LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES"

Transcription

1 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES PARLONS DE LA BANQUE... LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES 2014 Retrouvez les chiffres actualisés sur fbf.fr

2 SOMMAIRE 1 DES RÉSEAUX BANCAIRES AU SERVICE DE LEURS CLIENTS 2-5 LES MISSIONS DE LA BANQUE DE DÉTAIL 1. Un accès universel à la banque en France / 2. Une distribution responsable du crédit / 3. Une large gamme de moyens de paiement / 4. Des produits d épargne diversifiés / 5. L éducation financière et budgétaire, une priorité 6-7 DES SPÉCIFICITÉS FRANÇAISES 1. La banque, une activité de proximité relationnelle / 2. L essentiel du financement de l économie passe par les banques / 3. alors même qu une partie significative de l épargne financière sort de leur bilan / 4. Le prix des services bancaires reste modéré 8-11 UN SECTEUR EN PLEINE MUTATION 1. L impact des nouvelles réglementations / 2. Des taxes spécifiques toujours plus nombreuses / 3. L évolution des habitudes et des attentes des consommateurs / 4. Un investissement permanent dans la sécurité / 5. De nouveaux défis pour les banques françaises

3 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES Des réseaux bancaires au service de leurs clients LES ACTIVITÉS DITES DE «BANQUE DE DÉ- TAIL» correspondent aux produits et services utilisés par les Français, ménages comme entreprises, au quotidien. C EST UNE BANQUE DE PROXIMITÉ. Il y a agences bancaires en France. Plus de 99% des Français ont un compte bancaire. LES BANQUES FRANÇAISES SONT AU CŒUR DE L ÉCONOMIE. Elles participent activement à la réalisation des projets de leurs clients, entreprises et particuliers, et assurent, via le crédit, des deux tiers du financement de l économie. Le secteur bancaire pèse 2,8% environ du PIB en France, où il génère aussi de nombreux emplois indirects dans les services informatiques et les prestations de conseil. Les banques emploient personnes, dont environ dans les activités de banque de détail. LA BANQUE DE DÉTAIL EST AUJOURD HUI EN PLEINE MUTATION, sous l influence de nouvelles réglementations, toujours plus nombreuses, et aussi en raison des changements d habitudes de consommation des clients. L arrivée de nouvelles technologies et de nouveaux entrants sur les activités des banques françaises nécessite de constants ajustements. Le modèle de banque à la française, doit s adapter avec un seul objectif : maintenir des relations de qualité avec ses clients. RÉGLEMENTATION NOUVEAUX ACTEURS LES BANQUES ET LEURS RÉSEAUX ATTENTES DES CLIENTS NOUVELLES TECHNOLOGIES 1

4 LES MISSIONS DE LA BANQUE DE DÉTAIL Le modèle de banque français se caractérise par une relation de proximité forte avec les clients, fondée sur la présence géographique et la qualité de service. La banque permet à ses clients de percevoir leurs revenus (salaire, revenus de l épargne, prestations sociales ), de faire des placements financiers ou d obtenir un crédit immobilier ou à la consommation. Elle offre une large gamme de moyens de paiement, de produits financiers adaptés à des besoins très divers, mais aussi des produits d assurance et au-delà certains produits de consommation courante tels que la téléphonie ou la protection du domicile. Les missions remplies par les banques se font dans le respect de la sécurité des opérations et de la confidentialité des données personnelles qui leur sont confiées. 1. UN ACCÈS UNIVERSEL À LA BANQUE EN FRANCE L accès au compte bancaire est une réalité dans notre pays, où le taux de bancarisation dépasse 99%, un chiffre nettement supérieur à la moyenne européenne. Le dispositif du «droit au compte» agit comme un filet de sécurité : un client sans compte bancaire à qui l ouverture d un compte a été refusée peut s adresser à la Banque de France. Celleci désigne sous un jour ouvré un établissement qui ouvrira un compte. Les clients des banques disposent de moyens diversifiés leur permettant d être informés sur le fonctionnement de leur compte et sur la tarification des produits et services qu ils utilisent. Les banques ont renforcé la transparence, l information, la comparabilité des prix pour que chacun fasse des choix éclairés. Par exemple, il est facile de se procurer le prix d un service puisqu il figure sur le site internet des banques, dans toutes les agences et les brochures tarifaires envoyées chaque année aux clients. Ces brochures tarifaires se présentent dans toutes les banques avec le même sommaire et les mêmes chapitres, ce qui permet de les comparer facilement. 2. UNE DISTRIBUTION RESPONSABLE DU CRÉDIT L encours de crédit aux particuliers s établit à 996 milliards d euros à fin décembre 2013, en hausse de 3,3% sur les 12 derniers mois (source : Banque de France, Stat Info - Crédits aux particuliers 05/02/2014). La croissance est dynamique pour les prêts immobiliers (+2,9% sur un an) alors que les crédits à la consommation marquent le pas (-2,1%). Fin 2013, 47,6% des ménages détiennent au moins un crédit (source : Observatoire des crédits aux ménages, janvier 2014). 2

5 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS 23% des Français ont des comptes dans plusieurs banques. 65% des Français trouvent qu il est facile de se procurer le tarif d une opération bancaire. 78% des Français ont une bonne image de leur banque. (source : Enquête IFOP, mai 2013) Les conditions d emprunt restent très favorables, avec une détente des taux d intérêt. Ainsi le taux moyen des prêts immobiliers a baissé de 0,6 point sur un an pour s établir à 3,08% au 4 ème trimestre 2013 (source Observatoire Crédit Logement CSA). Le taux moyen des crédits nouveaux en crédit à la consommation s établit à 5,90% (source Banque de France, Stat Info - Crédits aux particuliers 05/02/2014). En France, la distribution de crédit se fait de manière responsable, via des produits adaptés et après une analyse au cas par cas de la situation des clients, en fonction de leur capacité de remboursement. Cette politique de risque maîtrisé et l accompagnement des clients dans le temps explique un taux de défaut qui demeure faible. LE SAVIEZ-VOUS? Plus de 18 milliards de transactions ont été réalisées en France en ,9% des paiements sont réalisés par carte en France. Le chèque représente 15,5% des opérations en France, contre 4,5% en moyenne en Europe. (Source : BCE, septembre 2013) L activité de crédit reste toutefois étroitement liée à la demande qui recule depuis Aujourd hui, les Français sont inquiets en raison de la conjoncture économique. Ils se déclarent très prudents dans leur intention de souscrire de nouveaux crédits au cours du 1 er semestre 2014 : seuls 4,5% des ménages envisagent de demander un crédit immobilier et 3,9% de demander un crédit à la consommation (source : Observatoire des crédits aux ménages, janvier 2014). 3. UNE LARGE GAMME DE MOYENS DE PAIEMENT Les banques proposent une gamme large de moyens de paiement : virements, prélèvements, cartes bancaires, chèques... sont disponibles pour que les Français puissent effectuer leurs opérations de manière pratique. Chaque Français fait 276 opérations de paiement par an (hors paiements en espèces). Les banques veillent aussi à offrir ces moyens de paiement à tous leurs clients, y compris les ménages en situation de fragilité. La gamme de moyens de paiement alternatifs au chèque (GPA) est disponible depuis 2005 pour les personnes qui ne disposent pas d un chéquier. Proposée à un prix modéré, elle comprend au minimum des virements, des prélèvements, des TIP ainsi qu une carte de paiement à autorisation systématique. Chaque opération n est réalisée que si l argent est disponible sur le compte. La gestion du compte est simplifiée et sécurisée. 3

6 CHIFFRES CLÉS 47,6% des ménages français détiennent au moins un crédit. 31% des ménages détiennent un crédit immobilier. 26,6% des ménages ont un crédit à la consommation. (source : Observatoire des crédits aux ménages, janvier 2014) Les banques ont enrichi la GPA en 2011 avec deux nouveaux services : un nombre minimum d alertes pour informer les clients sur le solde de leur compte et un tarif limité pour les frais d incident, qui sont plafonnés par jour et/ou par mois. La loi bancaire votée le 26 juillet 2013 apporte de nouvelles dispositions pour les populations en situation de fragilité ; elle fait référence à une RÉPARTITION DU PATRIMOINE FINANCIER DES FRANÇAIS 26% 17% (source : rapport Berger/Lefebvre, avril 2013) 17% 40% Assurance-vie Livrets défiscalisés et PEL Dépôts et livrets fiscalisés Valeurs mobilières (dont fonds d épargne salariale) offre bancaire spécifique, proche de la Gamme de Paiement Alternatifs au chèque (GPA) actuelle et comportant notamment une carte à autorisation systématique, des virements et prélèvements, ainsi que 2 chèques de banque par mois. Le prix de cette offre est administré et fixé à 3 euros par mois. Ces mesures rigidifient les rapports entre les banques et leurs clients, en imposant pour de nombreux éléments de la relation commerciale un formalisme ou une tarification encadrés par la loi. 4. DES PRODUITS D ÉPARGNE DIVERSIFIÉS Le taux d épargne des Français est l un des plus élevés d Europe, autour de 16% du revenu disponible. Selon le rapport Berger-Lefebvre paru en avril 2013, le patrimoine des ménages représente milliards d euros à fin 2011, soit 8,5 années de revenus. Il est composé pour 62% d immobilier et pour 32% d actifs financiers. Ces actifs financiers sont constitués pour 40% d assurance-vie (en montant), pour 17% de livrets défiscalisés et de PEL, pour 17% de dépôts et de livrets fiscalisés et pour plus de 26% de valeurs mobilières (dont les fonds d épargne salariale). 4

7 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES Parmi les actifs financiers, les livrets défiscalisés sont les plus répandus (85% des Français en détiennent) suivis par l assurance-vie (40%) et les produits d épargne-logement (31%). En montant, les évolutions de ces dernières années montrent que l assurance-vie prend une place de plus en plus importante au détriment des livrets d épargne (livrets réglementés et livrets fiscalisés). Parallèlement, la part des dépôts à vue et des placements monétaires s est fortement réduite. 5. L ÉDUCATION FINANCIÈRE ET BUDGÉTAIRE, UNE PRIORITÉ Les banques mènent collectivement, depuis 2004, un vaste programme de pédagogie financière et de sensibilisation à destination du grand public, des associations et des acteurs sociaux, notamment. Le programme Les clés de la banque s appuie sur son site internet et sur une collection de plus de 60 mini-guides thématiques. L information est gratuite, régulièrement mise à jour, et à disposition de tous les relais qui souhaitent la diffuser. Un centre d appels complète ce dispositif ; il reçoit plus de contacts par an (téléphone et mail). En 2013, les mini-guides ont été téléchargés plus de fois sur le site et diffusés à plus de exemplaires en format papier. Pour rendre l information encore plus accessible, de nouveaux supports ont été introduits : des animations, des vidéos et même des miniclips, qui se focalisent sur une courte accroche, pour inciter les internautes à aller rechercher de plus amples informations. Ainsi, grâce à une présence constante sur le terrain auprès des accompagnants, le programme Les clés de la banque est plus réactif, plus pertinent. Il touche davantage de personnes car il répond à leur situation quotidienne, ce qui explique la hausse importante du trafic de son site internet en 2013, passé de 2,1 millions de visites en 2012 à près de 3 millions en Le site pédagogique sur la banque et l argent LE SAVIEZ-VOUS? Le site «lesclesdelabanque.com» a reçu près de 3 millions de visites en contacts ont été traités par les équipes du Centre d Information Bancaire en Le site «Lesclesdelabanque.com» compte plus de pages et la collection de mini-guides thématiques plus de 60 titres. (source : CIB, janvier 2014) Trois mini-guides thématiques publiés en 2013 illustrent les demandes concrètes du public «Bien réagir en cas de séparation», «Les démarches en cas de décès» et «Comme réagir en cas de baisse de revenus». octobre 2013 n 12 difficultés LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le site pédagogique sur la banque et l argent comment réagir cas de perte de revenus? octobre 2013 n 4 Le site pédagogique sur la banque et l argent difficultés LES MINI-GUIDES BANCAIRES Les démarches en cas de décès sec_01-2 MG - 12-reagir-perte-revenus.indd 2 07/11/ :31:51 sec_01-2 difficultés Bien réagir en cas de séparation MG 04 -démarches en cas de décès.indd 2 02/10/ :44:42 mars 2013 n 2 LES MINI-GUIDES BANCAIRES MG 02 - Reagir en cas de separation.indd 2 20/03/ :20:29 sec_01-2 5

8 DES SPÉCIFICITÉS FRANÇAISES Les banques françaises ont développé une relation de proximité avec leurs clients, notamment en renforçant la taille de leurs réseaux d agences au cours de la dernière décennie. Les Français disposent de plus de 580 agences pour 1 million d habitants contre une moyenne de 450 pour l ensemble de l Europe. Le financement de l économie française repose pour l essentiel sur le crédit accordé par les banques à leurs clients. Or, une part significative de l épargne des Français sort du bilan des banques en raison de l attractivité fiscale de l assurance-vie et de l épargne réglementée, ce qui rend l adaptation aux nouvelles réglementations plus difficile. 1. LA BANQUE, UNE ACTIVITÉ DE PROXIMITÉ RELATIONNELLE Le taux de bancarisation de la population française est passé de 20% environ en 1967 à plus de 99% aujourd hui. Cette évolution s est accompagnée d un maillage particulièrement dense du territoire par les banques françaises. Plus de agences bancaires sont réparties partout en France. C est l une des densités les plus fortes en Europe. Toutefois le mouvement d ouverture de points de vente, qui avait permis d augmenter le nombre d agences bancaires de 8% environ par an ces 10 dernières années, s est arrêté voire s inverse. On dénombre environ agences de moins fin 2012 par rapport à fin Aujourd hui, la fréquentation des agences est en baisse. En effet, même si le nombre de clients ne fréquentant jamais leur agence bancaire reste stable (2 à 3%), 70% des clients déclarent s y rendre moins d une fois par mois. Les clients des banques françaises restent cependant attachés à cette proximité géographique et montrent un fort attachement à leur conseiller bancaire : 81% des Français le jugent compétent et 79% pensent qu il répond bien à leurs questions (source : Enquête IFOP, mai 2013). LE SAVIEZ-VOUS? En France, la densité du réseau bancaire est proche d une agence pour habitants, parmi les plus fortes en Europe (source : BCE). 47% des Français déclarent que le développement de services bancaires via internet les conduit à moins fréquenter leur agence bancaire (source : Enquête IFOP, mai 2013). 6

9 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS milliards d euros C est l encours des contrats d assurance-vie au 31 décembre 2013, en hausse de +5% sur un an (source : FFSA, janvier 2014). 68% des recrutements dans le banques ont été effectués sur des métiers commerciaux (source : Enquête emploi AFB, 2013). 16 milliards d euros sur les livrets fiscalisés ont été retirés entre octobre et décembre 2012 (source : Rapport Berger/Lefebvre). Pour les banques, offrir à leurs clients la proximité relationnelle attendue passe dorénavant par un dispositif multicanal : agences, téléphone, internet, mais aussi mobiles, tablettes La banque doit être accessible partout et à tout moment, sur tous les nouveaux supports numériques 2. L ESSENTIEL DU FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE PASSE PAR LES BANQUES Aujourd hui en France, 63% environ du financement de l économie est réalisé par les banques. Ce sont elles qui financent les besoins des ménages mais aussi des entreprises de toutes tailles par du crédit. Celles qui ont la possibilité d avoir recours directement aux marchés financiers pour diversifier leurs sources de financement sont pour l essentiel les plus grandes. Cette situation caractérise l Europe. Aux Etats- Unis, la proportion est inversée, et 70% du financement vient directement des marchés financiers. 3. ALORS MÊME QU UNE PARTIE SIGNIFICATIVE DE L ÉPARGNE FINANCIÈRE SORT DE LEUR BILAN Le montant des crédits que les banques françaises accordent sont supérieurs au montants des dépôts qu elles collectent. Cet écart est dû à la part significative de l épargne des Français, confiée aux banques, qui ne reste pas dans leur bilan. Les fonds déposés sur les livrets défiscalisés sont majoritairement centralisés à la Caisse des dépôts et consignations, les sommes versées dans des contrats d assurance-vie ne figurent pas non plus dans les bilans bancaires. C est une situation atypique qui provient de la spécificité de nos systèmes d épargne et de leur cadre fiscal. 4. LE PRIX DES SERVICES BANCAIRES RESTE MODÉRÉ Le prix des services bancaires représente environ 0,6% du budget des ménages, et évolue en général depuis plus de 10 ans moins vite que l inflation ou que celui de l ensemble des services (source : INSEE). D après une étude Bain&Co, les prix des services bancaires pris dans leur ensemble (crédit, épargne, banque au quotidien) sont plus faibles en France que dans les autres économies européennes comparables. Sur la base d un indice de 100 (moyenne de l Union européenne), la France figure parmi les pays les moins chers avec un indice de 95, à comparer au Royaume-Uni (107), l Italie (149) ou l Allemagne (91) (source : Etude Bain&Co 2010). 7

10 UN SECTEUR EN PLEINE MUTATION Le secteur bancaire est lourdement touché par la réforme prudentielle de Bâle 3. Outre les adaptations déjà réalisées au ratio de solvabilité, la mise en conformité avec les ratios de liquidité est compliquée, en France, par l écart entre crédits et dépôts. D autres réglementations comme la loi bancaire française auront un fort impact sur les relations entre les banques et leurs clients, tandis que le secteur financier s acquitte de taxes toujours plus pesantes. Enfin, les habitudes des consommateurs évoluent alors que nouvelles technologies et nouveaux acteurs modifient les activités traditionnelles des banques. 1. L IMPACT DES NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS La réglementation internationale qui a été adoptée (accords dits de Bâle 3) tend à aligner progressivement le modèle de financement européen sur le modèle américain, et les entreprises vont devoir davantage se financer sur les marchés. Par ailleurs, l écart entre volumes des crédits et des dépôts handicape les établissements financiers français dans leur adaptation aux règles de Bâle 3 en matière de liquidité : celles-ci imposeront bientôt aux banques européennes de détenir pratiquement autant d actifs liquides que de crédits. Ces exigences sur la liquidité interviennent alors que les banques françaises viennent déjà de renforcer leurs fonds propres au prix d efforts considérables de mises en réserve de leurs résultats et de restructuration de leurs bilans. En cas de reprise économique, les banques veulent conserver les moyens d accompagner leurs clients dans le financement de leurs projets. C est pourquoi elles insistent sur la nécessité d examiner avec prudence toute nouvelle réglementation qui pourrait être pénalisante pour leurs activités et pour le financement de l économie. A défaut, les bilans des banques françaises seront resserrés, le crédit pourrait devenir plus contraint et plus coûteux. La loi de régulation et de séparation des activités bancaires de 2013 impose la séparation de certaines activités, avec un impact sur le coût voire sur le maintien de certaines prestations par les établissements financiers français. LE SAVIEZ-VOUS? Les fonds propres des principales banques françaises ont augmenté de plus de 50 milliards d euros entre le et le (Source : Rapports financiers) 8

11 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS 68% des internautes consultent leur compte bancaire en ligne dont la moitié au moins une fois par semaine. (source : Enquête IFOP, mai 2013) 74% des Français considèrent les services en ligne des banques comme sécurisés. 50% des internautes utilisent internet pour réaliser un virement, 4% accepteraient de souscrire un crédit immobilier en ligne. Enfin, la profession bancaire est très mobilisée sur le marché des paiements qui bénéficie de nombreux apports en matière d innovation. Les conditions de sécurité doivent être assurées, tant pour les clients que pour les banques, afin que le niveau de confiance que les clients portent à leur établissement bancaire demeure élevé. Il est donc nécessaire d encadrer de manière très précise les activités et les acteurs, banques et non-banques, notamment au travers de la révision de la directive européenne «Services de Paiement» entamée à l été De même, les banques françaises restent très mobilisées pour maintenir un modèle économique viable pour les cartes bancaires au bénéfice de tous les consommateurs. C est pourquoi elles restent attentives aux projets européens d encadrer plus strictement, voire d interdire, les commissions d interchange. Ce sont ces commissions qui rémunèrent le service rendu par la banque du commerçant à la banque du porteur de cartes, et garantissent l universalité des paiements par carte. 2. DES TAXES SPÉCIFIQUES TOUJOURS PLUS NOMBREUSES Les banques françaises participent directement au budget de l Etat via les impôts et les charges qu acquittent toutes les entreprises. Elles apportent aussi des contributions spécifiques à leur secteur d activité, qui ont été fortement renforcées depuis 2 ans : taxe sur les salaires, taxe bancaire sur le risque systémique, participation au fonctionnement de l ACPR et de l AMF. En 2013, le montant de ces taxes spécifiques a augmenté pour atteindre 3 milliards d euros (taxe acquittée au titre de 2012, versée en 2013). Cette fiscalité spécifique pèse directement sur le financement de l économie et la capacité d investissement du secteur bancaire français qui doit, dans le même temps, satisfaire à des obligations réglementaires et prudentielles de plus en plus lourdes. A ces taxes pourrait s ajouter une taxe européenne sur les transactions financières 1. Tel qu il a été présenté, ce projet de taxation serait extrêmement dommageable. Il renchérirait les conditions d accès aux marchés financiers et entrainerait la perte de compétitivité du secteur financier français. Plus encore, cette taxe serait pénalisante pour le financement de tous les acteurs économiques, y compris les Etats et les entreprises non financières. Il faut y renoncer. 1. Proposition de coopération renforcée pour l instauration d une TTF de la Commission européenne du 14 février

12 LE SAVIEZ-VOUS? 88% des porteurs de carte ont activé une solution d authentification de type 3D Secure (source : rapport de l Observatoire sur la sécurité des cartes, juillet 2013). 56% des internautes paient des achats en ligne (source : Enquête IFOP, mai 2013). 3. L ÉVOLUTION DES HABITUDES ET DES ATTENTES DES CONSOMMATEURS Les banques, comme tous les secteurs économiques, sont confrontées à une profonde mutation des habitudes de consommation et des attentes de leurs clients. Les clients utilisent de manière intensive les nouveaux outils développés par les établissements bancaires pour accéder à distance à leur compte. Les applications désormais accessibles sur des supports très variés (ordinateurs, tablettes, smartphones ) rencontrent un grand succès car elles informent à tout moment les clients et leur proposent de plus en plus de services à distance, comme la réalisation de virements. Les clients des banques sont de plus en plus avertis. Leurs demandes s orientent donc vers plus de personnalisation, plus de conseils, notamment lors de la souscription de produits comme le crédit. Entre un modèle de banque avec «conseiller attitré qui vous suit personnellement», un modèle avec «moins d agences physiques et pas de conseillers attitrés» et «avoir accès à une banque à distance» (internet, téléphone), 65% des Français choisissent de pouvoir être suivis personnellement en 2013 contre 54% en 2011 (+11pts). Et les jeunes de moins de 35 ans sont 14% à être attirés par des banques uniquement accessibles à distance, contre 10% de l ensemble des Français (source : Enquête IFOP, mai 2013). Le recours au crédit change. Les ménages restent très prudents en raison des incertitudes économiques qui pèsent sur leur avenir. Ainsi, une proportion de ménages plus importante ne détient que des crédits immobiliers. Le recul s est accéléré en matière de détention de crédit à la consommation, pour tous les modes de distribution (cartes magasin, souscription sur le lieu de vente ou auprès d une banque, d un organisme de crédit). Le crédit à la consommation finance principalement des projets de consommation durable comme acheter un bien d équipement, un véhicule ou améliorer son cadre de vie et les usages comme des dépenses de loisirs ou de consommation courante ont tendance à reculer, y compris pour les ménages les plus jeunes. Une nouvelle dynamique se fait jour en matière de paiements. Les évolutions en cours depuis 10 ans s accélèrent : la prépondérance de la carte bancaire, moyen de paiement privilégié des Français, facilite la transformation des comportements. De nouveaux modes de consommation apparaissent : payer plus vite avec la carte sans contact, payer sur internet depuis chez soi ou partout depuis son mobile. Les banques s appuient sur de nombreuses expérimentations pour proposer des offres en adéquation avec ces nouvelles attentes, tout en conservant des exigences élevées en matière de sécurité. 10

13 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS 23% des Français ne connaissent pas le paiement sans contact. 23% des Français sont prêts à utiliser cette possibilité. 52% expriment des freins à l utilisation du paiement sans contact. (source : Enquête IFOP, mai 2013) D autres produits se développent également, comme les cartes de paiement prépayées qui répondent à des besoins tels que donner de l argent de poche à un adolescent de manière sécurisée et contrôlée, avoir une carte spécifique, non reliée à son compte bancaire, pour partir à l étranger, pour payer sur internet 4. UN INVESTISSEMENT PERMANENT DANS LA SÉCURITÉ Les banques investissent pour rendre les nouvelles solutions de paiement toujours plus sûres. Elles ont notamment généralisé les dispositifs «d authentification non rejouable» du type 3D Secure (envoi d un code unique par SMS, utilisation d un boîtier fourni par la banque ). Elles renforcent aussi en permanence les conditions de sécurité autour de la consultation des données et des souscriptions en ligne. Les établissements financiers français se mobilisent pour remplir leurs missions dans le respect de la sécurité des opérations et de la confidentialité des données personnelles qui leur sont confiées. Pour cela, il est impératif que tous les acteurs soient soumis aux même règles en matière de paiement. 5. DE NOUVEAUX DÉFIS POUR LES BANQUES FRANÇAISES Les nouveaux usages, favorisés par les technologies récentes, conduisent les consommateurs à exiger davantage de diversité, de transparence, de réactivité. Et la concurrence entre établissements financiers est une réalité en France : en 2013, 11% des Français déclarent envisager de changer de banque, et les Français sont également près d un quart à posséder des comptes dans plusieurs établissements (source : Enquête IFOP, mai 2013). Les banques ont saisi l opportunité de renouveler leur offre de produits et services pour répondre à ces usages qui se transforment. C est un défi pour lequel les banques françaises sont prêtes : maintenir une haute qualité de service, intégrer toujours plus d innovation, garantir la sécurité des transactions. Néanmoins, elles doivent aussi faire face à des changements réglementaires qu elles souhaitent progressifs et compatibles avec leur mission de financement de l économie. 11

14 SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER FBFFrance INFORMEZ-VOUS SUR banques-sepa.fr Les banques accompagnent les entreprises pour SEPA lesclesdelabanque.com

15

16 PARLONS DE LA BANQUE... CONÇU PAR LE PÔLE IRE ACHEVÉ D IMPRIMER EN MARS FBFFrance 14

Parlons clair LES BANQUES

Parlons clair LES BANQUES Parlons clair LES BANQUES en France 3 LES BANQUES EN FRANCE... LES BANQUES EN FRANCE... Sommaire... sont solides et respecteront la réforme internationale page 2... financent l économie page 4... sont

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier Christine LAGARDE Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER

Plus en détail

PARLONS CLAIR. Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN

PARLONS CLAIR. Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN PARLONS CLAIR Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN LES BANQUES EN FRANCE... UNE BANQUE POUR CHACUN... même pour les personnes les plus fragiles Tout le monde a besoin d avoir accès à la banque,

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 15/01/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

LE SECTEUR BANCAIRE EN 2013

LE SECTEUR BANCAIRE EN 2013 LE SECTEUR BANCAIRE EN 2013 CE RAPPORT SE PROLONGE SUR LE SITE INTERNET DE LA FBF SOMMAIRE 2-3 DE PROFONDES ÉVOLUTIONS 4-5 L ANNÉE 2013 EN ÉTAPES 6-11 UN CADRE RÉGLEMENTAIRE RIGOUREUX La réforme de Bâle

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

CONVENTION AERAS CONTEXTE. IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8

CONVENTION AERAS CONTEXTE. IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8 IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8 CONVENTION AERAS Mise en place en janvier 2007 et révisée en 2011, la Convention AERAS vise à élargir l accès à l assurance et au crédit des

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

LE SECTEUR BANCAIRE EN 2012 RAPPORT D ACTIVITÉ

LE SECTEUR BANCAIRE EN 2012 RAPPORT D ACTIVITÉ LE SECTEUR BANCAIRE EN 2012 RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 SOMMAIRE 2-3 FINANCER LA CROISSANCE 4-5 UNE ANNÉE D ACTIVITÉ AU SERVICE DE L ÉCONOMIE 6-13 DES BANQUES FRANÇAISES SOLIDES ET MOBILISÉES La résistance

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Maîtriser son taux d endettement L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Imprimé www.lesclesdelabanque.com avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées.

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs et les services bancaires

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs et les services bancaires La banque au quotidien En savoir plus sur les tarifs et les services bancaires Le présent guide est exclusivement diffusé à des fins d information du public. La reproduction totale ou partielle des textes

Plus en détail

Les banques accompagnent-elles

Les banques accompagnent-elles parlons CLAIR Les banques accompagnent-elles les TPE / PME? parlons CLAIR Des questions se posent, des réponses s imposent. Parlons clair est une collection de livrets destinés à donner des explications

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

Accéder à vos services HSBC à tout moment et où que vous soyez

Accéder à vos services HSBC à tout moment et où que vous soyez Accéder à vos services HSBC à tout moment et où que vous soyez Edito Agence, Internet, mobile, tablette dans un monde en pleine évolution, vous souhaitez avoir accès aux services de votre banque quand

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

pourquoi faire confiance aux banques

pourquoi faire confiance aux banques parlons CLAIR pourquoi faire confiance aux banques parlons CLAIR Des questions se posent, des réponses s imposent. Parlons clair est une collection de livrets destinés à donner des explications simples

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

rapport annuel de l observatoire de l épargne réglementée

rapport annuel de l observatoire de l épargne réglementée 2013 rapport annuel de l observatoire de l épargne réglementée Observatoire de l épargne réglementée Observatoire de l épargne réglementée Code courrier : 043-2521 31 rue Croix-des-Petits-Champs 75049

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Retraite & prévoyance

Retraite & prévoyance Retraite & prévoyance Comment développer l activité commerciale? Les enjeux pour les clients, la conduite du changement des réseaux Sommaire 1. Retraite, prévoyance, quels enjeux pour les réseaux? L impact

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Bon usage Novembre 2004 LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Rétablir dans la loi l obligation de contractualiser L obligation pour

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015

OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015 PARIS, LE 13 OCTOBRE OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015 Enseignement majeur de l édition 2015 de l Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale : les Français patrimoniaux montrent

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, une

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, une Mini-guide téléchargé depuis le site www.lesclesdelabanque.com - e-mail : cles@fbf.fr Mini-guide n 25 - Nouvelle éditon - Mars 2011 La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Taux variables et accession à la propriété

Taux variables et accession à la propriété 22 mai 2008 Taux variables et accession à la propriété 12 engagements des établissements de crédit Ariane Obolensky Directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) François Lemasson Président

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE

RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE 8 septembre 2011 RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE Vérification du respect des engagements pris par les établissements membres de la Fédération bancaire française dans le cadre des mesures proposées par

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE Ouverture, transformation, clôture 4 Relevés de compte 4 Tenue de compte 4 Services en agence 4-5 BANQUE À DISTANCE

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 1 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport d activité

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation

Guide du crédit à la consommation Guide du crédit à la consommation Ce qu il faut savoir avant de s engager Sommaire Le crédit à la consommation, qu est-ce que c est?... page 4 Ce qu il faut savoir avant de s engager...page 12 Que faire

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Grandes tendances de l épargne des ménages français au bilan des banques et des assurances : juin 2012 juin 2013

n 20 octobre 2013 Grandes tendances de l épargne des ménages français au bilan des banques et des assurances : juin 2012 juin 2013 n 20 octobre 2013 Grandes tendances de l épargne des ménages français au bilan des banques et des assurances : juin 2012 juin 2013 n 24 décembre 2013 1 Sommaire 1. L ÉPARGNE FINANCIÈRE DES MÉNAGES RESTE

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires La banque au quotidien En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires Le présent guide est exclusivement diffusé à des fins d information du public. La reproduction totale ou partielle des

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Choisissez votre relation avec votre banque, partout et à tout moment.

Choisissez votre relation avec votre banque, partout et à tout moment. Quotidien Choisissez votre relation avec votre banque, partout et à tout moment. Banque en ligne internet - mobile - téléphone Nos sites web Depuis votre ordinateur ou votre tablette www.ca-toulouse31.fr

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 premium banking Conseil Anlageberatung, financier global Vermögensverwaltung, Finanzierung Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 Se poser en partenaire solide

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

LES ACTIONS DES BANQUES EN FAVEUR DES CLIENTS VULNÉRABLES

LES ACTIONS DES BANQUES EN FAVEUR DES CLIENTS VULNÉRABLES ACTIONS DES BANQUES EN FAVEUR DES CLIENTS VULNÉRAB ACTIONS DES BANQUES EN FAVEUR DES CLIENTS VULNÉRAB SOMMAIRE 2 INTRODUCTION III 8-10 le crédit responsable 3-5 une banque plus claire et accessible à tous

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail