Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles"

Transcription

1 Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles R. Villet* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Devant une patiente consultant pour des troubles de l un des étages du plancher pelvien, urinaire, génital et sexuel et/ou digestif, il faut toujours, par l interrogatoire et l examen clinique, rechercher des troubles des étages adjacents, qu ils soient patents ou latents. Lorsqu il existe une discordance entre les signes fonctionnels et les constatations cliniques, il faut s aider d examens complémentaires, en particulier d imagerie. Le colpocystogramme et la défécographie avec opacification de la vessie sont deux examens de conception fort différente et donc n explorant pas les troubles de la statique pelvienne de la même façon. Le colpocystogramme explore, outre la dynamique des viscères pelviens, les capacités du plancher pelvien à la retenue de ces viscères ; alors que la défécographie explore une fonction physiologique : la défécation au même titre que les clichés d une cystographie mictionnelle explore la miction. La chirurgie des troubles de la statique pelvienne n est pas une chirurgie esthétique, car il n existe toujours pas de relation directe entre le résultat anatomique et fonctionnel. Les choix thérapeutiques doivent respecter ou améliorer toutes les fonctions périnéales. À ce titre, on se méfiera de tout geste qui, en corrigeant les troubles de l un des étages, risque d entraîner un trouble à l étage adjacent. L association de troubles de la statique pelvienne est fréquente, ce qui n est guère étonnant quand on connaît les points communs entre les trois étages urinaire, génital et anorectal du périnée. L urètre et la vessie, l appareil génital, le rectum et le canal anal sont tous dérivés de la même structure embryologique didermique. La vessie et le rectum ont, tous * Service de chirurgie viscérale et gynécologique, hôpital des Diaconesses, Paris. deux, une fonction de réservoir compliant et possèdent des fibres sensitives et motrices. Les sphincters de ces deux organes sont faits de fibres musculaires lisses et striées possédant une innervation identique avec l existence d interactions au niveau de leurs commandes. L ensemble des viscères pelviens repose sur un plancher aponévrotique et musculaire. Les fibres du muscle élévateur de l anus envoient des expansions au sphincter urétral, au vagin et au sphincter anal. Enfin et surtout, la physiopathologie des troubles observés est proche, reposant sur un déséquilibre entre les forces de poussée et de retenue, consécutif à une modification de la résultante de la pression abdominale, à une anomalie des viscères pelviens, à une dégradation du tissu conjonctif de soutien et à une atteinte neuro-musculo-aponévrotique du périnée. Il est donc logique de s efforcer d intégrer un trouble de la statique pelvienne dans une prise en charge globale du périnée ; cette démarche doit être rationnelle durant l examen clinique, le bilan et le traitement. DÉMARCHE RATIONNELLE CLINIQUE La patiente choisit de consulter un gastroentérologue pour un trouble de la statique pelvienne lorsque sa plainte dominante est digestive. Le rôle du gastroentérologue va consister à rechercher les troubles masqués ou potentiels au niveau des deux autres appareils du plancher pelvien : l appareil urinaire et l appareil génital. L interrogatoire Il recherche des éléments patents que la patiente avait négligés. Les signes urinaires : Les troubles de la continence : L incontinence urinaire est définie comme la perte involontaire d urine par le méat urétral. On distingue schématiquement l incontinence urinaire d effort et l incontinence urinaire par impériosité. L incontinence urinaire d effort survient sans besoin préalable, lors d une élévation de la pression abdominale. Il s agit d une fuite en jet, peu abondante, survenant de façon brutale le plus souvent en position orthostatique. L incontinence par impériosité se définit par une fuite involontaire d urine par le méat urétral associée à un besoin impérieux. Il s agit d une fuite abondante, précédée d un besoin impérieux soudain et persistant, irrépres- La Lettre de l Hépato-Gastroentérologue - n 6 - vol. II - décembre

2 sible, ne pouvant être contrôlé par un effort de retenue. L incontinence urinaire d effort et l incontinence urinaire par impériosité peuvent coexister, réalisant alors une incontinence urinaire mixte. Les troubles de la perception de besoin : Le besoin impérieux, ou impériosité mictionnelle, est défini par un besoin soudain, non progressif, d emblée urgent et impossible à inhiber. La pollakiurie est un besoin trop fréquent. En général, l intervalle entre deux mictions diurnes doit dépasser trois heures, et il ne doit pas y avoir plus d une miction nocturne : au-delà, on parle de nycturie. Cette pollakiurie peut être vraie, reflet d une instabilité vésicale, ou au contraire psychique, témoin d une attitude phobique, d un réflexe conditionné, voire d une habitude pour prévenir la fuite urinaire. Les mictions anormales : La dysurie correspond à une gêne à la miction, qu elle survienne au démarrage, au cours ou à la fin de la miction. La dysurie peut diminuer ou disparaître au repos ou, au contraire, s aggraver en fin de journée. Il est parfois nécessaire de réduire manuellement le prolapsus, d adopter une position particulière pour débuter ou terminer la miction. La rétention est la persistance après miction d un résidu dont le volume définit la rétention incomplète (inférieur à la capacité vésicale) et la rétention complète (supérieur à la capacité vésicale). Dans ce cas, une incontinence par regorgement peut se voir. Les signes gynécologiques et sexuels Les signes gynécologiques sont rares. Ils doivent faire rechercher une pathologie associée. Il faut rechercher également une hypo ou une anorgasmie, une incontinence urinaire pendant les rapports, enfin une dyspareunie, dont la relation avec le trouble de la statique pelvienne est parfois difficile à établir. La seule dyspareunie liée à un trouble de la statique pelvienne est la dyspareunie balistique, où la douleur déclenchée par des rapports profonds est liée à la mobilisation du col entraînant un réflexe nociceptif au niveau des ligaments larges et des utéro-sacrés. Tous ces signes sont consignés à côté des troubles anorectaux où dominent la constipation terminale et l incontinence anale. Enfin, souvent, la patiente signale uniquement une pesanteur pelvienne à la station debout, augmentant souvent en fin de journée et disparaissant en décubitus. Quels que soient les signes, il est primordial d évaluer le plus invalidant et, pour ce faire, on pourra s aider de questionnaires sur la qualité de vie, mais actuellement aucun d eux ne s intéresse au périnée de façon globale. L examen clinique Il recherche les éléments masqués. Quel que soit le trouble dominant, l examen du périnée doit être standardisé. La patiente peut être examinée en différentes positions : génu-pectorale, accroupie, debout avec une jambe surélevée, gynécologique. C est dans cette position que sont recherchées les anomalies uro-gynécologiques. L examen doit être fait en retenue, en poussée lente, à la toux, à vessie vide et pleine. Au repos, l inspection vulvopérinéale et périanale apprécie la trophicité vulvovaginale, la distance anovulvaire, généralement égale à 3 cm, et l aspect des plis radiés périanaux. Cette inspection renseigne sur l existence de cicatrices périnéales, d un ectropion du méat urinaire, d un périnée éculé et/ou d une béance vulvaire. Même au repos, il peut exister une tuméfaction faisant saillie à la vulve ou un prolapsus rectal. À l effort de poussée, on voit apparaître les éléments d un prolapsus pelvien antérieur, postérieur ou mixte, qu il faudra analyser et quantifier en s aidant de l examen au spéculum. Une simple poussée est parfois insuffisante : il faut demander à la patiente de pousser en tirant et en écartant les cuisses qu elle saisit au niveau des creux poplités. Parfois, on observe une disparition complète du sillon fessier avec une protrusion de l anus signant en règle un périnée descendant lié à une atteinte du faisceau pelvi-coccygien du releveur. À l aide d un spéculum de Colin, trois manœuvres vont permettre d identifier correctement les éléments prolabés génitaux : l extraction progressive du spéculum permet d extérioriser un prolapsus utérin masqué par les colpocèles antérieure ou postérieure ; l application de l une des valves du spéculum démonté sur la paroi vaginale antérieure permet de bien exposer la paroi vaginale postérieure et de rechercher une rectocèle ; l application d une valve sur la paroi vaginale postérieure, sans accrocher le col dans un premier temps, permet d observer un prolapsus utérin, une cervicocystoptose, une cystocèle, parfois une incontinence urinaire masquée par un prolapsus postérieur. En retenue, si les releveurs sont efficaces, les éléments prolabés peuvent réintégrer le petit bassin et la vulve se fermer. À la toux, on recherche une fuite urinaire en s assurant au préalable que la vessie n est pas vide. Il faut faire tousser de manière répétitive, car ce n est parfois qu après plusieurs essais qu un jet plus ou moins puissant jaillit du méat urétral. L existence d un prolapsus peut empêcher l extériorisation des fuites urinaires qu il faut donc rechercher à nouveau en réintégrant le prolapsus à l aide d une valve accrochant le col utérin, ce qui refoule l utérus et la cystocèle. Enfin, l effort de poussée ou la toux peuvent révéler une incontinence aux gaz ou aux selles. Plusieurs manœuvres ont été décrites pour étudier l effet du repositionnement du col vésical dans l enceinte abdominale. La plus connue est la manœuvre de Bonney qui consiste à refouler vers le haut le cul-de-sac vaginal antérieur sans comprimer l urètre au moyen de deux doigts ou d une pince. L examen clinique se termine par les touchers pelviens. Le toucher vaginal apprécie la sensibilité de l urètre, l état de la cavité vaginale, de l utérus et des annexes. Le toucher rectal apprécie le tonus des sphincters, recherche une lésion de l ampoule rectale, l impression d un prolapsus interne du rectum et permet de crocheter une rectocèle. Les touchers pelviens pratiqués séparément puis combinés permettent surtout de mettre en évidence une élytrocèle et d évaluer la tonicité ainsi que la qualité du noyau fibreux central. La qualité des releveurs sera quantifiée : l index et le médius seront placés à plat à la partie moyenne du vagin sur sa face postérieure ; la force de contraction des muscles sera notée 252 La Lettre de l Hépato-Gastroentérologue - n 6 - vol. II - décembre 1999

3 en associant la qualité et la durée de la contraction. La comparaison entre le releveur droit et le releveur gauche sera faite. Lors de cet examen, on détecte les inversions de commandes périnéales et l on évalue les compensations éventuelles utilisées par certaines patientes : adducteurs, abdominaux, fessiers. Dans certains cas, la force des releveurs est conservée mais l amarrage sur le noyau fibreux central n est plus perçu. Au toucher bidigital, le doigt s insinue dans une encoche latérale : il existe un véritable diastasis des releveurs. En fait, le faisceau puborectal est déchiré mais la partie pelvicoccygienne du releveur est conservée. Enfin la descente périnéale signant, elle, l atteinte pelvi-coccygienne doit être correctement mesurée en notant la distance entre le plan périnéal, c est-à-dire le plan tangentiel à la marge anale, et le plan passant par les tubérosités ischiatiques au repos et à l effort de poussée. La variation entre ces deux positions ne doit pas dépasser 3 cm. DÉMARCHE RATIONNELLE DURANT LE BILAN Les examens complémentaires confirment l existence d éléments masqués et recherchent des éléments potentiels. Les examens d imagerie Ils visent plutôt à rechercher les éléments masqués, alors que les explorations fonctionnelles et électro-physiologiques font craindre des troubles potentiels. En dehors de l échographie standard qui peut aider à préciser la taille et la position de l utérus (un utérus rétroversé de gros volume peut comprimer l ampoule rectale et aggraver une dyschésie), cinq techniques d imagerie peuvent être utilisées en statique pelvienne. L imagerie par résonance magnétique dynamique Il s agit pour l instant d une technique de recherche. Elle est fort intéressante car elle ne nécessite pas ou peu de préparation, elle montre les éléments musculo-aponévrotiques et la solidarité dynamique des organes pelvi-périnéaux et elle permet des coupes frontales, mais elle se fait en décubitus dorsal et il s agit d une technique coûteuse. L échographie dynamique Cette méthode n entraîne pas d irradiation de la patiente ni du praticien ; sa réalisation est rapide avec un matériel spécifique et elle permet une visualisation des tissus mous de façon dynamique lors des efforts de poussée, de retenue, voire lors des efforts de toux. Elle est malheureusement dépendante des voies d abord utilisées par l échographiste, qui sont soumises à des artefacts et en relation avec la position plus ou moins physiologique de la patiente lors de l examen. Elle est assez peu utilisée dans l exploration du plancher pelvien et l évaluation des segments moyen et postérieur. Elle est donc principalement utilisée pour explorer la dynamique de la vessie et de la région urétro-vésicale. Le colpocystogramme et la défécographie Le colpocystogramme est une cystographie rétrograde améliorée par l opacification de l ampoule rectale et du vagin. Il s agit d une exploration radiologique dynamique des viscères pelvi-périnéaux et du plancher pelvien montrant les étroites connections entre le bas appareil urinaire, le vagin, l utérus et l ampoule rectale sous l effet dynamique de la contraction des releveurs et de la poussée abdominale. Lors de la contraction des releveurs, le combiné viscéral se déplace vers l avant et le haut. Lors de la poussée abdominale, au contraire, il se déplace vers le bas et l arrière. Au repos, la position est intermédiaire. Cet examen va permettre de visualiser les troubles observés cliniquement mais surtout va aider à retrouver des éléments masqués. On peut d ailleurs, à ce titre, pratiquer une position III qui consiste à réaliser des clichés en refoulant l élément prolabé le plus patent. On découvre ainsi une cystocèle masquée par une rectocèle pour laquelle la patiente est venue consulter. De la même manière, mais plus rarement, peuvent apparaître des rectocèles masquées par l existence d une cystocèle. Enfin et surtout, le colpocystogramme permet de voir les élytrocèles qui se traduisent par un décollement de la paroi vaginale postérieure de la paroi rectale antérieure. Dans certains cas, l image n existe qu à la poussée, alors que, dans les élytrocèles les plus importantes, on constate ce vide entre le vagin et le rectum même en retenue. Cet examen explore, outre la dynamique des viscères pelviens, les capacités du plancher pelvien à la retenue de ces viscères. Il est donc totalement différent de la défécographie, ou rectogramme dynamique, qui explore une fonction physiologique : la défécation, au même titre que les clichés mictionnels d une cystographie explorent la miction. La défécographie est utile en cas de dyschésie associée à une rectocèle, car elle permet de découvrir une invagination intra-anale du rectum suspectée lorsque la patiente ressent une vidange incomplète ou qu elle réalise des manœuvres endoanales, en fin de défécation. L échographie endoanale Elle a transformé l exploration des incontinences anales puisqu elle permet d apprécier l état des sphincters interne et externe de l anus. Surtout, elle permet de proposer le concept d incontinence potentielle lorsqu elle montre une atteinte du sphincter interne, alors qu il n existe pas d incontinence fécale étant donné la qualité du sphincter externe. Au fil des ans, le vieillissement va entraîner une dégradation progressive du sphincter externe et on va voir ainsi apparaître l incontinence anale. Enfin, l indication d un temps de transit colique (TTC) est rare mais trouvera sa place avant toute chirurgie des troubles de la statique pelvienne chez une patiente constipée, à plus forte raison s il existe une dyschésie et si une intervention à réputation constipante est envisagée. Les explorations fonctionnelles et électrophysiologiques Le bilan urodynamique Parmi les explorations fonctionnelles, le bilan urodynamique doit être largement demandé car il aide au diagnostic des incontinences urinaires potentielles. Contrairement à l incontinence urinaire masquée, l incontinence urinaire potentielle n existe pas en tant que symptôme clinique mais devrait exister compte tenu des résultats La Lettre de l Hépato-Gastroentérologue - n 6 - vol. II - décembre

4 des examens complémentaires comparant les femmes continentes et les femmes incontinentes. Trois facteurs étiopathogéniques principaux peuvent générer une incontinence urinaire : l instabilité mictionnelle, l incompétence sphinctérienne et la mobilité du col vésical. Cette dernière est explorée par le colpocystogramme. Les deux autres vont être explorées lors du bilan urodynamique. L instabilité vésicale sans incontinence peut générer des fuites quand on affaiblit les forces de retenue en corrigeant, par exemple, l obstruction créée par un prolapsus vaginal. Inversement, on sait que l obstruction est en elle-même un facteur d instabilité vésicale. L évolution d une instabilité vésicale et ses conséquences après chirurgie sont imprévisibles. A priori, il faut se méfier des instabilités vésicales avec des contractions de forte amplitude et une qualité sphinctérienne médiocre. Les facteurs urétraux intrinsèques directement liés à la qualité sphinctérienne sont évalués par le profil urétral statique. La signification prédictive des valeurs de pression, de longueur et de surface relevées sur la courbe urodynamique a fait l objet de plusieurs études aux conclusions contradictoires, mais on peut affirmer qu un profil très bas (c est-à-dire une pression de clôture inférieure à 30 cm d eau) chez une femme continente doit faire rechercher l existence d une obstruction souvent due à un prolapsus. Si tel est le cas, la cure du prolapsus est presque inévitablement suivie d incontinence urinaire. L électrophysiologie périnéale Les examens électrophysiologiques ont peu de place dans le bilan courant des troubles de la statique pelvienne mais ils aident à l analyse diagnostique et physiopathologique. L électromyographie périnéale de détection permet d explorer l état de l innervation somatique périphérique des systèmes vésicosphinctérien, anorectal et génitosexuel : cet état a une valeur pronostique en particulier en cas de réparation sphinctérienne. Les études des voies somatiques en stimulodétection permettent d apprécier la latence du réflexe bulbo-caverneux (N > 44 ms) et la latence distale motrice du nerf pudendal. Ces mesures revêtent un intérêt en particulier dans les périnées descendants et l incontinence anale. Enfin, pour les patientes chez lesquelles aux troubles de la statique pelvienne s associent une instabilité vésicale, une dysynergie vésico-sphinctérienne ou des paresthésies périnéales, il faut demander des potentiels évoqués somesthésiques corticaux du nerf pudendal. Leurs altérations témoignent d une lésion à un point quelconque du trajet des voies lemniscales (SEP, compression médullaire, etc.). DÉMARCHE RATIONNELLE PENDANT LE TRAITEMENT La chirurgie des troubles de la statique pelvienne a un objectif fonctionnel, même si elle porte sur des anomalies anatomiques. Les manifestations cliniques, comme nous l avons vu, peuvent être patentes ou masquées, mais le geste chirurgical devra prendre davantage en compte un trouble masqué à haut risque invalidant qu un trouble patent minime dont les conséquences psycho-sociales sont faibles. De plus, la chirurgie, en rompant l équilibre des forces pelvi-périnéales, peut entraîner des manifestations cliniques qui étaient inexistantes ou tout au moins tolérables en préopératoire. C est de ces considérations que découle la rationalité du traitement. Les troubles à prendre en compte Les incontinences sont les troubles les plus invalidants ; elles doivent toujours être prises en compte et sans doute plus encore l incontinence urinaire que l incontinence fécale, car la consistance des urines n est pas modifiable alors qu un traitement régulateur du transit permet parfois de diminuer ou de supprimer une incontinence fécale. De plus, la correction chirurgicale d un prolapsus rectal peut améliorer une incontinence fécale, alors que l incontinence urinaire n est jamais corrigée par la cure d une cystocèle sans suspension du col vésical. Les ptoses, de quelque étage que ce soit, doivent être prises en charge dès qu elles affleurent ou dépassent la vulve. La dyschésie est parfois à prendre en compte après un échec du traitement médical lorsqu il existe une anomalie objective (prolapsus interne, rectocèle), la dysurie, quant à elle, n est à traiter que lorsqu elle est associée à un résidu postmictionnel, en fait le plus souvent en rapport avec une volumineuse cystocèle. Le périnée descendant n est pas en lui-même une indication chirurgicale. Il paraît donc logique, avant tout traitement, de rechercher avec acharnement, et dans les cas complexes avec l aide d examens complémentaires, toutes les anomalies existantes en préopératoire mais de ne pas traiter les lésions potentielles pour lesquelles aucune amélioration n est à attendre en postopératoire et d éviter les gestes chirurgicaux excessifs susceptibles d être iatrogènes. Il faut donc trouver un équilibre entre faire assez et ne pas faire trop. Au moindre doute, il faut prévenir la patiente en évoquant la possibilité d une deuxième intervention si un symptôme postopératoire survenait. Choix des associations chirurgicales Aucune donnée de la littérature ne permet d affirmer la supériorité de tel ou tel geste chirurgical, à plus forte raison s ils sont multiples. Le rationnel chirurgical repose sur une cohérence dans le choix de la voie d abord abdominale, périnéale ou mixte, un respect de l équilibre antéropostérieur du pelvis et une compatibilité des gestes effectués. Il nous semble également dépendre de la durée de vie souhaitée du traitement proposé. En effet, de notre expérience, il ressort que l apport de matériel de soutien étranger (prothèse non résorbable) ne subit pas à long terme la dégradation des tissus autologues utilisés lorsqu on ne met pas de matériel synthétique. Quelques associations particulières méritent d être détaillées : Incontinence urinaire et dyschésie par prolapsus rectal interne Le traitement du prolapsus interne doit être réalisé en premier, car il est illogique de traiter une incontinence urinaire si les efforts de défécation persistent. L incontinence urinaire peut être négligée si elle n est pas majeure. En effet, la suppression des efforts d exonération excessifs associée à un traitement médico-rééducatif peut, une fois sur deux, améliorer, l incontinence urinaire..../ La Lettre de l Hépato-Gastroentérologue - n 6 - vol. II - décembre 1999

5 .../... Incontinence urinaire et rectocèle majeure La difficulté dans ce cas est de s assurer que la cystocèle et le prolapsus génital peuvent être négligés. L incontinence urinaire est alors traitée en fonction de son importance (Burch, fronde, soutènement sous-urétral de prolène TVT ) ; la rectocèle est traitée par voie basse par dissection interrectovaginale, soit par voie périnéale pure, soit par voie périnéovaginale en cas de disparition de la distance anovulvaire. Prolapsus génital complet et prolapsus rectal associé L attitude la plus classique est d associer une promontofixation du tube génital (le plus souvent du col restant en réalisant une hystérectomie subtotale) et une colpopexie rétropubienne à une rectopexie au promontoire par voie abdominale. La fixation postérieure doit être solide mais doit rester souple. Chez la femme très âgée, la combinaison par voie basse d une intervention de Delorme et d une fermeture vaginale semble possible. En effet, une véritable cure de prolapsus vaginal avec hystérectomie associée à une intervention de Delorme fait craindre des complications septiques et l apparition d une fistule rectovaginale. Ces deux interventions peuvent cependant être réalisées à trois mois d intervalle. Prolapsus rectal extériorisé et élytrocèle Cette association est fréquente, car l allongement du cul-de-sac de Douglas fait partie des lésions associées au prolapsus extériorisé. Elle justifie que les deux lésions soient traitées, c est-àdire que, lors de toute rectopexie, une élytrocèle soit recherchée et, si nécessaire, traitée par résection du cul-de-sac de Douglas. Si une intervention de Delorme est pratiquée, il faut, après libération de la muqueuse, ouvrir la musculeuse antérieure rectale et réséquer le cul-de-sac de Douglas. CONCLUSION La prise en charge de troubles associés de la statique pelvienne justifie une démarche rationnelle, clinique et thérapeutique. Lors de l examen clinique d une patiente consultant pour des troubles de l un des étages du plancher pelvien, on doit s efforcer de rechercher les troubles des étages adjacents. Les examens d imagerie sont utilisés en cas de discordance entre les signes fonctionnels et les constatations anatomiques. Ils aident ainsi à découvrir les éléments masqués. Les examens fonctionnels et électro-physiologiques visent surtout à la compréhension physiopathologique et ont une valeur pronostique permettant d évoquer l existence de troubles potentiels. Lors de la prise en charge thérapeutique, chaque symptôme sera soigneusement évalué et, le cas échéant, traité si aucune chance d amélioration postopératoire n existe, mais l association de différents gestes thérapeutiques sera réfléchie pour éviter leur incompatibilité. Le chirurgien doit avant tout traiter une fonction urinaire, génitale, sexuelle et digestive plus qu une dégradation anatomique. En effet, un bon résultat anatomique ne correspond pas toujours à un bon résultat fonctionnel et inversement. Il faut finalement traiter suffisamment mais ne pas traiter trop et, avant tout, ne pas altérer un équilibre fonctionnel périnéal. Mots clés : Troubles de la statique pelvienne Clinique Exploration Traitement. Conclusion L. Siproudhis L e traitement des troubles de la statique pelvirectale est une entreprise difficile où la correction anatomique n est ni une nécessité ni une fin en soi. L approche doit répondre au double objectif de corriger un ou plusieurs symptômes et de réduire l incidence de complications imputables au geste chirurgical lui-même. Le malade doit prendre part à la décision thérapeutique et être informé des incertitudes que réserve la correction chirurgicale du trouble anatomique. Ainsi, en cas de cure par rectopexie d un prolapsus rectal extériorisé, il peut espérer une réduction a priori complète et définitive de la procidence anale et une amélioration franche de sa continence. Toutefois, il doit être averti des risques de constipation postopératoire. Une rectocèle constituant une barrière anatomique sous une cystocèle (par effet de pelote ) doit faire envisager sa correction chirurgicale avec réticence si elle doit décompenser une incontinence urinaire latente chez une femme âgée. Chez une patiente souffrant d une constipation ancienne et de pesanteurs abdomino-pelviennes secondaires à une hystérectomie, la cure d une entérocèle peut espérer faire disparaître les douleurs mais non la constipation. En définitive, le clinicien interrogé et le chirurgien impliqué dans la décision thérapeutique doivent rester prudents et modestes face à un cadre pathogénique qui expose sans cesse aux déséquilibres d associations lésionnelles anatomiques ou fonctionnelles compensées (cystocèle et rectocèle) ou aux complications propres aux gestes chirurgicaux (hystérectomie et entérocèle, constipation et rectopexie). La Lettre de l Hépato-Gastroentérologue - n 6 - vol. II - décembre

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

Incontinence urinaire chez la femme

Incontinence urinaire chez la femme Incontinence urinaire chez la femme C est une perte involontaire d urine par l urètre. Elle est multifactorielle. Elle retentie sur l activités professionnelles, sociales et psychiques des patientes. Dans

Plus en détail

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU BSU Bandelette Synthétique Non résorbable Intervention chirurgicale Par voie vaginale Faible morbidité Hospitalisation maximum 48h BSU - Principes Intervention

Plus en détail

Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel

Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel R. MATIS Département de périnéologie du GH-ICL Examen clinique Interrogatoire Manœuvre de Bonney Calendrier Mictionnel Interrogatoire Circonstances

Plus en détail

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Club d Echanges en Pelvi-Périnéologie Samedi 4 octobre 2014 Institut Portman Dr philippe FARBOS Service de Radiologie (drs DESCAT, FARBOS, LEVANTAL,

Plus en détail

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations)

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications M Pouquet (1), M Mathonnet (1), H Caly (1), K Lacheheub (1), P Bouillet (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1)Limoges

Plus en détail

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE Pr Claude Hocké Pôle Gynécologie- Obstétrique-Reproduction Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux 1 INTERROGATOIRE IL RESTE FONDAMENTAL ET PEUT ÊTRE DIVISÉ

Plus en détail

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Marc Papillon ASRCC 2012 Différents troubles de la statique rectale : - Prolapsus extériorisé du rectum - Prolapsus rectal

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe Indications du Bilan Urodynamique Béatrice LERICHE. Infirmerie protestante. 69300 CALUIRE LE BILAN URODYNAMIQUE PRINCIPES DU BILAN : Pression vésicale. Pression abdominale Pression détrusorienne Pression

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE 1 Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire Dr Béatrice DAVENNE Médecin de Médecine Physique et de Réadaptation. Chef de service Rééducation Neurologique et Urodynamique

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE (OBSTRUCTION ET INCONTINENCE) 10, 11 et 12 octobre 2006 Dr Jacques BISERTE Urologie = pathologies des app. excréto-urinaire et génital masculin

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Le lambeau vaginal dans la préservation de la continence dans la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Situation difficile Fréquence 10 à 30 % Résultat parfois décevant et pour le chirurgien

Plus en détail

FUITES D URINES. Introduction

FUITES D URINES. Introduction FUITES D URINES Introduction L incontinence urinaire est la perte non contrôlée des urines. En France, on estime qu environ 3 millions de femmes sont confrontées à ce problème. L incontinence reste un

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Examen clinique. Motif de la rééducation : Pourquoi la patiente vient? Quel est sa motivation?

Examen clinique. Motif de la rééducation : Pourquoi la patiente vient? Quel est sa motivation? Examen clinique L examen clinique ne peut être réalisé en une seule fois. La 1 ère séance est explicative : donner des infos (planches anatomiques, examen réalisés ) et cerner la patiente par rapport à

Plus en détail

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe Le patient neurologique et ses prolapsus M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe prolapsus pelvien = pathologie fréquente pourtant risque de méconnaissance / dysfonctions pelvi-périnéales

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

(SEP) Sclérose en plaques

(SEP) Sclérose en plaques La sclérose en plaques est une maladie neurologique connue depuis le siècle dernier. Les troubles vésico-sphinctériens ont été très longtemps sousestimés et malheureusement pris en considération en phase

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat Professeur Pierre Marès Damien Chavanat collection 10019-PL08593 L incontinence urinaire donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d urine qui peuvent se produire à tout moment, de jour comme

Plus en détail

Echographie du périnée

Echographie du périnée GE Healthcare Echographie du périnée Apport des modes volumiques dans l évaluation pré-opératoire et post-opératoire de la chirurgie de l incontinence et du prolapsus génital. Jean-Marc LEVAILLANT, Hôpital

Plus en détail

IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES

IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES L Incontinence Urinaire: - Chez la femme. - Quel que soit le type. - Tous âges confondus. Introduction A une PREVALENCE GLOBALE de 27,6%* Augmente avec l âge 2 pics:

Plus en détail

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE SEMINAIRE 1 FACULTE DE MEDECINE VERSAILLES / St QUENTIN EN YVELINES Hôpital Ambroise Paré - Boulogne Billancourt (Métro : Boulogne Jean Jaurès, ligne 10)

Plus en détail

IRM pelvienne dynamique

IRM pelvienne dynamique IRM pelvienne dynamique Valérie Laurent, Laurent Bresler Service de Radiologie Adultes Hôpital de Brabois CHU - NANCY Introduction Gde fréquence des troubles de la statique pelvienne Diagnostic et traitement

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme

Incontinence urinaire de la femme Incontinence urinaire de la femme Perte involontaire d urine quelles que soient les circonstances de survenue. (ICS 2002) Dr Antoine Wallois Clinique Pauchet Amiens Interrogatoire : essentiel +++ Facteurs

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen statique : repérage de la position des EIPS Les notions de distance EIPS / ligne des épineuses et distance peau / face postérieure sacrum, semblent être

Plus en détail

BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE

BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE INTRODUCTION Ce sont l interrogatoire et l examen clinique bien conduits qui font le diagnostic d incontinence urinaire, pas le BUD L'urgenturie n est pas toujours

Plus en détail

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus Observatoire Vieillissement et Société Conférencière Une présentation de: Chantale Dumoulin, PT, PhD. Professeure

Plus en détail

Projet de représentation des connaissances 2008 Simulation de traitement médical

Projet de représentation des connaissances 2008 Simulation de traitement médical Projet de représentation des connaissances 2008 Simulation de traitement médical Gauvain Bourgne February 27, 2008 1 Description du contexte On considère un ensemble de maladies. Chacune de ces maladies

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme Dr Mehdi Jaidane Introduction - Définition Incontinence : symptôme, signe, pathologie Définition : «perte involontaire d urine d par l urèthre» Nouvelle définition d

Plus en détail

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique S Novellas,F Dausse,, P Chevallier,, M Fournol,, T Piche,, JN Bruneton Service d imagerie médicale Hopital de l archet

Plus en détail

Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries,

Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries, Cas clinique n 2 Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries, urgenturies et des fuites urinaires à l

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

Programme de rééducation de la vessie

Programme de rééducation de la vessie Programme de rééducation de la vessie 1 2 Introduction Ce à quoi vous devriez vous attendre : vous lever la nuit pour aller uriner à une ou Lorsque vous urinez, vous éliminez l équivalent d une à deux

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Vous souffrez de fuites urinaires lors de vos activités normales et quotidiennes?

Vous souffrez de fuites urinaires lors de vos activités normales et quotidiennes? Vous souffrez de fuites urinaires lors de vos activités normales et quotidiennes? Cela se produit lorsque vous... Riez? Toussez? Éternuez? Faites de l exercice? Guide sur l incontinence urinaire d effort

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13 Définition IUE de la femme L.peyrat INCONTINENCE : perte involontaire des urines par voies naturelles, au dehors de l acte mictionnel et entraînant une gêne sociale (patient, entourage) significative INCONTINENCE

Plus en détail

Le traitement chirurgical, les soins à l hôpital et les conseils à suivre à la maison Pour vous, pour la vie

Le traitement chirurgical, les soins à l hôpital et les conseils à suivre à la maison Pour vous, pour la vie L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME Le traitement chirurgical, les soins à l hôpital et les conseils à suivre à la maison Pour vous, pour la vie Traitement chirurgical Les moyens pour diminuer la perte

Plus en détail

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Le Mammographe Numérique avec tomosynthèse» au Centre Hospitalier de Valenciennes 1 Sommaire Contexte...p. 3 Une technologie de pointe

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Cas cliniques : IUE CNGOF. Dr Adrien Vidart Dr Marie Carbonnel Hôpital Foch Suresnes

Cas cliniques : IUE CNGOF. Dr Adrien Vidart Dr Marie Carbonnel Hôpital Foch Suresnes Cas cliniques : IUE CNGOF Dr Adrien Vidart Dr Marie Carbonnel Hôpital Foch Suresnes Cas Clinique n 1 Madame D. âgée de 36 ans vient vous voir pour une incontinence urinaire à l'effort typique apparue à

Plus en détail

Identification des problèmes liés à l ergonomie des postes de travail

Identification des problèmes liés à l ergonomie des postes de travail 1 Identification des problèmes liés à l ergonomie des postes de travail Votre entreprise est elle aux prises avec un certain nombre de problèmes comme une fréquence élevée des lésions musculo squelettiques,

Plus en détail

Diag Up Export Spécifications

Diag Up Export Spécifications Diag Up Export Spécifications Présentation Diag Up est une plate forme logicielle qui permet d élaborer des modèles de diagnostic dans des domaines aussi variés que la qualité, la transmission d entreprises,

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie de la sexualité : A - C est une combinaison de phénomènes

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE?

VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE? VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE? www.urofrance.org Des solutions existent Parlez-en à votre médecin traitant ou à votre urologue LJCom L INCONTINENCE UNE VESSIE HYPERACTIVE

Plus en détail

PROTECTION DU PLANCHER

PROTECTION DU PLANCHER «MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR» PROTECTION DU PLANCHER PELVIEN ET DU DOS PREVENTION DES INCONTINENCES URINAIRES CHEZ LES JEUNES FEMMES ET DES HERNIES INGUINALES CHEZ LES GARCONS. L analyse des statistiques

Plus en détail

Quatrième principe Recul généreux des métatarsiens. 366 Reconstruction de l avant-pied

Quatrième principe Recul généreux des métatarsiens. 366 Reconstruction de l avant-pied 366 Reconstruction de l avant-pied Fig. 45c2. Principe III. Obtenir une longueur relative correcte des différents métatarsiens (parabole métatarsienne). b) Sur l incidence de trois quart. 1. Incidence

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier* Monter un escalier Points de repère pour monter un escalier seul(e) ou sous supervision* Supervision

Plus en détail

LA GESTION DE L ATELIER

LA GESTION DE L ATELIER LA GESTION DE L ATELIER Sommaire Sommaire... 2 1 Recherche du client et du véhicule/matériel... 3 1.1 Par le menu CLIENT... 3 1.2 Par le menu FICHE DE TRAVAIL... 3 1.2.1 Recherche du client par son véhicule...

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

Dilatateurs Amielle Care et Amielle Comfort pour soins personnels après une radiothérapie pelvienne

Dilatateurs Amielle Care et Amielle Comfort pour soins personnels après une radiothérapie pelvienne Informations utiles pour les patientes de radiothérapie pelvienne Dilatateurs Amielle Care et Amielle Comfort pour soins personnels après une radiothérapie pelvienne On vous a prescrit ces dilatateurs

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours Sciences Physiques 1ES S. Zayyani Fiche de Cours Unité : Représentation visuelle Chapitre: Chapitre 1 L œil Voir un objet Pour que l on puisse «voir un objet», il faut certaines conditions. Il faut surtout

Plus en détail

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort La rééducation du plancher pelvien avec les cônes vaginaux LadySystem Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort Les renseignements

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Les Cartes et leur Valeur

Les Cartes et leur Valeur RÈGLES CANASTA Règle du Jeu de la Canasta Canasta est le nom d une combinaison de 7 cartes qui donne son nom à cette variante de Rami. Le but du Jeu: Le gagnant est le joueur qui est le premier à atteindre

Plus en détail

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier à consulter* Monter un escalier Supervision À consulter : Points de repère pour monter un escalier

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE 1/ DEFINITION Capacité à produire la plus grande accélération pour se mouvoir, ou pour déplacer une charge. 2/ CALCUL DE LA PUISSANCE Tout d abord, la

Plus en détail

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE» MODE D EMPLOI POUR DEPOSER LES CONTRIBUTIONS EN LIGNE SUR LE SITE INTERNET DE LA SFSP Les contributions

Plus en détail