoir» / issan (S.E.T) ismiv (S.A.B) «être froid, avoir froid, se refroidir» / ismiî (S.E.T) iwzil (S.A.B) «être court» / ig zil (S.E.T) iwεir (S.A.B) «être difficile» / iwεar (S.E.T) izdig (S.A.B) «être propre» / izdig (S.E.T) iéid (S.A.B) «être doux, sucré» / imiéid (S.E.T) jbed (S.A.B) «tirer» / jbed (S.E.T) jmeε (S.A.B) «ramasser, rassembler, réunir» / jmeε (S.E.T) ekk (S.A.B) «provenir, venir de» / ekk (S.E.T) kcem (S.A.B) «entrer, pénétrer» /kcem (S.E.T)

172 Annexe 5 corpus kfu (S.A.B) «cesser, être fini, être terminé» / fak (S.E.T) kemmel (S.A.B) «continuer, poursuivre» / kemmel (S.E.T) kmez (S.A.B) «gratter» / kmez (S.E.T) knu (S.A.B) «(se) courber» / êder (S.E.T) kker (S.A.B) «se lever» /kker (S.E.T) krah (S.A.B) «détester» / εaf, krah (S.E.T) kres (S.A.B) nouer, se coaguler / kres (S.E.T) krez (S.A.B) labourer krez (S.E.T) eks (S.A.B) paître / îwi (S.E.T) ekkes (S.A.B) «enlever, cuillir» / ekkes (S.E.T) ktal (S.A.B) «mesurer» / ktal (S.E.T) laq, lzem (S.A.B) «falloir, convenir» / laq, lzem (S.E.T) lal (S.A.B) «naître» / nnarni (S.E.T) llaé (S.A.B) «avoir fain» / llaé (S.E.T) llhi (S.A.B) «s occuper» / llethi (S.E.T) lhu, gerrez (S.A.B) «être bon» / mmag dlεali (S.E.T) «être beau» / bhu (S.E.T) «être bien fait» / mmag d lεali, seggeb (S.E.T) lêeq (S.A.B) «atteindre, rejoindre» / lêeq (S.E.T) lêu (S.A.B) «marcher» / ddu (S.E.T) lqev (S.A.B) «ramasser» / lqeî (S.E.T) els (S.A.B) «revêtir» / els (S.E.T) llexs (S.A.B) «être mouillé» / bzeg (S.E.T) lεeb (S.A.B) «jouer» / lεeb, irar, rar (S.E.T) mcev (S.A.B) «peigner, se peigner, être peigné» / mceî (S.E.T) mvel (S.A.B) «enterer» / mîel (S.E.T) mger (S.A.B) «moissonner» / mger (S.E.T) mmekti (S.A.B) «se souvenir» / mmekti (S.E.T) mlal (S.A.B) «(se) rencontrer, (se) rejoindre» / mlaqi, laqa (S.E.T) menni (S.A.B) «souhaiter» / menni (S.E.T) mme$ (S.A.B) «se précipiter sur, mettre la main à ou sur» / jεer (S.E.T) msed (S.A.B) «être aiguisé» / êerrec, cêed (S.E.T) msel (S.A.B) «façonner une poterie» / msel (S.E.T) mmet (S.A.B) «mourir» / mmet (S.E.T)

173 Annexe 5 corpus naddem (S.A.B) «sommeiller, avoir sommeil» / naddem (S.E.T) nna$ (S.A.B) «se battre» / nna$ (S.E.T) nnal (S.A.B) «toucher» / qelleb (S.E.T) nnev (S.A.B) «s enrouler» / dewwer, sehlilez (S.E.T) nhar (S.A.B) «conduire, mener (animal, voiture, )» / nhar (S.E.T) en$ (S.A.B) «tuer» / e$$ (S.E.T) n$ed, eéd (S.A.B) «broyer, piler, moudre» / éed (S.E.T) ens (S.A.B) «passer la nuit» / ens (S.E.T) nîaq (S.A.B) «prendre la parole» / nîaq (S.E.T) nîev, lûeq (S.A.B) «coller à, adhérer» / nîev, lûeq (S.E.T) «être contagieux» / derreε (S.E.T) 167 nîew, ngez (S.A.B) «sauter, bondir» / neggez (S.E.T) nnulfu (S.A.B) «paraître, être inventé» / ffe$, erg (S.E.T) $av (S.A.B) «apitoyer, attendrir» / $iî (S.E.T) $ar (S.A.B) «lire, étudier» / qqra (S.E.T) 171- $ill (S.A.B) «croire» / nwu, $ill (S.E.T) $lev (S.A.B) «se tromper, décevoir» / $leî (S.E.T) $li (S.A.B) «tomber» / $li (S.E.T) $enni (S.A.B) «chanter» / $enni (S.E.T) $umm (S.A.B) «(re) couvrir, cacher, dissimuler» / $umm, $eîîi (S.E.T) e$z (S.A.B) «creuser» / e$z (S.E.T) eqqar (S.A.B) «être dure, être sec» / eqqar (S.E.T) qebbi (S.A.B) «être gros» / ejji (S.E.T) qbel (S.A.B) «accepter» / qbel (S.E.T) eqqed (S.A.B) «cuire de la poterie» / eqqed (S.E.T) qdec (S.A.B) «travailler, prendre ses disposition» / qdec (S.E.T) qvu (S.A.B) «faire des achats» / qîu (S.E.T) qidd (S.A.B) «suffire» / qadd (S.E.T) qqim (S.A.B) «être assis» / qqim (S.E.T) qelleb, êewwes (S.A.B) «fouiller, chercher, parcourir» / duô, fettec, êewwes, êuf (S.E.T) qleε (S.A.B) «arracher» / qleε (S.E.T) qraê (S.A.B) «avoir mal, faire souffrir» / εîeb (S.E.T) eqqes (S.A.B) «piquer» / eqqes (S.E.T)

174 Annexe 5 corpus err (S.A.B) «rendre, restituer, replacer, renvoyer, remettre» / err (S.E.T) rfed (S.A.B) «soulever, être enceinte» / rfed (S.E.T) rbeê (S.A.B) «gagner, réussir, prospérer» / rbeê (S.E.T) rgig (S.A.B) «trembler» / rgigi (S.E.T) rou (S.A.B) «attendre» / raja, εuss (S.E.T) rêem (S.A.B) «faire miséricorde (dieu)» / rêem (S.E.T) rkeb (S.A.B) «monter sur une monture (dans la voiture)» / rkeb, ani (S.E.T) rkev (S.A.B) «piétiner, fouler, marcher sur» / rkeî (S.E.T) rnu (S.A.B) «ajouter» / rnu (S.E.T) er$, êreq (S.A.B) «brûler» / êreq (S.E.T) ers (S.A.B) «descendre» / aîer (S.E.T) 200 rwi, ssexlev (S.A.B) «remuer, mêler» / rwi, ssexleî (S.E.T) rwel (S.A.B) «fuir» / rwel (S.E.T) eré (S.A.B) «casser, rompre, briser» / eré (S.E.T) ôwu (S.A.B) «être saturé, être rassasié» / ôwu (S.E.T) ôuê (S.A.B) «aller, s en aller» / ôuê (S.E.T) «se perdre, être perdu, être égaré» / raε (S.E.T) sdukkel (S.A.B) «unir, joindre» / zdi, sdukkel, ssemlaqi (S.E.T) ssefcuci (S.A.B) «gâter» / ciwan (S.E.T) sfev (S.A.B) «essuyer, effacer» / sfeî (S.E.T) siff (S.A.B) «tamiser» / siff (S.E.T) ssili (S.A.B) «faire monter» / sreg, ssali (S.E.T) si$ret (S.A.B) «appeler à grands cris» / slilew (S.E.T) ssired (S.A.B) «laver» / ssired (S.E.T) ssirem (S.A.B) «desirer» / tmenna, b$u, caha (S.E.T) ssiwev (S.A.B) «atteindre, faire parvenir» / saweî (S.E.T) ssiwel (S.A.B) «appeler, invoquer» / $er (S.E.T) skur (S.A.B) «peloter, rouler en pelote, rouler, mettre en boule» / kebbeb (S.E.T) sel (S.A.B) «entendre» / sel (S.E.T) slef (S.A.B) «caresser» / sseênuni (S.E.T) slek (S.A.B) «échapper, être sauvé» / slek (S.E.T) sellek (S.A.B) «se dépêcher, se hâter» / zreb, zεeb, $awel, εjel (S.E.T) sellem (S.A.B) «saluer» / sellem (S.E.T) «baiser» / êac (S.E.T)

175 Annexe 5 corpus smar (S.A.B) verser / smir, wezzaε, ferre$ (S.E.T) semmi (S.A.B) «nommer, mentionner» / semmi (S.E.T) seqsi (S.A.B) «questionner» / sseqsi (S.E.T) sers (S.A.B) «déposer»/ sers (S.E.T) «faire descendre» / saîer (S.E.T) 225 ssetêi, nneêcam (S.A.B) «avoir honte, être timide» / nneêcam, ssetêa (S.E.T) stenyi (S.A.B) «signer» / stenyi (S.E.T) stufu (S.A.B) «avoir le temps» / sεu luqt (S.E.T) essu (S.A.B) «étendre, disposer sur le sol, préparer la literie» / essu, ferrec (S.E.T) suv (S.A.B) «souffler sur» / suî (S.E.T) summ (S.A.B) «sucer» / summ (S.E.T) ssuref (S.A.B) «marcher à grands pas» / jjeεîer (S.E.T) susef (S.A.B) «cracher» / susef (S.E.T) susem (S.A.B) «se taire, garder le silence» / susem (S.E.T) ssuter (S.A.B) «demander» / ssuter, îleb (S.E.T) sew (S.A.B) «boire» / assew, ceyyeε (i$i) (S.E.T) sεu (S.A.B) «avoir, posséder» / sεu (S.E.T) ûegged (S.A.B) «chasser» / ûîad (S.E.T) tti (S.A.B) «renverser» / qleb, bôen (S.E.T) tixer (S.A.B) «quitter, retirer» / tixer (S.E.T) ttekki (S.A.B) «participer, prendre part» / carek (S.E.T) etter (S.A.B) «mendier, emprunter» / îleb (S.E.T) ttru (S.A.B) «pleurer» / ttru (S.E.T) ettu (S.A.B) «oublier, omettre» / shu (S.E.T) eîîev (S.A.B) «téter» / eîîeî (S.E.T) eîîef (S.A.B) «tenir, retenir» / eîîef (S.E.T) îîerveq (S.A.B) «éclater» / îîerîeq, fellaq (S.E.T) eîîes, gen (S.A.B) «dormir» / eîîes (S.E.T) u$al (S.A.B) «devenir, revenir, retourner, repartir» / eqqel, welli (S.E.T) eww (S.A.B) «être mur, être cuit» / eww, egg (S.E.T) warri (S.A.B) «montrer, indiquer» / sεent, sken (S.E.T) ewwet (S.A.B) «frapper, tomber (pluie)» / ewwet (S.E.T) xaûû (S.A.B) «manquer, être en défaut, faire défaut» / xaûû (S.E.T) xdem (S.A.B) «travailler, faire» / xdem (S.E.T)

176 Annexe 5 corpus xveb (S.A.B) «choisir une fiancée pour quelqu un (observer et faire l enquête)» / xîeb (S.E.T) xiv «coudre» / xiî (S.E.T) xleq «créer» / xleq (S.E.T) «former son fruit» / $mi (S.E.T) xelleû (S.A.B) «payer, se faire payer» / xelleû (S.E.T) xemmem (S.A.B) «penser, réfléchir» / xemmem (S.E.T) xûer (S.A.B) «perdre, être perdant» / xûer (S.E.T) «abîmer, être abîmé» /twa$ (S.E.T) zde$ (S.A.B) «habiter» / zde$ (S.E.T) zger (S.A.B) «traverser» / zger (S.E.T) zlu (S.A.B) «égorger» / zlu (S.E.T) zmer (S.A.B) «pouvoir à, être capable» / zmer (S.E.T) zzenz (S.A.B) «vendre» / zzenz (S.E.T) zreε (S.A.B) «semer» / zreε (S.E.T) zzu$ar (S.A.B) «faire glisser, traîner» / juêeb, ju$ar, zuêeb (S.E.T) zwar (S.A.B) précéder / zwar (S.E.T) zwi (S.A.B) secouer / huzz, zlez (S.E.T) zweo (S.A.B) se marier, être marié / jwej, rcel (S.E.T) zεef (S.A.B) «se fâcher, se maître en colère, s irriter» / êaéé, fqeε (S.E.T) ééal (S.A.B) «prier» / ééal (S.E.T) éer (S.A.B) «voir, regarder» / éer, aéer, îill (S.E.T) éer, εlem (S.A.B) «savoir» / εlem (S.E.T) ééel (S.A.B) «être étendu» / sred (S.E.T) ééu (S.A.B) «planter» / ééu (S.E.T) εass (S.A.B) «garder, surveiller» / εuss, êres (S.E.T) εawed (S.A.B) «recommencer, reprendre» / εawed (S.E.T) εawweq (S.A.B) «crier» / εayyeî (S.E.T) εawen (S.A.B) «aider, secourir» / εawen (S.E.T) εebbi (S.A.B) «charger, arrimer» / εebbi, bberdeε (âne) (S.E.T) εeddi (S.A.B) «passer, circuler» / εeddi (S.E.T) εdel (S.A.B) «être égale» / msawa (S.E.T) εoeb (S.A.B) «plaire à, captiver» / εoeb (S.E.T) εelleq (S.A.B) «accrocher, pendre, suspendre» / εelleq, εquqel (S.E.T)

177 Annexe 5 corpus εqel (S.A.B) «reconnaître» / εqel (S.E.T) εrev (S.A.B) «goûter, inviter» / εreî (S.E.T) εeîîel (S.A.B) «tarder» / îul (S.E.T) εwej (S.A.B) «être tordu» / εwej (S.E.T) εyu (S.A.B) «être fatigué» / εyu (S.E.T)

178 Annexe 5 Cartes géographiques

179 Carte Carte géographique géographique de de la la wilaya de de Tizi ouzou

180

181 Carte géographique de la wilaya de Béjaia

182

Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie

Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Saïd GUERRAB Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Résumé de la thèse (pour affichage) Il est difficile de parler du berbère sans parler de la variation. Il y a d abord une variation

Plus en détail

Leçon : La phrase GRAMMAIRE. 1. La phrase est une suite de mots qui a du sens : elle raconte

Leçon : La phrase GRAMMAIRE. 1. La phrase est une suite de mots qui a du sens : elle raconte GRAMMAIRE La phrase 1 1. La phrase est une suite de mots qui a du sens : elle raconte quelque chose. 2. Au début de la phrase, on trouve une majuscule. 3. A la fin de la phrase, on trouve un point. Lis

Plus en détail

POLONAIS LANGUE ETRANGERE

POLONAIS LANGUE ETRANGERE Route de Granville-aérodrome de Flers 61100 La Lande Patry mbjformation@gmail.com www.formation-en-langues POLONAIS LANGUE ETRANGERE Exemple de formation Niveau débutant Durée : - Selon les résultats du

Plus en détail

Le modèle standard, SPE (1/8)

Le modèle standard, SPE (1/8) Le modèle standard, SPE (1/8) Rappel : notion de grammaire mentale modulaire Les composants de la grammaire : module phonologique, sémantique syntaxique Syntaxe première : elle orchestre la relation mentale

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

DISCIPLINE : FRANCAIS

DISCIPLINE : FRANCAIS DISCIPLINE : FRANCAIS Nom de la séquence : rédiger un portrait Cf l atelier de Français mon Bibliotexte Accès éditions Dossier descriptif niveau 1 et 2 JDI février 2000 rédiger un portrait «Lire et Dire

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

1. Le vocabulaire : quelques ancrages théoriques rapides... p. 9. 2. Comment organiser les apprentissages?... p. 15

1. Le vocabulaire : quelques ancrages théoriques rapides... p. 9. 2. Comment organiser les apprentissages?... p. 15 Sommaire Sommaire Tableau récapitulatif des fiches Activités................................ p. 6 Introduction........................................................... p. 8 1. Le vocabulaire : quelques

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

mémoire usage accent voyelles de quinze erreurs était de 26 % en 1987, il est aujourd hui de 46 %. Ce sont préfixe

mémoire usage accent voyelles de quinze erreurs était de 26 % en 1987, il est aujourd hui de 46 %. Ce sont préfixe moyenne en 1987 à onze en 2007. majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point

Plus en détail

Pour acquérir et diversifier le vocabulaire Pour commencer à structurer le vocabulaire Isabelle Caron, conseillère pédagogique LILLE 1 Est

Pour acquérir et diversifier le vocabulaire Pour commencer à structurer le vocabulaire Isabelle Caron, conseillère pédagogique LILLE 1 Est BATIR et UTILISER DES IMAGIERS EN CLASSE MATERNELLE Pour acquérir et diversifier le vocabulaire Pour commencer à structurer le vocabulaire Isabelle Caron, conseillère pédagogique LILLE 1 Est Quelques définitions

Plus en détail

La syllabe (1/5) Unité intuitive (différent du phonème) Constituant essentiel pour la phonologie au même titre que phonème et trait

La syllabe (1/5) Unité intuitive (différent du phonème) Constituant essentiel pour la phonologie au même titre que phonème et trait La syllabe (1/5) Unité intuitive (différent du phonème) Variation des structures syllabiques d une langue à une autre et dans une même langue (cf strict vs à : une seule syllabe mais des structures bien

Plus en détail

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS Domaine : Niveau : CM2 Connaissances et compétences : Compétences - rédiger un texte d une quinzaine de lignes

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Dossier de références de l élève : grammaire

Dossier de références de l élève : grammaire Dossier de références de l élève : grammaire Titre : Dossier grammaire de l élève Prérequis : Dès le niveau 2P, quand la grammaire est abordée (les groupes de la phrase et les catégories de mots : déterminant,

Plus en détail

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales.

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. Un concept s acquiert à partir d exemples, de contre-exemples dont on dégage des

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

DOCUMENT PRÉPARATOIRE TEST DE FRANÇAIS ÉCRIT SEL CODE LINGUISTIQUE RÉDACTION. Service d évaluation linguistique - TÉLUQ.

DOCUMENT PRÉPARATOIRE TEST DE FRANÇAIS ÉCRIT SEL CODE LINGUISTIQUE RÉDACTION. Service d évaluation linguistique - TÉLUQ. DOCUMENT PRÉPARATOIRE TEST DE FRANÇAIS ÉCRIT SEL CODE LINGUISTIQUE RÉDACTION Septembre 2014 Service d évaluation linguistique - TÉLUQ. Table des matières Renseignements généraux. page 3 I. Première partie

Plus en détail

Projet départemental groupe MDL29. «Des animaux mis en mots»

Projet départemental groupe MDL29. «Des animaux mis en mots» 1 Projet départemental groupe MDL29 «Des animaux mis en mots» Les difficultés liées au verbe Compte-rendu de la conférence de Lionel AUDION (22juin 2012, IUFM de Quimper) maître de conférence à l Université

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile.

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile. fiche D AUTOCORRECTION 3.4 Les accords sont corrects dans chaque groupe du nom. On met souvent sur le dos de l inattention les erreurs d orthographe grammaticale. Bien accorder les mots exige de l observation

Plus en détail

Évaluation de Lecture/compréhension

Évaluation de Lecture/compréhension Évaluation de Lecture/compréhension Compétences évaluées (L élève est capable de:) de 9 à 10 7-8/10 5-6/10

Plus en détail

Prénom :.. Nom :... Langage oral. Lecture

Prénom :.. Nom :... Langage oral. Lecture CP EVALUATION FRANCAIS Fin du 3ème trimestre Prénom :.. Nom :... Langage oral LO04 - Raconter une histoire déjà entendue en s appuyant sur des illustrations. =Raconte l'histoire de Blanche Neige en t'aidant,

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Aménagement linguistique de l amazighe : motivations, méthodologie et retombées Salem Chaker Entretien réalisé par Meftaha Ameur

Aménagement linguistique de l amazighe : motivations, méthodologie et retombées Salem Chaker Entretien réalisé par Meftaha Ameur Asinag, 3, 2009, p. 161-165 Aménagement linguistique de l amazighe : motivations, méthodologie et retombées Salem Chaker Entretien réalisé par Meftaha Ameur Salem Chaker est spécialiste de linguistique

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Fiche pédagogique. Extrait du roman de Le Clezio Étoile errante, une photocopie de fiche par élève

Fiche pédagogique. Extrait du roman de Le Clezio Étoile errante, une photocopie de fiche par élève Fiche pédagogique Thème : Activités à partir de la lecture d un extrait d un roman Objectifs pédagogiques : Compréhension écrite, pratique de la grammaire, enrichissement du vocabulaire ; travail individuel

Plus en détail

Atelier TÂCHES NATURELLES ET APPRENTISSAGE

Atelier TÂCHES NATURELLES ET APPRENTISSAGE Atelier TÂCHES NATURELLES ET APPRENTISSAGE Jacky GIRARDET CLE International Résumé : L apprentissage d une langue étrangère procède souvent selon une suite de simulations des tâches que le futur utilisateur

Plus en détail

- préparation à l étude des sons et des graphies. - Développer une sensibilité Phonologique -Repérer à l oral des sons identiques et différents.

- préparation à l étude des sons et des graphies. - Développer une sensibilité Phonologique -Repérer à l oral des sons identiques et différents. Les alphas S1 A la bibliothèque S2 A la bibliothèque (2) TAOKI ET COMPAGNIE Période 1 Compétences visées Exercices Manipulation du code Grammaire Expression orale Expression écrite - S appuyer sur les

Plus en détail

Programmation Grammaire CP. Les articles et les noms : période 1

Programmation Grammaire CP. Les articles et les noms : période 1 Les articles et les noms : période 1 Les articles un-une Les articles le la -Employer l article qui convient devant un nom - Aborder la notion d article et implicitement la notion de genre -Employer l

Plus en détail

MODE D EMPLOI (pour le professeur)

MODE D EMPLOI (pour le professeur) MODE D EMPLOI (pour le professeur) Le dossier pédagogique «La Prophétie des grenouilles» est destiné à accompagner les enseignants grecs de langue française lors du visionnage du film avec leurs élèves.

Plus en détail

Réussir ²son ²entrée ²en ²grammaire CE1. La ²phrase

Réussir ²son ²entrée ²en ²grammaire CE1. La ²phrase Grammaire Réussir ²son ²entrée ²en ²grammaire CE1 La ²phrase G1 Une phrase commence par une majuscule et finit par un point. C est une suite de mots qui a du sens : l ordre des mots est important. Le ²rat

Plus en détail

Impliquer les élèves dans les statistiques descriptives Gaëlle Ségouat

Impliquer les élèves dans les statistiques descriptives Gaëlle Ségouat Impliquer les élèves dans les statistiques descriptives Gaëlle Ségouat Elle a hésité, elle l a essayé, elle l a adopté! Gaëlle Ségouat nous présente le travail qu elle a mené en seconde, dans son lycée

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - COURS PRÉPARATOIRE MAÎTRISE DU LANGAGE RÉALITÉS SONORES DE LA LANGUE, SEGMENTATION DE L ÉCRIT ET DE L ORAL Comparer la longueur de plusieurs

Plus en détail

Cours Les phrases de la vie Français de base 3 FRA-B123-4. Alphabétisation

Cours Les phrases de la vie Français de base 3 FRA-B123-4. Alphabétisation Cours Les phrases de la vie Français de base 3 FRA-B123-4 Alphabétisation «Dans connaître il y a naître.» Victor Hugo Présentation du cours Les phrases de la vie Le but du cours Les phrases de la vie

Plus en détail

Objectifs (socio-) linguistiques : enrichir son vocabulaire dans un domaine scientifique.

Objectifs (socio-) linguistiques : enrichir son vocabulaire dans un domaine scientifique. C est pas sorcier Thèmes Sciences, techniques, technologies Concept Le magazine de la science et de la découverte. À bord de leur camion-laboratoire, Frédéric, Jamy et Sabine nous emmènent vers des sites

Plus en détail

Unité 6. Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner?

Unité 6. Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner? L'amitié Unité 6 Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner? 1) Ecoute la maîtresse et coche 2) Complète avec : un jus d orange de la confiture un chocolat du beurre du thé un gâteau du café des

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DU NOM

LES DÉTERMINANTS DU NOM LES DÉTERMINANTS DU NOM En bref Le déterminant précède le nom pour former un groupe nominal. Il s accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte. Paragraphes essentiels Il faut savoir

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

Sites web éducatifs et ressources en français

Sites web éducatifs et ressources en français Sites web éducatifs et ressources en français Exercices en ligne pour le primaire Écriture Exercices sur les majuscules : http://grammaire.reverso.net/test.asp?q=test_majuscules Exercice de vocabulaire

Plus en détail

Qualités techniques et expressives de la production du candidat

Qualités techniques et expressives de la production du candidat ARTS PLASTIQUES L évolution des modalités de passation des épreuves d Arts plastiques du CRPE offrait, cette année, un cadre d évaluation quelque peu différent de celui jusqu à lors mis en œuvre. S il

Plus en détail

Moyens d intervention en fonction des objectifs

Moyens d intervention en fonction des objectifs Commission Scolaire des Samares DVE Plan d intervention Moyens d intervention en fonction des objectifs DOMAINE LANGAGIER L élève améliorera ses habiletés en conscience phonologique. L'élève développera

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

CM2 LES NOUVEAUX. Outils Français. Guide du maître. Claire Barthomeuf Professeur des écoles Catherine Lahoz Professeur des écoles

CM2 LES NOUVEAUX. Outils Français. Guide du maître. Claire Barthomeuf Professeur des écoles Catherine Lahoz Professeur des écoles LES NOUVEAUX Outils pour le Français CM2 Guide du maître Claire Barthomeuf Professeur des écoles Catherine Lahoz Professeur des écoles sommaire Proposition de programmation... 4 Grammaire La phrase et

Plus en détail

Le Diplôme Approfondi de Français (DAF)

Le Diplôme Approfondi de Français (DAF) Le Diplôme Approfondi de (DAF) Le DAF consiste en un approfondissement des compétences linguistiques, un développement des capacités d expression écrite et orale, et une approche de la littérature et de

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail

Déterminer un projet d apprentissage lecture / écriture en relation avec les résultats de l évaluation (Items II et III)

Déterminer un projet d apprentissage lecture / écriture en relation avec les résultats de l évaluation (Items II et III) Déterminer un projet d apprentissage lecture / écriture en relation avec les résultats de l évaluation (Items II et III) (Document d'aide à l'élaboration de PPRE) Niveau de classe : Œuvre étudiée : Objectifs

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail

Conversation sur un sujet préparé

Conversation sur un sujet préparé FRANÇAIS LANGUE SECONDE IMMERSION 12 Guide pour la composante orale de l examen FRAL 12 Conversation sur un sujet préparé 2014 2015 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 LA COMPOSANTE ORALE 2 LES CATÉGORIES

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

[MATERIEL POUR LA CLASSE DE FRANÇAIS]

[MATERIEL POUR LA CLASSE DE FRANÇAIS] DIRE LA SUITE D UNE HISTOIRE A STRUCTURE REPETITIVE EN RESPECTANT L ACCORD DE L ADJECTIF [MATERIEL POUR LA CLASSE DE FRANÇAIS] Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette

Plus en détail

9 e. IVT - International Visual Theatre 7 cité Chaptal 75 009 Paris 01 53 16 18 18 l 01 53 16 18 19 www.ivt.fr l contact@ivt.fr

9 e. IVT - International Visual Theatre 7 cité Chaptal 75 009 Paris 01 53 16 18 18 l 01 53 16 18 19 www.ivt.fr l contact@ivt.fr 9 e IVT - International Visual Theatre 7 cité Chaptal 75 009 Paris 01 53 16 18 18 l 01 53 16 18 19 www.ivt.fr l contact@ivt.fr métro vélib parkings place de Clichy 7 rue Mansart 9 e bus 30-54 Pigalle 68-74

Plus en détail

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant.

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant. Éléments d écriture Idée Les idées servent de point de départ à l écriture et elles comportent à la fois le sujet choisi et l intention de l auteur. Elles doivent : être exprimées clairement; être précises;

Plus en détail

SE PRESENTER ET PRESENTER SON ENTREPRISE

SE PRESENTER ET PRESENTER SON ENTREPRISE ANGLAIS COMMERCIAL LES CONNAISSANCES DE BASE EN ANGLAIS SE PRESENTER ET PRESENTER SON ENTREPRISE ACCUEIL ET VENTE ANGLAIS ET MOYENS DE COMMUNICATION LES CONNAISSANCES DE BASE EN ANGLAIS Objectif général

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

CREATION D IMAGIERS ACTIVITES D ECRITURE

CREATION D IMAGIERS ACTIVITES D ECRITURE ACTIVITES D ECRITURE CREATION D IMAGIERS Cycle 1 Mettre des mots dans des imagiers sans mots. Selon l objectif de l enseignant, une collection d images aura été constituée. On laissera librement jouer

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

une autruche la banquise un pompier une vague un poisson la fumée un savon une voiture un tiroir la gare un car un anorak une mandoline

une autruche la banquise un pompier une vague un poisson la fumée un savon une voiture un tiroir la gare un car un anorak une mandoline Fiche 1 Lecture orale 1 Je lis les lettres. c d q t g k s f v z b u è é e h c n k l m u b v S Z Q V T N C D O L P R 2 Je lis des mots outils. dessus dessous devant derrière qui que nous vous mon son pourquoi

Plus en détail

Association Lire avec Léo et Léa

Association Lire avec Léo et Léa 1 L association Lire avec Léo et Léa L association Lire avec Léo et Léa a pour objet de luter contre l iletrisme par la recherche d apprentissages structurants. Les membres de l association sont des orthophonistes,

Plus en détail

L étude de paysage en géographie

L étude de paysage en géographie L étude de paysage en géographie Par Stéphane Chauvin, Christophe Desquesnes INTRODUCTION : RESITUER L ÉTUDE DU PAYSAGE DANS LA DISCIPLINE L étude de paysage constitue un des thèmes majeurs à développer

Plus en détail

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE Bibliographie : Lire Ecrire Produire des textes Tome 2 A. M. CHARTIER B.CLESSE J. HEBRARD HATIER Pédagogie Ch. BOMPARD IEN 1 LA DICTEE A L ADULTE Compétences visées : Familiarisation

Plus en détail

Chapitre 1. LA PHRASE l analyse logique. I. Les types de phrase

Chapitre 1. LA PHRASE l analyse logique. I. Les types de phrase Chapitre 1 LA PHRASE l analyse logique Toute communication repose sur la production d énoncés dans une langue au choix du locuteur. Cet outil permet de produire des phrases, à l écrit comme à l oral. La

Plus en détail

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : INFORMATIONS OBJECTIFS GENERAUX DU CYCLE 3 L e cycle 3 est le cycles des approfondissements. Ce cycle présente une spécificité affirmée. Il

Plus en détail

Ch.I. L œil et la vision

Ch.I. L œil et la vision SAVOIR FAIRE SAVOIR Classes de 1 ère L et ES Thème 1 : Représentation visuelle Ch.I. L œil et la vision Grille d auto-évaluation des compétences Acquis En cours Non acquis S 1 : Connaître les conditions

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE 17

FICHE PEDAGOGIQUE 17 FICHE PEDAGOGIQUE 17 THEME : NOM DE L EXERCICE : LA MEDIATION Séries de tableaux à double entrée Progressions numériques et suites logiques L EXERCICE COMPORTE PLUSIEURS VARIANTES D EXPLOITATION non REFERENCE

Plus en détail

Classe de onzième. Extrait de cours. www.hattemer-academy.com. 76/78 rue Saint-Lazare 75009 Paris. 52, rue de Londres 75008 Paris www.hattemer.

Classe de onzième. Extrait de cours. www.hattemer-academy.com. 76/78 rue Saint-Lazare 75009 Paris. 52, rue de Londres 75008 Paris www.hattemer. Classe de onzième Extrait de cours 2014 2015 76/78 rue Saint-Lazare 75009 Paris www.hattemer-academy.com 52, rue de Londres 75008 Paris www.hattemer.fr Ext rait de cours complet - onzième Lecture! Programme

Plus en détail

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1 Niveau du Cadre européen commun de référence pour les langues F1 ou F2 - Initiation à la langue française préparation au DELF 224 heures de formation réparties comme suit Module de langue, F1 ou F2 (15h

Plus en détail

Médialogues du 28 mars 2015. Chronique Eliane Ballif

Médialogues du 28 mars 2015. Chronique Eliane Ballif Médialogues du 28 mars 2015. Chronique Eliane Ballif QUAND LA COM ENVAHIT L INFO THF. Information ou communication? Info ou intox? Eliane Ballif vous vous faites l écho, ce matin, d un constat jugé alarmant

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

Passeport anglais. Fiche formation Passeport anglais - N : 15756 - Mise à jour : 09/12/2015

Passeport anglais. Fiche formation Passeport anglais - N : 15756 - Mise à jour : 09/12/2015 Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 18/12/2015. Fiche formation Passeport anglais - N : 15756 - Mise à jour : 09/12/2015 Passeport anglais Interfor SIA - Amiens 2 rue Vadé

Plus en détail

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés L élève le fait lui-même à la fin de la deuxième année. En orthographe: Connaitre l orthographe d environ 500 mots Identifier les différents signes: accents: aigu, grave, circonflexe, tréma, cédille, trait

Plus en détail

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Après la mauvaise passe du début des années 90, la situation financière des entreprises de la Martinique s est améliorée, mais pas

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Un exemple de démarche EFMC pour le travail sur les codes

Un exemple de démarche EFMC pour le travail sur les codes Un exemple de démarche EFMC pour le travail sur les codes Etape 0: repérage des difficultés dans les productions des élèves pour atteindre la norme scolaire en français Évaluation diagnostique (test de

Plus en détail

Verbe. Atelier sur. l accord du verbe avec son sujet

Verbe. Atelier sur. l accord du verbe avec son sujet 1 Sujet et Verbe Au diapason Atelier sur l accord du verbe avec son sujet Version du 30 octobre 2012 Page 1 2 Notions de base On dit souvent que l ordre normal des mots dans la phrase est le suivant :

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

PARCOURS SLOVAQUE DEPARTEMENT EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE LICENCE LLCER EUROPE-EURASIE LANGUES, LITTERATURES ET CIVILISATIONS DE L'EUROPE

PARCOURS SLOVAQUE DEPARTEMENT EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE LICENCE LLCER EUROPE-EURASIE LANGUES, LITTERATURES ET CIVILISATIONS DE L'EUROPE INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES www.inalco.fr 65, rue des Grands Moulins, 75214 PARIS cedex 13 DEPARTEMENT EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE LICENCE LLCER EUROPE-EURASIE LANGUES, LITTERATURES

Plus en détail

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie Académie de Corse Ajaccio et sa périphérie Reconnu d Intérêt Pédagogique Introduction générale L apprentissage des

Plus en détail

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA LA RÉMUNERATION DES AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA DE FICTION EN FRANCE (21-211) Rapport pour la Guilde française des scénaristes Par Pierre Kopp Professeur à l université de Panthéon-Sorbonne (Paris

Plus en détail

C Projet de lecture FLA 30-2. Poésie et chanson : À mon image. Cahier de l élève. Nom :

C Projet de lecture FLA 30-2. Poésie et chanson : À mon image. Cahier de l élève. Nom : C Projet de lecture Poésie et chanson : À mon image FLA 30-2 Cahier de l élève Nom : À mon image DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire quelques poèmes et chansons portant sur différents sujets. Tu devras

Plus en détail

ces ses c est s est sais / sait

ces ses c est s est sais / sait GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES CES HOMOPHONES SES C EST S EST SAIS / SAIT 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes ces ses c est s est sais / sait ces : déterminant démonstratif pluriel

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Les animaux. Les métiers

Les animaux. Les métiers Les animaux Les métiers Les moyens de transport Les fruits Je pratique mon truc de la catégorie: je retrouve les mots dans ma tête. Tu connais maintenant dans quelle catégorie est chacun des mots qu il

Plus en détail

Exposition. La châtaigne dans tous ses états. exposition ludique et pédagogique

Exposition. La châtaigne dans tous ses états. exposition ludique et pédagogique Exposition La châtaigne dans tous ses états exposition ludique et pédagogique 1 2 Fiche descriptive des panneaux A0 Panneau 1 : La botanique, le châtaignier et son fruit Son tronc imposant en a souvent

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Le vocabulaire à l école primaire

Le vocabulaire à l école primaire Le vocabulaire à l école primaire Bruno GERMAIN Enseignant chercheur à l Université de Paris V en Sciences du Langage et chargé de mission Maîtrise de la langue à la DGESCO Diaporama établi par Laurence

Plus en détail

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS Recherche comparative (France et Pologne) par Katarzyna Bogacz Institut de recherches géographiques Campus Porte des Alpes 5 avenue Pierre Mendès-France, bâtiment

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

mes m est mets/met mais mets

mes m est mets/met mais mets GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES MES HOMOPHONES M EST METS/MET MAIS METS 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes mes m est mets/met mais mets mes : déterminant possessif pluriel, féminin

Plus en détail