Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie"

Transcription

1 Saïd GUERRAB Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Résumé de la thèse (pour affichage) Il est difficile de parler du berbère sans parler de la variation. Il y a d abord une variation au niveau interdialectal. Les dialectes berbères sont tellement différents que l intercompréhension est rarement assurée entre un dialecte et un autre. Les différences sont à tous les niveaux : phonético-phonologique, sémantique, lexical et morphosyntaxique. Ensuite, chaque dialecte (kabyle, rifain, touareg ) connaît une variation interne, parfois extrêmement importante. Pourtant, cette variation a rarement bénéficié d une analyse systématique. D ailleurs, la classification des dialectes et parlers berbères reste toujours problématique. Seul le rifain a récemment bénéficié d une étude systématique (LAFKIOUI, 2009). Les quelques études sur la variation en kabyle ont été soit restreintes à une zone microdialectale (ex. MADOUI, 1995), soit basées sur un corpus limité (ex. NAIT-ZERRAD, 2005). Nous avons donc voulu mener une analyse systématique de la variation en Kabylie, à l aide des méthodes de la dialectométrie et ce pour atteindre plusieurs objectifs. Les deux principaux objectifs, inhérents à toute étude dialectométrique, étaient la mise en évidence du continuum dialectal qui existe en Kabylie et la classification des parlers kabyles sur la base d une méthode objective et à partir d un corpus large. Notre troisième objectif, qui rentre plutôt dans le cadre de la perspective, était la préparation d un atlas linguistique kabyle basé sur le corpus recueilli dans le cadre de cette étude, car le seul travail de ce genre qui existe est celui de BASSET (1929) et n inclut que quelques termes relatifs au corps humain. Nous avons commencé notre étude par un chapitre préliminaire où nous avons fourni quelques généralités sur le berbère en nous focalisant sur le dialecte kabyle. Ce chapitre nous a permis de donner une vue d ensemble de notre domaine d étude à un lecteur non-spécialiste. A la fin du chapitre, dans la section 2.6, nous avons fait l inventaire phonétique du kabyle, nécessaire au travail d analyse dialectométrique. Pour faire une analyse dialectométrique, nous avions besoin d examiner la variation linguistique en berbère d une manière générale et en kabyle particulièrement. C est ce que nous avons pu faire dans le chapitre «3. Variation en berbère». Nous avons parlé de la variation aussi bien au niveau interdialectal (section 3.2) qu au niveau intradialectal (section 3.3). Nous avons classé la variation en quatre catégories : variation phonétique, variation lexicale, variation sémantique et variation morphosyntaxique. Du fait que notre étude porte sur le kabyle, nous avons traité la variation entre les parlers kabyles avec beaucoup plus de détails. Cet examen détaillé, nous a permis d élaborer notre grille d enquête avant d aller sur le terrain. La variation en berbère, comme nous l avons présentée dans le chapitre 3, a déjà suscité l intérêt des berbérisants depuis l aube des études berbères. Ainsi, pour placer notre recherche dans le contexte

2 des études berbères, nous avons fait, dans le chapitre 4, l état des lieux des études comparatives qui ont porté, soit sur plusieurs dialectes soit sur un dialecte en particulier. Nous avons classé ces travaux antérieurs en plusieurs catégories : études de géolinguistique, études contrastives, études de classification et études dialectométriques. Nous avons, notamment, conclu que le champ de la dialectométrie n est pas encore bien exploré dans le domaine berbère. Cette conclusion justifie donc notre l intérêt pour une analyse dialectométrique des parlers kabyles. Pour mener une étude de dialectométrie, qui est une discipline relativement récente et en pleine évolution, nous avons voulu, d abord, dresser l état de l art des méthodes de dialectologie pour comparer un ensemble de variétés. C est ce que nous avons fait dans le chapitre 5. Nous avons classé ces méthodes en trois grandes catégories : méthodes traditionnelles, méthodes perceptuelles et méthodes informatiques. En commençant par les méthodes les plus anciennes (les méthodes traditionnelles) à l exemple de la méthode d isoglosses, aux méthodes les plus récentes (méthodes informatiques) comme les méthodes de dialectométrie. La comparaison des différentes méthodes, notamment celles qui rentrent dans le champ de la dialectométrie, nous a conduits à choisir la méthode Levenshtein comme étant la meilleure méthode pour classifier un ensemble de variétés linguistiques. C est la conclusion de la section La méthode Levenshtein, appelée aussi «distance d édition», reste encore une méthode obscure pour la plupart des dialectologues, bien qu elle soit très utilisée dans d autres disciplines comme le traitement automatique des langues ou la comparaison des séquences d ADN en génétique. C est la raison pour laquelle nous avons consacré le chapitre 6 à la présentation de cette méthode. La mise en œuvre de la méthode de Levenshtein ou toute autre méthode dialectométrique, nécessite l utilisation de logiciels ou d applications en ligne. Ce sont ces outils que nous avons explorés au cours du chapitre 7. Nous avons fait une brève description des trois principaux outils utilisés en dialectométrie : le logiciel VDM (méthode de GOEBL), le logiciel RUG/L04 (calcul binaire, méthode de GOEBL et distance de Levenshtein) et enfin l application en ligne Gabmap (distance de Levenshtein). La comparaison des trois solutions, nous a permis de choisir l application en ligne Gabmap pour analyser nos données. Avant de commencer l analyse des données, il faut d abord les présenter. C est ce que nous avons accompli dans le chapitre 8, consacré à la présentation du corpus et du terrain d enquête. Nous avons commencé le chapitre par des informations très générales sur notre domaine d enquête qui est la Kabylie. Nous avons fini le chapitre avec des informations très spécifiques à notre travail, comme l inventaire des sons (unités phoniques) et des variantes (unités lexicales et unités syntaxiques) du corpus. Après avoir présenté les données indépendamment des localités (points d enquête) dans le chapitre 8, nous avons voulu, à travers le chapitre 9, lier les différentes variantes aux différents endroits où elles ont été recueillies. Les cartes linguistiques sont le meilleur moyen pour accomplir cette tâche. Nous avons élaboré une quinzaine de cartes géolinguistiques pour donner un visage aux données recueillies sur le terrain. Nous avons classé les cartes en trois catégories : cartes phonétiques, cartes lexicales et cartes morphosyntaxiques. 2

3 Ce chapitre nous a aussi permis de réaliser l un de nos objectifs de départ qui consistait à mettre des bases à l élaboration d un atlas linguistique des parlers kabyles. Puisque nous avons un corpus adéquat et nous avons acquis les techniques nécessaires pour l élaboration des cartes linguistiques. Après avoir présenté les différents préalables à notre analyse (la méthode Levenshtein, les outils d analyse, le terrain d enquête, corpus, ) nous sommes passés, tout naturellement, dans le chapitre 10, à l analyse dialectométrique des données. Ce chapitre constitue la partie purement applicative de notre étude. Nous nous sommes servis de Gabmap pour suivre toutes les étapes d une analyse dialectométrique. En commençant par la distribution des variantes, qui a pu nous donner une idée sur les différents groupes de parlers qui partagent telle ou telle variante, jusqu à l étape finale qui est l analyse de grappes qui nous a permis de délimiter les principales zones infra dialectales en Kabylie. Pour mesurer la distance entre les paires de variantes, nous avons appliqué, dans la section 10.3, trois méthodes différentes pour le calcul de la différence entre les unités phoniques : calcul binaire, formule euclidienne et formule de Manhattan. Les trois méthodes ont donné des résultats cohérents. La distance linguistique (valeur numérique) entre deux variantes est globalement proportionnelle à la différence linguistique entre ces deux dernières. Par la suite, dans la section 10.4, nous avons fourni des extraits des matrices des distances entre les variétés, avec chacune des méthodes suivies. La matrice obtenue avec le calcul binaire, celle obtenue avec la distance de Manhattan et enfin celle obtenue avec la distance d Euclide. La comparaison des trois matrices a montré une cohérence de la méthode Levenshtein sous les trois distances. Deux variétés très proches dans la matrice du calcul binaire sont forcément très proches dans les deux autres matrices et vice-versa. Après avoir obtenu les matrices de distances entre les variétés (parlers), nous avons voulu voir le résultat qu on obtiendra si l on comparaît une variété avec l ensemble des autres variétés. C est ce que nous avons achevé à travers la section 10.5, qui a porté sur la variation vue d un point de référence. Nous avons pris des points de références éloignées et d une façon à représenter les quatre points cardinaux de notre domaine d enquête. Les cartes dialectométriques et les diagrammes obtenus dans cette section nous ont permis de dégager trois zones infradialectales hypothétiques : la zone extrême orientale, la zone orientale (ou proche orientale) et la zone occidentale. Représenter l ensemble des différences linguistiques entre les variétés revient à projeter les valeurs numériques (distance numérique entre les paires de variétés) sur un espace multidimensionnel. C est le travail que nous avons fait dans la section 10.6, qui a porté sur l analyse multidimensionnelle. Nous avons d abord fourni la représentation des variétés sur un plan multidimensionnel puis sur une carte multidimensionnelle. L analyse multidimensionnelle, notamment le plan bidimensionnel, nous a permis de confirmer l existence des trois zones infradialectales mises en évidence lors de l analyse par point de référence. Nous avons vu une frontière nette entre le grand groupe occidental et le grand groupe oriental, ainsi qu une séparation bien visible entre le sous-groupe proche oriental (vallée de la Soummam) et le sous-groupe extrême oriental (tasaḥlit). Par contre, la subdivision du groupe occidental s est avérée bien plus difficile. Les cartes et les plans MDS ont aussi permis de découvrir le continuum dialectal en Kabylie. Nous avons pu voir les zones de transition entre les trois groupes mis en évidence (voir Figure 95). Les cartes MDS nous ont permis de montrer la graduation de la variation en passant d un parler à un autre et d une 3

4 zone à une autre. Nous avons donc atteint l un de nos objectifs de départ qui était la découverte du continuum dialectal en Kabylie. Enfin, nous avons terminé notre analyse dialectométrique avec l analyse de grappes (Cluster Analysis en anglais). Nous avons regroupé les parlers avec l algorithme de Ward s Method. Nous avons testé, successivement, les trois matrices de distances : matrice binaire, matrice d Euclide et matrice de Manhattan. Pour chaque matrice, nous avons regroupé les parlers : en deux groupes, puis en trois groupes, puis en quatre groupes et enfin en cinq groupes. Nous nous sommes arrêtés sur le regroupement en cinq groupes, car les trois méthodes ont convergé à cette étape en donnant les mêmes groupes. La matrice d Euclide et la matrice de Manhattan ont donné deux cartes de groupes identiques (les frontières des groupes se superposent parfaitement). La matrice binaire a produit un résultat légèrement différent concernant les frontières du groupe oriental. Toutefois, chacune des trois matrices a produit une ramification différente. Par exemple, la méthode d Euclide divise le groupe occidental en sous-groupes «proche occidental» et «extrême occidental» (division verticale), avant de partager le sous-groupe proche occidental en deux sous-groupes «nord occidental» et «sud occidental». Alors que la méthode binaire et la méthode de Manhattan divisent d abord le groupe occidental d une façon horizontale «nord» et «sud» avant de continuer la subdivision en trois sous-groupes (voir section et section ). La classification finale est proposée dans le chapitre qui succède et qui porte sur la validation des résultats. Nous avons consacré le dernier chapitre de la thèse à la validation des résultats. La validation des résultats s est faite en deux parties : nous avons d abord validé les différences linguistiques entre les parlers (section 11.1), puis nous avons procédé à la validation des groupes linguistiques obtenus et nous avons proposé une classification finale sur la base de cette validation. Pour la validation des différences linguistiques entre les parlers, nous avons utilisé des méthodes statistiques pour valider les valeurs numériques obtenues. Nous avons obtenu un indice d incohérence locale proche de zéro qui constitue la valeur optimale : la distance de Manhattan et la distance euclidienne ont donné un indice d une valeur de 0.70 et le calcul binaire a produit un indice d une valeur de Par la suite, nous avons tracé les diagrammes qui montrent la relation de la différence linguistique avec la distance géographique. Les trois méthodes ont donné des résultats très satisfaisants, avec une courbe qui tend vers la diagonale, signe que la différence linguistique est proportionnelle à la distance géographique. Et enfin, nous avons terminé par le calcul du coefficient alpha de Cronbach. Les trois méthodes utilisées ont fourni un excellent résultat : le calcul binaire et la distance de Manhattan ont donné un coefficient d une valeur de 0.94 et la distance euclidienne a donné un coefficient d une valeur de Ces valeurs sont proches de la valeur idéale qui est 1 (un). Concernant la validation des groupes et la proposition d une classification des parlers kabyles, nous avons d abord comparé les cartes issues de l analyse de grappes avec les plans bidimensionnels correspondants. Cette comparaison a confirmé le fait que le groupe occidental se montre très solidaire et les parlers sont bien plus difficiles à subdiviser en groupes. Puis nous avons combiné les cartes de groupes avec les cartes MDS, qui ont donné un type de cartes appelé «fuzzy cluster maps» (cartes de groupes floues). Cette dernière procédure s est avérée être le meilleur moyen de valider les zones linguistiques pertinentes et nous sommes arrivés à la conclusion 4

5 suivante : la distance de Manhattan a produit le meilleur résultat pour classifier les parlers kabyles (voir page 347 pour la classification retenue). En dernier lieu, nous avons comparé les résultats de notre classification avec les classifications des parlers kabyles proposés dans des travaux antérieurs. Nous les avons d abord comparés avec la classification proposée par MADOUI (1995) (1995) et nous avons conclu que sa classification des parlers de la Petite-Kabylie correspond à notre subdivision du groupe oriental en groupe proche oriental et groupe extrême oriental. Finalement, nous avons comparé notre classification avec celle proposée par NAIT- ZERRAD (2005) et nous avons conclu que les deux classifications divergent, notamment en ce que concerne la subdivision du groupe occidental. K. NAIT-ZERRAD 5

La classification 2012-2013. Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac

La classification 2012-2013. Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac La classification 2012-2013 Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac Introduction : Classification : méthode d analyse de données Objectif : Obtenir une représentation schématique simple d'un tableau de données

Plus en détail

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL Fiche pratique «Adaptation de tests» C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL 1. 2. et 8. FLUENCES PHONETIQUES ET SEMANTIQUES, ANTONYMES Objectifs Evaluer le stock phonologique de

Plus en détail

Glossaire Analyse en Composantes Principales (ACP) Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) Apprentissage supervisé Apprentissage non supervisé

Glossaire Analyse en Composantes Principales (ACP) Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) Apprentissage supervisé Apprentissage non supervisé Glossaire Analyse en Composantes Principales (ACP) : *méthode factorielle (Pearson 1901, Hotelling 1933) permettant de fournir un résumé descriptif (sous forme graphique le plus souvent) d une population

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Une enquête linguistique universelle (1)

Une enquête linguistique universelle (1) Une enquête linguistique universelle (1) Le mouvement de la civilisation entraîne naturellement l élimination des langues parlées par des groupes d hommes petits et sans influence; de même, dans une communauté

Plus en détail

Table des matières. ISBN 978-2-7535-2089-9 Presses universitaires de Rennes, 2012, www.pur-editions.fr. «Traductologie pour LEA», Thomas Lenzen

Table des matières. ISBN 978-2-7535-2089-9 Presses universitaires de Rennes, 2012, www.pur-editions.fr. «Traductologie pour LEA», Thomas Lenzen Avant-propos... 9 Chapitre 1 La discipline traductologique ; son importance pour la filière LEA... 11 Réflexions sur la traduction avant la constitution d une discipline traductologique... 11 Les apports

Plus en détail

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce Année 2007-2008 Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce B. Monsuez Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution

Plus en détail

Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation

Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation Une valeur ajoutée à l anasynthèse Nicole Landry, Ph.D. Réjean Auger, Ph.D. TELUQ,

Plus en détail

Data Mining : la classification non supervisée

Data Mining : la classification non supervisée Data Mining : la classification non supervisée Clustering : une affaire de distance. Etude préliminaire. Valeurs discrètes. Soient les deux individus suivants correspondant à des séquences ADN : X = AGGGTGGC

Plus en détail

ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES

ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES Techniques symboliques de traitement automatique du langage pour l indexation thématique et l extraction d information temporelle Thèse Défense publique

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Lexique du langage plastique F3.7

Lexique du langage plastique F3.7 1 La nature de la forme Définition Exemple Le point Le point est la plus petite marque qui soit; il a la même dimension qu une piqûre. La ligne La ligne est soit une suite de petites marques, soit un trait

Plus en détail

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS Domaine : Niveau : CM2 Connaissances et compétences : Compétences - rédiger un texte d une quinzaine de lignes

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail

Erik PERNOD Calcul Scientifique 3 ème Année RESEAUX DE NEURONES

Erik PERNOD Calcul Scientifique 3 ème Année RESEAUX DE NEURONES Erik PERNOD Calcul Scientifique 3 ème Année RESEAUX DE NEURONES 1 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES... 2 I PERCEPTRON SIMPLE... 3 I.1 Introduction... 3 I.2 Algorithme... 3 I.3 Résultats... 4 1er exemple

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages de l'école nationale de l'humour Décembre 2011 Introduction L évaluation de l application de la politique institutionnelle

Plus en détail

Introduction à MATLAB R

Introduction à MATLAB R Introduction à MATLAB R Romain Tavenard 10 septembre 2009 MATLAB R est un environnement de calcul numérique propriétaire orienté vers le calcul matriciel. Il se compose d un langage de programmation, d

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Introduction En analyse d images, la segmentation est une étape essentielle, préliminaire à des traitements de haut niveau tels que la classification,

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Sources d information : lexicale. Sources d information : phonotactique. Sources d information : prosodie (2/3) Sources d information : prosodie (1/3)

Sources d information : lexicale. Sources d information : phonotactique. Sources d information : prosodie (2/3) Sources d information : prosodie (1/3) Organisation de la présentation Reconnaissance automatique des langues RMITS 28 http://www.irit.fr/~jerome.farinas/rmits28/ Jérôme Farinas jerome.farinas@irit.fr Équipe SAMOVA (Structuration, Analyse et

Plus en détail

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques CHAPITRE 3 Les inventaires physiques Aux termes de l article 17 de la loi comptable 1 l opération d inventaire doit être réalisée, au moins une fois par exercice, à l effet de vérifier l existence des

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : biblio@hec.fr 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 Document 20131 1. INTRODUCTION Les travaux sur l étude de mortalité dans les rentes individuelles se sont poursuivis. Cette

Plus en détail

La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe car :

La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe car : Projet Voltaire Des remèdes pour les mots Quel est le diagnostic? La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe

Plus en détail

SECONDE DST CORRECTION. Voici le diagramme en bâtons des moyennes du second trimestre d'une classe de seconde comportant 34 élèves.

SECONDE DST CORRECTION. Voici le diagramme en bâtons des moyennes du second trimestre d'une classe de seconde comportant 34 élèves. SECONDE DST CORRECTION Exercice 1 Voici le diagramme en bâtons des moyennes du second trimestre d'une classe de seconde comportant 34 élèves 6 2e trimestre 5 4 3 2 1 0 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015 L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing MONSUG mai 2015 Contenu Mise en contexte et exemple d application L analyse des correspondances multiples (ACM) L ACM et la segmentation

Plus en détail

PHOTOGRAPHIE AÉRIENNE ET CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES AGRAIRES

PHOTOGRAPHIE AÉRIENNE ET CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES AGRAIRES PHOTOGRAPHIE AÉRIENNE ET CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES AGRAIRES Jean-Paul GILG Maître assistant de géographie Ecole Pratique des Hautes Etudes INTRODUCTION AU TEXTE DE J.P. GILG Cet exposé, préparé à l intention

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Le modèle standard, SPE (1/8)

Le modèle standard, SPE (1/8) Le modèle standard, SPE (1/8) Rappel : notion de grammaire mentale modulaire Les composants de la grammaire : module phonologique, sémantique syntaxique Syntaxe première : elle orchestre la relation mentale

Plus en détail

Module ITC34 - Algorithmique et Programmation

Module ITC34 - Algorithmique et Programmation Module ITC34 - Algorithmique et Programmation TDs Algorithmique (trois séances) Benoît Darties - benoit.darties@u-bourgogne.fr Univ. Bourgogne Franche-Comté Année universitaire 2015-2016 Avant-propos :

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Rapport. Analyse scientifique du basic-check

Rapport. Analyse scientifique du basic-check Rapport Analyse scientifique du basic-check Suisse romande Mars 2009 Donneur d ordre Urs Martini, CEO basic-check sa Tellistrasse 58 5004 Aarau info@basic-check.ch www.basic-check.ch Auteur Dr. Daniel

Plus en détail

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE ESPRIT GENERAL Objectifs de l épreuve Vérifier chez les candidats l existence des bases nécessaires pour des études supérieures de management. Apprécier l aptitude à lire et comprendre un énoncé, choisir

Plus en détail

Méthodes et outils pour l annotation manuelle ou semi-automatique de corpus

Méthodes et outils pour l annotation manuelle ou semi-automatique de corpus Méthodes et outils pour l annotation manuelle ou semi-automatique de corpus Yann Mathet, Antoine Widlöcher Laboratoire GREYC - Université de Caen Ecole thématique «Annotation de données langagières» Biarritz,

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS.

TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS. TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS. Éveline Charmeux Françoise Monier-Roland Claudine Barou-Fret Michel Grandaty ISBN 2 84117 830 7 www.sedrap.fr Sommaire Remarques d ensemble

Plus en détail

Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie

Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie Revue des Energies Renouvelables SMEE 10 Bou Ismail Tipaza (2010) 81 86 Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie F. Boukli

Plus en détail

Nature des épreuves et programmes

Nature des épreuves et programmes Le concours comporte : Nature des épreuves et programmes - 4 épreuves écrites obligatoires : composition d'ordre général, mathématiques, statistique (étude d'une documentation statistique) et économie

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS I - LES FONCTIONS DU PLAN L élaboration d un plan, exercice universitaire traditionnel, est une excellente gymnastique de l esprit, qui doit vous permettre d organiser

Plus en détail

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Logiciel de français permettant de différencier les parcours. PRESENTATION DE L OUTIL http://www.jocatop.fr Logiciel commercial : Prix 188 Configuration requise : Fonctionne

Plus en détail

T-Touch, multifonctions Mode d emploi

T-Touch, multifonctions Mode d emploi 138_fr / 03.11 1/14 www.tissot.ch T-Touch, multifonctions Mode d emploi Aiguille des minutes Aiguille des heures Correction + / chrono Lunette tournante Activation / validation Afficheur numérique Correction

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM Pauline Le Badezet Alexandra Lepage SOMMAIRE Introduction Méthodologie Méthode de partitionnement Classification Ascendante Hiérarchique Interprétation

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les bases de l analyse technique Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Rapport de projet de développement logiciel

Rapport de projet de développement logiciel Rapport de projet de développement logiciel Bruno Roggeri & Rémi Lallement 20 janvier 2005 Résolution du problème des N reines en multithreading Table des matières 1 Dossier de spécification 7 1.1 Objectif.....................................

Plus en détail

Analyse Quantitative et Qualitative de données textuelles. Normand Péladeau, Ph.D. Président Recherches Provalis

Analyse Quantitative et Qualitative de données textuelles. Normand Péladeau, Ph.D. Président Recherches Provalis Analyse Quantitative et Qualitative de données textuelles Normand Péladeau, Ph.D. Président Recherches Provalis Les Produits de Recherches Provalis SIMSTAT (1989) Analyses Statistiques Simstat v2.5 Les

Plus en détail

La classification automatique de données quantitatives

La classification automatique de données quantitatives La classification automatique de données quantitatives 1 Introduction Parmi les méthodes de statistique exploratoire multidimensionnelle, dont l objectif est d extraire d une masse de données des informations

Plus en détail

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS IV. Reconnaissance de la parole Gaël RICHARD Février 2008 1 Contenu Introduction aux technologies vocales Production et Perception de la parole Modélisation articulatoire Synthèse

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Contraste tonal, demi-cercle, rectangle

Plus en détail

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES 1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES Si vous lisez ce livre c est que, probablement, vous faites des expériences et que vous cherchez à mieux les organiser. Vous cherchez surtout

Plus en détail

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA.

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. 1 LEGTA Georges Desclaude BP 10549 17119 SAINTES MODULE M 22 CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. Dossier de suivi de la démarche de recherche documentaire (Outil d aide méthodologique) Autre membre du

Plus en détail

Regroupement (clustering) Bruno Pinaud (basé sur le support de Sofian Maabout)

Regroupement (clustering) Bruno Pinaud (basé sur le support de Sofian Maabout) 1 Regroupement (clustering) Bruno Pinaud (basé sur le support de Sofian Maabout) C est quoi? Regroupement (Clustering): construire une collection d objets Similaires au sein d un même groupe Dissimilaires

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION

POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION Règlement sur les normes d équivalence de diplôme et de formation pour la délivrance d un permis de l

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Apprentissage Automatique

Apprentissage Automatique Apprentissage Automatique Introduction-I jean-francois.bonastre@univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr Définition? (Wikipedia) L'apprentissage automatique (machine-learning en anglais) est un des champs

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Introduction aux Support Vector Machines (SVM)

Introduction aux Support Vector Machines (SVM) Introduction aux Support Vector Machines (SVM) Olivier Bousquet Centre de Mathématiques Appliquées Ecole Polytechnique, Palaiseau Orsay, 15 Novembre 2001 But de l exposé 2 Présenter les SVM Encourager

Plus en détail

ELE1300 Automne 2012 - Examen final 1/12 0001 + 0101 = 1.01 + 0110.1 = - 00110 = 0111 + 0011 = - 11001 = 1000 + 0010 = 01.01-1101.

ELE1300 Automne 2012 - Examen final 1/12 0001 + 0101 = 1.01 + 0110.1 = - 00110 = 0111 + 0011 = - 11001 = 1000 + 0010 = 01.01-1101. ELE1300 Automne 2012 - Examen final 1/12 Question 1 Arithmétique binaire (6 pts - 15 min) a) Calculez les opérations suivantes (tous les nombres sont signés et représentés au format complément à deux).

Plus en détail

Bureau du vérificateur général. II. Situation du Bureau du vérificateur général

Bureau du vérificateur général. II. Situation du Bureau du vérificateur général Bureau du vérificateur général II. Situation du Bureau du vérificateur général Bureau du vérificateur général II.1. État des effectifs II. Situation du Bureau du vérificateur général II.1. État des effectifs

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

Que faire en algorithmique en classe de seconde? ElHassan FADILI Lycée Salvador Allende

Que faire en algorithmique en classe de seconde? ElHassan FADILI Lycée Salvador Allende Que faire en algorithmique en classe de seconde? BEGIN Que dit le programme? Algorithmique (objectifs pour le lycée) La démarche algorithmique est, depuis les origines, une composante essentielle de l

Plus en détail

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES EP1 : TECHNIQUES ESTHETIQUES Epreuve pratique et écrite - Coefficient : 7 - Durée : 3h 30 + coefficient 1 pour l évaluation de la VSP L attestation de formation à l utilisation

Plus en détail

HOW AMERICANS GET IN TOUCH WITH GOVERNMENT

HOW AMERICANS GET IN TOUCH WITH GOVERNMENT HOW AMERICANS GET IN TOUCH WITH GOVERNMENT par John B. Horrigan Résumé version longue Le rapport intitulé How Americans Get in Touch with Government a été effectué par Pew Internet & American Life Project.

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Master Sciences du langage

Master Sciences du langage Master Sciences du langage Spécialité Signes, discours et monde contemporain Département de Sciences du langage Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité Responsable : Cécile Canut Master mention

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre

Plus en détail

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence Sommaire 1. Arithmétique 2 1.1. Division euclidienne......................... 2 1.2. Congruences.............................

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES

ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES 43 DÉFINITION DES ÉPREUVES ÉPREUVE.EP1 - Approvisionnement et organisation de la production culinaire UP 1 coefficient : 4 FINALITÉS ET OBJECTIFS DE L ÉPREUVE. On évalue

Plus en détail

Description du module GENERATEUR rev.2 1. Rôle du module

Description du module GENERATEUR rev.2 1. Rôle du module Description du module GENERATEUR rev.2 1. Rôle du module Ce module doit implémenter un générateur de «points aléatoires» selon une répartition de densité donnée. Tout d abord, le générateur doit être initialisé

Plus en détail

Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux

Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux Marta Severo To cite this version: Marta Severo. Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D un habitat isolé, à un habitat diffus, à un habitat groupé Figure 4 : Neuf types d interface habitat-forêt 3. Méthodologie

Plus en détail

Baccalauréat SMS 2008 L intégrale de juin à septembre 2008

Baccalauréat SMS 2008 L intégrale de juin à septembre 2008 Baccalauréat SMS 2008 L intégrale de juin à septembre 2008 Métropole juin 2008..................................... 3 La Réunion 18 juin 2008................................. 6 Polynésie juin 2008......................................

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des

Plus en détail

DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES. Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage

DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES. Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage Apprentissage en graphisme Introduction Recherche Activités motrices

Plus en détail

LES RESEAUX COMME OUTILS D ANALYSE EN BIBLIOMETRIE. UN CAS D APPLICATION : LES RESEAUX D AUTEURS

LES RESEAUX COMME OUTILS D ANALYSE EN BIBLIOMETRIE. UN CAS D APPLICATION : LES RESEAUX D AUTEURS LES RESEAUX COMME OUTILS D ANALYSE EN BIBLIOMETRIE. UN CAS D APPLICATION : LES RESEAUX D AUTEURS E.BOUTIN, P.DUMAS, H.ROSTAING, L.QUONIAM INTRODUCTION: L objectif de cette validation est d appliquer l

Plus en détail

Introduction aux problèmes et méthodes de l «École dialectométrique de Salzbourg» (avec des exemples gallo-, italo- et ibéroromans) 1

Introduction aux problèmes et méthodes de l «École dialectométrique de Salzbourg» (avec des exemples gallo-, italo- et ibéroromans) 1 Introduction aux problèmes et méthodes de l «École dialectométrique de Salzbourg» (avec des exemples gallo-, italo- et ibéroromans) 1 Hans Goebl Universität Salzburg Hans.Goebl@sbg.ac.at Mots- clé: Dialectologie

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA GESTION DE PROJET

LES PRINCIPES DE LA GESTION DE PROJET LES PRINCIPES DE LA GESTION DE PROJET Dominique KERVADEC, 200 Sommaire 1. Notion de projet 2. Terminologie du projet 3. Management du projet 4. Planification du projet 5. Organisation des petits projets

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

SEQUENCE SUR LES GRAPHIQUES.

SEQUENCE SUR LES GRAPHIQUES. SEQUENCE SUR LES GRAPHIQUES. SEANCE 1 : différents graphiques... 1. Situation de découverte, GROUPE A. Voici 3 documents réalisés par 24 élèves de CM. Ils se demandent lequel est le plus pratique à lire

Plus en détail

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Mickaël Bergem 25 juin 2014 Maillages et applications 1 Table des matières Introduction 3 1 La modélisation numérique de milieux urbains

Plus en détail