Rapport d activités 2000 du Projet PBI en Haïti et rapport de fermeture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d activités 2000 du Projet PBI en Haïti et rapport de fermeture"

Transcription

1 Brigades de Paix Internationales Brigad Entènasyonal Lapè Peace Brigades International Projet Haïti HAITI Rapport d activités 2000 du Projet PBI en Haïti et rapport de fermeture Activités réalisées sur demande: Durée du projet : Ateliers de base utilisant les techniques et méthodes de résolution nonviolente de conflits (RNVC) - Formation à l animation de tels ateliers - Reconstruction du tissu social dans la société civile haïtienne et renforcement des structures naissantes pour la RNVC - Sensibilisation de la communauté internationale au travers de rapports impartiaux sur la situation en Haïti Organisation : Peace Brigades International Bureau international : PBI International Office : 5 Caledonian Road, London GB - N1 9DX, U.K. Tel: , Coordination du projet: PBI-Projet Haïti : Jürgen Störk, Greyerzstrasse 50, 3013 Berne, Suisse Tél. et fax : , Table des matières TABLE DES MATIERES HISTORIQUE DU PROJET PBI ACTIVITES DU PROJET EN a) Présence internationale observatrice... 3 b) Développement des ressources haïtiennes en RNVC... 3 c) Développement d un réseau pour la promotion de la gestion positive des conflits... 4 d) Diffusion d informations au niveau local et international ) BILAN PROVISOIRE ) EVALUATION EXTERNE DU TRAVAIL EFFECTUE PAR PBI-HAÏTI...6 ANNEXES... 7 I. CALENDRIER ET SOMMAIRE DE L ACTION PBI EN HAÏTI EN II. LES PARTENAIRES DE PBI EN HAÏTI...8 III. LES RESSOURCES DU PROJET HAÏTI Ressources humaines du projet Haïti Les sources de financement du projet en IV. LES DEPENSES DU PROJET EN

2 Soutien au processus de démocratisation en Haïti 1. Historique du projet PBI - En 1992, pendant la période du régime de facto du Général Raoul Cedras, une première demande nous est parvenue du Mouvement Paysan Papaye (MPP) pour une présence protectrice en Haïti contre des violations de Droits de l Homme. - En juin 1993, plusieurs organisations de Paix, dont PBI, formèrent un collectif appelé "Cry for Justice", afin d'être présent en Haïti durant la période du coup d Etat. - Malgré le retour au pouvoir du président Jean Bertrand Aristide et le retour à l ordre constitutionnel, l équipe exploratoire de PBI au printemps 1995 recense plusieurs demandes pour l installation d une équipe PBI permanente. Le but serait moins la protection d activistes engagés dans le domaine des Droits de l Homme, mais surtout un soutien au processus de démocratisation ainsi que pour la promotion de la Résolution Non-Violente de Conflits (RNVC). - Après la mise en place de la structure minimale d un projet PBI avec une coordination permanente à Paris et un comité de projet bénévole, ainsi que la recherche et la formation de volontaires prospectifs, la première équipe est arrivée en Haïti le 10 décembre Depuis le printemps 1996, l équipe a réalisé de multiples actions de formation, de partage et d accompagnement sur le terrain. - Dans la deuxième moitié de l année 1999, le comité de projet a commencé une évaluation profonde de toutes les activités entreprises au fil des quatre années écoulées. Cette évaluation interne a permis de constater que PBI avait atteint ce qui lui était possible de faire, dans les limites de son mandat et de ses ressources. Actuellement, il est non seulement possible mais souhaitable que les taches que PBI avait acceptées de partager, concernant principalement les formations à la résolution de conflits, soient reprises entièrement par nos partenaires. D autre part, le comité de projet a décidé de mettre en œuvre une évaluation externe approfondie. - Le comité de projet a décidé de proposer à PBI la fermeture du projet dans un délai d un an, avec une stratégie de transmission d expériences et de renforcement des structures locales naissantes en Haïti, selon les demandes de nos partenaires locaux.. Lors de la réunion du conseil international en janvier 2000, PBI a approuvé le plan de fermeture. - Le 31 juillet 2000, la présence permanente de PBI sur cette île des Caraïbes a pris fin, et le bureau de coordination à Paris a été fermé en même temps. En automne, les activités de fermeture ont été réalisées, tandis que se poursuit l évaluation externe du projet, dans le but de publier un livret sur cette expérience en "Je vous présente une corbeille de remerciements pour avoir travaillé en Haïti pendant 5 ans et pour m'avoir initié à la R.N.V.C. Les grains que vous avez semés ont commencé à pousser et grandissent davantage. Le GFP prendra certainement la relève. Au nom de tous les membres du GFP, je tiens à vous dire : Allez en Paix car le GFP travaillera pour développer la Culture de Paix en Haïti." Ernst PIERRE, membre du GFP et de SKDE (Sant Kretyen pou Devlopman Entegre), note du Activités du projet en 2000 En 2000, les tâches principales du projet, détaillées dans la proposition de fermeture adressée au Conseil International, étaient concentrées sur deux domaines d action : répondre aux demandes formulées par les organisations partenaires haïtiennes et réaliser une évaluation par une personne extérieure à PBI, afin d analyser en profondeur l expérience particulière que représentent les cinq années de travail de PBI en Haïti. Page 2 de 2

3 L annonce du départ de PBI en Haïti pour la fin juillet 2000 a été l occasion d un large travail de relations publiques, ceci en contactant tous nos partenaires présents dans les quatre coins du pays. Pendant cette tournée, les volontaires ont premièrement été à l écoute des besoins de nos partenaires, et deuxièmement à la recherche de toutes les ressources disponibles pour la RNVC ainsi que pour des techniques d animation participatives en Haïti. En présence de Gilles Danroc, membre du comité, en février 2000, la synthèse de ces demandes a débouché sur une stratégie finale de transmission et de mise en réseau de nos partenaires. a) Présence internationale observatrice L équipe a continué d assurer en 2000 une présence internationale en faveur du processus de démocratisation. Dans ce cadre, PBI a maintenu une présence dans des actions luttant contre l impunité, notamment l observation d un sit-in hebdomadaire de victimes réclamant justice et réparation, de manière allégée (une fois sur deux). Quant à l axe de travail habituellement le plus fort dans les équipes de PBI, l accompagnement protecteur, celui-ci n offre pas de protection contre certains types de menaces perçues par les Haïtiens tels que l empoisonnement, les maléfices vaudous, ou la vengeance à long terme. De plus, PBI a découvert chez plusieurs militants que le fait d être accompagné par un Blanc (ce qui signifie un étranger en Haïti) ne correspondait pas à l idée qu ils se font de leur propre engagement. b) Développement des ressources haïtiennes en RNVC. Pendant les quatre ans d activités du projet Haïti, le développement et l organisation d ateliers de base pour favoriser le développement de compétences locales en résolution non-violente des conflits (RNVC) fut l axe de travail le plus important de l équipe de Paix en Haïti. Le travail entrepris par PBI a bénéficié d'appuis locaux précieux. Depuis l installation de l équipe en 1995, un réseau de relations s est constitué avec une multitude d ONGs à travers le pays, ainsi qu avec des organismes internationaux, ce qui a permis l implantation, le développement et la diffusion de l action de PBI (animation d ateliers, formation de formateurs, visites, analyses, publications etc.). Depuis 1996, l équipe PBI a accompagné un noyau de formateurs haïtiens bénévoles après une première formation de formateurs organisée par PBI. Dès lors, ce groupe s est réuni mensuellement à la maison PBI pour des sessions alternant des ateliers de formation permanente et la mise en place d une association de formateurs en techniques de transformation de conflits et d animation participative. Plusieurs de ces formateurs ont collaboré régulièrement avec les volontaires PBI pour la réalisation d ateliers de base. Durant ces quatre années d activités, l équipe a organisé 7 formations de formateurs/animateurs en RNVC et en animation participative, dans la capitale et dans la province, pour un total de plus de 70 personnes haïtiennes, dont une grande partie s est intégrée au Groupe de formateurs pour la Paix (GFP). Celui-ci s est constitué en mars 1999 en tant qu association autonome à but non lucratif afin de poursuivre la promotion de la gestion positive des conflits. Depuis 1996, des demandes pour des ateliers de base en matière de RNVC provenant de différentes organisations populaires du pays ont débouché, dans la mesure du possible, sur des ateliers coanimés par des volontaires PBI et des animateurs du GFP. Ceci a permis un renforcement des compétences des formateurs et l adaptation continue des méthodes et techniques de RNVC à la culture haïtienne. Au fur et à mesure, des matériaux pédagogiques ont été également créés, et mis à disposition des partenaires haïtiens. Parallèlement à la décision de fermeture, un processus de transmission d expériences et de renforcement systématique des organisations haïtiennes naissantes, qui travaillent dans le domaine de la transformation des conflits par des méthodes non-violentes, a été mis en œuvre. Dans le cadre du soutien à la consolidation du GFP et à travers un échange proche et continu avec les formateurs, plusieurs ateliers de formation ont été réalisés sur des sujets comme les Page 3 sur 10

4 méthodes d évaluation, la production d un bulletin, la recherche de fonds, la rédaction de rapports financiers et de rapports d activités. Le but de ces ateliers était d aider le GFP à s établir comme organisation autonome et viable. Lors de son assemblée générale du 15 juillet 2000, le comité exécutif a pu annoncer la reconnaissance par l Etat haïtien de l association Groupe formateur pour la Paix comme ONG. Il s agissait d un point important pour les membres du GFP, dans leurs démarches d autonomisation et leurs perspectives d avenir. Comme dernier coup de pouce, PBI a également donné du mobilier et un ordinateur pour le bureau que le GFP souhaite ouvrir. c) Développement d un réseau pour la promotion de la gestion positive des conflits Nouer et maintenir un réseau large de contacts a fait partie intégrante de la présence non-violente de PBI en Haïti. L équipe a été surtout en relation avec des ONGs nationales et locales dans la Capitale et dans la plupart des provinces et a entretenu des relations avec des instances gouvernementales, des ambassades, avec des ONGs internationales. PBI a ainsi informé ses interlocuteurs sur ses objectifs, son rôle, ses principes et ses limites. D autre part, ces relations ont permis à l équipe de saisir diverses facettes de la réalité socio-politique haïtienne et d enrichir ainsi leur compréhension et leur analyse de la situation. Dès sa naissance, le projet Haïti a activement favorisé l échange de ressources, d expériences et de matériaux pédagogiques entre les différents organismes engagés dans ce domaine en Haïti. A cet effet, l équipe a maintenu dans sa maison une bibliothèque spécialisée, qui était disponible également pour nos partenaires. Après la fermeture de l équipe en Haïti, cette bibliothèque a été remise au GFP. A travers une investigation large pendant plusieurs mois, l équipe a établi et publié une liste des ressources disponibles en Haïti dans le domaine des formations à la transformation non-violente des conflits et aux méthodes d animation participative. Cette liste regroupe des personnes et des organisations, haïtiennes et internationales, travaillant dans le domaine de l animation, de l organisation ou du financement de formations. L inventaire a été distribué en Haïti comme annexe au Bulletin No 15. Il est également disponible sur le site Internet de PBI-HAP. A la fête de clôture de l équipe en Haïti, le 15 juillet 2000, plus de 170 personnes ont été présentes, parmi lesquelles 30 membres du Groupe de formateurs pour la Paix, ainsi que des représentants des 10 organisations des droits de l homme haïtiennes les plus importantes, de 34 autres organisations haïtiennes (développement, solidarité,...) et de 11 organisations internationales. d) Diffusion d informations au niveau local et international Le projet Haïti a diffusé, en Haïti et à travers le réseau PBI (niveau international), des informations non-partisanes sur la situation actuelle ainsi que des articles sur des actions nonviolentes réalisées par les Haïtiens(ne)s pour consolider leur démocratie ou défendre le respect des Droits Humains. Ceci comprend des informations variées sur la vie quotidienne et la culture du pays ainsi que sur les actions menées par PBI. A cet effet, il existe pour leur diffusion : le bulletin thématique, les pages Internet (http://www.igc.apc.org/pbi/haiti.html), les rapports destinés au public intéressé, les conférences et les entretiens réalisés par des ex-volontaires lors de leur retour. En 2000, l équipe a réalisé un bulletin de 24 pages, contenant des réflexions et des opinions diverses sur les chances et limites de la lutte non-violente en Haïti. Ce bulletin à été distribué en Haïti conjointement avec l inventaire des ressources en RNVC, à plus de 400 exemplaires. Au niveau international, le tirage atteint plusieurs centaines d exemplaires avec des traductions dans diverses langues. Régulièrement, plusieurs articles ont été sélectionnés par d autres organisations ou par le service d information appartenant à des réseaux comme Haïti Europe ou la plate-forme haïtienne de Suisse. Page 4 sur 10

5 3) Bilan provisoire Quel bilan tirer de ces 5 ans de présence en Haïti sans anticiper les résultats de l évaluation externe toujours en cours? La question essentielle pour une organisation non-ingérente comme PBI, n est pas tant: Qu avons-nous réalisé?, mais plutôt: (LEUR) avons-nous été utiles?, le LEUR signifiant les Haïtiens engagés de manière non-violente en faveur des Droits de l Homme et de la Paix. Dès lors, les signes réjouissants ne se trouvent pas dans les résultats directs des actions de PBI, mais dans celles réalisées par nos partenaires haïtiens. Lors de leurs présences au cours du processus de fermeture du projet, divers membres du comité ont eu l opportunité de séjourner en Haïti et de reprendre contact avec des partenaires avec lesquels ils avaient travaillé à l époque de leur propre engagement volontaire. Ces visites ont permis d explorer la question de l utilité à moyen terme (3 à 5 ans) de la présence de PBI et de constater entre autre les faits suivants: Lorsque PBI présentait les termes de résolution de conflit et de non-violence active il y a 5 ans, il s agissait souvent de notions peu claires ou peu attrayantes à premier abord pour nos interlocuteurs. Actuellement, la notion de résolution de conflits suscite un intérêt large. La présence active de PBI a sans doute contribué à l éveil et à la sensibilisation à ces thèmes. Plusieurs dizaines d animateurs haïtiens, formés par PBI à la conduite de séminaires de résolution de conflits, continuent ce travail au sein de leur association ou sur mandat. Une bonne partie des personnes ayant suivi une formation de formateurs avec PBI se sont regroupée dans l association à but non lucratif Groupe de Formateurs pour la Paix. Dans certaines zones en Haïti, dont les mornes Cahos, se sont créés des réseaux de personnes actives dans la résolution non-violente de conflit. Au cours des trois dernières années s est développé en Haïti un nouveau type de mobilisation. Il s agit de nombreuses actions non-violentes, par exemple contre l impunité : Fax rouge, sit-in, téléphone rouge,... Au travers de ces actions non-violentes, les citoyens sont invités, par exemple, à faire pression sur le ministère de la justice. Ces quelques constats permettent déjà de conclure que la présence de PBI a été efficiente. Surtout si l on prend en considération le fait que Haïti est réputé être, d une manière générale, l un des pays les plus difficiles en matière d aide internationale. Le travail de PBI a eu des impacts positifs, en participant au développement de perspectives non-violentes avec des acteurs variés de la société civile haïtienne, et en accompagnant, en collaboration avec des partenaires locaux, la naissance d initiatives haïtiennes autonomes, prêtes à poursuivre la promotion active de la transformation non-violente de conflits après la fin du mandat de PBI. Le but de PBI était de contribuer à la consolidation de la démocratie en Haïti avec la participation active des Haïtiens, ceci à travers un processus de conscientisation et de formation. A travers des ateliers de base sur demande d organisations populaires s engageant dans les domaines de la démocratisation, la justice et la paix en Haïti, PBI a contribué au développement de la société civile haïtienne, par la formation de personnes capables de gérer des conflits avec des moyens non-violents. Le travail entrepris par PBI en Haïti s est réalisé exclusivement sur demandes (notamment celles de la Commission Justice et Paix, ainsi que celles d une multitude d ONGs locales. Cf. liste de partenaires en annexe). Les bénéficiaires directs de notre action étaient les femmes et les hommes qui travaillent, par des moyens non-violents, dans des associations haïtiennes, à l'instauration d'une véritable démocratie en Haïti. Il y a eu, parmi eux, des leaders de communautés, des acteurs sociaux, des éducateurs, des religieux des animateurs d organisations populaires, etc. PBI n a travaillé qu'avec des associations qui ne demandaient pas d'engagement partisan de notre part et principalement avec des gens qui étaient prêts à s engager à titre bénévole pour la construction de la paix et de la démocratie en Haïti. PBI n ayant travaillé que Page 5 sur 10

6 sur la base des demandes d organisations et de personnes locales, tout travail réalisé répondait réellement aux besoins et aux souhaits des partenaires haïtiens. D une façon plus générale, PBI est intervenue dans une situation où les organisations et les ressources travaillant pour les Droits de l Homme en Haïti étaient très dispersées. Tout au long de sa présence, PBI a cherché à favoriser la mise en réseaux, les contacts entre ces acteurs et a ainsi peut-être contribué à leur plus grande cohérence d aujourd hui. Au nom du peuple haïtien, je souhaite tous vous remercier pour votre formidable travail pour la promotion de la paix et de la justice sociale sans violence dans ce pays. Je vous souhaite un grand courage, car la lutte vient seulement de commencer. Luckner Jean Baptiste, PIDA (Projet Intégré pour le développement Alternatif et GFP), ) Evaluation externe du travail effectué par PBI-Haïti Le projet PBI-Haïti a trouvé des personnes hautement compétentes pour une évaluation externe des 5 années du projet en Haïti : 1. Sabine Manigat (PNUD, Haïti) a travaillé à l évaluation de l impact du travail en Haïti. L équipe a contribué au processus en contribuant à réaliser un questionnaire, en préparant un atelier d introduction à PBI pour les étudiants et en faisant des recherches dans les archives. Avec un groupe de sept étudiants spécialement formés dans ce but, elle a interviewé environ 80 personnes dans la capitale et les provinces. Son rapport de 35 pages est disponible en français. 2. Pour une évaluation externe de la stratégie du projet, de sa structure, des dynamiques en oeuvre, ainsi que de l organisation et du fonctionnement du projet, le professeur Ueli Mäder, de la Fachhochschule Sozialarbeit Basel, travaillera avec Hektor Schmassmann, un collaborateur de son institut. 3. Al Imfeld est bien connu en Suisse pour l esprit critique de ses publications concernant l aide au développement ainsi que pour ses compétences d évaluateur. Il a travaillé sur une large variété de projets, souvent à grande échelle, dans des pays en voie de développement, principalement en Afrique, mais aussi en Haïti. Il fournira une méta-analyse du projet et la situera dans le contexte de l aide au développement contemporaine et des stratégies de transformation des conflits, afin de définir la spécificité de l approche de PBI. 4. Par ailleurs, Hazel Tulecke de PBI USA, a fourni une contribution en se concentrant sur les questions spécifiques à PBI. Elle a visité l équipe en avril 2000 et a conduit une série d entretiens avec les membres de l équipe et le coordinateur. Elle a fourni ses impressions personnelles sur le projet dans un rapport au comité. Sabine Manigat a conclu que les bons résultats que PBI avait été à même d atteindre dans certaines régions étaient peut-être dus aux lignes directrices de l approche en collaboration avec les partenaires haïtiens. Elle a recommandé à tous les volontaires souhaitant travailler dans l éducation à la paix d étudier quelques-unes des activités les plus réussies de PBI. Un membre d un groupe de formateurs haïtiens a soutenu cette évaluation en disant de façon assez optimiste : PBI laisse en Haïti des germes qui ont le potentiel de transformer ce pays en dix ans. Cependant, l ensemble des personnes concernées est conscient du fait que la réalisation de cette transformation dépendra avant tout des Haïtiens euxmêmes. En automne 2001, le comité de projet souhaite publier en français et anglais un livre qui résumera l expérience unique des cinq ans de travail de l équipe de Paix de PBI en Haïti. Page 6 sur 10

7 Annexes I. CALENDRIER et SOMMAIRE de l action PBI en Haïti en 2000 Janvier février 2000 : Poursuite de l annonce de fermeture à tous nos partenaires, du recueil des dernières demandes, ainsi que de la recherche d informations pour la publication d un inventaire des ressources haïtiennes. Mise en contacts des différents acteurs. Transmission systématique de toutes les demandes d ateliers au GFP. Février 2000 : présence de Gilles Danroc, membre de comité, au sein de l équipe Synthèse des demandes et décision des tâches à réaliser dans les mois restants. Recherche d évaluateurs / évaluatrices externes en Haïti. Mars avril : évaluation externe de l équipe PBI La cohérence avec le mandat et les principes de PBI par Hazel Tulecke de PBI- USA Avril mai : présence du coordinateur Luis Urrego au sein de l équipe Avril - juillet : évaluation externe du travail réalisé en Haïti Par Sabine Manigat du PNUD Haïti. Pendant toute cette période, l équipe était à disposition pour répondre à ses questions. 14 avril : formation des enquêteurs L équipe organise les ateliers réalisés pour informer les sept enquêteurs haïtiens pour l évaluation externe. 19 avril : Co-Animation d un atelier à Chénot Atelier de suivi dans la paroisse de Chénot dans la région des mornes Cahos 25 avril : Atelier de transmission avec le GFP Sur la préparation de dossiers et de rapports financiers 01 mai: Atelier de transmission avec le GFP portant sur la rédaction de bulletins d informations 6 mai : atelier de transmission avec le GFP portant sur les méthodes d évaluation 11 mai: parution du bulletin final, no 15, du projet Haïti 11 mai: parution du recensement des ressources haïtiennes et étrangères en résolution non violente de conflit, techniques d'animation et bailleurs de fonds 25 juin 1 juillet : tournée d adieux dans le nord du pays Juin - juillet 00: activités de fermeture, vente du matériel et du mobilier Juillet 2000 : présence de Marc Allenbach, membre du comité, au sein de l équipe Juillet 2000 : remise des évaluations de Hazel Tulecke et de Sabine Manigat 15 Juillet: assemblée générale du Groupe de formateurs pour la Paix 15 Juillet: fête officielle de départ de l équipe PBI- Haïti, avec 175 personnes 31 juillet: fin de la présence permanente de l équipe de Paix PBI et dissolution du bureau de coordination du projet à Paris En août, activités de clôture de la coordination à Paris Août septembre 2000 : compilation des archives du projet pour l évaluation externe et pour l archivage finale aux archives McMasters au Canada octobre : réunion du comité de Projet à Berne (Suisse) 27 octobre : entrevues entre les évaluateurs externes, Ueli Mäder, Hector Schmassmann, Al Imfeld et des membres du comité ainsi que des ex-volontaires. Page 7 sur 10

8 II. Les PARTENAIRES de PBI en Haïti Notre partenariat est basé sur notre relation avec les différentes organisations haïtiennes qui demandent notre intervention. PBI est seule responsable de la mise en place et du déroulement de ses activités. Suit une liste non-exhaustive de nos partenaires les plus importants: -ASSOCIATION DES PLANTEURS POUR LE DEVELOPPEMENT DE DUBUISSON, APDD Personne de contact : Desenat Voknel - BUREAU DES AVOCATS INTERNATIONAUX (BAI) Personne de contact : Brian CONCANNON, Tél. : CARITAS DIOCESAINE DES GONAIVES Responsable : P. Gérard DORMEVIL, Evêché, Gonaïves, Tél. : Et Mathilde Fleurvil, ruelle St. Armand #1, Gonaïves, Tél et CENTRE CHRETIEN POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRE (SKDE) Personne de contact : Ernst Pierre, Delmas 31, rue Toussaint Louverture, ruelle Euclide #6 BP 738, Port-au-Prince, Tél CENTRE DE RECHERCHE ET DE FORMATION ECONOMIQUE ET SOCIALE POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRE (CRESFED) Personne de contact : Suzy Castor - COMITE DE COORDINATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE MARTISSANT - COORDINATION D'APPUI A LA DEMOCRATIE (CKODEM-KTAKOD) personne de contact : joseph Bonel - COMMISSION NATIONALE JUSTICE ET PAIX DE HAITI Personne de contact : Père Jan HANNSENS, 56, Ruelle Piguant, B.P. 1572, Port-au-Prince, Haïti Tél. : Fax : EVECHE DES GONAIVES : Evêque des Gonaïves Personne de contact : Mgr Emmanuel CONSTANT, Tél FANM VIKTIM, LEVE KANPE (FAVILEK) Personne de contact : Immacula Deluce - FEDERATION DES ECOLES PROTESTANTES DE HAITI (FEPH) Personne de contact : Henry THOMMEN, rue Fernand, N 7, Port-au-Prince Tél. : fax FONDATION CONNAISSANCE ET LIBERTE (FOKAL) Personne de contact : Michelle Pierre-Louis, 19, rue Magny, Port-au-Prince. mél : - FONDATION 30 SEPTEMBRE (F30S) Personne de contact : Lovinsky PIERRE ANTOINE, Delmas 31, rue Stella et rue Timmer n 1, BP Tél GROUPE D'ACTION CIVIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT ET LA CULTURE (GRASDEK) Personnes de contact : Jacques CHRISBERT et Desir Yvel, Boulevard Jean-Jacques Dessalines #53, Port-au-Prince. - GROUPE D'APPUI TECHNIQUE D'ACTION PEDAGOGIQUE (GATAP) Personne de contact : Gracita Osias, 13 impasse Duverger, limite Turgeau, Port-au-Prince Tél HAITI SOLIDARITE INTERNATIONALE (HSI) Personne de contact : TiJean Lherisson, BP 320 Port-au-Prince, Tél. et Fax : INEADI, BP 118, Cap Haïtien - INARA, Avenue Lamartinière 51, Pourt-au-Prince. - MAP-VIV Personne de contact : TiJean LHERISSON, Tél. : NATIONAL COALITION FOR HAITIAN RIGHTS (NCHR) Personne de contact : Espérance PIERRE, B.P Bas Peu-de-Chose, Port-au-Prince, Tél. : Fax : PROGRAMME ALTERNATIF DE JUSTICE (PAJ) Personne de contact : Freud Jean, Tél. : REPUBLIQUE D HAITI, MISSION PERMANENTE AUPRES DE L OFFICE DES NATIONS-UNIES A GENEVE Personne de contact : Ambassadeur Joseph ANTONIO, Tél. : Page 8 sur 10

9 III. Les RESSOURCES du Projet Haïti 1. Ressources humaines du projet Haïti Le comité du projet Haïti - ALLENBACH Marc, (H), né en 1970, suisse, depuis novembre DANROC Gilles, (H), né en 1950, français, depuis janvier REBETEZ Frédérique, (F), né en 1974, suisse, depuis juin STÖRK Jürgen, (H), né en 1961, suisse, depuis juin 1995 Les volontaires de l équipe de Paix en Haïti, jusqu au 31 juillet DABADIE François (H), née en 1967, français, service janvier 00 juillet 00 - ESCHER Judith, (F), née en 1966, suisse, service février 00 juillet 00 - REBETEZ Frédérique (F), née en 1974, suisse, service février 99 avril 00 - LEBRUN Wenefrid (F), née en 1971, française, service octobre 99 juillet 00 Le coordinateur du projet en Haïti et à Paris, jusqu au 31 juillet URREGO Luis Fernando, (M), né en 1961, colombien, depuis octobre 95 juillet 00 - Depuis octobre 2000, Jürgen STÖRK assure une coordination du projet concernant la réalisation de l évaluation externe et la publication d un livre sur les expériences de PBI en Haïti 2. Les sources de financement du projet en 2000 PBI Haïti compte sur le soutien économique de plusieurs donateurs et sur la cotisation des adhérents à PBI. Le projet est entièrement financé par des subventions. Les pays membres de PBI déposent indépendamment des demandes de cofinancement auprès de plusieurs organismes de leur pays pour l année en cours, ce qui rend difficile une estimation des rentrées. Une évaluation approximative peut se faire sur la base des années précédentes. RESSOURCES Devise local Totaux US $ PBI ALLEMAGNE : Rheinische Landeskirche 42584,64 DM Dons divers 104,40 DM PBI BELGIQUE PBI CANADA Divers ,15 FF PBI SUISSE : PBI Suisse ,10 CHF Gemeinschaft der Laien Missionarinnen GLM 1000 CHF Freundeskreis Haiti. 500 CHF Dons divers 3360 CHF PBI USA : 600 Dons divers 600 US$ PBI HAP Secours catholique FF Un monde par tous FF Dons divers GH Ventes matériel et services du projet US$ Intérêts bancaires 520 Haïti 41 US $ France 3 538,21 FF TOTAL REVENUS Page 9 sur 10

10 IV. Les DEPENSES du projet en 2000 Charges directes US $ Salaires employés maison Voyages en Haïti 269 Voyages à destination de Haïti et retour Nourriture et entretien domestique Bourses - équipe Assurance médicale - équipe 8 49 Hôtel, pensions, location salles 70 Téléphone et fax Photocopies 588 Poste 211 Photographies 25 Equipe Bureau 147 Location maison Entretien maison 175 Matériel de référence / information 63 Matériel de bureau 247 Dépréciation Coûts légaux 176 Coûts Médicales 25 Rapatriement Divers 279 Frais bancaires 27 Comité de projet Groupes de travail, ateliers etc Audit comptabilité 962 Sous total Charges de soutien Salaires Charges sociales et Assurance Pensions Voyages en France 643 Location bureau 740 Matériel de bureau 185 Equipement bureau 294 Téléphone Courrier électronique Photocopies 112 Poste 188 Matériel de féférences 235 Indemnités volontaires Charges bancaires 182 Autres coûts de soutien 152 Sous total Charges administratives et autres charges Fonds perdus 20 Perte ventes immobiliers Perte session immobiliers Soutien régional Sous total Total des dépenses Contribution à l'isec Coût total du projet Page 10 sur 10

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME ET FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE RAPPORT FINAL Abidjan, Décembre 2013 I- RESUME DU PROJET Ce rapport a pour objet l édition et la vulgarisation d

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Avocats sans frontières: Là où la justice n a plus la parole

Avocats sans frontières: Là où la justice n a plus la parole Avocats sans frontières: Là où la justice n a plus la parole À propos d ASF Organisation non gouvernementale, non partisane et à but non lucratif Action entièrement bénévole Branche canadienne d un mouvement

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne. Volet coopération européenne

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne. Volet coopération européenne DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne Volet coopération européenne Dénomination de la structure : Titre du projet : Date

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE. Préambule

CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE. Préambule CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE Préambule www.gopacnetwork.org RECONNAISSANT CONSCIENTS DÉPLORANT ESTIMANT CONSTATANT RÉALISANT RÉITÉRANT la suprémacie des parlements en tant qu institutions

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II. PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II Les programmes de bourses et de formation examinés dans le présent chapitre ont été instaurés par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE LE 6 JUILLET 2015 TITRE I BUT DE L ASSOCIATION ARTICLE 1: 1-1 Il est créé à HENDAYE une association d éducation populaire régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

Création d une coopérative scolaire

Création d une coopérative scolaire Pour créer une coopérative scolaire : Fiche modalités d adhésion Fiche d adhésion Création d une coopérative scolaire Règlement-type d une Coopérative scolaire (à conserver obligatoirement dans les archives

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LES DROITS DE LA FEMME. Statuts 2010. I. Généralités

ASSOCIATION SUISSE POUR LES DROITS DE LA FEMME. Statuts 2010. I. Généralités ASSOCIATION SUISSE POUR LES DROITS DE LA FEMME Statuts 2010 Nom et raison sociale Art. 1 Caractère Art. 2 I. Généralités L Association suisse pour les droits de la femme (ci-après appelée Association)

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

Termes de Référence. Pour un Consultant Chargé d une «étude ex ante sur l impact socioéconomique et environnemental des OGM en Afrique de l Ouest»

Termes de Référence. Pour un Consultant Chargé d une «étude ex ante sur l impact socioéconomique et environnemental des OGM en Afrique de l Ouest» CED EAO Co mmunau t é Économiq u e de s Ét ats d Af r iq u e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econo m ic Co mmunit y of West Af r ica

Plus en détail

Dossier de partenariat

Dossier de partenariat Dossier de partenariat Les 20 ans de l ONG ESSOR : Quel avenir pour la solidarité internationale? Contact : L équipe d ESSOR est à votre disposition pour tout renseignement à l adresse suivante : essor.contact@free.fr

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Keystone. Fonds pour les frontières extérieures

Keystone. Fonds pour les frontières extérieures Keystone Fonds pour les frontières extérieures Fonds pour les frontières extérieures Le Fonds pour les frontières extérieures permet une solidarité financière au sein de l espace Schengen. Grâce à ce Fonds,

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES ET DE LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES INTERVENANTS DANS LES ECOLES, COLLEGES, LYCEES Août 2013 PREAMBULE L École est un lieu d

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

MEMOS en français : Cadre général du programme

MEMOS en français : Cadre général du programme MEMOS en français : Cadre général du programme Octobre 2012 Septembre 2013 N.B. : Bien que seules les dénominations masculines soient utilisées dans ce document, les dénominations féminines sont systématiquement

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

M1: Animer des formations pour adultes - Certificat FSEA

M1: Animer des formations pour adultes - Certificat FSEA Formation M1: Animer des formations pour adultes - Certificat FSEA spécifiquement destiné aux formateurs travaillant dans la formation de base des adultes et/ou accompagnant des publics «peu ou pas qualifiés»

Plus en détail

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Projet financé par l Union européenne PROJET EUROMED JUSTICE III Droit pénal et droit pénitentiaire Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Groupe de travail sur le droit pénal en vue de préparer un instrument

Plus en détail

Termes de référence Activité 1

Termes de référence Activité 1 1 Termes de référence Activité 1 Atelier de formation thématique au journalisme d investigation Projet Médias d Afrique centrale contre le VIH PROJET MA-VIH VOLET 1 N D ACTION / ACTIVITE CODE 1 /1 MAUEA4111F30

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 Sénégal BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 La liberté religieuse est inscrite dans la Constitution, et les autres

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Bamako, 11-13 décembre 2007

Bamako, 11-13 décembre 2007 Mise en oeuvre des Lignes directrices de Robben Island en Afrique francophone Bamako, 11-13 décembre 2007 RAPPORT NARRATIF Introduction Ce séminaire, co-organisé par L Association pour la Prévention de

Plus en détail

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES LA REVUE The Canadian CANADIENNE Journal of D'ÉVALUATION Program EvaluationDE Vol. PROGRAMME 18 No. 1 Pages 133 137 133 ISSN 0834-1516 Copyright 2003 Canadian Evaluation Society Research and Practice Note

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE HÉLÈNE JOLIN 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE Expérience acquise dans l intervention et le développement

Plus en détail

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 août 2014 Français Original: anglais ECE/CEP/2014/12 Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions?

Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions? Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions? Quelques pistes de réflexions à partir de l expérience du Respadd David Michels, chargé de projets, Respadd Introduction L engagement de

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Annexe 3. Budget type d une évaluation de l impact d un programme alimentaire scolaire

Annexe 3. Budget type d une évaluation de l impact d un programme alimentaire scolaire Annexe 3 Budget type d une évaluation de l impact d un programme alimentaire scolaire Phase I : Juillet 999 Décembre 2000 a Proposition de recherche sur l alimentation au niveau des écoles Evaluation de

Plus en détail

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX Tél. +33 (0)5 56 84 68 00 Fax +33 (0) 5 56 84 68 10 http://www.msha.fr STATUTS Modifiés

Plus en détail

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION Organisation Non Gouvernementale (ONG) créée en 1967, reconnue d utilité publique depuis 1981. Volontariat de Solidarité Internationale : INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION 1 SOMMAIRE LA GUILDE... 3 QU

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011 Rapport annuel Exercice se terminant Le 31 mars 2011 N o de cat. M175-2011 ISSN 0229-8473 (Imprimé) ISSN 1927-727X (En ligne) Ce rapport est publié séparément dans les deux langues officielles Demandes

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

CONVENTION D HONORAIRES

CONVENTION D HONORAIRES CONVENTION D HONORAIRES Le, à Evere, au cabinet de l avocat Olivier DUPONT, sis rue Frans Pepermans, n 14, Entre Et ci-après dénommés conjointement «le client», Maître Olivier DUPONT, dont le cabinet est

Plus en détail