LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS"

Transcription

1 LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS Les Etat membres de la Communauté européenne accordent des aides à leurs entreprises. Ces aides sont extrêmement diverses. Elles sont accordées par les Etat eux-mêmes mais aussi par leurs collectivités territoriales et leurs établissements publics. L un des principes généraux du droit communautaire est de veiller à ce que la concurrence ne soit pas faussée dans le marché intérieur. En conséquence l article 87 du traité CE déclare incompatibles avec le Marché Commun les aides accordées directement ou indirectement par les Etats lorsqu elles menacent la concurrence entre les entreprises. En principe toute nouvelle aide décidée par un Etat doit faire l objet d une notification préalable à la Commission et ne peut devenir définitive qu après l accord de celle-ci. Il existe cependant des dérogations parmi lesquelles figurent les aides de minimis. Ainsi, les aides de faible importance, aides dites de minimis peuvent être accordées sans autorisation préalable de la Commission. Ces aides doivent répondre à certaines conditions fixées par le règlement de minimis CE 69/2001 du 12 janvier 2001 modifié par le règlement CE/1998/2006 du 15 décembre Le montant de ces aides, par entreprise, ne doit pas dépasser un plafond fixé à sur une période glissante de trois exercices fiscaux. En matière fiscale, les avantages soumis à la réglementation de minimis sont nombreux, et comprennent notamment certains dispositifs favorables à l innovation. DÉFINITION DES AIDES DE MINIMIS La défi nition des aides de minimis est fixée par le règlement (CE) n 1998/2006 du 15 décembre Les aides de minimis doivent satisfaire aux conditions cumulatives suivantes: le montant des aides de minimis, fiscales ou non, accordées à une même entreprise ne doit pas excéder ( pour le secteur du transport routier) sur une période de trois exercices fiscaux, les aides doivent être transparentes c est-à-dire que leur montant doit pouvoir être calculé précisément et préalablement à leur octroi. Les aides accordées à une entreprise ne doivent pas être fractionnées afin de satisfaire au plafond maximal autorisé, les aides de minimis ne peuvent pas être cumulées avec des aides d Etat pour les mêmes dépenses éligibles si ce cumul conduit à un taux d intensité d aide qui excède le niveau fixé dans la décision de la Commission ou le régiment sur le fondement duquel l aide d Etat est accordé. En matière fi scale et sociale, seuls les avantages expressément visés par le règlement 1998/2006 peuvent être qualifi és d aides de minimis. En pratique, la référence à ce règlement fi gure dans l article du Code régissant les dispositifs considérés dans la mesure où les autorités nationales doivent informer les entreprises de la qualifi cation d aides de minimis. 1

2 AVANTAGES FISCAUX EN FRANCE CONCERNÉS PAR LE RÈGLEMENT DE MINIMIS La liste des avantages fiscaux est portée en Annexe I. Les dispositifs concernant l innovation visés par le règlement de minimis sont les suivants : le régime d exonération d impôt sur les bénéfices pour les jeunes entreprises innovantes et les jeunes entreprises universitaires (article 44 sexies OA du CGI) ; l exonération d IFA des JEI et JEU (article 223 nonies A du CGI), le régime d exonération d impôts locaux des JEI et JEU: cotisation foncière des entreprises (article 1466 D du CGI) et/ou de taxe foncière (article 1383 D) du CGI), l exonération d impôt sur les bénéfices des pôles de compétitivité (à condition que l entreprise participe au 16 novembre 2009 à un projet agréé prévue à l article 44 undecies du CGI), l exonération d IFA des pôles de compétitivité pour les entreprises participant à un projet de recherche au 16 novembre 2009 (article 223 undecies du CGI), les régimes d exonération d impôts locaux des pôles de compétitivité : cotisation foncière des entreprises (article 1466 E du CGI) et/ou de taxe foncière (article 1383 H du CGI), le CIR pour la part de dépenses d élaboration des nouvelles collections des entreprises industrielles du secteur textile-habillement-cuir ainsi que les dépenses liées à l élaboration confiées par ces mêmes entreprises à des stylistes ou bureaux de style agréés. La Commission européenne a été consultée afi n qu elle se prononce sur le régime d intervention en faveur de la recherche, du développement et de l innovation mis en œuvre par OSEO Innovation. Dans sa décision C (2008)279 du 17 janvier 2008, la Commission a décidé de considérer l aide comme compatible avec le Traité CE et donc comme hors champ d application du règlement de minimis. LE PLAFOND DES AIDES MINIMIS Une aide publique, quelle que soit sa forme (subventions, garanties d emprunts, prêts, avances remboursables, allègements fiscaux, exonérations de charges sociales,...), ne peut être accordée à une entreprise, dans les conditions du règlement relatif aux aides de minimis, que dans la mesure où le montant de cette aide n excède pas le plafond global fixé par ce règlement. Le montant brut total des aides de minimis octroyées à une même entreprise ne peut pas excéder sur une période de trois exercices fiscaux. Ce plafond est fixé à pour les entreprises du secteur du transport routier de personnes ou de marchandises. En matière fi scale, le plafond de minimis correspond à un avantage brut en impôt (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés, impôts locaux,...) dont bénéfi cie l entreprise grâce à la mesure d aide et non à une base d impôt. Le montant d une aide fi scale résulte d une comparaison entre le montant d impôt dû par l entreprise après prise en compte de la mesure d aide et celui dont elle aurait été redevable si elle n avait pas bénéfi cié de cette mesure. 2

3 Dispositif d encadrement temporaire Dans le cadre du plan européen de relance économique, la Commission européenne a autorisé les Etats membres à accorder des aides exceptionnelles aux entreprises afin de lutter contre les effets du resserrement du crédit. Ainsi, compte tenu de la situation économique, la Commission a accepté que le dépassement du seuil des aides de minimis fixé à ne soit pas considéré comme constitutif d une infraction à l article 87 du traité CE. Par suite, elle autorise les Etats membres à accorder des avantages pouvant représenter jusqu à par entreprise sur la période allant du 1 er janvier 2008 au 31 décembre Le déplafonnement est un dispositif temporaire. Il vise les aides octroyées en 2009 et Ce règlement de déplafonnement a été transposé par la loi de finances rectificative pour 2009 et concerne la majorité des allégements fiscaux jusqu à présent soumis au respect des règles de minimis. La liste des allègements fiscaux pouvant bénéficier de l encadrement temporaire figure en annexe II. Le montant brut total des aides bénéficiant de la mesure d encadrement temporaire et octroyées entre le 1 er janvier 2009 et le 31 décembre 2010 ne peut excéder le plafond de Ce plafond s apprécie en additionnant toutes les aides bénéficiant de la mesure d encadrement temporaire et des aides de minimis soumises au plafond de , octroyées entre le 1 er janvier 2008 et le 31 décembre Les aides bénéficiant du régime temporaire ne sont pas à prendre en compte pour la détermination du plafond des aides de minimis octroyées à compter du 1 er janvier Par ailleurs, les aides bénéficiant du régime temporaire ne peuvent être cumulées avec les aides de minimis pour les mêmes dépenses admissibles. Exemple : l entreprise a bénéficié d une aide relevant du régime de minimis au cours de l année Son montant s élève à , il n est pas plafonné, l entreprise n ayant perçu aucune autre aide au cours de 2006 à A compter du 1 er janvier 2009, cette aide bénéficie du dispositif de plafonnement temporaire. Pour la période , l entreprise ne pourra recevoir que la somme de APPRÉCIATION DE LA PÉRIODE D APPLICATION DU PLAFOND DE Le plafond d aides de minimis octroyées à une même entreprise s apprécie de manière glissante sur une période de trois exercices fiscaux, quelle que soit la durée effective de ces exercices. Pour chaque nouvelle aide de minimis octroyée à une entreprise au cours d un exercice, il faut tenir compte, pour apprécier le plafond, des autres aides de minimis dont l entreprise a bénéficié depuis l ouverture de l exercice en cours, ainsi que de celles octroyées au cours des deux exercices précédents. Le respect du plafond des aides de minimis s apprécie au moment de l octroi de chaque nouvelle aide de minimis, c est-à-dire au moment où le droit légal de recevoir l aide est conféré à l entreprise en vertu de la réglementation applicable. DATE À LAQUELLE L AIDE EST CONSIDÉRÉE COMME OCTROYÉE À L ENTREPRISE La date d octroi des aides correspond à la date à laquelle le droit légal de recevoir l aide est conféré à l entreprise en vertu de la réglementation applicable. C est à cette date que les conditions d application de la réglementation doivent être appréciées. Il y a lieu de distinguer: les aides relatives à des impôts recouvrés par voie de rôle et les aides afférentes à des impôts dont le montant est liquidé spontanément par l entreprise bénéficiaire. En matière fiscale, la date d octroi des aides est indépendante de l année d imposition à laquelle ces aides se rapportent. 3

4 > Les aides afférentes à des impôts recouvrés par voie de rôle Pour les aides afférentes à des impôts recouvrés par voie de rôle (impôt sur le revenu, impôts locaux,...), la date d octroi des aides correspond à la date de mise en recouvrement du rôle qui figure sur l avis d imposition. Pour les crédits d impôt, la date d octroi correspond à la date légale de dépôt de la déclaration spéciale sur laquelle leur montant est calculé. > Les aides afférentes à des impôts dont le montant est liquidé par l entreprise bénéficiaire Pour les aides afférentes à des impôts dont le montant est liquidé par l entreprise, à l exception de l impôt sur les sociétés et des contributions additionnelles (imposition forfaitaire annuelle, droits d enregistrement et assimilés,...), la date d octroi des aides correspond à la date légale de dépôt de la déclaration sur la base de laquelle le montant de l impôt est liquidé ou, à défaut de déclaration, à la date de paiement spontané. Pour les aides afférentes à l impôt sur les sociétés, la date d octroi des aides est la date légale de dépôt du relevé de solde de liquidation de l impôt sur les sociétés, y compris lorsque aucun relevé de solde n est effectivement déposé. TABLEAU RÉCAPITULATIF Nature de l aide Allègement d'impôt sur les bénéfi ces Date d octroi de l aide Entreprise soumise à l'impôt sur les sociétés A la date légale de dépôt du relevé de solde de liquidation de l impôt sur les sociétés (art ) : au plus tard le 15 du quatrième mois qui suit la clôture de l exercice ; en l absence d obligation de dépôt du relevé de solde de liquidation de l impôt sur les sociétés, la date d octroi de l aide est fixée au 15 du quatrième mois qui suit la clôture de l exercice ou, si aucun exercice n est clos en cours d année, le 15 mai de l année suivante. Entreprise individuelle À la date de mise en recouvrement du rôle d impôt sur le revenu de l exploitant ou du professionnel indépendant. Société de personnes non soumise à l impôt sur les sociétés ou d un groupement assimilé au plan fi scal À la date de mise en recouvrement du rôle d impôt sur le revenu pour les associés soumis à cet impôt. A la date légale de dépôt du relevé de solde de liquidation de l impôt sur les sociétés (art ) pour les associés soumis à cet impôt. Crédit d'impôt relatif à l'impôt sur le revenu À la date légale de dépôt des déclarations spéciales sur lesquelles leur montant est calculé. Crédit d impôt Crédit d impôt relatif à l impôt sur les sociétés À la date légale de dépôt de la déclaration spéciale sur laquelle le crédit est calculé, c est-à-dire la date légale de dépôt du relevé de solde de liquidation de l impôt sur les sociétés. Exonération d IFA Cotisation foncière des entreprises (CFE) Taxes consulaires (CCI, chambre des métiers) Exonération droit d enregistrement Crédit d impôt relatif à la contribution foncière des entreprises À la date de mise en recouvrement du rôle de la CFE qui fait mention du crédit d impôt. Date de paiement spontané chaque année: 15 mars (art A). Date de mise en recouvrement du rôle de CFE. Date de mise en recouvrement du rôle. Date de l enregistrement de l acte ou de dépôt de la déclaration. 4

5 GESTION DU DÉPASSEMENT DU PLAFONNEMENT Selon le règlement communautaire, toute aide dont le montant contribue au dépassement du plafond global d aides de minimis autorisé ne peut pas être qualifi ée d aide de minimis, même pour la fraction qui n excède pas ce plafond. L entreprise doit donc déterminer le montant d aides de minimis disponible à la date d octroi de toute nouvelle aide. Si la dernière aide accordée à l entreprise contribue au dépassement du plafond, elle est exclue du champ d application du règlement de minimis. Si le texte communautaire apparaît comme restrictif, l administration devrait, toutefois, retenir une interprétation favorable aux entreprises, selon les principes exposés ci-dessous. Il faut distinguer les aides dont le montant peut être calculé par l entreprise et celles dont le montant ne peut être déterminé par cette dernière. LES AIDES DONT LE MONTANT PEUT ÊTRE CALCULÉ PAR L ENTREPRISE Pour les aides fi scales relatives à des impôts dont le montant est calculé par l entreprise, il appartient à cette dernière de limiter l aide au montant encore disponible pour atteindre le plafond. Pour des aides fiscales relatives à des impôts dont les bases sont déclarées par l entreprise et dont le montant est calculé par l administration, il appartient à l entreprise de limiter les bases déclarées pour que le montant de l aide n excède pas le disponible. LES AIDES DONT LE MONTANT NE PEUT PAS ÊTRE DÉTERMINÉ À LA DATE DE DÉPÔT DES DÉCLARATIONS L entreprise ne peut pas déterminer le montant de l aide à partir des éléments qu elle a déclarés. Tel est le cas d une exonération de taxe professionnelle, les taux d imposition n étant pas connus au moment du dépôt de la déclaration. Dans cette hypothèse l entreprise demande le bénéficie de l aide si elle estime que cette dernière ne lui fera pas franchir le seuil du plafond. Si l aide finalement accordée contribue au dépassement du plafond elle sera exclue du régime de minimis pour son montant total. Cependant, l administration devrait admettre une dérogation à ce principe mais uniquement en matière de cotisation foncière des entreprises (la contribution économique territoriale, composée de la cotisation foncière des entreprises et de la cotisation sur la valeur ajoutée, a remplacé depuis le 1 er janvier 2010 la taxe professionnelle). Si à la date de mise en recouvrement du rôle au titre de l année N, l entreprise bénéfice d une aide dont le montant contribue au dépassement du plafond, l entreprise devrait pouvoir bénéficier de l intégralité de l aide dès lors que le montant de l allègement tel que calculé sur la base des derniers taux connus lors du dépôt de la déclaration de contribution économique territoriale en N-l n a pas pour effet de faire dépasser le plafond. 5

6 ANNEXE I - LISTE DES AVANTAGES FISCAUX VISÉS PAR LE RÈGLEMENT DE MINIMIS AMORTISSEMENTS- PROVISIONS- CRÉDIT BAIL Amortissement exceptionnel des matériels et installations de mise en conformité pour les hôtels-cafés-restaurants (CGI art.39 AK). Amortissement exceptionnel des travaux de rénovation dans des immeubles à usage industriel et commercial en ZRR ou ZRU (CGI art. 39 quinquies D). Amortissement exceptionnel au titre des souscriptions au capital de sociétés d'approvisionnement d'électricité, pour les sociétés soumises à l'is (CGI art.217 quindecies). Provision pour investissement pour les entreprises individuelles et EURL (CGI art. 39 octies E). Provision pour dépenses de mise en conformité pour les hôtels-cafés-restaurants (CGI art. 39 octies F). Déduction de 50 % des souscriptions en numéraire au capital de PME situées en ZFU versées entre le et le par sociétés soumises à l IS (CGI art. 217 sexdecies). Crédit-bail immobilier : dispense de réintégration des loyers (CGI art. 239 sexies D). EXONÉRATION IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES- IFA COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES - TAXE FONCIÈRE Entreprises nouvelles implantées dans certaines zones : exonération d impôt sur les bénéfices (CGI art. 44 sexies) et d IFA (CGI art. 223 undecies) ; exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties (CGI art A) ; exonération de cotisation foncière des entreprises (CGI art B) et de taxes consulaires (CGI art A). JEI : exonération d impôt sur les bénéfices (CGI art. 44 sexies A) et d IFA (CGI art. 223 undecies) ; exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties (CGI art D) ; exonération de cotisation foncière des entreprises (CGI art.1466 D). Entreprises créées pour reprendre une entreprise en difficulté : exonération d IS (CGI art. 44 septies) et d IFA (CGI art. 223 undecies) ; exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties (CGI art A) ; exonération de cotisation foncière des entreprises (CGI art B) et de taxes consulaires (CGI art A). Entreprises établies en zones franches urbaines 1 ère et 2 ème génération : exonération d impôt sur les bénéfices (CGI art. 44 octies ) et d IFA (CGI art. 223 undecies) ; exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties (exonération prenant effet en 2004) (CGI art C) ; exonération de taxe professionnelle (établissement existants le 1 er janvier 2004) (CGI art.1466 A-I quinquies). Exonération supprimée à compter de Entreprises implantées dans les zones franches urbaines de troisième génération : exonération d impôt sur les bénéfices (entreprises implantées au ) (CGI art. 44 octies A) et d IFA (CGI art. 223 undecies) ; exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties des immeubles (exonération prenant effet en 2006) (CGI art C bis) ; exonération de cotisation foncière des entreprises (établissement existants le ) (CGI art A-I sexies). Entreprises implantées dans les pôles de compétitivité : exonération d impôt sur les bénéfices et d IFA (à condition de participer à un projet agréé au 16 novembre 2009 (CGI art. 44 undecies et 223 undecies) ; exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties (CGI art F) ; exonération de cotisation foncière des entreprises (CGI art E). 6

7 Entreprises implantées dans les bassins d emploi à redynamiser : exonération d impôt sur les bénéfices (CGI art. 44 duodecies) et d IFA (CGI art. 223 undecies) ; exonération de taxe foncière (CGI art H) ; exonération de cotisation foncière des entreprises (CGI art 1466 A-I quinquies). Entreprises implantées en zone franche Corse : exonération d impôt sur les bénéfices au titre des activités exercées ou créées avant le (CGI art. 44 decies) et d IFA (CGI art. 223 undecies) ; exonération de cotisation foncière des entreprises des créations et extensions d établissement en zone franche de Corse de 1997 à 2001 et abattement à l issue de la période d exonération (CGI art B et 1466 B). Exonération de cotisation foncière des entreprises dans le cadre de l aménagement du territoire (CGI art. 1465). Exonération de cotisation foncière des entreprises en zone de revitalisation rurale (CGI art A). Exonération de cotisation foncière des entreprises des petits métiers ambulants (CGI art. 1457). Exonération de cotisation foncière des entreprises des librairies indépendantes (CGI art I-V). Exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties en ZRR en faveur des hôtels, gîtes ruraux et meublés de tourisme (CGI art E bis). Exonération de droits de mutation à titre gratuit sur les acquisitions de fonds de commerce en ZRU, ZFU et ZRR (CGI art. 722 bis). CRÉDITS D IMPÔT ET RÉDUCTIONS D IMPÔT DES ENTREPRISES Réduction d IS au bénéfice des PME de croissance ( gazelles ) (CGI art. 220 decies dispositions applicables pour les exercices ouverts entre le 01/01/2006 et le 01/01/2009). Crédit d impôt sur les sociétés pour les entreprises de commercialisation de programmes et de formats audiovisuels (CGI art. 220 duodecies). CIR des entreprises du secteur textile habilement cuir (CGI art. 244 quater B). Crédit d impôt nouvelles technologies applicable jusqu au 31 décembre 2007 (CGI art. 244 quater K). Crédit d impôt métiers d art (CGI art. 244 quater O). Crédit d impôt formation des salariés aux dispositifs d épargne salariale (CGI art. 244 quater P). Crédit d impôt maître-restaurateur (CGI art. 244 quater Q). Crédit d impôt débitants de tabacs (CGI art. 244 quater R). Crédit de taxe professionnelle pour les entreprises implantées en zones d emploi en grande difficulté applicable jusqu au 31 décembre 2009 (CGI art C sexies). Crédit de cotisation foncière des entreprises pour les entreprises implantées en zones de restructuration de la défense (CGI art C septies). RÉDUCTION D ISF Réduction d ISF au titre des souscriptions au capital de PME (CGI art V bis). Réduction d ISF pour dons à certaines entreprises (CGI art V bis A). 7

8 ANNEXE II - LISTE DES AVANTAGES SOCIAUX VISÉS PAR LE RÈGLEMENT DE MINIMIS Dispositifs concernés Principaux dispositifs non concernés Exonération de cotisations dans les zones franches urbaines (ZFU). L'exonération de cotisations sociales patronales JEI Exonération de cotisations dans les zones de restructuration de la défense La réduction générale de cotisations (réduction Fillon) (ZRD) sauf option pour le plafond des aides à finalité régionale lorsque la ZRD est en zone d aide à finalité régionale. Exonération de cotisations dans les bassins d emploi à redynamiser (BER). Les aides financières dans les hôtels cafés restaurants jusqu au 30 juin La majoration de la déduction forfaitaire prévue par la loi TEPA. L aide temporaire dans les TPE. Aide à l embauche en contrat de professionnalisation. Aide à l'embauche d'apprentis pour les employeurs de 11 salariés et plus. Aide à l'embauche pour les employeurs de moins de 50 salariés recrutant des apprentis supplémentaires. Pôles de compétitivité : dispositif abrogé par la loi de finances pour 2007 ANNEXE III - LISTE DES AVANTAGES FISCAUX RELEVANT DU RÉGIME DE MINIMIS, QUI POUR LA PÉRIODE BÉNÉFICIENT DE L ENCADREMENT TEMPORAIRE (LES DISPOSITIFS CONCERNANT L INNOVATION SONT GRISÉS) Nature de l avantage Provision pour investissement pour les entreprises individuelles et les sociétés soumises à l'impôt sur le revenu créées ou reprises depuis moins de trois ans. Entreprises créées dans les zones de redynamisation urbaine (ZRU), les zones de revitalisation rurale (ZRR) et les zones d'aide à finalité régionale (AFR) - exonération d'impôt sur les bénéfices. Jeune entreprise innovante - exonération d'impôt sur les bénéfices. Reprise d'entreprise en difficulté - exonération d'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises situées hors zones AFR non limitées aux PME. Zones franches urbaines de première et deuxième générations - exonération d'impôt sur les bénéfices. Zones franches urbaines de troisième génération - exonération d'impôt sur les bénéfices. Zone franche Corse - exonération d'impôt sur les bénéfices pendant 60 mois au titre des activités exercées ou créées avant le 31 décembre Pôles de compétitivité - exonération d'impôt sur le revenu ou d'impôt sur les sociétés pour les entreprises participant à un projet de recherche et de développement agréées et implantées dans une zone de recherche et de développement (pour les entreprises participant à un projet agréé au 16 novembre 2009). Article du CGI 39 octies E 44 sexies 44 sexies OA 44 septies 44 octies 44 octies A 44 decies 44 undecies 8

9 Nature de l avantage Bassins d'emploi à redynamiser - exonération d'impôt sur les bénéfices au titre des activités implantées dans ces zones. Zone de restructuration de la défense - exonération d'impôt sur les bénéfices au titre des activités implantées dans ces zones. Possibilité pour les PME de déduire de leur résultat imposable à l'impôt sur les sociétés les pertes des succursales et filiales détenues au moins à 95 % et qui sont établies dans l'union européenne ou dans un pays ayant signé une convention fiscale avec la France. Déduction de 50 % des souscriptions en numéraire versées entre le 1 er janvier 2006 et le 31 décembre 2007 par les grandes entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés au capital de PME situées en zone franche urbaine. Réduction d'impôt sur les sociétés au profit des PME de croissance (dispositions applicables pour les exercices ouverts entre le 01/01/2006 et le 01/01/2009). Exonération d'imposition forfaitaire annuelle pour les entreprises bénéficiant d'une exonération d'impôt sur les bénéfices subordonnée au respect du règlement de minimis au titre des articles 44 sexies, 44 sexies A, 44 septies, 44 octies, 44 octies A, 44 decies, 44 undecies et 44 duodecies. Article du CGI 44 duodecies 44 terdecies 209 C 217 sexdecies 220 decies 223 undecies CIR pour les entreprises du textile, de l'habillement et du cuir. 244 quater B (II h et i) Crédit d'impôt sur les bénéfices des entreprises exerçant dans le secteur des métiers d'art. Exonération de droit de mutation lors de cessation de fonds de commerce. Réduction d'impôt de solidarité sur la fortune à raison de souscriptions au capital de PME. Réduction d'impôt de solidarité sur la fortune à raison de dons à certains organismes. Création d'entreprise en ZRR, ZRU ou en zone AFR ; reprise d'entreprise en difficulté - exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties. Zones franches urbaines de deuxième génération - exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties prenant effet en Zones franches urbaines de troisième génération - exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties prenant effet en Jeune entreprise innovante - exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties. Exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties pour les hôtels, gîtes ruraux, meublés de tourisme et chambres d'hôtes situés en ZRR. Pôles de compétitivité - exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties sur délibération des collectivités territoriales pour les entreprises participant à un projet de recherche et de développement agréées et implantées dans une zone de recherche. Bassins d'emploi à redynamiser - exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties pour les entreprises bénéficiant de l'exonération d'impôt sur les sociétés prévue par l'article 44 duodecies. 244 quater O 722 bis V bis V bis A 1383 A 1383 C 1383 C bis 1383 D 1383 E bis 1383 F 1383 H 9

10 Nature de l avantage Zones de restructuration de la défense : exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties pour les entreprises bénéficiant de l'exonération d'impôt sur les sociétés prévue par l'article 44 terdecies. Création d'entreprise en ZRR, ZRU ou en zone AFR ; reprise d'entreprise en difficulté - exonération de cotisation foncière des entreprises. Exonération de cotisation foncière des entreprises pour les grandes entreprises situées en zone AFR réservée aux PME pour les opérations réalisées entre le 1 er janvier 2007 et le 31 décembre Exonération de cotisation foncière des entreprises pour les entreprises situées en ZRR. Exonération dégressive (sortie en sifflet) cotisation foncière des entreprises pour les établissements bénéficiant des exonérations cotisation foncière des entreprises en ZRU. Zones franches urbaines de première génération - Exonération dégressive (sortie en sifflet) de taxe professionnelle. Zones franches urbaines de deuxième génération - exonération de taxe professionnelle pour les établissements existant au 1 er janvier Les entreprises créées ou implantées dans les ZFU 1 ère et 2 ème génération ne bénéficient plus à compter du 1 er janvier 2010 de l exonération de cotisation foncière des entreprises. Bassins d'emploi à redynamiser - exonération de cotisation foncière des entreprises pour les créations et extensions d'établissements entre le 1 er janvier 2007 et le 31 décembre Zones de restructuration de la défense - exonération de cotisation foncière des entreprises pour les créations et extensions d'établissements réalisées dans ces zones. Zones franches urbaines de troisième génération - exonération de cotisation foncière des entreprises pour les établissements existant au 1 er janvier Jeune entreprise innovante - exonération de cotisation foncière des entreprises. Pôles de compétitivité - exonération de taxe professionnelle sur délibération des collectivités territoriales pour les entreprises participant à un projet de recherche et de développement agréées et implantées dans une zone de recherche et de développement. Création d'entreprise en ZRR, ZRU ou en zone AFR ; reprise d'entreprise en difficulté - exonération de taxe pour frais de chambre de commerce et d'industrie et pour frais de chambre de métiers. Aménagement du dégrèvement de cotisation foncière des entreprises en faveur des entreprises de transport sanitaire terrestre. Crédit de taxe professionnelle pour le maintien de l'activité dans une zone d'emploi en grande difficulté (dispositif supprimé au 1 er janvier 2010). Crédit d'impôt de cotisation foncière des entreprises applicable aux seules micro-entreprises réalisant une activité commerciale ou artisanale situées dans une zone de restructuration de la défense. Article du CGI 1383 I 1464 B A 1466 A 1466 A quater 1466 A I quinquies) 1466 A (I quinquies A) 1466 A (I quinquies B) 1466 A (I sexies) 1466 D 1466 E 1602 A 1647 C bis 1647 C sexies 1647 C septies 10

11 ANNEXE IV - LISTE DES AVANTAGES FISCAUX RESTANT SOUMIS AU RÈGLEMENT DE MINIMIS Nature de l avantage Majoration du taux d amortissement dégressif de 30 % pour certains matériels utilisés par les entreprises de première transformation du bois et notamment les scieries. Amortissement exceptionnel sur 24 mois des matériels et installations de mise en conformité pour les hôtels-cafés-restaurants. Amortissement exceptionnel de 25 % des travaux de rénovation dans des immeubles à usage industriel et commercial en ZRR ou ZRU. Provision pour dépenses de mise en conformité pour les hôtels-cafés-restaurants. SOFIBASE : amortissement des parts souscrites au capital de sociétés ayant pour activité l'acquisition de contrats d'approvisionnement à long terme d'électricité. Crédit d'impôt sur les sociétés pour les entreprises de commercialisation de programmes et de formats audiovisuels. Dispense de réintégration de la fraction des loyers excédentaires à l'occasion de la levée d'option d'achat d'immeubles déjà construits à usage industriel et commercial pris en location par un contrat de crédit-bail immobilier conclu avant le 31 décembre Crédit d'impôt sur les bénéfices en faveur des entreprises dont le dirigeant a obtenu la délivrance du titre de "maître-restaurateur". Crédit d'impôt égal à 25 % des dépenses portant sur la rénovation des linéaires, la rénovation des vitrines ou l'acquisition de terminaux informatiques des débitants de tabac. Article du CGI 39 AA quater 39 AK 39 quinquies D 39 octies F 217 quindecies 220 duodecies 239 sexies D 244 quater Q 244 quater R Exonération de taxe professionnelle au profit des vendeurs ambulants / à domicile Exonération de taxe professionnelle pour les établissements réalisant une activité de vente de livres neufs au détail disposant d'un label de librairie indépendante de référence I 11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

13 avril 2012. Texte Législatif Texte d'application Codification Instructions. Références et date de publication. Articles de la loi

13 avril 2012. Texte Législatif Texte d'application Codification Instructions. Références et date de publication. Articles de la loi 13 avril Liste des articles n -1977 du 28 déc embre de finances pour qui feront l'objet d'un texte d'application et / ou d'un commentaire 2 Création d une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

LES CRÉDITS D IMPÔT EN FAVEUR

LES CRÉDITS D IMPÔT EN FAVEUR LES CRÉDITS D IMPÔT EN FAVEUR DES ENTREPRISES Mercredi 4 février 2015 Salon des entrepreneurs Intervenants Jérôme REBISCOUL o Expert-comptable, commissaire aux comptes o Membre du Comité Innovation des

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Modifié par LOI n 2008-1425 du 27 décembre 2008 - art. 101 (V)

Modifié par LOI n 2008-1425 du 27 décembre 2008 - art. 101 (V) Article 244 quater B http://legifrance.gouv.fr/affichcodearticle.do;jsessionid=7a84b87f102fd519414ad9f F050584C0.tpdjo11v_2?idArticle=LEGIARTI000020034028&cidTexte=LEGITEXT00000 6069577&dateTexte=20090119

Plus en détail

Panorama des exonérations

Panorama des exonérations À jour au 1 er avril 2014 ( ) Panorama des exonérations et des aides à l emploi Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 EXONÉRATIONS et

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 A-10-05 N 81 du 10 MAI 2005 CRÉDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L APPRENTISSAGE (C.G.I., art. 244 quater G, 199 ter F, 220 H et 223 O.) NOR : BUD F

Plus en détail

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Quelle est la différence entre une réduction d impôt et un crédit d impôt? La réduction d impôt vient en déduction de l impôt. Dans le cas où le montant de la réduction

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 SUPPLEMENT JANVIER 2015 SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 DUO SOLUTIONS A SELECTIONNÉ POUR VOUS DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2015 ET DANS LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 LES MESURES QUI VOUS CONCERNENT.

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

La réforme de la taxe professionnelle

La réforme de la taxe professionnelle DEPARTEMENT FINANCES La réforme de la taxe professionnelle volet 1 : la contribution économique territoriale (CET) volet 2 : la cotisation foncière des entreprises (CFE) juin 2012 La réforme de la taxe

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Dégrèvement pour réduction d activité. Taxes annexes

Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Dégrèvement pour réduction d activité. Taxes annexes Quand ils ne disposent d aucun local ou terrain : les redevables domiciliés en application d un contrat de domiciliation commerciale ou de tout contrat équivalent sont redevables de la cotisation minimum

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME :

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : RIOUX, ANTOINE, PAPONNAUD, DEVINNE Mars 2008 L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : à la réduction d impôt sur la fortune prévue par l article 885-O V Bis du Code Général

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 B-11-06 N 29 du 16 FEVRIER 2006 CREDIT D IMPOT POUR PRIMES D ASSURANCE CONTRE LES IMPAYES DE LOYER ART. 32-III DE LA LOI RELATIVE AU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

La nouvelle taxe professionnelle «La Contribution Economique Territoriale»

La nouvelle taxe professionnelle «La Contribution Economique Territoriale» La nouvelle taxe professionnelle «La Contribution Economique Territoriale» PARTIE 1 : La cotisation foncière des entreprises (CFE) LES ELEMENTS IMPORTANTS A RETENIR Elle touche, en principe, toutes les

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF Conférence débat Mercredi 14 mai 2014 Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF L Impôt Sur la Fortune (ISF) est un impôt annuel dû par les personnes physiques dont le patrimoine net (actif - passif),

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement

La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement Petit déjeuner débat 11 avril 2013 1 Dominique DENIEL Expert comptable Commissaire aux comptes Ouest Conseils Quimper Pascale DEMONTFAUCON

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRÉSENTATION DU PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI Mardi 5 mars 2013, à 9 heures 30 Préfecture de l Ardèche - Salle Jean Moulin CONTACTS PRESSE : Cabinet

Plus en détail

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 199 terdecies- 0 A du Article 885-O V bis du Article 200 du Article 199 tervicies du Article 199 sexvicies du Article 199 septvicies du Article 199 sexdecies

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

LFR2013. 1 er janvier. conclus à compter du 1 er janvier 2014

LFR2013. 1 er janvier. conclus à compter du 1 er janvier 2014 MESURES TEXTES ENTREE EN VIGUEUR FISCALITE DES ENTREPRISES TVA au taux réduit et TVA sur les travaux : Dans les logements, maintien du taux 7 % au-là du 1 er janvier Le taux TVA 7 % est maintenu au-là

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 Ā - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2015 Les données communes

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

ETAFI. Millésime 2015 (v.27.1 03/2015)

ETAFI. Millésime 2015 (v.27.1 03/2015) ETAFI Millésime 2015 (v.27.1 03/2015) Sommaire 1. Les modifications suite à la mise à jour 2015... 3 2. La mise à jour fiscale 2015 - Liasse fiscale... 4 Cerfa, agrément et envoi papier supprimés (régimes

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 JANVIER 2012 4 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 JANVIER 2012 4 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 JANVIER 2012 4 A-1-12 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES ET COMMERCIALES

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Jeudi 20 septembre 2012

Jeudi 20 septembre 2012 Jeudi 20 septembre 2012 Actualité fiscale / 3 ème trimestre 2012 1 ère partie : Actualité législative : 2 ème loi de finances rectificative pour 2012 Projet de budget 2013 Pierre-Jean Ferry Stéphanie Seneterre-Durand

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES DE LA LOI DE

PRINCIPALES MESURES FISCALES DE LA LOI DE PRINCIPALES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 ET DE LA LUTTE CONTRE LA FRAUDE FISCALE Jeudi 30/01/14-8h30 10h30 Marie-Laure GUIDI, Innovatech

Plus en détail

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page).

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page). Déclaration annuelle des revenus : déduction des intérêts d emprunt I. Dates de déclaration des revenus La date limite de dépôt de la déclaration papier est fixée au lundi 27 mai 2013 à minuit. Les usagers

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU?

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? 24 novembre 2009 1 PLAN DE L INTERVENTION Introduction 1 ère partie : La Loi Scellier 2 ème partie : La Loi Girardin Industriel 3 ème partie : La souscription au

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-4-08 N 61 du 9 JUIN 2008 PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES PAR DES PARTICULIERS. DONS DE TITRES DE SOCIETES ADMIS AUX

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

VEHICULE D'ENTREPRISE OU PERSONNEL I. ACQUISITION D UN VEHICULE PAR L ENTREPRISE II. UTILISATION D UN VEHICULE PERSONNEL

VEHICULE D'ENTREPRISE OU PERSONNEL I. ACQUISITION D UN VEHICULE PAR L ENTREPRISE II. UTILISATION D UN VEHICULE PERSONNEL VEHICULE D'ENTREPRISE OU PERSONNEL Lorsque vous créez ou gérez une entreprise, vaut-il mieux mettre son véhicule personnel à disposition de son entreprise ou faire acquérir un véhicule par l entreprise?

Plus en détail

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur Lettre d'information - Janvier 2008 ENTREPRISES 1. LUXEMBOURG - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole 2. UE - FRANCE - Procédure en manquement - Taxation de l'électricité et de l'énergie

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Généralités

Livret fiscal du créateur d entreprise. Généralités Livret fiscal du créateur d entreprise Généralités Février 2011 Vous venez de créer ou vous êtes sur le point de créer votre entreprise. Vous avez entre les mains LE LIVRET FISCAL DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales Mot d accueil SOMMAIRE Introduction : le contexte Le système de retraite Les produits financiers La gestion du patrimoine SAS, SCI les nouveautés fiscales Questions Réponses LA RETRAITE EN 2011 : QUELQUES

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 8 JUILLET 2011 6 E-7-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 8 JUILLET 2011 6 E-7-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 8 JUILLET 2011 6 E-7-11 CONTRIBUTION ECONOMIQUE TERRITORIALE. COTISATION FONCIERE DES ENTREPRISES. CHAMP D APPLICATION. BASE D IMPOSITION. (C.G.I.,

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 B-17-01 N 191 du 26 OCTOBRE 2001 5 F.P. / 69 INSTRUCTION DU 17 OCTOBRE 2001 IMPOT SUR LE REVENU. CREDIT D IMPOT POUR L ACQUISITION OU LA LOCATION

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise Dossier spécial Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Février 2014 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de

Plus en détail

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-60-20130614 DGFIP ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Positionnement

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Généralités

Livret fiscal du créateur d entreprise. Généralités Livret fiscal du créateur d entreprise Généralités Vous venez de créer ou vous êtes sur le point de créer votre entreprise. Pour convaincre banquiers et investisseurs du sérieux de votre entreprise et

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 L-5-01 N 113 du 25 JUIN 2001 5 FP / 47 - L9 INSTRUCTION DU 18 JUIN 2001 CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (ARTICLE 12 DE LA LOI DE FINANCES

Plus en détail

Newsletter Corporate

Newsletter Corporate Newsletter Corporate PRESENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 Nous présentons ci-après les principales mesures de la loi

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 6 DU 13 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-2-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION DE

Plus en détail

TAXE D HABITATION ANNEXE 1 : TABLEAU SYNOPTIQUE DES INFORMATIONS UTILES A L ELABORATION DES ARRETES DE VERSEMENT DES ALLOCATIONS COMPENSATRICES 1 COMPENSATIONS VERSÉES AU TITRE DE L EXONÉRATION RÉFÉRENCE

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE L essentiel

LOI DE FINANCES POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE L essentiel Le 14 mars 2014 LOI DE FINANCES POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE L essentiel FISCALITE DES ENTREPRISES... 3 Hausse du taux effectif de l IS des grandes entreprises

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail