gestion et organisation administrative

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "gestion et organisation administrative"

Transcription

1 Jean-Luc BRENNER Administrateur civil Sous-directeur chargé de la gestion comptable et financière des collectivités locales Direction générale des Finances publiques Ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l Etat L activité bancaire au cœur des missions de la Direction générale des Finances publiques «La Direction générale des Finances publiques [...], en liaison avec la Direction générale du Trésor, élabore les règles et les procédures relatives à la gestion de la dette publique, à l exécution des opérations de trésorerie de l Etat, ainsi qu à la réalisation d opérations de collecte de l épargne au profit de l Etat et des correspondants du Trésor, et veille à leur mise en œuvre» (8º de l art. 2 du décret nº du 3 avril 2008 créant la Direction générale des Finances publiques). Le présent article vise à rappeler que cette mission a un lien étroit avec celle consistant à élaborer et à veiller à la mise en œuvre des règles et procédures relatives à la vérification de l utilisation des fonds publics (9º du même art.). En effet, le droit en vigueur autorise la DGFiP à effectuer des opérations de banque (art. L du Code monétaire et financier [CMF]). Un chèque peut être tiré sur le Trésor public comme sur n importe quelle banque (art. L du CMF). Lorsqu il gère les moyens de paiement des organismes publics, le Trésor public est également considéré comme un prestataire de services de paiement au sens de la réglementation communautaire transposée en droit interne (art. L du CMF). Surtout, le réseau de la DGFiP gère au quotidien plus de comptes bancaires se répartissant en deux catégories : Comptes bancaires Encours des comptes Nombre Répartition (en %) Solde (en Mg) Répartition (en %) Nombre de comptes de dépôts de fonds au Trésor , ,5 Dont services de l Etat (1) , ,9 Dont établissements publics nationaux et EPLE , ,2 Dont organismes publics locaux , ,9 Dont autres , ,5 Nombre de comptes de dépôts de fonds à la CDC , ,5 Dont notaires , ,5 Dont administrateurs et mandataires judiciaires , ,6 Dont personnes protégées par la loi (tutelles,...) ,7 51 0,1 Dont huissiers de justice , ,1 Dont organismes sociaux , ,8 Dont consignations , ,1 Dont autres , ,3 Total général , ,0 Situation fin Source : DGFiP. (1) Présidence de la République, présidence du Conseil d Etat, trésorier de l Assemblée nationale, établissements pénitentiaires (un compte pour les dépenses de fonctionnement, un autre pour les fonds des détenus), préfectures et sous-préfectures, greffe des tribunaux, trésorier des corps de troupe, régisseurs des divers ministères... Dans sa planification stratégique, arrêtée en juin 2010 après une large concertation interne, la DGFiP dégage trois orientations à mettre en œuvre d ici 2012 : garantir une gestion de qualité aux déposants obligatoires au Trésor, conforter la mission de gestion des fonds de la clientèle de la Caisse des dépôts et consignations et poursuivre la démarche de sécurisation des activités bancaires (contrôle interne et lutte anti-blanchiment). 802 Dans un souci d efficacité, la fusion de l ex-dgi et de l ex-dgcp s est d ailleurs accompagnée de la création en 2008 d un bureau d administration centrale (CL-1C) concentrant toutes les compétences nécessaires au pilotage des diverses activités bancaires qui étaient auparavant dispersées (art. 14 de l arrêté NOR BCFP A du 3 avril 2008 portant organisation de la DGFiP). N o 11 - Novembre

2 LES COMPTES DE DÉPÔT DE FONDS AU TRÉSOR SONT L INSTRUMENT ASSURANT L UNITÉ FINANCIÈRE DE L ÉTAT Deux catégories de comptes bancaires sont à distinguer. En premier lieu, la DGFiP suit dans ses écritures plus de comptes de dépôt de fonds au Trésor (DFT). Les titulaires de ces comptes, dénommés «correspondants du Trésor», sont les organismes publics qui, en application de lois et règlements, sont astreints de déposer leur trésorerie auprès de l Etat (art. 118 du décret nº du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique). Sous réserve des dispositions particulières prévues en loi organique relative aux lois de finances, ces comptes ne peuvent pas présenter de découvert (art. 121 de ce même décret). La DGFiP, colonne vertébrale financière de l Etat Dépôts des correspondants du Trésor (en Mdsc) Le concept de Trésor public désigne à la fois l ensemble des moyens financiers dont dispose un Etat et l administration de ce dernier chargée de les gérer sur l ensemble du territoire national. De façon historique, la mission de gestion des flux financiers publics a toujours été exercée en liaison étroite avec la mission de collecte des impôts du fait de l importance des ressources fiscales parmi les ressources budgétaires de l Etat (1). Le réseau du Trésor public, héritier du Trésor royal dont certains font remonter l origine à Philippe Auguste même si sa forme ne s est stabilisée qu à compter du Second Empire (2), a ainsi été chargé de tenir la comptabilité des personnes morales de droit public et de manier l ensemble de leurs fonds publics. La gestion efficace de ces fonds disponibles, en se servant des encaissements pour opérer les décaissements, s apparente aux fonctions essentielles d une banque (3). Avant que le Trésor public ne joue pleinement son rôle actuel, le système des fermiers généraux datant de l Ancien Régime reposait d ailleurs essentiellement sur une opération de crédit, ceux-ci avançant à l Etat le produit des impôts avant de se charger de les collecter auprès des contribuables pour se rémunérer. C est donc bien un besoin essentiel de l Etat qui est en jeu ici, le financement au jour le jour de son action. Parmi les principes budgétaires fondamentaux désormais en vigueur figure celui d universalité qui signifie que le montant intégral des ressources d un organisme public couvre l ensemble de ses charges sans qu il y ait contraction entre elles. Il est complété au niveau comptable par le principe d unité de caisse assuré par le Trésor public. Ainsi, l unique caisse du comptable public recueille toutes les recettes et paie toutes les dépenses publiques (art. 44 du décret nº du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique). Nombre d établissements publics nationaux disposent d un compte de dépôt de fonds au Trésor sur lequel sont débitées leurs dépenses et créditées leurs recettes. La plupart des régisseurs de recettes et/ou d avances, tant dans le secteur étatique que dans le secteur public local, est également titulaire d un tel compte (4). Par principe, «les fonds des organismes publics autres que l Etat sont déposés au Trésor, sauf dérogations autorisées par le ministre des Finances» (art. 43 du décret de 1962). Ainsi, la trésorerie de l Etat est alimentée par celle des correspondants du Trésor (art. 25 et 26 de la loi organique nº du 1 er août 2001 relative aux lois de finances). L article 26-3 de la loi organique nº du 1 er août 2001, relative aux lois de finances (LOLF), précise toutefois que «sauf disposition expresse d une loi de finances (5), les collectivités territoriales et leurs établissements publics sont tenus de déposer toutes leurs disponibilités auprès de l Etat» (6). Mais, contrairement aux autres correspondants du Trésor, leurs disponibilités ne sont pas déposées sur un compte individualisé de dépôt de fonds au Trésor (cf. infra). Alors que la DGFiP poursuit ses expertises sur la faisabilité d une gestion future de leur trésorerie sur des comptes de dépôt de fonds au Trésor, celle-ci demeure suivie sur l unique compte bancaire que chaque comptable public doit ouvrir auprès de la Banque de France (art. 114 du décret nº du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique). Cette réflexion vise notamment à remédier aux difficultés liées au fait que ce dernier compte est le réceptacle des mouvements financiers de tous les organismes dont un même comptable tient la comptabilité, ce qui interdit l automatisation de l imputation des différents débits et crédits bancaires constatés. En définitive, les correspondants du Trésor sont à l origine de plus de la moitié des flux quotidiens constatés sur le compte unique du Trésor, hors opérations de dette et de trésorerie (cf. graphique ci-après). Leurs dépôts s analysent comme le placement de la trésorerie excédentaire d une administration auprès d une autre administration. Cette opération permet de limiter les emprunts de la sphère publique à des entités non publiques et donc le montant de la dette publique calculée selon les critères de Maastricht (plafond d endettement défini au niveau communautaire). Dans (1) Les difficultés financières de l Etat issues de la Révolution, résultant notamment de difficultés à recouvrer l impôt, conduisent l Etat à recourir à des groupements de banquiers privés pour assurer son financement (Négociants réunis en 1799, Dix Négociants en mars 1801, Cinq Banquiers du Trésor public en août 1801, Agence des Receveurs généraux en 1802, Négociants réunis en 1804). Mais ceci n empêche pas une crise sans précédent de la trésorerie publique en Sous le Consulat, Gaudin, ministre des Finances, oblige alors ces banquiers à souscrire douze obligations au profit du Trésor, payables de mois en mois à partir du mois de juillet, et représentant le montant des rôles de contributions qu ils doivent encaisser dans l année. Le décret du 16 juillet 1806 les contraint ensuite à déposer des garanties financières auprès de l Etat sous forme d avances. Un compte courant est ouvert au nom de chacun auprès de l Etat. Pour leur permettre de trouver toutes les ressources dont le Trésor a besoin, ils obtiennent de Mollien, ministre des Finances, l autorisation d accepter l argent des dépôts des particuliers. En fournissant ces fonds sous forme d avances au Trésor, les receveurs se voient servir un intérêt supérieur à celui qu eux-mêmes servent à leurs déposants. Lorsque l Etat réinternalise ensuite la collecte de l impôt, il récupère à son profit les dépôts des tiers. (2) François Bloch-Lainé, «Introduction à une étude du Trésor public en France», in Revue économique, nº 2, 1951, p (3) «On désigne sous le nom de Trésor public cette personnalité juridique et morale qui, ayant son existence propre, ses droits et ses obligations, dotée d une organisation distincte des autres services de l Etat, lui sert de banquier [...]. Le Trésor est donc en France un banquier» (Dictionnaire des Finances de Léon Say, 1889). Voir aussi l historique de la DGTPE sur services/caef/histodir/dgtpe/dgtpe.htm (4) Sauf dérogation accordée aux régisseurs locaux au titre du IV de l article L du Code général des collectivités territoriales. (5) Instruction DGCP nº M0 du 8 novembre 2004 relative aux conditions de dérogation de dépôt auprès de l Etat des fonds des collectivités territoriales et de leurs établissements publics. (6) Cette même règle et ses limites sont reprises à l article L du Code général des collectivités territoriales (collectivités territoriales et établissements publics locaux), à l article L du même code (intercommunalités), à l article L du Code de la santé publique (établissements publics de santé), à l article L du Code de l action sociale et de la famille (établissements publics sociaux et médicosociaux), à l article L du Code de la construction et de l habitation (offices publics de l habitat) et à l article L du Code général des collectivités territoriales (régies locales SPIC). Voir aussi Ollivier Gloux, «Les relations de trésorerie Etat - Collectivités locales», Revue Gestion et Finances publiques, nº 11, novembre 2009, p. 864 à N o 11 - Novembre

3 le cadre des objectifs de performance assignés depuis 2006 à la gestion de la trésorerie, l Etat cherche donc à financer ses besoins de trésorerie par l accroissement des dépôts des correspondants plutôt que par l émission de bons du Trésor souscrits notamment par des correspondants (réexamen de dérogations à l obligation de dépôt de fonds accordées par le passé à certains correspondants et réorientation des placements des établissements publics nationaux). Etat Répartition des flux bancaires (hors opération de dette et de réserve) Année ,1 % 0,1 % La Poste Source : Agence France Trésor. 28,5 % 23,3 % 3 % Collectivités et établissements publics locaux Caisse des dépôts et consignations Autres établissements publics nationaux Si au XX e siècle «le Trésor de banquier de l Etat a ainsi été amené, par étapes, à se faire Etat-banquier» avant qu un mouvement de privatisation des établissements de crédit et de libéralisation des marchés n amène l Etat à se désengager (7), la crise financière de 2008 et 2009 a justifié la réintervention de l Etat pour garantir la pérennité même des établissements bancaires privés. A cette occasion, les atouts du Trésor public, banquier des organismes publics, ont été appréhendés sous un nouveau jour, cette crise ayant démontré toute la valeur de la sécurisation des fonds publics, y compris ceux des correspondants du Trésor, que seul l adossement à l Etat autorise in fine. Dans ce contexte, la loi de finances rectificative pour 2010 nº du 9 mars 2010 décide d affecter sur des comptes de dépôt de fonds près de 35 milliards d euros pour financer des investissements visant à augmenter le potentiel de croissance de la France. L article 8 de cette loi prévoit que les fonds correspondants seront affectés à des organismes gestionnaires clairement identifiés pour financer ces dépenses d investissement d avenir. Ceux-ci ont ouverts des comptes de dépôt de fonds pour y loger ces versements de l Etat en distinguant les dotations consommables (60 % du volume total) des dotations qui ne le sont pas (40 %), c est-à-dire conservées par l opérateur choisi par l Etat, seuls les intérêts produits par ces comptes pouvant être employés. Ce faisant, les comptes de dépôt de fonds au Trésor offrent à l Etat un moyen moderne à la fois d intervention et de contrôle de l emploi des fonds publics. Vis-à-vis de l ensemble de sa clientèle bancaire, la DGFiP poursuit une stratégie de modernisation des prestations bancaires et de diversification des moyens de paiement offerts aux déposants afin de leur assurer une qualité de service conforme aux standards de la place financière. Par exemple, à la faveur de l harmonisation européenne en cours des instruments de paiement (virements, prélèvements, cartes bancaires) [8], elle joue actuellement un rôle d entraînement de l ensemble du secteur public appelé par les pouvoirs publics à donner l exemple au secteur privé. Dans ce dernier domaine, la DGFiP simplifie la vie des usagers et des organismes publics (9) en leur permettant d accéder à de nouveaux moyens monétiques s appuyant sur les technologies les plus récentes (10). Un autre exemple tient aux réflexions engagées 804 concernant l adaptation de son système d information de gestion des comptes bancaires (application CEP) afin de tirer notamment parti du développement de la banque en ligne (télétransmission par les clients de fichiers de virements à opérer pour éviter leur ressaisie par la DGFiP, par exemple). Enfin, les compétences bancaires du réseau de la DGFiP lui permettent plus facilement d assumer son rôle de conseil et d expertise, de façon gratuite et objective car désintéressée, au profit des organismes publics non seulement en matière de placements ou d endettement (11), mais aussi en matière de monétique faisant évoluer leur relation à l usager (mise en place du prélèvement, du paiement par carte bancaire...) [12] Source : DGFiP. Evolution du nombre de moyens de paiement automatisés traités pour le secteur public local (en millions d opérations) 2,3 14, ,9 17, ,46 18,3 2,67 22, Titre interbancaire de paiement Carte bancaire Prélèvement La DGFiP, interlocutrice des «banquiers» de l Etat L obligation de dépôt des fonds des organismes publics auprès du Trésor permet à la DGFiP de centraliser la trésorerie des divers organismes de la sphère publique, dotés d un compte bancaire ou pas, afin de la mettre à disposition de l Etat. Grâce à cette activité, celui-ci limite ses frais de recours au marché pour couvrir ses propres besoins de financement. Si les soldes de tous les comptes de dépôt de fonds au Trésor sont directement imputés en comptabilité de l Etat (13) et ainsi soumis aux contrôles de la Cour des comptes en vue de sa certification, les opérations financières des collectivités territoriales et de leurs établissements (7) François Bloch-Lainé, Le Trésor public et la politique financière. Cours professé à l IEP de Paris en Paris, Les Cours de droit, p. 9. (8) Instruction nº M0-E-K du 19 mai 2010 relative à la préparation des administrations publiques à l espace unique de paiement en euros (SEPA). Voir aussi (9) En matière de qualité des prestations offertes, les enquêtes diligentées par un institut indépendant (LH2) auprès d un échantillon représentatif de déposants obligatoires ont montré que, d une manière générale et constante, ils apprécient les services bancaires rendus par le réseau Trésor public (enquêtes menées en 2005, 2007 et 2008 auprès d un échantillon représentatif de 900 clients pour chacune d entre elles). (10) Dans le prolongement de la possibilité offerte depuis plusieurs années de télérégler ses impôts via internet (http://www.telepaiement.cp.finances.gouv.fr/redirectpart.htm), la DGFiP propose désormais aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics d offrir à leurs usagers la faculté de payer par carte bancaire via internet. A l occasion de la remise des prix des Victoires de la modernisation de l Etat, le 7 juillet 2010, ce dispositif TIPI (Titres payables par Internet) a été lauréat d un prix spécial. (11) Circulaire DGFiP-DGCL-DGT NOR IOCB C du 25 juin 2010 relative aux produits offerts aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics. (12) 78 % des contribuables ont acquitté en 2009 leur impôt sur le revenu par prélèvement mensuel ou à échéance. (13) Du point de vue comptable, sont inclus dans les composantes de la trésorerie de l Etat, les dépôts des correspondants du Trésor qui constituent des fonds ayant un impact sur les disponibilités de l Etat mais qui appartiennent à des tiers et qui sont restituables à ces derniers à tout moment et qui pour cette raison constituent un passif (Instruction codificatrice DGCP nº P-R du 14 décembre 2005 sur la comptabilité de la trésorerie de l Etat, NOR : BUD R J). N o 11 - Novembre

4 publics sont par contre imputées sur les comptes bancaires ouverts au nom de leur comptable public auprès de la Banque de France (cf. supra). La Banque de France fait partie intégrante du système européen des banques centrales et participe à l accomplissement des missions et au respect des objectifs qui sont assignés à celui-ci par les textes communautaires (art. L du CMF) [14]. Elle détient et gère les réserves de change de l Etat en or et en devises (art. L du même code). Il est interdit à la Banque de France d autoriser des découverts ou d accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publics. L acquisition directe par la Banque de France de titres de leur dette est également interdite (art. L ). Si le nouveau statut de la Banque de France, garantissant son indépendance dans un souci de stabilité monétaire et de maîtrise de l inflation, lui interdit désormais de fournir à l Etat des prêts et avances comme le font les autres banques à leurs clients, elle lui rend d autres services rémunérés d intérêt général (art. L ). Le Trésor public est ainsi habilité à détenir un compte auprès d elle (art. L ). L Etat confie ainsi à la Banque de France la tenue du compte courant unique du Trésor public et l exécution des opérations qui s y rattachent (émission et réception des moyens de paiement dans le système interbancaire, notamment pour le compte des comptables publics). On notera d ailleurs que la création d un compte unique du Trésor à la Banque de France (1803) a précédé la formalisation du principe comptable d unité de caisse (ordonnance du 31 mai 1833). La Banque de France offre ainsi une gamme de services permettant le suivi en temps réel et une gestion active de la trésorerie de l Etat. Elle consolide quotidiennement dans cet unique compte national l ensemble des comptes ouverts auprès d elle par les comptables publics à travers tout le territoire national (15). A partir de ces fonds ainsi centralisés, l Agence France Trésor (AFT) exécute diverses opérations financières (16) afin que le solde du compte unique du Trésor en fin de journée soit nécessairement positif (en moyenne, il s établit désormais à moins de 100 Mc, soit moins de 0,5 % du total des flux quotidiens, contre 500 Mc en 2001 [17]). Sur un an, le total des mouvements sur ce compte s élève à près de Mdsc, soit vingt-deux fois le budget général de l Etat. l encaissement des chèques reçus en paiement des créances publiques : produits fiscaux, locaux... (168 millions d opérations en 2009 contre 184 en 2003) ; l encaissement des prélèvements en paiement de créances publiques (307 millions d opérations en 2009 contre 232 millions en 2003) ; l émission de virements qui est le mode de paiement le plus courant des dépenses publiques (249 millions d opérations en 2009 contre 216 millions en 2003). Ces diverses prestations découlent d une convention conclue en 2002 puis renouvelée en 2010 avec l Etat représenté par la DGFiP et la Direction générale du Trésor (AFT). Une autre convention renouvelée aussi en 2010 lie la DGFiP à la Banque postale qui lui offre également des prestations d approvisionnement et de dégagement de la caisse des comptables publics. Enfin des liens tout aussi étroits unissent la DGFiP aux instituts d émissions propres à l outre-mer (IEDOM, IEOM). LES ACTIVITÉS DE PRÉPOSÉ DE LA CDC SÉCURISENT LES FONDS D INTÉRÊT GÉNÉRAL En second lieu, le réseau de la DGFiP tient également plus de comptes en qualité de préposé, c est-à-dire de représentant local, de la Caisse des dépôts et consignations (art. L du CMF). La CDC, qui figure elle-même parmi les correspondants du Trésor les plus importants, est un établissement public spécial de l Etat «chargé d administrer les dépôts et les consignations, d assurer les services relatifs aux caisses ou aux fonds dont la gestion lui a été confiée et d exercer les autres attributions de même nature qui lui sont légalement déléguées. Elle est chargée de la protection de l épargne populaire, du financement du logement social et de la gestion d organismes de retraite. Elle contribue également au développement économique local et national, particulièrement dans les domaines de l emploi, de la politique de la ville, de la lutte contre l exclusion bancaire et financière, de la création d entreprise et du développement durable» (art. L du même code) [18]. Le champ d application de l activité de préposé et les engagements respectifs de la CDC et de la DGFiP sont précisés par une convention qui organise le partenariat pour une durée de cinq Recettes, dépenses et opérations de refinancement sur le compte du Trésor de 2008 à jan 08 mars 08 mai 08 juil 08 sept 08 nov 08 jan 09 mars 09 mai 09 juil 09 sept 09 nov 09 Source : Agence France Trésor. Recettes nettes des dépenses Solde dette (émissions - amortissements et intérêts) Solde spontané du compte A ce titre, la Banque de France assure le traitement des moyens de paiement émis ou reçus par les comptables publics pour le compte d organismes publics : les prélèvements de billets destinés à l alimentation des caisses publiques ou les versements de leurs excédents d encaisse ; (14) «Cet objectif s accompagne de l exigence absolue que recouvre l interdiction faite à l Etat de recourir aux avances de la Banque de France, conformément aux dispositions introduites en 1992 à l article 101 du Traité instituant la Communauté européenne, au motif qu elles constitueraient un financement du déficit public par émission monétaire. Il en résulte que l ensemble des flux quotidiens doit présenter, chaque soir, un solde positif à la clôture des opérations. Par sa décision du 29 décembre 2003, le Conseil constitutionnel a fait de cette obligation une exigence de valeur constitutionnelle» (C. comptes, La gestion de la trésorerie : une fonction vitale pour l Etat, rapport public annuel de 2009). (15) Fin 2008, comptes différents alimentaient ainsi le compte du Trésor (certains comptables sont astreints à détenir plusieurs comptes différents pour distinguer des codes flux). Ces divers mouvements sont centralisés en temps réel par la Banque de France au titre de sa fonction de teneur du compte bancaire de l Etat. Les mouvements financiers qui affectent ce compte sont ceux liés à l exécution du budget de l Etat, aux opérations des correspondants du Trésor et de l Agence France Trésor qui intervient pour empêcher tout découvert de ce compte. Le volume global moyen des opérations s imputant sur le compte chaque jour a été de 35,32 milliards d euros en 2009 (http://www.aft.gouv.fr/aft_fr_23/ tresorerie_etat_18/missions_119/index.html). (16) Cf. Frederick Jeske, «La gestion de la dette et de la trésorerie de l Etat», La Revue du Trésor, janvier (17) Parmi les moyens de diminuer encore cet écart figure l affinement des prévisions de trésorerie de chaque correspondant du Trésor (système d annonce au Trésor de leurs opérations financières les plus importantes à venir, système mis en place en 1999). Un effort en ce sens est notamment fait par les établissements publics nationaux depuis Parallèlement, l AFT et la DGFiP ont développé un outil dédié (SAT fiscal) permettant d exploiter en trésorerie les annonces à court terme des recouvrements de recettes fiscales ou les restitutions via un dispositif d annonce des mouvements par nature d impôt et par moyen de paiement. Les nouvelles fonctionnalités de CHORUS devraient aussi accroître la prévisibilité des dépenses de l Etat (paiement à juste date...). De son côté, la Banque de France s est équipée d un nouveau logiciel de tenue de compte (EVCLI) lui permettant de centraliser les flux d annonces à l AFT en fiabilisant l information transmise. Cet outil vise à compléter le dispositif antérieur d annonces en permettant à l AFT de bloquer l exécution de mouvements non annoncés. (18) La CDC peut être définie comme un gestionnaire de mandats publics. Sa spécificité est qu elle gère des fonds privés alors qu elle a le statut d établissement public. Pour en savoir plus : Jeanne Schpilberg-Katz, La Caisse des dépôts, collection Que Sais-Je, N o 11 - Novembre

5 ans. Cette convention ayant été renouvelée pour la dernière fois le 15 juin 2006 par les directeurs généraux de la CDC et de l ex- DGCP, les deux partenaires élaborent actuellement ensemble une nouvelle convention qui devrait être conclue mi Dans le cadre élargi des missions de la DGFiP, le pilotage de la mission de préposé a été aussi adapté aux nouvelles structures de la DGFiP, notamment pour permettre des synergies entre les missions économiques des directions locales des finances publiques avec leur mission de préposé (relais de l action économique de la CDC en qualité d investisseur, du Fonds stratégique d investissement et d Oséo). La gestion des consignations auprès de la CDC Pour expliquer l ancienneté des liens l unissant au réseau du Trésor public, il n est pas inutile de rappeler que la CDC a été créée, sous la Restauration, par la loi du 28 avril 1816, dans le but de rétablir la confiance dans les finances publiques, la Révolution et les guerres napoléoniennes ayant ruiné plusieurs générations d épargnants. Son statut d autonomie (19) lui permet de protéger l épargne privée qu elle est appelée à gérer sans risque de récupération par l Etat. Dans ce cadre, depuis 1816, elle gère des consignations qui visent à protéger simplement et efficacement les droits des personnes physiques et morales, publiques ou privées. Elles donnent lieu à réception et à conservation de dépôts en numéraire ou en titres, selon les modalités fixées par une disposition législative ou réglementaire, une décision administrative ou bien encore une décision de justice (20). Par exemple, la consignation des fonds permet aux parties concernées de se prémunir contre l issue incertaine d un litige ou la réalisation d un risque. Pour améliorer la performance de cette gestion des consignations réalisée par les services de la DGFiP au nom et pour le compte de la CDC, des pôles interrégionaux spécialisés ont été expérimentés dès 2009 et seront généralisés fin Cette réorganisation, couplée avec le déploiement d une nouvelle application informatique (CORESI), permettra d améliorer encore la qualité de service rendu aux usagers concernés, parmi lesquels on trouve aussi des organismes publics dont la comptabilité est tenue par un comptable public. La gestion des comptes auprès de la CDC Depuis sa création également, la CDC est l opérateur de confiance retenu par l Etat pour tenir les comptes bancaires sur lesquels sont placés les fonds privés protégés par la loi. Elle est ainsi le banquier de référence non seulement des professions juridiques concourant au service public de la Justice (notaires, administrateurs et mandataires judiciaires, huissiers de justice... [21]), mais aussi de la Sécurité sociale et d autres organismes d intérêt général. Les garanties de rigueur et de sécurité dans cette gestion sont apportées tant par la CDC que par la DGFiP de façon à protéger ces fonds en lien avec la sphère publique prise au sens large. La centralisation des fonds correspondants à la CDC garantit ainsi que ces délégataires de puissance publique ne tirent pas avantage à titre personnel des fonds qui leur sont provisoirement confiés par les particuliers (prix de vente d un immeuble versé au notaire, paiement d une créance impayée faite à un huissier...) et les met à l abri de tout conflit d intérêt. 806 Chacun des deux partenaires en présence tire avantage des points forts de l autre. En matière de contrôle interne et de lutte anti-blanchiment, les synergies sont ainsi mobilisées entre l activité de gestion des dépôts de fonds au Trésor et celle de préposé de la CDC. La gestion des placements de ces deux catégories de clientèle bancaire fait aussi l objet d une mutualisation de certaines charges. Par exemple, en 2009, un marché public pour la gestion et la conservation des titres de placement de la clientèle a été passé en commun par la DGFiP et la CDC pour diminuer leurs coûts correspondants (économies d échelle). Pour approfondir cette piste d efficience, des réflexions sont engagées sur une éventuelle mutualisation des systèmes d information. Enfin, le fait que le même service au sein des directions départementales ou régionales des finances publiques soit en général responsable de la gestion des deux catégories de comptes CDC et DFT facilite la convergence et l essaimage des meilleures pratiques. Dans le domaine de l approche client, le réseau de la DGFiP a ainsi retiré beaucoup d enseignements utiles du professionnalisme des équipes nationales et régionales de la CDC. Le renouvellement des protocoles de services bancaires avec les professions juridiques (le 30 septembre 2009 avec les huissiers, le 1 er décembre 2009 avec les notaires et à l automne 2010 pour les administrateurs et mandataires judiciaires) illustre cet acquis à cultiver. Les autres missions de la DGFiP tirent aussi avantage de ce partenariat étroit et multidimensionnel avec ces délégataires de puissance publique avec les notaires...). Actuellement, la DGFiP et la CDC mènent ensemble des réflexions stratégiques en vue de définir prochainement les axes d enrichissement de leur partenariat jusqu à l horizon 2015 (impact des nouvelles technologies sur les opérations bancaires, nouvelles attentes de la clientèle, évolution des modes de contact avec celle-ci...). Alors que la DGFiP se positionne de plus en plus comme un prestataire de services adaptés aux besoins spécifiques du secteur public, ses activités de nature bancaire contribuent significativement à la sécurisation d ensemble des fonds publics, ce qui demeure un objectif majeur assigné par les pouvoirs publics (22) et une préoccupation essentielle de cette direction. La dernière crise financière a remis en lumière tout l intérêt du système actuel de gestion et de centralisation des fonds publics dont elle est la cheville ouvrière (23). Ce faisant, les directions départementales et régionales des finances publiques n interviennent pas sur un terrain concurrentiel car seuls des opérateurs agissant dans l intérêt général bénéfi- (19) «Elle est placée, de la manière la plus spéciale, sous la surveillance et la garantie de l autorité législative» (art. L du Code monétaire et financier). Son contrôle est assuré par une commission de surveillance qui comprend des représentants du Parlement, du Conseil d Etat, de la Cour des comptes, de la Banque de France ainsi que des personnalités qualifiées. Le directeur général de la CDC prête serment «de défendre l autonomie de l établissement et de garantir l inviolabilité des fonds qui lui sont remis en garde». Selon la loi d avril 1816, il est personnellement et financièrement responsable de la gestion des fonds confiés à l institution. (20) Pour en savoir plus, consulter le site Internet suivant : caissedesdepots.fr/spip.php?rubrique53 (21) Certaines de ces professions ont l obligation de déposer leurs fonds auprès de la CDC : les notaires en vertu du décret nº du 30 novembre 2000 (art. 1 er ); les administrateurs et mandataires judiciaires en vertu de la loi nº du 3 janvier 2003 (art. 34, 36 et 47) ; les greffiers des tribunaux de commerce en vertu du décret nº du 23 juin 2009 (art. 1 er ). Les huissiers de justice, à la différence des autres professions juridiques, n ont pas l obligation juridique de déposer leurs fonds de tiers auprès de la CDC. Toutefois, ils ont l obligation de séparer les fonds des clients par rapport aux fonds de leurs offices. La CDC leur offre une prestation de services bancaires adaptée et sécurisée qui lui permet d avoir fin 2009 les deux tiers de la profession comme clients. (22) «La stratégie du programme [nº 117 "Charge de la dette et trésorerie de l Etat" au sein du budget de l Etat] est de gérer la dette négociable de l Etat et sa trésorerie au mieux des intérêts des contribuables et dans les meilleures conditions de sécurité. Il vise à assurer le financement de l Etat en toutes circonstances, c està-dire aussi bien au quotidien qu à moyen et long terme, au meilleur coût et dans des conditions de sécurité maximale» (projet annuel de performance 2010). (23) «Loin de représenter une activité secondaire, la trésorerie est une fonction vitale pour les entreprises, les institutions financières mais aussi les administrations publiques. La crise qui a secoué les marchés financiers à partir de la mi-septembre 2008 est venue rappeler cette réalité [...]. L Etat tire pleinement profit de cet encours [des correspondants du Trésor] qui a varié ces dernières années dans une fourchette de 50 à 70 Mdsc. D une part, il lui est loisible de placer contre rémunération cette trésorerie et d en retirer un produit financier pour son propre compte. D autre part, ces dépôts compensent la situation structurellement débitrice de la trésorerie de l Etat et l aident à maintenir un solde positif sans avoir recours à l endettement. En l absence d un tel système, l AFT aurait été obligée d émettre, fin 2007, 68 Mdsc de dette supplémentaire qui aurait accru le ratio de la dette au sens de Maastricht par rapport au PIB d environ quatre points de PIB.» (C. comptes, La gestion de la trésorerie : une fonction vitale pour l Etat, rapport public annuel de 2009). N o 11 - Novembre

6 cient de leurs prestations bancaires (24). En outre, elles s assurent ainsi du respect de la réglementation limitant les services bancaires accessibles aux organismes publics (interdiction des découverts, suivi comptable des lignes de trésorerie, limitation de leurs éventuels placements à des produits suffisamment sûrs et autorisés par la loi...). Alors que certains évoquent le risque de crise des dettes souveraines à l avenir (25), l Etat en retire aussi une garantie non négligeable pour le financement de ses propres besoins financiers à un coût le plus limité possible (absence d intermédiation financière onéreuse). Les tâches matérielles opérées par la DGFiP permettent de bénéficier d économies d échelle (avec ses centres d encaissement des chèques et des titres interbancaires de paiement, par exemple) et de mutualiser les meilleures pratiques au profit de tous les organismes publics (plateformes électroniques de télépaiement...). Sa création même facilite de nouveaux progrès dans la planification de l exécution des recettes publiques qui influe sur le niveau de trésorerie de l Etat. En conséquence, de nouvelles synergies peuvent être dégagées entre ses différentes missions sachant que le réseau de la DGFiP, vecteur de circulation des flux financiers des organismes publics, est un levier essentiel entre les mains de l Etat pour lui permettre de perfectionner sa fonction financière et donc de limiter ses coûts de financement à court terme dans un contexte de contraintes budgétaires croissantes. Ce dispositif d ensemble sert bien l intérêt général, et pas seulement l intérêt de l Etat et celui des titulaires des comptes bancaires qu elle gère. (24) L ex-direction générale de la Comptabilité publique a arrêté son activité bancaire au profit des particuliers dite «fonds particuliers» fin 2001 (ses origines datant de 1814) et son activité de distribution de contrats d assurance de la CNP fin A la fin 2000, elle gérait comptes à vue (2,6 Mdsc d encours) et comptes de placement (5,6 Mdsc d encours). Pour en savoir plus : Jean Bassères et Fabienne Dufay, «L arrêt de l activité d épargne du Trésor public au profit des particuliers», Revue française de finances publiques, nº 89, février 2005, p. 173 et s. (25) Il vise l endettement public dont le coût financier varie en fonction de l appréciation par les prêteurs (via les agences de notation) du risque de non-remboursement, lui-même essentiellement lié à la capacité fiscale des Etats emprunteurs. Les difficultés connues par la Grèce en 2010 illustrent ce risque. La Russie en 1998, l Equateur, le Pakistan en 1999, l Ukraine en 2000, l Argentine en 2001 et le Nigeria en 2002 se sont déclarés dans l incapacité d honorer leurs engagements financiers vis-à-vis de leurs créanciers extérieurs. -N o 11 - Novembre

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE La loi donne aux OPH la possibilité de choisir leur régime budgétaire et comptable : public ou commercial. Le choix qui se pose est donc généralement celui du passage en comptabilité de commerce. Il doit

Plus en détail

PRESENTE PAR M. SAOURE BROU GASTON

PRESENTE PAR M. SAOURE BROU GASTON SESSION III : POSITIONNEMENT DES REFORMES ET DES NEGOCIATIONS SUR LE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES SERVICES COMPTABLES EN CÔTE D IVOIRE PRESENTE PAR M. SAOURE BROU GASTON REPRESENTANT L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES. 20 février 2012

LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES. 20 février 2012 LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES 20 février 2012 1- LE TIP (titre interbancaire de paiement) Définition et avantages du TIP Le TIP est un moyen de paiement automatisé...

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Vu le Décret N 2014-200 du 11 Avril 2014, portant nomination du Premier Ministre Chef de Gouvernement ; DECRETE :

Vu le Décret N 2014-200 du 11 Avril 2014, portant nomination du Premier Ministre Chef de Gouvernement ; DECRETE : GOUVERNEMENT -------- DECRET N 2014-1127 du 30 juillet 2014 portant présentation au Parlement du Projet de Loi n 011 /2014 du 10 juillet 2014 régissant la dette publique et la dette garantie par le Gouvernement

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement Réunions Inter-cantonales en partenariat avec l AMF, Association des Maires de France. DDFiP du Cantal Mars 2012 1 1- La dématérialisation 2

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

La gestion de la trésorerie : une fonction vitale pour l Etat

La gestion de la trésorerie : une fonction vitale pour l Etat La gestion de la trésorerie : une fonction vitale pour l Etat PRESENTATION Honorer les engagements à bonne date constitue l enjeu premier de la gestion de la trésorerie de tout acteur économique. Loin

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

Comptabilité de l état

Comptabilité de l état Instruction codificatrice N 05052PR du 14 décembre 2005 NOR : BUD R 05 00052 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique Comptabilité de l état Analyse Livre 7 Trésorerie Date d application

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... TABLE DES MATIÈRES PAGES Sommaire... 5 Introduction générale... 7 PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... 16 SECTION 1. Autoriser... 16 SECTION

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public?

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Mardi 12 juin 2007 Saint-Germain Germain-en en -Laye Contexte Pontault-Combault Département : Seine et Marne Population

Plus en détail

Comptabilité de l état

Comptabilité de l état Instruction codificatrice N 05055PR du 23 décembre 2005 NOR : BUD R 05 00055 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique Comptabilité de l état Analyse Livre 8 transferts comptables

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement. Réunion d information. Epinal, le 14/10/2014

La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement. Réunion d information. Epinal, le 14/10/2014 La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement Réunion d information Epinal, le 14/10/2014 Éléments de contexte : le cadre réglementaire r national Le décret d n n 2012-1786 1786 du 7 novembre

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA Tome 2 RELATIF AU DES COMPTES (Directive n 09/2009/CM/UEMOA portant plan comptable de l Etat au sein de l UEMOA) 1

Plus en détail

COMPTABILITÉ DES CAISSES DE CRÉDIT MUNICIPAL

COMPTABILITÉ DES CAISSES DE CRÉDIT MUNICIPAL MINISTÈRE DU BUDGET DIRECTION DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE COMPTABILITÉ DES CAISSES DE CRÉDIT MUNICIPAL PARIS Août 1980 2 MINISTÈRE DU BUDGET PARIS, le 25 août 1980 DIRECTION DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

Status de la banque des états de l Afrique Centrale

Status de la banque des états de l Afrique Centrale Status de la banque des états de l Afrique Centrale T I T R E I CONSTITUTION - STATUT JURIDIQUE Article premier La Banque des Etats de l Afrique Centrale (ci-après désignée la Banque) est un établissement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1765 du 31 décembre 2014 relatif à la facturation individuelle des établissements

Plus en détail

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ;

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ; CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT R-139 (tel que modifié par le R-139-2) RÈGLEMENT DÉLÉGUANT À CERTAINS EMPLOYÉS LE POUVOIR D EFFECTUER DES OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET DE SIGNER TOUT DOCUMENT REQUIS

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES Thème : La reddition des comptes de gestion d un Etablissement Public Administratif INTRODUCTION : Aux termes de la loi n 99/016 du 22 décembre 1999,

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine 167 e Cahier de la Cour des comptes Complément 2 Adopté le 10 juillet 2013 par l assemblée générale de la Cour

Plus en détail

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Documents comptables et archives

Documents comptables et archives ocuments comptables et archives Les références BO n 24 du 16 juin 2005 Instruction n 2005-003 du 22-2-2005 : NOR : MENA0501142J RLR : 9-1 Instruction de tri et de conservation pour les archives reçues

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 «l'ensemble

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

INSTRUCTION. N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE

INSTRUCTION. N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE INSTRUCTION N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE Nouvelles modalités

Plus en détail

Paiement par prélèvement automatique des services à l enfance

Paiement par prélèvement automatique des services à l enfance Numéro National Emetteur : 506 314 Régie des Services à l Enfance de la Ville de Châtelaillon-Plage 1- Objet du contrat : Paiement par prélèvement automatique des services à l enfance (exemplaire à conserver

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

Politique d'acceptation des dons. Adoptée par le Conseil d'administration de la Fondation HEC Montréal le 15 novembre 2013

Politique d'acceptation des dons. Adoptée par le Conseil d'administration de la Fondation HEC Montréal le 15 novembre 2013 Politique d'acceptation des dons Adoptée par le Conseil d'administration de la Fondation HEC Montréal le 15 novembre 2013 Mise à jour: Le 6 février 2015 POLITIQUE D ACCEPTATION DES DONS Fondation HEC Montréal

Plus en détail

PROTOCOLE D AGREMENT 'PVA' POUR LE PAIEMENT ELECTRONIQUE DES AMENDES ET LA DELIVRANCE DE TIMBRES FISCAUX DEMATERIALISES

PROTOCOLE D AGREMENT 'PVA' POUR LE PAIEMENT ELECTRONIQUE DES AMENDES ET LA DELIVRANCE DE TIMBRES FISCAUX DEMATERIALISES PVA N (partie réservée à l administration) V. 02 / 2015 PROTOCOLE D AGREMENT 'PVA' POUR LE PAIEMENT ELECTRONIQUE DES AMENDES ET LA DELIVRANCE DE TIMBRES FISCAUX DEMATERIALISES Bien vouloir compléter les

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Abidjan, 29 Novembre 2013 MISSIONS DE LA TRESORERIE GENERALE

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

Règlement sur les finances de l Université

Règlement sur les finances de l Université Règlement sur les finances de l Université vu la loi fédérale sur l aide aux universités et la coopération dans le domaine des hautes écoles du 8 octobre 1999 ; vu la loi sur l université du 13 juin 2008

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE 2007-2008 Stratégie de gestion de la dette 2007-2008 Objet L objet de la Stratégie de gestion de la dette est d énoncer les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-1034 du 30 août 2011 relatif au régime spécial de sécurité sociale dans les mines NOR : ETSS1123735D

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République 1 47 ème année JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LA NOMENCLATURE DES ACTES GENERATEURS DES RECETTES ADMINISTRATIVES, JUDICIAIRES, DOMANIALES

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail