Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie"

Transcription

1 Saïd GUERRAB Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Résumé de la thèse (pour affichage) Il est difficile de parler du berbère sans parler de la variation. Il y a d abord une variation au niveau interdialectal. Les dialectes berbères sont tellement différents que l intercompréhension est rarement assurée entre un dialecte et un autre. Les différences sont à tous les niveaux : phonético-phonologique, sémantique, lexical et morphosyntaxique. Ensuite, chaque dialecte (kabyle, rifain, touareg ) connaît une variation interne, parfois extrêmement importante. Pourtant, cette variation a rarement bénéficié d une analyse systématique. D ailleurs, la classification des dialectes et parlers berbères reste toujours problématique. Seul le rifain a récemment bénéficié d une étude systématique (LAFKIOUI, 2009). Les quelques études sur la variation en kabyle ont été soit restreintes à une zone microdialectale (ex. MADOUI, 1995), soit basées sur un corpus limité (ex. NAIT-ZERRAD, 2005). Nous avons donc voulu mener une analyse systématique de la variation en Kabylie, à l aide des méthodes de la dialectométrie et ce pour atteindre plusieurs objectifs. Les deux principaux objectifs, inhérents à toute étude dialectométrique, étaient la mise en évidence du continuum dialectal qui existe en Kabylie et la classification des parlers kabyles sur la base d une méthode objective et à partir d un corpus large. Notre troisième objectif, qui rentre plutôt dans le cadre de la perspective, était la préparation d un atlas linguistique kabyle basé sur le corpus recueilli dans le cadre de cette étude, car le seul travail de ce genre qui existe est celui de BASSET (1929) et n inclut que quelques termes relatifs au corps humain. Nous avons commencé notre étude par un chapitre préliminaire où nous avons fourni quelques généralités sur le berbère en nous focalisant sur le dialecte kabyle. Ce chapitre nous a permis de donner une vue d ensemble de notre domaine d étude à un lecteur non-spécialiste. A la fin du chapitre, dans la section 2.6, nous avons fait l inventaire phonétique du kabyle, nécessaire au travail d analyse dialectométrique. Pour faire une analyse dialectométrique, nous avions besoin d examiner la variation linguistique en berbère d une manière générale et en kabyle particulièrement. C est ce que nous avons pu faire dans le chapitre «3. Variation en berbère». Nous avons parlé de la variation aussi bien au niveau interdialectal (section 3.2) qu au niveau intradialectal (section 3.3). Nous avons classé la variation en quatre catégories : variation phonétique, variation lexicale, variation sémantique et variation morphosyntaxique. Du fait que notre étude porte sur le kabyle, nous avons traité la variation entre les parlers kabyles avec beaucoup plus de détails. Cet examen détaillé, nous a permis d élaborer notre grille d enquête avant d aller sur le terrain. La variation en berbère, comme nous l avons présentée dans le chapitre 3, a déjà suscité l intérêt des berbérisants depuis l aube des études berbères. Ainsi, pour placer notre recherche dans le contexte

2 des études berbères, nous avons fait, dans le chapitre 4, l état des lieux des études comparatives qui ont porté, soit sur plusieurs dialectes soit sur un dialecte en particulier. Nous avons classé ces travaux antérieurs en plusieurs catégories : études de géolinguistique, études contrastives, études de classification et études dialectométriques. Nous avons, notamment, conclu que le champ de la dialectométrie n est pas encore bien exploré dans le domaine berbère. Cette conclusion justifie donc notre l intérêt pour une analyse dialectométrique des parlers kabyles. Pour mener une étude de dialectométrie, qui est une discipline relativement récente et en pleine évolution, nous avons voulu, d abord, dresser l état de l art des méthodes de dialectologie pour comparer un ensemble de variétés. C est ce que nous avons fait dans le chapitre 5. Nous avons classé ces méthodes en trois grandes catégories : méthodes traditionnelles, méthodes perceptuelles et méthodes informatiques. En commençant par les méthodes les plus anciennes (les méthodes traditionnelles) à l exemple de la méthode d isoglosses, aux méthodes les plus récentes (méthodes informatiques) comme les méthodes de dialectométrie. La comparaison des différentes méthodes, notamment celles qui rentrent dans le champ de la dialectométrie, nous a conduits à choisir la méthode Levenshtein comme étant la meilleure méthode pour classifier un ensemble de variétés linguistiques. C est la conclusion de la section La méthode Levenshtein, appelée aussi «distance d édition», reste encore une méthode obscure pour la plupart des dialectologues, bien qu elle soit très utilisée dans d autres disciplines comme le traitement automatique des langues ou la comparaison des séquences d ADN en génétique. C est la raison pour laquelle nous avons consacré le chapitre 6 à la présentation de cette méthode. La mise en œuvre de la méthode de Levenshtein ou toute autre méthode dialectométrique, nécessite l utilisation de logiciels ou d applications en ligne. Ce sont ces outils que nous avons explorés au cours du chapitre 7. Nous avons fait une brève description des trois principaux outils utilisés en dialectométrie : le logiciel VDM (méthode de GOEBL), le logiciel RUG/L04 (calcul binaire, méthode de GOEBL et distance de Levenshtein) et enfin l application en ligne Gabmap (distance de Levenshtein). La comparaison des trois solutions, nous a permis de choisir l application en ligne Gabmap pour analyser nos données. Avant de commencer l analyse des données, il faut d abord les présenter. C est ce que nous avons accompli dans le chapitre 8, consacré à la présentation du corpus et du terrain d enquête. Nous avons commencé le chapitre par des informations très générales sur notre domaine d enquête qui est la Kabylie. Nous avons fini le chapitre avec des informations très spécifiques à notre travail, comme l inventaire des sons (unités phoniques) et des variantes (unités lexicales et unités syntaxiques) du corpus. Après avoir présenté les données indépendamment des localités (points d enquête) dans le chapitre 8, nous avons voulu, à travers le chapitre 9, lier les différentes variantes aux différents endroits où elles ont été recueillies. Les cartes linguistiques sont le meilleur moyen pour accomplir cette tâche. Nous avons élaboré une quinzaine de cartes géolinguistiques pour donner un visage aux données recueillies sur le terrain. Nous avons classé les cartes en trois catégories : cartes phonétiques, cartes lexicales et cartes morphosyntaxiques. 2

3 Ce chapitre nous a aussi permis de réaliser l un de nos objectifs de départ qui consistait à mettre des bases à l élaboration d un atlas linguistique des parlers kabyles. Puisque nous avons un corpus adéquat et nous avons acquis les techniques nécessaires pour l élaboration des cartes linguistiques. Après avoir présenté les différents préalables à notre analyse (la méthode Levenshtein, les outils d analyse, le terrain d enquête, corpus, ) nous sommes passés, tout naturellement, dans le chapitre 10, à l analyse dialectométrique des données. Ce chapitre constitue la partie purement applicative de notre étude. Nous nous sommes servis de Gabmap pour suivre toutes les étapes d une analyse dialectométrique. En commençant par la distribution des variantes, qui a pu nous donner une idée sur les différents groupes de parlers qui partagent telle ou telle variante, jusqu à l étape finale qui est l analyse de grappes qui nous a permis de délimiter les principales zones infra dialectales en Kabylie. Pour mesurer la distance entre les paires de variantes, nous avons appliqué, dans la section 10.3, trois méthodes différentes pour le calcul de la différence entre les unités phoniques : calcul binaire, formule euclidienne et formule de Manhattan. Les trois méthodes ont donné des résultats cohérents. La distance linguistique (valeur numérique) entre deux variantes est globalement proportionnelle à la différence linguistique entre ces deux dernières. Par la suite, dans la section 10.4, nous avons fourni des extraits des matrices des distances entre les variétés, avec chacune des méthodes suivies. La matrice obtenue avec le calcul binaire, celle obtenue avec la distance de Manhattan et enfin celle obtenue avec la distance d Euclide. La comparaison des trois matrices a montré une cohérence de la méthode Levenshtein sous les trois distances. Deux variétés très proches dans la matrice du calcul binaire sont forcément très proches dans les deux autres matrices et vice-versa. Après avoir obtenu les matrices de distances entre les variétés (parlers), nous avons voulu voir le résultat qu on obtiendra si l on comparaît une variété avec l ensemble des autres variétés. C est ce que nous avons achevé à travers la section 10.5, qui a porté sur la variation vue d un point de référence. Nous avons pris des points de références éloignées et d une façon à représenter les quatre points cardinaux de notre domaine d enquête. Les cartes dialectométriques et les diagrammes obtenus dans cette section nous ont permis de dégager trois zones infradialectales hypothétiques : la zone extrême orientale, la zone orientale (ou proche orientale) et la zone occidentale. Représenter l ensemble des différences linguistiques entre les variétés revient à projeter les valeurs numériques (distance numérique entre les paires de variétés) sur un espace multidimensionnel. C est le travail que nous avons fait dans la section 10.6, qui a porté sur l analyse multidimensionnelle. Nous avons d abord fourni la représentation des variétés sur un plan multidimensionnel puis sur une carte multidimensionnelle. L analyse multidimensionnelle, notamment le plan bidimensionnel, nous a permis de confirmer l existence des trois zones infradialectales mises en évidence lors de l analyse par point de référence. Nous avons vu une frontière nette entre le grand groupe occidental et le grand groupe oriental, ainsi qu une séparation bien visible entre le sous-groupe proche oriental (vallée de la Soummam) et le sous-groupe extrême oriental (tasaḥlit). Par contre, la subdivision du groupe occidental s est avérée bien plus difficile. Les cartes et les plans MDS ont aussi permis de découvrir le continuum dialectal en Kabylie. Nous avons pu voir les zones de transition entre les trois groupes mis en évidence (voir Figure 95). Les cartes MDS nous ont permis de montrer la graduation de la variation en passant d un parler à un autre et d une 3

4 zone à une autre. Nous avons donc atteint l un de nos objectifs de départ qui était la découverte du continuum dialectal en Kabylie. Enfin, nous avons terminé notre analyse dialectométrique avec l analyse de grappes (Cluster Analysis en anglais). Nous avons regroupé les parlers avec l algorithme de Ward s Method. Nous avons testé, successivement, les trois matrices de distances : matrice binaire, matrice d Euclide et matrice de Manhattan. Pour chaque matrice, nous avons regroupé les parlers : en deux groupes, puis en trois groupes, puis en quatre groupes et enfin en cinq groupes. Nous nous sommes arrêtés sur le regroupement en cinq groupes, car les trois méthodes ont convergé à cette étape en donnant les mêmes groupes. La matrice d Euclide et la matrice de Manhattan ont donné deux cartes de groupes identiques (les frontières des groupes se superposent parfaitement). La matrice binaire a produit un résultat légèrement différent concernant les frontières du groupe oriental. Toutefois, chacune des trois matrices a produit une ramification différente. Par exemple, la méthode d Euclide divise le groupe occidental en sous-groupes «proche occidental» et «extrême occidental» (division verticale), avant de partager le sous-groupe proche occidental en deux sous-groupes «nord occidental» et «sud occidental». Alors que la méthode binaire et la méthode de Manhattan divisent d abord le groupe occidental d une façon horizontale «nord» et «sud» avant de continuer la subdivision en trois sous-groupes (voir section et section ). La classification finale est proposée dans le chapitre qui succède et qui porte sur la validation des résultats. Nous avons consacré le dernier chapitre de la thèse à la validation des résultats. La validation des résultats s est faite en deux parties : nous avons d abord validé les différences linguistiques entre les parlers (section 11.1), puis nous avons procédé à la validation des groupes linguistiques obtenus et nous avons proposé une classification finale sur la base de cette validation. Pour la validation des différences linguistiques entre les parlers, nous avons utilisé des méthodes statistiques pour valider les valeurs numériques obtenues. Nous avons obtenu un indice d incohérence locale proche de zéro qui constitue la valeur optimale : la distance de Manhattan et la distance euclidienne ont donné un indice d une valeur de 0.70 et le calcul binaire a produit un indice d une valeur de Par la suite, nous avons tracé les diagrammes qui montrent la relation de la différence linguistique avec la distance géographique. Les trois méthodes ont donné des résultats très satisfaisants, avec une courbe qui tend vers la diagonale, signe que la différence linguistique est proportionnelle à la distance géographique. Et enfin, nous avons terminé par le calcul du coefficient alpha de Cronbach. Les trois méthodes utilisées ont fourni un excellent résultat : le calcul binaire et la distance de Manhattan ont donné un coefficient d une valeur de 0.94 et la distance euclidienne a donné un coefficient d une valeur de Ces valeurs sont proches de la valeur idéale qui est 1 (un). Concernant la validation des groupes et la proposition d une classification des parlers kabyles, nous avons d abord comparé les cartes issues de l analyse de grappes avec les plans bidimensionnels correspondants. Cette comparaison a confirmé le fait que le groupe occidental se montre très solidaire et les parlers sont bien plus difficiles à subdiviser en groupes. Puis nous avons combiné les cartes de groupes avec les cartes MDS, qui ont donné un type de cartes appelé «fuzzy cluster maps» (cartes de groupes floues). Cette dernière procédure s est avérée être le meilleur moyen de valider les zones linguistiques pertinentes et nous sommes arrivés à la conclusion 4

5 suivante : la distance de Manhattan a produit le meilleur résultat pour classifier les parlers kabyles (voir page 347 pour la classification retenue). En dernier lieu, nous avons comparé les résultats de notre classification avec les classifications des parlers kabyles proposés dans des travaux antérieurs. Nous les avons d abord comparés avec la classification proposée par MADOUI (1995) (1995) et nous avons conclu que sa classification des parlers de la Petite-Kabylie correspond à notre subdivision du groupe oriental en groupe proche oriental et groupe extrême oriental. Finalement, nous avons comparé notre classification avec celle proposée par NAIT- ZERRAD (2005) et nous avons conclu que les deux classifications divergent, notamment en ce que concerne la subdivision du groupe occidental. K. NAIT-ZERRAD 5

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce Année 2007-2008 Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce B. Monsuez Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION ANALYSE LEXICOMETRIQUE Ce rapport présente l analyse lexicométrique d un corpus de textes choisis sur le sujet de controverse : «L affaire Dieudonné : la viralité d Internet

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Dérivation : Approximation affine et applications aux évolutions successives Contexte pédagogique Objectifs

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015 L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing MONSUG mai 2015 Contenu Mise en contexte et exemple d application L analyse des correspondances multiples (ACM) L ACM et la segmentation

Plus en détail

Prof.É.D.Taillard. Classification automatique @Prof. E. Taillard 1 EIVD, Informatique logiciel, 4 e semestre

Prof.É.D.Taillard. Classification automatique @Prof. E. Taillard 1 EIVD, Informatique logiciel, 4 e semestre INFORMATIQUE ORIENTATION LOGICIELS CLASSIFICATION AUTOMATIQUE Prof.É.D.Taillard Classification automatique @Prof. E. Taillard EIVD, Informatique logiciel, 4 e semestre CLASSIFICATION AUTOMATIQUE But :

Plus en détail

ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES

ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES Techniques symboliques de traitement automatique du langage pour l indexation thématique et l extraction d information temporelle Thèse Défense publique

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE ESPRIT GENERAL Objectifs de l épreuve Vérifier chez les candidats l existence des bases nécessaires pour des études supérieures de management. Apprécier l aptitude à lire et comprendre un énoncé, choisir

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Un algorithme de composition musicale

Un algorithme de composition musicale Un algorithme de composition musicale Table des matières Présentation Le compositeur. Le code PMX.................................................. Structures de données utilisées........................................

Plus en détail

Encadré par : Mr Philippe Janssen

Encadré par : Mr Philippe Janssen ABADIE Martin BENMOUFFOK Yasmine HEIDMANN Paul UTZEL Sylvain Encadré par : Mr Philippe Janssen 2014-2015

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Introduction. Pourquoi une suite? Boîte à outils, mais pas boîte noire

Introduction. Pourquoi une suite? Boîte à outils, mais pas boîte noire Pourquoi une suite? Introduction Ce nouvel ouvrage fait suite à «Traiter des données historiques» paru en 2001 dont il se veut le prolongement et un complément. Plusieurs sollicitations ont concouru pour

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Sites contaminés, entre passé et futur.

Sites contaminés, entre passé et futur. Sites contaminés, entre passé et futur. Maîtrise des sites pollués CFF. Assainissement des sites contaminés: la mission de la Confédération. 3 En novembre 1999, le Département fédéral des finances (DFF)

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe car :

La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe car : Projet Voltaire Des remèdes pour les mots Quel est le diagnostic? La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe

Plus en détail

RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3

RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3 RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3 Pour construire un graphique : On lance l assistant graphique à l aide du menu Insérer è Diagramme en ayant sélectionné au préalable une cellule vide dans

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

StockMalin l application pour les brocanteurs!

StockMalin l application pour les brocanteurs! StockMalin l application pour les brocanteurs! Conçue en intégralité par Quentin Comte-Gaz StockMalin Gestion de stock/clients/fournisseurs en ligne (2014) 1/15 Sommaire Introduction...3 PARTIE 1 : DESCRIPTION

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

La classification 2012-2013. Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac

La classification 2012-2013. Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac La classification 2012-2013 Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac Introduction : Classification : méthode d analyse de données Objectif : Obtenir une représentation schématique simple d'un tableau de données

Plus en détail

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après.

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après. SIRET n 180 092 298 00033 code APE : 8411 Z 117, boulevard Marius Vivier Merle 69329 LYON CEDE 03 Téléphone : 04 37 91 33 10 Télécopie : 04 37 91 33 67 Service Valorisation et Synthèse Service Classifications

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre

Plus en détail

Georgieva Diana Bourgouin Adrien Licence 3 ~ Faculté des Sciences et des Techniques UML ~ Bibliothèque. Projet UML.

Georgieva Diana Bourgouin Adrien Licence 3 ~ Faculté des Sciences et des Techniques UML ~ Bibliothèque. Projet UML. Projet UML Cas Bibliothèque Page 1 sur 35 S6 ~ 2008-2009 Sommaire I. Introduction 3 II. Modélisation A. Cas d utilisation 1. Première approche 4-6 2. Cas d utilisation avant la modélisation des diagrammes

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Par combien de zéros se termine N!?

Par combien de zéros se termine N!? La recherche à l'école page 79 Par combien de zéros se termine N!? par d es co llèg es An dré Do ucet de Nanterre et Victor Hugo de Noisy le Grand en seignants : Danielle Buteau, Martine Brunstein, Marie-Christine

Plus en détail

Backtest Moyenne Glissante Rapport (MGR)

Backtest Moyenne Glissante Rapport (MGR) Backtest Moyenne Glissante Rapport (MGR) Guide Utilisateur Version 3.2 Copyright 2015 ETF360 Tous droits réservés 1 PREMIER BACKTEST MGR ETAPE PAR ETAPE Les étapes suivantes vous permettront de prendre

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues Maud Ehrmann Joint Research Centre Ispra, Italie. Guillaume Jacquet Xerox

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 27 juin 2013 Personnel - Délégation de service public pour l'exploitation du restaurant administratif de la Chauvinière - Désignation de l'exploitant Direction Ressources

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Figure 1 : page d accueil pour le professeur

Figure 1 : page d accueil pour le professeur Démonstration de Maple T.A., un environnement pour les examens et devoirs en ligne avec correction Automatique Benoit Vidalie, Maplesoft (bvidalie@maplesoft.com) Résumé : Le logiciel de calcul mathématique

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Clermont Ferrand - Janvier 2003

Clermont Ferrand - Janvier 2003 DISDAMIN: Algorithmes de Data Mining Distribués Valerie FIOLET (1,2) - Bernard TOURSEL (1) 1 Equipe PALOMA - LIFL - USTL - LILLE (FRANCE) 2 Service Informatique - UMH - MONS (BELGIUM) Clermont Ferrand

Plus en détail

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents Beamex Calibration White Paper info@beamex.com Configuration et étalonnage des instruments intelligents Configuration et étalonnage des instruments intelligents Les instruments intelligents sont de plus

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU CD ROM

MODE D EMPLOI DU CD ROM MODE D EMPLOI DU CD ROM Ce CD Rom est conçu sous la forme d un site Web, sauf que les pages ont été débarrassées de leurs boutons habituels, leurs barres d outils et de titre. Vous pourrez ainsi bénéficier

Plus en détail

Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels.

Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels. Cette partie est consacrée aux nombres. Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels. L aperçu historique vous permettra

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Moodle. Moodle. Créer un nouveau (Par)cours

Moodle. Moodle. Créer un nouveau (Par)cours 1/16 NB2012 Moodle est une plate-forme d apprentissage en ligne, qui permet de diffuser des cours, Moodle des exercices, toute sorte de ressources pédagogiques et de composer un parcours de formation.

Plus en détail

Calcul de valeurs globales dans ArtemiS SUITE

Calcul de valeurs globales dans ArtemiS SUITE 09/14 dans ArtemiS SUITE Dans certains cas, il peut être utile de ramener les résultats d analyse à une valeur globale, donc, par exemple, de réduire une évolution de niveau en fonction du temps à une

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques CHAPITRE 3 Les inventaires physiques Aux termes de l article 17 de la loi comptable 1 l opération d inventaire doit être réalisée, au moins une fois par exercice, à l effet de vérifier l existence des

Plus en détail

Introduction à l Informatique

Introduction à l Informatique Introduction à l Informatique. Généralités : Etymologiquement, le mot informatique veut dire «traitement d information». Ceci signifie que l ordinateur n est capable de fonctionner que s il y a apport

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Calatik, la vision métier et technique pour simplifier le pilotage du système d information

Calatik, la vision métier et technique pour simplifier le pilotage du système d information Calatik, la vision métier et technique pour simplifier le pilotage du système d information Le contexte : trop d outils, d écrans et de complexité Dans le domaine du pilotage du système d information,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

Généralités sur les graphes

Généralités sur les graphes Généralités sur les graphes Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Notion de graphe 3 1.1 Un peu de vocabulaire.......................................... 3 1.2 Ordre d un graphe,

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Calculs, formules, fonctions, et adresses Références relatives et absolues

Calculs, formules, fonctions, et adresses Références relatives et absolues Découverte et pratique du tableur. Module de base Calculs, formules, fonctions, et adresses Références relatives et absolues 1. Les calculs Le Concept Généralement, on recourt à un tableur pour réaliser

Plus en détail

Descriptif des fonctionnalités de notre site professionnel. www.appeldulivre.fr. Page 1 sur 13

Descriptif des fonctionnalités de notre site professionnel. www.appeldulivre.fr. Page 1 sur 13 Descriptif des fonctionnalités de notre site professionnel www.appeldulivre.fr Page 1 sur 13 Bonjour, Bienvenue sur notre site sur lequel vous pouvez : rechercher des ouvrages demander des prix commander

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Modèles et simulations informatiques des problèmes de coopération entre agents

Modèles et simulations informatiques des problèmes de coopération entre agents Modèles et simulations informatiques des problèmes de coopération entre agents Bruno Beaufils LIFL Axe CIM Équipe SMAC Laboratoire d'informatique Plan 1. Motivations 2. Dilemme itéré du prisonnier 3. Simulations

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Interconnexion des sites avec VPN

Interconnexion des sites avec VPN RTN / EC2LT Réseaux et Techniques Numériques Ecole Centrale des Logiciels Libres et de Télécommunications Interconnexion des sites avec VPN Réseaux Informatiques Ecole Centrale des Logiciels Libres et

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

(Statistical Package for the Social Sciences)

(Statistical Package for the Social Sciences) Initiation à l utilisation de SPSS (Statistical Package for the Social Sciences) 1 SPSS 2 3 Plan de l exposé Faire une recherche (bibliographique) sur le test; Définir le test à mesurer; Expliquer les

Plus en détail

Enquête de satisfaction Hôtel de ville

Enquête de satisfaction Hôtel de ville Enquête de satisfaction Hôtel de ville Mai Juin 2014 Youssef Bellahcen, Karen Kouakou, Matthieu Planage INTRODUCTION... 1 L ENQUETE DE SATISFACTION... 2 CONCEPTION DU QUESTIONNAIRE... 2 REALISATION DE

Plus en détail

Service de l informatique pour les paroisses des Diocèses de Québec et de Trois-Rivières 1073, boul. René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1S 4R5

Service de l informatique pour les paroisses des Diocèses de Québec et de Trois-Rivières 1073, boul. René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1S 4R5 Service de l informatique pour les paroisses des Diocèses de Québec et de Trois-Rivières 1073, boul. René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1S 4R5 DESCRIPTION DES LOGICIELS PAROISSIAUX COMPTABILITÉ Ce logiciel

Plus en détail

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage METHODE FEDERALE 1 PREAMBULE Cette méthode a pour objectifs : - de définir la formation du coureur d orientation, du débutant jusqu au coureur de haut niveau. - de définir des niveaux de compétences et

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

<< Crédit Club Auto >>

<< Crédit Club Auto >> Abbas Ahmad Année 2010/2011 Matin Bayramov Analyse et Modélisation des Systèmes Informatique (AMSI) Projet de Modélisation UML > Professeur encadrant : M. GUILLAUME PAQUETTE Projet

Plus en détail

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE Mme Mariam DORLIPO L ENT d anglais du collège Bébel Un espace de travail numérique disciplinaire Cet espace de travail

Plus en détail

Jeu de simulation 5S. Guide d'animation. Guide d animation du jeu de simulation 5S - Kaos Factory

Jeu de simulation 5S. Guide d'animation. Guide d animation du jeu de simulation 5S - Kaos Factory Jeu de simulation 5S Guide d'animation page 1 INTRODUCTION L objet de ce guide est de servir de support pour l'animation du jeu de simulation 5S «Chaos Factory». La jeu permettra aux participants de prendre

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN M.R.C de Lotbinière Mars 2004 RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN PAR: Stéphane Larivée, ing. MRC de Lotbinière Mars 2004 Rapport sur le projet de déchiquetage

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

STRATEGIE INFORMATIQUE

STRATEGIE INFORMATIQUE MANUEL UTILISATEUR Application de suivi des commerciaux Immeuble La Coupole - Grand Camp - 97142 - LES ABYMES - Tél. : 0590 48 18 98 - Fax : 0590 83 46 71 Immeuble Sera n 6 - Zone de Manhity - 97232 -

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE 5 CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE Les règles de comptabilité générale applicables aux établissements publics de santé ne se distinguent de celles applicables aux entités privées soumises à l obligation

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

Didacticiel - Etudes de cas. Montrer l utilisation de la macro complémentaire TANAGRA.XLA dans le tableur EXCEL.

Didacticiel - Etudes de cas. Montrer l utilisation de la macro complémentaire TANAGRA.XLA dans le tableur EXCEL. Objectif Montrer l utilisation de la macro complémentaire TANAGRA.XLA dans le tableur EXCEL. De nombreux utilisateurs s appuient sur EXCEL pour la gestion de leurs données. C est un outil relativement

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Tableur Excel ou Open Office Calc

Tableur Excel ou Open Office Calc Tableur Excel ou Open Office Calc Tout d abord, selon le logiciel que vous pouvez avoir chez vous, des différences existent. Le logiciel se présente directement avec une feuille de calcul vierge, prêt

Plus en détail

Le Dessin Technique.

Le Dessin Technique. Jardin-Nicolas Hervé cours 1 / 9. Modélisation et représentation d un objet technique. La modélisation et la représentation d un objet sont deux formes de langage permettant de définir complètement la

Plus en détail