LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES"

Transcription

1 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES PARLONS DE LA BANQUE... LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES 2014 Retrouvez les chiffres actualisés sur fbf.fr

2 SOMMAIRE 1 DES RÉSEAUX BANCAIRES AU SERVICE DE LEURS CLIENTS 2-5 LES MISSIONS DE LA BANQUE DE DÉTAIL 1. Un accès universel à la banque en France / 2. Une distribution responsable du crédit / 3. Une large gamme de moyens de paiement / 4. Des produits d épargne diversifiés / 5. L éducation financière et budgétaire, une priorité 6-7 DES SPÉCIFICITÉS FRANÇAISES 1. La banque, une activité de proximité relationnelle / 2. L essentiel du financement de l économie passe par les banques / 3. alors même qu une partie significative de l épargne financière sort de leur bilan / 4. Le prix des services bancaires reste modéré 8-11 UN SECTEUR EN PLEINE MUTATION 1. L impact des nouvelles réglementations / 2. Des taxes spécifiques toujours plus nombreuses / 3. L évolution des habitudes et des attentes des consommateurs / 4. Un investissement permanent dans la sécurité / 5. De nouveaux défis pour les banques françaises

3 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES Des réseaux bancaires au service de leurs clients LES ACTIVITÉS DITES DE «BANQUE DE DÉ- TAIL» correspondent aux produits et services utilisés par les Français, ménages comme entreprises, au quotidien. C EST UNE BANQUE DE PROXIMITÉ. Il y a agences bancaires en France. Plus de 99% des Français ont un compte bancaire. LES BANQUES FRANÇAISES SONT AU CŒUR DE L ÉCONOMIE. Elles participent activement à la réalisation des projets de leurs clients, entreprises et particuliers, et assurent, via le crédit, des deux tiers du financement de l économie. Le secteur bancaire pèse 2,8% environ du PIB en France, où il génère aussi de nombreux emplois indirects dans les services informatiques et les prestations de conseil. Les banques emploient personnes, dont environ dans les activités de banque de détail. LA BANQUE DE DÉTAIL EST AUJOURD HUI EN PLEINE MUTATION, sous l influence de nouvelles réglementations, toujours plus nombreuses, et aussi en raison des changements d habitudes de consommation des clients. L arrivée de nouvelles technologies et de nouveaux entrants sur les activités des banques françaises nécessite de constants ajustements. Le modèle de banque à la française, doit s adapter avec un seul objectif : maintenir des relations de qualité avec ses clients. RÉGLEMENTATION NOUVEAUX ACTEURS LES BANQUES ET LEURS RÉSEAUX ATTENTES DES CLIENTS NOUVELLES TECHNOLOGIES 1

4 LES MISSIONS DE LA BANQUE DE DÉTAIL Le modèle de banque français se caractérise par une relation de proximité forte avec les clients, fondée sur la présence géographique et la qualité de service. La banque permet à ses clients de percevoir leurs revenus (salaire, revenus de l épargne, prestations sociales ), de faire des placements financiers ou d obtenir un crédit immobilier ou à la consommation. Elle offre une large gamme de moyens de paiement, de produits financiers adaptés à des besoins très divers, mais aussi des produits d assurance et au-delà certains produits de consommation courante tels que la téléphonie ou la protection du domicile. Les missions remplies par les banques se font dans le respect de la sécurité des opérations et de la confidentialité des données personnelles qui leur sont confiées. 1. UN ACCÈS UNIVERSEL À LA BANQUE EN FRANCE L accès au compte bancaire est une réalité dans notre pays, où le taux de bancarisation dépasse 99%, un chiffre nettement supérieur à la moyenne européenne. Le dispositif du «droit au compte» agit comme un filet de sécurité : un client sans compte bancaire à qui l ouverture d un compte a été refusée peut s adresser à la Banque de France. Celleci désigne sous un jour ouvré un établissement qui ouvrira un compte. Les clients des banques disposent de moyens diversifiés leur permettant d être informés sur le fonctionnement de leur compte et sur la tarification des produits et services qu ils utilisent. Les banques ont renforcé la transparence, l information, la comparabilité des prix pour que chacun fasse des choix éclairés. Par exemple, il est facile de se procurer le prix d un service puisqu il figure sur le site internet des banques, dans toutes les agences et les brochures tarifaires envoyées chaque année aux clients. Ces brochures tarifaires se présentent dans toutes les banques avec le même sommaire et les mêmes chapitres, ce qui permet de les comparer facilement. 2. UNE DISTRIBUTION RESPONSABLE DU CRÉDIT L encours de crédit aux particuliers s établit à 996 milliards d euros à fin décembre 2013, en hausse de 3,3% sur les 12 derniers mois (source : Banque de France, Stat Info - Crédits aux particuliers 05/02/2014). La croissance est dynamique pour les prêts immobiliers (+2,9% sur un an) alors que les crédits à la consommation marquent le pas (-2,1%). Fin 2013, 47,6% des ménages détiennent au moins un crédit (source : Observatoire des crédits aux ménages, janvier 2014). 2

5 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS 23% des Français ont des comptes dans plusieurs banques. 65% des Français trouvent qu il est facile de se procurer le tarif d une opération bancaire. 78% des Français ont une bonne image de leur banque. (source : Enquête IFOP, mai 2013) Les conditions d emprunt restent très favorables, avec une détente des taux d intérêt. Ainsi le taux moyen des prêts immobiliers a baissé de 0,6 point sur un an pour s établir à 3,08% au 4 ème trimestre 2013 (source Observatoire Crédit Logement CSA). Le taux moyen des crédits nouveaux en crédit à la consommation s établit à 5,90% (source Banque de France, Stat Info - Crédits aux particuliers 05/02/2014). En France, la distribution de crédit se fait de manière responsable, via des produits adaptés et après une analyse au cas par cas de la situation des clients, en fonction de leur capacité de remboursement. Cette politique de risque maîtrisé et l accompagnement des clients dans le temps explique un taux de défaut qui demeure faible. LE SAVIEZ-VOUS? Plus de 18 milliards de transactions ont été réalisées en France en ,9% des paiements sont réalisés par carte en France. Le chèque représente 15,5% des opérations en France, contre 4,5% en moyenne en Europe. (Source : BCE, septembre 2013) L activité de crédit reste toutefois étroitement liée à la demande qui recule depuis Aujourd hui, les Français sont inquiets en raison de la conjoncture économique. Ils se déclarent très prudents dans leur intention de souscrire de nouveaux crédits au cours du 1 er semestre 2014 : seuls 4,5% des ménages envisagent de demander un crédit immobilier et 3,9% de demander un crédit à la consommation (source : Observatoire des crédits aux ménages, janvier 2014). 3. UNE LARGE GAMME DE MOYENS DE PAIEMENT Les banques proposent une gamme large de moyens de paiement : virements, prélèvements, cartes bancaires, chèques... sont disponibles pour que les Français puissent effectuer leurs opérations de manière pratique. Chaque Français fait 276 opérations de paiement par an (hors paiements en espèces). Les banques veillent aussi à offrir ces moyens de paiement à tous leurs clients, y compris les ménages en situation de fragilité. La gamme de moyens de paiement alternatifs au chèque (GPA) est disponible depuis 2005 pour les personnes qui ne disposent pas d un chéquier. Proposée à un prix modéré, elle comprend au minimum des virements, des prélèvements, des TIP ainsi qu une carte de paiement à autorisation systématique. Chaque opération n est réalisée que si l argent est disponible sur le compte. La gestion du compte est simplifiée et sécurisée. 3

6 CHIFFRES CLÉS 47,6% des ménages français détiennent au moins un crédit. 31% des ménages détiennent un crédit immobilier. 26,6% des ménages ont un crédit à la consommation. (source : Observatoire des crédits aux ménages, janvier 2014) Les banques ont enrichi la GPA en 2011 avec deux nouveaux services : un nombre minimum d alertes pour informer les clients sur le solde de leur compte et un tarif limité pour les frais d incident, qui sont plafonnés par jour et/ou par mois. La loi bancaire votée le 26 juillet 2013 apporte de nouvelles dispositions pour les populations en situation de fragilité ; elle fait référence à une RÉPARTITION DU PATRIMOINE FINANCIER DES FRANÇAIS 26% 17% (source : rapport Berger/Lefebvre, avril 2013) 17% 40% Assurance-vie Livrets défiscalisés et PEL Dépôts et livrets fiscalisés Valeurs mobilières (dont fonds d épargne salariale) offre bancaire spécifique, proche de la Gamme de Paiement Alternatifs au chèque (GPA) actuelle et comportant notamment une carte à autorisation systématique, des virements et prélèvements, ainsi que 2 chèques de banque par mois. Le prix de cette offre est administré et fixé à 3 euros par mois. Ces mesures rigidifient les rapports entre les banques et leurs clients, en imposant pour de nombreux éléments de la relation commerciale un formalisme ou une tarification encadrés par la loi. 4. DES PRODUITS D ÉPARGNE DIVERSIFIÉS Le taux d épargne des Français est l un des plus élevés d Europe, autour de 16% du revenu disponible. Selon le rapport Berger-Lefebvre paru en avril 2013, le patrimoine des ménages représente milliards d euros à fin 2011, soit 8,5 années de revenus. Il est composé pour 62% d immobilier et pour 32% d actifs financiers. Ces actifs financiers sont constitués pour 40% d assurance-vie (en montant), pour 17% de livrets défiscalisés et de PEL, pour 17% de dépôts et de livrets fiscalisés et pour plus de 26% de valeurs mobilières (dont les fonds d épargne salariale). 4

7 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES Parmi les actifs financiers, les livrets défiscalisés sont les plus répandus (85% des Français en détiennent) suivis par l assurance-vie (40%) et les produits d épargne-logement (31%). En montant, les évolutions de ces dernières années montrent que l assurance-vie prend une place de plus en plus importante au détriment des livrets d épargne (livrets réglementés et livrets fiscalisés). Parallèlement, la part des dépôts à vue et des placements monétaires s est fortement réduite. 5. L ÉDUCATION FINANCIÈRE ET BUDGÉTAIRE, UNE PRIORITÉ Les banques mènent collectivement, depuis 2004, un vaste programme de pédagogie financière et de sensibilisation à destination du grand public, des associations et des acteurs sociaux, notamment. Le programme Les clés de la banque s appuie sur son site internet et sur une collection de plus de 60 mini-guides thématiques. L information est gratuite, régulièrement mise à jour, et à disposition de tous les relais qui souhaitent la diffuser. Un centre d appels complète ce dispositif ; il reçoit plus de contacts par an (téléphone et mail). En 2013, les mini-guides ont été téléchargés plus de fois sur le site et diffusés à plus de exemplaires en format papier. Pour rendre l information encore plus accessible, de nouveaux supports ont été introduits : des animations, des vidéos et même des miniclips, qui se focalisent sur une courte accroche, pour inciter les internautes à aller rechercher de plus amples informations. Ainsi, grâce à une présence constante sur le terrain auprès des accompagnants, le programme Les clés de la banque est plus réactif, plus pertinent. Il touche davantage de personnes car il répond à leur situation quotidienne, ce qui explique la hausse importante du trafic de son site internet en 2013, passé de 2,1 millions de visites en 2012 à près de 3 millions en Le site pédagogique sur la banque et l argent LE SAVIEZ-VOUS? Le site «lesclesdelabanque.com» a reçu près de 3 millions de visites en contacts ont été traités par les équipes du Centre d Information Bancaire en Le site «Lesclesdelabanque.com» compte plus de pages et la collection de mini-guides thématiques plus de 60 titres. (source : CIB, janvier 2014) Trois mini-guides thématiques publiés en 2013 illustrent les demandes concrètes du public «Bien réagir en cas de séparation», «Les démarches en cas de décès» et «Comme réagir en cas de baisse de revenus». octobre 2013 n 12 difficultés LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le site pédagogique sur la banque et l argent comment réagir cas de perte de revenus? octobre 2013 n 4 Le site pédagogique sur la banque et l argent difficultés LES MINI-GUIDES BANCAIRES Les démarches en cas de décès sec_01-2 MG - 12-reagir-perte-revenus.indd 2 07/11/ :31:51 sec_01-2 difficultés Bien réagir en cas de séparation MG 04 -démarches en cas de décès.indd 2 02/10/ :44:42 mars 2013 n 2 LES MINI-GUIDES BANCAIRES MG 02 - Reagir en cas de separation.indd 2 20/03/ :20:29 sec_01-2 5

8 DES SPÉCIFICITÉS FRANÇAISES Les banques françaises ont développé une relation de proximité avec leurs clients, notamment en renforçant la taille de leurs réseaux d agences au cours de la dernière décennie. Les Français disposent de plus de 580 agences pour 1 million d habitants contre une moyenne de 450 pour l ensemble de l Europe. Le financement de l économie française repose pour l essentiel sur le crédit accordé par les banques à leurs clients. Or, une part significative de l épargne des Français sort du bilan des banques en raison de l attractivité fiscale de l assurance-vie et de l épargne réglementée, ce qui rend l adaptation aux nouvelles réglementations plus difficile. 1. LA BANQUE, UNE ACTIVITÉ DE PROXIMITÉ RELATIONNELLE Le taux de bancarisation de la population française est passé de 20% environ en 1967 à plus de 99% aujourd hui. Cette évolution s est accompagnée d un maillage particulièrement dense du territoire par les banques françaises. Plus de agences bancaires sont réparties partout en France. C est l une des densités les plus fortes en Europe. Toutefois le mouvement d ouverture de points de vente, qui avait permis d augmenter le nombre d agences bancaires de 8% environ par an ces 10 dernières années, s est arrêté voire s inverse. On dénombre environ agences de moins fin 2012 par rapport à fin Aujourd hui, la fréquentation des agences est en baisse. En effet, même si le nombre de clients ne fréquentant jamais leur agence bancaire reste stable (2 à 3%), 70% des clients déclarent s y rendre moins d une fois par mois. Les clients des banques françaises restent cependant attachés à cette proximité géographique et montrent un fort attachement à leur conseiller bancaire : 81% des Français le jugent compétent et 79% pensent qu il répond bien à leurs questions (source : Enquête IFOP, mai 2013). LE SAVIEZ-VOUS? En France, la densité du réseau bancaire est proche d une agence pour habitants, parmi les plus fortes en Europe (source : BCE). 47% des Français déclarent que le développement de services bancaires via internet les conduit à moins fréquenter leur agence bancaire (source : Enquête IFOP, mai 2013). 6

9 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS milliards d euros C est l encours des contrats d assurance-vie au 31 décembre 2013, en hausse de +5% sur un an (source : FFSA, janvier 2014). 68% des recrutements dans le banques ont été effectués sur des métiers commerciaux (source : Enquête emploi AFB, 2013). 16 milliards d euros sur les livrets fiscalisés ont été retirés entre octobre et décembre 2012 (source : Rapport Berger/Lefebvre). Pour les banques, offrir à leurs clients la proximité relationnelle attendue passe dorénavant par un dispositif multicanal : agences, téléphone, internet, mais aussi mobiles, tablettes La banque doit être accessible partout et à tout moment, sur tous les nouveaux supports numériques 2. L ESSENTIEL DU FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE PASSE PAR LES BANQUES Aujourd hui en France, 63% environ du financement de l économie est réalisé par les banques. Ce sont elles qui financent les besoins des ménages mais aussi des entreprises de toutes tailles par du crédit. Celles qui ont la possibilité d avoir recours directement aux marchés financiers pour diversifier leurs sources de financement sont pour l essentiel les plus grandes. Cette situation caractérise l Europe. Aux Etats- Unis, la proportion est inversée, et 70% du financement vient directement des marchés financiers. 3. ALORS MÊME QU UNE PARTIE SIGNIFICATIVE DE L ÉPARGNE FINANCIÈRE SORT DE LEUR BILAN Le montant des crédits que les banques françaises accordent sont supérieurs au montants des dépôts qu elles collectent. Cet écart est dû à la part significative de l épargne des Français, confiée aux banques, qui ne reste pas dans leur bilan. Les fonds déposés sur les livrets défiscalisés sont majoritairement centralisés à la Caisse des dépôts et consignations, les sommes versées dans des contrats d assurance-vie ne figurent pas non plus dans les bilans bancaires. C est une situation atypique qui provient de la spécificité de nos systèmes d épargne et de leur cadre fiscal. 4. LE PRIX DES SERVICES BANCAIRES RESTE MODÉRÉ Le prix des services bancaires représente environ 0,6% du budget des ménages, et évolue en général depuis plus de 10 ans moins vite que l inflation ou que celui de l ensemble des services (source : INSEE). D après une étude Bain&Co, les prix des services bancaires pris dans leur ensemble (crédit, épargne, banque au quotidien) sont plus faibles en France que dans les autres économies européennes comparables. Sur la base d un indice de 100 (moyenne de l Union européenne), la France figure parmi les pays les moins chers avec un indice de 95, à comparer au Royaume-Uni (107), l Italie (149) ou l Allemagne (91) (source : Etude Bain&Co 2010). 7

10 UN SECTEUR EN PLEINE MUTATION Le secteur bancaire est lourdement touché par la réforme prudentielle de Bâle 3. Outre les adaptations déjà réalisées au ratio de solvabilité, la mise en conformité avec les ratios de liquidité est compliquée, en France, par l écart entre crédits et dépôts. D autres réglementations comme la loi bancaire française auront un fort impact sur les relations entre les banques et leurs clients, tandis que le secteur financier s acquitte de taxes toujours plus pesantes. Enfin, les habitudes des consommateurs évoluent alors que nouvelles technologies et nouveaux acteurs modifient les activités traditionnelles des banques. 1. L IMPACT DES NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS La réglementation internationale qui a été adoptée (accords dits de Bâle 3) tend à aligner progressivement le modèle de financement européen sur le modèle américain, et les entreprises vont devoir davantage se financer sur les marchés. Par ailleurs, l écart entre volumes des crédits et des dépôts handicape les établissements financiers français dans leur adaptation aux règles de Bâle 3 en matière de liquidité : celles-ci imposeront bientôt aux banques européennes de détenir pratiquement autant d actifs liquides que de crédits. Ces exigences sur la liquidité interviennent alors que les banques françaises viennent déjà de renforcer leurs fonds propres au prix d efforts considérables de mises en réserve de leurs résultats et de restructuration de leurs bilans. En cas de reprise économique, les banques veulent conserver les moyens d accompagner leurs clients dans le financement de leurs projets. C est pourquoi elles insistent sur la nécessité d examiner avec prudence toute nouvelle réglementation qui pourrait être pénalisante pour leurs activités et pour le financement de l économie. A défaut, les bilans des banques françaises seront resserrés, le crédit pourrait devenir plus contraint et plus coûteux. La loi de régulation et de séparation des activités bancaires de 2013 impose la séparation de certaines activités, avec un impact sur le coût voire sur le maintien de certaines prestations par les établissements financiers français. LE SAVIEZ-VOUS? Les fonds propres des principales banques françaises ont augmenté de plus de 50 milliards d euros entre le et le (Source : Rapports financiers) 8

11 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS 68% des internautes consultent leur compte bancaire en ligne dont la moitié au moins une fois par semaine. (source : Enquête IFOP, mai 2013) 74% des Français considèrent les services en ligne des banques comme sécurisés. 50% des internautes utilisent internet pour réaliser un virement, 4% accepteraient de souscrire un crédit immobilier en ligne. Enfin, la profession bancaire est très mobilisée sur le marché des paiements qui bénéficie de nombreux apports en matière d innovation. Les conditions de sécurité doivent être assurées, tant pour les clients que pour les banques, afin que le niveau de confiance que les clients portent à leur établissement bancaire demeure élevé. Il est donc nécessaire d encadrer de manière très précise les activités et les acteurs, banques et non-banques, notamment au travers de la révision de la directive européenne «Services de Paiement» entamée à l été De même, les banques françaises restent très mobilisées pour maintenir un modèle économique viable pour les cartes bancaires au bénéfice de tous les consommateurs. C est pourquoi elles restent attentives aux projets européens d encadrer plus strictement, voire d interdire, les commissions d interchange. Ce sont ces commissions qui rémunèrent le service rendu par la banque du commerçant à la banque du porteur de cartes, et garantissent l universalité des paiements par carte. 2. DES TAXES SPÉCIFIQUES TOUJOURS PLUS NOMBREUSES Les banques françaises participent directement au budget de l Etat via les impôts et les charges qu acquittent toutes les entreprises. Elles apportent aussi des contributions spécifiques à leur secteur d activité, qui ont été fortement renforcées depuis 2 ans : taxe sur les salaires, taxe bancaire sur le risque systémique, participation au fonctionnement de l ACPR et de l AMF. En 2013, le montant de ces taxes spécifiques a augmenté pour atteindre 3 milliards d euros (taxe acquittée au titre de 2012, versée en 2013). Cette fiscalité spécifique pèse directement sur le financement de l économie et la capacité d investissement du secteur bancaire français qui doit, dans le même temps, satisfaire à des obligations réglementaires et prudentielles de plus en plus lourdes. A ces taxes pourrait s ajouter une taxe européenne sur les transactions financières 1. Tel qu il a été présenté, ce projet de taxation serait extrêmement dommageable. Il renchérirait les conditions d accès aux marchés financiers et entrainerait la perte de compétitivité du secteur financier français. Plus encore, cette taxe serait pénalisante pour le financement de tous les acteurs économiques, y compris les Etats et les entreprises non financières. Il faut y renoncer. 1. Proposition de coopération renforcée pour l instauration d une TTF de la Commission européenne du 14 février

12 LE SAVIEZ-VOUS? 88% des porteurs de carte ont activé une solution d authentification de type 3D Secure (source : rapport de l Observatoire sur la sécurité des cartes, juillet 2013). 56% des internautes paient des achats en ligne (source : Enquête IFOP, mai 2013). 3. L ÉVOLUTION DES HABITUDES ET DES ATTENTES DES CONSOMMATEURS Les banques, comme tous les secteurs économiques, sont confrontées à une profonde mutation des habitudes de consommation et des attentes de leurs clients. Les clients utilisent de manière intensive les nouveaux outils développés par les établissements bancaires pour accéder à distance à leur compte. Les applications désormais accessibles sur des supports très variés (ordinateurs, tablettes, smartphones ) rencontrent un grand succès car elles informent à tout moment les clients et leur proposent de plus en plus de services à distance, comme la réalisation de virements. Les clients des banques sont de plus en plus avertis. Leurs demandes s orientent donc vers plus de personnalisation, plus de conseils, notamment lors de la souscription de produits comme le crédit. Entre un modèle de banque avec «conseiller attitré qui vous suit personnellement», un modèle avec «moins d agences physiques et pas de conseillers attitrés» et «avoir accès à une banque à distance» (internet, téléphone), 65% des Français choisissent de pouvoir être suivis personnellement en 2013 contre 54% en 2011 (+11pts). Et les jeunes de moins de 35 ans sont 14% à être attirés par des banques uniquement accessibles à distance, contre 10% de l ensemble des Français (source : Enquête IFOP, mai 2013). Le recours au crédit change. Les ménages restent très prudents en raison des incertitudes économiques qui pèsent sur leur avenir. Ainsi, une proportion de ménages plus importante ne détient que des crédits immobiliers. Le recul s est accéléré en matière de détention de crédit à la consommation, pour tous les modes de distribution (cartes magasin, souscription sur le lieu de vente ou auprès d une banque, d un organisme de crédit). Le crédit à la consommation finance principalement des projets de consommation durable comme acheter un bien d équipement, un véhicule ou améliorer son cadre de vie et les usages comme des dépenses de loisirs ou de consommation courante ont tendance à reculer, y compris pour les ménages les plus jeunes. Une nouvelle dynamique se fait jour en matière de paiements. Les évolutions en cours depuis 10 ans s accélèrent : la prépondérance de la carte bancaire, moyen de paiement privilégié des Français, facilite la transformation des comportements. De nouveaux modes de consommation apparaissent : payer plus vite avec la carte sans contact, payer sur internet depuis chez soi ou partout depuis son mobile. Les banques s appuient sur de nombreuses expérimentations pour proposer des offres en adéquation avec ces nouvelles attentes, tout en conservant des exigences élevées en matière de sécurité. 10

13 LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES CHIFFRES CLÉS 23% des Français ne connaissent pas le paiement sans contact. 23% des Français sont prêts à utiliser cette possibilité. 52% expriment des freins à l utilisation du paiement sans contact. (source : Enquête IFOP, mai 2013) D autres produits se développent également, comme les cartes de paiement prépayées qui répondent à des besoins tels que donner de l argent de poche à un adolescent de manière sécurisée et contrôlée, avoir une carte spécifique, non reliée à son compte bancaire, pour partir à l étranger, pour payer sur internet 4. UN INVESTISSEMENT PERMANENT DANS LA SÉCURITÉ Les banques investissent pour rendre les nouvelles solutions de paiement toujours plus sûres. Elles ont notamment généralisé les dispositifs «d authentification non rejouable» du type 3D Secure (envoi d un code unique par SMS, utilisation d un boîtier fourni par la banque ). Elles renforcent aussi en permanence les conditions de sécurité autour de la consultation des données et des souscriptions en ligne. Les établissements financiers français se mobilisent pour remplir leurs missions dans le respect de la sécurité des opérations et de la confidentialité des données personnelles qui leur sont confiées. Pour cela, il est impératif que tous les acteurs soient soumis aux même règles en matière de paiement. 5. DE NOUVEAUX DÉFIS POUR LES BANQUES FRANÇAISES Les nouveaux usages, favorisés par les technologies récentes, conduisent les consommateurs à exiger davantage de diversité, de transparence, de réactivité. Et la concurrence entre établissements financiers est une réalité en France : en 2013, 11% des Français déclarent envisager de changer de banque, et les Français sont également près d un quart à posséder des comptes dans plusieurs établissements (source : Enquête IFOP, mai 2013). Les banques ont saisi l opportunité de renouveler leur offre de produits et services pour répondre à ces usages qui se transforment. C est un défi pour lequel les banques françaises sont prêtes : maintenir une haute qualité de service, intégrer toujours plus d innovation, garantir la sécurité des transactions. Néanmoins, elles doivent aussi faire face à des changements réglementaires qu elles souhaitent progressifs et compatibles avec leur mission de financement de l économie. 11

14 SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER FBFFrance INFORMEZ-VOUS SUR banques-sepa.fr Les banques accompagnent les entreprises pour SEPA lesclesdelabanque.com

15

16 PARLONS DE LA BANQUE... CONÇU PAR LE PÔLE IRE ACHEVÉ D IMPRIMER EN MARS FBFFrance 14

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 19/10/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 15/01/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

pourquoi faire confiance aux banques

pourquoi faire confiance aux banques parlons CLAIR pourquoi faire confiance aux banques parlons CLAIR Des questions se posent, des réponses s imposent. Parlons clair est une collection de livrets destinés à donner des explications simples

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Parlons clair LES BANQUES

Parlons clair LES BANQUES Parlons clair LES BANQUES en France 3 LES BANQUES EN FRANCE... LES BANQUES EN FRANCE... Sommaire... sont solides et respecteront la réforme internationale page 2... financent l économie page 4... sont

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Avril 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 25 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mardi 29 janvier 2013-1 Les faits marquants

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015

OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015 PARIS, LE 13 OCTOBRE OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015 Enseignement majeur de l édition 2015 de l Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale : les Français patrimoniaux montrent

Plus en détail

Taux variables et accession à la propriété

Taux variables et accession à la propriété 22 mai 2008 Taux variables et accession à la propriété 12 engagements des établissements de crédit Ariane Obolensky Directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) François Lemasson Président

Plus en détail

L accès au crédit malgré un problème de santé

L accès au crédit malgré un problème de santé LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 12 L accès au crédit malgré un problème de santé Convention Belorgey FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour avril 2005 Document réalisé en collaboration avec des associations

Plus en détail

Il n y a pas besoin d aller très loin pour trouver une banque différente.

Il n y a pas besoin d aller très loin pour trouver une banque différente. Il n y a pas besoin d aller très loin pour trouver une banque différente. Découvrez un compte courant pas tout à fait comme les autres. Une banque pas tout à f monabanq. est l une des 1 ères banques en

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement

Maîtriser son taux d endettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 8 Maîtriser son taux d endettement

Plus en détail

Radiance Humanis Vie

Radiance Humanis Vie ÉPARGNE Radiance Humanis Vie Et votre avenir prend des forces Taux du fonds en euros de Radiance Humanis Vie : 3,50 %* * Taux de rémunération 2013 du fonds en euros Apicil Euro Garanti. Taux net de frais

Plus en détail

Accéder à vos services HSBC à tout moment et où que vous soyez

Accéder à vos services HSBC à tout moment et où que vous soyez Accéder à vos services HSBC à tout moment et où que vous soyez Edito Agence, Internet, mobile, tablette dans un monde en pleine évolution, vous souhaitez avoir accès aux services de votre banque quand

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite Les Français, l épargne et la retraite 2015 Rapport d étude de l institut CSA Vos contacts chez CSA : Estelle Thomas -Directrice du département Banque Assurance Finance -01 57 00 58 83 Matthieu Guimbert

Plus en détail

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale?

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? Skandia renforce son positionnement en France Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? 7 mai 2010 Sommaire 1. Présentation et actualité du Groupe Old

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

PREDIVIE TRANSMISSION

PREDIVIE TRANSMISSION ASSURANCE VIE PREDIVIE TRANSMISSION L ASSURANCE VIE DÉDIÉE À LA TRANSMISSION DU CAPITAL À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous conseillons nos clients pour leur apporter une réponse adaptée à chacun

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr guide clarté Epargne 18-25 ans ÉPARGNEZ À PARTIR DE 15 PAR MOIS. www.creditmutuel.fr une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel vous parle d épargne

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui 1 Une entreprise singulière Une grande entreprise, présente dans la vie des Français, et dans l inconscient national Mais assez méconnue Forte dimension

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS IMMOBILIERS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque, vous

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s 024 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18

Plus en détail

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance!

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance! SOLUTIONS Gagnez en indépendance! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE VOTRE ENVOL SEREINEMENT SOLUTIONS ASTRÉA Spécialement conçues pour s adapter aux besoins des jeunes, les solutions Groupama Banque vous

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Les Français et les moyens de paiement Etude de l Institut CSA pour le Ministère des Finances et des

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO PERIAL Asset Management, une filiale du groupe PERIAL 9 rue Jadin - 75017 Paris Tél : 01 56 43 11 00 - Fax : 01 42 25 55 00 www.perial.com

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi et

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Le crowdfunding : le guide Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Définition Un mode de financement de projets créatifs, solidaires, entrepreneuriaux ou personnels en récoltant via internet de petits

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail