Positionnement par satellite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Positionnement par satellite"

Transcription

1 Positionnement par satellite Atelier disciplinaire de Sciences Physiques Université d été 2010 CNES Gilles Tavernier, CNES Lucien Brault, Education nationale, Physique-Chimie Présentation de la problématique Le principe du positionnement sera présenté. Il consiste à déterminer la position d un objet fixe ou mobile par rapport à un repère terrestre. Cette position est définie par des coordonnées angulaires : latitude, longitude et par l altitude. Historique L aspect historique sera abordé : détermination de la latitude et de la longitude au sextant dans la Marine, détermination à Terre de l altitude, par mesure de la pression. Présentation des apports des techniques spatiales Les satellites ont remplacé les points de repère que constituaient le soleil, la lune et les étoiles en apportant des améliorations importantes en terme de visibilité et de couverture, tant géographique que temporelle. Selon leur principe de fonctionnement, les systèmes spatiaux permettent la localisation (mesure ascendante) qui répond à la question : «où est-il?» ou la navigation (mesure descendante) qui répond à la question : «où suis-je?». Deux techniques de mesure sont utilisées : Doppler = mesure de vitesse radiale. Délai de propagation = distance. Les différents systèmes et leurs applications Transit GPS et ses cousins Glonass et Galliléo Argos SARSAT-COSPAS Doris. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 1

2 Activités Pratiques L effet doppler (expérience de mise en évidence) Visibilité des satellites porteurs du système Argos (à l aide du logiciel solstice). Etude de la visibilité des satellites GPS. Ce sujet permet d aboutir à des séquences pédagogiques aussi bien en sciences physiques qu en mathématiques. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 2

3 I - Position du problème Le problème est de déterminer la position d un objet (homme, animal, véhicule de toute nature, à la surface de la Terre ou dans son voisinage. L une des difficultés est liée à la forme de la Terre, en première approximation une sphère aplatie aux pôles (rayon équatorial : 6378 km, rayon polaire : 6357 km) Du point de vue pratique, les coordonnées géographiques utilisées sont : La latitude correspond au parallèle du lieu, 0 à l équateur, -90 à +90 du pôle sud au pôle nord. La longitude est celle du méridien, et varie de 0 (méridien de Greenwich) à 360 ou de -180 à 180 selon les ouvrages. L altitude est mesurée par rapport au géoïde. La Terre étant aplatie aux pôles, les cartes terrestres sont réalisées en approximant la Terre à un ellipsoïde. L ellipsoïde de référence choisi pour une carte varie selon la région cartographiée. Pour l Europe, il s agit en général de l ellipsoïde WG84 Quelques remarques à propos de la latitude La latitude géodésique ou géographique est l'angle que fait la normale à l'ellipsoïde de référence avec le plan équatorial. C'est la latitude de la plupart des cartes. La latitude géocentrique est l'angle que fait une droite menée du centre de la Terre avec le plan équatorial. Elle est surtout employée en astronomie. Elle peut s'écarter de la précédente de plusieurs minutes d'arc! La latitude astronomique est l'angle que fait la verticale du lieu avec le plan équatorial. C'est elle que l'on peut mesurer directement à partir d'observations (navigation astronomique, nivellement topographique). APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 3

4 II - Un peu d histoire Les premiers navigateurs de l histoire étaient contraints de rester en regard des cotes, sous peine d être perdus en mer. Pour être capable de s en éloigner, il a fallu attendre de savoir se repérer à la surface de la Terre. La latitude est celle du parallèle et grandit au fur et à mesure qu on s éloigne de l équateur. Elle utilise comme référence la direction de l axe des pôles, qui peut être matérialisée par une étoile fixe proche de cet axe (étoile polaire, étoile de la Petite Ourse dans l hémisphère nord ou La Croix du Sud dans l hémisphère sud)). Dans l approximation d une Terre sphérique, il suffit de déterminer la hauteur (angle entre l horizontale du lieu et la direction de l étoile) de l axe des pôles, matérialisée par une étoile fixe proche de cet axe (étoile polaire, étoile de la Petite Ourse). Il est aussi possible d utiliser la hauteur du soleil au zénith, au moment ou il passe par le méridien (en tenant compte de la saison) La longitude correspond au décalage horaire entre un lieu de référence (Greenwich, ou Paris dans la Marine française jusqu en 1884) et le lieu considéré. Un décalage de 1 heure correspond à 360/24 = 15. On embarquait donc à bord des navires des horloges aussi précises que possibles, réglées sur l heure de référence. La comparaison entre l heure locale (midi lorsque le soleil passe par le plan du méridien) et l heure de référence embarquée permet de connaître la longitude : Sachant que la Terre effectue une rotation complète (360 ) en un peu moins de 24h (en toute rigueur un jour sidéral, soit 23 h ), un retard de 1 h correspond sensiblement à un décalage vers l ouest de 360/24 = 15. Deux instruments étaient donc essentiels dans la marine : Le sextant, pour la détermination des hauteurs (angles sur l horizon) des astres, L horloge embarquée remplacée à partir du début du XX e par un signal radio, qui permettait d estimer sa longitude. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 4

5 Cette carte ancienne illustre les difficultés liées à un positionnement correct Carte de la méditerranée du II e siècle avant JC, reconstitution A noter : les erreurs en latitude sont relativement faibles mais des écarts très importants en longitude, liés à la difficulté de transporter l heure de référence Les progrès de la mesure des longitudes sont d ailleurs venus avec les progrès des horloges APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 5

6 III - Les techniques spatiales et le positionnement 1. Visibilité des satellites Les satellites artificiels peuvent être utilisés pour aider au positionnement à condition d être «visible» de l objet à positionner La «visibilité» d un satellite (ou de l objet à positionner) résulte du fait que les messages sont véhiculés par des ondes électromagnétiques qui se propagent approximativement en ligne droite. Il est nécessaire que le satellite se trouve au dessus de l horizon. La couverture géographique correspond à l ensemble des points de la Terre qui peuvent être en visibilité. Une couverture de l ensemble du globe nécessite des satellites en orbites polaires ou quasi polaires. Un satellite unique en orbite géostationnaire n assure la couverture que d un peu moins de la moitié du globe. La couverture dans le temps peut être intermittente (exemple : Argos) ou permanente (exemple GPS) selon le nombre de satellites et la géométrie des orbites. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 6

7 2. Principe du positionnement Pour déterminer la position d un utilisateur, il faut : Connaître la position du satellite Réaliser une mesure entre le satellite et l utilisateur (temps de propagation, Doppler, ) Avoir accès au temps de référence du système De nombreux systèmes ont été développés selon la même structure à trois segments : Segment utilisateur : émetteurs ou récepteurs à localiser. Segment spatial : satellites émetteurs / récepteurs. Segment de contrôle : calcule les positions (éphémérides) des satellites et définit le temps de référence du système 3. Systèmes descendants et ascendants. On parle de système ascendant lorsque les utilisateurs sont équipés d émetteur envoient un signal aux satellites, qui les enregistre et retransmet pour traitement. Les satellites enregistrent la mesure et les données Le segment utilisateur est constitué d émetteurs. On parle de système descendant lorsque les utilisateurs sont équipés de récepteurs qui reçoivent les signaux des satellites et en assure le traitement. Le segment spatial est constitué des satellites qui émettent un signal incluant leur position Le segment utilisateur reçoit le signal du satellite et calcule lui-même sa position à partir de la position du satellite et d une mesure (Doppler, pseudo-distance, phase ) Le segment de contrôle transmet les positions (éphémérides) des satellites. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 7

8 Navigation et Géolocalisation Un système de navigation a pour objectif de permettre à l utilisateur (porteur du récepteur) de connaître sa position, et par suite de décider du chemin à prendre selon sa destination. Les systèmes descendants sont bien adaptés à la navigation. Notons qu avec un système descendant, la position est connue par le porteur du récepteur et par lui seulement! Cela ne permet donc pas aux autres de connaître la position de l utilisateur. Citons comme exemples Transit (exemple historique), GPS, Glonass, Galileo. La géolocalisation a pour objectif de positionner un objet (animal, objet, véhicule ) équipé d un émetteur et de permettre à l utilisateur distant de connaître cette position. L émetteur permet par ailleurs de transmettre des informations variées (autre que purement géographiques) et permet ainsi une collecte de données à distance. Les systèmes ascendants répondent à cette problématique. Citons comme exemples Argos, Cospas-Sarsat, Doris 5. Deux techniques de mesure Mesures Doppler L effet Doppler est un décalage entre la fréquence de l onde émise par un émetteur et celle perçue par un récepteur, lorsque l émetteur et le récepteurs sont en mouvement l un par rapport à l autre. Il se produit aussi bien avec les ondes sonores qu avec les ondes électromagnétiques (lumière, ondes radar ). Sa manifestation la plus connue est le décalage de la hauteur d un son vers les sons aigus lorsque l émetteur se rapproche du récepteur, vers les sons graves lorsque l émetteur s éloigne du récepteur. Les amateurs de course automobile connaissent cet aspect. Dans notre problème, l objet à positionner dispose d un émetteur d onde électromagnétique réglé à la fréquence f o et le récepteur à bord du satellite reçoit cette onde. Il compare la fréquence reçue à cette d un oscillateur embarqué, théoriquement à la même fréquence que celle de l émetteur. v Orbite du satellite v // Emetteur Le décalage en fréquence est donnée par f r : fréquence reçue par le récepteur f r = f o * (1 v // f o : fréquence émise par l émetteur c ) + df v r : vitesse de rapprochement apparente émetteur-récepteur v (géométrique + propagation + effets propagation) // = v r. cos( ) c : célérité des ondes. df : décalage des fréquences de référence émetteur/récepteur Une valeur particulière du décalage correspond donc à une valeur de la composante longitudinale v // de la vitesse relative, donc à une valeur de l angle entre la direction de la vitesse du satellite (tangente) et celle de la direction émetteur-satellite. Pour un signal reçu, on peut donc calculer l ensemble des positions possibles de l émetteur, comme intersection entre un cône d angle et la surface de la Terre (une sphère). Cela ne suffit pas. Il faut attendre la réception d autres signaux pour préciser la position de l émetteur (qui est alors sur l intersection de plusieurs courbes), en supposant que l émetteur se déplace peu dans le même temps APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 8

9 Mesure de distance Ici, le satellite embarque un émetteur d onde électromagnétique et le signal est reçu après un délai par le récepteur. La distance émeteur-récepteur est directement liée à la durée de propagation du signal électromagnétique : d = c * t = r 2 (t o + t) r 1 (t o ) avec t o : date à laquelle le signal quitte l'émetteur t o + t : date à laquelle le signal atteint le récepteur r 1 : position émetteur, r 2 : position récepteur La connaissance de cette distance permet de placer le récepteur sur une sphère de centre le satellite porteur de l émetteur. En réalité, pour précision de l ordre de quelques mètres, il convient de tenir compte de la présence de l atmosphère qui modifie faiblement la célérité des ondes et leur chemin. En pratique, on utilise plusieurs signaux à des fréquences différentes dans ce but. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 9

10 IV Principaux systèmes 1. Transit (Navigation) Il s agit d un système militaire américain de navigation ( ) Fréquences radio : 150 MHz et 400 MHz Constellation de 6 satellites : 1100 km, orbite polaire Une quarantaine de satellites lancés de1959 et 1988 Principe : décalage Doppler, trajet descendant Émetteurs : satellites de position connue Récepteurs : jusqu à utilisateurs Visibilités intermittentes Couverture mondiale Précision : 200 à 300 m (1 seul passage) Accès libre et gratuit 2. GPS (Navigation) Système militaire américain de navigation (depuis 1995) Fréquences radio : 1227,60 MHz et 1575,42 MHz Constellation de 24 (32) satellites : km, inclinaison : satellites lancés depuis 1989 (15/03/08) Principe : mesure de temps, trajet descendant Émetteurs : satellites de position connue Récepteurs : plusieurs dizaines de millions Visibilités permanentes Couverture mondiale Précision : 10 m à 1 cm selon le cas. Accès libre et gratuit Chaque satellite génère en fonction du temps un code binaire pseudo aléatoire «C/A» qui lui est propre, qu il émet en continu. Le récepteur génère les N codes possibles (31 pour GPS) et les compare au code reçu Code C/A généré par le satellite et reçu par le récepteur. Code C/A généré par le récepteur. par corrélation des deux signaux : - on identifie le numéro du satellite - on mesure le temps de propagation : t r rec - t e sat On définit la pseudo distance par: R = c.(t r rec - t e sat ) t e : temps mesuré La mesure est faussée par: décalage d horloge satellite par rapport au temps GNSS (contenu dans les éphémérides) décalage d horloge récepteur par rapport au temps GNNS (inconnu) délai supplémentaire de propagation du signal dû à l atmosphère (négligé ou modélisé). APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 10

11 Pourquoi au moins quatre satellites en visibilité? Première approche : Les positions des satellites sont supposées parfaitement connues et leurs horloges parfaitement calées sur le temps GNSS. Il reste pour un récepteur donné 4 inconnues : les trois coordonnées de position du récepteur X rec, Y rec, Z rec et le décalage temporel t rec (propres au même récepteur) Donc 4 équations nécessaires, d où 4 mesures nécessaires au même instant. Seconde approche : Géométriquement, l intersection de Trois sphères détermine une intersection unique à proximité de la Terre, mais il faut tenir compte d une inconnue supplémentaire, à savoir le décalage temporel entre l horloge du récepteur, de précision modeste, et le temps GNSS sur lequel sont calées les horloges des satellites. GPS différentiel Pour améliorer la précision, on utilise des balises supplémentaires fixes placées à la surface de la Terre, dont les positions sont connues avec une grande précision, équipées de récepteurs GPS et d émetteurs. Ces balises supplémentaires permettent de fournir des «corrections» à d autres récepteurs (100 km). La précision est alors de l ordre du mètre, voire de quelques centimètres. Pour la construction de grands ouvrages, le GPS différentiel permet d obtenir la précision nécessaire. Faiblesses du système GPS Problème éventuel d intégrité : données erronées fournies par un satellite défaillant. Vulnérabilité au brouillage radio (autres émetteurs, scintillation iono ) Dépendance vis-à-vis des autorités militaires américaines Systèmes complémentaires pour améliorer la précision Expérience CE-GPS, projet Euridis, programme EGNOS Information supplémentaires : exactitude des données reçues et amélioration des performances 30 stations sol (GPS & Glonass) et 4 centres de contrôle. Données d intégrité et corrections différentielles transmises via des satellites géostationnaires. WAAS en Amérique du Nord (depuis 2003) MSAS au Japon APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 11

12 Différents modes de positionnement et précision Mode de positionnement autonome («absolue») : 10 m (celle offerte sur les GPS routiers ) Un seul récepteur en temps réel (mesure de pseudo-distance) Exemple : Magellan Explorist 100 (~100 ) Mode de positionnement différentiel DGPS («relatif») : 1 m Un seul récepteur en temps réel (mesure de pseudo-distance) + signal d augmentation (ex: EGNOS) Exemple : Garmin Navtalk GPS/GSM (~350 ) Mode de positionnement différentiel RTK («relatif») : 10 cm Réseau local de récepteurs équipés de moyens de communication Traitement des mesures de phase avec résolution des ambiguïtés De préférence récepteurs bi-fréquences Exemple : Leica SR20 (~3000 ) Mode de positionnement statique précis différé («relatif») : 1 cm Réseau de récepteurs bi-fréquences et d antennes de grande qualité Monumentation adaptée Session de mesures statiques de durée suffisante (plusieurs dizaines de minutes à plusieurs heures) Post-traitement très fin des données avec un logiciel «géodésique» Exemple : Topcon GB1000 (~5000 ) 3. GLONASS (Navigation) Système militaire russe de navigation (depuis 1995) Fréquences radio : 1227 MHz et 1575 MHz Constellation de 24 (19) satellites : km, inclinaison : 64,8 Une quarantaine de satellites lancés depuis 1995 Principe : mesure de temps, trajet descendant Émetteurs : satellites de position connue Récepteurs : une soixantaine de stations GPS/GLONASS IGS Visibilités permanentes Couverture mondiale Précision : 10 m à 1 cm Accès libre et gratuit 4. GALILEO Futur système civil européen de navigation (2014?) Fréquences radio : 1192 MHz, 1279 MHz, 1575 MHz &? Constellation de 30 satellites : km, inclinaison : 56 Deux satellites lancés : GIOVE-A & B (28/12/2005 et 27/042008). Principe : mesure de temps, trajet descendant Émetteurs : satellites de position connue Récepteurs : 100 millions d utilisateurs en 2010? Visibilités permanentes Couverture mondiale Précision : 10 m à 1 cm Accès libre et gratuit ou amélioré, crypté et payant. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 12

13 Interopérabilité, compatibilité, hybridation et interprétation Aujourd hui plusieurs systèmes de positionnement «cohabitent» simultanément. Ces systèmes sont compatibles. (pas de dégradation d un système tiers). Ces systèmes sont interopérables. (amélioration en cas d hybridation) Cela permet d augmenter le nombre de satellites en visibilité dans les situations difficiles (canyons urbains par exemple) Comment interpréter les coordonnées? GPS et Galileo donneront-ils les mêmes coordonnées du même point? Comment positionner un point GPS sur une carte Topo française? Comment interpréter les hauteurs par rapport aux altitudes? 5. Argos (Localisation) Système civil franco-américain de localisation et de collecte de données (depuis 1978) Fréquence radio : 401,75 MHz 5 ou 6 satellites en orbite polaire (NOAA, METOP, SARAL ) Deux satellites lancés depuis 2006 Principe : mesure de décalage Doppler, trajet montant Émetteurs : balises terrestres à localiser (plus de 10000) Récepteurs : satellites d orbite connue. Visibilités intermittentes. Couverture mondiale. Précision : 150 m à 350 m, quelques m avec un récepteur GPS Accès payant et limité aux utilisateurs légitimes 6. COSPAS SARSAT Système civil international de localisation des détresses (depuis 1982) Fréquences radio : 406 MHz (121,5 MHz) 6 satellites en orbite polaire (russes et américains) + 5 satellites géostationnaires (36000 km) Principe : mesure de décalage Doppler, trajet montant Émetteurs : balises à localiser ( à 406 MHz, 1 million en 2010, à 121,5 MHz) Récepteurs : satellites d orbite connue Visibilités intermittentes Couverture mondiale Précision : 2 km à 406 MHz, 20 km à 121,5 MHz amélioration avec un récepteur GPS Accès libre et gratuit APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 13

14 ACTIVITES Activité 1 : A propos de l effet Doppler L effet Doppler est le décalage en fréquence qui se produit entre l émission d une onde et sa réception, lorsque l émetteur et le récepteur sont en mouvement l un par rapport à l autre. Si l émetteur se rapproche du récepteur, la fréquence perçue est plus élevée que celle émise. Pour des ondes sonores, cela se traduit par un décalage vers les sons aigus. Si au contraire l émetteur s éloigne, la fréquence de l onde reçue est plus faible que celle émise. Avec des signaux sonores, cela se traduit par un son reçu plus grave. f Le décalage en fréquence est donné par f = v longitudinale o c La différence est faible tant que la vitesse relative de l émetteur par rapport au récepteur est faible. Expérience 1 : Effet Doppler avec ultrasons Compte tenu des vitesses relatives qu on est capable de produire en labo, on travaille avec des ondes sonores ou ultrasonores. On place un émetteur d ultrasons sur un véhicule modèle réduit, et un récepteur fixe. La fréquence du signal reçu (après mise en forme) est mesurée à l aide d un fréquencemètre de précision. Noter la valeur mesurée à l arrêt. On lance le véhicule portant l émetteur en direction du récepteur : Noter la nouvelle valeur. Commenter On lance le véhicule portant l émetteur en sens inverse. Noter la nouvelle valeur. Conclure Expérience 2 : Effet Doppler dans le domaine sonore Les auditeurs sont placés face à l opérateur, à quelques mètres. Un buzzer (avec oscillateur intégré) est placé à l extrémité d une ficelle de quelques dizaines de cm et l opérateur le fait tournoyer à la manière d une fronde. Que constate-t-on? Expérience 3 : Un autre exemple On dispose cette fois de deux émetteurs à la même fréquence (hauts parleurs alimentés par le même GBF). L un des deux est gardé fixe, l autre est suspendu de manière à avoir un mouvement de translation pendulaire. La détection se fait comme précédemment à l oreille. Le décalage en fréquence étant faible, il sera détecté en superposant le son de fréquence f o avec celui de fréquence décalée. Après mise en mouvement du haut parleur mobile, on entend un phénomène de battements. Expliquer le phénomène. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 14

15 Activité 2 : Visibilité des satellites porteurs du système ARGOS Le système ARGOS, qui repose sur des mesures doppler, est embarqué comme passager à bord de quelques satellites en orbite basse. Par exemple, les satellites NOAA ont des orbites quasi circulaires, d altitude environ 800 km. Leur période orbitale est de l ordre de 1 h 40 mais ils ne demeurent en vue d un point de la surface terrestre (au dessus de l horizon) que quelques minutes au maximum à chaque passage. Travail : Démarrer Solstice. Paramétrer l animation : Choisir la station Toulouse (ou bien créer la votre). Choisir les satellites NOAA. Régler l heure de démarrage de l animation (0 h par exemple). A l aide d un clic droit sur la carte, demander l affichage des visibilités. Démarrer l animation, et régler sa vitesse (x360 ou x600 est un bon compromis). Observer les passages en vue de la station choisie. Poursuivre l animation sur une durée de 24 h. Afficher les passages en vue de la station : Simulation / Suivi station. Commenter. APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 15

16 Activité 3 : Visibilité des satellites GPS Les satellites de la constellation GPS (24 au minimum en activité pour une couverture permanente) sont situés sur des orbites hautes, à environ km d altitude. A cette altitude, leur période est d environ 12 h, et ils peuvent rester en vue d un point de la surface terrestre pendant des durées assez longues, jusqu à près de 7 h (mais ils sont aussi hors de vue pendant des durées de plusieurs heures!). Pour déterminer la position à l aide d un récepteur GPS simple, ce récepteur doit voir 4 satellites de la constellation au minimum. Par ailleurs, ils fournissent des données plus ou moins utiles selon leur élévation au dessus de l horizon. Travail : Démarrer Solstice. Choisir un point de la surface du sol (notre station), par exemple Toulouse. Pour cette station prédéfinie, un satellite est visible si son élévation est de plus de 10. Charger la base de satellite qui convient : Fichier / régénérer : Vider la base de satellites Fichier / Importer : Fichier satellites : dans le dossier data, choisir la constellation GPS Sélectionner 24 satellites de la constellation GPS. Par un clic droit sur la carte, demander l affichage des visibilités Noter le nombre de satellites GPS en vue de la station. Conclure. Demander l affichage de l état des satellites à ces instant : État présent / satellites Pour une élévation minimale de 10, retrouver le nombre de ces satellites en vue de la station. Observer les élévations et distances. Conclure. On peut aussi suivre l animation dans le temps : Démarrer l animation et régler sa vitesse (un facteur x600, c'est-à-dire 1 s pour 10 minutes est un bon compromis). Observer dans la fenêtre de la station le nombre de satellites en vue à chaque instant. Entre quelles valeurs varie ce nombre? Poursuivre ainsi l animation pendant 24 h par exemple, et afficher les passages successifs en vue de la station (Simulation / suivi station). Quelles sont les durées de visibilités depuis la station? APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 16

17 On peut refaire le même travail pour une autre station (par exemple de grande latitude) et comparer Comparer par exemple la station Kourou et la station Kiruna (ou bien créer une station pôle. Que constatez-vous? APM3 Positionnement par satellites Université d été 2010 CNES Page 17

Gilles Tavernier LOCALISATION PAR SATELLITE

Gilles Tavernier LOCALISATION PAR SATELLITE Gilles Tavernier LOCALISATION PAR SATELLITE SOMMAIRE Le positionnement, les coordonnées géographiques Bref historique Émergence des techniques spatiales Visibilité, couverture géographique, couverture

Plus en détail

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation LA GEOLOCALISATION Mise en situation Connaître sa position a toujours été une préoccupation de l homme qui a développé les moyens nécessaires pour s orienter et se déplacer. LA GEOLOCALISATION Sommaire

Plus en détail

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS Thierry.Chapuis@cnes.fr 08/04/2014 1 EVOLUTION DU SYSTÈME GNSS 1995-2005 2005-2014 2014 GPS GNSS-1 GNSS-2 GLONASS Pas de garantie de service Dégradation

Plus en détail

La précision dans les mesures RTK

La précision dans les mesures RTK La précision dans les mesures RTK Gilles Wautelet Unité de géomatique Club d utilisateurs du PICC & dix ans de Walcors Wépion, le 6 décembre 2013 Quelle est la précision de la technique GPS-RTK? Annoncée

Plus en détail

Le système GPS Global positioning system

Le système GPS Global positioning system Le système GPS Global positioning system Généralités Le sigle GPS est l'abréviation du terme anglais Global Positioning System Il s'agit du nom du principal système de positionnement par satellite mondial

Plus en détail

PAUL CORREIA 6 e édition

PAUL CORREIA 6 e édition GUIDE PRATIQUE DU PAUL CORREIA 6 e édition Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13367-7 Table des matières AVANT-PROPOS.......................................................... 1 Organisation de l

Plus en détail

Eléments affectant la précision du GPS RTK

Eléments affectant la précision du GPS RTK Eléments affectant la précision du GPS RTK Gilles Wautelet Unité de géomatique Formation continuée ARGELg Liège, le 18 avril 2013 Quelle est la précision de la technique GPS-RTK? Annoncée : Horizontal

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS LES PROJECTIONS La représentation du globe terrestre sur un plan en deux dimensions exige une opération nommée projection. Une projection s appuie sur un géoïde, qui est une

Plus en détail

La (les) mesure(s) GPS

La (les) mesure(s) GPS La (les) mesure(s) GPS I. Le principe de la mesure II. Equation de mesure GPS III. Combinaisons de mesures (ionosphère, horloges) IV. Doubles différences et corrélation des mesures V. Doubles différences

Plus en détail

Qu est-ce que c est? La notion de localisation

Qu est-ce que c est? La notion de localisation Qu est-ce que c est? La notion de localisation est floue Adaptation à la langue locale (peut se révéler non triviale!) Internet est indépendant (potentiellement) de la localisation Le réseau téléphonique

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK. Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart

Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK. Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart Global Navigation Satellite Systems Systèmes GNSS existants et futurs NAVSTAR GPS USA, système

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 3. Pointage et suivi automatiques Les instruments sont portés par une monture équatoriale dite à l allemande dont chacun des deux axes est solidaire d une

Plus en détail

«S IG concepts et méthodes» «Projections cartographiques» - 1

«S IG concepts et méthodes» «Projections cartographiques» - 1 Projections cartographiques «Projections cartographiques» - 1 Points de référence En cartographie, il est impératif de tenir compte de la forme sphérique de la terre. Avec la géodésie, il est possible

Plus en détail

«Sextant» expérimental papier (mais c est plutôt un «quadrant»!) principes de mise en œuvre de la navigation astro.

«Sextant» expérimental papier (mais c est plutôt un «quadrant»!) principes de mise en œuvre de la navigation astro. «Sextant» expérimental papier (mais c est plutôt un «quadrant»!) principes de mise en œuvre de la navigation astro. Traçage 1 Matériel nécessaire : un réglet gradué en mm un crayon à mine très fine (0.5

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Calcul de la distance de la Lune par parallaxe

Calcul de la distance de la Lune par parallaxe Calcul de la distance de la Lune par parallaxe La Lune au 5 ème jour Sommaire Feuille de route p.3 I) Introduction 1) La Lune dans l Histoire p.4 2) Parallaxe de la Lune p.4 II) Expérience 1) Mise en situation

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

Avec la mise en service progressive du système. Le développement du positionnement par satellites COMMENT INTERNET ET LES TIC CHANGENT LA VIE

Avec la mise en service progressive du système. Le développement du positionnement par satellites COMMENT INTERNET ET LES TIC CHANGENT LA VIE Le développement du positionnement par satellites Le développement du positionnement par satellites a commencé au début des années 1970 aux Etats-Unis et il a abouti à la mise en service du GPS à partir

Plus en détail

Une classe Astronomie

Une classe Astronomie Organisation prévue : Une classe Astronomie L'encadrement de l'activité «Astronomie» par un intervenant spécialisé. Du CALA (Centre d Astronomie de Lyon Ampère) Chaque classe est scindée en 2 groupes qui

Plus en détail

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC -LES COORDONNEES GEOGRAPHIQUES - LES COORDONNEES HORIZONTALES - LA LUNETTE AZIMUTALE -COMPENSER LA ROTATION DE LA TERRE -ANGLE ARC - DISTANCE -VISEE DU PÔLE

Plus en détail

Le sondeur monofaisceau :

Le sondeur monofaisceau : Le sondeur monofaisceau : Un sondeur monofaisceau classique (de type sondeur de navigation par exemple), émet un signal acoustique vers le fond et analyse l écho retour. L instant de détection se traduit

Plus en détail

géolocaliser un monument aux morts (Collège)

géolocaliser un monument aux morts (Collège) géolocaliser un monument aux morts (Collège) Proposition d exploitation pédagogique Objectifs pédagogiques Domaines du B2i S approprier un environnement informatique de travail. Créer, produire, traiter,

Plus en détail

Le géo- posi+onnement et quelques applica+ons. Eric Calais eric.calais@ens.fr

Le géo- posi+onnement et quelques applica+ons. Eric Calais eric.calais@ens.fr Le géo- posi+onnement et quelques applica+ons Eric Calais eric.calais@ens.fr Motivation: du mètre au mm A qui appartient ce terrain maintenant? Quelle était la distribution du glissement? Méthodes modernes

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV THEME : Observer ondes et matière Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler I Présentation de l effet Doppler Ecouter les fichiers Audio

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Se positionner grâce aux ondes GPS, horloges et relativité (3) Extrait du programme d enseignement

Plus en détail

Système des satellites de Jupiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre

Système des satellites de Jupiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre ystème des satellites de upiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre Les satellites de upiter représentent une très bonne illustration d un système képlérien simple si l on ne prend pas en compte les

Plus en détail

Le GPS : une précision toute relativiste

Le GPS : une précision toute relativiste Le GPS : une précision toute relativiste Table des matières 1 Structure du poster 1 2 Anecdotes 2 3 Signaux transmis par les satellites 3 4 Effets relativistes 4 5 Traversée de l atmosphère 6 6 Galileo

Plus en détail

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

Le GPS et la relativité. Jean-Paul Haton ALS, 10 janvier 2013

Le GPS et la relativité. Jean-Paul Haton ALS, 10 janvier 2013 Le GPS et la relativité Jean-Paul Haton ALS, 10 janvier 2013 GPS Global Positioning System - Projet du Pentagone dès 1970, opérationnel depuis 1995-27 satellites - Orbite quasi circulaire à 20000 km à

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

SIG&GPS : 2013-2014. Pr.Moha EL-AYACHI 1. Partie 3. Concepts de base du GPS/GNSS. Fondements de base en GPS et GNSS

SIG&GPS : 2013-2014. Pr.Moha EL-AYACHI 1. Partie 3. Concepts de base du GPS/GNSS. Fondements de base en GPS et GNSS Pr.Moha EL-AYACHI 1 Partie 3 Concepts de base du GPS/GNSS Fondements de base en GPS et GNSS A la fin de cette partie, vous serez capable de comprendre : Le principe du GPS et GNSS Les conditions d'une

Plus en détail

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune?

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune? ACCUEIL Éclipse de Lune Frédéric Élie, août 2010 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

GPS et localisation par satellites

GPS et localisation par satellites GPS et localisation par satellites Thierry Dudok de Wit Licence de Chimie-Physique 1ère année 1 Aspects pratiques Organisation de ce cours 4 séances de cours-td groupe A : le cours du mardi 24/10 aura

Plus en détail

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps 1 Jour sidéral, jour solaire 1.1 Durée du jour sidéral : Jour sidéral, jour solaire Équation de temps Observations: Lancer le logiciel et enlever l atmosphère. On voit alors les étoiles en plein jour.

Plus en détail

Le GPS différentiel (DGPS) et temps réel (GPS RTK)

Le GPS différentiel (DGPS) et temps réel (GPS RTK) MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Centre d'études Techniques Maritimes et Fluviales Département Ports Maritimes et Voies Navigables 2 Boulevard

Plus en détail

un tutoriel conçu par Serge Conneau conseiller pédagogique, groupe Sciences du Val-d Oise

un tutoriel conçu par Serge Conneau conseiller pédagogique, groupe Sciences du Val-d Oise Utiliser Stellarium un tutoriel conçu par Serge Conneau conseiller pédagogique, groupe Sciences du Val-d Oise 1. Prise en main À partir d un simple clic sur l icône de l application, on accède au paysage

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/69 TE/10 31/7/13 ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMMISSION TECHNIQUE Point 31 : Sécurité de l aviation Problèmes émergents FAUSSE PROXIMITÉ

Plus en détail

A- Théorie GPS. 1. Les observables GPS

A- Théorie GPS. 1. Les observables GPS Annexe A- Théorie GPS 1. Les observables GPS Le contenu de cette partie fait essentiellement référence au livre «GPS localisation et navigation» de Botton et al. (1998). Le système de positionnement précis

Plus en détail

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES.

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. I. APPLICATIONS UTILISEES POUR CETTE ACTIVITE : Sauf indication les applications sont gratuites. 1.Pour connaître les exoplanetes : Exoplanet (android et IOS)

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Interaction magnétique

CHAPITRE 2 : Interaction magnétique CHAPITRE 2 : Interaction magnétique Prérequis 1. L aiguille d une boussole possède : plusieurs pôles Nord et plusieurs pôles Sud, uniquement un pôle Nord et un pôle Sud, plusieurs pôles Nord ou plusieurs

Plus en détail

ISA. Géomatique, Analyse & Modélisation Spatiale en Archéologie. Support de cours - GPS (L. Saligny) ECOLE THEMATIQUE

ISA. Géomatique, Analyse & Modélisation Spatiale en Archéologie. Support de cours - GPS (L. Saligny) ECOLE THEMATIQUE ECOLE THEMATIQUE Géomatique, Analyse & Modélisation Spatiale en Archéologie ISA Réseau Information Spatiale et Archéologie du 12 au 17 septembre 2005 à Messigny et Vantoux (Côte d'or) http://www.univ-tours.fr/isa

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

3 ème Cours : géométrie dans l espace

3 ème Cours : géométrie dans l espace I. La sphère : a) Définition : La sphère de centre et de rayon R est l ensemble de tous les points qui sont situés à la distance R du point. L intérieur de la sphère (l ensemble des points dont la distance

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

pour quoi faire? Introduction au Séminaire «Véhicules traceurs» Toulouse le 10/12/2010 03/01/2011 François PEYRET LCPC/MACS/GEOLOC

pour quoi faire? Introduction au Séminaire «Véhicules traceurs» Toulouse le 10/12/2010 03/01/2011 François PEYRET LCPC/MACS/GEOLOC Les véhicules v traceurs : pour quoi faire? Introduction au Séminaire «Véhicules traceurs» Toulouse le 10/12/2010 03/01/2011 François PEYRET LCPC/MACS/GEOLOC 1 Plan de l exposl exposé Qu est-ce qu un véhicule

Plus en détail

Sommaire : I. Introduction

Sommaire : I. Introduction Sommaire : I. Introduction... 1 II. Lancement de PcGalileo :... 2 III. Envoie demande de localisation :... 3 A. Geolocalisation ponctuelle :... 4 B. Géolocalisation séquentielle :... 4 C. Géolocalisation

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

«L autobus communicant»

«L autobus communicant» «L autobus communicant» Comment le satellite peut-il contribuer à la valorisation des déplacements dans les transports métropolitains? Sébastien AMBELLOUIS Sebastien.ambellouis@inrets.fr Contexte Projet

Plus en détail

Cadran Solaire Universel

Cadran Solaire Universel Cadran Solaire Universel 1) Construction d un cadran solaire Découper un disque (D) de 500mm de diamètre et à partir de son centre tracer 24 parts égales, de 15 degrés chacune. Percer un trou au centre

Plus en détail

Positionnement par satellites GPS et applications de navigation à l extérieur et de localisation à l intérieur

Positionnement par satellites GPS et applications de navigation à l extérieur et de localisation à l intérieur Positionnement par satellites GPS et applications de navigation à l extérieur et de localisation à l intérieur Dates : 22 et 23 juin 2010 Lieu : Ecole Supérieure Privée d Ingénierie et de Technologies

Plus en détail

Les principes du positionnement par satellite : GNSS

Les principes du positionnement par satellite : GNSS Les principes du positionnement par satellite : GNSS Renaud Lahaye 1,Sylvie Ladet 2 Résumé. Les GNSS (global navigation satellite system) parmi lesquels lesystème américain GPS (global positioning system)

Plus en détail

Stellarium. Stellarium. 1. Introduction à Stellarium (2/4) 1. Introduction à Stellarium (1/4) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Stellarium. Stellarium. 1. Introduction à Stellarium (2/4) 1. Introduction à Stellarium (1/4) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 Stellarium Stellarium 1. Introduction à Stellarium 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 2.1 Outils de repérage dans le ciel 2.2 Outils de sélection 2.3 Fenêtre de configuration

Plus en détail

1- Ce que pensent beaucoup d adultes

1- Ce que pensent beaucoup d adultes LE MOUVEMENT APPARENT DU SOLEIL SOUS NOS LATITUDES ET SES CONSEQUENCES 1- Ce que pensent beaucoup d adultes Avec un tel modèle on ne peut avoir la durée du jour deux fois plus longue le 21 juin que le

Plus en détail

TcpGPS Implantation et Prise de Données

TcpGPS Implantation et Prise de Données TcpGPS Implantation et Prise de Données avec récepteurs GNSS Introduction Cette application, installée sur un dispositif mobile, permet à l utilisateur de réaliser des travaux topographiques d acquisition

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Un espace de discussion sur les systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) au bénéfice de la population mondiale

Un espace de discussion sur les systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) au bénéfice de la population mondiale Un espace de discussion sur les systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) au bénéfice de la population mondiale Le Comité international sur les systèmes mondiaux de navigation par satellite

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

1. HDS800 Reference manual : http://www.ifremer.fr/madida/documents/doc_cons/hds800_rm_en_sep2012 v1.pdf

1. HDS800 Reference manual : http://www.ifremer.fr/madida/documents/doc_cons/hds800_rm_en_sep2012 v1.pdf Thalia - ESSTECH14 (jan 2014) Navigation GPS Mesure de la marée HB Genavir V2 25/02/2014 Références : 1. HDS800 Reference manual : http://www.ifremer.fr/madida/documents/doc_cons/hds800_rm_en_sep2012 v1.pdf

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

La sphère Terrestre. Circonférence de la sphère terrestre = 40 000 Km

La sphère Terrestre. Circonférence de la sphère terrestre = 40 000 Km Navigation La sphère Terrestre Circonférence de la sphère terrestre = 40 000 Km Notion de grand cercle et de petit cercle Petit cercle Grand cercle Méridiens et Longitude Le méridien d origine est le méridien

Plus en détail

Analyse de situations standards et extrêmes

Analyse de situations standards et extrêmes c h a p i t r e 6 Analyse de situations standards et extrêmes Les situations standards ont été choisies parmi les sites dont la configuration ne crée pas en général d interrogations dans le public : les

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Première partie : les distances dans le système solaire

Première partie : les distances dans le système solaire Mesurer des distances dans le système solaire Pierre Causeret(*) Après avoir rappelé les principales méthodes pour mesurer des distances dans le système solaire (dont plusieurs sont réalisables avec des

Plus en détail

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007 MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE Debelle M 23 01 2007 1 Dimensions de la Lune Rayon équatorial : 1740 km Masse : 7,348.10²² kg Distance Moyenne : 384403 km, (60 rayons terrestres) Densité moyenne : 3,34333

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

L ultime GPS+ de poche

L ultime GPS+ de poche L ultime GPS+ de poche Récepteur réseau GNSS Double fréquence et Carnet de terrain Le nouveau GRS-1 de Topcon est le premier système RTK Rover au monde équipé pour réseau double constellation totalement

Plus en détail

Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales

Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales Cet exercice a été préparé à l origine par Roger Ferlet (Institut d astrophysique de Paris) et Michel et Suzanne Faye, qui l ont testé

Plus en détail

Méthodes GNSS en topographie

Méthodes GNSS en topographie Méthodes GNSS en topographie Forum AFT 10 Avril 2014 L. MOREL SOMMAIRE Les systèmes GNSS Les réseaux GNSS Les stratégies d observation GNSS en topographie Le PPP Les systèmes GNSS Forum AFT 10 Avril 2014

Plus en détail

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE COMPLEMENTS D INFORMATION Les différentes orbites terrestres La variété des missions spatiales dédiées aux satellites exige l utilisation de nombreuses

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Forme de la Terre, de la Terre plate au GéoïdeG

Forme de la Terre, de la Terre plate au GéoïdeG Forme de la Terre, de la Terre plate au GéoïdeG Terre plate Première représentation de l'univers, Thalès (625-547 avant J.-C.). La Terre est supposée de forme géométrique plate. Notion de sphères célestes

Plus en détail

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES Le guidage par GPS est un outil qui trouve maintenant sa place dans les structures de type polyculture-élevage. Avec des prix de plus en plus abordables,

Plus en détail

Lire un paysage à partir d image satellite. Observer de manière médiatisée (des éléments distants)

Lire un paysage à partir d image satellite. Observer de manière médiatisée (des éléments distants) caroline.laurent@certnef.be Lire un paysage à partir d image satellite Observer de manière médiatisée (des éléments distants) 1. Exemple 2. Fiche d identité 5. Fonctionnalité 1. Auteur Visualiser une photo

Plus en détail

Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire

Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire Dossier de Physique Niveau 5 ème à 6 ème secondaire Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire Bouquelle Véronique Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation

Plus en détail

Navigation version 1.1

Navigation version 1.1 Lycée Jean Dupuy - Tarbes 2nde SIA Navigation version 1.1 Le pilote doit être capable de se rendre d un aérodrome à un autre en sachant se diriger et se localiser afin d éviter des zones ou de contacter

Plus en détail

Exercice 1. AUTOUR DE LA VOITURE (7 points) http://labolycee.org. Partie A : Le stationnement «ultra-simple» avec les ultrasons

Exercice 1. AUTOUR DE LA VOITURE (7 points) http://labolycee.org. Partie A : Le stationnement «ultra-simple» avec les ultrasons Afrique 2008 Les parties A et B sont indépendantes. Exercice 1. AUTOUR DE LA VOITURE (7 points) http://labolycee.org Partie A : Le stationnement «ultra-simple» avec les ultrasons Les ultrasons sont des

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

C- Navigation. Pour effectuer un trajet, vous mesurez une route sur la carte au 1/500.000 O.C.A.I. R : Ce sera une route vraie

C- Navigation. Pour effectuer un trajet, vous mesurez une route sur la carte au 1/500.000 O.C.A.I. R : Ce sera une route vraie Carte C- Navigation Pour effectuer un trajet, vous mesurez une route sur la carte au 1/500.000 O.C.A.I. R : Ce sera une route vraie Sur une carte dont l'échelle est de 1/250.000, 4 centimètres représentent

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

Les réseaux de correction différentielle

Les réseaux de correction différentielle Les réseaux de correction différentielle Renaud Lahaye 1,Sylvie Ladet 2 Résumé. Cet article a pour principal objectif de répondre aux questions qui peuvent se poser au moment de la mise en place d un dispositif

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 Quasar 95 LES APPARENCES DE LA LUNE Présentation : février 2007 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Notre satellite, la Lune:... 2 2.1 La Lune en quelques chiffres...

Plus en détail

Global Positionning System. égis Fouquet LP AII Le 23 octobre 2002 Page 1

Global Positionning System. égis Fouquet LP AII Le 23 octobre 2002 Page 1 Global Positionning System égis Fouquet LP AII Le 23 octobre 2002 Page 1 Le GPS est un système de radio positionnement et de navigation par satellite. Développé par Le «Department of Defense», pour une

Plus en détail

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1 DES SATELLITES PEUVENT-ILS SERVIR DE BALANCE? Objectif : On se propose dans cette activité d étudier les lois du mouvement de satellites terrestres pour les utiliser ensuite pour chercher à en déduire

Plus en détail

Suivi des véhicules de VH

Suivi des véhicules de VH Suivi des véhicules de VH 6 juin 2012 Pierre-Yves TANNIOU D après Pierre NORMAND CETE Sud-Ouest/DTISPV Centre d'études Techniques de l'équipement du Sud-Ouest www.cete-sud-ouest-developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

PROJET NAVIGATION. Dominique ZOBLER CNES. 17/04/2014 Présentation au GTI. Projet NAVIGATION

PROJET NAVIGATION. Dominique ZOBLER CNES. 17/04/2014 Présentation au GTI. Projet NAVIGATION PROJET NAVIGATION Dominique ZOBLER CNES 17/04/2014 Présentation au GTI 1 Missions assignées au Projet Navigation Mission «Performances» : caractériser et maîtriser les performances atteintes et atteignables

Plus en détail