Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie"

Transcription

1 Saïd GUERRAB Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Résumé de la thèse (pour affichage) Il est difficile de parler du berbère sans parler de la variation. Il y a d abord une variation au niveau interdialectal. Les dialectes berbères sont tellement différents que l intercompréhension est rarement assurée entre un dialecte et un autre. Les différences sont à tous les niveaux : phonético-phonologique, sémantique, lexical et morphosyntaxique. Ensuite, chaque dialecte (kabyle, rifain, touareg ) connaît une variation interne, parfois extrêmement importante. Pourtant, cette variation a rarement bénéficié d une analyse systématique. D ailleurs, la classification des dialectes et parlers berbères reste toujours problématique. Seul le rifain a récemment bénéficié d une étude systématique (LAFKIOUI, 2009). Les quelques études sur la variation en kabyle ont été soit restreintes à une zone microdialectale (ex. MADOUI, 1995), soit basées sur un corpus limité (ex. NAIT-ZERRAD, 2005). Nous avons donc voulu mener une analyse systématique de la variation en Kabylie, à l aide des méthodes de la dialectométrie et ce pour atteindre plusieurs objectifs. Les deux principaux objectifs, inhérents à toute étude dialectométrique, étaient la mise en évidence du continuum dialectal qui existe en Kabylie et la classification des parlers kabyles sur la base d une méthode objective et à partir d un corpus large. Notre troisième objectif, qui rentre plutôt dans le cadre de la perspective, était la préparation d un atlas linguistique kabyle basé sur le corpus recueilli dans le cadre de cette étude, car le seul travail de ce genre qui existe est celui de BASSET (1929) et n inclut que quelques termes relatifs au corps humain. Nous avons commencé notre étude par un chapitre préliminaire où nous avons fourni quelques généralités sur le berbère en nous focalisant sur le dialecte kabyle. Ce chapitre nous a permis de donner une vue d ensemble de notre domaine d étude à un lecteur non-spécialiste. A la fin du chapitre, dans la section 2.6, nous avons fait l inventaire phonétique du kabyle, nécessaire au travail d analyse dialectométrique. Pour faire une analyse dialectométrique, nous avions besoin d examiner la variation linguistique en berbère d une manière générale et en kabyle particulièrement. C est ce que nous avons pu faire dans le chapitre «3. Variation en berbère». Nous avons parlé de la variation aussi bien au niveau interdialectal (section 3.2) qu au niveau intradialectal (section 3.3). Nous avons classé la variation en quatre catégories : variation phonétique, variation lexicale, variation sémantique et variation morphosyntaxique. Du fait que notre étude porte sur le kabyle, nous avons traité la variation entre les parlers kabyles avec beaucoup plus de détails. Cet examen détaillé, nous a permis d élaborer notre grille d enquête avant d aller sur le terrain. La variation en berbère, comme nous l avons présentée dans le chapitre 3, a déjà suscité l intérêt des berbérisants depuis l aube des études berbères. Ainsi, pour placer notre recherche dans le contexte

2 des études berbères, nous avons fait, dans le chapitre 4, l état des lieux des études comparatives qui ont porté, soit sur plusieurs dialectes soit sur un dialecte en particulier. Nous avons classé ces travaux antérieurs en plusieurs catégories : études de géolinguistique, études contrastives, études de classification et études dialectométriques. Nous avons, notamment, conclu que le champ de la dialectométrie n est pas encore bien exploré dans le domaine berbère. Cette conclusion justifie donc notre l intérêt pour une analyse dialectométrique des parlers kabyles. Pour mener une étude de dialectométrie, qui est une discipline relativement récente et en pleine évolution, nous avons voulu, d abord, dresser l état de l art des méthodes de dialectologie pour comparer un ensemble de variétés. C est ce que nous avons fait dans le chapitre 5. Nous avons classé ces méthodes en trois grandes catégories : méthodes traditionnelles, méthodes perceptuelles et méthodes informatiques. En commençant par les méthodes les plus anciennes (les méthodes traditionnelles) à l exemple de la méthode d isoglosses, aux méthodes les plus récentes (méthodes informatiques) comme les méthodes de dialectométrie. La comparaison des différentes méthodes, notamment celles qui rentrent dans le champ de la dialectométrie, nous a conduits à choisir la méthode Levenshtein comme étant la meilleure méthode pour classifier un ensemble de variétés linguistiques. C est la conclusion de la section La méthode Levenshtein, appelée aussi «distance d édition», reste encore une méthode obscure pour la plupart des dialectologues, bien qu elle soit très utilisée dans d autres disciplines comme le traitement automatique des langues ou la comparaison des séquences d ADN en génétique. C est la raison pour laquelle nous avons consacré le chapitre 6 à la présentation de cette méthode. La mise en œuvre de la méthode de Levenshtein ou toute autre méthode dialectométrique, nécessite l utilisation de logiciels ou d applications en ligne. Ce sont ces outils que nous avons explorés au cours du chapitre 7. Nous avons fait une brève description des trois principaux outils utilisés en dialectométrie : le logiciel VDM (méthode de GOEBL), le logiciel RUG/L04 (calcul binaire, méthode de GOEBL et distance de Levenshtein) et enfin l application en ligne Gabmap (distance de Levenshtein). La comparaison des trois solutions, nous a permis de choisir l application en ligne Gabmap pour analyser nos données. Avant de commencer l analyse des données, il faut d abord les présenter. C est ce que nous avons accompli dans le chapitre 8, consacré à la présentation du corpus et du terrain d enquête. Nous avons commencé le chapitre par des informations très générales sur notre domaine d enquête qui est la Kabylie. Nous avons fini le chapitre avec des informations très spécifiques à notre travail, comme l inventaire des sons (unités phoniques) et des variantes (unités lexicales et unités syntaxiques) du corpus. Après avoir présenté les données indépendamment des localités (points d enquête) dans le chapitre 8, nous avons voulu, à travers le chapitre 9, lier les différentes variantes aux différents endroits où elles ont été recueillies. Les cartes linguistiques sont le meilleur moyen pour accomplir cette tâche. Nous avons élaboré une quinzaine de cartes géolinguistiques pour donner un visage aux données recueillies sur le terrain. Nous avons classé les cartes en trois catégories : cartes phonétiques, cartes lexicales et cartes morphosyntaxiques. 2

3 Ce chapitre nous a aussi permis de réaliser l un de nos objectifs de départ qui consistait à mettre des bases à l élaboration d un atlas linguistique des parlers kabyles. Puisque nous avons un corpus adéquat et nous avons acquis les techniques nécessaires pour l élaboration des cartes linguistiques. Après avoir présenté les différents préalables à notre analyse (la méthode Levenshtein, les outils d analyse, le terrain d enquête, corpus, ) nous sommes passés, tout naturellement, dans le chapitre 10, à l analyse dialectométrique des données. Ce chapitre constitue la partie purement applicative de notre étude. Nous nous sommes servis de Gabmap pour suivre toutes les étapes d une analyse dialectométrique. En commençant par la distribution des variantes, qui a pu nous donner une idée sur les différents groupes de parlers qui partagent telle ou telle variante, jusqu à l étape finale qui est l analyse de grappes qui nous a permis de délimiter les principales zones infra dialectales en Kabylie. Pour mesurer la distance entre les paires de variantes, nous avons appliqué, dans la section 10.3, trois méthodes différentes pour le calcul de la différence entre les unités phoniques : calcul binaire, formule euclidienne et formule de Manhattan. Les trois méthodes ont donné des résultats cohérents. La distance linguistique (valeur numérique) entre deux variantes est globalement proportionnelle à la différence linguistique entre ces deux dernières. Par la suite, dans la section 10.4, nous avons fourni des extraits des matrices des distances entre les variétés, avec chacune des méthodes suivies. La matrice obtenue avec le calcul binaire, celle obtenue avec la distance de Manhattan et enfin celle obtenue avec la distance d Euclide. La comparaison des trois matrices a montré une cohérence de la méthode Levenshtein sous les trois distances. Deux variétés très proches dans la matrice du calcul binaire sont forcément très proches dans les deux autres matrices et vice-versa. Après avoir obtenu les matrices de distances entre les variétés (parlers), nous avons voulu voir le résultat qu on obtiendra si l on comparaît une variété avec l ensemble des autres variétés. C est ce que nous avons achevé à travers la section 10.5, qui a porté sur la variation vue d un point de référence. Nous avons pris des points de références éloignées et d une façon à représenter les quatre points cardinaux de notre domaine d enquête. Les cartes dialectométriques et les diagrammes obtenus dans cette section nous ont permis de dégager trois zones infradialectales hypothétiques : la zone extrême orientale, la zone orientale (ou proche orientale) et la zone occidentale. Représenter l ensemble des différences linguistiques entre les variétés revient à projeter les valeurs numériques (distance numérique entre les paires de variétés) sur un espace multidimensionnel. C est le travail que nous avons fait dans la section 10.6, qui a porté sur l analyse multidimensionnelle. Nous avons d abord fourni la représentation des variétés sur un plan multidimensionnel puis sur une carte multidimensionnelle. L analyse multidimensionnelle, notamment le plan bidimensionnel, nous a permis de confirmer l existence des trois zones infradialectales mises en évidence lors de l analyse par point de référence. Nous avons vu une frontière nette entre le grand groupe occidental et le grand groupe oriental, ainsi qu une séparation bien visible entre le sous-groupe proche oriental (vallée de la Soummam) et le sous-groupe extrême oriental (tasaḥlit). Par contre, la subdivision du groupe occidental s est avérée bien plus difficile. Les cartes et les plans MDS ont aussi permis de découvrir le continuum dialectal en Kabylie. Nous avons pu voir les zones de transition entre les trois groupes mis en évidence (voir Figure 95). Les cartes MDS nous ont permis de montrer la graduation de la variation en passant d un parler à un autre et d une 3

4 zone à une autre. Nous avons donc atteint l un de nos objectifs de départ qui était la découverte du continuum dialectal en Kabylie. Enfin, nous avons terminé notre analyse dialectométrique avec l analyse de grappes (Cluster Analysis en anglais). Nous avons regroupé les parlers avec l algorithme de Ward s Method. Nous avons testé, successivement, les trois matrices de distances : matrice binaire, matrice d Euclide et matrice de Manhattan. Pour chaque matrice, nous avons regroupé les parlers : en deux groupes, puis en trois groupes, puis en quatre groupes et enfin en cinq groupes. Nous nous sommes arrêtés sur le regroupement en cinq groupes, car les trois méthodes ont convergé à cette étape en donnant les mêmes groupes. La matrice d Euclide et la matrice de Manhattan ont donné deux cartes de groupes identiques (les frontières des groupes se superposent parfaitement). La matrice binaire a produit un résultat légèrement différent concernant les frontières du groupe oriental. Toutefois, chacune des trois matrices a produit une ramification différente. Par exemple, la méthode d Euclide divise le groupe occidental en sous-groupes «proche occidental» et «extrême occidental» (division verticale), avant de partager le sous-groupe proche occidental en deux sous-groupes «nord occidental» et «sud occidental». Alors que la méthode binaire et la méthode de Manhattan divisent d abord le groupe occidental d une façon horizontale «nord» et «sud» avant de continuer la subdivision en trois sous-groupes (voir section et section ). La classification finale est proposée dans le chapitre qui succède et qui porte sur la validation des résultats. Nous avons consacré le dernier chapitre de la thèse à la validation des résultats. La validation des résultats s est faite en deux parties : nous avons d abord validé les différences linguistiques entre les parlers (section 11.1), puis nous avons procédé à la validation des groupes linguistiques obtenus et nous avons proposé une classification finale sur la base de cette validation. Pour la validation des différences linguistiques entre les parlers, nous avons utilisé des méthodes statistiques pour valider les valeurs numériques obtenues. Nous avons obtenu un indice d incohérence locale proche de zéro qui constitue la valeur optimale : la distance de Manhattan et la distance euclidienne ont donné un indice d une valeur de 0.70 et le calcul binaire a produit un indice d une valeur de Par la suite, nous avons tracé les diagrammes qui montrent la relation de la différence linguistique avec la distance géographique. Les trois méthodes ont donné des résultats très satisfaisants, avec une courbe qui tend vers la diagonale, signe que la différence linguistique est proportionnelle à la distance géographique. Et enfin, nous avons terminé par le calcul du coefficient alpha de Cronbach. Les trois méthodes utilisées ont fourni un excellent résultat : le calcul binaire et la distance de Manhattan ont donné un coefficient d une valeur de 0.94 et la distance euclidienne a donné un coefficient d une valeur de Ces valeurs sont proches de la valeur idéale qui est 1 (un). Concernant la validation des groupes et la proposition d une classification des parlers kabyles, nous avons d abord comparé les cartes issues de l analyse de grappes avec les plans bidimensionnels correspondants. Cette comparaison a confirmé le fait que le groupe occidental se montre très solidaire et les parlers sont bien plus difficiles à subdiviser en groupes. Puis nous avons combiné les cartes de groupes avec les cartes MDS, qui ont donné un type de cartes appelé «fuzzy cluster maps» (cartes de groupes floues). Cette dernière procédure s est avérée être le meilleur moyen de valider les zones linguistiques pertinentes et nous sommes arrivés à la conclusion 4

5 suivante : la distance de Manhattan a produit le meilleur résultat pour classifier les parlers kabyles (voir page 347 pour la classification retenue). En dernier lieu, nous avons comparé les résultats de notre classification avec les classifications des parlers kabyles proposés dans des travaux antérieurs. Nous les avons d abord comparés avec la classification proposée par MADOUI (1995) (1995) et nous avons conclu que sa classification des parlers de la Petite-Kabylie correspond à notre subdivision du groupe oriental en groupe proche oriental et groupe extrême oriental. Finalement, nous avons comparé notre classification avec celle proposée par NAIT- ZERRAD (2005) et nous avons conclu que les deux classifications divergent, notamment en ce que concerne la subdivision du groupe occidental. K. NAIT-ZERRAD 5

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce Année 2007-2008 Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce B. Monsuez Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Prof.É.D.Taillard. Classification automatique @Prof. E. Taillard 1 EIVD, Informatique logiciel, 4 e semestre

Prof.É.D.Taillard. Classification automatique @Prof. E. Taillard 1 EIVD, Informatique logiciel, 4 e semestre INFORMATIQUE ORIENTATION LOGICIELS CLASSIFICATION AUTOMATIQUE Prof.É.D.Taillard Classification automatique @Prof. E. Taillard EIVD, Informatique logiciel, 4 e semestre CLASSIFICATION AUTOMATIQUE But :

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer Nous allons vous présenter une méthode générale pour les épreuves avec dossier. Cette méthode concerne les 5 épreuves suivantes : L épreuve de synthèse de textes de l EDHEC (Concours Admission sur Titre

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

Un algorithme de composition musicale

Un algorithme de composition musicale Un algorithme de composition musicale Table des matières Présentation Le compositeur. Le code PMX.................................................. Structures de données utilisées........................................

Plus en détail

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE Mme Mariam DORLIPO L ENT d anglais du collège Bébel Un espace de travail numérique disciplinaire Cet espace de travail

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ;

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; PROJET PERSONNEL Critère A Utilisation du journal de bord démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; communiquer et collaborer avec leur superviseur ; démontrer

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015 L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing MONSUG mai 2015 Contenu Mise en contexte et exemple d application L analyse des correspondances multiples (ACM) L ACM et la segmentation

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

La classification 2012-2013. Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac

La classification 2012-2013. Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac La classification 2012-2013 Fabien Chevalier Jérôme Le Bellac Introduction : Classification : méthode d analyse de données Objectif : Obtenir une représentation schématique simple d'un tableau de données

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Renforcer ses compétences

Renforcer ses compétences Renforcer ses compétences en mathématiques Tome 1 AVANT PROPOS Vos études ou vos activités professionnelles vous ont peut-être éloignés des mathématiques et ceci, parfois depuis longtemps. Vous souhaitez

Plus en détail

(Statistical Package for the Social Sciences)

(Statistical Package for the Social Sciences) Initiation à l utilisation de SPSS (Statistical Package for the Social Sciences) 1 SPSS 2 3 Plan de l exposé Faire une recherche (bibliographique) sur le test; Définir le test à mesurer; Expliquer les

Plus en détail

La variation lexicale des ustensiles de cuisine dans la wilaya de Bejaia

La variation lexicale des ustensiles de cuisine dans la wilaya de Bejaia La variation lexicale des ustensiles de cuisine dans la wilaya de Bejaia Bilal BAYMOUT Université Abderrahmane Mira. Bejaia. Algérie Laboratoire d aménagement et d enseignement de la langue amazighe LAELA.

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe car :

La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe car : Projet Voltaire Des remèdes pour les mots Quel est le diagnostic? La maîtrise de l orthographe est fondamentale pour tous les profils amenés à communiquer au sein de l entreprise en interne comme en externe

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE ESPRIT GENERAL Objectifs de l épreuve Vérifier chez les candidats l existence des bases nécessaires pour des études supérieures de management. Apprécier l aptitude à lire et comprendre un énoncé, choisir

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques CHAPITRE 3 Les inventaires physiques Aux termes de l article 17 de la loi comptable 1 l opération d inventaire doit être réalisée, au moins une fois par exercice, à l effet de vérifier l existence des

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION ANALYSE LEXICOMETRIQUE Ce rapport présente l analyse lexicométrique d un corpus de textes choisis sur le sujet de controverse : «L affaire Dieudonné : la viralité d Internet

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Sommaire Soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

1 Avant l expérimentation

1 Avant l expérimentation Expérimentation n 1 Site URL Experte Equipe de réalisation (Franc-parler) Refonte d une lettre d information Franc-parler Elisabeth Brodin (EB) Maga Haydée 1 Avant l expérimentation 1.1. Motivation du

Plus en détail

ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES

ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES ACCÈS SÉMANTIQUE AUX BASES DE DONNÉES DOCUMENTAIRES Techniques symboliques de traitement automatique du langage pour l indexation thématique et l extraction d information temporelle Thèse Défense publique

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL Fiche pratique «Adaptation de tests» C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL 1. 2. et 8. FLUENCES PHONETIQUES ET SEMANTIQUES, ANTONYMES Objectifs Evaluer le stock phonologique de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Visual Paradigm Contraintes inter-associations

Visual Paradigm Contraintes inter-associations Visual Paradigm Contraintes inter-associations Travail de Bachelor d'informaticien de gestion Partie C Présentation de Visual Paradigm 1 Présentation de Visual Paradigm For UML L objet du travail de Bachelor

Plus en détail

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks Vérification Interne Vérification du cadre de contrôle des stocks Juin 2010 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF...5 1. INTRODUCTION...9 1.1 CONTEXTE...9 1.2 OBJECTIFS...9 1.3 ÉTENDUE DE LA VÉRIFICATION...9

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom :

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom : 27. Projet d exposé Discours analytique : Des vampires aux Bermudes Français 20-2 Cahier de l élève Nom : Des vampires aux Bermudes DESCRIPTION DU PROJET Tu auras l occasion de faire un exposé où tu analyseras

Plus en détail

Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie

Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie Revue des Energies Renouvelables SMEE 10 Bou Ismail Tipaza (2010) 81 86 Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie F. Boukli

Plus en détail

Enquêtes online par LimeSurvey2

Enquêtes online par LimeSurvey2 SMCS Plateforme technologique de Support en Méthodologie et Calcul Statistique de l UCL Consultance : de l avis à l analyse entière Formation : aux logiciels et méthodes Documentation Outils statistiques

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Par combien de zéros se termine N!?

Par combien de zéros se termine N!? La recherche à l'école page 79 Par combien de zéros se termine N!? par d es co llèg es An dré Do ucet de Nanterre et Victor Hugo de Noisy le Grand en seignants : Danielle Buteau, Martine Brunstein, Marie-Christine

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

Sites contaminés, entre passé et futur.

Sites contaminés, entre passé et futur. Sites contaminés, entre passé et futur. Maîtrise des sites pollués CFF. Assainissement des sites contaminés: la mission de la Confédération. 3 En novembre 1999, le Département fédéral des finances (DFF)

Plus en détail

La Fréquentation du CDI

La Fréquentation du CDI La Fréquentation du CDI Nous n avons pas renouvelé le questionnaire d analyse de la fréquentation que nous avions réalisé l année dernière car cela représente un très lourd travail de dépouillement (rappelons

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA.

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. 1 LEGTA Georges Desclaude BP 10549 17119 SAINTES MODULE M 22 CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. Dossier de suivi de la démarche de recherche documentaire (Outil d aide méthodologique) Autre membre du

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Entraînement aux tests d aptitude logique, d organisation et d attention

Entraînement aux tests d aptitude logique, d organisation et d attention Entraînement aux tests d aptitude logique, d organisation et d attention Concours Infirmier, Ergothérapeute, Auxiliaire de puériculture, Orthophoniste, Psychomotricien Entraînement aux tests d aptitude

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES 1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES Si vous lisez ce livre c est que, probablement, vous faites des expériences et que vous cherchez à mieux les organiser. Vous cherchez surtout

Plus en détail

QCM d autoévaluation

QCM d autoévaluation QCM d autoévaluation Concernant les techniques d analyse stratégique Philippe Massol Vous devez pouvoir répondre à toutes les questions de ce QCM pour pouvoir considérer que vous êtes à l aise avec les

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 11 e année Matière : Français (10331-10332), Informatique et société (63311A), Introduction à la programmation informatique (02411E)

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Interconnexion des sites avec VPN

Interconnexion des sites avec VPN RTN / EC2LT Réseaux et Techniques Numériques Ecole Centrale des Logiciels Libres et de Télécommunications Interconnexion des sites avec VPN Réseaux Informatiques Ecole Centrale des Logiciels Libres et

Plus en détail

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après.

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après. SIRET n 180 092 298 00033 code APE : 8411 Z 117, boulevard Marius Vivier Merle 69329 LYON CEDE 03 Téléphone : 04 37 91 33 10 Télécopie : 04 37 91 33 67 Service Valorisation et Synthèse Service Classifications

Plus en détail

Introduction. Pourquoi une suite? Boîte à outils, mais pas boîte noire

Introduction. Pourquoi une suite? Boîte à outils, mais pas boîte noire Pourquoi une suite? Introduction Ce nouvel ouvrage fait suite à «Traiter des données historiques» paru en 2001 dont il se veut le prolongement et un complément. Plusieurs sollicitations ont concouru pour

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : biblio@hec.fr 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS I - LES FONCTIONS DU PLAN L élaboration d un plan, exercice universitaire traditionnel, est une excellente gymnastique de l esprit, qui doit vous permettre d organiser

Plus en détail

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues Maud Ehrmann Joint Research Centre Ispra, Italie. Guillaume Jacquet Xerox

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs. Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille

La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs. Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille Premier Colloque International sur la veille multilingue Genève les 28 et 29 mai 2008 Nous

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - fonctions de références, représentations graphiques, dérivées, tableau de variations : toutes sections - opérations sur les limites, asymptotes : STI2D,

Plus en détail

Cartographie de mots : application à la visualisation de noms de marque

Cartographie de mots : application à la visualisation de noms de marque Université Montpellier II UFR Fac des Sciences Master 1 Informatique Université Montpellier II UFR Fac des Sciences Master 1 Informatique Cartographie de mots : application à la visualisation de noms de

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

La gestion de la liquidité dans TARGET2

La gestion de la liquidité dans TARGET2 La gestion de la liquidité dans TARGET2 INTRODUCTION Dans un RTGS (Real-Time Gross Settlement system), les transactions sont réglées en monnaie centrale, de façon continue, sur une base brute. Ce type

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail