Bilan d'activités 1995

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bilan d'activités 1995"

Transcription

1 Bilan d'activités 1995 du Fonds Français pour l'environnement Mondial Cette note se veut d'abord être un bilan de l'activité du F.F.E.M. depuis sa création et propose quelques modifications de fonctionnement des instances du F.F.E.M. au vu de l'expérience acquise. I - BILAN GLOBAL Au total, l'instruction de 28 projets (dont 2 études : "Schéma indicatif des ressources en eau du Jourdain au Moyen Orient" et "Montage d'un programme d'efficacité énergétique dans la construction en Tunisie") a été lancée par le Comité de Pilotage du FFEM sur une période de 12 mois Répartition sectorielle Les projets se répartissent de la façon suivante : 14 pour la "biodiversité" dont 2 traitent aussi de "l'effet de serre" 12 sous la rubrique "effet de serre" 2 au titre des "eaux internationales" Répartition en % des montants totaux indicatifs des projets : Biodiversité : 37 % Effet de serre : 50 % Eaux internationales : 13 % Ces chiffres montrent qu'il faudra au cours de l'année 1996 rechercher activement des projets "eaux internationales"'. Ceux-ci sont certes compliqués par nature car ils impliquent en général plusieurs états et sont donc souvent politiquement sensibles. Par ailleurs, les projets "eaux internationales" sont souvent très onéreux et, de ce fait, peu de bailleurs souhaitent prendre un risque financier dans ce secteur (en particulier tout ce qui concerne les mers et océans).

2 2 Cependant, il est possible d'imaginer le montage de 2 à 3 projets supplémentaires (canal du Mozambique, Fleuve Niger au Sénégal, Lac Tchad, Préservation du Paraguay, Protection d'un aquifère au Moyen Orient, ) Répartition géographique La répartition géographique montre la prédominance africaine dans ce bilan : 17 projets concernent l'afrique (y compris le Maghreb) % 2 projets " le Moyen Orient % 3 projets " l'amérique Latine et les Caraïbes % 3 projets " l'asie % 1 projet concerne le Pacifique % 1 projet concerne l'europe de l'est % 1 projet est multi-pays % Le portefeuille du F.F.E.M. est donc à plus de 60 % consacré au continent africain. Deux raisons majeures expliquent cette situation : La volonté clairement affichée du Comité de Pilotage de donner une priorité africaine au F.F.E.M. La forte présence de l'aide bilatérale française en Afrique qui permet d'associer plus facilement d'autres financements à ceux du F.F.E.M., lui permettant de jouer le rôle de levier financier souhaité par le Comité de Pilotage. Cependant, et sans remettre en cause les priorités géographiques énoncées par le Comité de Pilotage, il faut admettre que les problématiques FFEM, en particulier, celles touchant "l'effet de serre" s'appliquent difficilement aux priorités de développement africaines. En effet, l'afrique ne représente que 7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et y trouver des projets qui présentent le double intérêt de participer au développement économique tout en étant démonstratifs d'une réelle logique de réduction des émissions de gaz à effet de serre s'avère particulièrement ardu La qualité du portefeuille Une des raisons de la création du F.F.E.M. qui avait été invoquée par les administrations françaises était d'énoncer d'une part que les projets touchant aux questions d'environnement planétaires seraient durables s'ils intégraient les priorités nationales et, d'autre part, si leur viabilité était assurée par les revenus du projet plus global dans lesquels ils étaient intégrés. C'est ce postulat ambitieux qui a guidé les interventions du Fonds Français pour l'environnement Mondial.

3 3 Tous les projets présentés au F.F.E.M. sont éligibles si jugés conformes aux critères énoncés par les conventions internationales auxquelles ils sont rattachés. De plus, le Secrétariat s'est attaché, lors de l'instruction, à toujours vérifier que les conditions institutionnelles et financières nécessaires à assurer leur pérennité existaient ou pouvaient être créées. Cette caractéristique fondamentale des projets à laquelle s'ajoute le souci qu'ils bénéficient d'abord aux pays bénéficiaires et non pas essentiellement à des bureaux de consultants ou des instituts de recherche occidentaux, est en même temps la base de certaines critiques faites au F.F.E.M. En effet, les projets sous instruction au F.F.E.M. ne déclinent pas l'ensemble des éléments que constitueraient une grille idéale des problématiques d'environnement mondial. Le Secrétariat du F.F.E.M., tout en reconnaissant qu'il faut élargir les problématiques d'intervention, met en garde le Comité de Pilotage de vouloir à tout prix une vitrine qui présenterait l'ensemble des problématiques. Celle-ci risquerait d'être superficielle sans que des besoins ou des demandes nationales aient été exprimés dans le cadre des stratégies de développement des bénéficiaires). Une demande locale est une condition nécessaire mais non suffisante. Si la capacité n'existe pas, le Secrétariat doute aussi de la réussite de ces projets expérimentaux. Il suffit, de ce point de vue, d'analyser les déboires du FEM multilatéral sur la mise en oeuvre de projets complexes (exemple du projet transformation des résidus du palmier à huile en Côte d'ivoire ou du projet voltaïque au Zimbabwé, etc...) La politique volontariste prônée par beaucoup doit être une politique de petits pas intégrant absolument la volonté et la capacité des pays à expérimenter de nouvelles approches, ceci est d'autant plus vrai si la priorité africaine demandée par le Comité de Pilotage est réaffirmée Les financements associés Le F.F.E.M. a appliqué rigoureusement la règle du cofinancement qui avait été souhaitée par le Comité de Pilotage. Seules, deux études approuvées par le Comité de Pilotage ont été financées entièrement sur les ressources du F.F.E.M. Tous les autres projets ont, au minimum, un cofinanceur français et souvent des cofinancements multilatéraux (le premier d'entre eux étant le PNUD) que le Secrétariat a suscité. Par ailleurs, le schéma directeur "eaux du Jourdain" a permis au groupe ANTEA d'obtenir un très gros contrat de l'union Européenne dans la même zone, leurs travaux pour nous ayant été jugés comme très satisfaisants. Ainsi, la part du F.F.E.M. dans le financement total n'a jamais dépassé 50 % du montant du projet (en moyenne 30 %).

4 Enfin, la participation du F.F.E.M. est en moyenne de 4 millions de francs dans un projet. 4

5 La durée de l'instruction Il est un peu difficile de répondre à cette question car la plupart des projets sont encore au stade de l'instruction dans le portefeuille F.F.E.M. (21 projets sur 28). Cependant, on peut tabler sur une instruction qui sera de l'ordre de 12 à 18 mois, ce qui est conforme aux durées d'instruction des agences d'aide (cf. avancement des projets en annexe). La durée de l'instruction pourrait, cependant, être moindre si l'identification des projets était quelque peu approfondie. En effet, dans de nombreux projets que le Secrétariat instruit, il existe des ambiguïtés souvent institutionnelles qui auraient mérité une identification plus détaillée L'implication du Secrétariat dans les projets Tous les projets présentés au Secrétariat du F.F.E.M. par une administration, membre du Comité de Pïlotage, ont été transmis au préalable au CST pour avis et, ensuite, au Comité de Pilotage pour décision. Certains projets, à la demande de l'administration concernée, ont fait l'objet d'un appui du Secrétariat dans la phase même d'identification. Cependant, il reste des cas où les administrations présentent leur projet sans concertation préalable avec le Secrétariat. En revanche, celui-ci intervient de façon très active dans l'instruction des projets. Tous les projets, quasiment, font l'objet d'une mission du Secrétariat, ce qui permet de fixer les termes de référence des évaluations nécessaires, les répartitions des travaux de chacun des intervenants et le calendrier d'exécution. Certains projets sont entièrement instruits par le Secrétariat à la demande de l'administration concernée, d'autres, et c'est le cas le plus fréquent, sont sous la co-responsabilité administrative du co-financeur et du Secrétariat du F.F.E.M. Ces arrangements ont permis de minimiser le coût financier de préparation des projets puisque l'essentiel de l'instruction est mené de façon interne au Secrétariat. Ce fait est certainement lié aux domaines très particuliers que traite le F.F.E.M. et pour lesquels il n'existe pas - ou peu - d'expertise dans les administrations co-bailleurs. Le F.F.E.M. a donc aussi un rôle à jouer dans la formation des acteurs français du développement. Cependant, et compte tenu du nombre limité d'agents au Secrétariat du F.F.E.M., il n'est pas évident qu'il soit possible de continuer ainsi. Il faudra soit que l'épuipe du F.F.E.M. soit renforcée, soit que plus de travaux soient confiés à des consultants extérieurs. En effet, si on admet une moyenne de 25 nouveaux projets par an, il sera difficile pour le Secrétariat de continuer à jouer une part aussi active dans l'instruction, le montage des projets et le suivi nécessaire.

6 6 Ce bilan global (cf. en annexe l'état d'avancement de chaque projet) doit être complété par un bilan thématique "effet de serre" et "biodiversité" pour lesquels les problèmes se posent dans des termes sensiblement différents. II - BILAN BIODIVERSITE. Les projets "biodiversité" dans le portefeuille 1995 du FFEM Le comité de pilotage a accepté en quatre sessions, 10 fiches d'identification et quatre rapports d'évaluation de projets au titre de la biodiversité, soit quatorze projets au total pour le portefeuille La répartition géographique s'est effectuée comme suit : 8 projets Afrique, soit 57 % 2 projets Asie / Pacifique, soit 14 % 1 projet régional Méditerranée, soit 7 % 3 projets Amérique Latine / Caraïbes, soit 22 % 0 projet Europe de l'est. avec une forte prédominance pour les pays d'intervention traditionnelle de la coopération française. Soit une répartition proche des propositions validées par le Comité de Pilotage tout en répondant à la préoccupation exprimée par le Ministère de la Coopération et la CFD de conserver une spécialité africaine forte. Aucune action n'a cependant été identifiée en Europe orientale durant cette première année. Les projets concernent des types d'écosystèmes sensibles différents : zones humides : 2 projets (15 %), zones côtières : 3 projets (22 %), zones de forêt tropicale humide : 4 projets (28 %), zones de steppes / forêt sèche : 5 projets (35 %). Les ratios montrent un bon équilibre relatif, avec cependant un certain retard pour les zones humides.

7 7 Le tableau suivant présente un récapitulatif des projets : PROJET BIODIVERSITE AVANCEMENT DE L'INSTRUCTION Forêts des Ghats occidentaux MAE Convention en attente de signature Inde Niokolo Koba MinistèreCOEvaluation en cours Sénégal OP Réserve Tapoa CFD Evaluation en cours Burkina Faso Bassin du Zambèze MAE Convention en attente de signature Zimbabwe Mata Atlanta ENV Faisabilité en attente Brésil Diawling CFD Faisabilité en cours Mauritanie Girafes CFD Evaluation en cours Niger Espaces littoraux ENV Faisabilité en cours Méditerranée Sainte Lucie CFD Projet bloqué RSA Récifs coralliens Ministère Convention en cours de signature Petites Antilles COOP Banc d'arguin Ministère Signature de la convention en attente Mauritanie COOP Domaine forestier CFD Pré faisabilité des différents volets en cours Gabon COOP Conservatoire ethonobotanique MAE Evaluation en cours Equateur Angkor CFD Faisabilité devrait être mise en route rapidement Cambodge Nota : MAE = Ministère des Affaires Etrangères ; Ministère Coop = Ministère de la Coopération 1. Actions à effets directs sur la conservation in situ et ex situ, 2. Actions limitant les pressions indirectes sur la biodiversité, 3. Actions favorisant la valorisation durable de la biodiversité. La complexité et l'interdépendance des problématiques qui affectent la conservation de la biodiversité conduisent à appuyer ces différents axes au sein d'une même intervention.

8 8 Néanmoins, la vocation pilote de chacun des projets s'affirme préférentiellement dans l'un ou l'autre de ces axes : PROJETS ACTIONS Biodiversité dans les forêts des Ghâts occidentaux - Inde (1) Ecosystèmes du parc du Niokolo Koba - Sénégal X X Réserve de faune et d'un terroir à éléphants Tapoa - Burkina Faso X X Biodiversité du bassin du Zambèze - Zimbabwe X X Développement et conservation de la Mata Atlantica - Brésil X Restauration de la biodiversité dans le Diawling - Mauritanie X X Préservation des girafes - Niger X X X Conservation d'espaces naturels littoraux - Bassin Méditerranéen X X Protection des zones humides du Grand Ste-Lucie - Afrique du Sud X X Protection et valorisation des récifs coralliens - Petites Antilles X X Protection et préservation du Banc d'arguin - Mauritanie X X Aménagement du domaine forestier gabonais - Gabon X X Conservatoire Ethnobotanique OMAERE - Equateur X X Réhabilitation de la région d'angkor - Cambodge X X (1) transversal (recherche - étude) La classification adoptée offre l'avantage de cibler directement sur les effets attendus du projet et sur ses objectifs, ce qui donne une visibilité opérationnelle. En revanche, le fait que plusieurs des thématiques identifiées sont généralement concernées au sein d'un même projet limite la visibilité des spécificités propres à chacun d'entre eux. Une approche complémentaire par écosystèmes permettrait d'améliorer la typologie.. Les différents types de financements sont les suivants : Les financements du FFEM en biodiversité viennent en addition de ceux de la plupart des acteurs de l'apd française :

9 9 Ministère de la coopération : 4 projets (1), Caisse Française de développement : 6 projets, Ministère des Affaires Etrangères : 3 projets, Ministère de l'environnement : 2 projets. Il est évident que les acteurs des principales sources de l'apd française drainent la plus grande part des financements FFEM. La part maximale du FFEM dans le financement des projets reste toujours bien en dessous de la limite des 50 % fixée par le comité de pilotage. Elle devrait, en fait, varier de 15 à 35 % du montant total des projets. * La mise en valeur du savoir-faire français. Impact des activités du FFEM sur la prise en compte de l'expertise et des positions françaises dans le domaine de l'environnement : fiche d'identification de projet réalisée parles émetteurs sur la base d'expertise et de propositions émanant de compétences françaises (institutions de recherche/développement, bureau d'étude, assistance technique...). Il est attendu que dans le cadre de la mise en oeuvre des projets, la prise en compte des spécificités et des compétences françaises s'exprime pleinement. D'ores et déjà, l'instruction de certains projets montre cependant la capacité de catalyse des compétences françaises grâce au FFEM. Inde : par un apport modeste, le FFEM permet à l'institution française de Pondichéry d'exprimer ses compétences et les connaissances acquises depuis de longues années, au sein d'un gros projet de gestion des forêts financé par l'oda. Il est attendu que le gouvernement demande à l'ifp d'intervenir dans d'autres projets, notamment multilatéraux. Méditerranée : l'intervention du FFEM, en appuyant la valorisation internationale des compétences du Conservatoire du littoral, a permis le début d'engagement du FEM par la mise à disposition d'un PDF de US$ géré par le Conservatoire afin de préparer un projet régional, cinq pays en Méditerranée. Gabon : perspectives de confirmer l'engagement fort de la France en faveur des politiques d'aménagement durable des forêts ainsi que de favoriser la prise d'un leadership d'industriels français dans le domaine de l'exploitation contractuelle transparente des ressources génétiques végétales. Petites Antilles : perspectives de valorisation des compétences des départements français d'amérique dans une politique régionale de gestion du littoral marin. Les projets intègrent généralement plusieurs des thématiques d'intervention proposées au sein des trois catégories d'actions présentées dans la note de cadrage général biodiversité acceptée par le comité de pilotage. (1) Un projet coprésenté par le Ministère de la Coopération et la CFD.

10 10 La durée classique de trois ans fixée pour l'exécution des projets biodiversité risque d'être difficile à adapter aux problématiques de terrain dans certains cas : capacité d'absorption faible, lenteur d'évolution des processus écologiques et des stratégies d'acteur... La nécessité de maintenir une diversité d'intervention dans le portefeuille d'actions : le comité de pilotage risque de se voir soumettre des projets concernant des écosystèmes, des thématiques et des méthodologies très proches des actions déjà en instruction. La vocation pilote et d'innovation du FFEM risque d'en être atténuée. Le comité de pilotage pourrait décider d'une stratégie à adopter pour limiter ce risque. Il pourrait être proposé de compléter les thématiques d'intervention et les répartitions géographiques initialement proposées par une approche écosystème indicative. La recherche et les études sont classiquement intégrées dans les projets en instruction. Sur les quatre projets soumis en évaluation, on peut indiquer les ratios suivants par volet : Recherche : 32 % Formation / Renforcement des capacités : 40 % Investissement : 28 % Il est important de noter que l'instruction des projets a montré que les identifications restent souvent insuffisantes et que les fonds d'identification n'ont pas assez été mobilisés par les émetteurs. Compte tenu de ces contraintes et de la nature des rapports d'évaluation nécessaires dans le cycle d'instruction du projet approuvé par le Comité de Pilotage, il est souhaitable de disposer à l'avenir de fonds de préparation de projet plus importants que ceux disponibles afin de povoir compléter les identifications nécessaires. La qualité de l'identification doit être améliorée par une politique plus volontariste, permettant de présenter dans la fiche d'identification le canevas du montage institutionnel et un budget prévisionnel. Le Secrétariat devrait jouer un rôle plus important dans cette démarche. L'instruction des projets FFEM doit respecter les procédures CFD qui sont sensiblement différentes de celles des émetteurs. L'instruction doit en tenir compte, ce qui conduit les financements du FFEM à prendre la forme de financements parallèles dans la plupart des cas. Le passage en évaluation de 5 projets Biodiversité en douze mois, à partir du stade de fiche d'identification, a nécessité une forte mobilisation qui a permis de réduire les délais d'instructions, par rapport à ceux traditionnellement observés dans les procédures des principaux émetteurs de projets au sein du Comité de Pilotage. Conclusion :

11 11 La majorité des projets "biodiversité" comporte des objectifs de réformes (juridiques, institutionnelles ou financières) importants. Ces points sont souvent délicats dans leur mise en oeuvre, ce qui nécessitera un suivi attentif qui n'évitera cependant pas l'apparition de certains blocages. A l'exception de l'afrique du Sud, l'instruction des projets F.F.E.M. se réalise avec peu ou pas de décalage de fonds par rapport au projet porteur présenté dans les fiches d'identification Il est proposé de s'efforcer de maintenir un délai raisonnable entre l'acceptation de la fiche d'identification et la présentation du rapport d'évaluation afin de ne pas bloquer le portefeuille du F.F.E.M. III - BILAN EFFET DE SERRE. Les projets "effet de serre" dans le portefeuille 1995 du FFEM *Au cours de ses quatre premières sessions, le Comité de Pilotage a autorisé la prise en considération de 14 projets (dont 2 projets mixtes biodiversité/effet de serre dans le secteur de la forêt). * La répartition géographique s'est effectuée comme suit : 8 projets Afrique subsaharienne et Pacifique 2 projets Maghreb 3 Asie/Amérique Latine 1 PECO (Roumanie) La priorité donnée à l'afrique est donc manifeste. * Les projets peuvent être classés comme suit : Electrification décentralisée : 4 projets (2 photovoltaïques, 1 éolien, 1 microhydro) Forêt : 5 projets (3 zones humides avec biodiv, 2 zones sèches) Efficacité Energétique/Habitat : 2 projets Efficacité Energétique/Industrie : 1 projet Ordures ménagères : 1 projet Général : 1 projet Par thèmes d'actions, on compte : 3 projets d'efficacité énergétique, 4 projets énergies renouvelables, 5 projets forestiers, et 1 projet sur l'élimination des déchets organiques Dans ce portefeuille diversifié, on peut noter : l'absence de projets "transports", les opérations étant plus difficiles à identifier et à monter ;

12 12 l'intérêt de multiplier des projets dans certains secteurs d'application, pour une meilleure synergie entre les projets dans un même secteur et pour obtenir un effet significatif sur l'offre.. Les différents types de financement sont les suivants : FFEM est associé à :. 6 financements sous forme de prêts,. 8 sous forme de subventions, (dont 5 dans des PMA, comprenant une part rétrocédée en prêts). Dans l'énergie, le caractère additionnel du FFEM se justifie mieux lorsqu'il complète un prêt Le montant total d'engagements sera de l'ordre 60 à 70 M F pour un volume d'investissement entre 500 et 700 MF, si toutes les opérations se concrétisent. 7 projets concernent la CFD, 2 la DREE, 1 le Min.Coop, 1 le MAE, 2 l'environnement. La double priorité du FFEM sur "l'investissement" et sur "l'afrique" explique la prédominance de projets CFD. Plus de projets devraient pouvoir être envisagés dans les pays "hors champ" avec la DREE dans le cadre de crédits protocole. Pour cela, il conviendra de préciser les moyens humains et financiers pour identifier, préparer et instruire les projets avec nos partenaires en Asie et en Amérique Latine (cf infra).. La situation des projets est la suivante : 2 projets en cours d'évaluation (convention en préparation /en attente de signature) 9 projets au stade de la faisabilité (Pour 4, études lancées ; pour 4 autres, termes de référence en cours de finalisation et pour 1, modalités de l'étude encore en négociation). 3 projets, actuellement bloqués, à réorienter ou à abandonner. Le tableau, ci-après, résume la situation de l'instruction des projets avec, en annexe, un état par projet. PROJETS "EFFET DE SERRE" AVANCEMENT DE L'INSTRUCTION * Cultures sur brûlis (recherches) - Régional MAE Convention en attente signature * Détection des feux de forêt - Inde DREE Projet bloqué - partie indienne du financement non finalisée projet Biodiversité Agrosystèmes riverains de Forêts classées - Côte CFD Marché de l'étude de faisabilité signée en janvier 1996 d'ivoire Electrification photovoltaïque - Vanuatu CFD Convention en cours de finalisation Electrification éolienne - Cap Vert CFD Phase 1 lancée sur financement CFD - Etude de l'extension avec FFEM prévue au 2ème trim Microcentrales hydroélectriques - Sao-Tomé CFD Faisabilité réalisée - Résultats négatifs pour le volet "microcentrale" A réorienter Mission conjointe CFD/FFEM prévue au 1er trim. 96 Développement durable en Zones arides Bakel Sénégal CFD Etude de faisabilité en attente, prévue au 1er trim Point d'ancrage à redéfinir dans la région Traitement des ordures ménagères - Inde DREE Modalités de montage du projet en négociation après une mission de réorientation - Ademe - en nov Marchés ruraux et combustibles domestiques urbains Mali FAC Identification FFEM réalisée décembre 95 Etude de faisabilité prévue au 1er trim Chauffage urbain et réhabilitation thermique de MAE Mission d'identification FFEM effectuée en octobre 1995 l'habitat - Roumanie PNUD / UE Etude de faisabilité BERD lancée en janvier 1996 * Aménagements forestiers intégrés - Gabon CFD Etudes de faisabilité en cours financées par opérateurs privés Evaluation prévue au 1er semestre 1996

13 13 Utilisations rationnelles Gaz et Electricité - Tunisie CFD TdR des études de faisabilité des 4 composantes en cours de finalisation prévues le 1er trim Efficacité Energétique dans la construction neuve Tunisie CFD TdR des études de faisabilité sur financement FFEM en cours de finalisation Electricité Décentralisée dans le projet développement local - Burkina Faso CFD Identification FFEM réalisée en décembre 1995 Etudes de faisabilité prévues au 1er trim *Projets mixtes : Biodiversité et Effet de Serre Nota: MAE = Ministère des Affaires Etrangères, FAC = Fonds d'aide et de Coopération, BM = Banque Mondiale, U.E. = Union Européenne.. Les éléments d'analyse sont les suivants : Un déficit d'identification pour ce qui concerne les projets "Effet de Serre" Contrairement à l'idée initiale retenue pour le FFEM, il s'avère à l'expérience que les projets Energie/Environnement ne se déduisent pas facilement du portefeuille de projets des différents partenaires du FFEM (DREE, CFD, Min.Coop, MAE,...) On constate après un an de fonctionnement, que : Peu de projets conventionnels sont susceptibles d'intégrer une composante Effet de serre Peu d'idées de projets ont été proposées au secrétariat du FFEM dans les secteurs touchant à l'effet de Serre. Et, parmi ces propositions, nombreuses sont celles qui ne répondent pas aux critères du FFEM Dans les premiers projets pris en considération, (issus du portefeuille de projets à l'instruction des partenaires du FFEM), l'intégration de la composante "Effet de Serre" s'avère difficile Les causes de ce déficit d'idées de projets (project concept) mériterait d'être approfondi. (Il a été déjà constaté pour le FEM multilatéral, qui a mis en place des moyens probablement excessifs à travers la facilité de préparation de projets (PDF). Deux conséquences pratiques: Une prise en considération conjointe du volet principal et du volet FFEM dès l'origine du projet s'avère préférable. Elle permet une instruction conjointe et simultanée des deux volets plus efficace (cf. le projet Utilisation rationnelle de l'electricité et du Gaz en Tunisie). Il apparaît nécessaire de renforcer les moyens d'identification de projets d'investissement. Dans le fonctionnement de l'aide française, ces moyens sont localisés au sein du MAE et de la Coopération. Pour que ceux-ci débouchent sur des projets "bancables et ffemables", une concertation MAE-DREE- FFEM d'une part, Min.Coop.,CFD FFEM d'autre part est nécessaire. Mise en valeur du savoir faire français et de nouvelles technonologies L'innovation et la valorisation du savoir -faire français constituent deux paramètres qui sont toujours pris en considération dans les projets du FFEM.

14 14 Le calcul du coût incrémental exige en effet de proposer des améliorations par rapport à un scénario de base et donc de facto, l'introduction de pratiques novatrices. S'il n'existe pas de savoir-faire français dans les biens et services que prévoit le projet, il est en outre difficile d'envisager une participation du FFEM, le cadre bilatéral n'étant pas alors le plus adapté pour la mise en oeuvre.

15 15 Le tableau, ci-dessous, résume les principales innovations et le savoir-faire français qui sont valorisés dans les projets. Différents selon les secteurs d'application et les projets, ils peuvent porter sur les produits et/ou les services. "EFFET DE SERRE" SAVOIR FAIRE FRANCAIS / PRINCIPALES INNOVATIONS Forêts classées Concept d'aménagement / exploitation des forêts tropicales Côte d'ivoire Techniques d'animation rurale en zones de périphérie des forêts Règlementation/volets institutionnels du secteur forestier Photovoltaïque Systèmes photovolaïques communautaires adaptés aux PED Vanuatu Renforcement des entreprises françaises implantées dans la zone du Pacifique Ingénierie photovoltaïque dans les atolls (Exploitation et maintenance) Electrification éolienne Petits aérogénérateurs (< 50 kw) Cap Vert Ingénierie de l'erd des petits centres urbains (aspects financiers et institutionnels) Micro-centrales Sao-Tomé Zones arides Sénégal Ordures ménagères Inde Combustibles urbains Mali Chauffage urbain Roumanie Construction Tunisie Gaz et Electricité Tunisie Développement local Burkina Faso * Cultures sur brulis Régional * Forêts classées Gabon * Feux de forêt Inde * Projets mixtes : Biodiversité / Effet de Serre Pico et micro-centrales hydrauliques (< 25 kw et < 250 kw) Aménagements hydrauliques locaux à double vocation (irrigation/electrification décentralisée) Techniques d'animation (développement durable en zones arides) Interface Désertification/Effet de serre Unités de compostage - décharges contrôlées PED - Récupération du Méthane Ingénierie du traitement des déchets avec collectivités locales en PED Programme intégré des combustibles urbains des villes africaines Animation locale (création de marchés ruraux du bois) Echangeurs, Sous-stations, équipements de mesure et de gestion de l'énergie Ingénierie de la réhabilitation thermique Joint venture franco-roumaine d'opérateurs pour le chauffage urbain Matériaux, systèmes de mesure, logiciels spécialisés Thermique du bâtiment (programme de bâtiments innovants) Mise en oeuvre de la Maîtrise de l'energie dans le secteur de l'habitat Cogénération, lampes fluo-compactes, chauffe-eaux solaires, four à gaz artisanal Montage institutionnel et financier des programmes de MDE Kits photovoltaïques domestiques Intégration Développement local / ERD Entreprise franco-africaines (ingénierie et systèmes) Valorisation de la recherche française dans le domaine (CIRAD) Aménagement / exploitation des forêts tropicales humides Interface Exploitation forestière / Effet de serre Règlementation / volets institutionnels du secteur de la forêt tropicale Détecteurs de feux de forêts Organisation de la lutte anti-incendie en PED (prévention/détection/interventions)

16 16 Conclusion : Les projets "Effet de Serre" sont complexes à "monter". Ils cumulent plusieurs difficultés: absence de maîtrise d'ouvrage structurée, problèmes d'interfaces institutionnels, faibles montants unitaires, coûts de transaction plus élevés, manque de références et introduction locale de technologies innovantes Les coûts de préparation sont donc plus importants que pour un projet classique. Si le FFEM apporte des éléments de réponse à la question de l'aide à l'investissement, il ne résoud pas celle de l'aide à la décision. Le délai de préparation des projets "Effet de Serre" pose problème. En particulier le montage financier de la part principale de l'investissement (financé par l'aide conventionnelle et/ou sur fonds propres), s'avère long. Plus de la moitié des projets rencontrent des difficultés sérieuses dans leur préparation (2). Il faut s'interroger sur la conduite des transactions en amont de la décision d'investissement et sur les moyens qui permettraient d'accélérer la conclusion de ces transactions. Du bilan présenté ci-dessus, le Secrétariat du F.F.E.M. tire les principales conclusions suivantes : Les activités du F.F.E.M. ont été globalement conformes aux souhaits exprimés par les membres du Comité de Pilotage tant en termes de répartition géographique que sectorielle sur les deux thématiques principales. Les principes d'intervention énoncés par ce Comité de Pilotage ont été respectés. La cohésion du Comité de Pilotage a permis un travail dense mais serein du Secrétariat. On note cependant : Au cours de l'instruction, les débats complexes, qui portent en général sur les rattachements et les conditionnalités institutionnelles, ralentissent l'avancement des projets. Les projets en portefeuille sont dispersés et de taille restreinte. Ceci risque à terme de présenter un coût élevé de suivi. Si le portefeuille "biodiversité" est satisfaisant, l'identification et la mise en oeuvre des projets "effet de serre" s'avèrent plus problématiques (cf. supra).

17 17

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Financement des investissements en faveur du développement des énergies renouvelables

Financement des investissements en faveur du développement des énergies renouvelables Financement des investissements en faveur du développement des énergies renouvelables *** Appel à projets en direction des établissements bancaires : le prêt «Energies renouvelables en Poitou-Charentes»

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020 Page 1 Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d'investissement (art. 5 Règ. FEDER) Intitulé de l'action Guichet unique / Rédacteur Axe 1 : investir dans

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

Aides aux études et autres accompagnements d'experts pour des projets de géothermie. Description et modalités

Aides aux études et autres accompagnements d'experts pour des projets de géothermie. Description et modalités Aides aux études et autres accompagnements d'experts pour des projets de géothermie Description et modalités 2015 FICHE SYNTHETIQUE Actions éligibles - Etude de faisabilité géothermique - Assistance à

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Évaluation environnementale stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020

Évaluation environnementale stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020 Évaluation stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020 Note additive présentant les modifications apportées à la version du rapport environnemental intermédiaire ayant servi de

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Instruments d appui de l Union Européenne au secteur privé en Afrique Caraïbe et Pacifique et opportunités de partenariat 16 Février 2005

Instruments d appui de l Union Européenne au secteur privé en Afrique Caraïbe et Pacifique et opportunités de partenariat 16 Février 2005 Instruments d appui de l Union Européenne au secteur privé en Afrique Caraïbe et Pacifique et opportunités de partenariat 16 Février 2005 Conférences sur l Investissement Services Publics (eau et énergie)

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC»

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» Dispositif de soutien à la rénovation BBC des immeubles de logements en copropriété Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» 1 Contexte Nantes Métropole s'est fixé comme objectif, en

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DES PME DANS LEUR DÉMARCHE D'INNOVATION. Réunion du 26 juin 2015. Rapport du Président CONSEIL RÉGIONAL N A.S.12

ACCOMPAGNEMENT DES PME DANS LEUR DÉMARCHE D'INNOVATION. Réunion du 26 juin 2015. Rapport du Président CONSEIL RÉGIONAL N A.S.12 CONSEIL RÉGIONAL Réunion du 26 juin 2015 Rapport du Président N A.S.12 ACCOMPAGNEMENT DES PME DANS LEUR DÉMARCHE D'INNOVATION 15 rue de l'ancienne Comédie CS 70575 86021 Poitiers Cedex Tél. 05-49-55-77-00

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN INTRODUCTION Dès 2006, les parties au protocole de Kyoto ont reconnu l'importance d'une répartition équilibrée des projets

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Date Limite de Candidature : pour la réponse au PLIE : 11 mai 2015 pour la réponse dans «Ma Démarche FSE» : 1 juin 2015 Votre Correspondant

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020. ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015

LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020. ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015 LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020 ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015 Monsieur Jean-François MACAIRE Président de la Région

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Investissements d avenir. Initiative PME - Biodiversité

Investissements d avenir. Initiative PME - Biodiversité Investissements d avenir Initiative PME - Biodiversité Calendrier de l Initiative L Initiative est ouverte le 9 juillet 2015. Les relevés des projets sont effectués : 1 re clôture 2 nde clôture 5 octobre

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE Quels modes d interventions pour améliorer la contribution de la microfinance au financement de l agriculture Fida : la problématique du financement de l'agriculture en Afrique de l'est et Australe (4/6)

Plus en détail

Energies renouvelables et développement durable

Energies renouvelables et développement durable Energies renouvelables et développement durable Christian de Gromard AFD/TED, Transport et Energie Durable «Les Energies Renouvelables au service de l humanité» 40 ème anniversaire du congrès international

Plus en détail

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO)

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) MECANISMES DE DEVELOPPEMENT PROPRE (MDP) ETAT ACTUEL TUTELLE INTERNATIONALE

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1 PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1. LE RENFORCEMENT DE LA COMPLEMENTARITE DES ACTIVITES AGRICOLES ET D'ELEVAGE, UN LEVIER VITAL POUR

Plus en détail

Brevets et énergies propres : combler l écart entre données et politiques Résumé du rapport ICTSD. United Nations Environment Programme

Brevets et énergies propres : combler l écart entre données et politiques Résumé du rapport ICTSD. United Nations Environment Programme Brevets et énergies propres : combler l écart entre données et politiques Résumé du rapport ICTSD United Nations Environment Programme 1 Des copies, en anglais, du rapport intégral peuvent être obtenues

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 3 Février 2010 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados 1- ACTUALITÉ DES DÉCISIONS DU CONSEIL D'ÉTAT Décision du conseil d'etat (CE) n

Plus en détail

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national :

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national : Projet d instruction CGET/DMAT/DHUP visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

INNOVATION SOCIALE ET ECONOMIE PARTICIPATIVE en région Poitou-Charentes

INNOVATION SOCIALE ET ECONOMIE PARTICIPATIVE en région Poitou-Charentes CONCOURS INNOVATION SOCIALE ET ECONOMIE PARTICIPATIVE en région Poitou-Charentes ************* REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000 POITIERS REMISE DES DOSSIERS DE CANDIDATURE : le

Plus en détail

CONTRAT CADRE BENEFICIAIRE EUROPEAID/119860/C/SV/multi Lot N 1 : Développement rural et sécurité alimentaire. TERMES DE REFERENCE Version finale

CONTRAT CADRE BENEFICIAIRE EUROPEAID/119860/C/SV/multi Lot N 1 : Développement rural et sécurité alimentaire. TERMES DE REFERENCE Version finale CONTRAT CADRE BENEFICIAIRE EUROPEAID/119860/C/SV/multi Lot N 1 : Développement rural et sécurité alimentaire TERMES DE REFERENCE Version finale Etude de faisabilité Projet d'appui à la Confédération Nationale

Plus en détail

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe L une des priorités stratégiques de l Union européenne consiste à promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable pour l Europe. La BEI

Plus en détail

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET INTRODUCTION L'objectif principal de SHELTER-AFRIQUE est la promotion de l'habitat en Afrique. Dans le but d'atteindre cet objectif, la Société travaille

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

PROJET "INCUBATEUR POUR LES ENTREPRISES DU SECTEUR

PROJET INCUBATEUR POUR LES ENTREPRISES DU SECTEUR PROJET "INCUBATEUR POUR LES ENTREPRISES DU SECTEUR TERTIAIRE" PTE : Matese Italie TYPOLOGIE Insertion THEMES TRANSVERSAUX COUVERTS Information society ZONE TERRITORIALE CONCERNEE Les 57 Communes faisant

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises

GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises Axe 1 : Encourager la recherche appliquée, les expérimentations et le développement

Plus en détail

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS UE 1/8 AIDE MULTILATERALE EUROPEENNE

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS UE 1/8 AIDE MULTILATERALE EUROPEENNE CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS UE 1/8 AIDE MULTILATERALE EUROPEENNE FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT COORDONNEES Siège Burkina Cap Vert Gambie Guinée Bissau DIRECTION GENERALE DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Forum régional pour les END de l'afrique francophone.

Forum régional pour les END de l'afrique francophone. Forum régional pour les END de l'afrique francophone. 24-26 Juin 2015- Saly, Sénégal Siré A. Diallo Program Coordinator West African Clean Cooking Alliance (WACCA), WWW.ECRE ECREEE EE.ORG WWW.ECREEE.ORG

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

César Kapseu, Noël Djongyang, George Elambo Nkeng, Maturin Petsoko, Daniel Ayuk Mbi Egbe ENERGIES RENOUVELABLES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

César Kapseu, Noël Djongyang, George Elambo Nkeng, Maturin Petsoko, Daniel Ayuk Mbi Egbe ENERGIES RENOUVELABLES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE César Kapseu, Noël Djongyang, George Elambo Nkeng, Maturin Petsoko, Daniel Ayuk Mbi Egbe ENERGIES RENOUVELABLES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Préface de Jacques Famé Ndongo Postface de Samuel Domngang L'rf'armattan

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement entend réaffirmer de nouvelles

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION Contact : Alexandre Ducolombier, chargé de mission bâtiment durable Tél : 09.72.39.88.42 Mail : alexandre.ducolombier@ale-lyon.org 1. OBJET

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS)

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) 1/ Contexte Socio-économique global La BFS est née d'un double constat. D'une part, le parcours d'un créateur d'entreprise ou d'activité est difficile, particulièrement

Plus en détail

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit :

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit : Loi relative au régime juridique particulier des associations de LOI n 2000-043 du 26 juillet 2000 relative au régime juridique particulier des associations de. In JO 30 Octobre 2000 N 985 L'Assemblée

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie

Caisse Nationale de l'assurance Maladie Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mesdames et Messieurs les Médecins Conseils Régionaux Date : Monsieur le Médecin Chef de La Réunion

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements 80 personnes ont participé au séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements, qui

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

9 Synthèse des recommandations

9 Synthèse des recommandations 9 Synthèse des recommandations Ce chapitre synthétise sous forme de tableaux les recommandations de l évaluation à mi parcours. Il distingue les recommandations transversales issues de l analyse de la

Plus en détail

Olkaria, Kenya DR. Agence Française de Développement GÉOTHERMIE

Olkaria, Kenya DR. Agence Française de Développement GÉOTHERMIE Olkaria, Kenya DR Agence Française de Développement Une source d électricité renouvelable et sobre en carbone encore insuffisamment développée La géothermie est une ressource endogène, qui assure aux pays

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration 1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU THEMATIQUE 4: Epuration Fiche action n 1.4.1 RECUPERATION DE CHALEUR DANS LES EAUX USEES 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La dépendance de notre alimentation énergétique vis-à-vis

Plus en détail

SOUS-FONDS PUBLICATIONS EVENEMENTIELLES SERIES ACCORDS HORS UE SOUS-SERIES COTONOU DOSSIERS : PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS LINGUISTIQUES :

SOUS-FONDS PUBLICATIONS EVENEMENTIELLES SERIES ACCORDS HORS UE SOUS-SERIES COTONOU DOSSIERS : PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS LINGUISTIQUES : BEI PUBLICATIONS ACCORDS HORS UE COTONOU 20000 623 2000 FR8 FONDS BEI SOUS-FONDS PUBLICATIONS SERIES EVENEMENTIELLES SOUS-SERIES ACCORDS HORS UE DOSSIERS : COTONOU PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Dispositifs nationaux de financement public mobilisables pour des projets relevant du plan industriel «Produits innovants pour une alimentation sûre,

Dispositifs nationaux de financement public mobilisables pour des projets relevant du plan industriel «Produits innovants pour une alimentation sûre, Dispositifs nationaux de financement public mobilisables pour des projets relevant du plan industriel «Produits innovants pour une alimentation sûre, saine et durable» Janvier 2015 1 Vous avez répondu

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

et la promotion de l action en faveur du climat

et la promotion de l action en faveur du climat La Banque européenne d investissement et la promotion de l action en faveur du climat Les changements climatiques constituent l une des principales menaces d un point de vue environnemental, social et

Plus en détail

1 Informations générales

1 Informations générales PAMEC-CEEAC Programme d Appui aux Mécanismes de Coordination et au renforcement des capacités de la CEEAC pour la mise en œuvre et le suivi du PIR Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale

Plus en détail

de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau

de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau COORACE journée entreprendre solidaire Paris, 16 décembre 2014 de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau Document confidentiel : toute reproduction, copie ou utilisation sans l'autorisation

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE

STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE BILAN GENERAL 2004-2010 et RECOMMANDATIONS POUR UNE NOUVELLE STRATEGIE I. CONTEXTE La Stratégie Nationale pour la Biodiversité a été adoptée en 2004 par le gouvernement

Plus en détail

Reforme Fiscale Environnementale

Reforme Fiscale Environnementale Reforme Fiscale Environnementale Une formation axée sur la pratique pour les décideurs politiques, responsables de l'administration, conseillers et représentants d ONG Page 1 Accreditation du Fonds Vert

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Innovation maquettes 2016. Axe 1 - Semestre de décharge d enseignement pour reconversion et innovation pédagogique. Appel à manifestation d intérêt

Innovation maquettes 2016. Axe 1 - Semestre de décharge d enseignement pour reconversion et innovation pédagogique. Appel à manifestation d intérêt Innovation maquettes 2016 Axe 1 - Semestre de décharge d enseignement pour reconversion et innovation pédagogique Appel à manifestation d intérêt Sommaire CONTEXTE... 3 DESCRIPTIF DE L APPEL A MANIFESTATIONS

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

Attentes liées aux prestations

Attentes liées aux prestations Appel à propositions du 26/05/2014 "Diagnostics de Sécurisation des Parcours Professionnels" Attentes liées aux prestations Projet SECURI'PASS 2.0 Cette opération bénéficie du soutien financier de l'etat,

Plus en détail

SAS Fonds de co-investissement Poitou-Charentes

SAS Fonds de co-investissement Poitou-Charentes SAS Fonds de co-investissement Poitou-Charentes Société par Actions Simplifiées au capital de 6 900 000 euros Siège social :15 Rue de l'ancienne Comédie 86000 POITIERS RCS Poitiers 524 713 039 APE 6420Z

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

Appel à propositions d'actions pour le Plan Local Pour L'Insertion et l'emploi de La Rochelle. Année 2014 ANNEXE 1

Appel à propositions d'actions pour le Plan Local Pour L'Insertion et l'emploi de La Rochelle. Année 2014 ANNEXE 1 Appel à propositions d'actions pour le Plan Local Pour L'Insertion et l'emploi de La Rochelle Année 2014 ANNEXE 1 THEME 1 Cahier des charges de la relation entreprise. MISSION DE PROSPECTION ET PLACEMENT

Plus en détail

LE PROGRAMME ECO-ECOLE

LE PROGRAMME ECO-ECOLE LE PROGRAMME ECO-ECOLE Un programme développé par l office français de la Fondation pour l Education à l Environnement en Europe, en partenariat avec le Réseau Ecole et Nature, la société Eco-Emballages

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA

TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA Nom du projet : Appui à l'intégration économique et au commerce du PIR 9 ème FED, volet "Soutien

Plus en détail

Investissements d avenir «Projets de recherche et développement structurants des pôles de compétitivité»

Investissements d avenir «Projets de recherche et développement structurants des pôles de compétitivité» Investissements d avenir «Projets de recherche et développement structurants des pôles de compétitivité» Cahier des charges de l appel à projets 0. Liminaires. L amélioration des perspectives de croissance

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI POUR LE FINANCEMENT DE LA BONIFICATION PARTIELLE DES INTERETS

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences.

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences. Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME udition DEME au Conseil d Orientation pour l Emploi 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l DEME Plan de la présentation Connaître et préparer l évolution des

Plus en détail

ANNEXE 1. I - CONTEXTE

ANNEXE 1. I - CONTEXTE I - CONTEXTE Caribbean Export Development Agency (Caribbean Export) s'est vu confier par les gouvernements de République Dominicaine et d'haïti, et par l'union Européenne la gestion du «volet commercial»

Plus en détail