30th June, 2009, Luxembourg With Sanjay Sinha, Managing Director, MicroCredit Ratings International Limited (M-CRIL)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "30th June, 2009, Luxembourg With Sanjay Sinha, Managing Director, MicroCredit Ratings International Limited (M-CRIL)"

Transcription

1 30th June, 2009, Luxembourg With Sanjay Sinha, Managing Director, MicroCredit Ratings International Limited (M-CRIL) XI ème Midi de la microfinance

2

3 INTRODUCTION The Social Dimension of Microfinance: Bringing Social Dimensions into Financial Services...p.4 PRESENTATION Social dimension in microfinance (M-CRIL)...p.5 KEY DOCUMENTS Social Performance Management in Practice... p.11 Au-delà des bonnes intentions : évaluation de la performance sociale des institutions de microfinance...p.13 Index : Social Impact Measuring and Reporting Tools... p.29 Development of a Client Assessment and Monitoring System or Social Ledger... p.33 The Double Bottom Line: Evaluating Social Performance in Microfinance... p.37 Etudes des liens entre performances sociales (SPI) et financières (Mix) pour 42 IMF latino-américaines... p.43 Social Performance in Microfinance, Recent Developments and Issues for Investors... p.47 REFERENCES...p.56 ANNEXE Biographical of Sanjay Sinha... p.58 Biographical of Marc Bichler... p.59 ADA presentation... p.60

4 INTRODUCTION Bringing Social Dimensions into Financial Services Is microfinance sector still playing its social role? Are microfinance institutions drifting away from their social mission? More than ever before, these questions are reverberating around the world of microfinance. Considered as an effective tool in terms of poverty alleviation, microfinance has demonstrated its financial sustainability which in turn has attracted commercial funders to invest more money into this growing sector. Whilst positive in themselves, these recent developments have raised the issues of social impact and responsibility. Improved client outreach and increased flows of funding into the sector may not prove sufficient to ensure a real improvement in terms of the overall development and well being of the targeted population. As the microfinance sector has matured and developed, it has realised the need for MFIs to achieve that double-bottom line and as a result social performance indicators and tools were developed over four years ago in order to monitor MFIs social impact. Drawing on examples from his extensive experience in Asia as a specialized microfinance rater, Mr Sanjay Sinha, Managing Director of M-CRIL will demonstrate how microfinance institutions can bring social dimensions into financial services. XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 4 All photographs ADA

5 PRESENTATION BY Mr SANJAY SINHA Social dimension in microfinance Micro-Credit Ratings International Ltd 602 Pacific Square, 32nd Milestone NH8, Gurgaon INDIA Tel: , Fax: M-CRIL is/has World s leading mf rating agency 600 ratings in 27 countries spread across Asia and into Europe and Africa A decade of pioneering experience in mf rating services Professionally qualified team of 12 analysts. Independent rating review committee with microfinance experts Range of clients/partners - Multilateral, Bilateral and other Development Organisations, Not-for-profit Organisations, Govt. Organisations, FIs, MFIs and others Record of pioneering products in microfinance analysis XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 5 1

6 PRESENTATION BY Mr SANJAY SINHA M-CRIL has Record of pioneering products in poverty-focused programmes One of the first to introduce financial rating of MFIs, 1998 First to introduce social rating of MFIs, 2005 rating of chit funds [formal RoSCAs], 2008 Pipeline, 2009 low cost private schools in developing countries value chain initiatives for microenterprise promotion community led slum redevelopment initiatives M-CRIL s ratings were launched specifically to facilitate the flow of commercial funds into microfinance this may now be reinterpreted as the flow of socially responsible funds into double/triple bottom line programmes XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 6 2

7 PRESENTATION BY Mr SANJAY SINHA Microfinance in Asia Key countries Clients Number of MFIs (region) MFIs Banks (nos. in millions) (with significant outreach) India Indonesia Bangladesh Pakistan Philippines (incl rural banks) Nepal Cambodia Sri Lanka Afghanistan Central Asia ~ ~600 The social dimension Microfinance is about economic inclusion so MFIs tend to have a social mission Key areas clarity of mission and alignment of systems social responsibility and transparency of operations (clients, staff, society) depth of outreach: poor or those previously excluded suitability of products to serve the needs of clients XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 7 3

8 PRESENTATION BY Mr SANJAY SINHA How do they go about it 1. Screening of entry level clients Cashpor Housing Index national poverty line, $1 a day income, now PPI available 2. Extensive entry level data collection 3. Analysis of entry level data for management feedback 4. Customer Satisfaction Surveys; client exit surveys 5. Alignment of systems based on 3 & 4 to ensure client targeting and appropriate product design 6. Product design surveys How do they go about it Most rely on area targeting + staff commitment to mission but often not much follow up Some are more systematic AMK Cambodia research department + Social Performance Committee First Microfinance Bank Pakistan research department + product development department BASIX India outsourced customer satisfaction surveys + active use of results by management NWTF Philippines Social Perf Cttee, customer surveys, appropriate MIS/internal audit SKS India outsourced customer surveys + product design surveys XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 8 4

9 PRESENTATION BY Mr SANJAY SINHA Challenges Practical, effective research to provide feedback on client profiling, client satisfaction, product design Design of MIS and internal audit systems to enable monitoring of social performance as well as well as financial issues HR practices and systems design to ensure staff work towards achievement of mission as well as goals There are a number of challenges ahead but a reasonable start has been made XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 9 5

10

11 KEY DOCUMENT - MICROFINANCE INSIGHTS - VOL 12 - MAY/JUNE 2009 What is SPM? The starting point of any discussion regarding Social Performance Management (SPM) should begin with the premise that microfinance is not merely financial intermediation, but a social enterprise that is driven by the double bottom line principle. The industry has made tremendous progress in the last decade in terms of managing its financial bottom line. For social performance, however, reporting has been largely anecdotal, or has relied on complex and costly impact assessment studies that try to prove the impact of interventions. Given a fast changing environment 2 and frequently-raised questions around hype and credibility in microfinance interventions, there was a need to unpack the social values inherent in microfinance, and bring out practical tools for assessing, monitoring and managing the social performance of MFIs. Given a fast changing environment and frequently-raised questions around hype and credibility in microfinance interventions, there was a need to unpack the social values inherent in microfinance, and bring out some practical tools for assessing, monitoring and managing social performance of MFIs. Social performance is defined as the effective translation of an MFI s social mission into practice in line with accepted social values. 3 SPM looks at the alignment of missions and internal systems, measures progress and improves operations, in the same way that financial performance is managed. Social performance might have been seen as complex, difficult to quantify or soft, but not any longer. Recent social performance initiatives have developed clear concepts and relevant tools. MFIs need to clarify three key questions at the outset of SPM: Who are your target clients? How will you ensure that you meet your clients needs? What changes and impact are your services designed to reach? SPM is about addressing these questions, and being SMART 4 about them. Who are your clients? MFIs may describe their clients as poor, low income, disadvantaged, poorest of the poor or the unreached. These terms, however, are seldom clearly defined. Client profiles that MFIs usually collect through loan application forms are not usually effectively used, and many MFIs often assume that smaller the loan size, poorer their target group is. This confusion is partly caused by the absence of a practical tool to measure poverty levels. A response to this problem is the Progress out of Poverty Index (PPI) that has been developed as a practical tool to measure a household s poverty level. The PPI consists of 10 simple, observable indicators benchmarked to the national and international poverty lines. 5 It is a robust and cost-effective tool for client targeting as well as monitoring changes in poverty level over time. EDA has been working Basics Social Performance Management in Practice Social Performance Management (SPM) is a new area of microfinance management that introduces a social dimension to strategic decision-making, monitoring and analysis. Pioneering work, including training modules, practice guides and mentoring guidelines for SPM has been undertaken by the Imp-Act consortium. 1 Frances Sinha and Ragini Chaudhury from EDA Rural Systems Pvt ltd, a South Asia member of the ImpAct consortium have been working with MFIs in India and other countries of the region to promote SPM. Here, they introduce readers to the concept and key elements of SPM. Only when MFIs measure their impact, will the real value of microfinance in poverty reduction be revealed. Photo credit: Saquan Stimpson with seven MFIs in India to disseminate the tool. The initial results are encouraging; the PPI has proven to be simple to implement and MFIs have found it interesting to see the degree of their real poverty outreach. SPM looks at the alignment of missions and internal systems, measures the progress, and improves operations, in the same way that financial performance is managed. Are you meeting clients needs? By simply reaching target clients, MFIs are not necessarily meeting their needs. The growth of the Grameen and Self-Help Group (SHG) models was largely facilitated by quick replication of approach and product features. The standardized product design is not sensitive to client s needs and capacity. In order to develop loan products that are more client-centred, SPM involves regular client feedback and exit rate tracking. Regular feedback from clients provides inputs for improving products and services. And client retention is one indicator of the value of services. Exit monitoring enables MFIs to may/june microfinance insights XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 11

12 KEY DOCUMENT - MICROFINANCE INSIGHTS - VOL 12 - MAY/JUNE 2009 Basics understand who leaves when and why. Client protection is another important aspect of SPM. The elements of client protection are transparency, effective communication of terms and conditions of services, fair pricing, avoidance of over-indebtedness, privacy of client information and effective mechanisms for addressing client complaints. The concept of a code of conduct has gained ground as these elements have been defined, together with operational procedures and effective compliance. Client profiles that MFIs usually collect through loan application forms are not usually effectively used, and many MFIs often assume that smaller the loan size, poorer their target group is. What changes do you want to make? SPM involves being SMART in defining social objectives in a specific and measurable way, and tracking them over time. The SPM approach is to integrate a small number of social indicators within routine operations and track them over time (often makng use of information that may already be collected.). Thus, SPM moves away from costly impact assessment exercises towards integrated data systems to provide ongoing and up to date information for management. Twofold challenges Currently, the level of maturity of social performance management is perhaps equal to that of financial performance management a decade ago. The sector had to make a huge investment in attitudinal changes, skill development and information systems design and development to improve financial reporting standards. This investment was driven by sector-wide incentives of increased funding sources and capacity-building grants to MFIs. In contrast, SPM focuses on an institution s own mission achievement. Thus, in theory, it should not require external reinforcement. In reality, however, SPM requires buy-in within MFIs and understanding from other stakeholders such as investors and bankers. At the macro-level, tangible benefits for SPM in microfinance are not yet in sight. At the micro-level, MFIs often face technical issues such as adapting the MIS, allocating staff and resources, developing appropriate skills to analyze new types of data, and supporting SPM across departments. Ultimately, in the double bottom line sector, equal effort and rigor is required for both, social and financial performance. And there is a growing interest in doing so as seen in the Social Performance Standards Reporting introduced in the MIX Market this year, and the development of Social Ratings to complement financial performance ratings. The complementarities are beginning to appear: Just as good financials can support social outcomes such as greater outreach, dynamic products, lower costs and effective linkages, good social performance can enhance financial performance through client retention and stronger public reputation resulting in continued growth and investor interest. Integrating social aspects into management is the future of microfinance as a genuine social enterprise. Frances Sinha is the Managing Director and EDA Rural Systems (EDA), a leading development consulting firm. Ragni Chaudhury heads the training division of the organization. Based in Gurgaon, India, they conduct various research and capacity building services for MFIs and microenterprises globally. For more information about the organization, please contact: 1. The ImpAct Consortium is a glocal group of institutions working to promote and support the integration of social performance as part of management by MFIs. 2. From, for example, the State action against MFIs in Andhra Pradesh to the IPO of Banco Compartamos. 3. Social Performance Task Force, SMART is an acronym of Specific, Measurable, Achievable, Relevant and Time bound. 5. Based on robust national data sets. For India the PPI is based on data of the National Sample Survey Organization. Intellecap and IAMFI Microfinance Private Equity Investment Forum May 21st, 2009 New York City, NY, USA 8:00 AM 10:00 AM This forum will bring together microfinance investors for a breakfast meeting to discuss the current economic crisis, and the current outlook and expected trends over the next year. Preceding the Forum, Intellecap and IAMFI will conduct a targeted survey of microfinance investors, including Limited Partners, to better understand their perspectives. The findings of the survey will be presented at the Forum and within the July/August issue of Microfinance Insights focused on Private Equity. Participation is by invitation only. If you would like to take part in the survey or attend the event, please 34 microfinance insights may/june 2009 or XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 12

13 KEY DOCUMENT - CGAP - NOTE FOCUS N 41 - MAY 2007 Focus Focus 41 i 2007 Note Nº 41 Mai 2007 Note Au-delà des bonnes intentions : évaluation Au-delà des de bonnes la performance intentions : sociale des évaluation institutions de la de performance microfinance sociale des institutions de microfinance Il est presque unanimement reconnu que la viabilité financière I est un critère essentiel de la réussite des l est presque unanimement reconnu que la viabilité institutions financière de microfinance est un critère (IMF). essentiel En de effet, la réussite si les IMF des peuvent institutions couvrir de leurs microfinance coûts, elles (IMF). peuvent En effet, si aussi les IMF se développer peuvent et servir couvrir un leurs nombre coûts, elles croissant peuvent de aussi clients. se Aujourd hui, développer plus et de servir 400 un institutions nombre croissant viables de fournissent des informations au Microfinance Information clients. Aujourd hui, plus de 400 institutions viables fournissent des informations au Microfinance Information exchange (MIX), une des principales sources de données sur nées le marché. sur le marché. Le secteur Le secteur dans dans son son ensemble se se exchange (MIX), une des principales sources de don- développe développe rapidement, le le nombre des des emprunteurs augmentant augmentant de 13 de % 13 par % an par an depuis Cette croissance est due dans une large mesure Cette croissance est due dans une large mesure à l insistance sur la viabilité financière. Mais pour à l insistance la plupart sur des la praticiens viabilité de financière. la microfinance Mais et pour des la plupart bailleurs des de praticiens fonds, il est de important la microfinance aussi de toucher et des bailleurs les de pauvres fonds, et les il est très important pauvres, de fournir aussi des toucher services les pauvres de qualité et les et, très surtout, pauvres, d améliorer de fournir le niveau des services de vie des clients. En d autres termes, ce qui compte, c est de qualité et, surtout, d améliorer le niveau de vie à la fois la performance financière et la performance des clients. En d autres termes, ce qui compte, c est sociale, c est-à-dire la capacité d avoir une influence à la fois positive la performance sur la vie des financière gens. Ces deux et la objectifs performance ne sont sociale, pas c est-à-dire nécessairement la capacité contradictoires. d avoir Nombreux une influence sont positive les sur bailleurs la vie des fonds gens. et Ces les institutions deux objectifs financières ne sont qui pas nécessairement cherchent des moyens contradictoires. plus transparents Nombreux de mesurer sont la performance sociale, en plus de la performance les bailleurs de fonds et les institutions financières qui financière. cherchent des moyens plus transparents de mesurer la performance Cette Note sociale, Focus met en plus l accent de la sur performance l importance financière. accordée depuis peu à la performance sociale dans le domaine de la microfinance et examine certains des outils d évaluation élaborés récemment. Cette Note Focus met l accent sur l importance accordée depuis peu à la performance sociale dans Pourquoi la performance sociale le domaine de la microfinance et examine certains des outils L enthousiasme d évaluation et élaborés l engagement récemment. en faveur de la microfinance sont ancrés en grande partie dans Pourquoi la conviction la que performance l accès à des services sociale financiers peut aider les clients à améliorer leur existence. La viabilité financière est certes indispensable pour L enthousiasme et l engagement en faveur de la des services en plein essor, mais elle ne garantit microfinance pas automatiquement sont ancrés la en satisfaction grande partie des clients. dans la conviction que l accès à des services financiers peut aider les clients à améliorer leur existence. La viabilité financière est certes indispensable pour des services en plein essor, mais elle ne garantit pas automatiquement la satisfaction des clients. L attention croissante accordée à la performance sociale vise à expliquer comment les services L attention croissante accordée à la performance sociale financiers vise influent à expliquer sur la comment vie des pauvres. les services financiers influent sur la vie des pauvres. Pour dire les choses simplement, la notion de Pour performance dire les choses sociale simplement, renvoie à celle la notion de «vérité de dans la performance sociale renvoie à celle de «vérité dans la publicité». Beaucoup d individus, des donateurs, des publicité». Beaucoup d individus, des donateurs, des fondations et des gouvernements mettent de l argent fondations et des gouvernements mettent de l argent dans dans la la microfinance microfinance en pensant en pensant qu elle qu elle aide les aide les pauvres. Étant Étant responsables devant devant ces bailleurs ces bailleurs de de fonds, les les IMF IMF (ou ceux (ou ceux qui les qui soutiennent) les soutiennent) devraient devraient pouvoir pouvoir leur leur expliquer expliquer comment comment (ou si) leurs (ou objectifs si) leurs objectifs déclarés (augmentation des revenus, réduction de la déclarés (augmentation des revenus, réduction de la vulnérabilité, autonomie accrue, etc.) sont atteints. De vulnérabilité, autonomie accrue, etc.) sont atteints. De nombreuses institutions financières qui s adressent aux nombreuses pauvres, en particulier institutions celles financières qui ont une mission qui s adressent de aux développement, pauvres, en acceptent particulier déjà celles cette qui approche ont une et mission veulent de développement, elles-mêmes savoir acceptent si elles accomplissent déjà cette leur approche et mission sociale ou si elles s en écartent. veulent elles-mêmes savoir si elles accomplissent leur mission sociale ou si elles s en écartent. L évaluation et la gestion de la performance sociale d une institution peuvent aussi présenter des avantages L évaluation en améliorant et la gestion les résultats de la financiers performance grâce sociale à d une la fidélisation institution des clients peuvent et à la réduction aussi des présenter coûts. des Par avantages exemple, en Afrique améliorant du Sud, les la résultats Fondation financiers pour grâce les petites entreprises affirme que son système de à la fidélisation des clients et à la réduction des coûts. suivi des clients lui permet de mieux comprendre Par exemple, en Afrique du Sud, la Fondation pour pourquoi les clients s en vont et de réduire ainsi les taux les d abandon. petites entreprises En trois ans, affirme c est-à-dire que son depuis système de la suivi mise des en place clients de ce lui système, permet cela de lui mieux a permis comprendre d accroître pourquoi nettement les clients son s en retour vont sur et investissement de réduire ainsi les et de réduire ses pertes (Bauman 2004). taux d abandon. En trois ans, c est-à-dire depuis la mise en place de ce système, cela lui a permis Une étude sur Prizma, en Bosnie, montre que Prizma d accroître sera en mesure nettement de récupérer son retour les sur dollars investissement investis et de dans réduire le développement ses pertes (Bauman et la mise 2004). en œuvre de son système de gestion de la performance sociale (comprenant Une étude le suivi sur de Prizma, la pauvreté en et Bosnie, des départs montre et que des discussions de groupe entre clients) grâce à la Prizma sera en mesure de récupérer les dollars fidélisation d un plus grand nombre de clients (2,2 % investis dans le développement et la mise en œuvre de plus). Comme Prizma compte actuellement accroître de son système le taux de de fidélisation gestion de de la performance 10 à 25 %, sociale son (comprenant système de le suivi suivi de de la la performance pauvreté et sociale des départs et des discussions de groupe entre clients) grâce à la fidélisation d un plus grand nombre de clients (2,2 % de plus). Comme Prizma compte actuellement accroître le taux de fidélisation de 10 à 25 %, son système de suivi de la performance sociale XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 13

14 2 KEY DOCUMENT - CGAP - NOTE FOCUS N 41 - MAY 2007 assurera à terme un rendement financier important (Woller 2004). La volonté d évaluer la performance sociale a suscité certaines réserves : avons-nous réellement besoin d un nouvel ensemble de normes d information? Est-il même possible de normaliser les indicateurs de la performance sociale? Cela se traduira-t-il par de nouvelles obligations lourdes et coûteuses imposées par les bailleurs? Les détracteurs de l évaluation de la performance sociale invoquent la forte demande de services parmi les pauvres (et la relative insensibilité aux prix) comme une preuve suffisante de l utilité sociale des services de microfinance, concluant que, de ce fait, des évaluations supplémentaires sont superflues. Toutefois, l existence d une forte demande ne signifie pas automatiquement que le sort des gens s améliore. En fait, la spirale de l endettement (dans laquelle les clients empruntent pour rembourser leurs dettes) peut aussi expliquer pourquoi les clients reviennent toujours. Pour la plupart des personnes travaillant dans le secteur, la fourniture de services financiers n est pas une fin en soi. L accès à la microfinance est important parce qu il donne la possibilité d améliorer les conditions de vie des clients. Mais on ne peut pas conclure que cette amélioration a lieu uniquement parce que les clients renouvellent leur crédit. Il est nécessaire d examiner la qualité des services, la satisfaction des clients et l amélioration effective de leur situation, notamment parce que le financement public et caritatif de la microfinance est encore important. Alors, si la microfinance n améliore pas les conditions de vie des clients, le champ des activités pourrait être élargi pour inclure, par exemple, l éducation, la vaccination ou la vulgarisation agricole, avec un financement supplémentaire approprié. Les ressources limitées doivent être allouées au secteur où elles ont le plus d effets positifs. La décision ne peut être prise que sur la base de données empiriques. Il peut être difficile et coûteux de démontrer l impact de la microfinance (c està-dire qu il est bien à l origine d améliorations pour les clients, au-delà de ce qui peut être attribué à d autres facteurs). Le fait de suivre ces améliorations sans tenter de les attribuer à la microfinance est peut-être la meilleure chose à faire ensuite et c est précisément ce à quoi vise l évaluation de la performance sociale. Encadré 1. Le conflit à Andhra : Le suivi de la performance sociale aurait il permis de donner l alerte? L État d Andhra Pradesh en Inde accueille quelques unes des IMF les plus dynamiques. SPANDANA, fondée en 1998, compte aujourd hui plus de clients. SHARE en compte 1,5 million et SKS en a attiré en quelques années seulement. Mais cette croissance rapide a amené les IMF à se heurter à un important programme de développement rural réalisé en Inde : l Indira Kranti Pratham (appelé auparavant Velugu), financé par la Banque mondiale et soutenu par les pouvoirs publics. L Indira Kranti fournit une série de services, notamment des services d épargne et de crédit, à 12 millions de femmes. Le programme a accusé les IMF d appliquer des taux d intérêt excessifs et de manquer de transparence dans leurs relations avec les clients. Les IMF quand à elles ont rétorqué que la qualité de leurs services attirait les clients d Indira Kranti et que l hostilité à leur égard était due à leur avantage compétitif. Après avoir couvé pendant quelque temps, le conflit avec Indira Kranti et le gouvernement a finalement éclaté en décembre Des groupes de femmes ont manifesté contre SHARE et la presse en langue Telugu a multiplié les accusations dénonçant des méthodes de recouvrement trop rudes, des pratiques opérationnelles immorales et illégales (comme la mobilisation de l épargne, interdite aux IMF), des taux d intérêt trop élevés, la réalisation de gains exorbitants, les structures de gouvernance et le fait que les IMF étaient gérées comme des «entreprises familiales». En mars 2006, le percepteur du district de Krishna a invoqué la Loi sur les prêteurs pour fermer temporairement 50 agences de SHARE et de SPANDANA. Bien que la situation se soit améliorée depuis lors, les préoccupations fondamentales du gouvernement de l État restent les mêmes. Il estime que l orientation exclusive des IMF vers la rentabilité et la croissance les amène à pousser à l endettement et à exercer un recouvrement strict sans se soucier du bien être des clients. De nombreux intervenants dans le domaine de la microfinance ne croient pas ce que le gouvernement dit des IMF d Andhra. Ils pensent cependant que certaines IMF ont manqué de transparence dans plusieurs domaines, allant des structures de gouvernance aux méthodes de calcul des taux d intérêt. Ils observent que, même si les IMF s étaient fixées des objectifs sociaux, elles se contentaient de suivre et de communiquer leurs résultats financiers. L alignement des indicateurs de performance sur les objectifs sociaux les aurait averties des problèmes que les clients pouvaient rencontrer. Le suivi de l amélioration des conditions de vie des clients aurait permis de montrer que les IMF ont une mission sociale. XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 14

15 3 KEY DOCUMENT - CGAP - NOTE FOCUS N 41 - MAY 2007 Le Groupe de travail sur la performance sociale Qu a fait le secteur de la microfinance - praticiens, bailleurs de fonds et prestataires de services - pour encourager la poursuite d un «double objectif de résultat», c est-à-dire pour promouvoir la responsabilité à la fois financière et sociale sur le terrain? Au cours des dernières années, plusieurs initiatives importantes mais distinctes ont été prises pour intégrer l évaluation de la performance sociale dans les systèmes de gestion ordinaires des institutions financières. Parmi ces initiatives, figurent les travaux de CERISE 1, de l Imp-Act Consortium 2, et du CGAP, qui reçoivent un soutien important de différents bailleurs de fonds. En 2005, la Fondation Argidius, le CGAP et la Fondation Ford ont réuni plus de 30 responsables d initiatives concernant la performance sociale en microfinance pour qu ils partagent leurs expériences. Au cours des deux années suivantes, les travaux sur la performance sociale se sont intensifiés, ce qui a amené à la création du Groupe de travail sur la performance sociale, qui compte maintenant plus de 150 membres (grands réseaux de microfinance, prestataires de services financiers, agences de notation, bailleurs de fonds et investisseurs sociaux) 3. Ces membr es ont la volonté d évaluer régulièrement et d améliorer la gestion de la performance sociale de leurs organisations et de celles qu ils soutiennent et d en rendre compte. Le Groupe de travail encourage le secteur à mettre davantage l accent sur la performance sociale en adoptant une définition commune, en coordonnant les différentes initiatives et en élaborant un modèle commun pour la présentation d informations. Définition de la performance sociale Le Groupe de travail sur la performance sociale est parvenu à un consensus sur la définition suivante : La performance sociale est la traduction effective dans la pratique des objectifs sociaux d une institution, conformément aux valeurs sociales reconnues ; ces objectifs sont notamment de servir durablement un nombre croissant de pauvres et d exclus, d améliorer la qualité et l adéquation des services financiers, d améliorer la situation économique et sociale des clients et de garantir la responsabilité sociale envers les clients, les employés et la communauté servie. Traditionnellement, l évaluation est axée sur les résultats finaux et l impact. Or l impact (c est-à-dire la modification des conditions de vie des clients ou de la communauté qui peut être directement attribuée aux programmes) n est qu un élément de la performance sociale. Il faut examiner l ensemble du processus par lequel l impact est produit. La figure 1 indique les différentes étapes de ce processus. Celui-ci commence par l analyse des objectifs sociaux déclarés des institutions (intention et conception). Il s agit de savoir si les institutions ont des objectifs sociaux clairement définis conformes à leur mission sociale. L évaluation de la performance sociale comprend une évaluation des systèmes et des activités internes. Les activités des institutions sont-elles liées à la réalisation de leurs objectifs sociaux? Les systèmes en place sont-ils appropriés pour atteindre ces objectifs? Les progrès dans la réalisation de ces objectifs sont-ils régulièrement suivis? La performance sociale est une question de résultats. L institution touche-t-elle un grand nombre de clients cibles (généralement les ménages exclus, pauvres ou à faible revenu)? Ses produits sont-ils conçus pour répondre aux besoins financiers et aux capacités des clients cibles? Mais la performance sociale est aussi une question d effets : les clients observent-ils une amélioration de leur situation sociale et économique? Enfin, la performance sociale peut aussi être une question d impact : à savoir l établissement d un lien de causalité entre la participation aux programmes et l amélioration de la situation des clients. 1 cerise (comité d Échange, de Réflexion et d Information sur les systèmes d Épargne-crédit) est un réseau de quatre organismes français apportant un appui aux institutions de microfinance en association avec des partenaires en Afrique, en Asie et en Amérique du sud. 2 Les partenaires de l Imp-Act consortium comprennent card MRI (Philippines), eda Rural systems (Inde), Freedom for Hunger (États-unis), IDeAs (États-unis), l Institute of Development studies (Royaume-uni), le MFc (Pologne) et le Microfinance council of the Philippines. 3 Voir l Annexe 2 pour une liste des membres du Groupe de travail. XIème Midi de la microfinance / The Social Dimension of Microfinance / p 15

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Le Micro Insurance Network

Le Micro Insurance Network Le Micro Insurance Network Seul réseau international pour la microassurance 70 membres institutionnels et 25 membres individuels dans plus de 40 pays Plusieurs Groupes de travail sur des thématiques importantes

Plus en détail

Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe. Cécile Lapenu, Cerise

Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe. Cécile Lapenu, Cerise Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe Cécile Lapenu, Cerise Septembre 2008 1 Cécile Lapenu, CERISE Dans le secteur de la microfinance, les performances

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Le projet SOX chez Alcatel

Le projet SOX chez Alcatel Le projet SO chez Alcatel Forum CERT-IST, 08/06/2006 Présentation SO Page 2 Qu est-ce que SO? Le projet SO Le champ d application L organisation Le déroulement La vie après SO La Loi Sarbanes-Oxley Page

Plus en détail

M. FLORENT BEDECARRATS Chargé de

M. FLORENT BEDECARRATS Chargé de M. FLORENT BEDECARRATS Chargé de programme CERISE Dispositifs d évaluation et de gestion des performances sociales Ce que les outils et standards internationaux peuvent apporter à la microfinance marocaine

Plus en détail

Portée et performances financières des Institutions de Microfinance d Afrique Centrale : quel commentaire?

Portée et performances financières des Institutions de Microfinance d Afrique Centrale : quel commentaire? Portée et performances financières des Institutions de Microfinance d Afrique Centrale : quel commentaire? Zacharie ELOUNDOU OWONA 1 Consultant au GRASSENT 2, Unité microfinance eloundouo@hotmail.com /

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

régionale pour le Margaret Simmonds Directrice

régionale pour le Margaret Simmonds Directrice Présentation d une stratégie régionale pour le développement de l elearning Margaret Simmonds Directrice Plan Présentation du West Yorkshire Le modèle de plannification stratégique utilisé La stratégie

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK :

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : Les Workshops de la Bourse Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : AU SERVICE DE LA PERFORMANCE SOMMAIRE 1 L INTERET D UN DISPOSITIF DE BONNE GOUVERNANCE : AU-DELÀ DE L ASPECT RÉGLEMENTAIRE 2 ENGAGEMENT

Plus en détail

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating Mesurer la performance sociale des IMF : Mini-conférence // Microfinance Modérateur Aurélie Duthoit Co-fondatrice, Babyloan Intervenants Micol Guarneri Directrice Evaluation Sociale, Microfinanza Rating

Plus en détail

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Project Introduction and Stakeholder Consultation Introduction du projet et consultations publiques Agenda/Aperçu

Plus en détail

E-learning L optimisation des performances des entreprises

E-learning L optimisation des performances des entreprises E-learning L optimisation des performances des entreprises 70 % des connaissances acquises sur le lieu de travail proviennent d un mode de formation informelle. Les formations en mode e-learning permettent

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

BOURSE DU FONDS DE SOLIDARITE INTERNATIONALE DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE RENNES

BOURSE DU FONDS DE SOLIDARITE INTERNATIONALE DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE RENNES Institut d Etudes Politiques de Rennes Service des Relations Internationales 104 Bd de la Duchesse Anne 35700 Rennes France Tél : + 33 2 99 84 39 18 Fax : + 33 2 99 84 39 50 BOURSE DU FONDS DE SOLIDARITE

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Orientations Stratégiques

Orientations Stratégiques Strategic Directions 2010-2015 Orientations Stratégiques Vision A recognized Eastern Counties leader in the provision of exceptional health services. Un chef de file reconnu dans les comtés de l Est pour

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Soirée Management de Projet 1. Comment accélérer les projets en professionnalisant les acteurs projets

Soirée Management de Projet 1. Comment accélérer les projets en professionnalisant les acteurs projets Soirée Management de Projet Comment accélérer les projets en professionnalisant les acteurs projets nouveaux rôles et responsabilités des maîtrises d ouvrage Paris Le 29 septembre 2005 www.afitep.fr Info@afitep.fr

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE Par Jocelyn Rakotoarisoa Etudiant en Economie, Université d Antananarivo, Madagascar Membre du Conseil Régional

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

RYANAIR. Ryanair pilote plus efficacement la performance de son site et améliore sa rentabilité grâce aux Web Analytics. Online Intelligence Solutions

RYANAIR. Ryanair pilote plus efficacement la performance de son site et améliore sa rentabilité grâce aux Web Analytics. Online Intelligence Solutions Online Intelligence Solutions RYANAIR Ryanair pilote plus efficacement la performance de son site et améliore sa rentabilité grâce aux Web Analytics CASE STUDY CASE STUDY LE CONTEXTE Client Ryanair Industrie

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

La grande question The big question. Qui va pouvoir habiter à Blue Bonnets? Who will be able to live at Blue Bonnets?

La grande question The big question. Qui va pouvoir habiter à Blue Bonnets? Who will be able to live at Blue Bonnets? La grande question The big question Qui va pouvoir habiter à Blue Bonnets? Who will be able to live at Blue Bonnets? Les grandes sous-questions The big sub-questions Comment assurer que le développement

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL

Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL Retour au sommaire Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL BIM n 138-6 novembre 2001 Anne-Claude CREUSOT L évaluation des performances des IMF par des outils de rating fait régulièrement

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL INTERREG VA France (Channel) England Programme INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre South West Facilitator Julie BECEL Contents Sommaire 1. Schedule Calendrier 2. Eligible area Territoire éligible

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN A Professional Growth Plan is a written statement describing a teacher s intended focus for professional

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO A. Historique FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO Le Fond de Développement Agaciro est le premier fond de solidarité au Rwanda, basé sur des dons volontaires. Ce fond a été initié par les Rwandais lors du Dialogue

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR?

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR? Faculté de Droit et Sciences Economiques Master Economie Appliquée : 2ème année Diagnostic Social et Economie Solidaire 2010-2011 PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ

Plus en détail

Analyse de l enquête de Statistique Canada. Recours au commerce électronique et utilisation des technologies de l information et des communications

Analyse de l enquête de Statistique Canada. Recours au commerce électronique et utilisation des technologies de l information et des communications Contexte Analyse de l enquête de Statistique Préparé par la direction générale du commerce électronique - Industrie Recours au commerce électronique et utilisation des technologies de l information et

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Dans ce numéro. Archives e-newsletter. Pour nous joindre. English to follow.

Dans ce numéro. Archives e-newsletter. Pour nous joindre. English to follow. English to follow. Dans ce numéro L OSBI présente les statistiques du deuxième trimestre L Ombudsman des services bancaires et d investissement (OSBI) présente aujourd hui les statistiques du deuxième

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Nick Galletto Partner Deloitte Marc MacKinnon Partner Deloitte

Nick Galletto Partner Deloitte Marc MacKinnon Partner Deloitte When, not if Strategies for private companies on guarding against cyber risks Nick Galletto Partner Deloitte Marc MacKinnon Partner Deloitte When, not if Strategies for private companies on guarding against

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Bangui, les 8 & 9 Juillet 2010

Bangui, les 8 & 9 Juillet 2010 Atelier de renforcement de capacités des parties prenantes à l initiative pour la Promotion de l électrification rurale et des services énergétiques pro-pauvres pauvres en République Centrafricaine (Présentation

Plus en détail

APHLIS (African Postharvest Losses Information System) Système d information Africain des pertes post récolte www.aphlis.net

APHLIS (African Postharvest Losses Information System) Système d information Africain des pertes post récolte www.aphlis.net APHLIS (African Postharvest Losses Information System) Système d information Africain des pertes post récolte www.aphlis.net APHLIS - a unique service APHLIS generates estimates of quantitative postharvest

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Sustainability Monitoring and Reporting: Tracking Your Community s Sustainability Performance

Sustainability Monitoring and Reporting: Tracking Your Community s Sustainability Performance Sustainability Monitoring and Reporting: Tracking Your Community s Sustainability Performance Thursday, February 11 th, 2011 FCM Sustainable Communities Conference, Victoria, BC The Agenda 1. Welcome and

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

SPI4 W E B I N A I R E N 1 4 M A R S 2 0 1 4

SPI4 W E B I N A I R E N 1 4 M A R S 2 0 1 4 SPI4 W E B I N A I R E N 1 4 M A R S 2 0 1 4 Programme 1. Pourquoi SPI4 2. Comment utiliser SPI4 3. Beta test 4. Etapes à venir SPI4 qu est-ce que c est? Un outil universel d évaluation de la performance

Plus en détail

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance Associé Fondateur : Rony GAMIETTE - Tél : 06 03 79 31 03 E-Mail : rony.gamiette@rogamconsulting.com 1 L AUDIT DE PERFORMANCE 2 SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Developpement & Formation Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Building capability «BP Strategy, Safety People Performance» Tony Hayward, CEO BP Octobre 2007 Human resources are the most invaluable

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Les 5 C du crédit Comprendre l admissibilité au crédit À B2B Banque, nous savons que vous vous efforcez d offrir à vos clients les bonnes

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail