SIRENE BASE DE DONNEES COMPRENDRE SIRENE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SIRENE BASE DE DONNEES COMPRENDRE SIRENE"

Transcription

1 BASE DE DONNEES Version du 27/06/2011

2 SOMMAIRE DU RÉPERTOIRE SIRENE À SA DIFFUSION...3 LE RÉPERTOIRE SIRENE : L'ÉTAT CIVIL DES ENTREPRISES...4 LE CADRE JURIDIQUE...5 LES FICHIERS DE DIFFUSION...7 CADRE JURIDIQUE DE LA DIFFUSION...8 CADRE JURIDIQUE DE LA TARIFICATION...9 ÉTABLISSEMENTS NON DIFFUSABLES...10 QU EST-CE QU UN SIREN/SIRET?...11 L'IDENTIFIANT SIREN...12 RÈGLES DE CONTINUITÉ DU SIREN...13 L'IDENTIFIANT SIRET...15 LES ÉTAPES DANS LA VIE D UNE ENTREPRISE...17 LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE...18 L OUVERTURE D'UN ÉTABLISSEMENT AU RÉPERTOIRE SIRENE...21 LE TRANSFERT D'ÉTABLISSEMENT...22 LA CESSATION D'UNE ENTREPRISE...23 ZOOM SUR...26 L'ADRESSE...27 L'ADRESSE AU FORMAT GÉOPOSTAL...28 LES EFFECTIFS DANS "SIRENE BASE DE DONNÉES"...33 GLOSSAIRE

3 DU RÉPERTOIRE SIRENE À SA DIFFUSION Le répertoire SIRENE : l'état civil des entreprises Le répertoire SIRENE SIRENE base de données Le cadre juridique Le décret fondateur du 14 mars 1973 Dispositions principales Circuit de l'information Le numéro unique d identification Les fichiers de diffusion Constitution des fichiers de diffusion Initialisation trimestrielle Suivi et enregistrement des modifications Cadre juridique de la diffusion Autorisation de diffusion Possibilités et limites de la diffusion Cadre juridique de la tarification Fondements de la tarification Tarifs en vigueur Établissements non diffusables 3

4 Concepts associés entreprise établissement SIREN SIRET Cadre juridique du répertoire SIRENE L adresse Le répertoire SIRENE : l'état civil des entreprises Le répertoire SIRENE Le répertoire SIRENE "Système Informatique pour le Répertoire des Entreprises et de leurs Etablissements" a été créé par le décret n du 14 mars 1973 et sa gestion a été confiée à l'insee. Il enregistre l'état civil de toutes les entreprises et établissements situés en métropole, dans les DOM (Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion) et à Saint-Pierre et Miquelon. Les entreprises étrangères qui ont une représentation ou une activité en France y sont également répertoriées. Conformément à ce décret, l'insee attribue à chaque entreprise un identifiant numérique de 9 chiffres appelé numéro SIREN et à chaque établissement un identifiant numérique de 14 chiffres, appelé numéro SIRET, composé du numéro SIREN de l'entreprise mère suivi d'un numéro d'ordre de 5 chiffres, le NIC (Numéro Interne de Classement). Exemple INSEE SIREN INSEE - Direction Générale 18 Boulevard A. Pinard Paris cedex 14 SIRET SIRENE base de données La base de données "SIRENE base de données" reprend, pour les seules entreprises et établissements administrativement actifs, les informations contenues dans le répertoire SIRENE en les restructurant et en les complétant. "SIRENE base de données" rassemble ainsi des informations économiques et juridiques sur environ, 8 millions d'établissements et 5 millions d'entreprises appartenant à tous les secteurs d'activité. Exhaustive et actualisée en permanence, " SIRENE base de données " représente un outil opérationnel pour les études de marché, la prospection commerciale, la gestion de fichiers clients ou fournisseurs. Cette dernière opération est facilitée par l'utilisation du numéro SIRET comme clé de gestion. En effet, tout établissement est parfaitement identifié dans " SIRENE base de données " par le triplet : numéro SIRET, nom ou raison sociale, adresse. Le «répertoire SIRENE» est le nom donné au fichier administratif géré par l'insee. «SIRENE base de données» est le nom du fichier de diffusion issu du répertoire SIRENE. 4

5 Concepts associés entreprise établissement Personnalité juridique Le cadre juridique Le décret fondateur du 14 mars 1973 Le décret n du 14 mars 1973, repris dans les articles R à R du code de commerce, institue un système national d'identification des entreprises et de leurs établissements articulé autour du répertoire SIRENE. La gestion de ce répertoire est confiée à l'insee. Dispositions principales : Article R L Institut national de la statistique et des études économiques est chargé de tenir un répertoire national des personnes physiques exerçant de manière indépendante une profession non salariée, des personnes morales de droit public ou de droit privé, des institutions et services de l'état et des collectivités territoriales, ainsi que de leurs établissements, lorsqu'ils relèvent du registre du commerce et des sociétés, du répertoire des métiers ou qu'ils emploient du personnel salarié, sont soumis à des obligations fiscales ou bénéficient de transferts financiers publics. Les modalités de leur inscription au répertoire et d'attribution d'un numéro d'identité unique sont définies par arrêté des ministres intéressés. Article R Le numéro d'identité attribué à chaque personne inscrite est un numéro d'ordre composé de neuf chiffres. Le numéro d'identité attribué à chaque établissement est composé des neuf chiffres du numéro de la personne inscrite qui y exerce son activité, suivis d'un numéro complémentaire de deux à cinq chiffres propre à cet établissement. Article R Sont portés au répertoire les renseignements d'identification suivants : 1 Les nom, nom d'usage, prénoms, adresse légale, date et lieu de naissance des personnes physiques ainsi que leur éventuelle cessation d'activité ; les raison ou dénomination sociale, sigle le cas échéant, forme juridique et siège social des personnes morales de droit privé ; les dénomination, sigle le cas échéant, forme juridique et adresse du lieu principal d'activité des personnes morales de droit public et des institutions et services mentionnés à l'article R ; 2 Pour chaque établissement, sa dénomination usuelle, son adresse, et si nécessaire la date et l'origine de sa création ; 3 Dans tous les cas le numéro d'identité. Article R Sont également portés au répertoire les renseignements suivants : 1 Les numéros de la nomenclature d'activités française en vigueur caractérisant les activités exercées, approuvée par décret pris après avis de la Commission nationale des nomenclatures économiques et sociales ; 2 Les codes complémentaires précisant les formes particulières d'activités. Ces codes et leurs liens avec la nomenclature d'activités française en vigueur sont fixés par un arrêté du ministre chargé de l'économie ; 3 Le code complémentaire de la nomenclature française du secteur des métiers et de l'artisanat en vigueur, lorsque l'activité exercée en relève. Par dérogation à l'article R , ce code est attribué par les chambres des métiers et de l'artisanat ; 4 Les catégories correspondant à l'importance de l'effectif salarié civil total et par établissement ; 5 La mention de la compétence territoriale des personnes morales de droit public et des institutions et services de l'état, ainsi que la mention de leurs rapports administratifs avec d'autres personnes ou services inscrits au répertoire. 5

6 Circuit de l'information Le décret n du 18 mars 1981, également repris dans le code de commerce (articles R123-1 à R123-30), institue la mise en place des centres de formalités des entreprises (CFE) ; ces centres ont vocation à recevoir les déclarations de création, modification et cessation et à en informer les administrations concernées, dont l'insee. Le champ de compétence d'un CFE dépend de l'activité ou de la forme juridique de l'entreprise déclarante. Il existe 7 catégories de CFE : - les chambres de métiers et de l'artisanat (CMA), - les chambres de commerce et d'industrie (CCI), - les greffes des tribunaux de commerce, - les URSSAF, - les chambres d'agriculture (CA), - les centres des impôts (CDI), - la chambre nationale de la batellerie artisanale. Le numéro unique d identification Article D du code de commerce : Le numéro unique d'identification qui seul peut être exigé d'une entreprise dans ses relations avec les administrations, personnes ou organismes énumérés à l'article 1er de la loi n du 11 février 1994 relative à l'initiative et à l'entreprise individuelle est le numéro d'identité qui lui est attribué lors de son inscription au répertoire des entreprises et de leurs établissements [ ]. En application de cette disposition réglementaire, le numéro d'inscription au registre du commerce et des sociétés (RCS), le numéro d'inscription au répertoire des métiers et le numéro d'opérateur sur le marché intracommunautaire sont constitués à partir du numéro SIREN. 6

7 Concepts associés Cadre juridique du répertoire SIRENE Les fichiers de diffusion Constitution des fichiers de diffusion Tous les fichiers de diffusion SIRENE sont élaborés à partir de "SIRENE base de données". Cette base de données est construite autour des informations contenues dans le répertoire SIRENE. Ces informations sont alors restructurées et complétées par d'autres sources. Sont notamment intégrés des éléments de zonages géographiques et des données économiques externes au système du répertoire. Initialisation trimestrielle Chaque trimestre en janvier, avril, juillet et octobre, "SIRENE base de données" est calée sur les données du répertoire Sirene. Cela permet d intégrer les modifications qui ne sont pas passées par la voie normale de mise à jour (mises à jour de masse des effectifs par exemple) et d'être régulièrement en phase avec le répertoire. Suivi et enregistrement des modifications Chaque fin de mois, "SIRENE base de données" intègre les modifications intervenues dans le mois dans le répertoire SIRENE, suite au traitement des déclarations des entreprises auprès des CFE ou à des mises à jour effectuées directement par les gestionnaires du répertoire. Chaque fin de trimestre, les informations de localisation géographique sont également réactualisées. Les modifications intervenues dans le répertoire sont également utilisées pour mettre en œuvre : - une base contenant les créations hebdomadaires, - des fichiers comportant de manière chronologique tous les événements intervenus au cours de la journée, de la semaine ou du mois, - des fichiers différentiels mensuels, trimestriels ou semestriels correspondant aux mises à jour qui contiennent la synthèse des modifications intervenues au cours de la période. 7

8 Concepts associés Cadre juridique du répertoire SIRENE Cadre juridique de la diffusion Autorisation de diffusion Aux termes de l article R du code de commerce, l'insee peut communiquer aux personnes ou organismes qui en font la demande les renseignements contenus dans le répertoire SIRENE à l'exception de ceux concernant la date et le lieu de naissance des personnes physiques. Possibilités et limites de la diffusion L'INSEE peut passer avec des sociétés ou organismes spécialisés des conventions les chargeant de la diffusion du répertoire pour son compte et sous son contrôle (article A du code de commerce). Les acquéreurs des informations du répertoire ne peuvent, sauf en cas de convention particulière passée avec l'insee, ni rediffuser à des tiers, à titre gratuit ou onéreux, ni transférer hors du territoire national les informations nominatives (article A du code de commerce). Les acquéreurs des informations nominatives issues du répertoire SIRENE ne peuvent les utiliser qu'à des fins administratives, statistiques ou économiques. En particulier, les candidats et partis politiques ne peuvent les utiliser dans un but de propagande électorale ou de recherche de financement (article A du code de commerce). La diffusion des renseignements inscrits dans SIRENE concernant les établissements du ministère de la défense est soumise à un accord préalable du ministre chargé de la défense (article A du code de commerce). Toute personne physique peut demander par lettre recommandée avec demande d'avis de réception adressée au directeur général de l'institut national de la statistique et des études économiques que les informations du répertoire la concernant ne puissent être utilisées par des tiers, autres que les organismes habilités au titre de l'article R ou les administrations, à des fins de publicité ou d'action commerciale (article A du code de commerce). En pratique et en complément de cette dernière disposition, certaines associations dont le type d'activité implique que leur lieu de résidence ne soit pas connu du public peuvent également demander à être exclues de la base de diffusion ; ces demandes sont étudiées au cas par cas par l'insee. 8

9 Cadre juridique de la tarification Fondements de la tarification La tarification des produits issus de «SIRENE base de données» est expressément prévue par l article A du code de commerce. Plus généralement, les textes encadrant les conditions de tarification des services rendus par l INSEE sont ceux énumérés ci-dessous : - articles 4 et 17 de la loi organique n du 1 er août 2001 modifiée relative aux lois de finances ; - code de commerce ; - code de la propriété intellectuelle ; - titre I er de la loi n du 17 juillet 1978 modifiée portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public et diverses dispositions d ordre administratif, social et fiscal ; - décret n du 30 décembre 2005 relatif à la liberté d accès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques pris pour l application de la loi n du 17 juillet 1978 modifiée ; - décret n du 7 avril 2006 relatif à la rémunération de certains services rendus par le ministère de l économie, des finances et de l industrie ; - décret n du 10 février 2009 relatif à la rémunération de certains services rendus par l État consistant en une valorisation de son patrimoine immatériel ; - arrêté du 10 octobre 2000 modifié relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de rediffusion, des bases de données électroniques de l institut national de la statistique et des études économiques ; - circulaire du 14 février 1994 relative à la diffusion des données publiques (dite «circulaire Balladur»). Tarifs en vigueur Les tarifs sont fixés par deux arrêtés consultables sur le site sirene.fr : l'un relatif aux prix de cession pour usage final et l'autre relatif au coût de mise à disposition pour un usage de rediffusion de la base de données SIRENE. 9

10 Établissements non diffusables Il s'agit des établissements: - non diffusables de la Défense Nationale (Défense, foyers des armées, autorités constitutionnelles..), - inscrits spécifiquement pour la Direction Générale des Impôts (loueurs de meublés non professionnels par exemple), les Urssaf (associés gérants de sociétés), la comptabilité publique ou les autorités constitutionnelles correspondant aux établissements de paye sans ordonnancement. Cela représente des entreprises à caractère strictement administratif sans consistance économique et qui ne participent pas au système productif. - ayant explicitement demandé à ne pas figurer en diffusion commerciale. Il s'agit d'entrepreneurs individuels ou de sociétés de fait qui ont demandé à en être retirés par courrier à l'insee. En effet, tout entrepreneur individuel ne peut demander que les informations le concernant ne puissent pas être utilisées par des tiers autres que les organismes habilités ou les administrations (arrêté du 13 mai 1987). On trouve également, pour des besoins évidents de confidentialité, des personnes morales de droit privé dont le type d'activité implique que leur lieu de résidence ne soit pas connu du public : ce sont des associations du type "SOS AMITIE" ou les "Alcooliques anonymes". 10

11 QU EST-CE QU UN SIREN/SIRET? L identifiant SIREN Définition Utilisation du numéro SIREN Règles de continuité du SIREN Caractéristiques du SIREN d un entrepreneur individuel Caractéristiques du SIREN d une personne morale L identifiant SIRET Définition Caractéristiques propres à tous les SIRETs 11

12 Concepts associés L entreprise L'identifiant SIREN Définition Le numéro SIREN est le numéro unique d'identification attribué à chaque entreprise par l'insee. C'est un simple numéro d'ordre, composé de neuf chiffres non significatifs (excepté pour les organismes publics où celui-ci commence obligatoirement par 1 ou 2). Il n'a aucun lien avec les caractéristiques de l'entreprise. Il est attribué qu'une seule fois et n'est supprimé du répertoire qu'au moment de la disparition de la personne juridique : - Le décès pour un entrepreneur individuel, - La dissolution pour une personne morale. Chaque SIREN identifie une entreprise : un artisan, une société commerciale, mais aussi une commune, un syndicat professionnel, une association ou encore un syndicat de copropriété ou un service de l'etat. Exceptions : certains SIREN correspondent à des unités non dotées de la personnalité juridique telles que les sociétés de fait, les sociétés en participation, les indivisions. Depuis le décret "Numéro unique", le numéro SIREN s'impose aux administrations dans leurs relations avec les entreprises. Un numéro SIREN est unique et n'est attribué qu'une seule fois (le numéro d'une personne juridique cessée n'est jamais réutilisé). L'attribution d'un nouveau SIREN correspond à la création d'une nouvelle personne juridique (voir "Les créations"). Utilisation du numéro SIREN Le numéro SIREN est un des constituants : - Du numéro d'inscription au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) Composition: Sigle RCS / une lettre / commune où siège le tribunal à compétence commerciale dont dépend le siège social de l'entreprise inscrite / SIREN - Du numéro d'inscription au Répertoire des Métiers (RM) Composition: SIREN / sigle RM / code département de la chambre des métiers dont dépend l'entreprise. - Du numéro d'opérateur sur le marché intra communautaire. Composition: sigle FR / clé à deux chiffres dont la méthode de calcul est confidentielle / SIREN Exemple : N SIREN N RCS RCS BORDEAUX N RM RM 33 N opérateur TVA FR

13 Règles de continuité du SIREN Caractéristiques du SIREN d'un entrepreneur individuel Un entrepreneur individuel (CJ=10 à 19) garde son numéro SIREN à vie. Ainsi, le SIREN reste identique en cas de reprise d'activité après une période d'interruption. Par exemple, si un artisan (entrepreneur individuel) reprend son activité de travailleur indépendant après une période d'interruption, il se voit réaffecter d'office son ancien SIREN. En effet, il n'y a pas création d'une nouvelle unité légale, même s'il a changé d'activité. On parlera alors de création par "réactivation". - Le SIREN reste identique en cas de changement de localisation de la personne juridique, par exemple en cas de déménagement ou de transfert de son siège social. - Le SIREN reste identique en cas de changement d'activité dès lors que son exploitant ne change pas, puisqu'il n'y a aucune personne juridique nouvelle. Il y a création d'un nouveau SIREN lors de la transformation d'un entrepreneur individuel en personne morale. En effet, il y a dans ce cas création d'une nouvelle personnalité juridique et donc création d'un nouvel identifiant SIREN. La seule exception à cette règle est lorsque l'entrepreneur individuel se transforme en indivision (CJ = 21). Exemple de conservation du SIREN Mme DURAND coiffeuse à Belfort Elle cesse son activité et part travailler à Chaumont comme employée de mairie Quelques années plus tard, elle ouvre une librairie à Dijon. => Cessation du SIREN => Réactivation du SIREN Exemple de création du SIREN Un artisan transforme son entreprise individuelle en entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL). Il y a alors création d'une nouvelle personne morale au registre du commerce et des sociétés et donc attribution d'un nouveau SIREN dans le répertoire SIRENE. M. TREVORS artisan plombier SIREN A CFE SIREN A SIREN B Cessation Création SARL Trévors plomberie SIREN B M. TREVORS artisan plombier inscrit à la Chambre des Métiers de Brest avec le SIREN A Il décide de transformer son entreprise artisanale en SARL et se rend dans un Centre de Formalité des Entreprises ; il y a changement de personne juridique. => Il y a cessation du SIREN A et création du SIREN B M. TREVORS poursuit son activité au sein de la SARL Trévors. => Seul le SIREN B demeure actif. Caractéristiques du SIREN d'une personne morale Plusieurs cas peuvent se présenter : - Un changement de forme juridique : o S'il entraîne une entrée ou une sortie du champ du RCS, il y a alors dissolution de la personne morale et création d'une nouvelle personne morale, ce qui se traduit par la cessation du premier SIREN et la création d'un nouveau SIREN (exemple : passage de 13

14 société en participation à société anonyme-sa). SIRENE o Si la personne morale relevait du RCS et continue à en relever après son changement de forme juridique, il y a alors continuité de la personne morale et donc conservation du numéro SIREN (exemples : passage de SARL à SA, de SA à SCI...) - Lorsque tout ou partie de l'activité d'une personne juridique est cédée à une autre personnalité juridique : il y a alors création d'un nouveau SIREN. Exemple de changement de SIREN A - La SARL LEDU change de catégorie juridique et devient une SA. Cette société continuera de relever du RCS Il y aura continuité de la personne morale et donc conservation du SIREN B - La SARL LEMONT change de statut juridique pour devenir entrepreneur individuel. Elle ne dépendra plus du RCS. Il y aura cessation de la personne morale SARL LEMONT et création d'une nouvelle entité (entrepreneur individuel) avec création de SIREN 14

15 Concepts associés L établissement L'identifiant SIRET Définition Le numéro SIRET est le numéro unique d'identification attribué à chaque établissement par l'insee. Ce numéro est un simple numéro d'ordre, composé de 14 chiffres non significatifs : les 9 premiers correspondent au numéro SIREN de l'entreprise dont l'établissement dépend et les 5 derniers à un numéro interne de classement (NIC). Le NIC n'est pas significatif. Il n'a aucun lien avec les caractéristiques de l'établissement. Caractéristiques propres à tous les SIRETs Tout établissement reçoit un SIRET, même pour une entreprise qui exploite un établissement unique. - Le SIRET est lié à la personne juridique. S'il y a changement de personnalité juridique, il y a changement de SIREN et donc changement de SIRET. Un numéro attribué à l'établissement d'une entreprise donnée n'est plus jamais utilisé au profit d'un autre établissement de cette entreprise : il est fermé quand l'activité cesse dans l'établissement concerné - Le SIRET est localisé : o Si plusieurs entreprises exercent leur activité dans un même lieu, il y a autant de d'unités SIRET différents que de SIREN (cf. exemple 1). o Une entreprise possède autant de SIRET qu'il y a de lieux différents où elle exerce son activité (cf. exemple 2). o Si une entreprise déplace le lieu de son activité, le numéro SIRET de l'ancien lieu est fermé et un nouveau numéro SIRET est crée au nouveau lieu (cf. exemple 3). Exemple 1 : plusieurs entreprises exercent sur un même lieu Mme DEZOT, médecin SIREN A SIRET A1 M. FAYET, dentiste SIREN B SIRET B1 3 rue Jean De La Fontaine CHATILLON (92) Exemple 2 : Le cabinet d'architecte Pierre et fils exerce à 2 adresses distinctes 25 impasse Beauchamps Colombes (92) SIREN A - SIRET A1 14 rue des Marronniers Thiais (94) SIREN A - SIRET A2 15

16 Exemple 3 : L imprimerie Moutier déplace son activité SIRENE SIREN B SIRET 1 Imprimerie Moutier 56 rue de la Résistance Pontoise (95) SIREN B SIRET B2 Imprimerie Moutier 64 avenue Pasteur Pontoise (95) L'imprimerie déménage Cessation du SIRET B1 Création du SIRET B2 au CFE 16

17 LES ÉTAPES DANS LA VIE D UNE ENTREPRISE La création d'une entreprise Définition Nouvelle inscription au répertoire SIRENE Réactivation d'un SIREN au répertoire SIRENE Activation économique d'un SIREN déjà existant au répertoire SIRENE Origine de la création L ouverture d'un établissement au répertoire SIRENE Le transfert d'établissement Définition Transferts au répertoire SIRENE La cessation d'une entreprise Définition générale La cessation juridique d'une entreprise La cessation d'activité d'une entreprise La fermeture d'établissement Destination de la cessation 17

18 La création d'une entreprise Définition Le concept de "création d'entreprise" est pris dans le sens large d'entreprises nouvellement actives : la création correspond à une nouvelle entité juridique, associée à la création d'un établissement actif et à l'exploitation de moyens de production. La création d'une entreprise associe donc une unité légale et des moyens de production. Au répertoire SIRENE, la notion de "création" prend en compte tous les mouvements économiques qui permettent d'accroître les moyens de production, en les créant ou les réactivant, mais aussi en les maintenant en exploitation grâce à un changement d'exploitant. Elles ne se limite pas aux seules nouvelles inscriptions enregistrées dans le répertoire SIRENE. Dans tous les cas, la création d'une entreprise est toujours associée, dans le répertoire SIRENE, à au moins un établissement économiquement actif. Selon la situation au répertoire, l'entreprise qui se crée peut correspondre : - à la nouvelle inscription d'un SIREN au répertoire SIRENE, - à la réactivation d'un SIREN déjà existant, - à l'activation économique d'un SIREN déjà existant. Par ailleurs, lorsqu'une entreprise déclare une activité, elle déclare également si elle crée une activité ou la reprend, totalement ou partiellement, d'un ou plusieurs établissements d'une autre entreprise. On parle alors d'origine de la création. Nouvelle inscription au répertoire SIRENE Dans le cas où l'entreprise n'avait auparavant ni existence juridique ni existence économique, la création se traduit au répertoire SIRENE par la création d'un nouveau SIREN associé à la création d'un premier établissement économiquement actif : le siège. Exemple : "Un ingénieur décide de créer son entreprise. Il se rend à la Chambre de Commerce et d'industrie dont relève son domicile et effectue sa déclaration de création" Au répertoire SIRENE, il y a création du SIREN et d'au moins un SIRET : le siège Réactivation d'un SIREN au répertoire SIRENE On appelle "réactivation" le fait de reprendre une activité pour une entreprise qui l'avait cessé. Ce phénomène est principalement lié aux entrepreneurs individuels dans la mesure où un entrepreneur individuel garde à vie son identifiant SIREN (voir chapitre "Continuité du SIREN"). On trouve également ce type de cas pour les entrepreneurs individuels exerçant une activité saisonnière. Exemple : "Un artisan maçon a momentanément abandonné son statut d'artisan pour exercer une activité salariée. Il décide par la suite de reprendre une activité artisanale" Dans le répertoire SIRENE, l'entreprise (le SIREN) de cet artisan sera "réactivée" : elle était mise en cessation, elle est à nouveau active. La déclaration de réactivation sera comptabilisée comme une création : il s'agit bien d'une nouvelle capacité de production, consécutive à la réactivation de l'activité artisanale. Exemple : "Un commerçant dans une station de ski exerce seulement pendant la saison hivernale. Chaque année, il cesse son activité à la fin de la saison de ski et la reprend l'hiver suivant" Il y a donc chaque année, une réactivation du SIREN de cet entrepreneur en début de saison avec ouverture de l'établissement, et, en fin de saison, une fermeture d'établissement avec cessation de l'entreprise. Activation économique d'un SIREN déjà existant au répertoire SIRENE Dans certains cas, l'entreprise déclarant sa création est déjà inscrite au répertoire pour des besoins strictement administratifs (l'entreprise est dite " non-exploitante "). Elle n'a pas de consistance économique. C'est le cas par exemple d'un loueur de fond, d'un associé gérant de société ou d'une entreprise créée sans activité. 18

19 Lorsque l'entreprise déclare sa prise d'activité (ou reprend l'exploitation d'un fond de commerce dans le cas d'un loueur de fond), on parlera d'activation des moyens de production ou encore d'activation économique. L'entreprise devient alors " exploitante ". Exemple : "Le créateur d'un nouveau restaurant procède à la déclaration de constitution de son entreprise plusieurs mois avant son ouverture réelle, pour des besoins de promotion." Sa déclaration de création conduit à son inscription dans le répertoire SIRENE : il y a création du SIREN et du SIRET siège sans activité déclarée. Au moment de sa mise en exploitation réelle, on parlera d'activation économique d'une unité légale existante. Origine de la création Les moyens de production associés à une création d'entreprise peuvent avoir plusieurs origines : - ils peuvent être créés, et donc réellement nouveaux, - ils peuvent être repris à un établissement économique d'une autre entreprise, - ils peuvent être activés, c'est-à-dire remis en exploitation après une période en tant que nonexploitant. L'origine des créations est une variable déclarative non contrôlée au répertoire SIRENE. La qualité de son renseignement n'est donc pas garantie. Nouveaux moyens de production La création d'une entreprise correspond dans ce cas à l'exploitation de nouveaux moyens de production. On parle aussi de création "pure" ou de création "ex-nihilo". D'un point de vue économique, elle correspond à une réelle augmentation des capacités de production. Reprise ou rachat des moyens de production On parle alors de création d'entreprise par reprise ou rachat. La reprise des moyens de production peut être partielle ou totale. Cette information est généralement connue lors des déclarations de prise d'activité, plus rarement lors des déclarations de fermeture. Seul le produit "Evénements France entière" contient le lien entre l'entreprise qui se crée et l'ancien détenteur des moyens de production. Exemple 1 : "Le propriétaire d'un hôtel veut cesser son exploitation. Il vend l'hôtel à un acquéreur qui crée ainsi son entreprise à partir de cet établissement." La déclaration de création de l'acquéreur donnera lieu à la création d'un nouveau SIREN par reprise. Le SIRET du vendeur est alors fermé (son SIREN cessé économiquement s'il n'a pas d'autre activité) jusqu'à la réception par l'insee de la déclaration de cessation juridique de l'entreprise (voir le chapitre " Les cessations "). Exemple 2 : "Un commerçant en inactivité décide de reprendre une activité commerciale. Il rachète un commerce existant." Dans ce cas, la création (par réactivation) du commerçant est associée à la reprise d'un fond de commerce à une autre entreprise (ancien exploitant). Le SIRET de l'ancien exploitant est alors fermé (et son SIREN cessé économiquement s'il n'a pas d'autre activité économique) jusqu'à la réception par l'insee de la déclaration de cessation juridique de l'entreprise (voir le chapitre " Les cessations "). Remarque : Les changements d'exploitant par rachat de parts ou d'actions de sociétés, ne sont pas considérés comme des reprises. Il n'y a pas dans ce cas création d'une nouvelle personne juridique. Remise en exploitation des moyens de production Une entreprise déclare reprendre l'exploitation de son fonds de commerce, jusqu'alors mis en locationgérance. De sa qualité de "loueur de fonds" (non-exploitant), l'entreprise devient alors exploitante des moyens de production. On parle de création par reprise des moyens de production dès lors qu'il n'y a pas d'autre établissement exploitant dans l'entreprise. On trouve souvent ce type de cas lors des créations par activation des moyens de production. Au répertoire SIRENE, cela se traduit par une création par activation des moyens de production d'une entreprise déjà existante (passage de "entreprise non exploitante à "entreprise exploitante"). 19

20 Exemple 1 : "Un loueur de fonds souhaite reprendre l'exploitation de son hôtel" SIRENE L'entreprise du loueur de fonds est par défaut " non-exploitante " si elle n'a pas d'autre activité exploitante. Lors de la reprise des moyens de production, le SIREN du loueur de fonds passera de "non-exploitant" à "exploitant". 20

INTRODUCTION CREER UNE ENTREPRISE EN CONCLUSION

INTRODUCTION CREER UNE ENTREPRISE EN CONCLUSION L ENTREPRISE MOE FDE83002 INTRODUCTION CREER UNE ENTREPRISE EN CONCLUSION Septembre 2011 REFERENCES - cursus référent entreprises ; Manuel Utilisateur Parcours 3 Entreprises Version 2.4 ; Comprendre SIRENE

Plus en détail

Art. 4. Le numéro d'identification statistique est composé de quinze (15) chiffres et est attribué par l'office national des statistiques.

Art. 4. Le numéro d'identification statistique est composé de quinze (15) chiffres et est attribué par l'office national des statistiques. Décret exécutif 97-396 du 26 Joumada Ethania 1418 correspondant au 28 octobre 1997 relatif au numéro d'identification statistique (N.I.S) et portant création d'un répertoire national des agents économiques

Plus en détail

8 LES FORMALITÉS DE CRÉATION. À vos marques. papiers!

8 LES FORMALITÉS DE CRÉATION. À vos marques. papiers! À vos marques prêts papiers! DEPUIS LA MISE EN PLACE DES CENTRES DE FORMALITÉS DES ENTREPRISES (CFE), ONT ÉTÉ CONSIDÉRABLEMENT SIMPLIFIÉES. DÉSORMAIS, TOUTES LES DEMANDES OU PRESQUE PEUVENT ÊTRE DÉPOSÉES

Plus en détail

NOTE. Domiciliation et statut de l auto entrepreneur. Analyse de la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008

NOTE. Domiciliation et statut de l auto entrepreneur. Analyse de la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008 NOTE Date : 20 avril 2009 Nature : CONFIDENTIEL Domaine : Domiciliation et statut de l auto entrepreneur Bénéficiaire : Syndicat SYNAPHE Objet : Analyse de la loi de modernisation de l économie du 4 août

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

DECRETS. 24 Rajab 1436 13 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 24

DECRETS. 24 Rajab 1436 13 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 24 4 DECRETS Décret exécutif n 15-111 du 14 Rajab 1436 correspondant au 3 mai 2015 fixant les modalités d immatriculation, de modification et de radiation au registre du commerce. Le Premier ministre, Sur

Plus en détail

1. Identification de l entreprise

1. Identification de l entreprise Ministère chargé des transports Demande de modification d autorisation d exercer ou d inscription au registre (1) : arrêté du 28 décembre 2011 (JO du 30 décembre 2011) Transporteur public routier de marchandises,

Plus en détail

COMPRENDRE LE FICHIER DÉTAILLÉ

COMPRENDRE LE FICHIER DÉTAILLÉ LES PRODUITS DE L INSEE SIRENE BASE DE DONNEES COMPRENDRE LE FICHIER DÉTAILLÉ (OU NOTICE 80) Quelques Concepts Dessin «Fichier Détaillé» Définition des variables Codes et Nomenclatures Cette version de

Plus en détail

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI 30/01/2014 La domiciliation de l entreprise, correspond à l adresse administrative de l entreprise, qui doit être déclarée au CFE (Centre

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, REPUBLIQUE DU NIGER DECRET N 2001-220/PRN/MC/PSP PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DU COMMERCE ET DE du 23 novembre 2001 LA PROMOTION DU SECTEUR PRIVE Portant création, attributions et organisation

Plus en détail

LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports)

LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports) LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports) MODIFICATIONS INTRODUITES PAR LA LOI N 2014-1104 DU 1 er OCTOBRE 2014 RELATIVE AUX TAXIS ET AUX VOITURES DE TRANSPORT AVEC CHAUFFEUR

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

LE GUIDE POUR ADHERER Novembre 2010

LE GUIDE POUR ADHERER Novembre 2010 LE GUIDE POUR ADHERER Novembre 2010 Au Sommaire : Modalités d adhésion Date d effet de l adhésion Portée de l adhésion Bulletin d adhésion 1 RUE DE LA PAIX BP 0506 53005 LAVAL CEDEX Tél : 02.43.59.24.00

Plus en détail

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011.

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures Page 1/8 Page 2/8 Sommaire Documents concernés 4 Documents non concernés 4 Caractéristiques 4 Mentions obligatoires 4 Mentions facultatives (hors

Plus en détail

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS La nouvelle loi du 2 mai 2002 sur les asbl apporte des changements : - dans la rédaction des statuts ; - dans les formalités et les publications

Plus en détail

La structure et ses obligations juridiques

La structure et ses obligations juridiques FORMALITES-ENREGISTREMENT DE L ENTREPRISE Lors de la création de l entreprise, le Centre de Formalité des Entreprises (CFE) à la CCI, transmet votre déclaration d activité à différents organismes : - à

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES UNITES ET VARIABLES A REPERTORIER SEMINAIRE DU CEFIL SUR L AVANCEMENT DES TRAVAUX CONCERNANT LA MISE EN PLACE D UN REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL

Plus en détail

ANNEXE n 1 REGLEMENT DE GESTION DE LA LISTE D ATTENTE ET D ATTRIBUTION DE POSTES D AMARRAGE BASSIN DE PLAISANCE DE CAEN

ANNEXE n 1 REGLEMENT DE GESTION DE LA LISTE D ATTENTE ET D ATTRIBUTION DE POSTES D AMARRAGE BASSIN DE PLAISANCE DE CAEN ANNEXE n 1 REGLEMENT DE GESTION DE LA LISTE D ATTENTE ET D ATTRIBUTION DE POSTES D AMARRAGE BASSIN DE PLAISANCE DE CAEN Article 1 : OBJET Le présent règlement a pour objet de définir les règles de fonctionnement

Plus en détail

Rechercher les informations légales et sectorielles

Rechercher les informations légales et sectorielles GEA 2014-2015 Recherche documentaire Marine Souchier Rechercher les informations légales et sectorielles Intro : quelles sont les informations légales à chercher sur votre organisation? la raison sociale,

Plus en détail

DOCUMENTS COMMERCIAUX : MENTIONS OBLIGATOIRES

DOCUMENTS COMMERCIAUX : MENTIONS OBLIGATOIRES DOCUMENTS COMMERCIAUX : MENTIONS OBLIGATOIRES 30/01/2014 Les entreprises doivent impérativement faire figurer, sur les documents commerciaux qu elles envoient aux tiers, certaines mentions à peine de sanctions

Plus en détail

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique,

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique, Décret n 83-135 du 19 février 1983 portant obligation pour toutes les entreprises publiques privées nationales intervenant dans le cadre du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique, de détenir

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS

CATALOGUE DES PRESTATIONS 4, Avenue Louis Martin CS 61714 35417 SAINT-MALO CEDEX Téléphone : 02 99 20 63 00 Télécopie : 02 99 40 12 89 infoeco@saintmalofougeres.cci.fr CATALOGUE DES PRESTATIONS CCI INFO FEVRIER 2015 Chambre de

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie EXPLOITATION DE VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie EXPLOITATION DE VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 17/02/2010 N : 17.10 EXPLOITATION DE VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR La loi n 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de

Plus en détail

Demande de carte professionnelle

Demande de carte professionnelle Demande de carte professionnelle Live VI du code de la sécurité intérieure Ce formulaire vous permet d effectuer votre demande de carte professionnelle dématérialisée. Valable cinq ans, la carte professionnelle

Plus en détail

Centre international d études pédagogiques

Centre international d études pédagogiques Centre international d études pédagogiques 1, avenue Léon-Journault 92318 Sèvres Cedex Tél. : 33 (0)1 45 07 60 22 - Fax : 33 (0)1 45 07 60 31 Site Internet : www.ciep.fr Prestations d assistance à maîtrise

Plus en détail

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES 27/02/2015 Les causes de dissolution d'une société sont multiples. On peut citer par exemple l'arrivée du terme, la réalisation de l'objet social, la dissolution

Plus en détail

PERSONNE MORALE. Capital: montant, unité monétaire 6

PERSONNE MORALE. Capital: montant, unité monétaire 6 Elle leur garantit un droit d accès et rectification pour les données les concernant auprès s organismes stinataires ce formulaire. 1 7 8 9 DECLARATION DE MODIFICATION PERSONNE MORALE RESERVE AU CFE M

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES ENTRE LES SOUSSIGNES

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES ENTRE LES SOUSSIGNES CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES ENTRE LES SOUSSIGNES La société «HCD centres d affaires», Eurl au capital de 1000 Euros, inscrite au RCS Marseille sous le numéro 520280397,

Plus en détail

LA LETTRE DE VOITURE : article L. 132-9 du Code de commerce

LA LETTRE DE VOITURE : article L. 132-9 du Code de commerce LA LETTRE DE VOITURE : article L. 132-9 du Code de commerce EDITION du 6 août 2008 I. - La lettre de voiture doit être datée. II. - Elle doit exprimer : 1 La nature et le poids ou la contenance des objets

Plus en détail

TARIFS DES FORMALITES RM/RCS AU 01/01/2013

TARIFS DES FORMALITES RM/RCS AU 01/01/2013 TARIFS DES FORMALITES RM/RCS AU 01/01/2013 FORMALITES & FRAIS CMA / RCS FRAIS CMA FRAIS RCS PERSONNE PHYSIQUE Changement de domicile du Chef d entreprise Changement de salarié(e) qualifié(e) (Activité

Plus en détail

Centre de Formalités des Entreprises 17 place de la Bourse Cs 61270 33076 BORDEAUX Cedex Tél : 05 56 79 5000 contact@bordeaux.cci.

Centre de Formalités des Entreprises 17 place de la Bourse Cs 61270 33076 BORDEAUX Cedex Tél : 05 56 79 5000 contact@bordeaux.cci. Tél : 05 56 79 5000 contact@bordeaux.cci.fr Acquisition du fonds par le locataire gérant - Deux exemplaires du formulaire M2 - Si l'activité est réglementée (bar, restaurant, transport ), d'autres pièces

Plus en détail

DEMANDE D EXPLOITATION D UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT DE TAXI (ADS)

DEMANDE D EXPLOITATION D UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT DE TAXI (ADS) Préfecture Secrétariat général Direction de la Réglementation Et des Libertés Publiques Bureau de la Réglementation Et des Elections PREFET DE L OISE DEMANDE D EXPLOITATION D UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT

Plus en détail

DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES :

DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES : EXPERTS COMPTABLES «Associés de votre futur» DOSSIER SPECIAL Mis à jour au 02/04/2012 DONNEURS D ORDRES / MAITRES D OUVRAGES : Vos nouvelles obligations envers vos sous-traitants établis en France ou à

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Code des marchés publics (décret 2006-975 du 1er août 2006)

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Code des marchés publics (décret 2006-975 du 1er août 2006) Secrétariat Général Direction de l'administration générale Sous direction des affaires financières et générales MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Code des marchés publics (décret 2006-975 du

Plus en détail

ACTIVITES REGLEMENTEES TRANSPORT PUBLIC ROUTIER DE PERSONNES NAF 60.2 G

ACTIVITES REGLEMENTEES TRANSPORT PUBLIC ROUTIER DE PERSONNES NAF 60.2 G ACTIVITES REGLEMENTEES TRANSPORT PUBLIC ROUTIER DE PERSONNES NAF 60.2 G DEFINITION : Principe : Le transport public routier non urbain de personnes, également appelé "transport touristique" ou "occasionnel"

Plus en détail

JE SUIS OU JE SOUHAITE DEVENIR TRANSPORTEUR PUBLIC ROUTIER DE MARCHANDISES OU DE VOYAGEURS OU COMMISSIONNAIRE DE TRANSPORT:

JE SUIS OU JE SOUHAITE DEVENIR TRANSPORTEUR PUBLIC ROUTIER DE MARCHANDISES OU DE VOYAGEURS OU COMMISSIONNAIRE DE TRANSPORT: JE SUIS OU JE SOUHAITE DEVENIR TRANSPORTEUR PUBLIC ROUTIER DE MARCHANDISES OU DE VOYAGEURS OU COMMISSIONNAIRE DE TRANSPORT: Quelles sont les procédures à suivre et les obligations qui m incombent? LES

Plus en détail

ÉPARGNE SALARIALE CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ

ÉPARGNE SALARIALE CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ CRÉATION OU REPRISE D UNE ENTREPRISE ET INSTALLATION D UNE ACTIVITÉ NON SALARIÉE par l épargnant, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS ou l un de ses enfants majeurs Dispositifs concernés

Plus en détail

I- ACCES AU FORMULAIRE...3 II- SAISIE DU FORMULAIRE...3 III- LA PRODUCTION DU COMPTE-RENDU DES SAISIES DU FORMULAIRE...13

I- ACCES AU FORMULAIRE...3 II- SAISIE DU FORMULAIRE...3 III- LA PRODUCTION DU COMPTE-RENDU DES SAISIES DU FORMULAIRE...13 NOTICE EXPLICATIVE FORMULAIRE D OPTION POUR LE PAIEMENT DES TAXES FONCIERES (TF) ET DE LA TAXE SUR LES LOCAUX A USAGE DE BUREAUX, LES LOCAUX COMMERCIAUX ET DE STOCKAGE (TSBCS) A LA DIRECTION DES GRANDES

Plus en détail

TRAVAILLER EN FRANCE

TRAVAILLER EN FRANCE TRAVAILLER EN FRANCE Pour travailler en France, il convient de respecter certaines règles et obligations. Dans certains cas, il est nécessaire d'enregistrer son activité auprès d'un organisme. Parfois,

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

DECLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE

DECLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE 1 M0 CONSTITUTION D UNE SOCIETE AVEC ACTIVITE DECLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE PERSONNE celle-ci résulte d une fusion/scission MORALE CONSTITUTION D UNE SOCIETE SANS ACTIVITE (Ne pas remplir les

Plus en détail

LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE

LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE 22/03/2010 Il s'agit d'un "contrat par lequel le propriétaire ou l'exploitant d'un fonds de commerce ou d'un établissement artisanal, concède totalement ou partiellement

Plus en détail

Publics concernés : Entreprises, Préfets, DREAL, DRIEE, DEAL

Publics concernés : Entreprises, Préfets, DREAL, DRIEE, DEAL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l'énergie Arrêté du [ ] encadrant la constitution de garanties financières par le biais d un fonds de garantie privé prévue

Plus en détail

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT N 3916 N 11916 * 05 N 50869 # 05 DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT D UN COMPTE OUVERT HORS DE FRANCE 1. IDENTITÉ DU (OU DES) DÉCLARANT(S) (CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS : ART. 1649 A, 2 e ET 3 e AL. ; ART. 1758 ET

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 22/05/2001 Origine : CABDIR MMES et MM les Agents Comptables. des Caisses Primaires d'assurance Maladie. des Caisses

Plus en détail

DÉCLARATION DE CONSTITUTION D UNE SOCIÉTÉ À RESPONSABILITÉ LIMITÉE RÉSERVÉ AU CFE M G U I D B E F K T

DÉCLARATION DE CONSTITUTION D UNE SOCIÉTÉ À RESPONSABILITÉ LIMITÉE RÉSERVÉ AU CFE M G U I D B E F K T 1 2 3 7 8 9 12 13 14 15 16 17 18 19 M0 N 11680*02 DÉCLARATION DE CONSTITUTION D UNE SOCIÉTÉ À RESPONSABILITÉ LIMITÉE RÉSERVÉ AU CFE M G U I D B E F K T SARL, SELARL y compris à associé unique (EURL) sauf

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES ENTRE, La société SHOPPING FLUX SARL, dont le siège social est situé : 21 avenue du Fort 92120 Montrouge Immatriculée au registre du commerce et des sociétés sous le numéro

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES Entre les soussignés La Société, S.A.R.L. au capital de 30.000, inscrite au R.C.S. de Paris sous le numéro 508 763 950, ayant son siège

Plus en détail

ORDRE NATIONAL DES INFIRMIERS Inscription au tableau

ORDRE NATIONAL DES INFIRMIERS Inscription au tableau Cadre réservé à l ordre N d inscription à l ordre : Dossier complet oui non Date de l'inscription au tableau : / / Collège : Public Privé Libéral ORDRE NATIONAL DES INFIRMIERS Inscription au tableau N

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION 1 / 8 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET DE L APPEL D OFFRES 3 ARTICLE 2 - CONDITIONS DE L APPEL D OFFRES 3 ARTICLE 3 - PRESENTATION DES

Plus en détail

Légende Taille AN : Fichier Ancienne Norme 32 ; Taille NN : Fichier Nouvelle Norme 38 Zone avec * renseignée dans les fichiers de mises à jour

Légende Taille AN : Fichier Ancienne Norme 32 ; Taille NN : Fichier Nouvelle Norme 38 Zone avec * renseignée dans les fichiers de mises à jour FICHE PRODUIT LE PRODUIT CEDEXA est le référentiel des adresses CEDEX des entreprises ayant souscrit un contrat CEDEX à La Poste. Ce référentiel fait l'objet d'une mise à jour continue par les conseillers

Plus en détail

Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant

Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public

Plus en détail

Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments. Règlement de consultation

Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments. Règlement de consultation Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments Règlement de consultation Marché n 2014000401 Pouvoir adjudicateur: Tél. : 02.41.57.36.08 Fax : 02.41.57.59.09 Mél : comcom.valleeloireauthion@ccvla.fr

Plus en détail

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)?

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? SOMMAIRE I. Application de la CCN du commerce de détail de l habillement et

Plus en détail

Source administrative

Source administrative SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie Source administrative RNPP: Registre national des personnes physiques Informations générales Le Registre national des personnes physiques ou plus simplement

Plus en détail

Démographie des entreprises et des établissements

Démographie des entreprises et des établissements Démographie des entreprises et des établissements 2000 à 2014 Un regroupement de plusieurs produits... 2 Les sources... 5 Les champs... 6 Les fichiers... 8 Nombre d observations et d'entreprises ou d'établissements

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment ses articles 8-4 et 125 (alinéa 2);

Vu la Constitution, notamment ses articles 8-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 97-154 du 3 Moharram 1418 correspondant au 10 mai 1997 relatif à l'administration des biens immobiliers. p.13 Le Chef du Gouvernement, Sur le rapport du ministre de l'habitat; Vu la Constitution,

Plus en détail

Fiche TransEntreprise confidentielle

Fiche TransEntreprise confidentielle La Chambre de Commerce et d'industrie met à la disposition des chefs d entreprise ainsi que des propriétaires de pas-de-porte ou locaux commerciaux/industriels, le réseau TRANSENTREPRISE pour diffuser

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS Seul le représentant légal de la société ou de l entreprise est habilité à effectuer une déclaration de cessation des

Plus en détail

ÉPARGNE SALARIALE Cas de déblocage anticipé

ÉPARGNE SALARIALE Cas de déblocage anticipé ET INSTALLATION D UNE ACTIVITÉ NON SALARIÉE par l épargnant, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS ou l un de ses enfants majeurs caractéristiques Le déblocage, total ou partiel, intervient

Plus en détail

Le Rôle de la bourse

Le Rôle de la bourse Le Rôle de la bourse Les Bourses de valeurs ou marchés financiers sont des lieux où s'échangent différents produits financiers, parmi ceux-ci les plus connus sont les actions et les obligations, cependant

Plus en détail

Après examen par le conseil des ministres réuni le 8 ramadan 1417 (17 janvier 1997),

Après examen par le conseil des ministres réuni le 8 ramadan 1417 (17 janvier 1997), 18 Janvier 1997 Décret n 2-96-906 (9 ramadan 1417) pris pour l'application du chapitre II - relatif au registre du commerce - du titre IV du livre premier de la loi n 15-95 formant Code de commerce (B.O.

Plus en détail

COMPRENDRE LE DESSIN «L»

COMPRENDRE LE DESSIN «L» SIRENE BASE DE DONNEES COMPRENDRE LE DESSIN «L» Version provisoire du 10/04/2015 14:55 Les «conditions générales de commercialisation par l INSEE des informations contenues dans la base de données SIRENE»

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com Droit applicable : Français. Date de dernière mise à jour : 24/07/2015. 1. Préambule, Objet, et Définitions 1.1 Présentation ze-questionnaire.com

Plus en détail

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223]

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223] Références du document 4G223 Date du document 25/06/98 SECTION 3 Entreprises utilisant une adresse dite de domiciliation Dans le cadre des mesures destinées à faciliter la création des entreprises, la

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES ---------------

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES --------------- MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES RENOUVELLEMENT DU STANDARD TELEPHONIQUE DU PRES UNIVERSITE DE TOULOUSE --------------- REGLEMENT DE LA CONSULTATION Procédure de consultation : Marché

Plus en détail

LE REGIME JURIDIQUE DE LA CARTE DE COMMERCANT NON SEDENTAIRE

LE REGIME JURIDIQUE DE LA CARTE DE COMMERCANT NON SEDENTAIRE LE REGIME JURIDIQUE DE LA CARTE DE COMMERCANT NON SEDENTAIRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR La délivrance des «cartes permettant l exercice d une activité commerciale ou artisanale ambulante» est dévolue exclusivement

Plus en détail

DÉCLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE

DÉCLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE 1 2 3 9 10 P0 C M B N 176*04 Avez-vous déjà exercé une activité non salariée NOM DE NAISSANCE Pseudonyme Sexe M F Né(e) le Dépt. / Pays Domicile : rés., bât., n, voie, lieu-dit / Pays Forain de rattachement

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

Tout chirurgien-dentiste, personne physique ou morale, inscrit au tableau de l Ordre, peut être titulaire d un site Internet.

Tout chirurgien-dentiste, personne physique ou morale, inscrit au tableau de l Ordre, peut être titulaire d un site Internet. Charte ordinale de "qualité" applicable aux sites web des chirurgiens-dentistes adoptée par le conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes le 15 mars 2008 L'information en ligne peut améliorer

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS NOTICE DE RENSEIGNEMENTS ADJOINT TECHNIQUE SESSION 2016 MINISTERE DE LA JUSTICE SESSION 2016 Direction de l'administration Pénitentiaire 1 SOMMAIRE I - RECRUTEMENT... p. 4 1.1- CONDITIONS D INSCRIPTION

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE 27/02/2015 L EURL - Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dotée de la personnalité morale, n est pas une nouvelle forme de société ; c est

Plus en détail

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE L associé unique d une EURL peut décider à tout moment, librement, de dissoudre la société. 27/02/2015 Ce type de dissolution connaît quelques particularités

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PERSONNE PHYSIQUE

QUESTIONNAIRE PERSONNE PHYSIQUE Réservé au Conseil régional Code du dossier : Date d envoi du dossier par le Conseil régional d origine : Date de réception du dossier par le Conseil régional destinataire : Inscription : session du DEMANDE

Plus en détail

Une autorisation doit être donnée au syndic pour vous transmettre les notifications par lettre recommandée électronique

Une autorisation doit être donnée au syndic pour vous transmettre les notifications par lettre recommandée électronique DEMATERIALISATION? Soyons clair ou bien essayons de l être. Depuis le dernier trimestre 2015, le syndic a effectivement la possibilité d envoyer aux copropriétaires les convocations, procès-verbaux d assemblées

Plus en détail

Acte réglementaire Règlement intérieur

Acte réglementaire Règlement intérieur Acte réglementaire Règlement intérieur Règlement d'usage du système d information par les organisations syndicales de l Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis UVHC Commission des statuts juin

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Décret n 96-926 du 17 octobre 1996

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Décret n 96-926 du 17 octobre 1996 Décret ne 96-926 du 17 octobre 1996 relatif à la vidéo-surveillance pris pour l'application de l'article 10 de la loi ne 95-73 du 21 janvier 1995 d'orientation et de programmation relative à la sécurité

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008.

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. J28 Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. Le statut de l auto entrepreneur : L article 8 de la Loi institue le

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Fourniture, installation et maintenance d un stockage rapide pour virtualisation et base de données

Fourniture, installation et maintenance d un stockage rapide pour virtualisation et base de données Marché public de fournitures courantes et services Fourniture, installation et maintenance d un stockage rapide pour virtualisation et base de données --------------- Règlement de la consultation (RC)

Plus en détail

REGLEMENT CONSULTATION. de la

REGLEMENT CONSULTATION. de la REGLEMENT de la CONSULTATION relatif à la consultation pour la conception et le développement d un outil informatique sur la modélisation du passage à l acte des ménages en matière de rénovation énergétique

Plus en détail

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE Un candidat vient demander copie de la liste électorale. Quelle liste électorale doit-on lui fournir : celle qui est arrêtée au 10 janvier ou la liste avec les

Plus en détail

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce Royaume du Maroc Ministère de l'industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies..: (L C I j

Plus en détail

CRÉATION d'une ASSOCIATION

CRÉATION d'une ASSOCIATION N 13973*03 CRÉATION d'une ASSOCIATION DÉCLARATION PRÉALABLE Loi du 1er juillet 1901, article 5 Décret du 16 août 1901, articles 1 à 7 Ce formulaire vous permet de déclarer les informations nécessaires

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

DÉCLARATION DE MODIFICATION

DÉCLARATION DE MODIFICATION 1 2 3 4 5 6 10 11 12 M2 UNIQUEMENT POUR LA SOCIÉTÉ À ASSOCIÉ UNIQUE. L associé unique assume-t-il personnellement la direction de la société oui non N 11682*02 N UNIQUE D IDENTIFICATION IMMATRICULATION

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/183 DÉLIBÉRATION N 14/101 DU 4 NOVEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE CREATION D ASSOCIATION

GUIDE PRATIQUE CREATION D ASSOCIATION GUIDE PRATIQUE CREATION D ASSOCIATION Avant de déposer votre dossier à la D.R.D.J.S, n avez-vous rien oublié? Une déclaration sur papier libre Un P.V de l assemblée générale constitutive Un exemplaire

Plus en détail

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ;

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ; CHEQUES EMPLOI SERVICE UNIVERSELS (CESU) en tant que moyen de règlement de certains services offerts par les collectivités TEXTES DE REFERENCE - Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 28/02/80 MM les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : SDAM Réf. : SDAM

Plus en détail

S agit-il : d une création, d un transfert ou d une antenne FORME JURIDIQUE : SARL COMMERCANT ARTISAN AUTRES

S agit-il : d une création, d un transfert ou d une antenne FORME JURIDIQUE : SARL COMMERCANT ARTISAN AUTRES RENSEIGNEMENT CONCERNANT L ENTREPRISE A DOMICILIER S agit-il : d une création, d un transfert ou d une antenne FORME JURIDIQUE : SARL COMMERCANT ARTISAN AUTRES RAISON SOCIALE :... NOM COMMERCIAL :... ACTIVITE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Modèles prêts à l emploi sur CD-Rom www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

DEBIT DE TABAC I. CONDITIONS D'ACCES. A. Conditions générales d'agrément. B. Adjudication de la gérance

DEBIT DE TABAC I. CONDITIONS D'ACCES. A. Conditions générales d'agrément. B. Adjudication de la gérance DEBIT DE TABAC 23/07/2012 Le débit de tabac ne constitue pas un fonds de commerce. Il s agit en fait d une concession accordée à un exploitant qui vend les produits du monopole de l Etat. Cependant l exploitant

Plus en détail

Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement)

Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement) Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement) Livre VI du code de la sécurité intérieure Décret n 2009-137 du 9 février 2009 modifié Ce formulaire vous permet d obtenir

Plus en détail

TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES I. EXIGENCES REQUISES POUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION A. HONORABILITE PROFESSIONNELLE 23/07/2012

TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES I. EXIGENCES REQUISES POUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION A. HONORABILITE PROFESSIONNELLE 23/07/2012 TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES 23/07/2012 Selon le décret n 99-752 du 30 août 1999 modifié par décret du 28 décembre 2011, les entreprises établies en France, autorisées à exercer une activité de transport

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année :.

DEMANDE DE SUBVENTION Année :. Cadre réservé au service référent DEMANDE DE SUBVENTION Année :. 1 - Service interlocuteur (Le nom du service référent est communiqué à l association lors de son immatriculation) o Action Associative et

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PERSONNE MORALE

QUESTIONNAIRE PERSONNE MORALE Réservé au Conseil régional Code du dossier : Date d envoi du dossier par le Conseil régional d origine : Date de réception du dossier par le Conseil régional destinataire : Inscription : session du DEMANDE

Plus en détail