Gestion et assurance des risques : responsabilités de l exploitant. numéro spécial

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion et assurance des risques : responsabilités de l exploitant. numéro spécial"

Transcription

1 avec les Experts-Comptables Bulletin d information de votre centre de gestion agréé Février 2003 n 82 numéro spécial Gestion et assurance des risques : responsabilités de l exploitant Édité par la Fédération des Centres de Gestion Agréés Agricoles

2 info agricole numéro spécial 4 I. L'exploitant 6 L assurance accidents du travail et maladies professionnelles des exploitants agricoles 9 Les possibilités de couvertures supplémentaires 12 II. L exploitation agricole 14 La protection des outils de production 17 La responsabilité de l'employeur 22 La responsabilité civile de l'exploitation 24 La protection juridique 26 Conclusion : Le point de vue de l exploitant Numéro Spécial réalisé pour Info Agricole par Guillaume Pelletier et Rémy Taufour. Avec la complicité de Laurence Martin, Jean-Paul Debliquy, Laurent Leprince, Jacques Logerot, Jean-Luc Nicolas, Patrick Poly, Jacques Thomas et Michel Tissier. 2

3 numéro spécial février 2003 DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Francette BJAI. RÉDACTION Jean-Luc NICOLAS - Président, Jacques LOGEROT, Laurence MARTIN, Marie-Neige BINET, Rémy TAUFOUR, Michel TISSIER, Laurent LEPRINCE, Emmanuel GARGOT. Laurent LEPRINCE - Responsable du comité de lecture. ÉDITÉ PAR LA F.C.G.A.A. Abonnement annuel : 10 HT. Prix au numéro : 2,50 HT. Dépôt légal : 4 e trimestre ISSN FABRICATION : Imprimerie Calligraphy Print - Rennes N Commission Paritaire : Ce numéro a été tiré à exemplaires Ce numéro spécial est destiné à présenter synthétiquement la façon d appréhender les risques de l exploitant et de l exploitation et répondre aux besoins d assurances qui en découlent. Nous attirerons votre attention sur les points essentiels à ne pas négliger. Le monde agricole est en pleine mutation, les exploitations sont confrontées à des besoins d assurance de plus en plus spécifiques. La gestion des risques dans une entreprise agricole fait souvent partie de sa stratégie. La spécialisation des exploitations fait ressortir des risques nouveaux. Le chef d entreprise doit les assumer. En fait, tout est notion de risques : humain, sanitaire, financier, météorologique, politique, juridique, fiscal, économique, environnemental, alimentaire, etc... La gestion de ceux-ci est déterminante pour la pérennité de l entreprise. Si tous les risques étaient assurés, cela tendrait à annuler le résultat de l entreprise. Il s agit alors de sélectionner les risques préjudiciables et d évaluer leurs conséquences financières pour l entreprise avec l assureur. L'étude des besoins en assurances d une exploitation agricole se fera en deux parties. Tout d abord les besoins de l exploitant, avec la présentation des dispositions législatives et les possibilités d assurances complémentaires, qui seront suivis par l analyse de l exploitation et de ses responsabilités. 3

4 4 info agricole

5 numéro spécial février

6 info agricole L assura accidents du travail et maladies Dans le cadre de la loi de 1966, les accidents professionnels et privés et les maladies professionnelles étaient couverts par un contrat d'assurance souscrit auprès d'une compagnie de son choix. Le législateur a modifié ces anciennes dispositions. Depuis le 1 er avril 2002, l AAEXA (Assurance Accidents du travail et maladies professionnelles des EXploitants Agricoles) constitue un nouveau régime de Sécurité Sociale. Pour gérer leur couverture sociale AAEXA, les EXploitants agricoles peuvent avoir recours à deux organismes gestionnaires de l AAEXA, le GAMEX regroupant 25 organismes assureurs, et la Mutualité Sociale Agricole. Tous appliquent les mêmes taux de cotisations et de prestations, qui sont fixés par décret. 6

7 numéro spécial février 2003 nce professionnelles des exploitants agricoles (AAEXA) LES BÉNÉFICIAIRES les chefs d exploitation ou d entreprise agricole, le conjoint marié du chef d exploitation, l aide familial et son conjoint, participant aux travaux de l exploitation ou de l entreprise, Les enfants âgés de 14 à 16 ans et jusqu à 20 ans sous certaines conditions, participant occasionnellement aux travaux de l exploitation. Le nouveau régime est applicable aux DOM, sous réserve des adaptations nécessaires. La réforme ne concerne pas l Alsace et la Moselle, qui ont leur propre système de couverture des accidents du travail. Les retraités sont exclus de l AAEXA. L accident est considéré comme un accident de la vie privée et relève donc du régime d assurance maladie du retraité. LES RISQUES COUVERTS Les accidents du travail : est considéré comme accident de travail l accident survenu sur le lieu de l exploitation, de l entreprise, de l établissement ou du chantier. Les accidents de trajet sont également pris en compte. Les maladies professionnelles (figurant sur la liste des maladies professionnelles). Les accidents de la vie privée sont dorénavant pris en charge au titre de l AMEXA. Barème des cotisations AAEXA 2002 Qualité Cotisation annuelle Cotisation réelle LES COTISATIONS Les cotisations sont identiques quel que soit l organisme. Il y a un appel de cotisation annuel, payable en une fois. L assuré a toutefois la possibilité de régler en plusieurs fois s il opte pour le prélèvement automatique. La cotisation est calculée sur la base d un montant forfaitaire, fixé par arrêté. Elle est fonction : des personnes garanties et de leur statut (chef d exploitation, aide familial, conjoint ), à partir de 2005, de la catégorie de risque dans laquelle est classée l exploitation, du type d activité (principale ou secondaire) : réduction de cotisation en cas d activité agricole non salariée à titre secondaire, de la période d affiliation : en cas d affiliation en cours d année, la cotisation annuelle est calculée au prorata du nombre de jours. (1/04/02-31/12/02) Chef d exploitation à titre principal ou exclusif 283, Chef d exploitation à titre secondaire 141, Conjoint ou aide familial à titre principal ou exclusif 108,76 82 Conjoint ou aide familial à titre secondaire 57,38 41 LES PRESTATIONS Remboursement des frais (médicaux, chirurgicaux, pharmaceutiques et d hospitalisation), dans la limite de 100 % des tarifs de la Sécurité Sociale. Indemnités journalières en cas d incapacité temporaire de travail, pour le chef d exploitation ou d entreprise : 17,78 / jour, à partir du 8ème jour d arrêt de travail et pendant 28 jours, et de 23,71 / jour au-delà. En cas de rechute, l indemnité minorée est appliquée pour les 28 premiers jours, sans délai de carence. Elle est majorée à compter du 29 e jour. Le versement prend fin à la guérison ou consolidation. En AAEXA, il n y a pas de mi-temps thérapeutique : la reprise d activité, même minime, entraîne la suspension du versement des indemnités journalières. Ces indemnités n étaient pas prévues dans les garanties des contrats loi 66. 7

8 info agricole Invalidité - Rente d incapacité permanente (versée à la victime) Pour compenser la diminution d activité ou l incapacité à l exercer, la victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle peut bénéficier d une rente viagère, dont le montant dépend du taux d incapacité proposé par le médecin conseil (voir le barème), dont l avis est ensuite soumis pour validation à la commission des rentes. Le taux est fonction du degré de gravité de l'accident et du type de pathologie. Il est calculé selon les barèmes publiés au journal officiel. La rente est versée par mois, à terme échu. La rente est versée : pour le chef d exploitation, à partir de 50 % d incapacité de travail pour le conjoint et les aides familiaux en cas d incapacité de travail totale (100 %). A 100 % d incapacité, la rente est de ,43 par an. - Majoration pour recours à une tierce personne En cas d incapacité permanente partielle ou totale, nécessitant le recours à une tierce personne, le montant de la rente peut être majoré, sur avis de la commission des rentes. Le montant minimum de la rente pour 2002 est de ,79. Taux Montant Taux Montant Taux Montant Taux Montant Taux Montant d'incapacité annuel de d'incapacité annuel de d'incapacité annuel de d'incapacité annuel de d'incapacité annuel de permanente la rente 2002 permanente la rente 2002 permanente la rente 2002 permanente la rente 2002 permanente la rente % 2 667,86 61 % 4 428,64 72 % 6 189,43 83 % 7 950,22 94 % 9 711,00 51 % 2 827,93 62 % 4 588,71 73 % 6 349,50 84 % 8 110,29 95 % 9 871,07 52 % 2 988,00 63 % 4 748,79 74 % 6 509,57 85 % 8 270,36 96 % ,14 53 % 3 148,07 64 % 4 908,86 75 % 6 669,64 86 % 8 430,43 97 % ,22 54 % 3 308,14 65 % 5 068,93 76 % 6 829,72 87 % 8 590,50 98 % ,29 55 % 3 468,21 66 % 5 229,00 77 % 6 989,79 88 % 8 750,57 99 % ,36 56 % 3 628,29 67 % 5 389,07 78 % 7 149,86 89 % 8 910, % ,43 57 % 3 788,36 68 % 5 549,14 79 % 7 309,93 90 % 9 070,72 58 % 3 948,43 69 % 5 709,22 80 % 7 470,00 91 % 9 230,79 59 % 4 108,50 70 % 5 869,29 81 % 7 630,07 92 % 9 390,86 60 % 4 268,57 71 % 6 029,36 82 % 7 790,14 93 % 9 550,93 Il est à noter que jusqu ici, les exploitants bénéficiaient uniquement d une rente pour incapacité permanente. - Rente en cas de décès (rente versée aux ayants droit) En cas de décès du chef d'exploitation, des suites d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle, une rente est versée à ses ayants droit. La rente est versée tous les trimestres, à terme échu. Un complément de 20 % du gain forfaitaire est versé au conjoint survivant s'il est âgé de 55 ans ou s'il est atteint d'une incapacité de travail générale de 50 %. Forfait frais funéraires Le remboursement des frais réels est effectué aux personnes qui les ont engagés (membres de la famille ou non) sur présentation des pièces justificatives, à hauteur d'un forfait. Ce forfait est égal à 1/24 e du plafond annuel de la sécurité sociale. Pour 2002 : / 24 = Bénéficiaire Montant Durée Conjoint survivant 40 % du gain forfaitaire annuel * Rente viagère 25 % du gain forfaitaire annuel pour Rente d'orphelins versée jusqu'au Enfants chacun des deux premiers enfants 16 e anniversaire de l'enfant. 20 % du gain forfaitaire annuel Limite d'âge reculée sous certaines pour les enfants suivants conditions * Le montant du gain forfaitaire annuel est fixé chaque année par arrêté et correspond au revenu supposé d'un agriculteur. Pour 2002 : ,43. 8

9 numéro spécial février 2003 de Les possibilités couvertures supplémentaires EN CAS DE DÉCÈS En complément de l'aaexa, deux possibilités sont offertes à l exploitant pour se prémunir en cas de décès : soit le décès par accident, événement soudain et imprévisible ayant une cause extérieure à la personne (l accident cardiaque est exclu). La cause du décès peut être d origine privée ou professionnelle. La distinction est parfois difficile dans les faits, le contrat ne devra pas en faire. La souscription d une garantie accident est simple : peu de formalités médicales et une tarification qui ne tient pas compte de l âge. soit le décès toutes causes, c est-à-dire en cas de maladie et/ou d accident. C est une garantie complète à souscrire de préférence lorsque l on est en bonne santé. Les formalités médicales varient selon les capitaux assurés, cela va de la simple déclaration de bonne santé au bilan médical complet. Le montant des capitaux garantis doit tenir compte des besoins de l entreprise suite au décès du chef d exploitation : embauche d un gérant ou d un chef de culture. Le contrat d assurance "homme clef" répond à cette demande. La prime est une charge de l'exploitation déductible, mais le capital versé est une recette fiscalisée. Par ailleurs les besoins du foyer ne sont pas à négliger : scolarité, crédit, revenu du conjoint survivant. La sagesse serait de prévoir environ trois fois le revenu annuel du foyer. Les primes sont payées à titre personnel et le capital est exonéré d'impôt sur le revenu et de droits de succession. Quelques points à ne pas négliger - Y a-t-il une période d attente ou de carence (pendant laquelle l assuré n est pas garanti), entre la souscription et le début de la maladie? - A quel âge la garantie décès expire-t-elle? - Y a-t-il des exclusions de garanties : sport à risques, usage d un deux roues Les réponses diffèrent selon les compagnies. Les assurances décès particulières - En cas de souscription d un emprunt, l exploitant a normalement la possibilité d assurer son emprunt auprès de l assureur de son choix qui s obligera à envoyer une délégation de garantie au banquier pour le capital restant dû. L assurance "risque fiscal", sert à compenser l augmentation d impôt sur le revenu suite aux remboursements des emprunts. Il faut simuler l incidence avec l'expert-comptable. L'INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL (ITT) En complément des dispositions législatives obligatoires, il est recommandé de prévoir des indemnités journalières supplémentaires. Ce complément indispensable doit couvrir au minimum les accidents de la vie privée. Le montant de l'indemnité doit permettre de financer une partie des besoins de remplacement, sans excéder le revenu fiscal journalier, un justificatif pouvant parfois être demandé. 9

10 info agricole La souscription d une garantie accident est simple et peu chère : de faibles formalités médicales et une cotisation qui n'est pas calculée selon l âge du souscripteur. Le risque d accident du travail étant important, n'hésitez pas à demander à l assureur un montant élevé et sans franchise qui interviendra avant le régime obligatoire. Pour une couverture complète, l exploitant peut se couvrir également en cas de maladie. La prime dans ce cas est calculée selon l âge du souscripteur et certaines formalités médicales peuvent être demandées (questionnaire de santé, examen médical ). Le montant de la prime peut être adapté en faisant varier la franchise et la durée d indemnisation ; les contrats prévoient un minimum de 15 jours et un maximum de 90 jours pour une durée de un an ou trois ans. Mieux vaut souscrire cette garantie lorsque l exploitant est jeune et en bonne santé. Outre le complément de revenu, il existe des contrats dits de main-d œuvre de remplacement qui prévoient une indemnité lorsque l assuré (l exploitant ou son conjoint) est indisponible suite à une maladie ou un accident. L exploitant doit respecter certaines obligations : formalité médicale, bulletin de salaire du remplaçant et durée limitée d indemnisation. L'INVALIDITÉ Il n'existe pas de définition commune à toutes les compagnies d'assurances. Néanmoins, nous pouvons l'identifier ainsi : un assuré est considéré en invalidité lorsqu il est dans l impossibilité définitive d'exercer une activité professionnelle dans des conditions identiques à celles qui précédaient l'accident ou la maladie. La notion d invalidité peut être classée en trois catégories. Il faut préciser avant tout que l état d'invalidité n est jamais déclaré par l assureur mais par un ou plusieurs médecins-experts de la compagnie d assurances. L'invalidité absolue et définitive L'assuré est dans l'impossibilité de faire les actes de la vie courante ; il a besoin d'une tierce personne pour se vêtir, se nourrir, se laver, etc Il s agit d une invalidité de 3ème catégorie pour la sécurité sociale. Dans cette situation, l'assureur verse le capital ou la rente prévu au contrat. Tableau synthétique de la prévoyance Généralement cette garantie est liée à la garantie décès : même montant de garantie. L'invalidité permanente totale Dans ce cas, l assuré ne peut exercer aucune activité rémunératrice. L'assureur verse le capital ou la rente prévu au contrat. L'invalidité permanente partielle L'assuré ne peut exercer une activité professionnelle à 100 %. Le montant versé à l assuré va dépendre de son taux d'invalidité : n généralement au-delà de 66 % le capital ou la rente est versé en totalité. n de 33 à 66 % d invalidité, le montant de la prestation versée dépend de ce taux. n en deçà de 33 %, la prestation est versée uniquement en cas d'accident. Maladie ou accident : Frais de Décès Indemnités Invalidité Régime obligatoire* soins journalières Privé 70 % néant néant néant Raison 18 / j dès le 8 e jour 100 % / an professionnelle 20 / j dès le 21 e jour maxi / an * chiffres

11 numéro spécial février 2003 ASSURER SA RETRAITE La retraite de base est gérée uniquement par la MSA. La notion d assurance en est un peu éloignée. L analyse du système de cotisations et des prestations pourra être étudiée avec votre conseiller MSA habituel (voir le numéro spécial INFO AGRICOLE n 77 sur les cotisations sociales des exploitants agricoles). Le régime de base forfaitaire est complété par un régime proportionnel en fonction des points acquis. Depuis le 1 er janvier 2003, une retraite complémentaire obligatoire par répartition est calculée sur l ensemble des revenus agricoles au taux d environ 2,97 %. Les retraites complémentaires facultatives En complément des régimes énoncés plus haut, l exploitant peut souscrire auprès d une compagnie d assurances un contrat de retraite complémentaire par capitalisation. Ce dispositif présente plusieurs avantages : les primes versées sont déductibles du résultat de l exploitation et, de ce fait, diminuent les assiettes sociales et fiscales. Les primes déductibles sont plafonnées à 7 % des revenus professionnels dans la limite de trois fois le plafond annuel de la sécurité sociale (5 927 pour 2002). Le principe Les fonds sont disponibles au moment de la liquidation de la retraite de base sous forme d'une rente viagère imposable. Les exceptions - en cas de décès de l exploitant retraité, le bénéficiaire désigné au contrat touchera une rente de réversion. - avant sa retraite, l'exploitant ne pourra récupérer les sommes versées qu en cas d invalidité de 2 e et 3 e catégories ou en cas de liquidation judiciaire. Selon les compagnies, les fonds peuvent être investis sur un contrat multisupport (ventilation possible entre actions et obligations). Le "conjoint collaborateur" peut également souscrire un tel contrat. Le contrat d'assurance vie Placement privilégié des français, il présente plusieurs avantages. - Sur le plan financier : il est souvent possible de combiner des versements ponctuels (libres) en cas de disponibilités occasionnelles, et des versements réguliers. - Sur le plan fiscal : les capitaux et les plus-values obtenus 8 ans après la signature du contrat sont exonérés d'impôt sur le revenu dans les limites indiquées ci-dessous (voir tableau 1). - Sur le plan successoral (voir tableau 2). Les retraites collectives des salariés des exploitations Le salarié agricole disposera de sa retraite de base et de sa retraite complémentaire. Sur les exploitations ayant du personnel salarié permanent, il est possible de mettre en place un Plan Epargne Entreprise pour les salariés que l on souhaite motiver. Tableau 1 Depuis 2000, le chef d entreprise peut en bénéficier. Ce PEE est alimenté par l entreprise et le salarié. Pour tous ces versements, il y a exonération de charges sociales et exonération d impôt sur le revenu lorsqu ils sont retirés cinq ans après leur versement. La loi et les conventions collectives prévoient, au départ à la retraite du salarié, le versement d'une indemnité calculée en fonction de son ancienneté dans l'entreprise. Les entreprises ont la faculté, au plan comptable, de constituer des provisions pour faire face à cette charge future. Ces provisions ne sont pas admises en déduction de l'assiette fiscale. L'entreprise peut cependant déduire les primes versées dans le cadre d'un contrat d assurance collectif souscrit pour faire face au décaissement qui interviendrait au moment du départ à la retraite du salarié. Date de rachat De 0 à 4 ans De 4 à 8ans Au-delà de 8 ans I R Exonération dans la limite : ou prélèvement libératoire 35 % 15 % de pour un célibataire au taux de ou de pour un couple. Taxation à 7,50 % au-delà. Prélèvements sociaux 10 % 10 % 10 % Nota : des dispositions particulières régissent les contrats conclus avant le 25 septembre Tableau 2 Versements effectués avant l'âge de 70 ans Contrats conclus après le 13 octobre 1998 Versements effectués après 70 ans Exonération à concurrence de Exonération à concurrence de du capital versé par bénéficiaire en cas de décès. tous contrats confondus. Au-delà de , les droits Au-delà, taxation au taux normal. sont calculés au taux de 20 % Les intérêts capitalisés sur le contrat sont exonérés. 11

12 12 info agricole

13 numéro spécial février

14 info agricole La protection des outils de production LES BATIMENTS : qui doit assurer quoi? Les structures juridiques des exploitations agricoles étant de plus en plus complexes et variées, il est important de préciser les responsabilités à assurer : selon l article L du Code rural, le locataire-fermier de bâtiments agricoles doit garantir ses risques locatifs, c est-à-dire garantir les dommages causés à la propriété du bailleur. Sa responsabilité ne sera recherchée qu en cas de faute grave. Elle se définit comme un manquement caractérisé à l obligation générale de prudence et de surveillance dans l accomplissement d actes courants à la campagne. Un exemple Allumer un feu de broussailles à proximité d une grange à foin. En cas d incendie de celle-ci, la garantie "risques locatifs du fermier" agira : le propriétaire non-occupant exercera un recours contre son fermier pour les dommages immobiliers. Le propriétaire non-occupant doit assurer le contenant (les bâtiments) et sa responsabilité vis-à-vis de son locataire et des tiers. Un exemple Une poutre tombe sur un animal dans l étable ou une tuile se décroche et blesse un passant. Si la faute grave du fermier n est pas prouvée, l assureur du bailleur indemnisera ce dernier pour les dommages aux immeubles sans possibilité de recours. Lorsque les structures juridiques le permettent, un contrat global avec une clause "d assurance pour compte" garantira les immeubles et le contenant. Attention, même si ce contrat présente certains avantages financiers et de gestion, le bailleur et le fermier renoncent à tout recours l un contre l autre. Un exemple En cas de police unique, si la poutre du "bailleur" tombe sur la vache du "fermier", ce dernier ne pourra pas demander d indemnisation au bailleur, ni pour les dommages matériels (perte de l animal), ni pour les dommages immatériels (perte de lactation ou de participation à un concours). Comment assurer les bâtiments? La valeur à neuf L'immeuble est reconstruit avec des matériaux identiques et neufs. Les maisons d habitation sont souvent assurées de la sorte. - Attention aux maisons imbriquées dans un bâtiment d exploitation : elles pourraient être indemnisées comme ce dernier. La valeur de reconstruction vétusté déduite L indemnité versée tiendra compte de la vétusté des bâtiments. Généralement, les contrats d assurance n appliquent pas de vétusté si elle est inférieure à 25 %. 14

15 numéro spécial février 2003 La valeur d usage identique C est la reconstruction en bâtiment moderne de destination et de capacité fonctionnelle équivalentes (ce mode ne convient pas aux bâtiments classés ou situés dans le périmètre d un monument historique). Des mesures de prévention peuvent être exigées. Exemple : électricité vérifiée annuellement, présence d extincteurs, contrôle de la température des fourrages. Préciser à votre assureur les points suivants : La nature du bail (civil, commercial ou agricole). Les responsabilités sont différentes : le locataire civil ou commercial est présumé responsable des dommages causés à l immeuble, le locataire agricole ne le sera qu en cas de faute grave. L usage des bâtiments : uniquement agricole ou à titre commercial (ex : l exploitation d une piste de karting couvert dans un bâtiment ne relève pas d une activité agricole ; contrat d assurance multirisque commerciale). LE CONTENU DES BATIMENTS Le contenu non automoteur Le contenu de la maison d habitation de l exploitant agricole est matérialisé par l ensemble des meubles et effets personnels de l assuré. Il est utile lors de la souscription du contrat d assurances de chiffrer précisément ce capital et de préciser à l assureur si vous possédez des bijoux, tableaux, tapis, etc sans oublier de demander quels sont les moyens de protection contre le vol exigés. Le contenu d une exploitation agricole en terme d assurances est constitué par l ensemble du matériel non automoteur, des animaux, des récoltes et des marchandises. Il existe deux modes de tarification : soit l assurance en capitaux : L assuré doit déclarer l ensemble de ses valeurs à la compagnie (chiffrage de la totalité des biens professionnels). En cas de déclaration partielle ou d omission, une règle proportionnelle de prime serait appliquée en cas de sinistre (diminution de l indemnité). soit l assurance au premier risque ou encore appelée "premier feu" : L assureur tient compte du "sinistre maximum possible" en m 2 et capitaux ; l'évaluation se fait sur la base du risque maximum (le plus grand bâtiment ou celui qui renferme le plus de capitaux). L'assuré ne peut choisir tel ou tel mode de tarification. Quelles sont les différentes garanties à souscrire pour protéger son capital d exploitation? La plupart des compagnies proposent les garanties incendie et risques annexes (la foudre, les dommages électriques, la fulguration des animaux), le dégât des eaux et le vol. Cette dernière garantie obéit à des conditions strictes : attention au vol des vins et alcools et du matériel en dehors du corps de ferme! Des garanties optionnelles peuvent être utiles à la bonne marche de l exploitation. Le bris de matériel (bris de machines) couvre la casse interne de tous les appareils à poste fixe. La perte d exploitation compensera la perte de marge brute après sinistre, incendie, dégâts des eaux ou bris de machine. Un exemple Casse sur un pressoir ou une machine à étiqueter chez un viticulteur, robot de traite chez un producteur laitier. La garantie bris de matériel règle la réparation. La perte d exploitation indemnise le manque à gagner. Le bris de bouteilles ou la perte de liquide en cuves peuvent être souscrits. Un exemple La rupture accidentelle d un robinet d une cuve à engrais liquide ou à carburant. Des mesures de prévention de certains risques peuvent diminuer la prime. Un exemple Un bac de rétention sous une cuve, un parafoudre, une thermosonde pour contrôler la température des fourrages. Les exploitations très spécialisées doivent souscrire des contrats sur mesure tels les accidents d élevage où l assureur va garantir le décès des volailles après un "coup de chaleur", les multirisques serres pour les maraîchers et la mortalité des animaux chez les éleveurs. Les véhicules et les engins agricoles Les véhicules automoteurs obéissent à une législation spéciale et obligatoire, c est pourquoi ils ne figurent pas sur les contrats multirisques exploitations. Comme tous les véhicules terrestres à moteur, les engins agricoles sont soumis à l obligation d'assurance en responsabilité civile, c est-à-dire pour couvrir les dommages causés aux tiers lors de la circulation des véhicules et en stationnement. Un exemple Un enfant en roller vient heurter le tracteur en stationnement irrégulier. Le contrat d assurance indemnisera la victime. Il est indispensable de préciser à l'assureur les différents usages des véhicules : la tarification en dépend. Un exemple L'épouse de l exploitant utilise-t-elle un véhicule de l exploitation pour son activité de VRP? Utilise-t-on la débroussailleuse pour rendre service à la commune? Des travaux rémunérés sont-ils réalisés pour le compte de tiers (fauchage, terrassement avec une tractopelle). Un tracteur est utilisé à poste fixe (bras mécanique pour décharger des grumes) : il s'agit d'une responsabilité civile travaux. Les garanties dommages sur les véhicules à moteur ne sont pas obligatoires, mais vivement recommandées. 15

16 info agricole Que sont les garanties dommages? Le vol, l incendie, le bris de glaces et les dommages tous accidents. Selon les contrats, vous pouvez choisir une ou plusieurs garanties, avec ou sans franchise. Il est tentant de n assurer qu au tiers (responsabilité civile) un vieux tracteur, mais attention!... ce véhicule peut tracter du matériel neuf ce dernier prend alors la garantie du tracteur. Il existe des extensions indispensables à souscrire, comme par exemple les dommages aux accessoires hors série aménagés sur les véhicules, les garanties pneumatiques en cas de crevaison, les marchandises transportées et l absorption d un corps étranger par un engin de récolte. Certains contrats permettent de garantir en bris de machines le matériel tracté ou l engin agricole et proposent des indemnités d immobilisation suite à accident. Cette garantie est appréciée par les Entreprises de Travaux Agricoles. Petit rappel : tracteurs et machines agricoles. Sur la voie publique, il faut avoir 16 ans pour conduire un tracteur seul ou avec une remorque. La vitesse est limitée à 40 km/h pour les tracteurs seuls et à 25 km/h pour les tracteurs attelés et les automotrices. Mais attention, il faut attendre 18 ans pour pouvoir conduire, toujours sans permis, les machines de plus de 2,5 m de large ou un tracteur attelé de deux remorques. Pour les besoins autres qu agricoles, le permis adapté à la catégorie du matériel est requis. Les conducteurs de tous les véhicules devront être couverts en cas d accident de la circulation ou seront déclarés responsables. Les passagers régulièrement embarqués seront indemnisés par la garantie responsabilité civile obligatoire énoncée plus haut. Le permis de conduire B n est pas exigé pour les tracteurs utilisés dans le cadre de l exploitation agricole ; en revanche, en cas de prêt à la commune ou à une société de chasse, le permis de conduire adéquat est requis. LES DOMMAGES AUX RECOLTES SUR PIED Les contrats "multirisques exploitations" vont garantir contre l incendie les cultures sur pied ainsi que la paille en ballot ou andain. Les dommages occasionnés par la grêle ou la tempête sont couverts par un contrat spécial. Le principe de l assurance grêle est d indemniser les dommages subis par le choc mécanique du grêlon sur la plante. Pour la tarification, les cultures sont classées selon leur résistance à la grêle et/ou à la force du vent. Attention à la notion de tempête il faut qu il y ait eu un vent de plus de 100 km/h ou un faisceau d indices, c est-à-dire d autres dommages aux alentours. Pour l établissement de l assolement, il existe deux formules : soit forfaitaire L assureur détermine les rendements et le prix unitaire. L assuré communique simplement les surfaces et les variétés cultivées. Si l on assure une culture, il faut déclarer toute la surface de cette culture. soit détaillée L assuré détermine à sa guise les rendements et les prix. Pareillement, il devra déclarer toutes les surfaces d une même culture assurée. Dans les deux cas il s agit d une somme assurée à l hectare. En cas de sinistre, l expert détermine un pourcentage de perte qui sera appliqué au capital assuré. La plupart des cultures sont garanties pour la perte de quantité. Certaines productions spéciales peuvent également être garanties contre la perte de qualité. Un exemple Les fruits et légumes, les pommes de terre sous contrat avec des entreprises agroalimentaires 16

17 numéro spécial février 2003 La responsabilité de l'employeur RESPONSABILITÉ CIVILE DE L'EMPLOYEUR En tant qu employeur, le chef d exploitation agricole a une responsabilité de plein droit en matière d accident (loi du 9 avril 1898 et, de nos jours, Code de la sécurité sociale). En contrepartie de cette responsabilité de plein droit de l'employeur, fondée sur l'idée d'un risque professionnel, la loi du 9 avril 1898 et, de nos jours, le Code de la sécurité sociale, n'accordent à la victime qu'une indemnisation forfaitaire, compensant la perte des revenus professionnels ainsi qu une dispense d avance de frais médicaux, pharmaceutiques, hospitaliers, de rééducation ou de réadaptation. Par contre, la loi du 9 avril 1898 organise l immunité de l employeur. Aucun recours de droit commun en responsabilité civile ne peut être exercé par le salarié victime d'un accident du travail, contre l'employeur ou l'un de ses préposés, ni devant une juridiction civile, ni devant une juridiction pénale Mais, dans des cas exceptionnels, sortant du risque professionnel normal, une réparation complémentaire peut être obtenue par la victime en cas de faute caractérisée de l'employeur, inexcusable ou intentionnelle. Lorsque l'accident de travail ou la maladie professionnelle est dû, au contraire, à la faute caractérisée de la victime, inexcusable ou intentionnelle, il convient d'en tirer les conséquences en réduisant son indemnisation. L'indemnisation complémentaire de la victime, en cas de faute inexcusable de l'employeur, ne relève que du tribunal des affaires de sécurité sociale. La faute inexcusable de l employeur Deux arrêts du 28 février 2002 (maladie professionnelle) et du 11 avril 2002 (accident du travail) ont défini la faute inexcusable comme tout manquement de l employeur à "l obligation contractuelle de sécurité de résultat" qui lui est conféré par les dispositions conjuguées des articles 1147 du Code civil et L du Code du travail. Extrait de l article L du Code du travail : "Le chef d établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l'établissement, y compris les travailleurs temporaires. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, d information et de formation ainsi que la mise en place d une organisation et de moyens adaptés. " Dorénavant, la charge de la preuve que l employeur n était pas en mesure de respecter "l obligation contractuelle de sécurité de résultat" incombe à ce dernier. Parallèlement à l obligation de résultat en matière de sécurité du chef d entreprise, l article L du Code du travail mentionne : " il incombe à chaque travailleur de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa sécurité et de sa santé ainsi que de celles des autres personnes concernées du fait de ses actes ou de ses omissions au travail". Il faut savoir que la Cour de Cassation tend à appliquer ces dispositions, qui obligent le chef d entreprise à une obligation de résultat en matière de sécurité, dans un nombre croissant de situations. Les organismes de protection sociale et les tribunaux saisis d une demande de reconnaissance de la faute inexcusable paraissent désormais confrontés à une double appréciation contradictoire entre l obligation de résultat de l employeur et le partage de responsabilité pouvant résulter de l article L du Code du travail. Les effets de la faute inexcusable de l employeur La faute inexcusable a été conçue afin de tempérer les effets de la responsabilité de plein droit de l'employeur, et afin de moduler la réparation forfaitaire en fonction de la gravité de la faute commise. La majoration de rente Imputable à l'employeur, la faute inexcusable entraîne une majoration de la rente, à l'appréciation des juges selon la gravité de la faute commise. La majoration de rente est indépendante du préjudice subi ; elle est liée à la gravité de la faute commise. La majoration de rente est payée par la caisse de sécurité sociale, qui en récupère le montant par l'imposition d'une cotisation supplémentaire. L'employeur demeure garanti par son assurance responsabilité civile en cas de recours de la MSA. La faute inexcusable de la victime La faute inexcusable de la victime peut être définie comme une faute d'une gravité exceptionnelle, commise avec conscience du danger encouru. 17

18 info agricole La faute de la victime ne peut exonérer l'employeur de sa responsabilité que s'il est établi qu'elle a joué un rôle déterminant dans la réalisation du dommage. Les effets de la faute inexcusable de la victime La faute inexcusable de la victime justifie une minoration de la rente. La diminution peut s'appliquer aussi bien à la rente due à la victime en cas d'incapacité permanente de travail, qu'à celles dues à ses ayants droit en cas de décès. Cette diminution sera graduée, selon la gravité de la faute commise, par le Conseil d'administration de la caisse ou la commission compétente. RESPONSABILITÉ PÉNALE Les sanctions judiciaires issues du Code pénal concernent les atteintes à la personne humaine notamment en cas d accident grave ou mortel ou en cas de mise en danger de la vie d autrui. Le chef d entreprise ou d exploitation joue un rôle central, car il possède un pouvoir de décision et il est le seul qui peut faire appliquer les règles de sécurité. Il peut donc être déclaré pénalement responsable d un accident du travail impliquant son salarié. Les différentes catégories d'infractions Il en existe de deux sortes. La première est constituée par les manquements aux règles d'hygiène et de sécurité du travail édictées par le Code du travail, la deuxième est formée par les atteintes involontaires à la vie ou à l intégrité physique des personnes, délits définis et sanctionnés par le Code pénal. Les manquements aux règles d hygiène et de sécurité définies par le Code du travail et les textes subséquents. En matière d'accident du travail, c'est une hypothèse de responsabilité que l'on rencontre fréquemment puisque, on le sait, il existe une réglementation abondante destinée à assurer la sécurité du travail. L article L du Code du travail punit d une amende de les manquements aux dispositions du titre III du livre II relatives à la santé et la sécurité des travailleurs. Pour plus d information sur les obligations du chef d entreprise en matière de sécurité, se reporter ci-dessous. Les atteintes à l intégrité physique définies et punies par le Code pénal. L accident du travail mortel Il est qualifié d atteinte involontaire à la vie et sanctionné par l article du Code pénal : "Le fait de causer, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement. La mort d'autrui constitue un homicide involontaire pouvant être puni de trois ans d'emprisonnement et de d'amende." "En cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement". Les peines encourues peuvent être portées à cinq ans d'emprisonnement et à d'amende. Par exemple, le fait d avoir permis à son salarié d'effectuer des travaux sur une passerelle démunie de garde-corps - malgré les injonctions de l inspecteur du travail - et d avoir entraîné la chute de ce salarié peut constituer une violation manifestement délibérée d une obligation particulière de sécurité. L accident grave Il est qualifié d atteinte involontaire à l intégrité de la personne et sanctionné par deux articles suivant la gravité de la lésion : Tableau présentant les peines encourues en fonction de la gravité de l'infraction Infractions Sanctions Homicide involontaire Incapacité de travail supérieure à 3 mois Incapacité de travail inférieure ou égale à 3 mois Atteinte à l'intégrité sans incapacité de travail Délit de mise en danger d autrui Simple imprudence Article 221-6, alinéa 1 3 ans d'emprisonnement d amende Article , alinéa 1 2 ans d'emprisonnement d'amende Article R amende prévue pour les contraventions de 5 e classe Article R amende prévue pour les contraventions de 2 e classe Article Violation manifestement délibérée Article 221-6, alinéa 2 5 ans d'emprisonnement d'amende Article , alinéa 2 3 ans d'emprisonnement d'amende Article an d'emprisonnement d'amende Article R amende prévue pour les contraventions de 5 e classe 1 an d'emprisonnement d'amende 18

19 numéro spécial février Art Le fait de causer à autrui, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois est puni de deux ans d emprisonnement et de d amende. - Art Le fait de causer à autrui, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, une incapacité totale de travail d une durée inférieure ou égale à trois mois est puni de un an d emprisonnement et de d amende. LES OBLIGATIONS DU CHEF D ENTREPRISE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ Il appartient à l'employeur, au chef d'entreprise ou au chef d'établissement, de définir la politique de prévention et de veiller à tout moment à la stricte et constante application des dispositions législatives et réglementaires, ainsi qu'à l'application des règlements pris dans l'intérêt de la santé et de la sécurité. La mise en œuvre des actions de prévention Les obligations de sécurité du chef d'établissement et de l'employeur sont fixées par les principes généraux de prévention contenus dans le Code du travail (C. trav., art. L.230-2). Le chef d'établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l'établissement, y compris les travailleurs temporaires. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, d'information et de formation ainsi que la mise en place d'une organisation et de moyens adaptés. Il veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes. Principes généraux de prévention éviter les risques. évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités. combattre les risques à la source. adapter le travail à l'homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes ainsi que le choix des équipements et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé. tenir compte de l'état d'évolution de la technique. remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l'est pas ou par ce qui l'est moins. planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des facteurs ambiants. prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle. Donner les instructions appropriées aux travailleurs. Ces instructions précisent en particulier, lorsque la nature des risques le justifie, les conditions d'utilisation des équipements de travail, des équipements de protection individuelle, des substances et préparations dangereuses ; elles doivent être adaptées à la nature des tâches à accomplir. C est un aspect très important qu il ne faut pas négliger en agriculture, sachant qu une large partie des accidents du travail est due à un 19

20 info agricole défaut d organisation et de formation du personnel. Le chef d'établissement est tenu d'assurer une formation et une information des salariés sur les risques pour la santé et la sécurité et les mesures prises pour y remédier. Par exemple formation par rapport aux risques liés à l emploi des produits phytosanitaires, formation à la conduite des chariots télescopiques, L évaluation des risques et des capacités des intéressés. Compte tenu de la nature des activités de l'établissement, le chef d'exploitation doit : - Évaluer les risques pour la sécurité et la santé des travailleurs, y compris dans le choix des procédés de fabrication, des équipements de travail, des substances ou préparations chimiques, dans l'aménagement ou le réaménagement des lieux de travail ou des installations et dans la définition des postes de travail. - Lorsqu'il confie des tâches à un travailleur, prendre en considération les capacités de l'intéressé à mettre en œuvre les précautions nécessaires pour la sécurité et la santé. Exemple : Avant de confier un équipement de travail à un salarié, s assurer qu il possède bien les aptitudes pour l utiliser. - Reporter l inventaire des risques et des mesures de prévention prises dans un document unique, mis à jour chaque année. Les obligations du chef d exploitation La directive Machine Le chef d établissement doit, en vertu de l arrêt "URY" s assurer de la conformité des équipements de travail mis en service dans son établissement. Concrètement, il vérifiera l apposition du marquage CE de conformité, il s assurera que la déclaration de conformité (matériel neuf) ou le certificat de conformité (matériel d occasion) lui est délivré, ainsi que la notice d utilisation. En effet, ces documents engagent la responsabilité du loueur ou du vendeur. Il refusera toute machine ou tout produit présentant des défectuosités identifiables. Il pourra faire usage, dans un délai de un an suivant la vente, de la possibilité de faire résilier par les tribunaux la vente d un produit non conforme. - Depuis le 5 décembre 2002, les matériels en service sur l exploitation doivent être mis en conformité avec le Code du travail (en application de la directive européenne CE, transcrite en droit français par le décret du 2 décembre 1998). Il s agit principalement des tracteurs vendus neufs avant le 1 er janvier 1982 (le 1 er mars 1988 pour les machines agricoles). Il faut vérifier l ensemble du parc, en faisant attention à l usure et aux modifications. En cas d accident, une machine non conforme mettra en cause la responsabilité civile et pénale du chef d'entreprise. - Autre élément très important : l évaluation des risques professionnels. Dorénavant, l employeur est tenu d établir un inventaire des risques professionnels dans un document unique (DU) qu il aura identifiés dans chaque unité de travail. Ce document sera annuellement mis à jour ainsi qu'à chaque décision d aménagement important de l entreprise. La loi laisse la liberté de la forme et du contenu, la participation des salariés est souhaitable. La non-évaluation ou la non-mise à disposition des documents (médecin et inspecteur du travail, personnes soumises à un risque pour leur santé ou leur sécurité, agents de la MSA) peut entraîner une amende de L utilisateur des machines doit respecter : l article R du Code du travail oblige à fournir des équipements appropriés au travail à effectuer, et à les maintenir en conformité. Par exemple : Utilisation d une perceuse à colonne qui disposera d une mise à la terre, d un capot vissé, d un organe de service accessible, d un écran translucide mobile devant le mandrin De plus, l employeur devra fournir des équipements de protection individuelle appropriés aux risques à prévenir. Par exemple : fourniture de gants en nitrile, d une combinaison étanche aux produits chimiques, d un masque de protection respiratoire pour les travaux d épandage de produits phytosanitaires). 20

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance AGEA 2010 Préparez votre dossier assurance Préambule Dans le cas d une création ou d une reprise d entreprise, plusieurs questions doivent être posées : Comment bien assurer mes biens professionnels? Que

Plus en détail

LA CREATION D ENTREPRISE & LA REPRISE D UNE ENTREPRISE LE POINT SUR LES ASSURANCES. Une affaire de Spécialistes!

LA CREATION D ENTREPRISE & LA REPRISE D UNE ENTREPRISE LE POINT SUR LES ASSURANCES. Une affaire de Spécialistes! LA CREATION D ENTREPRISE & LA REPRISE D UNE ENTREPRISE LE POINT SUR LES ASSURANCES Une affaire de Spécialistes! 1 Le point sur les assurances L assurance des biens de l entreprise L assurance de Responsabilité

Plus en détail

L'assuré est l'organisateur du spectacle

L'assuré est l'organisateur du spectacle Guide technique : Sécurité > Assurances > Les assurances Les assurances L assurance est un contrat entre deux parties (l assuré et l assureur) pour la couverture d un sinistre. En cas de réalisation d

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTRAT N 113 414 898

PRESENTATION DU CONTRAT N 113 414 898 PRESENTATION DU CONTRAT N 113 414 898 Ce texte ne constitue qu'une présentation du contrat d'assurance. L'original est détenu par le Syndicat. Il peut être consulté auprès du Président. Résumé SNPSC au

Plus en détail

COMMENT S ASSURER SANS SE SUR ASSURER

COMMENT S ASSURER SANS SE SUR ASSURER COMMENT S ASSURER SANS SE SUR ASSURER Section des agricultrices 6 Mars 2012 DEFINITION L assurance est une opération par laquelle une partie (l Assureur) s engage, moyennant une rémunération (prime ou

Plus en détail

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise Ne négligez surtout pas les assurances de votre entreprise Animé par : Valérie Cadiou, Responsable Commerciale GROUPAMA et Maître Emmanuel Ergan Cabinet LEPORZOU DAVID ERGAN Un diagnostic assurance indispensable

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

Pour permettre à chaque Chirurgien dentiste de trouver une réponse exacte à ses besoins spécifiques, le contrat comporte deux niveaux de garanties :

Pour permettre à chaque Chirurgien dentiste de trouver une réponse exacte à ses besoins spécifiques, le contrat comporte deux niveaux de garanties : LE CONTRAT DE PREVOYANCE (RISQUES DECES, DECES ACCIDENTEL, INVALIDITE ABSOLUE ET DEFINITIVE, PENSION DE CONJOINT, RENTE EDUCATION, PERTE DE PROFESSION ET DOUBLE EFFET) 1. QUEL EST LE PRINCIPE DU CONTRAT?

Plus en détail

Prévoyance des expertsexperts-comptables

Prévoyance des expertsexperts-comptables Prévoyance des expertsexperts-comptables Faire les bons choix Objectifs de l intervention Répondre aux questions des experts-comptables relevant de la Cavec Au titre de la prévoyance, est-il préférable

Plus en détail

PROFESSIONS AGRICOLES

PROFESSIONS AGRICOLES PROFESSIONS AGRICOLES Parce qu il vous faut produire, gérer, élever, Aréas est à vos côtés pour Protéger votre exploitation Nous couvrons vos bâtiments d exploitation en cas d incendie, de tempête, de

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX OBJET DU CONTRAT SOUSCRIT DANS LE CADRE DE L'ARTICLE 39 CGI Sous forme d'un contrat d'assurance collective régi par le Code des assurances, il permet aux

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité PrévoiRetraite Avenir + Mon capital avenir en toute sécurité Investissez l esprit libre Préparez votre retraite dès aujourd'hui ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Toutes les garanties de Vous épargnez

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES Les trois temps de la mobilité internationale COTTIN Sandy LEFEVRE Emilie LESURE Eliane OMICI Eve-Marie ZERGUINE Sonia par le groupe COLOMBIE Partir travailler à l étranger - Informations pratiques pour

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches

Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches PROFESSIONNELS Atoll Prévoyance Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches Atoll Prévoyance professions libérales Votre solution en cas d arrêt de travail, d invalidité, de décès Atoll

Plus en détail

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES Préambule L assurance de la Responsabilité Civile et des Risques Annexes a pour objet de garantir la Ville de Guipavas et son CCAS, ainsi

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

jusqu'au 31/03/2012 à partir du 01/04/2012 Tranche A 2,36% 2,49% Tranche B 3,36% 3,54%

jusqu'au 31/03/2012 à partir du 01/04/2012 Tranche A 2,36% 2,49% Tranche B 3,36% 3,54% COMMUNICATION DE LA COMMISSION PARITAIRE DU 08/03/2012 ÉVOLUTION DU REGIME FRAIS DE SANTÉ ET PRÉVOYANCE DANS LA CONVENTION COLLECTIVE DES CAUE : CE QUI VA CHANGER LE 1 er AVRIL 2012. Les partenaires sociaux

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE

PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE Comité de Groupe du 10 décembre 2014 Le projet Protection

Plus en détail

Comment gérer ses assurances

Comment gérer ses assurances Comment gérer ses assurances Rencontre de l Incubateur au TechnoArk de Sierre Le 15 mai 2008 Inge Meyer-Weckel Experte en assurance sociale Conseil neutre en prévoyance et assurances Aweckel Sàrl à Sion

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

N contrat : 113 513 000

N contrat : 113 513 000 N contrat : 113 513 000 ASSURANCE MULTIRISQUE FEDERATION FRANCAISE DE CHAR A VOILE CONVENTIONS SPECIALES N 990 (Annexe aux Conditions Générales n 250) 2 FEDERATION FRANCAISE DE CHAR A VOILE TABLEAU DES

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 L importance de l assurance pour l exploitation agricole Assurance agricole : assurer l'exploitation L'activité d'un agriculteur repose sur son exploitation agricole, il est

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance avec Generali

Mieux comprendre l assurance avec Generali Mieux comprendre l assurance avec Generali Prévoyance : mieux comprendre ce qu il se passe en cas d invalidité Dans une précédente parution, nous avons abordé le thème de la prévoyance individuelle en

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

L ASSURANCE STATUTAIRE

L ASSURANCE STATUTAIRE VILLE DE TREGUNC MARCHE ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GENERALES L ASSURANCE STATUTAIRE 1 DEFINITIONS Pour l application des présentes garanties, on entend par : COLLECTIVITE SOUSCRIPTRICE :

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE Communauté de communes Brie-Comte-Robert Chevry-Cossigny Servon 1 place de la gare 77170 Brie-Comte-Robert : 01 60 62 15 81 : communaute@loreedelabrie.fr SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES)

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société/L Entreprise.., dont le siège social est situé., immatriculée au RCS de sous

Plus en détail

N 132 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1975-1976 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT

N 132 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1975-1976 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT PROJET DE LOI adopté le 5 mai 1976. SÉNAT N 132 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1975-1976 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT portant dispositions diverses relatives aux assurances sociales et aux accidents

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

La prévoyance des salariés :comment gérer les contraintes. Comité social 23 septembre 2010

La prévoyance des salariés :comment gérer les contraintes. Comité social 23 septembre 2010 La prévoyance des salariés :comment gérer les contraintes Comité social 23 septembre 2010 INTRODUCTION 2 Les 4 piliers d AG2R LA MONDIALE Retraite Prévoyance Assurance Prévoyance complémentaire Santé collective

Plus en détail

Les collaborateurs occasionnels du service public

Les collaborateurs occasionnels du service public Les collaborateurs occasionnels du service public Textes de référence : Article L 311-3-21 du code de la sécurité sociale Décret n 2000-35 du 17 janvier 2000 Arrêté du 21 juillet 2000 Décret n 2008-267

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

«Mieux vaut prévenir que guérir!»

«Mieux vaut prévenir que guérir!» Une démarche de recensement, destinée à faire un «inventaire» précis, à la mesure des activités de l association et de la valeur de son patrimoine, de ses besoins propres en assurances. Une démarche de

Plus en détail

Collectives. Osmose Prévoyance. La protection des cadres

Collectives. Osmose Prévoyance. La protection des cadres Collectives Osmose Prévoyance La protection des cadres Entreprises Prévoyance Osmose Prévoyance salariés cadres Ce document décrit l offre standard pour des sociétés de 1 à 4 cadres. Traitement de référence.

Plus en détail

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Université Hassan II Mohammedia Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Introduction

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

ÉDITION 2014. En cas de décès, l avenir de

ÉDITION 2014. En cas de décès, l avenir de ÉDITION 2014 En cas de décès, incapacité de travail, invalidité, protegez l avenir de votre famille Mutuelle santé prévoyance AUTONOMIE retraite Aujourd hui, êtes-vous sûr(e) d être bien protégé(e) en

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA 2 ENTRE, - Le Centre de gestion de la Fonction Publique

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

Votre interlocuteur en cas d accident

Votre interlocuteur en cas d accident Votre Union Départementale a souscrit le contrat ASSO18, auprès de la MNSPF. Afin de vous permettre de connaître les risques assurés et les démarches à effectuer, nous avons le plaisir de vous adresser

Plus en détail

Agents des collectivités de VENDEE

Agents des collectivités de VENDEE Réunion d information Agents des collectivités de VENDEE Contrat prévoyance «maintien de salaire» Le groupe SMACL, leader sur la marché de l assurance des collectivités SMACL Santé: mutuelle Régie par

Plus en détail

Aviva Senséo Prévoyance Médical. Une solution de prévoyance à la hauteur de vos besoins. Professionnel, comme vous.

Aviva Senséo Prévoyance Médical. Une solution de prévoyance à la hauteur de vos besoins. Professionnel, comme vous. Professions médicales aviva.fr/pro Aviva Senséo Prévoyance Médical Une solution de prévoyance à la hauteur de vos besoins Professionnel, comme vous. Aviva Senséo Prévoyance Médical, un contrat de prévoyance

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

sur la garantie de la rémunération en cas de maladie et d accident du personnel de l Etat

sur la garantie de la rémunération en cas de maladie et d accident du personnel de l Etat .7.8 Ordonnance du 6 septembre 00 sur la garantie de la rémunération en cas de maladie et d accident du personnel de l Etat Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l article 0 de la loi du 7 octobre

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances P 214 Décembre 2009 Centre de documentation et d information de l assurance ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances Ce tableau aide-mémoire décrit les principaux risques auxquels sont

Plus en détail

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES www.creassur.org ENTREPRISES ET RESPONSABILITES Parlons-en Chambre de Commerce et d industrie Novembre 2007 ENTREPRISES ET RESPONSABILITES La police d assurance et ses couvertures Monsieur RITTER GROUPAMA

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Code de la santé publique Dispositions

Plus en détail

AVENANT N O 34 DU 19 MAI 2006 (1)

AVENANT N O 34 DU 19 MAI 2006 (1) MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 9102. EXPLOITATIONS MARAÎCHÈRES, HORTICOLES ET PÉPINIÈRES (AUBE) (26 janvier 1981) (Etendue par arrêté du

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Réparation du préjudice corporel en Algérie

Réparation du préjudice corporel en Algérie Réparation du préjudice corporel en Algérie Communication en deux parties: 1. Le cadre institutionnel 2. L expertise médicale Première partie Le cadre institutionnel Introduction 1. La réparation du préjudice

Plus en détail

L ASSURANCE FÉDÉRALE

L ASSURANCE FÉDÉRALE L ASSURANCE FÉDÉRALE SOMMAIRE I. L assurance en responsabilité civile II. Les garanties protection pénale et recours III. L assurance accidents corporels I. L ASSURANCE EN RESPONSABILITÉ CIVILE LE CADRE

Plus en détail

COVEA RISKS garantit l ensemble des adhérents de la Fédération Française de Hatha Yoga

COVEA RISKS garantit l ensemble des adhérents de la Fédération Française de Hatha Yoga RÉSUME DU CONTRAT D ASSURANCE N 116.435.045 OBJET DU CONTRAT Il couvre: - l'assurance Responsabilité Civile, - l'assurance Responsabilité Administrative, - l'assurance Recours et Défense Pénale, - l'assurance

Plus en détail

Votre Assurance Responsabilité Civile

Votre Assurance Responsabilité Civile 92682 -Perret Preneur d assurance S L A LOCATION D UN JOUR 10, rue des Deux Moulins Votre Intermédiaire SLA 10, rue des Deux Moulins 87270 COUZEIX 87270 COUZEIX Les garanties du présent contrat s'exercent

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSURANCES. Commune de Le Boulou - Service Marchés Avenue Léon-Jean Grégory 66162 - Le Boulou cedex

MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSURANCES. Commune de Le Boulou - Service Marchés Avenue Léon-Jean Grégory 66162 - Le Boulou cedex MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSURANCES Commune de Le Boulou - Service Marchés Avenue Léon-Jean Grégory 66162 - Le Boulou cedex LOT N 3 : ASSURANCE FLOTTE AUTOMOBILE Cahier des Clauses

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Remarques : ce tableau sera progressivement enrichi des offres des assureurs

Remarques : ce tableau sera progressivement enrichi des offres des assureurs Principales caractéristiques des contrats Madelin Prévoyance : - Tarification - Prestations (forfaitaires/indemnitaires) - Calcul de la rente invalidité partielle Remarques : ce tableau sera progressivement

Plus en détail

Pièce N 3.3 - Cahier des Charges

Pièce N 3.3 - Cahier des Charges MARCHE PUBLIC MAIRIE DE CHATELAILLON-PLAGE DESIGNATION : MARCHE D ASSURANCE 2014-2018 COMMUNE DE CHATELAILLON-PLAGE (17340) LOT 3 : ASSURANCE DE LA FLOTTE AUTOMOBILE Pièce N 3.3 - Cahier des Charges Cahier

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires "incapacité, invalidité et décès"

Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires incapacité, invalidité et décès Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires "incapacité, invalidité et décès" Sur papier à en-tête de l entreprise M A., le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle Assurance soins de longue durée Protection Temporelle Protection Temporelle Pour rester maître de la situation si vous devenez en état de dépendance La Protection Temporelle est une assurance soins de

Plus en détail

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances.

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances. Solassur Auto du Pro Assurez votre véhicule au plus près de vos besoins et de votre budget. EN BREF Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

ATOLL PRÉVOYANCE. Choisir ATOLL PRÉVOYANCE : un acte responsable vis-à-vis de ses proches, de soi et de son activité professionnelle

ATOLL PRÉVOYANCE. Choisir ATOLL PRÉVOYANCE : un acte responsable vis-à-vis de ses proches, de soi et de son activité professionnelle ATOLL PRÉVOYANCE PROFESSIONS PARAMÉDICALES Choisir ATOLL PRÉVOYANCE : un acte responsable vis-à-vis de ses proches, de soi et de son activité professionnelle Les prestations versées par votre régime obligatoire

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations Objet : Information concernant l assurance «voyages officiels» des agents, experts et autres personnes voyageant à la charge des budgets de l Organisation PREAMBULE

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

Quelques infos pour vous aider à comprendre votre formule d assurance.

Quelques infos pour vous aider à comprendre votre formule d assurance. Quelques infos pour vous aider à comprendre votre formule d assurance. LES GARANTIES DU LICENCIE 3 Formules de garantie sont proposées avec la licence Responsabilité civile Défense pénale et recours Accidents

Plus en détail

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS COMPLÉMENT DE RETRAITE Février 2006 Extension Retraite Supplémentaire Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise Extension Retraite

Plus en détail