Gestion des références commerciales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des références commerciales"

Transcription

1 Rapport de stage - septembre 2004 DESS Réseaux d information et document électronique Gestion des références commerciales rédaction du cahier des charges & initialisation de l'application Caroline GODET Sous la direction de Fabrice SZUPER Ingénieur Principal au sein de la DO S3E - Unilog IT Services Unilog IT Services 12, rue Portalis PARIS Maître de stage : Ramzi ABBES ATER à l'enssib

2 Remerciements Je souhaite dans un premier temps remercier Fabrice SZUPER pour la confiance qu'il m'a accordée et pour l'intérêt qu'il a montré pour le projet. Je tiens également à remercier Matthieu FOURET pour son investissement et son soutien tout au long de ce stage. Enfin, merci à l'ensemble des membres de la DO S3E qui m'ont prêté leurs concours pour la réalisation de ce projet. 2

3 Résumé : Temps significatif de recherche et de mise en œuvre, peu de garantie sur la pertinence et la validité, possible perte ou altération des données telles sont aujourd'hui les principales conséquences de l'absence d'une structure adaptée pour la gestion des références commerciales. Pour pallier à ces inconvénients et mettre en œuvre une application répondant aux attentes des utilisateurs, un cahier des charges a été rédigé. Les conclusions de cette analyse ont alors donné lieu à l'initialisation d'une application reposant sur un fichier de données xml géré par des interfaces en PHP. Descripteurs : Arguments de vente -- Bases de données -- Spécifications Bases de données -- Conception XML (langage de balisage) PHP (langage de programmation) Abstract : Time-consuming steps of query and implementation, no reliable relevance or validity, possible data loss or corruption those are the main consequences caused by the lack of an appropriate structure for business-oriented references management. Therefore, a project specification has been drawn up, intending to solve those drawbacks and to fulfil users' needs. Relying on its conclusions, the development of an application has started, involving an xml file for data storage and PHP interfaces running the procedures. Keywords : Sales presentations -- Database -- Specifications Database design XML (Document markup language) PHP (Computer program language) Toute reproduction sans accord express de l auteur à des fins autres que strictement personnelles est prohibée. 3

4 Sommaire INTRODUCTION... 6 PARTIE 1 CONTEXTE DE L'ÉTUDE Présentation de la société 7 2. Enoncé de la problématique 8 3. Conduite du projet Equipe projet Méthodologie Planning de réalisation Comptes-rendus d'exécution Terminologie PARTIE 2 ETUDES PRÉALABLES Exploration du sujet Recherche documentaire Consultation des utilisateurs Méthode d'enquête Préparation des entretiens Déroulement des entretiens Observation Analyse interne Analyse de l'existant Analyse des besoins Analyse externe Conclusions Sur la méthodologie Sur la gestion des références Sur la mise en œuvre de l'application PARTIE 3 MAQUETTE DE L'APPLICATION Objectifs généraux Format Contenu Champs de la base Illustrations Traitements Procédures 22 4

5 5. Spécificités techniques Aspects réglementaires 23 PARTIE 4 MISE EN ŒUVRE DE L'APPLICATION Solution technique Xml native ou relationnelle? Base de données ou full xml? Données et environnement techniques Architecture et hébergement Développement xml Plateforme et logiciel de développement PHP Spécificités de l'application Fichier de données Stockage des données Structuration et validation des données Arborescence Eléments du fichier Représentation graphique d'xmlspy Elément "unilog" & ComplexType "Contact" Elément "clients" Elément "descriptifs" Elément "projets" Elément "relations" Traitements Alimentation du fichier Introduction au DOM Exemple sur la saisie d'un nouveau contact Consultation de la base Parcourir l'arbre de nœuds Exemple sur la recherche de contacts CONCLUSIONS Sur la gestion des références Rédaction et conclusions du cahier des charges Mise en œuvre de l'application Perspectives pour le projet Sur le déroulement du stage 42 BIBLIOGRAPHIE ANNEXE...I 5

6 Introduction Le projet de gestion des références commerciales est né d'une simple constatation : alors qu'elles constituent un élément incontournable de l'argumentaire de vente, les références commerciales ne bénéficient pas, à l'heure actuelle, d'un système de gestion approprié; répondant aux besoins des membres de la Division Opérationnelle S3E d'unilog. L'objectif de ce projet est donc de mettre en œuvre une application dont les fonctionnalités et les procédures remédieront aux limitations actuelles et seront cohérentes avec les attentes et les activités des membres de la DO. Ce projet nécessite dans un premier temps la rédaction d'un cahier des charges, préalable à l'initialisation de l'application, et c'est dans ces perspectives que j'ai été accueillie au sein de la DO S3E. 6

7 Partie 1 - Contexte de l'étude Partie 1 Contexte de l'étude 1. Présentation de la société Unilog est une Société de Services d'ingénierie Informatique (SSII) dont les prestations s'appuient sur trois pôles d'activités afin d'assurer une offre globale et cohérente : - le conseil pour définir de la meilleure solution, - l'ingénierie pour la réalisation effective du projet, - le training pour accompagner le déploiement auprès des utilisateurs. Unilog repose sur une organisation en Business Units elles-mêmes composées de Directions Opérationnelles (DO), structures autonomes et composées de 50 à 200 collaborateurs. A Chaque DO correspond un domaine d'intervention spécifique portant soit sur une nature de prestation, soit sur un secteur métier, soit sur un périmètre géographique. L'organisation en DO permet une certaine souplesse tout en s'appuyant sur les ressources et la notoriété d'un grand groupe. Un des points forts d'unilog réside dans ses offres, "prestations packagées bâties sur la recherche de réponses économiquement performantes et d engagements contractuels, s appuyant sur des centres de compétences transverses dédiés" [1]. Il y a trois grands types d'offres qui se retrouvent au sein des différentes DO : les offres d'intégration et de maintenance, les offres fonctionnelles et les offres technologiques. Fondé en 1968 par cinq personnes, dont l'actuel Président du Directoire, Gérard PHILIPPOT, le groupe comptait en décembre 2003 plus de 6600 employés, répartis pour la majorité dans les agences françaises, mais également en Allemagne, en Suisse, en Autriche, au Luxembourg et au Royaume-Uni [2]. 7

8 Partie 1 - Contexte de l'étude Le projet concerne la DO S3E, du pôle Ingénierie. Cette DO traite les demandes issues des métiers de l'eau, de l'energie et de l'environnement, des activités de Tourisme et de Loisirs ainsi que de celles émanant du monde des Médias. Parmi ses principaux clients, on peut citer la Lyonnaise des Eaux, la Compagnie Générale des Eaux, le Club Med, le PMU, Lagardère, M6 La DO dirigée par Bodgan GOILAV compte environ 150 personnes, réparties soit, pour les ingénieurs encadrants et commerciaux, sur le site rue Portalis à Paris (lieu du stage), soit chez le client pour une majorité des ingénieurs opérationnels. 2. Enoncé de la problématique Dans le cadre de son activité, Unilog est amenée à répondre à des appels d'offre ou à effectuer des présentations de ses prestations auprès de clients potentiels. Un élément constitutif de ces démarches vers le client sont les références commerciales, véritables reflets de l'expérience et de la réussite d'unilog sur une thématique donnée (technique, secteur ou client). Tous les projets réalisés ne sont pas pertinents dans un contexte donné et l'élaboration des références requiert donc une phase préalable de sélection. Or aujourd'hui, il n'y a pas de structure dédiée à cette tâche. Les outils de capitalisation disponibles ne remplissent pas les attentes des utilisateurs en matière de gestion des références et il n'y a pas de procédure adaptée. C'est pour pallier à ce manque de structure, et aux inconvénients qui en découlent, que ce projet de mise en œuvre d'un système de gestion des références a été engagé. A terme il s'agit d'obtenir une application et de définir les procédures permettant la consultation, la mise à jour et l'édition de références. Les gains attendus s'exprimant en terme de pertinence de sélection, d'actualisation des données et de facilité et de rapidité de mise en œuvre des références. 8

9 Partie 1 - Contexte de l'étude 3. Conduite du projet 3.1. Equipe projet Le sujet a été proposé et supervisé par Fabrice SZUPER, ingénieur principal au sein de la DO S3E. L'encadrement du stage a été assuré par Matthieu FOURET, ingénieur analyste. Jacques NHOUYVANISVONG, expert technique junior, a été consulté sur les aspects techniques de l'application. Le présent document expose ma contribution au projet Méthodologie La démarche adoptée pour traiter le sujet repose sur les étapes élémentaires de la conduite de projet. Dans un premier temps, les analyses préalables, par l'exploration du sujet et les analyses interne et externe, ont permis de rédiger un cahier des charges prévisionnel. La validation de celui-ci a permis de définir les modalités techniques et fonctionnelles de la base et de rédiger ainsi le cahier des charges détaillé. C'est en s'appuyant sur les conclusions de ce dernier que la phase de mise en œuvre a pu être amorcée. Au moment de la rédaction du présent rapport, les choix techniques ont été arrêtés, notamment concernant la structure de la base et les modalités de traitement, et certains scripts rédigés Planning de réalisation Un diagramme de Gantt a été établi en début de projet pour permettre d'en cadrer la progression. Les différentes échéances en ont globalement été respectées. Un délai supplémentaire a toutefois été accordé à la réalisation des entretiens pour s'adapter aux congés de certains audités. NB : la semaine du 12 au 16 juillet a été consacrée à la finalisation d'un projet débuté en juin, avant le démarrage du présent projet de gestion des références. 9

10 Partie 1 - Contexte de l'étude étude des documents existants préparation, réalisation & analyse des interview s rédaction et validation du cahier des charges reflexions et choix techniques mise en œuvre rédaction du mémoire 1/7 16/7 31/7 15/8 30/8 14/9 29/ Comptes-rendus d'exécution Comme précisé précédemment, la rédaction du cahier des charges s'est effectuée en deux étapes, chacune ayant donné lieu à la rédaction d'un document transmis à la société. Un troisième rapport est en cours de réalisation sur la phase de mise en œuvre de l'application. Le présent rapport n'a pas pour objectif de reprendre dans le détail les résultats obtenus lors de la conduite du projet, ceux-ci figurent dans le cahier des charges joint à cette intention. En revanche, il expose les démarches entreprises et le cas échéant, la justification de certaines décisions. Seules les principales conclusions sont reprises dans le corps du document pour permettre de suivre l'évolution du projet Terminologie Le sujet met en jeu d'un côté 'la référence' et de l'autre 'les références' : la référence étant le descriptif d'un projet donné et un élément constitutif des 'références'. Pour éviter toute ambiguïté, la référence sera désignée dans ce rapport par l'expression "synthèse projet", les références étant alors une sélection de synthèses projet composée dans un but commercial donné. 10

11 Partie 2 - Etudes Préalables Partie 2 Etudes préalables Avant de procéder à toute opération de réalisation, il importait dans un premier temps d'approfondir la connaissance du sujet et de définir les différentes constituantes de la problématique. A cette fin, l'étude a débuté par une phase préliminaire d'exploration du sujet, découlant sur une analyse de l'interne (en matière d'existant et de besoins), complétée par une analyse externe. 1. Exploration du sujet Cette phase d'investigations et de recherches a eu pour objectif d'aboutir à une connaissance suffisante du sujet des références et de leurs contextes de mise en œuvre pour permettre une analyse de l'existant la plus représentative et complète possible. Trois approches complémentaires ont été mises en œuvre à cette fin : une recherche documentaire, la consultation des utilisateurs et l'observation des pratiques et usages Recherche documentaire C'est par cette étape que le premier contact avec le sujet a été engagé. Les documents sont principalement disponibles sous forme numérique, il n'existe pas de gestion à proprement parler des documents papiers. Au-delà de la simple collecte de documents, cette recherche a permis dans un premier temps d'approcher la notion de 'références' et de recadrer ainsi le sujet avec le commanditaire. Cette étape m'a par ailleurs donné l'occasion de me familiariser avec les outils disponibles pour la gestion des documents : le serveur de la DO, qui gère les documents à l'échelle de la DO, et Sésame, l'intranet d'unilog. Ces connaissances ont ensuite été mises à contribution lors de la consultation des utilisateurs et de l'analyse des informations collectées par ce biais. 11

12 Partie 2 - Etudes Préalables 1.2. Consultation des utilisateurs Méthode d'enquête La consultation des utilisateurs représentait la meilleure perspective pour comprendre comment étaient gérées les références au sein de la DO. Il a été initialement envisagé d'élaborer un questionnaire pour l'ensemble des utilisateurs et de le compléter par des entretiens auprès d'une fraction d'entre eux. Au cours de la préparation du questionnaire, il est apparu que cette méthodologie n'était pas la plus appropriée. En effet comment : mettre en évidence une procédure, sans demander à l'audité de fournir des efforts de rédaction? ; cerner des limites sans influencer ses décisions par une liste de choix? ;... La liste des questions s'allongeant et se compliquant au fur et à mesure des thèmes à aborder, et compte tenu du nombre d'utilisateurs concernés, la solution des entretiens de l'ensemble des utilisateurs a finalement prévalue ; solution par ailleurs plus compatible avec la disponibilité des audités Préparation des entretiens Sur la quinzaine de personnes de la DO manipulant des références commerciales, 10 personnes ont été auditées : l'ensemble des ingénieurs d'affaires, des ingénieurs commerciaux et des directeurs de projet ont été retenus, complété par l'entretien d'un membre du comité de direction, responsable commercial de la DO. Préalablement aux entretiens, les personnes auditées ont été informées par mail des grandes lignes du projet de gestion des références et invitées à me transmettre, avant la date de rendez-vous fixée, un document représentant pour eux ce que devrait être une référence commerciale Déroulement des entretiens Les entretiens ont été réalisés sur la période du 22 juillet au 11 août, en fonction des disponibilités respectives. Dans la plupart des cas, les entretiens se sont déroulés dans les bureaux des audités qui pouvaient ainsi disposer de leurs 12

13 Partie 2 - Etudes Préalables ressources numériques. L'un de ces entretiens n'a pu être réalisé en présentiel et s'est tenu par téléphone. Après une présentation plus détaillée du projet, portant notamment sur les possibilités d'une base xml, les audités ont été invités à se prononcer aux travers d'une série de questions sur différents points tels que : - objectifs et usages des références - fond et forme d'une synthèse projet - leur gestion actuelle (outils, documents, procédure ) - intérêts et portée d'une base de références La finalité de ces entretiens était de pouvoir répondre aux interrogations suivantes : - comprendre l'utilisation des références - comprendre les limites de la procédure actuelle - définir les avantages attendus d'un nouvel outil - définir les champs d'une référence et de la base (sa portée) - définir le graphisme général Programmés pour une heure, les entretiens ont duré entre 40 minutes et 1h45, pour une moyenne de 1h Observation Bien que relativement subjective, cette méthode s'est avérée enrichissante en matière de collecte d'informations, notamment au niveau des comportements et des pratiques. Les observations ont principalement portées sur une typologie d'utilisateurs, en assistant au quotidien à leurs échanges et à l'expression de leurs satisfactions et/ou contrariétés. 13

14 Partie 2 - Etudes Préalables 2. Analyse interne Cet état des lieux a été rédigé sur la synthèse des différentes étapes mises en œuvre pour l'exploration du sujet Analyse de l'existant En compilant les différentes informations collectées lors de la phase précédente, il a été possible de dresser un bilan de l'existant pour ce qui concerne la gestion des références, en matière : - de structure - de moyens matériels et humains - de sources d'informations et de références - de flux de communication et de procédures Bien qu'assimilables à des moyens matériels, les sources d'informations et les références ont été traitées à part, pour permettre de mieux souligner leurs particularités. L'analyse de l'existant a permis de définir les principales limites auxquelles l'application devra remédier et les spécificités du contexte avec lesquelles il faudra composer : - absence de gestion centralisée des synthèses projet, - comportements autonomes et hétérogènes dus au manque de procédure - existant difficilement capitalisable et exploitable - possible silence dans les références éditées et perte de données dans le temps - contexte et gestion électronique des documents peu compatibles avec un processus de capitalisation - approche relativement négative des outils disponibles, induite par une inadéquation et un manque de communication 14

15 Partie 2 - Etudes Préalables 2.2. Analyse des besoins Un certain nombre de besoins ont été mis en évidence au travers des étapes précédentes, exprimés ou non, communs ou conflictuels. Il importait pour la rédaction du cahier des charges détaillé de statuer au préalable sur les "besoins conflictuels". Ceux-ci découlent des différents comportements adoptés par chacun en l'absence de procédure. Pour les points suivants, des opinions "pour" et "contre" se sont exprimées de manières équivalentes : - validation des synthèses projet : à un souhait d'homogénéité et de garant de qualité des uns s'oppose celui d'une procédure simple, justifiée par la compétence de ses acteurs. - gestion des droits en écriture sur les données de la base : perçues par certains comme inutiles, voire constituant un risque de rejet de l'outil, les restrictions en écriture sur les synthèses projets sont considérées par ailleurs comme nécessaires, dans une certaine mesure pour garantir la fiabilité des données - intégration des projets en cours comme synthèse projet potentielle : il apparaît à la fois judicieux et périlleux de ne pas attendre le terme d'un projet pour en extraire une synthèse projet ; judicieux au regard de l'évolutivité du secteur et périlleux en raison des incertitudes quant à sa conclusion. Les décisions ont été prises après concertation au sein de l'équipe projet sur la base de données contextuelles et techniques, pour être ensuite intégrées au cahier des charges détaillé et donc repris dans la maquette. D'une manière unanime, au-delà de la résolution des limites actuelles, les usagers considèrent l'application comme une source de connaissance sur les projets, de la DO S3E et idéalement des autres DO. Les principales attentes sur l'outil sont un accès efficace aux synthèses projet pertinentes, la fiabilité des données, l'homogénéité des références émises et la rapidité de mise en œuvre. 15

16 Partie 2 - Etudes Préalables Pour en garantir la pérennité et le bon usage, les fonctionnalités de la base et les procédures associées devront être cohérentes et réalistes avec son contexte d'exploitation. Les processus devront être rapides et simples à mettre en œuvre, la procédure devra être personnifiée et régulée. Par ailleurs, une campagne de communication et d'accompagnement doit être menée auprès des futurs utilisateurs pour les sensibiliser tant à l'outil qu'à la capitalisation. 3. Analyse externe Cette section étudie l'environnement du projet en terme d'acteurs et de secteur, afin de mettre en évidence les éventuelles opportunités à saisir et menaces à prendre en compte pour son bon développement. Dans ce contexte, il apparaît que le principal obstacle pour l'application réside dans l'organisation en DO qui développe chez certains un sentiment de préservation. Paradoxalement, tous ont exprimé un besoin de transversalité dans l'origine des synthèses projet ; les projets menés dans les autres DO pouvant potentiellement augmenter la pertinence de la réponse d'unilog dans un contexte donné. Les missions d'o4b 1 ne remettent pas en question la conduite du projet, elles lui offrent même de nouvelles perspectives de développement. Des deux options possibles, il a été décidé de d'abord traiter le projet en local et d'éventuellement envisager par la suite le développement d'une application concrète à l'échelle de la société, en partenariat avec O4B. Se lancer directement dans un projet à l'échelle de la société, semblait offrir moins de garantie sur la conduite et l'aboutissement du projet. 1 "Offers For Business" est une Direction Fonctionnelle qui a pour mission principale de créer les outils de commercialisations des savoir-faire d'unilog, dont des extraits de références thématiques. 16

17 Partie 2 - Etudes Préalables 4. Conclusions 4.1. Sur la méthodologie L'enchaînement des étapes - recherche documentaire, entretiens, observation - a permis une progression cohérente dans la compréhension de la problématique :! la recherche documentaire a permis de collecter une somme importante d'informations, tant sur les documents en eux-mêmes que sur les outils disponibles. Il était cependant difficile d'en évaluer l'usage et la pertinence.! grâce aux entretiens, il a été possible, d'une part, de distinguer parmi la masse de données celles qui correspondaient aux attentes des usagers et, d'autre part, de comprendre l'utilisation qui était faite des outils. En contrepartie, les connaissances acquises lors de la phase de recherche ont permis de dynamiser les entretiens et d'approfondir les réponses des audités en donnant matière à réagir à leurs observations. Les objectifs fixés pour ces entretiens ont tous été atteints et, en considérant les résultats obtenus, la décision de privilégier ce mode de consultation aux questionnaires s'en est trouvée confortée.! enfin, l'observation en situation d'une fraction des audités a permis d'encore affiner la connaissance du sujet et la pertinence des conclusions de l'analyse interne Sur la gestion des références Résultant de l'activité commerciale de plusieurs années, il existe aujourd'hui un nombre significatif de références mais celles-ci sont non homogènes, non mises à jour, non centralisées, principalement stockées dans les présentations pour lesquelles elles ont été établies. Il est délicat alors de parler de gestion de ces références. Les outils de capitalisation que sont le répertoire "Documentation" du serveur S3E_commerce$ et l'intranet Sésame ne répondent pas, pour des raisons pratiques ou contextuelles, aux attentes des audités et sont; de fait, peu exploités. 17

18 Partie 2 - Etudes Préalables De plus, l'absence de procédure impacte la synthèse projet à chaque étape de sa vie, de sa sélection à son actualisation, en passant par sa rédaction, sa validation ou son utilisation. Rédigée "au besoin" et directement intégrée à des références contextuelles, elle est, à terme, difficilement capitalisable. Au-delà des considérations techniques c'est également l'absence d'une procédure "appuyée" qui explique le faible taux de capitalisation. Au moment de la mise en œuvre des références, la priorité n'est généralement pas à la capitalisation, mais à une réponse dans les délais au client. Ne s'agissant pas d'une tâche opérationnelle, le retour ultérieur à une éventuelle démarche de capitalisation est régulièrement remis. Les audités admettent ne simplement pas y penser, ne pas prendre le temps ou ne pas saisir l'intérêt qu'ils auraient à le faire. La capitalisation n'est donc pas intégrée aux méthodes de travail, que ce soit sciemment ou par défaut. Paradoxalement, le moyen privilégié des audités pour constituer des références repose sur la mise en commun des savoirs au travers de la mémoire collective et du réseau de relations, à l'intérieur et à l'extérieur de la DO. Ils mettent donc à profits les avantages de la capitalisation, mais selon une approche non structurée et non formalisée. C'est peut être à la dimension humaine du réseau de relations, tant d'un point de vue numérique que dans la nature des échanges, que peut être attribuée cette amorce de capitalisation Sur la mise en œuvre de l'application Comment justifier la mise en place d'une application dédiée à la gestion des références alors que deux outils sont d'ores et déjà disponibles, sans compter les dossiers 'offres' que propose O4B désormais? En ce qui concerne le répertoire "Documentation" du serveur S3E_Commerce$, son manque de fonctionnalité et sa rigidité de classement justifient sa non exploitation et il serait difficile de remédier à ces inconvénients. En revanche, Sésame, grâce à son moteur de recherche et à la typologie des documents, répond à une partie significative des attentes des audités. Avec une meilleure communication sur l'outil et ses possibilités, il serait probablement plus 18

19 Partie 2 - Etudes Préalables spontanément utilisé, dans le cadre de la consultation du moins. Et il est plus simple et plus rapide de prévoir la formation d'une quinzaine de personnes déjà familiarisées avec l'outil que de complètement mettre en place une nouvelle application. Deux arguments cependant, par leurs conséquences en terme de réactivité et de capitalisation, justifient la poursuite du projet : l'exploitabilité et la proximité. D'une part, les données sont actuellement disponibles sous la forme de références contextuelles et non de synthèses projet, ce qui pénalise la recherche et induit systématiquement des étapes fastidieuses pour la sélection, l'adaptation et la mise en page. L'outil tel qu'il est envisagé aujourd'hui en gérant et en centralisant les données sous forme de synthèses projet factuelles permettra d'optimiser les recherches et de limiter les pertes d'informations. De plus, grâce à l'utilisation de masques d'édition spécifiques, les manipulations de mises en forme seront également simplifiées, quelque soit le support d'édition final. Avec une meilleure prise en charge à chacune des étapes de leurs mises en œuvre, les bénéfices à retirer en terme de réactivité sur la constitution de références confèrent un intérêt tout particulier au projet. D'autre part, les audités ont unanimement exprimé un besoin de spécificité et de pertinence des synthèses projet. Les références à l'échelle du groupe telles qu'elles sont disponibles sur Sésame (et maintenant plus facilement accessibles pour une partie des audités) ne sont pas adaptées à une réponse 'projet' dans le secteur spécifique de la DO. C'est pour répondre à un souhait de proximité tant dans le contenu que dans le public ciblé que le projet garde une grande part de sa pertinence. Loin d'être une démarche néfaste à la capitalisation, ce développement initial en local, restreint à une certaine population, peut au contraire permettre l'intégration de la capitalisation aux méthodes de travail. C'est dans cette optique que le projet peut être raisonnablement maintenu. Le chapitre suivant propose une maquette de l'application et les principales fonctionnalités déduites des résultats des analyses préalables. 19

20 Partie 3 - Maquette de l'application Partie 3 Maquette de l'application Cette maquette a été élaborée pour synthétiser, au terme des analyses préalables, les caractéristiques attendues de l'application et servir de support à son développement en terme de format, de traitements et de procédures. 1. Objectifs généraux L'application doit non seulement combler les limites actuelles et répondre aux attentes et besoins exprimés, mais aussi faire mieux que le réseau de relations et les bases personnelles, en termes de réactivité et de pertinence. Appuyée par la procédure, les bénéfices retirés de l'application doivent également amener les utilisateurs à intégrer la capitalisation dans leur méthode de travail. Pour convaincre les utilisateurs, l'application devra donc prendre en compte les deux compromis suivants : Richesse de la base / Temps de manipulation Fiabilité des données / Liberté de manœuvre 2. Format 2.1. Contenu Pour permettre de gérer la synthèse projet aux différents stades de sa vie, il est envisagé de recenser l'ensemble des projets menés par la DO. Il pourrait ainsi être indiqué de manière formelle si le projet doit être référencé ou non, par qui et dans quel délai. Il sera alors également possible, à l'appréciation du rédacteur, d'intégrer des projets en cours dans les références. Idéalement, les synthèses projet gérées ne seront pas restreintes à celles émanant de la DO et la base intègrera. 20

21 Partie 3 - Maquette de l'application 2.2. Champs de la base Si les audités attendent globalement une source de connaissance sur les projets référencés, le degré d'information et la nature des champs attendus diffèrent. Un juste milieu est à trouver entre la richesse informationnelle de la synthèse projet et d'une part, son temps de saisie et d'autre part, son temps de consultation. Le tableau présenté en annexe reprend les champs retenus pour la base et/ou pour la synthèse projet (en gras), pondérés par le nombre de sollicitation. Au terme des entretiens, la notion de champ obligatoire ne semble pas judicieuse. Pénaliser un geste de capitalisation en bloquant l'enregistrement d'une synthèse projet pour une donnée manquante n'aurait que des conséquences néfastes sur l'outil. Un guide de saisie précisant les champs principaux "recommandés" et ceux complémentaires serait plus envisageable. C'est plus au niveau de la procédure que devrait s'opérer le contrôle de la bonne alimentation de la base Illustrations Seuls les logos, unitaires ou sous forme de mosaïques ont été retenus. Les captures d'écran, compte tenu de leur proportion d'utilisation par rapport aux démarches de demandes d'autorisation et de dépersonnalisation ne justifient pas d'être intégrées aujourd'hui. 3. Traitements Les principales attentes sur l'outil sont l'accès aux synthèses projet pertinentes, la fiabilité des données, l'homogénéité des références émises et la rapidité de mise en œuvre. Pour satisfaire à ces critères, les fonctionnalités suivantes peuvent être envisagées : - Indexation des champs principaux pour optimiser les résultats du moteur de recherche - Statistiques d'édition des références - Utilisation de listes de choix et de typologie de champs pour la saisie 21

22 Partie 3 - Maquette de l'application - Gestion de masques d'édition pour différents formats de sortie et niveaux de détails - Gestion des illustrations Complétées dans une version ultérieure par : - Gestion des droits en écritures - Planification des tâches - Système de validation pour les modifications apportées dans la base (*) (*) : dans un premier temps, seule une notification de l'état "validé" ou non sera mise en place. 4. Procédures Pour compléter les fonctionnalités, les procédures suivantes pourraient être engagées. au niveau de la synthèse projet, préciser : - qui définit de référencer ou non un projet, sur quel(s) critère(s)? - par qui, à quel moment et dans quel délai elle doit être rédigée - qui est en charge de son actualisation au niveau de la gestion de la base, pour en garantir la pérennité, définir les modalités et personnes : - garantes de la bonne alimentation et actualisation de la base - responsables de sa mise à jour (élimination des synthèses projet désuètes) NB : Compte tenu du planning et du probable conditionnement de la procédure par les fonctionnalités de l'outil, il a été décidé de se concentrer dans un premier temps sur l'approche technique et concrète de la réalisation ; les aspects de procédure seront traités ultérieurement. 22

23 Partie 3 - Maquette de l'application 5. Spécificités techniques D'un point de vue technique, l'application doit répondre aux critères suivants : - portabilité : initialement développée comme une solution autonome, l'application pouvant être à terme intégrée dans d'autres applications - gratuité : il n'y a pas de budget alloué au projet, l'application doit donc être élaborée sur la base des ressources d'ores et déjà disponibles et sur des solutions OpenSource. 6. Aspects réglementaires Dans le cadre de la gestion de références commerciales, deux aspects réglementaires sont à prendre en considération : - le droit des marques, pour l'utilisation des noms et logos, conformément au code de la propriété industrielle - la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978, pour la création de fichiers nominatifs La gestion du droit des marques intervient au niveau de l'établissement des contrats entre le client et Unilog, en amont de l'application. En ce qui concerne les déclarations auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), une action a été entreprise au sein de la société pour s'informer des modalités d'intégration des fichiers nominatifs de la base au sein des déclarations existantes. Toutefois, les objectifs et exploitations de la base rentrent dans les critères de tolérance de non-déclaration concédée par la CNIL [3]. 23

24 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Partie 4 Mise en Œuvre de l'application Les choix technologiques ont été établis en s'appuyant sur la maquette et sur les ressources disponibles. Au moment de la rédaction du présent document, cette phase de réalisation venait juste d'être commencée et de nombreux points étaient encore en cours de validation et/ou de développement. 1. Solution technique Afin de répondre aux exigences de portabilité de la base et de budget, la solution xml semble la plus appropriée. Trois solutions se présentent alors : - une base de données xml native Open Source, comme exist [4] ou Apache Xindice [5] - un SGBDR Open Source compatible xml, comme MySQL [6] ou PostgreSQL [7] - full xml avec traitements sous langage de programmation, java, asp.net ou php par exemple Xml native ou relationnelle? D'une base de données xml native ou d'un SGBDR, quelle solution est la plus adaptée à la problématique? Contenu structuré, axé sur les données, strictement décrit par un schéma ; structure prévisible et relativement fixe ; modalités de recherche basiques ; les caractéristiques de la base potentielle orientent plutôt vers un SGBDR que vers une base de données xml native [8] Base de données ou full xml? En s'appuyant sur les recommandations de l'expert technique consulté, c'est la seconde option qui a été retenue : elle permet une totale indépendance de tout outil ou de version de base de données. Pour la DO, elle offre par ailleurs une certaine plus value car ce type de projet n'y a pas encore été développé. 24

25 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Le langage de traitement initialement envisagé était l'asp.net. Cependant, pour des impératifs de planning, il était difficilement envisageable d'intégrer au projet une phase de formation à ce langage, l'application a donc été initialisée en PHP et sera éventuellement développée ultérieurement en asp.net. 2. Données et environnement techniques 2.1. Architecture et hébergement L'application fonctionnera sous un modèle d'architecture clients/serveur. La DO dispose d'ores et déjà d'un serveur d'application sur lequel l'application pourra être hébergée Développement xml Les différents fichiers xml ont été rédigés sous xmlspy 2004 Home Edition, de la société Altova [9] Plateforme et logiciel de développement PHP Le choix de la plateforme de développement s'est orienté vers WAMP5 [10], pour "Windows - Apache - MySQL- PHP5" ; choix. motivé par la présence de la version de PHP, plus compatible avec le xml que les versions antérieures. Les scripts ont été rédigés sur une version d'essai de PHP Expert Editor 3.2 [11]. 3. Spécificités de l'application 3.1. Fichier de données Stockage des données L'ensemble des informations est stocké dans un fichier plat xml, dans une orientation documents, plutôt que données, compte tenu des perspectives d'exploitation sélective et multi-formats [12]. 25

26 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application En terme de volumétrie, le nombre de références qui seront intégrées et maintenues dans la base n'étant pas encore déterminé, il serait délicat d'estimer l'espace de stockage à prévoir pour ce fichier. Néanmoins, l'absence de cette donnée n'est pas réellement problématique compte tenu du nombre relativement limité de synthèses projet concernées à terme et de la faible taille relative des fichiers xml et php Structuration et validation des données Pour la validation du fichier, un schéma xml a été préféré à une DTD pour les avantages qu'il présentait en matière de typologie de données et de contraintes sur leurs valeurs. Par ailleurs, si l'application est intégrée ultérieurement à un autre outil, la prise en charge des espaces de noms par le schéma pourra s'avérer relativement utile Arborescence Au moment de la rédaction du mémoire, l'arborescence du fichier n'est pas encore définitive, plusieurs modèles sont encore à l'étude Eléments du fichier Le tableau des champs dressé au terme des entretiens a été affiné et ponctuellement réorganisé pour aboutir à 5 éléments principaux. Ces éléments sont pour l'heure provisoires dans la mesure où ils dépendent du modèle de schéma qui sera finalement adopté, mais les variations éventuelles ne portant que sur la position de quelques éléments fils, ils constituent une bonne représentation de ce que sera le fichier final. Pour conférer une certaine souplesse de saisie à la base, un maximum de champs est optionnel. Comme établi dans le cahier des charges, c'est une approche procédurale et non technique qui devra garantir la bonne alimentation de la base, il appartiendra donc au rédacteur et/ou validateur de s'en assurer. Les différents éléments sont présentés dans les paragraphes suivant, en utilisant la représentation graphique de schéma que propose xmlspy 2004, qui permet de saisir rapidement l'arborescence et les occurrences des différents éléments. 26

27 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Représentation graphique d'xmlspy 2004 Les principaux symbolismes mis en œuvre sont les suivants : élément obligatoire, non répétable élément facultatif, non répétable élément obligatoire, répétable un nombre infini de fois élément facultatif, répétable un nombre fini de fois introduit une séquence induit un choix Elément "unilog" & ComplexType "Contact" Cet élément recense l'ensemble des membres d'unilog et leurs coordonnées. La description d'une personne, quelque soit son niveau d'intervention reste la même. Pour ne pas redéfinir ces différentes constituantes à chaque fois, on définit un type complexe qui pourra être appliqué à chaque fois qu'une personne aura besoin d'être décrite. xmlspy

28 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Elément "clients" Cet élément comprend toutes les caractéristiques du client, indépendamment du projet dans lequel il est engagé. Les différentes données clients peuvent être organisées ainsi : xmlspy Elément "descriptifs" Cet élément constitue un référentiel des différentes techniques qui peuvent être rencontrées ou mises en œuvre chez le client (l'environnement technique du projet) ainsi que des offres que va proposer Unilog. Pour cet élément, de nombreux champs peuvent être prédéterminés au travers de l'enregistrement de valeurs d'attribut. Par exemple, pour les offres support, l'attribut "type_support" ne peut prendre que les valeurs : BI,Collaborative Business, Dot Solutions, EAI, EDM-KM ou Mobile Business. 28

29 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Elément "descriptifs" : xmlspy

30 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Elément "projets" C'est l'élément le plus 'conséquent' de la base. Il recueille toutes les données spécifiques au projet, que l'on peut répartir sur deux axes comme le montre l'extrait suivant : xmlspy 2004 Gestion du projet Cet élément gère le projet dès son initialisation, sollicitation du client ou démarchage. Il indique s'il a été gagné ou non (élément "decision") et s'il doit ou non donner lieu à la rédaction d'une synthèse projet et selon quelles modalités (élément "referencable"). Cet élément est obligatoire, contrairement à l'élément "synthese_projet" dans la mesure où les projets ne sont pas tous référençables. xmlspy

31 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Synthèse projet A son tour, la synthèse projet peut être abordée sous deux axes :! du point de vue du client Cet élément reflète la relation avec le client tout au long du projet : les enjeux qu'il constitue, les résultats qui en découlent, en terme de bénéfices et d'accueil de la solution apportée et enfin les modalités d'utilisation du projet comme référence, notamment éventuels critères de confidentialité et souhait ou non de devenir un référant consultable ou visitable. xmlspy

32 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application! du point de vue d'unilog pour les conditions de réalisation et l'évaluation globale du projet Les conditions de réalisation précisent le(s) positionnement(s) sur le projet (assistance maîtrise d'œuvre amont maîtrise d'œuvre exchange tierce maintenance applicative) ainsi que les modalités d'un éventuel partenariat. L'évaluation du projet complète ici les résultats recensés au niveau de l'approche client et s'adresse plutôt à un public interne qu'à une exploitation en terme de référence. xmlspy

33 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application pour la réalisation du projet Cet élément détaille les modalités de réalisation du projet en terme d'équipe, de dimensionnement xmlspy

34 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Elément "relations" Par rapport aux autres éléments présentés précédemment, cet élément est celui qui sera le plus impacté par la décision du modèle de schéma. Sa fonction sera de construire une référence complète à partir des données des constituants qui la compose : données unilog, clients, descriptifs et synthèse projet. C'est à cette fin que sont établis les différents attributs - key_contact, key_client, key_descriptif, et key_projet - qui sont repris pour définir l'élément "ref" donné : <xs:element name="relations"> <xs:complextype> <xs:sequence> <xs:element name="ref" maxoccurs="unbounded"> <xs:complextype> <xs:attribute name="key_ref"/> <xs:attribute name="key_projet"/> <xs:attribute name="key_client"/> <xs:attribute name="key_descriptif"/> <xs:attribute name="key_contact"/> </xs:complextype> </xs:element> </xs:sequence> </xs:complextype> </xs:element> 3.2. Traitements Les traitements sont assurés par des scripts en PHP5. Cette partie du projet est la moins avancée et seuls des scripts-tests, sur des extraits du fichier sont actuellement opérationnels, pour son l'alimentation et sa consultation Alimentation du fichier Introduction au DOM Le DOM ou Document Object Model est une interface de programmation d'application (API), indépendante des langages et plateformes de développement 34

35 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application qui contribue ainsi à l'interopérabilité du web. Ses spécifications sont régies par les recommandations du W3C 2. PHP5 propose un parser DOM (Document Object Model), entièrement basé sur les recommandations du W3C, qui permet de manipuler un fichier xml : parcourir sa structure, extraire, ajouter, modifier ou supprimer des éléments. Le DOM représente le document xml sous la forme d'un arbre de nœuds dont l'ordre et la structure sont mis en correspondance avec les éléments du document. Le ''documentelement" correspond à l'élément racine du document et possède un ou plusieurs "childnodes" qui représentent les branches de l'arbre. A son tour un ChidNode peut posséder un ou plusieurs descendants, si sa définition l'autorise. Il est possible d'accéder à n'importe lequel de ces nœuds individuellement Exemple sur la saisie d'un nouveau contact Le script présenté ci-après à pour objectif, à partir d'un formulaire de saisie codé en html, d'implémenter le fichier "contact_light.xml" avec les coordonnées d'un nouveau contact. Pour l'exemple, on considèrera chacun des éléments comme unique et on limitera les éléments à renseigner aux suivants : <?xml version="1.0" encoding="iso "?> <contacts> <contact> <civilite>m</civilite> <nom>szuper</nom> <prenom>fabrice</prenom> <fonction>ingénieur Principal</fonction> </contact> <contact> <civilite>m</civilite> <nom>fouret</nom> <prenom>matthieu</prenom> <fonction>ingénieur Analyste</fonction> </contact> </contacts> 2 W3C : World Wide Web Consortium 35

36 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application Le script du formulaire de saisie correspondant s'écrit alors : <head> <title>saisie d'un nouveau contact</title> </head> <body> <h1><u>saisie d'un nouveau contact</u></h1> <form name="profil" method="post" action="<?php $PHP_self?>"> <p>civilité : <input type="text" size="5" maxlength="5" name="civi"></p> <p>nom : <input type="text" size="30" maxlength="30" name="nom"></p> <p>prénom : <input type="text" size="30" maxlength="30" name="prenom"></p> <p>fonction : <input type="text" size="30" maxlength="30" name="fonction"></p> <p>mail : <input type="text" size="60" maxlength="60" name="mail"></p> <br/> <div><input type="submit" value="valider"></div> <br/> <?php //formulaire pour alimenter un fichier xml existant $CIVILITE=$_POST["CIVI"]; $NOM=$_POST["NOM"]; $PRENOM=$_POST["PRENOM"]; $FONCTION=$_POST["FONCTION"]; $MAIL=$_POST["MAIL"]; // récupère les données du formulaire /* pour éviter l'insertion d'un jeu de valeurs vides dans le fichier xml au chargement de la page */ if (!isset ($CIVILITE)) // message d'accueil au chargement de la page { echo "<i>"."saississez les données du nouveau contact"."</i>"; } else { // charge le fichier xml dans un nouvel objet DOM $dom = new DomDocument (); $dom->load("contact_light.xml"); // en suivant l'arborescence, crée un nouvel élément "contact" $contact=$dom->createelement("contact"); // puis les fils : crée un nouvel élément "civilite" $civilite=$dom->createelement("civilite"); 36

37 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application // crée un élément textuel qui prend la valeur saisie ds le formulaire $civilitetext=$dom->createtextnode($civilite); // rattache l'élément textuel à l'élément "civilite" $civilite->appendchild($civilitetext); // rattache l'élément "civilité" à l'élément "contact" $contact->appendchild($civilite); // et ainsi de suite $nom=$dom->createelement("nom"); $nomtext=$dom->createtextnode($nom); $nom->appendchild($nomtext); $contact->appendchild($nom); $prenom=$dom->createelement("prenom"); $prenomtext=$dom->createtextnode($prenom); $prenom->appendchild($prenomtext); $contact->appendchild($prenom); $fonction=$dom->createelement("fonction"); $fonctiontext=$dom->createtextnode($fonction); $fonction->appendchild($fonctiontext); $contact->appendchild($fonction); $mail=$dom->createelement("mail"); $mailtext=$dom->createtextnode($mail); $mail->appendchild($mailtext); $contact->appendchild($mail); //enfin, rattache le nouvel élément "contact" à la racine $dom->documentelement->appendchild($contact); //et pour enregistrer le nouveau contact dans le fichier : print $dom->save("contact_light.xml"); };?> </body> </html> Juste avant que la saisie ne soit validée et le nouveau contact enregistré dans la base, l'écran correspondant donne : 37

38 Partie 4 - Mise en Œuvre de l'application De nombreuses améliorations peuvent être apportées à ce type de formulaire de saisie, comme un menu déroulant pour les valeurs de la civilité, le format de la saisie champs des numéros de téléphone, sans compter un soupçon de convivialité à l'attention des utilisateurs Consultation de la base Parcourir l'arbre de nœuds En plus du DOM présenté précédemment, PHP5 offre deux autres possibilités pour sélectionner et retourner les valeur d'éléments du fichier : XPath et SimpleXML XPath Selon le W3C, l'objectif principal du XPath est d'identifier et d'accéder à des portions ou des sous-ensembles de documents xml. Ce langage fonctionne à la manière des chemins de localisation de fichiers sous UNIX où l'arbre du fichier xml remplace l'arborescence des répertoires. La commande xpath peut retourner soit toutes les occurrences d'un élément donné, soit un nœud spécifique en fonction de sa position dans l'arborescence ou de la valeur de son attribut. L'utilisation de chemin de localisation rend plus précise la requête notamment lorsque des éléments portent le même nom alors qu'ils sont enfants de nœuds différents. 38

Télésanté Aquitaine Version : 1.0 18/02/2011. TéléSanté Aquitaine. Cahier des Clauses Techniques Particulières CTTP

Télésanté Aquitaine Version : 1.0 18/02/2011. TéléSanté Aquitaine. Cahier des Clauses Techniques Particulières CTTP Télésanté Aquitaine Version : 1.0 18/02/2011 TéléSanté Aquitaine Formalisation d'une PSSI et d'une Charte de sécurité informatique Cahier des Clauses Techniques Particulières CTTP Marché passé selon une

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Programmation Avancée pour le Web

Programmation Avancée pour le Web L3 Informatique Option : ISIL Programmation Avancée pour le Web RAMDANI Med U Bouira 1 Contenu du module Introduction aux applications Web Rappels sur les sites Web Conception d une application Web Notion

Plus en détail

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP)

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Page 1 1. PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE...3 1.1 SPÉCIFICITÉS DE LA DÉMARCHE...3 1.2 LA DÉMARCHE...3 2 LES QUATRE ÉTAPES DE LA DÉMARCHE...4 2.1 EXPLORATION

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

BAAN IVc. Guide de l'utilisateur BAAN Data Navigator

BAAN IVc. Guide de l'utilisateur BAAN Data Navigator BAAN IVc Guide de l'utilisateur BAAN Data Navigator A publication of: Baan Development B.V. B.P. 143 3770 AC Barneveld Pays-Bas Imprimé aux Pays-Bas Baan Development B.V. 1997 Tous droits réservés. Toute

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX vous accompagne de la Conception à l Exploitation de votre Système d Information. Ce savoir faire est décliné dans les 3 pôles

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

La gestion de la documentation

La gestion de la documentation La gestion de la documentation Des aspects méthodologiques & organisationnels.vers la mise en œuvre d un outil de GED M S. CLERC JOSY 13 OCTOBRE 2015 PLAN Définition d un projet de gestion de la documentation

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

Introduction MOSS 2007

Introduction MOSS 2007 Introduction MOSS 2007 Z 2 Chapitre 01 Introduction à MOSS 2007 v. 1.0 Sommaire 1 SharePoint : Découverte... 3 1.1 Introduction... 3 1.2 Ce que vous gagnez à utiliser SharePoint... 3 1.3 Dans quel cas

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

Proposition de contexte pour le BTS SIO

Proposition de contexte pour le BTS SIO Description de la ressource Proposition de contexte pour le BTS SIO Propriétés Intitulé long Contexte «Laboratoire GSB» Description Formation concernée Matière Présentation BTS SIO MTI, PPE et EDM Cette

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

MÉMENTO. Élaboration de tableaux de bord SSI. Version du 5 février 2004

MÉMENTO. Élaboration de tableaux de bord SSI. Version du 5 février 2004 PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Sous Direction des Opérations Bureau Conseil Élaboration de tableaux de bord SSI

Plus en détail

PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER. besoins. charges. I.A.2 Échéances. I.A.3 Utilisateurs. I.A.4 Besoin fonctionnels. I.A.5 Évolutions à venir

PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER. besoins. charges. I.A.2 Échéances. I.A.3 Utilisateurs. I.A.4 Besoin fonctionnels. I.A.5 Évolutions à venir PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER I. La définition des I.A. L'expression des besoins Rédige (spécifie les besoins). Consulte / utilise pour rédiger le cahier des I.A.1 Positionnement stratégique

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 3 ème année de Licence Économie-Gestion Parcours Gestion Faculté des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 4 semaines à temps plein

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

V 1 Février Mars Avril

V 1 Février Mars Avril Brevet de Technicien Supérieur Assistant de gestion PME-PMI A1.1 Recherche de clientèle et contacts Définir et mettre en place une méthode de prospection Repérer et qualifier les prospects Veiller à la

Plus en détail

Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus?

Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus? Pourquoi le C - GSI Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus? La gouvernance des systèmes d information désigne l ensemble

Plus en détail

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE 21 novembre 2003 Sommaire Objectifs de l'enquête et méthodologie Tendances des SID (Systèmes d'information Décisionnels)

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 SAS Cost and Profitability Management, également appelé CPM (ou C&P), est le nouveau nom de la solution SAS Activity-Based Management. Cette version

Plus en détail

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution?

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? 5 décembre 2013 Sommaire L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : Quels enjeux? Bureau

Plus en détail

PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques

PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques Introduction : Ce document présente l outil en développement PROSOP qui permet la gestion d'une base de donnée prosopographique de la

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011 www.aliendoit.com Active CRM Solution intégrée de téléprospection 04/10/2011 Alien Technology 3E Locaux Professionnels Km 2.5 Route de Kénitra 11005 SALÉ MAROC Tél. : +212 537 84 38 82 Fax : +212 537 88

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION 5 JUIN 2014 APPEL D OFFRES PRESTATION URBANISTE DSI 2014 153 PAP EPE URBANISTE SI. Bpifrance PRESTATION URBANISTE 1

DOCUMENT DE CONSULTATION 5 JUIN 2014 APPEL D OFFRES PRESTATION URBANISTE DSI 2014 153 PAP EPE URBANISTE SI. Bpifrance PRESTATION URBANISTE 1 DOCUMENT DE CONSULTATION 5 JUIN 2014 APPEL D OFFRES PRESTATION URBANISTE DSI 2014 153 PAP EPE URBANISTE SI Bpifrance PRESTATION URBANISTE 1 TYPE DE PROCEDURE Marché privé, passé en appel d offres ouvert

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Fonctionnalités de développement

Fonctionnalités de développement 163 Chapitre 5 Fonctionnalités de développement 1. Optimisation des applications ASP.NET Fonctionnalités de développement 1.1 Présentation de ASP.NET ASP.NET est un ensemble de technologies créé par Microsoft

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Service des ressources pédagogiques POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire

Plus en détail

Formations Méthode et conduite de projet

Formations Méthode et conduite de projet Formations Méthode et conduite de projet Présentation des formations Qualité et Conduite de projets Mettre en place et gérer un projet SI nécessite diverses compétences comme connaître les acteurs, gérer

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

JXDVDTek - UNE DVDTHEQUE EN JAVA ET XML

JXDVDTek - UNE DVDTHEQUE EN JAVA ET XML BALLOTE Nadia FRIULI Valerio GILARDI Mathieu IUT de Nice Licence Professionnelle des Métiers de l Informatique RAPPORT DU PROJET : JXDVDTek - UNE DVDTHEQUE EN JAVA ET XML Encadré par : M. CRESCENZO Pierre

Plus en détail

Analyse et conception des Systèmes d Information. La démarche Merise : La Production Logicielle

Analyse et conception des Systèmes d Information. La démarche Merise : La Production Logicielle Analyse et conception des Systèmes d Information La démarche Merise : La Production Logicielle La production du logiciel Place, objectifs et principes directeurs Christophe.Nicolle@u-bourgogne.fr Introduction

Plus en détail

STAGE2 STAGIAIRE / NIKOLAOS TSOLAKIS. 16/02/2015 : choix des outils nécessités pour l application : Didier Kolb, le maitre de stage

STAGE2 STAGIAIRE / NIKOLAOS TSOLAKIS. 16/02/2015 : choix des outils nécessités pour l application : Didier Kolb, le maitre de stage STAGE2 STAGIAIRE / NIKOLAOS TSOLAKIS 16/02/2015 : choix des outils nécessités pour l application : Didier Kolb, le maitre de stage m invite à faire une étude sur les outils qui seraient utilisés. Sites

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS LOG792 PROJET DE FIN D ÉTUDE EN GÉNIE LOGICIEL BLUEUPDATES FRANÇOIS BOYER BOYF18048004 DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

PLAN CONDUITE DE PROJET

PLAN CONDUITE DE PROJET PLAN CONDUITE DE PROJET Ce guide complète le cours, il donne une marche à suivre qui peut être adaptée si vous choisissez une méthode particulière ETUDE PREALABLE ANALYSE FONCTIONNELLE ANALYSE DETAILLEE

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne Fiche méthode n 3 Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences 1. Définition d un projet GPEC Une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences est par définition,

Plus en détail

Document de présentation du projet

Document de présentation du projet Document de présentation du projet PROGRAMME MEMOIRE DU MONDE DOCUMENT DE PRESENTATION DE PROJET Ce modèle est prévu pour les éléments du patrimoine documentaire qui sont soit inscrits sur le Registre

Plus en détail

Kit organisation. Synthèse méthodologique VERSION 0.1

Kit organisation. Synthèse méthodologique VERSION 0.1 Kit organisation Synthèse méthodologique VERSION 0.1 SOMMAIRE Présentation de la démarche... 3 1 ETAT DES LIEUX... 3 1.1 Cartographie des processus et de l organisation existants... 3 1.2 Diagnostic de

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

Gestion de projet - la phase de définition du projet

Gestion de projet - la phase de définition du projet Gestion de projet - la phase de définition du projet GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Rapport de méthodologie:

Rapport de méthodologie: Rapport de méthodologie: "Laboratoire on chip/lab-on-chip/loc" REMARQUE : La méthode employée est en tout point similaire à celle utilisée en groupe. Contents Rapport de méthodologie:... 1 "Laboratoire

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

LES PROCESSUS SUPPORT

LES PROCESSUS SUPPORT Manuel de management de la qualité Chapitre 3 : Approuvé par Guy MAZUREK Le 1/10/2014 Visa Page 2 / 11 SOMMAIRE 1 LA GESTION DES DOCUMENTS ET DONNEES DU SMQ... 4 1.1 Architecture de la documentation du

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSISTANCE GENERALE A LA DIRECTION ET A LA GESTION DE LA SOCIETE CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE 1. ADHESION A UN RESEAU PROFESSIONNEL... 4 1.1. VEILLE ET TRANSFERT D'INFORMATIONS...

Plus en détail

Création d un site web pour la Communauté des communes du pays vernois et du terroir de la truffe

Création d un site web pour la Communauté des communes du pays vernois et du terroir de la truffe Simon Benjamin BTS SIO Rapport de stage : Création d un site web pour la Communauté des communes du pays vernois et du terroir de la truffe Entreprises : 2014/2015-1 - - 2 - Remerciements Je tiens tout

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATIONS. (Request For Information) SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE

DEMANDE D INFORMATIONS. (Request For Information) SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE Demande d informations - SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISÉE RFI_Veille_Automatisée.docx Nom de l entreprise DEMANDE D INFORMATIONS (Request For Information) - SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE R F I S o l u

Plus en détail

Modèle de cahier des charges CRM

Modèle de cahier des charges CRM Modèle de cahier des charges CRM Vous trouverez dans ce modèle de cahier des charges les éléments généralement nécessaires au bon fonctionnement d un projet CRM. Chaque entreprise étant unique, il vous

Plus en détail

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC cterrier.com 11/09/2007 1 / 7 BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

Module 191 Conduire un projet partiel

Module 191 Conduire un projet partiel Page garde sur Canon : désactiver l option «utiliser les polices de l imprimante» sous Qualité, Détails. Module 191 Conduire un projet partiel Copyright IDEC 2008. Reproduction interdite. IDEC 2002-2006.

Plus en détail

Destination plan de formation

Destination plan de formation Destination plan de formation Nombre de pouvoirs locaux et provinciaux ont intégré la circulaire "plan de formation" du 2 avril 2009, pourtant, une récente étude réalisée par le CRF a permis de poser le

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Etude et développement d un moteur de recherche

Etude et développement d un moteur de recherche Ministère de l Education Nationale Université de Montpellier II Projet informatique FLIN607 Etude et développement d un moteur de recherche Spécifications fonctionnelles Interface utilisateur Responsable

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) Médiation Services Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

AgriShop Boutique en ligne

AgriShop Boutique en ligne AgriShop Boutique en ligne Version 1.1 du 02/02/2010 EDUTER-CNERTA. Ce document est propriété d EDUTER-CNERTA et ne peut être copié, reproduit par quelque procédé que ce soit, utilisé ou transmis à des

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE 1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE Cette méthode, fruit de retours d expériences, permet de maîtriser un projet QSE et d atteindre l objectif de certification. C est une véritable «feuille

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU GOUVERNEMENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE SUR LES SITES INTERNET GÉRÉS PAR LA DOCUMENTATION

Plus en détail