I - Loi de finances II - Régime des Auto-entrepreneurs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I - Loi de finances 2015. II - Régime des Auto-entrepreneurs"

Transcription

1 I - Loi de finances de Loi de finances rectificative pour 2014 II - Régime des Auto-entrepreneurs Janvier 2015 Mode d emploi du Powerpoint Courrier d invitation à destination de vos clients

2 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Au sommaire 1. Fiscalité des entreprises 2. Fiscalité des particuliers 3. Contrôle fiscal 4. Principales mesures sociales 2

3 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Partie 1 Fiscalité des entreprises 3

4 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Partie 1. Fiscalité des entreprises 1.1- Impôt sur les bénéfices Réductions et crédits d impôt TVA 4

5 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Impôt sur les bénéfices (BIC, BNC, IS) Fin des incitations fiscales au profit des adhérents d OGA Il est mis fin à certains avantages accordés aux adhérents d organismes de gestion agréés («OGA» : centres de gestion et associations agréés). Suppression de la réduction d impôt de 915 pour frais de comptabilité et d adhésion à un OGA à compter du 1 er janvier En contrepartie, ces frais deviendront des charges déductibles du résultat imposable. Alignement de la situation des adhérents et non-adhérents en matière de déduction du salaire du conjoint de l exploitant : en principe, la rémunération du conjoint de l exploitant est intégralement déductible des résultats imposables lorsque l entreprise est adhérente d un OGA. À défaut, la déduction du salaire du conjoint est limitée à , sauf si les époux sont mariés sous un régime exclusif de communauté. à compter du 1 er janvier 2016, le seuil de déduction du salaire du conjoint de l exploitant passera de à , que l entreprise soit adhérente ou non d un OGA. Suppression de la réduction du délai de reprise de 3 à 2 ans pour les adhérents d OGA pour les délais de reprise venant à expiration à compter du 31 décembre Partie 1 - Fiscalité des entreprises 5

6 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Réductions et crédits d impôt CICE Suivi dans les comptes Les informations relatives à l utilisation du CICE devront figurer, sous la forme d une description littéraire, en annexe du bilan ou dans une annexe jointe aux comptes à compter de l impôt sur le revenu 2014 ou pour les exercices clos à compter du 31/12/2014. Partie 1 - Fiscalité des entreprises 6

7 Loi de finances de loi de finances rectificative pour TVA Entreprises nouvelles dans le secteur du bâtiment Obligation de dépôt d une déclaration de TVA mensuelle ou trimestrielle Pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2015, les entreprises nouvelles du secteur du bâtiment, ainsi que celles qui reprennent une activité après une période de cessation temporaire ou celles qui optent pour le paiement de la TVA, sont obligatoirement soumises au dépôt de déclarations de TVA selon une périodicité mensuelle ou trimestrielle l année du début ou de la reprise de l activité ou de l assujettissement à la TVA et l année suivante. Ces entreprises sont donc obligatoirement soumises au régime réel normal en matière de TVA pendant 2 ans. Cette soumission ne s applique pas en matière d impôt sur les bénéfices ; les entreprises peuvent rester placées sous le régime simplifié d imposition (RSI) et tenir une comptabilité super-simplifiée pour les BIC. Les redevables concernés peuvent demander à bénéficier du régime simplifié d imposition (RSI) à compter du 1 er janvier de la 2 de année suivant le début ou la reprise de l activité ou l option pour les paiement de la TVA. La demande d application du RSI doit intervenir au plus tard le 31 janvier de l année au titre de laquelle les redevables souhaitent en bénéficier. Exemple : une entreprise débute son activité le 1 er juillet 2015 Le régime réel normal de TVA est obligatoire de juillet à décembre Le RSI pourra s appliquer à partir de 2017 à condition d opter avant le 31 janvier Partie 1 - Fiscalité des entreprises 7

8 PIQURE DE RAPPEL Modalités de paiement des acomptes de TVA : Depuis le 1 er janvier 2015, les redevables du RSI doivent verser des acomptes semestriels et non plus trimestriels. Versement en juillet et en décembre Le RSI n est possible que si la TVA due l année précédente n excède pas En cas de dépassement, imposition au régime du réel normal. 8

9 PIQURE DE RAPPEL Nouveaux seuils de déclaration dématérialisée Depuis le 1 er Octobre toutes les entreprises ont l obligation d adresser par voie dématérialisée et de télé régler : les déclarations de TVA (tous régimes confondus), le paiement des acomptes et soldes d impôts sur les sociétés, de cotisations sur la valeur ajouté des entreprises (CVAE), leur déclaration de résultat. 9

10 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Partie 2 Fiscalité des particuliers 10

11 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Partie 2. Fiscalité des particuliers 2.1 Impôt sur le revenu Plus-values des particuliers 11

12 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Impôt sur le revenu Suppression de la prime pour l'emploi La prime pour l emploi (PPE) cessera de s appliquer à compter de l imposition des revenus de Les contribuables peuvent donc en bénéficier une dernière fois en 2015 au titre de l imposition de leurs revenus de 2014, selon les mêmes modalités que celles applicables en La PPE devrait être remplacée, à compter du 1 er janvier 2016, par une prime d activité versée mensuellement aux personnes percevant de bas salaires, en remplacement de la PPE et du RSA activité. Partie 2 - Fiscalité des particuliers 12

13 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Plus-values des particuliers Plus-value de cession de terrains à bâtir Les plus-values de cession de terrains à bâtir réalisées à compter du 1 er septembre 2014 sont imposées à l impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux comme les plus-values de cession des autres biens et droits immobiliers. Application de l abattement pour durée de détention pour la taxation à l IR des plus-values de cession de terrains à bâtir : 6 % pour chaque année de détention au-delà de la 5 e et jusqu'à la 21 e ; 4 % pour la 22 e année de détention. Ce qui conduit à une exonération totale des plus-values à l'impôt sur le revenu au bout de 22 ans de détention. Application de l abattement pour durée de détention pour la taxation aux prélèvements sociaux : 1,65 % pour chaque année de détention au-delà de la 5 e et jusqu'à la 21 e ; 1,60 % pour la 22 e année de détention ; 9 % pour chaque année au-delà de la 22 e. Ce qui entraîne une exonération totale des prélèvements sociaux sur les plus-values au terme d'un délai de 30 ans de détention. Partie 2 - Fiscalité des particuliers 13

14 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Plus-values des particuliers Plus-value de cession de terrains à bâtir (suite) Application d un abattement exceptionnel de 30 % Par ailleurs, un abattement exceptionnel de 30 % s applique, en plus de l abattement pour durée de détention, pour le calcul de l impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux, sur les plus-values de cession de terrains à bâtir réalisées à compter du 1 er septembre 2014, à condition que : la cession soit précédée d une promesse de vente ayant acquis date certaine entre le 1 er septembre 2014 et au plus tard le 31 décembre 2015 ; et que la cession soit réalisée au plus tard le 31 décembre de la 2 e année suivant celle de la signature de la promesse de vente, soit au plus tard le 31 décembre Attention, cet abattement exceptionnel de 30 % ne s applique pas aux plus-values des cessions réalisées au profit : du conjoint du cédant, de son partenaire pacsé, de son concubin notoire ou d un ascendant ou d un descendant du cédant ou de son conjoint, de son partenaire pacsé et de son concubin ; ou d une personne morale dont le cédant, son conjoint, son partenaire pacsé, son concubin ou un ascendant ou un descendant de l une de ces personnes est un associé ou le devient à l occasion de cette cession. Partie 2 - Fiscalité des particuliers 14

15 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Partie 3 Contrôle fiscal 15

16 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Contrôle fiscal Droit de communication Exercice du droit de communication auprès des commerçants Actuellement, les commerçants doivent communiquer à l administration, sur sa demande, les livres dont la tenue est rendue obligatoire par le code de commerce (c. com. art. L à L ) ainsi que tous les livres et documents annexes, pièces de recettes et de dépenses. À l égard des sociétés, le droit de communication porte également sur le rapport de gestion ainsi que sur les registres de transfert d actions et d obligations et sur les feuilles de présence aux assemblées générales. À compter du 1 er janvier 2015, les commerçants soumis aux obligations comptables du code de commerce ont l obligation de communiquer à l administration, sur sa demande : les livres, registres et rapports dont la tenue est rendue obligatoire par ce code ; ainsi que tous documents relatifs à leur activité. Partie 3 Contrôle fiscal 16

17 PIQURE DE RAPPEL Fichier des écritures comptables Les contribuables qui tiennent leur comptabilité au moyen de systèmes informatisés doivent la présenter sous forme de fichiers dématérialisés lors d un contrôle de l administration fiscale. Depuis le 10 Août 2014 le défaut de présentation de la comptabilité selon les modalités exigées entraîne l application d une amende égale à ou, en cas de rectification et si le montant est plus élevé, à 10% des droits mis à la charge du contribuable. 17

18 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Partie 4 Principales mesures sociales 18

19 Loi de finances de loi de finances rectificative pour 2014 Partie 4. Principales mesures sociales Aide à l embauche d apprentis 19

20 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Principales mesures sociales Aide à l embauche d apprentis Nouvelle aide à l embauche d apprentis depuis le 1 er juillet 2014 Une nouvelle aide à l embauche d apprentis est attribuée aux employeurs de moins de 250 salariés qui recrutent un premier apprenti ou un apprenti supplémentaire, pour les contrats conclus depuis le 1 er juillet Cette aide d un montant minimum de est versée par les régions, selon des modalités qu elles déterminent. Pour bénéficier de l aide au titre d un «premier apprenti», l employeur doit justifier, à la date de conclusion du contrat d apprentissage, ne pas avoir employé d apprenti depuis le 1 er janvier de l année précédente dans l établissement du lieu de travail de l apprenti. Partie 4 - Mesures sociales 20

21 Loi de finances de loi de finances rectificative pour Principales mesures sociales Aide à l embauche d apprentis (suite) Nouvelle aide à l embauche d apprentis depuis le 1 er juillet 2014 Pour bénéficier de l aide au titre d un «apprenti supplémentaire», deux conditions doivent être réunies : l employeur doit justifier, à la date de conclusion d un nouveau contrat d apprentissage, employer dans le même établissement au moins un autre apprenti dans le cadre d un contrat d apprentissage dont la période d essai de 2 mois est passée ; le nombre de contrats en cours dans l établissement, après le recrutement du nouvel apprenti, doit être supérieur à ceux en cours dans ce même établissement le 1 er janvier de l année de conclusion du nouveau contrat (par exemple, le 1 er janvier 2015 pour l embauche d un apprenti en 2015). Le droit à l aide n est acquis qu une fois expirée la période d essai de 2 mois se situant en début d apprentissage, durant lequel le contrat peut être librement rompu. Cette nouvelle aide à l embauche d apprentis de 1000 minimum peut se cumuler avec la prime à l apprentissage également d un montant minimal de pour chaque année de formation, versée par les régions aux seules entreprises de moins de 11 salariés pour les contrat d apprentissage qu elles concluent depuis le 1 er janvier Partie 4 - Mesures sociales 21

22 Baisse de la cotisation AF PIQURE DE RAPPEL Depuis le 1 er janvier 2015, le taux de la cotisation patronale d allocations familiales est passé de 5,25% à 3,45% pour les employeurs entrant dans le champ de la réduction Fillon et pour les salariés dont la rémunération n excède pas 1,6 SMIC calculé sur un an. 22

23 Sous-traitance : bref rappel PIQURE DE RAPPEL Obligations du donneur d ordre : Pour tout contrat d un montant minimum de TTC (montant global de la prestation) au début du contrat et tous les 6 mois : détenir le document attestant de l immatriculation du sous-traitant ; détenir l attestation de vigilance délivrée par l URSSAF mentionnant le respect des obligations de déclaration et de paiement des cotisations sociales et en vérifier la validité sur le site de l URSSAF via le numéro de sécurité stipulé sur le document. 23

24 PIQURE DE RAPPEL Sous-traitance : bref rappel Conséquences A défaut de vérification : condamnation solidaire du donneur d ordre à régler les cotisations de sécurité sociale du sous-traitant ; annulation de toutes les exonérations et réductions de cotisations du donneur d ordre. 24

25 II Régime Auto-entrepreneur Au sommaire 1. Régime Auto-entrepreneur 2. Les activités exclues 3. Ce qui change au 1 er janvier

26 II Régime Auto-entrepreneur Partie 1 Régime Auto-Entrepreneur 26

27 II Régime Auto-entrepreneur 1.1 La Forme Entreprise individuelle et relever du RSI ou CIPAV Peut bénéficier du statut de l EIRL = faire la déclaration d affectation du patrimoine 1.2 Les seuils Le chiffre d affaires ne doit pas dépasser pour une année civile complète en 2015 : euros pour une activité de vente de marchandises, d objets, de fournitures, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou pour des prestations d hébergement ; euros pour les prestations de services relevant de la catégorie des BIC ou BNC et pour la location de locaux d habitation meublés. 27

28 II Régime Auto-entrepreneur Fiscalité L entreprise est en franchise de TVA ; Elle ne peut déduire aucune charge ; La Cotisation Foncière des entreprises est exonérée la première année seulement en déposant la déclaration 1447SD avant le 31/12 de l année de début d activité. De plus, lors de la première année d imposition, si chiffre d affaires ou recette inférieur à euros, réduction de moitié de la base d imposition avec une base minimum de 500 euros. 28

29 II Régime Auto-entrepreneur Partie 2 Les activités exclues 29

30 II Régime Auto-entrepreneur Les activités exclues relevant de la TVA immobilière (marchands de biens, lotisseurs, agents immobiliers ) ; les locations d immeubles nus à usage professionnel ; certaines activités commerciales ou non commerciales comme la location de matériels et de biens de consommation durable. NB : Le régime d Auto-entrepreneur ne peut pas être choisi lorsque l activité est exercée dans le cadre d un lien de subordination pour laquelle seul le salariat doit être retenu. 30

31 II Régime Auto-entrepreneur Partie 3 Ce qui change au 1 er janvier

32 II Régime Auto-entrepreneur Changement au 1 er janvier 2015 Obtention d une qualification ou d une expérience professionnelle pour certaines activités ; inscription au Registre des Métiers ou au Registre du Commerce mais exonération des frais d immatriculation. Pour les Auto-entrepreneurs déjà en activité, régularisation de l inscription avant le 19 décembre 2015 ; ouverture d un compte bancaire dédié à l activité ; les activités artisanales sont soumises au stage préalable à l installation (SPI) ; pour les nouveaux inscrits qui auront réalisé un chiffre d affaires en 2015 => paiement d une taxe pour frais de chambre (métiers ou du commerce) en Pour ceux qui ont réalisé un chiffre d affaires en 2014, paiement de la taxe en 2015 ;. 32

33 II Régime Auto-entrepreneur Changement au 1 er janvier 2015 sortie du dispositif si absence de chiffre d affaires pendant 24 mois civils ou 8 trimestres civils consécutifs ; certaines activités (bâtiment notamment) ont l obligation d avoir une assurance décennale (se rapprocher des organismes consulaires) ; l assurance responsabilité civile n est pas obligatoire mais très fortement conseillée car l Auto-entrepreneur reste responsable des dommages causés par lui-même dans le cadre de son activité professionnelle. 33

34 LA FIDUCIAIRE PARISIENNE VOUS REMERCIE DE VOTRE ATTENTION

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés Livret fiscal du créateur d entreprise Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés Mars 2012 Régime micro BIC Régime d'imposition de plein droit des entreprises individuelles dont le

Plus en détail

LES DECLARATIONS LES RELATIONS AVEC L ADMINISTRATION FISCALE ET LES ORGANISMES SOCIAUX

LES DECLARATIONS LES RELATIONS AVEC L ADMINISTRATION FISCALE ET LES ORGANISMES SOCIAUX LES DECLARATIONS LES RELATIONS AVEC L ADMINISTRATION FISCALE ET LES ORGANISMES SOCIAUX SOMMAIRE GENERALITES... 2 LE REGIME ENTREPRISE ET LA TVA... 3 LES OPERATIONS IMPOSABLES ET NON IMPOSABLES... 4 LA

Plus en détail

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise MICRO ENTREPRISE 06/01/2011 La micro-entreprise n'est pas une structure juridique en soi mais un simple régime fiscal applicable, dans certaines conditions, aux entreprises individuelles. Les bénéfices

Plus en détail

1. QUI PEUT BÉNÉFICIER DU RÉGIME AUTO-ENTREPRENEUR?

1. QUI PEUT BÉNÉFICIER DU RÉGIME AUTO-ENTREPRENEUR? LE RÉGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR IMPORTANT Le fonctionnement du régime auto-entrepreneur a changé le 1er janvier 2015. Globalement, le régime garde ses caractéristiques principales : les cotisations sociales

Plus en détail

- Loi de finances pour 2015

- Loi de finances pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2015 Loi n 20141654 du 29 décembre 2014, Journal officiel du 29 décembre 2014 2ème loi de finances rectificative pour 2014 Loi

Plus en détail

Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA

Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA Section 1 : Les règles générales communes à toutes les entreprises I) Les déclarations Le type de déclaration à déposer, ainsi que la périodicité dépendent

Plus en détail

DocPratic n 173 19/12/2012. Quelle est la durée minimale de travail dans le cadre du contrat CUI-CIE?

DocPratic n 173 19/12/2012. Quelle est la durée minimale de travail dans le cadre du contrat CUI-CIE? DocPratic n 173 19/12/2012 Quelle est la durée minimale de travail dans le cadre du contrat CUI-CIE Que faire si le gérant ne peut pas tenir l assemblée générale d approbation des comptes à la date initialement

Plus en détail

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon La Lois de Finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013, amputée des dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel. Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels téléprocédures des professionnels Fiche technique Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et de payer les principaux impôts en utilisant des

Plus en détail

Janvier 2016, l auto-entrepreneur change de nom et devient le micro-entrepreneur.

Janvier 2016, l auto-entrepreneur change de nom et devient le micro-entrepreneur. Le régime micro-entrepreneur (auto-entrepreneur) À jour au 1 er janvier 2016 Le point sur ( ) Janvier 2016, l auto-entrepreneur change de nom et devient le micro-entrepreneur. activité déclarée sous le

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

N 2015 / 007 09 / 03 / 2015

N 2015 / 007 09 / 03 / 2015 N 2015 / 007 09 / 03 / 2015 Origine : Direction du Recouvrement Contact : Sous-Direction du Recouvrement Réseau Pôle juridique et réglementaire A : Mmes et MM les Directeurs Mmes et MM les Agents comptables

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels téléprocédures des professionnels Fiche technique Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et de payer les principaux impôts en utilisant des

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2016

NOTE D INFORMATION. Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2016 NOTE D INFORMATION Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent dès la réalisation de la déclaration sociale des indépendants

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

PRÉFET DE LA MARTINIQUE. Dossier de presse. Remise du premier préfinancement bancaire du Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi

PRÉFET DE LA MARTINIQUE. Dossier de presse. Remise du premier préfinancement bancaire du Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi PRÉFET DE LA MARTINIQUE Cabinet du Préfet Bureau de la communication interministérielle Dossier de presse Fort-de-France, le 16 mai 2013 Remise du premier préfinancement bancaire du Crédit d Impôt pour

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 G-1-09 N 2 du 5 JANVIER 2009 REGIMES D IMPOSITION REGIME DES MICRO-ENTREPRISES ARTICLE 49 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR

Plus en détail

Le micro-entrepreneur

Le micro-entrepreneur Artisans, commerçants et professionnels libéraux Le micro-entrepreneur Édition janvier 2016 Sommaire 04 Les principes Qui peut devenir micro-entrepreneur? p 4 Avec quelles limites de chiffre d affaires?

Plus en détail

L auto-entrepreneur. Les éléments clés 13/11/14 2

L auto-entrepreneur. Les éléments clés 13/11/14 2 13/11/14 1 L auto-entrepreneur Les éléments clés 13/11/14 2 Hervé ROBERT CMAR BN INTERVENANTS Maître BARUFFOLO Avocat 13/11/14 3 Sommaire Les conditions d accès au régime Les formalités de déclaration

Plus en détail

Les téléprocédures fiscales : c est quoi?

Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Fiche technique téléprocédures des professionnels Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et de payer les principaux impôts en utilisant des

Plus en détail

LA MICRO-ENTREPRISE. Les éléments clés. 19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN

LA MICRO-ENTREPRISE. Les éléments clés. 19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LA MICRO-ENTREPRISE Les éléments clés INTERVENANT Stéphane HERVE CMAR BN SOMMAIRE Les conditions d accès au régime Les formalités de déclaration Les principes du régime de la micro-entreprise Les principes

Plus en détail

Les réformes fiscales et sociales QUOI DE NEUF EN 2015?

Les réformes fiscales et sociales QUOI DE NEUF EN 2015? QUOI DE NEUF EN 2015? Mars 2015 Au sommaire 1. La TVA : quels sont les changements? 2. Quels sont les nouveautés sur le RSI? 3. Faut-il passer en SAS? 4. Nouvelle fiscalité du particulier? 5. Quel régime

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail

A tualité é f iscale e s ociale e e t e juridique 2013 2014

A tualité é f iscale e s ociale e e t e juridique 2013 2014 Actualité fiscale sociale et juridique 2013 2014 ACTU Fiscale : entreprises Changements de taux de TVA au 1er janvier 2014 5.5 % -> 5% et finalement reste à 5.5% 7 % -> 10% 19.6% -> 20 % 2 ACTU Fiscale

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

N 2015 / 006 03/03/2015

N 2015 / 006 03/03/2015 N 2015 / 006 03/03/2015 Origine : Direction du Recouvrement Contact : Sous-Direction du Recouvrement Réseau Pôle juridique et réglementaire Annexes : 1- Tableau de concordance textes / articles du CSS

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015 Les salaires minima applicables à compter du 1 er novembre 2015 CCN n 3241 En résumé : L avenant n 22 sur les salaires minima signé le 16 avril 2015 est applicable à partir du 1 er novembre 2015, pour

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014

LOI DE FINANCES POUR 2014 Note d information du mois de Janvier 2014 Nous vous adressons tous nos vœux de santé, bonheur et prospérité LOI DE FINANCES POUR 2014 FISCALITE DES PARTICULIERS Revalorisation des tranches du barème d

Plus en détail

EXPLICATIONS JURIDIQUES CONSEILLERS

EXPLICATIONS JURIDIQUES CONSEILLERS EXPLICATIONS JURIDIQUES CONSEILLERS 2 SOMMAIRE Votre statut...04 à 06 a. Le portage salarial b. L agent commercial c. Contrat VDI L activité VEFA IMMO NEUF est une activité officielle, le Conseiller VEFA

Plus en détail

Échéancier. 17 Obligations fiscales MARDI 5 MAI 2015

Échéancier. 17 Obligations fiscales MARDI 5 MAI 2015 17 Obligations fiscales MARDI 5 MAI 2015 Contribuables relevant des BIC : Entreprises relevant du régime réel normal ou simplifié (quelle que soit la date de clôture de l exercice 2014) : déclaration des

Plus en détail

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche?

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Salon Micro entreprise Octobre 2015 Le régime auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

MENTIONS OBLIGATOIRES... FISCAL... SOCIAL... LES INDICES...p. 4

MENTIONS OBLIGATOIRES... FISCAL... SOCIAL... LES INDICES...p. 4 Avril 2013 Votre réussite, notre satisfaction Bureau de Belleville : Bureau de Vonnas Bureau de Trevoux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du clos 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants :

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : DIRECCTE-LR L EFFET DU LOGIS BOUTIQUE DE GESTION ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002

NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002 NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002 I. Charges sur salaires au 01/01/2002. A. Sécurité sociale 1) Taux et plafond Mis à part les cotisations d accidents du travail, dont le taux est révisé annuellement,

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE 09/09/09 LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE fiches pratiques SOMMAIRE introduction le cumul emploi-retraite dans le régime général de la sécurité sociale 1. Conditions d ouverture du droit au cumul

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels téléprocédures des professionnels Fiche technique Les téléprocédures fiscales : qu'est-ce que c'est? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et payer les principaux impôts en utilisant

Plus en détail

FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES PRECAUTIONS A PRENDRE-

FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES PRECAUTIONS A PRENDRE- MISE EN PLACE ADMINISTRATIVE Le Puy en Velay, le 18 novembre 2015 Afin de vous aider à prendre connaissance des obligations qui vous incombent en qualité de chef d entreprise, nous avons repris ci-dessous

Plus en détail

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003)

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) Flash fiscal et juridique n 755 page 1 LOI DE FINANCES POUR 2004 (Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) 1. IMPOT SUR LE REVENU (Règles générales) Barème d imposition pour 2003

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels téléprocédures des professionnels Fiche technique Les téléprocédures fiscales : qu'est-ce que c'est? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et payer les principaux impôts en utilisant

Plus en détail

Le dispositif. Statut de l auto-entrepreneur

Le dispositif. Statut de l auto-entrepreneur L auto-entrepreneur L auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration et paiement Les cumuls avec d autres exonérations La protection sociale

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-066

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-066 MONTREUIL, le 28/07/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-066 OBJET : Contrat d appui au projet d entreprise pour la création ou la reprise

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Présentation de la loi Bouvard 11 % sur 9 ans

Présentation de la loi Bouvard 11 % sur 9 ans Présentation de la loi Bouvard 11 % sur 9 ans Pour les contribuables qui payent entre 1.000 et 5.000 d impôt sur le revenu par an, le dispositif Bouvard 11 % sur 9 ans est la version «avec réduction d

Plus en détail

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR www.notaires.paris-idf.fr L ENTREPRENEUR Le notaire a toujours été le conseil privilégié de l entrepreneur. Il apporte une aide à tous les stades de la vie de l entreprise :

Plus en détail

FRANCE GESTION. Commerçants et Artisans. CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables

FRANCE GESTION. Commerçants et Artisans. CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables FRANCE GESTION Commerçants et Artisans CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables Centre de gestion agréé par l administration fiscale A été créé à l initiative de membres de

Plus en détail

LA TAXE SUR LES SALAIRES

LA TAXE SUR LES SALAIRES SOURCES : Code Général des Impôts AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une simple information donnée à titre purement indicatif. Leur utilisation, à quelque titre

Plus en détail

Comparatif entre contrat d apprentissage et contrat de professionnalisation

Comparatif entre contrat d apprentissage et contrat de professionnalisation Comparatif entre d apprentissage et de professionnalisation Références juridiques Contrat de professionnalisation Articles L 6324-5 et 2 et L6325-1, et suivants du code du travail Contrat d apprentissage

Plus en détail

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION : LE GUIDE

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION : LE GUIDE PROFESSIONNALISATION : LE GUIDE Toutes les infos essentielles pour préparer son alternance à l Université de Bourgogne Les aspects juridiques Les aspects pédagogiques Les aspects financiers Les aspects

Plus en détail

Fiche pratique Questions-réponses sur le statut de l auto-entrepreneur

Fiche pratique Questions-réponses sur le statut de l auto-entrepreneur Fiche pratique Questions-réponses sur le statut de l auto-entrepreneur Adie Conseil Fiches pratiques Introduction 1 Qu est ce qu un auto-entrepreneur? L auto-entrepreneur est une personne physique (et

Plus en détail

Cessation d activité. Cessation d activité : les procédures à suivre

Cessation d activité. Cessation d activité : les procédures à suivre Cessation d activité Cessation d activité : les procédures à suivre Adie Conseil Cessation d activité Introduction Cette fiche récapitule les formalités de cessation pour les cas les plus fréquemment rencontrés

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE. Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI. de finances rectificative pour 2011.

ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE. Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI. de finances rectificative pour 2011. 193 SÉNAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011. (Texte

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE / AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE / FISCAL Date : 24/04/2009 N Juridique : 21.09 N Affaires sociales : 22.09 N Fiscal : 15.09

Plus en détail

Versement de transport

Versement de transport les infos DAS - n 084 28 juillet 2015 Versement de transport Objectif : financer les transports en commun. Public : les entreprises de plus de 9 salariés en région parisienne ou dans le périmètre d une

Plus en détail

Le Statut de l Auto-entrepreneur Novembre 2013

Le Statut de l Auto-entrepreneur Novembre 2013 Le Statut de l Auto-entrepreneur Novembre 2013 L auto-entrepreneur- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Seuils du statut 5 Régime social Taux de cotisation 8 Validation des trimestres de retraite 9 Taux

Plus en détail

Quel régime pour mon entreprise? Micro-social et réél simplifié

Quel régime pour mon entreprise? Micro-social et réél simplifié Jeudi 6 novembre 2014 Quel régime pour mon entreprise? Micro-social et réél simplifié organisé par avec le soutien de Lucile BERTHAULT-CLAVIER organisé par avec le soutien de La première question Avant

Plus en détail

S12b I CONDITIONS D ACCES AU STATUT

S12b I CONDITIONS D ACCES AU STATUT S12b (Loi 2005-882 du 2 Août 2005 et décret 2006-966 du 1 er août 2006) Entrée en vigueur le 4 AOUT 2006 Modifiés par article 16 de la Loi de Modernisation de l Economie du 04/08/08 Application : dès le

Plus en détail

CONTRAT D APPRENTISSAGE LE GUIDE

CONTRAT D APPRENTISSAGE LE GUIDE CONTRAT D APPRENTISSAGE LE GUIDE Toutes les informations essentielles pour préparer son alternance à l IAE Toulouse Aspects juridiques Aspects pédagogiques Aspects financiers Aspects administratifs ASPECTS

Plus en détail

ASSURANCE COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE DES SALARIES NON CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE RELEVANT DE L ACCORD NATIONAL DU 10 JUIN 2008 GUIDE EMPLOYEUR

ASSURANCE COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE DES SALARIES NON CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE RELEVANT DE L ACCORD NATIONAL DU 10 JUIN 2008 GUIDE EMPLOYEUR ASSURANCE COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE DES SALARIES NON CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE RELEVANT DE L ACCORD NATIONAL DU 10 JUIN 2008 GUIDE EMPLOYEUR Janvier 2014 Votre site dédié: www.anips.fr Votre plate

Plus en détail

Calculer la réduction Fillon

Calculer la réduction Fillon Calculer les exonérations de charges Calculer la réduction Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

Demande d aide à l embauche d un APPRENTI SUPPLÉmentaire dans une entreprise de moins de 50 salariés

Demande d aide à l embauche d un APPRENTI SUPPLÉmentaire dans une entreprise de moins de 50 salariés Demande d aide à l embauche d un APPRENTI SUPPLÉmentaire dans une entreprise de moins de 50 salariés Feuillet à adresser à Pôle emploi services - TSA 10125-92891 NANTERRE CEDEX 9 Employeur Aide entreprise

Plus en détail

Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet?

Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet? Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet? JEUDI 15 SEPTEMBRE 2011 87 boulevard de Courcelles 75008

Plus en détail

3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises

3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises 3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises La 3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 (LFR3 2012) a été promulguée après examen du Conseil Constitutionnel.

Plus en détail

Les récents ajustements, d origines légales et jurisprudentielles, apportés à ce régime révèlent sa subtilité.

Les récents ajustements, d origines légales et jurisprudentielles, apportés à ce régime révèlent sa subtilité. Publié le 20.04.2015 "Le régime "mère-fille" a récemment fait l objet de plusieurs ajustements qui méritent attention", estiment Claire Guionnet-Moalic et Arnaud Bonnard, avocats au cabinet ORSAY. Par

Plus en détail

Cas de non-assujettissement ou d exonération de CSG

Cas de non-assujettissement ou d exonération de CSG Cas de non-assujettissement ou d exonération de CSG NOTA : Sauf mention contraire, l exclusion de l assiette de la CSG entraîne exclusion de l assiette de la CRDS. I Revenus d activité A - L assiette de

Plus en détail

LOI DE FINANCES 2014 ACTUALITES FISCALES

LOI DE FINANCES 2014 ACTUALITES FISCALES LOI DE FINANCES 2014 ET ACTUALITES FISCALES 2 Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) - prévu par l'article 66 de la loi de finances rectificative pour 2012 (article 244 quater C du CGI) - destiné à

Plus en détail

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble»

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» IMPôTS LE REGIME PARTICULIER DES ASSISTANTS FAMILIAUX Siège Social sans permanence: 20

Plus en détail

MARS 2015 - DIJON - Jean-Pierre MASSON. L auto-entrepreneur

MARS 2015 - DIJON - Jean-Pierre MASSON. L auto-entrepreneur L auto-entrepreneur Qu'est-ce qu'un auto-entrepreneur? C'est une personne physique qui souhaite créer une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale, à titre

Plus en détail

La poursuite d activité au-delà de 60 ans. Surcote, retraite progressive, cumul emploi-retraite,...

La poursuite d activité au-delà de 60 ans. Surcote, retraite progressive, cumul emploi-retraite,... La poursuite d activité au-delà de 60 ans Surcote, retraite progressive, cumul emploi-retraite,... Sachez que pour votre retraite, vous avez le choix Ainsi, grâce aux nouvelles mesures «emploi des seniors»*,

Plus en détail

Conditions générales de vente auprès des particuliers de vente et d utilisation du bon cadeau de vente des ateliers sur mesure

Conditions générales de vente auprès des particuliers de vente et d utilisation du bon cadeau de vente des ateliers sur mesure Conditions générales de vente auprès des particuliers de vente et d utilisation du bon cadeau de vente des ateliers sur mesure Conditions Générales de Vente auprès des particuliers Article 1- Objet : Balade

Plus en détail

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008.

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. J28 Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. Le statut de l auto entrepreneur : L article 8 de la Loi institue le

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Flash infos sociales Mars 2015

Flash infos sociales Mars 2015 Flash infos sociales Mars 2015 cumul emploi-retraite L e cumul emploi-retraite permet, aux personnes déjà à la retraite, d augmenter leurs revenus en reprenant une activité professionnelle. Le cumul intégral

Plus en détail

Le Contrat d Apprentissage

Le Contrat d Apprentissage Le Contrat d Apprentissage Dans le cadre des mesures d'exonération en faveur de l'emploi vous pouvez embaucher, un jeune sous certaines conditions avec un contrat d'apprentissage. Quel contrat? Le contrat

Plus en détail

ETT : le contrat à durée indéterminée intérimaire

ETT : le contrat à durée indéterminée intérimaire Fiche pratique ETT : le contrat à durée indéterminée intérimaire Boite à outils - Juridique Cette note a pour objet de présenter le contrat à durée indéterminée intérimaire. Pour rappel, l article 4 de

Plus en détail

Expert et Indépendance

Expert et Indépendance Expert et Indépendance RSI Pays de la Loire - 44952 Nantes Cedex 9 www.rsi.fr/contact ou pour les experts comptables : expertscomptables@paysdelaloire.rsi.fr Numéro 16 04 octobre 2013 Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Le Guide de l Auto-Entrepreneur

Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le statut d auto-entrepreneur en bref Créé en 2009, le statut d auto-entrepreneur permet la création d une entreprise simplifiée (régime social et fiscal, formalités, exonération

Plus en détail

Cette loi de finances a élargi l application du régime fiscal des sièges régionaux ou internationaux

Cette loi de finances a élargi l application du régime fiscal des sièges régionaux ou internationaux Les mesures fiscales introduites par la loi de finances 2015 s inscrivent dans le cadre des orientations du Gouvernement et de la mise en œuvre des recommandations des Assises Nationales sur la Fiscalité

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels Fiche technique téléprocédures des professionnels Les téléprocédures fiscales : c'est quoi? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et payer les principaux impôts en utilisant des

Plus en détail

EMPLOYEURS. L Assédic accompagne les chômeurs créateurs ou repreneurs d entreprise

EMPLOYEURS. L Assédic accompagne les chômeurs créateurs ou repreneurs d entreprise EMPLOYEURS NOTICE DAJ 825 JANVIER 2006 L Assédic accompagne les chômeurs créateurs ou repreneurs d entreprise Sommaire Votre situation Vous percevez l allocation d aide au retour à l emploi et vous créez

Plus en détail

Impôt sur les sociétés Nouveaux imprimés 2571 et 2572

Impôt sur les sociétés Nouveaux imprimés 2571 et 2572 Impôt sur les sociétés Nouveaux imprimés 2571 et 2572 Les nouveaux millésimes 2007 des imprimés fiscaux au titre du relevé d acompte (imprimé n 2571) et du relevé de solde (imprimé n 2572) sont arrivés.

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

ARTICLES DE LOI RELATIFS AUX SANCTIONS ENCOURUES EN CAS DE RETARD OU DE NON-INTRODUCTION DE DOCUMENTS

ARTICLES DE LOI RELATIFS AUX SANCTIONS ENCOURUES EN CAS DE RETARD OU DE NON-INTRODUCTION DE DOCUMENTS ARTICLES DE LOI RELATIFS AUX SANCTIONS ENCOURUES EN CAS DE RETARD OU DE NON-INTRODUCTION DE DOCUMENTS Le présent document a été conçu dans le but de pouvoir retrouver facilement les articles de loi nécessaires

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Direction de la sécurité sociale Sous-direction

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

2013-685 DC - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013

2013-685 DC - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013 - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013 Loi de finances pour 2014 Article 11 : Incitation à la reconstitution des titres de propriété des biens indivis I. Dans sa rédaction issue

Plus en détail

Réforme des retraites Faites les bons choix Décembre 2010 Objectifs de l interventionl 1 Bâtir une stratégie retraite cohérente 2 La réforme des retraites Les sommes en jeu, Le déficit annoncés Analyse

Plus en détail

Aide entreprise. Employeur. Salarié

Aide entreprise. Employeur. Salarié Employeur Entreprise (raison sociale) : Nom du responsable du dossier à contacter : Adresse (numéro et nom de rue) : Commune de l entreprise : Code postal : Tél.: Courriel : N SIRET : Code APE/ NAF : N

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES ET PARTICULIERES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES ET PARTICULIERES DE VENTE CONDITIONS GENERALES ET PARTICULIERES DE VENTE 1 -Conditions générales de vente (CGV) 1-1 Application Les présentes CGV s appliquent aux opérations de ventes conclues par l hôtel VAL-VIGNES avec des clients

Plus en détail

CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014

CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 N 17 FISCAL n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 janvier 2014 ISSN 1769-4000 CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 L essentiel : Pour

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes. Titre centré, en CAP et bdc en Eurostile et en gras

La protection sociale des professions indépendantes. Titre centré, en CAP et bdc en Eurostile et en gras La protection sociale des professions indépendantes Titre centré, en CAP et bdc en Eurostile et en gras Visuel titre 1 La protection sociale LES 3 GRANDS REGIMES DE PROTECTION SOCIALE Pour les salariés

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Projet. de loi de finances pour 2000. Imposition des plus-values

Projet. de loi de finances pour 2000. Imposition des plus-values Projet de loi de finances pour 2000 Imposition des plus-values PLF 2000 Imposition des plus-values 3 Rapport sur l imposition des plus-values PLF 2000 Imposition des plus-values 5 Aux termes de l article

Plus en détail

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation France Souscripteur d un contrat d assurance vie ou de capitalisation auprès de notre Compagnie d assurance au Luxembourg, vous vous interrogez

Plus en détail

REGIME FISCAL DE LA MICRO ENTREPRISE

REGIME FISCAL DE LA MICRO ENTREPRISE REGIME FISCAL DE LA MICRO ENTREPRISE Ce document ne présente que les principes du régime fiscal de la micro-entreprise que peuvent choisir les entrepreneurs individuels. D'un point de vue social, les micro-entrepreneurs

Plus en détail