45 rue de l Epine Montain née le 25 / 12 / 1969 à Paris 8 ème MASSY nationalité française Mariée, 3 enfants (1999, 2002, 2005)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "45 rue de l Epine Montain née le 25 / 12 / 1969 à Paris 8 ème 91300 MASSY nationalité française 01 60 13 00 81 Mariée, 3 enfants (1999, 2002, 2005)"

Transcription

1 LE HEGARAT Sylvie Violaine nom patronymique: MASCLE 45 rue de l Epine Montain née le 25 / 12 / 1969 à Paris 8 ème MASSY nationalité française Mariée, 3 enfants (1999, 2002, 2005) Curriculum Vitae Coordonnées professionnelles : CETP, avenue de l Europe, Vélizy ;

2

3 CURSUS ET SITUATION PROFESSIONNELLE ACTUELLE Actuellement, je suis maître de conférences à l Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), au sein de l UFR de sciences. Ainsi, j exerce d une part la fonction d enseignante au département de physique, en section CNU 61 Génie informatique, automatique et traitement du signal, et d autre part celle de chercheur au Centre d étude des Environnements Terrestre et Planétaires (CETP) UMR 8639, département Electromagnétisme et Méthodes d Analyse (EMA). De formation initiale ingénieur Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications (ENST) de Paris c est au cours de mon stage de fin d études, que j ai découvert le milieu de la recherche et décidé de poursuivre dans ce secteur. Dès lors, mon parcours fut des plus classiques : doctorat, post-doctorat, poste de maître de conférences, habilitation à diriger des recherches. La chronologie est la suivante : juin 88 sept. 88 à juin 90 sept. 90 à juin 93 juin 93 oct. 93 à sept. 96 Obtention du baccalauréat C, mention Bien. Classes préparatoires P au lycée Pasteur (Neuilly-sur-Seine) Formation d ingénieur à l ENST de Paris Obtention du diplôme d Ingénieur de l ENST (Paris), option : Traitement des Images. Préparation du doctorat de l ENST-Paris au CETP sous la direction de D. Vidal- Madjar, bourse cofinancée CNES-Matra Cap Système. 13 septembre 96 Obtention du diplôme de Docteur de l ENST-Paris, spécialité : Signal et Images, mention très honorable avec les félicitations du jury, titre : Classification non supervisée d images S.A.R. polarimétriques, soutenue devant le jury composé de : M r Bernard Dubuisson (Professeur à l UTC) M r Marc Bert hod (Directeur de Recherches à l INRIA) M r Joseph Saillard (Professeur à l IRESTE) M r Marc Sigelle (Maître de conférences à l ENST) M r Ariel Sirat (Directeur du LTIS à Matra Cap Systèmes) M r Daniel Vidal-Madjar (Directeur de Recherches au CNRS) président du jury rapporteur rapporteur examinateur examinateur examinateur oct. 96 à août 98 Maître de Conférences Associé à Statut Temporaire à l UVSQ, et ingénieur de la société S.E.R.I.E., détachée au CETP. sept. 98 à mai 2001 Obtention d un poste de Maître de Conférences 2 ème classe à l UVSQ - emploi 6100MCF0426 (JO du 12 avril 1998) ; Laboratoire d accueil : CETP. depuis juin 2001 sept. 03 à sept. 04 Maître de Conférences Classe normale à l UVSQ. Délégation CNRS au laboratoire CETP. 10 octobre 2005 Obtention du diplôme d Habilitation à Diriger des Recherches de l UVSQ, spécialité : Traitement des Images et Télédétection, titre : Classification d images de télédétection pour l estimation et le suivi de paramètres géophysiques, soutenue devant le jury composé de : M r Henri Maître (Professeur à l ENST) président du jury et rapporteur M r Thierry Denœux (Professeur à l UTC) rapporteur M r Christophe Collet (Professeur à l Université Strasbourg I) rapporteur M me Simonetta Paloscia (CNR-IFAC (Italie), éditrice IJRS) rapporteur M me Catherine Ottlé (Directrice de Recherches au CNRS) examinateur M r Daniel Vidal-Madjar (Directeur de Recherches au CNRS) examinateur M r Richard Dusséaux (Professeur à l Université de Versailles) examinateur -3-

4 ENSEIGNEMENT ET RESPONSABILITES LIEES A L ENSEIGNEMENT Le domaine d enseignement est celui des télécommunications au sens large avec notamment des modules concernant : le langage C++, le traitement de signal, le codage de source, les codes correcteurs, les réseaux de télécommunication, la conception de systèmes de radiocommunications, les normes GSM/GPRS/UMTS, la propagation des ondes radioélectriques. Le niveau d enseignement est principalement le 3 ème cycle (DESS) et le 2 nd cycle (Maîtrise) jusqu en 2003, ou niveau Master depuis la réforme LMD en Le tableau suivant regroupe les enseignements dans le supérieur, antérieurs et ultérieurs à mon poste de maître de conférences. Les deux années (1999 et 2002) où j ai eu mes deux premiers enfants, j ai tout de même effectué mon service complet (192 heures). Enfin, trois années durant, j ai enseigné également une dizaine d heures par an à l institut Galilée (Université Paris 13). Et, cette année j enseigne également une dizaine d heures à l ENSTA (Ecole Nationale Supérieure des Techniques Avancées, Paris). 09/ (1 an) 192 heures équivalent TD (à l UVSQ) : 60 HC 1 en M HTD 1 en M HTP 1 en M2 + suivi de stagiaires, projets longs... 09/ (1 an) 112 heures équivalent TD (à l UVSQ) : 40 HC 1 en M HTD 1 en M HTP heures équivalent TD (co-responsabilité Master). 09/ (5 ans) 09/ heures / an équivalent TD (à l UVSQ) : 60 HC en DESS + 50 HTD en DESS + 10 HTP en DESS + 30 HC Maîtrise de Physique et EEA. 12 HC / an à l Institut Galilée. 09/ (2 ans) 50 HTD / an dans le DESS R 2 M. 32 HC / an en Maîtrise de Physique (de l UVSQ) (1 an) 50 HTD dans le DESS R 2 M (ouvert cette année-là). Plus précisément j ai fait la quasi-totalité de mon enseignement dans la formation Télécom de l UVSQ, et particulièrement la formation à Bac+5 R2M (Réseaux de Radiocommunications avec les Mobiles). En effet, la dernière année de ma thèse, j ai participé à la création du DESS R2M. Depuis, mon implication dans ce DESS, qui correspond à un secteur technologique de pointe en perpétuelle mutation (passage des systèmes 2 ème génération, i.e. GSM/GPRS, puis aux systèmes 3 ème génération, i.e. UMTS), n a cessé de croître. Dans cette formation j ai largement participé à la définition des programmes, et l évolution de la formation depuis sa création pour s adapter aux besoins du marché industriel : formation centrée sur le déploiement et l optimisation des réseaux GSM dans les premières années afin de répondre à la demande des trois principaux opérateurs (Orange, SFR, et Bouygues Télécom) ; puis accentuation des aspects cœur de réseau pour suivre l évolution vers les réseaux GPRS et les besoins à la fois des opérateurs et des constructeurs (e.g. Alcatel, Nortel, Ericsson) ; et enfin, préparation à l ouverture de l UMTS et des nouveaux services. Dans cette formation, j ai également créé de nouveaux enseignements afin de répondre à l évolution des programmes mentionnée précédemment. Je citerai : «Programmation en langage C++» (niveau Master 2 ème année) 24 HC + 4 TP (de 8 HTP chacun). Ce module a été introduit quelques années après la création de la formation avec pour but d'enseigner la programmation objet au travers du langage C++, en supposant acquis la programmation en langage C. Il a d'abord été effectué par un enseignant du département informatique, jusqu'à ce que je le reprenne il y a un an. J'ai alors monté quatre TP d'une journée chacun permettent aux étudiants d'effectuer des programmes en application des modules «Codage de source, codage canal, égalisation» et «Propagation radio en milieu urbain» : codage de Huffman, codage/décodage BCH, égalisation DFE, statistique de Rayleigh. «Codage de source, codage canal, égalisation» (niveau Master 2 ème année) 30 HC + 25 HTD. Un cours plus général existait à l origine de la formation, sous l appellation «Transmissions Numériques». J avais, la première année, créé (énoncés et solutions) et enseigné les Travaux Dirigés en adéquation avec. Depuis deux ans, j ai également repris le cours en le spécialisant plus dans le cas des communications avec les mobiles. 1 HC : Heures de Cours ; HTD : Heures de Travaux Dirigés ; HTP : Heures de Travaux Pratiques 2 Cette année-là, j ai bénéficié d une réduction de mon service en raison du congé maternité pour mon troisième enfant. -4-

5 «Conception de systèmes : techniques d accès multiples, ingénierie de couverture, de trafic» (niveau Master 2 ème année) 15 HC + 15 HTD. Comme pour le cours précédent, j ai d abord créé (énoncés et solutions) et enseigné les Travaux Dirigés, le cours étant assuré par un ingénieur (de France Télécom). Etant donné l importances de certains aspects théoriques (e.g. CDMA), il est ensuite apparu pertinent que cet enseignement soit effectué par de manière académique. C est alors que je l ai créé et enseigné un an, avant de le céder à un collègue l année de ma délégation. «Les réseaux GSM, GPRS et UMTS» (niveau Master 2 ème année) 15 HC + un TP (8 HTP) à partir de l outil TEMS enregistrant les échanges de messages sur l interface Air. Rapidement après la création de la formation, le besoin de cet enseignement, innovant par rapport aux formations en télécommunications existantes à l époque, s est fait sentir. Après l avoir créé et enseigné durant quelques années, je l ai proposé à un ingénieur (de SFR) enrichissant ainsi ce cours de la vision du monde industriel. «Propagation radio en milieu urbain» (niveau Master 2 ème année) 15 HTD. Comme pour les deux modules précédents, j ai créé les Travaux Dirigés (énoncés et solutions) de cet enseignement lors de la première année de la formation R2M, et je les ai ensuite assurés pendant plusieurs années. J ai également créé et mis en place un TP sur logiciel permettant de calculer la couverture radio et par suite de dimensionner un déploiement de réseau de type GSM. J ai également accepté des responsabilités administratives liées à la fonction d enseignant, à savoir : Durant mon année de délégation (sept sept. 2004), j ai participé à la mise en place du Master Télécom de l UVSQ (dans le cadre de la réforme LMD) dans la continuité de l option Télécommunications en maîtrise de physique appliquée et EEA, et du DESS R2M. En septembre 2004, suite au départ en mutation du précédent responsable de la formation R2M, Mr B. Denby, j ai pris pour un an la co-responsabilité du Master Télécom, avec R. Dusséaux (promu Professeur des Universités depuis février 2005). DOMAINE DE RECHERCHE Mon domaine de recherche actuel se situe à l interface des disciples suivantes : le traitement de signal et d images (rattaché à la section 07 Sciences et technologies de l information (informatique, automatique, signal et communication) du département Sciences et Technologies de l Information et de la Communication, STICS, au CNRS), et la physique de l environnement et notamment des surfaces continentales (rattachée à la section 20 Surface continentale et interfaces du département Sciences De l Univers, SDU, au CNRS). Le contexte dans lequel j ai mené mes travaux durant ces dix dernières années est le suivant. Le CETP (Centre d étude des Environnements Terrestre et Planétaires) est une UMR CNRS/UVSQ dont les travaux appartiennent essentiellement au domaine des SDU. Il héberge cependant un groupe de chercheurs et enseignants-chercheurs dont les travaux appartiennent principalement au domaine des STIC : études en électromagnétisme, traitement du signal et d images, intelligence artificielle. Une des raisons d être de ce groupe est le soutien aux études en sciences de l Univers par des activités à caractère méthodologique. Ainsi, il s agit de développer des travaux en amont des besoins pour les sciences de l Univers, et de permettre aux scientifiques des SDU de disposer de méthodes de référence pour valider les démarches qu ils utilisent pour leurs analyses systématiques. En particulier, la modélisation physique (du moins celle menée au CETP) se nourrit très largement d observations, qu il s agisse de valider la modélisation de processus physiques, ou d assimiler des observations dans des modèles physiques pour en corriger l évolution. Une spécificité du CETP est alors l exploitation des observations de télédétection (complémentaires des observations in situ de par les échelles spatio-temporelles des mesures). Ainsi, dans le cas de données de télédétection images, les contributions STIC aux études thématiques peuvent apparaître à différents niveaux : mise en œuvre d outils classiques (e.g. algorithmes de classification bayésienne ) pour le traitement de données dans le cadre d études à caractère thématique ; développement de méthodologies d inversion des données de télédétection (e.g. estimation de l état hydrique du sol à partir de données de SAR opérationnels) ; -5-

6 développement de nouvelles méthodes d analyse des images de télédétection dans le cadre de questions thématiques et de données précises (e.g. détection de changement automatique, exploitation de données acquises à basse résolution) ; évaluation du potentiel de données de télédétection non encore opérationnelles (e.g. données polarimétriques). Ainsi, la plupart de mes travaux contiennent dans des proportions variables des aspects méthodologiques et des aspects applicatifs. Par ailleurs, certains travaux, mêmes méthodologiques, sont spécifiques aux données considérées. En effet, la diversité des signaux de télédétection (optique ou radar, haute résolution ou basse résolution spatiale, multitemporels) est source de multiplicité des traitements et des modélisations (statistiques notamment) associées aux données de télédétection on peut citer le cas des données radar polarimétriques où la modélisation électromagnétique joue un rôle essentiel dans la définition de traitements appropriés, ou le cas des données basse résolution spatiale pour lesquelles la caractérisation des pixels (sur les surfaces continentales) se fait en termes de mélange de classes. D autres travaux enfin, notamment ceux liés à la prise en compte et la modélisation de l information spatiale, ou ceux liés à la modélisation de l ignorance (données absentes, bruitées, ou partiellement incompétentes, e.g. pour séparer deux classes), seraient transposables à d autres domaines de l imagerie que la télédétection. Démarche scientifique Dans les travaux menés, la démarche scientifique était généralement la suivante : 1. Choix d une question thématique, e.g. détermination de l occupation du sol, suivi de l état hydrique du sol. 2. Proposition d amélioration (par rapport aux approches précédentes) : généralement en introduisant des connaissances a priori issues soit de la physique de la mesure, soit de considérations de bon sens. 3. Choix d un cadre formel approprié à la modélisation de ces connaissances a priori, formulation mathématique du problème, et définition de l algorithme de résolution. 4. Analyse des performances, et éventuellement, développement en vue d applications plus opérationnelles. Le point 1 est guidé par les études en physique de l environnement 3. Le point 2, qui constitue l aspect principal de mes contributions, nécessite une connaissance claire à la fois du problème (échelles spatiauxtemporelles considérées, précision requise sur les estimations, etc.), du ou des données utilisées (informations mesurées : nature et localisation, bruits liés au capteur ou à la mesure, etc.), et des approches précédentes (domaine de validité, hypothèses, limites, etc.). Le point 3 utilise des compétences en traitement des images et mathématiques appliquées. Le point 4, enfin, est généralement réalisé en collaboration avec les thématiciens concernés par le point 1. Travaux pour l estimation et l analyse statique et dynamique de données monosource : classification monosource, détection de changement Pour les applications environnementales, la connaissance en chaque pixel 4 du type d occupation du sol (e.g. le sol nu, les forêts éventuellement détaillées selon le type de forêt, les prairies, les champs agricoles éventuellement détaillés selon les cultures, les surfaces en eau, et les zones urbaines) ou du mélange de types d occupation du sol présents dans le pixel a un triple intérêt. Tout d abord c est un des paramètres de la surface. Ensuite, la connaissance du type d occupation du sol couplée 5 à d autres informations, notamment la date, permet la déduction de paramètres intervenant dans la modélisation des processus, e.g. indice foliaire. Enfin, l interprétation de données de télédétection peut dépendre de l occupation du sol. Ainsi, 3 Dans le cadre de mes travaux, il est déterminé en étroite collaboration avec les chercheurs SDU du département IOTA du CETP, notamment C. Ottlé et M. Zribi. 4 correspondant à une surface au sol de superficie déterminée par la résolution spatiale de l image. 5 par l intermédiaire d un modèle de croissance de la végétation. -6-

7 le traitement de ces données en vue de l estimation de paramètres géophysiques de la surface nécessite cette connaissance a priori. Pour déterminer l occupation du sol en chaque pixel d une image, il est nécessaire de se définir un critère de décision, qui dans notre cas revêt la forme d une fonction de coût à minimiser, et un modèle d image, e.g. champ de Markov caché, relation entre mesures observées et image des classes (e.g. loi(s) conditionnelle(s) du champ aléatoire des mesures conditionnellement à celui des labels). Classiquement, cette fonction de coût contient des termes dits d attache aux données qui traduisent la confiance (au sens commun) que l on peut avoir en une décision (choix d une classe ou d un mélange de classes en un pixel) au vu de la valeur observée au pixel considéré, et des termes qui traduisent la confiance que l on peut avoir en une décision en un pixel au vu des autres décisions (dans le cas markovien, ces autres décisions sont réduites aux décisions dans un voisinage spatial autour du pixel considéré). Mes travaux dans ce domaine ont trait soit à la définition de cette fonction de coût, soit à la recherche de la ou des solutions, c est à dire son optimisation notamment au travers de deux techniques : le recuit simulé et les agents mobiles. Par ailleurs, bien que de très nombreuses méthodes de classification aient été proposées en traitement d images général, l adaptation au domaine de la télédétection doit prendre en compte notamment deux aspects spécifiques des images de télédétection : - la complexité des objets observés, complexité de forme (ayant conduit à la relaxation de l hypothèse de stationnarité des voisinages), mais également complexité des caractéristiques du signal ; - la taille de ces objets par rapport au pixel, dans le cas des données dite Basse Résolution (BR) spatiale, i.e. où les pixels sont des pixels de mélange de plusieurs classes (dans des proportions que l on cherche alors à retrouver). Mes principales contributions concernent alors : - en classification d images HR : (i) la réécriture de la fonction de coût MAP classique en relaxant l hypothèse de stationnarité de la forme du voisinage, et l utilisation de l heuristique ACO (Ant Colony Optimization) pour trouver la solution optimale (un article de revue en soumission) et (ii) la définition d un critère de robustesse du nombre de classes ; - en classification d images BR : l introduction d informations annexes pour contraindre la recherche de solutions : à savoir, soit (i), dans le cas de la détection de changement BR, l état précédent (un article de revue publié), soit (ii), dans le cas de la classification BR, une segmentation HR (des communications de congrès). Travaux d exploitation de la théorie des fonctions de croyances (issue de la théorie de Dempster-Shafer) : classification multisources, fusion d informations multisources La question thématique traitée ici est la même que précédemment : détermination spatiale de l occupation du sol, mais cette fois en combinant des informations issues de différentes sources à savoir des images acquises par différents capteurs. Concrètement, il s agit d améliorer les performances de la classification (cas statique) ou de la détection de changement (cas dynamique) en considérant maintenant des données issues de différents capteurs de télédétection au moins partiellement complémentaires. La complémentarité est ici à entendre comme une différence dans les informations délivrées : ainsi une information peut être accessible par une source et absente pour une autre source. Par exemple, seule la source radar (à certaines fréquences) fournit une information sous le nuage, ou seule l évolution temporelle des signaux permet de discriminer certaines cultures de par leur différents cycles phénologiques. Une conséquence importante de la définition précédente de la complémentarité est alors que les notions de complémentarité des sources et d ignorance partielle spécifique à chaque source sont indissociables. Je me suis alors attachée à montrer l intérêt du formalisme de la théorie des fonctions de croyances pour la fusion d informations issues de sources hétérogènes fournissant des informations complémentaires. D après la complémentarité des sources, il n y a pas de raison pour que les hypothèses adéquates pour l analyse de l information délivrée par une source, notamment les classes discernables, soient les mêmes que celles d une autre source. On associe donc les notions de sources hétérogènes et de non coïncidence des référentiels utilisés en monosource. En s appuyant sur une représentation ensembliste de l espace de discernement, la théorie des fonctions de croyances permet alors de manipuler pour chaque source l information effectivement délivrée. En particulier, la manipulation d hypothèses composées permet de ne pas décider a -7-

8 priori quant une source ne permet pas de préciser entre différentes hypothèses plus élémentaires (ou fines), i.e. singletons. Quatre cas de fusion crédibiliste correspondant différentes caractéristiques des sources et hypothèses à considérer, et donc nécessitant des modélisations différentes, ont été considérés. Ils ont donné lieu à six articles de revues, et correspondent respectivement : (i) au cas d une source ne permettant pas la séparation de certains types d occupation du sol : deux contributions ont été apportées : la première, méthodologique, concerne la définition d un algorithme d estimation non supervisée de l ensemble des singletons à prendre en compte dans la fusion de données, et la seconde, thématique, concerne l évaluation de l intérêt de combinaisons multisources pour la cartographie de zones agricoles, notamment soit des combinaisons optique et radar polarimétrique ou multitemporel. (ii) au cas de données partiellement absentes (e.g. zones de repliement, nuages en optique ) : le cas étudié concernait la détection de zones forestières par fusion d une image radar et d une image optique présentant une couverture nuageuse partielle. Ces travaux ont également permis d illustrer l intérêt de la l information spatiale (contextuelle) pour la fusion. (iii) au cas de données fortement bruitées : une approche de détection de changement par fusion d indicateurs de changements (différence de texture, de réflectances ) ayant été proposée, la méthode a ensuite été évaluée au travers de différentes applications (deux articles de revue) : délimitation de zones incendiées en forêt, suivi des coupes et éclaircies en forêt, suivi de la couverture hivernale des sols en zones agricoles. (iv) au cas d images BR ne permettant pas la localisation spatiale des structures à l intérieur des pixels. Travaux pour l interprétation de signaux SAR polarimétriques Je me suis également intéressée au cas des capteurs hyperfréquences, qui fournissent des images SAR (Synthetic Aperture Radar) complémentaires de celles acquises par des capteurs optiques : s agissant d instruments actifs, l acquisition se fait indépendamment des conditions d illumination de la surface ; aux longueurs d onde des SAR actuels (bande X, λ 3 cm, à bande P, λ 60 cm), les ondes sont quasiinsensibles aux hydrométéores ; le signal mesuré dépend essentiellement des caractéristiques diélectriques (c est-à-dire hydriques) et géométriques des objets observés, couche plus ou moins superficielle du sol et végétation dans le cas qui nous préoccupe, des surfaces naturelles. Du point de vue de la thématique physique de l environnement, cette dernière caractéristique rend les capteurs SAR particulièrement attrayants. Ils permettraient d accéder à informations spatialisées sur l humidité du sol, la microtopographie, l état de la végétation, informations particulièrement intéressantes pour la modélisation des interactions surface-atmosphère et la modélisation hydrologique. Or, ces paramètres sont, selon le modèle physique, soit des paramètres a priori, comme l est généralement l occupation du sol, soit des variables pronostiques, c est-à-dire dont l évolution à la fois est prédite par le modèle et détermine la trajectoire du modèle. Ainsi, ces paramètres physiques potentiellement déductibles des données SAR présentent un intérêt pour l assimilation ou l étalonnage de modèles tels que les modèles hydrologiques pour la variable humidité par exemple. L intérêt d une estimation de ces variables / paramètres depuis l espace est la possibilité d un suivi régulier et l accès à une information spatialisée. Cependant, l interprétation des signaux SAR en termes de paramètres physiques caractérisant la surface n est pas directe. Souvent, elle requiert même l utilisation de modèles de transfert radiatif ou de modèles électromagnétiques. En vue de l exploitation de ces données, deux démarches complémentaires sont alors possibles : la modélisation directe (par opposition à l inversion du signal) afin d appréhender l effet des paramètres physiques sur le signal mesuré ; ou le développement de méthodes inverses empiriques ou semi-empiriques. Concernant le cas des SAR polarimétriques, j ai effectué essentiellement des travaux (un article de revue et des communications de congrès) visant à comprendre quelles informations spécifiques apporte la polarimétrie radar. En effet, ces capteurs SAR polarimétriques (à ne pas confondre avec ceux -8-

9 multipolarisations ) sont très complexes à mettre en œuvre, ainsi, à l heure actuelle 6, les seuls SAR polarimétriques sont soit aéroportés, soit embarqués pour des missions spécifiques (comme lors de la campagne SIR-C), et parmi les questions encore d actualité, on trouve la quantification des potentialités et de l intérêt scientifique de ces instruments par rapport à des SAR non polarimétriques. Plus précisément, je me suis intéressée à l interprétation des signatures polarimétriques associées aux différents types d objets rétrodiffusants, travaux qui ont trouvés des applications en : - radarpolarimétrie (estimation du relief par interprétation de décalages observés sur les signatures polarimétriques), et - classification polarimétrique (interprétation de résultats en termes de complémentarité). Applications de la télédétection radar à l estimation des paramètres de surface : humidité de la couche superficielle du sol, densité du couvert végétal, relief J ai également effectué des travaux concernant l utilisation de SAR opérationnels 7.pour lesquels, il s agissait de définir des méthodologies (chaînes de traitement de données) démontrant la possibilité d extraire des données les estimations des paramètres de surface (e.g. humidité du sol) de façon robuste et en vue d applications opérationnelles. Les approches proposées sont essentiellement empiriques il convient cependant de souligner le caractère pluridisciplinaire de ces travaux qui allient la modélisation électromagnétique au traitement de données. Par ailleurs, un point commun à ces travaux est qu ils exploitent les résultats des classifications (cartographie de l occupation du sol). En effet, la connaissance de l occupation du sol ayant permis une meilleure interprétation de données de télédétection, elle a également conduit à une meilleure estimation du paramètre considéré. Plus précisément, je me suis intéressée à l estimation des paramètres suivant : (i) l humidité de la couche surfacique du sol (trois articles de revue) : c est un paramètre clé pour la compréhension et la modélisation du bilan hydrique mais aussi du bilan énergétique. L approche choisie, pour l estimer à partir de données hyperfréquences consiste à retrouver la contribution du sol dans le signal mesuré (grâce notamment à la connaissance de l occupation du sol)) et à en extraire l information contenu en eau liée à la mesure radar par la constante diélectrique de la surface observée. Deux méthodologies utilisant soit des données SAR, soit des données du diffusiomètre ont été proposées, conduisant toutes deux à des résultats intéressants : erreur <5 % en humidité volumique, et avec globalement les mêmes limites. (ii) la densité de végétation (un article de revue) : c est également un paramètre géophysique important pour de nombreux modèles : agronomiques, mais aussi hydrologiques, météorologiques, ou climatiques. La méthode proposée est valable dans le cas de végétation en régions semi-arides (iii) le relief (un article de revue) : cette étude avait pour objet d améliorer les techniques de radarclinométrie classique en prenant en compte de façon plus fines les caractéristiques de la surface (microtopographie ou rugosité) et modélisant électromagnétiquement son effet sur le signal. Les travaux menés représentent une contribution à la valorisation des données SAR pour des applications en physiques de l environnement, notamment en hydrologie. Par ailleurs, ils illustrent l intérêt de prendre en compte la classe d occupation du sol pour inverser des données radar 8 : - soit que la classification soit une entrée de la modélisation à partir de paramètres physiques. Ainsi, dans le cas de l humidité, la connaissance de la classe (définie en termes de type de végétation) est nécessaire pour isoler la contribution du sol ; et, dans le cas du relief, le diagramme de rétrodiffusion est déterminé à partir de la classe de rugosité. - soit que la modélisation serve à la définition des classes de la classification. 6 en attendant la diffusion opérationnelle des données de Radarsat 2. 7 i.e. embarqués sur des satellites existants et donc fournissant des données de manière opérationnelle. Il s agit en particulier des SAR des satellites ERS, ou de leur successeur sur EnviSAT. 8 cette remarque s applique également à nombre d études menées au CETP visant à l inversion de données optiques (visible ou infrarouge) et fondées sur l interprétation physique des mesures. -9-

10 Perspectives Bien que les travaux pour l estimation de paramètres géophysiques soient loin d être achevés (ne serait-ce que par l arrivée prochaine de nouveaux capteurs de télédétection) et méritent d être poursuivis, je souhaite dès à présent considérer l étape suivante pour la modélisation en physique de l environnement, à savoir l assimilation de ces paramètres géophysiques estimés dans les modèles de fonctionnement de la surface terrestre. Rappelons que les modèles physiques qui cherchent à décrire le fonctionnement des surfaces continentales reposent sur la paramétrisation d un certain nombre d éléments (ou objets ) de ces surfaces et des processus modélisant leur fonctionnement. Ces éléments peuvent soit être considérés comme constants au cours d une simulation du modèle, soit avoir des caractéristiques qui évoluent au cours de la simulation. Maintenant, si ces variables pronostiques sont d une part prédites par le modèle, et d autre part accessibles (ou tout au moins une estimation de leur valeur / état) à partir de données externes telles que les observations de télédétection, on appelle assimilation l opération de fusion de l estimation du modèle avec l observation externe afin de corriger l état courant du modèle. Ainsi, ayant consacré une très grande partie de mes travaux passés d une part à l estimation de paramètres par télédétection, et d autre part au développement de méthodes de fusion de données, l assimilation de données se présente comme une perspective évidente. Dans la continuité des travaux menés et de l importance accordée aux interactions spatiales ou temporelles, je propose de m intéresser aux aspects image des données à assimiler. D une part la mesure au niveau du pixel est une mesure intégrée horizontalement, d autre part elle l est aussi, selon le capteur considéré, plus ou moins verticalement. Les interactions spatio-temporelles liées à la physique des processus doivent également être considérées. Enfin, je souhaite également m intéresser à l assimilation de grandeurs plus ou moins imprécises, et/ou incomplètes, voire qualitatives, à l aide d approches issues de la théorie des fonctions de croyances dont les avantages pour la modélisation de ce type de données ont été largement démontrés. ENCADREMENT DE STAGES ET CO-ENCADREMENT DE THESE CAS DE L ENCADREMENT DOCTORAL N étant pas habilitée, je n ai pas encadré seule de thèse, mais j ai participé à l encadrement de quatre, dont deux soutenues et deux en cours pour lesquelles j ai moi-même proposé le sujet et obtenu le financement (bourse CNES 9 cofinancée par EADS pour A. Robin, et bourse CNES cofinancée par la région Bretagne pour A. Kallel). Les publications communes (avec la présence de mon nom généralement en seconde position derrière celui du thésard) attestent l effectivité de mon encadrement. La première thèse à laquelle j ai participée est celle de Mme Olfa Marrakchi. Elle s effectuait dans le cadre d une collaboration CMCU avec la Tunisie. Cette thèse a été soutenue à l Ecole Nationale d Ingénieur de Tunis (Tunisie) en Elle a donné lieu à une publication de congrès international [C11] 10. Le sujet de la thèse était la classification d images SAR par réseaux de neurones (alors encore relativement peu usité pour ce type d application). Je suis intervenue pour le développement de la méthode neuronale et la comparaison avec des approches plus classiques (e.g. fuzzy c-means). Mme Olfa Marrakchi est actuellement maître de conférences à l ENIT. La seconde thèse à laquelle j ai participée est celle de Mr Arnaud Quesney. Cette thèse a été soutenue à l Université de Paris 7 en Elle a donné lieu à trois publications dans des revues internationales avec référés, [A6], [A7] et [A8] 4, une revue nationale [N01], sept articles de congrès internationaux, [C12], [C13], [C14], [C15], [C17], [C20], et [C21], et deux de congrès nationaux, [CN01] et [CN02]. Le sujet de la thèse était l estimation de l état hydrique du sol à partir de données SAR, et l assimilation dans un modèle hydrologique. Je suis intervenue principalement pour l analyse des données SAR (classification) et leur inversion pour l estimation de l humidité du sol, et, plus ponctuellement, concernant les travaux effectués en 9 Centre National d Etudes Spatiales 10 Dans la liste de mes publications donnée en fin de CV. -10-

11 assimilation. Mr Arnaud Quesney est actuellement ingénieur pour la société Noveltis. Son travail a été poursuivi notamment dans le cadre du projet Européen AIMWATER. La troisième thèse co-encadrée est celle de Mme Amandine Robin. Cette thèse est en cours d achèvement (elle a débuté en octobre 2002) et sera soutenue à l Université de Paris 5 en Elle a déjà donné lieu à deux articles de conférences internationales, [C33] et [C37] 4, et un de conférence francophone [CN07]. Le sujet de la thèse est l analyse de données satellite multi-résolutions (i.e. d une part une série d images basse résolution spatiale, et d autre part une segmentation haute résolution) et la détection de changement. J ai encadré principalement les travaux sur la classification multi-résolution, et p ceux sur la détection de changement a contrario. La quatrième thèse co-encadrée est celle de Mr Abdelaziz Kallel. Cette thèse a débuté en octobre Le travail avec Mr Abdelaziz Kallel a déjà donné lieu à un article de revue internationale avec référés, article encore en soumission [A21], et deux articles de congrès internationaux, [C35] et [C36]. Le sujet de la thèse est l assimilation de données (dans un modèle de pollution des eaux) exploitant le cadre de la théorie des fonctions de croyances. J interviens notamment dans le cadre de la modélisation évidentielle, et l exploitation du formalisme de la théorie des fonctions de croyances. Enfin, je soulignerai la pluralité des spécialités des co-encadrants respectifs de ces thèses : hydrologie avec Mmes C. Ottlé et C. Loumagne pour la thèse d Arnaud Quesney, mathématiques appliquées avec Mr Lionel Moisan pour la thèse d Amandine Robin, et Sciences Sociales et Humaines avec Mme Laurence Hubert-Moy pour la thèse d Abdelaziz Kallel. LISTE DES STAGES ET THESES Le tableau suivant donne la liste des stages et thèses encadrés ou co-encadrés. Le total correspond à un équivalent temps plein d encadrement de : 33 mois de thèse + 25 mois de stage de DEA + et 15 mois de stage ingénieur. 10/04 ce jour (1,5 an) 06/02 03/03 (10 mois) 10/02 ce jour (3,5 ans) 03 07/2003 (5 mois) 04 08/2002 (4 mois) 04 08/2002 (5 mois) 02 05/2002 (4 mois) 02 06/2002 (2 mois) 03 06/2000 (4 mois) 12/98 09/1999 (10 mois) Co-encadrement (80%) avec L. Hubert-Moy, COSTEL, de la thèse d A. Kallel : «Assimilation de données Haute Résolution : application au suivi de la qualité des eaux» Co-encadrement (50%) avec M. Zribi du stage de DEA (Sup Com, Tunis) de A. Kallel : «Caractérisation du site de Niamey (Niger) par télédétection spatiale haute résolution» Co-encadrement (50%) avec L. Moisan, CMLA, de la thèse d A. Robin : «Fusion de données multi-échelles et détection de changements» Encadrement du stage ingénieur (ESIEE, 5 ème année) de L. Ribous : «Analyse de données polarimétriques : application à la radarpolarimétrie» Encadrement du stage ingénieur (ESIEE, 4 ème année) de L. Ribous : «Application de la radarclinométrie à la cartographie des hauteurs de rugosité en régions arides par télédétection radar» Encadrement du stage ingénieur (ESME SUDRIA) de D. Maspero : «Développement d outils de traitement d images de télédétection» Co-encadrement (30%) avec M. Zribi, et C. Ottlé, CETP, du stage ingénieur (ENAC) de B.Kammoun : «Evaluation des potentialités du diffusiomètre du satellite Européen ERS pour suivre l état hydrique des sols» Co-encadrement (50%) avec C. Ottlé, CETP, du stage de Maîtrise (Orsay) de T.Deschamps : «Suivi de l évolution de la végétation sur le Val de Saône par télédétection SPOT» Co-encadrement (50%) avec C. Ottlé, CETP, du stage de DEA (Paris 6) de V.Ducic : «Exploitation de la base de données satellitale SPOT-ERS dans le cadre de l expérience Alpilles-Réséda» Encadrement du stage de DEA (ENIT, Tunisie) de K. Hila : «Traitement d images NOAA/AVHRR et interprétation du canal infrarouge thermique pour l estimation de l état hydrique de bassins versants» -11-

12 09/96 09/1999 (3 ans) 03 08/1997 (6 mois) 09 12/1996 (4 mois) 06 08/1995 (3 mois) Co-encadrement (30%) avec C. Ottlé, CETP, et C. Loumagne, CEMAGREF, de la thèse d A. Quesney : «Assimilation de mesures d'humidité de surface dans un modèle hydrologique conceptuel global. Apport de la télédétection radar ERS-SAR» Encadrement du stage ingénieur (ESIGELEC) et de DEA de P. Bonvarlet : «Analyse de la redondance et de la complémentarité entre polarisations d images SAR polarimétriques» Co-encadrement (75%) avec O. Taconet, CETP, de la partie se déroulant au CETP de la thèse (ENIT, Tunisie) de O. Marrakchi : «Extraction d informations texturales à partir d images ROS par une méthode de classification neuronale» Co-encadrement (75%) avec O. Taconet, CETP, du stage de DEA (ENIT, Tunisie) de R. Abdelfattah : «Segmentation d images radar à ouverture synthétique par analyse de texture comparée à une méthode de logique floue» GESTION DE PROJETS Responsable scientifique du projet RTE 11 METIS-Forêts "analyse Multi-Echelles et multi-temporelle en Imagerie Spatiale appliquée aux missions de gestion et de contrôle des Forêts". Objectif : METIS-Forêts se propose de contribuer à l amélioration des missions de surveillance et de gestion des forêts grâce aux techniques spatiales. Deux types de besoins majeurs sont traités : (i) les besoins nationaux prioritaires comme les inventaires, la mise à jour périodique ou la cartographie des dommages ; (ii) les protocoles internationaux relatifs aux émissions des gaz à effet de serre avec en particulier le suivi des activités Afforestation, Reforestation, Déforestation (ARD, dans le cadre du protocole de Kyoto) et l estimation de la productivité primaire nette des forêts. Partenaires : EADS, Médias-France, CESBIO, CEMAGREF (Montpellier), IFN, ONF, CITEPA, AFOCEL, DFCI- Acquitaine. Rôle du CETP : (i) coordination scientifique, (ii) développement de méthodes automatiques de détection de changement en Haute Résolution, et en Basse Résolution. Durée : 2 ans (11/ /2004). Budget du CETP : 94 keuros. Emploi de personnel : 1 CDD (R. Seltz) de 17 mois (02/ /2004) Responsable scientifique du projet PNTS 12 "Suivi de l évolution de l occupation du sol par fusion de données multi-échelles et détection de changement". Objectif : Développement de méthodes de fusion de données optiques (SPOT/HRV et SPOT/VEGETATION ou NOAA/AVHRR) multi-échelles pour la cartographie de l occupation du sol et application à la détection des changements survenus dans le cas du bassin du Rhône (France). Partenaires : UFR SSH de l UVSQ, Syndicat Mixte Saône-Doubs. Rôle du CETP : Développements méthodologiques. Durée : 2 ans (06/ /2003). Budget du CETP : 10 keuros. Responsable scientifique de la partie du CETP pour le projet Européen AIMWATER (Analysis, Investigation, and Monitoring of WATER resources). Objectif : Etude de l apport de l assimilation de données d observation de la Terre dans la modélisation hydrologique et la prévision des débits. Les deux principales applications sont le contrôle des débits (notamment en cas de crue) et la gestion de la demande en eau pour l irrigation notamment. Deux cas de climats européens sont étudiés: humide tempéré (Nord de la France) et semi-aride méditerranéen (Sud du Portugal). 11 Réseau Terre et Espace 12 Programme National de Télédétection Spatiale -12-

13 Partenaires : CEMAGREF (Antony), Universitad de Valencia (Espagne), Institute of Hydrology (Royaume- Uni), Universitad Independente (Portugal), Associacao de Regantes e Beneficiaros de Silves (Portugal), IIBRBS (France). Rôle du CETP : (i) exploitation de données de télédétection pour l estimation de l humidité de surface à l échelle du bassin versant, (ii) valorisation (site Web). Durée : 3 ans+3 mois (10/ /2001). Budget du CETP : 228 keuros. Emploi de personnel : 1 CDD (F.Alem) de 2 ans (01/ /2000) Responsable scientifique de l étude commandée par le Cemagref au CETP dans le cadre d un projet PNRH 13. Objectif et rôle du CETP : Validation de l utilisation des données ERS/SAR pour le suivi de l état hydrique du bassin versant de l Orgeval sur une trois années de données, quantification de la précision des indices hydriques obtenus et analyse de la robustesse des méthodologies développées. Durée : 1 an (09/ /1999). Budget du CETP : 60 kfrancs. Responsable d un lot dans les projets : COUSDOM (détection de Changements d Occupation et d Utilisation du Sol par fusion de DOnnées Multisources) : Projet PNTS, 06/ /2005. RITAS (RAMSES - Imagerie Thématique pour l Agriculture et les Sols) : Projet PNTS, 06/ /2003. RAGTSAR (Rugosité Aérodynamique et Géométrique par Télédétection en Semi Arides Régions) : Projet PNTS, 01/ /2001. Participation significative dans les projets : MHYM : Multiplicité d échelles en HydroMétéorologie (PNRH, 06/ /2006), Modélisations couplées hydro-météorologiques du bassin de la Somme (PNRH, 06/ /2006), GICC-Rhône: Gestion des Impacts du Changement Climatique (Ministère de l Environnement et du Développement Durable, 12/ /2003), Constellation (RNRT 14, 01/ /2001), FLAUBERT: Flood in Arid Units by Earth Remote Techniques (Projet Européen, 10/ /2001), MUST (Projet Européen, 10/ /1997) ANIMATION SCIENTIFIQUE De décembre 2000 à décembre 2002 : Responsable du département EMA (Electromagnétisme et Méthodes d Analyses) au CETP. Les trois grands axes de recherches du département scientifique EMA (9 chercheurs ou enseignants-chercheurs, 2 ingénieurs de recherche) sont : la modélisation électromagnétique, le traitement de signal et d images, et l intelligence artificielle. Ce département est à vocation scientifique et technique et a des collaborations avec les départements scientifiques à vocation plus thématique, IOTA (Interactions Océan-Terre-Atmosphère), et ABM (Atmosphère Basse et Moyenne) notamment. De décembre 2001 à décembre 2005 : Membre du Comité Scientifique du Programme National de Télédétection Spatiale (PNTS). De décembre 2002 à août 2004 : Membre du Comité de Pilotage du Réseau Thématique Pluridisciplinaire "STIC (Sciences et Technologies de l Information et de la Communication) et Environnement" (RTP50 dissolu en août 2004). 13 Programme National de Recherche en Hydrologie 14 Réseau National de Recherche en Télécommunications -13-

14 De mai 2003 à décembre 2005 : Membre du Comité Scientifique du Programme National de Biosphère Continentale (PNBC). DIVERS Evaluation d articles : Je suis reviewer (une quinzaine d articles évalués à ce jour) pour : - d une part pour des revues internationales de télédétection : IEEE Transactions on Geoscience and Remote Sensing, International Journal of Remote Sensing, et Photogrammetric Engineering and Remote Sensing. - d autre part pour des revues internationales de signal et images : IEEE Transactions on Image Processing, IEEE Transactions on Intelligent Transportation Systems, et Integrated Computer-Aided Engineering Evaluation de projets : Hormis l évaluation des projets répondant aux appels d offre PNTS, RTP50, et PNBC, j ai été plusieurs fois sollicitée pour des évaluations de projets PNRH, et des évaluations de projets du Research Council of Norway. Organisation d ateliers de travail : J ai co-organisé l atelier "Très Haute Résolution Spatiale" (22-23 mai 2003, CNES Paris) en vue de définir des axes de recherche prioritaires pour l exploitation des données du futur système dual haute résolution ORFEO (PLEIADES HR / Cosmoskymed). A la suite de cet atelier deux groupes de travail ont été définis respectivement intitulés 2-D (que je coordonne) et 3-D (co-ordination H. Maître). Chaque groupe comprend 3 ou 4 axes sur lesquels des équipes de différents laboratoires travaillent prioritairement. Missions sur le terrain : Dans le cadre du projet AIMWATER, j étais responsable des mesures de végétation sur les bassins de la Seine : durant 8 mois (de janvier 99 à août 99), tous les 15 jours, des mesures (dimensions géométriques et biomasses des feuilles, tiges et épis) de végétation ont été effectuées sur une vingtaine de parcelles test réparties sur deux sous-bassins : le Grand Morin, et le Serein. Dans le cadre du projet RAGTSAR, j ai participé durant 1 semaine en 2000 et 1 semaine en 2001 aux campagnes de mesures terrain pour mesurer la rugosité aérodynamique (à l aide d un mât de près de 10 m instrumenté avec 14 anémomètres et des sondes de températures), et la rugosité géométrique (utilisation d un rugosimètre à aiguilles, comptage et mesure de cailloux ) sur les dix sites sélectionnés dans le désert tunisien. PUBLICATIONS Thèse, HDR : 2 Articles dans des revues internationales à comité de lecture : 21 (+1 soumise) Articles dans des revues nationales à comité de lecture : 5 Ouvrages : 1 Publications dans des actes de congrès internationaux : 37 Publications dans des actes de congrès nationaux : 6 Rapports, notes techniques : 4-14-

15 Thèse T02 T01 LE HEGARAT-MASCLE S., "Classification d images de télédétection pour l estimation et le suivi de paramètres géophysiques", HDR de l Université de Versailles Saint Quentin, spécialité : Traitement des Images et télédétection, soutenue le 10 octobre LE HEGARAT-MASCLE S., "Classification non supervisée d images SAR polarimétriques", thèse de l ENST Paris, spécialité : Signal et Images, no. ENST 96 E 024, soutenue le 13 septembre Articles dans des revues internationales à comité de lecture A21 A22 A20 A19 A18 A17 A16 A15 A14 A13 A12 A11 A10 LE HÉGARAT-MASCLE S., KALLEL A., and DESCOMBES X., "Application of ant colony optimization to label image regularization", IEEE Transactions on Image Processing, submitted on April 20, 2005, in revision since February 1, MARTICORENA B., BERGAMETTI G., CALLOT Y., CHAZETTE P., KARDOUS M., KHATTELI H., LE HÉGARAT-MASCLE S., MAILLE M., RAJOT J.L., VIDAL-MADJAR D., and ZRIBI M., "Estimation of the geometric and aerodynamic surface roughness in the southern arid Tunisia and its relation with radar backscatter coefficient", Journal of Geophysical Research, accepted on February 24, LE HÉGARAT-MASCLE S., SELTZ R., HUBERT-MOY L., CORGNE S., and STACH N., "Performance of change detection using remotely sensed data and evidential fusion: Comparison of three cases of application", International Journal of Remote Sensing, accepted on March 2, LE HÉGARAT-MASCLE S., ZRIBI M., and RIBOUS L., "Retrieval of elevation in arid or semi-arid regions from ERS/SAR data", International Journal of Remote Sensing, 26(13): , LE HÉGARAT-MASCLE S., OTTLÉ C., and GUÉRIN, C., "Land cover change detection at coarse spatial scales based on iterative estimation and previous state information", Remote Sensing of Environment, 95(4): , LE HÉGARAT-MASCLE S., and SELTZ R., "Automatic change detection by evidential fusion of change indices", Remote Sensing of Environment, 91(3-4): , June OUDIN L., WEISSE A., LOUMAGNE C., and LE HÉGARAT-MASCLE S., "Assimilation of soil moisture into hydrological models for flood forecasting: a variational approach", Canadian Journal of Remote Sensing, 29(6): , December AUBERT D., LOUMAGNE C., OUDIN L., and LE HÉGARAT-MASCLE S., "Assimilation of soil moisture into hydrological models: the sequential approach", Canadian Journal of Remote Sensing, 29(6): , December ZRIBI M., LE HÉGARAT-MASCLE S., OTTLÉ C., KAMMOUN B., and GUÉRIN, C., "Soil moisture estimation based on combining multi-resolution microwave ERS data (Wind Scatterometer and SAR)", Remote Sensing of Environment, 86:30-41, May ZRIBI M., LE HÉGARAT-MASCLE S., TACONET O., CIARLETTI V., VIDAL-MADJAR D., and BOUSSEMA M.R., "Derivation of wild vegetation cover density in a semi-arid regions: ERS2 radar evaluation", International Journal of Remote Sensing, 24(6): , March LE HÉGARAT-MASCLE S., RICHARD D., and OTTLÉ C., "Multi-scale data fusion using Dempster-Shafer evidence theory", Integrated Computer-Aided Engineering, 10(1):9-22, January LE HÉGARAT-MASCLE S., ZRIBI M., ALEM F., WEISSE A., and LOUMAGNE C., "Soil moisture estimation from ERS/SAR data: Toward an operational methodology", IEEE Transactions on Geoscience and Remote Sensing, 40(12): , December SIGEL E., DENBY B., and LE HÉGARAT-MASCLE S., "Application of ant colony optimization to adaptive routing in a LEO telecommunications satellite network", Annals of Telecommunications, 57(5-6): , May-June

16 A09 A08 A07 A06 A05 A04 A03 A02 A01 LE HEGARAT-MASCLE S., ZRIBI M., et OTTLE C., "Quelques applications de la télédétection à la physique des surfaces continentales", Annales des Télécommunications, 56(11-12): , Novembre-Décembre LOUMAGNE C., NORMAND M., RIFFARD M., WEISSE A., QUESNEY A., LE HÉGARAT-MASCLE S., and ALEM F., "Methodology for integration of remote sensing data into hydrological models for reservoir management purposes", Hydrological Science Journal, 46(1):89-102, February QUESNEY A., LE HÉGARAT-MASCLE S., TACONET O., VIDAL-MADJAR D., WIGNERON J.P., LOUMAGNE C., and NORMAND M., "Estimation of watershed soil moisture index from ERS/SAR data", Remote Sensing of Environment, 72: , May LE HÉGARAT-MASCLE S., QUESNEY A., VIDAL-MADJAR D., TACONET O., NORMAND M., and LOUMAGNE C., "Land cover discrimination from multitemporal ERS images and multispectral LANDSAT images: a study case in an agricultural area in France", International Journal of Remote Sensing, 21(3): , February LE HÉGARAT-MASCLE S., BLOCH I., and VIDAL-MADJAR D., "Introduction of neighborhood information in evidence theory and application to data fusion between radar and optical images with partial cloud cover", Pattern Recognition, 31(11): , November LE HÉGARAT-MASCLE S., BLOCH I., and VIDAL-MADJAR D., "Application of Dempster-Shafer evidence theory to unsupervised classification in multisource remote sensing", IEEE Transactions on Geoscience and Remote Sensing, 35(4): , July LE HÉGARAT-MASCLE S., VIDAL-MADJAR D., TACONET O., and ZRIBI M., "Application of Shannon information theory to a comparison between L and C bands SIR-C polarimetric data versus incidence angle", Remote Sensing of Environment, 60: , May ZRIBI M., TACONET O., LE HÉGARAT-MASCLE S., VIDAL-MADJAR D., EMBLANCH C., LOUMAGNE C., and NORMAND M., "Backscattering behavior and simulation comparison over bare soils using SIRC/XSAR and Erasme 1994 data over Orgeval", Remote Sensing of Environment, 59: , February LE HÉGARAT-MASCLE S., VIDAL-MADJAR D., and OLIVIER P., "Applications of simulated annealing to SAR image clustering and classification problems", International Journal of Remote Sensing, 17(9): , June Code couleur : Traitement d image classification Fusion de données Dempster-Shafer Electromagnétisme interprétation de signaux radar Valorisation études environnementales Divers Télécoms -16-

17 Articles dans des revues nationales avec ou sans comité de lecture N05 N04 N03 N02 N01 OTTLE C., LE HEGARAT-MASCLE S., et ZRIBI M., "Applications de la télédétection spatiale en hydrologie", Découverte, (304):37-47, Janv OTTLE C., RICHARD D., LE HEGARAT-MASCLE S., GUERIN C., NOILHAN J., LEMOIGNE P., et HABETS F., "Modélisation hydro-météorologique du bassin du Rhône : Apport de la télédétection spatiale", La Houille Blanche, (1):57-61, WEISSE A., LE HEGARAT-MASCLE S., AUBERT D., et LOUMAGNE C., "Le projet européen AIMWATER : utilisation de l humidité des sols mesurée par radar embarque (ERS/SAR) pour la modélisation pluie-débit", La Houille Blanche, (1):35-40, SIGEL E., DENBY B., et LE HEGARAT-MASCLE S., "Routage dans une constellation de 72 satellites LEO par une méthode utilisant des agents mobiles peu intelligents", Revue Electronique sur les Réseaux et l Informatique Répartie, (11), mars RIFFARD M., LOUMAGNE C., WEISSE A., NORMAND M., QUESNEY A., LE HEGARAT-MASCLE S., et ALEM F., "Etat hydrique des bassins versants, observation spatiale et prévision de débits : "AIMWATER", un projet européen sur le bassin de la Seine", Milieux Poreux et Transferts Hydriques, Bulletin du GFHN, 45:40-45, nov Ouvrages ou extraits O01 ADRAGNA F., GARELLO R., LE HEGARAT-MASCLE S., LOPES A., NICOLAS J.M., TROUVE E., et TUPIN F., sous la coordination de MAITRE, H., Le Traitement des Images de Radar à Synthèse d Ouverture, collection IC2, Editeur Hermès, Communications dans des colloques internationaux avec actes C37 C36 C35 C34 C33 C32 C32 ROBIN A., LE HÉGARAT-MASCLE S., and MOISAN L., "A multiscale land-cover classification method using a Bayesian approach", SPIE Remote Sensing Symposium, in Brugge, Belgium, on September 19-22, 2005, CDROM. KALLEL A., ZRIBI M., LE HÉGARAT-MASCLE S., MASSUEL S. and DESCROIX L., "Characterization of pool evolution in Niamey degree (Niger) based on high resolution optical remote sensing data", SPIE Remote Sensing Symposium, in Brugge, Belgium, on September 19-22, 2005, CDROM. LE HÉGARAT-MASCLE S., KALLEL A., and DESCOMBES X., "Application of ant colony optimization to image classification using a Markov model with nonstationary neighborhoods", SPIE Remote Sensing Symposium, in Brugge, Belgium, on September 19-22, 2005, CDROM. LE HÉGARAT-MASCLE S., SELTZ R., HUBERT-MOY L., and CORGNE S., "Multi-index change detection using Dempster-Shafer evidence theory: application to land-cover monitoring ", SPIE Remote Sensing Symposium, in Brugge, Belgium, on September 19-22, 2005, CDROM. ROBIN A., LE HÉGARAT-MASCLE S., MOISAN L., and POILVÉ H., "Land cover classification from multitemporal coarse resolution images", 31 st International Symposium on Remote Sensing of Environment, in Saint Petersburg, Russia, on June 20-24, 2005, CDROM. LE HÉGARAT-MASCLE S., OTTLÉ C., and GUÉRIN C., "Land cover monitoring using coarse resolution data series", 31 st International Symposium on Remote Sensing of Environment, in Saint Petersburg, Russia, on June 20-24, 2005, CDROM. ZRIBI M., ZIN I., LE HÉGARAT-MASCLE S., and GUÉRIN, C., "Contribution of radar remote sensing and topography in the disaggregation of soil moisture", the British Hydrological Society international conference,

18 C31 C30 C29 C28 C27 C26 C25 C24 C23 C22 C21 C20 C19 C18 C17 ZRIBI M., LE HÉGARAT-MASCLE S., OTTLÉ C., KAMMOUN B., and GUÉRIN, C., "Surface soil moisture estimation using active microwave ERS Wind Scatterometer and SAR data", IGARSS 03, in Toulouse, France, on July 20-25, 2003, CDROM. LE HÉGARAT-MASCLE S., ZRIBI M., MARTICORENA B., BERGAMETTI G., KARDOUS M., CALLOT Y., CHAZETTE P., and RAJOT J.-L., "Use of ERS/SAR measurements for soil geometric and aerodynamic roughness estimation in semi-arid and arid areas", IGARSS 03, in Toulouse, France, on July 20-25, 2003, CDROM. DECHAMBRE M., LE HÉGARAT-MASCLE S., DREUILLET P., and CHAMPION I., "Polarimetric analysis of P- band SAR data acquired over a forested area: the Pyla 2001 experiment", IGARSS 03, in Toulouse, France, on July 20-25, 2003, CDROM. DECHAMBRE M., LE HÉGARAT-MASCLE S., CAVELIER S., DREUILLET P., and CHAMPION I., "The Pyla 2001 experiment: evaluation of the polarimetric radar capabilities over a forested area", POLinSAR 2003, in Rome, Italy, on January 14-16, LE HÉGARAT-MASCLE S., RICHARD D., and OTTLÉ C., "Use of Dempster-Shafer evidence theory for multi-scale data fusion", Recent Advances in Quantitative Remote Sensing, in Valencia, Spain, on September 16-20, 2002, pp LE HÉGARAT-MASCLE S., RICHARD D., and OTTLÉ C., "Multi-scale Data Fusion Using Dempster-Shafer Evidence Theory", IGARSS 02, in Toronto, Canada, on June 24-28, 2002, CDROM. OUDIN L., WEISSE A., LOUMAGNE C., and LE HÉGARAT-MASCLE S., "Assimilation of soil moisture into hydrological models for flood forecasting: a variational approach", HydroRS2001, in Montpellier, France, on October 2-5, 2001 LE HÉGARAT-MASCLE S., POIRIER-QUINOT M., ALEM F., WEISSE A., and LOUMAGNE C., "Validation of a methodology to monitor soil moisture from C-band SAR spaceborne in an operational way", HydroRS2001, in Montpellier, France, on October 2-5, 2001 LOUMAGNE C., AUBERT D., WEISSE A., RAGAB R., MORENO J., LE HÉGARAT-MASCLE S., MOREL-SEYTOUX, H., SIMAS M., and CABRITA J., "AIMWATER, analysis, investigation and monitoring of water resources for the management of multipurpose reservoirs: Overview of the project", HydroRS2001, in Montpellier, France, on October 2-5, 2001 ZRIBI M., LE HÉGARAT-MASCLE S., CIARLETTI V., TACONET O., VIDAL-MADJAR D., and BOUSSEMA R., "Estimation of spatial and temporal evolution of vegetation and surface moisture from ERS2 radar in a semi-arid region", IGARSS 01, in Sydney, Australia, on July 9-13, 2001, CDROM. QUESNEY A., FRANÇOIS C., OTTLÉ C., LE HÉGARAT-MASCLE S., LOUMAGNE C., and NORMAND M., "Sequential assimilation of SAR/ERS data in a surface hydric model coupled to a global hydrological model with an extended Kalman filter", 8 ème Symposium International Mesures Physiques et Signatures en Télédétection, in Aussois, France, on January 8-12, 2001, Editions du CNES, pp LE HÉGARAT-MASCLE S., ALEM F., QUESNEY A., NORMAND M., LOUMAGNE C., and WEISSE A., "Surface soil monitoring from ERS/SAR data: method and validation over three different watersheds", 8 ème Symposium International Mesures Physiques et Signatures en Télédétection, in Aussois, France, on January 8-12, 2001, Editions du CNES, pp SIGEL E., DENBY B., et LE HEGARAT-MASCLE S., "Routage dans une constellation de 72 satellites LEO par une méthode utilisant des agents mobiles peu intelligents", 3 ème Colloque International sur les Nouvelles Technologies de la Répartition (NOTERE 2000), à Paris, France, Novembre 2000, pp ZRIBI M., CIARLETTI V., TACONET O., and LE HÉGARAT-MASCLE S., "Retrieval of vegetation cover from radar measurements over semi-arid regions", IGARSS 2000, in Hawaii, USA, on July 24-28, 2000, CDROM. LE HÉGARAT-MASCLE S., ALEM F., QUESNEY A., NORMAND M., and LOUMAGNE C., "Estimation of watershed soil moisture index from ERS/SAR data", EUSAR2000, in Munich, Germany, on May 23-25, 2000, pp

19 C16 C15 C14 C13 C12 C11 C10 C09 C08 C07 C06 C05 C04 C03 ZRIBI M., CIARLETTI V., TACONET O., LE HÉGARAT-MASCLE S., and BOUSSEMA M.R., "Retrieval of vegetation cover from radar measurements over semi-arid regions", EGS 2000, in Nice, France, on April 25-29, QUESNEY A., FRANÇOIS C., OTTLÉ C., LE HÉGARAT-MASCLE S., LOUMAGNE C., and NORMAND M., "Sequential assimilation of SAR/ERS data in a surface hydric model coupled to a global hydrological model with extended Kalman filter", Remote Sensing and Hydrology 2000 Symposium, in Santa Fe, New Mexico, USA, on April 3-7, 2000, pp LOUMAGNE C., WEISSE A., NORMAND M., RIFFARD M., QUESNEY A., LE HÉGARAT-MASCLE S., and ALEM F., "Integration of remote sensing data into hydrological models for flood forecasting", Remote Sensing and Hydrology 2000 Symposium, in Santa Fe, New Mexico, USA, on April 3-7, QUESNEY A., TACONET O., NORMAND M., LOUMAGNE C., and LE HÉGARAT-MASCLE S., "Monitoring of hydric index at watershed scale from ERS / SAR measurements and LandSAT data during a vegetation cycle", IGARSS 98, in Seattle, USA, on July 6-10, 1998, CDROM. QUESNEY A., LE HÉGARAT-MASCLE S., TACONET O., NORMAND M., and LOUMAGNE C., "Determination of hydric moisture at watershed scale from ERS multitemporal series", CEOS SAR Workshop, in Noordwijk, The Netherlands, on February 3-6, MARRAKCHI O., LE HEGARAT-MASCLE S., BOUSSEMA M.R., et TACONET O., "Etude comparative entre classifieurs neuronaux et flous pour l extraction d informations texturales à partir d images ROS", Septièmes journées scientifiques du réseau télédétection de l AUPELF-UREF (la réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes), in Sainte-Foy, Québec, Canada, on October 13-17, LE HÉGARAT-MASCLE S., VIDAL-MADJAR D., and PEYTAVIN L., "Data fusion between radar and optical images with partial cloud cover by introduction of spatial information in the Dempster-Shafer evidence theory: application to forest detection", International Symposium: "Physical Measurements & Signatures in Remote Sensing", in Courchevel, France, on April 7-11, ZRIBI M., TACONET O., LE HÉGARAT-MASCLE S., and VIDAL-MADJAR D., "Backscattering over bare soils: Measurements and simulations using SIRC/XSAR and ERASME 1994 data over Orgeval", IGARSS 96 (IEEE Geoscience And Remote Sensing Symposium), in Lincoln, Nebraska, USA, on May 27-31, 1996, pp MASCLE S., VIDAL-MADJAR D., ZRIBI M., and TACONET O., "Comparison between L and C bands SIR-C polarimetric data versus incidence angle", International Symposium: "Retrieval of bio- and geophysical parameters from SAR data for land applications", in Toulouse, France, on October 10-13, 1995, pp MASCLE S., BLOCH I., and VIDAL-MADJAR D., "Unsupervised multisource remote sensing classification using Dempster-Shafer evidence theory", Europto Conference on Synthetic Aperture Radar and Passive Microwave Sensing, in Paris, France, on September 25-28, 1995, SPIE, 2584, pp MASCLE S., VIDAL-MADJAR, D., and OLIVIER P., "Unsupervised classification of polarimetric SAR images", Third International Workshop on Radar Polarimetry, in Nantes, France, on March 21-23, 1995, 2, pp TACONET O., MASCLE S., OLIVIER P., VIDAL-MADJAR D., and RAKOTOARIVONY L., "Results of radar scattering over vegetation from AirSAR and the scatterometer Erasme during MAC Europe 91: classification and inversion", MAC Europe 91 Workshop, in Lenggries, Germany, on October 4-6, 1994, pp MASCLE S., OLIVIER P., and VIDAL-MADJAR D., "Identification of vegetation classes using multi-configuration polarimetric SAR data", Progress In Electromagnetic Research Symposium 94 [PIERS 94], in Noordwijk, the Netherlands, on July 11-15, 1994, CDROM. OLIVIER P., MASCLE S., TACONET O., and RAKOTOARIVONY L., "Polarimetric cross-calibration between SAR images and scatterometer data during the MAC-Europe campaign", 25th International Symposium on Remote Sensing and Global Environmental Change, in Graz, Austria, on April , 1, pp

20 C02 C01 OLIVIER P., and MASCLE S., "Calibration of polarimetric SAR images by means of distributed target statistics and scatterometer measurements", International Geoscience and Remote Sensing Symposium [IGARS 93], in Tokyo, Japan, on August 18-21, 1993, 3, pp OLIVIER P., and MASCLE S., "Polarimetric calibration of SAR images using distributed targets", SAR 93, in Gif-sur-Yvette, France, on April 26, 1993, pp Communications dans des colloques nationaux avec actes CN07 CN06 CN05 CN04 CN03 CN02 CN01 ROBIN A., MOISAN L., and LE HEGARAT-MASCLE S., "Approche a contrario pour la détection de changements à partir d'images satellite basse résolution", GRETSI'05, à Louvain-la-Neuve, Belgique, 6-9 Septembre ZRIBI M., AIRES F., CHAMPEAUX J.-L., LACAZE R., LE HEGARAT-MASCLE S., LEROY M., MOUGIN E. PRIGENT C., ROUGEAN J.-L. et ZIN I., "Caractérisation des états de surfaces continentales par télédétection spatiale dans le cadre d AMMA", Atelier de modélisation, Météo France (AMA 2003), OTTLE C, RICHARD D., LE HEGARAT-MASCLE S., NOILHAN J., LEMOIGNE P., et HABETS F., "Modélisation hydro-météorologique du bassin du Rhône : Apport de la télédétection spatiale", 167è session du Comité Scientifique et technique de la Société Hydrotechnique de France (SHF), à Toulouse, France, juin WEISSE A., LE HEGARAT-MASCLE S., AUBERT D., MICHEL C., et LOUMAGNE C., "Le projet européen AIMWATER : Utilisation de l humidité des sols mesurée par radar embarqué (ERS/SAR) pour la modélisation pluie-débit", 167è session de la Société Hydrotechnique de France (SHF), à Toulouse, France, juin LE HEGARAT-MASCLE S., et BOULET G., "Humidité de surface, inversion et assimilation", Journées d Hydrologie Spatiale, à Toulouse, France, 8-9 Mars NORMAND M., LOUMAGNE C., OTTLE C., LE HEGARAT-MASCLE S., ALEM F., et QUESNEY A.,"Etat hydrique des sols et hydrologie : approche par télédétection pour la prévision des débits", colloque P.N.R.H. 2000, à Toulouse, France, Mai LE HEGARAT-MASCLE S., QUESNEY A., TACONET O., NORMAND M., et LOUMAGNE C., "Classifications multispectrales / multitemporelles appliquées à l hydrologie", Atelier "Expérimentation et Instrumentation", à Paris, France, Octobre 1997, pp Autres : Rapports, Notes techniques R05 R04 R03 R02 R01 COUILLAUD P.., LE HEGARAT-MASCLE S., BEGNI G., DESHAYES M., STACH N., KERGOAT L., LE TOAN T., CAZAT A., and GABORIT G., "METIS : analyse Multi-Echelles et multi-temporelle en Imagerie Spatiale appliquée aux missions de gestion et de contrôle des Forêts", Rapport Final, no.met-lt100-rfn-001, LE HEGARAT-MASCLE S., "Application de la théorie des croyances à la fusion de données de télédétection", Notes des Activités Instrumentales de l IPSL : Compte-rendu de la IV ème Journée Statistique IPSL (Classification et Analyse spatiale), 23:38-51, LOUMAGNE C., LE HÉGARAT-MASCLE S., MORENO J., RAGAB R., and SIMAS M., "AIMWATER: Analysis, Investigation, and Monitoring of WATER resources", Final Report, no.env4-ct dg12 ESCY, LE HEGARAT-MASCLE S., "Imagerie radar à synthèse d ouverture", rapport interne au CETP, no.ri- CETP/1/2000, février VIDAL A., DESBOIS N., OTTLÉ C., and LE HÉGARAT-MASCLE S., "MUST simulated information products for French users", Final Report, no.env4-ct dg12 EHKN,

Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters

Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters Nicolas Baghdadi Irstea, Maison de la télédétection, UMR TETIS, Montpellier, France Sensibilité du signal radar en bande X: TerraSAR-X Fort potentiel

Plus en détail

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France Natures Sciences Sociétés 11 (2003) 87 91 VIE SCIENTIFIQUE Mesures de l humidité des sols et du contenu en eau de la végétation par radar aéroporté > Estimation of soil moisture and vegetation biomass

Plus en détail

StéréoSat Afrique. en collaboration avec. Mathieu Benoit, B. Sc. A., MBA VIASAT GéoTechnologie. inc. UICN-BRAO, WRC, DGIRH. Lundi 20 Novembre 2006

StéréoSat Afrique. en collaboration avec. Mathieu Benoit, B. Sc. A., MBA VIASAT GéoTechnologie. inc. UICN-BRAO, WRC, DGIRH. Lundi 20 Novembre 2006 StéréoSat Afrique RésultatsTitre préliminaires Mathieu Benoit, B. Sc. A., MBA VIASAT GéoTechnologie inc. en collaboration avec UICN-BRAO, WRC, DGIRH Lundi 20 Novembre 2006 Plan de la présentation Objectif

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com Systèmes d Information à Référence Spatiale Utilisation d un Estimateur de Régression avec des Données Landsat pour l Estimation de l Etendu et des Changements du Couvert Forestier du Gabon de 1990 à 2010

Plus en détail

Offre de formation département de télécommunications. Licence en Télécommunications

Offre de formation département de télécommunications. Licence en Télécommunications Offre de formation département de télécommunications Licence en Télécommunications 1. But de la formation La formation dispensée dans cette licence est de nature académique. Elle est organisée sous forme

Plus en détail

70 ème section, Sciences de l éducation CERSE EA 965 (Centre d Études et de Recherche en Sciences de l Éducation) Publications.

70 ème section, Sciences de l éducation CERSE EA 965 (Centre d Études et de Recherche en Sciences de l Éducation) Publications. Fiche personnelle Photo Format jpeg Statut Titre : Docteur en sciences de l éducation, qualifiée en 70 ème section Nom : LEROYER Année de naissance Prénom : Laurence Institution Dénomination ESPE Académie

Plus en détail

Curriculum Vitae détaillé

Curriculum Vitae détaillé Cécile LOUCHET Née le 14 / 11 / 1981 à Paris 14e Nationalité Française 1 Coordonnées 1.1 Professionnelles Laboratoire MAP5 UFR Mathématiques Informatique Université Paris Descartes 45 rue des Saints-Pères

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Jean-François DEJOUX CESBIO & Luc CHAMPOLIVIER CETIOM Télédétection en agriculture : nouveau

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval

Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval FORESEE Workshop - Forestry applications of remote sensing technologies 8-10 October 2014 - INRA Champenoux - France Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval N. Chehata (1), D. Guyon(2)

Plus en détail

STS : Sciences, Technologies, Santé. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. h h h h h 250 h

STS : Sciences, Technologies, Santé. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. h h h h h 250 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : STS : Sciences, Technologies, Santé STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication M2 Spécialité : Volume horaire étudiant : Informatique

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION Intitulé de la filière : Génie Electrique & Télécommunication (GET) Options : Génie Electrique & Contrôle Industriel Génie Electronique & Télécommunication OBJECTIFS DE LA FORMATION Les objectifs de la

Plus en détail

Global Monitoring Emergency Services

Global Monitoring Emergency Services Global Monitoring Emergency Services Christelle BOSC Olivier POCHARD 22/05/2012 Pôle Applications Satellitaires et Télécommunicaton CETE Sud-Ou LE PROGRAMME GMES Global Monitoring for Environment and Security

Plus en détail

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE ET ENVIRONNEMENT Coordinateur du Mastère : JAMEL CHAHED ENIT, Département Génie Civil, Laboratoire LMHE BP 37, Le Belvédère, 1002-Tunis jamel.chahed@enit.rnu.tn 1. Le

Plus en détail

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67)

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Novembre 2012 Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ISSN : 2258-3106 CONTENU DE L

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES Nathalie GORRETTA MONTEIRO 1 1 UMR Information et Technologies pour les Agro-Procédés, Cemagref Montpellier, France Présentée le 25 Février

Plus en détail

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ EXPLORATION INFORMATIQUE DES DONNÉES ET DÉCISIONNEL

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ EXPLORATION INFORMATIQUE DES DONNÉES ET DÉCISIONNEL MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ EXPLORATION INFORMATIQUE DES DONNÉES ET DÉCISIONNEL RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Informatique

Plus en détail

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance Olivier Hagolle Mercredi 6 février 2012 Sentinel-2 : révolution du suivi de la végétation par télédétection 13 bandes spectrales, résolution 10m à 20m,

Plus en détail

Audition candidature thèse IFSTTAR début Septembre 2013 Christophe CONIGLIO

Audition candidature thèse IFSTTAR début Septembre 2013 Christophe CONIGLIO Sujet de thèse : «Détection, suivi et ré-identification de passagers dans un réseau de cameras. Application à la gestion des flux de voyageurs en contexte multimodal». Audition candidature thèse IFSTTAR

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE / STAPS MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR Spécialité Ingénierie Numérique, Signal-Image et Informatique Industrielle (INS3I) www.univ-littoral.fr OBJECTIFS

Plus en détail

CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS

CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

Cécile MAUNIER. Maître de Conférences Sciences de Gestion Responsable pédagogique - Master 1 Marketing, Vente TITRES UNIVERSITAIRES

Cécile MAUNIER. Maître de Conférences Sciences de Gestion Responsable pédagogique - Master 1 Marketing, Vente TITRES UNIVERSITAIRES Cécile MAUNIER Maître de Conférences Sciences de Gestion Responsable pédagogique - Master 1 Marketing, Vente IAE REUNION 24 avenue de la Victoire CS 92003 Saint Denis Cedex 09 ( : 02 62 47 99 01 E- mail

Plus en détail

Master Energie spécialité Energie électrique

Master Energie spécialité Energie électrique 03/12/2013 http://www.univ-fcomte.fr Master Energie spécialité Energie UFR Sciences, techniques, et gestion de l'industrie http://stgi.univ-fcomte.fr/ Dénomination officielle : Master Sciences, technologies,

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL CHEF DE CELLULE D INTERPRETATION ET D ANALYSE D IMAGES NIVEAU III

CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL CHEF DE CELLULE D INTERPRETATION ET D ANALYSE D IMAGES NIVEAU III CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL CHEF DE CELLULE D INTERPRETATION ET D ANALYSE D IMAGES NIVEAU III METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES REFERENTIEL D ACTIVITE ET DE

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

Potentialités des simulations Pléiades :

Potentialités des simulations Pléiades : Groupe de Travail 2 Risque et Aide humanitaire Potentialités des simulations Pléiades : Vers l utilisation de l OTB pour l évaluation des zones débroussaillées pour la gestion opérationnelle des feux de

Plus en détail

sous réserve de validation des modifications DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT FINANCE

sous réserve de validation des modifications DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT FINANCE sous réserve de validation des modifications Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M2 Spécialité : FINANCE 120 ES Volume horaire étudiant : 335 h 35 h

Plus en détail

GRADE MASTER COMMUNICATION DES ORGANISATIONS

GRADE MASTER COMMUNICATION DES ORGANISATIONS GRADE MASTER COMMUNICATION DES ORGANISATIONS Diplôme Grade Master de l IEP Rennes bac+5 En Alternance Enseignements à Rennes et à Paris Coordination pédagogique : Lionel Honoré - Professeur lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

Caractérisation des couverts forestiers

Caractérisation des couverts forestiers Caractérisation des couverts forestiers Dominique Guyon INRA, UMR ISPA, Bordeaux Cadre Visible, proche et moyen infrarouge Développements méthodologiques en vue d applications opérationnelles Travaux de

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Les Mathématiques à Besançon

Les Mathématiques à Besançon Les Mathématiques à Besançon 5 équipes de recherche 45 enseignants-chercheurs 3 chercheurs CNRS 9 personnels techniques 25 doctorants 10 invités Que fait-on au laboratoire de math? de la recherche de l'enseignement

Plus en détail

Public. Débouchés. Les atouts du Master PIC. Statistiques des débouchés 22 % 16 % 10 % 14 % 38 % Entreprise Start-up Thèse.

Public. Débouchés. Les atouts du Master PIC. Statistiques des débouchés 22 % 16 % 10 % 14 % 38 % Entreprise Start-up Thèse. Contexte et enjeux Public Le management de l innovation, un champ en pleine mutation - Les thématiques des stratégies d innovation, de la conception des produits, de l organisation et de la conduite des

Plus en détail

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation. Stage.

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation. Stage. MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : INFORMATIQUE Spécialité :

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION Intitulé de la filière : Génie Electrique & Télécommunication (GET) Options : Génie Electrique & Contrôle Industriel Génie des Systèmes Electroniques & Télécommunications OBJECTIFS DE LA FORMATION Les

Plus en détail

Des formations métiers pour maîtriser la science actuarielle

Des formations métiers pour maîtriser la science actuarielle Des formations métiers pour maîtriser la science actuarielle ISUP, l excellence statistique au service de l actuariat des métiers porteurs Les métiers de l actuariat sont des pièces maîtresses du monde

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Page 1 sur 5 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé MASTER : MASTER Master Sciences, Technologies, Santé Mention Electronique,

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

2 - La télédétection optique

2 - La télédétection optique Introduction à la télédétection 2 - La télédétection optique OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Principes d'acquisition des images 5 A. Acquisition d'une image...5 1. 2. 3. 4. Le scanner...6 Le

Plus en détail

Master of Business Administration

Master of Business Administration UFR LSHS Cellule de Formation Continue Master of Business Administration Diplôme Universitaire Associé à un Master 2 Professionnel Diplôme : MBA Management Territorial Durable Associé au : Master 2 professionnel

Plus en détail

Christelle BOSC Olivier POCHARD

Christelle BOSC Olivier POCHARD Christelle BOSC Olivier POCHARD LE PROGRAMME GMES Global Monitoring for Environment and Security Programme européen d observation de la Terre Initiative conjointe de l'esa et de l'union européenne Doter

Plus en détail

Aperçugénéral des principales méthodes d Extraction d informations thématiques à partir des images satellites

Aperçugénéral des principales méthodes d Extraction d informations thématiques à partir des images satellites Projet GIZ-CRTS Formation en Télédétection spatiale et SIG CRTS, 18-21 janvier 2016 Aperçugénéral des principales méthodes d Extraction d informations thématiques à partir des images satellites Abderrahman

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT :

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT : Débouchés professionnels : des perspectives multiples Le cursus à l INPT offre des horizons intéressants. Les métiers liés aux Télécoms et TI sont les plus prisés par les lauréats à travers notamment les

Plus en détail

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D un habitat isolé, à un habitat diffus, à un habitat groupé Figure 4 : Neuf types d interface habitat-forêt 3. Méthodologie

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

JUNIOR MBA ECOFI MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ET DE S PROJETS

JUNIOR MBA ECOFI MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ET DE S PROJETS JUNIOR MBA ECOFI MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ET DE S PROJETS Diplôme Grade Master de l IEP Rennes bac+5 En Alternance Coordination pédagogique : Lionel Honoré - Professeur lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie mathématique de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

1 Journée de réflexion La Gestion des déchets industriels La Promotion de l Enseignement

1 Journée de réflexion La Gestion des déchets industriels La Promotion de l Enseignement 1 Journée de réflexion La Gestion des déchets industriels La Promotion de l Enseignement 17-18 JUIN 2010 VILLA MANDARINE, SOUISSI - RABAT P R. K H A L I D L A I R I N I V I C E - D O Y E N C H A R G É

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration économique et sociale (AES) de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

La spécialité «Mathématiques pour l enseignement» qui n est pas évaluée ici fera partie de la deuxième mention.

La spécialité «Mathématiques pour l enseignement» qui n est pas évaluée ici fera partie de la deuxième mention. Evaluation des diplômes Masters Vague A ACADÉMIE : LYON Établissement : Université Lyon 1 - Claude Bernard Demande n S3110048058 Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Mathématiques et applications,

Plus en détail

MASTER ACADEMIQUE FINANCE D ENTREPRISE

MASTER ACADEMIQUE FINANCE D ENTREPRISE FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, COMMERCIALES ET DES SCIENCES DE GESTION Tizi Ouzou MASTER ACADEMIQUE FINANCE D ENTREPRISE Responsable de l'équipe de formation : Mme OUKACI Dahbia Etablissement : Intitulé

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

OKTAL Synthetic Environment Catalogue de Formation 2015-2016

OKTAL Synthetic Environment Catalogue de Formation 2015-2016 OKTAL Synthetic Environment Catalogue de Formation 2015-2016 page 1 OKTAL-SE est une société française spécialisée dans l édition de logiciels pour la simulation du rendu des capteurs électro-optiques

Plus en détail

FORMATION CONTINUE. La Grande Ecole des Télécommunications. et des Technologies de l Information

FORMATION CONTINUE. La Grande Ecole des Télécommunications. et des Technologies de l Information FORMATION CONTINUE La Grande Ecole des Télécommunications et des Technologies de l Information Contact : M. HILALI Abdelaziz Centre de Formation Continue de l INPT Avenue Allal Al Fassi, Madinat Al Irfane,

Plus en détail

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 3, Hors-Série 1, 11 (2004) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bib-j3ea:2004611 EDP Sciences, 2004 Formation

Plus en détail

FORMATIONS EN INFORMATIQUE DES ORGANISATIONS. Informatique Economie Statistiques Gestion. www.univ-tlse1.fr/informatique

FORMATIONS EN INFORMATIQUE DES ORGANISATIONS. Informatique Economie Statistiques Gestion. www.univ-tlse1.fr/informatique FORMATIONS EN INFORMATIQUE DES ORGANISATIONS Informatique Economie Statistiques Gestion www.univ-tlse1.fr/informatique Qu est-ce que l Informatique des Organisations? Afin de gérer et de rationaliser le

Plus en détail

1. Présentation du Mastère

1. Présentation du Mastère MASTERE SYSTEMES DE COMMUNICATION Coordinateur du Mastère : TAOUFIK AGUILI Département TIC Laboratoire des Systèmes de Communication Tél. : (+216) 71 874 700 (Poste 545) Fax : (+216) 71 872 729 taoufik.aguili@enit.rnu.tn

Plus en détail

Objectifs de la formation

Objectifs de la formation Formation - Planning de la formation - Organisation des enseignements Modalités diverses - Contacts Objectifs de la formation Le Master 2 Ingénierie des Médias en alternance de l UFR Ingémédia a ouvert

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience (V.A.E.) Guide du candidat

Validation des Acquis de l Expérience (V.A.E.) Guide du candidat Validation des Acquis de l Expérience (V.A.E.) Guide du candidat (document d information non contractuel) La Validation des Acquis de l Expérience est d abord un enjeu social : c est la reconnaissance

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Bastien, ingénieur R&D en électronique diplômé d un Master Electronique et automatique et d un Doctorat en Electronique Les métiers de l Electronique Le domaine Sciences, Technologies,

Plus en détail

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale UMR 5564-INPG-UJF/CNRS/IRD Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale Présenté par TRAN Xuan Truong Sous la direction de Thierry PELLARIN et Jean-Paul LAURENT 1

Plus en détail

INGÉNIEUR MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES ET CALCUL SCIENTIFIQUE. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation 04/01/2016.

INGÉNIEUR MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES ET CALCUL SCIENTIFIQUE. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation 04/01/2016. INGÉNIEUR MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES ET CALCUL SCIENTIFIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Formation d'ingénieur classique Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Mathématiques appliquées

Plus en détail

Thèses INERIS. Guide pratique. Année universitaire 2015 / 2016. Modalités générales. Thèses INERIS Guide pratique 2015 / 2016 - Page 1

Thèses INERIS. Guide pratique. Année universitaire 2015 / 2016. Modalités générales. Thèses INERIS Guide pratique 2015 / 2016 - Page 1 Thèses INERIS Guide pratique Année universitaire 2015 / 2016 Modalités générales Thèses INERIS Guide pratique 2015 / 2016 - Page 1 Sommaire Informations générales page 3 Processus de recrutement page 4

Plus en détail

Vous trouvez plus d information sur AREL. ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html

Vous trouvez plus d information sur AREL. ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html Option Deux thèmes : La recherche opérationnelle : Traiter des problèmes d optimisation, d aide à la décision et d évaluation de performances

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles

CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles F. Le Ber (engees & loria) J.-F. Mari (loria) M. Benoît, C. Mignolet et C. Schott (inra sad) Conférence STIC et Environnement, Rouen, 19-20 juin

Plus en détail

Chambre 222, Bâtiment A, village universitaire 3 33600 PESSAC - FRANCE rim.boussaada@u-bordeaux4.fr

Chambre 222, Bâtiment A, village universitaire 3 33600 PESSAC - FRANCE rim.boussaada@u-bordeaux4.fr Curriculum Vitae PRENOM : RIM Date et lieu de naissance : Nationalité : Adresse : Adresse électronique : NOM : BOUSSAADA Téléphone : 0033 (0) 6 98 25 15 72 14/12/1980 à Tunis, Tunisie Tunisienne Chambre

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Travaux publics et environnement de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

Eléments réseaux pour

Eléments réseaux pour Eléments réseaux pour l EE des bâtiments IT for green: sauvegarde de la planète avec des capteurs? Bernard Tourancheau Université de Lyon1, Université de Lyon, INRIA INSA-Lyon, CITI, F-69621, France Bernard.Tourancheau@inria.fr

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle pour la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Université Mouloud MAMMERI TIZI OUZOU Facultés des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion Département des sciences commerciales

Université Mouloud MAMMERI TIZI OUZOU Facultés des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion Département des sciences commerciales Université Mouloud MAMMERI TIZI OUZOU Facultés des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion Département des sciences commerciales LICENCE ACADEMIQUE Management des Entreprises & des

Plus en détail

Fouille de données multi-stratégies pour l'extraction de connaissances à partir d'images de télédétection

Fouille de données multi-stratégies pour l'extraction de connaissances à partir d'images de télédétection Fouille de données multi-stratégies pour l'extraction de connaissances à partir d'images de télédétection Cédric WEMMERT* Alexandre BLANSCHE* Anne PUISSANT** *LSIIT UMR 7005 CNRS/ULP Apprentissage et Fouille

Plus en détail

Cycle de vie, processus de gestion

Cycle de vie, processus de gestion Les données scientifiques au CNES Cycle de vie, processus de gestion Danièle BOUCON Réunion PIN du 4 janvier 2013 Réunion PIN du 22 mars 2012 Outils CNES Contexte des données scientifiques au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Sciences de la Terre Premier semestre du cycle d ingénieur (S5) Il commence par la période d intégration que suivent tous les élèves de Polytech

Plus en détail

Faculté des Sciences d ORSAY

Faculté des Sciences d ORSAY Université Paris-Sud 11 Faculté des Sciences d ORSAY Personnes ressources des disciplines représentées : Département de Biologie Vice-Président : Hervé DANIEL Secrétaire : Malika DERRAS Université Paris-Sud

Plus en détail

STATUTS DE L ECOLE DOCTORALE ECONOMIE PANTHEON SORBONNE

STATUTS DE L ECOLE DOCTORALE ECONOMIE PANTHEON SORBONNE STATUTS DE L ECOLE DOCTORALE ECONOMIE PANTHEON SORBONNE Article 1 : Composition de l Ecole doctorale L Ecole doctorale Economie Panthéon Sorbonne (EPS) regroupe les unités et équipes de recherche qui concourent

Plus en détail

L instrumentation dans la collecte des données

L instrumentation dans la collecte des données L instrumentation dans la collecte des données L étude des documents écrits par la méthode des traceurs Danielle Paquette INTRODUCTION La méthode des traceurs est une méthode qualitative utilisée en sciences

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail