LA COMMOTION CÉRÉBRALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA COMMOTION CÉRÉBRALE"

Transcription

1 LA COMMOTION CÉRÉBRALE Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Thérapeute du Sport Agréé, Professeur-Chercheur à l UQTR Fondateur de la clinique Cortex Médecine & Réadaptation Séminaire St-Joseph, le 14 avril 2014

2 Relations comportementales simplifiées selon la zone cérébrale Lobe Frontal Résolution de problème Jugement Inhibition du comportement Planification/anticipation Planification motrice Personnalité/émotions Organisation Attention/concentration Flexibilité mentale Langage expressif Lobe Parietal Sens du toucher Différentiation: grosseur, formes, couleurs Perception spatiale Perception visuelle Lobe Occipital Vision Lobe Temporal Mémoire Écoute Compréhension du langage Organisation et mise en séquençage Tronc cérébral Respiration Rythme cardiaque État de conscience Sommeil/éveil Attention/concentration Cervelet Équilibre Coordination Activité motrice de haut niveau (habiletés)

3 LE CERVEAU EN DÉVELOPPEMENT Le lobe frontal est le siège des capacités exécutives qui incluent: le jugement, la résolution de problèmes, la flexibilité mentale, etc Le lobe frontal est très vulnérable. Des dommages au lobe frontal lors du développement peut avoir un impact majeur sur les fonctions exécutives.

4 Blessure au lobe frontal suite à un contact avec le crâne.

5 DÉFINITION : UNE COMMOTION CÉRÉBRALE Processus physiopathologique complexe affectant le cerveau, induit par des forces biomécaniques Coup direct ou indirect à la tête, au cou, au visage ou un coup porté au corps engendrant un impact (une force) à la tête

6 DÉFINITION : UNE COMMOTION CÉRÉBRALE Perturbation immédiate et de courte durée de la fonction neurologique qui récupère spontanément: perturbation transitoire. Les symptômes cliniques aigus reflètent davantage une perturbation fonctionnelle qu un dommage structurel.

7 DÉFINITION : UNE COMMOTION CÉRÉBRALE Résulte en des symptômes cliniques qui impliquent ou NON une perte de conscience Il y a résolution graduelle des symptômes cliniques (commotion cérébrale unique) L imagerie neuroradiologique structurelle standard est habituellement normale

8 POURQUOI S EN PRÉOCCUPER? Effets sur la vie, la qualité de vie et la santé mentale Le risque d en subir d autres augmente après plusieurs: VULNÉRABILITÉ Effets cumulatifs certain Persistance de symptômes est souffrante et coûteuse «syndrome du 2ème impact»

9 EFFETS SUR LE CERVEAU Force rapide appliquée (tête, cerveau) Cascade neurométabolique: étapes Changements ioniques Métabolisme modifié Connexions neuronales altérées Neurotransmission déréglée Inversion graduelle des anormalités physiologiques qui suit la récupération des symptômes dans le temps (comment? Pas encore clair)

10 LES SIGNES PROBANTS À RECHERCHER Impact direct ou indirect à la tête (biomécanique) Symptôme neurologique bref Amnésie de l impact Amnésie des faits précédents ou suivants l impact Altération de l état de conscience Perte de conscience Sensation d être sonné ÉPIDÉMIE SILENCIEUSE!!!

11 LES SIGNES ET SYMPTÔMES AIGUS Avoir un mal de tête, être étourdi Altération de l état de conscience : Se sentir sonné, confus, mêlé, ralenti, bizarre Voir noir, blanc, des étoiles Voir embrouillé, perte d un champ visuel Poser constamment les mêmes questions Ne pas mémoriser au fur et à mesure Ne plus se rappeler des jeux Avoir le regard vide Perdre conscience, avoir des convulsions

12 SIGNES ET SYMPTÔMES AIGUS Invisibles dans plusieurs situations Éduquer +++ pour faire en sorte que les joueurs parlent de leurs symptômes Retrait du jeu immédiat (adrénaline) Perte de privilèges «je ne ferai plus partie de l équipe partante» «Je vais passer pour un faible» «Le coach/les coéquipiers vont rire de moi»

13 CERVEAU EN DÉVELOPPEMENT La matière blanche et le corps calleux sont plus fragiles, donc on observe plus de pertes de conscience, trouble de mémoire et diminution de la vitesse de traitement de l information. Hyperactivité autonomique provoquant des spasmes, des sanglots et des vomissement.

14 LES JOURS QUI SUIVENT ET LE SYNDROME POST-COMMOTIONNEL

15 LES SYMPTÔMES PHYSIQUES Mal de tête / pression à la tête Douleurs au cou Étourdissements, vertiges Troubles d équilibre Maux de cœur / nausées Fatigue Troubles du sommeil Troubles visuels / fatigue visuelle Hypersensibilité aux bruits Hypersensibilité à la lumière

16 LES SYMPTÔMES COGNITIFS Se sentir confus, mêlé Se sentir ralenti Difficulté à rester attentif Difficulté à se concentrer Se sentir fatigué mentalement Difficulté à mémoriser

17 LES SYMPTÔMES AFFECTIFS Irritabilité Impatience intolérance Vulnérabilité au stress Anxiété Nervosité Dépression Labilité émotionnelle

18 ÉVALUATION SUR LE TERRAIN

19 SUR LE TERRAIN Dès qu il y a un symptôme, (même bref et invisible!) : retrait immédiat Aucun retour à cette même pratique ou partie: dans le doute on s abstient!!! L absence sera proportionnelle à la durée des symptômes

20 QU EST-CE QU ON RECOMMANDE? Repos Repos Repos

21 LA QUESTION! Quand un athlète peut-il retourner de façon sécuritaire au jeu après avoir subi une commotion cérébrale?

22 RETOUR AU JEU?

23 RETOUR AU JEU SELON UN CONSENSUS INTERNATIONAL Zurich, Siège de la FIFA. 24 heures asymptomatiques entre chaque étape. 1: Repos complet une semaine (enfants et ados) 2: Activité physique légère 3 Activité physique intense incorporant gestes sportifs 4: Pratique sans contact 5: Pratique normale avec contact 6: Retour au jeu

24 STRATÉGIES POUR AIDER LES ENFANTS ET ADOLESCENTS AYANT DES SYMPTÔMES PERSISTANTS

25 Incorporer des périodes de repos dans l horaire quotidien Structurer et simplifier l'environnement de la classe (calendrier prévisible, encombrement réduit, indices cohérents, règles écrites en classe) Devoirs et leçons sur mesure (3 x 10 minutes au lieu d une session de 30 minutes continues).

26 Calendrier / planification prévisible Planificateur Examens alternatifs Tests sans temps limite Utilisation d'un preneur de notes (coéquipier) Divisez les tâches en étapes / tâches

27 CONTRIBUER À LA PRÉVENTION: 1) Être à l affût de signes probants d une commotion cérébrale 2) Retrait du jeu immédiat et ce, même dans le doute 3) Faire évaluer pour un retour au jeu en toute prévention 4) Participer à éduquer, informer, sensibiliser : entraîneurs, parents, enfants, athlètes, etc. 5) Voir et revoir les façons de faire

28 Pourquoi ne s inflige-t-il pas de commotion cérébrale? LE PIC BOIS!!! La vitesse d impact serait de 6 7 m/s avec un impact de deceleration de 10,000 m/s 2.

29 L évaluation comparative de référence Pour évaluer différentes sphères habituellement affectées par une commotion cérébrale: équilibre et fonctionnement du cerveau (comme l apprentissage, les composantes de la mémoire, la capacité d'attention, de concentration, les temps de réaction et la capacité à résoudre des problèmes).

30 L évaluation de base fournit une comparaison significative contre laquelle une évaluation postcommotion cérébrale peut être comparé. Permet à l'athlète de retourner au jeu en toute sécurité puisqu ils ont retrouvé le niveau antérieur de performance cognitivomotrice avant de retourner au même calibre de compétition qu avant la blessure.

31 CONCLUSION Prévention Prévention Prévention Éduquer, informer, communiquer Encadrer le retour au jeu Détecter les signes discrets!!! Défi: Détecter ce qui est invisible!!! Pour que le sport reste beau et l athlète sain.

32 MERCI DE VOTRE ATTENTION! Des questions?

Le point sur les commotions cérébrales

Le point sur les commotions cérébrales Le point sur les commotions cérébrales Football, hockey, vélo ou ski, quel que soit le sport pratiqué, personne n est à l abri d une commotion cérébrale. Si l'on en entend énormément parler depuis quelques

Plus en détail

Les Commotions Cérébrales. Plan d attaque. Définition 2012-04-24. CDSG, 26 mars 2012

Les Commotions Cérébrales. Plan d attaque. Définition 2012-04-24. CDSG, 26 mars 2012 Les Commotions Cérébrales CDSG, 26 mars 2012 Marie-Josée Klett, MD, CFFP, Dip Sport Med Professeure adjointe, départment de médecine familiale, Université d Ottawa Marie-Claire Holland, Pht, diplôme en

Plus en détail

STAGE DES ENTRAINEURS

STAGE DES ENTRAINEURS STAGE DES ENTRAINEURS RÉGIONAUX (SOCCER) François Lévesque, physiothérapeute Action Sport Physio Sherbrooke Action Sport Physio, 2011 François Lévesque, physiothérapeute Copropriétaire de la clinique Action

Plus en détail

Annexe I : Anamnèse de l athlète

Annexe I : Anamnèse de l athlète Annexe I : Anamnèse de l athlète 1. Renseignements nominatifs Nom et prénom de l athlète : Date de naissance : Date de l entrevue : Âge au moment de l entrevue : Sexe : Masculin Féminin Numéro de téléphone

Plus en détail

Politique d intervention lors de commotions cérébrales en milieu scolaire Mai 2014

Politique d intervention lors de commotions cérébrales en milieu scolaire Mai 2014 Séminaire Saint-François Politique d intervention lors de commotions cérébrales en milieu scolaire Mai 2014 Ce document a été préparé en collaboration avec notre équipe de professionnels de la santé de

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby 1 Part.1 DÉFINITION ET PHYSIOPATHOLOGIE 2 Définition Dysfonctionnement cérébral soudain et cliniquement transitoire, secondaire à l application

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

De nouvelles lignes directrices pédiatriques peuvent vous aider à favoriser la récupération chez les jeunes enfants après une commotion cérébrale

De nouvelles lignes directrices pédiatriques peuvent vous aider à favoriser la récupération chez les jeunes enfants après une commotion cérébrale Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique De nouvelles lignes directrices pédiatriques peuvent vous aider à favoriser la récupération chez les jeunes enfants après une commotion cérébrale

Plus en détail

Commotions Cérébrales dans les sports de combat de contact

Commotions Cérébrales dans les sports de combat de contact Commotions Cérébrales dans les sports de combat de contact Elaboration de mesures de prévention André Monroche Médecin coordonnateur CSF2C - CFAMSC monroche@sport-medical.org 300 000 commotions par an

Plus en détail

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Formation offerte par Dominic Gauthier Conseiller pédagogique Gauthier.dominic@cscapitale.qc.ca 17 octobre 2014 Ordre du jour Fonctions cognitives

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Politique d intervention dans le contexte d une commotion cérébrale survenue en milieu scolaire

Politique d intervention dans le contexte d une commotion cérébrale survenue en milieu scolaire Politique d intervention dans le contexte d une commotion cérébrale survenue en milieu scolaire Juin 2012 Présentation Les milieux sportifs, tant professionnels qu amateurs, sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

La commotion cérébrale chez l enfant et l adolescent sportif. Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C)

La commotion cérébrale chez l enfant et l adolescent sportif. Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) La commotion cérébrale chez l enfant et l adolescent sportif Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Fédération québécoise des sports cyclistes Le 13 mars 2016 Affiliations Sujets Abordés Découvrir comment le

Plus en détail

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques?

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques? SerEN Qu est ce que SerEN? SerEN est un produit qui a été spécialement créé pour offrir un moyen sûr et efficace afin de profiter d un bien-être intellectuel pour les personnes qui vivent des situations

Plus en détail

L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui.

L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui. L autisme 1 2.2. Handicaps mentaux L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui. Selon le Manuel Diagnostique

Plus en détail

Protocole de gestion des commotions cérébrales

Protocole de gestion des commotions cérébrales Protocole de gestion des commotions cérébrales Faisons équipe pour assurer la sécurité des joueurs! Première édition Dave Ellemberg, Ph.D. Professeur, Université de Montréal Co-directeur, Centre d Intervention

Plus en détail

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli La conscience du soi corps pour éduquer Expériences en HEDS Prendre soin de soi et techniques d autoprotection COMMENT : Sentir

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique

Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique Pr C. Hommet Centre Mémoire M Ressources Recherche (CMRR) Médecine Interne GériatriqueG Inserm U 930 CHU Tours Angers 20 novembre 2008 Vieillissement

Plus en détail

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Guide à l intention des personnes qui présentent des symptômes persistants plus de 3 mois après avoir subi un TCC léger Centre de réadaptation Estrie, 2014 Qu

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Jean-Marc Devaud Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Qu est-ce-que la mémoire? «LA» MEMOIRE N EXISTE PAS,

Plus en détail

LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES DANS LES SPORTS CHEZ LES JEUNES

LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES DANS LES SPORTS CHEZ LES JEUNES Canada Basketball et ses organismes provinciaux et territoriaux comprennent qu'une politique relative aux commotions cérébrales est de première importance pour la santé et le bien-être de nos jeunes athlètes.

Plus en détail

LES TECHNIQUES DE PREPARATION MENTALE:

LES TECHNIQUES DE PREPARATION MENTALE: LES TECHNIQUES DE PREPARATION MENTALE: I) LES TECHNIQUES DE RELAXATION: le training autogène de Schultz et la relaxation progressive de Jacobson. Toutes les deux s appuient sur la régulation tonique musculaire

Plus en détail

Sport et traumatisme crânien

Sport et traumatisme crânien Sport et traumatisme crânien Sylma M Pamara DIABIRA Neurochirurgie, CHU Rennes Commotion cérébrale «Perturbation physiologique, en général transitoire, de la fonction cérébrale à la suite d'un traumatisme

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

PROTOCOLE Pour favoriser la réduction des cybermalaises Laboratoire de Cyberpsychologie (UQO) mars 2003. Ajustement de l équipement

PROTOCOLE Pour favoriser la réduction des cybermalaises Laboratoire de Cyberpsychologie (UQO) mars 2003. Ajustement de l équipement PROTOCOLE Pour favoriser la réduction des cybermalaises Laboratoire de Cyberpsychologie (UQO) mars 2003 Ajustement de l équipement Ajuster la sensibilité de l appareil de suivi des déplacements («tracker»)

Plus en détail

STAGES DE FORMATION A L UTILISATION DE LA SOPHROLOGIE APPLIQUEE AU SPORT

STAGES DE FORMATION A L UTILISATION DE LA SOPHROLOGIE APPLIQUEE AU SPORT STAGES DE FORMATION A L UTILISATION DE LA SOPHROLOGIE APPLIQUEE AU SPORT Sophro Parenthese Matthieu Wiart, Sophrologue 95 rue Pierre Audry 69009 Lyon wiartmatthieu@yahoo.fr / 06 27 79 15 49 www.sophro-parenthese.com

Plus en détail

Les troubles cognitifs alcoolo-induits

Les troubles cognitifs alcoolo-induits Les troubles cognitifs alcoolo-induits Diagnostics, étiologies, évolutions GRAA - LILLE 19 septembre 2013 Philippe TISON Docteur en Psychologie Psychologue clinicien, Neuropsychologue contact : philippe.tison@ch-carvin.fr

Plus en détail

La gestion du stress chez le cavalier de compétition

La gestion du stress chez le cavalier de compétition La gestion du stress chez le cavalier de compétition Colloque Fédération Équestre du Québec Madeleine Hallé Psychologue en performance Octobre 2013 Savoir gérer son stress c est Bien le comprendre Bien

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

Table des matières. Première partie : Énergie et Polarité... 23 REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE...

Table des matières. Première partie : Énergie et Polarité... 23 REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE... Table des matières su REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE... 15 À QUI S ADRESSE CE LIVRE... 17 INTRODUCTION... 19 Première partie : Énergie et Polarité... 23 CHAPITRE

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité Document destiné aux enseignants, aux médecins et aux infirmières scolaires H.Touré pour l'équipe du CSI (Centre de Suivi et d Insertion pour enfant et adolescent après atteinte cérébrale acquise), M.Chevignard,

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

Le Traumatisé Craniocérébral Modéré ou Grave à sa sortie du Consortium: Enjeux et Défis

Le Traumatisé Craniocérébral Modéré ou Grave à sa sortie du Consortium: Enjeux et Défis Le Traumatisé Craniocérébral Modéré ou Grave à sa sortie du Consortium: Enjeux et Défis Par: Carl Montpetit, chargé de projet Pour: Le consortium TCC modéré grave adulte de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

OPTIMISATION SOMMEIL

OPTIMISATION SOMMEIL OPTIMISATION DU SOMMEIL Copyright 2009 Bio.Form.Gym Tout droits réservés pour tous pays Table des matières Introduction...3 Les 8 bénéfices du sommeil...3 Objectifs...3 Possibilités...4 Résultats...4 Explications...4

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

www.kamikazzsport.com Marilyn Charbonneau Entraîneur privé, ISSA Master Fitness Trainer - C.E.P.

www.kamikazzsport.com Marilyn Charbonneau Entraîneur privé, ISSA Master Fitness Trainer - C.E.P. www.kamikazzsport.com Marilyn Charbonneau Entraîneur privé, ISSA Master Fitness Trainer - C.E.P. Plan de match Échauffement Retour au calme Volume d entraînement Récupération De la fatigue au surentraînement

Plus en détail

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Les sports et les loisirs apportent de nombreux avantages aux enfants et peuvent être une manière amusante et agréable de faire de l activité physique. Cependant,

Plus en détail

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous :

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : «Former des champions capables de vaincre toutes les difficultés, montrant un bon état d esprit, de vraies valeurs et

Plus en détail

Attention et concentration

Attention et concentration Attention et concentration Service de soutien à l apprentissage Services-conseils Objectif de l atelier «Attention et concentration» : Connaître les conditions et les stratégies facilitant la mobilisation

Plus en détail

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Leïla Ksontini: psychologue du travail Plan de l atelier Actualité Définition - Stress + et Source de stress Réponse au

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

La gestion du stress

La gestion du stress La gestion du stress Colloque en santé et sécurit s curité Octobre 2012 1. Présentation de l animatrice de l atelier Christine Meunier, intervenante communautaire en santé mentale, employée du CSSST depuis

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Commotions cérébrales

Commotions cérébrales Commotions cérébrales Third conference on concussion in sport Zurich, novembre 2008 Deuxième congrès médical du Rugby Pr Chermann Toulouse, septembre 2009 Le 6 octobre 2007, à Cardiff en quart de finale

Plus en détail

1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant?

1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant? Fiche de consultation Migraine de l enfant 1 1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant? Fratrie : Niveau scolaire (classe) : Situation vis-à-vis du travail scolaire : Bon Moyen En difficulté

Plus en détail

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie Première table ronde : Commotion cérébrale, définitions et généralités Pr. Philippe DECQ, Professeur des universités, praticien hospitalier, service neurochirurgie, Groupe hospitalier Henri Mondor de Créteil;

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

HETS Genève 16 octobre 2009 2. 2009 Luisier Aigroz Associés. HETS Genève 16 octobre 2009 4. 2009 Luisier Aigroz Associés

HETS Genève 16 octobre 2009 2. 2009 Luisier Aigroz Associés. HETS Genève 16 octobre 2009 4. 2009 Luisier Aigroz Associés STRESS & BURN OUT LE STRESS Complément à «La santé en entreprise» Philippe Aigroz 1 2 «Ensemble de perturbations biologiques et psychiques provoquées par une agression quelconque sur un organisme» (Petit

Plus en détail

En faire plus, est-ce toujours mieux?

En faire plus, est-ce toujours mieux? En faire plus, est-ce toujours mieux? Le sport de haut niveau est en constante évolution. Les performances sportives ne cessent de progresser, et cela a pour conséquence d exiger de l athlète un engagement

Plus en détail

Gestion des blessures : Outils pour entraîneurs

Gestion des blessures : Outils pour entraîneurs Gestion des blessures : Outils pour entraîneurs Chantal Daigle, M.Sc. Coordonnatrice de l enseignement clinique Département de kinésiologie Responsable de la préparation physique Carabins Université de

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

a commotion au sein de la population juvénile Dr Michael Vassilyadi Centre hospitalier pour enfants de l est de l Ontario (CHEO)

a commotion au sein de la population juvénile Dr Michael Vassilyadi Centre hospitalier pour enfants de l est de l Ontario (CHEO) a commotion au sein de la population juvénile Dr Michael Vassilyadi Centre hospitalier pour enfants de l est de l Ontario (CHEO) Série de séminaires Web sur les traumatismes crâniens et les commotions

Plus en détail

Entraînement et Surentraînement. Où tracer la ligne? Définition. Diagnostic d exclusion. Dre Mireille Belzile Août 2005. Syndrome de surentraînement

Entraînement et Surentraînement. Où tracer la ligne? Définition. Diagnostic d exclusion. Dre Mireille Belzile Août 2005. Syndrome de surentraînement Entraînement et Surentraînement Où tracer la ligne? Dre Mireille Belzile Août 2005 Définition Syndrome de surentraînement Diminution des performances Fatigue persistante Perte de poids Douleur musculaire

Plus en détail

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. Stéphanie de Schaetzen 6 12 ans Difficultés scolaires, malgré un bon potentiel. Reçois constamment des remarques négatives sur soi. Relations

Plus en détail

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise CANNABIS: effets et méfaits Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise 1 Cannabis: Abréviation du nom «cannabis sativa». Toutes les composantes de la plante contiennent les substances psychoactives dont

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

2. www.expair-sante.fr

2. www.expair-sante.fr La luminothérapie L horlogerie pour comprendre les troubles du Sommeil Le corps humain possède une horlogerie minutieuse. Dans les couches profondes du cerveau se trouve une horloge biologique interne

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales Pour plus d informations: La dysphasie Institut Raymond-Dewar, programme Adolescents/ Jeunes Adultes et Bégaiement http://www.raymond-dewar.qc.ca Informations générales Dysphasie+ http://www.dysphasieplus.com

Plus en détail

Programme d études. . Spécialité. Théorie

Programme d études. . Spécialité. Théorie Programme d études. Spécialité Théorie structure de la performance et de l entraînement, caractérisation des tendances de développement particularités de l entraînement des jeunes/espoirs, considération

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE Les maux de tête peuvent être divisés en maux de tête primaires et secondaires. Les maux de tête primaires (90%) sont plus répandus que les maux de tête secondaires (10%)

Plus en détail

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Circuit de l'émotion Fonctions Cognitives Définition : Ensemble des processus

Plus en détail

LE CHIEN DE RÉADAPTATION UNE VALEUR AJOUTÉE NON TRADITIONNELLE À LA PRATIQUE EN RÉADAPTATION

LE CHIEN DE RÉADAPTATION UNE VALEUR AJOUTÉE NON TRADITIONNELLE À LA PRATIQUE EN RÉADAPTATION Mardi 17 avril 2012 LE CHIEN DE RÉADAPTATION UNE VALEUR AJOUTÉE NON TRADITIONNELLE À LA PRATIQUE EN RÉADAPTATION Gaspard, chien de réadaptation Julie Fournier, ergothérapeute Julie P atenaude, ergothérapeute,

Plus en détail

Mise en garde 418 523-1502

Mise en garde 418 523-1502 Mise en garde Afin de compléter ce questionnaire, nous te recommandons d être accompagné d un adulte afin de pouvoir valider certaines informations. Sinon, nous t invitons à contacter les intervenants

Plus en détail

Savoir optimiser la relation entraîneur-athlète: un travail continu. Madeleine Hallé Novembre 2014

Savoir optimiser la relation entraîneur-athlète: un travail continu. Madeleine Hallé Novembre 2014 Savoir optimiser la relation entraîneur-athlète: un travail continu Madeleine Hallé Novembre 2014 Relation? Lien, rapport ò Entre au moins 2 personnes, ò Qui prend différentes natures, ( amitié, performance,

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

4/ MEMORISATION. - Difficultés de mémorisation - Leçons, poésie, tables de multiplication - Calcul mental - Mémoire des consignes

4/ MEMORISATION. - Difficultés de mémorisation - Leçons, poésie, tables de multiplication - Calcul mental - Mémoire des consignes Adaptations Lycée Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustif) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu -

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION

BROCHURE D INFORMATION BROCHURE D INFORMATION Patient/Aidant familial ou accompagnant Ce document est diffusé par les Laboratoires commercialisant des médicaments génériques à base d Aripiprazole indiqués dans le traitement

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Recherche sur le Burnout en Belgique

Recherche sur le Burnout en Belgique Recherche sur le Burnout en Belgique Outil de détection précoce STRAETMANS Mélanie, psychologue melanie.straetmans@emploi.belgique.be SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Qu est-ce qui provoque le stress?

Qu est-ce qui provoque le stress? 1 Qu est-ce qui provoque le stress? Le stress n épargne personne. On vit tous, à un moment ou à un autre, des situations stressantes qui, dans votre cas, pourraient se produire : à votre retour d un déploiement;

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue Conseiller principal Bureau d éducation en santé mentale Institut Douglas 6 décembre, 2011 À l agenda C est

Plus en détail

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 Professeur superviseur Philippe Pelletier ppelletier@cmaisonneuve.qc.ca

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Début de la 4 ème partie / 6. N. Krantz Conseiller de la Fédération Tunisienne d Athlétisme 29.1.2011

Début de la 4 ème partie / 6. N. Krantz Conseiller de la Fédération Tunisienne d Athlétisme 29.1.2011 Début de la 4 ème partie / 6 N. Krantz Conseiller de la Fédération Tunisienne d Athlétisme 29.1.2011 Ils représentent les principes intangibles qu il parait nécessaire de respecter 29 Un document de N.

Plus en détail

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 13-14 (gestion) 4.1 L IMPORTANT EST DE 1) identifier les facteurs de stress 2) reconnaître ses propres symptômes 3) identifier ses propres déclencheurs de stress, 4) gérer son

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail