L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public"

Transcription

1 N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre plusieurs domaines non traités par les enquêtes traditionnelles (la maind œuvre, la trésorerie, l équipement, la demande et la distribution), mais elle ne les décrit pas de façon quantitative, elle les appréhende à travers un recueil d opinions des chefs d entreprise. Les tendances sont présentées par des courbes, elles traduisent des soldes d opinion ou des proportions (voir page 8). Les points situés au-dessus de la ligne zéro correspondent toujours à des réponses indiquant une augmentation ou un niveau supérieur, les points au-dessous de la ligne zéro traduisent une diminution. L ACTIVITE L activité industrielle est demeurée stable durant ce troisième trimestre 215, selon les chefs d entreprise publique enquêtés. Plus de 72% du potentiel de production du secteur public et 83% de celui du privé ont utilisé leurs capacités de production à plus de 5%. Le niveau d approvisionnement en matières premières a été égal à la demande exprimée pour plus de 88% des enquêtés du privé, tandis qu il a été inférieur pour près de 28% de ceux du public, ce qui a engendré des ruptures de stocks à près de 34% d entre eux, causant des arrêts de travail, allant jusqu à 59 jours. Plus de 2% du potentiel de production du public et plus de 32% de celui du privé ont connu des pannes d électricité causant des arrêts de travail inférieurs à 12 jours pour la majorité des concernés des premiers et inférieur à 6 jours pour la plupart des seconds. Par ailleurs, l approvisionnement en eau a été suffisant selon près de 9% des enquêtés des premiers et plus de 62% des seconds Evolution de l'activité industrielle secteur privé secteur public Directeur de la publication : Mounir Khaled BERRAH Ce numéro est élaboré par la Direction Technique chargée des statistiques des entreprises et du suivi de la conjoncture ISSN Prix = 4 DA décembre 215 Site Web: ONS Avenue Belkacemi Mohamed- ravin de la femme sauvage El Anasser Alger - : : Courriel:

2 2 LA DEMANDE La demande en produits fabriqués poursuit sa tendance à la hausse durant ce troisième trimestre 215 selon les chefs d entreprise publique, tandis qu elle a relativement baissé selon ceux du privé. Près de 59% des chefs d entreprise des premiers et plus 93% des seconds ont satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués selon la plupart, situation jugée normale par 67% des concernés publics et 49% de ceux du privé. Plus de 33% des industriels publics ont rencontré des problèmes de transport durant ce trimestre Tendance de la demande secteur privé Tendance de la demande secteur public LA MAIN D ŒUVRE Avec l installation de nouvelles capacités de production et la hausse du volume des commandes, les effectifs ont encore augmenté durant ce troisième trimestre 215. La hausse est plus prononcée pour le secteur public. Près de 72% des chefs d entreprise publique et plus de 74% de ceux du privé jugent le niveau de qualification du personnel suffisant. Toutefois, près de 11% des premiers et près de 59% des seconds déclarent avoir trouvé des difficultés à recruter notamment du personnel d encadrement. Le taux d absentéisme a été inférieur au trimestre précédent selon plus de 47% des enquêtés du secteur public et reste égal selon la majorité de ceux du privé. Prés de 94% des chefs d entreprise publique enquêtés et plus de 53% de ceux du privé déclarent ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. À cause de conflits sociaux, plus de 6% du potentiel de production du secteur public et 2% seulement de ceux du privé ont connu des arrêts de travail, inférieurs à 6 jours. Evolution des effectifs (public) Evolution des effectifs (privé)

3 3 LA TRESORERIE L état de la trésorerie est jugé bon par près de 64% des chefs d entreprise publique et près de 36% de ceux du privé, néanmoins, il reste mauvais selon près de 21% des premiers et 8% des seconds. Toutefois, les charges élevées, l allongement des délais de remboursements continuent d influer sur l état de la trésorerie. Près de 15% du potentiel de production du secteur public et près de 64% de celui du privé ont recouru à des crédits bancaires. Près de 89% des premiers et plus de 32% des seconds n ont pas trouvé de difficultés à les contracter. Evolution de la trésorerie (public) Evolution de la trésorerie (privé) L EQUIPEMENT Pour des raisons essentiellement de vétusté des équipements, près de 6% du potentiel de production du secteur public et plus de 47% de celui du privé ont connu des pannes, engendrant des arrêts de travail atteignant plus de 3 jours pour près de 45% des premiers et jusqu à 13 jours pour la plupart des seconds. Plus de 88% des chefs d entreprise publique ont procédé à des remises en marche de leur équipement après une panne et plus de 76% des concernés des deux secteurs ont procédé à des renouvellements. Plus de 89% des chefs d entreprise du secteur public et plus de 72% de ceux du privé déclarent pouvoir produire davantage en renouvelant l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. PREVISION Pour le prochain trimestre et comparativement au précédent, les chefs d entreprise des deux secteurs prévoient de bonnes perspectives de leur activité, de la demande et des effectifs. Contrairement aux industriels publics qui prévoient une baisse des prix de vente, ceux du privé préconisent une stabilité. Par ailleurs, les chefs d entreprise des deux secteurs prévoient de bonnes perspectives de leur trésorerie Evolution des prix de vente secteur public Evolution des prix de vente secteur privé 7 1t6

4 4 EVOLUTION PAR SECTEUR D ACTIVITE 1- MINES ET CARRIERES Selon l opinion des chefs d entreprise, l activité dans les mines et carrières a baissé durant ce troisième trimestre 215. Les capacités de production utilisées se situent entre 5 et % selon la majorité des concernés. Près de 19% des enquêtés déclarent des commandes en matières premières inférieures à leurs besoins. La consommation d énergie est restée stable. La demande en produits fabriqués a baissé selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Plus de 81% affirme avoir satisfait toutes les commandes reçues et il leur subsistait des stocks de produits fabriqués, situation jugée anormale. Près de 19% des enquêtés déclarent avoir rencontré des problémes de transport durant ce trimestre. Les effectifs ont baissé durant ce troisième trimestre 215. Plus de 84% des enquêtés sont satisfaits du niveau de qualification du personnel et plus de 78% déclarent avoir trouvé des difficultés à recruter du personnel d encadrement et de maîtrise. La majorité des enquêtés affirme ne pas produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. La majorité des concernés déclare ne pas connaitre de panne d équipement. Par ailleurs, ils affirment pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension de leurs équipements secteur mines et carrières L état de la trésorerie est jugé normal selon plus de 98% des enquêtés du secteur. Néanmoins, la majorité a recouru à des crédits bancaires, contractés sans difficultés. Pour le prochain trimestre, les entrepreneurs des mines et carrières prévoient une hausse de l activité et de la demande avec une stabilité des prix de vente et des effectifs. Ils prévoient également une meilleure perspective de la trésorerie. 2- ISMMEE L activité industrielle dans les ISMMEE a connu une baisse durant ce troisième trimestre 215 par rapport au trimestre précédent. Près de % du potentiel de production ont utilisé leurs capacités de production à moins de %. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières a été inférieur aux besoins exprimés selon plus de 46%, ce qui a engendré des ruptures de stocks pour plus de 57% d entre eux, causant des arrêts de travail allant jusqu à 59 jours. La consommation d énergie a baissé. Prés de 11% du potentiel de production a connu des pannes d électricité, causant des arrêts de travail allant jusqu à 12 jours. L approvisionnement en eau a été suffisant selon prés de 84% des enquêtés. La demande en produits fabriqués a baissé durant ce trimestre. Plus de 51% des chefs d entreprise enquêtés n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués pour près de 94%, situation jugée normale par près de 88% d entre eux. L état de la trésorerie est jugé bon selon près de 44% des chefs d entreprise enquêtés et est mauvais selon 34%. Les délais de remboursement des prêts et les charges élevées continuent d influer négativement sur l état de la trésorerie. Près de % du potentiel de production ont recouru à des crédits bancaires et 82% d entre eux n ont pas eu des difficultés à les contracter secteur des ISMMEE En raison, essentiellement, de la vétusté de l équipement, près de 78% des chefs d entreprise enquêtés ont connu des pannes, causant des arrêts de travail allant à plus de 3 jours pour près de la moitié d entre eux. Cependant, près de 76% des concernés ont remis en marche leur équipement dont plus de 45% ont procédé à son renouvellement. Près de 84% des chefs d entreprise enquêtés déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Plus de 11% déclarent pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension. Suite aux difficultés d approvisionnements et à l arrêt de l équipement, les effectifs ont connu une baisse durant ce troisième trimestre 215. Près de 59% des chefs d entreprise enquêtés jugent le niveau de qualification du personnel insuffisant et près de

5 5 29% déclarent avoir rencontré des difficultés à en recruter. Pour des raisons de conflits sociaux, près de 11% des enquêtés du secteur ont connu des arrêts de travail, néanmoins, inférieurs à 6 jours. Pour le prochain trimestre, les chefs d entreprise prévoient une hausse de l activité et des effectifs. Par ailleurs, ils prévoient une baisse de la demande et des prix de vente. 3- MATERIAUX DE CONSTRUCTION Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l activité industrielle dans les matériaux de construction poursuit sa tendance à la hausse au cours de ce troisième trimestre 215. Près de l ensemble des enquêtés a utilisé ses capacités de production à plus de %. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières a été inférieur à la demande exprimée selon plus de 46%. La consommation d énergie a augmenté durant ce trimestre et l ensemble est satisfait de l approvisionnement en eau. Avec la stabilité des prix de vente, la demande en matériaux de construction continue d augmenter durant ce trimestre, selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. L ensemble des enquêtés déclare avoir satisfait toutes les commandes reçues et il leur reste des stocks de produits, situation jugée anormale par plus de 64% d entre eux. Pour des raisons essentiellement de vétusté, plus de la moitié des enquêtés déclare avoir connu des pannes d équipement, causant des arrêts de travail, allant jusqu à 13 jours. Cependant, la majorité déclare avoir remis en marche l équipement et procédé à des renouvellements. L ensemble de ces derniers déclare pouvoir produire davantage juste avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel secteur matériaux de construction Avec la hausse du volume des commandes et l installation de nouvelles capacités de production, les effectifs continuent d augmenter durant ce trimestre selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Près de 9% des entrepreneurs déclarent être satisfaits du niveau de qualification du personnel et plus de 92% n ont pas trouvé de difficultés à en recruter. Le taux d absentéisme a été inférieur par rapport au trimestre précédent selon 74%. Plus de 88% des enquêtés déclarent ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel. L état de la trésorerie est jugé bon selon près de l ensemble des chefs d entreprise enquêtés. Pour le prochain trimestre, les industriels des matériaux de construction prévoient une stabilité de l activité, de la demande et des prix de vente ainsi que des effectifs. Par ailleurs, ils prévoient une bonne perspective de leur trésorerie. 4- CHIMIE Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l activité dans l industrie chimique a baissé durant ce troisième trimestre 215. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières a été égal à la demande exprimée selon la majorité des concernés. Néanmoins, près de 17% déclarent avoir eu des ruptures de stocks, causant des arrêts de travail allant jusqu à 29 jours. Près de 72% du potentiel de production ont connu des pannes d électricité engendrant des arrêts de travail allant jusqu à 12 jours pour la majorité. Près de 86% déclarent que l approvisionnement en eau a été suffisant durant ce trimestre. Avec la stabilité des prix de vente, la demande en produits fabriqués continue d augmenter durant ce troisième trimestre 215. Près de 33% des enquêtés n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produis fabriqués pour près de 92%, situation jugée anormale par près de 35% des concernés. Plus de 5% des chefs d entreprise enquêtés ont connu des problèmes de transport durant ce trimestre. Près de 81% des chefs d entreprise enquêtés déclarent avoir connu des pannes d équipement durant ce trimestre, engendrant des arrêts de travail inférieurs à 6 jours pour plus de 67% et allant de 13 à 3 jours pour près de 33%. Cependant, près de 7% ont remis en marche leur équipement et plus de 92% ont procédé à des renouvellements. Près de l ensemble des enquêtés déclare pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Avec la hausse du volume des commandes et l installation de nouvelles capacités de production, les effectifs ont augmenté durant ce trimestre selon l opinion des enquêtés. Environ, 95% des chefs d entreprise jugent le niveau de qualification du personnel suffisant et près de 76% déclarent avoir eu des difficultés à recruter, particulièrement, du personnel d encadrement. Le taux d absentéisme a été inférieur durant ce trimestre par rapport au trimestre précédent selon près de 44% secteur de la chimie

6 6 solde d'opinion L état de la trésorerie est jugé bon selon plus de 64% des chefs d entreprise enquêtés et reste mauvais selon plus de 15%. L allongement des délais de recouvrement des créances et la rigidité des prix continuent d influer négativement sur l état de la trésorerie. Près de 22% des enquêtés ont recouru à des crédits bancaires et prés de 93% n ont pas trouvé des difficultés à les contracter. Pour le trimestre prochain et par rapport au précédent, les chefs d entreprise prévoient une baisse de la production et des prix de vente. Par ailleurs, ils prévoient une hausse de la demande et des effectifs, ainsi qu une meilleure perspective de la trésorerie. 5- INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES (IAA) Prés de 89% des enquêtés des IAA, ont utilisé leurs capacités de production à plus de 5%. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières reste égal aux besoins exprimés selon l opinion de la majorité des enquêtés. Près de 6% ont connu des ruptures de stocks engendrant des arrêts de travail, inférieurs à 1 jours pour la plupart des concernés. Près de 48% ont enregistré des arrêts de travail, à cause des pannes d électricité, néanmoins, inférieurs à 6 jours pour la plupart. Près de 76% déclarent être suffisamment approvisionné en eau. La demande en produits fabriqués poursuit sa tendance à la hausse durant ce troisième trimestre 215 selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Près de 33% des enquêtés n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués pour plus de 89%, situation jugée anormale par près de 52% des concernés. Près de 27% des enquêtés déclarent avoir rencontré des problèmes de transport durant ce trimestre. Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l état de la trésorerie est jugé bon selon 56% et reste normal selon près de 4%. Plus de 36% des chefs d entreprise ont recouru à des crédits bancaires et 78% n ont pas rencontré de difficultés à les contracter secteur agroalimentaire Avec la hausse du volume des commandes et de la mise en place de nouvelles capacités de production, les effectifs continuent d augmenter durant ce troisième trimestre 215, selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Plus de % des chefs d entreprise jugent le niveau de qualification du personnel insuffisant et plus de 57% trouvent des difficultés à en recruter notamment le personnel d encadrement. Près de 57% des enquêtés estiment ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. Le taux d absentéisme reste égal au trimestre précédent selon l opinion de la plupart des enquêtés. En raison, essentiellement, de la vétusté de l équipement, 57% du potentiel de production enquêté a enregistré des pannes au cours de ce trimestre, engendrant des arrêts de travail, inférieurs à 13 jours pour la majorité. Plus de 82% ont procédé à des renouvellements de l équipement et plus de 49% déclarent l avoir remis en marche. Près de 8% des enquêtés déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Pour le prochain trimestre et comparativement au précédent, les industriels des IAA prévoient une hausse de l activité, de la demande, des Les effectifs effectifs et sont une stabilité restés stables des prix durant de vente. ce Par ailleurs, ils prévoient de bonnes perspectives de leur trésorerie. trimestre. Plus de 35% des chefs d entreprise jugent que 6- TEXTILES le niveau de ET qualification CUIRS du personnel reste insuffisant et près de 85% juge que les entreprises ne vont Pour les pas industriels produire des davantage textiles, l activité en embauchant est demeurée du stable durant ce troisième trimestre 215, tandis que ceux des cuirs déclarent une hausse. Les capacités de production ont été utilisées à plus de % selon plus de 79% des concernés des textiles et personnel supplémentaire. la majorité de ceux des cuirs. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières reste égal à la demande exprimée selon l opinion de la majorité des industriels des cuirs et reste inférieur pour près de 54% de ceux des textiles engendrant ainsi des ruptures de stocks à près de 31% d entre eux et causant des arrêts de travail allant de 1 à 29 jours pour la plupart. Plus de 66% des enquêtés des textiles ont connu des pannes d électricité conduisant à des arrêts de travail, néanmoins inférieurs à 6 jours. L approvisionnement en eau a été satisfaisant selon la majorité des chefs d entreprise des deux secteurs. La demande en produits finis s est stabilisée selon les industriels des textiles et a augmenté selon ceux des cuirs. Plus de 45% des enquêtés des textiles n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués, selon la majorité, situation jugée normale par plus de 86% des concernés. L état de la trésorerie est jugé bon selon la plupart des industriels des cuirs et est normal selon 71% de ceux des textiles. Toutefois, les charges trop élevées et l allongement des délais de recouvrement des créances ainsi que le remboursement des

7 7 emprunts continuent d influer sur l état de la trésorerie. Cependant, 27% des industriels des textiles ont recouru à des crédits bancaires et la majorité n a pas trouvé de difficultés à les contracter. En raison, essentiellement de la vétusté de l équipement et des problèmes de maintenance, plus de 67% du potentiel de production des textiles et la plupart de celui des cuirs ont connu des pannes d équipement, conduisant à des arrêts de travail allant jusqu à 13 jours. Près de 51% des industriels des textiles et la majorité de ceux des cuirs déclarent avoir remis en marche l équipement après une panne et près de 59% des premiers ont procédé à des extensions. Plus de 66% des enquêtés des textiles et près de 95% de ceux des cuirs déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Par ailleurs, près de 34% des enquêtés des textiles déclarent pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension. Durant ce trimestre, les effectifs ont augmenté selon l opinion des chefs d entreprise des textiles et sont restés stables selon ceux des cuirs. Plus de 78% des premiers et près de 68% des seconds jugent le niveau de qualification du personnel suffisant. Néanmoins, près de 18% des industriels des textiles ont eu des difficultés à recruter notamment du personnel de maitrise et d exécution. Près de 57% des industriels des textiles et l ensemble de ceux des cuirs déclarent ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. En prévision pour le trimestre prochain et par rapport au précédent, les industriels des textiles et des cuirs prévoient une hausse de l activité, de la demande et des prix de vente. Ceux des cuirs préconisent une stabilité de leurs effectifs et de bonnes perspectives de leur trésorerie, alors que pour les textiles une baisse des effectifs et à prévoir Evolution de l'activité industrielle secteur textiles secteur des cuirs 7 - BOIS, LIEGE ET PAPIER Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l activité industrielle dans les bois et papier poursuit sa tendance à la hausse au cours de ce troisième trimestre 215. Les capacités de production ont été utilisées à plus de % par près de 78% des enquêtés. L approvisionnement en matières premières a été supérieur aux besoins exprimés selon l opinion de plus de 58%. Néanmoins, plus de 8% déclarent avoir enregistré des ruptures de stocks engendrant des arrêts de travail, allant de 1 à 3 jours. Plus de % des enquêtés ont connu des pannes d électricité causant des arrêts de travail de moins de 6 jours et l approvisionnement en eau a été insuffisant selon l opinion de 4% des concernés.. Malgré la hausse des prix de vente, la demande en produits fabriqués a augmenté au cours de ce trimestre. Plus de 76% des chefs d entreprise enquêtés ont satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués selon 84% d entre eux, situation jugée anormale par plus de 82% des concernés. Plus de 22% des chefs d entreprise enquêtés déclarent avoir rencontré des problèmes de transport durant ce trimestre. Les effectifs ont baissé durant ce trimestre selon l opinion des chefs d entreprise. Plus de 72% des chefs d entreprise enquêtés ne sont pas satisfaits du niveau de qualification du personnel et plus de 87% déclarent avoir rencontré des difficultés à en recruter. Près de 89% des chefs d entreprise estiment pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. En raison essentiellement de la vétusté de l équipement, près de 53% du potentiel de production ont connu de pannes, conduisant à des arrêts de travail allant jusqu à 13 jours. Prés de 85% des enquêtés ont remis en marche leur équipement dont près de 24% ont procédé à des extensions. Plus de 74% des chefs d entreprise enquêtés déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire et près de 19% déclarent pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension. L état de la trésorerie est jugé bon par 27% des enquêtés et reste mauvais par près de 16%. Toutefois, l allongement des délais de recouvrement des créances, les charges trop élevées et le remboursement d emprunts continuent d influer sur l évolution de la trésorerie. Cependant, 61% des chefs d entreprise enquêtés ont recouru à des crédits bancaires et près de 89% n ont pas trouvé de difficultés à les contracter. Pour le trimestre prochain et comparativement au précédent, les industriels du secteur prévoient une hausse de la production, de la demande, des prix de vente et des effectifs. Par ailleurs, ils prévoient de bonnes perspectives de leur trésorerie pour les trois prochains mois.

8 secteur bois et papier Evolution de la consommation d'énergie 2t13 2t12 2t11 2t1 2t9 2t8 2t15 2t14 3t12 3t11 3t1 3t9 3t8 3t7 3t6 Public 3t15 3t14 3t13 Privé LES PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE l ENQUETE DE CONJONCTURE Les enquêtes de conjoncture (enquêtes d opinion) qui sont des enquêtes légères, rapides et qui couvrent aussi les domaines non traités par les enquêtes traditionnelles, sont conçues dans le but : - d une évaluation qualitative des paramètres de la croissance ; - d une connaissance rapide des tendances de l activité ; - de l analyse et de la prévision conjoncturelle. Le champ de l enquête trimestrielle auprès des entreprises industrielles est de 74 entreprises et filiales dont : - 34 entreprises publiques - 4 entreprises privées Le questionnaire traite les différents domaines liés à l activité de l entreprise (le niveau de l activité, la demande et la distribution, la main d œuvre, les équipements et la trésorerie). Les résultats sont disponibles 45 jours après la fin du trimestre avec des taux de réponse variant de 3 à 45%. Solde d opinion Les réponses aux questions posées dans le cadre des enquêtes de conjoncture (enquêtes d opinion) sont à deux modalités (oui - non) ou à trois modalités (hausse - stable - baisse) selon le type de questions posées. Elles sont codées sous forme de notations chiffrées et pondérées en fonction de l importance de chaque entreprise au sein de sa branche d activité (chiffre d affaires de l année précédente) et par les poids respectifs des branches (valeur ajoutée de l année de base (1989) pour le calcul des valeurs synthétiques moyennes aux divers niveaux d agrégation. Les résultats sont tirés sous forme de tableaux statistiques dont les chiffres sont présentés en termes relatifs (%) dégageant ainsi des soldes d opinion pour les réponses à trois modalités et des proportions pour les réponses à deux modalités. Exemple : A la question suivante «Quelle est la tendance de votre production au cours des trois derniers mois?». Trois réponses possibles sont prévues en hausse, stable, en baisse. Le solde d opinion est calculé comme la différence entre la proportion d entreprises qui ont répondu que leur tendance est en hausse et celles pour lesquelles la tendance est en baisse (sans tenir compte de la proportion d entreprises qui ont répondu que leur tendance est stable).

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

Enquête bien-être au travail des salariés

Enquête bien-être au travail des salariés Présentation petit déjeuner RH & Com Linking http://labrh.opinion-way.com Enquête bien-être au travail des salariés Décembre 2012 Note méthodologique Echantillon représentatif de 1014 salariés français

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ENQUETE DE SATISFACTION CMS DECEMBRE 2012

COMPTE RENDU DE L ENQUETE DE SATISFACTION CMS DECEMBRE 2012 COMPTE RENDU DE L ENQUETE DE SATISFACTION CMS DECEMBRE 2012 62, rue Saint Lambert 75015 Paris N RCS 510 685 431 INTRODUCTION «Une société ne peut distancer ses concurrents que si elle peut établir une

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP Étudiants et entreprises ANNÉE 2008 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Étudiants p. 3 A. Statistiques

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012 ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu 2 429 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie

Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie L'enquête Besoins en Main-d'Oeuvre (BMO) de Pôle emploi mesure les intentions de des employeurs pour l année à venir,

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance

Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance 2013 Objectifs et méthodologie L'objectif de ce panorama est de mettre en évidence les différences de postures, de comportements et d'image entre hommes

Plus en détail

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie Décembre 2012 Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie La situation financière des entreprises artisanales et le recours aux banques Région Haute-Normandie Depuis novembre 2011,

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Veuillez renseigner le canevas avec attention et permettez- nous de traiter votre demande de financement dans les meilleurs délais.

Veuillez renseigner le canevas avec attention et permettez- nous de traiter votre demande de financement dans les meilleurs délais. CANEVAS DE DEMANDE DE FINANCEMENT Veuillez renseigner le canevas avec attention et permettez- nous de traiter votre demande de financement dans les meilleurs délais Demande de Financement A renseigner

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne 6 804 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

La lettre de l IMSEPP

La lettre de l IMSEPP La lettre de l IMSEPP N 22 05 décembre 2013 La trésorerie des entreprises en novembre : Les difficultés d accès au financement s atténuent. Novembre 2013 : ce document présente l analyse détaillée des

Plus en détail

ENQUÊTE BMO 2007. Tout ce qu il faut savoir. sur les besoins en main-d œuvre des entreprises bas-normandes

ENQUÊTE BMO 2007. Tout ce qu il faut savoir. sur les besoins en main-d œuvre des entreprises bas-normandes ENQUÊTE BMO 2007 S E R V I C E E T U D E S & S T A T I S T I Q U E S I N S T I T U T I O N N E L S Tout ce qu il faut savoir sur les besoins en main-d œuvre des entreprises bas-normandes sommaire La Basse-

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Toujours pas de reprise

Toujours pas de reprise 2 ème TRIMESTRE JUILLET 2015 CHIFFRE D AFFAIRES 2 ème TRIM 2015 Toujours pas de reprise La conjoncture est encore une fois perçue par près de 80 % de nos dirigeants comme défavorable voire très défavorable.

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

QUESTIONNAIRE 2015 RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

QUESTIONNAIRE 2015 RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE QUESTIONNAIRE 2015 RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE IDENTITE DU PROPOSANT Nom de la société : Adresse : Code postal : Ville : Tél. : Fax : Courriel : N SIRET : (joindre un K BIS) Derniers états financiers

Plus en détail

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 Version non définitive um Etudiants Entreprises de l UTC 1 Sommaire Introduction... 4 1. Point de vue des étudiants... 4 1.1. Nombre d étudiants...

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau du recouvrement (5C) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014

I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014 OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DE LA BRANCHE I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014 TENDANCES D EVOLUTION ET COMPETENCES EMERGENTES I.3. SECTEUR ETUDES & CONSEIL OPIIEC 25 Quai Panhard et Levassor 75013

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

MANUFACTURIER. Cahier de candidature. Date limite pour soumettre votre candidature : 21 novembre 2014, 12 h

MANUFACTURIER. Cahier de candidature. Date limite pour soumettre votre candidature : 21 novembre 2014, 12 h MANUFACTURIER Cahier de candidature Date limite pour soumettre votre candidature : 21 novembre 2014, 12 h - 2 - Les candidats éligibles au Fidéide Manufacturier sont des entreprises ayant un minimum de

Plus en détail

LES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION

LES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION LES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION 2011 Supplément à la Lettre de Clamart Habitat n 34 1 er* Meilleur bailleur d Île-de-France pour le traitement des demandes techniques 94% des locataires satisfaits

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Kit produits «Garanties Publiques» Direction des Garanties Publiques

Kit produits «Garanties Publiques» Direction des Garanties Publiques Kit produits «Garanties Publiques» 03 02 2011 Direction des Garanties Publiques Les soutiens publics à l exportation + nouveaux visuels 2 Vos besoins / Notre offre Développer votre chiffre d affaires à

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale Emploi et Affaires sociales Sécurité sociale et intégration sociale Recherche

Plus en détail

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Les petites entreprises échouent pour diverses raisons : manque de planification, gestion déficiente, financement inadéquat, ralentissement

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Stabilité de la confiance des dirigeants de PME-ETI Paris, 17 octobre 2013 La Banque Palatine, banque des moyennes

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail