Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides"

Transcription

1 1 Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides Ce livret a pour but de vous sensibiliser et de vous informer sur les mesures de radioprotection prises autour de SAFIR Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides. Cette installation possède plusieurs zones classées en fonction de l arrêté zonage de 2006 présenté ci-dessous. Le classement des zones et modalités d accès à la salle d expériences sont explicitées dans la partie (2) et (3). Les accès sont d une part réglementés et d autre part, soumis au port OBLIGATOIRE du dosimètre passif et opérationnel (1.2 et 1.3) lors des phases de fonctionnement de l accélérateur ou lorsqu il y a une possibilité d activation. Le personnel travaillant sur SAFIR est classé en catégorie B (4), des travailleurs soumis aux rayonnements ionisants (dose efficace supérieure à 1 msv/an mais inférieure à 6 msv/an). La Partie (6) de ce livret vous présente, à titre indicatif, une échelle de comparaison des différents niveaux d exposition. La dose maximale d exposition sur SAFIR de 3.6 msv/an a été calculée en prenant en compte des hypothèses majorantes, c'est-à-dire un temps d exposition de 300 heures/an et un débit de dose de 12µSv/h qui est la limite au-delà de laquelle l accès à la salle d expériences n est plus. La dose efficace moyenne due à l exposition naturelle en France est estimée à 2,4 msv/an. 1 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

2 1.1 A votre arrivée Pour les stagiaires (Période de stage < à 6 mois) Dès votre arrivée : prendre contact avec le Service de Médecine Préventive de l établissement dont vous dépendez. Dans le cas de l Université de Pierre & Marie Curie, veuillez prendre rendez-vous avec le secrétariat médical : Tél : Université de Paris VI 15, rue de l'ecole-de-médecine, Paris Pour ce faire, vous devrez remplir la «fiche personnelle d exposition aux rayonnements» (4), la faire viser par la Personne Compétente en Radioprotection (PCR : Emrick Briand, poste ) et lui en donner une copie. Finalement munissez-vous de cette fiche lors de votre rendez-vous au service de médecine préventive qui devra vous fournir un certificat d aptitude médical pour le personnel exposé aux rayonnements ionisants, dont une copie est remise également à la PCR Pour les permanents, doctorants, post-doctorants Dès votre arrivée : prendre contact avec le Service de Médecine de Prévention des personnels de l Université Pierre & Marie Curie : Secrétariat médical : poste Tour 54/55 niveau rez-de-chaussée Médecin du travail référent : Dr Lacoste (poste ). A l issue d une première visite médicale, vous devrez faire une prise de sang afin d avoir la Carte Professionnelle de suivi Médical (Catégorie B) permettant de travailler sur SAFIR. Pour cela, vous devrez remplir la «fiche personnelle d exposition aux rayonnements» (Partie 4), la faire viser par la Personne Compétente en Radioprotection (PCR : Emrick Briand, poste ) et lui en donner une copie afin qu il puisse faire la demande d un dosimètre passif auprès de l IRSN immédiatement. Finalement donner cette fiche au secrétariat de médecine préventive. 1.2 Dosimétrie passive Compte tenue de la classification des locaux de SAFIR en zones contrôlées, l accès à la salle d expérience impose le port obligatoire d un dosimètre passif. Ce dosimètre est constitué d une émulsion photographique. Lors du développement du film, il apparaît un noircissement dont l intensité est proportionnelle à l équivalent de dose reçu par le film. Celui-ci doit être porté à la poitrine et est nominatif. Il ne peut donc en aucun cas être prêté. Dans le cas des stagiaires, un dosimètre volant est attribué en y spécifiant obligatoirement, le nom, prénom et la date du début du port. La dose absorbée par un travailleur n'est connue qu'après développement trimestriel du dosimètre. En cas de doute, avertir la PCR qui peut demander l analyse du film en urgence. Dosimètre passif 2 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

3 1.3 Dosimétrie opérationnelle Le dosimètre opérationnel permet de mesurer en temps réel les rayonnements: il enregistre en permanence l effet des rayonnements ionisants sur le détecteur. Celui-ci est porté en complément du dosimètre passif, il se porte également à la poitrine. Le dosimètre est porté lorsque la personne est en zone Pour sa 1ère utilisation une inscription est nécessaire auprès du PCR. Le dosimètre actif affiche en continu les doses reçues par le travailleur exposé. Ce dosimètre est à lecture direct, aucun traitement particulier n'est nécessaire pour connaître les résultats, contrairement au dosimètre passif. Dosimètre opérationnel Les doses sont archivées et sécurisées via un mot de passe sur un pc dédié à la radioprotection dans la salle de commande de l accélérateur. Les données ainsi recueillies sont transmises périodiquement au fichier central de l IRSN via un protocole d accès sécurisé. 1.4 Travail autour de SAFIR Le démarrage de l accélérateur n est possible que si l ordinateur dédié à la radioprotection, à coté de la baie de pilotage de l accélérateur, est en fonctionnement. Les mesures des rayonnements X,γ, et neutrons sont alors retranscrites sur les écrans grâce aux 2 balises situées dans la salle d expériences. L accès est seulement après dérogation par la PCR, si la zone 1 (Partie 2) est classée zone «contrôlée verte», et que le débit dose mesuré en permanence par les balises est inférieur à 12µSv/h. Au-delà de ce seuil, une alarme se déclenche pendant 30s, et impose de sortir de la salle d expériences, de fermer la porte, et d activer le bouton de sortie présent à coté du pupitre de commande. Lors des différentes campagnes d expérience sur SAFIR : des contrôles d ambiance sont réalisés mensuellement (Partie 5), à l aide de la Babyline disponible auprès du PCR. Les feuilles correspondant aux «Contrôles d ambiance de SAFIR» (Partie 5), sont archivées auprès du PCR. Vous trouverez dans ce livret d accueil les «consignes de sécurité de SAFIR» (Partie 2), qui ont été mises en place et qui sont affichées à l entrée de la salle d expériences. Une attention particulière doit être portée concernant la localisation des écrans (dans la salle de commande et dans la salle d expériences) qui indiquent la nature du zonage et le débit de dose mesuré au niveau des balises près de l aimant, ainsi que les arrêts d urgence stoppant complètement le fonctionnement de l accélérateur, et le champ de rayonnement. 3 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

4 1.5 Au moment du départ Au moment de votre départ : prévenir le PCR de votre date de fin d affectation auprès de SAFIR, pour qu il puisse résilier le dosimètre auprès de l IRSN. Enfin, si nécessaire, l ensemble de la législation concernant la radioprotection des travailleurs sous rayonnement ionisant est disponible pour votre information auprès du PCR. Celui- ci se tient également à votre disposition pour toute explication ou information relative aux normes de radioprotection en vigueur. Signez ce document et donnez en une copie au PCR certifiant avoir pris connaissance des informations contenues dans ce dossier d accueil (Partie de 1 à 6), concernant la radioprotection et les consignes de sécurité sur SAFIR que nous vous demandons de respecter pour votre sécurité et celle des personnes travaillant avec vous. A Paris le.., Signature, 4 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

5 2 Consignes de sécurité relatives à SAFIR Public Toutes les personnes peuvent pénétrer dans la salle Le port du dosimètre n est pas obligatoire. L accès est réglementé et soumis à dérogation Seules les personnes de catégorie B munies d un dosimètre passif et opérationnel sont es à rentrer. LE PORT DES DOSIMETRES EST OBLIGATOIRE Aucune personne n est e à pénétrer dans la salle La salle d expériences est constituée de 3 zones, Fig.1. Les modalités d accès à ces zones est défini ainsi : Zones Fig.1 : Plan des salles et zones de SAFIR Etat machine Feux VDG Trisecteur Trisecteur Trisecteur Eteinte Eteints Pupitre ON Courroie Charge 4 He ou 1 H Deutons ou H> 12µSv/h si H<12µSv/h H Débit de dose équivalent 4 He ou 1 H Deutons ou > 12µSv/h si H<12µSv/h H Débit de dose équivalent *Sous réserve d absence d activation Conduite à tenir en cas d incident ou d accident radiologique 4 boutons d arrêts d urgence (Fig.1) placés respectivement sur la baie de commande de l accélérateur et dans la salle d expériences peuvent être actionnés en cas d urgence. L actionnement de ceux-ci entraine l arrêt complet de l accélérateur. Prévenir l un des interlocuteurs suivant dans l ordre listé ci-dessous : Personne Compétente en Radioprotection : Emrick BRIAND Responsable d équipe : Ian VICKRIDGE Médecin du travail : Dr N. LACOSTE Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

6 3 Règles d accès sur SAFIR Personne Compétente en Radioprotection: E. Briand, poste Médecin de travail : Dr Lacoste, poste Consignes d accès à la plateforme SAFIR Salle d acquisition Cette salle est une zone publique, son accès est libre quelque soit l état de fonctionnement de l accélérateur. L état de fonctionnement de l accélérateur est indiqué par des feux tricolores. Salle d expériences - Définition des zones Fig.1: Plan des salles et zones de SAFIR La salle d expériences est divisée en 3 zones : La zone 1 est la zone où siègent les chambres d analyse. Cette zone peut-être accessible sous conditions explicitées ci-après. La zone 2 est une zone définie par la barrière entre l aimant et 1 m environ après l aimant. Cette zone peut-être accessible sous conditions, mais les règles d usage (Fiche démarrage accélérateur), stipulent que l accès aux vannes d isolement près de l aimant d analyse se fait hors faisceau. La zone 3 quant à elle est une zone strictement interdite dès lors que la charge de l accélérateur est active. - Modalités d accès L accélérateur en fonctionnement génère dans la salle d expériences du rayonnement. L accès aux chambres d analyses sous faisceau doit être justifié, et minimisé autant que possible. De plus, l entrée dans la salle d expériences est soumise à dérogation après avis de la Personne Compétente en Radioprotection. Dans tous les cas, le port des dosimètres passifs et opérationnels est obligatoire. Les autorisations et modalités d accès sont conditionnées par les mesures des débits de dose fournies par les balises d ambiance X,γ et neutrons, ainsi que par la signalisation des feux présents et trisecteurs dans la salle de commande et la salle d expériences. L intervention éventuelle d entreprises extérieures n est e uniquement que lorsque l ensemble de la salle d expériences est classée en zone publique, et sous la responsabilité d un membre de l équipe. 6 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

7 Feux de signalisation et trisecteurs Zones Etat machine Feux machine Trisecteur Trisecteur Trisecteur Eteinte Eteints Pupitre ON Courroie Charge 4 He ou 1 H si H<12µSv/h** H Débit de dose équivalent 4 He ou 1 H si H<12µSv/h** H Débit de dose équivalent Deutons Deutons *Sous réserve d absence d activation Le tableau ci-dessus résume le zonage appliqué dans la salle d expériences et les conditions d accès associées. On peut décrire les conditions d accès ainsi : 1) Lorsque la machine est éteinte, les feux machines sont éteints. L accès est public* du point de vue de la radioprotection. L accès est réservé sous conditions de respecter les règles d hygiène et de sécurité. Le zonage peut, lorsqu il existe une possibilité d activation suite à un faisceau de deutons, afficher un zonage «zone contrôlée verte» qui impose le port des dosimètres passifs et opérationnels. Dans ce cas, un délai d une heure est nécessaire pour que la salle d expériences redevienne une zone publique. Le délai d une heure correspond à 6 périodes de désintégration pour la réaction 12 C(d,n) 13 N, ce qui correspond à la plus grande période du radio-isotope produit sur SAFIR. 2) Lorsque le pupitre de commande est allumé, le feu machine devient VERT. Les zones 1 et 2 sont des zones publiques du point de vue de la radioprotection comme indiqué en 1). La zone 3 est quant à elle classifiée en «zone contrôlée verte» malgré l absence de rayonnement. En effet, l accès est restreint pour des questions de maintenance de l accélérateur qui nécessite l alimentation du pupitre de commande. 3) Lorsque la courroie est démarrée, le feu machine devient ORANGE. La salle d expériences est classée comme «zone contrôlée verte», même s il n y a pas de production de rayonnements. En effet, l accès est réglementé car la production de rayonnement peut-être proche. 7 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

8 4) La mise en charge de l accélérateur n est possible qu après l activation du rondier Fig.1. Cela autorise la mise à la haute tension du terminal qui est synonyme de production de rayonnement. Le feu machine passe au ROUGE et est accompagné d un signal sonore caractéristique. Deux situations sont à distinguer : - Faisceau de 1 H ou 4 He Dans ce cas, l accès à la salle d expériences nécessite la clef de dérogation détenue par la PCR sous réserve que le débit de dose mesuré par les balises X, gammas et neutrons soit inférieur à 12µSv/h**. La zone 1 qui est la zone où sont situés les postes de travail, est classée «zone contrôlée verte». Le port des dosimètres passifs et opérationnels est obligatoire. La zone 2, quant à elle est classée comme une «zone contrôlée jaune». L accès n est pas interdit, mais il n y a pas raison de pénétrer dans cette zone sauf situation incidentelle. Dans le cas, où le débit de dose devient > 12µSv/h, la procédure de sortie de la salle d expériences doit être engagée : Une sirène se met en route pendant 30 s. Les personnes à l intérieur de la salle d expériences doivent sortir, fermer la porte, et activer le bouton de sortie présent au niveau du pupitre de commande, sans quoi la charge de l accélérateur est coupée. L accès à la salle d expériences n est plus possible, même avec la clef d activation. - Faisceau de deutons Dans ce cas, l accès à la salle d expériences est interdit. La zone 1 est classée «zone contrôlée jaune», la zone 2, quant à elle est classée comme une «zone contrôlée orange». Activation d échantillons La production d un faisceau de Deutons peut sous certaines conditions conduire à l activation des échantillons. Aussi, la procédure d enlèvement des échantillons analysés par des deutons est la suivante : Dans la mesure du possible, les échantillons analysés devront être laissés dans la chambre d analyse toute la nuit, pour décroissance. Lorsqu il est justifié de récupérer les échantillons plus tôt, une décroissance d une heure est imposée ce qui correspond à 6 périodes de désintégrations pour l isotope ayant la plus grande période radioactive. Dans tous les cas, l enlèvement d échantillons ayant été analysés par un faisceau de Deutons, ne peut se faire qu après la vérification de l absence de rayonnement mesurable par la babyline, disponible auprès de la PCR. Conduite à tenir en cas d incident ou d accident radiologique 4 boutons d arrêts d urgence (Fig.1) placés respectivement sur la baie de commande de l accélérateur et dans la salle d expériences peuvent être actionnés en cas d urgence. L actionnement de ceux-ci entraine l arrêt complet de l accélérateur. Prévenir l un des interlocuteurs suivant dans l ordre listé ci-dessous : Personne Compétente en Radioprotection : Responsable d équipe : Emrick BRIAND Ian VICKRIDGE Médecin de prévention : Dr N. LACOSTE Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

9 4 Fiche individuelle d exposition aux rayonnements Laboratoire: Institut des NanoSciences de Paris Adresse : Tour 22, couloir ème étage, 4 place Jussieu PARIS cedex Personne Compétente en Radioprotection Emrick BRIAND Identité du salarié Nom : Prénom : Date de naissance : N sécurité sociale : Fonction : Date d affection auprès de l appareillage : Téléphone & mail : Définition du poste de travail Type d appareillage: Accélérateur 2.5 MV d ions légers Nature des rayonnements ionisants : X 2,5 MeV, γ 10 MeV, n~14 MeV Temps d exposition par an : 300 heures Calcul de la dose efficace maximale en msv (X+γ+n) : 12µSv/h * 300h = 3,6 msv/an Classification du salarié Catégorie A (6 à 20 msv par an) : Catégorie B (1 à 6 msv par an) : Suivi exposition externe Dosimétrie passive trimestrielle : Dosimètrie opérationelle : Autres risques inhérents aux activités autour de l accélérateur : - Risque électrique - Risque de chute - Date de transmission de la fiche : Visa de la PCR : Visa du médecin Signature du salarié : 9 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

10 5 Contrôles d ambiance de SAFIR Laboratoire/Equipe:. INSP / CONFID Adresse :.SAFIR Sous-sol Tour 14, 4 place Jussieu, Université Paris 6, 7505 PARIS Personne Compétente en Radioprotection Emrick BRIAND Personne en charge de la mesure : Appareil de mesure: Babyline 81 n 3457 Mois: Année: Faisceau : Energie : Extension : Courant cache faisceau : Localisation Repère Débit de dose efficace en µsv/h Salle commande 1 Barrières 2 Chicane 3 Salle expériences 4 Salle expériences 5 Salle expériences 6 Salle expériences 7 Salle expériences 8 Salle expériences 9 Extérieur 10 Points de mesure des débits de dose. Extérieur Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

11 6 Echelle de niveau de risques Dose maximale sur SAFIR 3.6 msv (Extrait des «clés du CEA» / Printemps 2000) *Calculée pour une exposition de 300 heures par an à raison d une exposition à 12µSv/h (surestimation) 11 Dossier ASN Version 5 E.BRIAND 24/04/2014

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI RECOMMANDATIONS POUR LA REDACTION DU RAPPORT D ACTIVITE DURANT LA PERIODE PROBATOIRE DE L EXAMEN INITIAL DU CAMARI 1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période

Plus en détail

: Code de la santé publique et notamment les articles L.1333-17 et R.1333-98 Code de l'environnement et notamment ses articles L.592-21 et L.592-22.

: Code de la santé publique et notamment les articles L.1333-17 et R.1333-98 Code de l'environnement et notamment ses articles L.592-21 et L.592-22. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 2 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037319 CL/NL Monsieur le Dr X 2, rue Pasteur 59110 LA MADELEINE Objet : Inspection de la radioprotection Inspection INSNP-LIL-2013-0398

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 26 mars 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-016559 Bretagne Assèchement Ty Er Douar 56150 BAUD Objet Inspection de la radioprotection du 21 mars 2013 Détention

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Paris, le 2 juillet 2013

Paris, le 2 juillet 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juillet 2013 N/Réf. : CODEP-PRS-2013-037348 Madame la Directrice Hôpital Saint Antoine 184, rue du Faubourg Saint-Antoine 75012 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2011-070528 Affaire suivie par : Florence BEDELLIS Tél. : 04 26 28 61 72 Fax : 04 26 28 61 48 Mél. : florence.bedellis@asn.fr Lyon, le 21 décembre

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 27 novembre 2012 N/Réf. : CODEP-PRS-2012-063614 Monsieur le gérant de la SELARL Imagerie des Iles du Nord Cabinet de radiologie Concordia 2, rue Paul Mingau

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 30 septembre 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Scanographie L application des principes de justification et d optimisation de la radioprotection est à la base d une radioprotection efficace. Dans ce but et dans le

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE REPUBLIQUE FRANCAISE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012 N/Réf. : CODEP-CAE-2012-050709 Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE Objet : Inspection

Plus en détail

Objet : Inspection INSNP-DOA-2010-0282 effectuée le 21 mai 2010 Thème : "Radioprotection en radiologie interventionnelle et aux blocs opératoires"

Objet : Inspection INSNP-DOA-2010-0282 effectuée le 21 mai 2010 Thème : Radioprotection en radiologie interventionnelle et aux blocs opératoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE DOUAI CODEP-DOA-2010-28646 CL/EL Douai, le 1 er juin 2010 Monsieur le Directeur Centre Hospitalier Dr Duchenne BP 609 62321 BOULOGNE SUR MER Cedex Objet : Inspection INSNP-DOA-2010-0282

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS Objet

Plus en détail

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR MD. Chancelier,P. Dupouy, E. Aptecar, M. Auguste,JP. Convard P. Gignier, C. Hovasse, D. Hovasse, JM. Pernes, B. Perret. Hopital privé d Antony

Plus en détail

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 CES STAGES D INITIATION À L HYGIÈNE ET À LA SÉCURITÉ vous sont proposés par les Services Hygiène et Sécurité de l Université Pierre et Marie Curie et du CNRS

Plus en détail

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA Direction de la protection et de la sûreté nucléaire Préface La protection radiologique des travailleurs, du public et de l environnement est l affaire

Plus en détail

Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire. Règles générales de radioprotection du CEA

Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire. Règles générales de radioprotection du CEA Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire radioprotection du CEA Août 2007 Crédit photo : A. GONIN/CEA, F. VIGOUROUX/CEA, C. DUPONT/CEA Etat : validé Page 3 sur 72

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical)

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) IND/RN/001/NT03 Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) Renouvellement, modification ou annulation de l autorisation I DEMANDE DE RENOUVELLEMENT D UNE AUTORISATION...3 I.1 Rappels...3

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Directeur Dominique Le Guludec Tomographie d'emission MonoPhotonique (TEMP) Convention

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 6 Octobre 2015 N/Réf. : CODEP-LYO-2015-038709 Centre Hospitalier de Valence Service de médecine nucléaire 179 boulevard du maréchal Juin 26000 VALENCE Objet

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la

Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la Édition 2013 Charte de bonnes pratiques Préface Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la radiographie industrielle ne se produisent heureusement que rarement. Pour autant,

Plus en détail

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire Présentation des règles et procédures de travail en environnement nucléaire 1 Sommaire Les grandes lignes de la réglementation Le contrôle de l exposition aux rayonnements ionisants Les moyens de protection

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Sécurité conventionnelle. Règles et consignes en vigueur à l Institut des Radioéléments pour les personnes extérieures

Sécurité conventionnelle. Règles et consignes en vigueur à l Institut des Radioéléments pour les personnes extérieures Sécurité conventionnelle Règles et consignes en vigueur à l Institut des Radioéléments pour les personnes extérieures SIPP - décembre 2013 Formation en sécurité conventionnelle - Veuillez prendre connaissance

Plus en détail

Guide utilisateur de l application PASS

Guide utilisateur de l application PASS SISERI PASS Guide utilisateur - Ind1 Guide utilisateur de l application PASS 1 - Présentation générale du PASS L application PASS pour Protocole d Accès Sécurisé à SISERI permet aux entreprises et aux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

CHARTE HYGIENE & SECURITE

CHARTE HYGIENE & SECURITE L C P CHARTE HYGIENE & SECURITE Laboratoire de Chimie-Physique UMR8000 Bâtiments 349, 350, 201P2 et 207A Octobre 2014 1 Le mot du directeur Octobre 2014 L activité de recherche, pour passionnante qu elle

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 12 septembre 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-047562 MUTUELLES DE VENDEE 1 impasse Paul Eluard 85180 CHATEAU D OLONNE Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

ECS 2/4/8/16 Réf. : 310 100 / 310 110 / 310 120 / 310 130 Notice exploitant

ECS 2/4/8/16 Réf. : 310 100 / 310 110 / 310 120 / 310 130 Notice exploitant N O T I C E ECS 2/4/8/16 Réf. : 310 100 / 310 110 / 310 120 / 310 130 Notice exploitant ATTENTION : CONTRAT D ENTRETIEN Toute installation de détection doit faire l objet d un contrat d entretien par un

Plus en détail

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX 15 Les solutions pour la maison L un des enjeux majeurs du maintien à domicile est la garantie, pour la personne en situation de dépendance

Plus en détail

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL Radioprotection des personnels Bilan 2013 Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 STATUT DU DOCUMENT : DOCUMENT DE TRAVAIL du CHSCT Central V0-1 Radioprotection

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

: Code de la santé publique et notamment les articles L.1333-17 et R.1333-98 Code de l Environnement et notamment ses articles L.592-21 et L.

: Code de la santé publique et notamment les articles L.1333-17 et R.1333-98 Code de l Environnement et notamment ses articles L.592-21 et L. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 28 mai 2014 CODEP-LIL-2014-024998 AD/NL Monsieur X DIAGNOSTICS HABITATIONS & BATIMENTS 46 bis, rue Roger Salengro 62290 NOEUX-LES-MINES Objet : Inspection

Plus en détail

Exposition aux rayonnements ionisants liée à l utilisation industrielle de minerai de monazite Exemple du site de Pargny-sur-Saulx

Exposition aux rayonnements ionisants liée à l utilisation industrielle de minerai de monazite Exemple du site de Pargny-sur-Saulx Fabrice Leprieur (IRSN / DEI) Journées SFRP de Marcy l Etoile / Lyon 23 sept. 2004 Exposition aux rayonnements ionisants liée à l utilisation industrielle de minerai de monazite Exemple du site de Pargny-sur-Saulx

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Dagneux Actualisée au 10/12/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique L installation nucléaire de base n 68 du site de Dagneux est située sur le territoire

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo TEP-TDM ou TEP (1) au fluor 18 et autres émetteurs de positons Définition : acte à visée diagnostique utilisant actuellement du fluor

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste Contexte technique Générateurs dentaires IHM Etude de poste Matériel Techniques intra. Techniques extra. Classement des personnels Délimitation des zones Conclusion 2 Associé Collaborateur Salarié ADQ

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

Forma'on pour les guides LHCb

Forma'on pour les guides LHCb Forma'on pour les guides LHCb Contenu: Condi+ons pour une visite au Puits 8, LHCb Devoirs du Responsable de la visite Devoirs d un Guide LHCb Zones de visite et i+néraire Sécurité pendant la visite Condi+ons

Plus en détail

Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en radiologie dentaire endobuccale et textes applicables

Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en radiologie dentaire endobuccale et textes applicables dmt TC d o s s i e r m é d i c o - t e c h n i q u e 123 Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en radiologie dentaire endobuccale et textes applicables Une nouvelle fiche

Plus en détail

Convention de stage. Madame, Mademoiselle, Monsieur.. ... ...(nom et prénom, date de naissance, adresse), stagiaire, étudiant(e) inscrit(e) en..

Convention de stage. Madame, Mademoiselle, Monsieur.. ... ...(nom et prénom, date de naissance, adresse), stagiaire, étudiant(e) inscrit(e) en.. Convention de stage Entre : L Université de Mons (UMONS), dont le siège est établi à 7000 Mons 20 Place du Parc, et représentée par Monsieur Pierre DEHOMBREUX, Doyen de la Faculté Polytechnique ; Ci après

Plus en détail

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 28 Mars 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-015092 DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE Objet : Inspection de

Plus en détail

ALARME COMMUNAUTAIRE. - Mode d emploi -

ALARME COMMUNAUTAIRE. - Mode d emploi - ALARME COMMUNAUTAIRE - Mode d emploi - Merci d avoir choisi l alarme SVS Security. SVS Security est la 1ère alarme communautaire. En cas d agression, de cambriolage ou de problème de santé, la rapidité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection Référence : LIST/DM2I/LNHB/14-0470/LdC-dr Saclay, le 10 octobre 2014 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Plus en détail

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE Comment remplir Votre Document Unique? Page 1 sur 17 Ce support a été réalisé par le (SHS). L objectif est d harmoniser les réponses de chaque unité, en vue de faciliter l exploitation de l ensemble des

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants Rubrique : Risques - Sécurité... 2 1 Rubrique : Risques - Sécurité SOMMAIRE Formation qualifiante contrôleur en radioprotection... 3 Bases

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE S - 16 FONCTIONNALITES DE LA SONORISATION ET LES ALARMES POUR LE MATERIEL DESTINE AUX VOYAGEURS EDITION : 12/2000 Index 1. GENERALITES...3

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo hors TEP (1) Définition : acte à visée diagnostique utilisant des radionucléides artificiels administrés en sources non scellées

Plus en détail

DOMOTIQUE Les fonctions d'un système d'alarme

DOMOTIQUE Les fonctions d'un système d'alarme Page 1/4 1. Les principaux éléments d'un système d'alarme 1.1 La centrale d'alarme Elle reçoit les signaux en provenances des détecteurs qu'elle analyse. Elle déclenche l'alarme en mettant en fonctionnement

Plus en détail

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL Dr DJ Gambini SCMT AP HP 1 Cadre juridique Code du Travail Article 231-75 : «Les expositions professionnelles individuelles et collectives

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-056821 Nantes, le 22 décembre 2014 Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX Objet Contrôle des installations

Plus en détail

Autorité de sûreté nucléaire

Autorité de sûreté nucléaire http://www.asn.fr/sections/dernieres_actus/asn-rappelle-aux-professionnels-sante Autorité de sûreté nucléaire NOTE D'INFORMATION Paris, le 16 janvier 2007 L'ASN rappelle aux professionnels de santé concernés

Plus en détail

Mon stationnement Zen. www.monpiaf.fr

Mon stationnement Zen. www.monpiaf.fr Mon stationnement Zen www.monpiaf.fr Mode d emploi du boîtier PIAF Écran de contrôle Mode Parking Mon stationnement Zen www.monpiaf.fr Touche Arrêt Sélection de la zone Touche Marche & Valider Stationner

Plus en détail

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Sommaire Un soutien technique et humain immédiat Actiflo -Rad,

Plus en détail

FR0003943. 2. IMPACT DOSIMETRIQUE DES TACHES DE CONTAMINATION 2.1. Introduction

FR0003943. 2. IMPACT DOSIMETRIQUE DES TACHES DE CONTAMINATION 2.1. Introduction EVALUATIONS DOSIMETRIQUES RELATIVES AUX CONTAMINATIONS DES TRANSPORTS DE COMBUSTIBLES IRRADIES. M. Juanola*, A. Despres*, B. Laurent** Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire. Département de Protection

Plus en détail

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ;

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n o 2015-DC-0508 de l Autorité de sûreté nucléaire du 21 avril 2015 relative à l étude sur la gestion des déchets et au bilan des déchets produits dans les installations nucléaires

Plus en détail

Travaux en cours. Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS

Travaux en cours. Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS Travaux en cours Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS Triangle du feu Que ce soit un feu controlé ou un incendie, la combustion est une réaction chimique

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire La radioprotection des patients et des travailleurs en radiologie interventionnelle et Journées Françaises de Radiologie 16 au 20 octobre 2009 Ph. MENECHAL / ASN Division de Bordeaux M. VALERO/ ASN Direction

Plus en détail

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1011109C Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

Surveillance dosimétrique Note législative

Surveillance dosimétrique Note législative VL/NB Bruxelles, le 17 mars 2014 Surveillance dosimétrique Note législative 1 Un nouveau texte de loi vient de paraître. Il s agit de : Loi du 26 janvier modifiant la loi du 15 avril 1994 relative à la

Plus en détail

RADIOGRAPHIE DENTAIRE Formulaire MED/RX/03

RADIOGRAPHIE DENTAIRE Formulaire MED/RX/03 RADIOGRAPHIE DENTAIRE Formulaire MED/RX/03 Déclaration d appareils de radiodiagnostic Médical et Dentaire Autorité de Sûreté Nucléaire ASN Nous vous conseillons d imprimer ce formulaire qui contient une

Plus en détail

Chapitre 22 ECLAIRAGE DE SECURITE ET ALARME INCENDIE

Chapitre 22 ECLAIRAGE DE SECURITE ET ALARME INCENDIE Chapitre 22 ECLAIRAGE DE SECURITE ET ALARME INCENDIE 1 Choix du type d établissement...2 2 Détermination de la catégorie en fonction de l effectif...2 2.1 Les différentes catégories...2 3 Choix du SSI(

Plus en détail

REACTEURS A EAU PRESSURISEE

REACTEURS A EAU PRESSURISEE REACTEURS A EAU PRESSURISEE Stage LIESSE Durée : 3 jours Date : 19,20 et 21 mai 2008 Lieu : Cherbourg Ecole des applications militaires de l énergie atomique ( E.A.M.E.A. ) BP19 50115 CHERBOURG ARMEES

Plus en détail

DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE

DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE Formation sous contrat d association avec l Etat Dossier d inscription en 2 ème ou 3 ème année ÉCOLE MASO 7, avenue des Palmiers 66000 Perpignan tél. 04

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel.

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Alain BONTEMPS, Directeur du CEFRI -NOMBRE DE TRAVAILLEURS EXPOSES (Nucléaire): Total: 60

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

PROTECTION TRAVAILLEUR ISOLE RONDIER LOCALISATION

PROTECTION TRAVAILLEUR ISOLE RONDIER LOCALISATION PROTECTION TRAVAILLEUR ISOLE RONDIER LOCALISATION Ref. SO2796 Octobre 2008 Page 1 de 26 Table des matières 1 Menus de l application P.R.L : 3 2 Les fonctions de rondier : 3 2.1 Lancer/arrêter une ronde

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE LA FORMATION EN ENTREPRISE

LIVRET DE SUIVI DE LA FORMATION EN ENTREPRISE Votre Logo Votre établissement et coordonnées Diplôme Spécialité «CAP AGENT DE SECURITE» LIVRET DE SUIVI DE LA FORMATION EN ENTREPRISE Nom : «nom_ele» Prénom : «prénom_ele» Stagiaire Le livret doit rester

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE 1 A. MODALITÉS DE MISE A DISPOSITION DU VÉHICULE RESERVATION 1) Faire la demande auprès du CDH53, définir la date à laquelle vous viendrez chercher le véhicule (hors samedi

Plus en détail

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h guide de démarrage rapide découverte 24h INCLUS! 1 Merci d avoir choisi Coyote à la carte! Coyote à la carte, l avertisseur Coyote sans engagement, est un Assistant d Aide à la Conduite qui vous aide à

Plus en détail