Rapport d activités 2000 du Projet PBI en Haïti et rapport de fermeture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d activités 2000 du Projet PBI en Haïti et rapport de fermeture"

Transcription

1 Brigades de Paix Internationales Brigad Entènasyonal Lapè Peace Brigades International Projet Haïti HAITI Rapport d activités 2000 du Projet PBI en Haïti et rapport de fermeture Activités réalisées sur demande: Durée du projet : Ateliers de base utilisant les techniques et méthodes de résolution nonviolente de conflits (RNVC) - Formation à l animation de tels ateliers - Reconstruction du tissu social dans la société civile haïtienne et renforcement des structures naissantes pour la RNVC - Sensibilisation de la communauté internationale au travers de rapports impartiaux sur la situation en Haïti Organisation : Peace Brigades International Bureau international : PBI International Office : 5 Caledonian Road, London GB - N1 9DX, U.K. Tel: , Coordination du projet: PBI-Projet Haïti : Jürgen Störk, Greyerzstrasse 50, 3013 Berne, Suisse Tél. et fax : , Table des matières TABLE DES MATIERES HISTORIQUE DU PROJET PBI ACTIVITES DU PROJET EN a) Présence internationale observatrice... 3 b) Développement des ressources haïtiennes en RNVC... 3 c) Développement d un réseau pour la promotion de la gestion positive des conflits... 4 d) Diffusion d informations au niveau local et international ) BILAN PROVISOIRE ) EVALUATION EXTERNE DU TRAVAIL EFFECTUE PAR PBI-HAÏTI...6 ANNEXES... 7 I. CALENDRIER ET SOMMAIRE DE L ACTION PBI EN HAÏTI EN II. LES PARTENAIRES DE PBI EN HAÏTI...8 III. LES RESSOURCES DU PROJET HAÏTI Ressources humaines du projet Haïti Les sources de financement du projet en IV. LES DEPENSES DU PROJET EN

2 Soutien au processus de démocratisation en Haïti 1. Historique du projet PBI - En 1992, pendant la période du régime de facto du Général Raoul Cedras, une première demande nous est parvenue du Mouvement Paysan Papaye (MPP) pour une présence protectrice en Haïti contre des violations de Droits de l Homme. - En juin 1993, plusieurs organisations de Paix, dont PBI, formèrent un collectif appelé "Cry for Justice", afin d'être présent en Haïti durant la période du coup d Etat. - Malgré le retour au pouvoir du président Jean Bertrand Aristide et le retour à l ordre constitutionnel, l équipe exploratoire de PBI au printemps 1995 recense plusieurs demandes pour l installation d une équipe PBI permanente. Le but serait moins la protection d activistes engagés dans le domaine des Droits de l Homme, mais surtout un soutien au processus de démocratisation ainsi que pour la promotion de la Résolution Non-Violente de Conflits (RNVC). - Après la mise en place de la structure minimale d un projet PBI avec une coordination permanente à Paris et un comité de projet bénévole, ainsi que la recherche et la formation de volontaires prospectifs, la première équipe est arrivée en Haïti le 10 décembre Depuis le printemps 1996, l équipe a réalisé de multiples actions de formation, de partage et d accompagnement sur le terrain. - Dans la deuxième moitié de l année 1999, le comité de projet a commencé une évaluation profonde de toutes les activités entreprises au fil des quatre années écoulées. Cette évaluation interne a permis de constater que PBI avait atteint ce qui lui était possible de faire, dans les limites de son mandat et de ses ressources. Actuellement, il est non seulement possible mais souhaitable que les taches que PBI avait acceptées de partager, concernant principalement les formations à la résolution de conflits, soient reprises entièrement par nos partenaires. D autre part, le comité de projet a décidé de mettre en œuvre une évaluation externe approfondie. - Le comité de projet a décidé de proposer à PBI la fermeture du projet dans un délai d un an, avec une stratégie de transmission d expériences et de renforcement des structures locales naissantes en Haïti, selon les demandes de nos partenaires locaux.. Lors de la réunion du conseil international en janvier 2000, PBI a approuvé le plan de fermeture. - Le 31 juillet 2000, la présence permanente de PBI sur cette île des Caraïbes a pris fin, et le bureau de coordination à Paris a été fermé en même temps. En automne, les activités de fermeture ont été réalisées, tandis que se poursuit l évaluation externe du projet, dans le but de publier un livret sur cette expérience en "Je vous présente une corbeille de remerciements pour avoir travaillé en Haïti pendant 5 ans et pour m'avoir initié à la R.N.V.C. Les grains que vous avez semés ont commencé à pousser et grandissent davantage. Le GFP prendra certainement la relève. Au nom de tous les membres du GFP, je tiens à vous dire : Allez en Paix car le GFP travaillera pour développer la Culture de Paix en Haïti." Ernst PIERRE, membre du GFP et de SKDE (Sant Kretyen pou Devlopman Entegre), note du Activités du projet en 2000 En 2000, les tâches principales du projet, détaillées dans la proposition de fermeture adressée au Conseil International, étaient concentrées sur deux domaines d action : répondre aux demandes formulées par les organisations partenaires haïtiennes et réaliser une évaluation par une personne extérieure à PBI, afin d analyser en profondeur l expérience particulière que représentent les cinq années de travail de PBI en Haïti. Page 2 de 2

3 L annonce du départ de PBI en Haïti pour la fin juillet 2000 a été l occasion d un large travail de relations publiques, ceci en contactant tous nos partenaires présents dans les quatre coins du pays. Pendant cette tournée, les volontaires ont premièrement été à l écoute des besoins de nos partenaires, et deuxièmement à la recherche de toutes les ressources disponibles pour la RNVC ainsi que pour des techniques d animation participatives en Haïti. En présence de Gilles Danroc, membre du comité, en février 2000, la synthèse de ces demandes a débouché sur une stratégie finale de transmission et de mise en réseau de nos partenaires. a) Présence internationale observatrice L équipe a continué d assurer en 2000 une présence internationale en faveur du processus de démocratisation. Dans ce cadre, PBI a maintenu une présence dans des actions luttant contre l impunité, notamment l observation d un sit-in hebdomadaire de victimes réclamant justice et réparation, de manière allégée (une fois sur deux). Quant à l axe de travail habituellement le plus fort dans les équipes de PBI, l accompagnement protecteur, celui-ci n offre pas de protection contre certains types de menaces perçues par les Haïtiens tels que l empoisonnement, les maléfices vaudous, ou la vengeance à long terme. De plus, PBI a découvert chez plusieurs militants que le fait d être accompagné par un Blanc (ce qui signifie un étranger en Haïti) ne correspondait pas à l idée qu ils se font de leur propre engagement. b) Développement des ressources haïtiennes en RNVC. Pendant les quatre ans d activités du projet Haïti, le développement et l organisation d ateliers de base pour favoriser le développement de compétences locales en résolution non-violente des conflits (RNVC) fut l axe de travail le plus important de l équipe de Paix en Haïti. Le travail entrepris par PBI a bénéficié d'appuis locaux précieux. Depuis l installation de l équipe en 1995, un réseau de relations s est constitué avec une multitude d ONGs à travers le pays, ainsi qu avec des organismes internationaux, ce qui a permis l implantation, le développement et la diffusion de l action de PBI (animation d ateliers, formation de formateurs, visites, analyses, publications etc.). Depuis 1996, l équipe PBI a accompagné un noyau de formateurs haïtiens bénévoles après une première formation de formateurs organisée par PBI. Dès lors, ce groupe s est réuni mensuellement à la maison PBI pour des sessions alternant des ateliers de formation permanente et la mise en place d une association de formateurs en techniques de transformation de conflits et d animation participative. Plusieurs de ces formateurs ont collaboré régulièrement avec les volontaires PBI pour la réalisation d ateliers de base. Durant ces quatre années d activités, l équipe a organisé 7 formations de formateurs/animateurs en RNVC et en animation participative, dans la capitale et dans la province, pour un total de plus de 70 personnes haïtiennes, dont une grande partie s est intégrée au Groupe de formateurs pour la Paix (GFP). Celui-ci s est constitué en mars 1999 en tant qu association autonome à but non lucratif afin de poursuivre la promotion de la gestion positive des conflits. Depuis 1996, des demandes pour des ateliers de base en matière de RNVC provenant de différentes organisations populaires du pays ont débouché, dans la mesure du possible, sur des ateliers coanimés par des volontaires PBI et des animateurs du GFP. Ceci a permis un renforcement des compétences des formateurs et l adaptation continue des méthodes et techniques de RNVC à la culture haïtienne. Au fur et à mesure, des matériaux pédagogiques ont été également créés, et mis à disposition des partenaires haïtiens. Parallèlement à la décision de fermeture, un processus de transmission d expériences et de renforcement systématique des organisations haïtiennes naissantes, qui travaillent dans le domaine de la transformation des conflits par des méthodes non-violentes, a été mis en œuvre. Dans le cadre du soutien à la consolidation du GFP et à travers un échange proche et continu avec les formateurs, plusieurs ateliers de formation ont été réalisés sur des sujets comme les Page 3 sur 10

4 méthodes d évaluation, la production d un bulletin, la recherche de fonds, la rédaction de rapports financiers et de rapports d activités. Le but de ces ateliers était d aider le GFP à s établir comme organisation autonome et viable. Lors de son assemblée générale du 15 juillet 2000, le comité exécutif a pu annoncer la reconnaissance par l Etat haïtien de l association Groupe formateur pour la Paix comme ONG. Il s agissait d un point important pour les membres du GFP, dans leurs démarches d autonomisation et leurs perspectives d avenir. Comme dernier coup de pouce, PBI a également donné du mobilier et un ordinateur pour le bureau que le GFP souhaite ouvrir. c) Développement d un réseau pour la promotion de la gestion positive des conflits Nouer et maintenir un réseau large de contacts a fait partie intégrante de la présence non-violente de PBI en Haïti. L équipe a été surtout en relation avec des ONGs nationales et locales dans la Capitale et dans la plupart des provinces et a entretenu des relations avec des instances gouvernementales, des ambassades, avec des ONGs internationales. PBI a ainsi informé ses interlocuteurs sur ses objectifs, son rôle, ses principes et ses limites. D autre part, ces relations ont permis à l équipe de saisir diverses facettes de la réalité socio-politique haïtienne et d enrichir ainsi leur compréhension et leur analyse de la situation. Dès sa naissance, le projet Haïti a activement favorisé l échange de ressources, d expériences et de matériaux pédagogiques entre les différents organismes engagés dans ce domaine en Haïti. A cet effet, l équipe a maintenu dans sa maison une bibliothèque spécialisée, qui était disponible également pour nos partenaires. Après la fermeture de l équipe en Haïti, cette bibliothèque a été remise au GFP. A travers une investigation large pendant plusieurs mois, l équipe a établi et publié une liste des ressources disponibles en Haïti dans le domaine des formations à la transformation non-violente des conflits et aux méthodes d animation participative. Cette liste regroupe des personnes et des organisations, haïtiennes et internationales, travaillant dans le domaine de l animation, de l organisation ou du financement de formations. L inventaire a été distribué en Haïti comme annexe au Bulletin No 15. Il est également disponible sur le site Internet de PBI-HAP. A la fête de clôture de l équipe en Haïti, le 15 juillet 2000, plus de 170 personnes ont été présentes, parmi lesquelles 30 membres du Groupe de formateurs pour la Paix, ainsi que des représentants des 10 organisations des droits de l homme haïtiennes les plus importantes, de 34 autres organisations haïtiennes (développement, solidarité,...) et de 11 organisations internationales. d) Diffusion d informations au niveau local et international Le projet Haïti a diffusé, en Haïti et à travers le réseau PBI (niveau international), des informations non-partisanes sur la situation actuelle ainsi que des articles sur des actions nonviolentes réalisées par les Haïtiens(ne)s pour consolider leur démocratie ou défendre le respect des Droits Humains. Ceci comprend des informations variées sur la vie quotidienne et la culture du pays ainsi que sur les actions menées par PBI. A cet effet, il existe pour leur diffusion : le bulletin thématique, les pages Internet (http://www.igc.apc.org/pbi/haiti.html), les rapports destinés au public intéressé, les conférences et les entretiens réalisés par des ex-volontaires lors de leur retour. En 2000, l équipe a réalisé un bulletin de 24 pages, contenant des réflexions et des opinions diverses sur les chances et limites de la lutte non-violente en Haïti. Ce bulletin à été distribué en Haïti conjointement avec l inventaire des ressources en RNVC, à plus de 400 exemplaires. Au niveau international, le tirage atteint plusieurs centaines d exemplaires avec des traductions dans diverses langues. Régulièrement, plusieurs articles ont été sélectionnés par d autres organisations ou par le service d information appartenant à des réseaux comme Haïti Europe ou la plate-forme haïtienne de Suisse. Page 4 sur 10

5 3) Bilan provisoire Quel bilan tirer de ces 5 ans de présence en Haïti sans anticiper les résultats de l évaluation externe toujours en cours? La question essentielle pour une organisation non-ingérente comme PBI, n est pas tant: Qu avons-nous réalisé?, mais plutôt: (LEUR) avons-nous été utiles?, le LEUR signifiant les Haïtiens engagés de manière non-violente en faveur des Droits de l Homme et de la Paix. Dès lors, les signes réjouissants ne se trouvent pas dans les résultats directs des actions de PBI, mais dans celles réalisées par nos partenaires haïtiens. Lors de leurs présences au cours du processus de fermeture du projet, divers membres du comité ont eu l opportunité de séjourner en Haïti et de reprendre contact avec des partenaires avec lesquels ils avaient travaillé à l époque de leur propre engagement volontaire. Ces visites ont permis d explorer la question de l utilité à moyen terme (3 à 5 ans) de la présence de PBI et de constater entre autre les faits suivants: Lorsque PBI présentait les termes de résolution de conflit et de non-violence active il y a 5 ans, il s agissait souvent de notions peu claires ou peu attrayantes à premier abord pour nos interlocuteurs. Actuellement, la notion de résolution de conflits suscite un intérêt large. La présence active de PBI a sans doute contribué à l éveil et à la sensibilisation à ces thèmes. Plusieurs dizaines d animateurs haïtiens, formés par PBI à la conduite de séminaires de résolution de conflits, continuent ce travail au sein de leur association ou sur mandat. Une bonne partie des personnes ayant suivi une formation de formateurs avec PBI se sont regroupée dans l association à but non lucratif Groupe de Formateurs pour la Paix. Dans certaines zones en Haïti, dont les mornes Cahos, se sont créés des réseaux de personnes actives dans la résolution non-violente de conflit. Au cours des trois dernières années s est développé en Haïti un nouveau type de mobilisation. Il s agit de nombreuses actions non-violentes, par exemple contre l impunité : Fax rouge, sit-in, téléphone rouge,... Au travers de ces actions non-violentes, les citoyens sont invités, par exemple, à faire pression sur le ministère de la justice. Ces quelques constats permettent déjà de conclure que la présence de PBI a été efficiente. Surtout si l on prend en considération le fait que Haïti est réputé être, d une manière générale, l un des pays les plus difficiles en matière d aide internationale. Le travail de PBI a eu des impacts positifs, en participant au développement de perspectives non-violentes avec des acteurs variés de la société civile haïtienne, et en accompagnant, en collaboration avec des partenaires locaux, la naissance d initiatives haïtiennes autonomes, prêtes à poursuivre la promotion active de la transformation non-violente de conflits après la fin du mandat de PBI. Le but de PBI était de contribuer à la consolidation de la démocratie en Haïti avec la participation active des Haïtiens, ceci à travers un processus de conscientisation et de formation. A travers des ateliers de base sur demande d organisations populaires s engageant dans les domaines de la démocratisation, la justice et la paix en Haïti, PBI a contribué au développement de la société civile haïtienne, par la formation de personnes capables de gérer des conflits avec des moyens non-violents. Le travail entrepris par PBI en Haïti s est réalisé exclusivement sur demandes (notamment celles de la Commission Justice et Paix, ainsi que celles d une multitude d ONGs locales. Cf. liste de partenaires en annexe). Les bénéficiaires directs de notre action étaient les femmes et les hommes qui travaillent, par des moyens non-violents, dans des associations haïtiennes, à l'instauration d'une véritable démocratie en Haïti. Il y a eu, parmi eux, des leaders de communautés, des acteurs sociaux, des éducateurs, des religieux des animateurs d organisations populaires, etc. PBI n a travaillé qu'avec des associations qui ne demandaient pas d'engagement partisan de notre part et principalement avec des gens qui étaient prêts à s engager à titre bénévole pour la construction de la paix et de la démocratie en Haïti. PBI n ayant travaillé que Page 5 sur 10

6 sur la base des demandes d organisations et de personnes locales, tout travail réalisé répondait réellement aux besoins et aux souhaits des partenaires haïtiens. D une façon plus générale, PBI est intervenue dans une situation où les organisations et les ressources travaillant pour les Droits de l Homme en Haïti étaient très dispersées. Tout au long de sa présence, PBI a cherché à favoriser la mise en réseaux, les contacts entre ces acteurs et a ainsi peut-être contribué à leur plus grande cohérence d aujourd hui. Au nom du peuple haïtien, je souhaite tous vous remercier pour votre formidable travail pour la promotion de la paix et de la justice sociale sans violence dans ce pays. Je vous souhaite un grand courage, car la lutte vient seulement de commencer. Luckner Jean Baptiste, PIDA (Projet Intégré pour le développement Alternatif et GFP), ) Evaluation externe du travail effectué par PBI-Haïti Le projet PBI-Haïti a trouvé des personnes hautement compétentes pour une évaluation externe des 5 années du projet en Haïti : 1. Sabine Manigat (PNUD, Haïti) a travaillé à l évaluation de l impact du travail en Haïti. L équipe a contribué au processus en contribuant à réaliser un questionnaire, en préparant un atelier d introduction à PBI pour les étudiants et en faisant des recherches dans les archives. Avec un groupe de sept étudiants spécialement formés dans ce but, elle a interviewé environ 80 personnes dans la capitale et les provinces. Son rapport de 35 pages est disponible en français. 2. Pour une évaluation externe de la stratégie du projet, de sa structure, des dynamiques en oeuvre, ainsi que de l organisation et du fonctionnement du projet, le professeur Ueli Mäder, de la Fachhochschule Sozialarbeit Basel, travaillera avec Hektor Schmassmann, un collaborateur de son institut. 3. Al Imfeld est bien connu en Suisse pour l esprit critique de ses publications concernant l aide au développement ainsi que pour ses compétences d évaluateur. Il a travaillé sur une large variété de projets, souvent à grande échelle, dans des pays en voie de développement, principalement en Afrique, mais aussi en Haïti. Il fournira une méta-analyse du projet et la situera dans le contexte de l aide au développement contemporaine et des stratégies de transformation des conflits, afin de définir la spécificité de l approche de PBI. 4. Par ailleurs, Hazel Tulecke de PBI USA, a fourni une contribution en se concentrant sur les questions spécifiques à PBI. Elle a visité l équipe en avril 2000 et a conduit une série d entretiens avec les membres de l équipe et le coordinateur. Elle a fourni ses impressions personnelles sur le projet dans un rapport au comité. Sabine Manigat a conclu que les bons résultats que PBI avait été à même d atteindre dans certaines régions étaient peut-être dus aux lignes directrices de l approche en collaboration avec les partenaires haïtiens. Elle a recommandé à tous les volontaires souhaitant travailler dans l éducation à la paix d étudier quelques-unes des activités les plus réussies de PBI. Un membre d un groupe de formateurs haïtiens a soutenu cette évaluation en disant de façon assez optimiste : PBI laisse en Haïti des germes qui ont le potentiel de transformer ce pays en dix ans. Cependant, l ensemble des personnes concernées est conscient du fait que la réalisation de cette transformation dépendra avant tout des Haïtiens euxmêmes. En automne 2001, le comité de projet souhaite publier en français et anglais un livre qui résumera l expérience unique des cinq ans de travail de l équipe de Paix de PBI en Haïti. Page 6 sur 10

7 Annexes I. CALENDRIER et SOMMAIRE de l action PBI en Haïti en 2000 Janvier février 2000 : Poursuite de l annonce de fermeture à tous nos partenaires, du recueil des dernières demandes, ainsi que de la recherche d informations pour la publication d un inventaire des ressources haïtiennes. Mise en contacts des différents acteurs. Transmission systématique de toutes les demandes d ateliers au GFP. Février 2000 : présence de Gilles Danroc, membre de comité, au sein de l équipe Synthèse des demandes et décision des tâches à réaliser dans les mois restants. Recherche d évaluateurs / évaluatrices externes en Haïti. Mars avril : évaluation externe de l équipe PBI La cohérence avec le mandat et les principes de PBI par Hazel Tulecke de PBI- USA Avril mai : présence du coordinateur Luis Urrego au sein de l équipe Avril - juillet : évaluation externe du travail réalisé en Haïti Par Sabine Manigat du PNUD Haïti. Pendant toute cette période, l équipe était à disposition pour répondre à ses questions. 14 avril : formation des enquêteurs L équipe organise les ateliers réalisés pour informer les sept enquêteurs haïtiens pour l évaluation externe. 19 avril : Co-Animation d un atelier à Chénot Atelier de suivi dans la paroisse de Chénot dans la région des mornes Cahos 25 avril : Atelier de transmission avec le GFP Sur la préparation de dossiers et de rapports financiers 01 mai: Atelier de transmission avec le GFP portant sur la rédaction de bulletins d informations 6 mai : atelier de transmission avec le GFP portant sur les méthodes d évaluation 11 mai: parution du bulletin final, no 15, du projet Haïti 11 mai: parution du recensement des ressources haïtiennes et étrangères en résolution non violente de conflit, techniques d'animation et bailleurs de fonds 25 juin 1 juillet : tournée d adieux dans le nord du pays Juin - juillet 00: activités de fermeture, vente du matériel et du mobilier Juillet 2000 : présence de Marc Allenbach, membre du comité, au sein de l équipe Juillet 2000 : remise des évaluations de Hazel Tulecke et de Sabine Manigat 15 Juillet: assemblée générale du Groupe de formateurs pour la Paix 15 Juillet: fête officielle de départ de l équipe PBI- Haïti, avec 175 personnes 31 juillet: fin de la présence permanente de l équipe de Paix PBI et dissolution du bureau de coordination du projet à Paris En août, activités de clôture de la coordination à Paris Août septembre 2000 : compilation des archives du projet pour l évaluation externe et pour l archivage finale aux archives McMasters au Canada octobre : réunion du comité de Projet à Berne (Suisse) 27 octobre : entrevues entre les évaluateurs externes, Ueli Mäder, Hector Schmassmann, Al Imfeld et des membres du comité ainsi que des ex-volontaires. Page 7 sur 10

8 II. Les PARTENAIRES de PBI en Haïti Notre partenariat est basé sur notre relation avec les différentes organisations haïtiennes qui demandent notre intervention. PBI est seule responsable de la mise en place et du déroulement de ses activités. Suit une liste non-exhaustive de nos partenaires les plus importants: -ASSOCIATION DES PLANTEURS POUR LE DEVELOPPEMENT DE DUBUISSON, APDD Personne de contact : Desenat Voknel - BUREAU DES AVOCATS INTERNATIONAUX (BAI) Personne de contact : Brian CONCANNON, Tél. : CARITAS DIOCESAINE DES GONAIVES Responsable : P. Gérard DORMEVIL, Evêché, Gonaïves, Tél. : Et Mathilde Fleurvil, ruelle St. Armand #1, Gonaïves, Tél et CENTRE CHRETIEN POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRE (SKDE) Personne de contact : Ernst Pierre, Delmas 31, rue Toussaint Louverture, ruelle Euclide #6 BP 738, Port-au-Prince, Tél CENTRE DE RECHERCHE ET DE FORMATION ECONOMIQUE ET SOCIALE POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRE (CRESFED) Personne de contact : Suzy Castor - COMITE DE COORDINATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE MARTISSANT - COORDINATION D'APPUI A LA DEMOCRATIE (CKODEM-KTAKOD) personne de contact : joseph Bonel - COMMISSION NATIONALE JUSTICE ET PAIX DE HAITI Personne de contact : Père Jan HANNSENS, 56, Ruelle Piguant, B.P. 1572, Port-au-Prince, Haïti Tél. : Fax : EVECHE DES GONAIVES : Evêque des Gonaïves Personne de contact : Mgr Emmanuel CONSTANT, Tél FANM VIKTIM, LEVE KANPE (FAVILEK) Personne de contact : Immacula Deluce - FEDERATION DES ECOLES PROTESTANTES DE HAITI (FEPH) Personne de contact : Henry THOMMEN, rue Fernand, N 7, Port-au-Prince Tél. : fax FONDATION CONNAISSANCE ET LIBERTE (FOKAL) Personne de contact : Michelle Pierre-Louis, 19, rue Magny, Port-au-Prince. mél : - FONDATION 30 SEPTEMBRE (F30S) Personne de contact : Lovinsky PIERRE ANTOINE, Delmas 31, rue Stella et rue Timmer n 1, BP Tél GROUPE D'ACTION CIVIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT ET LA CULTURE (GRASDEK) Personnes de contact : Jacques CHRISBERT et Desir Yvel, Boulevard Jean-Jacques Dessalines #53, Port-au-Prince. - GROUPE D'APPUI TECHNIQUE D'ACTION PEDAGOGIQUE (GATAP) Personne de contact : Gracita Osias, 13 impasse Duverger, limite Turgeau, Port-au-Prince Tél HAITI SOLIDARITE INTERNATIONALE (HSI) Personne de contact : TiJean Lherisson, BP 320 Port-au-Prince, Tél. et Fax : INEADI, BP 118, Cap Haïtien - INARA, Avenue Lamartinière 51, Pourt-au-Prince. - MAP-VIV Personne de contact : TiJean LHERISSON, Tél. : NATIONAL COALITION FOR HAITIAN RIGHTS (NCHR) Personne de contact : Espérance PIERRE, B.P Bas Peu-de-Chose, Port-au-Prince, Tél. : Fax : PROGRAMME ALTERNATIF DE JUSTICE (PAJ) Personne de contact : Freud Jean, Tél. : REPUBLIQUE D HAITI, MISSION PERMANENTE AUPRES DE L OFFICE DES NATIONS-UNIES A GENEVE Personne de contact : Ambassadeur Joseph ANTONIO, Tél. : Page 8 sur 10

9 III. Les RESSOURCES du Projet Haïti 1. Ressources humaines du projet Haïti Le comité du projet Haïti - ALLENBACH Marc, (H), né en 1970, suisse, depuis novembre DANROC Gilles, (H), né en 1950, français, depuis janvier REBETEZ Frédérique, (F), né en 1974, suisse, depuis juin STÖRK Jürgen, (H), né en 1961, suisse, depuis juin 1995 Les volontaires de l équipe de Paix en Haïti, jusqu au 31 juillet DABADIE François (H), née en 1967, français, service janvier 00 juillet 00 - ESCHER Judith, (F), née en 1966, suisse, service février 00 juillet 00 - REBETEZ Frédérique (F), née en 1974, suisse, service février 99 avril 00 - LEBRUN Wenefrid (F), née en 1971, française, service octobre 99 juillet 00 Le coordinateur du projet en Haïti et à Paris, jusqu au 31 juillet URREGO Luis Fernando, (M), né en 1961, colombien, depuis octobre 95 juillet 00 - Depuis octobre 2000, Jürgen STÖRK assure une coordination du projet concernant la réalisation de l évaluation externe et la publication d un livre sur les expériences de PBI en Haïti 2. Les sources de financement du projet en 2000 PBI Haïti compte sur le soutien économique de plusieurs donateurs et sur la cotisation des adhérents à PBI. Le projet est entièrement financé par des subventions. Les pays membres de PBI déposent indépendamment des demandes de cofinancement auprès de plusieurs organismes de leur pays pour l année en cours, ce qui rend difficile une estimation des rentrées. Une évaluation approximative peut se faire sur la base des années précédentes. RESSOURCES Devise local Totaux US $ PBI ALLEMAGNE : Rheinische Landeskirche 42584,64 DM Dons divers 104,40 DM PBI BELGIQUE PBI CANADA Divers ,15 FF PBI SUISSE : PBI Suisse ,10 CHF Gemeinschaft der Laien Missionarinnen GLM 1000 CHF Freundeskreis Haiti. 500 CHF Dons divers 3360 CHF PBI USA : 600 Dons divers 600 US$ PBI HAP Secours catholique FF Un monde par tous FF Dons divers GH Ventes matériel et services du projet US$ Intérêts bancaires 520 Haïti 41 US $ France 3 538,21 FF TOTAL REVENUS Page 9 sur 10

10 IV. Les DEPENSES du projet en 2000 Charges directes US $ Salaires employés maison Voyages en Haïti 269 Voyages à destination de Haïti et retour Nourriture et entretien domestique Bourses - équipe Assurance médicale - équipe 8 49 Hôtel, pensions, location salles 70 Téléphone et fax Photocopies 588 Poste 211 Photographies 25 Equipe Bureau 147 Location maison Entretien maison 175 Matériel de référence / information 63 Matériel de bureau 247 Dépréciation Coûts légaux 176 Coûts Médicales 25 Rapatriement Divers 279 Frais bancaires 27 Comité de projet Groupes de travail, ateliers etc Audit comptabilité 962 Sous total Charges de soutien Salaires Charges sociales et Assurance Pensions Voyages en France 643 Location bureau 740 Matériel de bureau 185 Equipement bureau 294 Téléphone Courrier électronique Photocopies 112 Poste 188 Matériel de féférences 235 Indemnités volontaires Charges bancaires 182 Autres coûts de soutien 152 Sous total Charges administratives et autres charges Fonds perdus 20 Perte ventes immobiliers Perte session immobiliers Soutien régional Sous total Total des dépenses Contribution à l'isec Coût total du projet Page 10 sur 10

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA Remarque : Les termes désignant des personnes s appliquent indistinctement aux femmes et aux hommes. Art. 1 DENOMINATION ET SIEGE Sous la dénomination CARITAS JURA(ci-après

Plus en détail

CENTRE CATHOLIQUE INTERNATIONAL DE GENEVE (CCIG) RAPPORT D ACTIVITES 2011

CENTRE CATHOLIQUE INTERNATIONAL DE GENEVE (CCIG) RAPPORT D ACTIVITES 2011 CENTRE CATHOLIQUE INTERNATIONAL 1, rue de Varembé CENTRO CATOLICO INTERNACIONAL Case postale 43 INTERNATIONAL CATHOLIC CENTRE CH 1211 Genève 20 GENEVE Tel : 00 41 22 734 14 65 Fax : 00 41 22 734 08 78

Plus en détail

Annexe 3.1 ASSOCIATION POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE FUNDACION APT PANAMA BILAN 31.12.2012 31.12.2011 ACTIF CHF CHF Actifs circulants Liquidités Liquidités à disposition 18'299.85 14'802.29 Autres créances

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) 91 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris - France Tél.: +33 (0)1 58 10 74 80 Courriel : contact@fidesco.fr www.fidesco-international.org

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Les dispositions à prendre en cours de fonction

Les dispositions à prendre en cours de fonction TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction de Curateur dans le cadre d une curatelle dite renforcée (article 472 du code civil) Ces dispositions ne concernent

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Société Haïtienne d Aide aux Aveugles O.N.G d aide au développement Boite Postale : 555. Delmas 31, Rue V. Ricourt, 12, Port-au-Prince, Haïti E- mail

Société Haïtienne d Aide aux Aveugles O.N.G d aide au développement Boite Postale : 555. Delmas 31, Rue V. Ricourt, 12, Port-au-Prince, Haïti E- mail Société Haïtienne d Aide aux Aveugles O.N.G d aide au développement Boite Postale : 555. Delmas 31, Rue V. Ricourt, 12, Port-au-Prince, Haïti E- mail : shaveugles@yahoo.com CHAPITRE I DÉNOMINATION SIÈGE

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Article 1. Dénomination, siège et domaine d activité L association a pour dénomination «Endo-Help». Son siège est situé

Plus en détail

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 Sénégal BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 La liberté religieuse est inscrite dans la Constitution, et les autres

Plus en détail

DOSSIER D ADHESION AU CADR

DOSSIER D ADHESION AU CADR Membres : - Accueil Paysan - Action pour la promotion rurale en RCA - Afak Bethléem - Agir abcd - Aide au Volontariat en Inde - Apoyo urbano - Artisanat SEL - Artisans du Monde Lyon Ouest - Artisans du

Plus en détail

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B L information suivante est organisée de façon à aider les organismes de bienfaisance à indiquer les dépenses

Plus en détail

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Campagne DENIER 2015 Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Edition janvier 2015 Sommaire Page 3 - Denier de l Eglise Bilan 2014/Campagne 2015 Page 4 - Evolutions de la collecte du Denier

Plus en détail

Nous assurons tous vos revenus, dès le premier franc!

Nous assurons tous vos revenus, dès le premier franc! Nous assurons tous vos revenus, dès le premier franc! Plan de prévoyance MV Prévoyance professionnelle compétence éprouvée conditions attrayantes stratégie de placement avisée administration efficace www.musikundbildung.ch

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

1. Interlocuteurs nationaux

1. Interlocuteurs nationaux Directives sur les procédures d admission pour jeunes professionnels (stagiaires) philippins aux termes de l Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République des relatif à l échange

Plus en détail

Maison genevoise des Médiations STATUTS

Maison genevoise des Médiations STATUTS STATUTS CHAPITRE 1 - NOM, BUTS ET ACTIVITES Article 1 - Nom et siège Il est constitué, sous la dénomination «Maison genevoise des Médiations» (ci-après dénommée : MgeM), une association organisée corporativement,

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil)

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) présentée à Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) Monsieur ou Madame le Juge aux Affaires Familiales TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE 21 Place Saint Pierre 55 000 BAR-LE-DUC

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

M O T S. Statuts de MOTS. Organisation. Médecin. Travail. Santé. Organisation du travail et santé du médecin

M O T S. Statuts de MOTS. Organisation. Médecin. Travail. Santé. Organisation du travail et santé du médecin Médecin Organisation Travail Santé M O T S Organisation du travail et santé du médecin Statuts de MOTS Association MOTS : 0608 282 589 http://www.association-mots.org/ Maison des professions de santé 9,

Plus en détail

PROGRAMME de COOPÉRATION VOLONTAIRE (PCV) - HAÏTI APPUI à la GOUVERNANCE, à l ÉDUCATION et au DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

PROGRAMME de COOPÉRATION VOLONTAIRE (PCV) - HAÏTI APPUI à la GOUVERNANCE, à l ÉDUCATION et au DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE PROGRAMME de COOPÉRATION VOLONTAIRE (PCV) - HAÏTI APPUI à la GOUVERNANCE, à l ÉDUCATION et au DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Le Programme de coopération volontaire (PCV) est géré par un consortium de quatre

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION HORS CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE ANNEE 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION HORS CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE ANNEE 2015 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION HORS CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE ANNEE 2015 NOM DE L ASSOCIATION : THEME : Social Jeunesse Animation socioculturelle Autres (précisez) A RETOURNER A : DIRECTION

Plus en détail

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION Organisation Non Gouvernementale (ONG) créée en 1967, reconnue d utilité publique depuis 1981. Volontariat de Solidarité Internationale : INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION 1 SOMMAIRE LA GUILDE... 3 QU

Plus en détail

Adresses des Editeurs et Distributeurs de Livres Haïtiens

Adresses des Editeurs et Distributeurs de Livres Haïtiens Adresses des Editeurs et Distributeurs de Livres Haïtiens ÉDITEURS HAÏTI Communication Plus S.A. Plaza 32 Angle autoroute de Delmas et Delmas 32 B.P 13205 Delmas, Haiti HT 6120 Tél.: (509) 510-7047, 246-9231

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41 Legs & Donations Mot de la Présidente Madame, Monsieur, Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l intérêt que vous portez à notre association. Consentir un legs à Médecins Sans Frontières est un

Plus en détail

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE UN INSTRUMENT POUR APPUYER LES INITIATIVES LOCALES PAR LES COMMUNAUTES POUR

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

CONSEIL DES DROITS DE L HOMME COMITÉ CONSULTATIF

CONSEIL DES DROITS DE L HOMME COMITÉ CONSULTATIF CONSEIL DES DROITS DE L HOMME COMITÉ CONSULTATIF QU EST-CE QUE LE COMITÉ CONSULTATIF DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME? Le Comité consultatif du Conseil des droits de l homme a été créé par la résolution

Plus en détail

Sous la présidence de Monsieur Bernard Cayen, la session est ouverte à 20h.

Sous la présidence de Monsieur Bernard Cayen, la session est ouverte à 20h. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU MUNICIPALITÉ DE DÉLÉAGE PROCÈS-VERBAL de la session ordinaire du conseil de la Municipalité de Déléage, présidée par Monsieur le Maire Bernard

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

AIDE MOBILI-PASS Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

AIDE MOBILI-PASS Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. AIDE MOBILI-PASS Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. N de Demande :... Cadre réservé au CILSO Nom :........................................................

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE?

QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE? MINISTÈRE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DES AFFAIRES SOCIALES RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE ET DE LA MUTUALITE QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE?

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services La CFTC s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA

Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA 2007-1 - PREAMBULE UBIDOCA et la Banque Transatlantique se sont rapprochés, ainsi la Banque Transatlantique met à

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Tableau de tri des archives des associations

Tableau de tri des archives des associations Tableau de tri des archives des associations *Durée d utilité l association : la durée de conservation de documents dans les locaux de l association avant sort final. La durée d utilité commence à la clôture

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS 40 rue des Blancs Manteaux - 75004 Paris www.templedeparis.fr STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 Titre Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Une circulaire "Technique" sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers

Une circulaire Technique sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers Paris, le10/11/2009 46, avenue d Ivry 75647 PARIS cedex 13 01 40 63 27 31 Fax: 01 40 63 29 09 Secrétariat : Claudine CAUQUIS : 01 40 63 27 10 tresor.enretraite@snes.edu Aux secrétaires et Trésoriers de

Plus en détail

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté DEMANDE DE SUBVENTION Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté Dossier de demande de subvention www.midipyrenees.fr n CRITERES D OBTENTION DE LA SUBVENTION Objectifs : n Permettre la réalisation

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Offre MMJ - Ouverture

Offre MMJ - Ouverture M U T U E L L E D U M I N I S T E R E D E L A J U S T I C E Bulletin d adhésion Offre MMJ - Ouverture MES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Merci de renseigner les informations demandées EN LETTRES CAPITALES N

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES LA REVUE The Canadian CANADIENNE Journal of D'ÉVALUATION Program EvaluationDE Vol. PROGRAMME 18 No. 1 Pages 133 137 133 ISSN 0834-1516 Copyright 2003 Canadian Evaluation Society Research and Practice Note

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal)

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal) I. Dénomination, siege social et objectifs Article 1 (Dénomination et cadre légal) Par les présents statuts, il est constitué une fédération internationale d associations dénommée EURODOC le Conseil Européen

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

Demande d aide(s) LOCA-PASS

Demande d aide(s) LOCA-PASS Cadre réservé à nos services Nom du demandeur Reçu le N Avance LOCA-PASS N Garantie LOCA-PASS N Adhérent Observations ARTIE Demande d aide(s) LOCA-PASS AVANCE LOCA-PASS GARANTIE LOCA-PASS Bénéficiaires

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne. Volet coopération européenne

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne. Volet coopération européenne DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne Volet coopération européenne Dénomination de la structure : Titre du projet : Date

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ Assistantes et assistants de langue en Suisse Définition et objectifs Dans

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005 Université de Lausanne / Faculté de Biologie et Médecine Lausanne Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE ( CRI BIJ ) TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION Article 1 : Il est formé à Metz, entre les personnes physiques et collectives

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail